compteur de visite

Catégories

23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 22:00
Le voile de la petite fille
Question :
 
Quel est l'avis de l'islam sur les filles qui ne sont pas encore pubères, peuvent-elles sortir sans se voiler ?

Et peuvent-elles prier sans se couvrir la tête ?
 
Réponse : 
 
Le tuteur de ces filles doit leur inculquer les règles de l'islam en leur ordonnant de ne sortir qu'en couvrant leurcAwra afin qu'elles ne soient pas un objet de tentation, et en les habituant aux nobles caractères afin qu'elles ne deviennent pas une cause de propagation des vices.
 
Il doit par ailleurs leur ordonner de prier avec un voile qui couvre les cheveux, mais si toutefois la petite fille prie sans voile, sa prière est valable car le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit :
 
« Allah n'accepte la prière d'une femme pubère que si elle se couvre la tête. » (1).
 
(1) Rapporté par At-Tirmidhî dans le chapitre de la prière (n°377), par Ahmad (n°6/218), par Abû Dâwûd dans le chapitre de la prière (n°641) et Ibn Mâjah dans le chapitre de la prière également (n°655).

 

Fatwas concernant les Femmes, page 160
copié de fatawaislam
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 22:00
Compiler les fautes des prédicateurs dans des cassettes (audio)

 

Question :

 
Certains étudiants poursuivent une a une les fautes de certains prédicateurs les compilent et les mettent dans des k7.

Ils réservent pour chaque prédicateur une k7 dans laquelle ils citent leurs fautes et ses (difficilement audible)

 
Est-ce que cela fait partie du bon manhaj ?
 

Réponse :
 

Si le but visé est d'exposer la vérité et d'exposer la faute alors c'est une bonne chose.
 
Cela fait partie de la daw'a à Allâh.

Il s'agit d'exposer les fautes afin que les gens ne tombent pas dedans.

Par contre si le but visé est de faire cela par pur plaisir ou pour se venger de la personne ou pour la dénigrer alors cela n'est pas permis. 


copié de alminhadj.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 22:00
Les salafs face aux innovateurs

AlFodayl Ibn 'yad a dit :

 

"Je mangerai avec un juif ou un chrétien mais je ne mangerai pas avec une personne de l'innovation et j'aimerai qu'il y ait un mur de fer entre moi et la personne de l'innovation".

Charh assounnah - AlBarbahary

 

قال الفضيل بن عياض

آكل مع يهودي ونصراني ولا آكل مع مبتدع وأحب أن يكون بيني وبين صاحب بدعة حصن من حديد

 شرح السنة للبربهاري - ص 138 / 139

AlFodayl ben 'yad a dit :

 

"Ne restez pas avec les gens de l'innovation car je crains que ne descende sur vous la malédiction (d'Allâh)".

Charh assounnah - AlBarbahary

 

قال الفضيل بن عياض

لا تجلس مع صاحب بدعة فإني أخاف أن تنزل عليك اللعنة

شرح السنة للبربهاري

AlBarbahary a dit :
 

"Les gens de l'innovation sont comme les scorpions qui enfouissent leur têtes et leur corps dans la terre et laissent sortir leur dard, et s'ils leur arrivent d'avoir la possibilité de piquer ils le font. 

C'est la même chose pour les gens de la passion, ils se cachent parmi la masse de la population et s'ils arrivent à avoir la possibilité d'appeler à leur innovation ils le feront et propagent ce qu'ils veulent propager".

Tabaqât alhanâbal volume 2 page 41


قال البربهاري

مَثَل أصحاب البدع مَثَل العقارب يدفنون رؤوسهم وأبدانهم في التراب ويُخرجون أذنابهم فإذا تمكّنوا لدَغوا

وكذلك أهل البدع هم مختفون بين الناس فإذا تمكنوا بلغوا ما يريدون

طبقات الحنابلة - 2 / 41

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 22:00
Récompense du juge quand il décide selon ses propres lumières

'Amr ibn Al-'As (qu'Allah soit satisfait de lui) rapporte :

 
qu'il a entendu l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه وسلم dire:
 
"Le juge qui décide d'après ses propres lumières et donne une solution juste aura droit à une double récompense
 
S'il juge d'après ses propres lumières et donne une solution fausse, il aura droit à une seule récompense".
 
Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]: 3240
copié de hadith.al-islam.com
 
عَنْ عَمْرِو بْنِ الْعَاصِ
أَنَّهُ سَمِعَ رَسُولَ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَالَ
إِذَا حَكَمَ الْحَاكِمُ فَاجْتَهَدَ ثُمَّ أَصَابَ فَلَهُ أَجْرَانِ
وَإِذَا حَكَمَ فَاجْتَهَدَ ثُمَّ أَخْطَأَ فَلَهُ أَجْرٌ
صحيح مسلم - كِتَاب الْأَقْضِيَةِ - بَاب بَيَانِ أَجْرِ الْحَاكِمِ إِذَا اجْتَهَدَ فَأَصَابَ أَوْ أَخْطَأَ 3240 - ص 1342
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Savants - العلماء
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 17:34
Le mariage est-il obligatoire ?

Question :

Le mariage est obligatoire ou surérogatoire ?  

Réponse :

 
Le mariage est un acte surérogatoire demandé pour celui qui en a la capacité, d'après la parole du prophète (que la prière et la paix soient sur lui)
 
« O jeunes gens, quiconque peut constituer une famille, qu'il se marie.
Car c'est ce qu'il y a de plus efficace pour pouvoir baisser le regard et préserver la chasteté.
Quant à celui qui ne peut pas, qu'il jeûne, car le jeûne diminue l'appétit sexuel ».
 
Par contre, pour certains c'est obligatoire, comme pour celui qui a les provisions du mariage et qui craint pour sa personne de tomber dans l'abomination (l'adultère).
 
Et c'est d'Allah que vient le succès, que la prière d'Allah soit sur notre prophète Mohamed, sa famille et ses compagnons ainsi que le salut.
 
Page 7, tome 18, fatwa numéro : 9624

copié de fatawaislam.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 22:00
Serrer la main d'une femme agée
Question :
 
Qu'en est-il d'une poignée de main échangée avec une vieille dame étrangère à la famille ?

Nous voudrions savoir également ce qu'il en serait si elle couvrait sa main de quelque chose pour la séparer de celle de l'autre ?
 
Réponse :
 
"Il n'est absolument pas permis de serrer la main aux femmes jeunes ou vieilles.

Peu importe que celui qui leur serre la main soit jeune ou vieux parce que cela comporte un danger pour les deux personnes et le danger réside dans la tentation que le geste peut provoquer.

Il a été rapporté de façon sûre que le Messager d'Allah (salallahu aalayhi wa salam) a dit :

« Je ne serre pas la main aux femmes ».

Et Aïcha (radhiallahu aanha) a dit :

« la main du Messager d'Allah (salallahu aalayhi wa salam) n'a jamais touché celle d'une femme. Quand il recevait la prestation de serment d'allégeance de la part des femmes, il se contentait de la parole ».

Aucune différence entre le fait que les mains soient nues ou couvertes compte tenu de la portée générale des arguments et pour écarter tout prétexte pouvant déclencher la tentation. Allah est le garant de l'assistance. "

 
(Majmou' fatawa wa maqalat mutanawwia, 6/280)
copié de darwa.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Homme musulman - رجل مسلم
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 20:00
A quoi reconnaît-on la hizbiya ?
Question : 
 
Comment mettre en garde les jeunes des groupes sectaires qui ne sont pas apparents, et [des groupes] contre lesquels seules quelques personnes mettent en garde ?

Et comment le jeune peut savoir qu'il diverge du manhaj des prédécesseurs en cela ?

 
Réponse :
 
Il le sait à l'alliance étroite.

Celui donc, qui est avec eux, ils l'honorent, et invitent les gens à [assister] à ses conférences et à se joindre autour de lui.

Et celui qui n'est pas avec eux, ils le considèrent comme leur ennemi.

Et comme les gens demandent aux savants pour la prière, le divorce, l'aumône, le pèlerinage, et les choses courantes, il convient d'interroger les Gens de science et de leur décrire les gens de l'alliance étroite.

Est-ce une affaire islamique ou pas?

Et comme dit Allah (عز وجل):
 
وَإِذَا جَاءَهُمْ أَمْرٌ مِنَ الْأَمْنِ أَوِ الْخَوْفِ أَذَاعُوا بِهِ وَلَوْ رَدُّوهُ إلَى الرَّسُولِ وَإِلَى أُولِي الْأَمْرِ مِنْهُمْ لَعَلِمَهُ الَّذِينَ يَسْتَنْبِطُونَهُ مِنْهُمْ
 
Et lorsque leur vient une affaire rassurante ou alarmante, ils la diffusent. Et s'ils la renvoyaient au messager et à ceux qui détiennent le commandement parmi eux, ceux d'entre qui cherchent [la vérité] auraient su. (4:83)

Et Il dit:
 
فَاسْأَلُوا أَهْلَ الذِّكْرِ إِنْ كُنْتُمْ لَا تَعْلَمُونَ
 
Demandez donc aux Gens du Rappel si vous ne savez pas! (16:43)

Et Il dit également:
 
وَتِلْكَ الْأَمْثَالُ نَضْرِبُهَا لِلنَّاسِ وَمَا يَعْقِلُهَا إِلَّا الْعَالِمُونَ
 
Et ces exemples, nous les donnons aux gens mais seuls les savants les comprennent. (29:43)

Et Il dit au sujet des compagnons de Qârûn lorsqu'il sortit dans son bel apparat:
 
فَخَرَجَ عَلَى قَوْمِهِ فِي زِينَتِهِ قَالَ الَّذِينَ يُرِيدُونَ الْحَيَاةَ الدُّنْيَا يَا لَيْتَ لَنَا مِثْلَ مَا أُوتِيَ قَارُونُ إِنَّهُ لَذُو حَظٍّ عَظِيمٍ (79) وَقَالَ الَّذِينَ أُوتُوا الْعِلْمَ وَيْلَكُمْ ثَوَابُ اللَّهِ خَيْرٌ لِمَنْ آمَنَ وَعَمِلَ صَالِحًا وَلَا يُلَقَّاهَا إِلَّا الصَّابِرُونَ

Il sortit à son peuple dans son bel apparat.

Ceux qui voulaient la vie présente dirent (traduction rapprochée) :

"Si seulement nous avions comme ce qui a été donné à Qârûn! Il a certes eu une immense part!" *

Et ceux qui avaient reçu la science dirent (traduction rapprochée) :

"Malheur à vous! La récompense d'Allah est meilleure pour celui qui croit et agit pieusement! Et seuls les endurants la recevront." (28:79)
 

Et prends garde de vendre ta religion et ta vie pour un peu d'argent dérisoire et éphémère car ils ont certes gâché leurs vies et leur religion en courant derrière les groupes sectaires que ce soit une hizbiyyah fermée ou apparente.

Et la hizbiyyah fermée apparaîtra lors des élections.

Muhammad Al Mahdî dit:  Qui me convaincra que je suis un hizbi ? 

Et ainsi sont les autres...

Et les Frères musulmans ont gâché leurs vies et ont perdu la confiance des gens envers eux.

Et s'ils étaient revenus au Livre et à la Sunnah et avaient fait les efforts qu'ils font dans la course [aux groupes sectaires] pour appeller au Livre et à la Sunnah, tu aurais vu les communistes, les ba'this, et les nassériens abandonnés et méprisés.

Mais ce sont eux qui les ont reconnus, et à cause de cela, c'est devenu irréparable.

Puis, après ceci, nous les entendons dire:  Les Gens de la Sunnah nous ont abandonné ! 

Je dis: Est-ce que nous gâcherions notre religion et nos vies comme eux?

S'ils délaissent [leur faux] et se soumettent au Livre et à la Sunnah, les Gens de la Sunnah sont prêts à ne pas les abandonner.

Le prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم) a dit: 

« Le musulman est le frère du musulman, il n'est pas injuste envers lui, ne l'abandonne pas et ne le méprise pas. La piété (taqwâ) est ici. » en désignant sa poitrine à trois reprises. « Il suffit à la personne comme mal de mépriser son frère musulman. Tout le musulman est sacré au musulman: son sang, son bien et son honneur. » (1)

 

Qu'ils se soumettent donc au Livre et à la Sunnah et qu'ils disent: Nous mécroyons aux décisions du Conseil de sécurité!


Et aux décisions des Nations Unies et en la démocratie!

Et qu'ils soient véridiques en cela. Et nous seront avec eux une seule main contre les ennemis de l'Islam.

Quand à: Pourquoi ne nous brulons pas nous-mêmes car ils ont certes brulés, alors non!

Les gens n'ont eu confiance dans la da'wah des Gens de la Sunnah que parce qu'elle ne change pas !

(1) NdT: Rapporté par Muslim d'après Abû Huraïran 

 

(تحفة المجيب على أسئلة الحاضر والغريب) tome 1/88

 

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 12:17
Porter une amulette (main de Fatma, oeil...) même sans y croire

D'après Oqba Ibn 'Amir (qu'Allah l'agrée), le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

« Celui qui accroche une amulette a certes pratiqué l'association ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°492)

 

عن عقبة بن عامر رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم

من علَّق تميمةً فقد أشرَك

(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٤٩٢)

-Une amulette (تميمه - tamimah) est une chose que la personne va accrocher ou porter afin d'obtenir un bien ou être protégé ou guérie d'un mal.

 

-Le fait d'accrocher une amulette se divise en trois cas :

 

1-Si la personne l'accroche uniquement pour faire joli alors ceci est interdit car c'est une ressemblance vis-à-vis de ceux qui commettent l'association.

 

D'après Ibn Omar (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

 

« Celui qui ressemble à un peuple fait partie d'eux ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4031 et authentifié par cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

 

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

من تشبه بقوم فهو منهم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٣١ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

 

2-Si la personne l'accroche ou le porte en croyant que cette amulette est une cause pour que Allah lui accorde un bien ou le protège d'un mal sans qu'il ne soit confirmé ni dans la charia ni par expérience qu'il est une cause pour cela, alors la personne a commis de l'association mineure (Chirk Asghar).

 

3-Si la personne l'accroche ou le porte en croyant que c'est l'amulette elle même qui lui accorde un bien ou le protège d'un mal alors ceci est de l’association majeure (Chirk Akbar) qui fait sortir la personne de l'islam.

En effet l'auteur de cet acte aura mis cette amulette comme un égal à Allah qui est le seul a pouvoir procurer un quelconque bien et qui est le le seul qui peut protéger de tous les maux.

Accrocher des amulettes dans le seul but de décoration

Cheikh Sâlih Ash-Cheikh

 

Certaines personnes déclarent :

 

"J'accroche [ces amulettes] sans me figurer les significations qu'elles impliquent.

Ainsi, j'accroche telle chose pour décorer le voiture ou embellir la maison..."

 

comme le dit une petite minorité de personnes.

 

Nous leur répondons :

 

-Si vous suspendez ces choses en considérant qu'elles sont des causes permettant de repousser ou de dissiper un mal, alors il s'agit de polythéisme mineur

 

-Si vous les suspendez par simple souci de décoration, alors c'est interdit car il y a ressemblance avec ceux qui commettent le polythéisme mineur

 

Or le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

من تشبه بقوم فهو منهم 

"Quiconque imite un peuple en fait partie."

Rapporté par Ahmad et Abu Dawud

 

Extrait du Résumé du Commentaire de "kitab al tawhid" écrit par cheykh al Islam Muhammad ibnu 'Abdul Wahhab, commenté par cheikh Salih Al-Cheykh

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Unicité - التوحيد
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 11:35
L’avis juridique sur les anachids dits islamiques

Les chansons

 
Question : 
 
A son éminence cheikh 'Abdul-'Azîz Ibn Bâz. 
 
Salut d'Allah sur vous, ainsi Sa miséricorde et Sa bénédiction.
 
Quel est le regard de la religion sur la chanson ? 
 
Est-elle un péché, même si je ne l'écoute que par distraction ? 
 
Quel est le regard de la religion sur le fait de jouer d'un instrument de musique, ar-Rabâba (sorte de violon) et de chanter des chansons traditionnelles ? 
 
Est-il illicite de taper sur un tambour pendant les mariages ? 
 
J'ai entendu que c'était licite, mais je ne sais pas. Qu'Allah vous récompense et raffermisse vos pas.
 
Réponse :
 
Ecouter les chansons est un péché, un acte abominable et fait partie des causes des maladies des cœurs, de leur endurcissement et de leur rejet du rappel d'Allah et de la prière. 
 
La plupart des exégètes ont commenté la parole d'Allah le Très-Haut (traduction rapprochée) : 
 
«Et parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours » (Luqmân, v. 6) 
 
par les chansons. 
 
En effet, 'Abdullah ibn Mas'ud, qu'Allah l'agrée, jurait que les « plaisants discours » signifiaient la chanson. L'interdiction est encore plus sévère si la chanson est accompagnée d'instruments, comme ar-Rabâba, le violon, le luth et le tambour. 
 
Certains savants ont dit qu'il y avait un consensus sur l'interdiction de la chanson accompagnée d'instruments. 
 
Par conséquent, il faut s'en écarter. 
 
Le Messager d'Allah (salallahu 'alayhi wa salam) a dit : 
 
« Il y aura dans ma communauté des gens qui rendront licite l'adultère, la soie, le vin et les instruments de musique.»
(Bukhârî, 5590)
 
Je te conseille ainsi qu'à tous les musulmans donc, d'écouter la station de radio Al-Qur'ân al-Karîm et le programme Nûr 'ala ad-Darb, car ils sont d'une très grande utilité et t'éviteront d'écouter les chansons et les instruments de musique.
 
Concernant le mariage, il est permis de frapper le Duff (sorte de tambourin) et de chanter des chansons qui n'incitent pas au péché et ne font pas l'éloge du péché. 
 
Cela ne doit être fait que par les femmes au moment de la nuit pour annoncer le mariage, afin de différencier le mariage licite de la fornication, comme cela a été souligné dans la Sunna authentique. 
 
Par contre, il n'est pas permis de frapper le tambour (Tabl) pendant le mariage : on doit se restreindre seulement au Duff
 
Il n'est pas non plus permis d'utiliser les haut-parleurs pour annoncer le mariage, même si on chante des chansons permises à cause de ce que cela peut engendrer comme mal aux musulmans. Il n'est pas permis non plus que cela dure longtemps, mais un temps court suffit pour annoncer le mariage, car veiller tard empêche de se lever pour la prière du Fajr. Et ceci est un des grands péchés et un acte des hypocrites.
 

Cheikh Ibn Bâz, in Magazine ad-Da'wa, n°902, Chawâl 1403H.
 

trezr 
Les tambours et les chants dans les occasions

 

Question : 
 
Dans certaines occasions, nous utilisons les tambours accompagnés de chants islamiques, et nous passons une partie de la nuit comme ça. 
 
Mais une personne nous a réprimandés à ce sujet. 
 
Notre acte est-il répréhensible, c'est-à-dire l'utilisation des tambours et des chants, sachant que ces chants ne contiennent pas de paroles malsaines ? 
 
Informez-nous, qu'Allah vous récompense.
 
Réponse :
 
Je ne connais pas de texte autorisant l'utilisation des tambours et ce qui est évident dans les hadiths authentiques est qu'il est interdit d'en jouer, au même titre que les autres instruments de musique, comme le luth ou autre. 
 
Parmi les hadiths, il y a celui dans lequel le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit :

« Il y aura dans ma communauté des gens qui rendront licite la fornication, la soie, le vin les instruments de musique et les chansons (Ma'âzif). »
(Bukhârî, 5590)

et le terme  Ma'âzif comprend tous les instruments de musique et les chansons.

Revue des Recherches Islamiques, n° 38, p. 144, cheikh Ibn Bâz.

 
trezr
Les chansons islamiques (Anâchîd Islâmiyya)
 
Question :
 
Nous sommes conscients de l'interdiction des chansons aujourd'hui, en raison de leurs paroles vulgaires, obscènes et futiles, et l'utilisation des instruments de musique.

Nous sommes des jeunes musulmans dont Allah a éclairé les cœurs, et nous avons besoin d'un substitut. Nous avons alors choisi les chansons islamiques (
Anâchîd Islâmiyya) qui contiennent de l'exaltation, de l'émotion, ainsi de suite.

Ces 
Anâchîd sont sous forme de vers poétiques [...].

Quel est le regard de la religion sur ces 
Anâchîd islamiques qui ne contiennent que des paroles ferventes et de l'émotion, écrites par des prêcheurs contemporains et passés, et des paroles sincères qui décrivent l'islam et y invitent ?

Comme ces 
Anâchîd sont accompagnés du Duff (sorte de tambourin), est-il permis de les écouter ?

Je sais, et ma science est limitée, que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a permis de frapper du tambour la nuit du mariage.

Faites-nous profiter de votre science, qu'Allah vous guide vers ce qu'Il aime et agrée.

 


Réponse :

La réponse du Comité est la suivante : vous avez dit vrai quant à l'interdiction des chansons tels qu'on les connaît aujourd'hui, à cause de leurs paroles vulgaires et malsaines, sans aucun bien, mais qui sont plutôt source de distraction futile, et d'excitation des passions, des instincts charnels et de la perversion, qui pousse celui qui les écoute vers le mal.

Qu'Allah nous guide vers ce qu'Il agrée.

Il est donc permis de remplacer cela par des chants islamiques contenant des sagesses et des rappels qui incitent à la ferveur, à la défense de la religion, qui excitent les émotions islamiques, éloignent du mal et de ses causes, afin de pousser celui qui les écoute à obéir à Allah, à s'éloigner de Sa désobéissance, de la transgression de Ses limites, et incitent au  Jihâd dans la voie d'Allah.

Cependant, on ne doit pas prendre cela comme une habitude qu'on garde, mais on peut les écouter de temps en temps, dans des occasions comme le mariage, en voyage pour le  Jihâd dans la voie d'Allah et autre, ou quand il y a un découragement pour le bien, afin d'inciter les gens à faire le bien, et quand les âmes penchent vers le mal, afin de réprimer ce penchant et de les en écarter.

Mais il est préférable de lire une partie du Coran et un ensemble de rappels prophétiques authentiques, car c'est le meilleur moyen pour purifier les âmes, le plus sûr pour apaiser les cœurs.

Allah, le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :

« Allah a fait descendre le plus beau des récits, un livre dont [certains versets] se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui craignent leur Seigneur frissonnent [à l'entendre] ; puis leur peau et leur cœur s'apaisent au rappel d'Allah. Voilà [le Livre] guide d'Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais quiconque Allah égare n'a point de guide. » (Az-Zumar, v.23)

et  (traduction rapprochée) :

« Ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l'évocation d'Allah. N'est-ce point par l'évocation d'Allah que se tranquillisent les cœurs ? * Ceux qui croient et font de bonnes œuvres, auront le plus de bien et aussi le meilleur retour. » (Le Tonnerre, v. 28-29.)
 
Le quotidien des Compagnons et leur préoccupation étaient d'accorder la plus grande importance au Livre d'Allah et à la Sunna du Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, en les étudiant, en les apprenant par cœur et en les mettant en pratique.

Mais ils avaient des refrains ou des phrases courtes qu'ils déclamaient par exemple, lors du creusement de la tranchée autour de Médina, la construction de la mosquée, dans le Jihâd et d'autres circonstances, sans que cela soit leur devise et sans leur consacrer toutes leurs préoccupations et tous leurs soins, mais seulement pour réconforter leurs âmes et raviver leurs sentiments.

Par contre, le tambour et tout autre instrument de musique ne doivent pas accompagner ces chants, car le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, et ses Compagnons ne l'ont pas fait.

C'est Allah Qui guide vers le droit chemin et prières et salut d'Allah sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.

Le Comité Permanent de l'Ifta, Fatâwâ Islamiya (4/532-534).

Remarque : 

Bien que cette fatwa est en apparence, moins radicalement défavorable aux Anashid, nous espérons que les lecteurs sauront relever toutes les nuances qu'apporte le Comité Permanent de l'Ifta, et la différence entre ce que le Comité autorise et ce que les gens font aujourd'hui, qui est comme la différence entre la nuit et le jour !

 

trezr
Un mot sur les Anashîd islamiques

Cheikh Nasiruddin Al-Albâni - rahimahullah - a écrit dans son livre Tahrîm آlât it-Tarb (l'interdiction des instruments de musique), p. 181 :

«  Un mot sur les Anashîd islamiques

Il ne me reste, pour conclure ce livre qui sera utile - si Allah le veut - qu'à dire un mot sur ce qu'on appelle les Anashîd islamiques ou les « chants religieux », en disant :
 
Au chapitre 7, nous avons montré les formes de poésie qui étaient autorisées de chanter et celles qui ne l'étaient pas, comme nous avons montré que tous les instruments de musique sont interdits sauf le Duff, pour les femmes, à l'occasion des fêtes et des mariages.
 
Dans ce dernier chapitre, nous disons qu'il n'est autorisé de se rapprocher d'Allah (ou de L'adorer) que de la manière qu'Il a prescrite, donc, comment peut-on se rapprocher de Lui de la manière qu'Il a interdite ?

C'est suivant cette règle que les savants ont interdit le chant des soufis, et qu'ils ont réprouvé avec encore plus de vigueur celui qui les considère comme licites.

Si le lecteur garde à l'esprit ce principe solide, il lui apparaîtra clairement qu'il n'y a aucune différence entre les raisons de l'interdiction des chants soufis et les raisons de l'interdiction des  Anashîd.

Mais en réalité, ils se trouvent dans ses  Anashîd un autre défaut, qui est qu'ils se chantent à la manière des chants interdits : ils se jouent selon les règles musicales arabes ou occidentales qui divertissent les auditeurs, les font danser, et leur font perdre la maîtrise d'eux-mêmes. Donc, le but ici est de chanter et se divertir et non pas le chant en lui-même.

Ceci constitue une nouvelle infraction (à la  Sharî'a), qui est le fait de vouloir ressembler aux mécréants et aux débauchés.

Et à la suite de cela, il se produit une autre infraction, qui est de leur ressembler dans leur rejet du Coran et le fait qu'ils s'en détournent ; ils entrent ainsi dans le sens général de la plainte du Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, à prpos de son peuple (Quraysh), comme Allah le dit (traduction rapprochée) :

« Et le Prophète a dit : «  Seigneur, mon peuple s'est détourné de ce Coran... ».

Et je me rappelle parfaitement, lorsque j'étais à Damas, deux ans avant que je ne m'exile ici (à Amman), que certains jeunes musulmans se mirent à chanter des  Anashid dont les paroles étaient saines, dans l'intention de contrer les chants soufis tels que les poèmes de Bussayri (contenant des paroles de Kufr) et autres, et ils enregistrèrent cela sur cassettes, et il ne se passa que peu de temps jusqu'à ce qu'ils se mirent à accompagner leurs chants du Duff !

Et au début, on ne les écoutait que dans les mariages, selon le principe que le  Duffn'est autorisé que dans les mariages.

Puis, les cassettes se diffusèrent et elles furent copiées, et on se mit à les écouter dans de nombreux foyers, et les gens commencèrent à les écouter nuit et jour, dans les fêtes et en dehors des fêtes.

Et ceci devint leur distraction et leur habitude, et cela ne se produisit que par la force des passions, et l'ignorance des ruse de Satan.

Ces chants les détournèrent et ils n'accordèrent plus d'importance au Coran et ne l'écoutèrent plus, sans parler du fait de l'étudier, et ils s'en détournèrent comme c'est cité dans le verset au sujet duquel Al-Hâfidh Ibn Kathîr a dit dans son Tafsîr (3/317) :

« Allah dit, à propos de Son Prophète, prière et salut d'Allah sur lui (traduction rapprochée) :

« Et le Prophète a dit : « Seigneur, mon peuple s'est détourné de ce Coran... »,

car les polythéistes n'entendaient pas le Coran et ne l'écoutaient pas, comme Allah dit (traduction rapprochée) :

« Et ceux qui ont mécru ont dit : « N'écoutez pas ce Coran et distrayez-vous en... » ;

et lorsqu'un verset était récité, ils faisaient davantage de vacarme et discutaient, pour que personne n'écoute, et ceci est parmi leurs actes de rejet (du Coran), et de manque de foi en lui ; et le fait qu'ils n'y croyaient pas fait partie de leur rejet, et le fait de ne pas le méditer et de ne pas chercher à le comprendre fait partie de leur rejet, le fait de ne pas l'appliquer fait partie de leur rejet, le fait de ne pas s'abstenir de ses interdits et de ne pas appliquer ses ordres fait partie de leur rejet, et le fait d'y renoncer pour (se tourner vers) la poésie, les propos, les chansons, les divertissements ou les discussions ou d'autre formes, fait partie de leur rejet. 

Je demande à Allah le Généreux, Celui Qui accorde toute chose, Celui Qui est Capable de ce qu'Il veut, de nous éloigner de tout ce qui provoque Sa colère, et qu'il m'utilise dans ce qui Le satisfait, comme le fait de préserver et retenir Son Livre et le comprendre, et de l'appliquer, jour et nuit, de la manière qu'Il aime et qui Le satisfait.

Il est certes Généreux et Celui Qui accorde. »

Cheikh Muhammad Nasiruddîn Al-Albânî, rahimahullah.
Amman, 28/6/1415 (1995 environ)

Allah est le Plus Savant, et la prière et salut d'Allah sont sur notre Prophète, sur sa famille et sur ses Compagnons.

Article tiré du site des éditions Anas<...
copié de salafs.com
 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

 Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Distraction - musique - image - sport et internet
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 11:25
La quantité d’eau utilisée par le prophète صلى الله عليه وسلم pour le lavage

D'après abi Ja'far ibn 'Ali ibn al Housseïn ibn 'Ali ibn abi Taleb qui était lui et son père chez Jâbir ibn 'AbdAllâh رضي الله عنهم alors qu'il y avait chez lui des gens qui l'ont interrogé sur le Ghoussoul.


Alors (Jâbir) dit : «Il vous suffit d'1 Sâ'». 

Un des hommes dit : «Cela ne me suffit pas». 

Et Jâbir dit : «Elle suffisait à une personne qui avait plus de poils que toi et qui était mieux que toi (dans la religion)». 

Puis il (Jâbir) guida la prière en portant le vêtement (le izâr)".  

 

عن أبي جعفر محمد بن علي بن الحسين بن على بن أبي طالب رضي الله عنهم أنه كان هو وأبوه عند جابر بن عبد الله وعنده قوم ، فسألوه عن الغسل

فقال : يكفيك صاع

فقال رجل : ما يكفيني

فقال جابر : كان يكفي من هو أوفى منك شعراً ، وخيراً منك – يريد النبي صلى الله عليه وسلم - ثم أمنا في ثوب


Dans une autre version :  

 

"Le Prophète صلى الله عليه وسلم faisait écouler de l'eau 3 fois sur sa tête (montrant que cela était suffisant)."

 

 كان النبي صلى الله عليه وسلم يُفرغ الماء على رأسه ثلاثاً

 

(...)

trter

Compréhension
(résumé)


"...des gens qui l'ont interrogé sur le Ghoussoul..."

Il s'agit de Al-Hassan ibn Mouhammad ibn 'Ali abi Talab, son père c'est Mouhammad Al-Hanafi.

« ...Elle suffisait à une personne ... qui était mieux que toi (dans la religion) ...»

C'est à dire une personne qui avait encore plus de motivation pour la perfection de sa purification et de sa religion, il s'agit donc du Prophète صلى الله عليه وسلم.


"Puis il (Jâbir) guida la prière en portant le vêtement (le izâr)"

C'est à dire pour la Salaat, comme pour prouver que si on se purifiait avec un Sa', ceci équivaut à une purification complète et parfaite.

trter

Conclusion


1-  L'obligation du Ghoussoul en cas de Janaba : 

C'est le fait de verser de l'eau et de la laisser couler sur tous les membres du corps. 

Lorsqu'il a accompli cela, alors il s'est acquitté de son obligation. 

2-  L'auteur de "
Bidaya al Moujtaihd" a dit : 

«De ce hadith on ne tire pas la preuve que le Prophète
صلى الله عليه وسلم se frottait ou non».

3-  Le «Sa'» (environ 3 litres) qui équivaut à 4 Moudh suffit pour le Ghoussoul en cas de Janaba.

Ibn Daqiq La'id a dit : «Ceci ne signifie pas que c'est une quantité limitée». 

En effet d'autres Hadiths donnent d'autre quantités [il faut la comprendre comme une quantité minimum entre 3 et 10 litre], et ceci varie, et Allâh est plus Savant, selon la situation dans le temps et dans le lieu ; la quantité d'eau présente: moindre ou abondante ; Le voyage ou bien la sédentarité..

4-  Il est préférable de ne pas gâcher l'eau pour le lavage (Ghoussoul).

5-  Il est mauvais de s'éloigner de la tradition du Messager d'Allâh 
صلى الله عليه وسلم.

Tayssir al 'Allam charh 'Oumadatoul Ahkam
تيسير العلام شرح عمدة الأحكام
Publié par sounnah.free.fr

بيـان مقـدار المـاء الذي يكـفي للغسل من الجنـابة

عَنْ أبي جَعْفَر مُحَمَدِ بْنِ عَلِىِّ بْنِ الْحُسيْنِ بْنِ عَلِي بْنِ أبيِ طَالِب رَضِىَ الله عَنْهُمْ أنَّهُ كَانَ هُوَ وَأبُوهُ عنْدَ جَابِرِ بْنِ عَبْدِ الله وَعِنْدَهُ قَوْمٌ، فسألوه عَنْ الْغُسْلِ

فَقَالَ: يَكْفِيكَ صَاعة 
فَقَالَ رَجُلٌ: مَا يَكْفِيني. فَقَال جَابر: كَانَ يَكْفِى مَنْ هُوِ أوْفَرُ مِنْكَ شَعَراً وَخَير مِنْكَ- يُريدُ رَسُولَ اللهَ صلى الله عليه وسلم- ثُمَّ أمَّنَا في ثوْبٍ

وفي لفظ : كَانَ النبي صلى الله عليه وسلم  يُفرِغ المَاءَ عَلى رَأسِهِ ثَلاثَا
قال المصنف: الرجل الذي قال: " مَا يَكفينِي" هو الحسن بن محمد بن علي بن أبي طالب رضي الله عنه، أبوه محمد بن الحنفية
 المعنى الإجمالي

: كان أبو جعفر وأبوه عند الصحابي الجليل جابر بن عبد الله وعنده قوم، فسأل القوم جابرا عما يكفى من الماء في غُسل الجنابة فقال: يكفيك صاع
وكان الحسن بن محمد بن الحنفية مع القوم عند جابر، فقال: إن هذا القدر لا يكفيني للغسل من الجنابة
فقال جابر: كان يكفى من هو أوفر وأكثف منك شعراً، وخير منك، فيكون أحرص منك على طهارته ودينه- يعنى النبي صلى الله عليه وسلم
ثم بعد أن اغتسل بهذا  الصاع أمَّنَا في الصلاة، مما يدل على أنه تطهر بهذا الصاع الطهارة الكافية

ما يؤخذ من الحديث

1- وجوب الغسل من الجنابة، وذلك بإفاضة الماء على العضو، وسيلانه عليه. فمتى حصل ذلك تأدى الواجب
2- قال في بداية المجتهد، لا يستدل به على لزوم الدلك ولا على عدمه
3- أن الصاع الذي هو أربعة أمداد، يكفى للغسل من الجنابة. قال ابن دقيق العيد: وليس ذلك على سبيل التحديد ، فقد دلت الأحاديث على مقادير مختلفة، وذلك والله أعلم- لاختلاف الأوقات أو الحالات، كقلة الماء وكثرته، والسفر والحضر
4- استحباب التخفيف في ماء الطهارة
5- الإنكار على من يخالف سنة النبي صلى الله عليه وسلم

 

Cheikh ‘Abdullâh Ibn ‘Abder-Rahmân al-Bassâm - الشيخ عبد الله البسام

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Purification - طهارة