Catégories

20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 17:59

Commerce - تجارة 

Peut-on se rétracter après une vente conclue ? (audio)

Les cadeaux offerts par les magasins (audio)

Acheter un appartement en phase de plan (audio-vidéo)

Les commerçants musulmans qui participent au «Black friday» (audio)

Jugement de la commission de l'agent de mise en relation entre acheteur et vendeur

Mettre en condition de vente que la maison ne pourra être récupérée qu'après la mort du vendeur

Jugement de la condition du vendeur sur l'acheteur à ce qu'il ne vende la marchandise qu'au prix qu'il a choisi lui

Les concours sans contrepartie de la part des concurrents

Vendre des vêtements d'intérieur à des femmes non voilées (audio)

Le jugement relatif aux cadeaux publicitaires

Quel est le jugement des mannequins sans têtes pour exposer la marchandise ? (audio)

Les cartes de réduction - cartes de fidélité (audio)

Ventes entre femmes

Les salons dits «entre soeurs» (vidéo)

L'interdiction de la vente pyramidale ou par réseau

Conseils aux commerçants

Le commerce sur Facebook (audio)

La vente de produit de beauté à la femme qui ne se voile pas

Acheter ou vendre un objet volé

Offrir des cadeaux aux clients qui achètent une marchandise particulière

Conseils aux vendeurs

Gagner sa vie en publiant de la poésie

Vendre des fruits avant qu'ils soient mûrs

Garder l'acompte si la vente ne se fait pas

La vente à arrhes (dite al-`orboun - بيع العربون)

L'achat en plusieurs versements (vidéo)

La vente de produits visant à embellir

La location de fonds de commerce pour des commerces illicites

Le jugement concernant la vente des parfums et des produits de beauté (maquillage)

Est-il permis aux hommes de vendre des sous-vêtements féminins ? (audio)

Vendre sa télévision (audio)

Vendre des téléviseurs (vidéo-dossier)

Vendre des articles de contrefaçon au même prix que les articles originaux

Vendre de la contrefaçon (audio)

La vente de vêtements à des femmes non-musulmanes

Conseils au commerçant

La marge du bénéfice

Vendre ce que l'on ne possède pas

Le commerce de change au marché noir

Les piliers de la vente et ses conditions

Le vendeur souhaitant qu'Allâh bénisse son commerce ne doit pas jurer lors des opérations de vente

Vente de produits illicites

Cacher les défauts réels

Prendre les clients des autres

Ruser pour acheter un objet

La sincérité dans le commerce

Le commerce avec les non musulmans

Le commerce en islam

La variation de prix selon le client

« Toute marchandise vendue ne sera ni échangée, ni remboursée »

Le prêt

Qui casse paie ?

نصيحة للتجار (dossier)

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 14:04
L'innovation d'abandonner le travail en prétextant le tawakul

On questionna l'imam Ahmad à propos de gens qui ne travaillent pas et qui disent : "Nous plaçons notre confiance en Allâh "? 

 

Il répondit : "Ce sont des innovateurs !"

 

Al-Masâ'il de Ahmad ibn Hanbal rapporté par Abû Al-Fadl Saleh 529

Et Abou Bakr Al-Khallel (mort en 311 de l'hégire) dans "L'incitation à s'adonner au commerce et à la fabrication - 4" a dit : Muhammad ibn Housayn m'a informé que Al-Fadl Ibn Ziyâd leur a raconté, il dit : J'ai entendu Abou 'Abdillâh (Ahmad ibn Hanbal) inciter fortement à la pratique du commerce en disant :

 

"Il n y a rien de mieux que de se passer des gens."

Et 'AbdAllâh le fils de l'imam Ahmad a dit : J'ai entendu mon père, qu'Allâh lui fasse miséricorde, dire :
 

"Le fait de s'abstenir de demander aux gens et de travailler, nous est plus aimé que s'asseoir en attendant ce qu'il y a dans les mains des gens."

Et il a été rapporté par Al-Boukhari dans son authentique (1523), d'après ibn 'Abbas, qu'Allâh les agréés, qui a dit :

 

"Les gens du Yémen faisaient le hajj sans prendre de provisions, et il disaient : "Nous sommes ceux qui plaçons notre confiance en Allâh", puis lorsqu'ils étaient proches de mekkah ils mendiaient auprès des gens.

 

Et Allâh Le Très-Haut a fait descendre le verset :

 

وَتَزَوَّدُوا فَإِنَّ خَيْرَ الزَّادِ التَّقْوَى - البقرة: ١٩٧

 

(Traduction rapprochée)

 

{Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété} (sourate Al-Baqara verset 197)."

 

Traduit par Muhammad Abou Maher - @OoMeditationoO 

Revu et corrigé par Abdoullah Abou Khouzaymah - @AMizwak

Publié par 3ilmchar3i.net

بِدعَة ترك الْعَمَل بزعم التَّوَكُّل

 سُئِلَ الإمام أحمد عَن قوم لَا يعْملُونَ وَيَقُولُونَ نَحن متوكلون؟

قَالَ هَؤُلَاءِ مبتدعة

 مسائل أحمد بن حنبل رواية ابن أبي الفضل صالح - ٥٢٩

 وقال أبو بكر الخلّال (ت: ٣١١ هـ) في الحثّ على التجارة والصناعة ٤

أَخْبَرَنِي مُحَمَّدُ بْنُ الْحُسَيْنِ، أَنَّ الْفَضْلَ بْنَ زِيَادٍ، حَدَّثَهُمْ، قَالَ

سَمِعْتُ أَبَا عَبْدِ اللَّهِ (أحمد بن حنبل) يَأْمُرُ بِالسُّوقِ وَيَقُولُ

«مَا أَحْسَنَ الِاسْتِغْنَاءَ عَنِ النَّاسِ»

 وفي (١٠٧) يقول عبد الله بن أحمد بن حنبل

وَسَمِعْتُ أَبِي رَحِمَهُ اللَّهُ يَقُولُ

الِاسْتِغْنَاءُ عَنِ النَّاسِ بِطَلَبٍ يَعْنِي الْعَمَلَ، أَعْجَبُ إِلَيْنَا مِنَ الْجُلُوسِ وَانْتِظَارِ مَا فِي أَيْدِي النَّاسِ

 وجاء عند البخاري في صحيحه (١٥٢٣) من طرءق عِكْرِمَةَ، عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُمَا، قَالَ

كَانَ أَهْلُ اليَمَنِ يَحُجُّونَ وَلاَ يَتَزَوَّدُونَ، وَيَقُولُونَ: نَحْنُ المُتَوَكِّلُونَ، فَإِذَا قَدِمُوا مَكَّةَ سَأَلُوا النَّاسَ

فَأَنْزَلَ اللَّهُ تَعَالَى

وَتَزَوَّدُوا فَإِنَّ خَيْرَ الزَّادِ التَّقْوَى - البقرة: ١٩٧

Cheikh 'Arafat ben Hussein al Mohammadi - الشيخ عرفات بن حسن المحمدي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 18:06
Peut-on se rétracter après une vente conclue ? (audio)

Question :

 

Cette personne s’interroge sur la parole du Prophète Prière et Salut sur lui : 

 

«L’acheteur et le vendeur ont le choix (de conclure ou d’annuler la vente) tant qu’ils ne se sont pas séparés et étaient encore (réunis) ensemble».

 

Qu’est-ce que le choix et quelles sont les conditions qui régissent cette séparation ?

 

Réponse :

 

Le terme choix (dans le hadith) a pour sens l’assise dans laquelle s’est déroulée la proposition et l’acceptation, chacun d’entre eux a la possibilité de se rétracter tant qu’ils se trouvent encore dans cette assise. 

 

«L’acheteur et le vendeur ont le choix (de conclure ou d’annuler la vente) tant qu’ils ne se sont pas séparés et étaient encore (réunis) ensemble»

 

 Si l’un d’entre eux ou les deux quittent l’assise, la vente est donc conclue.

 

Traduit et publié par l'équipe d'Al Bounyane - diffusion.albounyane.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 12:10
Les cadeaux offerts par les magasins (audio)

Question :

 

Si nous nous rendons dans un magasin et que suite à notre achat, on nous offre un cadeau, cet acte est-il permis ?

 

Réponse :

 

En réalité, le fait que les magasins offrent un cadeau à l’acheteur en plus des produits achetés par ce dernier, a pour but d’augmenter leur clientèle au sein de leur magasin, que ce dernier soit fréquenté par beaucoup de personnes.

 

Voilà la raison pour laquelle le consommateur bénéficie de ce cadeau.

 

Cependant, je crains que les consommateurs deviennent victimes de cette concurrence, car il est possible qu’ils abandonnent un magasin pour un autre juste pour le cadeau offert !

 

Et il se peut que le magasin qui offre les cadeaux, triche dans son commerce à la base et qu’il utilise ces cadeaux afin de promouvoir, véhiculer et commercialiser sa marchandise.

 

S’il n’y avait pas eu ce cadeau, sa marchandise n’aurait pas eu de succès, car ses ventes stagnent et son utilité est moindre.

 

Je crains donc que ce cadeau soit une couverture pour cacher les vices de la marchandise et, à vrai dire, je n’encourage pas cette pratique.

 

Traduit et publié par diffusion.albounyane.com

هدايا المحال التجارية

السؤال: إذا رحنا محل تجاري، وبعد ما اشترينا عطونا هدية، هل هذا جائز؟

الجواب: هو في الحقيقة إهداء المتاجر لمن اشترى منه هدية زائدة عن ما اشتروه، هو يقصد منها تكثير الناس لهم، وأن يعمهم الناس؛ لكي يظفروا بتلك الهدية، أنا أخشى أن هذا التنافس يكون ضحيته المستهلكين؛ لأنهم قد يتركون هذا، ويذهبون إلى هذا ولمن يعطي، وقد يكون من يعطي يغش في أصل تجارته، ويجعل تلك الهدية تروج بضاعته وتسوقها، ولولا الهدية لما أُقبل على بضاعته؛ لكسادها، وقلة نفعها؛ فأخشى أن تكون هذه الهدية تغطية لعيوب السلعة، وأنا لا أشجع عليها في الحقيقة

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 17:58
Acheter un appartement en phase de plan (audio-vidéo)

Question : 

 

Quel est le jugement sur le fait d’acheter des appartements en phase de plan ?

 

Réponse : 

 

L’achat d’appartements en phase de plan est permis.

 

On appelle cela Al-Istisna‘ (fabrication sous commande).

 

Il est donc permis à la personne d’acheter un appartement dans un immeuble selon l’échantillon, on lui montre le modèle précis, il achète, puis ils lui construisent.

 

On appelle cela Al-Istisna‘ et c’est permis d’un commun accord entre les savants.

 

Néanmoins, celui qui achète ce qui est en phase de plan, n’a pas le droit de vendre.

 

Celui qui achète un appartement en phase de plan, il n’est pas autorisé de le revendre.

 

Question :

 

Jusqu’à ce que ce soit construit ?

 

Réponse :

 

Jusqu’à ce que ce soit construit puisque dans ce cas-là, il n’est pas un fabricant, il ne va pas le fabriquer.

 

Sinon, il serait quelqu’un qui vend ce qu’il ne possède pas.

 

Publié par sounnah-video.com

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 17:13
Est-il authentique de dire que le travail est une adoration ? (audio)

Il n'est pas authentique de dire que le travail est une adoration.

 

Plutôt les oeuvres qui font parties du culte voué à Allâh sont une adoration ainsi que ce qui s'apparente cela.

 

Mais les oeuvres accomplies pour ce bas-monde ne sont pas une adoration, sauf si elles sont faites dans le but de s'acquitter d'une exigence religieuse ; Comme de se prémunir ainsi que sa famille de la mendicité et de donner de ce qu'Allâh lui aura octroyé comme richesse aux nécessiteux. 

 

Et à ce sujet le Prophète صىل الله عليه وسلم dit :

 

الساعي على الأرملة و المسكين كالمجاهد في سبيل الله

 

"Celui qui s'emploie à aider les veuves et les pauvres est comme le combattant dans le sentier d'Allâh." 

 

Donc en ce qui concerne le travail mondain, cela dépend de l'intention :

 

Si le travailleur veut par cela le bien, alors ce sera un bien.

Mais s'il veut par cela autre chose, alors ce sera fonction de son intention.

 

En raison de la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

إنما الأعمالُ بالنيةِ، وإنما لامرِئٍ ما نوى

 

"Les actes ne valent que par les intentions et chacun sera rétribué selon son intention." 

 

Fatwã Nour 'alaa-Darb

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par la page Al-Firqatou An-Najiyatou

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 15:53
Usure : Aimerais-tu être semblable à celui qui fornique avec sa mère ? (audio-vidéo)

Quel est le degré d'interdiction de l'usure ?

 

Nous trouvons que son degré d'interdiction est très grand.

 

Il est venu dans le hadîth :

 

"Un dirham d'usure que mange un homme alors qu'il sait est plus grave auprès d'Allâh que 36 fornications".

 

Et il est venu dans une version confortée par Cheikh Al-Albânî :

 

"La moins grave est semblable au fait que l'homme commette l'acte sexuel avec sa mère".

 

Ainsi donc l'interdiction est très forte.

 

Ici, c'est pour un dirham que l'homme prend alors qu'il sait !

 

Traduit et publié par Cercle des Sciences telegram.me/cercle_sciences

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 16:47
Les commerçants musulmans qui participent au «Black friday» (audio)

Question :

 

Je suis un homme d'affaires et le jour après thanksgiving est le jour où il y a le plus de vente de toute l'année, connu comme «black friday».

 

Est-il permis d'avoir des offres spéciales et des prix (spéciaux) sur mes produits ce jour-là ?

 

Ou est-ce considéré comme une imitation des non musulmans ?

 

Réponse :

 

La raison pour laquelle ils l'appellent probablement «black friday» est parce que dans le talmoud, qui est l'explication de la Torah écrite par Ahbar, il y est écrit que le vendredi a en lui une heure qui est considérée comme misérable et une heure (de mauvais gain).

 

Cependant, notre Messager صلى الله عليه وسلم a mentionné au sujet du vendredi :

 

"Il y a une heure dans le vendredi durant laquelle tout musulman qui invoque verra son invocation certainement exaucée."

 

Nous avons deux possibilités ici :

 

La première possibilité en tant qu'homme d'affaires est que tu fais ta vente avec une intention différente afin que tu sois en concurrence avec ces (entreprises) autour de toi.

 

Ce que je crains pour toi, (en tant qu'homme d'affaires), c'est que si tu écris un signe différent et le place près de ton magasin indiquant que c'est «Black Friday» est contre la disposition naturelle de tout être humain, ça peut te mettre en difficulté avec tes clients ou tes voisins.

 

Par conséquent, tu (dois) tenir la vente avec une intention différente pour s'assurer que tu ne participes pas au black friday.

 

Cependant, ce qui est mieux pour toi est que tu fermes complètement ton magasin ce jour-là pour montrer aux gens ou ceux qui peuvent plus tard s'informer que tu n'adhères pas au terme «black friday» et que cela en soi est faux.

 

Car c'est un moyen d'accuser l'islam et le Messager d'Allâh d'appeler le jour du vendredi, «black friday».

 

Si tu fermes ta boutique ce jour-là, ce serait préférable pour toi, et par la suite tu peux tenir des ventes n'importe quel autre jour que ce soit avant les célébrations ou après elles ; Ce serait bien meilleur pour toi.

 

J'ai (traducteur) mentionné au Cheikh :

 

Ô Chaeikh, cela ressemblera-t-il aux actions des Juifs ?

 

Quand Allâh leur a commandé de ne pas pêcher le samedi et ils ont jeté leurs filets dans l'eau le vendredi et l'ont recueilli le dimanche.

 

Réponse :

 

Non, Allâh a ordonné aux Juifs de ne pas pêcher le vendredi et c'est pour cela qu'ils ont joué et ils se sont donc opposés au commandement d'Allâh.

 

Cependant, dans notre cas Allâh nous a commandé de défendre notre religion et le messager de cette religion.

 

Cette question de ventes concernant la marchandise, le commerce ou les affaires n'est pas le même (ici).

 

Même en Egypte, certains magasins qui tentent de vendre leurs stocks d'été tiennent des ventes (à des prix spéciaux) afin qu'ils puissent commencer à se préparer pour la prochaine saison (des ventes d'hiver).

 

Et Allâh est le plus savant.

 

Question posée le mercredi 23 safar 1438 (23 novembre 2016)

Publié par la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

Cheikh Hassan Ibn Abdel Wahab Al Banna - الشيخ حسن بن عبدالوهاب البنا

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 12:37
Couper, cueillir, vendre, préparer le raisin qui servira à faire le vin

Question 1 :

 

Est-il permis au musulman de couper ou de cueillir les raisins dont le jus est utilisé spécialement pour la fabrication de la boisson enivrante et dont l'espèce n'est pas comestible ?

 

Le musulman dont il est question ici n'a pas de revenu ; Il vit grâce aux maigres allocations sociales.

 

Cette saison annuelle de vendange dure trois semaines et il se trouve dans le besoin.

 

Réponse 1 :

 

Il n'est pas permis de vendre les raisins à celui qui les utilisera pour fabriquer du vin.

 

De même, il n'est pas permis de les cueillir, ni les préparer pour celui qui l'utiliserait pour cette fin là.

 

Car, c'est une façon d'apporter son aide à la désobéissance à Allâh. 

 

Allâh تعالى a dit (traduction rapprochée) :  

 

"et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression." (sourate Al-Ma'ida verset 2)

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a maudit la boisson enivrante, son buveur, celui qui la presse, celui pour qui elle est pressée, celui qui la vend, celui qui l'achète, celui qui en touche le prix, celui qui la transporte, celui chez qui elle est transportée.

 

Cela parce qu'ils se sont entraidés dans le péché et la transgression.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La première question de la Fatwa numéro (17853)

(Numéro de la partie: 13, Numéro de la page: 105)

 Publié par alifta.net

 

س1: هل يجوز للمسلم قطع أو جني العنب الذي يستعمل عصيره خاصًّا للخمر فقط، ولا يصلح هذا النوع للأكل؟ والمتصور هنا المسلم الذي لا مدخول له، يعيش بإعانات اجتماعية لا تسمن ولا تغني من جوع، ويدوم هذا الموسم السنوي لقطع العنب أسبوع إلى ثلاثة، وفي حالة الضرورة.

ج1: لا يجوز بيع العنب لمن يتخذه خمرًا، ولا جنيه وتحضيره لمن يفعل ذلك؛ لأن هذا من الإعانة على معصية الله، وقد قال تعالى

 وَلاَ تَعَاوَنُوا عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ

 ، وقد لعن النبي صلى الله عليه وسلم الخمر وشاربها وعاصرها ومعتصرها وبائعها ومشتريها وآكل ثمنها وحاملها والمحمولة إليه؛ من أجل تعاونهم على الإثم والعدوان
وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الأول من الفتوى رقم  17853

(الجزء رقم : 13، الصفحة رقم: 105)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

السؤال الأول من الفتوى رقم  17853
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 19:16
Jugement de la condition du vendeur sur l'acheteur à ce qu'il ne vende la marchandise qu'au prix qu'il a choisi lui

Questionneur :

 

Assalamu 'alaykum wa rahmatuLlâhi wa barakâtuh ; Shaykh, qu'Allâh vous accorde la réussite, le questionneur dit:

 

Un grossiste met comme conditions aux commerçants à ce que la marchandise ne soit vendue qu'au prix qu'il a choisi.

 

Sans augmentation ni diminution.

 

Est-ce que cette condition est valable ?

 

Est-ce que cette condition doit être respectée ?

 

Si cette condition est vaine, est-ce que la vente est aussi vaine ?

 

Certaines institutions qui vendent des livres mettent cela comme conditions aux commerçants lorsqu'elles leurs vendent des livres en gros.


Quelle est le jugement de cette condition ?

 

L'acheteur n'est-il pas libre de décider du prix de vente de cette marchandise qui est devenue sa propriété ?


Et est-ce que ce hadith est une preuve de la nullité de cette condition?

 

D'après 'Anas رضي الله عنه qu'il dit :  

 

"Les prix augmentèrent à l'époque du Prophète صلى الله عليه وسلم.

Les gens vinrent lui dire : "Ô, Messager d'Allâh, fixe-nous les prix (des articles et des marchandises)."

Là-dessus, le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم dit : "En vérité, c'est Allâh qui retient, fournit, enrichit et fixe les prix.

Je souhaite rencontrer Allâh (Exalté soit-Il) sans que personne n'ait aucune réclamation contre moi découlant d'une injustice concernant le sang ou les biens.""

Rapporté par Ahmad, Abou Dâwoud et At-Tirmidhî qui l'a authentifié.

 

BârakAllâhu fikum

 

Le Shaykh a répondu :

 

La condition est nulle.

 

Il n'est pas permis de déterminer le prix comme dans le hadith.

 

La vente est valide et la condition est vaine et nulle.

 

 Traduit par Mîkâ'îl al-Martinîky

 

حكم شرط البائع للمشتري أن لا تباع السلعة إلا بالسعر الذي اختاره هو - فضيلة الشيخ زكريا بن شعيب العدني حفظه الله

السلام عليكم و رحمة الله و بركاته

فضلية الشيخ، وفقكم الله: يقول السائل
بائع بالجملة يشترط على التجار أن لا تباع السلعة إلا بالسعر الذي اختاره هو. لا بزيادة و لا بنقص. هل هذا الشرط صحيح؟ هل لا بد من التزام هذا الشرط؟
إذا كان هذا الشرط باطلا، هل يكون البيع كذلك باطلا؟
بعض مؤسسات التي تبيع الكتب تشترط هذا على التجار لما تبيع لهم الكتب بالجملة
ما حكم هذا الشرط؟ أليس المشتري حرا في تحديد سعر السلعة الذي أصبحت حقه؟
و هل هذا الحديث دليل على بطلان هذا الشرط؟
عَنْ أَنَسٍ قَالَ

 غَلَا السِّعْرُ عَلَى عَهْدِ رَسُولِ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ فَقَالُوا: يَا رَسُولَ اللَّهِ، سَعِّرْ لَنَا، فَقَالَ: إِنَّ اللَّهَ هُوَ الْمُسَعِّرُ الْقَابِضُ الْبَاسِطُ الرَّزَّاقُ، وَإِنِّي لَأَرْجُو أَنْ أَلْقَى رَبِّي، وَلَيْسَ أَحَدٌ مِنْكُمْ يَطْلُبُنِي بِمَظْلِمَةٍ فِي دَمٍ وَلَا مَالٍ
(أخرجه الترمذي)
بارك الله فيكم

فأجاب فضيلة الشيخ : الشرط باطل. لا يجوز تحديد السعر كما في الحديث. البيع قائم و الشرط باطل لاغي

 

       

Cheikh Zakarya Ibn Chou'aîb Al'Adany - الشيخ زكريا بن شعيب العدني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل