29 articles avec animaux - الحيوانات

L'urine des animaux comestibles est pure

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'urine des animaux comestibles est pure

Question :

 

Est-il permis de se laver la tête avec du "Wizr", l'urine des chameaux et prier dans cet état ?

 

Est-il permis de se laver la tête avec l'urine des moutons et prier dans cet état ?

 

Est-il permis d'accomplir la prière dans la bergerie ?

 

Réponse :

 

Louange à Allâh et prière et salut sur le Prophète, sa famille et ses compagnons.

 

Après ce préambule :

 

Premièrement 

 

L'urine des animaux dont la viande est, selon la Charia, consommable, est pure.

 

Si l'on applique cette urine sur le corps pour une certaine raison valable, il n'y a aucun inconvénient à prier dans cet état.

 

Deuxièmement 

 

Il est autorisé de faire la prière dans les bergeries, en vertu des hadiths authentiques rapportés du Prophète صلى الله عليه وسلم, relatifs à cette question.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 2 de la Fatwa numéro 9009

Publié par alifta.net

بول ما يؤكل لحمه طاهر

س2: أ- هل يجوز غسل الرأس بوزر (ببول) الإبل والصلاة به؟ب- هل يجوز غسل الرأس بوزر (ببول) الغنم والصلاة به؟جـ- هل يجوز الصلاة في غرفة الغنم؟

جـ2: الحمد لله وحده، والصلاة والسلام على رسوله وآله وصحبه.. وبعد:أولاً: بول ما يؤكل لحمه طاهر، فإذا استعمل في البدن لحاجة فلا حرج من الصلاة به.ثانيًا: تجوز الصلاة في غرفة الغنم ومرابضها؛ لأنه قد ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم ما يدل على ذلك.وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الثاني من الفتوى رقم - 9009

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Les animaux cités dans le coran (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les animaux cités dans le coran (dossier)

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Tuer les lézards (gecko)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Tuer les lézards (gecko)

Selon Abu Hourayra رضي الله عنه, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Celui qui tue un lézard (gecko) du premier coup a tel nombre de bonnes actions.

Celui qui le tue au deuxième coup a tel nombre de bonnes actions, inférieur au précédent.

Et s'il le tue au troisième coup, il a tel nombre de bonnes actions". 

 

Dans une autre version :

 

"Celui qui tue un lézard (gecko) du premier coup, on lui inscrit cent bonnes actions.

Si c'est du deuxième coup, il en a un nombre moindre.

Et si c'est au troisième coup, il en a un nombre encore plus petit". 

 

Rapporté par Mouslim 2240 - 146/147

Riyad As-salihin 1864

- وعن أبي هريرة رضي الله عنه قال: قال رسول الله

من قتل وزغةً في أول ضربةٍ، فله كذا وكذا حسنةً، ومن قتلها في الضربة الثانية، فله كذا وكذا حسنةً دون الأولى، وإن قتلها في الضربة الثالثة، فله كذا وكذا حسنة

وفي روايةٍ

من قتل وزغاً في أول ضربةٍ، كُتب له مائة حسنةٍ، وفي الثانية دون ذلك، وفي الثالثة دون ذلك

رواه مسلم (2240) 146 و147

Les lézards (geckos) soufflaient sur le feu pendant qu'Ibrahim s'y trouvait

 

Selon Oum Charik رضي الله عنها, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم lui ordonna de tuer les lézards (gecko) en disant :

 

"Ils soufflaient en effet sur le bûcher où se trouvait Ibrahim".

Rapporté par Al-Boukhâri 6/28 et Mouslim 2237

Ryad As-salihin 1863

وعن أم شريكٍ رضي الله عنها أن رسول الله  أمرها بقتل الأوزاغ وقال

كان يَنفخ على إبراهيم

متفقٌ عليه

البخاري 6/281، ومسلم2237

L'érudit Cheikh Mohamed Ibn 'Outheymin رحمه الله dit en explication de ces hadiths dans le sens :

 

Ces deux hadiths concernent le fait de tuer le gecko.

 

Et le gecko est un lézard.

 

Il s'agit de celui qui vient dans les maisons et cause du tort aux gens.

 

Et le prophète صلى الله عليه وسلم a certes ordonné de le tuer.

 

Et il y avait chez Aïsha رضي الله عنها une lance avec laquelle elle suivait les geckos et les tuait.

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a informé que celui qui le tue du premier coup aura tant et tant de récompense, et du deuxième coup il aura moins, et du troisième il aura moins.

 

Tout cela afin d'inciter les musulmans à prendre l'initiative de le tuer, et le tuer doit se faire avec force afin qu'il meure du premier coup.

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم l'a nommé pervers, et il nous a informé qu'il soufflait le feu sur Ibrahim - et le refuge est en Allâh - lorsque ses ennemis le jetèrent dans le feu afin que sa flamme s'intensifie.

 

Ce qui indique sa totale hostilité envers les adeptes du tawhid et du culte pur.

 

C'est pour cela que l'individu doit poursuivre les geckos dans sa maison ou dans les marchés, ou dans la mosquée, et les tuer, se conformant à l'ordre du Prophète صلى الله عليه وسلم, et espérant la rétribution et la récompense.

 

Car il y a dans le hadith d'Abî Hurayrah, que l'auteur a mentionné, le fait que celui qui le tue du premier coup a 100 bonnes actions, et du deuxième coup 70 bonnes actions, et du troisième au-dessous de cela.

 

Et chaque personne parmi nous, œuvre à récolter les bonnes actions.

 

Nous demandons à Allâh de nous y guider.

 

Sois donc ardent mon frère à tuer le gecko, soit avec ta main, soit avec la sandale, soit avec la pierre, soit avec le caillou ou avec autre que cela.

 

Et nous avons vu précédemment que la Mère des Croyants Aïsha رضي الله عنها avait préparé à cet effet, une chose qui ressemblait à une lance, avec laquelle elle tuait les geckos.

 

Et c'est Allâh qui accorde la réussite.

 

Explication de Ryad As-Salihin - Tome 6 - Page 693

 

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les cinq animaux nuisibles (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les cinq animaux nuisibles (audio)

Les cinq nuisibles sont :

 

le rat,

le scorpion,

le chien enragé,

le corbeau et

le milan. [1]  

 

Le Prophète عليه الصلاة والسلام dit à leur sujet : 

 

«Il y a cinq animaux qui sont tous nuisibles et qui doivent être tués en tous lieux, profanes et sacrés [2]  

 

Il est donc recommandé de les tuer en état de sacralisation ou non, à l’intérieur du périmètre sacré (al-Haram) ou en dehors, à cause de leur nuisance et du mal qu’ils causent parfois.

 

Il en est de même pour tout animal qui, par analogie (Qiyâs), serait comparable ou pire.

 

Néanmoins, les serpents trouvés dans les maisons ne sont tués qu’après les avoir sommés trois fois de sortir, de peur qu’ils ne fassent partie des Jinns, sauf pour (deux sortes) : Al-abtar et dhut-Tafifatayn qui sont tués même dans les maisons car le Prophète صلى الله عليه وسلم ne l’a interdit que pour les autres serpents. [3]  

 

Al-abtar (الأبتر) est celui dont la queue est courte, et dhut-tafifatayn (ذو الطفيتين) est celui qui a deux traits sur le dos.

 

Ces deux sortes de serpents doivent  être tués dans tous les cas, contrairement aux autres qui ne sont tués qu’après les avoir sommés trois fois de quitter les lieux, en disant par exemple : «Je te somme de quitter ma maison» ou toute autre phrase qui est une mise en garde et qui lui indique l’interdiction de rester dans la maison.

 

Après cela, si le serpent n’est toujours pas sorti, c’est qu’il n’est pas un Jinn ou, si c’en était un, qu’il ne mérite plus d’être respecté, il est donc tué.

 

Si toutefois le serpent venait à l’agresser, il lui est permis de le repousser, même dès la première fois.

 

Si cela a pour conséquence de tuer le serpent ou qu’on ne puisse repousser l’agression qu’en le tuant, dans ce cas, on a le droit de le faire, c’est une légitime défense. 

 

[1] Il s’agit de deux oiseaux : Ghurab ne désigne pas, ici, le corbeau commun, mais un oiseau charognard, peut-être le vautour ? Quant à la Hidâ’a, c’est un rapace chassant des rats. Voir respectivement Fath ul-Bâri, hadith n°1829 et Lisânul-‘Arab, article h-d-’. [N. du T.]. 

[2] Al-Bukhârî, chapitre du pèlerinage, n°1829 et Muslim, chapitre du pèlerinage, n°1198. 

[3] Al-Bukhârî, chapitre du début de la création, n°3297 et n°3298 et Muslim, chapitre de la paix, n°2233.

 

Fatâwâ Islâmiyya tome 4, pages 450 et 451. 

Publié par fatawaislam.com

ما هي الفواسق الخمس ؟

 الفواسق الخمسة هي: الفارة، والعقرب، والكلب العقور، والغراب، والحدأة. هذه هي  الخمسة التي قال فيها النبي عليه الصلاة والسلام

 خمس كلهن فواسق يقتلن في الحل والحرم

فيسن للإنسان أن يقتل هذه الفواسق الخمسة وهو محرم أو محل، داخل أميال الحرم أو خارج أميال الحرم؛ لما فيها من الأذى والضرر في بعض الأحيان، ويقاس في هذه الخمسة ما كان مثلها أو أشد منها، إلا أن الحيات التي في البيوت لا تقتل إلا بعد أن يحرج عليها ثلاثاً؛ لأنه يخشى أن تكون من الجن إلا الأبتر وذو الطفيتين فإنه يقتل ولو في البيوت؛ لأن الرسول صلى الله عليه وسلم نهى عن قتل الجنان التي في البيوت إلا الأبتر وذو الطفيتين، فإذا وجدت في بيتك حية فإنك لا تقتلها إلا أن تكون أبتر أو ذا الطفيتين. الأبتر يعني قصير الذنب، فالأبتر فهو قصير الذنب، وذو الطفيتين هما خطان أسودان على ظهره. فهذان النوعان يقتلان مطلقاً، وما عداهما فإنه لا يقتل ولكنه يحرج عليه ثلاث مرات؛ بأن يقول لها: أحرج عليك أن تكوني في بيتي. أو كلمة نحوها مما يدل على أنه ينذرها ولا يسمح لها بالبقاء في بيته، فإن بقيت بعد هذا الإنذار فمعنى ذلك أنها ليست بجن، أو أنها وإن كانت جناً فقد أهدرت حرمتها، حينئذٍ يقتلها. ولكن لا يعتبر عليه في هذه الحال، فإن له أن يدافعها لو بأول مرة، فإن أدى إلى قتلها لم تندفع مهاجمتها إلا بقتلها فله أن يقتلها حينئذٍ؛ لأن ذلك من باب الدفاع عن النفس

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Tuer les insectes domestiques (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Tuer les insectes domestiques (audio)

Question :

 

Est-il permis de tuer les insectes domestiques tels que les fourmis, les cafards etc.. avec de l'eau ou du feu.

 

Si cela n'est pas permis que doit-on faire ?

 

Réponse :

 

Si ces insectes sont nuisibles on doit les tuer non avec du feu mais au moyen des insecticides, selon cette parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Il n'y a aucun reproche à faire à celui qui tue l'une de ces cinq bêtes perverses même au sein du sanctuaire (de La Mecque) et durant la sacralisation : Le corbeau, le milan, le scorpion, la souris et le chien enragé."

 

Dans un autre hadith authentique est mentionné le serpent.

 

Ce hadith authentique rapporté du Prophète صلى الله عليه وسلم, fait état de la légitimité de tuer ce qui est cité ainsi que leurs semblables comme les fourmis et les cafards, les moustiques, les mouches, et les bêtes féroces en guise de repousser leur danger.

 

Mais si l'insecte est du genre qui ne nuit pas on ne doit pas le tuer, car :

 

"Le Prophète صلى الله عليه وسلم interdit de tuer la fourmi, l'abeille, la huppe et la pie-grièche s'ils ne nuisent pas."

 

S'ils nuisent, ils sont classés parmi les cinq animaux mentionnés dans le précédent hadith.

 

Allâh est le garant de l’assistance

 

(Numéro de la partie: 7, Numéro de la page: 145)

Publié par alifta.net

حكم قتل الحشرات التي توجد في البيت مثل النمل والصراصير وما أشبه ذلك

الحشرات التي توجد في البيت مثل النمل والصراصير وما أشبه ذلك هل يجوز قتلها بالماء أو بالحرق، وإن لم يجز فماذا نفعل ؟

هذه الحشرات إذا حصل منها الأذى تقتل لكن بغير النار من أنواع المبيدات، لقول النبي صلى الله عليه وسلم

خمس من الدواب كلهن فواسق يقتلن في الحل والحرم الغراب والحدأة والفأرة والعقرب والكلب العقور

 وجاء في الحديث الآخر  الصحيح ذكر الحية

وهذا الحديث الصحيح عن النبي صلى الله عليه وسلم يدل على شرعية قتل هذه الأشياء المذكورة وما في معناها من المؤذيات كالنمل والصراصير والبعوض والذباب والسباع دفعا لأذاها، أما إذا كان النمل لا يؤذي فإنه لا يقتل؛ لأن

النبي صلى الله عليه وسلم نهى عن قتل النملة والنحلة والهدهد والصرد

وذلك إذا لم يؤذ شيء منها أما إذا حصل منه أذى فإنه يلحق بالخمس المذكورة في الحديث

والله ولي التوفيق

(الجزء رقم : 7، الصفحة رقم: 145)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Enfermer des oiseaux dans des cages

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Enfermer des oiseaux dans des cages

Question : 

 

Est-il permis d’enfermer quelques oiseaux dans des cages pour décorer les maisons ou les jardins ?

 

Réponse :

 

Il n’y a pas de mal à cela si celui qui les enferme leur assure nourriture et boisson.

 

En effet, le Prophète صلى الله عليه وسلم a raconté que :

 

"Une femme a été châtiée en Enfer à cause d’une chatte qu’elle avait enfermée.

Elle ne l’avait pas nourrie ni abreuvée, et ne l’avait pas non plus laissée en liberté pour qu’elle mange les petites bêtes de la terre." (1)

Ce hadith est reconnu authentique par Al-Bukhârî et Muslim.

 

Il prouve que si cette femme avait nourri et abreuvé cette chatte tout en l’ayant enfermée, elle n’aurait pas été châtiée.

 

Et c’est Allâh Qui accorde le succès.

 

(1) Rapporté par Al-Bukhârî dans les récits des prophètes (n°3482), et Muslim dans le chapitre du salut (n°2242).

 

Fatâwâ Islâmiyya vol. 4 - page 449.

Publié par fatawaislam.com

السؤال : هل يجوز حبس بعض الطيور في الأقفاص لغرض الزينة في البيوت والحدائق ؟

الجواب : لا حرج في ذلك إذا قام حابسها بما يلزم لها من الطعام والماء؛ لأن النبي صلى الله عليه وسلم ذكر

عُذِّبَتِ امْرَأَةٌ فِي هِرَّةٍ سَجَنَتْهَا حَتَّى مَاتَتْ؛ فَدَخَلَتْ فِيهَا النَّارَ؛ لا هِيَ أَطْعَمَتْهَا وَسَقَتْهَا إِذْ حَبَسَتْهَا، وَلا هِيَ تَرَكَتْهَا تَأْكُلُ مِنْ خَشَاشِ الأَرْضِ

متفق على صحته [1] .فدل ذلك على أنها لو أطعمتها وسقتها مع حبسها لها لم تعذَّب . وبالله التوفيق

[1]

البخاري ( 3482)، ومسلم (2242 ). و(خَشَاش الأرض): هَوَامُّها وحشراتها، الواحدة: خَشَاشة. «النهاية» لابن الأثير 2/32

 فتاوى إسلامية 4/449

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Les animaux jusqu'aux poissons dans la mer invoquent pour celui qui recherche la science

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les animaux jusqu'aux poissons dans la mer invoquent pour celui qui recherche la science

Selon Abou Oumâma رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«La supériorité du savant sur le dévot est comparable à la mienne par rapport au plus petit d'entre vous.»

Puis le Prophète صلى الله عليه وسلم ajouta :

«Allâh, Ses anges, les habitants des Cieux et de la Terre - jusqu'à la fourmi dans son trou et au poisson dans la mer - prient en faveur de celui qui enseigne le bien aux gens »

Rapporté par At-tirmidhi 2686 et authentifié par Cheikh Al Albani

 وعن أبي أُمامة، رضي الله عنه، أن رسول الله قال

فضلُ العالم على العابد كفضلي على أدناكم

ثم قال رسول الله

إن الله وملائكته وأهل السماوات والأرض حتى النملة في جُحرها وحتى الحوت ليصلون على مُعلمي الناس الخير

 رواه الترمذي (2686) وقال: حديث حسن

وهو صحيح

Abou Darda' رضي الله عنه a dit :

 

«Celui qui emprunte une voie en quête d'un savoir, Allâh lui facilite l'accès au Paradis.

Les anges recouvrent de leurs ailes celui qui recherche le savoir en signe de satisfaction pour ce qu'il fait.

Ceux qui se trouvent dans les Cieux et sur la Terre ainsi que les poissons dans l'eau demandent pardon pour le savant.

La supériorité du savant sur le dévot est comparable à la supériorité de la lune par rapport aux autres astres.

Les savants sont les héritiers des prophètes.

Or, les prophètes n'ont laissé en héritage ni dinar ni dirham, ils n'ont légué que la science.

Celui donc qui s'empare (de cet héritage) recueille une part (de bien) considérable.»

Rapporté par Abu Dawud n°3641 et authentifié par Cheikh Al Albani

 وعن أبي الدرداء، رضي الله عنه، قال: سمعت رسول الله  يقول

"من سلك طريقاً يبتغي فيه علماً سهل الله له طريقاً إلى الجنة، وإن الملائكة لتضعُ أجنحتها لطالب العلم رضىً بما يصنعُ، وإن العالم ليستغفرُ له من في السماوات ومن في الأرض حتى الحيتان في الماء، وفضلُ العالم على العابد كفضل القمر على سائر الكواكب، وإن العلماء ورثةُ الأنبياء، وإن الأنبياء لم يُورثوا ديناراً ولا درهماً وإنما ورثوا العلم. فمن أخذهُ أخذ بحظٍ وافرٍ

 2683 رواه أبو داود 3641/3642 والترمذي

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Castrer les chats

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Castrer les chats

Question :

 

En occident ils castrent les chats prétextant la nuisance, quel est donc le jugement de cela ?

 

Réponse :

 

Si les chats sont nombreux et nuisibles et que l'opération ne leur cause aucun tort, alors il n'y a aucun mal, car cela est mieux que de les tuer après leur venu au monde.

 

Mais si les chats sont domestiqués et qu'ils ne nuisent pas, peut-être y a-t-il, dans le fait de les laisser se reproduire, un bien.

 

Fatawa islamiyya, 4/448

 Publié par 3ilmchar3i.net

س- في الغرب يقومون بقطع الغريزة الجنسية عند القطط بدعوى الإيذاء فما حكم ذلك

إذا كانت القطط كثيرة مؤذية ، وكانت العمليَّة لا تؤذيها : فلا حرج ؛ لأن هذا أولى من قتلها بعد خلقها
وأما إذا كانت قططاً معتادة ولا تؤذي : فلعلَّ في بقائها تتنامى خيراً

فتاوى إسلامية - 4 / 448

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Peut-on donner un nom à un animal ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Peut-on donner un nom à un animal ?

Mu'adh ibn Jabal رضى اللَّه عنه rapporte :

 

"J'étais assis derrière le messager d'Allâh صلى اللَّه عليه وسلم sur un âne appelé 'Oufayr." 

 

Sunan Aby Dâwud 55/3 - Kitâb Al-jihad chap 53 "L'homme donnant un nom à son animal" n°2559
Le hadith est authentifié par Cheikh Al-Albani
Publié par 3ilmchar3i.net

خرّج أبو داود من حديث أبى إسحاق عن عمرو بن ميمون، عن معاذ ابن جبل رضى اللَّه عنه، قال

كنت ردف النبي صلى اللَّه عليه وسلم على حمار يقال له عفير

(سنن أبى داود) : 3/ 55، كتاب الجهاد، باب (53) في الرجل يسمى دابته، حديث رقم (2559)

Partager cet article

La bienfaisance envers les animaux

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La bienfaisance envers les animaux

Question :

 

Un frère demande l'avis de cheikh D'Abdul-'Azîz ibn cAbdullah Ben Baz sur la maltraitance des animaux.

 

Réponse :

 

J'ai lu votre lettre datée du 24/10/1982, concernant le déplacement d'animaux de votre pays, l'Australie, vers le Moyen-Orient, qui se déroulent dans de mauvaises conditions, comme l'état des bateaux sur lesquels ils voyagent.

 

Nous prions Allâh qu'Il vous guide ainsi que nos frères musulmans vers Son droit chemin ; et nous vous remercions de votre intérêt pour ce sujet important.

 

Ainsi, nous nous intéressons à votre réponse à la lumière des textes coraniques et prophétiques, incitant à la bienfaisance envers tous les animaux sans distinction, et les hadiths menaçant ceux qui maltraitent aux animaux.  

 

Concernant les textes incitant à la bienfaisance, Allâh dit (traduction rapprochée) :   

 

«Et faites le bien, car Allâh aime les bienfaisants.» (1)   

 

Et la parole du Très-Haut (traduction rapprochée) :   

 

«Certes, Allah commande l'équité, la bienfaisance» (2)  

 

Dans le Sahîh Muslim et dans les Sunan, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit dans un hadith : 

 

«Certes, Allâh a prescrit la bienfaisance dans toutes choses.

Si vous tuez, tuez bien et si vous égorgez, égorgez bien. 

Que chacun de vous aiguise bien son couteau et traite bien la bête sacrifiée (3)  

 

Le hadith de celui qui porta secours au chien haletant met aussi en évidence qu'Allâh accorde une récompense, pardonne les péchés et  remercie celui qui sauve un animal. Selon Abû Hurayra, qu'Allâh l'agrée, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :  

 

«Alors qu'un homme marchait sur une route, voilà qu'il ressentit une grande soif.

Il trouva alors un puits, y descendit et but l'eau du puits.

En remontant, il vit un chien haletant et léchant la terre humide, tellement il avait soif.

L'homme se dit : «Ce chien souffre de la soif autant que j'en souffrais moi-même.»

Il redescendit dans le puits, remplit sa chaussure, la tint avec ses dents et remonta.

Il en abreuva le chien et Allâh loua son acte et lui pardonna ses péchés.»

Ils dirent : «Ô Messager d'Allâh ! Avons-nous une récompense pour nos bonnes actions envers les animaux ?»

Il dit : «(Pour celui qui fait du bien) à toute créature vivante, il y a une récompense.» (4) 

 

Selon Abû Hurayra aussi, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :  

 

«Une des prostituées des Fils d'Israël vit un chien qui tournait autour d'un puits mourant de soif.

Elle ôta sa chaussure, la remplit d'eau du puits et l'en abreuva.

Cela lui valut l'absolution de ses péchés (5)  

 

De même que l'islam a incité à la bienfaisance et l'a rendu obligatoire envers ceux qui la méritent, il a interdit le contraire qui est l'oppression et l'agression.

 

Allâh Le Très-Haut dit (traduction rapprochée) :    

 

«Et n'agressez pas. Allâh (en vérité) n'aime pas les agresseurs.» (6)   

 

Allâh Le Très-Haut (traduction rapprochée) :    

 

«Et quiconque des vôtres est injuste, Nous lui ferons goûter un grand châtiment.» (7)  

 

Dans Sahîh Muslim, Ibn cUmar, qu'Allâh les agrée, passa à côté de jeunes gens qui avaient attaché une poule pour s'en servir comme cible.

 

A la vue d'Ibn cUmar, ils se dispersèrent.

 

Ibn cUmar dit :

 

«Qui a fait cela ?

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a maudit celui qui fait cela.» (8)

 

Toujours dans Sahîh Muslim, selon Anas, qu'Allâh l'agrée, le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit d'enfermer les animaux jusqu'à ce qu'ils meurent. (9) 

 

Dans une autre version du hadith, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :  

 

«Ne prenez pas un être vivant comme cible.»  

 

Selon Ibn cAbbâs, qu'Allâh les agrée, le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit de tuer quatre animaux : l'abeille, la fourmi, la huppe et la pie grièche. (10) 

 

Dans le Sahîh de Muslim, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :  

 

«Une femme est entrée en Enfer pour avoir enfermé une chatte jusqu'à la mort sans lui avoir donné ni à manger ni à boire, et sans la laisser se nourrir des petites bêtes qui se trouvent sur terre.» (11)  

 

Dans les Sunan Abî Dâwûd, selon Abû Wâqid, qu'Allâh l'agrée, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Tout ce qui est coupé d'un animal vivant est considéré comme [viande] morte (c.-à-d. impropre à la consommation).» (12) 

 

At-Tirmidhî l'a rapporté dans le chapitre «Tout ce qui est prélevé d'un animal vivant est considéré comme mort.»  

 

Abû Mass'ûd, qu'Allâh l'agrée, a dit :

 

«Alors que nous étions en voyage avec le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم il s'en alla faire ses besoins.

Nous vîmes alors un oiseau avec ses deux petits.

Nous prîmes les deux oisillons et leur mère se mit à voler au-dessus de nos têtes.

A ce moment arriva le Prophète صلى الله عليه وسلم qui dit :  

«Qui a fait de la peine à cet oiseau en lui prenant ses petits ? Allez, rendez-lui ses enfants !» 

Il vit aussi une colonie de fourmis que nous avions brûlée.

Il dit :  «Qui a brûlé cette colonie ?» 

Nous dîmes : «Nous.»

Il dit : «Il n'appartient qu'au Maître du Feu (Allâh) de châtier par le feu.» (13)

 

Selon Ibn cUmar, qu'Allâh les agrée, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit : 

 

«Quiconque tue un oiseau ou un autre animal plus petit sans lui avoir donné son droit sera interrogé par Allâh Glorifié à son sujet.»

Ils dirent : «Et quel est son droit ?»

Il dit : «L'égorger pour le manger et non le tuer pour le jeter.» (14)  

 

Selon Ibn cAbbâs, qu'Allâh les agrée, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم vit une fois un âne marqué au fer sur le visage et dit :  

 

«Allâh a maudit celui qui l'a marqué.» (15)  

 

Dans une autre version, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a interdit de frapper et de marquer au visage. (16)

 

Ceci comprend aussi bien les hommes que les animaux. 

 

Tous ces textes prouvent l'interdiction de maltraiter les animaux, y compris ceux qu'il est légitime de tuer. 

 

Le sens de ces hadiths et leur contenu met en évidence l'attention que porte l'islam aux animaux, qu'ils soient domestiques ou sauvages. 

 

Par conséquent, il faut que cette attention soit au centre des préoccupations, d'autant plus pour les animaux concernés par la question, d'une part, puisqu'on les mange ou on les garde, et qu'ils font l'objet de règles juridiques concernant les rites et les sacrifices ;  d'autre part, ils sont exposés à beaucoup de peines lors de leur transport par quantités importantes et sur de longues distances. 

 

En effet, durant ces trajets peuvent survenir beaucoup de problèmes comme l'entassement, la soif, la propagation des maladies et d'autres plus graves, qui doivent normalement inciter les responsables à aménager rapidement de meilleures conditions : la nourriture, l'eau, la climatisation, les contrôles médicaux, la séparation des forts et des faibles, du malade et du sain, et ceci dans toutes les étapes, jusqu'à la commercialisation. 

 

Les entreprises commerciales et les sociétés d'import-export en ont actuellement le pouvoir.

 

C'est même une obligation pour leurs propriétaires et ceux qui s'en occupent.  

 

Un autre point désolant auquel il faut prendre garde est la façon d'égorger les animaux comestibles dans beaucoup de pays étrangers, et les étapes de torture qui précèdent l'égorgement, comme les électrodes dans le cerveau afin de l'anesthésier, le fait de les suspendre jusqu'à ce qu'ils passent devant celui qui les égorge, le fait de plumer les oiseaux vivants, de les tremper dans de l'eau bouillante ou de les exposer vivants à la vapeur pour les plumer, en prétendant que cela est plus clément pour eux. 

 

Il va sans dire que ceci est une torture pour les animaux et c'est contraire aux textes invitant à la bienfaisance envers eux.

 

Tout acte contraire à la religion islamique est considéré comme une torture et un manque aux droits des animaux. 

 

Celui qui fait cela sera jugé conformément au hadiths pré-cités et au hadith suivant :

 

«Certes, Allâh jugera entre la brebis sans corne et la brebis cornue.» (17)

 

Que peut-on dire alors, de celui qui approuve la transgression des droits et ses conséquences néfastes, et la pratique ?  

 

En se basant sur les textes juridiques et leurs implications, les savants de la jurisprudence islamique ont montré tout ce qui est obligatoire, recommandé, interdit ou détestable en ce qui concerne les animaux en général, et ont expliqué en détail l'égorgement des animaux propres à la consommation.  

 

Voici quelques règles de bienfaisance recommandées pour l'égorgement :  

 

- Faire boire la bête avant de l'égorger

 

selon le hadith précédent :  

 

«Certes, Allâh a prescrit de pratiquer le bien en toute chose (18)  

 

- Que la lame soit bien aiguisée

 

Que celui qui égorge passe la lame (sur l'endroit approprié) avec force et rapidité, au niveau de la poitrine pour les dromadaires, et de la gorge pour les autres animaux.  

 

- Le dromadaire doit être égorgé debout

 

La patte arrière gauche attachée si possible et dirigé en direction de la Qibla (la Mecque).  

 

- Les autres animaux doivent être couchés sur le côté gauche en direction de la Qibla

 

Le pied de celui qui égorge sur la nuque de la bête, sans l'attacher et sans lui casser ni lui ôter quoi que ce soit avant qu'elle ne soit morte.

 

Il est détestable de lui trancher la tête avant qu'elle soit morte, de même que de l'égorger devant une autre bête.  

 

Ceci est recommandé au moment de l'égorgement, par miséricorde et bienfaisance envers l'animal.

 

Le contraire est détestable, comme par exemple le tirer par les pattes pour le déplacer.

 

Il est rapporté par cAbdur-Razzâq, qu'IbncUmar, qu'Allâh les agrée, lui et son père, a vu un homme en train de tirer une brebis par la patte afin de l'égorger.

 

Il lui dit :

 

«Malheur à toi : tu l'emmènes à la mort, fais-le donc convenablement.» (19)  

 

De même, il est détestable d'aiguiser le couteau devant l'animal quand on veut l'égorger, selon le hadith dans leMusnad de l'imam Ahmad, d'après Ibn cUmar, qu'Allâh les agrée :

 

«Le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a ordonné d'aiguiser les couteaux hors de la vue des bêtes» (20)

 

Et selon le hadith dans le Mucjam at-TabarânîAl-Kabîr et Al-Awsat, avec des rapporteurs remplissant les conditions du Sahîh, selon cAbdullah Ibn cAbbâs, qu'Allâh les agrée :

 

«Le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم passa à côté d'un homme qui avait son pied sur la nuque d'une bête, en train d'aiguiser son couteau au vu de la bête.

Il lui dit alors : «Tu aurais dû le faire avant ! Veux-tu la tuer deux fois ?» (21)  

 

Pour les animaux que l'on ne peut égorger comme les bêtes sauvages ou les dromadaires indociles, il est permis de leur tirer une flèche, après avoir prononcé le nom d'Allâh («Bismillah»), afin de faire couler le sang, sans l'atteindre dans une partie osseuse ou un ongle.

 

Même si la flèche tue l'animal, il est permis de le manger, puisque c'est la seule manière de le tuer dans ce cas.  

 

Ceci est un simple résumé des textes, en réponse à votre question, parmi tant de hadiths authentiques concernant le transport des animaux en général.

 

En effet, l'islam est la religion de la miséricorde, la loi de la bienfaisance, un mode de vie complet et une voie menant à Allâh et Son Paradis.

 

Il incombe donc de prêcher les gens vers l'islam, de juger selon sa loi, de faire l'effort de le propager parmi ceux qui n'en n'ont pas connaissance et de rappeler à l'ensemble des musulmans les règles et les objectifs qu'ils ignorent, et faire tout ceci sincèrement pour Allâh.

 

Les objectifs de la Législation islamique sont le summum de la justice et de la sagesse.

 

Donc, tous les animaux ne nous sont pas interdits, contrairement aux bouddhistes et tous ne sont pas licites, contrairement aux mangeurs de porc et d'animaux sauvages.

 

Cette Loi préserve les droits de la personne, ses biens et son honneur.  

 

Nous remercions Allâh pour Ses grâces, dont la meilleure d'entre elles est l'islam.

 

Nous l'implorons pour qu'Il fasse triompher Sa religion, pour que Sa parole soit élevée et qu'Il n'éloigne pas les mécréants de l'islam à cause de nous et notre négligence.  

 

Paix et salut d'Allâh sur notre Prophète, celui qui a transmis le message clair, sur sa famille et ceux qui ont suivi sa voie jusqu'au Jour Dernier.

 

Que la paix, la miséricorde d'Allâh et Sa bénédiction soient sur vous. 

 

(1) La Vache, v. 195.  

(2) Les Abeilles, v. 90.  

(3) Muslim dans le chapitre de la chasse (1955).  

(4) Al-Bukhârî dans le chapitre du comportement (6009), Muslim dans le chapitre de la paix (155-2244). 

(5) Muslim dans son Sahîh dans le chapitre de la paix (155-2244).  

(6) La Table Servie, v. 87  

(7) Le Discernement, v. 19.  

(8) Al-Bukhârî dans chapitre des sacrifices (5515), Muslim dans le chapitre de la chasse (1958).  

(9) Al-Bukhârî dans chapitre des sacrifices (5513), Muslim dans le chapitre de la chasse (1956).  

(10) Abû Dâwûd dans le chapitre du comportement (5267), Ibn Mâjah dans le chapitre de la chasse (3223) avec une chaîne de rapporteurs authentique.  

(11) Al-Bukhârî dans le chapitre des histoires des prophètes (3487), Muslim dans le chapitre de la paix (2242). 

(12) Abû Dâwûd dans le chapitre de la chasse (2858), At-Tirmidhî dans le chapitre des nourritures (1480), Ibn Mâjah dans le chapitre de la chasse (3216).  

(13) Abû Dâwûd dans le chapitre du Jihâd (2675), dans le chapitre du comportement (5268), Ahmad (1/404).  

(14) An-Nassâ'î dans le chapitre de la chasse (7/207), Al-Hâkim (4/233) et il l'a authentifié.  

(15) Muslim dans le chapitre du vêtement (2117).  

(16) Muslim dans le chapitre du vêtement (2116).  

(17) Muslim dans le chapitre du bon comportement (2582), Ahmad (1/72).  

(18) Muslim dans le chapitre de la chasse (1955).  

(19) 'Abdur-Razzâq dans son Mussannaf (8605).  

(20) Ahmad (2/108).  

(21) At-Tabarânî dans Al-Kabîr (11956), dans Al-Awsat (3509). Al-Haythamî a dit dans Al-Majmac (4/33) : «Les rapporteurs remplissent les conditions du Sahîh.» 

 

Magazine ad-Dac wa, n°910.  

Publié par fatawaislam.com

من عبد العزيز بن عبد الله بن باز إلى جناب الأخ المكرم

سلام عليكم ورحمة الله وبركاته أما بعد
فقد اطلعت على رسالتكم المؤرخة في 24/10/1982 م بخصوص ما رغبتم في كتابته منا في موضوع نقل الحيوان من بلادكم باستراليا إلى الشرق الأوسط وما يتعرض له من ظروف الشحن السيئة وأحوال السفن التي ينقل عليها، وما ينتج من الزحام وما إلى ذلك. وإذ ندعو الله أن يسلك بنا وبكم وإخواننا المسلمين صراطه المستقيم لنشكركم على اهتمامكم بهذا الجانب المهم، كما تسرنا إجابتكم على ضوء نصوص الكتاب الكريم والسنة المطهرة الواردة بالحث على الإحسان الشامل للحيوان مأكول اللحم وغير مأكولة مع طائفة من الأحاديث مما صح في الوعيد لمعذبه سواء كان ذلك نتيجة تجويع أو إهمال في حالة نقل أو سواه

فمما جاء في الحث على الإحسان الشامل للحيوان وسواه قوله تعالى

وَأَحْسِنُوا إِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ الْمُحْسِنِينَ - سورة البقرة الآية 195

 وقوله تعالى

إِنَّ اللَّهَ يَأْمُرُ بِالْعَدْلِ وَالْإِحْسَانِ - سورة النحل الآية 90

 الآية، وقول النبي صلى الله عليه وسلم فيما رواه مسلم وأصحاب السنن

إن الله كتب الإحسان على كل شيء فإذا قتلتم فأحسنوا القتلة وإذا ذبحتم فأحسنوا الذبحة وليحد أحدكم شفرته وليرح ذبيحته

 وفي رواية

فأحسنوا الذبحة وليحد أحدكم شفرته وليرح ذبيحته

، وفي إغاثة الملهوف منه صح الخبر بعظيم الأجر لمغيثه وغفران ذنبه وشكر صنيعه، فعن أبي هريرة رضي الله عنه أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال

بينما رجل يمشي بطريق اشتد عليه العطش فوجد بئرا فنزل فيها فشرب ثم خرج فإذا كلب يلهث يأكل الثرى من العطش، فقال الرجل: لقد بلغ هذا الكلب من العطش مثل الذي بلغ مني، فنزل البئر فملأ خفه ماء ثم أمسكه بفيه حتى رقى فسقى الكلب فشكر الله له فغفر له

 فقالوا: يا رسول الله إن لنا في البهائم أجراً فقال

في كل كبد رطبة أجر

وعنه قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

بينما كلب يطيف بركية قد كاد يقتله العطش إذ رأته بغي من بغايا بني إسرائيل فنزعت موقها فاستقت له به فسقته فغفر لها به

رواه مسلم في صحيحه، وكما حث الإسلام على الإحسان وأوجبه لمن يستحقه نهى عن خلافه من الظلم والتعدي فقال تعالى

وَلا تَعْتَدُوا إِنَّ اللَّهَ لا يُحِبُّ الْمُعْتَدِينَ - سورة البقرة الآية 190

 وقال تعالى

 وَمَنْ يَظْلِمْ مِنْكُمْ نُذِقْهُ عَذَابًا كَبِيرًا - سورة الفرقان الآية 199

، وفي صحيح مسلم أن ابن عمر رضي الله عنهما مر بنفر قد نصبوا دجاجة يترامونها، فلما رأوا ابن عمر تفرقوا عنها،

فقال ابن عمر:من فعل هذا؟

إن رسول الله صلى الله عليه وسلم لعن من فعل هذا 

وفيه عن أنس رضي الله عنه نهى رسول الله أن تصبر البهائم - أي تحبس حتى تموت- وفي رواية عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال

 لا تتخذوا شيئا فيه الروح غرضا

 وعن ابن عباس رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم

نهى عن قتل أربع من الدواب: النحلة والنملة والهدهد والصرد

 رواه أبو داود بإسناد صحيح

وفي صحيح مسلم أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال

عذبت امرأة في هرة سجنتها حتى ماتت فدخلت فيها النار لا هي أطعمتها وسقتها إذ هي حبستها ولا هي تركتها تأكل من خشاش الأرض

، وفي سنن أبي داود عن أبي واقد رضي الله عنه قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

ما قطع من البهيمة وهي حية فهو ميت

 وأخرجه الترمذي بلفظ

ما قطع من الحي فهو ميت

، وعن أبي مسعود قال: كنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم في سفر فانطلق لحاجته فرأينا حمّرة معها فرخان فأخذنا فرخيها فجاءت الحمرة تعرش فجاء النبي صلى الله عليه وسلم فقال

من فجع هذه بولدها ردوا ولدها إليها

 ورأى قرية نمل قد حرقناها فقال

 من حرق هذه

 قلنا: نحن قال

 إنه لا ينبغي أن يعذب بالنار إلا رب النار

رواه أبو داود. وعن ابن عمر رضي الله عنهما أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال

 ما من إنسان قتل عصفورا فما فوقها بغير حقها إلا سأله الله عز وجل عنها

 قيل: يا رسول الله وما حقها؟ قال

أن يذبحها فيأكلها ولا يقطع رأسها فيرمي به

 رواه النسائي والحاكم وصححه. وعن ابن عباس رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم مر على حمار قد وسم في وجهه فقال

لعن الله الذي وسمه

 رواه مسلم وفي رواية له

نهى رسول الله صلى الله عليه وسلم عن الضرب في الوجه وعن الوسم في الوجه

 وهذا شامل للإنسان والحيوان

فهذه النصوص وما جاء في معناها دالة على تحريم تعذيب الحيوان بجميع أنواعه حتى ما ورد الشرع بقتله، ومنطوق هذه الأدلة ومفهومها الدلالة على عناية الإسلام بالحيوان سواء ما يجلب له النفع أو يدرأ عنه الأذى، فالواجب جعل ما ورد من ترغيب في العناية به وما ورد من ترهيب في تعذيبه في أي جانب يتصل به أن يكون نصب الأعين وموضع الاهتمام، ولا سيما النوع المشار إليه من الأنعام لكونه محترما في حد ذاته أكلا ومالية، ويتعلق به أحكام شرعية في وجوه الطاعات والقربات من جهة، ومن أخرى لكونه عرضة لأنواع كثيرة من المتاعب عند شحنه ونقله بكميات كبيرة خلال مسافات طويلة، ربما ينتج عنها تزاحم مهلك لضعيفها، وجوع وعطش وتفشي أمراض فيما بينها، وحالات أخرى مضرة تستوجب النظر السريع والدراسة الجادة من أولياء الأمور بوضع ترتيبات مريحة شاملة لوسائل النقل والترحيل والإعاشة، من إطعام وسقي وغير ذلك من تهوية وعلاج، وفصل الضعيف عن القوي الخطر، والسقيم عن الصحيح في كل المراحل حتى تسويقها قدر المستطاع، وهو اليوم شيء ممكن للمؤسسات المستثمرة والأفراد والشركات المصدرة والمستوردة وهو من واجب نفقتها على ملاكها ومن هي تحت يده بالمعروف. ومما يؤسف له ويستوجب الإنكار والتحذير منه: الطرق المستخدمة اليوم في ذبح الحيوان مأكول اللحم في أكثر بلدان العالم الأجنبي وما يمهد له عند الذبح بأنواع من التعذيب كالصدمات الكهربائية في مركز الدماغ لتخديره ثم مروره بكلاليب تخطفه وتعلقه منكسا وهو حي مارا بسير كهربائي حتى موضع من يتولى ذبحه لدى بعض مصانع الذبح والتعليب، ومنها نتف ريش الدجاج والطيور وهي حية أو تغطيسها في ماء شديد الحرارة وهي حية أو تسليط بخار عليها لإزالة الريش زاعمين أنه أرفق بما يراد ذبحه من الحيوان، حسبما هو معلوم عن بعض تلك الطرق للذبح، وهذا فيه من التعذيب ما لا يخفى مخالفته لنصوص الأمر بالإحسان إليه والحث على ذلك في الشريعة الإسلامية السمحاء وكل عمل مخالف لها يعتبر تعديا وظلما يحاسب عليه قاصده، لما سلف ذكره، ولما صح في الحديث

إن الله ليقتص للشاة الجلحاء من الشاة القرناء

فكيف بمن يعقل الظلم ونتائجه السيئة ثم  يقدم عليه. وبناء على النصوص الشرعية ومقتضياتها بوب فقهاء التشريع الإسلامي لما يجب ويستحب أو يحرم ويكره بخصوص الحيوان بوجه عام وبما يتعلق بالذكاة لمباح الأكل بوجه تفصيلي خاص، نسوق طائفة مما يتعلق بجانب الإحسان إليه عند تذكيته، ومنه: المستحبات الآتية

1- عرض الماء على ما يراد ذبحه للحديث السابق

إن الله كتب الإحسان على كل شيء

 الحديث

2- أن تكون آلة الذبح حادة وجيدة، وأن يمرها الذابح على محل الذكاة بقوة وسرعة، ومحله اللبة من الإبل والحلق من غيرها من المقدور على تذكيته

3- أن تنحر الإبل قائمة معقولة يدها اليسرى إن تيسر ذلك موجهة إلى القبلة

4- وذبح غير الإبل مضجعة على جنبها الأيسر موجهه إلى القبلة ويضع رجله على صفحة عنقها غير مشدودة الأيدي أو الأرجل وبدون لي شيء منها أو كسره قبل زهوق روحها وسكون حركتها، ويكره خنع رقبتها قبل ذلك، أو أن تذبح وأخرى تنظر

هذه المذكورات مما يستحب عند التذكية للحيوان رحمة به وإحسانا إليه، ويكره خلافها، وكل ما لا إحسان فيه كجره برجله، فقد روى عبد الرزاق موقوفا أن ابن عمر رأى رجلا يجر شاة برجلها ليذبحها فقال له

ويلك قدها إلى الموت قودا جميلا

أو أن يحد الشفرة والحيوان يبصره وقت الذبح لما ثبت في مسند الإمام أحمد عن ابن عمر رضي الله عنهما قال

أمر رسول الله صلى الله عليه وسلم أن تحد الشفار وأن توارى عن البهائم

وما ثبت في معجمي الطبراني الكبير والأوسط ورجاله رجال الصحيح عن عبد الله بن عباس رضي الله عنهما قال: مر رسول الله صلى الله عليه وسلم على رجل واضع رجله على صفحة شاة وهو يحد شفرته وهي تلحظ إليه ببصرها قال

أفلا قبل هذا ؟ أتريد أن تميتها موتتين

 أما غير المقدور على تذكيته كالصيد الوحشي أو المتوحش، وكالبعير يند فلم يقدر عليه فيجوز رميه بسهم أو نحوه بعد التسمية عليه مما يسيل الدم غير عظم وظفر، ومتى قتله السهم جاز أكله لأن قتله بذلك في حكم تذكية المقدور عليه تذكية شرعية ما لم يحتمل موته بغير السهم أو معه

وهذا جرى ذكره منا على سبيل الإفادة بمناسبة طلبكم لا على سبيل الحصر، لما ورد وصح نقله بشأن الحيوان على اختلاف أنواعه، فالإسلام دين الرحمة وشريعة الإحسان ومنهاج الحياة المتكامل والطريق الموصلة إلى الله ودار كرامته، فالواجب الدعوة له والتحاكم إليه والسعي في نشره بين من لا يعرفه وتذكير عامة المسلمين بما يجهلون من أحكامه ومقاصده ابتغاء وجه الله، فمقاصد التشريع الإسلامي في غاية العدل والحكمة، فلا تحريم من كل نافع حيواني خلافا لما عليه البوذيون، ولا إباحة لكل ضار منه خلافا لما عليه أكلة الخبائث من الخنزير والسباع المفترسة وما في حكمها، ولا ظلم ولا إهدار لحرمة كل محترم من نفس أو مال أو عرض، فنشكر الله على نعمه التي أجلها نعمة الإسلام مع الابتهال إليه أن ينصر دينه ويعلي كلمته وأن لا يجعلنا بسبب تقصيرنا فتنة للقوم الكافرين وصلى الله وسلم على نبينا محمد المبلغ البلاغ المبين وعلى آله وصحبه ومن اهتدى بهديه إلى يوم الدين

والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

A-t-on le droit de tuer les animaux ? (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

A-t-on le droit de tuer les animaux ? (audio)

Question :

 

Quel est le jugement religieux concernant le fait de tuer des animaux de compagnie comme le chat ou autres ?

 

Réponse :

 

Les animaux se divisent en deux catégories :

 

- Ceux dont la nature originelle est la nuisance 

 

Dans ce cas, le fait de les tuer fait partie de la sunnah, que ce soit les animaux qui ont été mentionnés par le prophète صلى الله عليه وسلم comme le scorpion, le rat et le chien enragé ou ceux qui entrent dans cette catégorie pour la même raison à savoir la nuisance.

 

C'est pour cela que les savants ont dit : «fait partie de la sunnah, le fait de tuer tout chose nuisible».

 

Il est autorisé, donc, de tuer ce genre de bêtes, même s'il ne t'est pas nuisible à un moment, car si tu ne le tues pas à ce moment-là, il risquera d'être nuisible à une autre occasion. 

 

- Ceux qui sont inoffensifs 

 

Il ne faut pas les tuer même si le fait des les tuer n'est pas interdit.

 

Je le répète, le mieux serait de ne pas les tuer.

 

Mais à partir du moment où ce genre de bêtes deviennent nuisibles, il t'est alors autorisé de les tuer pour repousser leur nuisance, une fois encore, le mieux serait de ne pas les tuer tant qu'ils ne te sont d'aucune gêne en ce sens que les droits des animaux et des bestioles se divisent, selon le coran et la sunnah, en trois catégories :

 

Ceux qu'il nous a été ordonner de tuer, comme par exemple, le scorpion, le rat, le chien enragé, le serpent, le lézard ou autres.

 

Ceux qu'il nous a été interdit de tuer, comme par exemple, la fourmi, l'abeille, la huppe et (... parole inaudible).

 

Ceux pour lesquels le coran et la sunnah se sont tus, à savoir le reste des animaux et des bestioles.

 

Dans ce cas, le mieux serait de ne pas les tuer.

 

Les tuer correspondrait, au plus bas degré, au fait de tuer une âme sans raison valable.

 

Certains savants disent que tant que ces animaux sont vivants, ils proclament la grandeur d'Allâh et tu auras contribué, en les tuant, à la fin de cette proclamation.

 

En résumé, la règle religieuse concernant ceci est comme je l'ai évoqué en premier lieu, à savoir le fait de ne pas les tuer tant qu'ils ne te sont pas nuisibles et s'ils le deviennent, alors il n'y a aucun inconvénient à les tuer.

 

سلسلة لقاء الباب المفتوح - Silsilah Liqâi-l-bâbi-l-maftûh, cassette n° 67, face A, 25mn 52 s 

Traduit par Abou Abdillah

Publié par sounna.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La vente de chiens et de chats en islam

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

La vente de chiens et de chats en islam

D'après Abî Zubayr :

 

"J'ai interrogé Djâbir sur l'argent (gagné) de la vente de chats et de chiens.

Il a dit : «Le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit cela.»"

Rapporté par Muslim et An-Nassâ-î qui a ajouté : «Sauf les chiens de chasse.»

Le degré d'authenticité du hadîth 

 

L'ajout de An-Nassâ-î a été considéré comme faible par l'Imâm Ahmed.

 

Et An-Nassâ-î l'avait (lui-même) considéré comme mauvais.

 

Et de leur côté, An-Nawawî ainsi que As-Souyoûtî l'ont aussi considéré (cet ajout) comme faible.

 

Il en est sorti un consensus des savants du hadîth sur cela.

 

Les mots utilisés dans le hadîth 

 

Le chat : Qui fait référence à l'espèce animale bien connue [...]

 

Le chien : Parmi les catégories d'animaux féroces qui mordent [...]

 

Interdit : Qui fait référence au fait que le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit et défendu, ce qui est donc une prohibition, sous entendant l'ordre rigoureux de ne pas vendre et de ne pas profiter du gain possible de cela.

 

Ce qu'il y a à prendre du hadîth 

 

1) - Ce hadîth indique l'interdiction de vendre des chats et l'interdiction du bénéfice qui peut être tiré de cela, quand même il est permis d'en garder sans nécessité car il n'y a pas de preuve l'interdisant, et de ce qu'il y a dans les deux Sahîh (le permettant) qui indiquent : 

 

«Une femme est entrée en Enfer dû au fait qu'elle avait enfermé une chatte sans la nourrir, ni en la laissant se nourrir d'insectes de la terre». 

 

La chatte est (comme le chat) une espère pure vivante, et cela est le dogme d'un groupe parmi les savants dont les hanbalites, puisque la légalité d'une vente n'est authentique que pour ce qui est considéré comme une richesse, et les chats ne sont pas considérés comme une richesse.

 

Mais il est rapporté de la majorité des savants la permission de la vente (des chats et des chiens).

 

Ils prennent le hadîth (sur l'interdiction) comme une chose qu'il faut interpréter comme une dissuasion (et non pas d'une interdiction) et que cela fait parti du bon comportement (que de respecter cela).

 

Cela est une chose qui a toujours été entre les gens qui s'offraient ces choses comme dons et prêts, mais ceci contredit le sens apparent (du hadîth).

 

Car la prohibition consiste à s'interdire ce qui est interdit, et c'est ce qui forme une interdiction ferme qui est plus forte qu'une simple interdiction.

 

Et l'interdiction visée ici, serait une absence d'utilité quant au fait d'en tirer profit.

 

2) - Ce hadîth indique l'interdiction de gagner un quelconque bénéfice de la vente de chiens ainsi que l'interdiction de le vendre.

 

Par rapport à ce qui a été rapporté dans les deux Sahîh d'après Abî Mass'oûd :

 

«Le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit la recette faite de la vente du chien.»

 

Le texte qui indique l'interdiction de faire recette (de la vente du chien) indique forcément l'interdiction de la vente.

 

Car les chiens sont une impureté en soi, et il n'y a pas de profit à tirer d'eux, si ce n'est pour un besoin particulier.

 

3) - Le hadîth présent dans les deux Sahîh a sens général.

 

Et ce qui a été rapporté par An-Nassâ-î - comme jugé précédemment - est considéré comme faible : 

 

«Sauf les chiens de chasse.» 

 

En raison de cet ajout, les savants ont divergé pour ce qui est de la permission de vendre (le chien).

 

La majorité des savants - et parmi eux les deux Imâms Ach-Châfi'î et Ahmed - sont d'avis que cela est interdit, même s'il s'agit de chiens de chasse, ou pour l'agriculture ou encore pour les bergers.

 

Mais pour la garde, cela est permis si le besoin s'en fait sentir, mais sans les vendre ou tirer recette (de leur vente).

 

Car la base dans une prohibition est que cela constitue une interdiction arrêtée.

 

Al-Khatâbî a dit : La permission dans le profit d'une chose en cas de nécessité ne rend pas la chose permise pour la vente.

 

Ceci est comme la consommation de la viande morte consommée par nécessité, qui ne rend pas sa vente permise.

 

Selon Abû Hanîfa, il est permis de vendre (le chien) de manière générale (sans restriction), qu'il soit utilisé ou pas.

 

'Atâ Ibn Abî Rabâh et Ibrâhîm An-Nakhi'î disent : Lorsqu'il est permis d'avoir des chiens, sa vente en est permise.

 

Et lorsque sa possession est interdite, sa vente en est aussi interdite.

 

توضيح الأحكام من بلوغ المرام - Tawdhîh ul-Ahkâm min Bouloûgh al-Marâm : 4/245-246

Publié par manhajulhaqq.com

   

Cheikh ‘Abdullâh Ibn ‘Abder-Rahmân al-Bassâm - الشيخ عبد الله البسام

Partager cet article

<< < 1 2