compteur de visite

Catégories

3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 12:15
L’exhortation à la sagesse et à l’harmonie dans la da’wa (vidéo)

Dans le passé j'ai voyagé au Soudan, y a-t-il des gens du Soudan ici ?

J'ai voyagé à Port-Soudan; et les jeunes des Ansār as-Sunnah m'y ont reçu – qu'Allāh vous bénisse.

Ils dirent : « Ô Cheikh, nous aimerions portez quelque chose à votre attention. »

J'ai dit : « Dites-moi. »

Ils dirent : « Dites ce que vous voulez, dites Allāh a dit, le Messager d'Allāh (sallAllāhu ‘alayhi wa sallam) a dit... Qu'Allāh vous bénisse.

Et réfutez ce que voulez comme innovations et comme égarement qu'ils ont.

Le fait d'invoquer autre qu'Allāh, de sacrifier pour, de jurer par, et d'appeler à autre qu'Allāh, etc.

Mais ne dites pas : « Telle et telle secte » ou « Tel et tel Cheikh».

Ne dites pas « La secte Tijāniyyah », « La secte Burhāniyyah », ou [le nom] d'un de leur chefs.

Enseignez-leur simplement la bonne ‘Aqīdah.

Et vous verrez qu'ils accepteront de vous la vérité venant de vous.»

Alors j'ai dit « d'accord » et j'ai suivi cette méthode.

Et j'ai vu qu'ils acceptaient de moi la vérité.

 

(traduction rapprochée)

{ N'injuriez pas ceux qu'ils invoquent en dehors d'Allāh, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance. } (al-An'ām, verset 108)

 

Quand vous insultez leur cheikh, ou dites qu'il est égaré, ou critiquez tel et tel groupe, vous les faites fuir. Ils vous fuirons, et vous aurez un péché, parce que vous avez fait fuir les gens.

 

Quand le Messager d'Allāh (sallallāhu ‘alayhi wa sallam) a envoyé Mu’ādh et Abū Mūsā, il leur a dit :

 

« Rendez les choses faciles, et ne les rendez pas difficiles. Annoncez de bonnes nouvelles, et ne faites pas fuir les gens. »

 

Cela (la méthode dont nous parlons) fait donc parti des méthodes qui comportent aise et bonnes nouvelles; et cela ne fait pas fuir les gens.

Par Allāh, je ne suis pas entré dans une mosquée sans y voir les gens avec des visages souriants.

De même que je ne pouvais pas quitter une mosquée sans que les gens ne se réunissent autour de moi, et m'invitent chez eux.

 

Alors les chefs Soufis, ces chayātīn, virent le danger [que représentait pour eux] cette façon de faire, ce Manhaj et cette Da’wah.

Ils se réunirent donc et préparèrent un discours pour me réfuter.

Ils annoncèrent que le jour suivant, il y aurait un discours que je donnerai dans un grand terrain.

Nous nous y sommes donc rassemblés et j'ai tenu la conférence.

 

Quand j'eus fini, leur chef se leva et [répondit] à ce que j'avais dit.

Il dit qu'il était permis d'invoquer autre qu'Allāh, de prendre des intermédiaires pour intercéder entre soi et Allāh.

Il nia les Attributs d'Allāh, etc., et il renforça ses faussetés par des interprétations erronées.

Quand il eut fini, il n'avait pas vraiment apporté de preuve.

Tout ce dont il s'était servi, c'était des hadiths faibles et fabriqués, et des paroles de gens égarés.

 

Alors je me suis levé et j'ai dit : « Quant à moi, vous m'avez entendu dire : « Allāh a dit... », « le Messager d'Allāh (sallAllāhu ‘alayhi wa sallam) a dit... », et je vous ai rapporté les paroles des savants réputés et respectés. »

Quant à cet homme... l'avez-vous entendu utilisé cela ?

L'avez-vous entendu dire « Allāh a dit... », lorsqu'il a dit qu'il était permis d'invoquer autre qu'Allāh ?!

Vous a-t-il donné la parole des grands imāms comme l'Imām Mālik?

Non.

Tout ce que vous avez entendu ce sont des hadiths faibles et fabriqués, et les paroles de gens qui sont connus pour être superstitieux.

 

De toute façon, il s'est levé et a commencé à me maudire et à m'insulter.

Alors je lui ai souri et ne l'ai pas insulté.

J'ai dit : « Qu'Allāh vous bénisse » et « Qu'Allāh vous récompense », et je suis parti.

 

Par Allāh en dehors de qui nul ne mérite adoration, le jour suivant les gens de cette ville disaient, dans leurs mosquées et dans leurs marchés : « Le Soufisme a été vaincu ! Le Soufisme a été vaincu ! »

 

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 12:25
L'enseignement (التعليم) avant les exhortations (vidéo)

Question : 

 

Honorable Sheykh, waffaqakoumoullah !

 

[Le questionneur] dit : "Je vois certaines personnes âgées parmi les illettrés faire les ablutions sans qu'elles ne nettoient leurs talons et sans qu'ils ne soient atteints par l'eau et cela est dû soit à l'ignorance soit à l'incapacité [liée à l'âge].

 

Quel est votre conseil concernant cela et est-ce que leur prière est valable ?"

 

Réponse :

 

Il est obligatoire de les avertir de cela et de leur ordonner de nettoyer leurs pieds totalement et on ne doit pas les laisser dans leur ignorance.

 

Parce que si tu les laisses dans leur ignorance, tu en auras la responsabilité devant Allah Subhânahou Wa Ta'âlâ.

 

Il vous est par conséquent obligatoire de les avertir et de leur enseigner la manière d'effectuer les ablutions, la manière de se purifier et comment adorer Allah Subhânahou Wa Ta'âlâ.

 

Et ceci est l'affaire des savants et des étudiants en science d'enseigner aux gens les affaires relatives à leur religion... L'enseignement !

 

Néanmoins, se limiter aux conférences, aux sermons [visant à faire peur]; cela n'est pas suffisant et cela n'est pas considéré comme étant de l'enseignement.

 

L'enseignement consiste à ce que tu apprennes aux gens la manière de se purifier, la manière de prier, comment ils doivent sortir leur zakat...

 

Et avant ça, cela consiste à ce que tu enseignes aux gens la croyance [correcte], que tu les avertisses du Shirk [associationnisme] et que tu le leur clarifies.

 

Par contre, que tu t'assois une heure ou trente minutes et que tu exhortes, que tu fasses le rappel et... cela n'est d'aucune utilité pour leurs adorations.

 

Certes, il n'y a aucun mal dans le fait de les intimider, dans les exhortations, dans les avertissements mais cela n'est pas suffisant face à leur ignorance des affaires relatives à leur religion.

 

Aujourd'hui, les prêcheurs sont nombreux: associations et autres... mais l'enseignement !!!

 

Il n'y a pas d'enseignement et ceci est un manque non négligeable dont les mouslimoun doivent prêter attention.

 

Ils doivent commencer par enseigner aux gens les affaires relatives à la religion, à leurs adorations, à leur croyance en premier lieu puis vient le tour de l'exhortation, du rappel, l'incitation au bien et l'avertissement du mal. na'am...

 

traduit par sounnah-publication.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 14:00
La méthodologie du prêche à Allah - منهج الدعـوة إلى الله

D’après ibn ‘Abbâs, le Prophète صلى الله عليه وسلم   envoya Mou’âdh  au Yémen et [lui] dit :

 

إنك تأتي قوماً من أهل الكتاب ، فليكن أول ما تدعوهم إليه شهادة أن لا إله إلا الله - وفي راوية : إلى أن يوحدوا الله - فإن هم أطاعوك لذلك، فأعلمهم أن الله افترض عليهم خمس صلوات في كل يوم وليلة ، فإن أطاعوك لذلك فأعلمهم أن الله افترض عليهم صدقة تؤخذ من أغنيائهم فترد على فقرائهم. فإن هم أطاعوك لذلك، فإياك وكرائم أموالهم ، واتق دعوة المظلوم ، فإنه ليس بينها وبين الله حجاب

 

 «Quand tu rencontres des gens du Livre [1], que ta première action soit de les appeler à attester : 

« La ilâha ill Allah [2] » (et dans une autre version de rendre Allah unique [3]) !

S’ils t’obéissent en cela [4], fais-leur savoir qu’Allah leur a ordonné [5] cinq prières pour chaque jour et nuit !

S’ils t’obéissent en cela, fais-leur savoir qu’Allah leur a prescrit de faire une aumône [6] qui doit être perçue des riches pour être distribuée aux pauvres.

S’ils t’obéissent en cela, évite leurs biens les plus précieux. 

Et crains la plainte de l’opprimé, car il n’y a pas de voile entre elle et Allah ».

Rapporté par al Boukhari [7], Mouslim [8], an-Nasa-i [9] , ibn Mâjah [10] , ad-Dârimi [11] et Ahmad [12]  .

 

 

Le Rapporteur du Hadith (راوي الحديث)

 

C’est ‘Abdoullah ibn ‘Abbas ibn ‘Abdoul Mouttallib al-Hâchimi, le cousin paternel du Messager d'Allah, « Al-Habr » (Lit. grand savant chez les juifs), « Al-Bahr »(Lit. la mer) compte tenu de sa vaste connaissance. 


Il est un de ceux qui ont rapporté le plus [de Hadiths] parmi les Sahaba, un des 'Abadilah (pluriel de ‘Abdoullah) parmi les juristes des compagnons.

 

Il est mort en 68 A.H., qu’Allah soit satisfait de lui.

 

Le sens général du Hadith (المعنى الإجمالي للحديث)

 

Le Hadith met en évidence les étapes obligatoires que le prêcheur à Allah se doit de suivre.

 

Ainsi la première chose par laquelle il doit commencer, c’est l'appel à l’unicité (Tawhid), l’adoration exclusive d’Allah Seul et l’éloignement de l’Association (Chirk)qu’elle soit grande ou petite.

 

Ceci est établi par l'attestation : « La ilâha ill Allah [13]» et « Mouhammadour-rassouloullah [14] »

 

Le but de cette attestation est que les adorations, sous toutes leurs formes, sont un droit appartenant à Allah Seul, et que personne ne les mérite sauf Lui, ni un ange rapproché, ni un prophète envoyé, ni un homme pieux, ni une pierre, ni un arbre, ni le soleil, ni la lune.

Par conséquent, il n’invoque rien excepté Allah Seul, il ne recherche le secours que chez Lui et il ne demande l'aide qu’à Lui et il ne s’en remet pas totalement(Tawakkoul) sauf à Lui, et pas de crainte ni d'espérance sauf en Lui.

 

Celui qui adresse une de ses adorations, ou d'autres que celles-ci, à autres qu’Allah, alors il a associé à Allah.

 

Allah a dit :

 

"إِنَّهُ مَنْ يُشْرِكْ بِاللَّهِ فَقَدْ حَرَّمَ اللَّهُ عَلَيْهِ الْجَنَّةَ وَمَأْوَاهُ النَّارُ وَمَا لِلظَّالِمِينَ مِنْ أَنصَارٍ"

 

"Quiconque associe à Allah (d’autres divinités,) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs! " (sourate la table servie - 72)

 

 

Le but de l’attestation « La ilâha ill Allah » ce n'est pas seulement la prononciation [de cette parole], mais il faut aussi connaître sa signification, agir en conformité avec celle-ci et accomplir ses conditions, qui sont au nombre de sept :

 

-la connaissance qui est l’opposée de l'ignorance.العلم المنافي للجهل

-la certitude qui est l’opposée du doute.اليقين المنافي للشك

-l'acceptation qui est l’opposée du rejet.القبول المنافي للرد

-la soumission qui est l’opposée de l'abandon.الانقياد المنافي للترك

-la sincérité qui est l’opposée de l’association.الإخلاص المنافي للشرك

-la véracité qui est l’opposée du mensonge. الصدق المنافي للكذب

-l'amour qui est l’opposé de son contraire [15]المحبة المنافية لضده

 

Le but de l'attestation : « Mouhammadour-Rassouloullah » ce doit être la connaissance de sa signification et d’agir en conformité avec celle-ci. 

 

De même, le but de celle-ci ce n’est pas seulement la prononciation de cette parole, mais aussi il faut croire à tout ce qu'il nous a informé, obéir à ce qu'il nous a ordonné,  s'éloigner de ce qu'il nous a interdit,  et adorer Allah Seul comme Il l’a légiféré par la langue du Messager, sans passion et sans innovation.

 

Ainsi il est obligatoire pour chaque musulman de connaître la signification de ces deux attestations avec la compréhension correcte et d’agir en conformité avec celles-ci.

 

Et c’est la confirmation, la croyance et la pratique de ce qui est venu avec le Messager dans Le Livre et la Sounnah, en ce qui concerne les croyances, les adorations et les règles de tous les aspects de la vie.

 

Les Morales du Hadith (ما يستفاد من الحديث)

 

  • - Le Tawhid c’est la base de l'Islam.
  • - Le pilier le plus important après le Tawhid c’est l'accomplissement de la Salât.
  • - Le pilier de l'Islam le plus obligatoire après la Salât est la Zakât prescrite, et c'est un droit sur la richesse.
  • - Le gouvernant celui qui est responsable du rassemblement et de la distribution de la Zakât, par lui-même ou par son représentant.
  • - Le Hadith prouve qu'il est suffisant de payer la Zakât à une seule des catégories [des personnes parmi ceux qui ont droit la recevoir].
  • - Il n'est pas permis de donner la Zakât aux riches.
  • - Le Hadith contient une interdiction pour celui qui rassemble la Zakât de prendre parmi les biens les plus précieux.
  • - Le Hadith contient un avertissement à l’encontre de tous types d'oppression (d'injustice).
  • - Le Hadith prouve que l’on accepte le rapportement d'une seule personne juste dans ce qui concerne la croyance et les actes.
  • - Le Hadith prouve que le prêcheur (Dâ’i) doit commencer du plus important au plus important (بالأهم فالأهم ).

 

[1] Il s’agit des juifs et des chrétiens.

[2] C’est le fait de savoir qu’il n’y a personne qui mérite d’être adoré sauf Allah, et le fait d’adorer autre que Lui est vain et c’est une association (Chirk) à Allah.

[3] C’est-à-dire qu’ils dirigent leurs adorations exclusivement vers Lui Seul.

[4] C’est-à-dire, s’ils acceptent et te suivent.

[5] C’est-à-dire que ceci est obligatoire

[6] Il s’agit ici de la Zakât obligatoire.

[7] Kitabouz-Zakât,no.1395 et 1458.

[8] Kitaboul-Imân,no.31.

[9] Kitabouz-Zakât,vol.5,p.3.

[10] Kitabouz-Zakât,no.1783,vol.1,p.568.

[11] Kitabouz-Zakât,no.1662,vol.1,p.318.

[12] Vol.1,p.233.

[13] C’est le fait de savoir qu’il n’y a personne qui mérite d’être adoré sauf Allah, et le fait d’adorer autre que Lui est vain et c’est une association (Chirk) à Allah.

[14] Ce qui signifie Mouhammad est le messager d'Allah.

[15] C’est à dire la haine, les traducteurs.

 

Source : Moudhakkiratoul-Hadith an-Nabawi Fil ‘Aquida wal Ittibâ

مذكّرة الحديث النبوي في العقيدة والاتباع

Aide mémoire des Hadiths prophétiques dans la croyance et le suivi

copié sounnah.free.fr

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 17:31
Paroles du coeur - كلمات من القلب (audio)

Allah, le Très-Haut, dit dans Son Noble Livre (traduction rapprochée) :

 

((Appelle les hommes dans le chemin de Ton Seigneur par la sagesse et une belle exhortation ; discute avec eux de la meilleure manière.

Ton Seigneur connaît parfaitement celui qui s’égare hors de son chemin, comme Il connaît ceux qui sont bien guidés)) (Coran XVI, 125).

 

Il y a beaucoup d’autres versets du Noble Coran et de hadiths qui affirment que l’homme doit choisir ce qui est meilleur en matière de parole, de dialogue, d’échanges, etc.

Si vous êtes porteur d’une opinion, qu’elle soit une opinion religieuse qui vous engage sur la voie de l’Islam en votre qualité de musulman, ou en votre qualité de prédicateur islamique qui cherche à inviter autrui à l’islam, vous devez étudier l’idée que vous voulez présenter à l’autre et la méthode que vous devez utiliser à cette fin : vous devez faire en sorte que vos paroles soient des paroles à ouvrir la raison, le cœur et les sentiments.

C’est tout à fait la définition et la douceur des paroles de l’Imam Ibn Al-Qayyim que notre frère Abdel-Malik Al-Fransi tient à nous expliquer et à rendre accessible à tous.

كلمات من القلب

 

La voie des croyants et la voie des mécréants : les éclaircissements nécessaires à ce sujet.

Le mérite des compagnons.

Les quatre catégories de personnes concernant ces deux voies…

 

 Les différentes sortes de bienfaits.

Dix choses dont on ne tire aucun profit.

La règle : « Délaisser les prescriptions divines est plus grave que commettre les interdits» (explication avec plusieurs exemples).

 

La règle : «Délaisser les prescriptions divines est plus grave que commettre les interdits» (explication avec plusieurs exemples).

 

 La règle : «Délaisser les prescriptions divines est plus grave que commettre les interdits» (explication avec plusieurs exemples). 

 

Les mérites de la science et de la foi.

Les degrés des sciences.

Les objectifs de la recherche de la science.

Les vices liés à la science et des actes… 

 

La rhétorique du Coran : la relation entre la piété et la guidée

L’unicité est le pilier central de la gratitude envers Allah.

 

La rhétorique du Coran : la voie droite est liée à la miséricorde et l’égarement est lié au malheur.

Le mérite et la miséricorde. La guidée et le bienfait.

Les voies de Satan pour égarer l’être humain.

L’ascétisme (Az-Zouhd) et ses catégories.

 

Réflexions sur la sourate « Qâf ».

Les conditions pour tirer profit du Coran.

Le cœur vivant et le Coran.

Sujet du cours :

Explication par Abou Adam Abdelmalik Al-Fransi des paroles d'Ibn Al-Qayyim rahimahou Allah sur la voie des croyants et la voie des mécréants, les différentes sortes de bienfaits, délaisser les prescriptions divines est plus grave... 

 

Source :

Le livre de l’Imam Ibn Al-Qayyim rahimahou Allah intitulé "Kitâb al-Fawâ-îd " 

 

Allah, le Très Haut dit  (traduction rapprochée) :

 

 « C'est ainsi que Nous détaillons les versets, afin qu'apparaisse clairement le chemin des criminels.» [Sourate Al An’am – v 55]

Et aussi  (traduction rapprochée) : 

«  Et quiconque fait scission d'avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s'est détourné, et le brûlerons dans l'Enfer. Et quelle mauvaise destination !. » [Sourate An-Nissa – v 115] 

Allah, le Très Haut, a clairement montré le sentier des croyants et celui des criminels de manière détaillée dans Son Livre (le Coran), ensuite de ce qu’il adviendra de chacun des deux de façon détaillée, mais aussi quelles sont les bonnes œuvres des uns et quelles sont ceux des autres et qui sont les alliés des uns et qui sont ceux des autres.

Il a annoncé à certains Son abandon et accordé Sa réussite à d’autres et a montré aussi les raisons pour lesquelles la réussite est accordée à certains et l’abandon aux autres...

 

copié de dourouss-abdelmalik.com

 

Abdelmalik Abou Adam Al-Firansi

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 11:22
Certes Allah défend parfois cette religion par le biais d'un homme pervers (vidéo)

" .....Certes Allah défend (parfois) cette religion par (le biais) d'un homme pervers...."

Rapporté Boukhari

ffdsff

Voulant illustrer la véracité de cette parole du prophète (sallallahou 'alaihi wa salam), le Sheikh Muhammad Aman Al-Jami (termina un de ses cours) en racontant à ses élèves l'anecdote (dont voici le résumé) : 


Un frère ayant étudié à l'université Islamique de Médine (et qui suivait la voie des pieux prédécesseurs) partit en Afrique.

Lorsque les jeunes (de là ou ce frère vivait)surent que ce frère était un étudiant (de Médine) et qu'ils virent chez lui sa maitrise du dogme (des pieux prédécesseurs) et de la Sunnah, ils commencèrent à se rassembler autour de lui (en assistant à ses discours et ses prêches) et furent de plus en plus nombreux. 

Le grand nombre de personnes qui commençait à suivre cet étudiant (et délaissant les égarements des Soufis) provoqua la colère des Shouyoukh (des confréries) Soufis qui par jalousie décidèrent de poser des problèmes à cet étudiant (afin qu'il cesse sa Darwa) et de l'embêter de plusieurs manières notamment en déversant des ordures devant sa porte. 

Excedés par les agissements des Soufis, les élèves du frère lui suggérèrent de porter plainte et d'en
 informer les autorités, mais jugeant la patience préférable au fait d'aller se plaindre aux autorités qui étaient chrétiennes, il refusa et continua donc sa darwa. 

Quelques temps après, les Shouyoukh Soufis allèrent se plaindre aux autorités en leur disant plusieurs choses, tels qu'en affirmant qu'une personne venue du Hijaz avait altéré leur dogme, qu'il était entrain d'égarer les jeunes et qu'il fallait donc empêcher cela. 

 

Le gouverneur (qui était chrétien) fit donc amener l'étudiant et après lui avoir demander de se présenter, il demanda au jeune : " D'ou es-tu ?" 

L'étudiant répondit : d'Arabie 

Le gouverneur dit : Tu es diplômé ? 

Le jeune répondit : Oui 

Le gouverneur demanda : d'ou proviennent tes diplômes ? 

L'étudiant répondit : de l'université Islamique de Médine, ville de [notre] prophète. 

Le Gouverneur regarda alors les Shouyoukh Soufis et leur demanda : Et vous, ou avez-vous étudiez ? 

Les Shouyoukh soufis répondirent : nous avons étudié ici. 

S'adressant au Shouyoukh soufis, le Gouverneur leur dit Alors : Ecoutez-moi ! Vous êtes musulmans ? Votre prophète est originaire d'Arabie (comme ce jeune) 

Etant donné que Votre prophète est originaire d'Arabie, que ce jeune est lui aussi d'Arabie, que l’endroit d’où vient ce jeune est le berceau de l'Islam et qu'en plus il est diplômé de l'université de Médine, la ville de votre prophète !

J'ai plutôt tendance à croire que c'est lui qui est sur la vérité et que votre pratique est la conséquence de l'altération que votre religion a subit ici.

Donc à partir d'aujourd'hui, soit vous apprenez votre religion auprès de cet etudiant, soit vous vous taisez, et enfin je ne veux plus jamais voir l'un d'entre vous venir se plaindre à moi (concernant cette affaire). 

ffdsff

Le Sheikh Muhammad Aman après avoir raconté cette anecdote dit :

"C'est de sa manière que (ce jour là) Allah fit triompher la vérité.

Lorsqu'on m'a raconté cette anecdote j'ai pensé à la parole du prophète (sallallahou 'alaihi wa salam) : 

"إن الله ليؤيد هذا الدين بالرجل الفاجر"

" Certes Allah défend (parfois) cette religion par un homme pervers"



Et le messager d'Allah (sallallahou 'alaihi wa sallam) a dit Vrai !" 

 

 
Cheikh Mouhammad Âman bnou 'Alî al Jâmî - الشيخ محمد أمان بن علي الجامي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 16:56
Quels moyens utiliser pour appeler à l'islam ?

Question : 

 

Parmi les choses sur lesquelles les prédicateurs divergent : les moyens de propager l’appel à l’islam.

Certains en font une adoration qui ne peut être changée, et ils désapprouvent ceux qui proposent des activités diverses, culturelles, sportives ou théâtrales, et tous les moyens pour attirer la jeunesse et les inviter.

D’autres, par contre, pensent que les moyens changent avec le temps, et que les prédicateurs doivent se servir de tout moyen autorisé pour l’appel à l’islam.

Nous espérons de votre part un éclaircissement de la méthode correcte dans ce domaine.

 

Réponse : 

 

La louange est à Allah Seigneur de l’univers, il n’y a pas de doute que l’appel à Allah est une adoration, comme Allah l’a ordonné dans Sa Parole (traduction rapprochée) : 

 

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. »[An-Nahl : 125]

 

Ainsi, la personne qui appelle à Allah ressent pendant qu’il appelle à Allah, qu’il se soumet à Son ordre cherchant à se rapprocher de Lui par cela, et il n’y a pas de doute, également, que la meilleure chose par laquelle on appelle les gens est le Livre d’Allah et la Sunna de Son Prophète ( salallahu ‘alayhi wasalam) car le Livre d’Allah, est la plus importante prêche pour l’humanité (traduction rapprochée) : 

 

« Ô gens ! Une exhortation vous est venue, de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants. » [Yûnus : 57]

 

Le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) est aussi le plus éloquent des hommes dans ses discours, et il exhortait parfois ses Compagnons de telle manière qu’ils le décrivaient ainsi :

 

« Les cœurs en tremblaient et les yeux en pleuraient… »

(Abû Dâwûd : 4607)

 

Si on peut utiliser ces moyens dans sa prédication, il n’y a pas de doute que c’est ce qu’il y a de meilleur, c’est-à-dire prêcher par le Livre d’Allah et laSunna de Son Prophète ( salallahu ‘alayhi wasalam).

 

Et s’il pense que c’est utile, il peut y ajouter parfois les moyens autorisés, il n’y a pas de mal à cela.

 

Cependant, la condition est qu’il n’y ait pas dans ces moyens de choses interdites comme le mensonge, ou jouer le rôle d’un mécréant dans les pièces de théâtre ou jouer le rôle d’un Compagnon ou des imams, c’est-à-dire les imams musulmans, ceux qui sont venus après les Compagnons et leur étudiants, car on peut craindre que cela rabaisse la valeur d’un de ces grands imams auprès des gens.

 

De plus, il est interdit pour un homme de jouer le rôle d’une femme ou le contraire, car à ce propos, il existe un hadith authentique qui prouve que ceux-là sont maudits car le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a maudit les hommes qui cherchent à ressembler aux femmes, et inversement.

 

En résumé, si on utilise parfois un de ces moyens pour gagner le cœur des jeunes, sans qu’il y ait dans ces moyens de choses interdites, je ne vois pas de mal à cela. 

 

Quant à utiliser ces moyens souvent et d’en faire le seul moyen pour l’appel à Allah et se détourner l’appel par le Coran et la Sunna de Son Prophète ( salallahu ‘alayhi wasalam) c’est-à-dire que la personne qui est appelée n’est touchée que par ces moyens, je ne suis pas de cet avis, mais je pense plutôt que cela est interdit car orienter les gens vers autre chose que le Coran et la Sunna dans le domaine de l’appel à Allah est une mauvaise chose, alors que le faire de temps en temps ne pose pas de problème, si cela ne comporte pas de chose interdite.

 

Shaykh Ibn ‘Uthaymîn, Kitâb Ad-Da’wah (2/167) 

copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 05:35
La meilleure manière d’ordonner le bien et de réprouver le mal
Question :
 
(Nous avons reçu) deux lettres interrogeant sur la meilleure voie pour appeler les gens à Allâh, et sur la meilleure manière d’ordonner le bien et de réprouver le mal. 
 
Les auteurs de ces deux lettres rappellent les erreurs qu’ils ont remarquées de la part de nombreux musulmans, leur souffrance face à ce qu’ils voient et leur souhait, si cela était en leur pouvoir, de réprouver le mal. 
 
Ils espèrent également que vous leur donniez des directives. 
 
Réponse :

Allâh
 
عز وجل a exposé la manière d’appeler (les gens à l’islam), et ce qu’il convient au prédicateur de faire lorsqu’Il سبحانه وتعالى dit (traduction rapprochée) :

«Dis : «Voici ma voie, j’appelle les gens (à la religion) d’Allâh, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente.»» (sourate Yûsuf verset 108) 

Celui qui invite à l’islam doit donc avoir de la science et des preuves évidentes de ce à quoi il invite et de ce qu’il interdit, afin de ne pas parler sur
Allâh sans science.

Il doit vouer cet acte sincèrement à
Allâh, et non pas à une école de pensée (Madhhab), ni à l’avis d’untel ou untel, mais il doit le faire pour Allâh Seul, Celui dont il cherche la récompense et le pardon.

Il cherche ainsi  à ce que les gens se réforment, et pour cela, il est indispensable qu’il possède la sincérité (Ikhlâs) et la science, car
Allâh عز وجل dit (traduction rapprochée) 

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon.» (sourate An-Nahl verset 125)
 
Ceci est un exposé de la manière de prêcher (ad-Da’wah).

Il faut que cela soit fait avec sagesse, c'est-à-dire avec science - de ce qu’
Allâh a dit et ce que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit.

La science a été désignée par la sagesse, car elle repousse le faux et aide à suivre la vérité.

Cette science doit être accompagnée d’une bonne exhortation, et de la discussion menée de la meilleure manière qui soit, lorsque cela est nécessaire, car pour certaines personnes, l’exposé de la vérité avec ses preuves suffit, parce qu’elles cherchent la vérité et lorsqu’elle leur apparaît, elles l’acceptent ; il n’est donc pas utile de l’exhorter.

Chez d’autres personnes, il existe quelques réticences et un manque de réaction : il faut alors les exhorter de la meilleure manière.

Le prêcheur exhorte et rappelle les gens vers
Allâh, lorsque c’est nécessaire, avec l’ignorant et les insouciants, et avec ceux qui se laissent aller à la facilité, jusqu’à ce qu’ils soient convaincus et qu’ils s’accrochent à la vérité.

Il se peut que la personne que l’on prêche ait certains doutes, alors il faut discuter avec elle, en cherchant à dissiper ce doute, et le prêcheur doit alors expliquer la vérité en citant les preuves, et en discutant de la meilleure façon pour effacer ce doute par les preuves des Textes, en usant de bonnes paroles, de bonnes manières et de douceur, et non pas avec violence et dureté, si bien qu’on n’éloigne la personne de la vérité, et qu’elle s’entête dans son égarement.


Allâh عز وجل dit (traduction rapprochée) : 

«C’est par quelque miséricorde de la part d’Allâh que tu (Muhammad) as été si doux envers eux ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage.» (sourate Âl-‘Imrân verset 159)

Allâh a dit à Mûsâ et Hârûn lorsqu’Il les a envoyés à Pharaon (traduction rapprochée) : 

«Puis, parlez-lui avec douceur. Peut-être se rappellera-t-il ou (Me) craindra-t-il ?» (sourate Tâ-Hâ verset 44)
 
Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit dans un récit authentique :

«La douceur n’est pas ajoutée à une chose sans l’embellir, et elle n’est retirée d’une chose sans l’enlaidir.»
(Muslim : 2594)

Et Il a dit :

«Celui qui est privé de douceur est privé de  tout bien.»
(Muslim : 2592)
 
Le prédicateur doit rechercher la vérité, appeler avec douceur, s’efforcer de vouer son œuvre sincèrement à Allâh, et corriger les choses de la façon qu’Allâh a ordonné, c’est-à-dire l’appel vers Allâh avec sagesse, bonne exhortation et discussion de la meilleure façon.

Dans tout ce qui a précédé, il doit être doté de science et connaître les preuves afin de convaincre celui qui recherche la vérité, dissiper le doute chez celui qui en a, adoucir le cœur de ceux qui sont insensibles, éloignés et durs, car les cœurs s’adoucissent au rappel d’
Allâh et à la bonne exhortation, et l’exposé de ce qu’il y a auprès d’Allâh comme bien pour celui qui accepte la vérité, et ce qu’il y a comme danger, s’il rejette l’appel qui lui est venu avec vérité.
 
Quant aux gens qui ordonnent le bien et réprouvent le mal, ils doivent adopter le comportement recommandé par la Loi d’Allâh, vouer sincèrement leurs actes à Allâh, et se comporter comme se comportent les prédicateurs, avec douceur et absence de dureté, excepté lorsque c’est nécessaire avec les oppresseurs, les orgueilleux et ceux qui s’obstinent.

Dans ce cas, avec eux, il est autorisé d’utiliser la force et le châtiment exemplaire, selon la Parole d’
Allâh سبحانه (traduction rapprochée) : 

«Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d’entre eux qui sont injustes.» (sourate Al-‘Ankabût verset 46)

et la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

«Celui qui voit un acte blâmable qu’il le change par la main ; s’il ne peut pas, alors par la parole ; s’il ne peut pas, qu’il le réprouve dans son cœur, et cela est le degré le plus faible de la foi.»
(Muslim : 49)
 
Pour les autres personnes, il agit en réprouvant le mal et en appelant au bien comme le fait le prédicateur : il appelle avec douceur et sagesse, il donne des preuves afin que celui qui fait le mal s’accroche à la vérité, et cesse de suivre son chemin égaré, et ce en fonction de ses capacités, comme Allâh سبحانه dit (traduction rapprochée) : 

«Craignez Allâh autant que vous pouvez.» (sourate At-Taghâbûn verset 16)

et comme le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit dans le hadith cité précédemment : 

«Celui qui voit un acte blâmable…»

Il existe des versets généraux qui montrent cela, comme la Parole d’
Allâh عز وجل (traduction rapprochée) : 

«Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable.» (sourate At-Tawbah verset 71) 

et Sa Parole تعالى  (traduction rapprochée) : 

«Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allâh.» (sourate Âl-‘Imrân verset 110)
 
Allâh a menacé ceux qui ont délaissé cela, et Il les a maudits par la bouche de Dâwûd et ‘Isâ lorsqu’Il dit (traduction rapprochée) : 

«Ceux des enfants d’Israël qui n’avaient pas cru ont été maudits par la bouche de Dâwud et ‘Isâ fils de Marie, parce qu’ils désobéissaient et transgressaient. Ils ne s’interdisaient pas les uns aux autres ce qu’ils faisaient de blâmable.» (sourate Al-Mâ’idah verset 78-79)
 
Cette mission est importante et la responsabilité est grande ; il est donc obligatoire aux gens de foi et ceux qui ont la capacité, parmi les gouvernants, les savants et les individus musulmans qui ont la capacité et la science, de réprouver le mal et d’ordonner le bien.

Cela n’est pas réservé à un groupe précis, même si cette obligation pèse plus sur ce groupe et c’est à lui qu’incombe cette lourde charge.

Mais, cela ne signifie pas que les autres sont dispensés de cette responsabilité.

Il est obligatoire de les aider et d’être avec eux pour réprouver le mal et ordonner le bien, de façon à ce que le bien se répande et que le mal diminue, surtout si ce groupe ne s’occupe pas de ce qui est demandé et que le but n’est pas atteint, car le domaine est vaste, et le mal est important et aider ceux qui s’en chargent est obligatoire quoi qu’il en soit.
 
Si ce groupe s’occupe de cela et atteint le but recherché, alors l’obligation ne pèse plus sur le reste de la communauté, dans cet endroit précis et ce pays précis, car ordonner le bien et réprouver le mal est une obligation pour une partie de la communauté (Fardh Kifâyi).

Si le résultat est atteint avec ce groupe et ceux qui les aident, cela devient une Sunna (un acte méritoire) pour le reste de la communauté. Alors que si le mal ne peut cesser que par ton intervention, car tu es la seule personne présente dans le village, la tribu ou le quartier et qu’il n’y a personne qui ordonne le bien dans ces endroits, alors c’est une obligation individuelle pour toi de réprouver le mal et d’ordonner le bien car tu es celui qui le connaît, et qui peut le réprouver.

Dans ce cas, il t’est obligatoire de le faire.

S’il y a avec toi une autre personne, cela devient une obligation collective : celui de vous deux qui l’effectue dispense l’autre de ce devoir, lorsque le but est atteint.

Par contre, si vous le délaissez tous les deux, vous êtes tous les deux coupables. 
 
La conclusion est que c’est une obligation collective (Fardh Kifâyî) lorsqu’une partie de la communauté s’occupe de cette tâche et que le but est atteint, ainsi l’obligation est levée pour le reste de la communauté. 
 
Il en est de même pour l’appel à Allâh : lorsque toute la communauté le délaisse, tout le monde est coupable, et lorsqu’un groupe s’en occupe de manière suffisante pour appeler les gens, les orienter et réprouver le mal, cela devient pour les autres une œuvre d’un très grand mérite, car c’est participer à un bien et aider à l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété.
 
Publié par salafs.com

السبيل الأمثل في الدعوة إلى الله

رسالتان عن السبيل الأمثل للدعوة لله عز وجل، وعن السبيل الأمثل للأمر بالمعروف والنهي عن المنكر . . الرسالتان يذكر أصحابهما : أنهم يلاحظون أخطاء كثيرة من المسلمين ويتألمون لما يرون ويتمنون أن لو كان في أيديهم شيء لتغيير المنكر ويرجون التوجيه

الله عز وجل قد بين طريق الدعوة، وماذا ينبغي للداعي، فقال سبحانه وتعالى

 قُلْ هَذِهِ سَبِيلِي أَدْعُو إِلَى اللَّهِ عَلَى بَصِيرَةٍ أَنَا وَمَنِ اتَّبَعَنِي - سورة يوسف الآية 108

، فالداعي إلى الله يجب أن يكون على علم وبصيرة بما يدعو إليه، وفيما ينهى عنه، حتى لا يقول على الله بغير علم، ويجب الإخلاص لله في ذلك، لا إلى مذهب، ولا إلى رأي فلان أو فلان . ولكنه يدعو إلى الله يريد ثوابه ومغفرته، ويريد صلاح الناس، فلا بد أن يكون على إخلاص وعلى علم، وقال عز وجل

 ادْعُ إِلَى سَبِيلِ رَبِّكَ بِالْحِكْمَةِ وَالْمَوْعِظَةِ الْحَسَنَةِ وَجَادِلْهُمْ بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ - سورة النحل الآية 125

، فهذا بيان كيفية الدعوة، وأنها تكون بالحكمة أي بالعلم (قال الله، وقال الرسول) سمي العلم بالحكمة؛ لأنه يردع عن الباطل، ويعين على اتباع الحق . ويكون مع العلم موعظة حسنة، وجدال بالتي هي أحسن، عند الحاجة إلى ذلك؛ لأن بعض الناس قد يكفيه بيان الحق بأدلته، لكونه يطلب الحق فمتى ظهر له قبله، فلا يكون في حاجة إلى الموعظة، وبعض الناس يكون عنده بعض التوقف وبعض الجفاء، فيحتاج إلى الموعظة الحسنة . فالداعي إلى الله يعظ ويذكر بالله متى احتاج إلى ذلك مع الجهال والغافلين، ومع المتساهلين حتى يقتنعوا ويلتزموا بالحق، وقد يكون المدعو عنده بعض الشبهات، فيجادل في ذلك، ويريد كشف الشبهة، فالداعي إلى الله يوضح الحق بأدلته، ويجادله بالتي هي أحسن؛ لإزاحة الشبهة بالأدلة الشرعية، لكن بكلام طيب، وأسلوب حسن، ورفق، لا بعنف وشدة، حتى لا ينفر المدعو من الحق، ويصر على الباطل، قال الله عز وجل

 فَبِمَا رَحْمَةٍ مِنَ اللَّهِ لِنْتَ لَهُمْ وَلَوْ كُنْتَ فَظًّا غَلِيظَ الْقَلْبِ لانْفَضُّوا مِنْ  حَوْلِكَ - سورة آل عمران الآية 159

، وقال الله لما بعث موسى وهارون إلى فرعون

 فَقُولا لَهُ قَوْلًا لَيِّنًا لَعَلَّهُ يَتَذَكَّرُ أَوْ يَخْشَى - سورة طه الآية 44

، ويقول الرسول صلى الله عليه وسلم في الحديث الصحيح

إن الرفق لا يكون في شيء إلا زانه ولا ينزع من شيء إلا شانه

ويقول صلى الله عليه وسلم

من يحرم الرفق يحرم الخير كله

فالداعي إلى الله عز وجل عليه أن يتحرى الحق، ويرفق بالمدعو، ويجتهد في الإخلاص لله، وعلاج الأمور بالطريقة التي رسمها الله وهي الدعوة إليه بالحكمة والموعظة الحسنة والجدال بالتي هي أحسن، وأن يكون في هذا كله على علم وبصيرة حتى يقنع الطالب للحق، وحتى يزيح الشبهة لمن عنده شبهة، وحتى يلين القلوب لمن عنده جفاء وإعراض وقسوة، فإن القلوب تلين بالدعوة إلى الله، والموعظة الحسنة وبيان ما عند الله من الخير لمن قبل الحق، وما عليه من الخطر، إذا رد الدعوة التي جاءت بالحق، إلى غير هذا من وجوه الموعظة

وأما أصحاب الحسبة وهم الذين يأمرون بالمعروف وينهون عن المنكر فعليهم أن يلتزموا بالآداب الشرعية، ويخلصوا لله في عملهم، ويتخلقوا بما يتخلق به الدعاة إلى الله من حيث الرفق وعدم العنف، إلا إذا دعت الحاجة إلى غير ذلك من الظلمة والمكابرين والمعاندين فحينئذ تستعمل معهم القوة الرادعة لقول الله سبحانه

 وَلا تُجَادِلُوا أَهْلَ الْكِتَابِ إِلا بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ إِلا الَّذِينَ ظَلَمُوامِنْهُمْ - سورة العنكبوت الآية 46

 وقوله صلى الله عليه وسلم

 من رأى منكم منكرا فليغيره بيده فإن لم يستطع فبلسانه فإن لم يستطع فبقلبه وذلك أضعف الإيمان

 خرجه مسلم في صحيحه

أما غيرهم فيعامل في إنكار المنكر والدعوة إلى المعروف بمثل ما يفعل الداعي: ينكر المنكر بالرفق والحكمة، ويقيم الحجة على ذلك حتى يلتزم صاحب المنكر بالحق، وينتهي عما هو عليه من الباطل، وذلك على حسب الاستطاعة، كما قال الله سبحانه

 فَاتَّقُوا اللَّهَ مَا اسْتَطَعْتُمْ - سورة التغابن الآية 16

، وكما قال الرسول صلى الله عليه وسلم في الحديث السابق : من رأى منكم منكرا الحديث
ومن الآيات الجامعة في ذلك قول الله عز وجل

 وَالْمُؤْمِنُونَ وَالْمُؤْمِنَاتُ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ يَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ- سورة التوبة الآية71

 وقوله تعالى

كُنْتُمْ خَيْرَ أُمَّةٍ أُخْرِجَتْ لِلنَّاسِ تَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَتَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَتُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ - سورة آل عمران الآية 110

، وقد توعد الله سبحانه من ترك ذلك، ولعنهم على لسان داود وعيسى بن مريم، حيث قال في كتابه الكريم في سورة المائدة

لُعِنَ الَّذِينَ كَفَرُوا مِنْ بَنِي إِسْرَائِيلَ عَلَى لِسَانِ دَاوُدَ وَعِيسَى ابْنِ مَرْيَمَ ذَلِكَ بِمَا عَصَوْا وَكَانُوا يَعْتَدُونَ * كَانُوا لا يَتَنَاهَوْنَ عَنْ مُنْكَرٍ فَعَلُوهُ لَبِئْسَ مَا كَانُوا يَفْعَلُونَ - سورة المائده الآية 78-79

فالأمر عظيم والمسئولية كبيرة، فيجب على أهل الإيمان وأهل القدرة من الولاة والعلماء وغيرهم من أعيان المسلمين الذين عندهم قدرة وعلم أن ينكروا المنكر ويأمروا بالمعروف، وليس هذا لطائفة معينة، وإن كانت الطائفة المعينة عليها واجبها الخاص، والعبء الأكبر، لكن لا يلزم من ذلك سقوطه عن غيرها، بل يجب على غيرها مساعدتها، وأن يكونوا معها في إنكار المنكر، والأمر بالمعروف حتى يكثر الخير ويقل الشر، ولا سيما إذا كانت الطائفة المعينة لم تقم بالمطلوب ولم يحصل بها المقصود، بل الأمر أوسع، والشر أكثر، فإن مساعدتها من القادرين واجبة بكل حال

أما لو قامت بالمطلوب وحصل بها الكفاية فإنه يسقط بها الوجوب عن غيرها في ذلك المكان المعين أو البلد المعين؛ لأن الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر فرض كفاية، فإذا حصل بالمعينين أو المتطوعين المطلوب من إزالة المنكر والأمر بالمعروف صار في حق الباقين سنة، أما المنكر الذي لا يستطيع أن يزيله غيرك لأنك الموجود في القرية أو القبيلة أو الحي وليس فيها من يأمر بالمعروف فإنه يتعين عليك إنكار المنكر والأمر بالمعروف ما دمت أنت الذي علمته، وأنت الذي تستطيع إنكاره، فإنه يلزمك، ومتى وجد معك غيرك صار فرض كفاية، من قام به منكما حصل به المقصود، فإن تركتماه جميعا أثمتما جميعا
فالحاصل أنه فرض على الجميع فرض كفاية، فمتى قام به من المجتمع أو القبيلة من يحصل به المقصود سقط عن الباقين وهكذا الدعوة إلى الله متى تركها الجميع أثموا، ومتى قام بها من يكفي دعوة وتوجيها وإنكارا للمنكر صارت في حق الباقين سنة عظيمة؛ لأنه اشتراك في الخير وتعاون على البر والتقوى

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 22:58
Par quoi commencer quand on appelle à l'islam ?

Question : 

 
Lorsqu’on désire appeler quelqu’un à l’islam, par quoi doit-on commencer et que doit-on lui dire ?
 
Réponse : 
 
Je suppose que celui qui pose la question veut appeler à Allah, et il faut savoir que l’appel à Allah doit se faire avec sagesse, bonne exhortation, douceur et sans violence, ni reproche, ni remontrance.

On doit commencer par le plus important, puis par ce qui suit, à l’exemple du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) lorsqu’il a envoyé ses messagers aux quatre coins de l’horizon, il leur a ordonné de commencer par le plus important, et il a dit à Mu’âdh lorsqu’il l’a envoyé au Yémen :

« La première chose vers laquelle tu les appelleras sera l’attestation que le Seul à mériter l’adoration est Allah (lâ ilâha illa llâh) et que Muhammad est l’Envoyé d’Allah ; et s’ils acceptent cela, informe-les qu’Allah leur a imposé cinq prières de jour et de nuit ; et s’ils acceptent cela, informe-les qu’Allah leur a imposé une aumône dans leurs biens qui est prise des riches et donnée aux pauvres. »
(Al-Bukhârî : 1458)
 
On commence par le plus important et on prend le temps nécessaire, on choisit le moment opportun et l’endroit adéquat pour prêcher.

Il peut être opportun d’inviter la personne chez soi et de parler avec elle, et parfois il est plus opportun d’aller jusque chez elle.

Puis, il est bon de choisir certains moments plutôt que d’autres, et quoiqu’il en soit, le musulman doué de raison et de sagesse sait de quelle manière il doit s’y prendre pour appeler les gens vers la vérité.   


Shaykh Ibn ‘Uthaymîn, Kitâb Ad-Da’wah (2/155) 
copié de salafs.com

 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 17:54
Les qualités du prédicateur
Question : 
 
Comment le prédicateur doit-il être pour obtenir des résultats, et quelles sont les qualités requises pour que le prêche soit efficace et ait un impact sur les gens appelés à l’islam ?
 
Réponse : 

Le prédicateur efficace est celui qui s’appuie sur les preuves des Textes, patiente face aux épreuves, se dépense dans la propagation de l’islam quelles que soient les tentations, quelle que soit la fatigue que cela cause.

C’est quelqu’un qui ne faiblit pas lorsqu’une épreuve l’atteint, ou s’il entend une parole (blessante ou mensongère), mais il patiente et fait des efforts dans l’appel en utilisant tous les moyens, et en accordant une grande importance aux preuves des Textes et au bon comportement, afin que son appel repose sur une base solide, et soit agréé par Allah, Son Prophète et les croyants.

Il doit prendre garde à ne pas se laisser aller [à parler sans science] et ne pas dire à propos d’Allah ce qu’il ne sait pas.

Il doit accorder une attention particulière aux preuves des Textes, et prendre conscience lorsqu’il prend le chemin [de l’appel à l’islam], de la difficulté de la propagation de l’islam à travers les moyens de communication ou l’enseignement.

C’est lui le prédicateur efficace qui mérite les remerciements, et une place élevée auprès d’Allah, s’il fait tout cela sincèrement pour Allah.
 
Shaykh Ibn Bâz, Majmû’ Fatâwâ (3/230)
copié de salafs.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 10:44
Savoir appeler à l’islam
Question : 
 
Nous aimerions que vous nous expliquiez le jugement que porte l’islam concernant l’appel à Allah et les différents mérites que cela comporte ?    
 
Réponse : 
 
Concernant son jugement, les preuves du Coran et de la Sunna montrent l’obligation de l’appel à Allah qui compte parmi les obligations de l’islam.

Les preuves qui vont dans ce sens sont nombreuses, parmi lesquelles la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. » [Âl-‘Imrân : 104]

et Sa Parole (traduction rapprochée) :

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. » [An-Nah: 125]

et Sa Parole (traduction rapprochée) :

« Appelle les gens vers ton Seigneur et ne sois point du nombre des polythéistes. » [Al-Qasas : 87] Allah dit aussi : «  Dis : « Voici ma voie, j’appelle les gens (à la religion) d’Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente... » » [Yûsuf : 108]

Allah a montré que ceux qui suivent le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) sont les prêcheurs vers Allah.

Ils sont ceux [qui se basent] sur la preuve évidente et c’est une obligation, comme on le sait, de le suivre, et d’emprunter le chemin qu’il a emprunté, d’après la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

« Vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle (à suivre), pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. » [Al-Ahzâb : 21]

Les savants ont mis en évidence que l’appel à Allah est une obligation pour une partie de la communauté (Fardh Kifâyî) dans les endroits où il existe des prédicateurs qui se chargent du prêche.

Chaque contrée et chaque région a besoin de cet appel, car c’est une obligation pour une partie de la communauté : lorsqu’une partie s’en occupe, l’obligation est levée pour le reste de la communauté, et ainsi l’appel à Allah devient pour eux un acte méritoire fortement conseillé (Sunna Mu’akkadah) et une bonne œuvre.

Si personne ne s’occupe de l’appel à Allah comme il le faut dans certaines contrées et régions, le péché retombe sur tous, et ainsi l’appel à Allah devient une obligation individuelle (Fardh ‘Ayn) selon la compétence et capacité de chacun.

En ce qui concerne les pays dans leur ensemble, il est obligatoire de nommer un groupe qui soit chargé de l’appel à Allah dans l’ensemble des lieux habités et qui transmette le message, et explique la religion d’Allah en fonction des moyens à leur disposition, car le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a envoyé des prêcheurs et des lettres aux gens, aux rois et aux dirigeants et les a appelés vers Allah.
  
Revue des Recherches Islamiques, n°40, p. 135-136.
copié de salafs.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية