compteur de visite

Catégories

29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 20:50
La gélatine et les additifs (audio)

Question posée à shaykh Al-'Uthaymîn :

 

Noble shaykh, quel est le jugement sur les aliments qui contiennent de la gélatine ou de la gélatine de vache ?

 

Réponse :

Si nous savons que la vache est morte sans l'action de l'homme ou que le sacrificateur ne l'a pas égorgée de manière légiférée ou que c'est une personne dont le sacrifice ne nous est pas permis, alors c'est une bête morte (maytah, donc illicite), il n'est pas permis de la manger.

Si un  Majûsi (adorateur du feu) égorge une vache, elle est illicite, même s'il prononce le nom d'Allah et fait couler le sang.

Et si un musulman égorge une vache, mais d'une manière non légiférée, elle devient illicite et est considérée comme une bête morte.

 

Et s'il en prend une partie et la mélange avec autre chose et que persiste la trace de son goût, de sa couleur ou de son odeur, (le mélange de deux) est interdit.

Et si cette partie est dissoute et ne laisse aucune trace, il n'y a aucun mal (à en consommer), car les Compagnons mangeaient du fromage des  Majûs (adorateurs du feu), or le sacrifice des Majûs est illicite.

Ceci, car on ne prend que peu de ces matières grasses dans le fromage et que son goût n'apparaît pas dans la nourriture.

Cela prouve que la chose qui ne laisse pas de trace, n'a pas d'effet (sur l'aliment final qui peut être consommé). »
 

Source : Liqa'ât Al-Bâb Al-Maftûh, n° 1170

100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
Question posée à shaykh Al-Albânî :

Une question concernant la nourriture, il y a un type de chocolat ou plutôt la plus grande partie des types de chocolat, contiennent une quantité d'alcool lors de la fabrication, mais il est dit que cela s'évapore lors de la fabrication, cela prend-il le jugement du fromage dans ce cas ?
 
Réponse :

Cette question demande des explications dont j'ignore si vous avez connaissance ou non.
 Cette quantité est-elle petite ou grande ?
Est-il vrai qu'elle s'évapore que la quantité soit petite ou grande ?
Cela est-il vrai ?
100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
Question posée à shaykh Al-Albânî :

Un frère chimiste a fait des recherches sur cela et c'est ce qu'il dit.
La quantité ajoutée s'évapore totalement lors de la fabrication.
 
Réponse :

A partir de là, ou comme nous avons dit à ton compagnon, selon ta parole (et ta responsabilité), nous répondons à ce type de question en parlant de ce qui se rapporte aux médicaments.

Nous savons tous qu'il est écrit sur une grande partie des médicaments : taux d'alcool 10%, 15%, moins ou plus, et plus encore l'eau de cologne.

En ce qui concerne ces médicaments et les chocolats sur lesquels tu interroges : s'il est vrai que cela se passe comme tu l'as décrit (évaporation), il est permis de les consommer de les vendre et de les acheter aux mécréants, mais il est interdit de les fabriquer dans les pays musulmans.

Pourquoi cette différence ?

Il est clair que les médicaments sont plus importants que le chocolat, car le chocolat fait partie des choses superflues alors que les médicaments fait partie des choses nécessaires.

Malgré tout, il n'est pas permis de fabriquer dans un pays musulman un médicament dans lequel il y a de l'alcool.

Pourquoi ?

Car cela implique de ceux qui le fabriquent de faire de l'alcool, de presser du raisin pour en faire de l'alcool, et cela est totalement interdit dans les pays musulmans, d'après ce que nous savons de la parole du prophète ( salallahu' alahi wasalam) : 
 
"Allah a maudit dix personnes dans le vin : celui qui le boit, celui qui le sert, celui qui le vend, celui qui l'achète, celui qui le presse, celui qui le transporte, celui à qui on l'apporte..." jusqu'aux dix types cités dans le hadith.

Donc faire un médicament qui contient de l'alcool nécessite de presser le raisin pour en faire de l'alcool et celui qui le fait est maudit, donc cela n'est pas permis.

Mais si cela nous parvient des pays de mécréance qu'Allah a décrits en disant qu'ils n'interdisaient rien et ne rendaient rien licites, (cela est permis).

Donc ce médicament, s'il n'enivre pas en grande quantité, il est permis de le boire car c'est un liquide.

Ainsi nous revenons au chocolat et nous disons que si la parole de celui qui t'a informé est authentique et que effectivement l'alcool s'évapore lors de la fabrication, cela n'enivre pas et il est permis d'en consommer.

Mais je répète et j'insiste, il n'est pas permis de les fabriquer dans les pays musulmans. La réponse est claire ?
 
Source : Silsila al-huda wa nûr, cassette 491
 

100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
Question posée à shaykh Ibn Bâz :

Quel est le jugement sur la mise en garde annoncée dans un colloque aux USA mentionnant que certains produits contenaient de la chair de porc, comme des savons, des pâtes, des fromages...
Avez-vous eu connaissance de ce colloque et de ces produits ?
 
Réponse :

Nous avons été interrogé sur ces produits et sur ce colloque, et cela a été transmis aux autorités compétentes du Royaume (d'Arabie) qui ont montré que rien de cela ne parvenait dans le Royaume, et rien ne nous montre le contraire de ce qu'ils ont rappelé, disant que certains produits provenant des pays des Gens du Livre contenaient de la chair ou de la graisse de porc.

Et la règle de base est que les choses sont permises jusqu'à que l'on prouve son contraire, d'après la Parole d'Allah (traduction rapprochée) : « Ô vous les croyants, mangez des bonnes choses que Nous vous avons attribuées et remerciez Allah si c'est vraiment Lui que vous adorez », et Allah est celui qui accorde le succès.
 
Source : Majmû' fatâwâ wa maqâlât, volume 5.
100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
Question posée à shaykh Al-Albânî concernant le savon fabriqué à partir de graisse de porc :
 
Ainsi il ne convient pas de différencier dans ce qui est introduit entre la chair de porc ou la chair du bétail (non égorgé légalement), car le premier est illicite et impur et le deuxième est également illicite et impur.

Ainsi, il apparaît, et Allah est plus savant, que nous ne regardons le départ de la fabrication du savon lorsqu'ils introduisent du porc qui est illicite, mais nous regardons le résultat final, et comme nous l'avons dit souvent précédemment, les œuvres ne valent que par leur fin.

Nous donnons un exemple cité par les juristes, tout en se rappelant que ceux-ci ont divergé sur le hadith précédent : « Toute peau tannée est pure », cela comprend-il les peaux illicites, en particulier le chien.

Certains l'ont assimilé à la globalité du hadith et d'autres l'ont exclu, et ceux qui ont exclu le chien ont exclu a fortiori le porc.

Mais le hadith est global et n'est pas spécifié comme facilité pour la Communauté.

Je reviens à notre exemple et je dis : lorsque les savants ont dit que la transformation était purificatrice, il y a dans le désert différents éléments naturels comme le vent, la pluie, le soleil qui ont transformé ce cadavre en sel.

Celui qui le regarde maintenant voit uniquement que c'est du sel, il goûte et c'est du sel, alors que d'autres peuvent savoir que cela vient de la terre et que cela a été transformé par les éléments en sel.

Et il n'y a aucune différence, ce sel est licite pour toi et lui, bien que lui en connaisse l'origine et toi non.

Venons-en au dernier exemple, ce sel vient d'un porc mort (non égorgé), il est illicite pour deux raisons, il était d'abord illicite (en tant que porc) puis il est mort (sans être sacrifié), ténèbres sur ténèbres.

Ce porc a été transformé en sel, de goût et de nature...

Mais toi tu dois regarder le résultat, c'est du sel licite et pur, et on ne peut te contredire sur cela même si on connaît l'origine de ce sel : un porc mort.

Les actions ne valent que par leur fin, et tant que le résultat est licite et pur c'est ce qui nous est demandé de prendre en considération.

Nous voyons ce savon et peu nous importe qu'ils aient introduit une impureté et l'aient transformée par une méthode chimique en un savon purifiant et parfumé... Nous devons regarder le résultat et nous n'avons pas à regarder au début du processus.
 
Source : Silsila Al-Huda wa Nûr, cassette 91
 

100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
Question posée à shaykh Ar-Râjihî :

Le frère Ibrâhîm du Danemark demande quel est le jugement sur la gélatine extraite des animaux interdits ?
 
Réponse :

Les animaux interdits sont une impureté ainsi que ce que l'on peut en extraire, car les animaux interdits sont une impureté en ce qui concerne la nourriture et tout ce que l'on peut en extraire est impur, donc il ne faut pas l'utiliser.
 
Source : sh-rajhi.org
100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
Question posée à shaykh 'Ubayd Al-Jâbirî :
 
Dans une session de questions-réponses sur Paltalk, shaykh 'Ubayd a été interrogé sur les multiples ingrédients parfois inconnus que l'on trouve dans les aliments, il a répondu en rappelant que le musulman avait un règle de base de laquelle il ne s'écartait pas et qui est que la base pour les choses est qu'elles sont pures jusqu'à ce que l'on montre qu'elles contiennent quelque chose d'illicite.

A partir du moment où l'on sait qu'il y a quelque chose d'illicite dedans, l'aliment entier devient illicite...
100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
On voit donc que les avis des savants divergent, les uns voient la permission, les autres non.

Le musulman attaché à sa religion ne peut se contenter de dire « untel a dit », quelle que soit cette personne, c'est pourquoi il faut essayer de comprendre le fondement de leur divergence.

En fait, les savants ont divergé sur cette question bien avant l'invention de tous les produits chimiques que l'on trouve de nos jours.

Et toute la question repose sur ce qu'on appelle  Al-Istihâlah, c'est-à-dire la transformation d'un corps, le passage d'un état à un autre.

Selon l'avis que l'on adopte sur la question, l'aliment final sera licite ou non, même s'il contient au départ un composant illicite.
100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-
Shaykh Al-Bassâm nous résume les avis des savants et nous explique de quoi il en retourne :
 
Al Istihâlah (la transformation)
 
Les savants ont divergé sur la purification de l'impureté par la transformation, c'est-à-dire le passage d'un état (d'impureté) à un autre (pur).
 
  • Abû Hanîfah et Ahl Az-Zhâhir (Les savants qui se sont attachés excessivement au sens apparent des textes) ont été d'avis que l'impureté était purifiée par la transformation, c'est aussi un des avis rapportés de l'imam Mâlik et Ahmad, et c'est également l'avis de shaykh ul-Islâm ibn Taymiyyah.
 
  • La majorité des savants sont d'avis que la transformation ne purifie pas l'impureté, et c'est l'avis de Mâlik, As-Shâfi'î et Ahmad. Leur preuve est que le prophète (salallahu' alayhi wasalam) a interdit de manger la bête qui mange ses excréments (jalâlah) et de boire son lait car sa nourriture est impure. 
 
  • Shaykh ul-Islâm ibn Taymiyyah a dit : « Ce qui est juste est que cela est pur s'il ne reste aucune trace de l'impureté, ni goût ni couleur ni odeur, car Allah a permis les bonnes choses et interdit les mauvaises, et (le jugement) suit nature de la chose et son état et si cela redevient du vinaigre, cela rentre dans les bonnes choses (sa parole concerne la transformation du vin en vinaigre qui a déjà été abordée dans un autre article)."
 
  • Shaykh Muhammad ibn Ibrâhim Âl As-Shaykh a dit : La transformation purifie l'impureté, c'est là l'avis authentique et les preuves à ce sujet sont clairs.
 
La divergence des savants
 
Les savants sont unanimes sur le fait que l'eau pure fait disparaître l'impureté, mais ils ont divergé sur les huiles et les solides, font-ils disparaître l'impureté ou non. Abû Hanîfah et ceux qui l'ont suivi sont d'avis que l'impureté peut être purifiée dans tout lieu et par tout corps pouvant faire disparaître l'impureté, que ce soit une huile ou un solide. Les trois autres imams sont d'avis que les lieux ne peuvent être purifiés que par de l'eau pure, exception faite de l'essuyage avec un solide (istijmar) après avoir accompli ses besoins.
 
Ibn Rushd a dit : la cause de leur divergence est de savoir si la disparition de l'impureté par l'eau consiste seulement à dissiper (désagréger) sa nature (ce qui la compose), dans ce cas tout ce qui peut dissiper la nature de l'impureté est égal à l'eau, ou l'eau a-t-elle une spécificité que l'on ne retrouve pas ailleurs ?
 
Abû Hanîfah s'est appuyé sur des hadiths et des récits des compagnons, parmi lesquels celui rapporté par Abû Dâwûd d'après Abû Hurayrah, le prophète (salallahu' alayhi wasalam) a dit :

« Si l'un d'entre vous marche sur une impureté, la terre est un moyen de purification. »

Et aussi par ce qui est rapporté par At-Tirmidhî d'après Umm salamah qui a dit au prophète (salallahu' alayhi wasalam) :

« Je suis une femme qui allonge son vêtement et je marche en des endroits sales. »

Le prophète lui dit : « (La terre sur laquelle tu marcheras) après le purifiera. »


C'est un des avis de l'imam Ahmad, et c'est aussi l'avis d'Ibn 'Aqîl et shaykh Taqî Ad-Dîn.
 

Shaykh 'Abd Ar-Rahmân As-Sa'dî a dit : Ce qui est authentique est que si l'impureté disparaît par un moyen quelconque, elle est purifiée, de même si elle passe d'un état d'une chose mauvaise à l'état d'une chose bonne, elle est totalement purifiée par cela, car l'impureté dépend de la souillure, si elle est présente ou non.
 

Source : Tawdhih Al-Ahkâm (1/138-139)

traduit par salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Cheikh ‘Abdel‘Azîz Bnou ‘Abdillah Ar-Râjihî - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله الراجحي
Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري
Cheikh ‘Abdullâh Ibn ‘Abder-Rahmân al-Bassâm - الشيخ عبد الله البسام

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Aliments et boissons - الأطعمة والأشربة
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 20:35
Le coran, c'est du tawhid ! (vidéo-dossier)

Le Qouran fut ouvert par le tawhid et cloturé par le tawhid, le qoran traite de tawhid plutot le qouran tout entier est du tawhid comme a dit le grand savant ibn Qayyim rahimahoullah dans son livre "le sentier des itinerants", le qouran tout entier est dédié au tawhid car le qouran nous renseigne sur Allah qu'Il soit glorifié dans sa Seigneurie, sa Divinité, Ses Noms et attributs et ça c'est le tawhid dans la connaissance, la science.
 
Ou alors le qouran traite de la sincèrité dans le culte, unifier allah dans nos oeuvres dans Son obéissance, éxécuter ses ordres et tout cela c'est le tawhid dans les actes.
 
Ou alors le Qouran nous informe de ce qu'Allah a préparé pour ceux qui ont unifié Allah dans leur actes et leurs oeuvres et ceci est la récompense des gens du tawhid et leur félicité
 
Sinon le qouran nous informe de ce qu'Allah a reservé comme punition et chatiments terrestre ici bas et dans l'au dela a celui qui aura désobéi à Allah, qui l'aura renié, ou aura adoré autre que Lui et ceci sera la conséquence de ceux qui auront abandonné le tawhid.
 
Il y a aussi des description du paradis et de ses délices et de l'enfer et de ses chatiments torrides et qui seront les demeures de ceux qui auront réalisés le tawhid ou alors délaissé le tawhid.
 
C'est ainsi ô musulman qu'il nous faut nous préoccuper du tawhid avant tout autre chose afin qu'il soit notre priorité et cela avant tout autre obligation.
 
Lorsque les prophetes furent envoyé à leur peuple la première chose à laquelle il les ont apellés c'est l'unicité d'Allah, (traduction rapprochée) :

 

"Qu'ils adorent Allah vous n'avez en dehors de lui aucune divinité véritable"
 
Ainsi tout prophète qui fut envoyé par Allah commença son appel sur l'unicité d'Allah.
 
Ainsi lorsque le messager d'Allah sallAllah alayhi wa salam envoya Mu'adh aux gens du yemen pour les appeler a l'islam il lui dit :

 

" que la première chose à laquelle tu les appelles soit le témoignage qu'il n'y a de divinité digne d'adoration si ce n'est Allah et dans une autre version que la premiere chose a laquelle tu les appelles soit d'unifier Allah."
 
Le Tawhid est le premier ordre, et aussi le dernier, d'une maniere interieure et exterieur et il est la base du secours et le secret du bonheur ici bas et dans l'au-delà.

 

Tiré de la cassette "aqsâm at tawhid" 
copié de ahloulhadith.typepad.com 

 

Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Unicité - التوحيد
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 20:13
Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le coran et l’enseigne
Ceci est un commentaire de Chaykh Al Albaany sur le Hadith numero 1173 dans [Assilsila Assahiha] qui est raporté par Abou Abdirrahman Assoulamiy selon Outhmaan Ibn Affaaan que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 
"Le meilleur d'entre vous est celui qui apprend le Coran et l'enseigne".

Il (Rahimahoullah) a dit :

Le Hadith nous indique d'apprendre le Coran, et que le meilleur des enseignants est celui qui enseigne le Coran, et que la meilleure chose que l'individu pourrait apprendre c'est le Coran, si seulement les étudiants de sciences islamiques savaient cela car ça contient un grand bienfait, et parmi les choses mauvaises qui se sont propagées dans notre époque c'est qu'on trouve beaucoup de (  Douaat ) (les gens qui appellent à Allah) ainsi que les débutants parmi les étudiants de sciences islamiques, on les trouve au premier rang de la Daawa, et les premiers à faire des fatawas et a répondre aux questions des gens sauf qu'ils ne savent même pas lire la fatiha et la prononcer correctement, on trouve l'un d'eux prononcer [Assin] [Dhaaad] et [Attaaa] [ Taaaa] et[Athaaal ] [Zaaay] et [Athaaa] [Siiiin] et il prononce mal les mots...

Et ce qui est obligatoire logiquement pour une telle personne c'est qu'elle doit lire le coran de ce qu'elle apprend par coeur, pour qu'il lui soit facile de mentionner les versets pour prouver ce qu'elle avance comme arguments dans sa Daawa , ses rappels et ses cours.

Et tu le vois s'occuper de l'authentification et l'in-authentification des textes, et à faire des commentaires sur les savants et à faire la balance entre les savants, et tu entends de lui des paroles qui sont plus hautes que sa taille, tu le trouves dire : " je vois, je dis, et je dis dans cette question ceci, et l'avis le plus fort pour moi est ceci ...".

Et ce qui est étrange c'est que tu ne trouves pas ces gens là parler sur les questions sur lesquelles les savants se sont mis d'accord, la plus part -sauf ceux à qui Allah a fait miséricorde- parlent des questions de divergences, on trouve l'un d'eux donner son avis dessus, et faire la balance même si c'est dur pour lui !

Je demande refuge auprès d'Allah, de l'ostentation et de l'envie d'avoir une réputation et d'être célèbre !

Et je me conseille en premier et je conseille à ces gens là en second que la meilleure chose que l'étudiant de sciences islamiques doit faire en premier c'est l'apprentissage du Coran par coeur car Allah dit (traduction rapprochée) : 
      

" Rappelle donc, par le Coran celui qui craint Ma menace." (50/45)
 

Que la paix et la prière d'Allah soient sur notre prophète Muhammad et sur sa famille et ses compagnons.
 

Source : assilsila assahiha Hadith numero 1173
Traduit par Al Qalam

copié de sounna.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 23:00
Pourquoi certaines personnes deviennent affreuses ?

Chez la personne droite et honnête, l'honnêteté se manifeste par une lumière sur le visage, ainsi son honnêteté peut être connue par la clarté son visage, et le contraire se produit sur le visage du pervers et du menteur.

 
Et plus la personne vieillit et plus ce signe s'accentue.
 
Cependant une personne aura durant son enfance un visage lumineux, et ce même s'il devient un être pervers.

Par contre au fur et à mesure qu'il vieillira et qu'il commettra des péchés son visage s'enlaidira, l'intérieur ressurgissant sur l'extérieur, et l'inverse est également vrai.

 

Il est rapporté qu'Ibn Abbas a dit :
 
" Certes la droiture illumine le coeur, ennoblit le visage, renforce le corps, augmente les biens, et entraîne l'amour de la Création pour la personne concernée. 
Tandis que la perversité noircit le coeur, ternit le visage, affaiblit le corps et entraîne la haine de la création envers cette personne. "
 
Il est possible qu'une personne ne mente pas intentionnellement, il peut même être un ascète qui adore beaucoup Allah.
 
Quoi qu'il en soit s'il a une mauvaise croyance à propos d'Allah, Sa religion, Son messager (salallahu'alayhi wa salam) ou à propos de Ses serviteurs pieux, ce qui se trouve à l'intérieur ressurgira sur l'extérieur.
 
Ainsi en fonction de cette croyance erronée son visage s'assombrira proportionnellement au degré d'erreur qu'il possède.
 
Il a été rapporté que 'Uthman ibn Affan a dit :
 
" Personne ne cache le mal en lui même, au contraire Allah le rend apparent à travers son visage et ses paroles ".
 
Les salafs disaient également : " Si une personne de l'innovation teignait sa barbe chaque jour, et bien la teinte de l'innovation resterait sur son visage ". 
 
Et ceci sera clair pour tous au jour du jugement, Allah dit (traduction rapprochée) : 
 
" Et le jour de la Résurrection tu verras les visages de ceux qui mentaient sur Allah, assombris. N'est ce pas dans l'enfer qu'est la demeure des orgueilleux ? "(Az-Zumar verset 60).
 
Allah dit aussi (traduction rapprochée) : 
 
" Le jour où certains visages s'éclaireront, et que d'autres s'assombriront. A ceux dont les visages seront assombris il sera dit : avez vous mécru après avoir eu la foi ? Goûtez donc au châtiment pour avoir renié la foi " (Al-'Imrân verset 106).
 
Ibn Abbas et d'autres ont interprété ce verset en concluant
 
" que les visages éclairés seront ceux des gens de la sunna et du groupe (Ahl Sunna wal jama'a) tandis que les visages sombres seront ceux des gens de l'innovation et de la division ".
 

Source : Al-Jawab As-sahih (Vol.4, p. 306-307)

Traduit par Ibnu Amil

copié de salafs.com

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 20:11
Conseil à une soeur - Le beau comportement (audio-vidéo)

Voici un petit fichier audio autour d'une question posée pour une soeur de france à Shaykh Zayd Al Madkhali.

 

Le sujet est comment adopter un beau comportement, la question fût posée pour une soeur mais la réponse du shaykh s'adresse en vérité à chacun de nous musulmans et musulmanes.

 

1016617uipkf5lzo1

D'après Abû Dharr, Joundoub Ibn Junayd & Abderrahman Mou'ahd Ibn Jabam(radhia Allah Anhoum), le Messager d'Allah (salallahu 'alayi wa salam) a dit : 

 

« Crains Allah où que tu sois et fais suivre la mauvaise action d'une bonne action qui l'effacera. Et comporte toi avec les gens en faisant preuve d'un beau comportement».

 Ce hadîth a été rapporté entre autre par l'imam At.Tirmidhi qui l'a déclaré hassan. 

 

Question d'une soeur de France : 

 

« Quel conseil me donneriez-vous afin que s'améliore mon comportement ainsi que ma moralité ?

Quel serait votre conseil afin que je fasse partie des Musulmanes pieuses ? »

 

Réponse : 

 

« Mon conseil, comme a dit 'Aisha umm ul mu'minin, radhia Allahu Anha, (la mère des croyants, qu'ALlah soit satisfait d'elle) quand on l'a interrogé sur le comportement du Prophète (salallahu 'alayhi wa salam) elle a répondu : 

 

« Son comportement, c'était le Qur'an »

 

C'est-à-dire qu'il récitait le Qur'an et qu'il comprenait les fondements qu'il contient. De même que les règles liées au bon comportement ainsi que les lois, les obligations, les prescriptions, les recommandations, les interdictions et qu'il les mettait en pratiq ue. 

 

O Musulmane, remercie donc Allah qui t'a guidé sur l'Islâm et lis le Qur'an en l'accompagnant d'un livre de tafsir, un livre d'explication des versets, comme le tafsir résumé d'Ibn Kathir (rahimahullah) ou le tafsir de sheykh Ibn Sa'di (rahimahullah). Et on peut se les procurer assez facilement. 

 

Assimiles, comprends les versets du Qur'an puis adopte le noble comportement auquel le Qur'an t'invite. 

 

Étudies également la sunnah dans ce qu'elle clarifie des fondements de la législation et dans ce qu'elle contient comme invitation au bon comportement. 

 

Tout ce qui est lié au droit d'Allah mets-le en pratique. 

 

Et quiconque met en pratique, respecte le droit d'Allah est doté d'un bon comportement.

 

Et quiconque respecte le droit des créatures, le droit des autres, est également doté d'un bon comportement. 

 

Et quiconque patiente, se satisfait des décrets d'Allah est doté d'un bon comportement.

 

Et quiconque remercie Allah pour Ses faveurs et Ses dons, est certes doté d'un bon comportement.

 

Et quiconque retient sa langue face aux gens, à leur mal, de même que s'il se retient physiquement est certes doté d'un beau comportement : ce comportement exemplaire auquel le Qur'an nous invite.

 

De même que le Prophète (salallahu 'alayhi wa salam) à qui El furqane a été révélé. 

 

Et EL Furqane qui signifie le discernement est un des noms du Noble Qur'an.

 

Le Prophète (salallahu 'alayhi wa salam) nous dit dans un conseil à sa communauté : 


« Fais suivre la mauvaise action par une bonne action qui l'effacera. Et comporte-toi avec les gens en faisant preuve d'un beau comportement.».

 

Et Allah est le Plus Savant
Wa Allahu 'ualem.

Par Ummu Anas du forum Al minhadl Al haqq

1016617uipkf5lzo1

 
 Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 18:29
Les salafs émettent un jugement sur un individu par ses fréquentations

Abu Qilaabah -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

 
« Qu'Allah combatte le poète (une expression de stupéfaction en arabe) qui a  dit :
« Ne vous renseignez pas au sujet d'un homme, mais renseignez vous au sujet de ses compagnons. Chaque personne est guidée par son compagnons. »
Ce poème est d'Adi bin Zaid, et al-Asma'ee a dit à ce propos : « Je n'ai jamais vu un vers de poésie qui ressemble à la Sounnah autant que cette parole d'Adi bin Zaid. »
Al-Ibaanah (2/439)
Abou Hourairah -qu'Allah l'agrée- a rapporté que le Messager d'Allah -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : 
 
« L'homme est sur la religion de son bien aimé, que chacun de vous regarde qui il prend pour ami intime. »
Sahih. Voir Silsilah as-Sahihah d'al-Albaani (n° 927)
Ibn Mas'ood -qu'Allah l'agrée- a dit :

 

« En effet, une personne accompagne et marche à côté de celui qu'il aime et qui lui est semblable. »
Al-Ibaanah (2/476)

Abu ad-Dardaa -qu'Allah l'agrée- a dit :

« Cela fait partie du fiqh (compréhension d'une personne) qu'une personne choisisse ceux avec qui il marche, ceux qu'il visite et ceux avec qui il s'assoit. »

Al-Ibaanah (2/477)

Yahya bin Khatir -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

« Soulaymaan bin Dawoud -Bénédiction d'Allah sur lui- a dit : « N'émettez pas de jugement à propos d'une personne sur quoi que ce soit jusqu'à ce que vous voyiez qui il prend comme allié. »

Al-Ibaanah (2/464)

Moussa bin Ouqbah le Syrien s'approchait de Bagdad et cela a été dit à l'Imam Ahmad -qu'Allah lui fasse miséricorde-. Il a alors été dit :

« Regardez chez qui il séjourne et avec qui il réside et trouve refuge. »

Al-Ibaanah (2/480)

Imaam Al-Awzaa'i -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :
 

(من أخفى عنا بدعته لم تخف علينا ألفته)


« Quiconque nous cache son innovation ne pourra pas nous cacher ses fréquentations. »
Al-Ibaanah (2/476)

Al-A'mash -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

« Ils (les Salafs) n'avaient pas pour habitude de se renseigner plus sur une personne après s'être renseigné sur trois choses : avec qui il marche, à qui il rend visite et avec qui il s'associe parmi les gens. »

Al-Ibaanah (2/478)

Abdoullah bin Mas'ood -qu'Allah l'agrée- a dit :

« Prenez en considération (les régions de la) Terre par les noms qui leurs sont donnés et prenez en considération une personne par ses compagnons. »

Al-Ibaanah (2/479)

Mouhammad bin Oubayd al-Ghoulaabi -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

« Les Ahloul-Ahwaa (gens des passions) dissimulent tout excepté leurs amis intimes et leurs fréquentations. »

Al-Ibaanah (2/482)

Mou'aadh bin Mou'aadh -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit à Yahyaa bin Sa'id -qu'Allah lui fasse miséricorde- :

« Ô Abu Sa'id !

Une personne peut nous cacher son point de vue, mais elle ne sera pas capable de le cacher à son fils, à son ami ou à celui avec qui il s'assoit. »
Al-Ibaanah (2/437)

Ibn 'Awn -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

« Ceux qui s'assoient avec les Gens de l'Innovation sont pire pour nous que les Gens de l'Innovation eux-mêmes. »

Al-Ibaanah (2/273)

Yahya bin Sa'id al-Qattaan -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

« Quand Soufyaan ath-Thawri -qu'Allah lui fasse miséricorde- vint à Basra, il commença à examiner les affaires d'ar-Rabi' bin Soubaih et l'opinion des gens à son égard.

Il les questionna : « Quelle est son madhhab ? »

Et ils dirent : « Son madhhab n'est rien d'autre que la Sounnah. »

Il demanda ensuite « Qui sont ses fréquentations ? »

Et ils répondirent : « Les Qadaris. »

Alors il répondit : « Dans ce cas c'est un Qadari. »
Al-Ibaanah (2/453)

Ibn Battah -qu'Allah lui fasse miséricorde- (après avoir cité ceci) a dit :

« Que la miséricorde d'Allah soit sur Soufyaan ath-Thawri.

Il parlait vraiment avec sagesse et il disait la vérité.

Il parlait avec la science conforme au Livre et à la Sounnah et ce qu'implique la sagesse et d'après ce que les gens de la perspicacité (savants) savent.

Allah l'Exalté dit :

 

 يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ لاَ تَتَّخِذُواْ بِطَانَةً مِّن دُونِكُمْ لاَ يَأْلُونَكُمْ خَبَالاً وَدُّواْ مَا عَنِتُّمْ

 

-traduction relative et approchée-

« Ô vous qui avez cru, ne prenez pas de Bithânah (confidents, conseillers, consultants, alliés, amis, etc...) parmi ceux qui ne sont pas de votre religion [car] ils ne manqueront pas de vous bouleverser. Ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. » (Sourate 3 verset 118) 

Abou Dawoud as-Sijistaani -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

« J'ai dit à Abou Abdoullaah Ahmad bin Hanbal -qu'Allah lui fasse miséricorde- : « J'ai vu un homme  d'Ahlous-Sounnah avec un homme d'Ahloul-Bid'ah. Dois-je arrêter de lui parler ? »

Il dit : « Non, informe-le que l'homme que tu as vu avec lui est une personne de l'innovation, s'il le quitte, alors parles-lui, autrement considère le comme un innovateur, puisque Ibn Mas'ood -qu'Allah l'agrée- a dit : « Un homme est semblable à ses compagnons. »
Tabaqaat ul-Hanaabilah (1/160)

- 'Outbah al-Ghoulaam -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

 

« Celui qui n'est pas avec nous, alors il est contre nous »

Al-Ibaanah (2/437)

 

Narrations citées dans le  chapitre intitulé « Les Salafs émettent un jugement sur un individu par ses fréquentations », dans « Loumm ad-Dourr al-Manthoor »vérifié et révisé par Cheikh Saalih al-Fawzaan.

Tiré du site : SalafiPublications.Com, "Judging A Claimant to Salafiyyah By His Companionship"

 

Cheikh Jamal Ibn Farihan Al Harthy -  الشيخ جمال بين فريحان الحارثي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 18:07
Les règles régissant la mise en garde

Une réponse au doute de ceux qui prétendent que c'est une condition de conseiller avant de propager une réfutation

 
De cela vient, la parole de certain d'entre eux ; ou certains d'entre eux croient que c'est une condition, pour être plus précis avec l'intention [de la question], que quand des réfutations sont [préparées] qu'il est obligatoire de donner une copie à celui qui va être réfuté une copie, afin qu'il puisse la voir avant qu'elle soit imprimée.
 
Et Ils disent que ceci est assurément la méthodologie des salafs, [est-ce que ceci est correct] ?
 
Cela n'est pas une condition, mais si cela est possible et qu'il est espéré que cela amène l'unité, sans propager le sujet auprès des gens, alors, sans aucun doute, cela est une bonne chose.
 
Quant au fait d'en faire en premier lieu une condition et en second lieu en faire une condition générale, alors cela n'est pas de la sagesse, sous quelque forme que ce soit.
 
Et les gens, comme vous le savez tous, sont des trésors, comme les trésors d'or et d'argents [Le sens de cette phrase est que les gens sont précieux, et que si on peut les gagner, cela est plus bénéfique que de les perdre, ce qui reviendrait à perdre le trésor] ainsi, celui que vous savez qu'il est avec nous sur cette voie et ce Manhadj, et qu'il acceptera votre conseil, alors le moins que vous devriez faire, c'est de lui écrire et non pas de propager son erreur, si cela est votre point de vue, alors c'est quelque chose de bien.
 
Mais cela n'est pas une condition et si cela était une condition, c'est quelque chose qui n'est pas réalisable. Comment obtiendrez vous son adresse ?
Comment communiqueriez-vous avec lui ?
Est-ce que sa réponse vous parviendrez ou pas ?
 
Ce sont des choses qui sont probables...
 
Remplir cette condition est très difficile et, en raison de cela, cela n'est pas pris comme une condition.
 
Tiré de la K7 ( Al-Mouwazana Fee An-naqd, Face A ) de la collection Silsilatoul Huda Wa noor N°638
Tiré du site : Al-Athariyyah.com
 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 18:50
Le shaitan a uriné dans tes oreilles !
Dormir pendant la Prière du fajr...
 
Question :
 
Concernant la personne qui prie toutes les prières obligatoires, mais retarde la prière du Fajr, (les autres) prières qu'il prie sont-elles correctes (c'est-à-dire acceptable) ?
 
Et que lui conseillez-vous ?
 
Réponse :
 
S'il ne prie pas du tout la prière du Fajr, il est considéré comme un mécréant (Kafir) et s'il la retarde (la prière du Fajr), il est considéré comme un pécheur désobéissant.
 
Il a été rapporté dans le Sahih d'Al-Bukhari qu'il a été dit :
 
« ô messager d'Allah, untel a dormi jusqu'à ce que vienne le matin. Donc le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Shaytan a uriné dans ses oreilles ».
 
Il a aussi été rapporté dans le Sahih d'Al-Bukhari que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :
 
« Shaytan vient à l'un d'entre vous et il lie un nœud à l'arrière de sa tête, en faisant trois nœuds.
 
Et il (le Shaytan) dit dans chaque nœud, ' Dors, tu as une longue nuit pour toi. '
 
Ainsi quand il se lève et se rappelle Allah, un des nœuds est délié et quand il fait ses ablutions un autre nœud est délié et quand il prie les trois nœuds sont déliés.
 
Ainsi, il se lève vif et avec un bon esprit et s'il se lève et ne se rappelle pas Allah, n'accomplit pas ses ablutions et ne prie pas, alors il se lève avec un mauvais esprit et paresseux (c'est-à-dire lent). »
 
Donc s'il la retarde (la prière du Fajr), il est considéré comme un pécheur désobéissant, sauf s'il le fait rarement, le sommeil (c'est-à-dire trop dormir) lui arrivant de temps en temps et qu'il soit incapable de se lever.
 
Comme ce qui est arrivé au prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) pendant une expédition.
 
Lui et ses compagnons ont voyagé pendant la nuit, puis à la fin de la nuit ils se sont installés (pour faire un camp).
Donc il (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « qui nous réveillera ? »
Bilal a dit : « je le ferai. »
Alors ils ont dormi et Bilal est allé dormir après eux en raison de la fatigue et du fait d'être resté éveillé tard dans la nuit.
Bilal a dormi et rien ne les a réveillés sauf la chaleur du soleil.
Donc le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) s'est levé et a ordonné que le Mu'adhin fasse l'Adhan (l'appel à la prière).
Puis ils ont prié comme ils priaient d'habitude (la prière du Fajr), c'est à dire qu'ils ont prié deux Raka'a de la prière sunna du Fajr. Puis ils ont prié la prière obligatoire.
 
Ainsi si cela arrive de temps en temps (c'est-à-dire dormir trop longtemps) il n'y a aucun mal en cela, si Allah, le Très-Haut, le veut.
 
Je me rappelle aussi quelque chose que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :
 
«Quiconque dort pendant la prière ou oublie de la faire, son temps (de la prière) est lorsqu'il s'en rappelle.»
 
Donc cela prouve qu'il n'y a aucune négligence dans le sommeil et la distraction, si cela arrive de temps en temps.

Cependant, si c'est l'habitude normale de la personne, alors non.

Article tiré du site assalafi.com
Traduit par Aqil Walker
Source : Ijabatus-Sa'il, pp. 40-41
copié de salafs.com
 
Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prière - الصلاة
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 13:59
Conseil à une soeur portant le niqab (vidéo)

(Traduction rapprochée)

 

« Ô les humains ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse et qui de ces deux là a fait répandre [sur la terre] beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement. » sourate An-nissa, aya 1

Question :


L’auditrice (A-S) Oum Juwayriyah de l’état du Koweït pose également la question suivante :

 

«Je suis une jeune fille portant le niqab wal hamdoulillah cependant ma mère refuse de sortir avec moi pour visiter la famille et les proches car elle est persuadée que je vais lui causer du tort.

 

Elle n’est pas contente du fait que je porte le niqab, que je ne serre pas la main aux hommes et d’autres choses encore faisant partie de la religion.

 

Comment dois-je agir vis-à-vis d’elle et que me conseillez-vous ?

 

Qu’Allah vous récompense.»


Réponse :


La réponse à cette question comprend deux versants. 


-Premièrement :

 

Concernant ta mère, je lui conseille de cesser de te rendre la situation difficile en raison du fait que tu t’accroches à ta religion et je lui dis qu’il lui est obligatoire de t’aider concernant l’obéissance et la piété et qu’elle loue Allah Le Tout Puissant de lui avoir accordé une descendance pieuse.

 

Et toute personne est heureuse de voir que ses enfants sont pieux (garçons ou filles) et l’enfant pieux garçon ou fille est celui qui profite à ses parents après leur mort.


Le Prophète ‘alayhi salat wa salam a dit :

 

« Lorsque l’homme meurt, ses actions cessent sauf trois choses : une aumône continue ou une science profitable ou un enfant pieux invoquant pour lui »


Il ne lui est pas permis de te rendre la situation difficile pour avoir accompli le bien et délaissé le mal.

 

-Deuxièmement :

 

En ce qui te concerne, respecte les limites d’Allah et ne prête attention à personne, ni à ta mère ni à personne d’autre.

 

Si tu fais ce qui amène l’agrément d’Allah, ne prête aucune attention (à ce que disent les gens) même s’ils sont tous en colère contre toi, même ta mère.

 

Celui qui se met en colère contre toi du fait que tu obéis à Allah, qu’il se mette en colère mais n’y prête aucune attention.


Quant au fait qu’elle ne veuille pas sortir avec toi en prétextant que cela va lui causer du tort, cela vient de son manque de clairvoyance.

 

Il n’y a aucun tort dans le fait de porter le niqab ou de ne pas serrer la main aux hommes, au contraire cela fait partie des bienfaits d’Allah et on doit se réjouir de cela et on doit louer Allah de nous avoir aidé à l’accomplir car cela fait partie de l’obéissance à Allah Azza wa Djal.
 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 12:29
Les règles de base du minhaj as salafi (dossier)

Au nom d'Allah, L'Infiniment Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

 
Louange à Allah, Seigneur des Univers. Que les prières et les bénédictions d'Allah soient sur Son Messager Mouhammad, ainsi que ses proches, ses compagnons et tous ceux qui suivent sa voie jusqu'au Jour de la rétribution. 
 
Voici quelques règles fondamentales que tout musulman et toute musulmane doivent connaître s'ils veulent suivre la bonne voie, celle des Pieux prédécesseurs (Salaf Salih).
 
Elles sont tirées d'une cassette intitulée « Conseil sur la voie à Suivre ou les règles de Base de la voie des Salafs » par le cheikh 'Oubeyd el Djabiri (1) :
 

Ces règles sont au nombre de 7

 

Règle N°1

Quiconque est en accord avec un texte révélé (Coran ou Hadith) ou un consensus des Savants sa parole sera acceptée. Et quiconque est en désaccord avec un texte révélé ou un consensus, sa parole sera rejetée, quel qu'il soit.

 

Explication : Il faut savoir que les paroles et les actes sont évalués selon deux critères :

Le texte révélé, c'est à dire le Coran et la Sounnah, et le consensus des Savants.

Tout ce qui est en accord avec ces deux critères est accepté, et tout ce qui contredit ces deux critères est rejeté. Quelque soit la personne qui dit cette parole ou commet cet acte. Si cette personne en désaccord est reconnue comme Imam de grande valeur, qui prêche conseil à la communauté et appelle à la Sounnah, alors cela n'affectera pas son prestige, mais nous dirons simplement : « C'est un savant qui s'est trompé, un imam qui a fait une erreur, mais la vérité est le contraire de ce qu'il a dit ou fait ».

Par contre, si celui-ci est reconnu comme parmi les gens fantaisistes qui suivent leurs passions, les égarés, les innovateurs ou autres déviés, alors nous agirons avec lui avec force et détermination, nous mettrons en garde contre lui. Sauf si cela peut entraîner des choses encore plus néfastes, alors on se contentera de rejeter son innovation et ses erreurs sans le viser personnellement. 

Ce qui incombe au musulman, c'est d'acquérir les deux bienfaits qui s'offrent à lui s'il peut (2), sinon il se contente du meilleur des deux, de la même façon que lorsqu'il a le choix entre deux choses néfastes, il repousse la plus néfastes des deux. Tout tourne donc autour des bienfaits à tirer et des méfaits à repousser. 

Règle N°2

Il est obligatoire de s'identifier au groupe des Salafs et de s'en contenter, car les Salafis ne sont pas un simple groupe comme n'importe quel groupe.

 

Explication : En effet, certaines personnes ne manifestent pas leur appartenance au groupe des Salafis et ils refusent de s'en réclamer.

Ils disent : « Allah nous a appelés musulmans et pas Salafis ! Vous vous divisez parmi les musulmans ! ».

Et ils disent que les Salafis ne sont qu'un groupe parmi les autres groupes ! En vérité, c'est exactement le contraire, et nous leur répondons de la façon suivante :    

- Sans aucun doute, Allah nous a appelés Musulmans, mais les musulmans sont de deux sortes :

Le musulman qui suit uniquement la Sounnah sans aucune dénaturation, et le musulman dont la croyance et la ligne de conduite sont tachées d'altérations et de défauts.   

Le premier est un Salafi parmi le groupe sauvé. Quant au second il est tombé dans l'innovation.

Pour preuve, le Hadith des 73 sectes :  

« Les juifs se sont séparés en soixante et onze sectes, les chrétiens se sont séparés en soixante douze sectes, et ma communauté se séparera en soixante treize sectes, toutes iront en enfer sauf un groupe ». On demanda : « Qui sont-ils, Ô Messager d'Allah ? ». Il dit : « Le groupe (al Jama'a) ».

Ibn Mas'oud dit : « Le groupe (d'origine), c'est ce qui est conforme à la vérité, même si tu es le seul à la suivre ».   

Dans une autre version légèrement faible mais qui est confirmé par d'autres versions  authentiques :  

« Ceux qui me suivent moi et mes compagnons ».

Donc la communauté est partagée en deux groupes. Un groupe égaré : il s'agit des 72 sectes, un groupe sauvé sur la bonne voie : il s'agit de la faction unique, représentée par les Salafis. 

- Nous leur répondons également en affirmant que nous ne traitons aucun musulman de mécréant tant qu'il ne commet pas une innovation blasphématoire qui le fait sortir de l'Islam. Les Khawaridj, les Achâ'ira sont nos frères en Islam, mais ils ne font pas partie du groupe sauvé, de la faction victorieuse : « Ahlous Sounnati wal Djamâ'a ».

- Il y a des Hadiths qui prouvent l'appartenance aux Salafs, comme la parole du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- Fatima : 

« Quel excellent aïeul (Salaf) (3) je suis pour toi ! ».

Et également la parole des grands Imams (Majmou' Fatawa d'ibn Taymiyyah tome 4, page 149). 

- Puis nous leur répondons encore que les gens se partagent en deux factions :

La faction de L'Infiniment Miséricordieux (Hizbou Rahmâne)   
La faction du diable (Hizbou chaytâne) 

La faction du diable : Il s'agit des mécréants et des hypocrites par conviction. Et la faction de L'Infiniment Miséricordieux, il s'agit des musulmans. Quant aux Salafis, c'est la partie la plus pure de cette dernière faction.     

 
Tous les membres de cette dernière faction sont musulmans, mais ils ne sont pas tous considérés comme Salafis, sauf si leur croyance est pure et leur ligne de conduite correcte.

- Nous répondons également que le groupe des Salafis ne fonde pas ses bases et ses principes dans la croyance ou dans la voie à suivre, ou même dans les actes courants, sur les paroles ou les avis des simples mortels ! Jamais ! Mais plutôt il se fonde sur le texte révélé et le consensus des savants. Donc personne n'a créé ce groupe, même pas Mouhammad (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) mais il vient directement d'Allah ; C'est la vraie croyance orthodoxe, la voie claire de nuit comme de jour, nul ne s'en écarte sans qu'il ne court à sa perte.

Quant aux groupes propagandistes innovés, ils ne se fondent que sur les avis de personnes, les Khalafis (4) n'accordent aucune importance à la vie et au comportement des Salafs (prédécesseurs), et ceci sans aucune exception : que ce soit les Frères musulmans (5), Les Bannâistes égyptiens5 , Les Sourouris 5, les Qoutbis5  qui sont à l'origine des Sourouris, les Tablighis de l'Inde5, les Iliassistes5 , tous même s'il prétendent suivre la Sounnah, c'est faux ! ils n'ont de la Sounnah qu'une quantité infime et insignifiante, et il y a chez les Salafis ce qui nous dispense de cela.

Ne soyez donc pas gênés de vous réclamer du groupe des Salafs et dites : « Sans nous vanter, nous sommes des Salafis ! ».

De la même façon que votre Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui-  a dit :  

« Sans me vanter je suis le meilleur des fils d'Adam ! »

Il peut survenir chez certains un doute ; il y en a qui prétendent que cheikh Mouhammad ibn 'Abdel-Wahhâb n'était que le simple instaurateur d'un mouvement réformiste dans le Nejd  (Plateau de l'Arabie) c'est à dire qu'il prêchait certaines thèses comme tant d'autres prêchent leurs thèses. Nous disons qu'il n'en est rien mais qu'il était de ceux qui prêchent la cause des Salafs, car à toute époque Allah met au service de la cause des Salafs quelqu'un qui la restaure et la revivifie.

Le premier revivificateur fut l'Imam Ahmad, L'Imam d'Ahlous-Sounnah. En effet, il s'opposa à ceux qui prétendaient que le Coran était créé, en proclamant la vérité. Mais il ne s'est pas révolté contre les gouverneurs qui brandirent l'étendard de cette innovation, mais plutôt il leur a répondu avec des arguments puissants et des preuves évidentes.

Le deuxième revivificateur fut cheikh al Islâm ibn Taymiyyah, de la même façon, il a fait connaître le Tawhid et a témoigné de son appartenance aux Salafs, et s'est opposé aux charlatans et aux innovateurs.

Quant au troisième revivificateur, c'est l'Imam Mouhammad ibn 'Abdel-Wahhâb. Mais la différence entre lui et ses prédécesseurs, c'est qu'Allah à mis à sa disposition tout un Etat qui lui porta secours, quant aux autres, aucun Etat musulman ne se leva à leurs cotés. C'est alors qu'Allah a restauré la cause Salafi par l'intermédiaire de l'Imam 'Abdel-Aziz ibn 'Abde-r-Rahmân al Fayssal et ces frères parmi ceux qui prêchent la vérité, puis la cause Salafi s'éleva à nouveau.

 

Règle N°3

C'est en connaissant la vérité que l'on connaît la valeur des hommes et non pas en suivant les hommes que l'on connaîtra la vérité.

 

Explication : Cela signifie que l'on ne doit pas considérer une personne en fonction de sa propre personnalité mais uniquement par rapport à ce qui émane d'elle comme paroles ou actes : Si cela est la vérité, on l'accepte ; si cela est faux, on la rejette. C'est ainsi qu'il faut agir, sans aucun sectarisme.

Mais si jamais on considère la personne en fonction de sa personnalité, comme par exemple à cause de l'intensité et de la valeur de ses sermons ou bien son éloquence ou bien la beauté des expressions qu'il emploie, à ce moment là on commencera à estimer que c'est en suivant cet homme que l'on connaîtra la vérité. Et c'est cela le vrai sectarisme !   
En effet personne parmi les êtres humains n'est infaillible après le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui).La seule personne infaillible, c'est le Prophète, de même que la communauté prise dans son ensemble ne peut être complètement dans l'erreur, car le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :

« Ma communauté ne sera jamais unanimement dans l'égarement » (Authentique).

Par contre, chaque individu pris isolément n'est pas infaillible ; mais le seul modèle exempt de toute faute est la personne du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) comme a dit Allah :
 

Traduction relative et approchée : "En effet, vous avez en la personne du Messager d'Allah un excellent modèle à suivre, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier, et invoque Allah fréquemment" S33V21

 

Règle N°4

Il faut accepter la vérité de celui qui l'apporte, quel qu'il soit.

 

Explication : Celui qui t'apporte la vérité peut être de deux sortes :

1-            Un imam qui porte conseil, qui est reconnu comme ayant de la connaissance et comme chef religieux.

2-            L'autre est tout différent, c'est juste une personne qui une fois est tombée sur une conclusion correcte, contrairement à son habitude.

Ce dernier peut être musulman comme les innovateurs ou les égarés, ou même non-musulman comme les juifs ou les chrétiens.

Mais attention car certains vont te dire : Pourquoi t'occupes-tu de ces groupes ? Prends ce qu'ils ont de bien et laisse les tranquilles ! Mais non ! Les Salafs Salih étaient tous d'accord sur le fait qu'il faille contrer les innovations et même tout ce qui contredit la Sounnah sans aucune relâche !  
 

Et voici quelques récits à ce sujet :

 

•      'Omar (Qu'Allah l'agrée) a dit : « Je vous mets en garde contre les gens qui émettent leurs propre avis ! Car ils se sont fatigués à vouloir apprendre les Hadiths du Prophète, puis ils ont finalement émis leurs propres avis, se sont égarés et ont égarés autrui ! ». 

•      Al-Lâlakâ-y rapporte qu'ibn 'Abbas a dit : « Par Allah ! Je ne crois pas qu'il y ait quelqu'un que le diable voudrait voir périr plus que moi ! ». On lui dit : « Comment cela ? ». Il dit : « En effet, des innovations surgissent de l'Orient ou de l'Occident, puis les gens les propagent avec eux, puis lorsqu'elles arrivent jusqu'à moi, je les brise avec la Sounnah et elles sont alors rejetées sur lui ! » (C'est à dire rejetées sur le diable qui en est le véritable inspirateur). 

•            D'après Jabir ibn 'Abdi-llâh, des gens discutaient à propos du lavage lors de l'état de Janaba. Il leur dit : « Un Sa' d'eau te suffira amplement ! ». (Sa'= environ 2.5 litres). Un homme dit : « Cela ne me suffira pas ! ». Il répondit : « Cela suffisait à celui qui était meilleur que toi et qui avait plus de cheveux et de barbe que toi ! » (c'est à dire le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) ).

Les savants ont tiré comme leçon de ce Hadith, qu'il faut répondre durement à ceux qui contredisent la Sounnah. Et ceci est rapporté de façon récurrente chez les compagnons du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) et ceux qui les ont suivis. 

•      Ach-Cha'biy a dit : «  Prenez garde au raisonnement par analogie, car par Celui qui détient mon âme dans Sa main, si vous optez pour le raisonnement par analogie vous allez autoriser l'illicite et interdire le licite. Mais plutôt tout ce qui vous parvient de ceux qui ont appris les paroles des compagnons de Mouhammad (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) prenez-le ! ». 

•      Ibn 'Abbas disait : « Peu ne s'en faut qu'une pierre ne tombe sur vous du ciel ! Je vous dis le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui)  a dit et vous osez dire Abou Bakr et 'Omar ont dit ! ». 

•      Et l'Imam Ahmad disait : « Je reste perplexe devant ces gens qui connaissent la chaîne des transmetteurs  et son authenticité et qui pourtant choisissent l'avis de Soufiyân (6) ! ».

Et pourtant il s'agit de l'Imam Soufiyân ibn Sa'îd ibn Masrouq ath-Thawri ! Et c'est un grand Imam, un savant, une montagne parmi les montagnes de la Sounnah ! 

 

Règle n°5

La base dans toute adoration est l'interdiction et l'abstention sauf s'il y a un texte révélé à ce sujet.

Et la base dans tout acte de la vie quotidienne et dans les coutumes est l'autorisation sauf s'il y a un texte révélé qui vient nous l'interdire.

 

Explication : Nous pouvons résumer cette règle par le fait que celui qui appelle les gens à effectuer un acte d'adoration et prétend que celui-ci rapproche d'Allah, doit impérativement apporter une preuve évidente sinon, ce à quoi il appelle sera considéré comme une innovation réprouvée. Et ceci pour deux raisons : 

Premièrement : Toute adoration n'est valable que sous 2 conditions, à savoir :

-  l'exclusivité du culte envers Allah sans aucune association, et  
-  Suivre le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) avec exactitude.

Deuxièmement : Allah a parfaitement complété tout ce qu'Il attendait de la part de Ses adorateurs à travers la parole de Son Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui).

La deuxième partie de la règle n°5 signifie que celui qui veut interdire aux gens une chose sur laquelle la législation islamique ne s'est pas prononcée, doit impérativement apporter une preuve évidente. Ainsi, s'il apporte un texte au sujet de ces actes alors nous ne devons plus rester sur le principe de base, qui est l'autorisation, mais suivre le texte. 

Certains de ceux qui sont entrés dans les groupes propagandistes innovés disent :  

« La base dans les actes de la vie courante est l'autorisation ! ».

Mais ils font semblant d'ignorer la suite : « ...sauf si il y a un texte révélé ! »

En effet, le fait de porter conseil au gouverneur fait partie des actes pour lesquels nous avons un texte clair, en l'occurrence la parole du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) : 

« Celui qui a un conseil à donner au gouverneur qu'il ne le fasse pas en public, mais qu'il le prenne par la main, seul à seul. S'il accepte, alors il aura fait ce qui était escompté, sinon il aura accompli son devoir. » 

Donc celui qui suit vraiment la Sounnah recherche un éventuel texte avant d'agir même dans les actes quotidiens ; Puis s'il le trouve, il s'en contente et ne transgresse pas les limites, car la législation islamique l'aura alors transposé du principe de base qui est l'autorisation, vers l'application du Hadith. 

Règle n°6

Il ne faut pas renoncer à la minorité, de même qu'il ne faut pas se laisser abuser par la supériorité en nombre.  

 

Explication : En effet, la minorité n'est pas une preuve d'erreur, de même que la supériorité numérique n'est pas la preuve d'exactitude, mais l'important c'est de voir qui est dans le vrai.

Cette règle a été déduite par Cheikh Mouhammad ibn 'Abdel-Wahhâb d'après le Hadith des "70 000 personnes qui entreront au Paradis sans jugement, ni châtiment".        
Et témoigne également de cela la parole du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) : 

« J'ai vu un Prophète avec toute une armée de fidèles, un Prophète avec un seul homme, un Prophète avec deux hommes et un Prophète tout seul, personne ne l'avait suivi. »

Ceci prouve bien que le petit nombre n'est pas synonyme d'erreur, en effet, il n'y a aucun doute sur le fait que les Prophètes sont tous dans la bonne voie, cependant certains d'entre eux ont été très peu suivis, voir pas du tout !

Donc l'important c'est de suivre ceux qui sont dans le vrai même s'ils sont très peu nombreux (7).

Règle n°7
 
L'Islam est fondée sur deux choses : 
-  Appeler les gens à unifier Allah,       
- Prévenir contre toute forme de polythéisme dans l'adoration d'Allah

 

Explication : Cette règle est la base essentielle de la religion et son pilier. Bien que nous l'ayons citée en dernier, cela ne prouve pas sa faible importance. En effet, il arrive parfois que dans un exposé, on garde le plus important pour la fin.

Donc l'Islam est fondée sur 2 choses :   


-  Premièrement : Appeler à unifier Allah Le Très Haut en lui vouant un culte exclusif, lutter pour cette cause, être les alliés de ceux qui partagent cette cause et répudier ceux qui rejette le Tawhid.

-  Deuxièmement : Prévenir contre toute forme de polythéisme dans l'adoration d'Allah, et être sévère avec quiconque commet cela, être leur ennemi et les répudier.

Le Coran et la Sounnah sont remplis d'allusion à ce sujet. Nous trouvons témoignage de cela dans le Coran et dans la vie du Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui), ses actes et ses paroles. De même l'apostolat de tout les Messagers est en accord avec cela, les preuves sont claires dans le Coran : La première chose à laquelle chaque Prophète a appelé son peuple c'est d'unifier Allah dans l'adoration.

Aussi les 3 branches du Tawhid (8) sont inextricables les unes des autres, mais l'attention était portée plus particulièrement sur le Tawhid dans l'adoration. 

Je citerais comme preuve le Hadith du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) qui servira de voie à suivre à quiconque souhaite appeler les gens à Allah, suivant ses capacités :

« Il n'y a certes aucun Prophète qui n'ai été envoyé avant moi sans qu'il ne soit un devoir pour lui de guider sa communauté vers les meilleures choses qu'il connaisse et de les mettre en garde contre les pires choses qu'il connaisse ». 

Ainsi la meilleure des choses que l'on puisse connaître -Qu'Allah vous bénisse- c'est le Tawhid puis ensuite l'ensemble des obligations religieuses [prière, jeûne, Zakât, Hajj...] Et la pire des choses que l'on puisse connaître c'est le polythéisme, puis les innovations religieuses et l'ensemble des péchés.  

En effet, le plus grave pour la communauté c'est le polythéisme, puis les innovations religieuses (9).

Voici donc les quelques règles à suivre, et je n'ai nullement prétendu en cela englober de façon exhaustive toutes les règles de la voie des pieux prédécesseurs mais ce fût seulement dans le but d'alerter les gens et de leur indiquer la vraie voie.

Qu'Allah nous facilite à tous la mise en pratique de ce qu'Il agréé !

 

(1) Cheikh 'Oubeyd el Djabiri fait partie des éminents savants contemporains de la ville du Prophète : Médine.
(2) C'est à dire dans le cas précédent, avertir les gens contre cet innovateur et contre son innovation. Le traducteur.
(3) En arabe le mot "Salaf "a plusieurs sens, parmi ceux-là : aïeul, prédécesseur, ancêtre. Le traducteur.
(4) Ceux qui suivent les innovateurs qui apparurent après les trois premiers siècles de l'hégire. Le traducteur.
(5) Noms de sectes contemporaines. Le traducteur.
(6) L'Imam Ahmad fait allusion à ceux qui rejettent les Hadiths authentiques et qui préfèrent suivre la parole de tel ou tel savant, de la même façon qu'à notre époque certains suivent aveuglement une école (Madhhab) sans tenir compte des Hadiths. Le traducteur.  
(7) On peut également citer la parole du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) : « L'Islam a débuté étranger [c'est-à-dire dans la minorité] et dans l'avenir il redeviendra étranger. Ce jour-là Touba [Touba est un arbre immense du Paradis] pour ceux qui sont étrangers ! »  Le traducteur.
(8) Les 3 branches du Tawhid sont :
Unifier Allah comme Seigneur de l'Univers, 
Unifier Allah dans l'adoration,
Unifier Allah dans Ses noms et attributs. Le traducteur.
(9) D'après ibn el Quayim, le diable cherche à égarer l'homme en 6 étapes :
-  Le polythéisme,
-  puis sinon l'innovation religieuse,
-  puis les grands péchés,
-  puis les petits péchés,
-  puis l'inciter à perdre son temps dans les choses futiles,
-  puis finalement il cherche à ce que l'homme accomplisse des œuvres pieuses moins méritoires que d'autres. 

 

Traduction de Kamel el Djazâïri
copié de al.baida.online.fr
 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية