compteur de visite

Catégories

17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 20:24
L’exagération dans la croyance

Quant à l’exagération dans la croyance, cela revient à dépasser les limites au sujet de ce qu’Allâh تعالى a légiféré concernant les sujets relatifs à celle-ci.

 

En effet, Allâh تعالى n’a révélé le livre et n’a envoyé l’élu que pour que la religion lui soit entièrement consacrée.

 

Quant à l’exagérateur, il ne se contente pas de ce qu’Allâh تعالى a révélé dans sa législation parfaite, mais il s’attelle plutôt à rajouter à ce qu’Allâh a légiféré et à diverger de ce que visait le législateur concernant la facilité et l’aisance accordée aux serviteurs soumis aux obligations et aux interdits en durcissant tout cela à la fois pour lui ainsi que pour les autres et en rattachant cette attitude à la législation d’Allâh تعالى.

 

[…]

 

Et parmi les meilleurs exemples de ce genre d’exagération, il y a celle des khawarij qui sont un groupe égaré dans la communauté islamique connu depuis l’aube de l’islam.

 

Ils représentent une faction chez qui leur exagération les a conduit a assimiler le pécheur à celui qui était tombé dans la mécréance en Allâh تعالى.

 

Cette exagération dans leur croyance les a poussé à commettre toute une série de crimes et de faits ignobles à l’encontre de la communauté islamique parmi lesquels : 

 

-Cela les a conduit a rendre mécréants les détenteurs de l’autorité musulmane pour le simple fait qu’ils soient tombés dans des péchés.

 

-A avoir ensuite rendu mécréants tout ceux qui n’étaient pas convaincus de leur avis parmi les musulmans, ils ont donc rendu mécréantes les sociétés musulmanes.

 

-Enfin, ils ont combattu les musulmans, se sont révoltés contre leurs gouverneurs et de cette manière se sont répandues l’injustice, la transgression et l’affaiblissement de la force musulmane.

 

Ceux là ont commis tout cela à cause de leur exagération dans la religion d’Allâh تعالى.

 

مظاهر الغلو في الاعتقاد و العمل و الحكم على الناس

 Traduit par SalafIslam.fr

 

الغلو من الاعتقاد

أما الغلو في الاعتقاد: فهو مجاوزة الحد فيما شرع الله تعالى من الأمور الاعتقادية فإن الله تعالى إنما أنزل الكتاب وبعث المصطفى ليكون الدين كله لله، والغالي لا يكتفي بما أنزل تعالى من الشريعة الكاملة، بل يسعى إلى الزيادة على ما شرع الله، ومخالفة ما قصده الشارع من التيسير على المكلفين إلى التشديد على نفسه وعلى غيره، ونسبة ذلك إلى شرع الله تعالى . والغلو في الاعتقاد أخطر أنواع الغلو؟ ذلك بأن الاعتقاد درجة عالية من جزم القلب بما فيه من رأي أو فكر أو شرع، فأصعب ما يكون انتزاعها؛ لأن صاحبها يدافع عنها كما يدافع عن دمه وماله وعرضه، ومعلوم أن الغالي إنما يعتقد ما يتوهم أنه شرع الله وليس كذلك، بل إنما يعتقد فكرا أو رأيا مصدره الهوى . ومن هنا كان تحذير علماء المسلمين من أهل ال بدع والأهواء أكثر من تحذيرهم من أهل المعاصي والفسوق فالضرر الحاصل بالغلو في الاعتقاد أعظم من الضرر الحاصل بالغلو في العمل
ومن أبرز الأمثلة على هذا النوع من الغلو : غلو الخوارج وهم الفرقة المعروفة في جسم الأمة الإسلامية منذ العصر الأول : إﻧﻬم فئة قادهم الغل و في الحكم على صاحب المعصية إلى إلحاقه بمن وقع في الكفر بالله تعالى فكان هذا الغلو الاعتقادي دافعا لهم إلى سلسلة من الجرائم الكبرى بحق الأمة الإسلامية
أ)- حيث دفعهم إلى تكفير حكام المسلمين بمجرد الوقوع في المعاصي
ب)- ثم تكفير عامة من لم يقنع بقولهم هذا من المسلمين، فكفروا اﻟﻤﺠتمعات المسلمة
ج)- فقاتلوا المسلمين، وخرجوا على حكامهم . وهكذا صور كثيرة من الظلم والاعتداء وإيهان قوة المسلمين، ارتكبها هؤلاء لأجل غلوهم في دين الله تعالى

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 20:23
Conseils d'un savant pour un nouveau musulman (audio)

 

Question :

 

Un questionneur d’Italie dit : je suis un nouveau musulman et la louange est à Allah.

 

Je souhaite que le Cheikh me donne un conseil, car je faisais dans ma vie beaucoup de péchés.

 

Enfin, je souhaite que le Cheikh invoque Allah pour qu’Il me raffermisse ?

 

Réponse :

 

Premièrement nous félicitons ce questionneur pour cette grâce et ce bienfait qu’Allah lui a accordés.

 

Il doit remercier Allah sans arrêt pour le bienfait de l’Islam.

 

En effet, Allah l’a sorti des ténèbres de la mécréance vers la lumière de l’Islam, la miséricorde de l’Islam et l’honneur de l’Islam.

 

-Il doit sans cesse être reconnaissant envers Allah pour ces bienfaits et faire beaucoup d’efforts pour s’instruire et apprendre les règles de l’Islam, en commencent par la connaissance de l’unicité (at-tawhid) et de ses catégories : l’unicité dans l’adoration, la seigneurie et les noms et attributs.

 

-Il doit aussi croire aux degrés de la religion qui sont l’Islam, la foi (al-iman) et la bienfaisance (al-ihsan) et chacun de ces degrés a des piliers.

 

-Il doit faire beaucoup d’efforts pour apprendre.

 

-Il doit bien étudier les règles de la purification auprès des gens de science qu’il peut rencontrer.

 

-Il doit également apprendre les règles de la prière afin de l’accomplir de la meilleure manière.

 

-Il ne doit pas négliger l’aboutissement de ce bienfait et pour cela il doit étudier les règles des adorations qui sont comptées parmi les fondements de l’Islam, car le musulman ne peut être réellement considéré comme tel que s’il les met en pratique.

 

C’est-à-dire qu’il doit apprendre l’unicité, la purification, la prière et les autres piliers selon ces capacités.

 

Nous lui conseillons d’être constant dans cela et d’appeler les gens à rentrer dans l’Islam pour qu’il gagne ainsi d’énormes récompenses et un bien abondant.

 

Et qu’il persiste dans cela.

 

Qu’Allah nous facilite ainsi qu’a lui Son obéissance et le rapprochement de Lui par ce qu’Il agrée.

 

Traduit et publié par an-nassiha.com

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Reconverti(e) - للداخلين في الإسلام
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 20:22
Qu'ont-ils envers l'Arabie Saoudite ? (vidéo)

L'inimité envers ce pays est l'inimité envers la vérité et le tawhid.

 

Quel pays maintient le tawhid aujourd'hui ?

 

Qui de nos pays voisins tels que l'Égypte, le Châm, l'Irak... et Châm le fait ?

 

Qui est celui qui appelle vers le tawhid et gouverne par la loi d'Allah et démolit les tombes qui sont adorées au côté d'Allah ?

 

Qui et où sont-ils ?

 

Quel autre pays, autre que celui-là, fait cela ?

 

Traduit par minhaj sunna

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 20:21
Dois-je conseiller mon frère ou bien est-ce de la médisance ? (vidéo)

Question :

 

Dans le cas où une personne demande le conseil au sujet d’une femme avec laquelle il veut se marier, puis il lui a été dit qu’elle est perverse, et il lui a été mentionné quelque chose de sa perversité ; Est-ce que cela est considéré comme de la calomnie ou bien fait-il partie du pur conseil ?

 

Qu’Allâh vous récompense.

 

Réponse :

 

 الحمد لله والصلاة والسلام على رسول الله

 

Cette accusation de perversité, elle doit impérativement faire l’objet d’un détail, car les gens divergent dans ses significations.

 

Et nous savons que les termes peuvent être interprétés suivant la réalité légiférée, et ils peuvent être interprétés suivant la réalité linguistique, et ils peuvent être interprétés suivant la réalité coutumière.

 

D’un point de vue légiféré, la signification de la perversité est connue, mais le problème est que beaucoup de gens usent probablement de ce terme et ne veulent pas, voire ne connaissent pas la signification légiférée qui lui correspond.

 

Ils visent par cela le sens coutumier dont leurs langues ont l’habitude, et ceci peut être un écart parmi leurs écarts, et combien sont nombreux les écarts sur les langues des gens, particulièrement à cette époque.

 

Et parmi (ces écarts), se trouve même des écarts dogmatiques !

 

Et c’est auprès d’Allâh que l'on cherche l'aide.

 

S’ils entendaient par le fait qu’elle est perverse qu’elle est une fornicatrice, alors il n’est pas permis au musulman d’accuser autrui d’avoir commis la turpitude tant que son œil n’a pas vu, et qu’il n’y a pas de témoin avec lui.

 

Et c’est pour cela qu’Allâh جل وعلا a (conditionné) l’affirmation de ce crime par la vision oculaire de quatre témoins, à défaut de quoi l’accusateur sera sanctionné par la peine (réservée) à la calomnie, en raison du fait qu’il a calomnié une croyante.

 

Et s’il était visé par là «perversité», et que parmi ses perversions il y a le fait qu’elle commet les grands péchés, qu'elle sort et entre abusivement, qu’elle - comme cela est cité dans le hadith : «Ne repousse pas la main de celui qui la touche», et ils connaissent cela d’elle, ceci est connu à son sujet et de sa situation, nous disons qu’il incombe à ce connaisseur, qu’il est obligatoire en ce qui le concerne de conseiller son frère, car cela est de l’ordre du conseil, qu’il soit véridique en cela et ne forge pas le mensonge, et ceci est auprès d’Allâh تبارك وتعالى grandiose.

 

Et le prophète صلى الله عليه و سلم a été questionné au sujet de ce genre de situation lorsqu’une femme s’est présentée à lui pour (le consulter) sur la demande en mariage de deux prétendants, alors, le prophète صلى الله عليه و سلم a dit :

 

«Quant à Mou’awiyya c’est un démuni, et quant à Abou Jahm il n'ôte jamais son bâton de son épaule».

 

Voilà donc la preuve dans ce sujet.

 

Et Allâh تبارك وتعالى est plus Savant.
 

 Traduit par La da'wah des mashaykh d'Algérie en langue française : @MashaykhDZ

Cheikh Lazhar Sinîqra - الشيخ لزهر سنيقرة

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 20:20
La douceur du Coran (audio)


Toutes les louanges appartiennent à Allah, le Souverain, le Pur, la Paix.

Il entend nos paroles, voit nos positions et Il sait ce que renferment nos poitrines, Il est certes celui qui entend et sait tout.

Il a parlé à travers le Coran et il est certes la meilleure parole.

Et j'atteste qu'il n'y a pas de divinité méritant d'être adoré à l'exception d'Allah, Seul sans associés, celui qui est adoré, la Vérité qui perdure.

Il nous a anobli avec l'Islam comme religion, il l'a complété et a parachevé sur nous les bienfaits.

Il a promis le Paradis à celui répond à l'appel du Coran, demeure de miséricorde et de paix.

Il a menacé celui qui s'en détourne, de l'enfer, la demeure des représailles.

Et j'atteste que Mohammed est Son serviteur et Messager, celui qui fut envoyé comme miséricorde pour l'humanité et qui récita le Livre de son Seigneur comme il se doit, qui passa ses nuits en prière à le réciter de la meilleure manière, qu'Allah le couvre d'éloges et le salut de la meilleure façon, et qu'il agrée ses proches vertueux ainsi que ses nobles compagnons, les meilleurs [de sa communauté], ainsi que ceux qui se contentent de suivre leurs traces et d'imiter la tradition du Prophète صلى الله عليه وسلم cherchant par cela l'élévation au fil des jours.

Ceci dit :

 

Ô vous les croyants, serviteurs d'Allah, le noble Coran et ses sciences sont une affaire importante et ont une part honorable dans le bonheur de cette vie.

 

Il fait plutôt partie de ce qui permet d’accéder le plus au bonheur.

 

La douceur du Coran a disparu chez beaucoup de personne alors que cette douceur présente dans les cœurs est plus sucrée que le miel et le sucre.

 

Ce Coran est la parole d'Allah, et s'y trouve une douceur, la plus grande douceur qu'une personne peut connaître si Allah lui permet de l'atteindre.

 

La personne qui récite le Coran trouvera cette douceur si elle emprunte les chemins pour y parvenir.

 

De nombreuses personnes de nos jours se plaignent de ne pas trouver cette douceur lorsqu'ils récitent le Coran et de ne pas ressentir d'effet sur le cœur.

 

Nous disons : Par Allah, le Coran a bel et bien une douceur qui laisse des traces dans le cœur, mais seulement pour celui qui applique les moyens permettant d'y arriver.

 

Le premier de ces moyens, est que tu crois que ce Coran est la parole d'Allah avec laquelle Il a parlé.

 

Lorsque tu mémorises une partie, prends conscience que ce que tu portes dans ton cœur est la parole d'Allah.

 

Ceci va impacter ton cœur en terme de noblesse, d'amour et de crainte.

 

Parmi les moyens pour y arriver [ à goûter à la douceur du Coran], que tu saches d'une science certaines que le Coran est une guérison, pas un remède, mais bien une guérison, car le remède peut être une cause de guérison comme il peut ne pas l'être.

 

Quant au Coran, c'est une guérison pour les maladie physiques et mentales.

 

Allah le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

{Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu'accroître la perdition des injustes} s17 v82.

 

Parmi les moyens pour y arriver [ à goûter à la douceur du Coran], que tu entames la lecture du Coran par le demande de protection à Allah contre Satan le banni, car lorsqu'il te voit lire, il s'efforcer à faire sortir ton cœur [de la lecture] pour que tu ne médites pas ce que tu lis.

 

Et s'il échoue il va se mettre à t'insuffler [des choses].

 

Allah le Très Haut nous a éduqué ainsi (traduction rapprochée) :

 

{Lorsque tu lis le Coran, demande la protection d'Allah contre le Diable banni} s16 v98.

 

Et Allah nous montre le mérite de cette demande de protection dans Sa parole (traduction rapprochée) :

 

{Il n'a aucun pouvoir sur ceux qui croient et qui placent leur confiance en leur Seigneur}, s16 v99.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], que tu médites le Coran à travers sa récitation.

 

Allah le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

{Ne méditent-ils pas sur le Coran ?} s47 v24.

 

Fait partie de la méditation que tu saches que c'est à toi que s'adresse le Coran, et que lorsque tu t'arrêtes sur un verset qui aborde un ordre ou une interdiction, tu regardes ta situation [face à cette ordre ou cet interdit].

 

Entre également dans la méditation du Coran, le fait de réfléchir sur ses versets et d'en tirer des enseignements.

 

Allah le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

{Très certainement Nous avons exposé [tout ceci] dans ce Coran afin que [les gens] réfléchissent}, s17 v41.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], le fait de ne pas se précipiter lors de la récitation.

 

Lis lentement et avec concentration, car la précipitation n'apporte rien de bon.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«La patience provient d'Allah et la précipitation de Satan».

 

Et Il dit  à 3abdeLlah Ibnou 3amr Ibnoul 3âss :

 

«Lis le Coran en un mois»,

il répondit : «Je peux le faire en moins de temps»,

le Prophète صلى الله عليه وسلم lui dit alors : «Lis-le alors en sept jours, pas moins»

 

et dans une version «en trois jours»

 

La sagesse [dans cela] c'est la méditation dans la lecture. 

 

 

3AbdeLlah Ibn Mes3oud a dit :

 

«Lisez le Coran et faites bouger les cœurs à travers cette lecture, et que la fin de la sourate ne soit pas votre [principale] préoccupation».

 

Et lorsque le Prophète صلى الله عليه وسلم récitait, Il s'arrêtait après chaque verset et les dissociait.

 

Parmi les moyens pour y arriver [ à goûter à la douceur du Coran], que tu embellisses ta voix lors de la récitation et que tu le psalmodies en fonction de tes capacités.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Allah n'écoute pas une chose comme Il écoute un Prophète psalmodier le Coran » [B7482]

 

C'est-à-dire qu'Il élève et embellit sa voix.

 

Le croyant embellit sa voix avec le Coran et il embellit le Coran avec sa voix.

 

Parmi les moyens pour goûter à la douceur de la récitation du Coran, que tu l'écoutes [attentivement] lorsqu'Il est récité, que tu gardes le silence et que ton cœur soit présent.

 

Allah le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

{Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l'oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde}, s7 v204

 

et Il dit (traduction rapprochée) :

 

{Il y a bien là un rappel pour quiconque a un cœur, prête l'oreille tout en étant témoin}, s50 v47.

 

Si ton attention se perd alors efforce-toi de la faire revenir.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], que tu saches qu'il n'y a aucune contradiction dans le Livre d'Allah, ni aucune opposition entre les versets, et que tu appliques les versets sans équivoque et que tu crois aux versets qui sont sujets à interprétation.

 

Ces derniers doivent être renvoyé aux versets sans équivoque.

 

Allah, glorifié et exalté a dit (traduction rapprochée) :

 

{C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l' accent sur les versets à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah...}, s3 v7.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], que tu t'évertues à rester concentré lors de la récitation et que tu prennes garde au durcissement du cœur et ce qui y amène.

 

Allah, glorifié et exalté dit (traduction rapprochée) :

 

{Le moment n'est-il pas venu pour ceux qui ont cru, que leurs cœurs s'humilient à l'évocation d'Allah et devant ce qui est descendu de la vérité [le Coran] ?}, s57 v16.

 

Le croyant se force à pleurer, plus particulièrement lorsqu'il est seul.

 

Pleurer lors de la récitation, était une habitude chez le Prophète صلى الله عليه وسلم et les vertueux.

 

D'après 3abdeLlah Ibn Mes3oud, le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم m'a dit :

 

« Récite-moi du Coran».

-Je répondit : «Ô Messager d'Allah, comment te réciterai-je le Coran, alors que c'est à toi qu'il fut révélé?».

Il dit : «J'aime l'entendre d'un autre que moi».

Je me mis alors à réciter sourate An-Nisâ.

Arrivé à ce verset (traduction rapprochée) : {Comment seront-ils quand Nous ferons venir de chaque communauté un témoin et que Nous te (Muhammad) ferons venir comme témoin contre ces gens-ci?} je levais ma tête et je vis ses larmes couler.

 

Et parmi les caractéristiques d'Abou Bakr le véridique, le fait qu'il pleurer beaucoup.

 

Ils ne se contrôlait pas lorsqu'il récitait le Coran.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], que tu étudies le Coran avec d'autres, que tu t’assois avec des personnes qui sont meilleures que toi dans la récitation et que tu étudies avec eux leur significations.

 

Jibril enseignait le Coran au Prophète صلى الله عليه وسلم et les compagnons s'enseignaient mutuellement sa récitation, son apprentissage, ses sens, son explication et sa pratique.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], que tu le lises beaucoup et que tu prennes garde à ne pas le délaisser.

 

Allah le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

{Et le Messager dit : « Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! »}, s25 v30.

 

Le fait de beaucoup le lire fait naître dans le cœur de la douceur, de la joie, et de la quiétude.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : «Récitez le Coran», c'est-à-dire, récitez-le beaucoup car il intercède en faveur de ses lecteurs le jour de la résurrection.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], le fait d'accorder au Coran le meilleur de son temps car il est la meilleure paroles.

 

Beaucoup d'entre nous aujourd'hui accordent au Coran du temps perdu ou du temps libre.

 

Les salafs lui accordaient les meilleurs moment car c'est la parole d'Allah.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], que tu assistes aux assises des vertueux, ceux qui aiment le Coran, qui le glorifient et qui multiplient sa récitation.

 

Écoute le Coran de leur bouche.

 

Et Prends garde de fréquenter les personnes qui se moquent du Coran et de ses partisans.

 

Par Allah, la communauté ne s'élèvera que lorsqu'elle accordera de l'importance au Coran.

 

Allah nous a certes mis en garde contre ces [mauvaises] assises, il dit (traduction rapprochée) :

 

{Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci : lorsque vous entendez qu'on renie les versets (le Coran) d'Allah et qu'on s'en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu'ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l'Enfer}, s4 v140.

 

Fait partie de ses assises de nos jours, le fait d'entrer dans ce genre de site internet.

 

Parmi les moyens pour y arriver [à goûter à la douceur du Coran], le fait d'accomplir beaucoup d’œuvres pieuses ; parmi les meilleures, la prière et la zakat.

 

Allah a montré cela dans Sa parole (traduction rapprochée) :

 

{Alif, Lam, Mim. C'est le Livre au sujet duquel il n'y a aucun doute, c'est un guide pour les pieux, qui croient à l'invisible et accomplissent la Salat et dépensent [dans l'obéissance à Allah], de ce que Nous leur avons attribué}, s2 v1-3.

 

Serviteurs d'Allah, le fait qu'aujourd'hui beaucoup d'entre nous ne ressentent pas la douceur du Coran n'est pas du au fait que le Coran n'a pas de douceur, mais plutôt que nous ne savons pas comment y parvenir.

 

Nous ne savons pas comment lire la parole d'Allah.

 

Il nous incombe donc de le réciter à la manière du Prophète صلى الله عليه وسلم et des compagnons, et d'enseigner cela à nos enfants.

 

La retranscription écrite [tefrîgh] a été faite à partir de l'audio vu qu'elle n'a pas été trouvé sur la toile arabophone.

 

Retranscrit et traduit par 3ilmnafi3.over-blog.com


 حلاوة القران
 
الحمد لله الملك القدوس السلام يسمع كلامنا ويرى مكاننا ويعلم ما في صدورنا فهو السميع العلام تكلّم بالقران فهو خير الكلام واشهد ان لا اله الا الله وحده لا شريك له المعبود الحق على الدوام اكرمنا بدين الاسلام واكمل لنا الدينَ واتمّ علينا الإنعام وَعَدَ من إستجاب للقران بالجنة دارِ الرحمة والسلام وتوعّد مَن اعرض عنه بجهنمَ دارِ الإنتقام واشهد ان محمد عبده ورسوله المبعوث رحمةً للأَنام تلى كتابَ ربِّه حقَّ التلاوةِ وقام به خيرَ قيام صلى الله عليه وسلّمَ أزكى صلاةٍ وأتمَّ سلام ورضي الله عن آله الطيبين الأعلام وصحابته الخيار الكرام ومن إكتفى أثرَهم واقتدى بسنة النبيّ صلى الله عليه وسلّم مُعتَزّاً بها على مُرور الأيام، أما بعد 
ايها المؤمنون عباد الله، القران الكريم وعلومه جُزءٌ مشرّف وأمرٌ عظيم من سعادة الدنيا بل من اسعدِ ما فيها كثيرٌ من الناس فَقَدَ حلاوةَ القران، فالحلاوةُ التي تَوجدُ في القلوب أحلى من العَسَل والسُّكَّر
فهذا القرانُ كلامُ ربِّنا فيه حلاوةٌ هي أعظمُ حلاوةٍ يعرفها الإنسانُ إن وفّقه اللهُ عزّ وجلَّ إليها، يجِدُها مَن يقرئُه إذا بَذَلَ الأسبابَ لهذه الحلاوة. كثيرٌ مِن الناس اليوم يقولون انهم قراؤا القران ولم يجدون في قلوبهم أثراً ولا يشعرون بحلاوةٍ، فنقول: والله أن للقرانِ حلاوةٌ مُؤَثرةٌ في القلوب لكن لمن سلك الطريق.

 حلاوة القران 

الحمد لله الملك القدوس السلام يسمع كلامنا ويرى مكاننا ويعلم ما في صدورنا فهو السميع العلام تكلّم بالقران فهو خير الكلام واشهد ان لا اله الا الله وحده لا شريك له المعبود الحق على الدوام اكرمنا بدين الاسلام واكمل لنا الدينَ واتمّ علينا الإنعام وَعَدَ من إستجاب للقران بالجنة دارِ الرحمة والسلام وتوعّد مَن اعرض عنه بجهنمَ دارِ الإنتقام واشهد ان محمد عبده ورسوله المبعوث رحمةً للأَنام تلى كتابَ ربِّه حقَّ التلاوةِ وقام به خيرَ قيام صلى الله عليه وسلّمَ أزكى صلاةٍ وأتمَّ سلام ورضي الله عن آله الطيبين الأعلام وصحابته الخيار الكرام ومن إكتفى أثرَهم واقتدى بسنة النبيّ صلى الله عليه وسلّم مُعتَزّاً بها على مُرور الأيام، أما بعد ​
ايها المؤمنون عباد الله، القران الكريم وعلومه جُزءٌ مشرّف وأمرٌ عظيم من سعادة الدنيا بل من اسعدِ ما فيها كثيرٌ من الناس فَقَدَ حلاوةَ القران، فالحلاوةُ التي تَوجدُ في القلوب أحلى من العَسَل والسُّكَّر
فهذا القرانُ كلامُ ربِّنا فيه حلاوةٌ هي أعظمُ حلاوةٍ يعرفها الإنسانُ إن وفّقه اللهُ عزّ وجلَّ إليها، يجِدُها مَن يقرئُه إذا بَذَلَ الأسبابَ لهذه الحلاوة. كثيرٌ مِن الناس اليوم يقولون انهم قراؤا القران ولم يجدون في قلوبهم أثراً ولا يشعرون بحلاوةٍ، فنقول: والله أن للقرانِ حلاوةٌ مُؤَثرةٌ في القلوب لكن لمن سلك الطريق
وأولُ معالمِ هذا الطريق أنْ تعتقِدَ أنَّ هذا القرانَ كلامُ الله تكلّمَ به الله، اذا حفِضتَ شيءً منه شَعَرتَ انّ ما تحمِلُ في قلبك كلامَه فيُثمِرُ هذا في قلبك شرفاً ومحبةً وخوفاً
ومن معالمِ هذا الطريق ان تعلمَ علمَ اليقينِ انَّ القرانَ شفاء، ليس القران دواء بل القرانُ شفاء، الدواءُ قد يُشفى بسببه الإنسانُ وقد لا يُشفى أمّ القران فشِفاءٌ للأمراض الحِسّيّة والمعنوِيّة قال الله تعالى

{ وَنُنَزِّلُ مِنَ الْقُرْآَنِ مَا هُوَ شِفَاءٌ وَرَحْمَةٌ لِلْمُؤْمِنِينَ وَلَا يَزِيدُ الظَّالِمِينَ إِلَّا خَسَاراً }
ومن معالمِ هذا الطريق ان تبداءَ القراءةَ مُستعذاً بالله من الشيطان الرجيم لأنَّ اذا رأك تقراء يُحاولُ أنْ يَخرِجَ قلبكَ فلا تدري ما تقراء فإن لم يستطِع جائك بالوساوِس، فأدّبنا ربُّنا سبحانه وتعالى بهذا الأدبِ فقال

{ فَإِذَا قَرَأْتَ الْقُرْآنَ فَاسْتَعِذْ بِاللّهِ مِنَ الشَّيْطَانِ الرَّجِيمِ }

ففائدةُ الإستعاذة بيّنها في قوله

{ إِنَّهُ لَيْسَ لَهُ سُلْطَانٌ عَلَى الَّذِينَ آمَنُواْ وَعَلَى رَبِّهِمْ يَتَوَكَّلُونَ }
ومن معالمِ هذا الطريق ان تتدبَّرَ القرانَ بتلاوته قال تعالى 

{ أَفَلَا يَتَدَبَّرُونَ الْقُرْآنَ }

ومِن التدبُّرِ أنْ تعلمَ انّك المُخاطِبُ بالقران وتكن وقّافاً عند الايات إذا وجدتَ أمراً أو نهياً نظرتَ في حالِك. وِمن التدبُّر أن تتذكّر وتعتبِر بأيات القران قال تعالى

{ وَلَقَدْ صَرَّفْنَا فِي هَٰذَا الْقُرْآنِ لِيَذَّكَّرُوا }

والمؤمنُ الموافقُ مَن إعتبر بأيات الله في كتابه وكونه ومخلوقاته ووقائِعه ومَن إعتبرَ ذلك أثمرتِ الحلاوةُ في قلبه
ومن معالمِ هذا الطريق ان لا تَعَجَّل في القراءة بل تأَنَّ واقراء بتدبُّر فإنَّ العجلةَ لا تَأْتِ بخير، النبي صلى الله عليه وسلم قال: "الأناةُ مِن الرحمن والعجلةُ من الشيطان" وقال لعبد الله ابن عمرو ابن العاص: "إقراءِ القرانَ في شهر" فقال "إني أُطيقُ أكثرَ من هذا" فقال النبي صلى الله عليه وسلم" فاقراءه في سبعٍ ولا تزيد على ذلك" وفي رواية "في ثلاث" والحكمةُ أن تفقهَ القراءَ، قال عبد الله ابن مسعود: "إقرؤوا القرآن، وحرِّكوا به القلوب، ولا يكن همُّ أحدِكم آخِرَ السورة"، والنبي صلى الله عليه وسلم كان إذا قرأ قطَّعَ الأيات ويقف عند رؤسها
ومن معالمِ هذا الطريق ان تُحسِّنَ صوتَكً بالقران وان تُرتِله بحسب استطاعتك قال النبي صلى الله عليه وسلم: " ما أذِنَ الله لشيءٍ ما أَذَنِ لِلنَّبيِّ يَتَغَنَّى بالقرآن" يعني يُحَسِّن صوتَه ويرفعُه، فالمؤمن يُزيِّنُ صوتَه بالقرانِ ويزيِّنُ القرانَ بصوتِه ولو كنت واحدَك في جَوف بيتك
ومن معالمِ هذا الطريق لِتَجِدَ حلاوةَ قراءةِ القران أن تستمعَ له إذا قُرِاء وأن تُنصِت وتُحضِرَ قلبَك قالى تعالى

{وَإِذَا قُرِئَ الْقُرْآنُ فَاسْتَمِعُوا لَهُ وَأَنْصِتُوا لَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ }

ويقول عزّ وجلّ

{ إِنَّ فِي ذَٰلِكَ لَذِكْرَىٰ لِمَن كَانَ لَهُ قَلْبٌ أَوْ أَلْقَى السَّمْعَ وَهُوَ شَهِيدٌ }

فإذا نَدَّتْ نفسُك وخرجت أَعَدّْتَها 
ومن معالمِ هذا الطريق ان تعلمَ انه لا اختلافَ في كتاب الله ولا تعاررُضاً بين أياته وأن تعملَ بمُحكَمه وتُؤْمنَ بمتشابهه وتَرُدَّ المتشابها إلى المحكم كما قال عزّ وجلّ

{هُوَ الَّذِي أَنْزَلَ عَلَيْكَ الْكِتَابَ مِنْهُ آيَاتٌ مُحْكَمَاتٌ هُنَّ أُمُّ الْكِتَابِ وَأُخَرُ مُتَشَابِهَاتٌ فَأَمَّا الَّذِينَ فِي قُلُوبِهِمْ زَيْغٌ فَيَتَّبِعُونَ مَا تَشَابَهَ مِنْهُ ابْتِغَاءَ الْفِتْنَةِ وَابْتِغَاءَ تَأْوِيلِهِ وَمَا يَعْلَمُ تَأْوِيلَهُ إِلَّا اللَّهُ... }
ومن معالمِ هذا الطريق ان تَحرِثَ على الخشوع عند تلاوته وان تحذِزَ من قَسوَة القلوب وأسبابِها، قال الله عزّ وجلّ

{ أَلَمْ يَأْنِ لِلَّذِينَ آمَنُوا أَن تَخْشَعَ قُلُوبُهُمْ لِذِكْرِ اللَّهِ وَمَا نَزَلَ مِنَ الْحَقِّ }

فالمُؤمن يتباكى لا سِيَما إذا كان مُنفرِداً والبُكاء عند القران دائْبُ النبيَّ والصالحين، عن عبدالله ابن مسعود قال: قَالَ لِي رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم :« اقْرَأْ عَلَيَّ الْقُرْآنَ « قَالَ فَقُلْتُ : يَا رَسُولَ اللَّهِ، أَقْرَأُ عَلَيْكَ وَعَلَيْكَ أُنْزِلَ ؟ قَالَ : « إِنِّي أَشْتَهِي أَنْ أَسْمَعَهُ مِنْ غَيْرِي « فَقَرَأْتُ النِّسَاءَ حَتَّى إِذَا بَلَغْتُ ( فَكَيْفَ إِذَا جِئْنَا مِنْ كُلِّ أُمَّةٍ بِشَهِيدٍ وَجِئْنَا بِكَ عَلَى هَؤُلَاءِ شَهِيدًا ) قال "حسبُكَ الآن" فالتَفَدْتُ إليه فَرَأَيْتُ دُمُوعَهُ تَسِيلُ. ومن صفاة ابي بكر الصدّق أنّه كان رجلاً بكاءاً لا يملكُ عينيهِ إذا قَراءَ القران

ومن معالمِ هذا الطريق ان تُدارِسَ القران غيرك وتجلِسَ مع من هو خيرٌ منك مِن مَن يقرؤن القران وتَدارَسوا معانِه، قد كان جبريلُ يُدارِسُ النبيَّ القران وكان الصحابةُ يَتَدارَسونه قِراءةً وحِفضاً ومعانياً وتفسيراً وعملاً

ومن معالمِ الطريق ان تُكثِرَ قرأتَه وأن تَحذَرَ مِن هجره، قال تعالى

{ وَقَالَ الرَّسُولُ يَا رَبِّ إِنَّ قَوْمِي اتَّخَذُوا هَذَا الْقُرْآنَ مَهْجُورًا }

، وكثرةُ القراءة تُورِثُ في القلبِ رِفقاً ورحمةً وسعادةً وطمأَنينة ولذاً، فال النبيُّ: " إقراؤا القران" أي أكثِروا من قرأته فإنه يَأْتي يومَ القيامةِ شفيعاً لأصحابه

ومن معالمِ الطريق ان يجعلَ للقران أنفسَ وقتِه لِأنه أنفسُ الكلام، كثيزٌ منّا اليوم يجعل للقران الوقةَ الضائعِ او الوقتَ الزائد، كان السلفُ يجعلون للقران أنفسَ الأوقاتِ لأنه كلامُ الله

ومن معالمِ الطريق ان يُجالِسَ الصالحين الذين يُحبّون القرانَ يُعظِّمونَه ويُكثِرون مِن تلاوته وأن تَستَمِعَ للقران منهم وأن تَحْذَرَ مِن مُجالسة الذين يَستَهزِؤن بالقران ويضحكون مِن أهل القران، والله ما  عَزَّتِ الأُمّة إلّا بتعظيم القران، وقد حذّرنا اللهُ عزّ وجلّ مِن الإستماع إلى إلى هؤلاء والجلوسِ معهم فقال سبحانه

{ وَقَدْ نَزَّلَ عَلَيْكُمْ فِي الْكِتَابِ أَنْ إِذَا سَمِعْتُمْ آيَاتِ اللَّهِ يُكْفَرُ بِهَا وَيُسْتَهْزَأُ بِهَا فَلَا تَقْعُدُوا مَعَهُمْ حَتَّىٰ يَخُوضُوا فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ ۚ إِنَّكُمْ إِذًا مِثْلُهُمْ ۗ إِنَّ اللَّهَ جَامِعُ الْمُنَافِقِينَ وَالْكَافِرِينَ فِي جَهَنَّمَ جَمِيعًا }

ومِن المُجالسة في عصرنا اليوم مُجالسةُ الإنترنت والمواقع

ومن معالمِ الطريق ان تَكثِرَ مِن الأعمال الصالحة وعلى رأْسِها الصلاة والزكاة، نَبَّهنا اللهُ على هذا بالإشارة في قوله

{الم(1)ذَلِكَ الْكِتَابُ لا رَيْبَ فِيهِ هُدًى لِلْمُتَّقِينَ(2)الَّذِينَ يُؤْمِنُونَ بِالْغَيْبِ وَيُقِيمُونَ الصَّلاةَ وَمِمَّا رَزَقْنَاهُمْ يُنفِقُونَ }

عباد الله، وإنَّ القضيّةَ في كونن كثيرٍ منّا اليوم لا يَشعرون بحلاوة القران ليست راجعاً الى انَّ القران لا حلاوةَ له  ولكنها راجعةٌ الى أنَّ لا نعرِفُ الطريق، لا نَعرِفُ كيف نقراءُ كلامَ الله سبحانه وتعالى، فعلينا أن نقراءَه كما كان يقراءُه النبيُّ صلى الله عليه وسلم والصحابة وعلينا أنْ نُعلِّمَ أولادَنا كيف يقراؤنه

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî  - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 22:46
Le jugement de célébrer les fêtes des chrétiens (dossier)

Parmi les calamités par lesquelles cette communauté a été éprouvée -provoquant la disparition de ses bienfaits, et lui attirant le courroux- l’imitation de beaucoup d’entre les enfants [de la communauté] de ses ennemis parmi les juifs et les chrétiens.

 

Et cette imitation rassemble tous les domaines : dans les habitudes et les adorations ainsi que dans le cheminement, les comportements et les transactions.

 

Et parmi les formes d’imitation les plus singulières se trouve le fait de s’associer à eux dans leurs fêtes ainsi que de les imiter dans leurs saisons, notamment la fête de la naissance du Messie عليه السلام, laquelle tombe le vingt-cinq du mois de décembre, ainsi que la fête du jour du nouvel an, laquelle tombe le premier du mois de janvier.

 

Tu vois alors beaucoup d’entre les musulmans, lorsqu’ils tombent sur ces deux jours, ils se précipitent à établir des célébrations, et à exhiber les festivités.

 

Et le fléau a certes pris de l’ampleur, et l’épreuve s’est intensifiée à un tel point que certains d’entre eux voyagent vers les États d’Occident dans le but d’assister à ces fêtes de dépravation, et [dans le but] de s’associer aux mécréants dans leurs emblèmes de mécréance, en dépit de ce qui s’y produit comme maux : tel le fait que l’alcool y soit consommé, que soit pratiquée la débauche ainsi que d’autres choses que cela parmi les formes de maux.

 

​Et certes, les cris des réformateurs se sont élevés, et sont apparues les fatawa des savants éducateurs dans la mise en garde des musulmans contre le fait de participer aux fêtes des associateurs, en raison de ce qui s’y trouve comme corruption de la religion.

 

Peut-être, le meilleur s’étant exprimé sur le sujet de manière détaillée et étayée de preuve est-il Shaykh al Islam ibn Taymiyya -rahimahouLlah-, dans son livre sans égal et dont les yeux n’ont guère vu de pareil : «Iqtidaa’ as siraat al moustaqim fi moukhaalafat ass’hab al Jahim».

 

Premièrement : les preuves du Livre [d’Allah]

 

[Allah] تعالى a dit (selon une traduction rapprochée) :

 

{6. Guide-nous dans le droit chemin (l’Islam), 7. Le chemin de ceux que Tu as comblés de Tes faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés} (Al-Fatiha, V6-7)

 

Et la preuve par ce verset réside dans le fait qu’Allah تعالى a ordonné à Ses serviteurs de Lui demander dans toutes leurs prières la guidée au sentier de ceux sur lesquels Allah a comblés de Ses faveurs (traduction rapprochée)

 

{parmi les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux} [S4/V69]

 

et qu’Il leur épargne et les éloigne du sentier de ceux qui ont encouru Sa colère et des égarés.

 

La communauté ayant encouru le courroux sont les juifs, et celle de l’égarement sont les chrétiens.

 

Comme le prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Les juifs sont ceux qui ont encouru la colère [d’Allah], et les chrétiens sont les égarés » [At-Tirmidhi (2953), et al-Albaani l’a authentifié dans « Sahih al Jaami’ » (8202)]. Cela implique l’interdiction de suivre leur sentier, dont leurs fêtes.

 

Et [Allah] سبحانه a dit (selon une traduction rapprochée) :

 

{Puis Nous t’avons mis sur la voie de l’Ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas} [S45/18].

 

Il سبحانه a donc informé qu’Il a placé Mouhammad صلى الله عليه وسلم sur une voie qu’Il a ordonnée pour lui, et Il lui a ordonné de la suivre, et Il lui a défendu le suivi des passions de ceux qui ne savent pas, et entre certes dans cela quiconque contredit sa voie parmi les juifs et les chrétiens et autres qu’eux.

 

Et leurs passions : c’est ce qui émane d’eux comme passions.

 

Et le fait de les suivre dans ce qui leur est spécifique de leur religion et de leurs fêtes est un suivi de leurs passions.

 

Et son équivalent est Sa parole تعالى (selon une traduction rapprochée) :

 

{Les Juifs et les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion. Dis : "Certes, c’est la guidée d’Allah qui est la véritable guidée". Et si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Allah ni protecteur ni secoureur} [S2/V120].

 

Il s’y trouve une menace, et un sévère avertissement à la communauté au sujet du suivi des chemins des juifs et des chrétiens, après qu’ils [les croyants] aient acquis la science du Livre [d’Allah] et de la Sounnah.

 

Et leur suivi dans certaines choses appartenant à leur religion et leurs fêtes est un suivi de ce qui émane d’eux comme passions.

 

[Allah] تعالى a dit (selon une traduction rapprochée) :

 

{Ô vous les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, fait partie d’eux. Allah ne guide pas les gens injustes} (S5/V51).

 

Les savants ont dit : et fait partie du fait de les prendre pour alliés de les imiter ainsi que l’exhibition de leurs fêtes alors qu’il leur a été ordonné de les dissimuler en pays musulmans ; si le musulman y participe avec eux, il les a alors aidés à les exhiber [« Tachabbouh al khamiss bi-ahl al khamiss (23)].

 

Et [Allah] تعالى a dit (selon une traduction rapprochée) :

 

{Ceux qui n'assistent pas aux faux témoignages} [S25/V72].

 

Et plus d’un salaf a certes dit concernant son exégèse qu’il s’agissait des fêtes des associateurs, comme l’a dit Abou al-‘Âliya, Moujaahid, Ibn Sirin, Ar-Rabi’ ben Anas, Ad Dahhaak ainsi que d’autres, et cela est rapporté d’Ibn ‘Abbass [Se référer à « Tafsir Ibn Abi Haatim » (15454), « Iqtidaa’ as-sirat al moustaqim » (1/479)].

 

Il a donc appelé leurs fêtes « faux témoignage », et le fait d’y être présent est d’en témoigner.

 

Et Ahmad a certes  statué textuellement sur le fait qu’il n’est pas permis d’assister aux fêtes des chrétiens et des juifs, et il argumenta en usant de ce verset comme cela viendra.

 

Et l’argument contenu dans le verset est qu’Allah تعالى  a fait l’éloge des croyants lesquels sont les serviteurs du Tout-Miséricordieux, car ils délaissent de témoigner de ces fêtes, bien que celles-ci se limitent à la présence seulement, par la vue ou l’écoute.

 

Alors qu’en est-il de celui qui convient à cela, tout en célébrant ?!

 

Deuxièmement : Les preuves de la Sounnah

 

Selon Ibn ‘Oumar رضي الله عنهما, celui-ci dit : le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Quiconque imite un peuple en fait partie »

[Abou Dawoud (4031), authentifié par al-Albaani dans « Al-Irwaa’ » (1269)].

 

Ce hadith prouve l’interdiction absolue de les imiter, et la célébration de leurs fêtes en fait partie.

 

Car [leurs fêtes] sont de même nature que leurs œuvres qui sont de leur religion, ou elles sont un symbole de leur fausse religion.

 

Et selon Anas ben Maalik رضي الله عنه, il dit :

 

« Le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم arriva à Médine, et ils [les gens de Médine] avaient deux jours durant lesquels ils jouaient, il dit alors : « Que sont ces deux jours ? »

Ils dirent alors : « Nous jouions durant [ces deux jours] à l’époque de la Jaahiliyya.

Le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a alors dit : « Certes, Allah vous les a chacun remplacés par meilleurs qu’eux : le jour d’al-Ad’ha et le jour d’al-Fitr »

[Abou Dawoud (1134), authentifié par al-Albaani dans « As-Sahiha » (2021)].

 

L’argument est que les deux jours [institués durant] la période de la Jaahiliyya n’ont pas été approuvés par le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم, et il ne les a pas non plus laissés jouer durant [ces deux jours] comme à leur habitude, mais il a plutôt dit : « Certes, Allah vous les a chacun remplacés par deux autres jours », et le remplacement d’une chose implique le délaissement de ce qui a été substitué car on ne peut rassembler entre le substitut et le substitué.

 

Et c’est pour cela que cette expression est exclusivement utilisée au sujet de deux choses dont leur rassemblement a été délaissé.

 

Sa parole qui leur fut adressée : « Certes, Allah vous les a remplacés » - alors qu’il les questionna au sujet des deux jours, ils répondirent alors qu’il s’agissait de deux jours pendant lesquels ils jouaient à l’époque de la jaahiliya - est une preuve qu’il leur proscrivit [ces deux jours] tout en les remplaçant par les deux jours de l’islam, car s’il n’avait pas eu pour but de proscrire, il n’aurait pas mentionné cette substitution à cette occasion, car la base de la législation des deux jours islamiques leur était connue, et il n’aurait pas été de les délaisser pour les deux jours de la jaahiliya [dit par Shaykh al Islam dans « al iqtidaa’ » (488/1)].

 

Et selon ‘Aisha رضي الله عنها elle dit : le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Ô Abou Bakr !

Certes, à chaque peuple appartient une fête, et ceci est notre fête »

[Al Boukhaari (909), et Mouslim (892), et il s’y trouve une histoire bien connue].

 

Ce hadith prouve donc que chaque communauté se singularise par sa fête, où ils ne s’associent pas à nous.

 

S’il appartient donc aux juifs une fête, et aux chrétiens une fête, ils se singularisent par elles, et nous ne participons pas avec eux.

 

Également, le prophète صلى الله عليه وسلم  a autorisé à titre d’exception de jouer du Duff et de la chanson, en donnant pour raison qu’il s’agit de la fête des musulmans, et cela implique que l’autorisation ne s’applique pas dans les fêtes des juifs et des chrétiens, et il se trouve en cela la preuve de l’interdiction de les imiter dans leur jeu et autres.

 

Et selon Abou Hourayra et Houdhayfa رضي الله عنهما ceux-ci dirent : le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Allah a égaré du vendredi ceux qui étaient avant nous et donc les juifs ont eu le samedi et les chrétiens le dimanche puis Allah nous a créés et nous a guidés vers le vendredi et a donc fait le vendredi puis le samedi puis le dimanche.

Et de même ils viennent après nous le Jour de la Résurrection.

Nous sommes les derniers parmi les gens de ce bas-monde et les premiers le Jour de la Résurrection et les premiers à être jugés avant le reste des créatures. »

[Mouslim (856)].

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a informé que le jour du vendredi est une fête pour les musulmans, comme l’est le samedi pour les juifs et le dimanche pour les chrétiens.

 

Et cela implique la spécification de chaque communauté par sa fête.

 

Il en résulte que si nous nous associons aux juifs le jour du samedi, ou aux chrétiens le jour du dimanche, alors nous nous serions certes associés à eux dans leur fête.

 

Et si tel est le cas dans une fête hebdomadaire, alors la fête annuelle mérite d’autant plus [ce jugement], car il n’y a aucune différence.

 

De plus, si ceci concerne une fête connue par le calendrier arabe, alors qu’en est-il des fêtes non-arabes des mécréants ?

 

Lesquelles ne peuvent être connues qu’avec le calendrier Romain Copte, ou Perse, ou hébreu et autres.

 

Selon Abou Sa’id al Khoudri, le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Vous suivrez la voie de ceux qui vous ont précédés empan par empan et coudée par coudée, même s’ils entraient dans un trou de lézard, vous les suivrez »

Nous dîmes: « Ô Prophète d’Allah, les juifs et les chrétiens ? ».

Il répondit : « Qui donc sinon eux ? »

[Al Boukhaari (3269) et Mouslim (2669)].

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a informé que sa communauté suivra les Sounan des communautés qui l’ont précédée parmi les juifs et les chrétiens comme innovations et passions, ainsi qu’elle se conformera à eux en toute chose dans ce que le législateur a interdit et a blâmé, tout en donnant une grande importance à les approuver en cela.

 

Et cela implique le blâme de quiconque ferait pareille chose.

 

Et cela est un signe parmi les signes de la prophétie ainsi qu’un miracle manifeste accordé au messager d’Allah صلى الله عليه وسلم, et ce dont il صلى الله عليه وسلم a informé s’est certes produit.

 

Troisièmement : les preuves des récits.

 

Quant aux récits, de nombreux Sahaaba ont interdit de s’associer aux mécréants dans leurs fêtes ou d’y assister, ou d’y entrer et les choses similaires.

 

‘Oumar رضي الله عنه a dit :

 

« N’apprenez pas la langue des non-arabes, et n’entrez pas chez les associateurs dans leurs églises le jour de leur fête, car certes la colère [d’Allah] descend sur eux. »

[‘Abd ar-Razzaaq dans son « Moussannaf » (1609), et authentifié par Shaykh al Islam dans « al iqtidaa’ » (511/1)].

 

Et il a aussi dit :

 

« Délaissez et éloignez-vous des ennemis d’Allah dans leurs fêtes »

[Al Bayhaqi dans « Al Koubraa » (432/9)].

 

Voilà donc ‘Oumar رضي الله عنه qui proscrit [l’apprentissage] de leur langue, ainsi que le seul fait d'entrer dans l'église le jour de leur fête, alors qu’en est-il de pratiquer certaines de leurs pratiques ou de la pratique de ce qu’implique leur religion ?

 

Les rejoindre dans la pratique n’est-il pas plus grand que de les rejoindre dans la langue ?

 

Certains actes de leur fête ne sont-ils pas plus graves que de simplement entrer chez eux pendant leur fête ?

 

Et si la colère descend sur eux le jour de leur fête, en raison de leur acte, alors celui qui s’associe à eux dans l’acte, ou une partie de celui-ci, ne s’est-il pas exposé au châtiment [réservé] à cela.

 

Ensuite, sa parole « Délaissez et éloignez-vous des ennemis d’Allah dans leur fête » n’est-elle pas une interdiction de les rencontrer, et de se rassembler avec eux pendant [leur fête] ?

 

Alors qu’en est-il de celui qui a pratiqué leur fête ? [« al iqtidaa’ » (515/1)].

 

‘Abd Allah ben Amr رضي الله عنهما a dit :

 

« Quiconque réside en terre des étrangers et qu'il pratique leur Nirouz et leur fête, qui les imite jusqu’à ce qu’il meurt ainsi, il sera ressuscité avec eux le jour du Jugement »  

[Al Bayhaqi dans « Al Koubra » (234/9), et authentifié par Shaykh al Islam dans « Al iqtidaa’ » (513/1)], et cela implique qu’il l’a considéré comme appartenant aux grands péchés qui conduisent indubitablement au Feu.

 

Et selon Mouhammad ben Sirin, il dit :

 

« Il fut donné à ‘Ali رضي الله عنه  un cadeau de Nirouz, il dit alors : « Qu’est-ce que c'est ? »

Ils dirent : « Ô chef des croyants ! ceci est le jour du Nirouz »

il dit : « Alors faites tous les jours un Nirouz »

Abou Oussaama a dit : il détesta de dire Nirouz »

[Al Bayhaqi dans « Al Koubra » (235/9) avec une chaîne de transmission authentique]

 

Il a donc détesté le fait de les rejoindre dans le nom [attribué] à la fête par laquelle ils se singularisent, alors qu’en est-il de les rejoindre dans l’acte ? 

 

Quatrièmement : la preuve issue du consensus

 

Quant à ce qui vient du consensus : ‘Oumar ben al Khattaab رضي الله عنه a certes imposé comme condition aux gens du livre qu’ils n’exhibent rien de leurs emblèmes entre les musulmans, ni les fêtes ni autres.

 

Il a dit :

 

« Et que nous sortions ni Ba’outh ni Sha’aanin »

[recueilli par l'imam al Bayhaqi (202/9)] ; quant au ba’outh, l’imam Ahmad l’a expliqué dans le récit de son fils Salih, il a dit : « Ils sortent comme nous sortons lors de 'Id al-Fitr et al-Ad’ha ».

 

Et quant au Sha’aanin il s’agit également de fêtes leur appartenant.

 

Et certes, les compagnons ont été unanimes sur ces conditions, ainsi que l’ensemble des juristes, comme l’a rapporté Shaykh al Islam Ibn Taymiyya et son élève Ibn al Qayyim qu’Allah leur fasse miséricorde.

 

Par conséquent, si les musulmans ont été unanimes à leur interdire l’exhibition [de leurs fêtes], alors comment peut-il être permis au musulman de les pratiquer ?

 

Et il n’y a guère de doute que sa pratique [de leurs fêtes] est plus grave que son exhibition par le mécréant.

 

Aussi, les savants ont certes été unanimes sur l’interdiction d’assister aux fêtes des mécréants, et de les aider en cela.

 

Et c’est ce qu’ont explicitement déclarés les juristes parmi ceux qui ont suivi les quatre imams dans leurs livres.

 

Premièrement : le madhhab Hanafite

 

Ibn Noujaym al Hanafi a dit dans la clarification des types de mécréance :

 

« Et par le fait de sortir au Nirouz des Majouss, et de les rejoindre en ce qu’ils font en ce jour.

Et par le fait qu’il achète le jour du Nirouz quelque chose qu’il n’achetait pas avant, [le faisant] pour honorer le Nirouz, non pas pour manger et boire.

Et par le fait qu’il offre un cadeau aux associateurs en ce jour, même s’il s’agit d’un œuf, [le faisant] pour honorer ce jour, ni de glorifier tel jour non pas pour une simple invitation d'un mécréant ayant rasé la tête de son bébé, mais de voir bonne l'affaire des mécréants à l’unanimité.»

 

Deuxièmement : le madhhab Malikite

 

‘Abd al Malik ben Habib a dit :

 

« Ibn al Qaassim fut questionné à propos de s’embarquer dans les bateaux dans lesquels montent les chrétiens pour aller à leurs fêtes, il détesta alors cela, craignant la descente de la colère sur eux [en raison] de leur shirk sur lequel ils se sont rassemblés.

Il dit : et Ibn al Qaassim détesta pour le musulman qu’il offre un présent au chrétien lors de sa fête en signe de récompense pour lui, et il le considéra comme une vénération de leur fête ainsi qu’une aide sur sa mécréance !

Ne vois-tu pas qu’il n’est pas permis aux musulmans d'acheter quoi que ce soit des chrétiens qui est dans l’intérêt de leur fête : ni viande, ni sauce, ni vêtement ?

Et on ne leur prête aucune bête, et on ne les aide dans aucune chose de leur fête, car cela appartient à la vénération de leur association, et à leur aide dans leur mécréance.

Et il incombe aux dirigeants de proscrire cela aux musulmans, et c’est la parole de Maalik et je n’ai guère connaissance de quiconque l’ayant contredit en cela »

[« Al iqtidaa’ » (19/1)].

 

Et Shaykh Ad Dardir a cité parmi [les choses] qui discréditent le témoignage de l’homme :

 

« Et d'avoir joué dans leur Nirouz », c’est-à-dire : le fait de jouer le jour du Nirouz - qui est le premier jour de l’année Copte - est un empêchement de l’acceptation du témoignage, et il appartient à la pratique de la Jaahiliyya et [à la pratique] des chrétiens, et il se produit dans certains pays de la part de la racaille des gens »

[« Ash sharh al kabir » (181/4)].

 

Troisièmement : le madhhab Shafi’ite

 

Abou al Qaassim at Tabari ash shaafi’i a dit :

 

« Et il n’est pas permis aux musulmans d’assister à leurs fêtes : car ils sont sur un mal et un Zour (mensonge), et si les gens du bien se mélangent aux gens du mal sans les réprimander ils seraient alors comme ceux qui les agréent et le préfèrent.

Nous craignons donc la descente de la colère d’Allah sur leur assemblée de manière générale de sorte à toucher tout le monde.

Nous cherchons refuge auprès d’Allah contre Sa colère. »

[cité par Ibn al Qayyim dans « Ahkaam ahl adh dhimma » (156/1)]

 

Et Al Bayhaqi a dit dans « Al Koubra » (234/9) :

 

« Chapitre : le caractère détestable d’entrer chez les gens de la dhimma dans leurs églises, ainsi que leur imitation le jour de Nirouz et carnaval »

 

Quatrièmement : madhhab Hanbalite

 

Abou al Hassan al Amadi connu sous le nom de Ibn al Baghdaadi dans son livre « ‘Oumda al Haadir wa kifaaya al Moussaafir » a dit :

 

« Chapitre : il n’est pas permis d’assister aux fêtes des chrétiens et des juifs, et c’est ce qu'a textuellement énoncé Ahmad dans le récit de Mouhanna', et il utilisa comme argument Sa parole تعالى (traduction rapprochée) :

{Ceux qui n'assistent pas aux faux témoignages} [S25/V72].

Il dit : « Ash Sha’aanin et leurs fêtes »

[« Al iqtidaa’ » (516/1)].

 

Cinquièmement : la preuve venant du raisonnement 

 

Quant à [la preuve] issue du raisonnement et de la considération, alors elle apparaît de plusieurs points de vue :

 

Le premier point de vue :  

 

Il est certes une chose bien instituée dans la législation islamique que d’aller à l’encontre des mécréants en toute chose par laquelle ils se singularisent.

Et les fêtes sont parmi les plus importantes particularités par lesquelles ils se singularisent.

 

Le second point de vue :

 

Certes, les fêtes font partie de l’ensemble des institutions légiférées par lesquelles chaque communauté se distingue, [en raison] de Sa parole (selon une traduction rapprochée) :

{À chaque communauté, Nous avons attribué un culte à pratiquer} [S22/V67].

Et le fait que les musulmans s’associent aux chrétiens dans leurs fêtes, c’est une association à eux dans les emblèmes de leur fausse religion.

 

Le troisième point de vue :

 

Ces fêtes ont été innovées dans la religion des chrétiens, et ce peuple a certes été connu pour leur innovation en religion, comme [Allah] تعالى a dit (selon une traduction rapprochée) :

{Le monachisme qu’ils inventèrent, Nous ne le leur avons nullement prescrit. Ils étaient censés rechercher l’agrément d’Allah, mais ils ne l’observèrent pas (le monachisme) comme il se devait.} [S57/V27].

Ainsi, ce qui fut forgé parmi les saisons et les fêtes constitue une innovation, et toute innovation est un égarement.

Et si les musulmans forgeaient une innovation, celle-ci serait assurément un égarement, alors qu’en est-il de ce qu’ont forgés ces égarés ?!

 

Le quatrième point de vue :

 

Ces fêtes innovées en sont venues à se mettre au même niveau que ce qu’Allah a décrété comme fêtes légiférées.

Et quand les cœurs s’habituent aux innovations, il n’y reste plus de place pour les sunan [dûment légiférées].

 

Le cinquième point de vue :

 

Le fait de s’associer à eux dans leurs fêtes est un moyen menant à leur ressembler dans leurs mœurs et leurs actes blâmables, car la ressemblance et l'imitation dans les choses apparentes provoquent nécessairement la ressemblance et l'imitation dans les choses cachées d’une manière dérobée et graduelle.

Ceci est une chose palpable.

Et le fait de couper court aux causes menant à l’interdit est une très grande règle de base parmi celles de la législation, voire c’est un des quarts de la religion.

 

Le sixième point de vue :

 

La célébration de leurs fêtes implique nécessairement leur amour et l’alliance avec eux. Et leur amour, et l’alliance avec eux contredit la foi, comme [Allah] تعالى a dit (selon une traduction rapprochée) :

{Ô vous les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, fait partie d’eux. Allah ne guide pas les gens injustes.} [S5/V51].

 

Le septième point de vue :

 

Le fait de s’associer à eux dans la célébration de leurs fêtes provoque nécessairement chez eux le sentiment de fierté ; car ils aiment voir les musulmans les suivre dans les choses de la vie commune, alors qu’en est-il de leur suivi dans les affaires liées à leur religion ?!

Et il s’ensuit de cela qu’il n’est pas permis au musulman de les imiter dans leurs fêtes, et il ne doit pas aider celui qui les imite, ni [il ne doit] répondre à leur appel, ni manger leur nourriture, ni accepter leur présent, ni vendre les choses auxquelles ils ont recours pour leurs fêtes.

 

Le huitième point de vue :

 

Le fait de s’associer à eux dans leurs fêtes est une approbation envers eux pour ce sur quoi ils sont comme faux, et c’est un [acte] qui va augmenter leur nombre.

 

Voici quelques manifestations de la corruption découlant de leur imitation, ainsi que du fait de s’associer à eux dans leurs fêtes, bien qu’elles soient en vérité beaucoup plus que l’on puisse les dénombrer.

 

Et, il découle, en conséquence de ce qui vient d’être mentionné, qu’il est interdit d’assister aux fêtes des mécréants, ou de s’associer à eux en elles, ou de les aider à les établir, ou de vendre ce à quoi ils ont recours pour les exhiber, ou d’entrer avec eux dans leurs églises, ou de leur offrir un présent ou en accepter un, ou de répondre à leur appel, ou de les complimenter à l’occasion de cette fête, ou de prendre ce jour comme un jour de repos, de joie, de plaisir et cela en délaissant les travaux organisés comme : l’industrie, les commerces, les assises de science ; ou de cuisiner un plat particulier, ou de distribuer des sucreries, ou d’allumer des bougies, ou de répandre de l'encens ainsi que de décorer les rues, les constructions et les palais, etc.

 

Car il y a en cela une aide à [la pratique] des méfaits, et Allah تعالى a dit (selon une traduction rapprochée) :

 

{Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et l’éloignement des interdits ; et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression} [S5/V2].

 

Et la règle de base [concernant ce jour] est qu'il ne doit pas y être innové de chose, il doit plutôt être considéré comme un jour comme les autres.

 

Et après l’exposition de tous ces textes authentiques et preuves explicites : est-il quelqu’un ayant en son cœur une foi équivalant le poids d’une fourmi, qui doute de l’interdiction de la ressemblance aux adorateurs de la croix, et de [l’interdiction] de s’associer à eux dans leurs fêtes en tous temps et tous lieux, alors qu’il sait ce que recèlent ces fêtes comme mécréance, perversion et désobéissance ?

 

N’as-tu donc pas pu trouver -Ô le musulman– autre chose à célébrer que ce qui provoque la colère du Tout Miséricordieux, et qu’agrée le Shaytaan, et qui est un emblème des gens de la mécréance et de la tyrannie ?

 

Est-il approuvé dans les raisons de suivre aveuglément une religion légiférée par les prêtres et rabbins ?

 

Et c’est à Allah qu’on demande l’aide, et toutes les louanges reviennent à Allah le Seigneur des mondes.

 

traduit par La da'wah des mashaykh d'Algérie en langue française : @MashaykhDZ

 

Cheikh Abdel Madjid Djouma’a - الشيخ عبد المجيد جمعة

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 21:43
Le comportement à adopter lorsque l'on fait un mauvais rêve

● Prendre refuge auprès d'Allâh contre son mal.

 

● Prendre refuge auprès d'Allâh contre Sheytân.

 

● Que la personne postillone trois fois sur sa gauche et qu'il dise :

 

«Je prends refuge auprès d'Allâh contre le Sheytân et contre le mal que j'ai vu.» 

 

● Qu'il ne le raconte à personne en vertu de la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

« Et qu'il n'en parle à personne. »

Sahîh al-Boukhârî (6584) ; Muslim (5862)

 

● Qu'il se lève, fasse ses ablutions et prie comme il est rapporté dans le Hadîth

 

● Qu'il change le côté sur lequel il dormait, s'il était sur le côté droit, il se met sur le côté gauche et inversement. 

 

Source : Minha al-Mâlik al-Jalîl Sharh Sahîh Mohammed Ibn Isma'îl (12/542) 
Publié par
3ilmchar3i.net

 

 

Cheikh ‘Abdel‘Azîz Bnou ‘Abdillah Ar-Râjihî - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله الراجحي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 20:13
Vendre des vêtements d'intérieur à des femmes non voilées (audio)

 

Question :

 

Salamou ‘alaykoum Cheikh.

 

Y a-t-il une parole de savants sur le fait de vendre des vêtements type hidjab pailleté ou à motifs, jupe décorée, robe manches courtes, etc à des femmes qui ne portent pas le voile et qui d’apparence sont loin de la religion et dont on peut être sûr à 99% qu’elles vont les porter dehors ou devant des non mahram ?

 

Peut-on leur vendre en leur expliquant les conditions du port de ces vêtements ou ne pas leur vendre du tout car c’est une sorte d’encouragement à la fitna et à la transgression ? 

 

Ou alors la vendeuse peut vendre à tout le monde sans encourir de péchés et la faute revient à l’acheteuse si elle les porte de façon haram ?

 

BarakAllahou fik Yâ Cheikh pour votre réponse.

 

Tfadal Yâ Cheikh...

 

Réponse :

 

Non, le vendeur doit aussi s’abstenir.

 

Pourquoi ?

 

Car je sais que cette personne je vais l’encourager à porter ces... (coupure) haram.

 

Ça sera une fitna pour les autres ; Même si je lui mets des conditions, ce n’est pas valable.

 

Pourquoi ?

 

Car la personne va te dire « d’accord d’accord » mais c’est juste pour être... (coupure) de toi.

 

Ensuite elle va sortir dehors, elle va les mettre et faire le haram avec.

 

Donc pour préserver ton Din, préserver ta religion, ne lui vend pas jusqu’à ce que tu trouves une sœur qui va mettre ça à la maison, entre les femmes par exemple ou avec son mari. 

 

Mais pour qu’elle mette ça dehors et que tu sois la cause de ses péchés, vous allez partager des péchés ; Je ne suis pas fou pour lui vendre.

 

Retranscription par une soeur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy - الشيخ أبو عبد الله محمد تشلابي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 19:47
La poudre (blush) et le maquillage des femmes (audio)

 

Questionneur :

 

L'utilisation de la poudre (blush) et du maquillage pour les femmes ?

 

Réponse :

 

Ce n'est pas permis aussi longtemps que cela fait partie des traditions des mécréants, c'est une imitation interdite présente dans plus d'un hadith.

 

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

copié de cheikhalalbani.com

 

 

السائل : استعمال البودرة للنساء والمكياج ؟

الشيخ : لا يجوز ما دام ذلك من تقاليد الكفار ، فإنه تشبه منهي عنه في غير ما حديث واحد ، غيره ، تفضل

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 19:47
L'application des sanctions pénales en Arabie Saoudite (vidéo)

Ecrit de Cheikh Rabi'

sur l'application des sanctions pénales en Arabie Saoudite

 

Au nom d'Allah

le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

 

Qu'Allah récompense le Royaume d'Arabie Saoudite

de la meilleure récompense pour son application

des sanctions pénales islamiques sur ceux qui les méritent

 

Toute louange à Allah ! 

Que la prière et le salut soient sur le Messager d'Allah, ainsi que sur sa famille, ses compagnons, et tous ceux qui suivent sa voie !

Ceci étant dit :
 

Rend heureux tout musulman, fier du Livre d'Allah, de la Sunna de Son Messager et de la sunna de ses califes bien-guidés, ce que le Royaume islamique d'Arabie Saoudite a effectué en appliquant les sanctions pénales prescrites par Allah sur plusieurs terroristes et bandits, sur la base du Livre d'Allah et de la Sunna de Son Messager (qu'Allah lui accorde éloges et salut), et plus précisément la parole d'Allah (Traduction relative et rapprochée du sens du verset) :

 

{Certes, la récompense de ceux qui combattent Allah et Son messager, et sèment le trouble sur terre, est qu'ils soient tués, crucifiés, amputés de leur main et jambe opposées, ou qu'ils soient bannis du territoire. Ceci sera pour eux une ignominie ici-bas, et il y aura pour eux dans l'au-delà un immense châtiment} [s. "La table servie", v. 33]

 

ainsi que la parole du noble Messager (qu'Allah lui accorde éloges et salut) :

 

«L'application d'une sanction pénale d'Allah sur terre est meilleure pour les habitants de la Terre que de recevoir la pluie pendant 40 jours.»

[rapporté par Ahmed, An-Nassaï, Ibn Mâjah et autres, selon Abou Houreyra (qu'Allah l'agrée), et jugé "bon" par cheikh Al-Albâni].


Qu'Allah comble davantage ce royaume islamique en affermissement et en attachement à la véritable religion d'Allah, et qu'Il lui octroie de vertueux conseillers, qui le poussent et l'encouragent à se conformer à la vérité et à la justice, de même qu'à l'attachement au Livre d'Allah et à la Sunna de Son Messager (qu'Allah lui accorde éloges et salut) !


Aussi, qu'Allah extermine les ennemis de ce royaume jusqu'au dernier, et plus particulièrement les chiites "râfidites", qui sont irrités par l'attachement au Livre d'Allah et à la Sunna de Son Messager (qu'Allah lui accorde éloges et salut), et qui s'indignent de l'application de ces sanctions pénales, car ils ne croient pas au Coran et à la Sunna que les nobles compagnons ont recueillis et transmis par foi, par suivi et par lutte, afin d'élever la parole d'Allah (Béni et Exalté soit-Il) !


Ils ont appliqué les sanctions pénales islamiques, se basant sur le Livre d'Allah et la Sunna de Son Messager (qu'Allah lui accorde éloges et salut) afin de concrétiser la justice, qui amène la préservation de la religion, des âmes et des biens, ainsi que la sécurité et la stabilité.


Se sont irrités et ont condamné l'application des sanctions pénales islamiques qu'a effectuée le Royaume d'Arabie Saoudite sur la base du Livre d'Allah et de la Sunna de Son Messager (qu'Allah lui accorde éloges et salut) :

 

-les chiites "râfidites" iraniens qui s'autoproclament "gouvernement islamique", alors que l'Islam les renie, tout comme ils le renient ;

 

-les libanais qui se sont autoproclamés "Hezbollah" (parti d'Allah), alors qu'en fait ils sont le parti de Satan ;

 

-et les "houthis" qui se sont autoproclamés "Ansarallah" (alliés d'Allah) ; alors qu'en fait ils sont les alliés de Satan.


Ces positions déshonorantes de leur part montrent que le soi-disant islam qu'ils prétendent n'est rien d'autre que l'islam que leur a composé le juif ennemi d'Allah, 'Abdoullah ibn Saba (1), avec ses successeurs parmi les profanateurs qui sont les pires ennemis de l'Islam et des musulmans, et à la tête des musulmans dont ils sont les ennemis, les compagnons du Prophète (qu'Allah lui accorde éloges et salut) qui sont les meilleures créatures après les prophètes.


Tel est l'islam des chiites "râfidites" qui rendent licites le sang et les biens des musulmans.

 

Tout au long de l'histoire, et jusqu'à ce jour, ils n'ont cessé d'être sur cette voie dévastatrice !
 

Parmi les preuves témoignant de cela : leur versement abusif du sang de milliers de musulmans au Yémen, en Iraq et en Syrie, et le fait qu'ils contraignent des millions de musulmans à l'exil de leurs pays.
 

Ceci car les chiites "râfidites", outre ces ignominies que nous avons citées précédemment, sont la source du terrorisme sanglant, ainsi que du terrorisme psychologique, et les groupes "kharijites" "takfirites" ayant subi l'influence de l'idéologie de Sayid Qutb (2) et autres leaders du "takfir" (3) à notre époque, sont associés à eux dans ce terrorisme.

 

Ecrit par : Le cheikh Rabi' ibn Hâdi al-Madkhali

Le : 22 rabi' al-awwal 1437 h. (03/01/2016 du calendrier chrétien)

 

(1) 'Abdoullah ibn Saba était un juif yéménite hypocrite ayant vécu durant les califats de 'Uthman ibn 'Affan (troisième calife) et de 'Ali ibn Abi Tâlib (quatrième calife).

Ibn Saba a prétendu se convertir à l'Islam, mais en réalité il a voulu pervertir l'Islam de l'intérieur et semer la discorde entre les musulmans.

Il est à la fois le précurseur de la secte des kharijites, et le fondateur des chiites.

Qu'Allah lui attribue le châtiment qu'il mérite ! [NT]

(2) Sayid Qutb : écrivain égyptien ayant vécu dans la première moitié du 20ème siècle du calendrier chrétien.

Il fit partie de la secte des "Frères musulmans" (ikhwans) fondée par Hassan el-Banna, puis il développa sa propre idéologie, dans la continuité de ce mouvement.
Il est considéré, dans l'époque contemporaine, comme étant le rénovateur du "takfir" exagéré et injuste, qui consiste à déclarer apostats des musulmans de façon non conforme au Coran, à la Sunna et à la voie des pieux prédécesseurs.
C'est pourquoi les grands savants de l'Islam et de la Sunna ont sévèrement mis en garde contre lui, ses idées, et ses écrits, qui contiennent de graves erreurs dans le dogme, ainsi que dans la méthodologie de prédication. [NT]

(3) Bien sûr, le cheikh vise ici le "takfir" (jugement d'apostasie) exagéré et injuste, qui a été défini dans la note de bas de page précédente, non pas le jugement d'apostasie conforme aux règles de la Loi islamique. [NT]

 

Traduit par Souleyman Abou 'Ali al-Guadeloupi : telegram.me/souleyman8guadeloupi

 

جزى الله المملكة العربية السعودية خير الجزاء على ما قامت به من إقامة الحدود الشرعية على من يستحقها
بسم الله الرحمن الرحيم
جزى الله المملكة العربية السعودية خير الجزاء على ما قامت به من إقامة الحدود الشرعية على من يستحقها
الحمد لله والصلاة والسلام على رسول الله وعلى آله وصحبه ومن اتبع هداه،
أما بعد
فيسر كل مسلم يعتز بكتاب الله وسنة رسوله صلى الله عليه وسلم، وسنة خلفائه الراشدين -رضي الله عنهم- ما قامت به المملكة العربية الإسلامية السعودية من إقامة حدود الله على عدد من الإرهابيين والمحاربين؛ انطلاقا منها من كتاب الله ومن سنة رسوله صلى الله عليه وسلم، وعلى وجه الخصوص من قول الله تعالى

إِنَّمَا جَزَاءُ الَّذِينَ يُحَارِبُونَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ وَيَسْعَوْنَ فِي الْأَرْضِ فَسَادًا أَنْ يُقَتَّلُوا أَوْ يُصَلَّبُوا أَوْ تُقَطَّعَ أَيْدِيهِمْ وَأَرْجُلُهُمْ مِنْ خِلَافٍ أَوْ يُنْفَوْا مِنَ الْأَرْضِ ذَلِكَ لَهُمْ خِزْيٌ فِي الدُّنْيَا وَلَهُمْ فِي الْآخِرَةِ عَذَابٌ عَظِيمٌ - المائدة: 33
ومن قول الرسول الكريم صلى الله عليه وسلم: (حد يعمل في الأرض خير لأهل الأرض من أن يمطروا أربعين صباحا)، أخرجه أحمد، والنسائي، وابن ماجه وغيرهم من حديث أبي هريرة رضي الله عنه، وحسنه الألباني
زاد الله هذه المملكة الإسلامية ثباتًا وتمسكًا بدين الله الحق، ورزقها البطانة الصالحة التي تحثهم وتشجعهم على الحق والعدل، والتمسك بكتاب الله وسنة رسوله صلى الله عليه وسلم
وقطع الله دابر أعدائها وخاصة الروافض الذين يغيظهم التمسك بكتاب الله وسنة رسوله صلى الله عليه وسلم، والذين استاؤوا من إقامة هذه الحدود؛ لأنهم لا يؤمنون بالقرآن والسنة اللذين حملهما الصحابة الكرام، وبلغوهما عقيدة ومنهجًا وجهادًا لإعلاء كلمة الله تبارك وتعالى
وأقاموا الحدود الشرعية انطلاقًا من كتاب الله وسنة رسوله صلى الله عليه وسلم، وإقامة للعدل الذي يؤدي إلى حفظ الدين، وحفظ النفوس والأموال، ويؤدي إلى الأمن والاستقرار
لقد اغتاظ واستنكر الروافض الإيرانيون الذين يطلقون على أنفسهم الحكومة الإسلامية والإسلام بريء منهم وهم منه براء
واللبنانيون الذين سموا أنفسهم حزب الله وإنما هم حزب الشيطان
والحوثيون الذين سموا أنفسهم أنصار الله وإنما هم أنصار الشيطان، اغتاظوا واستنكروا إقامة الحدود الشرعية التي قامت بها المملكة العربية السعودية على أساس كتاب الله وسنة رسوله صلى الله عليه وسلم
وهذه المواقف المخزية منهم تدل على أن الإسلام الذين يَدَّعُونَه إنما هو الإسلام الذين وضعه لهم عدو الله اليهودي ابن سبأ وخلفاؤه من الملاحدة الذين هم أشد عداوة للإسلام والمسلمين وعلى رأس هؤلاء المسلمين أصحاب رسول الله صلى الله عليه وسلم أفضل الخلق بعد الأنبياء
هذا هو إسلام الروافض الذين يستحلون دماء المسلمين وأموالهم، وهم على مر التاريخ إلى يومنا هذا على هذا المنهج المدمر
ومن الشواهد على هذا: سفكهم دماء المسلمين في اليمن والعراق وسوريا للألوف المؤلفة وتشريد الملايين من بلدانهم
لأن هؤلاء الروافض بعد هذه المخازي التي أسلفنا ذكرها هم مصادر الإرهاب الدموي والفكري
وتشاركهم في هذا الإرهاب الأحزاب الخارجية التكفيرية الذين تأثروا بفكر سيد قطب وغيره من رؤوس التكفير في هذا العصر
كتبه الشيخ ربيع بن هادي المدخلي
22/3/1437هـ

Déclaration du Moufti

à l'occasion de l'exécution de 47 terroristes en Arabie Saoudite

Traduit par Sawtiyyaat Salafiyya : twitter.com/salafisound_fr

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Actualités - أخبار