compteur de visite

Catégories

18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 22:20
Le moyen de réveiller les musulmans

Question :


Est-ce que les musulmans sont dépassés ?

Pourquoi ?

Comment est-il possible de les réveiller ?
 
Réponse :
 
Aucun croyant n'est satisfait de la situation actuelle des musulmans.

Ils ont pris beaucoup de retard à cause de leur manquement à la responsabilité que leur a confiée Allâh.

Ils ont aussi négligé la propagation de cette religion et l'appel de l'humanité vers Allâh, glorifié soit-Il.
 

Ils ont négligé la préparation de la force qu'Allâh leur a ordonné de préparer, comme Il le dit (traduction rapprochée) :  
                                      

«Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d'effrayer l'ennemi d'Allâh et le vôtre» (1)


Ils ont fait preuve de laxisme dans le fait de prendre garde à leur ennemi alors qu'Allâh dit  (traduction rapprochée) :

                                                                                                     

«Cependant, prenez garde.» (2)


Allâh dit aussi (traduction rapprochée) :      

                                      

«Ô vous qui croyez, ne prenez pas de confidents en dehors de vous-mêmes. [car] Ils ne manqueront pas de vous bouleverser. Ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté.» (3)


 Il dit encore (traduction rapprochée) :        

 

«Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres» (4)


Ces points qu'ils ont négligés ont engendré cette arriération.

Nous demandons à Allâh de les retirer de cette situation et de les renvoyer vers la bonne voie, celle que le Prophète, prière et salut d'Allâh sur lui, a tracée :


«Je vous ai laissé sur la voie limpide, sa nuit est aussi claire que le jour» (5)


dans une autre parole :


«Je laisse parmi vous deux choses ; si vous vous y attachez, vous ne vous égarerez jamais : le Livre d'Allâh et ma Sunna». (6)


La raison de l'arriération des musulmans est qu'ils n'ont pas agi selon les recommandations d'Allâh et du Messager d'Allâh en ce qui concerne l'attachement à leur religion, au Livre d'Allâh et à la Sunna de leur Prophète.

Aussi, ils n'ont pas pris de précautions afin de se mettre à l'abri du stratagème de leurs ennemis.


Malgré tout cela, nous ne prétendons pas qu'il n'y a plus de bien et qu'il n'y a plus d'occasions de le faire. Il y aura toujours du bien dans cette communauté quoiqu'elle atteigne comme niveau de faiblesse.

 

Le Prophète, prière et salut d'Allâh sur lui, dit : 


«Un groupe de ma communauté ne cessera d'être sur la vérité, victorieux, ne les nuit pas ceux qui les trahissent, ni ceux qui s'opposent à eux jusqu'au Jour du Jugement Dernier.» (7)


Peu importe le niveau de faiblesse qu'atteint la communauté, le bien n'en sera jamais exempt.

Il y aura toujours en elle ceux qui appliquent la religion d'Allâh, même si c'est en nombre restreint.
 

(1) Le Butin, v. 60.
(2) Les Femmes, v. 102.
(3) La Famille d'Imrân, v. 118.
(4) La Table Servie, v. 51.
(5) Rapporté par Ibn Mâjah dans son introduction (43) et Ahmad (4/126).
(6) Rapporté par l'imam Mâlik dans Al-Muwatta, chapitre du destin (899).
(7) Rapporté par Muslim, chapitre du gouvernement (1920), selon Thawbân ; et le hadith a été rapporté par de nombreux Compagnons dans des termes similaires.

 

Kitâb ud-Da'wa (7), 2/166-167

Publié par fatawaislam.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Communauté musulmane - أُمَّة
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 17:52
Et l’amour en Allah entre nous … ?
Parmi les qualités du croyant sur la Voie des Pieux Devanciers, il y a l'amour sincère en Allâh qui est un moyen de préserver la fraternité islamique et de consolider l'union de la Communauté musulmane.
 
Un amour fraternel sain par lequel le serviteur vise le Seigneur.
 
Aimer son frère ou sa sœur de religion sainement est un acte méritoire alors qu'un amour aveugle peut être dramatique.
 
Il est donc important de définir ce véritable amour et c'est ce que nous explique clairement Chaykh Al-'Uthaymîn.

Lisons attentivement les conseils de nos aînés.
 
Ils sont savants et perspicaces.
 
Un proverbe dit : 
 
« Les bons conseils pénètrent jusqu'au cœur du sage ; 
ils ne font que traverser l'oreille des méchants. » 

Question :

Qu'Allâh vous bénisse.

[Le] questionneur [aux initiales] F. M. 'A. CH. dit : 
 
« Honorable Chaykh, comment l'amour (mahabbah) en Allâh peut se concrétiser [entre musulmans] ?
 
Je souhaite de votre part [une réponse] profitable ? »
 
Réponse :

L'amour en Allâh a lieu lorsque tu aimes un homme parce qu'il est [un fervent] adorateur [d'Allâh] ('âbid), pieux (sâlih) et non pas parce qu'il est ton proche (qarîb), a des biens (mâl) ou parce que sa personnalité (khalq) et son apparence (manzar) te plaisent et tout ce qui peut être similaire à ce [genre de fausses raisons].

Tu dois l'aimer  seulement pour sa religiosité (dîn) et sa piété (taqwah).

Ce [véritable] amour en Allâh [poussera] chacun de vous deux à enjoindre l'autre, l'obéissance d'Allâh et il a été certainement affirmé dans le  hadîth authentique, d'après Abî Hurayrah - l'Agrément d'Allâh sur lui -, que le Prophète - Prière et Salut d'Allâh sur lui et sa Famille - a dit : 

« Sept personnes seront à l'ombre d'Allâh le Jour où il n'y aura plus d'ombre que la Sienne :

le souverain équitable ; 

Le jeune homme qui a éteint l'ardeur de sa jeunesse dans l'adoration d'Allâh ;

l'homme dont le cœur est attaché aux mosquées (qui tient à s'y rendre et à y attendre la prière) ; 

deux hommes qui, s'aimant en Allâh, se réunissent pour Allâh et se séparent selon Son décret (par la mort) ;

l'homme qui refuse l'invitation à la fornication offerte par une belle femme de haute naissance, en disant : « Je crains Allâh » ;

l'homme qui fait l'aumône en secret au point que sa main droite ignore ce que vient de dépenser sa main gauche ;

et l'homme, en retraite spirituelle, qui invoque Allâh et a, par attendrissement, les larmes aux yeux. » 
(Muslim : 1712)

Le repère ici, c'est sa parole [- Prière et Salut d'Allâh sur lui -] : 

«... deux hommes qui, s'aimant en Allâh, se réunissent pour Allâh et se séparent selon Son décret (par la mort) ... » 

Je [tiens à] mettre en garde à l'extrême surtout les femmes sur le fait que cet amour  pour Allâh devienne un amour avec Allâh car certaines gens, tombent dans [un] amour abusif (gharâm) de leur frère ou sœur en Allâh au point que dans son cœur, l'amour de cette personne devient plus intense que l'amour à l'égard d'Allâh car elle [a fini par devenir] la seule [personne] qui est toujours dans son cœur [au point que] lorsqu'elle s'endort, elle l'a toujours dans sa pensée de même lorsqu'elle se réveille, sort et rentre [jusqu'à ce que] son rappel [surpasse celui] d'Allâh - à Lui la Puissance et la Gloire - et ceci constitue un polythéisme (chirk) dans l'amour.

[En effet,] Allâh le Très-haut dit (traduction rapprochée) :

"165. Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allâh, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allâh. ..." (Coran : Al-Baqarah - la Vache/s. n°02, v. n°165) 
 
Et effectivement, le mal (chakwâ) [qui peut] résulter à ce sujet [est que par exemple, une] femme aime sa consœur (zamîlah) ou son enseignante [d'] un amour intense (chadîd).

[Celui-ci,] s'emparera de son cœur (qalb), sa pensée (fikr) ainsi que sa raison ('aql) jusqu'à que cette dernière sera tout le temps dans son esprit (bâl) et oubliera par elle, le rappel d'Allâh.

Ceci est une faute (kha ta-) et [quelque chose] de dangereux (khatar) et ce qui est obligatoire pour la personne atteinte de cette maladie (dâ-) c'est d'essayer de trouver un remède autant qu'elle peut mais lequel ?  Vu le stade (manzilah) [avancé] de la situation (hâl).

[En vérité,] le remède c'est qu'elle se rappelle, premièrement, que l'amour d'Allâh le Très-haut est au-dessus de toute chose d'une part et d'autre part, [elle devra oeuvrer à] rénover son cœur sur l'amour d'Allâh et sur ce qui consolidera ce dernier dans le cœur du serviteur [comme] la continuité (dawâm) du rappel d'Allâh, la multiplication (kathrah) de la lecture du Coran et des bonnes œuvres ainsi que le détournement des désirs (chahawât) et passions (hawâ-) de l'âme (nafs).

Deuxièmement, [elle devra s'] éloigner (ibti'âd) de certaines choses qui ont touchés son cœur jusqu'à ce degré [excessif d'] amour et [ainsi que s'] adonner à autre chose [de licite].

Si cela n'est pas profitable [pour le bon état de son cœur, alors,] il sera [nécessaire qu'] elle s'éloigne d'elle définitivement (nihâ iyyan) et de couper les liens ( silah) avec elle jusqu'à ce que cet amour s'atténue, que [son] ardeur disparaisse et s'apaise.

[Finalement, si cela fonctionne, qu'elle aime d'un] amour normal ('âdiyah).

Et [c'est] à cause de ces nombreux maux (chakwâ) que j'ai voulu avertir pour que l'amour en Allâh cesse de progresser jusqu'à ce qu'il soit aux côtés d'Allâh car c'est un type (naw') du polythéisme dans l'amour.       
 
Fatwâ issue de « fatâwâ nûrun 'alâ-ddarb ».
copié de mukhlisun.over-blog.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Communauté musulmane - أُمَّة
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 13:21
Dire «bonjour» (audio)

Question :

 

Il arrive que les mécréants nous saluent en premier sans que nous leur passion le salam.

 

Mais est-ce que nous pouvons commencer, nous, à les saluer sans leur passer le salam ?

 

Et devons-nous (dans la rue) les acculer dans la partie la plus étroite du chemin conformément au hadith, sachant que nous vivons en Angleterre, ou bien cela dépend-t-il des bienfaits et méfaits (de la situation) ?

 

Réponse :

 

Ce qui m'apparaît, c'est que le fait de les acculer à la partie la plus étroite du chemin s'applique dans un pays gouverné par les lois des musulmans et cela ne s'applique pas sur vous, car ce sont eux qui vous dirigent.

 

Vous vivez sous leur responsabilité et vous devez montrer les bienfaits de l'islam : la véracité, le respect de la promesse, du dépôt, le bon voisinage.

 

Vous devez les appeler avec sagesse et bonne parole et discuter avec eux de la meilleure manière, et fait partie de cela le fait de les saluer par les salutations du matin, du soir, et d'autres salutations en dehors du salam.

 

Sauf si vous arrivez dans un endroit où il y a des musulmans et des mécréants alors vous passez le  salam, et celui-ci sera pour les musulmans.

 

Et c'est Allâh qui accorde le succès.

 

Publié par salafs.com

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Communauté musulmane - أُمَّة
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 23:16
Le comportement du messager d'Allah صلى الله عليه وسلم lorsqu'il serrait la main
Anas رضي الله عنه rapporte :
 
" Lorsque le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم serrait la main à un homme, il صلى الله عليه وسلم ne retirait pas sa main tant que l'homme ne retirait pas la sienne . " 
 
Rapporté par At-tirmidhi n°2490 et authentifié par Sheikh Al Albani dans As-sahihah qui a donné comme titre a ce hadith, "Le comportement du messager d'Allah صلى الله عليه وسلم lorsqu'il serrait la main". 
 
Sheikh Al Albani mentionne dans As-sahiha que ce que nous avons rapporté fait partie des enseignements de ce hadith, en effet il dit : 
من فوائد الحديث
 من هدي النبي صلى الله عليه و سلم في المصافحة أنه كان إذا صافح رجلا لم يترك يده ، حتى يكون هو التارك ليد رسول الله صلى الله عليه و سلم
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Communauté musulmane - أُمَّة
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 12:01
Les droits du musulman vis à vis du musulman
La Ummah Musulmane a de nombreux droits sur chaque Musulman.
 
Quelques uns de ces droits ont été mentionnés dans ce hadith : 

« Un Musulman a six devoirs à accomplir à l'égard de son frère : s'il le rencontre, qu'il le salue (que la paix soit sur toi), s'il l'invite, qu'il accepte (l'invitation), s'il recherche un conseil, alors qu'il le conseille, s'il éternue et qu'il loue Allah (en disant alhamdulillah), alors Shammit'h (en disant YarhumakAllah-que la miséricorde d'Allah soit sur toi), s'il tombe malade, qu'il lui rende visite et s'il meurt, qu'il le suive (pour ses funérailles). » [1] 

-Le premier droit est de dire Salam à ton frère quand tu le rencontres.
Le Salam est une Sunnah que le prophète صلى الله عليه وسلم a ordonné aux Muslims.
Il suscite de l'affection dans le coeur des croyants.
Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

« Par Allah vous n'entrerez pas au Paradis jusqu'à ce que vous croyiez et vous ne croirez pas tant que vous ne vous aimerez pas les uns les autres. Puis-je vous parler d'une action que si vous la faites, vous vous aimerez les uns les autres (grâce à elle) : « Propagez le Salam entre vous. » [2] 
 
Le Prophète صلى الله عليه وسلم avait l'habitude de passer le Salam même aux enfants qu'il rencontrait. Il passait le Salam en premier quand il rencontrait quelqu'un. 
 
La Sunnah veut que le jeune passe le Salam aux plus vieux, le petit nombre au plus grand, et celui qui monte un animal à celui qui marche.
Si la Sunnah n'est pas appliquée dans cet ordre, le Salam doit quand même être passé.

Amar Ibn Yasir a dit : 

« Trois qualités complètent la croyance de celui qui les possède : Etre juste même envers toi-même, passer le Salam à chaque personne, et dépenser (ton argent pour Allah) même si tu es dans le besoin. » [3] 
 
Passer le Salam est une Sunnah, mais répondre est une obligation.
Une personne peut répondre pour un groupe. De plus, le Salam doit être rendu d'une manière égale ou meilleure que le Salam qui a été donné.
Allah a dit (traduction rapprochée) : 

« Si on vous fait une salutation, saluez d'une façon meilleure ; ou bien rendez-la (simplement). Certes, Allah tient compte de tout. » [4] 
 
Si une personne dit « AsSalâmu'Alaykum » , on doit alors répondre : « Wa'alaykumussalam » La meilleure manière de dire le Salam est « AsSalamu'Alaykum Wa Rahmatullahi Wa Barakatuhu (Wa Maghfiratuhu) » 
 
-Le deuxième droit est d'accepter les invitations des autres Musulmans.
Si un musulman t'invite chez lui alors tu dois accepter son invitation pour augmenter les relations amicales et fraternelles entre musulmans.
Les invitations de mariage doivent être acceptées, sauf si du mal est fait ou dit à la fête de mariage.
Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

« Et quiconque n'accepte pas (une invitation à un mariage) désobéit à Allah et à Son Messager. » [5] 
 
Répondre aux invitations peut aussi vouloir dire répondre à un appel à l'aide. Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

« Et s'il t'invite (ou t'appelle), accepte. » 
 
si ton frère musulman t'appelle pour l'aider dans une quelconque affaire licite, alors tu es dans l'obligation de répondre à son appel. 
 
Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit en décrivant les croyants qu'ils sont : 

« Comme les constructions, chaque partie supportant l'autre. » [6] 
 
-Le troisième droit est de conseiller ton frère quand il en a besoin.
Conseiller fait partie de cette religion. Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

« La Religion (l'Islam) est Nasihah (qui signifie sincérité ou donner des conseils) pour la face d'Allah et Son Livre, pour Son Messager et les dirigeants des Musulmans et le commun des Musulman. » 
 
Si on ne te demande pas de conseil, alors tu es autorisé à ne pas en donner.
Cependant, tu dois conseiller ton frère si ce qu'il va faire est mal ou nuisible. Interdire le mal est le droit de la nation sur les Musulmans. 
 
-Le quatrième droit est de dire le Tashmit « YarhamakAllah » (qu'Allah te fasse miséricorde) quand ton frère éternue et loue Allah.
S'il ne loue pas Allah, alors tu ne dois pas dire le Tashmit.
Dire le Tashmit est une obligation, et répondre est aussi une obligation. Pour répondre au Tashmit, on doit dire « YahdikumAllah wa Yuslih Balakum » (Qu'Allah te guide et améliore ta situation).
Si ton frère éternue plus d'une fois, alors au bout de la troisième fois, on doit lui dire « A'afakumullah » (Qu'Allah te guérisse) 
 
-Le cinquième droit est de visiter ton frère s'il est malade. Visiter le malade est un devoir pour les Musulmans, surtout les proches et les voisins.
Si la personne malade a besoin de plus de visites, cela est aussi son droit.
Aussi, lorsque quelqu'un visite le malade, il doit demander à Allah de guérir son frère, et lui faire rappeler Allah et lui dire qu'Allah diminue les mauvaises actions pour chaque maladie ou épreuve qui arrive à un Musulman.
De plus, on doit rappeler au malade d'invoquer le pardon Allah et de ne pas cesser de se rappeler d'Allah. 
 
-Le sixième droit est de suivre les funérailles de ton frère.
Allah garantit une grande récompense pour celui qui fait cela.
Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

« Quiconque suit un convoi funèbre jusqu'à ce qu'il participe à la prière mortuaire (janâzah), acquerra un qîrât (de récompense), et quiconque le suit jusqu'à son enterrement, acquerra deux qîrât". Comme on demandait au Prophète quelle était la valeur de ces deux qîrât, il répondit : "Ils équivalent à deux énormes montagnes ». [7] 
 
-Le septième droit est de ne pas nuire aux Musulmans d'une manière ou d'une autre.
C'est un grand pêché que de faire du mal aux Musulmans.
Allah a dit (traduction rapprochée) : 

« Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu'ils l'aient mérité, se chargent d'une calomnie et d'un péché évident. » [8] 
 
Allah venge le mal infligé aux Muslims dans cette vie. Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

« Ne vous détestez pas les uns les autres et ne vous évitez pas, soyez O Serviteurs d'Allah, comme des frères. Le musulman est le frère du Musulman, il n'est pas injuste envers lui, il ne l'ignore pas (lorsqu'il demande de l'aide) et il ne le méprise pas. Mépriser son frère est un pêché. Il est interdit au Musulman de violer le sang, l'argent et l'honneur de son frère. » [9] 
 
Il y a plein d'autres droits des que les Musulmans ont sur leurs frères. Ce qui pourrait être un résumé de ces droits est le Hadith : 

« Le Musulman est le frère du Musulman ! » 

Chaque fois qu'un Musulman mettra cela en application, la communauté musulmane sera heureuse et unie. 
 
[1] Muslim 
[2] Muslim 
[3] Al-Bukhari 
[4] Sourate 4, verset 86 
[5] Al-Bukhari et Muslim 
[6] Al-Bukhari et Muslim 
[7] al-Bukhari et Muslim 
[8] Sourate 33, verset 58 
[9] Muslim 

Source : Les droits basiques de la nature humaine, et affirmés par la Loi Divine. Pages 22-25 
copié de al-bayan.fr
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Communauté musulmane - أُمَّة
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 20:13
Avoir honte des habits de musulmans dans les pays des mécréants

Question :

 
Il y a des gens qui sont gênés et qui ont honte de porter des habits qui montrent qu'ils sont musulmans lorsqu'ils voyagent vers les pays mécréants.

Quel conseil donnez-vous à ces gens ?
 
Réponse :
 
Malheureusement, ce que dit la personne qui pose la question est vrai : bien que nous soyons supérieurs, nous n'avons pas de personnalité.

Aussi, nous ressentons toujours que nous sommes à la queue et que nous devons suivre les autres.

On constate que si l'un de nous voit une chose utile, il ne l'attribue jamais à lui ou à autre que lui parmi les musulmans, mais il dira plutôt : « Ceci vient de la civilisation occidentale ou asiatique », ne se donnant aucune valeur, malgré toute la débauche que représentent les autres.

Et lorsque ces gens viennent chez nous, ils mettent leurs habits courts et décolletés sans honte, à tel point que leurs femmes sont à moitié nues, elles claquent des talons, et peu s'en faut que la terre ne se fende sous leurs pieds.

Elles ne soucient de rien alors qu'elle sont des femmes, alors que dire de nous, les hommes musulmans ?
 
Comment peut-on avoir honte de nos vêtements islamiques dans leurs pays ?
 
N'est-ce pas la preuve évidente de notre faiblesse de caractère ?
 
La réponse est qu'effectivement, si nous traitions ces gens-là comme ils nous traitent, ce serait juste. Si eux viennent dans notre pays vêtus comme ils sont, sans se soucier de nos sentiments, pourquoi donc ne pas mettre nos habits islamiques lors de nos voyages chez eux, sans se soucier de leurs sentiments ?
 
Une personne - qui est décédé depuis, qu'Allah lui soit clément envers lui- m'a raconté que, jadis, il avait voyagé dans un pays étranger gardant sur lui ses vêtements islamiques bien distincts. Il dit qu'il avait rencontré un très bon accueil de leur part, à tel point qu'ils lui ouvraient la porte de la voiture lorsqu'il voulait monter.
 
Voyez cette histoire et comment cet homme a été fier pour Allah, gloire et pureté à Lui, et Allah lui a préservé sa fierté. Il ne faut donc pas s'humilier devant eux, car le musulman doit tout le temps être fier de ce qu'il est !
 
Si l'on feuilletait les pages de nos livres d'histoire pour voir le comportement des soldats musulmans avec leurs ennemis lors des guerres, on constaterait quelle était leur fierté vis à vis de leurs ennemis.
 
Puis, le musulman doit garder son amour-propre et sa dignité de manière à ce qu'il ne croit pas que leur vie citadine ridicule représente la civilisation.
 
Comment peut-on appeler cela « une civilisation » alors qu'elle détruit les mœurs, appelle au reniement d'Allah, gloire et pureté à Lui, et à la décadence ?
 
La vraie civilisation est le progrès utile en restant attachés à notre religion et à sa morale, alors pourquoi leur accorde-t-on cela si facilement ?
 
Sont-ils eux, les gens de la civilisation et nous, les arriérés ?
 
Notre devoir est de progresser avec notre religion dans les domaines de la croyance et des œuvres pour que la civilisation soit nôtre, et que nous la leur accordions.
 
La sincérité ne fait-elle pas partie de la civilisation ?
 
La réponse est que oui, et l'islam insiste sur cette qualité. Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et soyez avec les véridiques. » (1)

 

Et le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit :

« La sincérité mène aux œuvres de bien et les œuvres de bien mènent au Paradis.
L'homme ne cesse de dire la vérité jusqu'à ce qu'on le mentionne auprès d'Allah parmi les véridiques.
Le mensonge mène aux mauvaises actions et les mauvaises actions mènent en Enfer.
L'homme ne cesse de mentir jusqu'à ce qu'on le mentionne auprès d'Allah parmi les menteurs. » (2)

Ce que l'on constate, hélas, c'est que beaucoup de musulmans ont perdu cette qualité, alors on ne peut pas dire que l'on représente l'islam sous cet aspect très important.

Parlons maintenant d'autres qualités comme la loyauté et la sincérité dans la vente, le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit à ce propos :

« Le vendeur et l'acheteur restent libres (de conclure la vente ou non) jusqu'à ce qu'ils se séparent.
S'ils ont été sincères et s'ils n'ont rien caché des défauts de leurs marchandises, Allah bénit leur vente.
Mais s'ils ont caché ces défauts et s'ils ont menti, cela annule la bénédiction. » (3)

Est-ce que la loyauté et la sincérité sont présentes dans toutes les transactions effectuées par les musulmans ?

 

On peut dire que certains musulmans ont perdu cette qualité dans leurs transactions.

 

Certains d'entre eux ne sont pas sincères et ne montrent pas les défauts de leurs marchandises, plus encore, on trouve ceux qui mentent et doublent les prix, n'est-ce pas là un mensonge et une tricherie ?

L'islam cependant interdit cela et le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit à ce propos :

« Celui qui nous triche n'est pas des nôtres. »(4)

Voyez comment le Prophète désavoue ce genre de personnes, et malgré cela, il y a certains musulmans qui trichent, qu'Allah nous en préserve !

 

Celui qui observe l'état des musulmans constatera que la grande partie des musulmans est loin des qualités et des mœurs auxquels l'islam encourage et je suis désolé de le dire : certains musulmans font fuir les gens de l'islam à cause de leur comportement en contradiction avec l'islam !

(1) Le Repentir, v. 119.
(2) Al-Bukhârî, chapitre des convenances (6094) et Muslim, chapitre de la bienfaisance et des liens de parenté (2607).
(3) Al-Bukhârî, chapitre des ventes (2079) et Muslim, chapitre des ventes (1532).
(4) Muslim, chapitre de la croyance (101).

 

Chapitre de la Foi page 787-789 
copié de fatwaislam

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Communauté musulmane - أُمَّة
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 15:39
Il est interdit de poser une question ou entrer chez une personne avant d’avoir dit le salut

Sans titre 1-copie-1

D'après ibn ‘Omar رضي الله عنه qui a dit : Le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Le salut est avant la question, donc celui qui commencera par la question avant de saluer, ne lui répondez pas».

Hadith Hassan. Voir dans « Assahiha », n°816

 

 عن أحمد بن محمد بن عبد الخالق عن السري بن عاصم عن حفص بن عمر الأيلي عن عبد العزيز بن أبي رواد عن نافع عن بن عمر قال قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

السلام قبل السؤال فمن بدأكم بالسؤال قبل السلام فلا تجيبوه

Sans titre 1-copie-1

D'après Jabir ibn ‘Abdillah رضي الله عنه le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Ne donnez pas l'autorisation d'entrer à celui qui ne commence pas par le salut»

 Hadith Hassan. Voir « Assahiha », n°817

 

Sans titre 1-copie-1

«Un homme de Bani ‘Amar demanda l'autorisation d'entrer chez le Prophète  صلى الله عليه وسلم  en disant : «Puis-je entrer ?»
Et le Prophète
صلى الله عليه وسلم dit : «Sors vers celui-là et apprends-lui la manière de demander l'autorisation d'entrer, et dis-lui de dire : «Que la paix soit sur vous, puis-je entrer ?»»
L'homme l'entendit et il dit :«Que la paix soit sur vous, puis-je entrer ?»
Alors le Prophète
 صلى الله عليه وسلم l'autorisa et l'homme entra.»

Hadith Sahih. Voir dans Sahih al-Boukhari n°1084

Publié par ام سلمة الفرنسية - dans Communauté musulmane - أُمَّة