385 articles avec communaute musulmane - أُمَّة

Juger par autre que les lois d'Allah (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Juger par autre que les lois d'Allah (vidéo)


Cheikh ‘Abdel‘Azîz Bnou ‘Abdillah Ar-Râjihî - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله الراجحي

Partager cet article

Etranger «غربة» (vidéo-audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Etranger «غربة» (vidéo-audio)

 uth.gif

uth.gif
Ghourabaa - غرباء - étrangers

 

ليس الغريب هو الذى فارغ الديار ودع الآن

L’étranger n’est pas celui qui a quitté sa maison et sa famille,
 

و لكن الغريب هو الذى يجد و الناس من حوله يلعبون 

mais c’est celui qui s'efforce pendant que les gens autour de lui jouent,
 

و يصحو و الباس من حوله ينامون 

celui qui se réveil alors que les gens autour de lui dorment, 
 

و يسلك درب الخير و الناس في ضلالهم يتخططون

celui qui prend la route du bien alors que les gens restent dans l’ombres.
 

و صدق الشاعر اذ يقول 

Le poète a dit vrai lorsqu’il a dit :
 

قال لى صاحب اراك غريبا

Un ami m’a dit : Je te trouve étrange 
 

بين هذا الأنام دون خليل

parmi tous ces gens, sans véritable ami
 

قلت كلا! بل الأنام غريب

Je lui ai répondu : Non, ce sont les gens qui sons étranges, 
 

انا في عالم و هذه سبيلى

Je suis dans mon monde et ceci est mon chemin.
 

هذا هو الغريب 

Celui-ci est l'étranger,
 

غريب عند العابثين من البشر

étranger chez ceux qui perdent le plus leur temps ,
 

و لكنه عند ربه في مقام كريم 

mais chez Allah il a un noble rang. 
 

غرباء غرباء غرباء غرباء 

Etrangers, étrangers, étrangers, étrangers …
 

غرباء غرباء غرباء غرباء 

Etrangers, étrangers, étrangers, étrangers …
 

غرباء ولغيرالله لا نحني الجباه 

Etrangers et nous n'inclinons nos front pour nulle autre qu'Allah
 

غرباء وارتضيناها شعاراً للحياة 

Etrangers et nous l'avons accepté devise dans nos vie
 

إن تسل عيا فإنا لا نبالي بالطغاة 

Si tu te renseigne sur nous, alors (sache que ) nous ne nous inquiétons pas des tyrans. 
 

نحن جند الله دوماً دربنا درب الأباة 

Nous sommes les soldats d'Allah pour toujours, notre chemin est un chemin réservé.
 

لن نبالي بالقيود بل سنمضي للخلود 

Nous ne nous inquiétons des chaînes (la prison) , mais nous continuerons éternellement. 
 

فلنجاهد و نناضل و نقاتل من جديد 

Nous Allons donc faire le Jihad, lutter, et combattre à nouveau. 
 

غرباء هكذا الأحرار في دنيا العبيد 

Étrangers, ainsi sont les (personnes) libres dans ce monde asservi. 
 

كم تذاكرنا زماناً يوم كنا سعداء 

Combien de fois nous nous sommes souvenu du passé, le jour où nous étions heureux
 

بكتاب الله نتلوه صباحاً و مساءً

avec le livre d'Allah, nous le récitions matin et soir. 
 

قال رسول الله صلى الله عليه و سلم "بداً الذين غريباً و سيعود غريباً كما بداً فطوبى للغرباء 

Le prophète (que la paix et la bénédiction d'Allah soit sur lui) :

« l’Islam a commencé en étant (une affaire) étrange, et il redeviendra étrangé comme il a commencé, annoncez donc la bonne nouvelle sont les étrangers »

uth.gif

Partager cet article

Le salut hommes - femmes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le salut hommes - femmes

-Ce qui est voulu par cela est d’éviter les tentations, car nul n’ignore que le salut est permis si l’on ne craint aucune tentation, mais aussi que le salut n’est pas la poignée de mains, car serrer la main d’une étrangère n’est pas permis.

 
-Asmâ bint Zayd rapporte que le Messager d’Allah (salallahu’ alayhi wasalam) passa un jour dans la mosquée alors qu’un groupe de femmes était assis, il leva la main vers elles en guise de salut.
(At-Tirmidhî)

 

-L’imam An-Nawawî a dit :

« Si les femmes sont en groupe on peut les saluer, par contre si la femme est seule, il n’y a que les femmes, son mari, son maître, ses Mahârims qui la saluent, qu’elle soit belle ou non. 

Quant à l’étranger, s’il s’agit d’une vieille femme qui ne suscite plus de désirs, il est préférable de la saluer et qu’elle salue elle aussi, et si l’un salue l’autre doit répondre. 

Mais si c’est une jeune fille ou une femme âgée suscitant encore du désir, l’étranger ne doit pas la saluer et elle ne doit pas le saluer.  Et si l’un salue, la réponse n’est pas obligatoire au contraire cela est détestable.

C’est l’avis que nous suivons et c’est l’avis de la majorité des savants. »

 

-Ar-Rabîcah a dit :

« Les hommes ne doivent pas saluer les femmes et les femmes ne doivent pas saluer les hommes, c’est une erreur de le faire. » 

 

-Les savants de Kûfâ disent :

« Les hommes ne doivent pas saluer les femmes s’il n’y a pas de  Mahârims parmi elles. »
Et Allah est plus savant.

 

-Abû Hâzim rapporte de Sahl :

« Tous les vendredis, nous étions heureux. »
Je dis : « Et pourquoi ? »

Il me dit : « Il y avait une vieille femme qui se mettait à Bidhâcah — un palmeraie de Médine — Elle prenait des blettes qu’elle mettait dans une marmite et qu’elle faisait bouillir avec des grains d’orge.
Lorsque nous terminions la prière, nous allions la voir, nous la saluions et elle nous en servait, c’est pour cela que nous étions heureux car nous ne dormions et ne mangions qu’après la prière du vendredi. »
(Al-Bukhârî et Muslim)

 

-'Â’ishah rapporte que le Messager d’Allah (salallahu’ alayhi wasalam) a dit :
« Ô cÂish [diminutif affectueux] ! Jibrîl te passe le salâm. »

Je dis : « Et que salut et la miséricorde d’Allah soient sur lui. »
Il voit ce que nous ne voyons pas. »
(Al-Bukhârî et Muslim)

 
- L’imam Al-Bukhârî a utilisé ce hadith comme preuve de la permission de saluer les femmes comme il est montré dans Fath Al-Bârî(11/23).

 

- L’imam An-Nawawî a dit :

« Ce hadith montre la permission de saluer une femme pieuse si on ne craint aucun méfait, et que celui à qui on passe le salâm y répond. »
 

Sharh Muslim  (5/302)

Source Al-Intisâr li huqûq Al-Mu’minât
copié de salafs.com
 
Umm Salamah - أم سلمة السلفية

Partager cet article

Le jugement par des lois autres que celles d'Allâh (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le jugement par des lois autres que celles d'Allâh (audio)

Juger avec autre chose que ce qu'Allah a révélé se divise en deux catégories :

 
-Première catégorie

 

Annuler la loi d'Allah pour y mettre à la place une autre loi venant du taghout, dans le sens qu'il annule le jugement avec la législation islamique entre les gens et qu'il le remplace par une loi créée par l'être humain.


Comme ceux qui enlèvent les lois de la législation islamique régissant les échanges entre les gens et les remplacent par des lois fabriquées.


Cela est sans aucun doute un remplacement de la législation d'Allah Le Très-Haut par autre chose, et c'est une mécréance qui fait sortir de la religion.

Car cet individu s'est mis à la place du Créateur puisqu'il a jugé entre les créatures d'Allah avec ce qu'Allah ne permet pas, et même pire que cela car il a jugé avec ce qui contredit la législation d'Allah.

Et il en a fait la loi tranchant entre les gens.

Et Allah a appelé cela une association [ shirk ] dans sa parole (traduction rapprochée) :
 
" Ont-ils des associés qui leur ont légiférés à partir de la religion ce qu'Allah n'a pas permis "
 
-Deuxième catégorie

 

Les lois d'Allah restent comme elles sont et ce sont elles qui dirigent, le pays est gouverné par elles mais vient un gouverneur et il juge en contradiction avec ce qu'imposent les lois.


Il juge avec autre que ce qu'Allah a révélé .

 
Ce cas là se divise en trois situations différentes :

  1. La première situation est qu'il juge avec autre chose que ce qu'Allah a révélé en croyant que cela est meilleur que la loi d'Allah et plus bénéfique pour les serviteurs d'Allah, ou croyant que c'est identique à la loi d'Allah, ou qu'il croit que juger avec des lois autres que celles d'Allah lui est permis. Ceci est une mécréance par laquelle le gouverneur sort de la religion car il n'a pas agréé la loi d'Allah et ne l'a pas rendue juge entre les créatures d'Allah.

  2. La deuxième situation est qu'il juge avec autre chose que ce qu'Allah a révélé en croyant que la loi d'Allah est meilleure et plus bénéfique pour Ses créatures mais il en est sorti [ de la loi ] et il sent qu'il est éloigné d'Allah mais il veut opprimer et être injuste envers celui qu'il gouverne, à cause d'une haine existante l'un envers l'autre. Donc il a juger avec autre chose que les lois d'Allah ni par dégoût des lois d'Allah, ni pour les remplacer, ni en croyant que le jugement qu'il a rendu est meilleur ou égal au jugement d'Allah et ni en croyant qu'il a le droit d'utiliser ses lois. Mais il a jugé avec autre chose que ce qu'Allah a révélé dans le but de nuire à celui qui est gouverné. Donc dans ce cas on ne dis pas que le gouverneur est mécréant mais on dit qu'il est injuste, tyran et oppresseur.

  3. La troisième situation est qu'il juge avec autre chose que ce qu'Allah a révélé en croyant que la loi d'Allah est la meilleure et la plus bénéfique pour Ses créatures et qu'il est pécheur envers Allah par ce jugement, mais il a jugé à cause d'une passion en lui-même, pour en tirer un profit personnel ou pour celui d'un tiers, alors cela est une perversion [ fisq ] et une sortie de l'obéissance à Allah
 
Et selon ces trois situations descend la parole d'Allah selon les trois versets (traduction rapprochée)  :

-1 " Et celui qui ne juge pas avec ce qu'Allah a révélé alors ce sont eux les mécréants " et cela correspond à la 1ère situation.
 
-2 " Et celui qui ne juge pas avec ce qu'Allah a révélé alors ce sont eux les injustes " et cela correspond à la 2ème situation.
 
-3 " Et celui qui ne juge pas avec ce qu'Allah a descendu alors ce sont eux les pervers " correspond à la 3ème situation.
 
En ce qui concerne le fait de juger avec autre chose que ce qu'Allah a révélé, cela se divise en 3 catégories comme cela est mentionné dans le Coran : la mécréance, l'injustice et la perversité, et ce, en fonction des causes sur lesquelles ont été bâties le jugement.
 
Donc si la personne juge avec autre chose que ce qu'Allah a révélé en suivant ses passions mais tout en sachant que la vérité est dans ce qu'Allah a ordonné, alors il ne sort pas de l'islam mais il est soit pervers soit injuste.

Par contre s'il légifère une loi générale qui régit la communauté, voyant en cela une chose bénéfique et qu'il s'est fait trompé dans cela alors il ne sort pas de l'islam également.
 
Car beaucoup de dirigeants sont ignorants au sujet de la législation islamique (shari'ah) et ils sont en contact avec des gens ne connaissant pas les sentences de la chariah et les prennent pour des grands savants ce qui entraîne les erreurs.
 
Et s'il connaît la législation mais qu'il a jugé ou légiféré par cela [ la loi nouvelle ] et qu'il en a fait la constitution régissant les gens, croyant qu'il est injuste en cela et que la vérité est dans ce qui est venu dans le Coran et la Sounnah, alors on ne peut pas rendre celui-ci mécréant.
 
Cependant nous rendons mécréant celui qui voit qu'il est préférable de gouverner les gens avec d'autres lois que celles d'Allah ou qu'elles sont équivalentes.

Dans ce cas c'est un mécréant car il traite de mensonge la parole d'Allah (traduction rapprochée)  :
 
"Allah n'est-il pas le plus sage des Juges ?" (Sourate at-Tin, 8)
 
Et aussi (traduction rapprochée)  :
 
"Est-ce le jugement de l'anté-islam qu'ils veulent ? Et quoi de meilleur que le jugement d'Allah pour un peuple qui est certain" (Sourate 5 ; Verset 50)

 

Traduit par les frères de Al.athar

Publié par alminhadj.fr

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Jugement sur la poignée de main entre hommes et femmes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Jugement sur la poignée de main entre hommes et femmes

Question :
 

« Il est devenu très commun parmi nous, de nos jours, quand un homme part en voyage et revient ensuite, un groupe de femmes de son "entourage" vient, le salue et l’embrasse, de même pendant les jours de fête, comme ’Id-ul-Fitr et ‘Id-ul-Adha.


Cela est-il permis ? »

Réponse :

 

Il est bien connu d’après des preuves du Quran et de la Sunna, [1] qu’une femme ne doit pas serrer la main ou embrasser un homme qui n’est pas un mahram pour elle, que ce soit à l’occasion d’une célébration ou au retour d’un voyage ou pour toute autre raison.

Ceci parce que la femme est awra (c’est-à-dire elle doit être couverte) et une fitna (c’est-à-dire une source de tentation).

Donc elle ne doit pas toucher un homme qui n’est pas considéré comme un  mahram pour elle [2], qu’il soit son cousin ou quelqu’un éloigné d’elle.

Et elle ne doit pas l’embrasser ou il ne doit pas l’embrasser.

Nous ne connaissons pas de différence d’avis parmi les savants quant à la prohibition et le rejet de cette question.

Ceci parce que c’est parmi les choses qui causent la fitna (tentations et épreuves) et c’est un des moyens qui mènent à ce qu’Allah a interdit des actes obscènes et impudiques et des coutumes qui s’opposent à la Législation Divine.

Il n’est pas permis aux musulmans de rester sur ces coutumes et de leur rester attaché.

Plutôt ils doivent les abandonner et les combattre.

Et ils doivent remercier Allah de les avoir bénis de la connaissance de Ses Lois et de leur avoir permis d’abandonner ce qui L’irrite.

Allah a envoyé les messagers – à la tête desquels était notre prophète Muhammad - pour appeler les gens à Allah seul dans l’adoration, obéir à Ses commandements et abandonner ce qu’Il a interdit et combattre les mauvaises pratiques (des anciens).

Donc il est obligatoire d’abandonner une telle pratique (la poignée de main).

Et il est suffisant de saluer par la voix, sans toucher ou embrasser.

Et nous est suffisant ce qu’Allah a légiféré et a nous permis sur ce qu’Il a interdit et rejeté.

Aussi, la salutation doit être faite tandis que la femme porte le  Hijab, particulièrement les jeunes femmes, car il n’est pas permis de découvrir le visage.

Ceci parce qu’elle est la plus grande partie de la beauté dune femme qu’Allah lui a interdit d’exposer, lorsqu’Il dit (traduction rapprochée)  :

"et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris ou à leurs pères ou aux pères de leurs maris …" [Sourate Nur : 31]

Et Allah dit dans Sourate Al-Ahzab (traduction rapprochée)  : 

"Et si vous leur demandez quelque objet, demandez-le leur derrière un voile (Hijab). C’est plus pur pour vos cœurs et pour leurs cœurs." [Sourate Ahzab : 53]

Et Il dit (traduction rapprochée)  : 

"ô prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux."[Sourate Al-Ahzab : 59]

Et Il dit (traduction rapprochée)  : 

"Et quant aux femmes atteintes par la ménopause (qawa’id) qui n’espèrent plus le mariage, nul reproche à elles d’enlever leurs vêtements de [sortie], sans cependant exhiber leurs atours et si elles cherchent la chasteté c’est mieux pour elles. Allah est Audient et Omniscient" [Sourate Nur : 60]

"Qawa’id" fait ici référence aux vieilles femmes stériles.

Allah explique qu’il n’y a aucun péché sur elles, si elles décident d’enlever leurs vêtements extérieurs de leurs visages et ce qui s’y rapporte, tant quelles ne le font pas dans une façon par laquelle elles exposeraient à tort leur beauté.

Mais continuer à porter le voile est meilleur pour elles, en raison de ce qu’il offre d’éloignement de la fitna.

Et si elles exposent à tort leur beauté, alors elles ne doivent pas enlever leur vêtement extérieur, mais au contraire continuer à se voiler, même si elles sont de vieilles femmes stériles.

De cela, nous savons que les jeunes femmes sont obligées de porter le Hijab, par le voile, dans toutes les situations, qu’elles s’exposent incorrectement ou non.

Ceci parce que la fitna qui peut être causée par elles et le danger de leur dévoilement est plus grand.

Et puisqu’Allah a interdit aux femmes de se dévoiler, alors l’interdiction de toucher et d’embrasser (des étrangers masculins) a préséance sur cela.

Donc il est obligatoire d’abandonner et d’avertir contre cela et de se conseiller de l’abandonner.

Qu’Allah nous dirige tous vers ce qui Lui plaît et qu’Il nous protège des choses qui provoquent Sa Colère.

En vérité, Il est le plus Magnanime, le plus Généreux.

[1] note du traducteur : Parmi les ahadith interdisant clairement la poignée de main entre hommes et femmes non liées l’un à l’autre (c’est-à-dire pas maharim) : le prophète (salallahu a‘layhi wa salam) a dit :
"Qu’un homme soit frappé à la tête avec une aiguille de fer est meilleur pour lui que de toucher une femme qu’il ne lui est pas permis (de toucher)." 
[Rapporté par At-Tabarani, Al-Bayhaqi et dautres et l’imam Al-Albani l’a authentifié dans Silsilat As-Sahiha (1/447-448)]
Et le prophète (salallahu a‘layhi wa salam) a dit : 
"En effet, je ne touche pas les mains des femmes." 
[At-Tabarani dans Al-Mujam-ul-Kabir (24/342) et authentifié dans Sahih Al-Jami (n° 8054)]
Et ‘Aisha (qu’Allah l’agrée) a dit du prophète : 
"je jure par Allah! La main dune femme n’a jamais touché la main du messager d’Allah - plutôt il prenait le serment d’allégeance des femmes verbalement." 
[Sahih Muslim (3/1489)]
[2] note du traducteur : un mahram est un homme devant lequel la femme peut se découvrir, comme son mari, son frère, son père et tous les autres mâles mentionnés dans Sourate Nur (24 : 31).

Article tiré du site al-manhaj.com
Source : magazine de l’université islamique, n°2, 1390 H
Traducteur Isma’il Alarcon
copié de salafs.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Rappel sur l’amour en Allah le Très-Haut...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Rappel sur l’amour en Allah le Très-Haut...

Que signifie l’amour en Allâh ?

 
L’Imân An-Nawâwî – qu’Allâh lui fasse miséricorde – a dit en commentaire sur la partie du hadîth qudûsî (divin) suivant :
 
(... Mon amour est due à ceux qui s’aiment en Moi...)
(Rapporté par At-Tirmidhî)
 
« … Ceux qui s’aiment en l’Obéissance d’Allâh le Très-Haut et dans l’aide au bien et à la piété non pas dans un but (dessein/ghard) mondain.
 
Leur amour s’expire par ce but [mondain].
 
[Quant à] l’amour d’Allâh elle demeure car il est le Vivant qui ne meurt pas.
 
Et l’amour pour des buts mondains s’interrompe (tôt ou tard) et les compagnons (amis) au Jour de la Résurrection seront ennemis [les uns les autres] comme l’a dit le Très-haut (traduction rapprochée) : 


(En ce jour, les compagnons (amis) seront ennemis les uns les autres sauf les pieux) ... 
 

hjr.gif
De quelle façon l’amour d’une personne se répand parmi les gens ?


-D’après Abî Hurayrah – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« L’Envoyé d’Allâh – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit :

« Lorsque Allâh aime [1] quelqu’un, Il appelle Djibrîl – Salut d’Allâh sur lui – et lui dit : (J’aime untel aime-le aussi.)Et
alors Djibrîl l’aime puis il s’écrie dans le ciel : « Allâh aime untel, aimez-le. ».
Et les habitants du ciel l’aiment.
On impose ensuite son affection à la terre.
Lorsque Allâh hait quelqu’un, Il appelle Djibrîl et lui dit : 
(Je hais untel, hais-le aussi.)
Et alors Djibrîl le hait, puis il s’écrie dans le ciel : (Allâh hait untel, haïssez-le.). Et les habitants du ciel l’haïssent.
On impose ensuite sa haine à la terre. » »

(Rapporté par Al-Bukhârî n°3209 et 4040. Rapporté aussi par : Muslim, At-Tirmidhî et l’Imâm Mâlik).

 
hjr.gif
Ceux qu’on aime en priorité

-D’après Anas – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« L’Envoyé d’Allâh – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit : « Trois vertus, celui qui les possède goûtera à la douceur de la foi :

1) Aimer Allah et Son Messager plus que tout le reste,
2) aimer quelqu’un et ne l’aimer qu’en vue d’Allah,
3) répugner à retourner apostat comme on répugne d’être précipité dans le Feu [de l’Enfer]. » (Rapporté par Al-Bukhârî n°16 et 6941. Rapporté par Muslim également).

-D’après Al-Barâ’ – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« J’ai entendu le Prophète – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – dire : « Il n’y a que le croyant qui aime les Ansâr (Compagnons habitants de Médine). Quant à l’hypocrite seul, les hait... Celui qui les aime Allâh l’aimera et celui qui les hait Allâh l’haïra. » 
(Al-Bukhârî, n°3783)

Et à propos des An sâr et des Muhâdjirîn (Compagnons habitants Mecque) : D’après Anas bn Mâlik – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« Le Messager d’Allâh – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit : « Il n’y a de [vraie] vie que celle de l’Au-delà. Accorde du bien aux Ansâr et Muhâdjir. » »
(Al-Bukhârî, n°3795. Dans une autre version, il dit : « ... accorde [Ton] pardon aux Ansâr et Muhâdjir. » Idem, n°3797).

 
hjr.gif
De l’incitation à s’aimer en Allâh

-D’après Abî Hurayrah – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« L’Envoyé d’Allâh – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit : « Par Celui qui détient mon âme en Sa main, vous n’entrerez pas au Paradis jusqu’à ce que vous croyez et vous ne croirez pas jusqu’à ce que vous vous aimez. Ne voulez-vous pas que je vous informe (indique) d’une chose, que si vous la mettez en pratique, vous vous aimerez ? Enoncez le salut [à voix haute] entre-vous. »
(Rapporté par Muslim. Voir « riyâdu as-sâlihîn » vérifié n°383).

 
hjr.gif
Du mérite de ceux qui s’aiment en Allâh

-Dans le hadîth rapporté par Al-Bukhârî (1423, 6479, 660 et 6806) et Muslim d’après Abî Hurayrah – l’Agrément d’Allâh sur lui – le Prophète – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – nous informe qu’il y a sept catégories de personnes qui seront protégés de l’Ombre d’Allâh [subhânahu wa ta’âlâ] le jour où il n’y aura d’autres ombres à part la Sienne [1]. Quant aux différentes catégories, elles sont les suivantes :

1) Un imâm équitable,

2) un jeune homme qui a grandi dans l’adoration d’Allâh,

3) un homme dont le cœur est attaché à la mosquée, 

4) deux hommes qui s’aiment en Allâh rien que Son amour ne les réunit ou les sépare,

5) un homme qu’une femme de haut rang et d’une beauté le convie à l’adultère, il lui répond : « Je crains Allâh. »,

6) un homme qui fait l’aumône de sa main droite de sorte que sa main gauche ne le sache pas,

7) et un homme qui fond en larmes en mentionnant Allâh dans sa solitude.

-D’après Abî Mûsâ Al-Ach’arî – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« Le Prophète – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit :

« L’homme sera avec ceux qu’il a aimé [au Jour de la Résurrection]. »
(Al-Bukhârî et Muslim. Voir : « riyâ du as-sâlihîn vérifié n°372 et 374).

-D’après Abî Hurayrah – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« Le Messager d’Allâh – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit : « Allâh le Très-haut dira au Jour de la Résurrection :

(Où sont ceux qui s’aiment en Ma majesté ? Aujourd’hui, Je les protègerai de Mon ombre où il n’y a d’autre ombre que la Mienne.) ».
(Muslim. Voir : « riyâdu as-sâlihîn » vérifié n°382).

-Et dans le  hadîth rapporté par At-Tirmidhî qui a dit qu’il est « hasan-sahîh », d’après Mu’âdh – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« J’ai entendu le Messager d’Allâh – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – dire : « Allâh à Lui la puissance et la gloire a dit :
(Ceux qui s’aiment en Ma majesté auront des chaires (manâbir : Tribune) en lumière que leur envieront les Prophètes et les martyrs.) ».
(Voir : « riyâdu as-sâlihîn » vérifié n°386).

-D’après Abî Hurayrah – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« Le Prophète – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit : « Un homme est allé rendre visite à son frère (en religion) dans autre un village. Allâh lui a envoyé un Ange sur sa route (chemin, sentier). « Où vas-tu ? lui demanda [l’Ange]. « Visiter mon frère en ce village. » répondit [l’homme]. « T’a-t-il rendu un bienfait que tu veux le garder ? « Non, [mais] je l’aime en Allâh à lui la puissance et la gloire. » [Alors l’ange lui] dit : « Je suis l’envoyé d’Allâh [pour te dire] qu’Allâh t’a aimé comme tu as aimé [ton frère]. » »
(Muslim. Voir : « al-a hâdîthu al-qudûsîyyah », n°85).

 
hjr.gif
Par quel moyen, acquérir l’amour d’Allâh et de ses frères ?

Allâh a dit (traduction rapprochée) :

(Dis : « Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi [1], Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. ») (3/31)

-D’après Abî Al-‘Abbâs Sahl bn Sa’d As-Sâ’idî – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« Un homme vint trouver le Prophète – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – et lui dit : « Ô Messager d’Allâh ! Indique-moi une œuvre que si je l’accomplis, Allâh m’aimera, ainsi que les gens. ». Il répondit : « Méprise ce bas-monde, Allâh t’aimera, et méprise ce que les hommes possèdent, ils t’aimeront. » »
( Hadîth « hasan », rapporté par Ibn Mâdjah et d’autres, avec une chaîne de transmission « hasan/bonne ». Voir : « al-arba’în” de l’Imâm An-Nawâwî, n°31).

 
hjr.gif
Du fait de dire à son frère : « uhibbuk fî-llâh-Je t’aime en Allâh. »
et ce que l’on doit répondre

-D’après Al-Miqdâd bn Ma’d Yakrib – l’Agrément d’Allâh sur lui – :

« Le Prophète – la Prière et le Salut d’Allâh sur lui – a dit : « Lorsque l’homme aime son frère (en religion) qu’il lui fasse savoir qu’il l’aime. ».
(Rapporté par Abî Dâwud et At-Trirmidhî qui dit qu’il est « hasan ». Voir : « riyâdu as-sâlihîn » vérifié n°388).

-Voir également le  hadîth n° 389 rapporté par Abî Dâwûd et An-Nisâ î avec une chaîne authentique lorsque le Prophète annonça à Mu’âdh qu’il l’aimait.

-Tu te dois de répondre à celui qui a exprimé son amour pour toi, ceci :

« ahabbaka-lladhî ahbabtanî lahu (ou : fîhi). - Qu’Il (Allâh) t’aime, Celui pour qui, tu m’as aimé. ».
(Rapporté par Abî Dâwud 4/333 et Chaykh Al-Albânî l’a authentifié. Voir le livret : « hisnu al-muslim » (l’original aux éditions Anas), invocation n°200).

[1] L’Imâm An-Nawâwî – qu’Allâh lui fasse miséricorde – en commentaire à dit : « [...] Quant à l’amour de Djibrîl et des Anges (qui sont les habitants du ciel), il comporte deux aspects :

 
  • Le premier : Leur demande [à Allâh] du pardon, leur éloge et leur invocation, en faveur [de cet homme].
 
  • Le deuxième : Quant à leur amour, en apparence est ce qui est connu chez les créatures. [C’est-à-dire :] Avoir le cœur penché vers lui, et le désir de sa rencontre, et la cause de l’amour qui lui est porté, [est la conséquence] de son obéissance envers Allâh le Très-Haut [alors Allâh] l’a aimé. « … on impose ensuite son affection à la terre… », c’est-à-dire que son amour sera introduit dans les cœurs des gens. Et leur consentement à son égard. Les cœurs pencheront vers lui et ils l’agréeront. »
 
copié de mukhlisun.com

Partager cet article

Comment se saluer quand on se rencontre ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Comment se saluer quand on se rencontre ?

La sunna lorsque l’on se rencontre consiste à se serrer la main : المصافحة  - Al-muçâfaha

 

Et la sunna lorsque l’on revient de voyage est l’accolade (s’entourer mutuellement des bras pour se saluer) : المعانقة - Al-mu’ânaqa

La preuve de ces deux actes se retrouve dans le hadith de Anas (rapporté par At-Tabarany  avec une bonne chaîne de transmission) : 

 

كان أصحاب النبي - صلى الله عليه وسلم - إذا تلاقوا تصافحوا وإذا قدموا من سفر تعانقوا

 

"Lorsqu’ils se rencontraient, les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم se serraient la main.

Et lorsqu’ils revenaient de voyage ils se prenaient dans les bras".

Et dans un autre hadith de Anas  il est question de la réprobation de s’embrasser lorsque l’on se rencontre : 

 

قال رجل يا رسول الله الرجل منا يلقى أخاه أو صديقه أينحني له قال لا قال أفيلتزمه ويقبله قال لا قال أفيأخذ بيده ويصافحه قال نعم قال أبو عيسى هذا حديث حسن

 

Un homme dit : "Ô Envoyé d’Allâh, si un homme parmi nous rencontre son frère ou son ami, doit-il s’incliner devant lui ?"

Il répondit : "Non"

Doit-il le serrer dans ses bras (*) et l’embrasser ?

Il dit : "Non"

Doit-il lui prendre la main et la serrer (dans la sienne) ?

Il dit : "Oui"

 

تحقيق الألباني : حسن ، ابن ماجة  3702قال الإمام المباركفوري في تحفة الأحوذي بشرح جامع الترمذي : ‏ قال أفيلتزمه  ‏أي يعتنقه ويضمه إلى نفسه

 
Abû ‘Issâ (c'est-à-dire At-Tirmidhy) a dit : Hadith hassan/bon. 
Al Albâny a dit de ce hadith : Hassan/bon, Ibn Mâjah n° 3702. 

(*) L’Imam Al-Mubârakfûry dans le commentaire de Sunan At-Tirmidhy, Tuhfat Al-Ahwadhy, a dit : أفيلتزمه‏ (Il l’étreint et le serre contre lui).

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

L’acquisition de la nationalité d’un pays mécréant

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’acquisition de la nationalité d’un pays mécréant

Divider (11)

La question :

 

Je suis un jeune algérien, pratiquant ma religion sur la bonne voie -si Allâh le veut-.

 

Je vis au Canada depuis pas mal de temps et j’essaie de sortir le plus rapidement possible de ce pays.

 

Néanmoins, je ne possède pas de logement pour m’installer dans mon pays (original).

 

Est-ce qu’il m’est permis de prendre le passeport canadien -avec les conditions que je citerai ultérieurement- car il me permettra de sortir de ce pays et d’aller aux pays du Golfe pour essayer d’y résider.

 

Les conditions sont comme suit :

 

-Premièrement : Le fait de prendre le passeport canadien n’annule pas ma nationalité algérienne, celle-ci reste toujours ma nationalité originale, ce qui est reconnu chez eux. De plus, l’État algérien accepte l’acquisition de plusieurs nationalités.

 

-Deuxièmement : Je pourrai renoncer à ce passeport quand je voudrai, sans aucun problème. Cela est aussi reconnu dans leurs lois.

 

-Troisièmement : Je pourrai éviter de faire le serment de respecter la reine, ses enfants et le roi, en s’asseyant au fond de la salle sans rien proférer.

 

Ayez l’obligeance de nous répondre et qu’Allâh vous bénisse.

 

La réponse de Cheikh Ferkous :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu'Allâh a envoyé en qualité de miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu'au jour de la résurrection. 

Ceci dit :

 

Il n’est aucunement permis de prendre la nationalité d’un pays mécréant, même si l’on garde sa nationalité originale, vu les conséquences négatives qui se répercutent sur la religion et le dogme du musulman.

 

Par ailleurs, il suffit de savoir que l’application des lois et des mœurs des gens mécréants engendre l’approbation implicite, voire les prendre pour juges et être fier d’être un citoyen canadien, ainsi que tout ce qui en résulte comme le fait de s’attacher fidèlement à eux et d’imiter leurs actes et leurs propos; ce qui va à l’encontre de la foi (musulmane), ou bien en diminuant sa perfection, ou bien en l’annulant complètement, selon le cas de la personne ;

 

Allâh dit :

 

لَا تَجِدُ قَوْمًا يُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ يُوَادُّونَ مَنْ حَادَّ اللَّهَ وَرَسُولَهُ وَلَوْ كَانُوا آبَاءَهُمْ أَوْ أَبْنَاءَهُمْ أَوْ إِخْوَانَهُمْ أَوْ عَشِيرَتَهُمْ

 

Traduction du sens du verset :

 

Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allâh et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allâh et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu…﴿

 

Le musulman, donc, est appelé à accomplir sa religion à la perfection et d’augmenter sa foi en appelant les gens à Allâh et en manifestant la religion de l’islam ; car parmi les conditions requises pour s’installer dans un pays mécréant est de manifester clairement sa religion, laisser apparaître parfaitement ses pratiques rituelles sans se heurter à aucune opposition et pouvoir révéler El-Walâ' et El-Barâ' (la loyauté et le désaveu).

 

Toutefois, quiconque ne pouvant pas appliquer cela doit obligatoirement retourner d’où il est venu et s’appliquer à chercher un travail et se satisfaire du minimum, en demandant à Allah de le bien guider; certes, Il est le Meilleur Assistant et le Meilleur Garant.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes soit Loué, et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu'au jour de la résurrection.

 

Alger, le 24 Mouharram 1424 H, correspondant au 27 mars 2003 G.

 Publié par ferkous.com

 

التجـنُّس بالجِنسية الكفرية

السـؤال: أنا شابٌّ جزائريٌّ مستقيمٌ على أَمْرِ ديني -إن شاء الله تعالى- وأعيشُ في كَنَدَا مذ مُدَّة، وأحاولُ الخروجَ منها في أسرع وقتٍ، ولكن ليس لي سَكَنٌ لأستقرَّ في بلدي، هل يمكنني أخذ الجواز الكَنَدِي -بشروط أذكرها بعد قليل- إذ أنّه يعينني على الخروج من هذا البلد والدخول إلى دول الخليج ومحاولة الإقامة هناك؛ وفيما يلي أذكر الشروط

أولاً: إنّ أخذ الجواز الكندي لا يلغي جنسيتي الجزائرية بل تكون هي الأصلية وهذا مقرَّرٌ عندهم كما أنّ الدولة الجزائرية تقبل التعدّد

ثانيًا: يمكنني التخلِّي عن هذا الجواز في أي وقت شِئْتُهُ بدون أي مشكلة، وهذا أيضًا مقرَّرٌ عندهم في قوانينهم

ثالثًا: يمكنني تفادي القَسَم على احترام المَلِكَة وأبنائها ومَلِكِها بأن أجلس في آخر القاعة ولا أتلفَّظ بأي شيء. أفيدونا بارك الله فيكم

الجـواب: الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على من أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أمّا بعد

فإنّه لا يجوز التجنُّس بالجِنسية الكُفرية ولو مع المحافظة على الجنسية الأصلية للآثار السلبية التي تعود على دينِ المسلم وعقيدته، ويكفي أن يُعْلَمَ تَرَتُّب الرضا الضِّمْنِي بتطبيق الأعراف والقوانين الكُفْرِية لذلك البلد، فضلاً عن التحاكم إليهم، والاعتزاز بكونه مواطنًا كَنَدِيًّا، وما يُفضي إليه من المودَّة والتشبُّه بأفعالهم وأقوالهم وهو ينافي الإيمان إمَّا في كماله أو في أصله بحَسَب الحال، قال تعالى

لاَ تَجِدُ قوْمًا يُؤْمِنُوْنَ بِاللهِ وَاليَوْمِ الآخِرِ يُوَآدُّوْنَ مَنْ حَادَّ اللهَ وَرَسُولَهُ وَلَو كَانُوا آبآءَهُمْ أَوْ أَبْنَآءَهُم أَوْ إخْوَانَهُم أَوْ عَشِيرَتَهُمْ…- المجادلة: 22

فالمسلمُ مطالبٌ بإكمال دينه وزيادة إيمانه بالدعوة إلى الله تعالى وإظهار الإسلام، إذ من شروط إباحة السفر إلى بلاد الكفر إظهارُ الدِّينِ، ويجهر بشعائره على سبيل الكمال بلا معارضة في شيء منها، مع الاستطاعة على الولاء والبراء، ومن لا يقدر على ذلك فالواجب عليه أن يعود من حيث جاء ويجتهد في طلب العمل ويكتفي بالقليل، وليسألِ اللهَ التوفيقَ فهو خيرُ مُعِينٍ وأحسن كفيلٍ

والعلمُ عند الله تعالى، وآخر دعوانا أنِ الحمد لله ربِّ العالمين، وصلى الله على نبيّنا محمّد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، وسلّم تسليمًا

الجزائر في: 24 المحرم 1424ﻫ

الموافق ﻟ: 27 مارس 2003م

الفتوى رقم: 29

الصنف: فتاوى العقيدة والتوحيد

Divider (11) 

Réponse du Comité permanent [des savants] de l'Ifta :

 

Il n'est pas autorisé au musulman de prendre une nationalité d'un état dont le gouvernement est mécréant, car ceci est un moyen de s'allier à eux (aux mécréants) et d'accepter le faux dans lequel ils sont.

 

Quant à résider (chez eux) sans prendre la nationalité, à la base c'est interdit, d'après la Parole (d'Allâh) Ta3âlâ : ( traduction rapprochée du sens)

 

"Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : «Où en étiez-vous ? » (à propos de votre religion) - «Nous étions impuissants sur terre», dirent-ils.." 

 

Et d'après la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Je me désavoue de tout musulman qui réside parmi les polythéistes."

 

Et selon d'autres hadiths concernant ce sujet et (selon aussi) l'unanimité des musulmans que c'est une obligation de faire la hijra des pays polythéistes vers les pays d'Islam avec la capacité, mais seulement celui parmi les gens de science et de clairvoyance qui réside avec les polythéistes pour leur transmettre la Religion de l'Islam et les appeler vers cela (l'Islam), il n'y a pas de reproche à lui faire si il ne craint pas pour lui la tentation et qu'il espère une influence (positive) sur eux et leur conversion.

 

Et la réussite dépend d'Allâh, et que la Prière (d'Allâh) et la Paix soient sur notre Prophète et Sa Famille et ses Compagnons.

 

Fatwâ 2393

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

حكم تجنس المسلم بجنسية دولة حكومتها كافرة

س6: كثير من المسلمين الذين يقدمون إلى هذه الديار ينوون الإقامة، وكذلك يحصلون على الجنسية الأمريكية، فهل يجوز لهم ذلك؟ علما بأنها ديار كفر وشرك وانحلال فكيف يعطون ولاءتهم لحكومتها بالتنازل عن جنسية بلادهم الإسلامية وقبول جنسية هذه البلاد؟ فما حكم الإسلام في ذلك؟ علما بأنهم يبررون ذلك بنشر الإسلام؟ 

ج6: لا يجوز لمسلم أن يتجنس بجنسية بلاد حكومتها كافرة ؛ لأن ذلك وسيلة إلى موالاتهم والموافقة على ما هم عليه من الباطل، أما الإقامة بدون أخذ الجنسية، فالأصل فيها: المنع؛ لقوله تعالى: سورة النساء الآية 97 إِنَّ الَّذِينَ تَوَفَّاهُمُ الْمَلَائِكَةُ ظَالِمِي أَنْفُسِهِمْ قَالُوا فِيمَ كُنْتُمْ قَالُوا كُنَّا مُسْتَضْعَفِينَ فِي الْأَرْضِ قَالُوا أَلَمْ تَكُنْ أَرْضُ اللَّهِ وَاسِعَةً فَتُهَاجِرُوا فِيهَا فَأُولَئِكَ مَأْوَاهُمْ جَهَنَّمُ وَسَاءَتْ مَصِيرًا سورة النساء الآية 98 إِلا الْمُسْتَضْعَفِينَ الآية، ولقول، النبي صلى الله عليه وسلم أبو داود برقم (2645)، والترمذي برقم (1605)، والنسائي في [المجتبى] (8 / 36).أنا بريء من كل مسلم يقيم بين المشركين ولأحاديث أخرى في ذلك، ولإجماع المسلمين على وجوب الهجرة من بلاد الشرك إلى بلاد الإسلام مع الاستطاعة، لكن من أقام من أهل العلم والبصيرة في الدين بين المشركين لإبلاغهم دين الإسلام ودعوتهم إليه فلا حرج عليه إذا لم يخش الفتنة في دينه وكان يرجو التأثير فيهم وهدايتهم

وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم

السؤال السادس من الفتوى رقم 2393

اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Divider (11)

Question : 
 
Voici une question que je vous envoi des États-Unis et je souhaiterai avoir votre réponse sur ce sujet.

Un homme est marié avec une femme américaine mécréante dans le but unique d'avoir la nationalité, il ne la verra jamais.

Cela en échange d'argent.

Est-ce permis ?
 
Réponse de Cheikh 'Abdel'Azîz Ar-Râjihî : 
 
Louange à Allâh, Seigneur des mondes et paix et salut sur notre prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons, et sur ceux qui l'ont suivi dans le bien jusqu'au jour de la Rétribution. 
En suite :
 
Ce mariage n'est pas valide (Batil).

Car c'est un mariage qui n'est pas réel, c'est donc un mariage Batil !

De plus, il n'est pas permis pour un musulman de prendre la nationalité d'un pays de koufr.

Donc si cet homme a fait ce faux mariage avec cette femme dans le but d'avoir cette nationalité, la chose est encore plus grave et plus sérieuse !

On dit donc que ce mariage est Batil et qu'il n'est pas permis de prendre la nationalité mécréante et il n'est pas permis de recevoir de l'argent en échange de cela.
 
Qu'Allâh nous donne à tous As-Salamah et al-'Aafiyah!). 
 
Fatwa 1598, tiré du site officiel du Cheikh
Tiré du livre: L'Islam ou l'Intégrisme ? page 269 
Traduit par le frère Abu Hammad 
 Publié par alminhadj.fr

Divider (11) 

Questionneur :

 

Qu'Allâh vous traitre en bien : Quel est le jugement de se naturaliser avec une nationalité d'un pays mécréant ?

 

Réponse de Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz :

 

Ce n'est pas autorisé !

 

Car ceci va peut-être l'entrainer vers le polythéisme .

 

Il n'est pas autorisé de prendre cette nationalité.

 

Questionneur :

 

Et son jugement... est-ce que ceci fait partie des grands péchés ? 

 

Réponse :

 

On craint pour lui !

 

On craint pour lui qu'il va tomber dans le polythéisme !

 

Car s'ils lui donnent la nationalité , ils vont surement lui imposer des lois et des conditions ! 

 

Questionneur :

 

Ceci parce qu'il va certainement aller à la dérive de leurs lois ?

 

Réponse :

 

Ceci peut l'entrainer vers cela !

 

On doit craindre pour lui cela .

 

Il ne lui est pas autorisé de prendre la nationalité.

 

Par contre la résidence, pour un cas nécessaire il n'y a pas de mal s'il réside pour prendre des études ou prendre des soins...

 

Audio /Charh bouloùgh el marâm , chapitre/la guerre sainte , n° de la cassette/1

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

السؤال : أحسن الله إليك : حكم التجنس بجنسية بلد كافرة ؟

الجواب : ما يجوز له ، قد تجره إلى الشرك ، لا يجوز التجنس بها

السائل : والحكم هل هو من الكبائر ؟

الشيخ : يُخشى عليه ، يُخشى عليه أن يقع في الشرك ، لأنهم إذا أعطوه الجنسية ، قد يلزمونه بقوانين وشروط

السائل: لأنه ينساق لأحكامهم ؟

الشيخ : قد يجره ذلك ، يُخشى عليه من هذا ، فلا يجوز له أخذ الجنسية ، أما الإقامة للضرورة فلا بأس ، إذا أقام لعلاج أو لطلب علم

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Cheikh ‘Abdel‘Azîz Bnou ‘Abdillah Ar-Râjihî - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله الراجحي

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Mise en garde contre l'appel à l'unité des religions !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Mise en garde contre l'appel à l'unité des religions !

Au Nom de Allah le Clément, Le Miséricordieux


Louange à Allah uniquement, prière et salut sur le dernier des prophètes, ainsi que sur ses proches, ses compagnons et ceux qui les suivent dans le bien jusqu’au jour de la Résurrection.

La Commission Permanente des Recherches Académiques et des Avis religieux d’Arabie Saoudite a étudié les questions qui lui sont parvenues, les propos et les avis diffusés dans les médias concernant l’appel à « L’Unité des Religions » :

l’Islam, le Judaïsme et le Christianisme, ainsi que tout ce qui en découle, telle que l’idée de construire dans un même lieu :

une mosquée, une église et une synagogue, au sein des universités, des aéroports et des places publiques ; l’appel à imprimer le Coran, la Torah et l’Évangile ensemble dans un même recueil, et beaucoup d’autres conséquences de cette propagande.

De même que les colloques, les conférences et les organisations qui sont créés dans ce but.


Après réflexion et étude de la question, la Commission décide ce qui suit :

 

-Premièrement

 
L’un des principes fondamentaux de la croyance en Islam, connu de tous et sur lequel les musulmans sont unanimes, est qu’il n’existe aucune religion véridique à la surface de la terre autre que l’Islam, qu’elle est la dernière des religions et qu’elle abroge toutes les religions, les croyances et les législations précédentes.

Il ne reste donc plus aucune religion par laquelle Allah est adoré si ce n’est l’Islam.


Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :
 

{ Quiconque recherche une religion autre que l’Islam, elle ne sera pas acceptée et il sera dans l’au-delà parmi les perdants.} (Sourate 3 - La famille de ‘Imran, verset 85)

 

Après la prophétie de Mohammed – Paix et Salut sur lui – l’ Islam est ce qu’il a apporté à l’exclusion de toute autre religion.
 

-Deuxièmement

 
L’un des principes fondamentaux de la croyance en Islam est que le Livre de Allah « Le Noble Coran » est le dernier des livres de Allah descendus et promis par le Seigneur de l’Univers, qu’il abroge tous les livres révélés précédemment : la Torah, les Psaumes, les Évangiles et autres, et qu’il a la suprématie sur tous ces livres.

Il ne reste donc plus de livre révélé par lequel Allah est adoré si ce n’est « Le Noble Coran ».

Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

{Nous avons fait descendre sur toi le Livre en toute vérité, confirmant les livres qui t’ont précédés et en imposant sa suprématie sur tous les autres. Juge donc parmi eux avec ce que Allah a fait descendre et ne suis pas leurs passions, en délaissant la vérité qui t’est parvenue.} (Sourate 5 « La Table servie », verset 48) 
 

-Troisièmement

 
Il est obligatoire d’avoir la conviction que « La Torah » et « Les Évangiles » ont été abrogées par le Noble Coran et qu’elles ont été falsifiées et modifiées par des ajouts et des suppressions, comme cela est expliqué dans plusieurs versets du Coran, parmi lesquels la parole de Allah Le Très Haut (traduction rapprochée) : 
 
{Puis à cause de la violation de leur engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœur : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf un petit nombre d’entre eux.} (Sourate 5 - La Table servie, verset 13)

et aussi (traduction rapprochée) : 

{Malheur à ceux qui de leurs propres mains composent un livre puis le présentent comme venant de Allah pour en tirer un vil profit ! Malheur à eux, à cause de ce que leurs mains ont écrit ! Malheur à eux, à cause des bénéfices qu’ils en tirent ! } (Sourate 2 « La Vache », verset 79)

également la parole de Allah Le Très Haut (traduction rapprochée) :

{Certains d’entre eux déforment leurs langues en lisant le Livre pour vous faire croire que cela provient du Livre, alors qu’il n’est point du Livre; et ils disent : « Ceci vient de Allah », alors qu’il ne vient pas de Allah. Ils disent consciemment des mensonges contrAllah.} (Sourate 3 - La famille de ‘Imran, verset 78)

Ainsi, les passages authentiques de ces livres ont été abrogés par l’Islam et tous les autres passages sont falsifiés ou modifiés.

Il est rapporté que le Prophète – Paix et Salut sur lui – s’est mis en colère lorsqu’il a vu Omar ibn el Khattâb – que Allah l'agrée – tenant un feuillet de la Torah, et il lui dit :

« Ô ibn el Khattâb ! As-tu des doutes ?! Ne suis-je pas venu avec une religion claire et limpide ? Si mon frère Moïse (Mussa) était vivant, il n’aurait d’autre choix que de me suivre. »
(Rapporté par Ahmed, El Dârimi et d’autres) 
 

-Quatrièmement


L’un des principes fondamentaux de la croyance en Islam est que notre Prophète et Messager Mohammed – Paix et Salut sur lui – est le sceau des prophètes et des messagers, comme Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

{Muhammad n’a jamais été le père d’un homme d’entre vous, mais c’est le messager de Allah et le sceau des prophètes.} (Sourate 33 - Les Coalisés, verset 40)

Il ne reste donc plus de messagers que l’on doit obligatoirement suivre sauf Mohammed – Paix et Salut sur lui – et si les prophètes et messagers de Allah étaient vivants, ils n’auraient d’autre choix que de le suivre ; de même les adeptes de ces prophètes et messagers n’ont pas d’autre choix, comme Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

{Et lorsque Allah prit cet engagement des prophètes : « Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et la Sagesse, et qu’ensuite un messager viendra vous confirmer ce que vous avez, vous devrez croire en lui et lui porter secours. » Il leur dit : « Consentez-vous et acceptez-vous Mon pacte à cette condition ? » - « Nous consentons », répondirent-ils. « Soyez-en donc témoins », dit Allah. Je suis, avec vous, parmi les témoins.} (Sourate 3 - La famille de ‘Imran, verset 81)

Lorsque le prophète Jésus (‘Issâ) – Paix et Salut sur lui – redescendra sur terre à la fin des temps, il suivra la voie de Mohammed – Paix et Salut sur lui – et jugera suivant sa législation.
 
Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

{Ceux qui suivent le messager, le prophète illettré, dont il trouve le nom mentionné chez eux dans la Torah et l’Évangile.} (Sourate 7 - El A’raf, verset 157)

De même, l’un des principes fondamentaux de la croyance en Islam est que la prophétie de Mohammed – Paix et Salut sur lui – est destinée à l’ensemble de l’humanité, Allah Le Très Haut dit :

{Nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité. Mais la plupart des gens ne savent pas.} (Sourate 34 - Sabaa, verset 28)

et également (traduction rapprochée) :

{Dis : « Ô vous les hommes ! Je suis pour vous tous le Messager de Allah.} (Sourate 7 « El A’raf », verset 158)

ainsi que d’autres versets.
 
-Cinquièmement

L’un des principes fondamentaux de l’Islam est d’être obligatoirement convaincu de l’incroyance de toute personne qui n’est pas entrée dans l’Islam – juifs, chrétiens ou autres – de les appeler « mécréants », de les considérer comme les ennemis de Allah, de Son Messager et des croyants, et qu’ils sont parmi les gens de l’Enfer, ainsi que Allah Le Très Haut le dit (traduction rapprochée) :

{Les mécréants parmi les gens du Livre, ainsi que les polythéistes, ne cesseront pas de mécroire jusqu’à ce que leur vienne la preuve évidente. } (Sourate 98 - La Preuveévidente, verset 1)

et aussi (traduction rapprochée) :

{Les mécréants parmi les gens du Livre, ainsi que les polythéistes, iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Ce sont les pires de toute la création.} (Sourate 98 - La Preuve évidente, verset 6)

et d’autres versets.

Il est également rapporté dans « Sahih Mouslim » que le Prophète – Paix et Salut sur lui – a dit :

« Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, nul personne dans toute l’humanité n’entend parler de moi – qu’il soit juif ou chrétien – puis meurt en n’ayant pas cru en mon message, sans qu’il ne soit parmi les gens de l’Enfer. ».

Ainsi, celui qui ne considère pas comme mécréant les juifs et les chrétiens, est lui-même mécréant, d’après la règle de jurisprudence islamique : « Celui qui ne considère pas le mécréant comme tel, est lui-même mécréant. »
 

-Sixièmement

 

Face à ces fondements de la croyance et ces réalités islamiques, l’appel à « l’unité des religions », le rapprochement entre elles et la fusion en une seule entité, tout ceci n’est qu’une propagande vicieuse et trompeuse, dont le but est de mélanger la vérité et le faux, le bien et le mal, de détruire l’Islam et ses piliers, et de pousser ses adeptes vers l’apostasie totale.


La preuve de cela réside dans la parole de Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :


{Ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à vous détourner – s’ils le peuvent – de votre religion.} (Sourate 2 « La Vache », verset 217)

et également (traduction rapprochée) :


{Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru, ainsi, vous seriez tous égaux !} (Sourate 4 - Les Femmes, verset 89)


-Septièmement
 

Parmi les conséquences de cette mauvaise propagande : l’annulation de toute différence entre l’Islam et l’incroyance, entre la vérité et le faux, entre le bien et le mal, la rupture de tout obstacle d’animosité entre les musulmans et les mécréants ; il n’y a alors plus d’allégeance aux musulmans et de désaveu des mécréants, ni de djihad, ni de lutte pour élever la parole de Allah sur terre, alors que Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée)  :

{Combattez ceux qui ne croient ni en Allah, ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la véritable religion, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent le tribut de leurs propres mains, en étant humiliés.} (Sourate 9 - Le Repentir, verset 29)

et Allah dit aussi (traduction rapprochée) :

{Combattez les polythéistes sans exception, comme ils vous combattent sans exception, et sachez que Allah est avec les pieux.} (Sourate 9 - Le Repentir, verset 36)
 

-Huitièmement


L’appel à « l’unité des religions », s’il provient d’une personne musulmane, est considéré comme une abjuration manifeste de l’Islam, car il s’oppose totalement aux principes fondamentaux de la croyance musulmane et approuve l’incroyance en Allah Le Très Haut.

Cet appel annule la véracité du Coran et son abrogation de tous les livres précédents et annule l’abrogation de l’Islam de toutes les religions et législations précédentes.

De ce fait, cette notion est rejetée par la législation musulmane et est catégoriquement interdite, d’après toutes les preuves tirées du Coran, de la Sunna et de l’unanimité des savants.
 

-Neuvièmement
 

En ce fondant sur ce qui précède :
 
Il est interdit au musulman qui croit en Allah en tant que Seigneur, à l’Islam en tant que religion et en Mohammed – Paix et Salut sur lui – en tant que prophète et messager, d’appeler à cette thèse, de l’encourager, de la répandre parmi les musulmans, et à plus forte raison d’y adhérer, de participer à ses colloques et conférences, et de se joindre à ses adeptes.
Il est interdit au musulman d’adhérer à l’idée de construire dans un même lieu une mosquée, une église et une synagogue.

En effet, cela revient à approuver une religion par laquelle on adore Allah autre que l’Islam, à réfuter la suprématie de l’Islam sur toutes les autres religions, à prêcher une propagande matérialiste selon laquelle il y a trois religions et que chacun peut choisir celle qu’il désire, qu’elles sont toutes les trois équivalentes et que l’Islam n’abroge pas les religions précédentes !

Nul doute que croire en cela ou l’approuver n’est qu’incroyance et égarement, car c’est en contradiction flagrante avec le Noble Coran, la Sounna et l’avis unanime des savants, et c’est une reconnaissance que les falsifications des juifs et des chrétiens proviennent en fait de Allah !

Allah est bien au-dessus de tout cela ! De même, il est interdit d’appeler les églises « maisons d'Allah » et de dire que l’on y adore Allah de façon correcte et admissible, car ces adorations ne font pas partie de l’Islam.

Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

{Quiconque recherche une religion autre que l’Islam, elle ne sera pas acceptée et il sera dans l’au-delà parmi les perdants.} (Sourate 3 - La famille de ‘Imran, verset 85)
 
Il s’agit plutôt de maisons dans lesquelles on renie Allah – que Allah nous préserve de l’incroyance.

Cheikh El Islam Ibn Taymiyya – qu'Allah lui fasse miséricorde – a dit dans son livre «  Majmou’ el Fatawa » (22/162) :

« Les synagogues et les églises ne sont pas les maisons de Allah ; les maisons de Allah sont les mosquées. Ce sont plutôt des maisons dans lesquelles on renie Allah, même si Son Nom y est invoqué, car les maisons dépendent de leurs habitants et ses habitants sont mécréants, ce sont donc les maisons d’adoration des mécréants. »
 
-Dixièmement

Il faut savoir que prêcher l’Islam aux mécréants, en particulier aux juifs et aux chrétiens, est une obligation pour tous les musulmans, comme le prouve les textes clairs du Coran et de la Sunna.

Cependant, ceci ne doit se faire que par la voie des explications et des débats de la meilleure des façons, sans faire aucune concession sur la législation musulmane, afin d’arriver à les convaincre d’entrer dans l’Islam ou tout au moins leur fournir des preuves évidentes, pour que celui qui court à sa perte le fasse en connaissance de cause et que celui qui survit le fasse en connaissance de cause.

Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

{Ô vous les gens du Livre ! Venez à une parole commune entre vous et nous : « Que nous adorions Allah, que nous ne Lui associons rien et que nous ne prenions personne d’entre nous pour seigneur en dehors d’Allah. » Puis, s’ils vous tournent le dos, dites-leur : « Soyez témoins que nous, nous sommes soumis à Allah. »} (Sourate 3 - La famille de ‘Imran, verset 64)
 
Quant au fait d’entrer avec eux dans des polémiques, de les rencontrer pour débattre dans le but de leur concéder ce qu’ils désirent et concrétiser leurs objectifs, d’annuler la nature même de l’Islam et ses croyances fondamentales, tout ceci est nul et non avenu, Allah refuse cela, ainsi que Son messager et les croyants.

Allah est le Seul qui puisse nous aider contre ce qu’ils prétendent.

Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

{Prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce que Allah t’a révélé.} (Sourate 5 - La Table servie, verset 49)

La Commission, en décidant cela et en l’expliquant aux gens, conseille par la même occasion à tous les musulmans, en particulier aux gens de science, de craindre Allah Le Très Haut, d’agir en conséquence, de protéger l’Islam et la croyance des musulmans contre l’égarement et ses prédicateurs, contre l’incroyance et ses adeptes ; elle les met en garde contre cette propagande égarée et blasphématoire appelée « l’unité des religions » et les mets en garde de ne pas tomber dans ses filets.
 
Nous implorons Allah qu’Il protège tout musulman d’être la cause de l’entrée de cet appel dans les pays musulmans et sa propagation parmi eux.

De même que nous implorons Allah par Ses plus beaux Noms et Ses plus beaux Attributs qu’Il nous protège tous des tentations d’égarement, qu’Il fasse de nous des guides dans le droit chemin, des protecteurs de l’Islam suivant la bonne voie et la lumière de Allah, jusqu’à ce que nous Le rencontrions et qu’Il soit satisfait de nous.


Allah est le Seul garant du succès.
Paix et Salut sur notre Prophète Mohammed, ses proches et tous ses compagnons.


Source : www.alifta.com 
Traduction rapprochée de la Fatwa n° 19402 : Abu Ahmed 

revue et corrigée : Ibn Hamza Al Djazairy 
05 dhoul al qui’da 1426 – 07/04/05


فتوى اللجنة الدائمة للإفتاء في وحدة الأديان
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Différence entre le qadhi et le mufti

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Différence entre le qadhi et le mufti

Question :

Est-il permis à la femme d’être Qadhiya (femme juge ) ?

 
Réponse : 

Non, il ne lui est pas permis d’être Qadhiya (femme juge) ou Muftiya (femme mufti, qui donne des verdicts religieux).
 
Question : 

Pourquoi ? Le jugement n'informe-t-il pas simplement de la règle islamique ?
 
Réponse : 

Le jugement (Qadha) est plus que l'octroi d'un verdict religieux (Fatwa).

Tout Mufti (personne qualifiée pour donner des verdicts religieux) n'est pas Qadhi (juge).

De même, tout Qadhi n'est pas Mufti. Et il se peut qu'une personne soit les deux.Le Qadhi 

est comme le Hakim (un autre mot pour le juge) qui doit faire exécuter et mettre en œuvre les verdicts religieux. Pour cette raison, les verdicts religieux sont parfois séparés des jugements légaux et les jugements légaux sont séparés des verdicts religieux.

Cependant, les jugements légaux et les verdicts religieux sont parfois combinés, c’est à dire que la personne qui donne le verdict religieux (Fatwa) l'exécute.

Si la personne est ainsi, alors il est un Qadhi (juge) et un Mufti.

Donc toute personne qui est un savant peut être interrogé, donc il donne un verdict religieux (Fatwa).

Cependant, si cette question exige la mise en œuvre d'un jugement quant au règlement de quelque différence entre deux personnes, le Mufti n'a pas l'autorité pour l'effectuer.

Celui auquel on se réfère à cet égard est le Qadhi.
 

Article tiré du site assalafi.com
Traduit par Aqil Walker
copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Les maux du nationalisme

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les maux du nationalisme

Certes, l'islam a interdit les appels de l'époque de l'ignorance (jahiliya). 

 
Il y a beaucoup de preuves textuelles qui interdisent toutes les caractéristiques et les actes de ces temps d'ignorance, exceptées les (bonnes) pratiques, que l'islam a pardonnées. 
 
Et parmi ce sur quoi il y a aucun doute, est que l'appel au NATIONALISME est certes, un de ces appels de la Jahiliya
 
Ceci parce que le nationalisme est un appel à quelque chose d'autre que l'islam et un appui pour quelque chose d'autre que la vérité. 
 
Et combien de crimes, de maux et de guerres sévères, de tels appels de la Jahiliya, ont amené aux gens, causant un grand mal à leurs âmes, leur richesse et leurs biens. 

 

Les conséquences de tels appels étaient une cassure de leur unité (musulmane), une récolte d'hostilité et de haine l'un pour l'autre, dans leurs cœurs et une séparation entre eux en tribus et nations !
 
Ibn Taimiya (rahimahullah) a dit : 
 
« tout ce qui est étranger à l'appel de l'islam et au Qur'an, comme l'origine, la terre, la nationalité, les écoles de pensée et les méthodologies, font partie des appels des jours de l'ignorance (jahiliya). Une fois, les Muhajirin et les Ansar ont débattu, au point qu'un des Muhajirin a dit :'ô Muhajirin! ' (c'est à dire, venez m'aider) 
 
Et un des Ansar a dit : ' ô Ansar! ' En entendant cela, le prophète (salallahu 'alayhi wa salam) a dit :
' est-ce avec les appels de la Jahiliya que vous vous écriez, alors que je suis toujours parmi vous ?! » 
[Rapporté par Al-Bukhari (8/137)] Et il s'est fâché." [Majmu'-ul-Fatawa (3/456)]
 
Parmi les preuves textuelles concernant cette question, est la parole d'Allah, le Très-Haut (traduction rapprochée) : 
 
« Quand ceux qui ont mécru eurent mis dans leurs cœurs la fureur, [la] fureur de l'ignorance... Puis Allah fit descendre Sa quiétude sur Son Messager ainsi que sur les croyants. » [Sourate Al-Fath (48) : 26]
 
Le prophète (salallahu 'alayhi wa salam) a dit : 
 
« Quiconque abandonne l'obéissance et se  sépare de la Jama'a  et meurt ensuite, il meurt d'une mort des Jours de l'ignorance (Jahiliya). Quiconque se bat sous la bannière de l'aveugle, se fâchant pour la partialité ('asabiya), appelant vers cela, ou le soutien de cela et meurt ensuite, il meurt d'une mort des Jours de l'ignorance (Jahiliya). » 
[Rapporté par Muslim dans son Sahih (6/21), d'après Abu Hurairah]
 
Dans le Sahih Muslim (8/120) le prophète (salallahu 'alayhi wa salam) a dit :
 
« Certes, Allah m'a révélé que vous devez être humble. Et que personne ne doit agir fièrement et d'une manière oppressive sur un autre, ni se vanter par rapport à un autre. »
 
Ainsi, il n'y a aucun doute qu'appeler au nationalisme appelle à la partialité ('asabiya) !

Et c'est un appel à se fâcher pour ce groupe de partisan et à se battre pour lui.

Aussi, il n'y a aucun doute qu'appeler vers le nationalisme est un appel vers la transgression, la fierté et l'arrogance.

Puisque le nationalisme n'est pas un mode de vie qui a été divinement révélé, qui éloignerait ses adhérents de la vantardise et de l'oppression.

Au contraire, c'est une idéologie des Jours (pré-islamique) de l'ignorance, qui mène ses adhérents à se vanter de leur groupe et au fanatisme, même s'ils sont les oppresseurs et les autres les opprimés !!

Ainsi ô noble lecteur, considère bien cela et la vérité t'apparaîtra clairement !
 
Une autre preuve liée à cela, est ce qui a été rapporté par At-Tirmidhi, le messager d'Allah (salallahu 'alayhi wa salam) a dit : 

« faites cesser les gens de se vanter de leurs ancêtres décédés - qui sont simplement le combustible du Feu de l'enfer - ou ils deviendront sûrement plus insignifiants à Allah que le scarabée qui frotte des excréments sur son nez.
Allah vous a retiré l'esprit partisan des Jours de l'ignorance et la vantardise au sujet des ancêtres.
En effet, une personne est soit un croyant pieux, soit un pécheur misérable.
Tous les hommes sont les enfants d'Adam et Adam a été créé de terre. »
 
[Hassan - rapporté par Abu Dawud (n°5116) et At-Tirmidhi (n°4233) d'après Abu Huraira et authentifié par Ibn Taimiya dans Al-lqtida (p.35)]
 
Et le prophète (salallahu 'alayhi wa salam) a dit :

« en effet il n'y a aucune excellence qu'un Arabe possède sur un non-Arabe, ni non-Arabe sur un Arabe.
Il (n'y a non plus d'excellence) d'un blanc sur un homme noir, ou d'un homme noir sur un blanc, sauf par la TAQWA (l'obéissance pieuse à Allah). »
 
[Sahih - rapporté par Ahmad (5/411) et authentifié par Ibn Taimiya dans Al-lqtida (p.69)]
 
Ceci conformément à la parole d'Allah la Très-Haut (traduction rapprochée) 
 

« Ô hommes ! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès d'Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et parfaitement Connaisseur. »[Sourate Al-Hujurat (49) : 13]

 
Ainsi Allah, l'Unique, préservé de tous les défauts, a précisé dans ce noble verset qu'on a fait des gens des nations et des tribus pour qu'ils puissent se connaître l'un l'autre, pas pour qu'ils puissent se vanter et être fiers l'un par rapport l'autre !

Et Allah, le Très-Haut, considère le plus noble d'entre eux comme étant celui qui a le plus de piété et de  taqwa.

De la même façon le hadith mentionné avant contient la même signification et cela guide au fait qu'il fait partie des coutumes des Jours de l'ignorance  (Jahiliya) de se vanter fièrement et d'avoir une FAUSSE FIERTÉ pour ses pères et ancêtres.

C'est à quoi les appels de l'ignorance mènent, tandis que l'islam est en opposition avec tout cela.

Plutôt l'islam appelle à être modeste, humble, juste et à aimer pour Allah.

Il indique aussi que les vrais musulmans sincères sont seulement une des branches des enfants d'Adam et que les musulmans sont un corps uni et une structure uni ; Chaque partie soutenant l'autre et chaque partie sentant la douleur dont les autres parties souffrent.

Comme cela est rapporté dans le hadith authentique où le prophète ( salallahu 'alayhi wa salam)  dit : 

« un croyant pour un autre croyant ressemble à une construction solide, une partie soutient l'autre. » - et ensuite il a entrelacé ses doigts pour montrer cela.
[Al-Bukhari (no 481) et Muslim (no 2585) hadith d'après Abu Huraira]
 
Le prophète (salallahu 'alayhi wa salam) aussi a dit :

"l'exemple des croyants dans leur amour mutuel et leur pitié l'un pour l'autre ressemble à l'exemple d'un corps, si une partie du corps sent la douleur, tout le corps souffre de l'insomnie et de la fièvre." 
[Al-Bukhari (n°6011) et Muslim (n°2586) hadith de Nu'man Ibn Bashir]
 
Ô les gens !!

Je vous appelle au nom d'Allah.

Votre nationalisme vous amène-t-il à ces manières nobles de pitié et de bonté pour les musulmans - Arabes et non-Arabes - et à avoir de la sympathie mutuelle et des rapports avec eux et à sentir la douleur quand ils expérimentent la douleur ?

NON, par Allah !!

Plutôt il vous amène à avoir de la dévotion pour ceux qui ont de mauvaises manières et il vous amène à décupler l'animosité et la haine pour ceux qui rejettent cette croyance fausse du nationalisme.

Prends donc garde, ô musulman qui désire la sécurité et le salut et considère la réalité de cette question d'une juste considération, sans esprit partisan et désirs !!

Seulement alors tu verras la réalité comme elle est vraiment. Qu'Allah nous guide, vous et moi, à la sécurité et au salut.
 
Et il est rapporté par l'imam Al-Bukhari dans son Sahih (8/137), qu'un jeune homme des Muhajirin et un jeune homme des Ansar se sont, une fois, disputé, donc le Muhajir a dit :

'ô Muhajirin! ' (c'est à dire, venez m'aider) Et un des Ansar a dit : ' ô Ansar! ' En entendant cela, le prophète (salallahu 'alayhi wa salam) a dit : ' est-ce avec les appels de la Jahiliya que vous vous écriez, alors que je suis toujours parmi vous ?! '
 
Les termes Muhajiin et Ansar sont des attributs qu'Allah, l'Unique préservé de tous les défauts, aime.

Et Il a très fortement loué ces deux groupes, dans Sa parole (traduction rapprochée) 

« Les tout premiers [croyants] parmi les émigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils l'agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l'énorme succès !. » [Sourate At-Tawba (9) : 100]
 
Cependant, dans le susdit incident, cette attribution aux Muhajirin et chercher leur aide et l'attribution aux Ansar et chercher leur aide,  a été considéré comme étant parmi les APPELS DE L'IGNORANCE (Jahiliya) !

Ainsi qu'en est-il de ceux qui adhèrent au nationalisme et y cherchent un appui et se fâchent pour cela ? ?!!

Ne convient-il pas plus de considérer cela comme un des appels de l'ignorance ?!

C'est une question au sujet de laquelle il n'y a aucun doute et certes, c'est une des plus claires de toutes les questions.
 
Et il a été établi dans le hadith authentique d'Al-Harith Al-Ash'ari, que le prophète (salallahu 'alayhi wa salam) a dit : 

« je vous ordonne cinq choses qu'Allah m'a ordonné :
(s'accrocher à) la Jama'a, écouter, obéir, al-hijra (l'émigration) et le Jihad dans le sentier d'Allah, le Puissant et Majestueux.
Ainsi quiconque se sépare de la Jama'a d'un empan, il jette le joug de l'islam de son cou, à moins qu'il ne se repente.
Et quiconque appelle avec l'appel des Jours de l'ignorance (Jahiliya), alors il fait partie du tas du FEU DE L'ENFER! »
On a dit : « même s'il  jeûne et prie ? »
Donc il (Prières et bénédictions d'Allah sur lui) a dit : « même s'il jeûne et prie.
Ainsi appelez-vous (l'un l'autre) avec l'appel d'Allah qu'Allah a donné : ' Musulmans, 'Croyants, ' Serviteurs d'Allah. »
 
[Sahih - Rapporté par At-Tirmidhi (n°2863), At-Tilyalasi (n°1161) et d'autres. Shaikh Al-Albani l'a authentifié dans sa vérification d'Ibn Abi 'Asim As-Sunna (n°1036)]
 
Ce hadith est absolument clair en ce qui concerne le rabaissement de l'appel au nationalisme.

Ceux qui appellent vers cela méritent d'être parmi le tas amassé du Feu de l'enfer, même s'ils jeûnent et prient et prétendent qu'ils sont musulmans !!

Regardez donc quelle menace dure et avertissement sévère est donné ici !

Cela avertit tout musulman contre les appels des Jours de l'ignorance et de s'y embarquer, même si de tels appels sont ornés de faux discours et de mots charmeurs.

Plutôt le NATIONALISME est une tromperie et une forme de suivi aveugle qui mène son adhérent au PLUS MAUVAISES et aux plus DÉTESTABLES conséquences !

Et nous demandons à Allah de nous en préserver!
 
Article tiré du site al-manhaj.com
Source : Son Livre Naqd Al-Qawmiyat-ul-'Arabiya (pp.39-44) [Critique du Nationalisme arabe]
Traducteur : Abu Rumaysa

copié de salafs.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

La multiplication des associations islamiques

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La multiplication des associations islamiques

Question :

 
Quel est le devoir des savants musulmans face à la multiplication des associations et des groupes islamiques dans beaucoup de pays musulmans et autres, ainsi que face à leur division qui va même jusqu'à l'accusation d'égarement ?

Ne pensez-vous pas qu'il serait utile d'intervenir dans ce problème en montrant la voie qu'il faut suivre par crainte d'aggravation de ces problèmes et leurs conséquences sur les musulmans ?
 
Réponse : 
 
Notre Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, nous a montré un seul chemin que tous les musulmans ont pour obligation de suivre.
Cette voie est le droit chemin d'Allah et de Sa religion parfaite.
 
Allah l'Exalté dit (traduction rapprochée) :
            

« Et voilà mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. Voilà ce qu'Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété. » (1)
 

D'autre part, Allah a interdit à la communauté de Muhammad de se diviser et d'avoir des avis divergents, car cela représente une des causes principales de la faiblesse des musulmans et de la domination de leurs ennemis, comme le dit Allah, qu'Il soit élevé (traduction rapprochée) :

 

« Et cramponnez-vous tous ensemble au Habl (câble) d'Allah et ne soyez pas divisés » (2) ;
 

Il dit aussi (traduction rapprochée) : 

 

« Il vous a légiféré en matière de religion, ce qu'il avait enjoint à Noé, ce que Nous t'avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus : 'Etablissez la religion ; et n'en faites pas un sujet de divisions. Ce à quoi tu appelles les associateurs leur paraît énorme. » (3) 
 

Ceci est un appel d'Allah à l'unité des cœurs et des décisions.

Si les associations se multiplient dans chaque pays musulman, et si leurs rapports sont basés sur le bien et l'entraide dans la piété, sans division de ses membres, cela est une bénédiction de la part d'Allah, et ne pourra que faire du bien et être une bénédiction pour la communauté musulmane entière.

Par contre, si chaque association accuse les autres d'égarement et critique leurs actions, les préjudices et les conséquences seront dramatiques.

Il est du devoir des savants musulmans de clarifier la vérité ainsi que d'avoir des discussions avec chaque groupe ou chaque association, afin de les convaincre et les conseiller de suivre le chemin qu'Allah a tracé pour nous et que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a appelé à suivre.

Ceux qui malgré cela s'entêtent et veulent rester comme ils sont par intérêt personnel, ou pour des raisons que seul Allah connaît, doivent être dénoncés par ceux qui connaissent la réalité de ces mouvements.

Les gens doivent aussi être mis en garde contre ces groupes.

De cette manière, les gens éviteront leur chemin et n'entreront pas avec eux dans leur groupe, car ils risquent de les égarer du droit chemin qu'Allah nous a ordonné de suivre dans Sa parole (traduction rapprochée) :

 

« Et voilà mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. Voilà ce qu'il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété. » (4)
 

Nul doute que la multiplication des sectes et des groupes dans la société islamique est un objectif poursuivi d'un coté par Satan, et d'un autre coté, par les ennemis de l'islam, car l'unité des musulmans et la prise de conscience du danger qui les guette et qui a pour cible leur dogme, les rend actifs dans la lutte contre ces ennemis.

Ainsi, ils travailleront tous la main dans la main pour le bien-être des musulmans et pour repousser le danger qui guette leur religion, leur pays et leurs frères.

Ce n'est pas du tout ce qu'apprécient les ennemis de l'islam parmi les être humains et parmi les Jinns, et pour cette raison, ces derniers cherchent toujours à diviser les musulmans et à semer les graines de la discorde.

On implore Allah qu'il regroupe les musulmans autour de la vérité et qu'il ôte de leur société la discorde et l'égarement. Il est le Seul Capable de cela.

(1) Les Bestiaux, v. 153.
(2) La Famille d'Imrân, v. 103.
(3) La Consultation, v. 13.
(4) Les Bestiaux, v. 153.
 
Recueil de Fatwas et d'Articles Divers, vol. 5, pages 202 à 204.
copié de fatawaislam.com
 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Les règles du salut

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les règles du salut

Le Salut (السلام)


Nous allons nous intéresser à un autre comportement très important pour celui qui est invité et pour celui qui ne l’est pas, qui est : Le Salut.

Pour comprendre ce point, et bien sûr l’appliquer incha’Allah, nous expliquerons ce verset : Allah Le Très Haut dit :

«Quand donc vous entrez dans des maisons, adressez-vous mutuellement des salutations venant d’Allah, bénies et agréables. C’est ainsi qu’Allah vous expose ses versets, afin que vous compreniez » S24 V61. 

Quand donc vous entrez dans des maisons
 
Les maisons dont il est question sont aussi bien les maisons dans lesquelles on est invité que nos propres maisons.

Adressez-vous mutuellement des salutations.

C’est à dire, saluez-vous les uns les autres.

En fait, les musulmans ne forment qu’un seul individu de par l’affection, la compassion et la sympathie qu’ils éprouvent les uns envers les autres. 
 
Ces des salutations venant d’Allah.

C’est à dire qu’Allah les a légiférées pour nous, et Il en a fait notre salut. Ces salutations sont bénies.


Le fait de dire uniquement «Que la paix soit sur vous» est considéré comme un manque dans le salut.

Il est préférable d’y ajouter la "miséricorde et la bénédiction d’Allah".

Le salut fait partie des bonnes paroles qui sont aimées auprès d’Allah. Ces paroles contiennent en elles-mêmes une bonne chose ainsi qu’une incitation à la fraternité et à l’amitié. 

Faut-il saluer si la maison est inhabitée, ou s’il n’y a personne lorsqu’on y entre?
 
L’Imam an-Nawawi '  cite dans son livre Sahih al Adhkar wa da’ifouhou (vol.1 page 104) :

«Il nous est rapporté dans alMouwatta de l’Imam Malik, qu’il est préférable de dire quand on entre dans une Maison inhabitée: Traduction relative et approchée : « Que la paix soit sur nous et sur les saints serviteurs d’Allah » 

Quelques règles à savoir, relatives au salut
 
Il est interdit de parler avant d’avoir dit le salut.

D’après ibn ‘Omar (Radia Allah ‘anh) qui a dit : Le Messager (Salla Allah ‘alih wa Salam) a dit :

«Le salut est avant la question, donc celui qui commencera par la question avant de saluer, ne lui répondez pas » 
Hadith Hassan. 
 
D’après Jabir ibn ‘Abdillah (Radia Allah ‘anh) le Messager d’Allah (Salla Allah ‘alih wa Salam) a dit :
 
«Ne donnez pas l’autorisation d’entrer à celui qui ne commence pas par le salut »
Hadith Hassan. 
 
Parmi les bienfaits de cette règle

1. Il est donc interdit de poser une question ou de demander l’autorisation d’entrer avant de saluer. 

2. On ne doit pas répondre à celui qui pose une question avant de saluer. 

3. On ne doit pas donner l’autorisation d’entrer à celui qui demande l’autorisation avant de saluer. 

Et il convient d’enseigner à cette personne la manière d’agir.

Un homme de Bani‘Amar demanda l’autorisation d’entrer chez le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) en disant : « Puis-je entrer ? »
Et le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam)) dit : « Sors vers celui-là et apprends-lui la manière de demander l’autorisation d’entrer, et dis-lui de dire : « Que la paix soit sur vous, puis-je entrer ? ».
L’homme l’entendit et il dit : « Que la paix soit sur vous, puis-je entrer ? ». Alors le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) l’autorisa et l’homme entra
»
Hadith Sahih. Voir dans Sahih al-Boukhari. 

La réprobation de saluer d’un mouvement de poignets ou un mouvement de doigts
 
D’après ‘Omar ibn Chou’aib, d’après son père, d’après son grand-père, le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) a dit :

«Ne fait pas partie de nous : Celui qui se donne une ressemblance à autre que nous, et ne ressemblez pas aux juifs ni aux chrétiens.
Le salut des juifs est un signe des doigts et le salut des chrétiens est un signe du poignet »

Hadith authentique. 

 
Parmi les bienfaits de cette règle
 
La réprobation de ressembler aux juifs et aux chrétiens dans le salut par le poignet ou les doigts.

Il faut préciser que le Hadith d’Asma bint Yazid (Radia Allah ‘anhouma) n’est pas en contradiction avec celui précédemment cité, à savoir que :

«Le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) passa un jour par la mosquée alors qu’il y avait un groupe de femmes assises et il leur fit un signe de la main en les saluant. »

Ceci porte sur le fait que le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) a rassemblé la parole et le geste pour saluer. 

- La réprobation de dire, pour celui qui demande la permission d’entrer : « C’est moi »
 
D’après Jabir ibn ‘Abdillah (Radia Allah ‘anh) qui a dit :

« Je me rendis chez le Prophète (Paix et Salut d'Allah sur lui), dans la religion il était au-dessus de mon père.
Je frappais à la porte, et il dit : « Qui est là ? »
Je dis : « C’est moi. »
Et il dit : « Moi, moi », comme s’il les avait désapprouvés»

Hadith authentique. 

 
Parmi les bienfaits de cette règle
 
1. La réprobation pour celui qui demande la permission d’entrer de dire : «C’est moi» quand on lui demande «Qui est là ?».

Car cette réponse ne contient aucun éclaircissement et appelle plutôt à la confusion.

Et parmi les droits de l’hôte, est qu’il sache le nom de celui qui lui demande d’entrer chez lui. 
 
2. Faisait partie de la voie des Salafs, le fait de dire leur nom lorsqu’ils demandaient la permission d’entrer.

Et d’après ibn ‘Abbas (Radia Allah ‘anh) qui a dit :

«‘Omar demanda la permission d’entrer chez le Prophète (P. S. d'Allah sur lui) et il a dit : « Que la paix soit sur le Messager d’Allah, que la paix soit sur vous, ‘Omar peut-il entrer ?»
Hadith authentique. 
 

Référence: Tafsir as-Sa’di - Tafsir ibn Kathir 

copié de al.baida.online.fr

Partager cet article

Comment reconnaître un pays de terre d'islam et un pays de mécréance ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Comment reconnaître un pays de terre d'islam et un pays de mécréance ?
Il a déjà précédé que la Hijrah se fait de la terre de mécréance vers la terre d'Islam, ainsi, si ce qui est voulu par cette question est une explication et une clarification de la règle définissant le pays de shirk ou de mécréance, et bien les savants ont beaucoup d'interprétations définissant cette règle.

La règle la plus connue parmi les savants, définissant le pays de shirk et le pays de mécréance est:

“le pays dans lequel le shirk ou la mécréance sont à découvert, et prédominants”

 

Ainsi que cela a été cité dans “Sharh Al Iqna' " de Al Bouhouty, et dans les Fatawa de Ash Sheikh Ibn Ibrahim, et dans les Fatawa de Sheikh Ibn Baz (rahimahoum Allah).

 

L'Imam Ash Shawkany رحمه الله تعالى, a également cité dans son livre "As Saïl Al Jarrar” une règle définissant la terre de mécréance et la terre de shirk, et aussi la terre d'Islam.

Il رحمه الله تعالى, a dit :

 

“ Ce qui est pris en compte c'est: celui dont la parole prédomine.
Si les ordres et interdits dans ce pays appartiennent aux gens de l'Islam, alors c'est une terre d'Islam, et cette règle n'est pas mise à mal par certains traits de mécréance, car ils ne sont pas apparus par le biais de la puissance et de la force des mécréants tels les “Ahl Adh Dhimmah” (les mécréants qui payent une taxe afin de résider en pays Mouslim) Juifs et Chrétiens, et les Mouahadoun (ceux qui ont conclut un pacte avec les Mouslims)qui résident dans les cités Islamiques; et si la situation est à l'inverse de cela, le pays prend donc le jugement inverse”.

 

Il y a également une excellente discussion [à ce propos] par Sheikh Al 'Outheymin رحمه الله تعالى, dans son explication (sharh) du livre “Al Oussoul Ath-Thalathah”. Il رحمه الله تعالى, dit:

 

“ Et la terre de Shirk est celle dans laquelle les rites de mécréance sont pratiqués, et où les rites de l'Islam, tel l'Adhan, et la prière en congrégation, et les 'Eid, et le Joumou'ah ne sont pas pratiqués d'une manière générale universelle”.


Il dit :
 

“Nous avons seulement dit : “ d'une manière générale universelle” , afin d'exclure ces endroits dans lesquels ces rites sont pratiqués d'une façon limitée, tels les pays des mécréants qui comportent des minorités musulmanes, car certes ils [ces pays] ne deviennent pas “terres d'Islam” par le biais des rites islamiques que les minorités musulmanes y pratiquent.
Quant aux pays d'Islam, ce sont ces pays dans lesquels ces rites sont pratiqués d'une manière générale universelle”.


Cette parole de Sheikh Al 'Outheymin رحمه الله تعال , peut être utilisée afin de réfuter ce que Al Mawardy a dit.

C'est un savant Shafi'ite qui a dit: 

 

“S'il est capable de pratiquer ouvertement son Ddin dans un pays parmi les pays de mécréance, et bien ce pays devient pays d'Islam, et ainsi, y résider est meilleur que de le quitter, du fait de l'espoir que d'autres entreront dans l'Islam”.


Ibn Hajar رحمه الله تعالى a rapporté cela de lui [ Al Mawardy].
 

La parole de Sheikh Ibn 'Outheymin رحمه الله peut donc être utilisée comme réfutation contre ce qu' Al Mawardy رحمه الله a dit C'est donc la règle définissant la terre de shirk et la terre de mécréance, dont la Hijrah d'elle est obligatoire, pour quiconque n'est pas capable de pratiquer ouvertement son din, ni d'y pratiquer ses rites. 


copié de darwa.com

Partager cet article

La mixité dans l'enseignement

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La mixité dans l'enseignement

Louange à Allah, et prières et salut sur le Messager d'Allah. 

 

J'ai pris connaissance de ce qu'a fait paraitre le journal as-Siyâssa paru au jour du 24/07/1404 de l'année de l'Hégire, revue n°5644, (dans un article) attribué au directeur de l'université de San'a, le docteur 'Abdoul 'Aziz al Mouqaalah, qui y a prétendu que le fait de réclamer que les étudiantes soient séparées des étudiants était contraire à la Législation religieuse.


Et il s'est argumenté, quant à l'autorisation de la mixité que les musulmans à l'époque du Messager  -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- faisaient la prière dans une seule mosquée, les femmes avec les hommes.

Et il a dit : c'est pourquoi l'enseignement se doit d'être dans un seul et même endroit (pour les femmes et les hommes).

Je fus étonné que ces paroles puissent venir d'un directeur d'université islamique dans un pays musulman.

Il lui est demandé de diriger les gens (aussi bien) les hommes que les femmes vers ce qui comporte le bonheur et la sauvegarde dans la vie ici-bas et dans l'au-delà. 
 
Nous appartenons à Allah et c'est vers lui que nous retournons, il n'y a de puissance ni de force qu'en Allah !
 
Et, sans aucun doute, cette parole comporte une atteinte immense et un outrage à la Législation Islamique car la Législation Islamique n'a jamais appelé à la mixité.

Alors comment dire que le fait de l'interdire est en contradiction avec elle.

Mais plutôt la législation l'interdit et elle est ferme vis-à-vis de cela. Elle insiste même sur ceci quand Allah dit :

 

Traduction relative et approchée : 

« Restez dans vos foyers ; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d'avant l'Islam (Jahiliyah)».S33 V33.
 
Et Allah dit :

 

Traduction relative et approchée : 

« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux »S33 V59.
 
Et Allah a dit : 
 
Traduction relative et approchée : 

« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de préserver leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu 'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu'elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l'on sache ce qu 'elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous réussissiez » .S24 V31.
 
Et Allah a dit :

 

Traduction relative et approchée : 

« Et si vous leur demandez quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau : c'est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs ».S33V53.
 
Et dans ces nobles versets, il y a une preuve claire sur le fait que les femmes doivent rester dans leurs maisons ; de peur d'être objet de tentation et par crainte d'être tenté par elles, sauf pour un besoin qui les amène à sortir.

Allah les a ensuite averti contre l'exhibition comme celle qui existait avant l'Islam ; et c'est le fait de montrer leur beauté et leurs atours devant les hommes.
 
Il a été authentifié d'après le Messager -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- qui a dit :
« Je n'ai pas laissé derrière moi une tentation plus néfaste pour les hommes que les femmes » (1)

 

Mouslim l'a cité dans son Sahih d'après Oussama et Sa'id ibn Zayd ibn 'Amr ibn Noufayl.
 
Et dans Sahih Mouslim, d'après abi Sa'id al Khoudri, d'après le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- qui a dit :
 
« Ce bas-monde est savoureux et verdoyant et Allah vous y a rendu responsables regardant comment vous agissez. Craignez (ce que renferme) ce bas-monde et craignez les femmes car la première tentation des Bani Israïl était dans les femmes ».
 
Effectivement, le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- fut véridique car leur tentation est immense et plus particulièrement à notre époque dans laquelle beaucoup d'entre elles ont retiré le voile et où elles se sont exhibées d'une exhibition (comparable) à celle d'avant l'Islam.

Et pour cette raison, se sont multipliées les turpitudes et les choses blâmables.

Et la plupart des jeunes hommes et des jeunes filles, dans beaucoup de pays, ont délaissé ce qu'Allah a légiféré dans le mariage.

Allah a pourtant montré que le voile est plus pur pour tous les cœurs ; ce qui le  prouve c'est que sa disparition est plus proche de la souillure de l'ensemble des cœurs ainsi que de la déviation du chemin de la vérité.
 
Et il est connu que le côte à côte des étudiantes et des étudiants sur les bancs d'étude est parmi les plus immenses causes de tentation et (aussi) parmi les causes de l'abandon du voile qu'Allah a légiféré aux croyantes. Puis Il leur a interdit de montrer leurs atours à autre que ceux qu'Allah a démontré dans le verset précédemment cité de la Sourate « la Lumière ».
 
Et celui qui prétend que l'ordre du voile est particulier aux Mères des croyants s'est effectivement éloigné du remède, et a contredit de nombreuses preuves qui prouvent la généralité, et a été ainsi à l'encontre de la parole d'Allah :

 

Traduction relative et approchée : 

« C'est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs ».S33V53.
 
Il n'est pas permis de dire que le voile est plus pur uniquement pour le cœur des Mères des croyants et pour les Compagnons en excluant ceux qui viennent après eux.

Et il n'y a pas de doute que ceux qui viennent après eux ont plus besoin du voile que les Mères des croyants et les Compagnons, du fait de la différence immense dans leur force de foi et de leur perception de la vérité.

Car les Compagnons aussi bien les hommes que les femmes, dont les Mères des croyants, sont les meilleures personnes après les prophètes et la meilleure génération selon les paroles du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- dans les deux Sahih.

Car si le voile est plus pur pour leurs cœurs (les hommes et les femmes) alors ceux qui viennent après eux, ont plus besoin de cette purification et en sont plus nécessiteux que ceux qui les ont précédés.

Les textes rapportés dans le Kitab et la Sounnah, n'autorisent pas que l'on dise que tel texte est particulier à une personne précise de la communauté sauf avec une preuve authentique qui justifie cette particularité.

Ces textes sont généraux pour l'ensemble de la Nation du temps du  Prophète et celle après son époque, jusqu'au jour dernier car Allah a envoyé le Messager -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-pour les Hommes et les Djinns à son époque et (celle) après lui et jusqu'au jour dernier.

Comme Allah a dit : 

 

Traduction relative et approchée : 

« Dis : ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d'Allah ».S7 V158.
 
Et Allah a dit :

 

Traduction relative et approchée : 

«Et Nous ne t'avons envoyé qu'en tant qu'annonciateur et avertisseur pour toute l'humanité. Mais la plupart des gens ne savent pas ».S34 V28.
 
Et ainsi le Noble Coran n'a pas été révélé uniquement aux gens de l'époque du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- mais plutôt il leur fut révélé ainsi à ceux qui vinrent après eux parmi ceux dont le livre d'Allah leur est parvenu (2), comme Allah a dit :

 

Traduction relative et approchée :

« Ceci est un message (le Coran) pour les gens afin qu'ils soient avertis, qu'ils sachent qu'Il n'est qu'une Divinité unique, et pour que les doués d'intelligence s'exhortent ». S14 V52.
 
Et Allah a dit :

 

Traduction relative et approchée : 

« Et ce Coran m'a été révélé pour que je vous avertisse, par sa voie, vous et tous ceux qu'il atteindra ». S6 V19.
 
Et les femmes au temps du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- ne se mélangeaient pas aux hommes, ni dans les mosquées ni dans les marchés, de la façon qui est réprimandée par ceux qui veulent et appellent au bien aujourd'hui.

Le Coran et la Sounnah ainsi que les savants de cette communauté enjoignent et avertissent contre cela, par crainte de la tentation ; d'ailleurs les femmes qui étaient dans la mosquée du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-, priaient derrière les hommes dans des rangs éloignés des hommes.

Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- disait :
 
« Le meilleur des rangs pour les hommes est le premier et le pire des rangs (pour les hommes) est le dernier, et le meilleur des rangs pour les femmes est le dernier et le pire des rangs (pour les femmes) est le premier » (3) 
 
Et ceci en tant qu'avertissement (dû au risque de tentation) du dernier (des) rang(s) des hommes par le premier (des) rang(s) des femmes.

Et, les hommes au temps du Prophète  -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-avaient reçu l'ordre de patienter pour se disperser (après la prière) afin que les femmes finissent et sortent de la mosquée pour éviter que les hommes ne se mélangent à elles aux portes des mosquées.

Ceci, sachant ce qu'ils avaient comme foi et crainte aussi bien les hommes que les femmes.

Alors que dire de la situation après eux !!!

Et les femmes avaient reçu l'interdiction de marcher au milieu du chemin et (il leur fut) ordonné de se mettre sur les bords du chemin pour éviter le contact avec les hommes et la tentation de se toucher au moment du passage dans les chemins.

Et Allah a ordonné aux femmes des croyants de rabattre leurs grands voiles sur elles pour qu'elles couvrent avec leurs parures afin d'éviter la tentation.

Et Il leur a interdit de montrer leurs parures à autre que ceux qui sont mentionnés dans Son livre ; pour arrêter les causes de tentation et pour motiver les causes de pudeur et pour éloigner l'apparition de la perversité et de la mixité (des hommes et des femmes).
 
Alors comment, après tout cela le directeur de l'université de San'a, qu'Allah le guide et l'inspire à la droiture, peut-il se permettre d'appeler à la mixité et prétendre que l'Islam appelle à ceci, et prétendre que l'intérieur de l'université est comme celui de la mosquée, et que les lieux de cours sont comme les lieux de prières, alors que l'on sait qu'il y a une énorme distinction et une vaste différence pour celui à qui Allah a donné un beau raisonnement, face à Son ordre et Son interdit et qui connaît sa sagesse dans la législation pour ses serviteurs et ce qu'Il a exposé dans Son grand livre comme lois au sujet des hommes et des femmes.
 
Et comment est-il permis à un croyant de dire que le fait qu'une étudiante soit près d'un étudiant sur le banc de l'école est comparable au fait qu'elle soit avec ses sœurs dans leurs rangs de prière derrière les hommes.

Ceci ne peut être dit d'une personne qui a la moindre parcelle de foi et de clairvoyance qui lui permettrait de raisonner sur ce qu'il dit.

Ceci si nous nous accordons (à dire) du devoir religieux du voile, qu'en sera-t-il du fait qu'elle s'assoit (l'étudiante) avec l'étudiant sur les bancs d'étude alors qu'elle exhibe ses atours, ainsi que les regards tentateurs, et les conversations qui incitent à la tentation.

Et c'est à Allah qu'il faut demander l'aide et il n'y a de puissance ni de force qu'en Allah. Allah a dit :

 

Traduction relative et approchée : 

« Car ce ne sont pas les yeux qui s'aveuglent, mais, ce sont les cœurs dans les poitrines (qui s'aveuglent) ».S22 V46
 
En ce qui concerne sa parole que les musulmans depuis l'époque du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- faisaient la prière dans une seule mosquée, aussi bien les hommes que les femmes, et c'est pour cela que l'enseignement doit être dans un même lieu.

La réponse à ceci est qu'il est vrai (que les femmes et les hommes priaient dans un même endroit), mais les femmes étaient au fond de la mosquée avec le voile et une attention et une vigilance pour tout ce qui cause la tentation et les hommes étaient au devant de la mosquée.

Les femmes écoutaient les sermons et les prêches, elles participaient à la prière, elles apprenaient les règles de leur religion dans ce qu'elles avaient entendu et ce à quoi elles avaient assisté.

Et le Messager  -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- au jour de l'Aïd, après avoir exhorté les hommes, allait vers les femmes du fait de leur éloignement et qu'elles n'entendaient pas son exhortation : il les exhortait et les rappelait.
 
Dans tout ceci il n'y a aucun problème, et aucune gêne mais le problème est la parole du directeur de l'université de San'a, qu'Allah le guide et qu'Il améliore son cœur et qu'Il lui fasse comprendre sa religion :

 « et c'est pour cela que l'enseignement doit être dans un même et seul endroit ».
 
Par Allah, comment peut-on se permettre de comparer l'enseignement à notre époque avec la prière des hommes dans une seule mosquée alors qu'il y a une grande différence entre l'enseignement à l'heure actuelle et la prière des femmes derrière les hommes au temps du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-.

C'est pour cela que ceux qui veulent et appellent au bien ont appelé à la séparation des femmes et des hommes dans les lieux d'enseignement et qu'elles soient dans un lieu et les jeunes hommes dans un autre, pour qu'elles parviennent à acquérir la science des enseignantes en toute quiétude sans voile ni difficulté.

Car la durée de l'enseignement est long contrairement au temps de la prière.

Et le fait de recevoir les sciences des institutrices dans un endroit particulier est plus préventif pour tout le monde et cela éloigne des causes de la tentation et c'est plus sain pour les jeunes hommes quant aux tentations.

Le fait de séparer les jeunes hommes des jeunes filles pour l'enseignement, c'est plus pur pour les jeunes hommes au niveau de la tentation et ceci les aide plus à être attentifs pour leurs cours et à s'en préoccuper, et à avoir une meilleure attention à l'égard des professeurs dont ils prennent les sciences, éloignés des jeunes filles et d'en être perturbés et des regards empoisonnés échangés, et des paroles qui appellent à la turpitude.  
 
Quant à sa prétention, qu'Allah l'améliore, que l'appel à la séparation des étudiantes des étudiants est rigoriste et contraire à la Législation ; ceci est une prétention qui n'est pas acceptable mais plutôt (l'appel à la séparation est) en vue de conseiller pour Allah et pour Ses serviteurs, la défense de Sa religion et la mise en pratique des versets et des deux valeureux Hadîths vus précédemment.
 
Mon conseil au directeur de l'université de San'a est qu'il craigne Allah et qu'il se repente à Lui de ce qu'il a dit et qu'il revienne au convenable et à la vérité car le retour vers ceci est la noblesse même, et c'est une preuve que l'étudiant en science (religieuse) cherche la vérité et la justice.
 
Et c'est à Allah qu'on demande de nous guider tous vers le chemin de la droiture.

Qu'Allah nous protège ainsi que l'ensemble des musulmans des paroles à Son sujet sans science, des égarements et des tentations de satan, ainsi que je Lui demande qu'Il accorde l'aide et la droiture aux savants musulmans et ainsi qu'à leurs gouvernants dans chaque endroit dans ce qui comporte le bien du pays et des serviteurs dans leur vie d'ici-bas et de l'au-delà, et qu'il guide l'ensemble vers Son chemin droit car Il est le Donateur et le Généreux.
 
Que la Prière et le Salut d'Allah soient sur notre Messager Mouhammad et ses compagnons et ceux qui les ont suivis dans le bien jusqu'au Jour de la résurrection.


(1) Hadith rapporté par al Boukhari et Mouslim d'après Oussama ibn Zayd.
(2) C'est-à-dire ceux à qui on a transmis le message, le traducteur.
(3) Hadith authentique rapporté par Mouslim.
 

Extrait de Fatawa an-Nissa de Cheikh ibn Baz (qu'Allah lui fasse miséricorde). Traduction de Oummou Mou'adh.

copié de al.baida.online.fr

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 > >>