compteur de visite

Catégories

1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 13:50
En ce moment, des gens se font passer pour des salafis afin de combattre les gens de la sunna (vidéo)

 

Il y a en ce moment des gens cachant la vérité et mêlant le faux à la vérité en prétendant faire partie des gens de la sunna et du groupe alors qu'ils combattent les gens de la sunna et du groupe accrochés au Livre d'Allâh et à la sunna du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم.

 

Ce groupe, ou même ces groupes sont présents en ce moment, ils portent l'habit de la salafiya afin de pouvoir combattre les gens de la sunna accrochés au Livre d'Allâh et à la sunna du messager d'Allâh et ceux qui combattent ces maux et ces innovations. 

 

Accrochez-vous donc au Livre d'Allâh, à la guidée du messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم, limitez-vous aux traces des pieux prédécesseurs dans le suivi du Livre d'Allâh et de la sunna du messager d'Allâh, et accrochez-y vous avec vos molaires.

 

Et que la prière et le salut soit sur notre messager Mohamed ainsi que sur sa famille et ses compagnons. 

 

Traduit par Abu Bakr AlFiransi

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 13:47
Peut-on se rétracter après une vente conclue ? (audio)

Question :

 

Cette personne s’interroge sur la parole du Prophète Prière et Salut sur lui : 

 

«L’acheteur et le vendeur ont le choix (de conclure ou d’annuler la vente) tant qu’ils ne se sont pas séparés et étaient encore (réunis) ensemble».

 

Qu’est-ce que le choix et quelles sont les conditions qui régissent cette séparation ?

 

Réponse :

 

Le terme choix (dans le hadith) a pour sens l’assise dans laquelle s’est déroulée la proposition et l’acceptation, chacun d’entre eux a la possibilité de se rétracter tant qu’ils se trouvent encore dans cette assise. 

 

«L’acheteur et le vendeur ont le choix (de conclure ou d’annuler la vente) tant qu’ils ne se sont pas séparés et étaient encore (réunis) ensemble»

 

 Si l’un d’entre eux ou les deux quittent l’assise, la vente est donc conclue.

 

Traduit et publié par l'équipe d'Al Bounyane - diffusion.albounyane.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 13:31
La différence entre al-‘alim (savant), al-mufti et al-qadhi (le juge) (audio)

 

Nous avons, dans la Législation, 3 noms : ‘alim, mufti et qadhi

 

Et le qadhi est celui qui est appelé dans les preuves légales : Le juge légal (Al-Hakim As-Shar’i), comme il est rapporté dans la parole du prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«Lorsque le juge prononce un jugement, qu’il fait une effort d’interprétation et qu’il voit juste il a deux récompenses et s’il se trompe, il a une seule récompense»,

 

Ce qui est visé dans ce hadith, c’est le Qadhi.

 

Chacun a une fonction : Al-‘alim expose les règles de la religion : les règles du jihad, de la prière…

 

Le mufti connaît ses règles mais il adapte le jugement à la situation de celui qui l’interroge, par exemple quelqu’un vient lui dire : je ne peux pas rester debout dans la prière à cause d’une maladie.

 

Si on interroge al-‘alim, il dira : Le fait d’être debout dans la prière est un pilier (de la prière), et sans cela la prière n’est pas valide.

 

Mais celui qui interroge dit : Je suis malade et je ne peux pas prier debout ; Le  mufi dit : prie assis (et la prière sera valide).

 

Y a-t-il une contradiction entre la parole du ‘ alim et du mufti ?

 

Non, car le ‘alim donne le jugement sur le fait d’être debout dans la prière, si on en a la possibilité et sans que l’on trouve d’obstacles à cela.

 

Le  mufti, lui regarde la manière et ce qui doit être fait au moment où l’on doit accomplir cet acte.

 

Autre exemple, quelqu’un interroge le ‘alim sur le fait d’aller au marché.

 

Le ‘ alim dit : il n’y a pas de problème, c’est quelque chose de permis et qui peut même être obligatoire…

 

Et s’il va voir le mufti, celui-ci lui demandera : de quel marché parles-tu ?

 

Comment sont les marchés chez vous ?

 

Il développe pour savoir ce qui est voulu dans la question par « marché »...

 

Donc le mufti regarde la situation de celui qui l’interroge, après avoir connu le jugement.

 

Les savants disent : Il n’est pas obligatoire que le mufti vive parmi les gens de ce pays, il lui est seulement obligatoire de connaître l’état dans lequel ils vivent…

 

Le troisième nom est le Qadhi ou le juge légal, sa fonction est celle du mufti, avec en plus l’application.

 

Donc ni le ‘alim, ni le mufti ne peuvent faire appliquer les choses, cela appartient au qadhi.

 

Et les gens sont entre ces trois, s’ils interrogent un ‘ alim et qu’il donne une fatwa, la fatwa peut être différente de l’application, ou si dans une assise, le savant parle de questions religieuses et qu’il y a des question-réponses, ces question ne sont pas comme des fatwas, et les fatwas sont différentes du qadha (l’application). 

 

  Publié par salafs.com

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Savants - العلماء
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:50
Certains savants déclarent un homme innovateur alors que d'autres savants ne le déclarent pas innovateur

Un questionneur dit :

 

Si certains savants déclarent un homme innovateur, et que d'autres savants ne le déclarent pas innovateur, est-il permis de blâmer les étudiants qui le suivent par suivi des savants qui ne l'ont pas déclaré innovateur ?

 

La réponse :

 

Ceci fait partie des troubles (fitan) présents aujourd'hui sur le terrain [de la prédication], et ces troubles se prolongent. 

 

Ils se prolongent alors que beaucoup de jeunes connaissent la vérité (qu'Allâh te bénisse), et savent que le consensus unanime (ijma') n'est pas une condition dans le jugement d'innovation ou la critique d'une personne, mais on se suffit de la parole d'un seul homme [savant] dans la critique et l'éloge (al-jarh wat-ta'dil).

 

Donc si un groupe [de savants] critiquent quelqu'un et le déclarent innovateur, ceci suffit au musulman qui recherche la vérité.

 

Quant à celui qui suit ses passions, rien ne lui suffit, et il s'accroche à des toiles d'araignée.
 

Il y a des gens qui peuvent ne pas être au courant de la critique [faite à l'égard de cet individu] car ils sont occupés [par d'autres choses].


Et il y a des gens qui ont étudié, qui ont su que cet homme a été critiqué et qu'il mérite la critique parce qu'il est un grand menteur, qu'il est indigne de confiance, parce qu'il dénigre les savants, parce qu'il établit des fondements corrompus pour combattre le minhaj (voie) salafi et ses partisans...

 

Ils ont su tout cela, et après le conseil, qui ne leur incombait pas, ils l'ont conseillé et lui ont expliqué [les choses], mais cet individu a refusé [de revenir à la vérité], alors ils ont été dans l'obligation de le déclarer innovateur.


Ce n'est donc pas une excuse pour celui qui reste avec lui de s'accrocher aux toiles d'araignées en disant : "Par Allâh untel a fait ses éloges", "Par Allâh ils ne sont pas unanimes sur le fait de le juger innovateur",...


Ceux qui ne l'ont pas déclaré innovateur sont de différents types : 


- certains n'ont pas étudié [son cas] et sont excusables,

 

- d'autres ont étudié [son cas] et défendent le faux,

 

- et d'autres ont étudié [son cas] et ont su ce qu'il possède comme erreurs, mais ils ne veulent que s'ériger en avocat pour cet innovateur; ceux-là n'ont aucune valeur, et ceux qui se taisent, il n'y a aucune preuve dans leur silence.


Par contre, ceux qui ont critiqué et clarifié ce qui est blâmable chez cet individu, il est obligatoire à celui qui est objectif d'accepter la vérité car la preuve est avec eux.


Quant à ceux qui s'accrochent aux toiles d'araignées auxquelles j'ai fait allusion, ils n'ont aucune excuse devant Allâh -Puissant et Glorieux-.


Qu'Allâh vous bénisse !

 

Source : Tirée d'une cassette intitulée "Le commentaire du chapitre des troubles du recueil authentique de Boukhari" 

Traduit par Souleyman Abou 'Ali al-Guadeloupi

سائل يقول: رجل بعض العلماء يبدعه وبعضهم لا يبدعه وبعض الطلاب يتبعه اتباعا لقول من لا يبدعه فهل يجوز علي الإنكار عليه؟

الجواب :  هذا من الفتن الموجودة الآن على الساحة وقد طالت، وقد طالت، رغم أن كثيرا من الشباب يعرفون الحق، بارك الله فيك، وأنه لا يشترط في تبديع أحد أو الجرح فيه الإجماع بل يكتفى بقول الرجل الواحد في الجرح والتعديل، فإذا جرحه جماعة وبدعوه فهذا يكفي المسلم الطالب للحق، أما صاحب الهوى فلا يكفيه شيء ويتعلق بخيوط العنكبوت، فناس قد ما علموا هذا الجرح، ومشغولون، وناس درسوا وعرفوا أن هذا رجل مجروح ويستحق الجرح، لأنه كذاب، ساقط العدالة، لأنه يطعن في العلماء، لأنه يؤصل أصولا فاسدة لمناهضة المنهج السلفي وأهله، عرفوا هذا كله، وبعد النصح الذي لا يلزمهم، نصحوا وبينوا وأبى هذا الإنسان، فاضطروا إلى تبديعه، فما هو عذر لمن يبقى هكذا يتعلق بخيوط العنكبوت: والله فلان زكاه! والله ما أجمعوا على تبديعه!؟ الذين ما بدعوه يتقسمون: ناس ما درسوا ومعذورون، وناس درسوه ويدافعون عن الباطل، ناس درسوا وعرفوا ماذا عنده من الباطل وأبوا إلى المحاماة عن هذا المبتدع هؤلاء لا قيمة لهم، والساكتون لا حجة في سكوتهم، والذين جرحوا وبينوا ما في هذا الإنسان من الجرح، يجب على المنصف أن يأخذ بالحق لأن الحجة معهم، وليس لمن يتعلق بخيوط العنكبوت التي أشرت إليها ليس له أي عذر أمام الله عز وجل، بارك الله فيكم

شريط بعنوان: التعليق على كتاب الفتن من صحيح البخاري

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:50
Ne dis pas : «Syrie», mais dis : «Le pays du Shâm»

Cheikh Mostafa Mabram a dit :

 

Je conseille les frères qu'ils délaissent l'appellation de : souriya (سوريا) ou souriyya (سُوريَّة) (Syrie) ; Car ce n'est pas arabe et pas islamique comme a informé sur cela Cheikh, notre machâykh, l'érudit, l'érudit du Maroc et l'unique Muhammad Taqiyyou ad-dîn Al-Hilâly.

 

Mais plutôt il est : Le pays du levant (bilâd ash-shâm - بلاد الشَّام).

 

Al-qawa'id al-mouthla p 11

Publié sur la chaîne telegram de Cheikh - @mbrm1430

أنصح الإخوة أن يتركوا التَّسمية بسوريا أو سُوريَّة لأنَّها ليست عربيَّة ولا إسلامية كما نبَّه على ذلك شيخ مشايخنا العلامة علامةُ المغرب وفريدها محمَّد تقي الدِّين الهلالي

وإنَّما هي بلاد الشَّام

شرح القواعد المثلى 11 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan a dit :

 

Le Yémen (اليمن) est nommé Yémen, car il est situé à droite (أيمن) de la Ka'ba.

 

Et le Shâm (الشام) est nommé le Shâm, car il est situé à gauche (شامي) de la Ka'ba.

 

Charh kitab at-tawhid p.145

Voir : لسان العرب 13/463 et معجم البلدان 5/744

Traduit et publié par la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

سُمّي باليمن لأنه يقع أيمن الكعبة
والشام سُمي بالشام لأنه يقع شامي الكعبة

إعانة المستفيد بشرح كتاب التوحيد

 

Cheikh Mostafa Mabram - الشيخ أبي يوسف مصطفى مبرم

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:50
En ce qui concerne l'expression utilisée dans le dialecte arabe : «الله يخليك - Allâhi khallîk», littéralement : «Qu'Allâh te laisse»

L'expression : "الله يخليك  - Allâhi khallîk" est une expression employée dans le dialecte arabe (عامية) et dont le sens est : "Qu'Allâh te préserve et te protège de tout mal".

 

Nous disons : "فلان خلى من الشر  - Foulan Khallaa mina charr", c'est à dire qu'il fut préservé (du mal).

 

Et ce qui est attribué à Cheikh Ibn 'Uthaymîn, qu'il aurait interdit cette expression n'est pas authentique, comme me l'avait rapporté un parmi les étudiants en science.

 

Ceci est déjà une chose.

 

La deuxième chose est que Cheikh ibn 'Uthaymîn dit que les expressions employées par le commun des arabes doivent être interprétées de la meilleure des façons possibles.

 

Est-il concevable qu'un père parlant le dialecte arabe et disant à son enfant : "الله يخليك  - Allâhi khallîk", veuille dire : "Qu'Allâh t'abandonne" ?

 

Est-ce qu'une personne dotée de raison pourrait dire cela ?

 

Comment cela pourrait-il dès lors émané d'une mère faisant une invocation pour sa propre chaire ?

 

La raison le refuse et ce n'est pas correcte religieusement (de penser cela).

 

Le point de vue authentique en conclusion est de dire : 

 

Que les expressions du commun des arabes musulmans et ce qui émanent d'eux doit être interprété de la meilleure des façons possibles et qu'il ne faut pas faire preuve de mauvais soupçon envers eux. 

 

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par la page Al-Firqatou An-Najiyatou

Cheikh Ghâzy Al-'Armâny - الشيخ غازي العرماني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:40
L'histoire du juif qui jetait sa poubelle devant la porte du Prophète صلى الله عليه وسلم n'est pas authentique

L'histoire du juif qui était le voisin du prophète que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui et qui lui causait du tort chaque jour en jetant des détritus devant sa porte et envers lequel le prophète que la paix et bénédiction d'Allâh soit sur lui se montrait patient tout en enlevant les détritus.

Cette histoire est fausse :

 

1) Parce qu'il n'y avait pas de juif à mecca mais ils étaient à Medine

 

2) Si cette histoire avait eu lieu à Medine, mais comment ce juif aurait-il pu nuire au prophète que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui alors que les compagnons étaient présents et qu'ils avaient de la jalousie et la force pour empêcher ce juif (de lui nuire) ? Ils se seraient tus et le Prophète aurait été contraint d'enlever ces dechets chaque jour ?

La version authentique est ce qu'a rapporté Al-Boukhari dans son sahih d'après Anas (qu'Allâh l'agrée), d'après lequel :

 

"Un jeune domestique juif servait le prophète que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui.

Le juif tomba malade et le Messager d'Allâh que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui vint à lui, il s'assit auprès de sa tête et il lui dit : «Convertis toi à l'islam»,

le jeune juif regarda son père qui était présent avec lui qui lui dit alors : «Obéis à abou al qassim» que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui.

Il se convertit à l'islam puis le prophète que la paix et bénédiction d'Allâh soit sur lui sortit et dit : «Louange à Allâh qui l'a sauvé du feu»."

 

et dans une version de l'imam Ahmad il dit :

 

"Le jeune servant juif apportait de l'eau pour que le prophète que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui fasse ses ablutions et lui remettait ses sandales, il tomba malade, puis le prophète que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui vint à lui.."

 

Qu'Allâh rétribue en bien celui qui avertit contre le mensonge sur le prophète que la paix et la bénédiction d'Allâh soit sur lui.

 

Avertissez contre cette histoire, qu'Allâh vous protège.

 

Traduit par Muhammad Abu Maher حفظه الله - @OomeditationoO

Revu et corrigé par : Zayd Abou Maryam al Firansi

Publié par 3ilmchar3i.net

ﻗﺼﺔ ﺍﻟﻴﻬﻮﺩﻱ ﺍﻟﺬﻱ ﻛﺎﻥ ﺟﺎﺭﺍً ﻟﻠﻨﺒﻲ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ ﻭﻛﺎﻥ ﻳﺆﺫﻳﻪ ﻛﻞ ﻳﻮﻡ ﻭﻳﻠﻘﻲ ﺃﻣﺎﻡ ﺑﺎﺑﻪ ﺍﻟﻘﻤﺎﻣﺔ ﻭﺍﻟﻨﺒﻲ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ ﺻﺎﺑﺮﺍً ﻭﻳﺰﻳﻠﻬﺎ

ﻓﻬﺬﻩ ﻗﺼﺔ ﻻ ﺗﺼﺢ

 ١ - ﻷﻧﻪ ﻟﻴﺲ ﺑﻤﻜﺔ ﻳﻬﻮﺩ ﻭﺇﻧﻤﺎ ﻛﺎﻧﻮﺍ ﺑﺎﻟﻤﺪﻳﻨﺔ

 ٢ - ﻟﻮ ﻛﺎﻧﺖ ﺑﺎﻟﻤﺪﻳﻨﺔ ﻓﻜﻴﻒ ﻳﺆﺫﻱ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻴﻬﻮﺩﻱ ﺍﻟﺮﺳﻮﻝ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ ﻭﺍﻟﺼﺤﺎﺑﺔ ﻣﺘﻮﺍﻓﺮﻭﻥ ﻭﻋﻨﺪﻫﻢ ﻏﻴﺮﺓ ﻭﻟﻬﻢ ﻗﻮﺓ ﻓﻲ ﻣﻨﻊ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻴﻬﻮﺩﻱ ﺛﻢ ﻳﺴﻜﺘﻮﻥ ﻭﻳﻀﻄﺮ ﺭﺳﻮﻝ ﺍﻟﻠﻪ ﻛﻞ ﻳﻮﻡ ﻹﺯﺍﻟﺔ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻘﻤﺎﻣﺔ ؟

ﻭﺍﻟﺼﺤﻴﺢ ﻣﺎﺭﻭﺍﻩ ﺍﻟﺒﺨﺎﺭﻱ ﻓﻲ ﺻﺤﻴﺤﻪ ﻋﻦ ﺃﻧﺲ ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ ﻗﺎﻝ

ﻛﺎﻥ ﻏﻼﻡ ﻳﻬﻮﺩﻱ ﻳﺨﺪﻡ ﺍﻟﻨﺒﻲ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ

ﻓﻤﺮﺽ ﻓﺄﺗﺎﻩ ﺍﻟﻨﺒﻲ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ ﻳﻌﻮﺩﻩ ﻓﻘﻌﺪ ﻋﻨﺪ ﺭﺃﺳﻪ ﻓﻘﺎﻝ ﻟﻪ ﺃﺳﻠﻢ ﻓﻨﻈﺮ ﺇﻟﻰ ﺃﺑﻴﻪ ﻭﻫﻮ ﻋﻨﺪﻩ ﻓﻘﺎﻝ ﻟﻪ ﺃﻃﻊ ﺃﺑﺎ ﺍﻟﻘﺎﺳﻢ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ

ﻓﺄﺳﻠﻢ ﻓﺨﺮﺝ ﺍﻟﻨﺒﻲ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ ﻭﻫﻮ ﻳﻘﻮﻝ ( ﺍﻟﺤﻤﺪ ﻟﻠﻪ ﺍﻟﺬﻱ ﺃﻧﻘﺬﻩ ﻣﻦ ﺍﻟﻨﺎﺭ ) ﻭﻓﻲ ﺭﻭﺍﻳﺔ ﺍﻻﻣﺎﻡ ﺍﺣﻤﺪ

ﺃﻥَّ ﻏﻼﻣًﺎ ﻳَﻬﻮﺩﻳًّﺎ ﻛﺎﻥَ ﻳﻀﻊ ﻟﻠﻨَّﺒﻲِّ ﺻﻠَّﻰ ﺍﻟﻠَّﻪُ ﻋﻠﻴﻪِ ﻭﺳﻠَّﻢَ ﻭﺿﻮﺀﻩ ﻭﻳُﻨﺎﻭﻟُﻪُ ﻧَﻌﻠﻴﻪِ ، ﻓﻤﺮﺽَ ، ﻓﺄﺗﺎﻩُ ﺍﻟﻨَّﺒﻲُّ ﺻﻠَّﻰ ﺍﻟﻠَّﻪُ ﻋﻠﻴﻪِ ﻭﺳﻠَّﻢَ

ﺟﺰﻯ ﺍﻟﻠﻪ ﺧﻴﺮﺍً ﻣﻦ ﺣﺬﺭ ﻣﻦ ﺍﻟﻜﺬﺏ ﻋﻠﻰ ﻧﺒﻴﻨﺎ ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ

 ﺣﺬﺭﻭﺍ ﻣﻦ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻘﺼﺔ ﺭﻋﺎﻛﻢ ﺍﻟﻠﻪ : ﻓﺘﺎﻭى ﺍﻟﺸﻴﺦ اﺑﻦ ﻋﺜﻴﻤﻴﻦ ﺍﻟﻔﺘﻮﻯ ﺭﻗﻢ - 7066

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Hadith - الأربعين النووية - مصطلح الحديث
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:38
Les sounnah de la prière - سنن الصلاة

Parmi les sounnah de la prières, il y a :

 

1.L’invocation d’ouverture (Dou'â’ el Istiftâh).

 

2.Poser la main droite sur la main gauche contre la poitrine pendant la station debout, avant l’inclinaison (roukou)...

 

3.Lever les mains en ayant les doigts joints à hauteur des épaules ou des oreilles, durant le premier Takbîr, l’inclinaison, le redressement après l’inclinaison, et le redressement pour la troisième Rak'a juste après le dernier Tachahhoud.

 

4.Dire plus d’une fois l’invocation de l’inclinaison et celle de la prosternation.

 

5.Dire plus d’une fois l’invocation entre les deux prosternations.

 

6.Tenir la tête bien droite dans le prolongement du dos, durant l’inclinaison.

 

7.Éloigner les bras du corps et le ventre des cuisses pendant la prosternation.

 

8.Lever les avant-bras du sol pendant la prosternation.

 

9.S’asseoir sur la jambe gauche, en posant le pied droit verticalement, perpendiculaire au sol, pendant le premier tachahhoud et entre les deux prosternations.

 

10.Poser la fesse gauche sur le sol, en posant le pied droit verticalement, perpendiculaire au sol, et en faisant glisser le pied gauche sous le tibia droit, durant le dernier tachahhoud (position appelée Tawarrouk).

 

11.Diriger l’index vers la qibla dans le premier et le deuxième tachahhoud du début jusqu’à la fin et le bouger lors des invocations.

 

12.La Prière et la demande de bénédiction sur le Prophète صلى الله عليه وسلم et ses proches, et sur Ibrâhîm et ses proches, durant le premier tachahhoud.

 

13.L’invocation dans le dernier tachahhoud.

 

14.Réciter à voix haute dans la Prière de l’aube (El Fajr), et dans les deux premières Rak'a des Prières du coucher du soleil (El Maghrib) et du soir (El 'Ichâ’).

 

15.Réciter à voix basse dans les Prières du midi (El Dhohr) et de l’après-midi (El 'Asr), dans la troisième Rak'a de la Prière du coucher du soleil (El Maghrib) et dans les deux dernières Rak'a de la Prière du du soir (El 'Ichâ’).

 

16.Réciter d’autres versets du Coran après la sourate «L’ouverture» (El Fâtiha). 

 

Tout en tenant compte des autres actes recommandées de la Prière, que nous n’avons pas cités...

 

Publié par sounnah.free.fr

سنن الصلاة ومنها

1- الاستفتاح

2- جعل كف اليد اليمنى على اليسرى فوق الصدر حين القيام

3- رفع اليدين مضمومتي الأصابع ممدودة حذو المنكبين أو الأذنين، عند التكبير الأول، وعند الركوع والرفع منه، وعند القيام من التشهد الأول إلى الثالثة

4- ما زاد عن واحدة في تسبيح الركوع والسجود

5- ما زاد عن واحدة في الدعاء بالمغفرة بين السجدتين

6- جعل الرأس حيال الظهر في الركوع

7- مجافاة العضدين عن الجنبين، والبطن عن الفخذين في السجود

8- رفع الذراعين عن الأرض حين السجود

9- جلوس المصلي على رجله اليسرى، ونصب اليمنى في التشهد الأول وبين السجدتين

10- التورك في التشهد الأخير

11- نصب الرجل اليمنى حين الجلوس

12- الصلاة والتبريك على محمد وآل محمد، وعلى إبراهيم وآل إبراهيم في التشهد الأول

13- الدعاء في التشهد الأخير

14- الجهر بالقراءة في صلاة الفجر وصلاة الجمعة وصلاة العيدين والاستسقاء وفي الركعتين الأوليين من صلاة المغرب والعشاء
15- الإسرار بالقراءة في الظهر والعصر، وفي الثالثة من المغرب، والأخيرتين من العشاء

16- قراءة ما زاد عن الفاتحة من القرآن، مع مراعاة بقية ما ورد من السنن في الصلاة سوى ما ذكرنا 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Prière - الصلاة
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:30
Connaître les opposants au manhaj fait partie de la science (audio)

Le Cheikh lit une question :

 

Est-il juste, comme le disent certains étudiants, que nous ne devrions pas mettre en garde les nouveaux étudiants contre certains opposants au manhaj et qu’ils devraient plutôt s’occuper d’apprendre la science, et se tenir à l’écart de ces questions ?

 

Réponse de Cheikh :

 

Connaitre ceux qui ont une méthodologie corrompue fait partie de la recherche de la science.

 

Connaitre ceux qui ont dévié de la sounnah et du droit chemin, fait partie de la recherche de la science.

 

Car nous savons tous, moi et chacun de vous, que cette science est une religion.

 

Vrai ou faux ?

 

Est-ce une chose au sujet de laquelle il y a unanimité ou prête-t-elle à divergence ?

 

«Certes cette science est une religion…»

 

Y-a-t-il divergence d’opinion entre vous et moi à ce sujet ou sommes-nous tous d’accord ?

 

Les étudiants répondent :

 

Nous sommes d’accord.

 

Cheikh :

 

Répondez !

 

Les étudiants répondent :

 

Il y a unanimité.

 

Cheikh :

 

Est-ce une chose au sujet de laquelle il y a unanimité ou prête-t-elle à divergence ?

 

Les étudiants répondent :

 

Il y a unanimité.

 

Cheikh :

 

Il y a unanimité parmi tous les salafs, que cette science est une religion.

 

Si c’est donc le cas, terminons donc la narration :

 

«…voyez donc de qui vous prenez votre religion. » (Ibn Sirin)

 

Donc celui qui a prononcé cette parole (selon laquelle il ne convient pas de mettre en garde les étudiants) fait partie de l’une de ces deux catégories de personnes : Soit il n’a pas de compréhension soit il est malade, atteint de la maladie des passions. 

 

Et nous disons إن شاء الله qu’il s’agit d’un manque de compréhension (de sa part).

 

Laissez-le donc tirer profit et apprendre. 

 

Cette parole n’est pas correcte, cette parole est clairement fausse, le comble de la fausseté.

 

Celui donc qui recherche la science, se doit d’avoir un professeur et se doit d’avoir un compagnon qui l’aide dans la recherche de la science.

 

Il est donc indispensable que l’enseignant soit sur la religion et la sounnah.

 

Pareillement, le compagnon avec qui tu te lies d’amitié, celui avec qui tu t’unies et qui t’accompagne dans tes voyages et la recherche de la science ; Il est essentiel qu’il soit quelqu’un de la sounnah. 

 

Car:

 

«L’homme est sur la religion de son ami intime. Regardez donc qui vous côtoyez»

(Rapporté par Abou Daoud) 

 

Donc s’il prend pour ami l’innovateur, il est alors comme lui.

 

Car :

 

«Les âmes sont des régiments : Celles parmi elles qui se reconnaissent mutuellement s’accordent et celles parmi elles qui s’opposent les unes aux autres ne s’accordent pas.»

(Al-Boukhari 3336, Ahmad 4817) 

 

Le sounni, t’aideras à suivre la sounnah et à y cheminer, à s’y tenir ainsi qu’à ses gens ; Et à la défendre ainsi que ses gens. 

 

Quant à l’innovateur, il est à l’opposé de tout cela. 

 

Choisis-donc pour toi-même. 

 

Allâh جل وعلا t’as fait un cœur avec lequel tu raisonnes, et des yeux avec lesquels tu vois, ainsi que des oreilles avec lesquelles tu entends.

 

Puis Il t’a guidé et montré deux chemins.

 

La voie de la vérité et celle du mal et de l’égarement.

 

Et Il t’a incité à t’accrocher à la vérité et Il t’a envoyé Son Messager, le meilleur de La Création صلى الله عليه وسلم, et a fait descendre sur lui Le Livre. 

 

Et tout cela t’exhorte à t’accrocher à la vérité. 

 

Et à l’opposé de cela, Il t’a clarifié le faux et t’as mis en garde quant au fait de le suivre.

 

Et Il t’a mis en évidence des preuves attestant de sa fausseté. 
 

Si donc tu le suis après cela, tu t’es donc égaré toi-même. 

 

Nous demandons à Allâh La Protection et La Sécurité. 


Traduit et publié par sounnah-publication.blogspot.com

 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:24
Il n'est jamais trop tard ! (audio-vidéo)

Question :

 

J'ai atteint 88ans.

 

Avant cette époque, j'étais gaspilleur (مسرف) envers moi-même puis Allâh عز وجل m'a guidé et toutes les louanges appartiennent à Allâh.

 

Je veux chercher la science légiférée et comprendre la religion.


Donc est-ce que le temps pour moi est passé en raison de mon âge (avancé) ?


Et quel est le chemin pour acquérir cette science, en particulier alors que je travaille presque toute les journée.

 

Et je demande à votre éminence de mettre en place un programme pour ceux qui sont dans une situation similaire à la mienne.

 

Puisse Allâh vous récompenser par le bien.

 

Réponse :

 

Je dis : Toutes les Louanges vont à Allâh qui l'a guidé et je demande à Allâh de m'accorder ainsi qu'à lui la fermeté sur la Vérité.

 

Quant à ce qui concerne son âge, il n'est pas dépassé/fini et toutes les Louanges appartiennent à Allâh.

 

Pour l'homme, son temps de faire repentance ou de se repentance n'est pas dépassé sauf si la mort se présente à lui.

 

Et tant qu'il est encore en vie, alors rien n'est dépassé.

 

Quant à ce qui concerne sa recherche de la science légiférée et le fait qu'il travaille toute la journée, il peut lui être possible d'utiliser différentes méthodes comme les traités ou les cassettes qu'il écoutera, (venant) des gens de science dignes de confiance pour leur science et leur intégrité.

 

Et il atteindra ce qui lui aura été facilité (par Allâh).

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم