compteur de visite

Catégories

5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 09:48
Lire la sourate al kahf (la caverne) le vendredi (audio)

 

Question :


A quel moment s'effectue la sounnah de la lecture de sourate al kahf du jour de vendredi ?
  

ponse :


Elle s'effectue dans la journée du vendredi, et il est connu que la journée s'étend du lever du soleil (Salat al fajr) au coucher du soleil ( Salat al maghreb).
 

article separator1

Abou Sa'îd Al-Khoudrî, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d'Allah – prière et salut sur lui - a dit: 

 


copié de ahloulhadith.typepad.com

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 00:09
Un conseil précieux (dossier)

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 16:51
La prière du matin après le lever du soleil ? (vidéo)

 فَإِذَا قَضَيْتُمُ الصَّلاَةَ فَاذْكُرُواْ اللّهَ قِيَاماً وَقُعُوداً وَعَلَى جُنُوبِكُمْ فَإِذَا اطْمَأْنَنتُمْ فَأَقِيمُواْ الصَّلاَةَ إِنَّ الصَّلاَةَ كَانَتْ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ كِتَاباً مَّوْقُوتاً 

 
"Quand la salât est terminée, continuez à invoquer Allah, que vous soyez debout, assis ou couchés.
Une fois la sécurité retrouvée, reprenez alors l'accomplissement de vos prières normalement, car la salât est une obligation pour les croyants et elle doit avoir lieu à des moments précis." (An-Nisaa.verset 103)

Cheikh Ahmad Ibn Yahya An-Najmi - الشيخ أحمد بن يحيى النجمي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prière - الصلاة
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 16:23
La médisance (vidéo)

La Louange est à Allah.

Nous Le louons et implorons Son aide ainsi que Son pardon.
Nous nous réfugions auprès de Lui contre le mal de nos propres âmes et contre nos mauvaises actions.
Nul ne saurait égarer celui qu'Allah guide ou guider celui qu'Il a égaré.
J'atteste que nulle divinité n'est digne d'être adorée en dehors d'Allah, L'Unique et sans associé et j'atteste que Mohammad est Son serviteur et Messager.
Puisse Allah lui accorder, ainsi qu'à sa famille et à l'ensemble de ses compagnons, salut et abondantes bénédictions.

 

Ô serviteurs d'Allah !

Craignez votre Seigneur et méditez sur les enseignements du Coran et de la Sunna quant au respect des droits de l'homme.

Le Prophète صلى الله عليه وسلم dit en effet lors du sermon qu'il adressa aux gens à 'Arafât, lieu du plus grand rassemblement des musulmans :

 

« Votre sang, vos biens et votre honneur sont sacrés comme l'est ce jour, en ce mois et en ce lieu. »

 

La médisance est un fléau largement répandu chez les gens d'aujourd'hui.

Ainsi entreprend-t-on de parler de son frère et d'évoquer quelque aspect de sa moralité, de son caractère, de ses actes ou de son comportement qu'il répugnerait voir mis à jour.

Et vous pourrez constater que le plus grand souci de ce genre d'individus est de discuter et d'exposer les défauts d'autrui dans les assemblées auxquelles ils participent.

Comme s'ils avaient été mandatés afin de les diffuser et de traquer les imperfections des musulmans !!

Que ces malheureux sachent donc que celui qui se comporte de la sorte vis-à-vis de son frère verra Allah agir ainsi envers lui, auquel cas Il le démasquera fut-ce au sein de sa propre demeure.

Qu'ils sachent également que celui qui s'obsède à adopter une telle atttude vis-à-vis d'autrui verra Allah lui assigner une personne qui répandra ses défauts et traquera ses imperfections.
 

Or, s'ils s'attachaient à examiner soigneusement leurs propres personnes, ils s'apercevraient que d'entre tous, ils sont les pires en termes de défauts, de moralité et de confiance.

Et quand bien même leur seule obsession consistait à employer leur langue à l'encontre des serviteurs d'Allah, cela serait suffisant.

De tels individus sont assurément une source de malheur, que ce soit pour eux ou pour leurs compagnons.

Pour eux, car ils conduisent leur âme au mal et à l'injustice. Pour leurs compagnons, car lorsque ceux-ci ne leur déconseillent pas cette attitude, ils deviennent leurs associés dans le péché.
 

Ô vous qui êtes soumis à Allah !

Votre Seigneur vous a proscrit la médisance.

Craignez donc ce péché !

Craignez donc ce péché !

Craignez donc la médisance car elle équivaut à manger la chair des gens.

Allah en a en effet donné l'image la plus laide qui soit en la comparant au fait de manger la chair de son frère mort.

Connaissez-vous chose plus affreuse et plus abominable que l'attitude d'une personne qui s'asseirait à côté de son frère, mort, et découperait sa dépouille morceau par morceau pour ensuite le manger ?

Connaissez-vous ne serait-ce qu'une personne qui soit capable de supporter cela ?

 

[Certes non], si ce n'est celle qui médit sur autrui et à propos de qui Allah dit (traduction rapprochée) :
 

« Ne médisez pas les uns des autres. L'un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? [Assurément non], vous en auriez horreur. Et craignez Allah... » [1]
 

Par ailleurs, certaines traditions (âthars) rapportent que le jour de la résurrection, on présentera à celui qui a médit sur son frère le cadavre de ce dernier et on lui imposera de le manger en lui disant :

 

« Mange-le, mort, comme tu l'as mangé vivant. »
 

Ô vous qui êtes soumis à Allah !

La médisance est assurément quelque chose d'extrêmement grave et dangereux.

Si on mélangeait la parole que l'un de vous prononçait pour mettre en évidence les défauts de son frère à l'eau de la mer, elle en changerait le goût.

Craignez donc Allah, chèrs frères.

Un hadith rapporte en effet que le Prophète  صلى الله عليه وسلم :

 

« ...passa devant des gens qui avaient des ongles en cuivre avec lesquels ils s'écorchaient le visage et la poitrine. Il dit alors : « Ô Jibril ! Qui sont ces gens ? » Et celui-ci de répondre : « Ce sont ceux qui mangeaient la chair des hommes et s'attaquaient à leur honneur. » 

(Rapporté par Abû Dâoud)
 

Lorsque alors on les conseille, certaines de ces personnes n'ont d'autre réponse que de dire :

 

« Je n'ai pas menti. Je n'ai dit que la vérité à son propos ».

Le Prophète  صلى الله عليه وسلم ga pourtant été interrogé sur la médisance alors qu'il en parlait, et il dit :

 

« La médisance consiste en le fait d'évoquer ton frère à propos de choses qu'il détesterait [voir révélées].
 

Les compagnons lui dirent :

 

« Qu'en penses-tu si ces choses avérées chez mon frère ? »

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم dit : 

 

« Si ce que tu dis est avéré, alors tu as médit à son propos. Mais si ce n'est pas le cas, alors tu l'as diffamé. » 

 
Autrement dit, tu allies alors le mensonge à la médisance.
 

Sachant que la plupart des gens aujourd'hui parlent de leur frère au sujet de choses dont ils n'ont même pas connaissance.

Au point que si on leur demandait d'attester de la véracité de leur propos, ils refuseraient de le faire.

Or, nous savons qu'ils auront à répondre de cela le jour de la résurrection.

Ne craindront-ils donc point Allah ?

Ne savent-ils donc pas que chacun de leur propos est scrupuleusement consigné par un observateur toujours prêt à l'inscrire et qu'on leur demandera d'en rendre compte ?

Je leur poserai simplement la question suivante.

Apprécieraient-ils de voir les gens s'en prendre à leur honneur et médire à leur sujet ?

Non, répondront-ils assurément !

Pourquoi dès lors agissent-ils ainsi à leur égard ?

Ne craignent-ils pas qu'Allah les humilient ici-bas avant de les humilier dans l'au-delà ?
 

Ô vous qui êtes soumis à Allah !

[Sachez par ailleurs que] médire au sujet de vos frères revient à leur faire don de vos oeuvres pieuses.

En effet, s'ils n'obtiennent pas réparation des préjudices qu'ils auront subis ou ne vous en lavent pas dans ce monde, ils prendront de vos bonnes actions le jour du jugement.

Que vos bonnes oeuvres en viennent alors à disparaître et l'on prendra certains de leurs péchés que l'on vous fera porter, suite à quoi vous serez jetés dans le feu.

Craignez donc Allah chers frères et préoccupez-vous de vos défauts avant ceux des autres !

Si toutefois une volonté sincère d'exhortation et de conseil vous anime, réformez les défauts de vos frères, mais sans les propager ni les mette à jour.

Ainsi, si vous constatez chez eux une chose sujette à diffamation, rendez-vous auprès d'eux et exhortez-les en secret afin d'être du nombre des conseillers sincères et non des diffamateurs.
 

Ô gens !

La médisance est une chose grave et l'est d'autant plus lorsque que ses conséquences néfastes se multiplient.

Ainsi, certains tombent dans ce péché vis-à-vis de deux catégories précises de personnes, à savoir : les savants et les gouvernants qui constituent les dirigeants de cette communauté.

Ils s'acharnent en effet, dans [chacune de] leurs assemblées, à employer leur langue à l'encontre des savants, des prédicateurs ou encore des gouvernants qui sont au dessus des émirs.

Or, la médisance de ces personnes est la plus grave en termes de péché, la plus affreuse en termes de châtiment et la plus néfaste en termes de division de la communauté.
 

Ô mes frères !

La médisance des dirigeants ne se limite pas à celle des personnes mais va jusqu'à s'attaquer au titre et à la responsabilité qu'ils portent.

Car médire sur les savants fait tomber leur crédibilité aux yeux des gens et, du même coup, celle de leurs propos relatifs à la Loi d'Allah.

Celle-ci est alors moins appliquée et on aboutit au final à une détérioration de l'image de la religion dans l'esprit des masses.

Par ailleurs, ceux qui médisent sur les dirigeants ne portent pas uniquement préjudice à ces personnes.

Leur tort s'étend bien au delà et s'applique sur toute la société puisqu'il porte atteinte à sa paix, à son équilibre et à son organisation.

Car en les décrédibilisant aux yeux des gens, ils poussent ces derniers au soulèvement et à la rébellion de sorte qu'ils ne se plient plus ensuite à leurs ordres et à leurs interdictions.

Dès lors, c'est l'anarchie qui s'installe et chacun devient son propre commandeur.

Et le désordre de s'installer, et la réforme des âmes de devenir impossible puisque l'anarchie règne et qu'il n'y a aucune personnalité d'importance à la tête de la société.
 

Sachez également que la médisance participe des péchés majeurs et qu'il ne faut donc pas la prendre à la légère.

Or, ces derniers temps ont vu la diffusion de publications qui, si elles proviennent de l'étranger, ont peut être été écrites à l'intérieur du pays, et qui véhiculent des propos injurieux et diffamatoires à l'encontre des dirigeants.

Rien, des actions méritoires qu'ils entreprennent de réaliser, n'y est évoqué.

Cela entre sans conteste dans le cadre de la médisance et il n'est par conséquent pas permis de les lire, de les faire circuler ou de les diffuser auprès des masses.

Et il incombe à quiconque voit de telles publications de les déchirer ou de les brûler du fait de la dissension, de l'anarchie et du mal qu'elles provoquent.

 

Le Mufti de ce royaume, notre sheikh Abd Al 'Azîz Ibn Bâz (qu'Allah lui accorde la réussite et Sa miséricorde dans cette vie et dans l'autre), a d'ailleurs lancé un avertissement quant à la distribution de ces publications en soulignant tout le mal qu'elles induisaient : désordre, division entre les gouvernants et le peuple, confusion... 
 
Je me joins donc à lui ainsi qu'à tous les savants sincères en conseil quant à cet avertissement.

 

Une autre remarque :

le Prophète صلى الله عليه وسلم n'a-t-il pas dit que la médisance consistait en le fait de parler de son frère en évoquant des choses qu'il répugnerait [voir révélées] ?

Dès lors, ces dirigeants dont on a propagé de tels propos répugnent-ils ces publications ?

Assurément, oui !

Par conséquent, la nature médisante de tels écrits est clairement avéré.

Et sachant que la médisance participe des péchés majeurs, elle n'est pas expiée par la prière, l'aumône et le jeûne.

Le Messager d'Allah 
صلى الله عليه وسلم nous dit en effet : 


« [Les périodes comprises entre] les cinq prières quotidiennes, entre deux prières du Vendredi et entre deux mois de Ramadân [consécutifs] expient les péchés tant que les péchés majeurs sont évités. » 

Et dans une autre version :  « ...si les péchés majeurs sont évités. » 

Autrement dit, si un péché majeur est commis entre deux prières, celles-ci ne jouent pas le rôle expiatoire qui est le leur.
 

Craignez donc Allah, ô vous qui êtes Ses serviteurs !

Et je vous dirai une nouvelle fois : il est illicite de faire circuler ces publications.

Quiconque les distribue commet un péché et subira le châtiment qui y est attaché le jour de la résurrection.

On le questionnera sur le fait d'avoir propagé les défauts des gens et de leurs gouvernants.

Sachant par ailleurs que ces écrits allient la diffamation à la médisance puisqu'elles contiennent des propos sans fondement aucun.
 

Puisse Allah sauvegarder notre peuple et nos dirigeants du désordre et de la corruption.

Puisse-t-Il attacher la ruse des malfaisants qui sèment la discorde à leur cou et anéantir le plan qu'ils ont fomenté contre ce paisible pays.

Puisse-t-Il faire de nous des sources de guidée et des êtres pieux et bienfaisants.

Il est certes Puissant sur toute chose.
 

Ô serviteurs d'Allah (traduction rapprochée) :

 

« Certes, Allah ordonne l'équité, la bienfaisance et l'assistance aux proches, et Il interdit la turpitude, le blâmable et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. Tenez vos engagements pris au nom d'Allah, et ne vous déliez pas de vos serments une fois que vous les avez prononcés de façon formelle et alors que vous avez pris Allah comme garant de votre bonne foi. Allah sait ce que vous faites. » [2]
 

Souvenez-vous d'Allah, le Magnifique et le Majestueux, Il se rappellera de vous, et soyez Lui reconnaissants quant aux bienfaits qu'Il vous a accordés, Il vous les augmentera.
          

[1] Sourate Les Appartements ; verset 12
[2] Sourate Les Abeilles ; verset 90-91.
 

Auteur : cheikh Muhammad Ibn Sâlih Al'Uthaymeen le 15/06/1415

Traducteur : Ali

copié de sounna.com
 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 14:10
Le bas monde (vidéo)

 
إِنَّمَا مَثَلُ الْحَيَاةِ الدُّنْيَا كَمَاء أَنزَلْنَاهُ مِنَ السَّمَاءِ فَاخْتَلَطَ بِهِ نَبَاتُ الأَرْضِ مِمَّا يَأْكُلُ النَّاسُ وَالأَنْعَامُ حَتَّىَ إِذَا أَخَذَتِ الأَرْضُ زُخْرُفَهَا وَازَّيَّنَتْ وَظَنَّ أَهْلُهَا أَنَّهُمْ قَادِرُونَ عَلَيْهَا أَتَاهَا أَمْرُنَا لَيْلاً أَوْ نَهَاراً فَجَعَلْنَاهَا حَصِيداً كَأَن لَّمْ تَغْنَ بِالأَمْسِ كَذَلِكَ نُفَصِّلُ الآيَاتِ لِقَوْمٍ يَتَفَكَّرُونَ 

 

" En vérité, la vie de ce monde est comparable à l'eau que Nous faisons descendre du ciel et grâce à laquelle toutes sortes de plantes dont se nourrissent les hommes et les bêtes s'entremêlent sur le sol. Et au moment où la terre revêt ainsi sa plus belle parure et s'embellit, les hommes s'imaginent qu'ils en sont les maîtres incontestés. C'est alors que Notre arrêt la frappe de nuit ou de jour, et les récoltes se trouvent anéanties, comme si cette végétation n'était pas florissante la veille. C'est ainsi que Nous exposons Nos signes pour ceux qui savent réfléchir. " (Yunus.verset 24)
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 10:53
L'obligation de l'émigration (al-hijra)

Shaykh An Najmî dit dans son commentaire au livre "les trois bases et leurs preuves" à la parole suivante de shaykh Muhammad Ibn 'Abd Al Wahhâb An Najdî :

 
" Et ensuite, il lui fut ordonné l'émigration (hijrah) vers Al Madînah.
Et la hijrah est obligatoire à cette communauté d'un pays de mécréance
 vers un pays d'Islam, et elle durera jusqu'à ce que se lève l'Heure. "


Shaykh An Najmî dit :

 
Et le sens de "hijrah" : que tu émigres du pays de mécréance, c'est à dire : que tu le délaisses et que tu viennes dans un pays d'Islam.

Car "hijrah" découle de "al hajr" qui est le délaissement.

Et les musulmans ont été ordonnés de délaisser le pays de mécréance pour se diriger vers le pays d'Islam.

Et son jugement est l'obligation à quiconque peut s'en acquitter.

Et pour cela, Allah a informé sur des gens dont les anges ont repris leurs âmes injustes envers eux-mêmes à cause de leur délaissement de la hijrah et de leur préférence pour les pays de mécréance.
 
Shaykh Muhammad Ibn 'Abd Al Wahhâb: Et la preuve est Sa parole :

 

إِنَّ الَّذِينَ تَوَفَّاهُمُ الْمَلآئِكَةُ ظَالِمِي أَنْفُسِهِمْ قَالُواْ فِيمَ كُنتُمْ قَالُواْ كُنَّا مُسْتَضْعَفِينَ فِي الأَرْضِ قَالْوَاْ أَلَمْ
تَكُنْ أَرْضُ اللّهِ وَاسِعَةً فَتُهَاجِرُواْ فِيهَا فَأُوْلَـئِكَ مَأْوَاهُمْ جَهَنَّمُ وَسَاءتْ مَصِيرًا
 
Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant: "Où en étiez-vous?" (à propos de votre religion) - "Nous étions impuissants sur terre", dirent-ils. Alors les Anges diront: "La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre d'émigrer?" Voilà bien ceux dont le refuge et l'Enfer. Et quelle mauvaise destination ! 
 
إِلاَّ الْمُسْتَضْعَفِينَ مِنَ الرِّجَالِ وَالنِّسَاء وَالْوِلْدَانِ لاَ يَسْتَطِيعُونَ حِيلَةً وَلاَ يَهْتَدُونَ سَبِيلاً

A l'exception des impuissants: hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie:
 
فَأُوْلَـئِكَ عَسَى اللّهُ أَن يَعْفُوَ عَنْهُمْ وَكَانَ اللّهُ عَفُوًّا غَفُورًا
A ceux-là, il se peut qu'Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur
[4:97-99]

Et Sa parole :
 
يَا عِبَادِيَ الَّذِينَ آمَنُوا إِنَّ أَرْضِي وَاسِعَةٌ فَإِيَّايَ فَاعْبُدُونِ

Ô Mes serviteurs qui avaient cru! Ma terre est bien vaste. Adorez-Moi donc! [29:56]
Al Baghawî a dit: La cause de la révélation de ce verset est le fait que des musulmans étaient restés à Makkah sans émigrer. Allah les appela au nom de la foi.


Shaykh An Najmî dit:

On déduit de ces versets: L'obligation de la hijrah pour quiconque le peut consiste en le déplacement du pays de mécréance vers le pays d'Islam.

Ceci car le croyant s'expose, dans le pays de mécréance, à y subir des préjudices et l'autorité sera contre lui et pas avec lui.

Et s'il est épargné des préjudices, il n'échappera pas au jugement par autre que le jugement d'Allah comme les lois qu'ont éditées les hommes et par lesquelles ils ont jugées entre les serviteurs d'Allah.

Mais la hijrah nécessite, à notre époque, la permission du pays vers lequel on émigre. Lorsque le pays refuse d'accueillir ce muhâjir (émigré), et bien il n'y a de force et de puissance que par Allah!

Les choses étaient auparavant facilitées, quant à l'heure actuelle, il y a de la difficulté à émigrer. Soit venant du pays duquel on émigre, soit du côté du pays vers lequel on émigre.

Celui donc pour qui la hijrah est facilitée vers un pays islamique, il lui est obligatoire de le faire.

Certains pays musulmans se sont, à l'heure actuelle, endurcis envers quiconque s'attache à la religion d'Allah dans tout ce qui vient et se propage.

 
Et la conclusion est que tout musulman se trouvant dans un pays gouverné par les mécréants par des lois mécréantes, il lui est obligatoire d'émigrer, si il lui est facilité. S'il ne lui est pas facilité, il apparaît qu'il est excusé, par rapport à la parole d'Allah:
 
لاَ يُكَلِّفُ اللّهُ نَفْسًا إِلاَّ وُسْعَهَا
Allah n'impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité.
[2:286]


Et le succès vient d'Allah.
 

Cheikh Ahmad Ibn Yahya An-Najmi - الشيخ أحمد بن يحيى النجمي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Emigration - الهجرة
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 16:23
Ne prête pas attention aux suggestions diaboliques

Question :


Souvent, on a l'intention de faire une bonne action, puis le diable vient suggérer :

« En fait, tu veux que les gens te voient et parlent de toi »,

et cela nous détourne de la bonne action, alors comment éviter cela ?

       

Réponse :
 
Il est possible d'éviter cela en demandant à Allah protection contre Satan le lapidé (dire : « A'ûdhu billahi minash-Shaytan ir-Rajîm ») et entreprendre fermement la bonne œuvre sans prêter attention à ces suggestions qui dissuadent d'accomplir de bonnes actions.

Ainsi, en s'en détournant et en demandant à Allah protection contre Satan le lapidé, cela disparaîtra par la permission d'Allah.
 
Fatâwâ-l-'Aqîda, pages 347 et 348.
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 12:20
Hadith Nawawi 2 : Islam, iman, ihsan - L'islam, la foi, l'excellence (audio)

Omar رَضِيَ اللهُ عَنْهُ a de même relaté :

 

"Un jour, alors que nous étions assis auprès du messager d'Allâh صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ, Un homme aux vêtements très blancs et aux cheveux très noirs apparut.

On ne voiyait pas sur lui les traces du voyage et nul parmi nous ne le connaissait.

Il s’assit devant le Prophète صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ, mit ses genoux contre les siens, posa les mains mains sur ses cuisses puis dit : 

- Ô Muhammad, informe-moi sur l’Islam! le messager d'Allâh répondit : 

- L’Islam, est que tu attestes que nul n'est digne d'adoration si ce n'est Allâh et que Muhammad est le Messager d'Allâh, que tu accomplices la prière, que tu donnes l’aumône [Zakât], jeûnes le Ramadane et que tu fasses le pèlerinage à la demeure si tu peux y arriver. - L’étranger : Tu as dit la vérité. 

Nous nous sommes alors étonnés de cette situation : Il le questionne puis il l’approuve.

- L’étranger : Informe-moi sur la foi [ Imâne ].

- La foi, dit-il, c’est que tu croies en Allâh en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour Dernier,

et que tu croies dans le Décret [ Qadar ], qu’il s’agisse dans son bien ou de son mal.

- L’étranger : Tu as dis la vérité, dit-il

- L’étranger : Informe-moi sur le bel-agir, ajouta-t-il.

- Que tu adores Allâh comme si tu Le voyais. Et si tu ne Le vois pas, Lui te voit. Lui répondit le Prophète صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ

- L’étranger : Informe-moi sur l’Heure ( de la résurrection ).

- Celui qui est interrogé n’en sait pas plus sur elle que celui qui l’interroge, lui répondit-il.

- L’étranger : Informe-moi sur ses signes précurseurs.

- Quand la femme donnera naissance à sa propre maîtresse, et quand tu verras les vas-nu-pieds, les déguenillés et les gueux, gardiens de bêtes, rivaliser dans l’élévation des constructions. 

Puis l’homme s’en alla. Je restais un bon bout de temps sans rien demander sur cette affaire, puis l’Envoyé d'Allâh صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وسَلَّمَ me dit :

- Sais-tu qui est venu m’interroger ?

- Allâh et Son Envoyé le savent mieux que moi, lui dis-je.

- C’est l’Ange Gabriel. Il est venu vous apprendre votre religion."

Rapporté par Muslim

بياناﻷسلام واﻹيمان واﻹحسان

عَنْ عُمَرَ رَضِيَ اللهُ عَنْهُ قَالَ

بَيْنَمَا نَحْنُ جُلُوسٌ عِنْدَ رَسُولِ اللهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ ذَاتَ يَوْمٍ , إِذْ طَلَعَ عَلَيْنَا رَجُلٌ شَدِيدُ بَيَاضِ الثِّيَابِ , شَدِيدُ  سَوَادِ الشَّعْرِ , لاَ يُرَى عَلَيْهِ أَثَرُ السَّفَرِ , وَ لاَ يَعْرِفُهُ مِنَّا أَحَدٌ , حَتَّى جَلَسَ إِلَى النَّبِيِّ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ , فَأَسْنَدَ رُكْبَتَيْهِ إِلَى رُكْبَتَيْهِ , وَ وَضَعَ كَفَّيْهِ عَلَى فَخِذَيْهِ , وَ قَالَ 

يَا مُحَمَّدُ , أَخْبِرْنِي عَنِ الإسْلاَمِ . فَقَالَ رَسُولُ اللهُ عَلَيْهِ وَ سَلَمَ

" الإِسْلاَمُ أَنْ تَشْهَدَ أَنْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللهُ وَ أَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ اللهِ , وَ تُقِيمَ الصَّلاَةَ , وَ يُؤْتِيَ الزَّكَاةَ , وَ تَصُومَ رَمَضَانَ , وَ تَحُجَّ البَيْتَ إِنْ اسْتَطَعْتَ إِلَيْهِ سَبِيلاً

قَالَ : صَدَقْتَ . فَعَجِبْنَا لَهُ يَسْأَلُهُ وَ يُصَدِّقُهُ . قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنِ الإِمَانِ . قَالَ

" أَنْ تُؤْمِنَ بِاللهِ , وَ مَلاَئِكَتِهِ , وَ كُتُبِهِ , وَ رُسُلِهِ , وَ اليَوْمِ الآخِرِ , وَ تُؤْمِنَ بِالقَدَرِ خَيْرِهِ وَ شَرِّهِ

قَالَ : صَدَقْتَ . قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنِ الإِحْسَانِ . قَالَ

" أَنْ تَعْبُدَ اللهَ كَأَنَّكَ تَرَاهُ , فَإِنْ لَمْ تَكُنْ تَرَاهُ  فَإِنَّهُ يَرَاكَ

قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنِ السَّاعَةِ

" مَا المَسْؤُولُ عَنِهَا بِأَعْلَمَ مِنَ السَّائِلِ

قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنْ أَمَارَاتِهَا . قَالَ

" أَنْ تَلِدَ الأَمَةُ رَبَّتَهَا , وَ أَنْ تَرَى الحُفَاةَ العُرَاةَ العَلَةَ رِعَاءَ الشَّاءِ يَتَطَوَلُونَ فِي البُنْيَانِ

ثُمَّ انْطَلَقَ فَلَبِثْتُ مَلِّيًا . ثُمَّ قَالَ

" يَا عُمَرُ أَتَدْرِي مِنَ السَّائِلُ ? " قُلْتُ : اللهُ وَ رَسُولُهُ أَعْلَمُ . قَالَ : " فَإِنَّهُ جِبْرِيلُ أَتَاكُمْ يُعَلِّمُكُمْ دِينِكُمْ

رَوَاهُ مُسِلِمٌ

 Publié par 3ilmchar3i.net

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Hadith - الأربعين النووية - مصطلح الحديث
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 12:10
«Toute marchandise vendue ne sera ni échangée, ni remboursée»

Question :

 

Quel est l'avis de la religion sur la phrase :

 

(la marchandise vendue n'est plus échangeable ni remboursable) que certains propriétaires de boutiques écrivent sur les factures qu'ils délivrent ?

 

Cette condition est-elle légalement permise ?

 

Quel conseil donnez-vous sur ce sujet ?

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis de vendre une marchandise à condition qu'elle ne puisse pas être rendue ou changée, car cette condition n'est pas valide vu le préjudice et le camouflage qu'elle recèle.

 

En plus, l'objectif du vendeur à travers cette condition est de contraindre l'acheteur à garder la marchandise même si elle est défectueuse.

 

Poser cette condition ne le disculpe pas des défauts que renferme la marchandise, car si elle est défectueuse, il doit la changer avec une autre saine ou payer l'indemnité du défaut à l'acheteur.

 

Car, le prix est entièrement versé contre la marchandise saine.

 

Le fait que le vendeur prenne le prix malgré la défectuosité de la marchandise est illicite.

 

En plus, si la loi a établi la condition conventionnelle et la condition linguistique c'est pour exiger la validité de tout défaut afin qu'il soit possible au client de rendre la marchandise en cas de défaut.

 

Ici, l'exigence de la salubrité de la marchandise du point de vue conventionnel tient lieu de cette même exigence du point de vue linguistique.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

كتابة البائع عبارة

(البضاعة لا ترد ولا تستبدل)

س: ما حكم الشرع في كتابة عبارة: (البضاعة المباعة لا ترد ولا تستبدل) التي يكتبها بعض أصحاب المحلات التجارية على الفواتير الصادرة عنهم، وهل هذا الشرط جائز شرعًا، وما هي نصيحة سماحتكم حول هذا الموضوع؟

ج: بيع السلعة بشرط أن لا ترد ولا تستبدل لا يجوز؛ لأنه شرط غير صحيح؛ لما فيه من الضرر والتعمية، ولأن مقصود البائع بهذا الشرط إلزام المشتري بالبضاعة ولو كانت معيبة، واشتراطه هذا لا يبرؤه من العيوب الموجودة في السلعة؛ لأنها إذا كانت معيبة فله استبدالها ببضاعة غير معيبة، أو أخذ المشتري أرش العيب. ولأن كامل الثمن مقابل السلعة الصحيحة، وأخذ البائع الثمن مع

وجود عيب أخذ بغير حق. ولأن الشرع أقام الشرط العرفي كاللفظي، وذلك للسلامة من العيب حتى يسوغ له الرد بوجود العيب، تنزيلاً لاشتراط سلامة المبيع عرفًا منزلة اشتراطها لفظًا.

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

الفتوى رقم - 13788

(الجزء رقم : 13، الصفحة رقم: 198)

 

La Fatwa numéro ( 13788 )

(Numéro de la partie: 13, Numéro de la page: 198)

copié de alifta.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 14:44
L'invocation agréée (vidéo)

La louange est à Allah Seigneur des mondes, et que les éloges et le salut d'Allah soient sur Mohamed, sa famille et ses compagnons.

 

Et je demande à Allah pour moi et pour mes frères musulmans la réussite dans la droiture de la croyance, des paroles et des actes. 

 

Allah عز و جل dit : 

 

وَقَالَ رَبُّڪُمُ ٱدۡعُونِىٓ أَسۡتَجِبۡ لَكُمۡۚ إِنَّ ٱلَّذِينَ يَسۡتَكۡبِرُونَ عَنۡ عِبَادَتِى سَيَدۡخُلُونَ جَهَنَّمَ دَاخِرِينَ

 

"Et votre Seigneur dit: «Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M’adorer entreront bientôt dans l’Enfer, humiliés»." (Sourate Ghâfar verset 60)

 

Celui qui pose la question dit qu'il a invoqué Allah et Allah ne l'a pas exaucé. 

 

Cette réalité pose problème avec ce noble verset où Allah a promis qu'Il exaucerait celui qui L'invoque. 

 

Et Allah ne trahit pas Ses promesses.

 

La réponse à cela est que l'exaucement possède des conditions qu'il faut respecter.

 

Ces conditions sont :

 

Première condition

 

La sincérité (Al ikhlâs) envers Allah.

 

La personne doit être sincère dans son invocation et doit se tourner vers Allah avec un coeur présent, étant véridique dans son recours à Allah, sachant qu'Allah est capable d'exaucer les invocations, espérant l'exaucement de la part d'Allah.

 

Deuxième condition

 

Que la personne ressente au moment de l'invocation qu'il a grand besoin d'Allah, et même qu'il est dans la plus grande nécessité d'Allah. 

 

Et qu'Allah seul est Celui qui exauce les invocations de celui qui est dans le besoin s'il L'invoque, et dissipe les malheurs. 

 

Par contre si la personne invoque Allah en ressentant qu'elle peut se passer de Lui, et qu'elle n'est pas dans la grande nécessité d'Allah, et L'invoque seulement comme cela, par habitude, alors celui-ci n'est pas digne d'être exaucé.

 

Troisième condition

 

Qu'il s'abstienne de la nourriture illicite. 

 

Car la nourriture illicite est une barrière entre la personne et l'exaucement, comme est rapporté dans un hadith sahih : 

 

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : 

 

"Allah est bon et n'accepte que ce qui est bon. Et Allah a prescrit aux croyants ce qu'il a prescrit aux Envoyés. "

 

Allah dit : 

يَـٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ ڪُلُواْ مِن طَيِّبَـٰتِ مَا رَزَقۡنَـٰكُمۡ وَٱشۡكُرُواْ لِلَّهِ إِن ڪُنتُمۡ إِيَّاهُ تَعۡبُدُونَ

 

"Ô les croyants! Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées. Et remerciez Allah, si c’est Lui que vous adorez." (Sourate Al Baqara verset 172) 

 

Et Allah dit : 

يَـٰٓأَيُّہَا ٱلرُّسُلُ كُلُواْ مِنَ ٱلطَّيِّبَـٰتِ وَٱعۡمَلُواْ صَـٰلِحًا‌ۖ 

 

"Ô Messagers! Mangez de ce qui est permis et agréable et faites du bien." (Sourate Al Mou'minôun verset 51) 

 

Puis le Prophète ( صلى الله عليه و سلم ) mentionna : 

 

"Le cas de l'homme qui, prolongeant son voyage, tend les mains vers le Ciel (s'écriant) : "Ya Rabbi ! Ya Rabbi!" (Ô mon Seigneur ! Ô mon Seigneur!) alors que sa nourriture est illicite, sa boisson illicite, ses vêtements illicites et qu'il s'est nourri de choses illicites.

Comment serait-il exaucé?" 

 

Donc le Prophète ( صلى الله عليه و سلم ) a exclu que soit exaucé cet homme qui a réalisé les causes apparentes par lesquelles on demande l'exaucement et qui sont : 

 

Première cause

 

Le fait de lever les mains vers le Ciel, c'est-à-dire vers Allah.

 

Car Allah est au Ciel, au dessus du Trône. 

 

Et tendre les mains vers Allah fait partie des causes de l'exaucement comme il est rapporté dans le hadith rapporté par l'imam Ahmad dans son Musnad : 

 

"Allah est Hayiyun (pudique, gêné) et Noble.

Il est gêné, lorsque Son serviteur lève les mains vers Lui, de les laisser vides" 

 

Deuxième cause

 

Cet homme a invoqué Allah par le nom "Rabb" (Seigneur, Maître) : "Ya Rabbi ! Ya Rabbi !".

 

Et le rapprochement (l'imploration) d'Allah par ce nom fait partie des causes de l'exaucement. 

 

Car le Rabb est le Créateur, le Souverain, le Gérant de toutes les choses.

 

Entre Ses mains sont les clés (les trésors) des cieux et de la terre. 

 

C'est pour cela que tu trouves que la plupart des invocations citées dans les Noble Coran contiennent ce nom : 

 

رَّبَّنَآ إِنَّنَا سَمِعۡنَا مُنَادِيً۬ا يُنَادِى لِلۡإِيمَـٰنِ أَنۡ ءَامِنُواْ بِرَبِّكُمۡ فَـَٔامَنَّا‌ۚ رَبَّنَا فَٱغۡفِرۡ لَنَا ذُنُوبَنَا وَڪَفِّرۡ عَنَّا سَيِّـَٔاتِنَا وَتَوَفَّنَا مَعَ ٱلۡأَبۡرَارِ (١٩٣) رَبَّنَا وَءَاتِنَا مَا وَعَدتَّنَا عَلَىٰ رُسُلِكَ وَلَا تُخۡزِنَا يَوۡمَ ٱلۡقِيَـٰمَةِ‌ۗ إِنَّكَ لَا تُخۡلِفُ ٱلۡمِيعَادَ (١٩٤) فَٱسۡتَجَابَ لَهُمۡ رَبُّهُمۡ أَنِّى لَآ أُضِيعُ عَمَلَ عَـٰمِلٍ۬ مِّنكُم مِّن ذَكَرٍ أَوۡ أُنثَىٰ‌ۖ بَعۡضُكُم مِّنۢ بَعۡضٍ۬‌ۖ فَٱلَّذِينَ هَاجَرُواْ وَأُخۡرِجُواْ مِن دِيَـٰرِهِمۡ وَأُوذُواْ فِى سَبِيلِى وَقَـٰتَلُواْ وَقُتِلُواْ لَأُكَفِّرَنَّ عَنۡہُمۡ سَيِّـَٔاتِہِمۡ وَلَأُدۡخِلَنَّهُمۡ جَنَّـٰتٍ۬ تَجۡرِى مِن تَحۡتِہَا ٱلۡأَنۡهَـٰرُ ثَوَابً۬ا مِّنۡ عِندِ ٱللَّهِ‌ۗ وَٱللَّهُ عِندَهُ ۥ حُسۡنُ ٱلثَّوَابِ (١٩٥)

 

"Seigneur (Rabbana) ! Nous avons entendu l’appel de celui qui a appelé ainsi à la foi: «Croyez en votre Seigneur» et dès lors nous avons cru. Seigneur (Rabbana), pardonne-nous nos péchés, efface de nous nos méfaits, et place nous, à notre mort, avec les gens de bien. (193) Seigneur (Rabbana) ! Donne-nous ce que Tu nous as promis par Tes messagers. Et ne nous couvre pas d’ignominie au Jour de la Résurrection. Car Toi, Tu ne manques pas à Ta promesse» (194) Leur Seigneur les a alors exaucés (disant): «En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien que quiconque parmi vous a fait, homme ou femme, car vous êtes les uns des autres. Ceux donc qui ont émigré, qui ont été expulsés de leurs demeures, qui ont été persécutés dans Mon chemin, qui ont combattu, qui ont été tués, Je tiendrai certes pour expiées leurs mauvaises actions, et les ferai entrer dans les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, comme récompense de la part d’Allah.» Quant à Allah, c’est auprès de Lui qu’est la plus belle récompense. (195)" (Sourate Ali 3imran , Versets 193-195)

 

Et le rapprochement (l'imploration) d'Allah par ce nom fait partie des causes de l'exaucement. 

 

Troisième cause

 

Cet homme était en voyage. 

 

Et le voyage, le plus souvent, est parmi les causes de l'exaucement. 

 

Car l'individu, en voyage, ressent qu'il est dans le besoin et dans la nécessité d'Allah, plus que s'il était installé avec sa famille.

 

Quatrième cause

 

Il est ébouriffé et poussiéreux comme s'il ne se préoccupait pas de sa personne.

 

C'est comme si la chose la plus importante pour lui était qu'il se tourne vers Allah et l'invoque quel que soit l'était dans lequel il se trouve. 

 

Qu'il soit ébouriffé et poussiéreux, ou qu'il soit dans l'aisance.

 

Et le désordre (dans ses cheveux) et la poussière ont une conséquence dans l'exaucement. 

 

Comme il est rapporté dans le hadith du Prophète (صلى الله عليه و سلم) : 

 

"Allah (qu'Il soit exalté) descend au ciel de ce monde, l'après midi du jour de Arafat, fier devant les anges pour tous les gens rassemblés, Il leur dit : 

"Regardez mes serviteurs, ils sont venus vers mois de toutes parts couverts de poussière et les cheveux en bataille." " 

 

Ces quatre causes de l'exaucement n'ont servi à rien.

 

Cela, car sa nourriture est illicite, ses vêtements sont illicites, et qu'il s'est nourri de choses illicites. 

 

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم ) a dit : "Comment serait-il exaucé?" 

 

Donc ces conditions d'exaucement, si elles ne sont pas remplies, alors l'exaucement apparaît éloigné (difficile). 

 

Et si elles sont remplies (les conditions d'exaucement) et qu'Allah n'a pas exaucé celui qui invoque alors ceci est pour une sagesse qu'Allah connaît, et que ne connaît pas celui qui invoque. 

 

‫وَعَسَىٰٓ أَن تَكۡرَهُواْ شَيۡـًٔ۬ا وَهُوَ خَيۡرٌ۬ لَّڪُمۡ‌ۖ‬

"Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien." (Sourate Al Baqara, verset 216) 

 

Et si ces conditions sont remplies et qu'Allah n'exauce pas l'invocation, c'est soit qu'Allah repousse de lui un mal plus grand, ou qu'Il la préserve pour lui pour le Jour du Jugement, et Il l'acquittera de sa récompense qui sera alors multipliée. 

 

Car cette personne qui a invoqué en respectant les conditions et qui n'a pas été exaucée, et dont aucun mal plus grand n'a été détourné de lui, il se peut qu'elle ait accompli les causes et que la réponse à son invocation ait été empêchée par une sagesse. 

 

Il lui sera alors donné deux récompenses : une fois pour son invocation, et une fois pour le malheur de ne pas avoir été exaucé. 

 

Allah lui garde auprès de Lui quelque chose de plus grand et de plus parfait. 

 

Et il est aussi important que la personne ne trouve pas longe l'attente à la réponse de son invocation.

 

Cela fait aussi partie de ce qui empêche l'exaucement comme il est rapporté dans le hadith : le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : 

 

" Chacun de vous est exaucé tant qu'il ne se montre pas impatient" 

On lui dit : "Comment se montre-t-il impatient ô Messager d'Allah ?" 

Il répondit : "En disant : j'ai invoqué, j'ai invoqué et j'ai invoqué et je n'ai pas été exaucé" 

 

Il ne faut donc pas que la personne trouve longue la réponse à son invocation et qu'il soit déçu et délaisse l'invocation. 

 

Au contraire, qu'il persiste dans l'invocation. 

 

Car toute invocation que tu fais à Allah est une adoration qui te rapproche d'Allah et qui augmente ta récompense. 

 

Donc à toi, Ô frère, d'invoquer Allah dans toutes tes affaires générales et particulières, les plus difficiles et les plus aisées. 

 

Et si l'invocation n'était seulement qu'adoration d'Allah, il serait digne pour la personne de veiller à elle.

 

Retranscription par Amatulhaqq - Katia (@chaboulix) رحمها الله

 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله