108 articles avec aliments et boissons - الأطعمة والأشربة

Le jugement du buffet à volonté en échange d'une contrepartie

Publié le par 3ilm.char3i

Le jugement du buffet à volonté en échange d'une contrepartie

La louange toute entière appartient à Allâh.

Et que l'éloge et le salut soient sur celui صلى الله عليه وسلم après qui il n'y a plus de messager.

Ceci dit :

 

Je fus questionné et on m'a demandé s'il est permis à un individu d'entrer dans un restaurant en payant une certaine somme, alors qu'il ne connaît pas la quantité de nourriture qu'il va consommer.

 

J'ai répondu en disant qu'il est authentiquement rapporté du Prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a proscrit la vente gharar (incertaine), comme l'a rapporté Mouslim dans son sahih au numéro 1513.

 

Mais est-ce que tout gharar est proscrit ?

 

D'autres textes sacrés indiquent que la vente dont le gharar est négligeable fait partie de ce qui est toléré.

 

En effet, tout gharar n'est pas forcément harâm, comme c'est le cas de la vente de la chamelle enceinte.

 

Il ne fait aucun doute que son prix est plus élevé, pourtant c'est une donnée inconnue, est-ce un mâle ou une femelle, est-ce un seul ou plusieurs petits, va t-elle le mettre au monde en vie ou bien mort ?

 

Il en est de même pour la maison, elle est vendue alors que l'état de ses fondations est une inconnue, est-elle solide ou bien fragile ?

 

On ne peut le savoir car ceci est dissimulé dans le sol.

 

Et dans le même registre, il est également permis de vendre le palmier dont la maturité des fruits n'est pas encore visible, à partir du moment où la terre est vendue avec, alors que le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit de vendre les fruits dont on ne peut distinguer la maturité.

 

Ceci car l'interdiction concerne le cas de la vente des fruits seulement et non la vente du terrain.

 

Les savants ont donc mentionné pour cela une règle qui stipule que :

 

«ce qui n'est pas valide par lui même devient valide lorsqu'il survient en conséquence»

 

يصح تبعا ما لا يصح استقلالا

 

Ce gharar est donc toléré parce qu’il survient en conséquence.

 

Il convient donc de faire la différence entre le gharar considérable et le gharar négligeable.

 

Et lorsque nous analysons la réalité du buffet à volonté, nous voyons que celui qui y entre connaît sa propre personne et la quantité qu'il mange habituellement.

 

Tout comme il paiera le montant afin d'être rassasié, il paie en échange du rassasiement, le propriétaire du buffet a lui aussi fait son calcul lorsqu'il a déterminé le montant pour celui qui mange beaucoup ou peu.

 

Le gharar n'a donc pas lieu ici et il n'y a pas de donnée inconnue.

 

Nous n'avons jamais entendu quelqu'un entrer dans un buffet à volonté et se plaindre de ne pas avoir mangé pour le montant qu'il avait payé.

 

Et nous n'avons jamais entendu qu'un restaurateur ait fait des pertes avec un buffet à volonté à cause du gharar.

 

Et les spécialistes du fiqh - qu'Allâh leur fasse miséricorde - ont certes édicté la permission de ce qui s'apparente à ceci et l'imâm An-Nawawî a même rapporté la présence d'un consensus concernant la permission de cela dans son explication de sahih Mouslim.

 

Il dit : 

 

«Les musulmans sont unanimes concernant la permission des choses qui contiennent un gharar négligeable, parmi celles-ci : la vente de vêtement rembourré, même si on ne voit pas le rembourrage, si l'on ne vendait que le rembourrage, ceci ne serait pas permis.

Et ils sont également unanimes sur la permission de louer une maison, une monture ou un vêtement durant une période d'un mois.

Alors qu'un mois peut être composé de 30 ou de 29 jours.

Et ils sont unanimes sur la permission d'entrer au hammâm pour un montant prédéfini alors que la quantité d'eau et le temps passé diffèrent d'une personne à l'autre.

Et ils sont aussi unanimes sur la permission de s'abreuver du robinet en échange d'une contrepartie, alors que l'on ignore la quantité exacte bue et le différentes habitudes des buveurs.»

(Volume 9 page 155)

 

Et lorsqu'il ibn al-Qayyim parla du gharar négligeable qui est toléré, il dit :

 

«Et il en est ainsi de l'entrée au hammâm et du fait de boire du robinet, la quantité n'est pas définie tandis que les gens diffèrent dans ce qu'ils en usent »

 

Il dit plus loin :

 

«Ce n'est pas tout gharar qui est une cause provoquant l'interdiction, si le gharar est négligeable ou s'il n'est pas possible de s'en prémunir, alors il ne constitue pas un élément empêchant la validité du contrat.

Concernant le gharar qui réside dans les fondations des murs, dans le ventre des animaux, ou dans les derniers fruits dont certains affichent la maturité et d'autres non, il n'est pas possible de s'en prémunir.

Et le gharar présent dans l'entrée au hammâm, dans le fait de boire du robinet et dans ce qui s'apparente à cela, est un gharar négligeable.

Et ces deux sortes (de gharar) ne rendent pas la vente interdite.»

(Zâd al-ma'âd volume 5 page 821)

 

Et Cheikh Ibn 'Uthaymin - qu'Allâh lui fasse miséricorde - dit :

 

«Il existe des commerces où l'on vend des plats, ils disent : «Paie 10 et tu peux manger jusqu'à être rassasié».

La réponse apparente est que cela fait partie des choses tolérées car le repas est connu et cela fait partie des choses dans lesquelles on fait preuve de tolérance habituellement.

Quant à l'individu, s'il sait qu'il est un gros mangeur, alors il est obligatoire qu'il le stipule* auprès du propriétaire de l'établissement.

En effet, les gens ne sont pas tous les mêmes.»

(Charh al-moumti' volume 4 page 322)
 

Je dis (par rapport à *), ce n'est pas une condition, comme je l'ai déjà expliqué.

 

Les spécialistes de la jurisprudence ont d'ailleurs permis de louer et de payer un salarié ou une femme qui allaite avec la nourriture que réclame leur ventre, alors que les gens diffèrent dans le besoin de nourriture, certains mangent plus et d'autres mangent moins.

 

On trouve dans zaad al-moustaqni' et dans l'explication de celui-ci, ar-rawd al-mourba' ma'a haachiyati ibni Qaasim :

 

«Il est valable de louer les services du salarié et de la femme qui allaite en les nourrissant et en les habillant».

Ceci est rapporté de Abi Bakr, de 'Omar, de Abî Moussâ concernant le salarié.

Quant à la femme qui allaite, la preuve est la parole d'Allâh - sens - :

"Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable" (Al-Baqarah - 233).

(Volume 5 page 299-300)

 

Il est dit dans al-insâf :

 

«Ceci est le madhhab (hanbalite) sans exception, et ce sur quoi sont la majorité de ses adeptes.»

(Volume 14, page 277)

 

Et dans le Moughni :

 

«Et c'est le madhhab de Malik et de Ishâq, en raison de ce qu'a rapporté Ibn Majah selon 'Outbah ibn an-Nouddar qui dit : Nous étions auprès du messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم et il lut «Ṭ’ā, Sīn, Mīm»* jusqu'à atteindre le passage relatant l'histoire de Moussa, puis il dit : «Moussa a certes échangé ses services pendant 8 ou 10 ans contre la chasteté de son sexe et la nourriture de son ventre».

Et ce qui fut une législation pour ceux qui nous ont précédé est une législation pour nous tant que rien n'indique que cela fut abrogé.

Et l'on rapporte de Abi Hourayrah - qu'Allâh l'agrée - qu'il dit :

Je louais mes services contre la nourriture pourvue par Busrah Bint Ghazwan. J'ai servi les gens lorsqu'ils revenaient de voyage et conduit leurs chameaux lorsqu'ils se mettaient en route.»

rapporté par Ibn Mâjah.

Puisque nous avons évoqué que certains parmi les compagnons et autres le faisaient, et que personne n'a contesté, ceci est alors un consensus. Et aussi, puisque ceci est confirmé au sujet de la femme qui allaite par le verset, alors ça l'est aussi pour autre qu'elle par analogie (qiyâs).» fin

(Volume 8 page 68-69 avec quelques accommodations).

* (Sourate les poètes)

 

Je dis :

 

On sait que la location n'est valide que lorsque le prix en est fixé, pourtant ils ont autorisé que cela soit contre la nourriture que réclame son ventre.

 

Et c'est identiquement la même chose que celui qui entre dans un buffet et paie un montant en échange de ce que réclame son ventre comme nourriture, c'est du pareil au même.

 

L'affaire est claire et évidente.

 

Et celui qui s'oppose à ce jugement s'oppose au consensus ramené par l'imâm An-Nawawî.

 

Et nous ne connaissons personne dans le passé, parmi les adeptes de la science, ayant été à l'encontre de cela.

 

Et Allâh est le plus Savant.

 

Sur le site officiel de Cheikh - «حكم البوفيه المتوح الذي بعوض»

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par la page L'Islam c'est la Sounnah et la Sounnah c'est l'Islam

 

Cheikh 'Abdoul Mouhçin Bnou Nâçer al 'Oubeykân - الشيخ عبدالمحسن بن ناصر العبيكان

Partager cet article

L'utilisation des pesticides dans l'agriculture (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

L'utilisation des pesticides dans l'agriculture (audio-vidéo)

Question :

 

As salâmu 'alaykum wa rahmatu Llâh.

 

Quel est le jugement relatif à l'utilisation des pesticides dans l'agriculture compte tenu des dommages qu'ils causent à l'être humain, la nourriture et l'environnement, comme démontré par les récentes études scientifiques ?

 

Réponse :

 

S'ils sont nuisibles et que leur préjudice est supérieur à leur utilité, alors ils sont interdits.

 

Na'am.

 

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Ali ben Abdelaziz Moussa - الشيخ علي بن عبدالعزيز موسى

Partager cet article

Tu as abreuvé un musulman assoiffé !

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Tu as abreuvé un musulman assoiffé !

Lorsque ton enfant se met devant le réfrigérateur, te demande de lui donner à boire, et que tu lui donnes à boire alors qu’il avait soif, tu as alors abreuvé un musulman assoiffé, et Allâh t’abreuvera du nectar pur (الرحيق المختوم).

 

شرح رياض الصالحين ١/١٤٤ 

 Publié par la Chaîne منهاج السالكات - MinhaajAsSaalikaat

ﻟﻮ ﻛﺎﻥ ﻭﻟﺪﻙ ﺍﻟﺼﻐﻴﺮ ﻭﻗﻒ ﻋﻨﺪ ﺍﻟﺒﺮﺍﺩﺓ (الثلاجة) ﻳﻘﻮﻝ ﻟﻚ ﺃﺭﻳﺪ ﻣﺎﺀ ﻭﺃﺳﻘﻴﺘﻪ ﻭﻫﻮ ﻇﻤﺂﻥ، ﻓﻘﺪ ﺳﻘﻴﺖ ﻣﺴﻠﻤﺎً ﻋﻠﻰ ﺿﻤﺄ ﻓﺈﻥ ﺍﻟﻠﻪ ﻳﺴﻘﻴﻚ ﻣﻦ ﺍﻟﺮﺣﻴﻖ ﺍﻟﻤﺨﺘﻮﻡ

- ابن عثيمين-شرح رياض الصالحين: ١/١٤٤

 

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Utiliser de la noix de muscade dans les plats (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Utiliser de la noix de muscade dans les plats (audio-vidéo)

Question :

 

Quel est le jugement quant à l'utilisation de la noix de muscade dans les plats car j'ai entendu que certains d'entre eux l'interdisent car elle contient quelque chose d'enivrant ?

 

Réponse :

 

La base concernant cette épice est qu'elle fait partie des nourritures, c'est-à-dire qu'elle fait partie des choses utilisées chez les herboristes et les marchands d'épices et la base en cela est l'autorisation et non pas l'interdiction.

 

Et le fait que certains peuvent l'utiliser dans l'enivrement ou dans l'utilisation de ce type de calamité, ne signifie pas qu'elle soit illicite à sa base.

 

Mais l'interdiction concerne ce qui est similaire à cet agissement et son utilisation dans des choses qui lui sont incorporées la rendant ainsi substance enivrante.

 

Et l'affaire en cela est tel que le raisin, ou raisin sec et autre que cela.

 

Ainsi, la base en cela est ? La licéité.

 

À elle seule, la noix de muscade, si tu la consommes tu ne t'enivres pas, ou si tu la bois si elle est en boisson.

 

C'est clair ?

 

C'est ainsi bâraka'Llâhou fiik.

 

Mais sa mauvaise utilisation a fait que certaines autorités compétentes l'interdisaient ici à un moment donné, elle ne se vendait pas chez les marchands d'épices ou les herboristes, elle ne se vendait pas, car certains l'utilisent dans des choses interdites, bâraka'Llâhou fiik.

 

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

Publié par 3ilmchar3i.net

Le qât et la noix de muscade

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Partager cet article

Lorsque l'un d'entre vous rentre chez son frère musulman

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Lorsque l'un d'entre vous rentre chez son frère musulman

 D'après Abou Houreira رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit :

 

«Lorsque l'un d'entre vous rentre chez son frère musulman et qu'il le nourrit de sa nourriture alors qu'il mange et ne l'interroge pas concernant sa nourriture et si il lui donne de sa boisson qu'il boive et ne l'interroge pas la concernant.»

Rapporté par Al Hakim dans son Moustadrak n°7240 qui l'a authentifié et l'imam Dhahabi l'a approuvé. Il a également été authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°627

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم

إذا دخل أحدكم على أخيه المسلم فأطعمه من طعامه فليأكل و لا يسأله عنه و إن سقاه من شرابه فليشرب من شرابه و لا يسأله عنه 

رواه الحاكم في المستدرك رقم ٧٢٤٠ و صححه و أقره الذهبي و صححه أيضاً الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٦٢٧

Publié par hadithdujour.com

Partager cet article

Le boucher musulman qui déclare sa viande halal (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le boucher musulman qui déclare sa viande halal (audio-vidéo)

Question :

 

Il dit qu’il se produit encore chez eux en France un problème relativement aux viandes halal et non-halal, et la question (est) :

 

S’il y a un boucher musulman qui écrit sur la viande (qu’elle est) «halal», est-ce que nous mangeons sans poser de question ou sans la présence de document assurant sa licéité ?

 

Réponse :

 

Du moment qu’un musulman a écrit sur la viande que le sacrifice est islamique, alors la responsabilité lui revient.

 

Fatāwā `alā al-hawā’ – 1437/06/09

 Traduit et publié par Sawtiyyaat salafiyya - telegram.me/salafisound_fr  

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

 

Partager cet article

Parmi les causes faciles permettant d'obtenir le pardon d'Allâh سبحانه وتعالى

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Parmi les causes faciles permettant d'obtenir le pardon d'Allâh سبحانه وتعالى

Le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Quiconque mange une nourriture puis dit :

 

الحمد لله الذي أطعمني هذا الطعامَ ورزَقنيه من غير حولٍ مني ولا قوة

 

AlhamduliLlâh alladhi at3amaniy hadha at-ta3âm

wa razaqanîhi min ghayri hawlin miniy wa lâ qowwatin

 

La Louange est à Allâh qui m'a nourri de cette nourriture,

et me la pourvu sans nulle puissance ni force de ma part

 

Il lui sera pardonné ce qu'il aura avancé de ses péchés"

 

Jugé bon par Al Albâniy, Sahiih al djaami3 6086

 Publié par la page Fawaid ala-l manhaj as salaf

 

 عن أنس، عن أبيه، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال
مَنْ أكل طعاماً ثم قال

الحمد لله الذي أطعمني هذا الطعامَ ورزَقنيه من غير حولٍ مني ولا قوة

غُفِر له ما تقدَّمَ من ذنبهِ وَمَا تَأَخَّرَ

 أبو داود عن أنس عن أبيه

 

Partager cet article

Celui qui oublie de mentionner Allâh au début de son repas

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Celui qui oublie de mentionner Allâh au début de son repas

D'après 'AbdAllâh Ibn Mas'oud (qu'Allâh l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allâh et Son salut soient sur lui) a dit :

 

«Celui qui oublie de mentionner Allâh au début de son repas (1) qu'il dise lorsqu'il s'en rappelle :

 

 بِسْمِ اللهِ فِي أَوَّلِهِ وَ آخِرِهِ

Bismillah Fi Awalihi Wa Akhirihi

 

lorsqu'il se rappelle ainsi il va commencer un nouveau repas et va priver le mauvais (2) de ce qu'il prenait de son repas». 

(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°198)

 

(1) C'est à dire qu'il oublie de dire "Bismillah"

(2) C'est à dire Chaytan.

 

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم

 من نسيَ أن يذكرَ اللهَ في أولِ طعامِه فليقل حين يذكرُ : بسمِ اللهِ في أولِه و آخرِه ، فإنَّهُ يستقبلُ طعامًا جديدًا و يمنعُ الخبيثَ ما كان يُصيبُ منهُ

(رواه ابن حبان و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٩٨)

 

Publié par hadithdujour.com

Partager cet article

Le fait de boire en une seule respiration

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le fait de boire en une seule respiration

D'après Abou Qatada (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit :

 

«Lorsque l'un de vous boit, qu'il ne boive pas en une seule respiration (*)».

(Rapporté par Al Hakim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°626)

 

(*) Boire en une seule respiration est permis (voir la Silsila Sahiha, hadith n°386) mais la sounna est de boire en 3 respirations comme le faisait le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui).

 

عن أبي قتادة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم

إذا شرب أحدكم فلا يشرب بنفس واحد
(رواه الحاكم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٦٢٦)

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Manger des fruits avant les repas

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Manger des fruits avant les repas

Allâh Le Très-Haut a dit : 

 

وَأَمْدَدْنَاهُم بِفَاكِهَةٍ وَلَحْمٍ مِّمَّا يَشْتَهُونَ

 

«Nous les pourvoirons abondamment des fruits et des viandes qu'ils désireront.»

 

Allâh Le Très Haut a dit également : 

 

وَفَاكِهَةٍ مِمَّا يَتَخَيَّرُونَ , وَلَحْمِ طَيْرٍ مِمَّا يَشْتَهُونَ

 

«[…] Et des fruits de leur choix, et toute chair d'oiseau qu'ils désireront.»

 

Abû Hurayra رضي الله عنه rapporte :

 

فجاءهم بعذق فيه بسر وتمر ورطب، فقال: كلوا من هذه، ثم أخذ المدية وانطلق ليذبح لهم

 

«[…] Et Il (le Compagnon Mâlik Ibn at-Tahyân) est revenu vers eux (c'est à dire : vers le Messager d'Allâh, Abou Bakr et Omar) avec des grappes de raisins et de dattes en leur disant : «Mangez de ceci !» 

Ensuite il a pris le couteau pour immoler un mouton pour eux […]»

Source: Sahîh Mouslim (2038) 

Commentaire

 

Al-hâfidh An-Nawawî et l’Imâm Ar-Râzî ont dit qu'Allâh Le Très-Haut a cité dans ces versets les fruits avant les autres nourritures pour les repas des gens du Paradis, et que ceci prouve que de commencer par les fruits avant les repas est recommandé et préférable.

 

Al-hâfidh an-Nawawî a commenté le Hadîth narré plus haut en disant : 

 

فيه دليل على استحباب تقديم الفاكهة على الخبز واللحم وغيرهما

 

«[…] Il y a (à travers ce hadith) une preuve qui montre la recommandation de commencer à manger les fruits avant le pain, la viande et autres nourritures.» 

Source: Charh Sahîh Muslim (13/213)

Complément

 

'Aisha rapporte :

 

كان يأكل البطيخ بالرطب فيقول: نكسر حر هذا ببرد هذا وبرد هذا بحر هذا

 

«Le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم mangeait du melon (البطيخ) avec des dattes en disant : 

«Nous éteignons la chaleur de celui-la avec la fraîcheur de celui-ci, et la fraîcheur de celui-ci avec la chaleur de celui-là.»» 

Source: Sunan Abi Dawûd 3836. Voir : Silsilat al-Ahâdîth as-Sahîha (1/86 - n°57)

 

L’Imâm Ibn Qayyim a dit: 

ينبغي أكله قبل الطعام

«Il convient de le manger avant les repas […]»  

Source: Zâd al-Ma'âd (3/175)

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Jeter les restes de nourriture dans la poubelle (vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Jeter les restes de nourriture dans la poubelle (vidéo)

Évitez de jeter le reste de nourriture avec les déchets, sans l'avoir séparé clairement.

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Buffet à volonté... ?! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Buffet à volonté... ?! (audio-vidéo)

Question :

 

Qu'Allâh soit Bienfaisant envers Ô détenteur de vertu.

 

Ce questionneur dit : J'ai entendu dire de votre éminence que vous auriez dit que le buffet à volonté est haram.

 

Est-ce exact et quelle en est la raison ?

 

Réponse : 

 

Cette parole je ne l'ai pas dite.

 

C'est un mensonge.

 

J'ai été questionné sur celui qui entre dans un buffet (dit à volonté) et mange ce qu'il veut pour un prix fixe.

 

(Il paye le prix) 50 riyals et il mange ce qu'il veut sans restriction.

 

Ceci est une inconnue.

 

Ce qu'il mange (comme quantité) est une inconnue.

 

C'est une condition dans l'achat et la vente (que l'objet de) la vente soit connu.

 

J'ai dit que cette ignorance n'est pas autorisée.

 

Na3am.

 

Si quelqu'un limite ce qu'il va manger et il dit : "Je vais manger tant et tant", (alors) il n'y a pas d'opposition.

 

Toutefois, s'il lui est dit : "Mange tout ce que tu veux et tu ne paieras que 5 ou 10 riyals", alors ceci est une inconnue.

 

Ce n'est pas permis. 

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>