compteur de visite

Catégories

13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 12:00
Retarder la prière à cause des enfants ou du marché (audio-vidéo)

 

Question :

 

Une de nos sœurs dit qu'elle ne prie pas ses prières à l'heure car elle est occupée par les enfants et par le marché (ou centre commercial). 

 

Elle va au marché, peut être qu'elle travaille au marché, ou quelque chose de ce genre l'essentiel ici, est qu'elle ne prie ses prières à l'heure, quel est donc le statut de cela ? 

 

Réponse :

 

Nous disons donc tout d'abord que nous louons Allah que notre sœur interroge sur le statut.

 

Elle accorde donc de l'importance à la prière et elle a envie de connaître le statut, sauf que la vie mondaine prend le dessus sur elle, elle retarde donc la prière en dehors de son temps.

 

Puis nous lui disons, Ô ma sœur, il n'est pas autorisé de retarder la prière en dehors de son temps à cause des enfants ou à cause de l'époux.

 

Ce qui est obligatoire pour toi c'est de prier toutes les prières dans son temps, et même le fait de regrouper n'est pas autorisé.

 

Et même de regrouper entre le dhor et le 'asr constamment à cause des enfants n'est pas autorisé, ou bien entre le magreb et le icha à cause des enfants n'est pas autorisé. 

 

Et même la mère des croyants, Aisha رضي الله عنها retardait le rattrapage du jeune de Ramadan jusqu’à Cha'ban à cause de la place qu'occupait le Prophète صلى الله عليه وسلم auprès d'elle. 

 

Cependant, elle ne retardait pas sa prière en dehors de son temps, mais elle priait à l'heure.

 

Et les femmes des compagnons (également) qu'Allah les agrées et ceci est la base.

 

Ce qui est obligatoire, ô ma sœur, est que tu saches que la meilleure de tes préoccupations est la prière.

 

Que tu saches que la meilleure de tes préoccupations est la prière. 

 

Et d'être distraite (de ta prière) par les enfants ne te profitera pas le Jour de la Résurrection.

 

Le Jour de la Résurrection, tout le monde ne pensera qu'à soi-même

 

Et c'est à Allah qu'on demande l'aide, l'homme s'enfuira de sa mère et de son père, et il s'enfuira de sa compagne et de ses enfants.

 

Ce qui est donc obligatoire, Ô ma sœur, est que tu craignes Allah, et que tu réserves un temps à tes prières dont tu t'acquittes dans le temps imparti.

 

Oui, s'il survient un incident au musulman, un souci…qui l'a occupé exceptionnellement, et qu'il a alors regroupé entre le dhor et le asr ou bien entre le maghreb et le 'icha, ce qui est le plus juste parmi les paroles des Gens de science, est que cela est permis. 

 

Par contre, il n'est pas autorisé de regrouper entre le asr et le maghreb sauf en cas de nécessité, qu'il ne peut pas prier, comme cela a été le cas du Prophète صلى الله عليه وسلم lorsqu'il fut occupé par le combat ou comme cela.

 

Je dis donc: ce qui est obligatoire est que chaque prière soit accomplie dans son temps.

 

✅ Traduit et publié par "La science avant la parole et l'acte"

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Prière - الصلاة
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 11:59
Faut-il faire les ablutions après l'accomplissement du bain rituel (الغسل) ? (audio)

 

Question :

 

Le bain rituel (al-ghusl) suffit-il ou bien faut-il faire les ablutions après son accomplissement ?

 

Réponse :

 

Je dis, le bain rituel (al-ghousl) est de deux types :

 

-un bain rituel (al-ghousl) qui enlève la souillure (al-hadath)

-et un bain rituel (al-ghousl) qui n'enlève pas la souillure (al-hadath)

 

Le bain rituel (al-ghousl) qui en enlève la souillure est le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) et également le bain rituel de purification après les règles et les lochies.

 

Et le bain rituel (al-ghousl) qui n'enlève pas la souillure comme par exemple le bain rituel du vendredi (ghousl al-joumoua).

 

Il n'enlève pas la souillure mais il est juste pour la propreté (propreté le jour du vendredi).

 

Concernant le bain rituel qui n'enlève pas la souillure, l'avis sur lequel s'est positionné la majorité des savants, et c'est cela qui correct, est : Qu'il ne suffit pas pour ne pas faire les ablutions après lui, sauf si on a accompli les ablutions avant lui et qu'un anulatif des ablutions ne s'est pas produit après lui.

 

Le bain rituel (al-ghousl) qui n'enlève pas la souillure comme par exemple le bain du vendredi, suffit-il pour ne pas faire les ablutions ?

 

L'avis prépondérant est qu'il ne suffit pas pour ne pas faire les ablutions après lui, sauf si on accomplit les ablutions avant lui (avant le ghousl) avec l'intention des ablutions et qu'il ne se produit pas un annulatif des ablutions après les avoir faites ; Donc ces ablutions-ci lui suffisent.

 

Quant au fait de ne pas faire les ablutions du tout de base : laver sa tête, laver son corps avec l'intention du bain rituel du vendredi ou bien avoir fait les ablutions mais les avoir perdu pendant l'accomplissement du bain rituel, donc dans ce cas, il est obligatoire de faire les ablutions après le bain rituel (al-ghousl)

 

Pourquoi donc ?

 

Car ici nous ne trouvons pas ce qui enlève la souillure afin que nous disions ce qui enlève la grande souillure enlève également la petite souillure.

 

Et aussi car les preuves qui indiquent que le bain rituel suffit pour ne pas faire les ablutions après lui concernent le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) et il n'est pas correct de pratiquer l'analogie (al-qiyas) concernant le bain rituel du vendredi par exemple (ghousl al-joumoua) sur le  bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) et cela à cause de la différence : Le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) enlève la souillure tandis que le bain rituel du vendredi (ghousl al-joumoua) n'enlève pas la souillure.

 

Maintenant, si le bain rituel (al-ghousl) enlève la souillure, comme par exemple le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) ou bien le bain de purification après les règles et les lochies, alors il y a plusieurs cas :

 

Le premier cas

 

La personne accomplit les ablutions au début du bain rituel (al-ghousl) avec l'intention des ablutions, ensuite il n'y a aucun annulatif des ablutions qui se produit jusqu'à ce qu'on finisse d'accomplir le bain rituel (al-ghousl).

 

Dans ce cas, il n'est pas demandé de faire les ablutions après le bain rituel (al-ghousl) et tout le monde est en accord sur cela, car la personne est en état d'ablution.

 

Le deuxième cas

 

La personne n'accomplit pas les ablutions ou bien elle accomplit les ablutions mais il survient un annulatif des ablutions pendant le bain rituel (al-ghousl), et la personne a mis comme intention en faisant le  bain (al-ghousl) à la foi le bain rituel (al-ghousl) et les ablutions.

 

Il a mis comme intention en faisant le bain rituel (al-ghousl) à la fois le grand bain rituel et les ablutions.

 

Concernant ce cas ci d'après la majorité des savants de l'époque des pieux prédécesseurs ainsi que ceux venu après eux, cela suffit pour ne pas faire les ablutions (après le bain rituel al-ghousl).

 

Et  il n'est pas obligatoire de faire les ablutions après le bain rituel.

 

Le troisième cas

 

La personne a mis seulement l'intention du bain rituel (al-ghousl), il a mis l'intention du bain rituel sans mettre l'intention des ablutions.

 

Dans ce cas ci, pour les  Hanbalites  cela ne suffit pas pour ne pas faire les ablutions (après le bain rituel).

 

Cependant pour la majorité des savants et c'est l'avis de l'imam Ahmed selon une version rapporté de lui ainsi que l'avis pour lequel a opté sheikh al Islam ibn Tamiya qu'Allah lui fasse miséricorde.

 

Cet avis est que si la personne a mis comme intention la grande souillure ceci suffit pour ne pas faire les ablutions (après le bain rituel al-ghousl).

 

Donc si il a accompli le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) il ne lui est pas obligatoire de faire les ablutions.

 

Bien...

 

Pourquoi donc ?

 

Ils (les savants de cet avis) ont dit premièrement car Allah, exalté soit-il, a dit (traduction rapprochée) :

 

"Ô les croyants ! N´approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu´à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d´impureté (pollués) - à moins que vous ne soyez en voyage - jusqu´à ce que vous ayez pris un bain rituel." (sourate les femmes verset 43).


Ils ont dit Allah a rendu l'approche de la prière possible si nous faisons  le bain rituel (al-ghousl) ; Cela indique donc que si la personne accomplit le bain rituel elle lui est autorisée d'approcher la prière et Allah ne lui a pas ordonné d'accomplir les ablutions après le bain rituel.

 

Cela indique donc que le bain rituel de la grande souillure suffit (ghousl al-janaba).


Également ils ont dit qu'il est parvenu de Aïcha رضي الله عنها que :

 

"Le Prophète عليه الصلاة و السلام ne faisait pas les ablutions après le bain rituel."

Ceci a été rapporté par les cinq.

Rapporté par l'imam Ahmed et par les quatre de la sounan.

Et Cheikh al-Albani l'a rendu authentique.

 

Ils ont dit, tout ceci indique que celui qui a accompli le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba), il ne lui est pas obligatoire de faire les ablutions après lui (après le ghousl), car celui-ci, le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) lui suffit.

 

Et ceci est la parole prépondérante, et Allah est plus savant.

 

Celui qui a accompli le bain rituel de la grande souillure (ghousl al-janaba) qu'il ait fait les ablutions avant ou qu'il ne les ait pas fait, qu'il mette l'intention d'enlever, de par ce bain rituel, les deux souillures ensemble (petite et grande) ou bien qu'il mette seulement l'intention d'enlever la grande souillure (al-janaba).

 

Cela lui suffit pour ne pas faire les ablutions après le bain rituel, car la petite purification entre sous la grande purification et ce qui enlève la grande souillure enlève également la petite souillure.

 

Ceci est l'avis prépondérant, et Allah est plus savant.

 

Également, certains parmi les gens de science, ont ramené comme quoi il y aurait le consensus sur cette questions-là ; Ibn 'Abdelbar رحمه الله a ramené qu'il y a le consensus sur cela, que si la personne accompliT le bain rituel (al6ghousl) et que l'eau atteint tout son corps, il ne lui est pas imposé de faire les ablutions, (après le bain rituel al-ghousl).

 

Malgré tout, le consensus ici (l'affirmation du consensus) est un point à discuter de par la divergence présente, la divergence connue sur cette question relative.

 

Cependant l'avis prépondérant est ce que nous avons évoqué et éclairci.

 

Traduction abou Jabir

 

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Purification - طهارة
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 11:58
Ces parents qui se plaignent que leur enfant ne prie pas, à qui la faute ? (audio)

 

Questionneur :

 

Ma dernière question est quel est le jugement d'un homme qui a un fils qui a abandonné la prière et il (le père) l'enjoint à la prière, il l'enjoint à la prière mais sans succès ? 

 

Cheikh Al Albani :

 

Quel âge a t-il ? 

 

Questionneur :

 

Il est grand. 

 

Cheikh :

 

Quel âge a t-il? 

 

Questionneur :

 

C'est-à-dire il a 18-19 ans. 

 

Cheikh :

 

Tayyib, il est certain que son père lorsqu'il (son fils) était âgé de 8 ans au lieu des 18 ans (aujourd'hui), il ne lui avait pas ordonné la prière parce qu'il est possible que son père ne priait pas et Allah est le Plus Savant.

 

Ou qu'il priait mais était négligent dans l'application du noble ordre prophétique :

 

"Ordonnez à vos enfants la prière quand ils ont sept ans, et frappez les pour elle (la prière) quand ils ont dix ans et séparez entre eux (les filles des garçons) dans leurs lits" 

 

Je ne peux pas imaginer qu'un père et une mère menant à bien le développement de l'enfant et son éducation, qu'il soit un garçon ou une fille, dans les limites des règles légiférées, parmi elles qu'il lui ordonne de prier quand ils (les enfants) ont sept ans, de la meilleure manière : Son père l'appelant à la mosquée en le prenant avec lui afin de l'habituer à la prière, de l'habituer aux ablution, à la purification, etc... il atteint l'âge de dix ans et il ne prie pas, il commence à le frapper (pour qu'il fasse la prière) et ni pitié ni miséricorde ne prennent le père et la mère envers leur enfant parce que la shariah lui ordonne cela. 

 

Donc lorsque l'enfant atteint l'âge des hommes, l'âge de responsabilité de ses actes, alors il n'est plus question désormais d'ordre ni d'interdit...

 

Pourquoi ?

 

Parce que depuis le début, il ne lui a été ni ordonné ni interdit.

 

Et c'est pourquoi, nous portons le blâme, tout le blâme sur les parents qui se plaignent de leurs enfants après qu'ils aient atteint l'âge de la responsabilité puisque avant (que l'enfant n'ait atteint l'âge de la responsabilité) le père ne donnait aucun ordre  à son enfant et ceci c'est par rapport à ce qui fait parti de la shariah.

 

Quant à ce qui fait partie de l'obéissance alors c'est obligatoire.

 

A ce moment-là, on dit selon un vieux proverbe arabe : في الصيف ضيعتِ اللبنTu as laissé le lait se perdre durant l'été

 

Maintenant, après qu'il ait atteint cet âge de dix huit ans et qu'il ne prie pas, par Allah si tu le frappes il te frappes, si tu le combats, il te combat.

 

Par conséquent tu es conscient de cela, donc tu ne peux  rien faire hormis (dire) il n'y a de puissance et de force qu'en Allah, hormis que tu te plaignes de la situation à ceux de confiance parmi tes amis, et il n'y a pas de bienfait pour lui.

 

Pourquoi ?

 

Cet enfant est comme un jeune arbre doux (fraîche tendre) que tu as planté et il a commencé à quoi?

 

Tu l'as vu penché à l'est à l'ouest, au nord, au sud et toi tu veux qu'il pousse tout droit sur son tronc sans courbe alors que tu l'as abandonné et négligé alors que si pendant que tu le voyais se courber un peu (alors) tu l'aurais remis aussitôt droit ainsi jusqu’à ce qu'il devienne complètement droit comme tu le voulais.

 

Puis c'est un plaisir pour toi de le regarder et de l'apprécier que ce soit en le regardant ou en mangeant de ses fruits.

 

Mais si après que l'arbre ait atteint l'âge de la stabilité (un âge avancé) et qu'il est courbé sur la droite ou sur la gauche ....etc.

 

Que pouvons nous faire pour cet arbre (pour le redresser et le mettre droit) ?

 

C'est terminé (tu as laissé le lait se perdre durant l'été).

 

L'important pour celui qui est éprouvé par un tel enfant (qui ne fait pas salat après l'âge de la responsabilité) est que si il (le père) a fait son obligation dans le fait d'ordonner de faire la prière et de le frapper pour la prière comme a ordonné le Messager عليه السلام alors il est déchargé auprès d'Allah عزّ وجل, puis il a l'exemple de Noé عليه السلام avec son fils qui lui a désobéi et Noé a dit à son fils (traduction rapprochée) :

 

"Ô mon enfant, monte avec nous (sur l'arche)"  (Sourate Hud verset 42) 

 

Et qu'il (son fils) a dit (traduction rapprochée) :

 

"Je vais me réfugier vers un mont qui me protégera de l'eau" (Sourate Hud verset 43) 

 

En bref afin qu'il (le père) soit excusé.

 

L'important est qu'il éloigne de lui le fait de contredire la Shariah.

 

Quant à ce qu'il soit lui en réalité comme je (Al-Albani) le pense, c'est a dire c'est lui (le père) qui à eut des manquements (dans l'éducation de son enfant), et qu'il est la cause de l'égarement de l'enfant, de sa désobéissance et son refus de répondre à l'ordre de son père quant à la prière quant il a atteint l'âge de 18 ans.

 

Enfin, il n'a plus rien à faire si ce n'est qu'invoquer Allah عزّ وجل afin qu'il le guide au droit chemin.

 

Traduit Par Abdoullaah Abu Edem

✅ Publié par cheikhalalbani.com

 

السائل : سؤالي الأخير ما حكم رجل له ابن تارك الصلاة ويدعيه إلى الصلاة يدعيه إلى الصلاة ولكن لا فائدة ؟

الشيخ : قديش عمرو ؟

السائل : كبير

الشيخ : قديش عمرو؟

السائل : يعني بالغ ثمانية عشر تسعة عشر

الشيخ : طيب , أيه هذا أكيد أبوه لما كان عمرو بدل ثماينة عشر ثمان ما أمره بالصلاة لأنو أبوه كان يمكن ما يصلي والله أعلم أو كان مصليا لكن كان مقصرا في تطبيق الأمر النبوي الكريم

(مروا أولادكم بالصلاة وهم أبناء سبع , واضربوهم عليها وهم أبناء عشر وفرقوا بينهم في المضاجع)

أنا لا أكاد أتصور أبًا وأمًا يقومان على تنشأة الولد وتربيته سواء كان ذكرا أو أنثى في حدود الأحكام الشرعية منها أن يأمروه بالصلاة وهم ابن سبعة بالتي هي أحسن , أبوه بيروح عالجامع بيأخذه معه بيتعود على الصلاة بيتعود على الوضوء على الطهارة إلى آخره يبلغ السن العاشرة وهو لا يصلي بيشتغل الضرب به ولا تأخذه الأب والأم في ولده رأفة ولا رحمة ليه لأنو الشرع أمره بذلك فإذا ما بلغ هذا الولد سن الرجال سن التكليف صار بقا ما عاد يمشي الحال فيه أمر ونهي ليه لأنو من قبل لم يُؤمر ولم يُنه ولذلك فنحن نصب اللوم كل اللوم على الأباء الذين يشكون من أولادهم بعد أن يبلغوا سن التكليف حيث لا أمر للوالد عليه أي من ناحية شرعية أما من حيث الطاعة فيجب , فحينئذٍ يقال المثل العربي القديم

(في الصيف ضيعتِ اللبن)

الآن بعد أن بلغ هذا السن ثمانية عشر سنة وهو لا يصلي والله إذا ضربته بيضربك إذا قتلته بيقتلك , ولذلك أنت شاعر بهذا فما بتعمل شيء إلا لا حول ولا قوة إلا بالله إلا أن تشكو الأمر إلى من تثق به من أصدقاءك ولا فائدة ليه كان هذا الولد متل الشتلة الغضة الطرية زرعتها وبدأت إيش رأيتها تميل شرقا غربا شمالا جنوبا وأنت تريد أن تنشأ قائمة على سوقها مستقيمة فتركتها وأهملتها بينما كل ما شفتها عوجت شوية هيك بتجيبها هيك وهكذا لحتى تستقيم على الجادة كما تريد حينئذٍ يطيب لك أن تنظر إليها وأن تتمتع بها سواء بالنظر إليها أو بالأكل من ثمارها أما بعد ما أيش بلغت سن الاستقرار يمينا أو يسار ونحو ذلك شلون بدنا نساوي في هالشجرة هاي خلاص في الصيف ضيعت اللبن المهم من ابتلي بمثل هذا الولد إن كان قام بواجب الأمر بالصلاة والضرب على الصلاة كما أمر الرسول عليه السلام فهو غير مؤاخذ عند الله عزّ وجل ثم له مثل بنوح عليه السلام وابنه إللي عقه وقلّو اركب معنا قال سآوي إلى جبل يعصمني من الماء الخلاصة بكون هو معذور والمهم هو يكون خلّص حالو من مخالفة الشرع أما إذا كان هو في الحقيقة كما اعتقد هو إللي قصر وهو سبب ضلال هالولد وعصيانه وعدم استجابته لأمر أبوه بالصلاة بعد ما بلغ هالسن سن ثمان عشر هذا الذي ينبغي , وأخيرا ليس له إلا أن يدعو الله عزّ وجل له بأن يهديه سواء السبيل

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 11:57
Lutter contre son âme

Donc la personne lutte contre son âme :

 

Premièrement 

 

Sur la connaissance de la voie droite et de la religion de vérité, et qu'elle est la cause du bonheur de la vie ici-bas et de l'au-delà, le bonheur de la vie ici-bas et de l'au-delà échappe à l'âme selon ce qui lui échappe de la connaissance de la voie droite et de la religion de vérité.

 

Deuxièmement 

 

La mise en pratique de ce qu'Allâh lui a enseigné parmi la voie droite et la religion de vérité afin que la science ne soit pas une preuve contre lui.

 

Troisièmement 

 

Appeller les gens vers ce avec quoi Allâh l'a gratifié comme voie droite et religion de vérité, car quiconque appelle à une guidée obtient les mêmes récompenses que celui qui la suit, et leurs récompenses ne diminuent en rien, comme dans le hadith de Abou Hourayra رضي الله عنه : le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Quiconque appelle à une guidée, obtient la même récompense que celui qui la suit, cela ne diminue en rien leurs récompenses ;

Et quiconque appelle à un égarement, endosse le péché de celui qui le suit, cela ne diminue en rien leurs péchés"

Sahîh Muslim : Livre de la science chapitre : celui qui établi une voie bonne ou mauvaise, et celui qui appelle à la guidée et à l'égarement, numéro (945)

 

Quatrièmement 

 

Sa patience sur ce qui l'atteint dans ce sentier, suivant ainsi l'exemple du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم et ceux qui l'ont précédé parmi les prophètes et envoyés et ceux qui sont venus après notre Prophète parmi les compagnons et les imams de la guidée jusque aujourd'hui.

 

Et le musulman ne réduit pas son but à ce que la guidée des gens soit sur sa voie, mais plutôt il se soucie de la transmission des preuves d'Allâh, et Allâh fait apparaître Sa religion, soit par ses mains, ou par les mains de celui qui vient après lui.

 

Quant à ce qu'il réduise son objectif à la guidée des gens sur sa voie sans penser aux conséquences, ceci est une erreur et de la négligence.

 

"Itihaaf al-عouqoul" avec l'explication des trois fondements du Sheikh Al Islam Mohamed bin Abdelwahab (qu'Allâh lui fasse miséricorde) du Sheikh Obeyd bin Abdillah Al Jâbiri (qu'Allâh le préserve) p.21-22 , dar al-mirâth an-nabawy

Publié par Hamza Abû Alyssa : plus.google.com

 Traduit par le groupe de traduction et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

 

الشيخ العلامة عبيد بن عبد الله الجابري حفظه الله قال : فالإنسان يجاهد نفسه

أولاً: على معرفة الهدى ودين الحق، وأنه سبب السعادة في الدنيا والآخرة، وبقدر ما يفوت النفس من معرفة الهدى ودين الحق بقدر ما يفوتها من السعادة في الدنيا والآخرة

ثانياً: العمل بما عَلَّمه الله من الهدى ودين الحق؛ حتى لا يكون العلم حجة عليه

ثالثاً: دعوة الناس إلى ما مَنَّ الله به عليه من الهدى ودين الحق؛ لأن من دعا إلى هدًى كان له مثل أجور تابعيه، ولا ينقص من أجورهم شيء؛ كما في الحديث عن أبي هريرة ~رضي الله عنه~: أن رسول الله ~صلى الله عليه وسلم~ قال

من دعا إلى هدًى كان له من الأجر مثل أجور من تبعه، لا ينقص ذلك من أجورهم شيئا، ومن دعا إلى ضلالة كان عليه من الإثم مثل آثام من تبعه، لا ينقص ذلك من آثامهم شيئا

صحيح مسلم: كتاب العلم، باب: من سن سنة حسنة أو سيئة، ومن دعا إلى هدًى أو ضلالة، برقم٩٤٥

ورابعاً: صبره على ما يصيبه في هذا السبيل؛ تأسياً برسول الله ~صلى الله عليه وسلم~ ومن مضى قبله من النبيين والمرسلين، ومن جاء بعد نبينا من الصحابة وأئمة الهدى إلى اليوم

وليس المسلم قاصرا همه على هداية الناس على يديه، بل يهتم بتبليغ حجة الله، وإن الله مظهر دينه، إما على يديه، أو على يدي من يأتي بعده، أما أن يقصر همه على هداية الناس على يديه دون أن يفكر في العواقب، فهذا خطأ وقصور." اه‍

"إتحاف العقول بشرح الثلاثة الأصول لشيخ الإسلام محمد بن عبد الوهاب (رحمه الله)" للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري (حفظه الله)، ص٢١-٢٢، دار الميراث النبوي

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

(١) صحيح مسلم: كتاب العلم، باب: من سن سنة حسنة أو سيئة، ومن دعا إلى هدًى أو ضلالة، برقم: (٩٤٥)
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Djihâd - الجهاد في سبيل الله
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 23:49
Fait-il partie de la sounna, le port du bâton pour l'imâm ? (audio-vidéo)

 

Question :

 

Fait-il partie de la sounna que celui qui fasse le sermon manipule/porte un bâton ?

 

Quelque chose a-t-il été rapporté sur cela ?

 

Réponse : 

 

Non, cela ne fait pas partie de la sounna.

 

A moins qu'il n'en ait besoin, il l'emporte lorsqu'il marche et il s'appuie dessus pour monter et faire le sermon, alors il n'y a pas de mal.

 

Quant à avoir l'intention de manipuler/porter le bâton, alors cela ne fait pas partie de la sounna en quoi que ce soit.

 

 Traduit et publié par le Cercle des Sciences - telegram.me/cercle_sciences

 

السائل : هل من السنة أن حمل العصا للخطيب هل ورد في ذلك شيء ؟

الشيخ : لا ليس من السنة ، وإنما إن كان له حاجة بالعصا ، يحملها كلّما مشى ، ويصعد بها ويخطب فلا بأس ، أمّا أن يتقصّد حمل العصا

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 23:33
Quel est le jugement des albums photos ? (audio)

 

Questionneur :

 

Quel est le jugement des photos souvenirs gardées dans un album ...? 

 

Réponse :

 

C'est à dire dans une boîte ou comme cela...

 

Nul doute que cette image tourne autour de deux jugements :

 

L'un d'eux dans la mesure où elle n'est pas affichée/apparente, alors elle -selon ma croyance- ne fait pas obstacle à l'entrée des anges mais et ceci est le second aspect, elle sera un jour une raison d'empêcher l'entrée des anges, parce que ceux qui gardent ces images, ils ne les gardent pas pour tapisser le mur, mais (ils les gardent) seulement pour y revenir lors d'un moment de nostalgie et ce qui ressemble à cela en terme de souffrance, laquelle peut parfois être bénéfique et à d'autres moments ne pas être permise.

 

Par conséquent, considérant ce que fera survenir chez lui cette image, il n'est pas permis de la conserver, surtout si elle fait partie des images prises pour de soit-disant souvenir de promenade de voyage ou de ses compagnons, ou, ou, ainsi de suite.

 

Quant à si c'est la photo du passeport, pour la carte d'identité ou ce qui ressemble à cela parmi les affaires qui peuvent nécessiter à ce qu'il se prenne en photo ou de sa famille une autre fois, alors il n' y a pas de mal à les conserver parce qu'il n'y a pas de châtiment à ce péché in shaa'a Allah.

 

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

 Publié par cheikhalalbani.com
 

السائل : ما حكم الصور التذكارية المحفوظة في الألبوم المحفوظة ... ؟

الشيخ : يعني في صندوق أو كذا ... لاشك أن هذه الصورة يدور حولها حكمان أحدهما مادام أنها ليست ظاهرة فهي في اعتقادي لا تمنع دخول الملائكة ولكنها وهذه الصورة الثانية يوما ما ستصبح سببا لمنع دخول الملائكة ؛ لأن الذين يحتفظون بهذه الصور ما يحتفظون بها لتصبح قطعة من هذا الجدار وإنما ليرجعوا إليها عند ... عند الاشتياق وما شابه ذلك من المعاني التي قد تليق أحيانا ولا تجوز أحيانا أخرى ولذلك فباعتبار ما ستصير هذه الصورة إليه ما يجوز الاحتفاظ بها لاسيما إذا كانت من الصور التي صورت بزعم أنها ذكرى لرحلة أو لسفرة أو لصحبه أو أو إلى آخره ؛ أما إذا كانت صورة لجواز لهوية شخصية أو ما يشبه ذلك من الأمور التي قد يحتاج إلى أن يصور نفسه أو ذويه مرة أخرى فالاحتفاظ بها لا بأس فيها لأن لا عاقبة لها سيئة إن شاء الله

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Distraction - musique - image - sport et internet
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 23:07
Si l'un d'entre vous a un gaz durant sa prière

D'après 'Aicha (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit:

 

«Si l'un d'entre vous a un hadath durant sa prière (1), qu'il attrape son nez (2) puis qu'il parte».

 

Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1114 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud

 

(1) C'est à dire qu'il y a eu une chose qui a annulé ses ablutions comme un gaz par exemple.

(2) Ainsi les gens vont penser qu'il saigne du nez. (Awn Al Ma'boud) 

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

عن عائشة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم

إذا أحدث أحدكم في صلاته فليأخذ بأنفه ثم لينصرف

رواه أبو داود في سننه رقم ١١١٤ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Prière - الصلاة
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 23:04
«Cheikh Google»...?! (vidéo)

Et il n'y a de force et de puissance qu'en Allâh.

 

En effet, cet internet et autres est un bienfait et un méfait en même temps, n'est-ce pas ?

 

Il a fait que les raisons des gens se soumettent à tout ce qui est propagé et tout ce qui y est mentionné.

 

Et concernant ce Google, il y en a qui se moque, et en réalité il ne convient pas aux étudiants en sciences religieuses, et encore moins aux chouyours, de donner cette estime ou de donner comme nom à ce Google le terme de cheikh.

 

Certains se moquent et disent : "Cheikh Google", cela fait partie du mépris (dédain) envers ce noble titre.

 

Je dis qu'il s'agit d'un mépris (dédain) envers lui et il est obligatoire aux étudiants en sciences religieuses de s'éloigner de cela, de donner aux choses leurs droits et de mettre les choses à leurs places au lieu de cette moquerie et de ce mépris (dédain).

 

Quand est-ce que cela fut un cheikh ?

 

Et qui a dit de lui qu'il est un cheikh ?

 

Que contient-il ?

 

S'agit-il d'un cheikh de l'egarement ou d'un cheikh de la guidée ?

 

Celui qui recherche certaines choses religieuses, il les lui montre. N'est-ce pas ?

 

Celui qui recherche des égarements, il les lui montre.

 

Celui qui recherche des ambiguïtés, il les lui montre.

 

Celui qui recherche des passions (شهوات), il les lui montre.

 

Cela est devenu un cheikh ?

 

Est-il valide de dire de lui qu'il est un cheikh ?

 

Quel est donc ce mépris (dédain) des raisons et cette négligence des termes religieux ?

 

Qu'Allâh vous bénisse.

 

 Publié par sahihofislam

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Distraction - musique - image - sport et internet
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 22:54
Le danger des paroles comme : «Ceci provient d'Allâh et d'untel» et ses semblables

Les paroles du serviteur telles que :

 

«Comme ce qu'Allâh et untel ont voulu»

ou : «Si ce ne sont Allâh et untel» 

ou : «Ceci provient d'Allâh et d'untel»

 

font partie du polythéisme mineur comme cela est indiqué dans le hadith rapporté par Abou Dawoud avec une bonne chaîne de transmission : 

 

D'après Houdhayfa - qu'Allâh l'agréé - le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Ne dites pas : Comme ont voulu Allâh et untel.

Dites plutôt: comme a voulu Allâh puis a voulu untel»[*]

 

[*] NDT : Cela signifie ici que la volonté d'Allâh ne doit pas être associée à celle de la créature. En effet, la volonté d'Allâh est prioritaire face à celle de la créature.

C'est pour cela que le terme «Puis» a été employé dans le hadith afin de marquer l'ordre chronologique des volontés. 

 

Majmou3 al fataawaa, 1/45. 

 Traduit par l'équipe al Miirath - @al_miirath


قول العبد: ما شاء الله وشاء فلان، أو لولا الله وفلان، أو هذا من الله ومن فلان
هذا كله من الشرك الأصغر، كما في الحديث الذي رواه أبو داود بإسناد صحيح عن حذيفة رضي الله عنه، عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال

لا تقولوا ما شاء الله وشاء فلان ولكن قولوا ما شاء الله ثم شاء فلان

رواه أبو داود واحمد

مجموع فتاوى الشيخ ابن باز رحمه الله ١/٤٥

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 22:44
La visite des tombes en un certain jour de l'année (au premier et au dernier jour de radjab)

Question :

 

Au premier et au dernier jours du mois de Radjab, il est des gens qui fréquentent les tombes. Est-ce que c'est permis ou non ?

 

Réponse 3 :

 

Il n'est pas permis de consacrer un certain jour de l'année, - ni le jour du vendredi ni le premier ni le dernier jours de Radjab - pour aller aux cimetières, en l'absence d'une preuve sur la légitimité d'une telle visite.

 

Il est, par contre, permis de s'y rendre, quand c'est possible, sans consacrer un jour spécifique pour la visite, conformément à cette parole du Prophète صلى الله عليه وسلم

 

"Visitez les tombes, car elles vous rappellent de l'au-delà"

 

Qu'Allâh vous accorde le succès et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 3 de la Fatwa numéro (8818)

(Numéro de la partie: 9, Numéro de la page: 114)

Publié par alifta.net

 

زيارة القبور في يوم معين من العام

س3 : في رجب أول يوم وآخر يوم يزورون المقبرة . هل هذا جائز أم لا ؟

ج3 : لا يجوز تخصيص يوم معين من السنة لا الجمعة ولا أول يوم من رجب ، ولا آخر يوم ، في زيارة المقابر ؛ لعدم الدليل على ذلك ، وإنما المشروع أن تزار متى تيسر ذلك ، من غير
تخصيص يوم معين للزيارة ؛ لقول النبي صلى الله عليه وسلم

 زوروا القبور فإنها تذكركم الآخرة

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الثالث من الفتوى رقم - 8818

(الجزء رقم : 9، الصفحة رقم: 114)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر