compteur de visite

Catégories

8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 02:07
L'interdiction à la femme de s’interdire de se marier, après le décès de son époux

Question : 

 
Est-il permis à une femme de s'interdire de se marier après le décès de son premier époux ?

Et est-il permis à un homme d'interdire à son épouse de se marier avec un autre homme s'il décède avant elle ?  
 
Réponse : 
 
Il n'est pas permis à une femme de s'interdire le mariage après le décès de son mari, et il n'est pas permis à l'époux d'interdire à sa femme de se remarier après son décès.
 
Car cela fait partie des particularités des femmes du prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui).

Il n'est pas permis à son mari de lui interdire de se remarier après lui, et s'il le fait, elle n'est pas obligée de lui obéir d'après la parole du prophète

« certes l'obéissance est dans le convenable »
 
Et c'est d'Allah que vient le succès, que la prière d'Allah soit sur notre prophète Mohamed, sa famille et ses compagnons ainsi que le salut
 
Page 7, tome 18, fatwa numéro : 12 712
copié de fatawaislam.com
 
Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mort et funérailles - الموت والجنازة
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 01:58
L'islam se résume en 2 règles très importantes

Sache frère en islam que l'islam se résume en 2 fondements, 2 belles regles, 2 principes (tres ) importants :

 
-Nous n'adorons qu'ALLAH-soubhanahou wa teala- l'unique et sans associés.

ALLAH dit ( sens du verset ) " 
 
Dis: "Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous: que nous n'adorions qu'Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d'Allah". Puis, s'ils tournent le dos, dites: "Soyez témoins que nous, nous sommes soumis". s 3 v 64


" Et ton Seigneur a décrété: "N'adorez que Lui ..." s 17 v 23.

(Cette premiere règle est ) le sens de la première partie de l'attestation de foi qui est " Ach-hadou ala ilaha il lah" .

 

-Nous n'adorons ALLAH qu'avec ce que lui même a légiféré dans son livre le coran ou bien dans la sounnah de son messager Mouhamed -prières et bénédiction d'Allah sur lui-, donc nous n'adorons pas ALLAH avec les innovations ( en religion) ou bien avec les passions ( hawa).

ALLAH Dit ( sens du verset ) :

"Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d'autres alliés que Lui. Mais vous vous souvenez peu. "s 7 v 3.

" Prenez ce que le Messager vous donne; et ce qu'il vous interdit, abstenez-vous en; et craignez Allah car Allah est dur en punition"

( cette 2ème règle ) est le sens de la deuxième partie de la chahada qui est " ach hadou ana Mouhamadou rassouloulah "

Extrait : De QAWOULOU L-MOUFID FI ADILATI TAWHID - p 37-38. 
Trauction: Mounib AL-Qomori
copié de hadith.be
 
Cheikh Mouhamed Ibn Abdelwahab Al-Wassabee - الشيخ محمد بن عبد الوهاب الوصابي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Unicité - التوحيد
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 20:19
Le mari peut-il obliger sa femme à allaiter son bébé ?

L'allaitement est une chose certifié par le Livre d'Allâh, la Tradition et le consensus des musulmans.


L'allaitement est une obligation pour la femme selon l'avis de plusieurs savants, lorsque la femme est capable de le faire.

C'est un droit de la femme, et il n'est pas permis au mari d'interdire à sa femme d'allaiter si elle ne craint rien pour son enfant ou pour elle.

Mais si elle est malade, Allâh - Ta'ala - dit (traduction rapprochée) : 

« La mère n'a pas à subir de dommage à cause de son enfant. » [1]

Cela est aussi obligatoire pour autre que la mère, lorsqu'elle n'est pas capable de le faire, et qu'une autre peut allaiter - (comme la règle le dit) - et la chose qui permet de réaliser une obligation devient elle-même obligatoire [2].

Ibn Qoudâma al-Maqdissî (rahimahullâh) dit que l'allaitement doit être pris en charge par le père seul.

Qui ne doit donc pas obliger la mère à allaiter son bébé, qu'elle soit une femme aux origines simples ou nobles, qu'elle soit liée avec lui par les liens du mariage ou répudiée.

Concernant la femme répudiée, personne, à notre connaissance, ne considère qu'il soit de son devoir d'allaiter le bébé.

C'est aussi l'avis qui prédomine chez nous (les hanbalites) en ce qui concerne la femme qui est encore avec son mari.

C'est aussi l'avis de ath-Thawrî, ach-Châfi'î et d'autres jurisconsultes.

Ibn Abî Laylah et al-Hassan Ibn Sâlih soutiennent, au contraire, que l'homme peut obliger sa femme àallaiter son bébé.

C'est aussi l'avis de Abû Thawr et celui que l'on trouve dans une des versions rapportée par Mâlik, s'appuyant sur la Parole d'Allâh - Ta'âla (traduction rapprochée) : 

« Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets. » [3]

Mais l'opinion connue de Mâlik est que la femme qui a de nobles origines, et dont les semblables n'ont pas pour habitude d'allaiter, ne doit pas être contrainte à le faire.

Si par contre, elle fait partie des femmes qui ont comme habitude (traditionnelle) d'allaiter, alors on a le droit de l'y obliger.

Qu'il nous suffise, dit Ibn Qudâma, de lire la Parole d'Allâh - Ta'âla 
(traduction rapprochée) 

« Et si vous rencontrez des difficultés réciproques, alors, une autre allaitera pour lui. » [4]

Les savants de Lajnah ad-Dâ-ima sont d'avis qu'il est obligatoire à la femme de préserver l'allaitement pour son enfant et les moyens d'assurer sa bonne santé.

Et qu'il ne suffit pas simplement de lui donner du lait normal en compensation de cela, alors que la femme peut allaiter [5].

Certains jurisconsultes soutiennent qu'il y a unanimité des jurisconsultes sur le fait que l'allaitement est obligatoire pour la femme de religion [6].

 

[1] Coran, 2/233
[2] Al-Mawssou'at ul-Fiqiyyah al-Mouyassarah, 1/957-958
[3] Coran, 2/233
[4] Coran, 65/6
[5] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-'Ilmiyyah wal-Iftâ, 21/7
[6] Al-Fiqh al-islâmî wa Adillatuh, 10/7274

 

copié de manhajulhaqq.com

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 01:01
Le sens d'Al 'Azîz (العزيز)

Louange à Allâh, nous Le louons, cherchons Son aide et Son pardon. Nous cherchons refuge auprès d'Allâh contre lemal de nos âmes et des pires de nos actions.

Quiconque Allâh guide, personne ne peut l'égarer et quiconque Allâh égare, personne ne peut le guider.
J'atteste que nul n'a le droit d'être adoré en dehors d'Allâh, seul, sans associé et j'atteste que Muhammad est Son serviteur et messager.

 
Suite à quoi :
 
Ayant pour objectif d'actualiser le sens de la parole d'Allâh le Très-Haut (traduction rapprochée) :

« Et je n'ai créé les Jinns et les Hommes que pour qu'ils m'adorent » (51 :56)

Nous vous présentons le sens des plus beaux Noms d'Allâh
 
Car ce qui est désiré, suite à la compréhension et l'application du Tawhîd, c'est que le musulman adore Allâh avec savoir et compréhension et avec une connaissance ferme de Ses Noms et Attributs.
 
Il est certain qu'atteindre ce type de savoir et d'action requiert étude et dévotion et ce n'est pas quelque chose qui peut être appris et expliqué en dix minutes ou moins, puisque nous vivons une époque ou les shubuhât (ambiguïtés) ont augmenté, le savoir a été élevé et l'ignorance s'est répandue, les prêcheurs (duât) vers tout sauf le Tawhîd des messagers se sont multipliés et les méthodologies différentes de celle des prophètes se sont accrues et sont largement répandues.
 
Donc, c'est un devoir pour le musulman de se dévouer à la connaissance des Magnifiques Noms d'Allâh, de comprendre leurs significations, comment ils sont présentés dans le Qur'ân et les multiples effets et avantages d'avoir foi en ces noms.

Et c'est ce qui construira la Ummah et renforcera ses fondations, si Allâh le veut.
 
Parmi ces noms, figure « al-'Azîz ».
 
  • LE SENS LINGUISTIQUE
 
Le mot « al-'izz », à l'origine, signifie « force » (quwwah), « sévérité » (shiddah) et « conquête » (ghalabah).   (traduction rapprochée) 

« Et c'est a Allâh qu'appartient toute la 'izzah » (63 :8)

signifie que c'est à Lui qu'appartiennent la force, la puissance (c-à-d. al-'izzah) et la domination (al-ghalabah). Et il est dit : « rajulun 'azîz », c'est-à-dire celui qui est invincible, qui ne peut être dominé ou surpassé.
 
  • SA PRESENCE DANS LE QUR'ÂN
 
Le mot al-'Azîz est mentionné 92 fois dans le Qur'ân.

Parmi elles  (traduction rapprochée) :

« Et sache qu'Allâh est Puissant et Sage » (2 :260)
« Et, Allâh est Puissant, Détenteur du pouvoir de punir. » (3 :4)
« Et ton Seigneur, c'est en vérité Lui le Tout Puissant, le Très Miséricordieux. » (26 :68)
« Allâh est, certes, Puissant et Pardonneur » (35:28)
« Telle est la détermination du Tout-Puissant, de l'Omniscient » (36 :38)
« Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre eux, le Puissant, le Grand Pardonneur. » (38 :66)
« à qui ils ne leur reprochaient que d'avoir cru en Dieu, le Puissant, le Digne de louange » (85 :8).

 
  • LE SENS DE CE NOM CONCERNANT ALLÂH
 
Qatâdah dit : « Al-'Azîz, signifie dans Sa vengeance, quand Il cherche sa revanche. » (at-Tabarî 28/36)
 
At-Tabarî dit : « Al-'Azîz, [signifiant] sévère dans Sa vengeance envers Ses ennemis contre qui Il se venge ».
Et il a dit : « Al-'Azîz, dans Sa vengeance envers ceux contre qui Il se venge, et personne n'est capable de repousser cela pour eux. » (Jâmi' ul-Bayân 7/90, 28/36)
 
Ibn Kathîr dit : « al-'Azîz signifie celui qui surpasse toute chose de telle sorte qu'Il l'assujettisse, et Il vainc toute chose... » (Ibn Kathîr 4/343)
 
Al-Qurtubi dit : « Al-'Azîz signifie l'Invincible, Celui qui ne peut être atteint ou vaincu. »
 
Ibn Kaisân dit : « Al-'Azîz, son sens est Celui qui ne peut être vaincu, et la preuve est  (traduction rapprochée) :

« Et rien, dans les cieux ni sur terre ne saurait réduire l'autorité d'Allâh. Car Il est certes Omniscient, Omnipotent. » (35 :44)
 
Al-Kasâ'î dit : « Al-'Azîz [signifie] Celui qui remporte la victoire, le Victorieux (al-Ghâlib), et ceci découle de la parole du Très-Haut « et il m'a vaincu dans la parole. » (38 :23)
Et il dit également : « Al-'Azîz signifie Celui sans égal, et son explication est « Il n'y a rien qui Lui ressemble. » (Al-Qurtubi 2/131, Fath ul-Qadîr 5/208 et d'autres)
 
Al Halîmî dit : « Al-'Azîz signifie Celui [dont le Statut] ne peut être atteint, qu'il n'est pas possible de contraindre... » (al-Minhâj 1/95)
 
As-Sa'dî dit : « Al-'Azîz, Celui a qui appartient toute la 'izzah (l'honneur et le pouvoir), l'honneur de la puissance (quwwah), honneur de la conquête et de la domination (ghalabah), l'honneur de la retenue (imtinâ'), donc Il a refusé que quiconque atteigne Son niveau et il a subjugué toute chose dans l'existence, la création entière s'est soumise a Lui et s'est humiliée devant Sa grandeur ('adhamah). » (Taysîr ul-Karîm ar-Rahmân 5/300-301)
 
Et c'est aussi ce qui a été rendu sous forme poétique par ibn ul-Qayyim dans sa Nûniyyah :
 
Et Il est al-'Azîz [dont le statut] ne peut être atteint (c-à-d. être vaincu)
Comment peut-Il être atteint, le Détenteur de toute Puissance ?
Et Il est al-'Azîz, l'Irrésistible (al-Qâhir), le Dominateur (al-Ghallâb)
Rien ne Le surpasse, voici donc deux caractéristiques
Et il est al-'Azîz, ayant la Force (quwwah) et ceci est Sa description.
Al-'izz a donc trois sens
Et ceux-ci ont été rendus parfaits pour Lui, dénué soit-Il de toute imperfection.
En tout angle, Celui qui est dénué de toute déficience.
 
Donc, se basant sur tout ceci le sens de ce nom a quatre aspects :
 
1- Al-'Azîz ayant le sens d'Invincible, qui ne peut être terrassé.
2- Al-'Azîz ayant le sens d'Irrésistible, qui ne peut être dominé ni subjugué.
3- Al-'Azîz ayant le sens de Fort, (Qawiyy) et Sévère (Shadîd).
4- Al-'Azîz dans le sens qu'Il est extrêmement précieux et que rien ne L'égale, ni ne lui ressemble.
 
  • LES EFFETS DE LA FOI EN CE NOM
 
- Avoir foi en ce nom pousse a avoir du courage et de l'audace, car l'on sait que son Seigneur ne peut être empêché et Son ordre (ou affaire) ne peut être repoussé, tout ce qu'Il veut se réalise, même si les gens le veulent autrement ; et tout ce qu'Il ne veut pas ne pas ne se réalisera pas, même si les gens le voulaient. Et tout ceci est amplement illustré dans les histoires des prophètes mentionnées dans le Qur'ân.
On peut se référer à la sourate 36 dans laquelle le nom al-'Azîz est continuellement répété, suivant l'histoire de chaque prophète.
 
- Celui qui est 'Azîz, c'est-à-dire dans sa force, puissance et honneur dans ce monde et l'au-delà est celui qui a été rendu fort et à qui l'honneur et le pouvoir ont été accordés par Allâh.  (traduction rapprochée)
 
Dis : « Ô Allâh ! Maître de l'autorité absolue. Tu donnes l'autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l'autorité à qui Tu veux ; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent. » (3 :26)
 
D'où, quiconque désire l'honneur et la puissance (al-'izzah), qu'il les cherche auprès d'Allâh.   (traduction rapprochée) 

« Quiconque veut la puissance (qu'il la cherche auprès d'Allâh) car la puissance tout entière est à Allâh » (35 :10)

Et ceci signifie que quiconque souhaite avoir de l'honneur dans cette vie et la prochaine, il doit obéir a Allâh et son Messager, et ceci lui permettra d'atteindre cela, car c'est a Allâh qu'appartiennent ce bas monde et l'au-delà, et c'est a lui qu'appartient toute la puissance et l'honneur.

Et cela diffère pour ceux qui cherchent l'honneur par d'autres moyens, parmi les mécréants, tels les Juifs, Chrétiens, païens, alors qu'ils montrent de l'inimitié envers les croyants, Allâh, Sa sharî'ah, et sa religion, comme Allâh le dit  (traduction rapprochée) :

« ceux qui prennent pour alliés des mécréants au lieu des croyants, est-ce la puissance qu'ils recherchent auprès d'eux ? (En vérité) la puissance appartient entièrement à Allâh » (4:139)
 
Donc, avec la grandeur de l'obéissance, l'honneur s'accroît. Les personnes les plus honorables sont les prophètes et ensuite ceux quiles suivent parmi les croyants, ceux qui suivent leur voie.
 
- Le nom al-'Azîz est souvent connecté au nom ar-Rahîm comme dans la sourate ash-Shu'arâ (26) et d'autres. Donc Allâh est 'Azîz (fort, sévère) dans sa miséricorde (Rahmah) et Rahîm (miséricordieux, gentil) en son Honneur, Pouvoir, Force et Puissance ('Izzah) et ceci est la perfection incarnée.
 
- Parmi les causes de l'honneur ('izzah), il y a le pardon et l'humilité.
Selon abu Hurayrah, le Messager d'Allâh a dit :

« La charité n'a jamais diminué quoique ce soit de la richesse de quelqu'un, et Allâh n'augmente une personne qui pardonne qu'en honneur. Et nul ne se montre humble devant Allâh sans qu'Allâh ne l'élève. »
(Muslim 2588 et at-Tirmidhî 2097)
 
De cela découle que quiconque pardonne à quelqu'un alors qu'il a la capacité de se venger, deviendra grand dans les cœurs des gens dans ce bas monde ou dans l'au-delà, dans le sens que sa récompense sera énorme. Et quiconque montre de l'humilité, cherchant a se rapprocher d'Allâh, et pas pour un autre but, alors Allâh l'élèvera parmi les gens et élèvera son statut.
 
- Allâh, Béni et Exalté soit-Il, a nommé son Livre « al-'Azîz » lorsqu'Il dit  (traduction rapprochée) :

« Ceux qui ne croient pas au Rappel [le Coran] quand illeur parvient... alors que c'est un Livre puissant [inattaquable] ; le faux ne l'atteint [d'aucune part], ni par devant ni par derrière : c'est une révélation émanant d'un Sage, Digne de louange. » (41 :41-42)

Qatâdah dit : « Allâh l'a renforcé et honoré, puisque c'est Sa parole, et Il l'a sauvegardé contre le faux. » (at-Tabarî 24/79)
 
Traduction approchée Ahmadou Ismaila Dawa
copié de alminhadj.fr
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Unicité - التوحيد
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 00:53
Incitation à la sincérité et à la gestion du temps
Al-Bukhari a dit : [...] 'Umar rapporte du Prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a dit : 
 
"Les actes valent par l'intention.
Chaque homme sera rétribué en fonction de son intention.
Celui qui émigre pour Allah et son messager, aura émigré pour Allah et son messager.
Mais quiconque émigre pour un intérêt matériel ou pour épouser une femme, son émigration lui sera comptée comme telle."
 
Je vous conseille dons chères soeurs - et je suis la première concernée - de craindre Allah, en secret comme en public, de faire en sorte que vos actes soient sincèrement voués à la noble Face d'Allah, de ne pas accomplir d'actes par ostentation ou par vantardise, et de vous conformer à notre religion car nous serons interrogées pour nos actes devant Allah.
 
Ainsi, dans les 2 recueils authentiques d'Al-Bukhari et Muslim, on trouve d'après 'Adiyy ibn Hatim que le Prophète a dit : 

"[Le jour dernier] Allah parlera à chacun d'être vous sans interprète.
Le serviteur regardera alors à sa droite et ne verra que ses actes.
Il regardera ensuite à gauche et ne verra que ce qu'il a accompli.
Il regardera enfin devant lui et ne verra que l'enfer lui faisant face.
Craignez donc l'enfer, serat-ce en ne donnant en aumône qu'une moitié de datte."
 
(Il y a dans ce hadith une incitation dans l'accomplissement des bonnes oeuvres et une mise en garde contre le fait de commettre des péchés.)
 
La crainte est un terme global qui désigne l'obéissance à allah et à son messager.
 
Allah  عز و جل  a dit (traductions rapprochées) : 

"Pensiez-vous que Nous Vous avons créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ?" S Al-Mu'minun V115
 
"Ce n'est pas par divertisseent que Nous avons créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux. Nous ne les avons créés qu'en toute vérité. Mais la plupart d'entre eux ne savent pas." S Ad-Dukhan V38-39
 
"Nous n'avons créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux qu'en toute vérité et [pou] un terme fixé. Ceux qui ont mécru se détournent de ce dont ils ont été avertis." SAl-Ahqâf V3
 
"Nous n'avons pas créé le ciel et la terre et ce qui existe entre eux en vain." S Sâd V27
 
"Et nous n'avons créé les cieux et la terre, et ce qui est entre eux que pour une juste raison. Et l'Heure [sans aucun doute] arrivera ! Pardonne-leur donc d'un beau pardon." S Al-Hijr V85
 
Ces preuves indiquent de façon claire qu'Allah  عز و جل  créé les cieux et la terre pour établir la religion et l'Unicité d'Allah  عز و جل.
 
De plus, Allah  عز و جل  nous a chargés d'une mission importante en disant (traduction rapprochée) 

"Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent." S.Adh-Dhâriât V56
 
L'adoration (Al-I'badah) d'un point de vue linguistique désigne l'humilité et l'asservissement.
On dit d'un chemin qu'il est mu'abbad c'est à dire asservi.
 
D'un point de vue religieux, Cheikh Al-Islam l'a défini : "C'est un terme englobant tout ce qu"Allah aime et agrée, qu'il s'agisse de parole ou d'actes, apparentes ou cachés."
 
Allah  عز و جل  a dit :
 

"Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en oeuvre, et c'est Lui le Puissant, le Pardonneur."  S. Al-Mulk V2

 
Or, nous nous comportons comme si nous avions été créées pour ce bas monde, pour manger, boire et s'amuser.
 
Ainsi, nous n'avons pas accompli ce qu'Allah attends de nous.
 
Bien au contraire, nous nous ruons vers Sa désobéissance.
 
Que ce bas monde ne nous distraie donc pas, car la vie est très courte.
 
A ce propos, les vers suivants sont très pertinents : 
 
La vie est bien trop courte
Pour la gaspiller dans les comptes
Profitez donc de ses heures (dans l'obéissance d'Allah)
Car elles sont aussi éphémères que les nuages 

Extrait Conseils aux femmes musulmanes
 
Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 00:15
Celui qui jette une bouchée de nourriture
Question :
 
On a demandé au cheikh :
 
«Certaines personnes jettent une partie de la nourriture par terre lorsqu'elles voient qu'on les regarde, par peur du mauvais œil.
 
Quelle loi religieuse s'applique à cela ?»
 
Réponse : 
 
Il a répondu, qu'Allah le protège :
 
«Cette croyance est fausse et elle est contraire à la parole du Prophète (sallallahou 'alaihi wa salam), prière et salut d'Allah sur lui :
 
« Lorsqu'une bouchée de nourriture tombe des mains de l'un d'entre vous, qu'il la nettoie et la mange. »  
Muslim, chapitre des boissons, n°2034


Fatâwâ-l-'Aqîda, page 233
copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Aliments et boissons - الأطعمة والأشربة
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 23:52
Les relations avant le mariage
Question :
 
Quelle est le point de vue de l'islam concernant les relations prémaritales ? 
 
Réponse :
 
Si le questionneur veut dire par là "avant le mariage", et ce, avant la consommation du mariage mais après le contrat, alors il n'y a aucun mal dans de telles relations puisqu'elle est son épouse en vertu du contrat, même s'ils n'ont pas convenablement consommé le mariage.

Cependant, si ces relations se déroulent avant le mariage, comme pendant la période d'engagement ou autre, alors de tels contacts sont interdits et non permis.

Il n'est pas permis à un homme d'apprécier la compagnie d'une femme qui lui est étrangère, que ce soit par le discours, le regard ou en compagnie privée. Ceci est confirmé par les dires du prophète   :
 
« Un homme ne peut pas être seul avec une femme excepté en présence de l'un de ses mahram. Et les femmes ne peuvent pas voyager excepté avec un mahram »  
Rapporté par Muslim. Quelque chose de similaire par Bukhari. 
 
En somme, si ce contact vient après le contrat, il n'y a aucun mal en cela. S'il vient avant la cérémonie de mariage, même s'il survient après la proposition et l'acceptation (du mariage), alors cela n'est pas permis. Un tel comportement est interdit puisque la femme ne lui est liée en aucune manière jusqu'à signature du contrat de mariage. 
 
Islamic Fatawa Regarding Women - Darussalam Pg. 195-196
Traduit par le frère Nourdine al Jazairi jazahu Allahu khayran
copié de alminhadj.fr
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 23:27
سُوۡرَةُ الفُرقان - Le discernement (vidéo)

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 23:21
Une sœur est têtue et récalcitrante avec son mari
Question :
 
Une sœur dit qu'elle est têtue, récalcitrante avec son mari, elle a beaucoup essayée de se débarrasser de ce pêcher mais en vain, que lui conseillez vous, O shaykh ?

Réponse :

Elle doit craindre Allah ta3ala, et doit combattre afin d'obéir à son mari dans le bien, et doit toujours se rappeler que l' obéissance envers le mari lui est obligatoire ;

En s'entêtant elle commet un pêché et encoure la colère d'Allah, elle est dans l'obligation de se réprimander, car l'âme en générale n'ordonne que le mal sauf celle qu' Allah a épargné.

Alors elle doit se remettre en cause et s'auto réprimander, tout en pensant à sa présentation devant Allah le jour du jugement dernier et qu'elle sera questionnée sur son obéissance et sa désobéissance, alors si elle se remémore en permanence cela, Allah va l'aider à se débarrasser de ce comportement, par contre si elle choisit de suivre ses caprices et d'imiter les femmes perverses qui ne donnent pas d'importance aux ordres d'Allah, alors elle perdra et gâchera sa vie présente ainsi que sa vie éternelle.

L'idéal c'est qu'elle prenne exemple sur les femmes vertueuses de nos salafs qui étaient sur le bon chemin, comme les femmes du prophète 3alayhi salat wa salam et les pieuses croyantes, elle se doit de suivre l'exemple des gens de bien et non les gens du mal.

Elle doit penser à la grandeur d'Allah et le craindre, obéir à son mari dans le bien.

Samahat Shaykh, le Grand Moufti Abdel Aziz Ben Baz (rahimahullAh).
copié de al-bayan.fr

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 23:19
Le fait qu’une personne dise : « Je suis libre »

Question :

 

Quelle est la sentence sur une personne qui dit « Je suis libre » ?

 

Réponse : 

 

-Si la personne libre qui a dit cela a voulu dire qu'elle était libre de l'esclavage des créatures, alors c'est vrai.

 

-Mais, si elle a voulu dire qu'elle était libre du fait de ne pas vouer d'adoration à Allah, elle a par là mal compris le sens de l'adoration à Allah et elle n'a pas non plus compris le vrai sens de la liberté, car vouer une adoration à autre qu'Allah le Très-Haut est une soumission et un asservissement.

 

Quant à l'adoration pour le Seigneur, gloire et pureté à Lui, c'est cela la vraie liberté.

 

En effet, si cette personne ne se soumet pas à Allah, alors elle se soumettra à autre que Lui, et si elle dit : « Je suis libre », elle ne fera que se tromper elle-même, car elle veut dire qu'elle n'est pas contrainte d'obéir à Allah et qu'elle n'obéira pas.

 

Recueil de Fatwas et d'Epitres de son éminence cheikh Otheimine, Tome 3 page 81.

copié de fatawaislam.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير