Vilipender les femmes pour leur déficience dans leur raison et leur religion (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Vilipender les femmes pour leur déficience dans leur raison et leur religion (audio)

Celui-là interroge :

 

Certaines personnes comprennent le hadith du Prophète صلى الله عليه وسلم à propos des déficientes en matière de raison et de religion - il veut dire les femmes - par l'offense de l'homme envers la femme.

 

Nous espérons un conseil pour ce qui est de ce hadith.

 

Réponse :

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a mentionné ce hadith, qui a une cause en rapport à la question des menstrues : le fait que la femme soit sujette aux menstrues, il s'agit Ià d'une déficience dans sa religion.

 

Quant à ce qui a trait à la raison, c'est que son témoignage vaut la moitié de celui de l'homme.

 

Cela ne veut pas dire déprécier sa valeur ou faire affront à l’épouse, la mère, la soeur ou la fille.

 

Celui qui a compris cela, alors il s'agit là d'une compréhension altérée, qui va à l'encontre de la voie du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم.

 

N'est-ce pas lui l’émetteur de la parole dans ce hadith qui évoque les déficientes en matière de raison et de religion ?

 

N'en est-il pas ainsi ?

 

C'est lui-même qui l'a dit.

 

Tu veux connaitre et comprendre le hadith ?

 

Alors observe sa voie avec les gens de sa maison !

 

A-t-il interagi avec eux à travers une compréhension invertie, à l'image de ce que comprennent certaines personnes, à savoir l'offense, l'outrage, la moquerie et l'injure ?

 

C'est une compréhension biaisée !

 

Et cela dénote une déficience de la raison de l'homme !

 

Cette compréhension dénote une déficience de sa raison ainsi que son écartement de la sunnah dans ce chapitre.

 

ll lui incombe donc de se soigner et de craindre Allah dans sa propre personne et dans les gens de sa maison.

 

Cette femme à qui tu fais offense, c'est ta mère !

 

T'est-il permis de lui nuire ?

 

(traduction rapprochée)

 

"Alors ne leur dis point : "Fi !" et ne les brusque pas". (sourate Al-Isra' verset 23)

 

Tu dois traiter tes parents de la manière la plus raffinée qui soit, et tu dois traiter ton épouse de Ia manière la plus charmante qui soit.

 

"Le meilleur d'entre vous est le meilleur avec sa famille et je suis le meilleur avec ma famille."

 

Tu dois te conduire avec les gens de ta maison, parmi les fils etles filles, de la plus distinguee des manières, à travers la bienséance dans la parole, le propos, et dans ta conduite de façon générale.

 

Quant à ce que, lorsque tu rentres chez toi, chacun soit transi et veuille se tenir à l’écart de toi et te craigne, alors cela montre que tu es un homme malfaisant - nous demandons à Allah salut et protection.

 

Les plus infortunes des gens par ta faute sont les gens de ta maison !

 

Alors revois (ton comportement), aie l'oeil et crains Allah dans ta propre personne !

 

Sur le site miraath.net

Traduit par Oum Suhayl

 Publié par 3ilmchar3i.net

بعض الناس يفهم حديث ناقصات عقل ودين بإساءة الرجل للمرأة فما

السؤال :  هذا يسأل أن بعض الناس يفهم حديث النبي -عليه الصلاة والسلام- في ناقصات العقل والدين يقصد النساء يعني يفهم ذلك بإساءة الرجل إلى المرأة فنرجو منكم النصيحة في هذا الحديث

الجواب : النبي -عليه الصلاة السلام- قد ذكر هذا الحديث وله سبب في مسألة الحيض، وأن المرأة يأتيها الحيض فهذا نقصان دينها، وأما ما يتعلق بالعقل فشهادتها على النصف من شهادة الرجل، لا يعني ذلك الحط من قدرها ولا إهانة الزوجة أو الأم أو الأخت أو البنت، فمن فهم هذا الفهم فهذا فهم أعوج مخالف لهدي رسول الله-صلى الله عليه وآله سلم-، أليس هو القائل -عليه الصلاة والسلام- هذا الحديث في ناقصات العقل والدين؟ أليس كذلك هو الذي قال؟ تريد أن تعرف وتفهم الحديث؛ انظر في هديه –عليه الصلاة والسلام– مع أهل بيته، هل تعامل معهم بفهم معكوس كما يفهمه بعض الناس من الإساءة والتعدي والسخرية والنيل؟! هذا فهم أعوج، هذا دليل نقص عقل الرجل، هذا الفهم دليل لنقص عقله وانحرافه عن السنة في هذا الباب، فيجب أن يعالج نفسه، وأن يتقي الله في نفسه وفي أهل بيته، فهذه المرأة التي تسيء إليها هي أمك، هل يجوز لك أن تسئ إليها؟

فَلَا تَقُل لَّهُمَا أُفٍّ وَلَا تَنْهَرْهُمَا - الإسراء: 23

، يجب أن تعامل الوالدين بأرقى أنواع المعاملة، وأن تعامل الزوجة بأرقى أنواع المعاملة

خيركم خيركم لأهله، وأنا خيركم لأهلي

ويجب أن تعامل أهل بيتك من البنين والبنات بأرقى أنواع المعاملة؛ بالإحسان في القول واللفظ والمعاملة عمومًا.

أما أن تكون إذا دخلت البيت ارتعدت الفرائص، وكلٌّ يريد أن ينزوي عنك ويتَّقيك، هذا يدل على أنك رجل شرير -نسأل الله السلامة والعافية-، أشقى الناس بك هم أهل بيتك، فراجِع وراقب واتق الله في نفسك.

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Partager cet article

Le musulman à l'approche de Ramadan (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le musulman à l'approche de Ramadan (audio-vidéo)

Question :

 

Quel est votre conseil aux musulmans à l'approche du mois de ramadan ?

 

Qu'Allah vous préserve.

 

Réponse :

 

Ce qui incombe au musulman, c'est d'implorer Allah de lui accorder un délai jusqu'au ramadan, qu'Il l'aide pour le jeûne, pour l'accomplissement de la prière de nuit et pour les [autres] œuvres ; parce que c'est une opportunité dans la vie du musulman :

 

«Quiconque jeûne le ramadan tout en croyant et espérant (la récompense d'Allah), son péché antérieur lui sera pardonné»

 

«Quiconque accomplit la prière de nuit pendant le ramadan, tout en croyant et espérant (la récompense d'Allah), son péché antérieur lui sera pardonné».

 

C'est une opportunité dans la vie du musulman.

 

Il est possible qu'il ne se renouvelle pas encore une fois pour lui !

 

Le musulman se réjouit de l'avènement du ramadan.

 

Il estime que c'est une bonne nouvelle.

 

Il l'accueille par la joie et le contentement.

 

Et, il l'exploite dans l'obéissance à Allah. Sa nuit est une prière ; son jour est un jeûne, une récitation du Coran, une évocation [d'Allah]...

 

C'est un butin pour le musulman.

 

Quant à ceux qui - à l'approche du ramadan - préparent les programmes corrompus et distrayants, les séries télévisées, les choses insignifiantes et les concours afin d'occuper les musulmans, ceux-là sont une armée du Shaytân.

 

Ce dernier les a enrôlés pour cette [affaire].

 

Le musulman doit prendre garde de ces gens et mettre en garde contre eux.

 

Ramadan n'est pas un moment de divertissement, de jeu, de séries télévisées et - je ne sais quoi encore - des cagnottes, des concours et de perte de temps !

 

 Traduit et publié par La prédication des mashaykh du royaume d'Arabie Saoudite en langue française - @MashaykhKSA

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Les haut-parleurs des mosquées qui retentissent jusque dans le voisinage

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les haut-parleurs des mosquées qui retentissent jusque dans le voisinage

Parmi les bons comportements lors de la lecture du Coran : Prendre en considération ceux qui sont autour de lui (le lecteur).

 

Ainsi, si se trouve autour de lui quelqu'un qui dort, qui récite (le Coran) ou qui prie, alors il n’élève pas la voix au point de perturber ceux qui l’entourent ou de leur nuire.

 

Mais il élève la voix de façon à ce qu'il s'entende lui-même sans gêner ceux qui sont autour de lui.

 

Nous en déduisons que ceux qui laissent s'échapper des mosquées le son des haut-parleurs, troublant ainsi les gens dans leurs maisons, dans leurs marchés, et dans leurs mosquées, ceci est contraire à ce qui est légiféré, et ils en endossent le péché, et ne sont pas récompensés car cela constitue une nuisance.

 

Majâlis Shahru Ramadân (al-majlis at-tâsi')

Traduit par Oum Suhayl

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

La méditation du Coran et son effet sur l’adoucissement des cœurs (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La méditation du Coran et son effet sur l’adoucissement des cœurs (audio-vidéo)

La méditation du Coran est une adoration d'Allah جل وعلا avec l'une des trois sortes de choses par lesquelles on adore Allah جل وعلا à travers le Coran :

 

En effet, on adore Allah سبحانه وتعالى par sa mémorisation et sa récitation.

Et on adore Allah جل وعلا en se conformant à ses ordres.

Et on adore Allah جل وعلا à travers l'exégèse de ses sens et "sa compréhension".

 

Le hadith indique l'importance du tafsir, de la connaissance des sens et de la méditation des versets et qu'il y a en cela une part d'adoucissement des coeurs, de réforme des âmes et de leur éducation, une part immense.

 

Et celui que le Coran n'éduque pas, ne s'éduquera pas.

 

Et celui que les textes n'ont pas corrigé, qu'est-ce qui le corrigera ? Et qu'est-ce qui le réformera ?

 

Ainsi, fait partie de l'injustice de l'homme envers lui-même qu'il cherche à adoucir son coeur avec autre chose que les textes des deux révélations.

 

Il cherche à réformer son âme avec autre chose que le Kitâb et la Sunnah.

 

Il cherche la rectitude de son coeur et l'attendrissement de son coeur avec autre chose que les versets du Coran et les ahadith du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم.

 

Traduit par Oum Suhayl

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mohammad Ibn Ghalib Al-Oumari - الشيخ محمد بن غالب العمري

Partager cet article

Sache que l’enfant est un dépôt auprès de ses parents…

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Sache que l’enfant est un dépôt auprès de ses parents…

Sache que l’enfant est un dépôt auprès de ses parents.

 

Son coeur est un joyau brut, prêt à (recevoir) toute taille.

 

Ainsi, s’il est habitué au bien, il grandira dessus et ses parents et son éducateur participeront à sa récompense.

 

Et s’il est habitué au mai, il grandira dessus et le fardeau sera au cou de son tuteur.

 

Il incombe donc à ce dernier de le protéger, de l’éduquer, de le discipliner, de lui enseigner les hautes moralités, de le préserver des vils camarades, de ne pas l'accoutumer à l'agrément, de ne pas lui faire aimer les voies de l'opulence de sorte qu'il perde sa vie à sa recherche une fois grand.

 

il doit veiller sur lui et ce, dès son plus jeune âge.

 

Ainsi, il n’emploie, pour son allaitement et sa garde, qu'une femme vertueuse, pieuse, qui mange le licite.

 

Car le lait provenant de l'illicite ne contient aucune bénédiction.

 

Puis, lorsqu'apparaissent en lui les signes du discernement, et en première ligne, la pudeur - laquelle est l'indice de la maturité et le présage de I'intégrité de la raison à la puberté - alors pour un tel (enfant), on recourt à sa pudeur pour son éducation.

 

Et la première caractéristique qui a raison de lui est l'avidité de la nourriture.

 

Dès lors, il lui incombe de lui enseigner les bonnes manières du manger, et de l'habituer au pain seul par moments afin qu’il ne s’accoutume pas au condiment de sorte qu'il le considère comme impératif.

 

Et il lui fait mépriser le trop-plein de nourriture, en comparant le glouton aux animaux.

 

Il lui fait aimer les habits blancs, non ceux maculés et ceux faits de soie.

 

Et il déclare auprès de lui que cela fait partie des us des femmes et des efféminés.

 

Il lui interdit de se mêler aux enfants qui ont été accoutumés a la jouissance.

 

Il l’occupe au bureau avec l'enseignement du Coran, le hadith et les "ahâdith akhbâr" (ndt : "information traditionnelle" dans la terminologie du hadîth) afin qu'il sème dans son coeur l'amour des vertueux.

 

Et il ne mémorise pas les poèmes dans lesquels est mentionné l'amour passionnel.

 

Et lorsque l'enfant fait montre d’un beau comportement ou d'un agissement louable, il doit être honoré à ce titre et récompensé avec ce qui le ravira, et son éloge doit être fait parmi les gens.

 

Et s'il enfreint cela dans certains cas, on fait mine de ne pas y préter attention et on ne le met pas à découvert.

 

S’il réitère, on le réprimande alors en secret, et on lui fait craindre que les gens ne le découvrent.

 

Et on ne multiplie pas les reproches à son encontre, car cela lui fait prendre à la légère l'écoute des remontrances.

 

Et qu'il soit gardien de la crainte respectueuse (suscitée par le fait) de s'adresser a lui.

 

Et il incombe à la mère de lui faire peur avec le père.

 

Et il doit être interdit de sommeil en journée, car celui-cl engendre la paresse.

 

Et il n’est pas interdit de sommeil la nuit, mais on lui défend de (dormir) sur une couche moelleuse, afin que ses membres s’endurcissent.

 

Et il doit s’habituer à la rusticité de sa couche, de son vêtement, de sa nourriture.

 

Il doit être accoutumé à la marche, au mouvement, au sport, afin que la paresse ne triomphe pas de lui.

 

Et on doit lui défendre de s'enorgueillir, vis-à-vis de ses pairs, de quelque chose que possèdent ses parents, ou de sa nourriture ou de son vêtement.

 

Et on l’accoutume à faire preuve d’humilité et de déférence à l'égard de ceux qui le fréquentent.

 

Et on lui défend de recevoir quelque chose d’un enfant pareil à lui, et on lui enseigne que recevoir d'autrui relève de la bassesse, et que l'éminence réside dans le fait de donner.

 

Et on lui fait mépriser l’amour de l'or et de l'argent.

 

On l'habitue à ne pas expectorer dans ses assises, ni à se moucher ou bailler en présence d’autrui, à ne pas placer une jambe sur l’autre, et on lui interdit l’excès de parole.

 

Et on l’habitue à ne parler qu'en réponse (à quelqu’un), et à écouter attentivement lorsqu'une personne plus âgée que lui prend la parole, et à se lever pour qui lui est supérieur et à s’assoir devant lui.

 

Et on lui défend d’(utiliser) un langage grossier et de fréquenter ceux qui y ont recourt.

 

En effet, la base de la préservation des enfants se trouve dans le fait de les préserver des vils camarades.

 

Et il est bon de lui ouvrir la voie, après sa sortie du bureau, à un divertissement agréable afin qu’il se repose, à travers lui, de l'épuisement lié à l'éducation.

 

Comme il a été dit : "Repose les coeurs, ils prendront conscience du rappel".

 

Et il convient de lui enseigner l'obéissance à ses parents et à son instructeur, ainsi que leur respect.

 

Et lorsqu'il atteint sept ans, on lui ordonne la prière et on ne se montre point indulgent quant au délaissement de la purification, afin qu’il s’y accoutume.

 

Et on lui fait avoir peur du mensonge et de la trahison.

 

Et lorsqu'il approche la puberté, on le responsabilise.

 

Et sache que les nourritures sont des remèdes, et que ce qui est vise par leur biais, c'est le renforcement du corps en vue de l'obéissance à Allah تعالى.

 

Et (sache) que ce bas-monde ne durera pas et que la mort coupera court à son délice et que celle-ci est attendue à chaque instant.

 

Et que le doué de raison est celui qui prépare ses provisions pour son au-delà.

 

Si sa croissance est empreinte de piété, ceci s'ancrera dans son coeur tout comme la sculpture se fixe dans la pierre.

 

Mukhtasar minhâj al-qâsidin (p.159 à 161)

Traduit par Oum Suhayl

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Imam Ibn Qudama Al-Maqdissi - الإمام أبو محمد بن قدامة المقدسي

Partager cet article

Sommaire : أشخاص وردود - Individus et réfutations

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

 

'Amru Khâled - عمرو خالد

Amr Khaled

Ahmed Ibn Omar Al-Hâzimî - أحمد بن عمر الحازمي

Qui est Ahmed Ibn Omar Al-Hâzimî (أحمد بن عمر الحازمي) ? (vidéo)

‘Aidh Al-Qarni - عائض القرني

‘Aidh Al-Qarni - عائض القرني

Mohamed ibn Ibrâhîm Sa'adaمحمد بن إبراهيم سعدة

Mise en garde contre la haddâdiyah en Egypte (audio)

La situation du professeur Mohammed Ibrâhîm au Caire

Partager cet article

Sommaire : Individus francophones

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

 

Mise en garde contre Rajab ibn Abd Allah (audio)

Mise en garde contre le haddadi khabith, Abdel-Hay Abou Ishaq (audio)

Éclaircissement sur le cas de Mourad Brahimi, et conseils aux gens de France sur le fait de revenir aux gens qui sont connus auprès des savants (audio)

Clarification du Cheikh Azhar Sinîqra sur Salîm Abou Islam et conseils importants aux gens de France sur leur tendance à élever certains prêcheurs à des rangs qu’ils ne méritent pas (audio-vidéo)

Prenez-garde à Hichem abou Assia de Marseille ! (vidéo)

Le livre de Maurice Bucaille et la voie des mou'tazilah (audio)

Dévoilement des haddadis francophones cachés derrière la salafiya (vidéo)

Attention aux traductions de Messaoud Boudjenoun (notamment chez les Éditions : «Ibn Hazm», «Universel», «Al Bouraq») ! (audio)

Pouvons-nous faire des dons à l'association «Sanabil» ? (et rappel sur les associations en général) (audio)

Mohamed Abou Ishâq, le takfiri qutbi de Lagny-sur-Marne (audio)

Aboû Bakr Aboû 'Âicha El-Azâdî (le guinéen), imam à la mosquée de Castres

Adil Al-Jattari - Moustapha Kastit - Ahmad Belqaddid - Abdessalam Al Kharraz (vidéo

Dévoilement de la da'wa dangereuse et de quelques égarements de «Cheikh Bassam Ayachi» le takfiri résidant en Belgique

Attention à Saffoine ibn Galal !

Dalil Boubakeur‏ de la Mosquée de Paris

L'avis de Hani Ramadan sur Al-Khomeini (vidéo)

L'anéantissement des ambiguïtés françaises par les réponses médinoises ! (audio)

Le site islamhouse.com

Lumières sur les erreurs d’Abou Al-Yousr (dossier)

Mise en garde contre Anas Ahmed Lala et Mouhammad Patel

Tariq Ramadan et le réformisme (vidéo)

Partager cet article

Le jugement de la rupture du jeûne suite aux conseils du médecin

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le jugement de la rupture du jeûne suite aux conseils du médecin

Question :

 

Lors de certaines circonstances médicales, durant le jeûne, le médecin peut être amené à demander au malade de rompre afin de le prémunir de la nuisance.

 

Et il se peut que le malade refuse la rupture suite à un effort personnel de sa part en en espérant la récompense d'Allah, ou tout simplement parce qu'il ne désire pas jeûner d'autres jours.

 

Quel est alors le jugement de la demande du médecin adressée à ce malade dans de telles circonstances ?

 

Et quel est le jugement du refus du malade à rompre, pour qui la continuité du jeûne pourrait être nuisible ?

 

Réponse : 

 

En ce qui concerne le médecin, il lui est obligatoire d'ordonner au malade de rompre si le jeûne lui est nuisible car il est responsable.

 

Et Allah le Très-Haut a certes dit (traduction rapprochée) : 

 

«Certes, Allah vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants-droit» (sourate Annisâ', v.58). 

 

Pour ce qui est du malade, si le médecin de confiance lui dit que le jeûne lui est nuisible, alors le jeûne lui sera illicite conformément à la parole d'Allah تبارك وتعالى (traduction rapprochée) : 

 

«Et ne vous tuez pas vous-mêmes» (sourate Annisâ', v.29)

 

et :

 

«Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction» (sourate al Baqarah, v.195)

 

Et si quelqu'un dit que le verset «Et ne vous tuez pas vous-mêmes» concerne certes la mort, nous dirons : Certes 'amr ibn al 'âs a utilisé ce verset pour tout ce qui est nuisible et le Prophète صلى الله عليه وآله وسلم l'a approuvé et ce, lorsqu'il صلى الله عليه وآله وسلم l'avait envoyé au sein d'un escadron et qu'il se retrouva en état de janâbah [1] alors qu'il faisait froid cette nuit-là. 

 

Ainsi, avait-il eu peur de mourir en se lavant ou plutôt (peur) qu'une nuisance l'atteigne tel que le rhume ou la fièvre ?

 

Nul doute qu'il n'y avait pas de quoi avoir peur de la mort. Puis, lorsqu'il arriva à Médine, le Prophète صلى الله عليه وآله وسلم lui dit :

 

«As-tu prié avec tes Compagnons alors que tu étais en état de janaabah ?»

Il répondit : «Ô Messager d'Allah, je me suis rappelé la parole d'Allah Le Très-Haut : «Et ne vous tuez pas vous-mêmes» et, cette nuit-là, il faisait froid. J'ai donc accompli le tayammoum».

 

Le Prophète صلى الله عليه وآله وسلم rit alors, approuvant ainsi son acte. 

 

Nous disons donc que le verset concerne tant la mort que ce qui est moins grave que cela ; ainsi, toute chose t'étant nuisible t'est illicite.

 

Par conséquent, nous disons au malade à qui le médecin a dit : «Certes le jeûne t'est nuisible» et a tout de même jeûné : «Ceci t'est illicite. Et si tu jeûnes, et que le jeûne cause ta mort, l'on craindra que tu fasses partie de ceux qui contribuent à se tuer eux-mêmes»

 

[1] : il s'agit de l'état de grande impureté (suite à l'éjaculation ou à la pénétration).  

 

Alliqâ' achahri, tome 8, page 20. 
 Traduit et publié par l'équipe al Miirath - @al_miirath

السؤال: في بعض الحالات المرضية وأثناء الصوم قد يطلب الطبيب من المريض الإفطار وذلك دفعاً للضرر عنه، وقد يرفض المريض الإفطار اجتهاداً منه في طلب الأجر من الله أو لعدم رغبته في صيام أيامٍ أخر، فما حكم طلب الطبيب في مثل هذه الحال لذلك المريض؟ وما حكم رفض المريض الإفطار الذي قد يضره فيما إذا استمر بالصوم؟

‎أما الطبيب فيجب عليه أن يأمر المريض بالفطر إذا كان الصوم يضره؛ لأنه مؤتمن، وقد قال الله تعالى : ‎الجواب

إِنَّ اللَّهَ يَأْمُرُكُمْ أَنْ تُؤَدُّوا الأَمَانَاتِ إِلَى أَهْلِهَا - النساء:٥٨

وأما المريض فإذا قال الطبيب الثقة: إن الصوم يضره؛ صار الصوم في حقه حراماً، لقول الله تبارك وتعالى

وَلا تَقْتُلُوا أَنفُسَكُمْ - النساء:٢٩

وَلا تُلْقُوا بِأَيْدِيكُمْ إِلَى التَّهْلُكَةِ - البقرة:١٩٥

فإن قال قائل: إن الآية في القتل 

وَلا تَقْتُلُوا أَنفُسَكُمْ - النساء:٢٩

قلنا: إن عمرو بن العاص استدل بهذه الآية على ما يحصل به الضرر فأقره النبي صلى الله عليه وآله وسلم، وذلك لما بعثه النبي صلى الله عليه وآله وسلم في سرية فأجنب وكانت الليلة باردة، فهل خاف إن اغتسل أن يموت أو أن يتضرر ويلحقه الزكام أو السخونة؟ لا شك أنه ليس هناك خوف من الموت، فلما قدم المدينة قال له النبي صلى الله عليه وآله وسلم

أصليت بأصحابك وأنت جنب؟ قال: يا رسول الله! ذكرت قول الله تعالى

وَلا تَقْتُلُوا أَنفُسَكُمْ - النساء:٢٩

وكانت الليلة باردة فتيممت فضحك النبي صلى الله عليه وآله وسلم

تقريراً لفعله

فنقول: الآية في القتل وما دونه، كل شيء فيه ضرر على نفسك فهو حرام عليك، فنقول للمريض الذي قال له الطبيب: إن الصوم يضرك ولكنه صام، نقول: هذا حرام عليك، ويخشى إن صمت وكان صومك سبباً في موتك أن تكون ممن أعان على قتل نفسه

‎اللقاء الشهري للشيخ ابن عثيمين رحمه الله ج8 ص20

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Conseil adressé à celui qui voudrait prier la nuit mais n'y parvient pas malgré certains efforts fournis (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Conseil adressé à celui qui voudrait prier la nuit mais n'y parvient pas malgré certains efforts fournis (audio)

Question :

 

L'interrogatrice dit : J'ai souvent l'intention de me lever la nuit ; je m'y prépare, je lis les invocations avant que je ne m'endorme et je mets une alarme afin de me réveiller.

 

Cependant, aussitôt que la moitié de la nuit arrive et que sonne le réveil, je me précipite à l'éteindre avec l'intention de me lever.

 

Mais, malgré cela, je ne me réveille pas.

 

Et ceci m'arrive fréquemment.

 

Et j'invoque constamment Allah afin qu'Il me compte parmi ceux qui fournissent des efforts dans l'adoration mais je n'ai pas (encore) atteint ce stade.

 

Est-ce que cela est dû à mes péchés ?

 

J'espère de votre part que vous m'aiguilliez vers le droit chemin.

 

Puissiez-vous en être récompensé.

 

Réponse : 

 

Lorsque la personne est privée du bien, il n'y a pas de doute que cela a des causes.

 

En effet, il a été rapporté dans le hadith authentique qu'Allah تعالى a dit : 

 

«Quiconque se rapproche de Moi d'un empan, Je Me rapprocherai de lui d'une coudée.

Et quiconque se rapproche de Moi d'une coudée, Je Me rapprocherai de lui d'une envergure (de bras).

Et celui qui vient à Moi en marchant, J'irai à lui avec empressement». 

 

Les entraves à l'accomplissement des adorations sont multiples, et la désobéissance fait sûrement partie de ces causes. 

 

Quant au cas particulier sur lequel elle interroge - à savoir qu'elle mette le réveil à une certaine heure, qu'elle se réveille, qu'elle l'éteigne puis demeure dans son sommeil, alors la cause de cela est qu'elle n'a pas une véritable volonté pour se réveiller lorsque retentit le réveil.

 

En effet, si elle avait une véritable volonté, elle se serait levée. 

 

Effectivement, si quelqu'un avait eu un rendez-vous avec une personne, à une heure précise, et qu'il aurait réglé l'alarme, il se serait certes empressé de se lever à cet horaire dès lors qu'elle (l'alarme) aurait retenti ; ceci parce qu'il aurait été déterminé. 

 

Et parmi les causes menant à ce cas précis, se trouve le fait qu'elle s'endormait peut-être tard.

 

Et s'endormir tardivement fait qu'elle est, au moment du réveil, (encore) plongée dans son sommeil ; c'est pourquoi elle ne se lève pas. 

 

C'est pour cela que le Prophète صلى الله عليه وسلم détestait le fait de converser après la prière du 'îcha, c'est-à-dire de discuter avec les gens et de se préoccuper d'eux, si ce n'est pour une raison valable comme le fait de converser avec la famille et l'invité.

 

Et la majorité des gens, aujourd'hui, veillent le début de la nuit de sorte à ce que tu ne trouves presque personne endormi avant la moitié de la nuit sauf un petit nombre.

 

Et cela fait partie des causes les empêchant de prier la nuit.

 

En effet, s'ils s'étaient endormis tôt comme l'a conseillé le Prophète صلى الله عليه وسلم, ils auraient été en meilleure forme et leur réveil aurait été plus facile. 

 

Je dis donc à cette interrogatrice : Aie une véritable volonté afin de te lever lorsque le réveil sonnera.

 

Et je lui dis : Tu dois dormir tôt car dormir tôt fait partie des causes facilitant le qiyam [1] en fin de nuit. 

 

[1] : il s'agit de se lever la nuit pour adorer Allah. 

 

Fatâwâ nour 'alâ addarb, 24/2

 Traduit et publié par l'équipe al Miirath - @al_miirath

‎السائلة تقول كثيرا ما أنوي أن أقوم الليل وأستعد لذلك وأقرأ الأوراد قبل أن أنام وأحضر منبها لكي أستيقظ لكن إذا جاء منتصف الليل ودق المنبه فإني سرعان ما أقوم بإطفائه بنية الاستيقاظ ولكن مع ذلك لا أستيقظ وهذا يحصل كثيرا لي وأدعو الله دائما أن يجعلني من المجتهدين في العبادة لكنني لم أصل إلى هذه المنزلة هل هذا بسبب ذنوبي أرجو أن توجهوني على الطريق المستقيم مأجورين؟

فأجاب رحمه الله تعالى: لا شك أن الإنسان إذا حرم الخير فإن لذلك أسباب لأنه ثبت بالحديث الصحيح

أن الله تعالى قال من تقرب إلى شبرا تقربت إليه ذراعا ومن تقرب مني ذراعا تقربت منه باعا ومن أتاني يمشي أتيته هرولة

فالعوائق عن فعل الطاعة كثيرة ولعل من أسبابها المعاصي أما المسألة الخاصة التي سألت عنها وهي أنها تجعل المنبه على وقت معين للإيقاظ ثم تستيقظ به وتطفئه وتبقى في نومها فسبب ذلك أنه ليس عندها العزيمة الصادقة في الاستيقاظ عند دق الساعة لأنه لو كان عندها العزيمة الصادقة لقامت والإنسان لو كان له موعد مع شخص في وقت معين وضبط الساعة على هذا الوقت ودقت فسيقوم سريعا لأن عنده عزيمة ومن الأسباب في هذه القضية المعينة أنه ربما كانت تتأخر في النوم والتأخر في النوم يوجب أن يأتي وقت الاستيقاظ وهو مستغرق في نومه فلا يقوم ولهذا كان النبي صلى الله عليه وسلم يكره الحديث بعد صلاة العشاء يعني بالحديث التحدث للناس والانشغال بهم إلا لسبب شرعي كالتحدث مع الأهل ومع الضيف وأكثر الناس اليوم يسهرون أول الليل ولا تكاد تجد أحدا ينام قبل منتصف الليل إلا القليل وهذا من الأسباب التي تمنعهم من قيام الليل ولو أنهم ناموا مبكرين كما أرشد إليه النبي صلى الله عليه وعلى آله وسلم لكانوا أصح أجساما وكان استيقاظهم أسهل فأقول لهذه السائلة ليكن عندك العزيمة الصادقة على القيام إذا دق المنبه وأقول لها عليك بالنوم مبكراً فإن النوم مبكراً من أسباب سهولة القيام في آخر الليل

‎فتاوى نور على الدرب للشيخ عثيمين رحمه الله ٢٤/٢

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Allâh lui accorde des opportunités de retour et de repentir...

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Allâh lui accorde des opportunités de retour et de repentir...

Parmi la grâce d'Allâh عز وجل, il y a qu'Il ne hâte pas le châtiment du désobéissant, au contraire, Il lui accorde des opportunités de retour et de repentir à Lui, et Il سبحانه وتعالى l'accepte.

 

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

 Publié par 3ilmchar3i.net

‏معالي الشيخ د. صالح الفوزان

من فضل الله عز وجل أنه لا يعاجل العاصي بالعقوبة بل يجعل له مجالا للرجوع والتوبة إليه ويَقْبله سبحانه وتعالى

لقاء رمضاني 10- رمضان-1439 هـ

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Frapper l'enfant (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Frapper l'enfant (audio)

Question :

 

J’ai un enfant de 5 ans et demi, et à certains moments il ne veut pas mémoriser.

 

M’est-il donc permis de le taper ou de le sanctionner ? 

 

Réponse :

 

Non, ne le frappe pas.

 

Car il se peut qu’il mémorise aujourd’hui et qu’il récite ce qu’il a mémorisé demain.

 

À 5 ans l’enfant n’est pas apte à être frappé.

 

Et à 7 ans non plus, il n’est pas apte à être frappé.

 

Car le fait de le frapper le blesse, et cela lui fait détester ce que tu lui ordonne de faire.

 

Et il se peut qu’en grandissant, ce problème affectif apparaisse, et qu’il se mette à délaisser ce que tu lui ordonnais.

 

J’ai croisé un jeune qui ne priait pas, et lorsque nous avons creusé et discuté avec lui, il est apparu que son père le frappait d’une manière lamentable pour l’accomplissement de la prière, alors qu’il était petit.

 

Il a donc détesté la prière.

 

Il a avoué qu’il priait par peur de son père.

 

Et lorsqu’il a grandit, il ne pouvait plus prier à cause de cela.

 

Nous l’avons donc orienté vers un psychologue, et Allah lui a rendu cela profitable.

 

Mais la leçon (à tirer de cela) est que le fait de frapper est un manquement Ô mes frères, ce n’est pas simple !

 

Il est vrai que tu agis ainsi pour l’intérêt de l’enfant, mais que tu le frappes d’une manière montrant ton énervement, ou bien que tu n’es pas satisfait de lui, si cela t’est nécessaire, alors il n’y a pas de mal, tu le frappes avec le miswak, ou bien avec le bout du stylo, ou bien avec le bout du bâton, d’une manière faible.

 

Afin que tu lui fasse ressentir que tu es en colère, il n’y a pas de mal à cela.

 

Et Allahu a’lam il n’est pas permis de frapper l’enfant, tant qu’il ne supporte pas cela, ceci n’est pas permis.

 

Et la limite légiférée, est lorsque l’enfant a atteint l’âge de 10 ans, et à ce moment là, s’il supporte d’être frappé, alors il peut être frappé, d’une manière qui ne le blessera pas, et qui ne lui laissera pas de marque.

 

Certains humilient leur enfant devant ses frères, ou bien le font venir devant ses frères et le frappent.

 

Violenter l’enfant devant ses frères, ceci n’est pas permis !

 

Et il y en a qui frappent d’une manière humiliante, avec le pieds, avec les chaussures, avec la ceinture, et frappent le visage, la tête... Ce n’est pas permis !

 

Le fait de frapper, requiert comme condition qu’il ne lèse pas, qu’il n’humilie pas, qu’il ne blesse pas, et qu’il ne soit pas excessif, selon la nécessité, et au delà de ça, que ça ne soit pas à cause de la colère.

 

Comme je vous ai dit, certains pères frappent leurs enfants et disent : «Afin de soulager mon cœur», par Allah ce n’est pas permis de frapper son enfant afin de soulager son cœur, tu frappes ton enfant pour son intérêt à lui, s’il a la capacité physique de supporter cela, sans l’humilier et sans dommage corporel.

 

Et je demande à Allah عز وجل pour moi ainsi que pour vous la réussite 

 

 Publié par la Chaîne منهاج السالكات - MinhaajAsSaalikaat

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî  - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Efface toutes tes mauvaises actions par une seule parole !

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Efface toutes tes mauvaises actions par une seule parole !

Tu as en ton pouvoir aujourd'hui la possibilité d'effacer, d'annuler l'ensemble de tes péchés en prononçant seulement une seule parole, en toute sincérité et authenticité :

 

Je demande pardon à Allâh et je me repens à lui - أستغفر الله وأتوب إليه

Astaghfirou'Llah wa atoûbou ilayhi

 

Et Allâh te pardonnera tous tes péchés et plus que cela encore : Il te les remplacera par des bonnes actions !

 

كلمات رمضانية 11 رمضان1439 هـ

Traduit par Sulaymân Al-Antîly - @Audio_Sunnah

 Publié par 3ilmchar3i.net

معالي الشيخ د. صالح الفوزان

أنت بإمكانك الآن أن تمحو كل سيئاتك بكلمة واحدة صادرة عن صدق وإخلاص أن تقول: أستغفر الله وأتوب إليه ويغفر الله لك ذنوبك كلها بل يبدلها حسنات

كلمات رمضانية 11 رمضان1439 هـ

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Il verra les cadenas s'ouvrir !

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Il verra les cadenas s'ouvrir !

Celui qui perpétue l'état de gratitude emplie d'éloges et d'amour (al-hamd), verra se succéder les bonnes choses ;

Et celui qui perpétue la demande de pardon à Allâh, verra les cadenas s'ouvrir.

 

Mal et le remède p.188

✅ Révisé, relu et publié par 3ilmchar3i.net

قال ابن القيم

من أدامَ الحمد تتابعت عليه الخيراتُ

ومن أدامَ الاستغفار فُتحت له المغاليق

الداء والدواء ١٨٨

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article