compteur de visite

Catégories

1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 18:37
Et combien porte une science et il ne la comprend pas ! (vidéo)

Il n’y a pas de doute quant au fait que la demande la science est le fondement pour la parole et l’acte.

 

« Sache donc qu'en vérité, il n'y a point de divinité à part Allah, et implore le pardon pour ton péché, ainsi que pour les croyants et les croyantes» (trad relative s.47. v19.)

 

(Allâh) a donc commencé par la science avant la parole et l’action, comme l’a dit l’imâm al Boukhârî rahimahouLLâh dans son sahîh.

 

Et le bienfait de la demande de la science est venu dans le Qur’ân et la sounnah, avec énormément de preuves en cela.

 

Parmi elles, ce que vous avez entendu de son éminence le directeur, comme par exemple Sa Parole Soubhânahou wa Ta3âlà :

 

« Les croyants n'ont pas à quitter tous leurs foyers. Pourquoi de chaque clan quelques hommes ne viendraient-il pas s'instruire dans la religion, pour pouvoir à leur retour, avertir leur peuple afin qu'ils soient sur leur garde » (trad. relative s.9, v.122)

 

Ce n’est pas à tout le monde que fut facilitée la recherche de la science: mais une partie de chaque clan, de chaque tribu, de chaque pays et de chaque famille.

 

Et cette partie englobe le peu comme le nombreux.

 

Pour quelle raison (cette recherche) ?

 

Afin de s’instruire dans la Religion.

 

La demande de la science n’est pas seulement de mémoriser, la mémorisation est juste un moyen.

 

Mais (aussi) la compréhension, la compréhension dans la Religion.

 

Et combien porte la science et il ne comprend pas !

 

Donc l’axe pour s’instruire est la compréhension dans la Religion d’Allâh Azza wa Jall. « (…) s'instruire dans la religion »

 

Puis après avoir compris dans la Religion, ils retournent à leurs peuples, pays, tribus et familles.

 

En avertisseurs.

 

C'est-à-dire leur apprendre ce qu’Allâh leur a appris de science et la propager parmi eux.

 

Et c’est grâce à cela que se propage l’Islâm, de l’Est à l’Ouest.

 

Une méthode facile, douce et dans laquelle se trouve beaucoup de bien. « pour pouvoir à leur retour, avertir leur peuple afin qu'ils soient sur leur garde».

 

Que ta famille soit d’abord ta priorité : tu commences par eux.

 

« Et avertis les gens qui te sont les plus proches.» (trad relative s.26, v.214)

 

Tu commences par eux puis le bien s’étendra d’eux vers autres qu’eux.

 

«pour pouvoir à leur retour, avertir leur peuple afin qu'ils soient sur leur garde».

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

من سلك طريقا يبتغي فيه علما ، سلك الله به طريقا إلى الجنة

 

« celui qui emprunte un chemin à la recherche de la science, Allâh lui facilitera par ce biais une voie vers le paradis» 

 

« emprunte un chemin» signifie suivre les pas (stratégie) des étudiants en science en y cheminant.

 

Ceci est la voie que l’étudiant en science doit emprunter. L’étudiant en science, ce n’est pas (celui qui) prend un livre ou le Qur’ân et reste assis chez lui à lire.

 

Non, il lui est nécessaire de partir, de voyager pour rechercher la science, pour rencontrer les savants.

 

Il doit rentrer dans le cycle de l’apprentissage.

 

Et, pour cela, il a besoin de faire des efforts, d’avoir de la patience, de la souffrance.

 

La recherche de la science comporte prendre son temps,  se reposer et avoir tout ce qu'il faut.

 

« Pourquoi de chaque clan quelques hommes ne viendraient-il pas s'instruire dans la religion» : partir, voyager !

 

Que cette recherche soit lointaine ou proche.

 

Et non pas prendre un livre, l’apprendre dans sa demeure ou l’y lire !

 

Non, ceci n’est pas de la recherche dans la science religieuse.

 

Il se peut même que cela soit nuisible, qu’il comprenne ce qui n’a pas été visé ni voulu (par l’auteur).

 

Il doit voyager pour rechercher la science, où que celle-ci se trouve, même lointaine.

 

Il va vers elle.

 

« celui qui emprunte un chemin »: ceci est comme la Parole d’Allâh Ta3âlà :

 

« Pourquoi de chaque clan quelques hommes ne viendraient-il pas s'instruire dans la religion»  (trad relative s.9, v.122).

 

« à la recherche de la science » : ceci représente le but.

 

Que certes, il recherche la science où qu’elle se trouve et il se dirige vers et l’y rencontre auprès de ses gens.

 

La science est par la rencontre (des savants).

 

Quant à ces livres, ce ne sont que des outils. Et rencontrer la science ne se fait pas au travers des livres.

 

Elle ne se fait qu’à travers les savants.

 

« celui qui emprunte un chemin, Allâh lui facilitera par ce biais une voie vers le paradis » : comme il chemine dans la recherche de la science alors il chemine vers le Paradis, si son intention est bonne et que son but est sain et sa direction.

 

Alors, certes, il se dirige vers le Paradis. Il ne se dirige pas vers une autre chose convoitée, mais il se dirige plutôt vers le Paradis.

 

Et si une chose des affaires de ce bas monde vient à lui alors cela vient de l’Aide d’Allâh Azza wa Jall envers lui. Mais que cela (le bas monde) ne soit pas son but.

 

Seulement qu’il s’en aide afin de rechercher la science.

 

copié de دورة العلوم - Les cercle des sciences
 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 10:26
A chaque fois que j'étudie une science, je l'oublie (audio)

 

Question :

 

J'ai un problème : à chaque fois que j'étudie un livre ou une science je l'oublie, y a-t-il une solution à ce problème, en sachant que cette chose m'a rendu anxieux envers l'étude de la science.

 

Pouvez-vous me conseiller -qu'Allah vous bénisse- ?

 

Réponse :

 

-Premièrement,

 

Apaise-toi, car la plupart des gens ne peuvent se débarrasser de l'oubli, et même si certains s'en débarrassent les autres n'en seront pas épargnés, car les gens diffèrent dans cela : certains oublient tout, d'autres un peu moins, et ainsi de suite, d'autres quant à eux n'oublient que très peu. 

 

-Deuxièmement,

 

Je te recommande de ne pas délaisser la science, de t'attacher aux savants et de noter les choses que tu as peur d'oublier sur un cahier afin de t'en rappeler en y revenant. 

 

traduit par forum.daralhadith-sh.com

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:37
Prendre la science auprès des petits

Le shaykh bien-aimé, le noble savant, ‘Abd As-Salâm Ibn Barjass (1387-1425 h.) a laissé à la communauté musulmane un patrimoine scientifique non négligeable.

 

Parmi ses ouvrages bénéfiques on trouve le livre : "Obstacles à l’apprentissage".

 

Voici la traduction de l’obstacle qu’il a placé en quatrième position : "Prendre la science auprès des petits."

 

Il dit -qu’Allah lui fasse miséricorde- :

separador-2

Ce phénomène est en réalité un mal grave et une maladie chronique qui empêche l’étudiant d’atteindre son objectif et qui le fait dévier du chemin sain menant à la science.

 

Ceci car prendre la science auprès des jeunes dont le pied ne s’est pas enraciné dans la science et dont les barbes n’y ont pas blanchi, avec la présence de quelqu’un de plus âgé et de plus enraciné, affaiblit la base du débutant, l’empêche de profiter de l’expérience des grands savants et d’acquérir leurs bonnes manières qui ont été réformées par la science et le temps.

 

Ainsi que d’autres raisons que révèle le athar d’Ibn Mass’ûd lorsqu’il dit :

 

"Les gens ne cesseront d’être dans le bien tant qu’ils prendront la science de leurs grands, leurs dignes de confiance et leurs savants ; et s’ils la prennent de leurs petits et de leurs mauvais, ils périront."

 

Le hadîth authentique d’après Abî Omayya Al Jomhy mentionne que le Messager d’Allah -que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui- a dit :

 

"Parmi les signes de l’Heure, il y a le fait de rechercher la science auprès des petits".

 

Les gens ont divergé quant à l’explication des "petits" ici en avançant plusieurs paroles citées par Ibn ‘Abd Al Barr -qu’Allah lui fasse miséricorde- dans Al Jâmi’ (1/157) et Ash-SHâtiby -qu’Allah lui fasse miséricorde" dans Al I’tissâm (2/93).

 

Ibn Qotayba -qu’Allah lui fasse miséricorde- est d’avis que les petits sont les petits en âge.

 

Il a dit suite au athar d’Ibn Mass’ûd précédemment cité :

 

"Il veut dire que les gens ne cesseront d’être dans le bien tant que leurs savants sont des personnes âgées, et non des petits jeunes, car la personne âgée n’a plus le plaisir de la jeunesse, ni sa dureté, sa précipitation et sa faiblesse d’esprit.

Il est plutôt orné d’expérience et de savoir-faire, il ne peut être atteint d’une ambiguïté, ni se faire battre par la passion, ni même être entraîné par la convoitise, ni encore trébucher par le fait du Diable comme ce dernier le fait avec le jeune.

L’âge suscite la retenue, la vénération et le respect.

Le jeune, lui, peut être éprouvé par ces choses qui n’atteignent pas la personne âgée.

Si donc elle atteint le jeune et qu’il émet une fatwa, il périra et fera périr."

 

Ibn ‘Abd Al Barr rapporte de ‘Omar Ibn Al KHattâb -qu’Allah l’agrée- qu’il a dit :

 

"Je sais quand les gens sont dans le bien et quand ils sont dans la corruption. Si le savoir vient du petit, le grand s’en trouve réfractaire ; et si le savoir provient du grand, le petit le suit et les voilà tous deux guidés."

 

Ibn ‘Abd Al Barr rapporte également de Abou Al Ahwass qui tient de ‘Abd Allah qu’il a dit :

 

"Vous ne cesserez d’être dans le bien tant que la science sera avec vos grands, et si la science se retrouve avec vos petits, le grand jettera le discrédit sur le petit."

 

Il y a dans ces deux athar une autre raison de ne pas prendre la science du petit autre que celle citée par Ibn Qotayba, qui est la crainte de rejet de la science si elle parvient du petit.

 

Somme toute, la parole "le petit" est générale et désigne le petit au sens propre ou figuré.

 

Ce jugement concernant le petit d’âge n’est pas absolu car certains parmi les Compagnons et les Suivants ont donné des fatwas et enseigné à un jeune âge en présence des grands sauf que ceux-là sont rares après ces générations.

 

Si l’on en trouve et que leur aptitude est connue, que leur science est apparue sérieuse après avoir été sondée, que l’on ne trouve personne parmi les grands de qui sont prises les sciences dont ils disposent et que la fitna sera évitée alors que l’on prenne d’eux.

 

Al Hajjâj Ibn Arta-a -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :

 

"Ils détestaient que l’homme transmette le hadith avant que les poils blancs n’apparaissent sur sa barbe."

 

Le but n’est pas de délaisser la science du jeune en présence des grands, non ; mais le but est de mettre les gens à la place qui leur revient.

 

Le droit du jeune qui s’est distingué est de profiter de lui en étudiant, révisant et discutant avec lui.

 

Mais qu’il se mette à émettre des fatwas et qu’on lui écrive pour lui poser des questions alors non et mille non, car cela est un meurtre contre lui, une fitna et une tromperie pour lui-même.

 

Al Fodayl Ibn ‘Yyyâd -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :

 

"Si je vois un homme entouré de gens, je dirais : c’est un fou.

Qui, quand les gens se rassemblent autour de lui, ces derniers ne souhaitent pas qu’il embellisse sa parole pour eux ?"

 

Il a aussi dit :

 

"Il m’est parvenu que par le passé, quand les savants apprenaient, il mettaient en pratique, et quand ils mettaient en pratique ils s’occupaient, et quand il s’occupaient ils disparaissaient, et quand ils disparaissaient on les recherchait, et quand on les recherchait ils s’enfuyaient."

 

Ô vous les étudiants, si vous désirez acquérir le savoir de ses sources alors voici les grands savants.

 

Ceux dont les barbes ont blanchi, les corps se sont amaigris, et les forces ont été altérées dans le savoir et l’enseignement.

 

Fréquentez-les assidûment avant que vous ne les perdiez, et extrayez leurs trésors avant qu’ils ne disparaissent avec eux.

 

Et c’est dans la nuit ténébreuse que l’on recherche la pleine lune.

 

Avertissement :

 

A cette époque, la norme de beaucoup de gens du commun a été faussée quant à l’appréciation des savants.

 

Il considère toute personne ayant exhorté de manière éloquente, ou ayant donné une conférence objective, ou ayant prêché le joumou’a de manière improvisée comme un savant vers qui on revient pour la fatwa et de qui on prend la science.

 

Ceci est une douloureuse calamité et un phénomène humiliant, dont les étincelles se sont élancées et dont le mal s’est propagé.

 

Car c’est attribuer la science à autre que celui à qui elle revient, et si l’affaire est confiée à autre que celui à qui il revient alors attends-toi à l’Heure.

 

Que l’étudiant prenne donc garde à prendre la science de ceux-là, sauf s’ils sont parmi les gens de science connus.

 

Car tout personne qui sait s’exprimer n’est pas nécessairement un savant, de même que toute personne qui attire vers elle les regards en dénigrant les gouverneurs des musulmans ou toute autre qui cite le pourcentage de morts du sida et autre n’est pas nécessairement un savant.

 

Le sens de ce qui précède n’est pas -comme peuvent penser certains- de délaisser leur écoute, ou de ne pas profiter de leurs exhortations, pas du tout ; mais le but est de ne pas prendre d’eux la science religieuse et de ne pas les élever au rang des savants, et c’est Allah qui accorde la réussite.

 

Les obstacles à l’apprentissage (29-34)

traduit par aboulwaqt.wordpress.com

 

      العائق الرابع 

أخذ العلم عن الأصاغر 

لقد فشت ظاهرة أخذ العلم عن صغار الأسنان بين طلاب العلم في هذا الزمن

وهذه الظاهرة – في الحقيقة – داء عضال ، ومرض مزمن يعيق الطالب عن مراده ، ويعوج به عن الطريق السليم الموصل إلي العلم

وذلك لأن اخذ العلم عن صغار الأسنان ، الذين لم ترسخ قدمهم ، ولم تشب لحاهم في وجود من هو أكبر منهم سناً ، وأرسخ قدماً ، يضعف أساس المبتدئ ، ويحرمه الإستفادة من خبرة العلماء الكبار ، واكتساب أخلاقهم التي قومها العلم والزمن ... إلي غير ذلك من التعليلات التي يوحي بها أثر ابن مسعود – رضي الله عنه – حيث يقول

( ولا يزال الناس بخير ما أخذوا العلم عن أكابرهم ، وعن أمنائهم ، وعلمائهم ، فإذا أخذوه عن صغارهم ، وشرارهم هلكوا )

وثبت الحديث عن أبي أمية الجمحي أن رسول الله ص قال

(( إن من أشراط الساعة أن يلتمس العلم عند الأصاغر ))

وقد اختلف الناس في تفسير : (( الصغار )) هنا علي أقوال ذكرها ابن عبد البر في (( الجامع )) ( 1/157 ) ، والشاطبي في (( الاعتصام )) ( 2/93 )

وقد ذهب ابن قتيبة – رحمه الله تعالي – إلى أن الصغار هم صغر الاسنان ، فقال علي أثر ابن مسعود الآنف الذكر

( يريد لا يزال الناس بخير ما كان علماؤهم المشايخ ، ولم يكن علماؤهم الأحداث ، لأن الشيخ قد زالت عنه متعة الشباب ، وحِدته وعجلته ، وسفهه ، واستصحب التجربة والخبرة ، ولا يدخل عليه في علمه الشبهة ، ولا يغلب عليه الهوى ، ولا يميل به الطمع ، ولا يستزله الشيطان استزلال الحدث ، فمع السن : الوقار ، والجلالة ، والهيبة

والحدث قد تدخل عليه هذه الأمور التي أمنت علي الشيخ ، فإذا دخلت عليه ،وأفتى هلك وأهلك ) . (1)  هـ

وقد روى ابن عبد البر عن عمر بن الخطاب – رضي الله عنه – أنه قال : (( قد علمت متى صلاح الناس ، ومتى فسادهم : إذا جاء الفقه من قبل الصغير استعصى عليه الكبير ، وإذا جاء الفقه من الكبير تابعه الصغير فاهتديا ))ز

وروى ابن عبد البر – أيضاً – عن أبي الأحوص عن عبد الله قال ( إنكم لن تزالوا بخير ما دام العلم في كباركم ، فإن كان العلم في صغاركم سفه الصغير الكبير )

ففي هذين الأثرين تعليل لعدم الأخذ عن (( الصغير )) آخر غير الذي ذكره ابن قتيبة . وهو : خشية رد العلم إذا جاء من الصغير

وعلى كلً فإن لفظه (( الصغير )) عامة تتناول الصغير حساً ومعنىً

وهذا الحكم ليس علي إطلاقه في (( صغير السن ))فقد أفتي ودرس جمعة من الصحابة والتابعين في صغرهم بحضرة الأكابر إلا أن هؤلاء يندر وجود مثلهم فيمن بعدهم ، فإن وجدوا وعلم صلاحهم ، وسبر علمهم فظهرت رصانته ، ولم يوجد من الكبار أحد يؤخذ عنه العلوم التي معهم ، وأمنت الفتنة ، فليؤخذ عنهم 

وليس المراد أن يهجر علم الحدث مع وجود الأكابر كلا ،وإنما المراد أنزال الناس منازلهم ، فحق الحدث النابغ أن ينتفع به في المدارسة والمذاكرة ، والمباحثة ... أما أن يصدر للفتوى ، ويكتب غليه بالأسئلة ، فلا وألف لا ، لأن ذلك قتل له ، وفتنة ، وتغرير

قال افضيل ابن عياض – رحمه الله

 ( لو رأيت رجلاً اجتمع الناس حوله لقلت : هذا مجنون ، من الذي اجتمع الناس حوله لا يحب أن يجود كلامه لهم )

وقال أيضاً

(2) بلغني أن العلماء فيما مضى كانوا إذا تعلموا عملوا ،وإذا عملوا شغلوا ، وإذا شغلوا فقدوا وطلبوا ، فإذا طلبوا هربوا

 فيا أيها الطلاب إن أردتم العلم من منابعه فهاؤهم العلماء الكبار الذين شابت لحاهم ، ونحلت جسومهم وذبلت قواهم في العلم والتعليم ، الزموهم قبل أن تفقدوهم ، واستخرجوا كنوزهم قبل أن تواري معهم ، وفي الليلة الظلماء يفتقد البدر

تنبيه : في هذا الزمان اختل معيار كثير من العامة في تقييم العلماء ، فجعلوا كل من وعظ موعظة بليغة ، أو ألقي محاضرات هادفة ، أو خطب الجمعة مرتجلاً ... عالماً يرجع إليه في الإفتاء ويؤخذ العلم عنه

وهذه رزية مؤلمة ، وظاهرة مرزية ، تطاير شررها وعم ضررها ، إذ هي في إسناد العلم إلى غير أهله فانتظر الساعة

فليحذر الطالب في أخذ العلم عن هؤلاء ، إلا إذا كانوا من أهل العلم المعروفين ، فما كل من أجاد التعبير كان عالماً ولا كل من حرف وجوه الناس إليه بالوقيعة في ولاة أمور المسلمين ، أو بذكر النسب لوفيات الإيدز ونحوها يكون عالماً

وليس معني ما تقدم – كما يفهم البعض – عدم الاستماع إليهم ، أو الإنتفاع بمواعظهم ، كلا إنما المراد عدم أخذ العلم الشرعي عنهم وعدم رفعهم إلي منازل العلماء ، والله الموفق

نصيحة أهل الحديث ، للخطيب البغدادي ، ص 16(1 

السير- 8/434 (2

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 18:47
La musulmane qui enseigne aux soeurs sans avoir étudiée (vidéo)

Question :

 

Qu'Allâh soit Bienfaisant envers vous et qu'Il vous bénisse.

 

Cette question est posée par une femme disant :

 

Une musulmane recherchant la science à travers des livres et des cassettes traduits et ayant la possibilité de contacter les savants dans ce qui lui pose problème (parmi les sujets), lui est-il permis ou peut-elle enseigner à d'autres musulmanes dans la mosquée, se basant sur le fait qu'il n' y a personne d'autre qu'elle pour leur apprendre les affaires concernant  l'éthique/mœurs la croyance et la méthodologie ?

 

Soyez nous bénéfiques, bârakaLlâhou fîkoum .

 

Réponse :

 

La réponse est :

 

Ce qui est connu est que la personne prenne la science de la bouche des savants et qu'elle prenne toutes les sciences de la personne qualifiée dans ladite science.

 

Ainsi quand elle veut prendre la science du tafsir du Qur'aan, elle  la prend  de la personne qualifiée dans cette science.

 

Et ainsi en va-t-il pour toutes les autres sciences.

 

Ceci était (le premier) moyen.  

 

Le second moyen est que la personne lise des livres mais qu’elle ne lise pas de livres en se reposant  sur eux, sauf si elle est capable de comprendre leur vrai visage (leur vrai compréhension) car s’il y a chez elle (la personne)  une insuffisance dans leur compréhension, alors elle comprendra certes  une chose sur autre que sa réelle compréhension et ensuite, elle rapportera de ce qu'elle en aura compris alors que ce qu'elle en aura compris aura été une erreur. 

 

Dès lors, les gens agiront sur ce qu'elle leur a fait à comprendre de manière erronée et donc elle portera leur péché.

 

Quant à cette femme, je lui conseille de ne pas enseigner, en se basant sur le fait qu’elle lise dans les livres sans une personne pouvant lui  faire comprendre ces livres. 

 

Ceci est la réponse à cette question

 

copié de دورة العلوم - Les cercle des sciences

 

 

Cheikh AbdouLlah Al-Ghoudayân - الشيخ عبدالله الغديان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:42
Méthodologie à suivre pour l’étude des moutoun (audio en arabe)

هذا تسجيل لمحاضرة الشيخ أبو يوسف مصطفى مبرم حفظه الله موجهة لطلبة معهد علوم التأصيل

المنهجية في شرح المتون وفهمها

 

 

Cheikh Mostafa Mabram - للشيخ أبي يوسف مصطفى مبرم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 16:48
L’étudiant en sciences doit s’écarter de l’amusement, des paroles inutiles... (vidéo)

-Al-Khâtib al-Baghdâdî a dit : 

 

"L’étudiant en sciences doit s’écarter de l’amusement, des paroles inutiles lorsqu’il rencontre et se regroupe avec les autres, tout comme l’immaturité, le rire, le gloussement et l’excès dans la plaisanterie.

 

Il est permis de rire de façon tempérée et occasionnellement d’une manière qui n’excède pas les limites des manières et du style de celui qui traite avec la science.

 

Quant au fait de faire cela constamment [rire…], parler de manière inappropriée, immature, de manière enfantine, le rire et la plaisanterie excessifs, tout cela réduit l’estime de soi et la virilité." 

 

-L’Imâm Mâlik a dit :

 

"Il convient à l’apprenti de manifester du calme, de l’humilité, de la tranquillité et de suivre les pas de ceux qui sont venus avant lui."

 

-Muhammad Ibn al-Hussayn rapporte de Sa`id Ibn `Amir qui a dit :

 

"Nous étions avec Hisham ad-Dastawa’i et l’un de nous rit.

Hisham lui dit alors : "Tu ris alors que tu es un étudiant du Hadith?!"

 

-`Abd al-Rahmân Ibn Mahdî rapporte qu’un homme a ri en présence de Hisham ad-Dastawa’i. Hisham lui dit alors :

 

"Jeune homme, tu recherches le savoir et tu ris ?!"

L’homme lui répondit :"N’est-ce pas Allah qui nous fait rire et pleurer [1]?" 

Hisham lui répondit "Alors pleurs!"

 

[1] En référence au verset (traduction rapprochée) : «et que c'est Lui qui a fait rire et qui a fait pleurer» [an-Najm, 43]

 

 

Extrait de "Adâb Tâlibul `Ilm", Abu ‘Abdillah Muhammad Sa`îd Raslan

[Traduction de l’anglais]

copié de twitter.com/Ibn_Maryam

 

 

Cheikh Muhammad Sa’îd Raslân - الشيخ محمد سعيد رسلان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 20:30
متون طالب العلم (dossier)

medium_GL0039.jpg 

المستوى الأول

 

نواقض الإسلام

القواعد الأربع

الأصول الثلاثة

الأربعون النووية

medium_GL0040.jpg

المستوى الثاني

 

المنظومة البيقونية

تحفة الأطفال

شروط الصلاة وأركانها وواجباتها

كتاب التوحيد

المنظومة البيقونية

تحفة الأطفال

شروط الصلاة وأركانها وواجباتها

كتاب التوحيد

medium_GL0041.jpg

المستوى الثالث

 

منظومة أبي إسحاق الألبيري

المقدمة الآجرومية

العقيدة الواسطية

medium_GL0042.jpg

المستوى الرابع

 

الورقات

عنوان الحِكَم

الرحبية

العقيدة الطحاوية

Cheikh 'Abd Al-Mouhsine Al-Qassim - الشيخ عبد المحسن بن محمد القاسم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 15:30
Quelle est la science religieuse que la femme doit apprendre ?

Question n°1 :

 

Quelle est la science religieuse que la femme doit apprendre ?

 

Réponse :

 

Elle se doit d’apprendre le dogme à partir du Coran et de la sounna, puis la prière, la manière dont le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a prié.

 

Si elle a de l’argent, elle doit apprendre ce qu’Allah lui a ordonné comme impôt légal (Zakât).

 

Si sa profession est le commerce, elle doit étudier les règles du négoce.

 

De même si elle exerce n’importe que métier, elle devra s’informer des règles relatives à ce métier.

 

C’est ce qui est visé dans le hadith de l’Envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم :

 

« La quête de la science est une obligation pour tout Musulman. » (1)

 

Il en va de même si elle est docteur, elle se doit de savoir si elle peut s’isoler avec un homme et prodiguer des soins à l’aide d’une chose illicite.

 

Elle doit connaître le métier qu’elle exerce à partir du Coran et de la Sounna – je veux dire à travers les preuves du Coran et de la Sounna – je ne veux pas dire qu’elle doit se limiter à la science du Coran et de la sounna dans la médecine. (2)

 

(1) Ce hadith est faible. De nombreux savants l’ont jugé défaillant dont l’Imam Ahmed et al-«’Uqaylî. Voir mon livre al-Irâdât al ‘ilmyya, p. 16.

(2) Ibn Al Jawzî dit dans Ahkâm an-Nissa p. 38 :

« La femme est un individu responsable au même titre que l’homme.

Elle doit apprendre les obligations qui lui incombent pour acquérir la conviction la poussant à s’y conformer.

Si elle n’a ni père ni frère ni mari ni mahram pour lui apprendre les prescriptions religieuses et comment s’acquitter des obligations, cela lui sera suffisant, même si elle n’a interrogé quiconque ni appris. Si une femme qui connaît cela est disponible, elle apprendra d’elle sinon elle apprendra des chouyoukh et des hommes d’âge avancé sans qu’ils ne s’isolent avec elle.

Elle se contentera par ailleurs de ce qui est obligatoire.

Lorsqu’une chose concernant sa religion lui arrivera, elle posera des questions à ce sujet sans en éprouver la moindre honte, car Allah n’a pas honte de la vérité. »

Les femmes des prédécesseurs ont donné un exemple on ne peut plus éloquent d’assiduité dans l’apprentissage et l’enseignement.

La pudeur ne les a pas empêchées de s’instruire dans la religion.

Il est en effet rapporté de manière authentique que ‘Aïcha رضي الله عنها a dit :

"Quelles excellentes femmes que les femmes des Ansars, la timidité ne les empêchait pas de s’instruire dans la religion."

Rapporté par Ahmed, Mouslim et Abou Dawoud.

 

Extrait de la cassette « as-ilatu al-akhawât al-djazâ iriyât » face B de 16 min 26 s jusqu'à 17 min 50 s.

copié de adh-dhikr.blogspot.com

 

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 15:41
Est-il permis à la femme de sortir pour mémoriser le coran ? (audio)

 

Question :

 

Voyez-vous que la femme puisse sortir pour se rendre dans les centres de science pour mémoriser le Livre d’Allah, car vous avez dit qu’il est obligatoire pour la femme de restreindre ses sorties ?

 

Réponse :

 

La base est que la femme ne sort de sa maison que pour un besoin important, ceci est la base, de façon recommandée.

 

C’est-à-dire qu’elle ne sort pas que pour acheter une chose dont elle a besoin dans sa maison et dont-elle ne peut se passer ou autre.

 

Ceci est la base.

 

Allah a dit :

 وَقَرْنَ فِي بُيُوتِكُنَّ وَلَا تَبَرَّجْنَ تَبَرُّجَ الْجَاهِلِيَّةِ الْأُولَى

 

«Restez dans vos foyers et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’avant l’Islam (Jahiliyah)» [Al Ahzab, verset 33]

 

Rester à la maison fait partie des attributs de la femme vertueuse de manière générale.

 

Mais si tu regardes cette époque et ce qui s’y passe, il est possible que beaucoup de femmes n’acceptent pas de rester à la maison.

 

Nombreuses sont celles pour qui rester souvent à la maison engendre chez elle des choses non-louables qui corrompront sa relation avec son mari à la maison.

 

On doit donc faire sortir cette femme de façon à obtenir le bien et repousser le mal.

 

Par exemple, si elle désire assister aux assises de bien, il l’amène dans les assises de bien, si elle souhaite enseigner ou étudier le Coran, il l’amène à l’école et va la chercher, et ainsi de suite.

 

La base concernant la sortie de la femme est donc qu’elle ne sorte que pour un bénéfice religieux.

 

Quant à ses sorties pour des choses permises, les gens de science ont divergé à ce sujet, est-ce permis ou détestable ?

 

Le plus apparent est que cela est détestable, car la base est qu’elle ne sorte pas.

 

Donc si une sortie n’a pas d’objectif bénéfique, c’est-à-dire qu’elle n’a pas pour but d’accomplir une chose recommandée ou obligatoire, alors elle est détestable.

 

Mais si cette sortie permet de repousser d’autres méfaits et d’apporter des bénéfices, dans ce cas, la sortie de la femme est légiférée.

 

traduit par daralhadith-sh.com

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز آل الشيخ

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 21:38
L'allocution d'introduction : «خطبة الحاجة» (audio)

divider 2

divider 2

إنَّ الْحَمْدَ لِلهِ نَحْمَدُهُ وَنَسْتَعِينُهُ وَنَسْتَغْفِرُهُ، وَنَعُوذُ بِاللهِ مِنْ شُرُورِ أَنْفُسِنَا وَمِنْ سَيِّئَاتِ أَعْمَالِنَا، مَنْ يَهْدِهِ اللهُ فَلاَ مُضِلَّ لَهُ، وَمَنْ يُضْلِلْ فَلاَ هَادِىَ لَهُ، وَأَشْهَدُ أَنْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللهُ وَحْدَهُ لاَ شَرِيكَ لَهُ، وَأَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا عَبْدُهُ وَرَسُولُهُ

 

{يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللَّهَ حَقَّ تُقَاتِهِ وَلَا تَمُوتُنَّ إِلَّا وَأَنْتُمْ مُسْلِمُونَ}

(آل عمران:102)

 

{يَا أَيُّهَا النَّاسُ اتَّقُوا رَبَّكُمُ الَّذِي خَلَقَكُمْ مِنْ نَفْسٍ وَاحِدَةٍ وَخَلَقَ مِنْهَا زَوْجَهَا وَبَثَّ مِنْهُمَا رِجَالًا كَثِيرًا وَنِسَاءً وَاتَّقُوا اللَّهَ الَّذِي تَسَاءَلُونَ بِهِ وَالْأَرْحَامَ إِنَّ اللَّهَ كَانَ عَلَيْكُمْ رَقِيبًا}

(النساء:1)

 

{يَاأَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللهَ وَقُولُوا قَوْلاً سَدِيدًا * يُصْلِحْ لَكُمْ أَعْمَالَكُمْ وَيَغْفِرْ لَكُمْ  ذُنُوبَكُمْ وَمَنْ يُطِعِ اللهَ وَرَسُولَهُ فَقَدْ فَازَ فَوْزًا عَظِيمًا}

(الأحزاب: 70، 71)

 

أَمَّا بَعْدُ

فَإِنَّ خَيْرَ الْحَدِيثِ كِتَابُ اللهِ، وَخَيْرَ الْهَدْيِ هَدْيُ مُحَمَّدٍ صلى الله عليه وآله وسلم، وَشَرَّ الأُمُورِ مُحْدَثَاتُهَا، وَكُلَّ مُحْدَثَةٍ بِدْعَةٌ، وَكُلَّ بِدْعَةٍ ضَلاَلَةٌ، وَكُلَّ ضَلاَلَةٍ فِى النَّارِ

divider 2

La louange appartient à Allah, nous le louons et c'est à lui que nous demandons de l'aide et le pardon.

Et nous cherchons refuge auprès de lui contre les maux qui émanent de nous contre nos mauvaises actions.

Celui qu'Allah guide, personne ne peut l'égarer et celui qu’Allah égare personne ne peut le guider.

J'atteste qu'il n'y a aucune divinité qui mérite d'être adorée sauf Allah, Seul et sans aucun associé, et j'atteste que Muhammad est son serviteur et son messager.

 

(Traductions rapprochées)

 

"Ô croyants ! Craignez Allah comme Il mérite d’être craint et veillez à ne mourir qu’en musulmans !" (sourate Âl-Imran verset 102)

 

"Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être et qui, ayant tiré de celui-ci son épouse, fit naître de ce couple tant d’êtres humains, hommes et femmes ! Craignez Allah au nom duquel vous vous demandez mutuellement assistance ! Respectez les liens du sang. En vérité, Allah vous observe en permanence" (sourate An-Nissa verset 1)

 

"Ô croyants ! Craignez Allah et dites des choses conformes à la vérité, afin qu’Il rende vos œuvres plus méritoires et absolve vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son Prophète obtiendra un immense succès" (sourate Al-Ahzâb verset 70.71)

 

Or donc !

Le plus véridique des discours est le livre d'Allah et la meilleure guidée est celle de Muhammad sur lui salut et bénédiction ; et les pires choses sont les inventions nouvelles, et toute invention est une innovation, et chaque innovation est source d'égarement, et tout égarement n'a d'issue (pour son auteur) que l'enfer.

 

divider 2

 

 

 Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم