compteur de visite

Catégories

28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 20:39
La femme salafiya et l'apprentissage de la science
Question :
 
Par quoi la femme Salafiya doit-elle commencer dans l'apprentissage de la science ?
 
Et comment doit-elle s'y prendre, notamment pour celle qui a des enfants ? 
 
Réponse :
 
Je lui conseille d'organiser son temps, de consacrer un temps à l'éducation de ses enfants.
 
Et je conseille à son mari de l'aider, si elle a des enfants de quatre ou cinq ans, en les faisant sortir avec lui, pour laisser à sa femme le temps d'apprendre.
 
Il faut impérativement qu'il aide sa femme et qu'il craigne Allah.

Et bien au contraire il se doit d'être réjouit lorsqu'il voit sa femme avancer dans le bien.

Et il n'a pas à lui laisser 22 enfants au foyer, l'un se promenant, l'autre criant, l'autre voulant manger... et elle dans cette situation. 

Je vous conseille ô gens de la Sounnah d'encourager vos femmes à l'apprentissage de la science en faisant sortir vos enfants.

Quant au Hadith « Ecartez vos enfants des mosquées », et bien c'est un Hadith faible
 
Après le Fajr, qu'elle apprenne le coran.

Après le 'Asr, qu'elle prenne des cours avec une enseignante ou qu'elle enseigne si elle en a les capacités (comme al 'Aqida al Wassitiya de ibn Taymiyya, al Qawl al Moufid de Mouhammad ibn 'Abdil-Wahhab, 'Oumdatou al Ahkam de al Maqdissi).

En fonction de ce qu'elle comprend et de ce que peuvent comprendre ses sœurs, car la religion est facilité, il ne faut pas la rendre difficile aux gens. 
 
Traduction de Oummou Yassir. 
Extrait de Fatawal Mar-a de cheikh Mouqbil (K7 audio)
 
Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 16:34
L'endurance pour apprendre la science
Cheikh Ibn 'Uthaymine رحمه الله a dit :
 
"Mon cheikh 'Abderrahman Assa'di رحمه الله m'a raconté qu'al Kissa-i (l'imam dans la grammaire des gens d'al Koufa) a commencé à apprendre la grammaire arabe (annahw) et il n'y est pas arrivé.
 
Et un jour il a vu une fourmi qui prenait de la nourriture et montait sur un mur et à chaque fois qu'elle montait, elle tombait.
 
Et elle a fait un grand effort et elle a réessayé jusqu'à ce qu'elle arrive à grimper le mur. 
 
Al Kassa-i a dit : "Cette fourmi a fourni un grand effort jusqu'à ce qu'elle soit arrivée à son but."
Et il a fait de grands efforts jusqu'à ce qu'il soit devenu un imam dans la grammaire arabe."

Source : Kitab al 'ilm de cheikh Ibn 'Uthaymine
 
64f5sfl7rlw
Shaikh Muqbil رحمه الله a dit :

 
"Ô mes enfants, je jure par Allah que si la science pouvait être versée dans un verre, je la verserais pour vous, mais elle ne s'acquiert que par le dur labeur, l'épuisement, et l'éraflure des genoux."
 
64f5sfl7rlw
 
Et Yahyaa bin Abi Kathir disait à son fils ' AbduLlaah :

" La science ne s'obtient pas par la relaxation du corps".
[Rapporté par Muslim] 

copié de alminhadj.fr
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 20:35
Consacrer une partie de son temps à l'étude des livres de répliques

Mon avis est qu'à notre époque il convient aux jeunes de prêter attention aux livres de répliques car les innovations se sont répandues et leurs diffusions sont sans limites.


Le faux profite de moyens matériels et de publicité dangereuse.

Ils utilisent de la propagande qui aveugle les jeunes et qui ravit leurs raisons.

Ils font passer la vérité pour le faux et vice et versa, ainsi les jeunes leur obéissent se soumettent en raison de la forte influence de cette propagande satanique.

Donc celui dont Allâh veut la guidée et qui écoute les conseils consulte les livres de répliques et leur donne une partie de son temps, pas la totalité.

S'il donne 10 heures de son temps à l'apprentissage, qu'il réserve 1 heure aux livres de répliques.

Cela sera suffisant pour en avoir une notion.

K7 « Ar rad 'ala al moukhalif min al amr bil ma'rouf wa an nahyi 'an al mounkar »

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 23:18
La bibliothèque du طالب العلم (dossier)
(Pour télécharger faire un clic sur le titre choisi.
Si certains téléchargements ne peuvent se faire, veuillez demander les ouvrages à l'adresse du site)

fsf

A la lumière du coran et de la sounnah authentique - Cheikh Outheymine

La profession de foi des gens de la sounnah et du consensus - Cheikh Outheymine

Le viatique du prédicateur musulman - Cheikh Outheymine

Le livre de l'unicité (Kitab tawhid) - Cheikh Mouhammad Ibn Abdel Wahaab

L'unité divine (tawhid) - Cheikh Salih Bin Fawzan

Le dogme wâssitite - Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah

Les 3 bases et leurs évidences - Cheikh Mouhammad Ibn Abdel Wahaab

L'adoration et son influence sur la vie du musulman - Cheikh 'Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd

Résumé du dogme islamique - Cheikh Muhammad Ibn Jamil Zinou

Les 2 témoignages et leurs significations - Cheikh Outheymine

Les moyens utiles pour une vie heureuse - Cheikh Abu Abdellah Abder-Rahman Ibn Nasr As-Sa'di 

Les leçons importantes pour toute la communauté - Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz

La description de la prière du prophète - Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz

La modération et le juste milieu - Cheikh Sâlih Ibn 'Abdel-'Azîz Âli Ash-Cheikh

L'obligation de se conformer à la sunna du prophète  صلى الله عليه وسلم - Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz

Sahih Boukhari tome 1 - Imam Boukhari

Sahih Boukhari tome 2 - Imam Boukhari

Les divergences d'opinions entre les savants - Cheikh Outheymine

60 interrogations sur les menstrues - Cheikh Outheymine

fsf

رياض الصلحينن - الإمام النووي

زاد المستقنع - العلامة شرف الدين أبو النجا

العقيدة الواسطية - أحمد بن عبد الحليم بن عبد السلام أبن تيمية

الاجرومية في النحو - أبو عبد الله محمد بن داود الصنهاجي

مَتْنُ لُمْعَةِ اَلِاعْتِقَادِ - الإملم موفق الدين أبن قدامة المقدسي

المنظومة البيقونية - طه بن محمد بن فتوح البيقوني

الاصول الثلاثة - شيخ الاِسلام المجدد محمد بن عبدالوهاب

العقيدة السفارينية - محمد بن أحمد السفاريني النابلسي

نخبة الفكر - الحافظ بن حجر العسقلاني

نظم الورقات - شرف الدين العمريطي الشافعي

المقدمة - أحمد بن عبد الحليم بن عبد السلام أبن تيمية

ألفية ابن مالك - جمال الدين أبو عبد الله بن محمد مالك الشافعي

كتاب التوحـيد - شيخ الاِسلام المجدد محمد بن عبدالوهاب

الفتوى - أحمد بن عبد الحليم بن عبد السلام أبن تيمية

صحيح البخاري المجلد الأول - بالإمام البخاري

صحيح البخاري المجلد الثاني - بالإمام البخاري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 17:54
Quelques hadiths sur la science
-Abou Hureyrah رضي الله عنه rapporte que le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :
 
"Certes, Allah déteste tout savant des sciences mondaines et ignorant de l'au-delà." 
 
rapporté par l'imâm Abou 'Abdillah el Hâkim dans son "târîkh" et authentifié par sheykh el Albâny dans el Djâmi' (1879). 
 
-Anas Ibn Mâlik رضي الله عنه rapporte que le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :
 

"Il y a deux personne qui ne seront jamais rassasiés, celui qui est à la recherche de la science et celui qui est à la recherche de l'ici-bas." 

 
ibn 'adyi dans el Kâmil et authentifié par sheykh el Albâny dans el Mishka (260) et Sheykh Muqbil dans el djâmi' sahîh fîmâ laysa fî sahîheyn (1/50).  
 
-Selon Anas Ibn Malik رضي الله عنه qu'Allah soit satisfait de lui, le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم  - prière et salut sur lui - a dit :
 

« La recherche de la science est une obligation pour chaque Musulman, et certainement celui qui cherche la science, tout chose demande pardon pour lui jusqu'au poisson dans la mer. »

 
[Hadith n°70 et 79 authentifié par Cheikh al Albani rahimahoullah dans le livre Sahih At-Targhib].  
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 09:05
الفِقهُ في الدين - La compréhension de la religion
« Celui à qui Allah veut du bien, Il lui accorde la compréhension de la religion » 
(Al-Bukhâri (71), Muslim (98))
 
Ce hadith démontre l'importance de la recherche de la science et qu'Allah n'accorde la compréhension de cette religion qu'à celui à qui il veut du bien.

Il démontre également que celui à qui il ne veut pas du bien, il ne lui octroie pas la compréhension de cette religion. 
 
Comprendre la religion consiste à apprendre les fondements de l'Islam, connaitre le Halal et le Haram [d'après les preuves] tirés du coran et de la Sunnah. 
 
الفِقهُ في الدين 
تَعَلُّم قَوَاعِد الإِسْلاَم وَ مَعْرِفَة الحَلاَلِ وَ الحرَامِ مِنَ الكتَابِ والسنَّة
 
Sharh Bulugh al-Maram du sheikh Ar-rajahi  
 
Cheikh ‘Abdel‘Azîz Bnou ‘Abdillah Ar-Râjihî - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله الراجحي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 13:47
Les versets «sans équivoque» et ceux qui «peuvent prêter à d'interprétations diverses»
Questions :
 
Qu'est-ce qu'on entend par les versets coraniques "sans équivoque" et ceux qui "peuvent prêter à d'interprétations diverses" ?


Comment peut-on réfuter ce raisonnement problématique avancé par certains, selon lequel si le Saint Coran comporte un exposé explicite de toute chose ainsi qu'une bonne direction pour l'univers, comment donc percevoir ce qu'Allah, l'Exalté, dit dans le verset 7 de la sourate 'Al-'Imran (traduction rapprochée) :

" alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science ... "

Qu'est-ce qu'il est entendu par "ceux qui sont bien enracinés dans la science"?

Et quelle est la différence entre l'interprétation et l'exégèse du Saint Coran ?

 

Réponse :


Que la louange soit exclusivement à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur l'Envoyé d'Allah, sur sa famille et sur ses compagnons..., Ceci dit :

 

Premièrement 

Le fait qu'une parole soit sans équivoque, veut dire qu'elle est suffisamment claire et précise pour servir à distinguer les vraies relations des fausses et les commandements guidant au bon chemin de ceux menant à l'égarement.

Tout le Saint Coran est, dans ce sens, d'une parfaite clarté et est dépourvue de toute ambiguïté, conformément à ce qu'Allah, l'Exalté, dit (traduction rapprochée) : 

"C'est un Livre dont les versets sont parfaits en style et en sens, émanant d'un Sage, Parfaitement Connaisseur". 
[Hoûd: 1]

et  (traduction rapprochée) :
 
"Voici les versets du Livre plein de sagesse" 
[Yûnus: 1]

poiu

Deuxièmement


Le fait qu'une parole soit analogue et semblable à une autre, veut dire qu'elles attestent réciproquement la véracité de leurs contenus. Tous les versets coraniques sont, dans ce sens, assimilables les uns aux autres sans ni contradiction ni confusion; Allah, l'Exalté, dit (traduction rapprochée) : 


"Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S'il provenait d'un autre qu'Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions ! " 
[An-Nissa': 82]

et  (traduction rapprochée) :

"Allah a fait descendre le plus beau des récits, un Livre dont (certains versets) se ressemblent et se répètent"
[Az-Zummar: 23]


Cette ressemblance ne va pas à l'encontre de la précision et la clarté généralement conçues; mais tend plutôt à plus de confirmation du sens sans paradoxe d'aucune sorte.

poiu

Troisièmement


La ressemblance signifie, en particulier, qu'une chose est similaire à une autre par un côté et diffère d'elle par un autre.

 

Or, il existe des versets coraniques de cette sorte, dont la signification tantôt concorde avec certains versets précis, tantôt correspond à d'autres de sens différent, ce qui rend les gens incapables d'envisager clairement leurs contenus.


Mais, en confrontant ces versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses avec les autres bien clairs et nets, on arrive à déceler ce qui est visé au juste par ceux-là.


Quiconque parmi les ulémas ne tient compte que des versets pouvant prêter à d'interprétations diverses, sans les conférer aux autres versets clairs et nets, se serait complu dans le faux et suivi la voie des égarés; comme l'ont fait les chrétiens en prétendant que Jésus est le fils d'Allah.


Allah, qu'Il soit Exalté, dit à son sujet qu'il n'est que la parole d'Allah, qu'Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui; alors que les chrétiens laissent tomber ces versets portant aussi sur Jésus (que la paix soit sur lui) (traduction rapprochée) : 


"Il (Jésus) n'était qu'un Serviteur que Nous avions comblé de bienfaits... "
[Az-Zukhruf: 59]


et  (traduction rapprochée) :

"Dis: "Il est Allah, Unique. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n'a jamais engendré, n'a pas été engendré non plus. Et nul n'est égal à Lui"
[Al Ikhlass: 1-4]


Cet état de choses trouve son résumé dans ce verset (traduction rapprochée) : 


"C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre: il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent: "Nous y croyons: tout est de la part de notre Seigneur!" Mais, seuls les doués d'intelligence s'en rappellent" 
[Al Imran: 7]
 

Ainsi, on est convaincu que le Coran comporte un exposé explicite de toute chose ainsi qu'une bonne direction pour l'univers, une miséricorde et une bonne annonce aux musulmans et on se rend également compte de la concordance de ses divers versets et que, seuls, ceux qui sont bien enracinés dans la science qui suivent le vrai, en conférant les versets prêtant à d'interprétations diverses aux autres sans équivoque, afin de dissiper les doutes et les confusions.


Contrairement aux douteurs de mauvaise conscience qui s'entêtent à suivre leurs caprices et à agir à leur guise en s'attachant aux versets prêtant à d'interprétations diverses sans les confronter avec les autres versets sans équivoque; en vue de semer la zizanie entre les gens et de les fourvoyer.


Quant à cette partie de la question portant sur la différence entre l'interprétation et l'exégèse du Saint Coran, nous disons que l'interprétation du Coran signifie son explication en lui donnant une signification claire, fût-ce en confortant les versets qui peuvent s'interpréter de plusieurs manières avec ceux qui sont sans équivoque; c'est pourquoi on peut marquer une pause après le terme "science" (dans cette partie du verset 7 de la sourate 'Al Imran) (traduction rapprochée) : 


"alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science" 

Car, ce sont, en fait, les savants qui connaissent le sens des versets coraniques prêtant à d'interprétations diverses, confrontent ceux-ci avec les versets sans équivoque et explicitent leurs sens.


Il se peut également que l'interprétation du Coran signifie sa véridicité et sa concordance avec l'état de fait réel, comme le montre ce verset (traduction rapprochée) : 


"Attendent-ils uniquement la réalisation (de Sa menace et de Ses promesses?). Le jour où sa (véritable) réalisation viendra, ceux qui auparavant l'oubliaient diront: "Les messagers de notre Seigneur sont venus avec la vérité" 
[Al A'raf: 53]


Et comme ce qu'a mentionné Allah, l'Exalté, sur la langue de Joseph (Yousouf) (que la paix d'Allah soient sur lui), dans cet épisode de son histoire quand ses deux parents et ses frères sont tombés prosterner devant lui (traduction rapprochée) : 


"O mon père, voilà l'interprétation de mon rêve de jadis" 
 [Yousouf: 100]

Ainsi a-t-il lié la réalisation de la scène qui se passe sous ses yeux au rêve qu'il a fait précédemment.


C'est la même chose pour ce qui est du comment des qualités attribuées par Allah, l'Exalté, à Soi-Même, comme "Al Istiwâ'" (l'établissement) cité dans ce verset (traduction rapprochée) :


"Le Tout Miséricordieux S'est établi "'Istawâ", sur le Trône"
[Taha: 5]

et comme Sa (venue) au Jour de la Résurrection en compagnie des Anges disposés par rangs, comme dans ce verset (traduction rapprochée) :


"et que ton Seigneur viendra ainsi que les Anges, rang par rang"
[Al Fajr: 22]


Le sens de (l'établissement) et de la (venue) est bien clair à l'esprit de ceux qui sont enracinés dans la science; quant au comment de cela, personne si ce n'est qu'Allah n'en détient le secret.


C'est pourquoi, on peut marquer une pause après le terme "Allah" (dans cette partie du verset 7 de la sourate 'Al Imran) (traduction rapprochée) : 


"alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah" 


En somme, l'une ou l'autre opinions portant sur les pauses sont jugées correctes, car chacune d'elle est basée sur une certaine interprétation logique.


Citons pour expliciter le second sens possible de l'interprétation ce hadith rapporté par 'Aicha (qu'Allah soit satisfait d'elle). Elle a dit: "Après la révélation de la sourate "An-Nasr", l'Envoyé d'Allah (pbAsl) n'a fait aucune prière sans qu'il n'y dise: 

"Gloire à Toi, ô Seigneur, et louange à Toi. Seigneur! Pardonne-moi" 
Al Boukhari dans plusieurs oeuvres dont Al Adhân (794)

en mettant ainsi en exécution ce qu'Allah lui a ordonné: 

"alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon" 
[An-Nasr: 3]


Il se peut également que l'interprétation du Coran ou des autres textes de la charia, signifie le fait de dériver un terme de son sens prépondérant vers un autre qui semble prévaloir contre lui, en se basant sur une preuve.

Telle est la méthode suivie par plusieurs jurisconsultes et adoptée également par la plupart des successeurs qui avaient traité l'interprétation des versets comportant les attributs d'Allah.

Le grand mufti, Ibn Taymiyya a critiqué ceci à la fin de la cinquième règle figurant sans son ouvrage intitulé " At-Tadmuriya".

Que celui qui désire plus de renseignements encore sur ce sujet, consulte cet ouvrage.


Et c'est Allah qui accorde la réussite. Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 
Source : alifta.com
Traduction rapprochée : qurancomplex.org
Revue par Ibn Hamza Al Djazairy

copié de alghourabaa.free.fr
 
Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Apprentissage - طلب العلم
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 18:52
Il y a deux voies permettant d'acquérir la science

Deux voies permettent d'acquérir la science...

 

Premièrement
 
Cela consiste à apprendre [la science] dans des livres sûrs rédigés par des savants reconnus pour leur science, leur honnêteté et leur croyance pure débarrassée des innovations et des fausses croyances.

Prendre la science dans les livres n'empêche pas la personne d'arriver à son but.
Ceci dit, elle se doit de passer deux obstacles :
 
  • Le premier obstacle

La durée. Il faudra que la personne attendre longtemps, souffre durement et déploie un effort soutenu avant d'obtenir la science recherchée.
Ceci constitue un obstacle que beaucoup de gens n'ont pas la force de franchir.
Et particulièrement, lorsque l'on voit autour de soi ceux qui ont perdu leur temps sans utilité aucune, d'où paresse et lassitude empêchant de parvenir à ce qui est voulut.
 
  • Le deuxième obstacle

Celui qui cherche le savoir dans les livres recueille souvent de faibles connaissances, qui sont non fondées sur des règles ou fondements.
C'est pourquoi, on constate beaucoup d'erreurs chez ceux qui apprennent le savoir dans les livres, car ils sont dépourvus de règles et fondements de référence qui permettent de cerner les détails mentionnés dans le Livre et la Sounnah.
Certains personnes empruntent un hadîth qui n'est cité ni dans les recueils authentiques de hadîth qui font autorité en la matière, ni dans les rassemblements [Massânîd], une approche contraire aux règles fondamentales avérées auprès des gens de science comme par l'ensemble de la communauté.
Ensuite, ils font du hadîth qu'ils ont pris le fondement de leur croyance.
Et cela est sans aucun doute une erreur.
Car le Livre [d'Allâh] et la Sounnah comportent des règles fondamentales qui régissent des spécialités.
Ceux-ci ne peuvent pas être opposés à celles-là. En effet, s'ils se révèlent contradictoires avec les règles, on se doit de les délaisser.
 
Deuxièmement

De ce qui fait partie de la voie pour l'acquisition de la science, il y a le fait de s'instruire auprès d'un professeur sûr dans sa science et sa religion.
Cette voie est plus rapide et plus sûre pour la science.
Certes, la première voie peut égarer l'étudiant à son insu, par le défaut de sa compréhension ou par sa négligence, ou pour d'autres circonstances.
Quant à la deuxième voie, elle permet de discuter [débattre] avec le professeur, d'accepter des idées et d'en rejeter d'autres.
Ceci ouvre à l'étudiant beaucoup de portes lui permettant de comprendre, de vérifier et de connaître la manière de défendre les paroles authentiques et de repousser les paroles faibles.
Si l'étudiant réunit ces deux voies, cela est bien plus complet et achevé.
Il doit commencer par ce qui est important à ce qui est encore plus important, des abrégés aux ouvrages exhaustifs de manière à ne pas passer à une étape avant de maîtriser la précédente, et de cette manière, il cheminera sainement.

 

Sans titre 1-copie-3

Question :


Certains étudiants en science se suffisent d'écouter les cassettes des savants qui dispensent leur cours. Cela suffit-il pour apprendre la science ?

Peut-on considérer ceux qui agissent ainsi comme des chercheurs de la science ?

Et est-ce que cela peut influer sur leur croyance ?


Réponse :


Il n'y a aucun doute que l'écoute des cassettes leurs suffisent en remplacement des cours des gens de science quand ils ne peuvent pas y assister.

 

Cependant, la participation aux cours des savants est meilleure et plus proche de l'excellence, ainsi que plus proche d'une bonne compréhension et du débat.

 

Toutefois, s'ils ne peuvent pas y assister, cela [les cassettes] leurs suffisent.

Sans titre 1-copie-3


Ensuite, est-il possible de le considérer comme étudiant en science quand il se limite à cela ?


Nous disons : Oui, lorsque la personne déploie un grand effort pour cela.

 

Comme il est possible qu'une personne devienne savante quand elle prend la science directement des livres.

 

Ceci dit, il existe une différence entre le fait de prendre la science des livres et cassettes et son apprentissage direct auprès des savants, car cette dernière approche est plus à même de procurer la science, et celle-ci est un chemin facile qui permet de discuter des divergences de ce que la personne a entendu ou lu.

 

Ce qui est différent pour celle [qui écoute ou lit seulement] et qui devra déployer un important effort afin de rassembler les différentes parties de la science sur le sujet.

Sans titre 1-copie-3


Quant à la question de savoir si le fait de se contenter des cassettes pourrait influencer la croyance de ces personnes, la réponse est :

Oui, cela peut influencer leur croyance quand elles peuvent écouter des cassettes qui comportent des innovations et qu'elles les suivent.

 

Si par contre, elles écoutent des cassettes de savants avérés pour elles, celles-ci ne laisseront aucune influence négative sur leur croyance.

 

Bien au contraire, elles augmenteront leur foi et les sauvegarderont et leur feront adopter une croyance authentique.


« Kitâb ul-'Ilm » de SHeikh Ibn 'Uthaymîn, p.68-70
copié de manhajulhaqq.com


Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Apprentissage - طلب العلم
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 12:21
Conseils aux jeunes débutants

Question :


Quel est votre conseil au jeune qui commence sur le chemin de la droiture ?
 
Réponse :

Je conseille à ce jeune qui commence sur le chemin de la droiture :
 
-  de demander constamment à Allah de l'’affermir (sur ce chemin).

-  de beaucoup lire le Qur’an et réfléchir sur ses sens, car le Qur’an a un grand effet sur le coeœur, surtout si on le lit avec réflexion.

-  qu'’il s’'efforce de rester dans l’'obéissance, qu’'il ne dévie pas et ne sois pas fainéant, car le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) cherchait protection contre l'’incapacité et la fainéantise.

-  qu’il s'’efforce de rester avec les gens de bien, et qu'’il s'’écarte des gens mauvais.

-  qu’'il conseille son âme, lorsqu'’elle lui dit : « tu as le temps, le chemin est long », qu'’il conseille et renforce son âme, car le paradis est entouré de choses déplaisantes et l'’enfer est entouré des passions.

-  qu'’il s’'écarte des gens mauvais, même s'’ils étaient ses amis auparavant, car le fait de rester avec eux aura un effet sur lui, c’est pourquoi le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) dit :
« Les mauvaises assises sont comme le forgeron : soit il brûle tes habits, soit il te transmet une mauvaise odeur »
(rapporté par Al-Bukhari et Muslim).

Source : Liqa’at al-bab al-maftuh (1571)
copié de salafs.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Apprentissage - طلب العلم
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 21:58
Le remède à la maladie de l’ignorance est le fait de poser des questions aux savants

Le Messager d'Allâh (sallallahu 'alayhi wa sallam) voit que l'ignorance est une maladie et que son remède est le fait de poser des questions aux « Savants ».

 

Abû Dâwoud rapporte que Djâbir Ibn 'Abdullâh a dit :

 
« Nous étions sortit en voyage, et une pierre toucha l'un d'entre nous en lui faisant une ouverture à la tête. 
 
Après avoir réfléchit, il interrogea les compagnons en ses termes : Est-ce que vous me permettez de faire les ablutions sèches ? 
 
Ils dirent : Nous ne voyons pas cette permission pour toi, tu peux donc supporter l'eau - Il se lava alors avec de l'eau et en mourut. 
 
En arrivant chez le Messager d'Allâh (sallallahu 'alayhi wa sallam) nous lui racontâmes l'histoire, et il dit : « Ils l'ont tué, qu'Allâh les tue ! »


Pourquoi n'ont-ils pas demandé s'ils ne savaient pas ?

Certes le remède de la maladie [de l'ignorance] est le fait de poser des questions.

 

Il suffit dans ce cas-là de faire le Tayammum, de bander la tête par une étoffe et de l'essuyer avec de l'eau, et il peut ensuite se laver tout le corps. »

Rapporté par Abû Dâwoud,  Ahmed, Ibn Mâdja et al-Hâkim

 
C'est ainsi [que le Prophète] informa que le remède à l'ignorance, est le fait de poser des questions [aux gens qui savent]. 

 

Kitâb « ad-Dâ-a wad-Dawâ-a » de l'Imâm Ibn al-Qayyîm, p.19

copié de manhajulhaqq.com

 

Imam Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Apprentissage - طلب العلم