compteur de visite

Catégories

1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 18:04
Apprendre la science par le biais des cassettes et des audios (audio)

Le questionneur (Cheikh Mohammad ibn Hâdi lit la question) dit :

 

Nous sommes un groupe de quelques jeunes, nous nous asseyons et nous lisons l'explication de certains épîtres de science (moutoun) par le biais de la retranscription de certaines cassettes (audio) des mashaykh.

 

Est-ce notre façon d'agir est convenable ?

 

Cheikh Rabee' répond :

 

Oui, si c'est un savant salafî, digne de confiance dans sa science et sa droiture, on prend de celui-ci la science - qu'Allâh te bénisse -.

 

Les savants sont les héritiers des prophètes et ils n'ont laissé en héritage ni dinâr ni dirhâm, ils n'ont laissé que la science.

 

Celui qui prend d'eux la science a certes hérité d'une grande part.

 

Il n'y a pas de mal, s'ils font partie des adeptes de la science, du mérite, de la droiture, qu'ils sont dignes de confiance dans leur science, dans le fait de restituer le dépôt et dans leur religion, alors on peut profiter d'eux.

 

Cheikh Mohammad précise :

 

Par le biais de cassettes (audio).

 

Cheikh Rabee' répond :

 

Oui par le biais de cassettes.

 

Et s'il y a des erreurs, il faut leur indiquer, personne n'est immunisé contre l'erreur.

 

S'il y a des erreurs, il faut leur exposer avec respect et bon comportement, personne n'est immunisé.

 

Qu'Allâh te bénisse.

 

✅ Traduit et publié par Al-Firqatou An-Najiyatou

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 17:23
Comment étudier dans un pays où il n'y a pas de savant ? (audio)

 

Le questionneur demande :

 

Je vis dans un pays où il ne se trouve aucun savant, dois-je retranscrire les audios des savants et lire leurs livres afin d'enseigner aux gens le tawhîd, ainsi que le reste des adorations ?

 

Cheikh Abdou-l-Mouhsin al-'Abbad al-Badr :

 

Premièrement : Il convient à ce qu'il donne de l'importance à ce qui a été écrit et édité parmi les livres des savants, dans le sens où les livres vérifiés diffèrent des écrits retranscrits à partir d'audio et des audios eux-mêmes.

 

Ce qui est vérifié par le savant, écrit par celui-ci et confirmé, n'est pas comme ce qui provient d'un audio où il se peut que la langue fourche et dise une chose alors qu'il voulait en dire une autre.

 

Contrairement à la vérification, lors de laquelle l'individu peut avoir une vision d'ensemble, réfléchir, faire des recherches, se relire et répéter la vérification plusieurs fois, afin que cela soit ensuite mis à l'écrit.

 

Il faut donc que l'individu s'attache à ces livres vérifiés en premier lieu.

 

C'est la première chose à laquelle il faut avoir recours et donner de l'importance, c'est même prioritaire sur l'écoute des audios.

 

Bien sûr, il est possible de profiter des audios, mais le fait de s'occuper par les livres vérifiés des savants et leur donner de l'importance est plus proche de la perfection et meilleur.

 

Il peut aussi écouter ces audios et en profiter.

 

Il ne fait aucun doute que le fait de réunir les deux n'est que bien sur bien et lumière sur lumière.

 

Mais le plus important, c'est que l'individu s'attache aux livres vérifiés des savants, tels que Cheikh Ibn Baz, Cheikh Ibn 'Uthaymîn et Cheikh Al-Albâni, qu'Allâh leur fasse miséricorde.

 

Desquels Allâh a fait profiter de leur science et de leurs livres vérifiés.

 

L'individu retourne donc à ces livres, en tire des bénéfices et leur donne de l'importance.

 

Et il n'y a pas de mal à ce qu'il tire bénéfice des audios.

 

Si l'individu vit dans un endroit où il ne se trouve pas de savants, il donne alors de l'importance aux audios et aux livres des savants.

 

Il faut aussi qu'il soit en contacte avec ceux qu'il est possible de joindre par téléphone (parmi les savants) ou de revenir à leurs écrits.

 

S'il ne peut se les procurer, il lui est toujours possible des les trouver sur internet ; Beaucoup d'écrits sont disponibles sur les réseaux et donc accessibles aux quatre coins du monde.

طلب العلم على اشرطة العلماء و الكتب و تعليم الناس

Cheikh Khaled ben Hamouda :

 

À ceux qui se plaignent de l'absence de savant dans leur ville :

 

Les explications des épîtres (moutoun) scientifiques peuvent remplacer le savant dans la plupart de ses objectifs (de sens).

 

Voilà ce qu'ont dit nos savants tels que Al-'Abbad et Zayd Al-Madkhalî.

لمن يشكو من عدم وجود المشايخ في بلده: شروح العلماء على المتون العلمية تقوم مقام الشيخ في أكثر مقاصده، هكذا قال علماؤنا كالعباد وزيد المدخلي

 Traduit et publié par Al-Firqatou An-Najiyatou

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Cheikh Khâled Hamoûda - الشيخ خالد حمودة

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 14:43
Les quatre signes par lesquels tu reconnais un savoir bénéfique (chez quelqu’un) d’un savoir qui ne l’est pas

Le savoir bénéfique est celui :

 

1. Qui est authentique à la base.

2. Dont le détenteur est sincère envers Allâh.

3. Qui donne ses fruits : Les actes vertueux.

4. Qui purifie le cœur et engendre les bonnes manières, la belle moralité.

 

Nous cherchons refuge auprès d’Allâh contre celui qui parle sans apprendre et celui qui apprend sans bonnes manières.

 

Sur le compte Twitter de Cheikh - @solyman24

Publié par Fawâ-id du chaikh Soulayman Ar Rouhayli

العلم النافع هوالذي

يكون صحيحافي أصله -

يكون صاحبه مخلصا -

يثمرالعمل -

يزكي القلب ويثمرالأدب -

نعوذبالله من متكلم غيرمتعلم ومتعلم غير متأدب

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 12:12
L'objectif dans l'apprentissage de la science (audio-vidéo)

C'est la raison pour laquelle, il convient que cela soit l'objectif de la personne dans l'apprentissage et également son objectif dans le questionnement, tu apprends pour entrer au paradis : 

 

"Celui qui empreinte un chemin par lequel il recherche une science, Allâh lui fait prendre par cela un chemin vers le paradis".

 

Et également pour enseigner aux autres, et la science comme l'a dit 'AbdAllâh ibn Al-Moubârak رحمه الله : 

 

"Son début est l'intention, puis l'écoute, puis la compréhension, puis la mémorisation, puis la mise en pratique, puis la propagation."

 

Six étapes pour les étapes de la science.

 

Lorsque l'intention de la personne est bonne dans ses questions, il obtiendra par la volonté d'Allâh سبحانه وتعالى et concrétisera la bénédiction dans sa vie et il en tirera profit lui-même ainsi que les autres par la suite ; Contrairement à celui dont l'objectif de ses questions est ambigu et non valide, et des intentions non droites et des buts non droits, ni lui ni les autres ne tirent profit de ces questions, il se peut même que cela ne produise que des troubles auprès des gens, ainsi que des doutes, des illusions et d'autres choses similaires.

 

C'est la raison pour laquelle, il convient à la personne qu'elle fasse des efforts sur sa propre personne pour rectifier son intention entre elle et Allâh سبحانه وتعالى.

 

Et le cas de l'intention est très important et elle nécessite d'être traitée en permanence.

 

Al-Awzâ'i رحمه الله a dit : 

 

"Je n'ai pas traité une chose plus difficilement que mon intention."

 

Traduit et publié par sahihofislam

La quête de la science

 

D'après Abou Darda رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

"Celui qui prend un chemin pour rechercher la science, Allâh lui fait prendre par cela un chemin vers le paradis.

 

Certes les anges étendent leurs ailes pour celui qui recherche la science et certes tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre demandent le pardon pour le savant même le poisson dans l'eau.

 

Le mérite du savant sur l'adorateur est comme le mérite de la lune par rapport aux autres astres.

 

Et certes les savants sont les héritiers des prophètes et les prophètes n'ont pas laissé comme héritage des dinar ou des dirham mais ils ont laissé la science, celui qui la prend aura prit une part importante".

 

Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2682 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan At-Tirmidhi

 

عن أبي الدرداء رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

من سلك طريقا يبتغي فيه علما ، سلك الله به طريقا إلى الجنة ، وإن الملائكة لتضع أجنحتها لطالب العلم ، وإن العالم ليستغفر له من في السموات ، ومن في الأرض حتى الحيتان في الماء ، وفضل العالم على العابد ، كفضل القمر على سائر الكواكب ، إن العلماء ورثة الأنبياء ، إن الأنبياء لم يورثوا دينارا ، ولا درهما ، إنما ورثوا العلم ، فمن أخذ به فقد أخذ بحظ وافر

رواه الترمذي في سننه رقم ٢٦٨٢ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن الترمذي

Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 21:16
Est-il possible de réunir entre la vie de ce bas-monde et l’étude de la science ? (audio)

Oui, cela est possible, d’unir entre ceci et cela.

 

Si tu n’as pas de quoi subvenir à tes besoins comme salaire provenant de Bayt Al-Mal dans ton pays, tu peux travailler un jour et étudier un jour.

 

Et les études, Ô mon frère bien aimé, ne sont pas seulement celles du système scolaire.

 

Les études qui sont la quête de science (Talab Al’ilm), par lesquelles Allâh ôtera de toi l’ignorance.

 

Par lesquelles tu connaîtras le jugement de ce qu’Allâh t’a rendu obligatoire, et ce qu’Il t’a interdit.

 

Voici ce qu’est la science.

 

Quant aux études afin d’acquérir un emploi et d’être officiellement diplômé, cela n’est pas la science.

 

Il se peut qu’il soit diplômé et qu’il ne possède rien (comme savoir religieux).

 

Comme certains de nos camarades le disent : «Apprends et étudies afin d’acquérir 210 (la bourse de l’époque), tu sortiras de la science ruiné, si ce n’est ne possédant qu’un Qamis et une Ghotra (Habit traditionnelle de la péninsule arabique)»

 

Il ne possède rien.

 

Il a certes réussi, mais ce qu’il a étudié durant l’année, il l’a oublié.

 

Et lorsqu’il obtient son diplôme, tout ce qu’il a étudié auparavant sera oublié.

 

Une fois qu’il a atteint son emploi, il s’en contente.

 

La science, non !

 

C’est la connaissance de ce qui t’est obligatoire pour Allâh -exalté soit-il-, dans la mosquée, dans les séminaires spécifiques en dehors du système scolaire.

 

L’important est que tu sois en capacité d’apprendre.

 

La base de cela est le hadith de ‘Umar -qu’Allâh l’agrée- :

 

«J’étais, moi et ainsi qu’un voisin à moi de ‘Awali Al-Madinah (quartier à Médine), nous alternions l’allée et venue chez le prophète صلى الله عليه وسلم, j’allais donc auprès du prophète un jour, et lui y aller le jour suivant.

Lorsqu’il y allait, il me rapportait la révélation qui fut descendue le jour même.

Et lorsque j’y allais je lui rapportais la même chose» (1)

 

Si cela est fait de cette façon alors Louanges à Allâh.

 

…,Il se peut que tu n’aies pas un jour (de travail) et un jour (pour étudier) ou que tu n’aies pas une semaine (de travail) et une semaine (pour étudier), peut être que ce n’est pas possible pour toi, alors libère-toi un mois ou 2 ou 3 pour étudier, et pendant 9 mois tu travailles.

 

Il n’y a pas de mal, tu peux, pour Allâh, travailler.

 

Nos pieux prédécesseurs, ces emplois (à plein temps) sont apparus il y a moins de 100 ans.

 

Tous les premiers prédécesseurs étudiaient et travaillaient en même temps.

 

Toute cette gigantesque bibliothèque nous est venue alors qu’ils étaient employés (à plein temps) ?

 

Non !

 

Mais ils travaillaient : Pêcheurs, vendeurs d’huiles, vendeurs de Safran, forgeron, menuisier etc…

 

Ces termes désignent beaucoup de savants, ils étaient surnommés selon leur travail et leur métier.

 

Et c’est pour cela qu’il est apparu dans certains chapitres des sciences du Hadith :

 

L’affiliation aux métiers et aux productions/industries.

 

Les premiers savants étaient des travailleurs pour eux-mêmes (pour leur intérêt, éviter le besoin), même les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم, comme je l’ai dis précédemment, avaient des occupations, des fermes cultivées et des emplois.

 

Et le Hadith de ‘Aisha : Les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم étaient des travailleurs pour eux-mêmes (pour leur intérêt).

 

Et ils avaient des occupations, c’est à dire des travaux, des fermes et des choses à faire.

 

Il a même été dit : Si seulement vous vous laviez le vendredi afin que vous n’ayez pas ces odeurs (dues au travail).

 

Donc, mon frère, oui cela est possible et les Louanges sont à Allâh.

 

(1) Sahih Al-Bukhary

 

Traduit par Anas Abou Malik Al-Maimouni - @AnasAbouMalik

Publié par anasaboumalik.fr

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 17:02
Réviser les bénéfices religieux (الفوائد)

Depuis la propagation de ces moyens électroniques (l'ordinateur portable et les systèmes de copier/couper-coller), beaucoup de gens se sont mis à coller la fa'idah sur la feuille (du document) mais ils ne la collent pas dans leur coeur.

 

Et ceci est un type d'erreur.

 

Si l'étudiant en science a tiré des bénéfices d'un certain livre, alors il se doit de réviser ces fawa'id de temps à l'autre.

 

شرح كتاب أحاديث الفتن و الحوادث 9

Traduit par Oum Suhayl Al Jaza’iriyah

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mostafa Mabram - الشيخ أبي يوسف مصطفى مبرم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:04
La privation de la science

As-Safârîny a dit رحمه الله :

 

La privation de la science est sous six aspect :

 

Le premier : Le fait de ne pas poser de question (aux gens de science).

 

Le deuxième : Le fait de ne pas se taire lorsque le savant parle et de ne pas lui prêter oreille.

 

Le troisième : La mauvaise compréhension.

 

Le quatrième : La mauvaise mémorisation.

 

Le cinquième : Le fait de ne pas propager et ne pas enseigner cette science (ce que tu connais).

Car celui qui garde la science (pour lui seul) sans la transmettre, Allâh lui fera oublier cette science comme rétribution équitable جزاء وفاقاً.

 

Le sixième : Le fait de ne pas mettre en application (cette science).

Car la mise en pratique nous aide obligatoirement à la mémoriser, à la méditation et la considération que l'on porte à cette science.

Mais si la personne néglige les actes, elle oubliera cette science.

 

غذاء الألباب م1 ص 44

 Groupe de traductions et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

قال السفاريني - رحمه الله

 وحرمان العلم يكون بستة أوجه

أحدها: ترك السؤال

الثاني: سوء الإنصات وعدم إلقاء السمع

الثالث: سوء الفهم

الرابع: عدم الحفظ

الخامس: عدم نشره وتعليمه ، فمن خزن علمه ولم ينشره ، ابتلاه الله بنسيانه جزاء وفاقاً

 السادس: عدم العمل به ، فإن العمل به ، يوجب تذكره ، وتدبره ، ومراعاته ، والنظر فيه ، فإذا أهمل العمل به نسيه

غذاء الألباب م1 ص 44

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 19:59
Repousser la demande de la science en raison d'excuses futiles et non recevables (audio)

Et personne n'échappe à la maladie ni aux excuses.

 

(Cheikh s’adresse à ses élèves...)

 

Et le nombre d'élèves dans l'institut est élevé.

 

Si nous voulions repousser l'examen pour chacun sous prétexte d'excuses qui n'empêchent ni ne lèsent de passer l'examen ; Nous devrions alors repousser l’examen indéfiniment...

 

Cela est très difficile.

 

Cela dépend de la résolution de la personne.

 

Nos savants - qu'Allâh les préserve et qu'Il fasse miséricorde à ceux qui sont morts -, certains d'entre eux étaient gravement malades et le médecin leur disait : "Ne donne pas cours, cela nuirait à ta santé !".

 

Et malgré cela ils sortaient pour donner leurs cours et disaient : "Mon repos se trouve dans le cours".

 

Alors pourquoi toi (Cheikh s'adresse aux frères et aux sœurs) qui te plains de ta tête ou de tes dents ou de tes yeux ou d'autre chose, pourquoi la science ne serait-elle pas ton repos ?

 

Source : "Tawjihat lil tullabil mahad al-miraath an-nabawi", à partir de 46mn 30s.

Traduit par Oum Suhayl

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul - الشيخ أحمد بن عمر بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 22:47
Étudier seul dans les livres ? (audio)

Une fois un jeune lut ceci, dans un des livres que nous avons ici : «Seigneur pardonne moi ainsi qu'à mes deux parents, entre les deux prosternations.»

 

Et il explique : «Je disais (pour invoquer) "Seigneur pardonne moi ainsi qu'à mes deux parents entre les deux prosternations, Seigneur pardonne moi ainsi qu'à mes deux parents entre les deux prosternations... "» (1)

 

Et ceci fait partie des fléaux qui résultent du fait de prendre la science directement des livres.

 

C'est pour cela que les pieux prédécesseurs insistaient ardemment sur le fait d'acquérir la science en la prenant des savants.

 

Les savants disent : «Celui dont le livre est son enseignant, ses erreurs seront plus nombreuses que ses exactitudes.»

 

Je me rappelle d'un jeune qui faisait beaucoup d'effort dans le bien, et qui avait lu dans la sounnah que le Prophète صلى الله عليه وسلم avait interdit d'utiliser les courges, ceci est authentique, il a bien interdit d'utiliser les courges.

 

Donc ce jeune dit : «Je me suis mis à ne plus manger de courges, car le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit les courges.»

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a bien sur interdit de les utiliser, mais en tant que récipients.

 

Les gens les coupaient par dessus, y mettaient des fruits à tremper avec de l'eau ou des raisins et les recouvraient (2).

 

Ensuite cela fut abrogé et la macération fut permise dans n'importe quel récipient pour autant qu'elle n'excède pas les trois jours.

 

(1) Il croyait que l'invocation comprenait la mention (entre les deux prosternations) alors que cette partie indique juste le moment où prononcer : «Seigneur pardonne moi ainsi qu'à mes deux parents».

(2) Principe de fermentation.

 

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par Al-An Firqatou Nâjiyatou

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 13:18
La recherche de la science pour un but mondain (audio-vidéo)

Question :

 

Quel est le jugement de celui qui apprend afin d'obtenir un diplôme ou de devenir savant, et autre que cela ?

 

Réponse :

 

S'il apprend pour le bas-monde, afin de trouver un emploi, ou qu'on dise qu'il est savant, alors il est perdant, il n'aura pas tiré de la science le bénéfice qui lui aurait été utile dans l'au-delà.

 

Quant à ce qu'il apprenne afin de tirer profits et de connaître le jugement d'Allâh, de connaître ce qu'Allâh lui a légiféré, et de trouver un emploi aussi et qu'il tire bénéfices dans les affaires de son bas-monde alors il n'y a pas de mal.

 

Car la science le tire vers l'un et l'autre.

 

Mais il se peut qu'il s'instruise afin de trouver un emploi, ou qu'on dise qu'il est savant, puis Allâh le guide et il revient à la vérité.

 

Tel que l'ont dit certains salafs : Nous avons appris la science afin qu'elle soit pour autre qu'Allâh, elle refusa alors d'être si ce n'est que pour Allâh.

 

Il lui incombe donc d'apprendre et même si son intention est mauvaise, il ne doit pas délaisser la science.

 

Il apprend et il s'efforce, il s’assoit avec les savants et il demande à son Seigneur d'améliorer son intention, qu'il implore Allâh de l'aider dans la réforme de l'intention et d'avoir pour but à travers sa science le Visage d'Allâh عز وجل.

 

Et Allâh سبحانه وتعالى est bon et généreux, s'il est sincère dans l'invocation,

 

IL exaucera son invocation et améliorera sa situation.

 

Après cela l'intention sera bonne, qu'il ne désespère pas et qu'il ne délaisse pas la science.

 

Traduit par une sœur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net

حكم طلب العلم لغرض دنيوي

ما حكم من يتعلم لكي يأخذ الشهادة أو يصير عالماً، إلى غير ذلك؟

إذا كان يتعلم للدنيا ليتوظف أو ليقال إنه عالم، فهذا خاسر ما يستفيد من العلم الفائدة التي تنفعه في الآخرة، أما إذا تعلم ليستفيد ويعرف حكم الله، ويعرف ما شرع الله له، وليتوظف أيضاً وينتفع في أمور دنياه فلا بأس، فإن العلم يجره إلى هذا وهذا، ولكن قد يتعلم ليتوظف ، أو ليقال له عالم، ثم يهديه الله ويرجع إلى الصواب، مثلما قال بعض السلف: تعلمنا من العلم ليكون لغير الله فأبى أن يكون إلا لله. فينبغي له أن يتعلم ولو ساءت نيته، لا يترك العلم يتعلم ويجتهد ويحضر مع العلماء ويسأل ربه أن يحسن نيته، يتضرع إلى الله أن الله يعينه على إصلاح النية، وأن يقصد بعلمه وجه الله - عز وجل -، والله - سبحانه وتعالى - جواد كريم إذا صدق في الدعاء يجيب دعوته ، ويحسن حاله، فتكون النية بعد ذلك صالحة ، لا ييأس، ولا يترك العلم

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم