193 articles avec actualites - أخبار

Visionner la télévision pour les informations (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Visionner la télévision pour les informations (vidéo)

 

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article

Le système socialiste

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le système socialiste

Désaveu du système socialiste en Irak

 

Votre Eminence le Président de la République, qu'Allah vous conduise vers la vérité :

 

l'Université islamique à Médine désapprouve les décisions socialistes, et joint sa voix à celle des savants de l'Irak et ceux d'autres pays pour désapprouver le système socialiste, et assure que c'est un système qui est fondé sur la mécréance et qui est contradictoire avec l'Islam, et recommande au gouvernement de l'Irak de revenir à un système islamique et à son application dans le pays, car c'est le système le plus juste et le plus apte à régir la vie qu'a connu l'humanité, et c'est un système qui est en mesure d'assurer la justice sociale saine et de solutionner les problèmes économiques ou autres, et de faire parvenir au pauvre son droit, si les musulmans l'appliquent ainsi qu'il se doit.

 

L'Islam interdit au musulman de tuer son frère (coreligionnaire), de lui prendre son argent, de violer son honneur, et lui donne le plein pouvoir de gérer son argent dans le cadre du système législatif islamique, et les préceptes de l'islam indiquent clairement que les principes socialistes véhiculés par ce système ne correspondent nullement à l'esprit de l'islam et n'émanent nullement de ce dernier.

 

Je prie Allah qu'Il guide tous vers Sa Voie juste.

 

إنكار النظام الاشتراكي في العراق

فخامة رئيس الجمهورية أخذ الله بيده إلى الحق: إن الجامعة الإِسلامية بالمدينة المنورة تستنكر ما أصدرته الحكومة العراقية من القرارات الاشتراكية، وتضم صوتها إلى صوت علماء العراق وغيرهم من العلماء في إنكار النظام الاشتراكي، وتؤكد بأنه نظام كفري يصادم نظام الإِسلام ويناقضه، وتنصح حكومة العراق بالرجوع إلى نظام الإِسلام وتطبيقه في البلاد، لكونه أعدل نظام وأصلح تشريع عرفته البشرية، وهو كفيل بتحقيق العدالة الاجتماعية السليمة وحل للمشاكل الاقتصادية وغيرها، وإيصال حق الفقير إليه على خير وجه إذا أخلص المسلمون في تطبيقه.

والإِسلام يحرم على المسلم دم أخيه وماله وعرضه ويعطيه حرية التصرف الكامل في ماله في ظل الحكم الشرعي، وتصرح تعاليمه بأن ما يزعمه بعض الناس من أن النظام الاشتراكي مستمد من روح الإِسلام زعم باطل لا يستند لأي أساس من الصحة.

نائب رئيس الجامعة الإِسلاميةهذا وأسأل الله أن يهدي الجميع صراطه المستقيم.

(الجزء رقم : 7، الصفحة رقم: 394)

 

(Numéro de la partie: 27, Numéro de la page: 487)

copié de alifta.net

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

De porter des pétitions auprès du gouverneur pour mettre fin à un acte blâmable (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

De porter des pétitions auprès du gouverneur pour mettre fin à un acte blâmable (vidéo)

La question :

 

Comment un musulman, jaloux de sa religion doit-il se comporter face à des personnes qui blasphèment et insultent Allah et Sa religion dans les lieux publics ?

 

Est-il licite de signer une pétition dans laquelle les pouvoirs publics sont interpellés pour mettre un terme aux dépassements qui émanent de certains dépravés?

 

La réponse :

 

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

 

La Oumma (nation de l’Islam) est unanime à affirmer qu’il faut dénoncer les actes répréhensibles, car cela assainit les mœurs et la gestion des affaires publiques, suivant les versets :

 

كُنْتُمْ خَيْرَ أُمَّةٍ أُخْرِجَتْ لِلنَّاسِ تَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَتَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَتُؤْمِنُونَ بِاللهِ - آل عمران: 110

﴾Vous êtes la meilleure communauté qu’On ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Allah.﴿ [Âl `Imrân (La Famille d’Imran) : 110].

 

Et :

 

وَالْمُؤْمِنَاتُ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ يَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَيُقِيمُونَ الصَّلَاةَ وَيُؤْتُونَ الزَّكَاةَ وَيُطِيعُونَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ أُولَئِكَ سَيَرْحَمُهُمُ اللَّهُ إِنَّ اللَّهَ عَزِيزٌ حَكِيمٌ - التوبة: 71

﴾Les croyants et les croyantes sont alliés les uns les autres. Ils ordonnent le convenable, et interdisent le blâmable, accomplissent la salât, acquittent la zakât et obéissent à Allah et à Son Messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage.﴿ [At-Tawba (Le Repentir) : 71].

 

Néanmoins, cela dépend de la capacité de chacun à changer les œuvres blâmables, par l’action ou la parole : soit avec sa main, ou sa parole ou son cœur.

 

C’est ce qu’énonce le hadith du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم:

 

«Celui d’entre vous qui constate un acte répréhensible doit le changer par l’action.

S’il n’y arrive pas, il doit le faire par la parole, et s’il n’y arrive toujours pas, il doit le faire par un vœu venant du cœur, ce qui est le degré le plus bas de la foi.» [1]

 

Le fait de dénoncer un méfait par le cœur est le devoir de tout un chacun.

 

Il se réalise par la répulsion qu’éprouve le cœur par rapport à cause cela.

 

Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :

 

«Quand un méfait est commis dans un lieu, celui qui en est témoin et qui le réprouve est considéré comme s’il en était loin, alors que celui qui en est loin et qui l’approuve est considéré comme s’il en était témoin.» [2]

 

Quant à la dénonciation, par l’action ou par la parole, il suffit qu’une partie de la communauté le fasse pour que l’autre soit dispensée.

 

Et il incombe de changer le blâmable pour la personne d’entre le groupe qui est [considérée comme étant] la seule à en être capable.

 

La dénonciation par l’action est dévolue aux dirigeants et à leurs adjoints dans les tutorats généraux.

 

Par ailleurs, il est permis de suivre la voie hiérarchique, administrative ou sécuritaire, dans la dénonciation des méfaits et la répression des dépravés et libérer les gens de leurs nuisances en envoyant une lettre de dénonciation, individuelle ou collective, adressée aux services concernés par le biais des voies administratives connues.

 

Cette lettre ne doit en aucun cas inciter les gens à se rebeller contre leurs gouvernants ou à répandre, à cause d’elle, leurs défauts et les discréditer, car, cette voie, d’une façon ou d’une autre, crée la zizanie au sein de la population et conduit aux troubles et à la division.

 

Ces résultats ne sont religieuse­ment pas agrées, car la fin ne justifie pas les moyens.

 

Ce faisant, mettre fin à un méfait par l’action est aussi du ressort de celui qui en est capable dans les tutorats particu­liers, à l’instar du chef de famille au sein de son foyer, mais il relève aussi de celui qui a une autorité morale, comme celle des enseignants dans leurs classes envers leurs élèves et étudiants.

 

Sinon le blâme se fera par la langue.

 

La dénonciation d’un méfait doit être accomplie de manière douce et avec affabilité, courtoisie et affectation prudente.

 

Elle doit être empreinte de sagesse et aller dans le sens de prodiguer le bon conseil, comme le stipulent plusieurs versets coraniques et hadiths.

 

Cela dans le cas où cette méthode serait le meilleur moyen de convaincre les gens de mettre fin à ce méfait, car ceux-ci ont plus besoin d’une voix qui les conseille sagement et gentiment lui ordonnant, sans dureté, le convenable ; exception faite pour un homme exhibant sa perversion. 

 

Celui-ci n’a pas d’égards, comme l’a affirmé l’imam Ahmad, conformément aux versets :

 

يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ جَاهِدِ الْكُفَّارَ وَالْمُنَافِقِينَ وَاغْلُظْ عَلَيْهِمْ - التوبة: 73

﴾Ô Prophète, lutte contre les mécréants et les hypo­crites, et sois rude avec eux ; l’Enfer sera leur refuge, et quelle mauvaise destination !﴿ [At-Tawba (Le Repentir) : 73].

 

Et :

 

وَلاَ تُجَادِلُوا أَهْلَ الْكِتَابِ إِلاَّ بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ إِلاَّ الَّذِينَ ظَلَمُوا مِنْهُمْ - العنكبوت: 46

﴾Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d’entre eux qui sont injustes.﴿ [Al-`Ankaboût (L’Araignée) : 46].

 

Néanmoins, nul n’est obligé de tenir tête à plus de deux adversaires, sauf s’il en est capable, mais ceci ne le dispense pas de dénoncer les insultes, les injures et les mauvaises paroles s’il en est capable, avec l’obligation de supporter les méchancetés et de patienter par sincérité à Allah, suivant le verset :

 

يَا بُنَيَّ أَقِمِ الصَّلاَةَ وَأْمُرْ بِالْمَعْرُوفِ وَانْهَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَاصْبِرْ عَلَى مَا أَصَابَكَ إِنَّ ذَلِكَ مِنْ عَزْمِ الأُمُورِ - لقمان: 17

﴾Ô mon enfant, accomplis la Salat, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise !﴿ [Loqmân : 17].

 

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

[1] Rapporté par Mouslim dans «Al-Îmân» n°49, d’après Abou Sa`îd Al-Khoudri رضي الله عنه.

[2] Rapporté par Abou Dâwoûd dans «Al-Malâhim» n°4345, d’après Al-`Ours Ibn `Amîra Al-Kindi رضي الله عنه, bonifié par Al-Albâni dans Sahîh Al-Jâmi` n°689.

 

Alger, 9 Rabî`Ath-Thânî 1427h, Correspondant au 06 Mai 2006

copié de ferkous.net

 

 

Cheikh Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

Conseil aux jeunes concernant la Palestine

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Conseil aux jeunes concernant la Palestine

Question :

 

Les jeunes voudraient votre conseil ô shaikh, sur ce qui nous incombe concernant ce qui arrive actuellement en Palestine.

 

Qu’Allah vous récompense!

 

Wasalamu 'Alaikum wa Rahmatullahi wa Barakatuh.

 

Réponse :

 

Wa 'Alaika As-salam wa Rahmatullahi wa Barakatuh …

 

Quant à votre troisième question, qui vise à diriger, ou plutôt à conseiller les jeunes concernant ce qui arrive en Palestine, alors (nous disons que) Allah sait que nos cœurs se sont brisés (au vu de la situation actuelle).

 

Cependant, nous ne laissons pas nos passions nous submerger, plutôt nous laissons la Sunna nous diriger.

 

Et la Sunna est de laisser cette question à ces gens qui sont capables de produire des solutions et des conclusions (Ahlul Halli wal-'Aqd) - les leaders et les gouvernants.

 

Donc il n’est pas permis à tout un chacun de parler selon son avis, parce que ceci provoque et incite au trouble.

 

-Premièrement, je mentionnerai le principe légiféré qui a été exposé dans le Noble Qur'an, qui est :

 

« Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S'ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). Et n’eussent été le grâce d’Allah sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le Diable, à part quelques-uns. » [Sourate Nisa : 83]

 

-Deuxièmement, J'avertis tous les musulmans, et plus particulièrement les jeunes musulmans, de s'opposer à ce principe en acceptant au lieu de cela l'appel de ces orateurs imbéciles, qui envoient des pétitions demandant certaines choses sur lesquelles ils n'ont aucun droit, comme l'interruption de l’exportation pétrolière vers les USA par exemple.

 

Ou ils envoient des lettres sur les lignes commerciales ou par fax disant : "Donnez votre appui, Donnez votre appui!" …

 

Donc ces gens assument une responsabilité sur laquelle ils n'ont aucune autorité.

 

De plus, nous, et la louange est à Allah, dans le Royaume d’Arabie Saoudite, les Etats du Golfe et d'autres états voisins, aussi bien que dans les pays arabes, sommes gouvernés par des musulmans issus de nous.

 

Nous ne prétendons pas qu'ils sont infaillibles ou qu'ils sont préservés de l'erreur.

 

Cependant, ils sont musulmans et il y a des savants autour d'eux.

 

Et ils ont des conseillers parmi les savants, les juges, les ministres et ceux qui ont de l'expérience dans la loi et la politique.

 

Donc il n'est pas permis de suivre d'autres qu'eux, le commandement leur appartient…

 

Et je vous conseille de chercher protection auprès d’Allah, en invoquant (pour eux) - qu'Il soulage leur souffrance et les délivre de leur détresse.

 

Et demandez qu'Il résolve leur dilemme et leur accorde la victoire sur les Juifs dans l'état de la Tribu d'Israël, aussi bien que ceux qui se joignent à eux, parmi les mécréants et les polythéistes.

 

Ceci est un bref conseil et Allah est plus savant.

 

Article tiré du site al-manhaj.com

Question-Réponse après son cours sur 'Umdat-ul-Ahkam sur Paltalk (4/6/02)

copié de salafs.com

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

Du fait de travailler dans une imprimerie dépendante de la banque

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Du fait de travailler dans une imprimerie dépendante de la banque

Question :

 

La louange est à Allâh et qu’Allâh honore et salue notre prophète Muhammad et sa famille, As-Salâm `Alaykum Wa Rahmatullah Wa Barakâtuh, cela dit : cette question concerne un frère qui travaille dans une imprimerie qui dépend de la banque centrale algérienne et dont le rôle est de fabriquer la monnaie, d’imprimer les passeports, les timbres postaux et autres choses en rapport avec l’imprimerie.

 

Est-il donc permis à cette personne de travailler dans cette imprimerie, répondez-nous et qu’Allâh vous récompense de la meilleure façon.

 

Réponse :

 

La louange est à Allâh, le Souverain des mondes, que les éloges d’Allâh et son salut soient pour celui qu’Il a envoyé comme miséricorde pour les créatures, sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au jour de la rétribution.

Cela dit :

 

Sache -qu’Allâh te guide à son obéissance- que le régime et le système économiques actuels sont, globalement, fondés sur les transactions comprenant de l’usure (Ribâ), qui est interdit.

 

Et la règle de base est que tout travail qui renferme une nuisance pour les musulmans, une injustice ou une interdiction, il est interdit de le pratiquer ou d’y participer par quelque effort, qu’il soit matériel ou abstrait, qu’il soit par les actes ou par la parole.

 

En effet, celui qui aide à une désobéissance est associé dans le péché et tout moyen menant à l’interdit doit être interdit, ce qui est le sens de la règle :

 

«ce qui mène à l’interdit est interdit».

 

Le tout est touché par la malédiction selon le degré de participation au péché, c’est pourquoi nous pouvons voir que le Législateur interdit de participer avec celui qui mange l’usure dans sa parole :

 

«Qu’Allâh maudisse celui qui mange l’usure, celui qui la fait manger à autrui, ses deux témoins et celui qui l’écrit.» [1]

 

Ils sont -s’ils ont connaissance de cela- maudits par la bouche du prophète jusqu’au jour de la résurrection.

 

Il dit dans la version de Muslim : «Ils sont pareils.» [2], car toute aide apportée pour commettre une injustice est une injustice et toute entraide dans le péché est un péché, comme le dit le verset :

 

وَلاَ تَعَاوَنُوا عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ - المائدة: 2

 

﴾Et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression﴿ [Al-Mâ'ida : 2].

 

Aussi, tout ce qui suit une chose ou découle d’elle (le Tâbi`) est comme une branche qui est assimilée à sa base, car le Tâbi` suit la chose qu’il suit, comme l’implique la règle de Fiqh :

 

«le Tâbi` n’a pas un jugement indépendant tant qu’il n’est pas voulu pour lui-même».

 

Avec cela, certains savants contemporains sont d’avis qu’il est permis de travailler dans les banques pratiquant l’usure et les banques monétaires actuelles, car une minorité des tâches effectuées par les banques sont interdites alors que la majorité d’entre elles sont licites et bonnes.

 

Leur argument est que délaisser cela comporte un danger pour l’Islam et que cette chose conduira d’une façon ou d’une autre à ce que les non-musulmans prennent le dessus sur lui, avec toutes les conséquences désastreuses et les épreuves qui en découleront pour la communauté.

 

Il est clair que toute cette argumentation n’est pas assez forte pour dire qu’il est permis de travailler dans les banques et dans tout ce qui s’attache nécessairement à elles, car à la base, elles sont fondées sur ce qui conduit à la guerre de la part d’Allâh et son messager, conformément à la règle :

 

«celui qui possède une chose possède ce qui lui est nécessaire».

 

Ceci n’est pas le cas pour ce dont la base n’est pas illicite mais qui est atteint d’interdiction dans l’un de ses rattachements.

 

Ce cas de figure est différent et ceci ne peut être assimilé à cela. Il ne sera interdit que dans ces rattachements interdits.

 

Et Allâh est plus savant, nous disons pour conclure : la louange est à Allâh, le souverain des mondes, qu’Allâh honore notre prophète Muhammad, sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent de la meilleure manière jusqu’au jour de la rétribution.

 

[1] Rapporté par Ahmad (4/43), n°3809, Abou Dâwûd dans «Al-Buyû`», chapitre de celui qui mange le Ribâ et celui qui le fait manger : (3335) et At-Tirmidhi dans «Al-Buyû`», chapitre du fait de manger le Ribâ (1248), d’après `Abd Allâh Ibn Mas`ûd رضي الله عنه. Qualifié de Sahîh par Al-Albânî dans Al-Irwâ' (1335).

[2] Rapporté par Muslim dans «Al-Musâqât», chapitre de la malédiction sur celui qui mange le Ribâ et celui qui le fait manger (4093), d’après Jâbir رضي الله عنه.

 

 Traduit et publié par ferkous.com

 

حكم العمل في مطبعة تابعة للبنك

السؤال: الحمد الله وصلى الله على نبينا محمد وآله وسلم، السلام عليكم ورحمة الله وبركاته، أمّا بعد

فهذا سؤال عن أخ يعمل في مطبعة تابعة للبنك الجزائري المركزي والتي وظيفتها صنع الدراهم وطبع الجوازات والطوابع البريدية وغيرها من الأمور المطبعية

فهل يجوز لهذا الشخص العمل في هذه المطبعة، أجيبونا مأجورين وجزاكم الله خيراً

الجواب: الحمد لله رب العالمين والصلاة والسلام على من أرسله الله رحمة للعالمين وعلى آله وصحبه والتابعين إلى يوم الدين أمّا بعد؛

 فاعلم -وفقك الله تعالى وأرشدك إلى طاعته- أنّ تركيب النظام الاقتصادي الحالي وجهازه الحالي عموماً مبني على التعامل بالرِّبا المحرّم، والأصل أنّ كل عمل تضمن ضرراً على المسلمين أو ظلماً أو تحريماً فلا يجوز مباشرة العمل فيه ولا المشاركة فيه بأيّ جهد مادي أو معنوي عملي أو قولي، فإنّ المُعين على المعصية يُعدّ شريكاً في الإثم، وكلّ وسيلة إلى الحرام تُحرَّم وهو معنى التقعيد القائل

 ما أدى إلى حرام فهو حرام

والكلّ تلحقه اللّعنة بقدر المشاركة في الإثم والذنب، لذلك نجد الشارع يحرّم المشاركة مع آكل الرّبا في قوله صلى الله عليه وسلم

"لعن الله آكل الرّبا وموكله وشاهديه وكاتبه"

(١)

إذا علموا ذلك – ملعونون على لسان محمّد (صلى الله عليه وسلم) إلى يوم القيامة، وفي رواية مسلم قال :"هم سواء"(٢) إذ أنّ كلّ إعانة في الظلم ظلم والتعاون على الإثم إثم مصداقاً لقوله تعالى

ولا تَعَاونُوا عَلَى الإِثمِ و َالعُدْوَان - المائدة 2

وما كان في حكم التابع فهو فرع يُلحق بالأصل لأنّ التابع تابع لمتبوعه عملاً بمقتضى القاعدة الفقهية

 التابع لا يفرد بالحكم ما لم يصر مقصوداً

هذا، ويذهب بعض العلماء المحدثين إلى جواز العمل في البنوك الرّبوية والمصارف المالية الحالية لأنّ أعمال البنوك أقلها هو الحرام وأغلبها حلال طيب، بحجة أنّ في العدول عن ذلك خطورة على الإسلام وهذا الأمر الذي يؤدّي بطريق أو بآخر إلى سيطرة غير المسلمين عليه وما يترتب على ذلك من عواقب وخيمة وبلاء على الأمّة، ولا يخفي أنّ كلّ هذا التحليل لا يقوي على القول بحلية العمل في البنوك ولواحقها وضروريّاتها، إذ الأصل فيها قيامها على أساس موجب لحرب من الله ورسوله جريا على قاعدة

من ملك شيئا ملك ضرورياته

وليس الأمر كذلك لمن كان أصله غير محرّم لكنّه شابته شائبة التحريم في أحد لواحقه فالأمر يختلف ولا يقاس هذا على ذاك، فيمتنع فقط في تلك اللواحق المحرّمة

والله أعلم؛ وآخر دعوانا أن الحمد لله رب العاملين؛ وصلى الله على محمد وعلى آله وصحبه والتابعين لهم بإحسان إلى يوم الدين

١- أخرجه أحمد (4/43) رقم (3809)، وأبو داود كتاب البيوع باب في آكل الربا وموكله(3335)، والترمذي كتاب البيوع باب ما جاء في أكل الربا(1248) عن عبد الله بن مسعود رضي الله عنه والحديث صححه الألباني في الإرواء (1335)

٢- أخرجه مسلم في «صحيحه»كتاب المساقاة، باب لعن آكل الربا ومؤكله:  (4093)، من حديث جابر رضي الله عنه

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

La situation des musulmans en Birmanie (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La situation des musulmans en Birmanie (vidéo)

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Les musulmans se font tuer et vous, vous appelez au tawhid...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les musulmans se font tuer et vous, vous appelez au tawhid...

Question :

 

Il y a des gens qui disent :

"Les musulmans se font tuer et vous, vous appelez au Tawhîd. Les gens aujourd'hui sont pour la plupart soumis à Allah! [Ndt: Musulmans]"

 

Réponse :

 

Ils n'ont été tués, uniquement, qu'à cause de leur négligence du Tawhîd.

 

Et s'ils avaient été droits sur le Tawhîd, Allah -Azza wa Jall- les aurait certes secourus.

 

La plus grande cause par laquelle les musulmans se font tuer est la présence du Shirk et le manque d’intérêt porté au Tawhîd...

 

Source: At-Tawhîd, yâ 'Ibâda Allah de Sheykh Sâlih Al Fawzân, page 44

copié de sounnah-publication.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

La différence entre le faqîr (فقير - nécessiteux) et le miskîn (مسكين - pauvre) (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La différence entre le faqîr (فقير - nécessiteux) et le miskîn (مسكين - pauvre) (vidéo)

Question :

 

Quelle est la différence entre le faqîr et le miskîn ?

 

Réponse de Cheikh Fawzan :

 

Lorsque ces deux termes sont cités ensembles,

 

-le faqîr désigne le pauvre qui n’a rien ou pratiquement rien en sa possession,

 

-tandis que le miskîn possède au moins la moitié de ce qu’il a besoin, voire plus.

 

Il a donc une meilleure situation que le faqîr.

 

Fatwa prise du site : mawqi’ muassat e-da’wa el khaïriya

copié de ramadhan.af.org.sa

tadjRéponse de Cheikh Ibn Bâz :

الفرق بين المسكين والفقير

من هو المسكين الذي تصرف له الزكاة ؟ وما الفرق بينه وبين الفقير ؟

المسكين هو الفقير الذي لا يجد كمال الكفاية ، والفقير أشد حاجة منه، وكلاهما من أصناف أهل الزكاة المذكورين في قوله تعالى: إِنَّمَا الصَّدَقَاتُ لِلْفُقَرَاء وَالْمَسَاكِينِ وَالْعَامِلِينَ عَلَيْهَا[1] الآية . ومن كان له دخل يكفيه للطعام والشراب والكساء وللسكن من وقف أو كسب أو وظيفة أو نحو ذلك فإنه لا يسمى فقيراً ولا مسكيناً ، ولا يجوز أن تصرف له الزكاة

[1] سورة التوبة ، الآية 60

نشر في ( جريدة المدينة ) العدد 11387 وتاريخ 25/12/1414هـ ، وفي جريدة ( الرياض ) العدد 1093 وتاريخ 4/1/1419هـ ، وفي ( كتاب الدعوة ) ج1 ص 109 - مجموع فتاوى و مقالات متنوعة الجزء الرابع عشر

tadj

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

De la sentence de l’autorisation du gouverneur relative aux manifestations et aux marches de protestation

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

De la sentence de l’autorisation du gouverneur relative aux manifestations et aux marches de protestation

La question :

 

Si le gouverneur donne la permission de faire des mani­festations et des marches de protestation signifie-t-il que ces actions deviennent permises religieusement ?

 

Est-il permis d’y participer ?

 

Qu’Allâh vous récompense.

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

 

Les manifestations, les marches de protestation, les grèves et les sit-in vont à l’encontre de la voie de l’Islam relative à la politique et à la gouvernance.

 

Elles ne font pas partie des agissements des musulmans ni des moyens pour ordonner le bien et interdire le mal et ne sont pas de la religion islamique qu’Allâh a légiférée à Ses créatures.

 

Au contraire, les mani­festations et autres pratiques qui leur ressemblent n’amènent la plupart du temps que des troubles, des dommages et des mauvaises conséquences, tels que la tuerie, la destruction des immeubles, la perte des biens, l’arrêt du travail, l’expansion du désordre, la mixité entre les hommes et les femmes, et vagues de troubles et de maux que la nature saine réprouve et que l’Islam interdit.

 

Le fait que les manifestants ou les grévistes revendiquent leurs droits et cherchent à atteindre de nobles objectifs ne justifient pas les moyens employés pour y arriver, car l’Islam refuse la règle machiavélique disant : «La fin justifie les moyens», qui autorise l’individu d’atteindre des buts nobles et légiférés religieusement par n’importe quel moyen, quand bien même ce moyen serait interdit dans les lois religieuses et réprouvé par la nature saine, la noble éducation et l’usage.

 

On n’accède à ses droits que par une demande conforme à la loi religieuse et ce, en employant les moyens légiférés ou en créant des alternatives valables qui permettent de se passer des moyens interdits. Ibn Taymiyya رحمه الله a dit :

 

«Tout moyen par lequel l’individu arrive à son but n’est pas pour autant légiféré ni licite, il ne sera permis que si son intérêt l’emporte sur son inconvénient, dans ce que la loi religieuse a permis» [1].

 

Pour cela, aller à l’encontre de la religion dans les moyens est comme le faire dans les objectifs ; tous deux sont compris par la menace présente dans la parole d’Allâh عزَّ وجلَّ:

 

فَلْيَحْذَرِ الَّذِينَ يُخَالِفُونَ عَنْ أَمْرِهِ أَنْ تُصِيبَهُمْ فِتْنَةٌ أَوْ يُصِيبَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ - النور: 63

 

﴾Que ceux qui s’opposent à Son commandement craignent que ne les touche un trouble ou que ne les touche un châtiment douloureux.﴿ [An-Noûr (La lumière) : 63].

 

Sa parole : ﴾son commandement﴿ est un mot indéfini annexé à un mot défini ; il indique, donc, la généralité et englobe les domaines des moyens et des objectifs.

 

Ainsi, quiconque prend en considération la validité religieuse des objectifs et néglige celles des moyens est comme celui qui pratique une partie de la religion et en délaisse l’autre partie.

 

Or, Allâh عزَّ وجلَّ a dénigré cette façon d’agir et l’a reprochée aux juifs en disant :

 

أَفَتُؤْمِنُونَ بِبَعْضِ الْكِتَابِ وَتَكْفُرُونَ بِبَعْضٍ فَمَا جَزَاءُ مَنْ يَفْعَلُ ذَلِكَ مِنْكُمْ إِلَّا خِزْيٌ فِي الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَيَوْمَ الْقِيَامَةِ يُرَدُّونَ إِلَى أَشَدِّ الْعَذَابِ وَمَا اللَّهُ بِغَافِلٍ عَمَّا تَعْمَلُونَ - البقرة: 85

 

﴾Croyez-vous donc à une partie du livre et en reniez une partie ? Et bien, la punition de celui parmi vous qui fait cela ne sera qu’humiliation dans la vie d’ici-bas et au Jour de la Résurrection, on les renverra au châtiment le plus dur. Et Allâh n’est pas inattentif à ce que vous faites.﴿ [Al-Baqara (La Vache) : 85].

 

Ce verset prouve clairement que la foi implique de faire ce qui est ordonné et de délaisser les interdits, que ce soit dans le domaine des objectifs ou celui des moyens.

 

En outre, les manifestations, les marches et les grèves font partie du système démocratique qui considère ces moyens comme une pratique saine.

 

En effet, les législations humaines fondées sur ce système permettent au peuple et à ses différents groupes d’utiliser ces façons d’agir pour chercher à améliorer la situation politique, sociale, éducative ou du travail et pour revendiquer des changements remédiant aux maux qui touchent le peuple et menant à ce qui est meilleur.

 

A partir de là, le gouverneur donne sa permission en se basant sur les principes du système démocratique et en appliquant ses lois qui accordent la souveraineté au peuple, qui se réforme par lui-même.

 

Cela, sans aucun doute, est rejeté religieusement par tout monothéiste, car Allâh n’agrée pas qu’on lui associe autrui dans Sa seigneurie et Son jugement, ni dans Sa divinité et Son adoration et Il n’a pas autorisé autrui à légiférer. Il dit عزَّ وجلَّ:

 

وَلَا يُشْرِكُ فِي حُكْمِهِ أَحَدًا - الكهف: 26

 

﴾Et Il n’associe personne dans Son jugement.﴿ [Al-Kahf (La Caverne) : 26].

 

أَمْ لَهُمْ شُرَكَاءُ شَرَعُوا لَهُمْ مِنَ الدِّينِ مَا لَمْ يَأْذَنْ بِهِ اللَّهُ - الشورى: 21

 

﴾Ou auraient-ils des associés qui leur ont légiféré de la religion ce qu’Allâh n’a pas autorisé ?﴿ [Ach-Choûrâ (La Consultation) : 21].

 

Supposons, maintenant, que la permission des gouver­neurs concernant les manifestations et les marches n’est pas inspirée des Constitutions démocratiques : sa permission n’influe pas pour autant sur le statut et ne peut rendre bon ce qui est blâmable ni rendre licite ce qui est interdit, car celui qui autorise et qui interdit en Islam n’est autre que le Sage Législateur Lui-Même.

 

C’est à Lui qu’est due l’obéissance absolue et on n’obéit à autre qu’à Lui que par obéissance envers Lui et que dans ce qui est convenable et non dans le péché, car le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :

 

«L’obéissance n’est que dans ce qui est religieusement convenable.» [2].

 

De plus, le plus sûr pour la religion du musulman est de ne pas chercher à arriver au bien et à de nobles objectifs au moyen du mal et du désordre ; On ne parvient aux différents actes d’obéissance et aux différentes bonnes œuvres dont l’intérêt est supérieur à l’inconvénient qu’en empruntant les moyens que la religion a autorisés.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

[1] Moukhtassar Al-Fatâwa Al-Misriyya d’Ibn Taymiyya (p.169).

[2] Rapporté par Al-Boukhâri dans «Al-Ahkâm» n°7145, et Mouslim dans «Al-Imâra» n°1840, d’après `Ali Ibn Abi Tâlib رضي الله عنه  .

 

Alger, 16 Rabî`Ath-Thânî 1432h, correspondant au 21 mars 2011

Publié par ferkous.net

في حكم اعتبار إذن الحاكم بالمظاهرات والمسيرات

السؤال : هل إِذْنُ الحاكمِ بالمُظاهَراتِ والمَسيراتِ يُسوِّغُها شرعًا؟ وهل يجوز المُشارَكةُ فيها؟ وجزاكم اللهُ خيرًا

الجواب : الحمد لله ربِّ العالمين، والصلاةُ والسلام على مَنْ أرسله الله رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبِه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد

فالمُظاهَراتُ والمَسيراتُ والإضراباتُ والاعتصاماتُ مُخالِفةٌ لمنهج الإسلام في السياسة والحكم، وليسَتْ مِنْ أعمالِ المسلمين، ولا مِنْ وسائلِ الأمر بالمعروف والنهي عن المُنْكَر، ولا هي مِنَ الدِّين الإسلاميِّ الذي شَرَعَهُ اللهُ لعِبادِه، بل المُظاهَراتُ وأخواتُها ـ غالبًا ـ ما تكون جالبةً للفِتَنِ والمَفاسِدِ والأضرار: مِنْ سَفْكِ الدماء، وتخريبِ المُنْشآت، وتضييعِ الأموال، وتعطيلِ العمل، وإشاعةِ الفوضى، واختلاطِ الذكورِ بالإناث، وغيرِها مِنْ موجات الفسادِ والشرور التي تأباها الفطرةُ السليمةُ وينهى عنها الإسلامُ.

إنَّ طَلَبَ تحصيلِ حقوقِ المُتظاهِرين والمُضْرِبين وإدراك غاياتِها الشريفةِ لا يُسوِّغُ وسائلَها وطُرُقَها؛ لأنَّ الإسلام يرفض النظريةَ الميكيافيليةَ القائلة إنَّ: «الغَايَةَ تُبَرِّرُ الوَسِيلَةَ» التي تُجوِّزُ للفرد التوصُّلَ إلى الغايات النبيلةِ والمَقاصِدِ المشروعة بأيِّ وسيلةٍ، وإِنْ كانَتْ ممنوعةً في الشرائعِ ومذمومةً في الفِطَرِ السليمة والأخلاقِ الفاضلة والأعراف

وإنما الحقوقُ يُتوصَّلُ إليها بالمُطالَبةِ الشرعية، وذلك بتحصيلِ الوسائل المشروعة أو إيجادِ البدائل الصحيحة التي تُغْنِي عن الوسائل المنهيِّ عنها، قال ابنُ تيمية ـ رحمه الله ـ

ليس كُلُّ سببٍ نالَ به الإنسانُ حاجتَه يكون مشروعًا ولا مُباحًا، وإنما يكونُ مشروعًا إذا غَلَبَتْ مَصْلَحَتُه على مَفْسَدَتِه ممَّا أَذِنَ فيه الشرعُ

(١)

فلذلك كان حكمُ مُخالَفةِ الشرعِ في الوسائل كحكمِ مُخالَفتِه في المَقاصِد، كلاهما يدخل في الوعيد الوارد في قوله تعالى

فَلۡيَحۡذَرِ ٱلَّذِينَ يُخَالِفُونَ عَنۡ أَمۡرِهِۦٓ أَن تُصِيبَهُمۡ فِتۡنَةٌ أَوۡ يُصِيبَهُمۡ عَذَابٌ أَلِيمٌ - ٦٣ النور

فإنَّ قوله تعالى: ﴿أَمۡرِهِۦٓ﴾ نكرةٌ مُضافةٌ إلى معرفةٍ فتُفيدُ العمومَ، وهي شاملةٌ لبابِ المَقاصِدِ والوسائل؛ وعليه فمَنْ رَاعَى شرعيةَ المَقاصِدِ وأَهْمَلَ شرعيةَ الوسائلِ فشأنُه كمَنْ عَمِلَ ببعضِ الدِّينِ وتَرَكَ بعضَه الآخَر، وقد قبَّح اللهُ هذا الفعلَ وأَنْكَرَهُ على اليهود، قال تعالى

أَفَتُؤۡمِنُونَ بِبَعۡضِ ٱلۡكِتَٰبِ وَتَكۡفُرُونَ بِبَعۡضٖۚ فَمَا جَزَآءُ مَن يَفۡعَلُ ذَٰلِكَ مِنكُمۡ إِلَّا خِزۡيٞ فِي ٱلۡحَيَوٰةِ ٱلدُّنۡيَاۖ وَيَوۡمَ ٱلۡقِيَٰمَةِ يُرَدُّونَ إِلَىٰٓ أَشَدِّ ٱلۡعَذَابِۗ وَمَا ٱللَّهُ بِغَٰفِلٍ عَمَّا تَعۡمَلُونَ - ٨٥ البقرة

، وفي الآيةِ دليلٌ واضحٌ على أنَّ الإيمان يقتضي فِعْلَ الأوامرِ واجتنابَ النواهي، سواءٌ في جانبِ المَقاصِد أو الوسائل

هذا، وأسلوبُ المُظاهَراتِ والمَسيراتِ والإضرابات مِنْ مَضامينِ النظامِ الديمقراطيِّ الذي يَعُدُّ هذه الأساليبَ ظاهرةً صحِّيَّةً؛ حيث إنَّ القوانين الوضعيةَ القائمةَ على هذا النظامِ تُخوِّلُ للشعب أو لفِئَاتِه تصحيحَ الأوضاعِ السياسيةِ والاجتماعية والتربوية والمِهَنية، والمُطالبةَ بعلاجِ آفاتِها ومَضارِّها بالتغيير إلى ما هو أَسْمَى وأَحْسَنُ انطلاقًا مِنْ هذه الأساليب؛ لذلك يأتي إِذْنُ الإمامِ الحاكم مَبْنِيًّا على مُقْتَضَياتِ النظام الديمقراطيِّ، وتطبيقًا لقوانينِه التي تجعل الحاكميةَ للشعب: يُصحِّحُ نَفْسَه بنَفْسِه، وهذا ـ بلا شكٍّ ـ مرفوضٌ شرعًا عند كُلِّ مُوحِّدٍ؛ لأنَّ اللهَ تعالى لا يرضى بشركِ غيرِه له في الربوبية والحكم، ولا في الألوهية والعبادة، ولم يَأْذَنْ لغيره في التشريع، قال تعالى

وَلَا يُشۡرِكُ فِي حُكۡمِهِۦٓ أَحَدٗا - ٢٦ الكهف

 وقال تعالى

أَمۡ لَهُمۡ شُرَكَٰٓؤُاْ شَرَعُواْ لَهُم مِّنَ ٱلدِّينِ مَا لَمۡ يَأۡذَنۢ بِهِ ٱللَّهُ  - الشورى: ٢١

وعلى فَرْضِ أنَّ إِذْنَ الحاكمِ بالمُظاهَراتِ والمَسيراتِ لم يَكُنْ مُسْتَمَدًّا ممَّا تُمْليهِ عليه دساتيرُ الديمقراطية؛ فإنَّ إِذْنَهُ لا يُؤثِّرُ في الحكم ولا يُصيِّرُ المُنْكَرَ معروفًا ولا الممنوعَ مُباحًا؛ ذلك لأنَّ المُحرِّمَ والمُبيحَ في الإسلام هو الشارعُ الحكيمُ نَفْسُه، والطاعةُ له مطلقةٌ، وطاعةُ غيرِه تَبَعٌ لطاعتِه، ولا تكون إلَّا في المعروف دون المعصية؛ لقوله صلَّى الله عليه وسلَّم

«إِنَّمَا الطَّاعَةُ فِي المَعْرُوفِ»

(٢)

هذا، والأَسْلَمُ لدِينِ المسلم أَنْ لا يَتوسَّلَ إلى الخير والمَقاصِدِ الحسنةِ بالشرِّ والفساد، وإنما يتوسَّلُ إلى كُلِّ ما ظَهَرَتْ مَصْلحتُه على مَفْسدتِه مِنْ مُخْتلَفِ الطاعات وفعلِ الخيرات بسلوك الوسائل المأذونِ فيها شرعًا

والعلم عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبِه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، وسلَّم تسليمًا

الجزائر في: ١٦ ربيع الثاني ١٤٣٢ﻫ
الموافق ﻟ: ٢١ مارس ٢٠١١م

(١) «مختصر الفتاوى المصريَّة» لابن تيمية (١٦٩

٢) مُتَّفَقٌ عليه: أخرجه البخاريُّ في «الأحكام» بابُ السمعِ والطاعة للإمام ما لم تكن معصيةً (٧١٤٥)، ومسلمٌ في«الإمارة» (١٨٤٠)، مِنْ حديثِ عليِّ بنِ أبي طالبٍ رضي الله عنه

الفتوى رقم: ١١٠٤

الصنف: فتاوى منهجية

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

Moderniser l'islam

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Moderniser l'islam

Question :

 

Nous entendons dire qu'il faut un renouvellement de l'islam (renouveau/rajeunissement/modernisation...).

 

Est ce que celui qui dit ça dit vrai ? 

 

Réponse :

 

Si le sens voulu de renouvellement de l'islam, est le fait de prêcher pour l'islam, faire cesser les oeuvres de chirk, les innovations (bida'), et les déviations auxquelles certains musulmans se sont accrochés, et montrer le vrai islam celui avec lequel est venu le prophète صلى الله عليه وسلم et sur lequel étaient les salafs salih.

 

Alors ce renouvellement est obligatoire et véridique. 

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم nous a informé qu'Allâh envoi à cette communauté à la tête de chaque siècle un homme qui revivifie sa religion.

 

Mais si le sens voulu de renouvellement de l'islam est de remplacer les règles de l'islam par les désirs des gens, par leurs passions des efforts d'interprétation erroné où des avis controversés de l'islam.

 

Alors ce renouvellement là est nul (invalide) et refusé, et cela est ce à quoi appellent certains ignorants, ainsi que les gens des idées souillées (polluées). 

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

نسمع من يقول بتجديد الإسلام؛ فهل هو محق في قوله ؟

إن كان المراد بتجديد الإسلام هو الدعوة إليه وإزالة ما علق به عند بعض المسلمين من الشركيات والبدع والخرافات وبيان الإسلام الصحيح الذي جاء به النبي صلى الله عليه وسلم وسار عليه السلف الصالح، فهذا تجديد واجب وحق، وقد أخبر النبي صلى الله عليه وسلم أن الله يبعث لهذه الأمة على رأس كل مائة سنة من يجدد لها دينها1

وإن كان المراد بتجديد الإسلام استبدال أحكامه بما يوافق رغبات الناس وأهواءهم من الاجتهادات الخاطئة والآراء المخالفة لهدي الإسلام؛ فهذا تجديد باطل مرفوض، وهذا هو ما ينادي به بعض الجهلة وأصحاب الأفكار الملوثة

[1] رواه أبو داود في "سننه" (4/106، 107)ورواه الحاكم في "مستدركه" (4/522)؛ كلاهما من حديث أبي هريرة رضي الله عنه

المنتقي من فتاوي الشيخ صالح بن فوزان بن عبدلله الفوزان

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

La générosité des salafs

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La générosité des salafs

Ibn Az- Zubair radiallahou 'anhou rapporte :

 

"Je n'ai jamais vu de femmes plus généreuses que A'shah et Asma, et leur générosité se manifestait différemment :

 

-A'shah collectait pour ensuite distribuer

-Alors que Asma ne gardait rien jusqu'au lendemain."

 

AS-siyar( 2/292) - Ainsi étaient Nos pieux prédéceurs

Partager cet article

Donner aux associations de bienfaisance (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Donner aux associations de bienfaisance (audio)

Question :

 

Y-a-t-il un mal de sortir l'argent de la zakât, pour les pauvres de Syrie, par l'intermédiaire des associations de bienfaisance ?

 

Réponse :

 

Le plus important est que l'on se soit assuré que celui qui va la collecter soit quelqu'un d'honnête et de confiance qui va la faire parvenir à ses ayants-droits.

 

Si c'est le cas, c'est alors une bonne chose !

 

Ce qui compte, c'est celui qui la collecte : Est-ce que cette personne/cette organisation est honnête et de confiance ou pas ?

 

Si nous nous en sommes assurés et qu'elle est digne de confiance (c'est-à-dire que l'on pense que l'argent va parvenir aux ayants-droits), alors ce sont eux, en réalité, qui sont dans le besoin le plus urgent...

 

Question posée en Juin 2012

Traduit par Abdellatif Abou Mouhammad de Médine

 

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Partager cet article

Pas de politique dans la religion, et pas de religion...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Pas de politique dans la religion, et pas de religion...

Les éminents savants de Lajnah ad-Dâ-îma ont expliqué que la religion Islamique est venue avec la politique authentique entre les états musulmans et les autres, que ce soit en état de paix comme en état de guerre.

 

Elle comprend également la politique authentique que les gouverneurs des musulmans doivent appliquer pour gérer les affaires de la nation musulmane dans la vie d’ici-bas et sur le plan religieux.

 

Quant à la mauvaise politique, basée sur la perversion, la trahison, le mensonge, la violation des pactes et engagements, le non accomplissement des serments, elle n’est pas incluse dans la religion Islamique.

 

Celui qui étudie les textes du Livre, la Sounnah du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) et sa biographie pratique, trouvera certes la politique véridique, sincère et juste à l’égard de ceux qui l’appliquent et de ceux qui la refusent. [1]

 

La politique Islamique (Légiférée) est celle qui est basée sur le Livre (d’Allâh) et la Sounnah ; et cela avec justice de la part de celui qui gouverne, écoute et obéissance pour les gouvernés.

 

Cela comme Allâh – Ta’âla – le dit (traduction rapprochée) :

 

« Certes, Allâh vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants droit, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité. »

 

Jusqu’à :

 

« Ô les croyants ! Obéissez à Allâh et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. » [2] [3]

 

SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve) a expliqué que l’Unicité d’Allâh – Djalla wa ‘Ala – se concrétise dans l’obéissance et l’application véritable de l’attestation qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allâh, et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh.

 

Et cela n’a lieu pour les adorateurs que quand ils jugent avec ce qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala - a révélé à Son Envoyé.

 

Et délaisser le jugement avec ce qu’Allâh a révélé à Son Envoyé, pour les lois dignes de l’époque de l’ignorance, ou les lois inventées par les hommes, ou des jugements liés aux coutumes tribales ou tout autre jugement qui contredit ce qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala – a révélé, est de la mécréance majeure à l’égard d’Allâh et rend caduque l’attestation de foi qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allâh et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh.

 

Et cela a été la raison pour laquelle SHeikh Muhammad Ibn ‘Abdel-Wahab (rahimahullâh) a nommé l’un de ses chapitres (dans le livre de l’Unicité) ainsi, afin d’expliquer que le jugement par ce qu’Allâh a révélé est obligatoire, et juger avec une loi autre que ce qu’Allâh a révélé dans les affaires des justiciables, et cela en substitut du Qor’ân, est du polythéisme majeur à l’égard d’Allâh – Djalla wa ‘Ala – en plus d’être de la mécréance qui fait sortir de la religion Islamique.

 

L’imâm SHeikh Muhammad Ibn Ibrâhîm (rahimahullâh) a débuté son ouvrage intitulé « Les lois des hommes » par les paroles suivantes :

 

« La mécrance majeure manifeste consiste à élever les lois humaines maudites au niveau de la révélation posée par l’Esprit de vérité (Djibrîl) dans le cœur du maître des Envoyés, afin que ces lois soient une référence législative pour les mondes, ce qui annule et s’oppose à ce qu’a révélé le Seigneur de l’univers. »

 

Fin de ses propos dans son sens. [4]

 

[1] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 23/401-402

[2] Coran, 4/57-58

[3] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 23/401

[4] Al-Tamhîd li-Charh Kitâb it-Tawhîd de SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.405-406

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Partager cet article

Clarification sur les mensonges et la désinformation au sujet des salafis (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Clarification sur les mensonges et la désinformation au sujet des salafis (audio)

 

Suite aux meurtres de Toulouse, on assiste à une propagande mensongère, injuste et malhonnête envers les salafis.

 

Ils sont accusés faussement de véhiculer des idées "extrémistes", d'encourager ou de cautionner les attentats et la violence etc etc j'en passe et des meilleurs ...

 

N'importe quel salafi rejette tout celà.

 

On assiste au carnaval du verbe "mentir"... à la parade de celui qui déformera le plus la vérité...

 

Comme ici par exemple , le fait de diviser les "Salafis" en 3 catégories (les unes contredisant les autres ....), comme l'a fait le "sociologue" tunisien Samir Amghar, soit-disant "spécialiste" (de rien du tout) ...

 

Il confond et mélange volontairement (ou par ignorance) les khawarijs, les Ikhwans (Frère Musulmans) influencés par les idées de Sayid Qutb , les Takfiris, ainsi que d'autres groupes égarés dans la Aquida.

 

Cette amalgame réducteur vise à stigmatiser et accuser les salafis des maux commis par ces gens-là.

 

C'est du grand n'importe quoi qui n'étonne plus personne.

 

La Salafya est une seul voie, dont les limites sont clairement établies, réfutant extrémismes, politique, violences, ignorance etc ...

 

Il ne suffit pas de se dire "Je suis Salafi" pour l'être ....

 

Si ce que tu revendiques est en contradiction avec tes oeuvres, alors cette appellation n'a aucun fondement ni aucun sens car tu contredis les fondements même de la Salafya.

 

Quelle malhonnêteté intellectuelle venant de ces gens là.

 

Quelle ignorance de la réalité ...

 

La Science précède la parole, pourtant ... 

 

          Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti - أبو حماد سليمان داماس الهايتي

Partager cet article

Le vote et la candidature aux élections

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le vote et la candidature aux élections

Question :

 

Est-il permis de voter et de poser sa candidature dans les élections ? (sachant que notre pays n'applique pas la loi d'Allah.)

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis au Musulman de poser sa candidature pour s'affilier à un gouvernement qui ne juge pas conformément à la loi d'Allah, et n'applique pas la charia islamique.

 

Il n'est pas permis de voter pour lui ou pour un autre de ceux qui travaillent au sein de ce gouvernement sauf si ce candidat musulman et ceux qui votent pour lui visent en agissant de la sorte à appliquer la charia islamique et qu'ils ont recours à ce moyen pour surmonter le régime établi et ce à condition que celui qui pose sa candidature n'assume, après son élection, que des postes en concorde avec la religion de l'Islam.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

التصويت في الانتخابات والترشيح لها

س 5: هل يجوز التصويت في الانتخابات والترشيح لها؟ مع العلم أن بلادنا تحكم بغير ما أنزل الله

ج 5: لا يجوز للمسلم أن يرشح نفسه رجاء أن ينتظم في سلك حكومة تحكم بغير ما أنزل الله، وتعمل بغير شريعة الإسلام، فلا يجوز لمسلم أن ينتخبه أو غيره ممن يعملون في هذه الحكومة

إلا إذا كان من رشح نفسه من المسلمين ومن ينتخبون يرجون بالدخول في ذلك أن يصلوا بذلك إلى تحويل الحكم إلى العمل بشريعة الإسلام، واتخذوا ذلك وسيلة إلى التغلب على نظام الحكم، على ألا يعمل من رشح نفسه بعد تمام الدخول إلا في مناصب لا تتنافى مع الشريعة الإسلامية

وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الخامس من الفتوى رقم - 4029

(الجزء رقم : 23، الصفحة رقم: 407)

 

copié de alifta.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Est-il permis à un musulman de voter au profit d'un communiste dans les élections au conseil municipal ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Est-il permis à un musulman de voter au profit d'un communiste dans les élections au conseil municipal ?

Question :

 

Est-il permis au Musulman de voter, pour les assemblées communales ou autres, pour un communiste ou celui qui se moque de la religion et adopte le racisme comme religion ?

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis au Musulman de voter, pour les assemblées communales ou autres corps, pour le candidat qu'on sait qu'il est communiste, ne respecte pas la religion islamique ou bien adopte le racisme comme religion.

 

En effet, voter pour lui signifie l'accepter comme représentant pour lui, l'aidant ainsi à occuper un poste où il peut nuire aux autres, et aider ceux qui adoptent son principe et sa croyance.

 

Il peut aussi utiliser son pouvoir pour nuire à tous ceux qui s'opposent à lui, voire les priver de leurs droits au sein de cette région et échanger les intérêts avec ses collègues dans d'autres départements et régions.

 

De même, ceci l'encourage à persister à adopter le principe du faux et appliquer ce qu'il veut .

 

Question :

 

Est-il permis au Musulman de faire connaissance des communistes ?

Est-il permis de les soutenir ?

Quel est l'avis religieux quant à ce sujet ?

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis au Musulman de faire connaissance de ceux dont la religion n'est pas correcte, sans que ce soit pour une raison légale.

 

Il n'est pas permis de faire connaissance des communiste, des nossayrites, des druzes et les qadianis (partisans d'Ahmadisme) et ceux dont les mœurs sont mauvaises de peur d'être influencé par leur croyance et mauvais comportement ou au moins de faire objet d'accusation et de doute.

 

Ceci dit, il faut appliquer cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):

 

"La compagnie de l'homme vertueux et celle de l'homme pervers sont respectivement comparables à celle du marchand du musc et à celle du forgeron.

Celui qui possède le musc, soit il t’en donne, soit tu en achètes de lui, soit tu sens auprès de lui une belle odeur, tandis que le forgeron, il te brûle les habits ou tu sens auprès de lui une odeur désagréable".

rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim.

 

De même, il ne faut pas les soutenir sur le faux, car c'est de l'entraide dans le péché et la transgression.

 

Allah (l'Exalté) a dit (traduction rapprochée) :

 

"et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression."

 

Quiconque les fréquente ou les aide dans leur égarement, fait du mal et de l'injustice à la mesure de l'alliance et du soutien qu'il leur apporte.

 

Il se doit de les conseiller et de les guider vers la bonne voie s'il en est capable.

 

S'ils acceptent son conseil, louange à Allah, sinon qu'il les évite.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons. 

 

انتخاب من يعتنق الفكر الشيوعي أو يسخر بالدين

س 1: هل يجوز للمسلم أن ينتخب للمجالس البلدية أو غيرها من الدوائر شخصًا يعتنق الشيوعية أو يسخر بالدين ويعتنق

القومية ويعتبرها دينًا؟

ج 1: لا يجوز للمسلم أن ينتخب للمجالس البلدية أو الدوائر الأخرى من علم أنه شيوعي أو يسخر بالدين الإسلامي أو اعتنق القومية أو اعتبرها دينًا؛ لأنه بانتخابه إياه رضيه ممثلاً له، وأعانه على تولي مركز يتمكن من الإفساد فيه، ويعين فيه من يشايعه في مبدئه وعقيدته، وقد يستغل ذلك المركز في إيذاء من يخالفه وحرمانه من حقوقه أو بعضها في تلك الدائرة أو غيرها بحكم مركزه، وتبادل المنافع بينه وبين زملائه في الدوائر الأخرى؛ ولما فيه من تشجيعه من استمراره على المبدأ الباطل وتنفيذه ما يريد .

س 2: هل يجوز لمسلم أن يتعرف بأشخاص يعتنقون الشيوعية، وهل يجوز له تأييدهم، وما حكم الله فيمن فعل ذلك؟

ج 2: لا يجوز أن يتعرف المسلم بمن فسدت عقيدتهم لغير مصلحة شرعية، كالشيوعية والنصيرية والدروز، والقاديانيين، ومن ساءت أخلاقهم؛ مخافة أن تسري عقائدهم إليه، أو تسوء أخلاقه بعشرتهم ومجالستهم، أو يكون موضع ريبة وتهمة على الأقل، وعملاً بقول النبي صلى الله عليه وسلم: صحيح البخاري الذبائح والصيد (5534) ، صحيح مسلم البر والصلة والآداب (2628). إنما مثل الجليس الصالح وجليس السوء كحامل المسك ونافخ الكير، فحامل المسك إما أن يحذيك وإما أن تبتاع منه، وإما أن تجد منه ريحًا طيبة، ونافخ الكير إما أن يحرق ثيابك،

وإما أن تجد منه ريحًا منتنة  رواه البخاري ومسلم، ولا يجوز له أيضًا تأييدهم في الباطل؛ لما في ذلك من التعاون على الإثم والعدوان، وقد قال تعالى:  وَلاَ تَعَاوَنُوا عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ  ، ومن خالطهم أو أعانهم على انحرافهم فقد أساء وظلم بقدر موالاته إياهم وتأييده لهم، وعليه أن ينصحهم ويرشدهم إلى الحق إن كان أهلاً لذلك، فإن انتصحوا فالحمد لله وإلا اجتنبهم.

 

وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

الفتوى رقم - 3105

(الجزء رقم : 23، الصفحة رقم: 405-406)

 

copié de alifta.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Réponse à ceux qui appellent à participer aux élections (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Réponse à ceux qui appellent à participer aux élections (dossier)

 Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti - أبو حماد سليمان داماس الهايتي

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>