compteur de visite

Catégories

31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 23:01
Un frère s'est marié avec une seconde épouse mais ne donne pas son droit à la première

Question :

 

Il y a un frère qui a épousé une deuxième, mais il ne donne pas son droit à la première ; Et il ne dépense pas pour elle ; Et il la rabaisse ; Et il la compare toujours à la deuxième.

 

Ainsi, nous craignons pour la première qu'elle se suicide.

 

Nous voulons de vous un conseil et des orientations sur comment se comporter avec cet homme ?

 

Réponse :

 

Cet époux est injuste, déloyal entre ses femmes.


Allah évoque qu'il a interdit l'injustice et la tyrannie et le manque de justice entre ses femmes.

 

Et Allah عز وجل dit (traduction approximative) :

 

«et Allah ne guide pas le peuple injuste»

 

Et dans le hadith qoudssi Allah a dit :

 

«Ô mes serviteurs, Je Me suis interdit l’injustice à Moi-même et Je l’ai rendu interdite entre vous.

Ne soyez donc pas injustes».


Le messager d'Allah صلى الله عليه و سلم a informé que celui qui n'est pas juste entre ses femmes viendra le jour de la résurrection le flanc penché.


Il est obligatoire à l'époux qu'il vit convenablement avec ses épouses.

 

Allah  عز وجل a dit (traduction approximative) :

 

«et vivez avec elles convenablement.»

 

Et le messager d'Allah صلى الله عليه و سلم a dit :

 

«Le meilleur d'entre vous est le meilleur avec sa famille, et moi je suis le meilleur avec ma famille.»


Qu'il craigne Allah, cet époux qui est injuste entre ses femmes !

 

L'injustice est ténèbres le jour de la réssurection.

 

Et s'il continue dans ce mauvais comportement et cette injustice, par conséquent elle lui demande l'annulation du mariage et Allah عز وجل la compensera par meilleure que lui.

 

compte twitter de Cheikh @abdulahaldafiri

Traduit par Oum Souhayb




 

Cheikh Abdullah Ibn Salfîq Al-Dhufayri  - الشيخ عبدالله بن صلفيق القاسمي الظفيري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 19:57
Parole de Cheikh Tal'at lors de sa visite au Markaz Badr (vidéo)

Il y a beaucoup de paroles prononcés sur notre Cheykh Ali Moussa...

 

Évidemment !

 

Tu veux que personne ne parle sur lui ?!

 

Le signe qui montre que l'homme fait parti des partisans de la Sunnah : Les gens de l'égarement parlent (en mal) sur lui.

 

Quel est celui dont on critique le plus dans le monde ?... Cheykh Rabi3!

 

Tous les gens de l'innovation attaquent Cheykh Rabi3 !

 

nous n'avons pas vu dans cette époque une personne autant attaquée comme l'a été cheykh rabi3 , nuit et jour

 

Et avant lui : Cheykh al Albani... Tous les gens de l'innovation détestent cheykh al Albani ; Ils le détestent énormément !

 

Et tu veux que personne ne parle sur Cheykh Ali ?!

 

C'est inévitable que les gens de l'innovation parlent sur lui !

 

C'est inévitable qu'on parle sur lui, mais y'a-t-il une personne des partisans de la Sunnah qui a parlé sur lui ?... A parlé sur Cheykh Ali AbdelAziz?

 

Cheykh Hassan a-t-il parlé sur lui ou était il présent ici (à markaz badr) vendredi dernier?

 

Est-ce que Cheykh Adil Sayyed a parlé sur lui ?

 

Cheykh Raslan ?

 

La tazkyah de Cheykh Raslan pour Cheykh Ali est connue ! Tous les mashaykhs.

 

Nous sommes honorés par la proximité de cheykh Ali Moussa 

 

Ceci est connu !

 

Ceci est connu!

 

Le 23/10/2015

Cheikh Tal'at Zahran - الشيخ طلعت زهران

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Savants - العلماء
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 18:57
Prenez-garde à Hichem abou Assia de Marseille ! (vidéo)

Prenez-garde au pseudo étudiant en science de Mekka Hichem abou Assia de Marseille connu sous les pseudos de «Cours d'arabe intensifs Umm al-Quraa» et «Al-Oustaadz wa al-Oustaadza» !

 

Louanges à Allah. 

Que Ses éloges et le salut soient sur celui après qui il n'y aura plus de prophète.

Ceci dit :

 

Cet individu étant inconnu auprès de la majorité des frères et soeurs, je m'étais résolu à ne pas lui faire de publicité en diffusant un écrit sur lui.

 

Mais après avoir vu le nombre de frères et soeurs d'ahl as-sounnah suivre sa page, je me dois de prévenir la communauté contre cette personne qui n'a rien d'un étudiant en science, encore moins d'un professeur.

 

Comme vous le savez, mes frères et soeurs en Allah, nous nous devons de savoir de qui nous prenons notre science, et même si celle-ci est la langue arabe.

 

Le simple fait que la personne soit diplômée d'une université saoudienne n'atteste pas de sa méthodologie saine et de son noble comportement.

 

Mais plutôt ce qui va nous attester cela ce sont ses paroles et ses actes, et les paroles des gens de science à son sujet.

 

Concernant ce frère : Il n'est pas connu des gens de science et n'a pas un bon comportement.

 

Bien au contraire !

 

Ce frère est connu des étudiants d'Arabie et d'Egypte pour avoir un comportement qui n'a rien de celui de l'étudiant en science ; Ce pseudo étudiant n'est connu que pour son manque de respect envers les savants et les machaykh !

 

Il n'est connu que pour les injures et les insultes !

 

Qui accepterait d'avoir un tel professeur ?!

 

Wallahi qu'aucune personne douée de raison saine ne voudrait une telle personne comme professeur !

 

En plus d'avoir un comportement répugnant, ce pseudo étudiant de Mekka a des attitudes et des ambiguïtés de haddadi et cela est le plus grave wa Llahu al-musta3an !

 

Et les preuves claires de tout cela seront citées en détail bi idhnillah.

Parmi ses attitudes et ses ambiguïtés de Haddadi

 

-Son manque de respect et ses injures envers les machaykh salafis tel que : Chaykh Abdelhadi, Chaykh Raslan, Chaykh Ahmed Bazmoul et d'autres..

 

-Son tabdi3 (le fait de rendre innovateur) sans science ses frères salafis.

 

-Ses critiques envers les salafis qui ont la croyance que : "La base chez l'individu n'est pas la sounnah".

 

-Ses critiques envers les machaykh et prêcheurs salafis qui reviennent vers les grands savants (en particulier Chaykh Rabi3) en ce qui concerne les affaires de la da3wa.

 

-Et d'autres choses, mais je pense que cela suffira bi idhnillah

Son ignoble comportement qui n'a rien de celui d'un étudiant de surplus "diplômé"

 

Son comportement de racaille des quartiers de Marseille dans sa façon de parler avec ses frères salafis, des insultes sans retenue…

 

Ses invocations pour qu'Allah égare un frère, le rende stérile, le brûle en enfer ainsi que sur terre et "qu'il soit présent pour qu'il puisse le voir" (oui, c'est normal que vous soyez choqués) et j'en passe…

Explications et détails

 

Les attaques de ce pauvre ignorant envers les machaykh :

 

Chaykh Abdelhadi : Pour ceux qui ne le savent pas, le chaykh est connu des grands savants (tel Chaykh Rabi3, Cheikh Mouhieddin, Cheikh Hassan al-Banna et d'autres) qui eux-même, recommandent les frères de France et autre, de profiter de sa science et de retourner vers lui pour les fatawa ; Et ses tazkia sont nombreuses wa al-hamdoulillah.

 

Malgré les paroles de ces grands savants qui tous disent du bien de lui, cet ignorant ose le critiquer, l'insulter et pire même, le sortir de la salafiyah en disant du Chaykh qu'il est un haddadi, ikhwani, plus grave encore, un gourou (voir le sens du mot) !!!

 

Cet ignorant ose même critiquer ces grands savants, en disant qu'ils recommandent Chaykh Abdelhadi sans le connaître (et cela, comme a dit Chaykh Ali Moussa, est une critique envers ces savants), mais que lui (ce grand ignorant) le connaît mieux qu'eux car il est de Marseille (voilà où mène l'ignorance !)

 

Wa Llahu al-musta3an!!

 

Parmi les "erreurs" qu'il reproche au Chaykh, le fait de revenir dans toute chose vers Chaykh Rabi3 !

 

Allahu Akbar!

 

Est-ce-que revenir vers les grands savants est un égarement ?!

 

Sobhana Llah!

 

Quelle personne à la méthodologie saine et à la raison saine peut reprocher de revenir vers un grand savant comme Chaykh Rabi3 dans les affaires du prêche ?!

 

Cela est loin d'être un défaut de la part de notre Chaykh Abdelhadi, mais bien au contraire, cela est une preuve de son humilité et de la grande attention qu'il porte à ce noble prêche.

 

Mais les haddadi qui ont la haine contre ce noble prêche et ses savants, comme cela est connu de leurs plus grandes caractéristiques, détestent le retour vers les savants et se révoltent contre eux, wa Llahu al-musta3an !

 

Parmi les choses qu'il reproche aussi à notre Chaykh Abdelhadi, sa croyance (qui est aussi la notre) que «La base chez l'individu n'est pas la sounnah».

 

Je ne vais pas m'étaler sur ce sujet car les savants et prêcheurs ont déjà très bien détaillé ce point là.

 

Mais sachez que parmi les caractéristiques des haddadis, il y a le fait d'attaquer les gens de la sounnah sur cette règle.

 

Rappelez-vous seulement le grand conflit qu'il y a eu entre les salafis et les haddadis (notamment du CEP) à ce sujet, ce qui a dévoilé pas mal de prêcheurs du faux wa al hamdoulillah.

 

Nos savants tel que : Chaykh Wasioullah, Chaykh Rabi3, Chaykh al-Boukhari et d'autres ont très bien expliqué cela, je vous renvoie donc à leurs écrits et audios, ainsi qu'aux audios du frère Abdelmalik al firansi (pour les francophones) qui a également très bien clarifié le sujet.

 

Sans parler de ses insultes à l'encontre du Chaykh, nous allons nous fixer sur le plus grave, qui n'est autre que son tabdi3 (rendre innovateur) du Chaykh et de tous ceux qui le défendent.

 

Cet ignorant qui apparemment est allé à Mekka pour tout, sauf la science, a concrétisé la plus grande caractéristique des haddadis, qui n'est autre que l’exagération dans le tabdi3 sans science, au point où il a rendu innovateur (ikhwani/haddadi) un noble Chaykh, prêchant la sounnah depuis de nombreuses années, connu et recommandé par les grands savants, sans qu'aucune personne de science ne le précède dans cela.

 

Plus grave encore, il dit du Chaykh que c'est un gourou !

 

Et comme à son habitude, il ne s'est pas arrêté là, il va plus loin encore, en rendant innovateur et fanatique, toute personne qui profite du Chaykh et le défend !

 

Et toute personne qui défend le Chaykh est (selon lui) une personne qui appelle au culte (à l'adoration) de la personnalité (c'est à dire du Chaykh) !

 

Donc des personnes qui appellent au polythéisme !

 

Je pense que vous connaissez, tout comme moi, le jugement de celui qui appelle au polythéisme...

 

Ce pseudo-étudiant ne s'est pas arrêté à Chaykh Abdelhadi, mais il a aussi craché son venin sur le Chaykh Mohamed Sa'id Raslan et le Chaykh Ahmed Bazmoul.

 

En ce qui concerne Chaykh Raslan : Il le critique en privé pour ne pas se faire dévoiler, comme on en a l'habitude avec ce genre de personnes.

 

Je vais donc vous raconter une anecdote qui s'est passé en public sur Facebook...

 

Pendant un débat stérile avec un de ses défenseurs, je lui ai demandé ce qu'il pense de Chaykh Raslan, il m'a répondu qu'il le considère comme un savant, je lui ai donc dit de demander à Abou Assia ce qu'il pense de Chaykh Raslan, pour qu'il se rende compte que cette personne ne respecte pas les savants, mais au contraire les critique.

 

Mais sans qu'il n'ait eu à lui demander, Abou Assia est intervenu en disant : «On s'en fout de ton Raslan !»

 

...Et cela en public, sur Facebook, aux yeux de tout le monde !

 

Pour ce qui est du Chaykh Ahmed Bazmoul : Ce pauvre ignorant s'est permis de dire que le Chaykh n'est pas un savant (et ceci est un rabaissement évident).

 

Je lui ai donc ramené les paroles de deux montagnes de notre siècle, qui ne sont autre que Chaykh Ahmed ibn Yahia an-Najmi (qu'Allah lui fasse miséricorde) ancien moufti du Sud de l'Arabie, et Chaykh Rabi3 ibn Hadi al-Madkhali, l'Imam de la science de la critique et de l’éloge (qu'Allah le préserve).

 

Chaykh an-Najmi atteste que Chaykh Ahmed Bazmoul est un érudit, un très savant, en disant : «Al-3allamah Ahmed Bazmoul» - «Le savantissime Ahmed Bazmoul».

 

Et Chaykh Rabi3 a dit à plusieurs reprises : «Ahmed Bazmoul est un savant» et cela est connu de tous.

 

Après avoir pris connaissance de ces paroles, le vulgaire ignorant, n'a cessé d’injurier et de se moquer, sans revenir sur ses paroles, tout en essayant de se rattraper en disant : «C'est un bon étudiant en science».

 

Voila le respect que porte Hichem Abou Assia le pseudo-étudiant de Mekka, envers nos savants et machaykh !

 

Qui voudrait d'une telle personne comme professeur  ?!

 

Je vous laisse répondre...

 

Après le tabdi3 (rendre innovateur), le takfir (l’excommunion) et les insultes, voilà le genre d'invocation que fait notre étudiant en science envers les frères salafis ; Lisez par vous même...

 

     

Les preuves en captures d'écran

 

-Les critiques et le tabdi3 (ikhwani/haddadi) de Chaykh Abdelhadi ainsi que ceux qui le défendent, «la base chez le musulman n'est pas la sounnah», le retour vers Chaykh Rabi3 :


     

 

    


-Chaykh Ahmed Bazmoul n'est pas un savant :


    

 

-Les pitreries de "l'étudiant de Mekka" :

 

     

 

     


Avec ces incontestables faits, il est clair que seule une personne au cœur malade puisse encore étudier avec ce vulgaire personnage.

 

Certains pourraient penser que je devance les gens de science en parlant sur le frère...

 

Sachez que ce n’est pas le cas, notre noble Chaykh abou Abdelhalim Abdelhadi Doudi a mis en garde contre lui, il y a un bon moment déjà.

 

Mais cela n’est qu’un éclaircissement sur l’état de ce frère, aux yeux de tout le monde, pour qu’il ne vous trompe pas sur les réseaux sociaux et autres avec son parcours et ses diplômes.

 

Ils vous incombent donc, de diffuser cet article à votre entourage, pour ne pas qu’il soit dupé !

 

Et on demande à Allah qu’Il nous garde sur la voie saine jusqu’à ce qu’on Le rencontre et qu’Il fasse de nous des clés du bien et non des clés du mal.

Et que les éloges d'Allah et Son salut soient sur notre prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et l'ensemble de ses compagnons.

 

Lu est approuvé par des étudiants en sciences

Faycal ibn Mohamed al-Jazaïri

Question adressée au noble Cheikh 'Ali ben Abdelaziz Moussa

le 13 de Dhu-l-Hijjah 1436

 

La question :

 

Il y a un frère nommé Hichem abou Assia de Marseille en France, c'est un étudiant de l'université Umm al-Qurâ à la Mecque depuis neuf ans.

 

Il enseigne la langue arabe via skype aux frères en France, et son épouse aux soeurs. 

 

ll a bientôt terminé ses études à la Mecque, puis retournera en France en janvier. 

 

Et il est à craindre qu'il trompe les frères avec ses diplômes. 

 

Et ce frère (qu'Allâh le guide) est un homme vulgaire, rempli d’ambiguïtés des haddâdi et de leur comportement, et parmi ce qui prouve cela : Ses critiques envers les savants, comme Shaykh Raslân, Shaykh Ahmad Bâzmoûl et Shaykh 'Abd al-Hâdî (qu'Allâh les préserve). 

 

 

Il dit de Shaykh 'Abd al-Hâdî qu'il fait partie des prêcheurs aux portes de l'Enfer.

 

Et il dit : «Parmi les règles de l'ikhwânî haddâdî 'Abd al-Hâdî Doûdî : le fanatisme envers Shaykh Rabî' et le retour vers lui dans toute chose»,

 

Et il dit : «Parmi les règles de l'ikhwânî haddâdî  'Abd al-Hâdî Doûdî : la base chez le musulman n'est pas la Sounnah»,

 

Et il dit : «Parmi les règles de l'ikhwânî haddâdî 'Abd al-Hâdî Doûdî : le fait qu'il n'émigre pas en raison du prêche»,

 

Et il dit : «Parmi les règles de l'ikhwânî haddâdî 'Abd al-Hâdî Doûdî : le fait qu'il fasse des fatâwâ sans revenir aux savants car c'est un ''moujtahid''» (alors que les grands savants tels que Shaykh Rabî', Shaykh Mouhieddin et Shaykh Hassan al-Bannâ conseillent de revenir vers lui pour les fatâwâ, comme dans les sujets de divorce et autres). 

 

Et il dit que les grands savants qui lui ont faits des éloges ne le connaissent pas.

 

Et il accuse Shaykh 'Abd al-Hâdî de voler l'argent de la mosquée, d'espionner les soeurs dans leur salle de prière, et que les soeurs l'appellent pour des fatâwâ. 

 

Et il dit du Shaykh Ahmad Bâzmoûl qu'il n'est pas un savant (alors qu'il sait que Shaykh an-Najmî et Shaykh Rabî' ont dit de lui que c'est un savant). 

 

Autre que cela, son manque de respect envers Shaykh Raslân, il a dit : «On s'en fout de ton Raslân !». 

 

Ainsi que son tabdî' [le fait de rendre innovateur] de tous ceux qui défendent Shaykh 'Abd al-Hâdî. 

 

Et ses invocations envers certains frères salafî, d'égarement, de mort et de châtiment, il a dit : «Ô Toi qui répond aux invocations, brûle-le sur terre et dans l'autre !».

 

Et il a dit : «Qu'Allâh te coupe la langue et te brûle en Enfer !» et d'autres choses du même genre. 

 

Quelle est donc votre parole en ce qui concerne cet homme ? 

 

Et conseillez-vous de prendre la science auprès de lui, ou de son épouse, comme la langue arabe ou autre ? 

 

Réponse :

 

Allâhu-l-musta3ân [Allâh est le meilleur des secoureurs]... 

Les louanges sont à Allâh Seul, et que la prière et le salut d'Allâh soient sur celui dont il n'y a pas de prophète après lui, notre prophète Muhammad (que la prière et le salut d'Allâh soient sur lui ainsi que sa famille). 

Ceci dit, nous sommes aujourd’hui le dimanche 13 de Dhu-l-Hijjah 1436 depuis l'émigration du Prophète (que la prière et le salut d'Allâh soient sur lui ainsi que sa famille). 

 

Quant à la réponse à la question posée par le frère Fayçal (qu'Allâh lui donne la réussite) en ce qui concerne ce Hichem abou Assia et ce qu'il a cité à son sujet comme insultes envers certaines personnes de science, tel que Shaykh 'Abd al-Hâdî qui fait partie de nos frères salafî connus pour leur défense de la voie des pieux prédécesseurs en France et notamment à Marseille dans sa mosquée, la mosquée de la Sounnah, et nous ne connaissons de lui que du bien. 

 

De même que ses paroles sur Shaykh Ahmad Bâzmoûl et Shaykh Muhammad Sa'îd Raslân.

 

Ainsi que ce qui est rapporté de lui, comme le fait qu'il considère le frère 'Abd al-Hâdî comme "ikhwânî", alors il est obligatoire d'avoir pour toute parole des preuves. 

 

Et cet homme, d’après ce qui est rapporté de lui, il en apparaît le souffle répugnant du haddâdî, étant donné qu'il a parlé sur ces gens de science connus pour la salafiyyah et la défense de la voie des prédécesseurs. 

 

Donc, il ne convient pas, à tel que lui, d'enseigner la méthodologie des prédécesseurs, même s'il a avec lui des diplômes. 

 

Les diplômes sont un bien et un honneur pour la personne, mais la rectitude sur la voie des savants dont il a eu ces diplômes, s'il a pris des diplômes de la part des savants, car le questionneur ne cite pas d'où viennent ses diplômes. 

 

Mais en réalité, ce souffle apparaît de certains professeurs de langue arabe qui excellent dans cette branche mais sont ignorants des fondements des gens de la Sounnah et du Consensus. 

 

Il apparaît donc de ce type de personne, ce souffle, et il en devient prétentieux. 

 

Je met donc pleinement en garde contre cet homme, si ce qui a été cité est vrai. 

 

Y a-t-il des choses qui prouvent cela, écrites ou audio ? 

 

Questionneur :

 

En photo. 

 

Cheikh :

 

En photo ?

 

Ici, avec toi ? 

 

Questionneur :

 

Dans l'ordinateur. 

 

Cheikh :

 

Dans l'ordinateur... (preuves affichées en fin de vidéo)

 

Si les choses citées sont authentiques, alors cet homme est un haddâdî répugnant, il ne convient pas d'étudier auprès de lui, mais il est obligatoire de mettre en garde contre lui et de transmettre aux gens de science pour qu'il soit mit en garde en tout lieu. 

 

Les trois cités : Shaykh 'Abd al-Hâdî, Shaykh Raslân et Shaykh Ahmad Bâzmoûl sont tous connus pour être salafî et la louange est à Allâh. 

 

Quant à ses accusations de vol d'argent de la mosquée et ces choses là, alors cela est absurde. 

 

Et que les femmes l'appellent pour les fatâwâ, où est le problème ?

 

Le Prophète (que la prière et le salut d'Allâh soient sur lui), les femmes sont allées le questionner et il a répondu.

 

Elles ont questionné sur des choses spécifiques à la femme, la femme a dit : « Respectes-tu la femme ? » 

 

Il a dit : « Oui ». 
 

Alors comment pouvons-nous critiquer la personne parce qu'il répond aux questions des femmes, tant qu'il reste dans les limites du bon comportement.

 

Et nous ne connaissons de cet homme, et il ne nous est parvenu de lui que du bien. 

 

Et certaines personnes soulèvent ces ambiguïtés autour du Shaykh 'Abd al-Hâdî, et moi je ne connais de lui que du bien, et toute personne qui vient de France parmi nos frères et étudiants en science salafî ne disent de lui que du bien. 

 

Quant à ses invocations sur certains frères : « Qu'Allâh le brûle en Enfer et qu'Allâh l'anéantisse », alors cela ne fait pas partie de la guidée du Prophète (que la prière et le salut d'Allâh soient sur lui). 

 

Il lui ont certes dit : « Ô Messager d'Allâh, le peuple de Daws a mécru » 

Il (que la prière et le salut d'Allâh soient sur lui) a donc dit : « Ô Allâh guide le peuple de Daws et fait les venir vers moi ».

 

Et donc Allâh les a fait venir et les a guidés, et Aboû Hourayrah était parmi eux, le transmetteur de l'Islâm (qu'Allâh a agréé). 

 

Et quant à ce que la base chez la personne n'est pas la Sounnah, alors ce qu'a dit Shaykh 'Abd al-Hâdî est la vérité. 
 

La base chez la personne n'est pas la Sounnah, jusqu'à ce qu'il prouve qu'il est sur la Sounnah. 
 

Et contrairement à cela, la base chez lui est la saine nature et l'Islâm.

 

Donc le fait que les gens de la Sounnah disent que la base n'est pas la Sounnah jusqu'à ce qu'il le prouve n'implique pas qu'ils nient son Islâm et sa saine nature sur le monothéisme. 
 

Et quant au fait que Shaykh 'Abd al-Hâdî fait des fatâwâ sans revenir aux gens de science dans certains sujets, il appartient à l'étudiant en science confirmé de faire des fatâwâ dans les sujets qu'il maîtrise, quant aux sujets pointilleux, ils sont renvoyés vers les savants, et cet étudiant confirmé rapportera leurs paroles. 
 

Et comme je l'ai déjà dis, je n'ai pas connaissance que Shaykh 'Abd al-Hâdî tombe dans ce genre de choses. 
 

Et ''les savants qui lui font des éloges ne le connaissent pas'', alors cela est aussi une critique envers les gens de science. 
 

Comment un savant peut-il faire les éloges de quelqu'un qu'il ne connaît pas ?

 

C'est comme s'il disait que le savant était complaisant avec cette personne, et cela est de la critique envers les savants qui ont fait l'éloge de Shaykh 'Abd al-Hâdî. 

 

Il appartient donc à cet homme de craindre Allâh, et s'il est tombé dans ces erreurs, de s'empresser au repentir et au retour vers Allâh.

 

Et qu'il annonce cela clairement. 

 

Mais s'il reste dans cet état, alors je met en garde contre lui, contre le fait d'étudier auprès de lui et de son épouse, si elle est dans sa voie et sa méthodologie. 

 

Et on demande pour nous et pour lui, la guidée et la réussite et qu'il préserve nos frères de la Sounnah en tout lieu. 

 

Et que la prière, le salut et la bénédiction d'Allâh soient sur Son serviteur et Messager Muhammad ainsi que sa famille et ses compagnons. 


Question posée par téléphone au grand savant d'Egypte, le Cheikh Hassan Ibn Abdel Wahab Al Banna حفظه الله تعالى 

 

Cheikh :

 

As-salâmu 3alaykum. 

 

Questionneur :

 

Wa 3alaykumu-s-salâmu wa rahmatu Llâhi wa barakâtuh, comment allez vous, Ô notre Shaykh? 

 

Cheikh :

 

Qu'Allâh te préserve mon frère, oui. 

 

Questionneur :

 

Qu'Allâh te préserve Shaykh, nous autorisez-vous à vous questionner et enregistrer? 

 

Cheikh :

 

Je t'en prie, je t'en prie mon frère. 

 

Questionneur :

 

Qu'Allah vous rétribue en bien Shaykh, la question est qu'un professeur de langue arabe critique Shaykh 'Abd al-Hâdî de Marseille... 

 

Cheikh :

 

Non ! 

Lui (Shaykh 'Abd al-Hâdî) est responsable de la salafiyyah à Marseille, il est responsable de la salafiyyah à Marseille ! 
 

[paroles inaudibles...] 

 

Ces gens là veulent détruire le prêche salafî, ils sont contre le prêche salafî, même s'il a des erreurs, on lui enseigne, on le conseille... 

 

Si Shaykh 'Abd al-Hâdî s'est trompé, conseillez-le. 

 

Questionneur :

 

Oui Shaykh, je vous cite certaines de ses paroles : Il dit que Shaykh 'Abd al-Hâdî de Marseille fait partie des prêcheurs aux portes de l'Enfer, et que c'est un ikhwânî et un haddâdî, et que parmi ses règles, il y a que la base chez le musulman n'est pas la Sounnah, et qu'il [le Shaykh] n'émigre pas à cause du prêche.

 

Il dit aussi qu'il revient vers Shaykh Rabî' dans toute chose, et il dit que Shaykh ´Abd al-Hâdî fait des fatâwâ sans revenir vers les savants car c'est un ''moujtahid'', et il dit que les savants qui lui ont fait des éloges ne le connaissent pas, et qu'il a du fanatisme envers Shaykh Rabî'. 
 

Cheikh :

 

Il a dit quoi ? 

 

Questionneur :

 

Il dit qu'il a du fanatisme envers Shaykh Rabî'. 
 

Cheikh :

 

Que comprends-tu de cette parole ? 

 

C'est la parole des gens de l'innovation ! 
 

C'est la parole des gens de l'innovation ! 
 

Donnes-tu de l'importance à sa parole ? 
 

Où se fanatise-t-il envers Shaykh Rabî' ? 
 

Shaykh Rabî' dit la vérité, il dit ce qui se trouve dans le Coran et la Sounnah, où est le fanatisme envers Shaykh Rabî' ? 


Mais les gens de l'innovation détestent le prêche au tawhîd, ils détestent le prêche des gens de la Sounnah ! 
 

Dis lui : Donne ses erreurs, et rapporte-les aux savants, donne les erreurs de Shaykh 'Abd al-Hâdî et on va le conseiller. 

 

Questionneur :

 

Que la bénédiction d'Allâh soit sur vous, notre Shaykh. 
 

Cheikh :

 

Dis lui cette parole !

 

Où est le fanatisme envers Shaykh Rabî' ?! 
 

C'est toi qui n'est pas avec nous !

 

Shaykh Rabî' nous l'adorons ?

 

Non ! 
 

Nous écoutons sa parole avec les preuves. 
 

Nous ne suivons pas Shaykh Rabî', nous suivons le Messager (que la priére et le salut d'Allâh soient sur lui) ! 
 

Nous suivons le Messager (que la prière et le salut d'Allâh soient sur lui), Shaykh Rabî' nous enseigne seulement. Mais nous le respectons ! 
 

Dis cela !

 

Shaykh Rabî' n'est pas le maitre d'une confrérie soûfî, dont nous prenons tout ce qu'il dit. Nous prenons les preuves. 
 

Nous ne somme pas les ''mourîd'' [disciples] d'un maître d'une confrérie.

 

Shaykh Rabî' n'est pas le maître d'une confrérie, c'est un noble Shaykh, on prend ses paroles, avec les preuves.

 

Notre obéissance est à qui ? 

 

À Allâh et Son Messager, pas à Shaykh Rabî'. 
 

Dis-lui !

 

Dis-lui ! 
 

Questionneur :

 

Oui notre Shaykh, que la bénédiction d'Allâh soit sur vous, est-il permis d'étudier avec ce frère ? 
 

Cheikh :

 

Non !

 

Jusqu'à ce qu'il revienne, s'il revient c'est un bien. 
 

Questionneur :

 

Que la bénédiction d'Allâh soit sur vous. 
 

Cheikh :

 

Shaykh Rabî' [...parole inaudible...], Shaykh ibn Bâz, et al-Albânî, et ibn al-'Uthaymîn, et al-Fawzân, et al-Luhaydân, tous ont remercié Shaykh Rabî' et ont invoqué pour lui le bien ! 

 

[paroles inaudibles...] 
 

Questionneur :

 

Que la bénédiction d'Allâh soit sur vous Ô notre Shaykh. 

Cheikh 'Ali ben Abdelaziz Moussa - الشيخ علي بن عبدالعزيز موسى

Cheikh Hassan Ibn Abdel Wahab Al Banna - الشيخ حسن بن عبدالوهاب البنا

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:19
Notre position vis-à-vis des troubles qui ravagent la communauté tels les flots d’une mer agitée (Manifestations-excommunions des gouverneurs)

موقفنا من الفتن التي تموج موج البحر

(الطاهرات - تكفير الحاكم)

 

Toute la louange à Allah; nous Le louons et demandons son aide; celui qu’Allah guide personne ne peut l’égarer et celui qu’Allah égare personne ne peut le guider.

J’atteste qu’il n’y a de divinité adorée avec vérité qu’Allah, Lui Seul : Il n’a aucun associé, et j’atteste que Mohammad (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) est Son serviteur et Son Messager.

La (traduction du sens de la) parole d’Allah dit :

"Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission." [Âli ‘Imrân : 3 : 102]

La (traduction du sens de la) parole d’Allah dit :

"Ô Hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au Nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez Allah de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement." [An-Nisâ : 4 : 1]

La (traduction du sens de la) parole d’Allah dit :

"Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture, afin qu’Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes une grande réussite." [Al-Ahzâb : 33 : 71-72]

Ensuite :

La meilleure parole est la parole d’Allah et la meilleure guidance est la guidance de Mohammad صلّى الله عليه و سلّم . Les pires choses sont celles qui sont inventées (dans la religion), et toutes les choses inventées (dans la religion), sont des innovations, et toutes les innovations sont des égarements, et tous les égarements sont en Enfer. (1)

Ceci étant dit:

 

Certes le sujet de l’excommunions (takfir) des gouverneurs et du soulèvement contre eux est aujourd’hui parmi les préoccupations majeures des jeunes, à tel point que les pays sont jetés en pâture aux troubles (fitan).

 

Nous assistons à des révolutions contre les gouverneurs ; Ainsi le sang a été versé, les corps déchiquetés, les honneurs bafoués, les richesses pillées, un climat d'insécurité et l'anarchie se sont installés, et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah.

 

Et reste les gens de la voie authentique et pure, persistant sur leur méthodologie bénie envers leurs gouverneurs, même s'ils ont été injustes, car ils ont hérité cette méthodologie de leur prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui), et l’ont comprise de par ses nobles compagnons.

 

Ainsi ils n’ont pas changé durant les troubles, mais ils sont restés fermes telle la fermeté des montagnes enracinées, demandant l’aide d’Allah, avec la certitude de Son secours et Son soutien.

 

Ils sont ceux qui luttent pour Sa cause «Et quand à ceux qui luttent pour notre cause, nous les guiderons certes sur nos sentiers. Allah est en vérité avec les bienfaisants.»

Des incompréhensions se doivent d’être corrigées

 

Premièrement :

 

Concernant la bonté du prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) dans sa manière de se comporter envers les non musulmans :

 

Allah Le Très Haut a envoyé son prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) comme miséricorde pour l’univers.

 

Jabir ibn ‘Abdillah (qu’Allah l'agrée) a dit :

«Et le messager d’Allah était un homme facile» (2).

 

Annawawi (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«C'est-à-dire : au comportement facile, au noble caractère, au comportement doux et simple» (3).

 

Et d’après ‘Aïcha (qu’Allah l'agrée) :

«Le messager d’Allah n’a jamais eu la possibilité de choisir entre deux solutions sans qu’il ne prenne la plus facile sauf si elle implique un péché.

Et si cela était un péché, il en était le plus éloigné des gens.

De plus, le messager d’Allah ne s’est jamais vengé pour lui-même, sauf si les limites d’Allah étaient transgressées, alors il se vengeait pour Allah» (4).

 

Ainsi était le prêche de notre prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui), facile dans toute chose, et défenseur des limites d’Allah et non des jouissances de la vie d’ici-bas, des passions ou des fondements d’une secte ou d’un groupe.

 

La bonté envers les non musulmans, dans la guidée du prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) revêt plusieurs formes, et les preuves de cela sont innombrables dans sa biographie.

 

En voici quelques unes :

 

1- Sa miséricorde envers les créatures en général. Allah a dit à son sujet :

 

«et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour toute l’humanité».

 

Il était une miséricorde et un cadeau pour toute la création, même les animaux.

 

Il a dit : « pas un musulman ne plante un arbre et qu’un être humain ou une bête n’en mange sans qu’il ne lui soit inscrit pour cela une aumône » (5).

 

2- Son pardon envers les opposants qui lui ont manifesté de l’animosité :

 

Pour exemple, le jour de l’ouverture de la Mecque qui fut le plus grand pardon dont un homme puisse faire preuve, lorsqu’il a pardonné a ceux qui lui ont causé de grands tords après qu’il ait eu le dessus sur eux.

 

3- Ses invocations envers ses opposants parmi les non musulmans :

 

Toufayl ibn ‘Amr Addawsi et ses compagnons sont venus et ont dit : 

«Ô messager d’Allah, certes Daws a mécru et refusé, invoque Allah contre lui (le peuple de Daws).

Il fut alors dit : Daws est perdu (en pensant que le prophète a seulement levé ses mains pour invoquer contre eux).

Il a alors dit : Ô Allah guide Daws et fais les venir vers moi.» (6)

 

Comme il a aussi invoqué pour la mère d’Abou Houreira avant son islam.

 

D’après ibn Kathir Yazid ibn ‘Abdarrahman, d’après Abou Houreira qui a dit :

«Je prêchais ma mère à l’islam alors qu’elle était polythéiste.

Je l’ai alors prêchée un jour et elle m’a fait entendre des choses sur le messager d’Allah que je déteste (des insultes).

Je me suis rendu auprès du messager d’Allah en pleurant.

Je lui ai dit : Ô messager d’Allah, j’appelais ma mère à l’islam et elle refusait.

Je l’ai alors prêchée aujourd’hui et elle m'a fait entendre sur toi ce que je déteste. Invoque Allah pour qu’Il guide ma mère.

Le messager d’Allah a alors dit : Ô Allah guide la mère d’Abou Houreira.

Je suis donc sorti optimiste après l’invocation du prophète d’Allah, et lorsque je suis arrivé à ma porte, elle était fermée.

Ma mère a alors entendu le bruit de mes pas.

Elle a dit : reste à ta place ô Abou Houreira.

Et j’ai entendu le bruit de l’eau, elle s’est lavée puis a mis sa robe et s’est empressée de mettre son voile.

Ensuite, elle a ouvert la porte et a dit : Ô Abou Houreira, je témoigne qu’il n’y a de divinité digne d’adoration si ce n’est Allah et je témoigne que Mohamed est son serviteur et son messager.

Je suis alors retourné vers le messager d’Allah en pleurant de joie.

J’ai dis : Ô messager d’Allah, reçois la bonne annonce, Allah a accepté ton invocation, et a guidé la mère d’Abou Houreira.

Puis, il a loué Allah, fait ses éloges et formulé de bonnes paroles.

Pour finir, le messager d’Allah a alors dit : Ô Allah fais aimer à ton serviteur (Abou Houreira) et sa mère tes serviteurs croyants, et rend-les aimés auprès des croyants.

Et aucun croyant ne fut créé sans qu’il ne m’aime après avoir entendu parler de moi ou après m’avoir vu.» (7)

 

Et le prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) disait aux juifs lorsqu’ils éternuaient en sa présence :

«Qu’Allah vous guide et qu’Il améliore votre situation ».

 

D’après Abou Burda, Abou Moussa a dit :

«Les juifs éternuaient en présence du prophète en espérant qu’il leur dise : qu’Allah vous fasse miséricorde, et il leur disait : qu’Allah vous guide et qu’il améliore votre situation». (8)

 

4- Son acceptation des cadeaux des non musulmans

 

Le messager (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) a accepté le cadeau de Zayneb bint al Harith la juive, épouse de Sallam ibn Mouchkim al Qouradhiy, lorsqu’elle lui a offert un mouton méchoui qu’elle a empoisonné. (9) 

 

Ibn Qudama (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«Il est permis d’accepter le cadeau du mécréant avec qui on est en guerre car le prophète a lui-même accepté le cadeau de l’égyptien, et ceci était en période de guerre»(10)

 

5- Son discours envers ses opposants avec de paroles douces et courtoises

 

Comme dans ses livres et correspondances avec les non musulmans dans lesquels il les appelait à l’islam de la plus douce et éloquente des manières.

 

6- Les juifs vécurent parmi le prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) et ses compagnons en toute sécurité, jusqu'à ce qu’ils rompent le pacte et soient expulsés pour cela.

 

7- Ses recommandations à ses compagnons au jihad de ne tuer ni les personnes âgées, ni les enfants, ni les femmes, ni les adorateurs dans leur monastère, sauf s’ils participent au combat.

 

Et les preuves à ce sujet sont nombreuses et connues.

 

8- Ses recommandations à ses compagnons au jihad de ne pas mutiler ceux qui ont été tués parmi les polythéistes.

 

D’après ibn Buraydah, son père a dit :

 

«Lorsque le prophète désignait un chef d’armée ou d’expédition, il le conseillait en tête à tête, de craindre Allah et de se comporter de la meilleure des façons avec les musulmans.

Il ajoutait ensuite:

« Attaquez au nom d’Allah, sur la voie d’Allah, combattez ceux qui ont mécru en Allah.

Attaquez et ne prenez aucune part du butin (avant qu’il ne soit partagé), n’employez pas la traîtrise, ne mutilez pas (les corps), ne tuez pas d’enfants.

Si tu rencontres les ennemis polythéistes, invite-les à accepter une des trois choses.

Quelque soit celle à laquelle ils consentent, accepte leur consentement.

Invite-les à l’islam.

S’ils l’acceptent, accepte leur conversion».» (11)

 

Voila l’islam avec lequel est venu le messager d’Allah (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui), quant à ce à quoi prétendent les "khawarij" comme effusions de sangs et assassinats d’innocents sans aucun droit, alors de cela l’islam se désavoue.

 

Et il nous incombe d’évoquer quelques attributs des "khawarij".

 

Deuxièmement :

 

Les attributs des "khawarij" tirés des fatawa des savants de notre époque:

 

Peu de gens connaissent les "khawarij".

 

En général, le commun des gens ne peut pas distinguer les innovateurs, sauf s'il s'agit de personnes fortes et isolées (tenues à l’écart) de leurs opposants.

 

Chaykh al islam ibn Taymiya a dit :

«Les égarements des khawarij apparaissaient aux yeux de la communauté lorsqu’ils étaient des gens d’épée et de guerre et qu’ils tuaient. Aujourd’hui, la plupart des gens ne les connaissent pas». (12)

 

Les khawarij ont des caractéristiques évidentes.

 

Cependant, il est important de savoir que certaines de ces caractéristiques ont été révélées par le biais de recherches et d’études, ainsi que des paroles des savants.

 

Et il n’est pas conditionné qu’ils approuvent chaque caractéristiques évoquées à leur sujet.

 

Chaykh al islam ibn Taymiya a dit :

«Et nous n’avons connu les paroles des khawarij que par le biais des gens, non des livres»(13)

 

Et l’affaire n’est plus comme dans le passé, mais celui qui cherche constatera que même les premiers khawarij dont l'égarement fait l’unanimité, leur cas n’était pas clair auprès des gens de leur époque.

 

Alors que dire de ceux de notre époque qui s’affilient à la sounnah alors qu’ils sont des khawarij.

 

Voici certaines de leurs caractéristiques les plus apparentes tirées des fatawa des savants contemporains :

 

Exciter les gens et gonfler leur poitrine de colère contre les gouverneurs en citant leurs défauts, en les critiquant et en manifestant contre eux.

 

Le noble chaykh, le savantissime Salih al Fawzan (qu’Allah le préserve) a été questionné :

 

Est-ce que la révolte contre les gouverneurs se fait seulement par l’épée, ou rentre dans cela (la révolte) la critique à leur encontre, l’incitation des gens à la querelle avec eux et la manifestation contre eux ?

 

Il répondit :

 

Nous vous avons répétés cela. La révolte contre les gouverneurs se fait avec l’épée, et cela est la plus extrême.

Elle se fait aussi avec la parole, en les insultant et les dénigrant, en parlant sur eux dans les assises et sur les chaires (minbar).

Et cela excite les  gens, les pousse à sortir contre les détenteurs de l’ordre, et rabaisse leur rang auprès d’eux. Donc, la parole est une révolte.

 

Et il a dit (qu’Allah le préserve) :

 

Et à notre époque, il se peut qu’ils traitent d’agents (de l’état), d’adulateurs, de lâches, ceux qui voient l’obligation de l’écoute et l’obéissance aux gouverneurs sauf dans le péché.

Tu les vois dénigrer leur gouverneur, et dévoiler ses défauts du haut de leur chaire (minbar) et dans leurs assemblées, alors que le messager (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) a dit :

«Quiconque veut conseiller le sultan sur une chose, qu’il ne le fasse pas en public, mais qu’il prenne sa main et qu’il s’isole avec lui.

S’il accepte de lui alors c’est ce qui est voulu et s’il refuse, alors il aura accomplit ce qui lui incombait».

Ou si le gouverneur suspend l’un d’entre eux de parler dans les lieux publics, ils se regroupent et vont manifester.

Dû à leur ignorance, ils pensent que la suspension de l’un d’entre eux ou son emprisonnement légitimise la révolte.

N’ont-ils pas entendu la parole du prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) dans le hadith de ‘Awf ibn Malik al Achja’iy :

«Non, tant qu’ils instaurent parmi vous la prière».

Et dans le hadith de ‘Ubadah ibn Samit dans les deux authentiques (boukhari et mouslim) :

«Sauf si vous voyez une mécréance claire a propos de laquelle vous disposez d’une preuve venant d’Allah».

Et cela était lorsque les compagnons ont questionné et demandé l’autorisation de combattre les gouverneurs injustes.

Ceux-là ne savent-ils pas combien de temps l’imam Ahmed est resté en prison, et où est mort chaykh al islam ibn Taymiya?!

L’imam Ahmed n’a-t-il pas été emprisonné plusieurs années, et fouetté pour ne pas avoir dit que le coran est créé?!

Alors pourquoi n’a-t-il pas ordonné aux gens de sortir contre le khalife?!

Ne savent ils pas que Chaykh al islam est resté en prison plus de deux ans, et qu’il y est mort?!

Pourquoi n’ont-il pas ordonné aux gens de sortir contre le gouverneur, alors qu’ils avaient du mérite et énormément de science, que dire alors de ceux qui sont moindres ?!

Certes, ces pensées et ces actes ne sont arrivés à nous qu’après que les jeunes ne se soient mis à prendre leur science d’untel penseur contemporain, untel poète, untel écrivain islamique, et ils délaissèrent les gens de science, et se mirent les livres de leurs (pieux) prédécesseurs à dos, et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah. (14)

Les preuves de la patience face au mal et à l’injustice des gouverneurs

 

A- Les preuves tirées des paroles du prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui)

 

1- Salamah ibn Yazid al Jou3fiy interrogea le messager d’Allah (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) en ces termes :

«Ô prophète d’Allah, vois-tu si nous sommes gouvernés par des émirs qui nous demandent leur droit et nous interdisent les nôtres, que nous ordonnes-tu?

Et le prophète se détourna de lui, puis il le questionna, et il se détourna de lui, puis il le questionna une deuxième ou troisième fois, et al Ach’ath ibn Qays le tira.

Alors le prophète répondit : Écoutez et obéissez car ils porteront la charge de ce qu’ils font et vous porterez la charge de ce que vous faites.» (15)

 

2- Ibn Mas’oud rapporte que le prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) nous a dit :

«Vous verrez certes après moi des dirigeants qui se donneront des privilèges à votre détriment par rapport aux affaires de la vie d’ici-bas et des choses que vous allez condamner».

Ils dirent : Ô messager d’Allah ! Qu’ordonnes-tu à celui qui témoigne de ces choses ?

Il dit : «Vous donnez le droit qu’il vous est commandé de donner et vous demandez à Allah pour votre droit»(16)

 

3- D’après Houdhayfa ibn al Yaman, lorsque furent mentionnés les troubles de la fin des temps, le messager d’Allah (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) a dit :

«Il y aura après moi des émirs qui ne suivront pas ma guidée et n’adopteront pas ma sounnah. Il y aura parmi eux des hommes aux cœurs de diable dans des corps d’homme».

Puis Houdhayfa a dit : Que dois-je faire, ô messager d’Allah, si j’assiste à cela ?

Il répondit : «Tu écoutes et tu obéis à l’émir, même s’il frappe ton dos et prend tes richesses, alors écoute et obéis». (17)

 

Médite mon frère - qu’Allah te préserve - sur ces preuves claires, et il y en a beaucoup encore sur l’obéissance dans le bien aux détenteurs du pouvoir et sur la patience face à leurs maux même si tu vois en eux de l’égoïsme et des choses réprouvables, et qu’ils frappent ton dos et prennent tes biens, et même s’ils ne donnent pas au peuple leurs droits mais exigent les leurs.

 

Médite sur la répulsion du prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) (une ou deux fois) sur le fait de répondre à la question de Salamah ibn Yazid al jou’fiy «vois-tu si nous sommes gouvernés par des émirs qui nous demandent leur droit et nous interdisent les nôtres, que nous ordonnes-tu ?».

 

Et médite sur sa réponse en ce qui concerne le droit des émirs, dont leurs cœurs sont tels des cœurs de loups dans des corps d’hommes, et sa réponse en ce qui concerne le droit de l’émir qui frappe le dos et prend les richesses.

 

B- Les paroles des pieux prédécesseurs, et des savants enracinés qui sont sur leur trace, en ce qui concerne la révolte contre les gouverneurs, même s’ils ont été injustes

 

L’imam ibn Battah (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«Et ne sors pas contre les dirigeants avec l’épée, même s’ils ont été injustes.» (18)

 

Ensuite, il a cité le consensus des imams sur cela, et a dit :

«Les imams de la guidée parmi les anciens, ont été unanimes sur ces paroles et ces actes». (19)

 

Annawawi rapporte également l’unanimité à ce sujet. Il a dit :

«Quant à la révolte et au combat contre eux, alors cela est interdit à l’unanimité des musulmans, même s’ils sont pervers et injustes.

Les hadiths ont démontré ce que j’ai cité, et les gens de la sounnah ont été unanimes sur le fait que l’on ne s’écarte pas du sultan du fait de sa perversité»(20)

 

Et l’imam Ahmed (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«Et il n’est permis à personne de combattre le sultan, ni de sortir contre lui, et quiconque fait cela est un innovateur qui est autre que sur la sounnah et la voie»(21)

 

Et l’imam Assabouni (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«Et les gens du hadith voient (l’obligation) de la prière du joumou’a (vendredi) et des deux fêtes de l’Aïd avec le gouverneur musulman, qu’il soit pieux ou injuste.

Et ils voient le jihad contre les mécréants avec leurs gouverneurs, même s’ils sont injustes, ainsi que le fait d’invoquer et de demander pour eux la réforme, la réussite et la droiture.

Et ils ne voient pas la révolte contre eux par l’épée, même s’ils voient en eux des choses réprouvables ainsi que de l’injustice»(22)

 

Et Chaykh al islam ibn Taymiya (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«Et il est dit soixante ans avec un dirigeant tyrannique est meilleur qu’une seule nuit sans dirigeant », et l’expérience prouve cela. 

C’est pour cela que les pieux prédécesseurs (comme al Fudayl ibn ‘iyad, Ahmed ibn Hanbal et d’autres) ont dit :

«Si nous avions ne serait-ce qu’une invocation acceptée, nous aurions invoqué pour le Sultan.

Et le prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) a dit :

«Certes Allah agrée pour vous trois choses : que vous l’adoriez sans rien lui associer, que vous vous attachiez tous ensemble au câble (Habl) d’Allah sans vous diviser et que vous conseillez celui à qui Allah a donné l’autorité sur vous»

rapporté par Mouslim.

Et il a dit :

«Il y a trois choses envers lesquelles le cœur du croyant ne peut avoir de rancune : la sincérité pour Allah dans les actes, le bon conseil envers le détenteur de l’autorité, et rester dans les rangs du groupe car leur prêche (ou leur invocation) est un rempart pour eux.»

rapporté par "Ahl ssounan".

Et il est rapporté dans le Sahih qu’il a dit :

«La religion, c’est la loyauté.

Envers qui, demandâmes-nous ?

Il répondit : Envers Allah, son livre, son messager, les imams et l’ensemble de la communauté musulmane».

Donc il incombe de prendre cette autorité comme faisant partie de la religion et comme une chose par laquelle on se rapproche d’Allah, car l’obéissance du gouverneur et du messager (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) fait partie des meilleures choses par lesquelles on se rapproche d’Allah. Et la majorité des gens ne s'est égarée à ce sujet qu’à cause de son désir du pouvoir et d’argent »(23)

 

Et il (chaykh al islam) a dit aussi :

«Et certes, le roi injuste, Allah repoussera forcement plus de mal par sa cause, qu'il ne commettra d’injustice.

Et il fut dit : "soixante ans avec un dirigeant injuste est meilleur qu’une seule nuit sans dirigeant"»(24)

 

De plus, il expliqua:

«La législation est venue collecter les bienfaits et les perfectionner ainsi que repousser les maux et les diminuer.

Et elle fait primer le meilleur des deux biens en délaissant le moindre, et cela fait parti des bénéfices de la nomination des détenteurs de l’autorité.

Et si cela était comme le pense les ignorants, alors la présence d’un gouverneur serait égale à son absence, et cela ne peut provenir de quelqu’un de doué de raison.

Que dire alors d’un musulman.

Mais au contraire, les doués de raison ont dit : "soixante ans avec un sultan injuste et meilleur qu’une seule nuit sans sultan"»(25)

 

Et quelle belle parole que celle de l’imam ‘Abdallah ibn al Moubarak (qu’Allah lui fasse miséricorde) :

«S’il n’y avait eu les émirs, aucun sentier ne nous serait en sécurité, et les plus faibles parmi nous seraient pillés par les plus forts.» (26)

 

Et il a dit (qu’Allah lui fasse miséricorde) :

«Et ce qui est connu, c’est que les gens ne peuvent se reformer sans gouverneurs, et si quelqu’un de pire que ces rois injustes prenait le pouvoir, alors cela serait mieux que s’il n’y en avait pas, comme il est dit : "soixante ans avec un émir injuste et mieux qu’une nuit sans émir"». (27)

 

L’imam Tahawi (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«Et nous ne voyons pas la révolte contre nos imams et nos gouverneurs même s’ils sont injustes, nous n’invoquons pas contre eux, nous n’ôtons pas une main de leur obéissance, et nous voyons que leur obéissance fait parti de l’obéissance à Allah qui nous est obligatoire tant qu’ils n’ordonnent pas la désobéissance à Allah, et nous invoquons pour eux la rectitude et la préservation»(28)

 

L’imam al Barbahari (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

«Sache que l’injustice du gouverneur ne diminue en rien les obligations qu’Allah a imposé à travers son prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui).

Son injustice ne retombe que sur lui, alors que ton engagement et ton obéissance te reviendront pleinement, si Allah le veut.

C'est-à-dire : la prière en commun, la prière du vendredi, le jihad, et toute les formes d’obéissances, associe-toi à lui dans cela, et à toi ton intention.

Et si tu vois un homme invoquer contre le sultan, alors sache qu’il fait parti des gens de la passion.

Et si tu vois un homme invoquer la rectitude pour le sultan, alors sache qu’il fait parti des gens de la sounnah, si Allah le veut.

Fudayl ibn ‘iyad a dit :

«si j’avais une invocation exaucée, je ne l’utiliserais que pour le sultan.

Il lui fut dit : Ô Abu ‘Ali, explique-nous cela.

Il répondit : Si je l’utilise pour moi, cela n’ira pas plus loin que ma personne, alors que si je l’utilise pour le gouverneur, il se rectifiera, et sa rectitude amènera celle des serviteurs et des pays.

On nous a donc ordonnés d’invoquer pour eux la rectitude, et on ne nous a pas ordonnés d’invoquer contre eux même s’ils ont commis des injustices, car leurs injustices seront contre eux et leur rectitude sera pour eux et pour les musulmans ».» (29)

Notre position en ce qui concerne les parties et les groupes

 

Ce que nous avons pour dogme, c’est que les groupes ne font en aucun cas partie de la religion d’Allah.

 

Le messager d’Allah (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) s’en est désavoué comme dans "les preuves et la connaissance des hommes avec la narration de Abdullah ibn Ahmed" (2 /845 numéro : 7953) il a dit : d’après mon père, d’après Mouammal, d’après Hammad ibn Zayd, Ayyoub a dit : j’ai entendu al Hassan dire : j’étais témoin le jour où ils se jetaient des pierres en ce qui concerne l’affaire de ‘Othman, et je me suis mis à observer et ne pu voir le ciel à cause de la brume qui le cachait.

Puis j’ai entendu les paroles d’une femme venant d’une chambre, et on m’a informé que c’était la mère des croyants.

Je l’ai donc écouté dire : "certes votre prophète s’est désavoué de quiconque divise sa religion et se sectarise".

Abdullah a dit : Mouammal a dit : "Aicha, et le plus correct est Oum Salamah".

 

Et d’après Abou Houreira, le prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) a dit :

«Certes Allah a extirpé de vous, la fierté de l’arrogance de l’âge de la Jahiliyah (l’âge préislamique) et la glorification des ancêtres.

Maintenant les gens sont de deux sortes.

Soit des croyants qui sont conscients, soit des transgresseurs qui agissent mal.

Vous êtes tous les enfants d’Adam et Adam a été créé d’argile.

Les gens devraient renoncer à leur fierté de la nation car c’est un appel parmi les appels de l’enfer.

S’ils n’y renoncent pas, Allah les considérera plus vils que les vers qui se frayent un chemin à travers les excréments»(30)

 

Certes fait parti du succès qu’Allah accorde à la personne, que de le diriger vers le suivi de la vérité où qu’il soit. Il s’arrête avec la preuve et ne la transgresse pas.

 

La législation d’Allah est meilleure pour son cœur et pour lui même qu’une passion observée ou une parole innovée.

 

Et il ne s’enorgueillit pas avec la fierté du pouvoir, l’obéissance aux frères, ou l’amour de la célébrité, face au retour à la vérité lorsque ses signes lui parviennent, car il est bien guidé.

 

Il ne recherche par sa science que le visage d’Allah.

 

De ce fait, aucun blâme ne l’atteint, ni l’éloignement des gens à son encontre.

 

L’orgueil ne le détourne pas de la vérité.

 

Certes, le suivi des passions est à l’origine de tous les troubles et égarements.

 

Et il ne cesse de croître en la personne jusqu'à ce qu’il l’anéantisse.

 

Il se peut qu’il orne la vérité pour qu’elle paraisse comme étant le faux et qu’il orne le faux pour qu’il paraisse comme étant la vérité.

 

Mon père est l’islam, je n’ai pas de père si ce n’est lui

Lorsqu’ils se targuent de Qays et de Tamim

Notre position concernant les manifestations pacifiques (comme ils prétendent !!!) ou non pacifiques

 

Notre position est la même que celle de nos savants dont nous avons pris la science.

 

Le noble Chaykh, le savantissime ‘Abdulaziz ibn Baz (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

 

Le comportement est parmi les meilleurs moyens pour que la vérité soit acceptée et le mauvais comportement est parmi les voies les plus dramatiques qui conduisent au refus de la vérité, au désordre, à l’injustice, à l’inimitié et aux bagarres. 

De même, ce que font certaines personnes comme manifestations qui amènent un grand mal pour le prêche. 

Les marches dans les rues et les slogans ne sont pas une voie pour réformer la situation et le prêche.

La voie authentique passe par les visites (aux dirigeants), les correspondances, et ceci de la meilleure manière.

Il faut conseiller le président, l’émir, le chef de la tribu de cette manière, sans brutalité ni manifestation.

Le prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) est resté 13 ans à la Mecque et n’a pas fait de manifestation, ni de marche et n’a pas menacé les gens de piller leurs biens ou de les tuer.

Et il n’y a aucun doute que ceci est la cause d’un grand mal pour le prêche et les prêcheurs.

Cela empêche la propagation du prêche.

Ce qui conduit les présidents et les leaders à empêcher et interdire (ces manifestations) par tous les moyens.

Ceux qui manifestent veulent le bien, mais cela conduit au contraire.

Le fait que le prêcheur emprunte la voie des prophètes et de ceux qui les ont suivis, même si cela prend du temps est meilleur qu’un acte qui nuit et gène le prêche et peut même le détruire.

Et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah. (31)

 

Le Chaykh fut questionné (qu’Allah lui fasse miséricorde) :

 

«Les manifestations, suivies par hommes et femmes, en protestation contre l’autorité dirigeante et les gouverneurs sont-elles une voie (correcte) du prêche ?

Et si un manifestant est tué dans ces manifestations est-il considéré comme un martyr sur le sentier d’Allah ?»

 

Réponse :

 

«Je ne vois pas les manifestations impliquant des hommes et des femmes comme un remède (à quoi que ce soit).

Au contraire, c’est une des causes de trouble et de mal, et c’est une oppression et une transgression de personnes contre d’autres sans aucun droit.

Les moyens légiférés sont les correspondances, le conseil (nasiha), les appeler au bien en employant des moyens appropriés.

C’est la voie des gens de science.

C’est la voie des compagnons de Mohamed (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui) et de ceux qui les ont suivis dans la bienfaisance.

(La voie approprié est) la correspondance, le dialogue avec celui qui commet une erreur, en communiquant directement avec lui, de même avec l’émir ou le gouverneur en le conseillant et en lui écrivant sans répandre ouvertement ses défauts sur les chaires ou d’autres voies publics.

Et le secours ne provient que d’Allah». (32)

 

Fatwa du Chaykh, le savantissime Mohamed ibn Salih al 3uthaymin (qu’Allah lui fasse miséricorde), il fut questionné :

 

«Les manifestions sont-elles une voie légale pour le prêche ?»

 

Réponse :

 

«La louange est à Allah seigneur de l’univers, et que les prières et les bénédictions soit sur notre maitre Mohamed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons et ceux qui les suivent dans la bienfaisance jusqu’au jour de la résurrection.

Ceci dit : Les manifestations sont des choses inventées, cela n’était connu ni à l’époque des compagnons, ni à celle des khalifes bien guidés et des compagnons après eux.

Elles provoquent le trouble et le désordre, ce qui en fait quelque chose d’interdit.

(Dans les manifestations), on casse les vitrines, les portes et d’autres choses encore, les hommes sont mélangés aux femmes, les vieux avec les jeunes, et il y a d’autres maux et choses blâmables.

Quant au fait de mettre la pression aux autorités, si c’est une autorité musulmane, il suffit de les exhortés avec la parole d’Allah et la sounnah de son prophète (que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur lui).

Et c’est un bien qui s’offre aux musulmans.

Et si c’est un gouverneur mécréant, il ne portera aucune considération à ces manifestants.

En apparence, il les traitera avec courtoisie, mais en vérité il cache son mal.

C’est pourquoi nous voyons que les manifestations sont des choses blâmables.

Quant à ceux qui disent que ces manifestations sont pacifiques, il se peut qu’elles le soient au départ ou la première fois, mais par la suite elles sont destructrices.

Je conseille aux jeunes de suivre la voie des pieux prédécesseurs, car Allah a loué les émigrés (Mouhajirin) et les autochtones (Ansar) et ceux qui les ont suivis dans la bienfaisance». (33)

 

Le chaykh, le savantissime Salih al Fawzan qu’Allah le préserve fut questionné :

 

«Est-ce que les manifestations sont des moyens efficaces dans le prêche, dans le but de résoudre les problèmes de la communauté islamique ?»

 

Réponse :

 

«Notre religion n’est pas une religion appelant à l’anarchie.

Notre religion est une religion basée sur la discipline, une religion ordonnée et sereine.

Les manifestations ne font pas parties des actes des musulmans, et les premiers musulmans ne les connaissent pas.

L’islam est une religion pacifique, miséricordieuse et disciplinaire.

Elle n’est pas anarchique, perturbatrice et incitante aux troubles.

C’est cela la réelle image de la religion islamique.

Quant aux droits, pour y parvenir, la solution reste la demande légiférée car les manifestations engendrent l’effusion de sang ainsi que la destruction des biens.

Par conséquent, ces choses-là ne sont pas autorisées ». (34)

 

(1)Rapporté par Mouslim « chapitre l’allégement de la prière et du sermon » (numéro : 867), et Nasaï « chapitre comment sermonner » (188/3), et Ahmed (numero : 14383), et seulement Nasaï a rapporté «  et toute innovation est au feu » et cela est authentique. Se référer a « sahih al jami’ »  (numéro : 1353).

(2)Rapporté par Mouslim « chapitre explication des différents types de sacralisation, et qu’il est permis.. » (numéro : 1213)

(3)« Explication sahih Mouslim » (160/8) E : deuxieme 1392H –dar ihya tturath al ‘arabi- Berouth

(4)Rapporté par al Boukhari « chapitre la description du prophète » (numéro : 3560)

(5)Rapporté par al Boukhari « chapitre une misericorde pour les hommes et les animaux » (numéro :6012)

(6)Rapporté par Mouslim « chapitre parmi les mérites de Ghifar, Aslam, Jouhayna, Achja’, Muzayna, Tamim, Daws et Tayyi »

(7)Rapporté par Mouslim « chapitre parmi les mérites d’Abou Houreira » (numéro : 2491), Ahmed (numéro : 7911) et Taba         rani dans « al kabir » (numéro : 20598)

(8)Rapporté par Abou Daoud « chapitre que répondre a celui qui paye la jizia lorsqu’il éternue »  (numéro : 4381) et Tirmidhi « chapitre que répondre a celui qui éternue » (numéro : 2663)

(9)Rapporté par al Boukhari « chapitre l’acceptation des cadeaux de la part des mécréants » (numéro : 2617)

(10)« Al moughni » (556/10) E : premiere 1405H –dar al fikr- Berouth

(11)Rapporté par Mouslim « chapitre la désignation du gouverneur » (numéro: 3261), Abou Daoud « chapitre invocation en faveur des mécréants » (numéro : 2246), Tirmidhi « chapitre les recommandations du prophète dans la guerre » (numéro : 1228), ibn Majah  « chapitre le conseil au gouverneur » (numéro : 2849), Ahmed (numéro : 21952) et d’autres

(12)« kitab annoubouwwat » (numero : 139/1)  Et ibn Taymiya a dit cette parole il y a 800 ans, comme s’il vivait a notre époque !!

(13)« recueil de fatawa d’ibn taymiya » (49/13)

(14)« conférence donnée par le chaykh dans la ville de Taïf le lundi 03/03/1415 H dans la mosquée du roi Fahd »

(15)Rapporté par Mouslim « chapitre dans l’obéissance aux émirs même s’ils ne s’acquittent pas de nos droits » (numéro : 1846)

(16)Rapporté par al Boukhari « chapitre de la parole du prophète : vous verrez après moi des choses que vous réprouverez » (numéro : 6529), Ahmed (numéro : 3459) et Tabarani dans « al kabir » (numéro : 9928)

(17)Rapporté par Mouslim « chapitre de l’obligation de s’accrocher au groupe des musulmans lorsque parviennent les troubles, et a tout moment, et l’interdiction de sortir de l’obéissance des gouverneurs et de s’écarter du groupe »  (numéro : 1847), et al Hakim dans « al moustadrak » (numéro : 8673)

(18)« ach-charh wa al ibana » de ibn Batta (p : 175)

(19)« ach-charh wa al ibana » de ibn Batta (p : 175)

(20)Explication de sahih Mouslim de Nawawi (229/12)

(21)« les fondements de la sounnah » de l’imam Ahmed (p : 34)

(22)« la croyance des prédécesseurs et des gens du hadith » (p : 294)

(23)« recueil de fatawa » d’ibn Taymiya (291, 290/28)

(24)« recueil de fatawa » d’ibn Taymiya (278/14)

(25)« recueil de fatawa » d’ibn Taymiya (136/30)

(26)« siyar a’lam annoubala » (414/8)

(27)« minhaj ssounnati nnabawiyah » (548,547/1) première édition, authentifié par D. Mohamed Rashad Salim

(28)« charh at-tahawiyah » (p : 371). Authentifié par le savantissime Ahmed Chakir qu’Allah lui fasse miséricorde

(29)« charh as-sounnah » (p : 114)

(30)Rapporté par Ahmed, Abou Daoud, Tirmidhi et Chaykh al Albani la déclaré bon

(31)« revu des recherches islamiques » (numéro : 38- p : 21)

(32)« al jawab al abhar » de Foued Siraj (p : 75)

(33)Tiré d’une bande qui a pour titre : extrait de paroles de savants

(34)« les réponses importantes aux problèmes malheureux »

 

Traduit par: Fayçal ibn Mohamed al jazaïri

1

Cheikh 'Ali ben Abdelaziz Moussa - الشيخ علي بن عبدالعزيز موسى

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:18
Les gens ont besoin de toi, Ô étudiant en science !

Certes les gens dans les villes et les campagnes sont aujourd'hui dans le besoin de la connaissance des fondements de la religion et l'éclaircissement de ce qui l'embellit ainsi que ses mérites.

 

Encore plus que dans le passé.

 

Pourquoi pas, alors qu'ils vivent dans une époque où il y a tellement de distractions et de tentations qui embellissent à l'homme le mal dans son entièreté et en flattant son âme par ses moyens diaboliques, par ses persuasions tendancieuses et ses égarements destructeurs.

 

Et malgré tout cela, la plupart des gens se lassent lorsque le prêcheur excède dans [la longueur de] son sermon ou le conférencier lors de sa conférence d'un quart d'heure de temps.

 

Et lorsque la prière est achevée ou que la conférence prend fin, tu entends de leur part des remarques : "Il nous a fait un long discours""Qu'est-ce donc comme genre de discours et d'orateurs !" et autre que cela.

 

Alors qu'eux - qu'Allah les guide ainsi que nous - ne se lassent pas du fait de passer des heures dans l'écoute de chants immoraux ou les représentations théâtrales dépravées et dépravantes qui n'apportent aucun intérêt à personne et qui ne sont en rien bénéfiques à celui qui écoute.

 

C'est ainsi que se reflètent la réalité auprès de cette catégorie de gens, peu s'en faut pour qu'ils ne fassent pas la distinction entre [la chose]

-Bénéfique et profitable ; Nuisible et douloureux

-Entre l'assise de bien, bonne et bénie ; Et l'assise de mal, brûlante et infecte.

 

Et il n'y a de force et de puissance qu'en Allah.

 

Al-manhaju l-qawîm fî at-ta`assî bi ar-rasûli l-karîm (28-29)

Groupe de traduction et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

 

حاجة الناس لك يا طالب العلم

- قال الشيخ زيد بن هادي المدخلي - رحمه الله
" إن حاجة الناس اليوم في القرى والبوادي إلى معرفة أصول دينهم وبيان محاسنه وفضائله ﻷشد من أي وقت مضى
كيف ﻻ وهم يعيشون في عصر كم فيه من ملهيات ومغريات تزين للإنسان البشري الشر بحذافيره، وتحببه إلى النفوس بوسائلها الفاتنة ودعاياتها المغرضة وضلالاتها الهدامة
ورغم ذلك كله، فإن معظم الناس يتضجرون إذا تجاوز الخطيب في خطبته أو المحاضر في محاضرته ربع ساعة من الزمن، فإذا قضيت الصلاة أو انتهت المحاضرة، سمعت لهم دويا بالتعليق
لقد أطال علينا
وما هكذا تكون الخطابة والخطباء
ونحو ذلك
بينما هم هدانا الله وإياهم ﻻ يملون من قضاء ساعات طوال عند سماع الأغاني الخليعة أو التمثيليات الفاسدة المفسدة، التي ﻻ تحقق ﻷحد مصلحة وﻻ تفيد سامعا شيئا نافعا
هكذا انعكست الحقائق عند هذا الصنف من الناس، فلا يكادون يفرقون بين النافع المفيد والضار المؤلم، ومجالس الخير الطيبة المباركة ومجالس الشر المحرقة المنتنة
فلا حول وﻻ قوة إلا بالله
من كتاب: المنهج القويم في التأسي بالرسول الكريم من ص28 إلى 29

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:17
Ce qui incombe à chaque musulman sincère vis-à-vis de ce pays béni : Le Royaume d'Arabie Saoudite

II est certes obligatoire à chaque musulman, dans l'ensemble des contrées islamiques, de faire preuve d'entraide et de solidarité avec ce gouvernement, ne serait-ce que par la bonne parole, car ses ennemis, de l'intérieur comme de l'extérieur, sont assurément nombreux.

 

À l'intérieur, se trouvent certaines personnes libertines et enclines à la débauche, mais Allâh les a certes contenus et réprimés en octroyant à ce pays béni la domination, et la louange revient à Allaah.

 

Il est donc obligatoire atout musulman de faire preuve d'entraide et de se montrer solidaire avec ce gouvernement.

 

مشاهداتي في المملكة العربية السعودية p.17-18

 

إنه يجب على كلِّ مسلم في جميع الأقـطار الإسلامية أن يتعاون مع هذه الحكومة ولو بالكلمة الطيِّبة؛ فإنَّ أعداءها كثيرٌ ، من الداخل ، ومن الخَـــارج ونعم ! هناك شهوانيون إباحيون من الداخـل، ولكنَّ الله كبتَهم بتمكين هذه الدَّولة المباركة والحمد لله ، فيجب على كل مسلم أن يتعاون مع هذه الحكومة

مشاهداتي في المملكة العربية السعودية ص17 - 18

ص27

Et moi je le dis : 

 

Il n'y a certes aucun gouvernement qui soit capable de s'occuper et de se mettre au service des pèlerins de la manière dont s'en charge le gouvernement saoudien.

 

Voilà, car il faut absolument que la vérité soit dite.

 

فضائح ونصائح  p 27

 

وأنا أقول إنها لا تستطيع حكومة أن تقوم بخدمة الحجيج كما تقوم الحكومة السعودية بخدمة الحجيج، فالحق لابد أن يقال

فضائح ونصائح ص27

 Traduit par داود الأندلسي Daawud - twitter.com/AlandalussiAi

 

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ أبي عبد الرحمن مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:16
Les étapes permettant de remédier à l’erreur dans laquelle peut tomber le salafi et autre que lui

Etape 1

 

Reconnaître cette réalité qui est que tout fils d’Adam عليه السلام est sujet à l’erreur, que les meilleurs d’entre ceux qui se trompent sont ceux qui s’en repentent.

 

Et ceci est la première étape à entreprendre concernant l’erreur lorsque le salafi ou autre que lui tombe dedans.

Etape 2

 

Observer la question sur laquelle s’est trompé la personne.

 

Est-ce une question parmi les questions laissant place à l’ijtihad ou bien est-ce une question dans laquelle la preuve claire est apparue et il nous incombe de cheminer sur celle ci.

 

Et ceci nécessite de rechercher la science ou bien de faire remonter le cas de ce frère à un savant en lui disant :

 

«Ô sheikh, untel s’est trompé sur telle question, comment devons nous nous comporter avec lui et quelle doit-être notre position à son sujet ?»

 

Ceci car il se peut que ce dans quoi est tombé ce frère soit une question prêtant à l’ijtihad et qu’elle ne soit pas une question où il y a un dalil clair nous imposant de suivre et se soumettre à ce dalil.

 

Et notre façon de nous comporter avec celui qui nous contredit dans une question ouverte à l’ijtihad n’est pas la même qu’avec celui qui contredirait un dalil clair qui impose de le suivre.

 

Il se peut par exemple qu’il nous contredise sur le fait de placer les mains sur la poitrine après s’être relevé de l’inclinaison, lui les place dessus et nous non ou alors nous, nous les plaçons et lui non, cette question donne lieu à un ijtihad […] 

 

Et il se peut qu’il soit d’avis que celui qui délaisse la prière est mécréant dans l’absolu et que nous, nous considérions que lorsqu’il la délaisse par paresse et faignantise il ne mécroit pas et que lorsqu’il la délaisse en reniant son caractère obligatoire, là il est mécréant, et dans ce cas nous détaillons la question comme c’est le cas pour la majorité des gens de science. 

 

Il ne convient pas dans ce cas que cela donne lieu à une dispute car dans ces questions, la divergence est prise en considération, et dans certaines d’entre elles, cela arrive au sujet d’une même preuve.

 

Concernant cette étape, il convient d’avoir une vue d’ensemble et de disposer d’une connaissance au niveau des divergences existantes.

 

Et il fut dit : plus l’homme a connaissance des divergences plus sa vision est large et plus l’homme manque de connaissance au sujet des questions à divergences, plus son esprit est étroit.

Etape 3

 

L’erreur dans laquelle est tombé le frère, lorsque nous savons que c’est une question qui ne tolère pas de divergence et qui lui incombe d’être en accord avec nous sur cela, alors nous le désapprouvons nous durcissons le ton et lui ordonnons le bien, on réprouve le blâmable et nous lui intimons l’ordre de revenir vers les savants et les étudiants en science afin qu’ils lui éclaircissent cette question.

 

Mais si c’est une question où la divergence à son sujet est tolérée, dans ce cas nous sommes doux avec lui, nous nous conseillons et nous discutons posément avec lui, de la meilleure des manières sans faire preuve de dureté avec lui dans une affaire qui tolère la divergence.

Etape 4

 

Nous devons en cas de dispute éviter tout propos outrancier.

 

Certaines personnes ne supportent pas de trouver en face d’eux celui qui les contredit sur une question. Et cela consiste à se montrer vulgaire lorsqu’il trouve en face de lui quelqu’un le contredisant.

 

Et ceci est un signe d’hypocrisie.

 

Le prophète صلى الله عليه و سلم a dit :  

 

«Quatre caractéristiques, celui chez qui on les retrouve toutes est un pur hypocrite et celui qui chez qui l’on retrouve l’une d’entre elle a en lui une des caractéristiques de l’hypocrisie jusqu’à ce qu’il l’abandonne : 

Lorsqu’il parle il ment,

Lorsqu’il donne une parole il ne la tient pas,

Lorsqu’il conclut un pacte il le trahit,

Lorsqu’il se dispute il devient vulgaire. »

 

Donc faire preuve de vulgarité pour la simple raison qu’il diverge d’avec quelqu’un est une des caractéristiques des hypocrites, le musulman doit prendre garde à cela.

Etape 5

 

Nous avons discuté avec lui et débattu, nous avons fait remonter son cas aux gens de science et lui avons demandé de revenir vers eux.

 

Les étudiants en science ont parlé avec lui et l’ont conseillé et lui ont éclairci.

 

La preuve lui a été établie et l’équivoque lui a été dissipée.

 

Malgré tout, après cela, il est apparu qu’il persistait à suivre les passions.

 

Nous disons donc : ici nous changeons de position.

 

On passe du simple fait de décrire son acte comme étant une erreur et une contradiction au fait de le décrire clairement comme étant un partisan de l’innovation ou un innovateur, un égaré ou de figurer parmi les gens des passions.

 

On passe du fait de décrire la parole ou l’acte au fait de décrire l’individu lui même.

 

Et nous passons à une autre étape consistant à exposer le danger de cet homme, ceci car désormais il porte avec lui une idéologie égarée qui n’est pas tolérable, il contredit les gens de la sounnah et du consensus donc il est nécessaire de limiter son mal, d’en éloigner les gens, ceci en le boycottant et en mettant en garde contre lui, de ne pas s’asseoir avec lui, de ne pas l’écouter ni lire ses livres.

 

Si on se tait au sujet de cet homme, cela lui donne la capacité de propager son idéologie.

 

Car il peut influer sur les étudiants en science débutants et les faire sortir de la sounnah.

 

Le fait de le laisser lui donne l’occasion de répandre ses équivoques pour égarer les gens de la voie des gens de la sounnah et du consensus.

 

Ici apparaît un fondement immense affirmé par les salafs au sujet duquel est rapporté leur consensus et qui est : le boycott des gens de l’innovation et des passions.

 

Donc à ce stade, il est mis en quarantaine :

 

-On met en garde contre lui,

-On ne s’assoie pas avec ni ne lui tient compagnie,

-On ne lui prête pas l’oreille ni ne renforce son rang,

-Et on s’éloigne de lui car il est devenu un partisan de l’innovation et de l’égarement.

 

Et il n’y a pas de différence en cela, entre la petite et la grande innovation. Toute innovation est un égarement et leurs partisans sont des partisans de l’égarement.

 

Ceci est la voie des gens de la sounnah et du consensus sur la façon de se comporter avec celui qui est tombé dans l’erreur.

 

Et il est apparu une mouvance qui a repris une des caractéristiques des khawarij.

 

Ils ont adopté la voie des khawarij dans la manière de se comporter avec celui qui commet une erreur.

 

Que font-ils ?

 

Cette mouvance juge directement celui qui commet une erreur selon cette erreur sans lui établir la preuve.

 

Ils ne distinguent pas entre l’erreur commise par le sounni et l’erreur d’autre que lui.

 

Ils ne distinguent pas entre le savant sounni qui est connu pour son suivi du livre et de la sounnah et entre le partisan de l’innovation et de l’égarement, les considèrant tout deux de la même manière.

 

Cette mouvance est celle qu’on nomme « Al Hadadya ».

 

Leur voie contredit celle des gens de la sounnah et du consensus sur cette question, ils sont sortis de la voie des gens de la sounnah et du consensus sur ce sujet.

 

Il convient donc d’être en garde vis à vis d’eux et de ne pas suivre leur voie.

 

tiré du site officiel de Cheikh

traduit par SalafIslam.fr

 

خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ١

(5 - 5) خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره
(1 - 5) الخطوة الأولى
الاعتراف بهذه الحقيقة، وهي أن كل ابن آدم خطاء، وخير الخطائين التوابون، وهذا أول خطوة في التعامل مع الخطأ إذا وقع فيه السلفي، وغيره من الناس
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٢
(2 - 5) الخطوة الثانية
أن ننظر في المسألــــــــة التـــــي وقع فيها الشخص، هل هي من المسائل الاجتهادية؟ أو هي من المسائل التي ظهر فيها الدليل الـــذي يلزم المصير إليه؟ 
وهذا يحتاج إلى طالب علم أو عالم نرفع إليه قضية الأخ هذه فنقول له: فــــلان أخطأ يــــــا شيخ، كيـف نعامله، وكيف الموقف فيه؟
لأنه قد يكون ما وقع فيه هذا الأخ من باب المسائـل الاجتهادية، وليس من المسائل التي يلزم المصير فيها إلى ما دل عليــــه الـــدليل
وتعاملنا معه إذا خالف في مسألة اجتهادية، ليس مثل تعاملنا مع مخالفته إذا كان خالفنا في مسألة ظهر فيها الدليل الذي يلزم المصير إليه
فقد يكون مثلاً يخالفنـــا في وضع اليدين على الصدر بعد الركوع، هو يضعها ونحن لا نضعهـا، أو نحن نضعها وهو لا يضعها. فهذه مسألة اجتهادية
وقد يكون الخلاف في مسألة إزرة الــمـؤمن إلى أنصاف الساقين، فجعل ثوبه إلى نصف الساقين، ونحن نرى أن إزرة المؤمن كما قــــال الرسول -صلى الله عليه وسلم-: «إِزْرَةُ الْمُؤْمِنِ إِلَى أَنْصَافِ سَاقَيْهِ، لَا جُنَاحَ عَلَيْهِ مَا بَيْنَهُ وَبَيـــْنَ الْكَعْبَيْنِ، وَمَا أَسْفَلَ مِنَ الْكَعْبَيْنِ فِي النَّارِ». فهو يخالفنا، فنحن نلبس إلى الكعبين، وهو يلبس إلى أنصاف الساقين
وقد تكون المسألة في لبس العمامة، ونحن لا نرى لبس العمامة، نرى لبس الخمـــار الـــذي نحن نسميه الغترة والشماغ، ونحو ذلك من المسائل التي تتحمل تعدد وجهات النظر، وليس فيهـــا مـــن الأدلة ما يلزم المصير إليه، أو ما يعين القول فيها بقول واحد
وقد يكون يرى أن تارك الصلاة كافر مطلقًا، ونحن نرى أن تـــارك الصـــــلاة إذا كان كسلاً وتهاونًا لا يكفر، وإذا تركها إنكارًا وجحودًا فإنه كافــــر؛ فنفصـــــل كطريقة الجمهور
فلا ينبغي أن يكون هناك نزاع، في هذه مسائل الخلاف فيها معتبر، وبعضها يسوغ من نفس الدليل
وهذه الخطوة تحتاج إلى أفق واسع ومعرفة بالخلاف
وقد قيل: كلما زاد علم الرجل بالخلاف اتسع صـدره، وكلما نقص علم الرجل بالخلاف ضاق صدره
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٣
(3 - 5) الخطوة الثالثة
هذا الخطأ الــــــذي وقــــع فيه الأخ، إذا عرفنا أنه خطأ مما لا يسوغ فيه الخلاف، وأنه يلزمه أن يوافقنا؛ فإننا ننكــــــر عليه، ونشدد، و نأمره بالمعروف، وننهاه عن المنكر، ونأمره بالرجوع إلى العلماء، وإلى طلاب العلم؛ ليبينوا له هذه المسألة
أمـا إذا كـــــانت المسألـــة مما يسوغ فيه الخلاف، فنحن نترفق معه، ونناصحه، ونكلمه بهدوء، وبالتي هي أحسن، ولا نشدد عليـــه في قضية الخلاف
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٤
(4 - 5 ) الخطوة الرابعة
علينا أن نتجنب في كل ذلك الفجور في الخصومـــــة؛ فــإن بعض الناس لا يطيق أن يجد إنسانًا يخالفه في مسألة، والفجور في الخصومة أنه إذا وجد من يخالفـــه فـي المسألة فجر
وهذا من علامات النفاق قال صلى الله عليه وسلم

«أَرْبَعٌ مَنْ كُنَّ فِيهِ فَهُوَ مُنَافِقٌ خَــــالِصٌ، وَمــــــَنْ كَانَتْ فِيهِ خَلَّةٌ مِنْهُنَّ كَانَ فِيهِ خَلَّةٌ مِنْ نِفَاقٍ حَتَّى يَدَعَهَا، إِذَا حَدَّثَ كَذَبَ، وَإِذَا وَعَدَ أَخْلَفَ، وَإِذَا عَاهَدَ غَدَرَ، وَإِذَا خَاصَمَ فَجَرَ»
فالفجــور في الخصومة لمجرد الخلاف من صفات المنافقين، فعلى المسلم أن يحذر منه
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٥
(5 - 5) الخطوة الخـــــامسة
حاورناه، وناقشناه، رفعنــــا أمره لأهل العلم، وطلبنا منه الرجوع إلى أهل العلم
تكلم معه طلاب العلم، وناصحوه، وبينوا له. وأقيمت عليه الحجة، وأزيلت عنه الشبهة.
ثم تبين بعد ذلك إصراره على اتباع الهوى
فنقول: هنا ننتقل من باب الوصف لقوله، أو فعله بأنه خطأ، ومخالفة، إلى وصفه هو بأنه صاحب بدعة، أو بأنه مبتدع، وبأنه ضال، وبأنه من أهل الهوى
فننتقل من باب وصف القول والفعل، إلى وصف العين
وننتقـل بعد هذا إلى أمر آخر، وهو أن نستشعر خطورة هذا الرجل؛ لأنه أصبح يحمل فكــرًا ضالاً لا مسوغ له، أصبح يخالف أهل السنة والجماعة، فينبغي حصر شره، وكفه عن الناس، وذلك
- بهجره
- والتحذير منه
ومن مجالسته
والاستماع له
والقراءة لكتبه
فهذا الرجل السكوت عنه يعني؛
تمكينه من نشر فكره
قد يؤثر في طلبة العلم المبتدئين؛ فيخرجهم عن السنة
تركه يضع الشبهات؛ لإضلال الناس عن طريق أهل السنة والجماعة
هنـا يأت الأصل العظيم الذي يقرره السلف، ونقل فيه إجماعهم عليه، ألا وهو هجر أهل البدع والأهواء
فيهجــــر، ويحذر منه، فلا يجالس، ولا يصاحب، ولا يسمع إليه، ولا يكثر سواده، ونبتعد عنه؛
لأنه أصبـــــح صاحب بدعة وضلالة
ولا فرق في ذلك بين كبير البدع وصغيرها، كل البدع ضلالات، وأصحـــابها أصحــــاب ضلالات
هــــذا هو منهج أهل السنة والجماعة في التعامل مع من وقع في الخطأ
وظهرت طــــائفة هي وجه من وجوه الخوارج، سلكت مسلك الخوارج في التعامل مع من يقع في الخطأ، مـــــاذا يصنـــعون؟
هذه الفرقة تحكم على صاحب الخطأ بخطئه مباشرة بدون قيام حجة
لا تفرق بين خطأ السني، وخطأ غيره
لا تفرق بين العالم السني المعروف بأن أصله اتباع الكتاب والسنة، وبين صاحب البدعــــــة والضلالــــــــــة فتسوي بينهم
وهي التي يقال لها: (الحدادية)؛ مسلكهم خلاف مسلك أهل السنة والجماعــــة فـي هذا الباب، خرجوا عن طريقة أهل السنة والجماعة في هذا الموضوع؛ فينبغي الحذر منهم، وعدم سلوك مسلكهم

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:15
Une faute dans la prière à rectifier (vidéo)

Si un homme dit ou fait ce qui suit – et faites bien attention !

 

Il était en inclinaison puis il dit : « sami’aLlâhou limân hamidaH- Rabbanâ wa laKa alHamd » (Qu’Allâh exauce celui qui Le loue- Ô notre Seigneur ! À toi la Louange !).

 

Qu’a-t-il donc fait ?

 

il est venu avec deux formules (wird) alors qu’il est debout !

 

Il était en inclinaison, puis il a relevé sa tête et dit : «سَمِعَ اللهُ لِمَن حمِده، ربَّنا ولك الحمدُ - sami’aLlâhou limân hamidaH- Rabbanâ wa laKa alHamd».

 

Il a contredit la sunna. Pourquoi ?

 

Car il a mêlé la formule du qiyam (être debout) avec la formule quand on se relève.

 

Ou plutôt, il a mêlé la formule de déplacement de l’inclinaison avec la formule du qiyam : cela est contraire à la sunna.

 

-Ainsi, celui qui est en inclinaison se doit – lorsqu’il relève la tête de l’inclinaison- de dire : «سَمِعَ اللهُ لِمَن حمِده - sami’aLlâhou limân hamidaH».

 

-Et lorsqu’il est debout, il dit : «ربَّنا ولك الحمدُ - Rabbanâ wa laKa alHamd».

 

Aujourd’hui, la plupart des prieurs font ainsi : l’imâm dit : «sami’aLlâhou limân hamidaH» et eux disent «Rabbanâ wa laKa alHamd».

 

Qu’a-t-il donc fait ?

 

Il a fait le contraire de ce que j’ai exposé plus avant.

 

Il a réuni l’une des deux formules mais il l’a faite alors qu’il est debout.

 

Aujourd’hui, ceux qui prient que font-ils ?

 

Ils amènent la formule qu’il faut dire debout et ils la disent en relevant la tête de l’inclinaison.

 

Et lorsqu’ils sont debout – et plus particulièrement lorsque l’imâm est de ceux qui préservent la sunna- ils sont debout en étant silencieux.

 

Alors que c’est là le moment (où il faut dire) : « Rabbanâ wa laKa alHamd ».

 

Ils ont donc perdu cette formule à cause de leur présomption que c’est l’imâm qui réunit entre les deux formules : « sami’aLlâhou limân hamidaH- Rabbanâ wa laKa alHamd ».  

 

L’imâm, et celui qui prie seul et celui qui suit (l'imâm) : il n’y a pas de différence entre ces trois, dans le sens où il y a ici deux formules : la formule du passage de l’inclinaison à être debout et qui est « sami’aLlâhou limân hamidaH ».

 

Et la formule quand on est debout et qui est : « Rabbanâ wa laKa alHamd », et plus particulièrement des formules longues telles que : ici, Shaykh en cite.

 

Ceci est la formule de quand on est debout.

 

Et quelle est la formule du relèvement ?

 

« sami’aLlâhou limân hamidaH ».

 

La majorité de ceux qui suivent (l'imâm) perdent cette formule (en ne la prononçant pas) et ils viennent avec la formule du qiyam avec la formule du relèvement de l’inclinaison vers le fait d’être debout.

 

Et c’est une erreur très flagrante !

 

C’est pourquoi, il incombe à chaque prieur - qu’il soit imâm, ou prie seul ou qui suive (l'imâm)- de dire lorsqu’il relève la tête de l’inclinaison : « sami’aLlâhou limân hamidaH ».

 

Et une fois debout, de dire : « Rabbanâ wa laKa alHamd ».

 

Ceci est la réponse à ta question.

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Prière - الصلاة
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:14
Celui qui tend l'oreille à une personne de l'innovation sort de la protection d'Allah et est confié à elle

Al-barbahârî -qu'Allâh lui fasse miséricorde - a dit :

 

Et Sofiâne ath-thawry a dit : 

 

"Celui qui tend l'oreille à une personne de l'innovation sort de la protection d'Allah et est confié à elles"

(c'est à dire aux innovations.)

Cheikh Rabî' bin Hadî Al-Madkhalî - qu'Allâh le préserve - a dit :

 

Sofiâne ath-thawry est parmi les imams de la sounnah et les signes de la guidée, sans doute qu'il tire cette parole de la mise en garde de l'Envoyé d'Allâh صلى الله عليه وسلم contre le fait de s'asseoir avec les gens du mal, lequel renferme nécessairement le mal et dont les effets sont dangereux .

 

Celui donc qui contredit le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a exposé sa propre personne au mal, et est confié à lui même.

 

Il est dit à celui qui écoute les personnes de l'innovation :

"Ne fait pas cela car le Messager d'Allâh te l'a interdit et t'a mis en garde, et les salafs te l'ont interdit et ils t'ont mis en garde contre les assises des gens de l'innovation, et la prise [de science] chez eux."

 

Alors toi lorsque tu dis :

"Par Allâh, je lis et écoute et prends la vérité et délaisse le faux, comme ceci est la règle connue maintenant, celle dont se sont moqués beaucoup de jeunes qui étaient sur le chemin des salafs."

 

Et ils sont venus avec ces règles répugnantes et corruptrices, et ils disent :

"Lis parmi les livres des ikhwan et les livres de tabligh et les livres des gens de l'innovation, de soufis, de rawafidh et prends le vrai et délaisses le faux."

 

Et lui est inconscient, il ne connaît pas le juste et ne différencie pas entre lui et le faux et il vient au faux et le voit juste et le prend, et va au juste et le voit faux et le rejette et s'égare.
 

Celui là Allâh l'a confié à lui même, car s'il s'était accroché à la sounnah et avait prêté attention au Tawhid du Messager, la position des sahabas, la position des salafs, et avait préservé ce qu'il avait, ce qu'il possédait comme bien - c'est à dire : de sounnah.

 

Il aurait certes été secouru, cependant il s'est trompé.

 

Allâh la confié à lui-même à cause de cette ruse, cette arrogance que certaines personnes perpétrent et élaborent eux-même.

 

Et il se voit imam alors qu'il est ignorant.

 

Et il tombe alors dans le piège des gens de l'égarement.

 

Et il est content de ce qu'il a altéré.

 

Et il apparaît alors parmi les personnes de l'égarement, pourquoi ?

 

Car Allah l'a abandonné et l'a confié à lui même.
 

Pour cela nous disons :

"Celui qui ne sent pas sa personne à l'abri de tomber dans le piège de l'égarement, il se doit de s'écarter des livres des gens de l'innovation et de leurs assises."

 

Certes le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a mis en garde contre leurs assises  ; 

Et les salafs ont mis en garde contre leurs assises, plutôt, ils sont unanimes sur leur boycott et la scission, et l'animosité envers eux.

 

Et qu'il ne débat pas avec eux ou avec leurs dahwah sauf celui qui en a la capacité, qui a la capacité pour établir la preuve, et dans ce même temps il met en garde et met en garde contre leurs assises et le fait de leur faire confiance. 
 

Quant au faible, au pauvre, le vent faible le balance et le fait tomber.

 

C'est donc à lui de préserver ce qu'Allah lui a accorder comme bien, rien n'équivaut à la sécurité.
 

Celui qui a la capacité et l'expérience et qui est capable d'appeler à Allâh par la sagesse, et convaincre les gens de l'innovation, qu'il se dirige pour les appeler, et non pour leur amitié et leurs assises et la flatterie avec eux.

 

Mais pour être militant, prédicateur à Allâh, conseiller, celui qui ordonne le bien et interdit le blâmable : Celui-là affronte les gens de l'innovation et leur éclaircit le vrai, celui qui prends le chemin de la guidée, louange à Allâh ; Sinon la preuve a été établie sur lui, celle qu'Allâh a rendu obligatoire son établissement sur les héritiers des prophètes - sur eux les prières et la paix -.

 

Tiré de l'explication de Charh As-Sounah de l'Imâm Al-Barbhâry

Groupe de traduction et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

 

بسم الله الرحمن الرحيم
قال البربهاري -رحمه الله

وقال سفيان الثوري : "من أصغى بأذنه إلى صاحب بدعة خرج من عصمة الله، ووكل إليها."(١) يعني إلى البدع
قال الشيخ ربيع بن هادي المدخلي -حفظه الله- : "سفيان الثوري من أئمة السنة وأعلام الهدى، لعله استمد هذا الكلام من تحذير الرسول -صلى الله عليه وسلم- من مجالسة أهل السوء التي لا بد لها من الضرر والآثار الخطيرة
فمن خالف تحذير رسول الله -صلى الله عليه وسلم- عرّض نفسه للشر ووكل إلى نفسه، ويقال لمن يصغى إلى أهل البدع: لا تفعل هذا لأن الرسول نهاك، وحذرك، والسلف نهوك، وحذروك من مجالسة أهل البدع، والأخذ عنهم.
فأنت لما تقول: والله أنا أقرأ وأسمع وآخذ الحق وأترك الباطل، كما هي القاعدة المعروفة الآن التي ضحكوا بها على كثير من الشباب الذين كانوا يسيرون في طريق السلف، فجاؤوهم بهذه القواعد الخبيثة الفاسدة، وقالوا: اقرأ من كتب الإخوان، وكتب التبليغ، وكتب أهل البدع، والتصوف، والروافض، وخذ الحق، واترك الباطل
وهو مسكين لا يعرف الحق، ولا يميز بينه وبين الباطل، فيأتي إلى الباطل يراه حقًّا فيأخذه، ويأتي إلى الحق يراه باطلاً فيرده، فيضل
هذا وكَّله الله إلى نفسه؛ لأنه لو اعتصم بالسنة، وأصغى لتوجيد الرسول، ومواقف الصحابة، وموقف السلف، وحافظ على ما عنده من الخير -أي: السنة- لنجا، لكنه اغتر، فوكّله الله إلى نفسه، بسبب هذا الغرور، بسبب هذه العنجهية التي يرتكبها بعض الناس، ويعتد بنفسه، ويرى أنه إمام، وهو جاهل، فيقع في حبائل أهل الضلال، فسر عان ما ينحرف، ويصبح من أهل الضلال، لماذا ؟ لأن الله خذله ووكّله إلى نفسه
لهذا نقول: إن الذي لا يأمن على نفسه من الوقوع في حبائل الضلال عليه أن يجتنب كتب أهل البدع ومجالستهم، فإن رسول الله -صلى الله عليه وسلم- حذّر من مجالستهم، والسلف حذّروا من مجالستهم، بل أجمعوا على هجرانهم ومقاطعتهم وبغضهم، ولا يتعرض لهم ولدعوتهم إلا من فيه كفاءة، وعنده القدرة على إقامة الحجة، وفي الوقت نفسه يحذَر ويحذِّر من مجالستهم والركون إليهم، وأما الضعيف المسكين الذي تهزه الريح الخفيفة وتسقطه، فهذا عليه أن يحافظ على ما منحه الله من الخير، فالسلامة لا يعدلها شيء
من عنده قدرة وخبرة، ويستطيع أن يدعو إلى الله بالحكمة، وإقناع أهل الباطل، فليتعرض لدعوتهم، لا لمصادقتهم ومجالستهم والمداهنة معهم
وإنما ليكون مجاهدًا داعيًا إلى الله، ناصحًا، آمرًا بالمعروف، ناهيًا عن المنكر، هذا يتصدى لأهل الباطل، فيبين لهم الحق، من اهتدى فالحمد لله، وإلا فقد أقام عليهم الحجة التي أوجب الله قيامها على ورثة الأنبياء عليهم الصلاة والسلام
الأنبياء كانوا دعاة، وكانوا يدعون الكفار، ويدعون العصاة، وأنت من وراثهم، فادع هؤلاء، وأقم عليهم الحجة، ولا نقول لكل واحد ولكل من هب ودب: اختلطوا بأهل البدع، ناصحوهم، وإنما نقول هذا لأهل العلم والكفاءة الأقوياء، ومن عداهم من الجهلة وضعفاء الشخصية فنحذرهم وننذرهم من العواقب الوخيمة التي نزلت بمن اغتر بنفسه، فأصبح من أهل البدع والضلال، وقد نبهنا على هذا مرات
ونحن نعرف -والله- أناسا من مختلف البلدان العربية والإسلامية، كانوا على خير، ثم أخذتهم هذه الحيل، خذ اقرأ، واسمع، خذ الحق ورد الباطل، فما تراه إلا وهو من وحوش أهل البدع، حربًا على أهل السنة، وذبًا عن أهل الباطل، نسأل الله العافية." اه‍
(١) رواه أبو نعيم في "الحلية" (٢٦/٧، ٣٣-٣٤)، وابن بطة في "الإبانة" رقم (٤٤٤) من طرق عن الحسن ابن الربيع عن يحيى بن اليمان عن سفيان
وورد من طرق: عن محمد بن النصر الحارثي بلفظه، كما في "ذم الكلام" للهروي رقم (٩٤٨
عون الباري ببيان ما تضمنه شرح السنة للإمام البربهاري
للشيخ ربيع بن هادي المدخلي -حفظه الله- الجزء الثاني ص٤٤٣-٤٤٤-٤٤٥، مكتبة دار المحسن

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 10:13
Comment unifier la communauté ? (audio-vidéo)

 

Quant à ceux qui se désavouent de la ’Aqīdah et du Tawhid [en disant] : «Ce sont des termes qui n’ont pas de preuves, ils n’ont pas à utiliser ces termes», ce sont des causes de scepticisme [vers les questions de 'Aqīdah et Tawhid],  ils veulent déraciner cette Aqīdah, alors ils viennent avec ces mots.

 

Ils disent: «Ce n’est pas présent dans le Qur’an ou la Sunna : «Tawhid» et «’Aqīdah…»».

 

Ce sont des significations, ce sont les significations de ce qui est venu dans le Qur’an et la Sunna.

 

Mais ils veulent provoquer du scepticisme à l’égard des questions de ‘Aqīdah, afin de ne pas faire de distinctions entre les groupes et ceux qui sont droits.

 

C’est leur intention.

 

Et afin de ne pas réfuter les gens du mensonge (groupes égarés).

 

C’est leur but.

 

C’est l’intention de leurs «savants».

 

Quant à leur barbarie et agitations, qui prennent [leur savoir] dans les ordures - le dépotoir de pensée - ils répètent ces mots. Comme ce qui a été écrit dans certains journaux et livres.

 

Ils ne devraient même pas être appelés livres, [ils devraient être] appelés poubelles, mais ce sont eux qui les ont appelé livres.

 

Donc, il n’est pas permis de se tourner vers ces suspicions.

 

Et ceci [se préoccuper des questions de 'Aqīdah et Tawhid] est quelque chose qui est devenue courante dans la oumma, et ils lui ont donné une grande préoccupation, de façon à distinguer entre la vérité et le mensonge, et entre la guidée et l’égarement.

 

Et ils [les gens] de déviation en ont l’intention [désavouer de la 'Aqīdah & du Tawhid], et de mélanger les gens, de sorte qu’il n’y ait pas de différenciation entre un athée et un hérétique et une personne droite et un innovateur…

 

Tout le monde sous le nom de l’Islam.

 

Ils disent : «Afin que les musulmans deviennent unis. »

 

Les musulmans ne peuvent pas être réunis si ce n’est avec une croyance (‘Aqīdah) correcte.

 

Ils ne peuvent pas être réunis si ce n’est avec une croyance (‘Aqīdah) correcte - la même que celle qui a uni  les Sahābah après avoir été désunis.

 

وَاذْكُرُواْ نِعْمَةَ اللّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ كُنتُمْ أَعْدَاء فَأَلَّفَ بَيْنَ قُلُوبِكُمْ

 

sens approximatif du verset :

 

«et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos coeurs.» Al-’Imran, v.103

 

Alors qu’est-ce qui a uni les Sahābah après la division et de conflit si ce n’est cette ’Aqīdah qui est avec nous et qui est : «Nul n’est digne d’être adoré [en vérité], sauf Allah [seul], et que Mohammed est Son Messager »

 

Et rien ne peut unir les gens, sauf la bonne ’Aqīdah, mais s’ils diffèrent dans la ’Aqīdah,  ils ne peuvent donc pas être unis, jamais, Na’am.

 

Il y a des divergences dans le fiqh (jurisprudence), les questions de fiqh, alors cela ne nuit pas et ne provoque pas de séparation et de haine, car il s’agit d’une divergence permise (ijtihad).

 

Mais diverger dans la ’Aqīdah, ce n’est pas permis et ceux qui sont différents ne peuvent jamais être unis, ceux qui diffèrent dans la ’Aqīdah ne peut jamais être unis, peu importe combien ils essaient, parce qu’ils veulent joindre des opposés.

 

Et on ne peut jamais joindre entre les opposés et les contradictions.

 

S’ils veulent l’unité des musulmans alors c’est à eux de fixer leur ’Aqīdah en premier.

 

La ‘Aqīdah que les Messagers, du premier d’entre eux au dernier, ont été préoccupés et ont débuté avec.

 

C’est à eux de se singulariser sur cette Aqīdah .

 

S’ils suivent cette ‘Aqīdah alors la Oumma sera unie, s’ils sont véridiques et sérieux [pour unir la oumma].

 

Mais ils se moquent de ceux qui parlent de ’Aqīdah et qui appellent à la [bonne] ‘Aqīdah.

 

Ils disent : «il fait le takfir (excommunion) du peuple»«il veut séparer les musulmans », et tout ce qu’ils disent.

 

Nous leur disons donc : «Alors allez-y, unissez les musulmans avec ce que vous dites.»

 

Vous ne serez jamais en mesure d’y parvenir.  

 

Mais si la ‘Aqīdah est une, alors ils s’uniront facilement.

 

هُوَ الَّذِيَ أَيَّدَكَ بِنَصْرِهِ وَبِالْمُؤْمِنِينَ♦وَأَلَّفَ بَيْنَ قُلُوبِهِمْ لَوْ أَنفَقْتَ مَا فِي الأَرْضِ جَمِيعاً مَّا أَلَّفَتْ بَيْنَ قُلُوبِهِمْ وَلَـكِنَّ اللّهَ أَلَّفَ بَيْنَهُمْ إِنَّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ

 

sens approximatif du verset :

 

«C’est Lui qui t’a soutenu par Son secours, ainsi que par (l’assistance) des croyants. Il a uni leurs coeurs (par la foi). Aurais-tu dépensé tout ce qui est sur terre, tu n’aurais pu unir leurs coeurs; mais c’est Allah qui les a unis, car Il est Puissant et Sage.» Al-Anfal, v.62-63

 

وَاذْكُرُواْ نِعْمَةَ اللّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ كُنتُمْ أَعْدَاء فَأَلَّفَ بَيْنَ قُلُوبِكُمْ فَأَصْبَحْتُم بِنِعْمَتِهِ إِخْوَانًا وَكُنتُمْ عَلَىَ شَفَا حُفْرَةٍ مِّنَ النَّارِ فَأَنقَذَكُم مِّنْهَ ا كَذَلِكَ يُبَيِّنُ اللّهُ لَكُمْ آيَاتِهِ لَعَلَّكُمْ تَهْتَدُونَ

 

sens approximatif du verset :

 

«et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos coeurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi, Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés.» Al-’Imran, v.103

 

Ainsi, rien ne va unir les gens, sauf une bonne ’Aqīdah auquel les Messagers sont venus avec, du premier d’entre eux au dernier, Muhammad.

 

وَمَا أَرْسَلْنَا مِن قَبْلِكَ مِن رَّسُولٍ إِلَّا نُوحِي إِلَيْهِ أَنَّهُ لَا إِلَهَ إِلَّا أَنَا فَاعْبُدُونِ

 

sens approximatif du verset :

 

«Et Nous n’avons envoyé avant toi aucun Messager à qui Nous n’ayons révélé : «Point de divinité en dehors de Moi. Adorez-Moi donc».» Al-Anbiya, v.25

 

وَإِنَّ هَذِهِ أُمَّتُكُمْ أُمَّةً وَاحِدَةً وَأَنَا رَبُّكُمْ فَاتَّقُونِ

 

sens approximatif du verset :

 

«Cette communauté, la vôtre, est une seule communauté, tandis que Je suis votre Seigneur. Craignez-Moi donc,.» Al-Muminin, v.52

 

Et dans l’autre verset :

 

إِنَّ هَذِهِ أُمَّتُكُمْ أُمَّةً وَاحِدَةً وَأَنَا رَبُّكُمْ فَاعْبُدُونِ

 

sens approximatif du verset :

 

«Certes, cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique, et Je suis votre Seigneur. Adorez-Moi donc.» Al-Anbiya, v.92

 

Ils ne veulent pas s’unir, si ce n’est pour adorer Allah seul.  

 

Et Il est Allah سبحانه و تعالى, parce qu’il est le véritable Seigneur et tout ce qui est en dehors de Lui est le faux,

 

ذَلِكَ بِأَنَّ اللَّهَ هُوَ الْحَقُّ وَأَنَّ مَا يَدْعُونَ مِن دُونِهِ هُوَ الْبَاطِلُ وَأَنَّ اللَّهَ هُوَ الْعَلِيُّ الْكَبِيرُ

 

sens approximatif du verset :

 

«C’est ainsi qu’Allah est Lui le Vrai, alors que ce qu’ils invoquent en dehors de Lui est le faux; c’est Allah qui est le Sublime, le Grand.» Al-hajj, v.62

 

Alors là, c’est l’unité des musulmans, s’ils sont véridiques.  

 

Laissez-les corriger leur ‘Aqīdah et se débarrasser de ce qui en est étranger, de la manière dont Muhammad صلى الله عليه و سلم est venu avec.

 

Puis, les Musulmans seront unis sur cela.

 

Et c’est ce que les Salafs, tels que Al-Barbahari et d’autres, auteurs de ces « rassail » (écrits) et livres qui clarifient la ‘Aqidah correcte. Lorsque apparurent les fitan (discordes), divisions et égarements, ils ont écrit ces croyances pour expliquer la Sunna que le Messager d’Allah صلى الله عليه و سلم et ses compagnons et les meilleures générations (qouroun moufaddal) étaient sur.

 

Celui qui la suit est sauvé et celui qui s’en écarte est voué à la perte.

 

Celui dont le Messager صلى الله عليه و سلم a dit à propos:

 

«Je vous ai laissé sur une voie claire (blanche) de nuit comme de jour. » 

 

و الله جل وعلا

 

الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلاَمَ دِينًا

 

sens approximatif du verset :

 

«Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous.» Al-Maidah, v.3

 

C’est sur ceci que nous devons être unis.

 

Mais de dire : «coopérons sur ce que l’on est d’accord et nous nous excusons sur ce que nous sommes en désaccord» alors c’est impossible si la ‘Aqīdah est différente.

 

Mais si la divergence est dans le fiqh, dans les questions de fiqh, cela pourrait être possible, bien que ce qui est obligatoire est de suivre la preuve.

 

Même en matière de fiqh, il est obligatoire de suivre les preuves. 

 

فَإِن تَنَازَعْتُمْ فِي شَيْءٍ فَرُدُّوهُ إِلَى اللّهِ وَالرَّسُولِ إِن كُنتُمْ تُؤْمِنُونَ بِاللّهِ وَالْيَوْمِ الآخِرِ

 

sens approximatif du verset :

 

«Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier.»  An-Nissa, v.59

 

Mais dans une affaire de fiqh, où il est possible [qu'il ait divergence], cela n’entraîne pas de division entre les musulmans.

 

Par conséquent, parmi Ahl Sunna il y a le Hanafi, le Maliki et parmi eux le Shafi’i et le Hanbali et ils ne divergent pas, et toutes les louanges sont à Allah.

 

Et ils ne se divisent pas. Parce que ce sont des efforts relatifs au fiqh, qui sont fondés à partir des preuves.

 

Contrairement à la ’Aqīdah, leur ’Aqīdah est une.  

 

Les Hanbalis, Malikis, Shafi’i et  Hanafis, leur Aqīdah est une.  

 

Malgré qu’il y ait parmi leurs disciples ceux qui les ont opposés (c’est à dire les Imâms) dans la ’Aqīdah.

 

Ceci est présent chez les Hanbalis et parmi les Hanafis, Shafi’i et Malikis.

 

[Il ya ceux d'entre eux] qui se sont opposés aux Imams dans leur ‘Aqīdah.

 

Il ne leur est attribué (cette nomination) que dans le fiqh,  mais dans ’Aqīdah, ils s’opposent à eux.

 

Donc, ils ne sont pas considérés comme de [véritables] disciples des imams, parce qu’ils les ont suivis sur quelque chose, mais en opposition à quelque chose de plus important.

 

Ils s’y sont opposés sur quelque chose de plus important.

 

Donc, nous ne les considérons pas comme étant des disciples des imams alors qu’ils s’opposent à eux dans la ’Aqīdah.

 

Donc, c’est ce qui a fait que les savants tels que Al-Barbahari et d’autres nous ont mis à disposition la voie correcte qui est tirée du Livre d’Allah et la Sunna de Son Messager et la guidée des pieux predecesseurs, afin que les Musulmans la suive.

 

Et ceci fait partie du bon conseil envers Allah, Son Messager, Son livre, les Imams et l’ensemble des musulmans.

 

Mais si cette affaire était caché, et n’aurait pas été clarifiée, et que ces livres n’auraient pas été écrits, beaucoup de gens se seraient égarés.

 

Mais ces livres, et toutes les louanges sont à Allah, sont des bienfaits venant d’Allah تعالى.

 

Et une preuve sur sa création, afin que ce qui doit vivre vivra, et détruit ce qui doit être détruit, par des preuves claires.

 

Na’am.

 

Extrait d’un cours donné par le cheikh, explication de sharh as Sunna de l’imam al Barbahari رحمه الله.

Traduit par minhaj sunna

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة