compteur de visite

Catégories

8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 19:37
Celui qui parle sur le gouverneur et incite les gens à se rebeller contre lui est considéré comme étant un khariji (audio)

 

Parole du savantissime Abdel-Mohsin Al-'Abbad au sujet de celui qui parle sur le Gouverneur et qui incite les gens [à se rebeller] contre lui [considéré] comme étant un Khariji (partisan de la secte des Khawarij) et un prêcheur à la révolte.

 

Question :

 

Faut il comme condition, pour qualifier quelqu'un de Khariji de façon absolue, qu'il prenne les armes ? N'êtes-vous pas d'avis que celui qui parle sur le Gouverneur et qui incite les gens [à se révolter] contre lui est considéré comme étant Khariji ?

 

Réponse :

 

Oui, il est un prêcheur à la révolte.

 

La révolte est l'acte direct en se révoltant et en prenant les armes.

 

Quant à ceci, c'est un appel à la révolte et une incitation des gens [à la révolte] ; C'est donc une révolte mais comme cela est connu, c'est moyen et ceci est un but en soi.

 

C'est-à-dire : la révolte par les armes est un but en soi ; Et cette incitation [à la révolte] est un moyen menant à ce but.

 

Question posée au cours du Sheykh le 24 de Mouharram 1436 de l'hégire

Groupe de traductions et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

 

يتكلم في ولي الأمر ويهيج عليه خارجي

كلام العلاَّمة عبد المُحسِن العبّاد عمَّن يتكلم في وليّ الأمر
ويُهيِّج النَّاس عليه بأنه خارجيّ؛ داعية للخروج
(كان هذا في درس الشّيخ يوم: 24 / من شهر الله المُحرَّم / 1436هـ )
السّؤال:هل يُشترط في إطلاق كلمة الخوارج لابد لمن حمل السلاح؟ ألا ترون أن من يتكلم في ولي الأمر ويُهيج الناس عليه يُعتبر خارجيا؟
الجواب:نعم، هذا داعية للخروج، الخروج هو المباشرة بالخروج وحمل السلاح، وأما هذا فهو دعوة للخروج وتهييج الناس؛ فهو خروج، لكنه كما هو معلوم هذا وسيلة وذاك غاية، يعني: الخروج بالسلاح هذا غاية؛ وهذا التهييج هو وسيلة إلى تلك الغاية.اهـ
 من درس فضيلة الشّيخ العلاّمة: عبد المُحسِن بن حمد العبّاد -حَفِظَهُ اللهُ- في (شرح صحيح مُسلِم / باب ذكر الخوارج وصفاتهم) يوم 24 / من شهر الله المُحرَّم / 1436هـ، بالمسجد النّبويّ

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 10:15
Le comportent envers les dirigeants selon la sounnah - معاملة الحكام في ضوء الكتاب والسنة (audio-dossier)

✅ Traduit par Sulaiman Al-Hayiti

 

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 22:11
Concernant le comportement du musulman à l’égard du non musulman

Concernant le comportement du musulman à l’égard du non musulman, se traduit par le fait que le non musulman qui ne partage pas la même foi que le musulman, ne signifie que le musulman doit être rudimentaire dans son comportement vis-à-vis de lui, bien au contraire, il doit adopter un bon comportement envers lui, tant par la parole que par les actes.

 

Quant à la parole, Allâh - ’Azza wa Djal - dit (traduction rapprochée) :

 

« d’avoir de bonnes paroles avec les gens » [Coran, 2/83]

 

et Il dit (traduction rapprochée) :

 

« Allâh ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allâh aime les équitables. » [Coran, 60/8]

 

Allâh - ’Azza wa Djal - n’a pas opté de ce bon comportement, le fait d’être bienveillant, bienfaisant et équitable envers ceux qui ne nous ont pas combattus pour la religion.

 

Le fait d’être juste est la base des divers rapports avec les non musulmans, ainsi que la bienfaisance et la bonne parole à leur égard tant que ceux-là n’ont pas manifesté de haine contre l’Islâm et les musulmans.

 

De la même manière pour ce qui est de la morale du musulman et de l’Islâm en situation de guerre.

 

L’Islâm est la première Législation qui a notifié en situation de guerre d’épargner la ville et les civils de la guerre, et de conduire la guerre exclusivement contre les combattants.

 

Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a ainsi ordonné de ne pas tuer en situation de guerre, les personnes âgées, les femmes, les enfants, jusqu’à même les arbres qui ne doivent pas être coupés, ainsi que les maisons et demeures détruites.

 

Cela n’est pas légiféré.

 

Les civils qui n’ont pas combattu ne doivent pas être visés.

 

La guerre doit être dirigée que contre les combattants.

 

Ceci est un degré très élevé de choix jusqu’à même, en situation de guerre.

 

En Islâm, la guerre dans ses différentes formes, ne signifie pas la destruction totale ou l’extermination des gens en vue d’atteindre la victoire.

 

Mais l’Islâm tient compte du choix de ceux qui sont combattus et ceux qui sont tués en situation de guerre.

 

La bonne morale en islâm peut brièvement se définir comme étant le fait d’amener les instincts dans leurs particularités, à se conformer à l’ordre du Créateur.

 

Pour celui qui est doté d’un caractère loué, est celui qui tient de bonnes paroles et accomplit de bonnes actions.

 

Les instincts, l’habitude et l’éducation appuient énormément le bon comportement.

 

Silsilat il-Mouhâdharât al-’Ilmiyyah du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, 7/21-23

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 22:23
L'amour en Allah fait partie de la perfection de la foi (vidéo)

Tous ces hadiths concernant la clarification de ce qu'est l'amour (al mahaba) et qu'il est demandé à la personne d'aimer pour Allah et en Allah. 

 

Et dans ce hadith, celui que l'auteur nous présente, qu'Allah lui fasse misericorde :

 

« Le prophète salla allahou alayhi wa salam a dit : 

"Par celui qui détient mon âme entre Ses mains, vous ne rentrerez pas au Paradis jusqu'à ce que vous croyiez, et vous ne croirez pas jusqu'à ce que vous vous aimiez.

Ne vais-je donc pas vous informer d'une chose dont si vous la mettiez en pratique vous vous aimeriez entre vous ?

Répendez le salam entre vous !" »

 

Et dans ceci il y a la preuve que l'amour fait partie de la perfection de la foi et que la foi du serviteur ne sera pas complète jusqu'à ce qu'il aime son frère.

 

Et que parmi les causes de l'amour, il y a le fait que l'homme répende le salam entre lui et ses frères, qu'il montre cela, qu'il le rende apparent, qu'il salue ceux parmi les musulmans qu'il rencontre, qu'il les connaissent ou non.

 

Certes cela fait partie des causes qui amènent l'amour.

 

Donc si un homme passe près de toi et te passe le salam, alors tu l'aimeras et s'il se détourne de cela, alors tu le détestera même s'il fait partie des personnes les plus proches de toi.

 

Donc il est obligatoire à la personne de faire tout son possible pour accomplir les causes qui amèneront l'amour ainsi que l'affection entre les musulmans.

 

Car il ne fait pas partie des choses sensées ni des habitudes qu'une personnes aide quelqu'un qu'elle n'aime pas. 

 

Et l'entraide dans le bien ainsi que la bienfaisance et la crainte pieuse ne peuvent se faire qu'avec l'amour. 

 

C'est pour cela que l'amour en Allah fait partie de la perfection de la foi.

 

La Sounnah Vidéos
Traduction : Abou Jabir

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 21:06
Il n'est permis à personne de combattre le dirigeant ni de se rebeller contre lui
L'Imam Ahmed Ibn Hanbal qu'Allah lui fasse miséricorde a dit :
 

"Et il n'est permis à personne de combattre le dirigeant ni de se rebeller contre lui et quiconque le fait est un Moubtadi' (innovateur).


Il est sur une chose autre que sur la Sounnah et le chemin."

 

Sharh Ousoul I'tikad Ahl As‐Sounnah Wal Jam'a(1/181)

Groupe de traductions et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 15:34
Sur la bonne suspicion...

Un des salafs a dit :

 

«Si je voyais le vin couler de la barbe d'un de mes frères, je dirai qu'on lui a peut-être versé dessus.

 

Si je le trouvais sur une montagne entrain de dire : "Je suis votre Seigneur le Très-haut"

Je dirais : "Peut-être qu'il lit le verset".»

 

Rapporté par Cheikh Mohy Ad-Din sur whatsapp

✅ Publié par twitter.com/antiHizbis

 

قال أحد السلف

لو رأيت أحد إخواني ولحيته تقطر خمراً لقلت ربما سُكبت عليه

ولو وجدته واقفاً على جبل وقال : أنا ربكم الأعلى لقلت لعله يقرأ الآية

'Umar Ibn al-Khattâb رضي الله عنه :

 

«Ne pense pas de mal d'une parole prononcée par un musulman alors que tu peux lui trouver une bonne interprétation» 

 

Chu'b al-Imân de L'Imâm al-Bayhaqqî (10/559) 

‏  شعب الإيمان للبيهقي - 559/10

Majmû' al-Fatâwâ d'Ibn Bâz (26/365) 

 

لا تظنن بكلمة خرجت من في امرئ مسلم سوءا وأنت تجد لها في الخير محملا

Cheikh Ibn Bâz :

 

Le croyant doit interpréter la parole de son coreligionnaire de la meilleure manière, car certains des pieux prédécesseurs ont même dit :

 

"Ne pense jamais du mal de la parole qui émane de ton frère alors que tu peux lui trouver une bonne interprétation".

 

Majmû' al-Fatâwâ (7/313)


والمؤمن ينبغي أن يحمل كلام أخيه المسلم على أحسن المحامل. وقد قال بعض السلف: لا تظن بكلمة خرجت من أخيك سوء وأنت تجد لها في الخير محملا

Concernant la validité du Hadîth très propagé : «Recherche pour ton frère 70 excuses» 

 

Cheikh Ibn Bâz :

 

Je ne lui connais aucune origine !

 

Il est prescrit au croyant de respecter son frère s'il lui fait des excuses et d'accepter ses excuses si cela est possible.

 

Il doit penser du bien de lui autant que possible par mesure de prévention des cœurs contre la rancœur et afin de rassembler l'opinion et de s'entraider dans l'accomplissement du bien. (...) 

 

Majmû' al-Fatâwâ (26/365)

 

سائل يقول: ما صحة هذا الحديث: (التمس لأخيك سبعين عذراً) ؟

لا أعلم له أصلاً، والمشروع للمؤمن أن يحترم أخاه إذا اعتذر إليه ويقبل عذره إذا أمكن ذلك ويحسن به الظن حيث أمكن ذلك حرصاً على سلامة القلوب من البغضاء، ورغبة في جمع الكلمة والتعاون على الخير، وقد روي عن عمر رضي الله عنه أنه قال

 (لا تظن بكلمة صدرت من أخيك شراً وأنت تجد لها في الخير محملاً)

Cheikh 'Abd Ar-Rahman Salih Mohy Ad-Din - الشيخ عبدالرحمن بن صالح محي الدين

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 19:38
Ayez de la sagesse, de la fraternité entre vous et méfiez-vous des ruses du diable (audio-vidéo)

 

الحمد لله و الصلاة و السلام على رسول الله و على آله و صحبه أجمعين 
أما بعد


Je me recommande, ainsi qu'à mes frères et mes fils Salafis de l'Est à l'Ouest de la terre, ainsi qu'au Sri Lanka étant donné qu'il m'a été demandé cette recommandation, je vous recommande donc la piété et la sincérité dans les paroles et les actes, et l'effort dans l'apprentissage de la science. 

 

Car nous ne comprendrons pas l'islam d'une compréhension correcte si ce n'est en s'attelant à la tâche dans l'étude de la science.

 

Et l'étude de la science, du livre d'Allah عز و جل, de la Sounna de Son messager صلى الله عليه وسلم, en mémorisant ce qui est possible, et en la comprenant :


"Celui à qui Allah veut du bien, Il lui accorde la [bonne] compréhension de la religion".


Alors apprenez ô vous les jeunes, attelez vous à la tâche dans l'étude de la science, instruisez vous du livre d'Allah عز و جل, de la Sounna de Son messager صلى الله عليه وسلم et aidez vous, pour cela, par la compréhension des compagnons et des pieux prédécesseurs.


Et je vous enjoins la fraternité entre vous, l'indulgence, la compassion et la miséricorde, afin que vous deveniez comme un seul corps, comme l'a dit le prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Les croyants sont un seul corps, ils se soutiennent les uns aux autres"


Et le prophète صلى الله عليه وسلم nous a enjoint l'indulgence et la compassion dans plus d'un hadith, entre autre:


"Le Muslim n'abandonne pas son frère, ne le méprise pas, ne le jalouse pas"

 

et il صلى الله عليه وسلم dit ensuite :


"Alors soyez Ô serviteurs d'Allah frères".


Alors ayez de la fraternité entre vous, et éloignez vous des causes de divergences et de dissensions, car le Shaytan galope pour diviser Ahl As-Sounna et les mettre les uns contre les autres, alors prenez garde aux pièges du Shaytan, et ne vous déchaînez pas avec les sentiments, mais soyez raisonnables, patients et indulgents, et si l'un d'entre vous a quelque chose à reprocher à l'autre, qu'il soit patient et indulgent et qu'il ne se précipite pas dans la réfutation de cet acte, comme cela émane de certains jeunes maintenant.

 

Et apprenez l'indulgence, la patience et la sagesse, dans les paroles et les actes.


Je demande Allah qu'il nous donne la réussite et qu'il guide, raffermisse nos pas, et il est certes Celui qui entend les invocations,


و صلى الله على نبينا محمد وعلى آله وصحبه أجمعين


Nouvelle recommandation de al 'allama rabi' al madkhali datant du 10 rabi' al awwal 1436.
Traduit par Abou Zayd Abdoullah Al Faransy, revu et corrigé par le frère Anas Al Maymouni

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 22:48
Certes les croyants sont des frères (audio-vidéo)

Nous prenons par exemple le mot «croyant».

 

Si quelqu'un vient et nous dit (traduction rapprochée) : «certes les croyants sont des frères».

 

En se basant sur cela, sur cette règle, ce que est voulu en disant le «musulman», c'est le musulman qui a une vraie foi complète.

 

Donc la personne n'est pas croyante s'il n'y a pas de fraternité entre lui et ses frères.

 

Car Allâh, exalté soit-Il dit (traduction rapprochée) :

 

«Certes les croyants sont des frères.»

 

S'il n'y a pas d'alliance et de désaveu, s'il n'y a pas d'alliance entre lui et ses frères, je veux dire par «alliance» : Qu'il les aime, qu'il prenne soin de cette fraternité, s'il n'y a absolument rien de tout cela, il n'y a pas de foi chez eux.

 

Nous disons donc, ta parole dans le contexte de ce verset, son sens est correct.

 

Car l'expression «croyants» fait partie des noms dont le sens général voulu est le vrai croyant d'une foi complète.
 

 

Dans le sens où ce mot vient dans une phrase précédée de «innama», qui indique la restriction, le «vrai» musulman, celui dont la foi est affirmée, est celui qui a de la fraternité entre lui et ses frères.

 

(traduction rapprochée) :

 

«Certes les musulmans sont des frères.»

 

Donc, celui qui n'a pas de fraternité avec ses frères n'est pas croyant.

 

Le sens de cela est correct.

 

Cependant, nous disons qu'il nous est parvenu des preuves montrant que le croyant peut avoir des manquements avec ses frères.

 

Il peut ne pas prendre soin de cette fraternité.

 

La législation religieuse n'a pas nommée le voleur, n'a pas non plus nommée le coupeur de chemin et n'a pas jugée les gens de la désobéissance dans leur aversion envers leur frères, tous ceux là n'ont pas été nommés mécréants d'une mécréance qui sort de l'Islam.

 

Ces preuves nous montrent que le sens voulu par «les croyants» dans le verset (traduction rapprochée) : «Certes les croyants sont des frères», le sens est croyant d'une foi complète.

 

Celui qui a une défaillance dans sa fraternité entre lui et ses frères, celui-là est croyant d'une foi faible.

 

Traduit par Abou Jabir

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 06:23
Le musulman est celui dont les musulmans sont en sécurité de sa main et de sa langue (vidéo)

D'après Fadala Ibn Oubeid (qu'Allah l'agrée), le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit lors du pèlerinage d'adieux:

 

« Ne vais-je pas vous informer concernant le croyant?

Il s'agit de celui qui préserve les gens dans leurs argents et dans leurs personnes, le musulman est celui qui préserve les gens de sa langue et de sa main, le moujahid est celui qui combat son âme dans l'obéissance d'Allah et le mouhajir est celui qui délaisse les fautes et les péchés ».

(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°549)

 

عن فضالة بن عبيد رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم في حجة الوداع

ألا أخبركم بالمؤمنين ؟

من أمنه الناس على أموالهم و أنفسهم ، و المسلم من سلم الناس من لسانه و يده ، و المجاهد من جاهد نفسه في طاعة الله ، و المهاجر من هجر الخطايا و الذنوب 

(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٥٤٩)

divider-NEW

 

L'érudit ibn Hajar -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit dans son explication du sahih Boukhârî à propos du hadith:

 

"le musulman est celui dont les musulmans sont en sécurité de sa main et de sa langue"

 

 

Ici, il (le prophète صلى الله عليه و سلم) a dit "la langue" et il n'a pas dit "la parole", il n'a pas dit "le musulman est celui dont les musulmans sont en sécurité de sa parole" mais il a dit "de sa langue".

 

L'érudit ibn Hajar a dit que le fait d'avoir mentionné la langue contient un bénéfice qui ne se trouve pas dans la mention de la parole.

 

Et ceci car la personne peut sortir sa langue pour se moquer, il ne parle pas mais il sort sa langue pour se moquer.

 

Ceci est un acte, ce n'est pas une parole.

 

Mais si le hadith était venu ainsi: "le musulman est celui dont les musulmans sont en sécurité de sa parole", nous n'aurions pas compris ce sens, et ce sens ne serait pas inclue dans ce mot.

 

Mais puisqu'il a été mentionné "la langue", cela inclue la parole et cela inclue l'acte, l'acte de la langue, dans le fait de la sortir pour se moquer.

 

La mention de la langue contient ce bénéfice qui ne se trouverait pas dans la mention de la parole, si c'est la mention de la parole qui avait été rapporté (dans le hadith).

 

Si c'est la mention de la parole qui avait été rapporté (dans le hadith), nous n'aurions pas eu ce bénéfice.

 

De même pour la mention de la main.

 

La main peut toucher directement: comme frapper par exemple.

 

Et la personne peut être en sécurité de la main de certaines personnes, ceux qu'il n'a pas atteint, ceux qui l'ont précédé (dans le temps), ils ne sont pas de son époque pour qu'il puisse leur faire du mal en les frappant.

 

Mais il peut faire du mal à ceux de son époque.

 

Mais il peut atteindre les (générations) précédentes et ceux qui sont mort des centaines d'années avant lui, il peut les atteindre avec sa main, et ceci en écrivant de mauvaises choses sur eux.

 

Il écrit de mauvaises choses sur les gens passés, comme par exemple sur les compagnons du messager d'Allah صلى الله عليه وسلم.

 

Il y a des siècles qui sont passés, une personne vient et écrit contre eux, cela contient un mal.

 

Et on dira (dans ce cas) que ceux qui l'ont précédé n'ont pas été en sécurité de sa main.

 

Et si ceux qui ne sont pas de son époque n'ont pas subi de frappe de sa part, mais ils ont subi du mal de sa part à travers l'écriture.

 

Et son écriture reste, et dans cela il y a un péché, et ainsi il a commis un péché en leur faisant du mal à ceux qui l'ont précédé.

 

copié de sahihofislam

 

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 06:21
Remets-toi en question et cesse de penser que les conseils ne sont destinés qu’aux autres ! (audio)

Question :

 

Noble Cheikh, qu’Allâh vous accorde la réussite.

 

Certains étudiants en science, lorsqu'ils écoutent les orientations et les conseils des savants pour les étudiants en science, ils pensent que c'est autrui qui est visé.

 

Ils ne font donc pas leur examen de conscience et ne se remettent pas en question afin de corriger leurs intentions.

 

Avez-vous un conseil à donner à ce sujet ?

 

Réponse :

 

Oui, c'est ainsi et il est possible que nous soyons tous ainsi.

 

Lorsque nous entendons la promesse et la menace, nous entendons seulement la menace et la mise en garde, nous disons que cela est destiné à autrui.

 

Nous n’avons pas conscience que cela nous est destiné.

 

Nous disons : «Ceci est pour autrui, ceci est pour les négligents, pour les paresseux...»

 

Très bien, et toi ?

 

N'es-tu pas négligent ?

 

N'es-tu pas paresseux ?

 

N'as-tu pas de manquement ?!

 

Ils l’interprètent pour autrui et ceci est le problème. 

 

Lorsque nous entendons les menaces envers les mécréants, les désobéissants et les hypocrites dans le Coran nous l’interprétons pour autrui, sans prêter attention au fait que cela nous est adressé.

 

Cela nous est adressé à nous.

 

En effet, ceux-là sont partis rencontrer leur Seigneur.

 

Mais toi tu lis le Coran qui est une preuve contre toi et il t'est adressé. 

 

Publié par sounnah-video.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة