49 articles avec compagnons et tabi'un - صحابة و التابعون

Celui pour qui le trône a bougé...

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Celui pour qui le trône a bougé...

L’Imam an-Nassai رحمه الله a rapporté dans son Sounan (No.2055) :

 

Ishaq ibn Ibrahim nous a rapporté de ‘Amr ibn Mohammed al-‘Anqazi qui a rapporté de Ibn Idriss qui a rapporté de ‘Ubaydullah, de Naafi, de Ibn Omar : Le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit (au sujet de Sa’d ibn Mouadh) :

 

"Il est celui pour qui le trône a bougé, les portes des cieux se sont ouvertes, et celui pour qui 70000 anges ont assisté à sa janaza.

 

Il a certes été serré une fois puis relâché (il lui a été donné de l’espace)."

 

Shaykh al Albani a dit : "Sahih"

 

As Souyouti dans son annotation du "Sounan Nassai", de même que As-Sindi aussi, ont déclaré: « Al-Bayhaqi a ajouté dans son livre "Adhaboul-Qabr" : Il s’agit de Sa’d ibn Mouadh (سعد بن معاذ).

 

Il a aussi ajouté dans "Dalaa.ilun-Nubuwwah" : Al Hasan (Al Basri) a dit :

 

"Le trône a bougé pour lui de joie pour son âme."

 

Traduit par Abu Ubaydillah Abdel Karim al Faransi

Publié par abuubaydillah.wordpress.com

Partager cet article

Omar رضي الله عنه a-t-il enterré sa fille vivante dans la période antéislamique ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Omar رضي الله عنه a-t-il enterré sa fille vivante dans la période antéislamique ?

Question :

 

Omar رضي الله عنه a-t-il enterré sa petite fille vivante ?

 

La réponse est :

 

Non.

Voici une réfutation à tous ceux qui prétendent le contraire,

comme nous pouvons l’entendre

lors de certains sermons, prêches et assises.

 

Voici ce qui est répandu à ce sujet :

 

Omar رضي الله عنه était assis en compagnie de certains compagnons.

Il s’est mis un peu à rire puis à pleurer.

Les personnes présentes lui ont demandé la raison de cela.

Il répondit : « dans la période antéislamique nous fabriquions des statues avec de la patte de datte afin de les adorer, puis nous les mangions. Et ceci est la cause de mon rire. Quant à mes pleurs, j’avais une fille que je m’apprêtais à enterrer vivante. Je l’ai emmené avec moi puis j’ai creusé un trou. Elle s’est mise à nettoyer ma barbe (pleine de terre). Puis je l’ai enterré vivante ».

 

Le plus étonnant est que tu trouves des personnes qui ne connaissent rien de la religion et n’en retiennent rien si ce n’est ce récit, alors qu’il est nul, inventé et fabriqué de toutes pièces.

 

Parmi ce qui prouve sa fausseté et sa faiblesse :

 

- Il n’est pas mentionné dans les livres de la sunnah, de hadith, de athars ou d'histoires.

 

- Son origine est inconnue sauf auprès des ennemis Rawâfidh sans preuves ni arguments

 

- Il est connu que la 1ère femme que Omar épousa fut Zaynab la sœur de 3othman Ibn Madh3oun et de Qudâmah.

 

Elle enfanta de lui Hafsa, AbdeLlah et AbdeRahmen l’ainé comme l’a rapporté Ibn Kathîr dans El Bidâyah wan-nihâyah.

 

El Wâquidî, Ibnoul Kelbî et d’autres rapportent que la naissance de Hafsa eut lieu cinq années avant la mission prophétique (el ba3thah), comme cela est mentionné dans El Mustadrak et ailleurs.

 

D’après Omar, رضي الله عنه :

 

« ma femme a mis au monde Hafsa alors que Quraysh construisaient la Ka3bah cinq années avant la mission prophétique ».

 

Hafsa est donc la plus âgé de ses filles.

 

Pourquoi ne l’a-t-il donc pas enterré vivante, elle qui est à l’origine de sa Kounya (surnom) Abou Hafs, vu que c’était la coutume à leur époque !

 

Et pourquoi aurait-il enterré uniquement celle qui est plus jeune qu’elle !

 

Pourquoi cet enterrement serait resté sous silence par ses proches alors que chacun d’entre eux fut nommément désigné !

 

Nous avons eux connaissance, par exemple, des femmes qu’Omar a épousé avant l’Islam, puis après, alors qu’aucune référence qui corrobore ce récit (de l’enterrement de sa fille) n’a été trouvée.

 

(Voir la biographie de la mère des croyants Hafsa رضي الله عنها dans El Isâb de Al hâfidh Ibn Hajar 7/582)

 

- Cette pratique n’était pas répandue chez les arabes, et donc ni chez les banî 3âdî et encore moins dans la famille de Omar où vécut Fâtima sa sœur et Hafsa l’ainée parmi les filles.

 

- Omar est celui qui rapporta le hadith de Qays Ibn 3âssim lorsque ce dernier interrogea le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم au sujet du verset (traduction rapprochée) :

 

« lorsque l’on demandera à la fille enterrée vivante pour quelle raison a-t-elle été tué » (At-Takwîr 81, v8-9).

 

Abderrazek rapporte ce hadith d’après Isra’il, d’après Samâk Ibn Harb, d’après An-Nu3mân Ibn Bachir, d’après Omar ibn Khattab :

 

« Ô Messager d’Allâh j’ai enterré vivantes certaines de mes filles dans la période antéislamique ».

Il lui dit : « affranchit un esclave pour chacune d’entre elle ».

Il répondit : « Ô Messager d’Allâh je possède plutôt des chameaux (mais pas d’esclave).

Il lui dit alors : « offre en sacrifice un chameau pour chacune de tes filles enterrées vivantes ».

 

Habou Hâtim a également rapporté ce hadith avec un ajout concernant le nombre de fille que Qays avait enterré, à savoir huit.

 

Comment donc Omar peut-il rapporter des autres au sujet du verset et délaisser ce que lui-même aurait commis !

 

Si ce récit était vrai il aurait commencé par d’abord rapporter ce que lui aurait commis.

 

Ce récit est donc un mensonge des rawâfidh, et il incombe à chacun de vérifier d’où il prend la science.

 

Qu’Allâh donne ce que méritent ceux qui injectent leur venin sur les compagnons en général et sur les deux cheikhs (Abou Bakr & Omar) en particulier.

 

Publié par lamektaba.over-blog.com

هل وأد عمر ابنته في الجاهلية؟

الجواب  : لا 

الآن وبعد قراءة الكلام المرفق وجب علي وعليكم أن نرد على كل من قال أن عمر بن الخطاب قد وأد ابنته في الجاهلية .إخواني الكراملقد شاع على ألسنة الكثير من الخطباء والوعَّاظ أنّ عمر بن الخطاب رضي الله عنه كان قد وأد ابنته في الجاهلية، ولطالما سمعنا هذه القصة على المنابر وفي المحاضرات والمواعظ، وخلا‌صة القصة : "أنه رضي الله عنه كان جالساً مع بعض أصحابه، إذ ضحك قليلا‌ً، ثم بكى، فسأله مَن حضر، فقال: كنا في الجاهلية نصنع صنماً من العجوة، فنعبده، ثم نأكله، وهذا سبب ضحكي، أما بكائي، فلأ‌نه كانت لي ابنة، فأردت وأدها، فأخذتها معي، وحفرت لها حفرة، فصارت تنفض عن لحيتي، فدفنتها حية". والعجيب أنّك تجد المرء من العوام لا‌ يفقه من الإ‌سلا‌م شيئا ولا‌ يحفظ من شرائعه أمرًا إلا‌ّ قصة وأد عمر لا‌بنته!!والحقيقة المذهلة التي يتحمّل مسؤوليتها الخطباء والوعاظ أنّ هذه القصة باطلة وموضوعة وملفقة على أمير المؤمنين عمر بن الخطاب رضي الله عنه، والعجيب أنّه لا‌ ذكر لها في كتب السنة والحديث أو كتب الآ‌ثار والتاريخ، ولا‌ يعرف من مصادرها إلا‌ ما يكذبه الرافضة الحاقدون من غير دليل ولا‌ حجة.

والأ‌صل أنه لا‌ يُثْبَت مثل ذلك إلا‌ّ بإسناد ثابت ، وليس لدينا إسناد ثابت بأن عمر رضي الله عنه فعل ذلك فعلا‌ً.

وممّا يؤكد زيفها ووضعها:١- أنّه من المعلوم أن أول امرأة تزوجها عمر - رضي الله عنه - هي زينب بنت مظعون أخت عثمان وقدامة فولدت له حفصة وعبد الله وعبد الرحمن الأ‌كبر كما جاء في البداية والنهاية لا‌بن كثير: قال الواقدي وابن الكلبي وغيرهما تزوج عمر في الجاهلية زينب بنت مظعون أخت عثمان بن مظعون فولدت له عبد الله وعبد الرحمن الأ‌كبر وحفصة رضي الله عنهم. وكان ميلا‌د حفصة قبل البعثة بخمس سنين كما جاء في المستدرك وغيره عن عمر رضي الله عنه قال: ولدت حفصة وقريش تبني البيت قبل مبعث النبي صلى الله عليه وسلم بخمس سنين، ولهذا فهي أكبر بنات عمر فلماذا لم يقم عمر بن الخطاب رضي الله عنه بوأد ابنته حفصة رضي الله عنها وهي ابنته الكبرى والتي تكنى بها أبا حفص؟، ولماذا يئد من هي أصغر منها؟ ولماذا انقطعت أخبار من وئدت فلم يذكرها أحد من أقاربها ولم نجد لها ذكرا في أبنائه؟ فقد سموا لنا جميعا وسمي لنا من تزوجهن عمر في الجاهلية والإ‌سلا‌م، ولم نقف فيما اطلعنا عليه من المراجع على شيء يوثق به في هذا الأ‌مر. (انظر ترجمة أم المؤمنين حفصة رضي الله عنها في "الإ‌صاب" للحافظ ابن حجر (7/582 

٢لم يعرف في بني عدي الذين ينتسب إليهم الفاروق وأد البنات بدليل أن أخته فاطمة بقيت حية حتى تزوجت سعيد بن زيد ابن عم عمر بن الخطاب .٣- بعد بحث في كتب الأ‌حاديث والتخريج لم أجد له اثر إلا في كتب الرافضة وعدم ورودها في كتب السنة والحديث أو كتب الآ‌ثار والتاريخ دليل قاطع على بطلا‌نها.

وأخيراً فإن مسألة الطعن في الصحابة عن طريق القصص التي ظاهرها " البراءة " كثيرة جدًا. لذا ينبغي على المرء أن يتثبت وأن يعرف من أين يأخذ العلم. وهذه القصة من اختلا‌ق الروافض ، والمتهم باختلا‌قه هو الرافضي الخبيث نعمة الله الجزائري صاحب الأ‌نوار النعمانية ، وللتغطية يستعمل مصطلح "روي عنه    

Partager cet article

Les mérites de 'AbduLlah ibn Mas'ud رضي الله عنه (vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les mérites de 'AbduLlah ibn Mas'ud رضي الله عنه (vidéo)

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Personne ne peut être meilleur que les compagnons رضي الله عنم (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Personne ne peut être meilleur que les compagnons رضي الله عنم (audio)

Question :

 

Qu’Allâh soit bienfaisant envers vous honorable Cheikh.

 

Est-ce que cette parole est correcte :

 

«De manière générale, les compagnons sont meilleurs que ceux qui sont venus après eux, cependant il est possible que l’on trouve parmi ces derniers certaines personnes meilleures que certains compagnons.» ?

 

Réponse :

 

Ceci est un mensonge.

 

Ceci est un mensonge.

 

Personne ne peut être meilleur que les compagnons, que ce soit de manière individuelle ou générale.

 

Les compagnons sont la meilleure génération de la communauté de manière individuelle et générale.

 

Quant à ceux qui sont venus après, il leur suffit de les suivre et de les prendre comme modèles. 

 

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Le rire de 'Aisha رضي الله عنها

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le rire de 'Aisha رضي الله عنها

De Urwa qu'Aisha رضي الله عنها a dit:

 

"Quand je voyais que le Prophète صلى الله عليه وسلم était de bonne humeur je lui disait : "Ô Prophète d'Allah ! Invoque Allah pour moi."

 

Il disait : "Ô Allah ! Pardonne à Aisha ses péchés du passé et futur et tout péché qu'elle a caché et qu'elle a fait en public."

 

Alors Aisha riait jusqu'à ce que sa tête tomba sur les genoux du Prophète d'Allah صلى الله عليه وسلم en raison de son rire.

 

Alors il a dit : "Est-ce que mon invocation te plaît?"

 

Alors, elle répondit : "Et pourquoi ton invocation me déplairait?"

 

Alors il a dit : "Par Allah! C'est l'invocation que je fais pour ma nation dans chaque prière."

 

Silsilah, numéro 2254, déclaré comme hadith Hasan par Cheikh Al Albany

copié de twitter.com/Minhajsunna

Partager cet article

L'entrée en islam de la mère d'Abou Houreira

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'entrée en islam de la mère d'Abou Houreira

D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée) :

 

"J'appelais ma mère à l'Islam alors qu'elle était associatrice.

 

Un jour je l'ai appelé à l'Islam et elle m'a fait entendre sur le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) ce que je déteste.

 

Je me suis rendu auprès du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) alors que je pleurais.

 

J'ai dit: "Ô Messager d'Allah ! J'appelle ma mère à l'Islam mais elle refuse. Aujourd'hui je l'y ait invité et alors elle m'a fait entendre te concernant ce que je déteste. Ainsi invoque Allah pour qu'il guide la mère de Abou Houreira."

 

Le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: "Ô Allah! Guide la mère de Abou Houreira!".

 

Alors je suis sortit heureux suite à l'invocation du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) et une fois arrivé à la porte je l'ai trouvé fermée.

 

Ma mère a entendu le bruit de mes pas et elle a dit : "Reste à ta place ô Abou Houreira!"

 

J'ai entendu le bruit que fais l'eau.

 

Elle a fait le ghousl, a mis sa robe et son voile et a ouvert la porte puis a dit : "Ô Abou Houreira! J'atteste de La Ilaha illa Allah et j'atteste que Mohamed est le serviteur d'Allah et son Messager."

 

Alors je suis retourné auprès du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) en pleurant de joie et j'ai dit: "Ô Messager d'Allah! Reçois la bonne nouvelle, certes Allah a exaucé ton invocation et a guidé la mère de Abou Houreira!"

 

Le prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a loué Allah, lui a fait des éloges et a prononcé des paroles de bien.

 

J'ai dit: "Ô Messager d'Allah! Invoque Allah pour que ses serviteurs croyants nous aiment moi et ma mère et pour que nous les aimions également."

 

Alors le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: "Ô Allah! Fais que ton serviteur ci et sa mère soient aimés par tes serviteurs croyants et que eux aiment les croyants également".

 

 

Ainsi il n'y a pas un croyant qui a été crée et a entendu parlé de moi ou m'a vu sans qu'il ne m'aime."

 

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال

كنتُ أدعو أمي إلى الإسلامِ وهي مشركةٌ . فدعوتُها يومًا فأسمعَتْني في رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ ما أَكره . فأتيتُ رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ وأنا أبكي . قلتُ : يا رسولَ اللهِ ! إني كنتُ أدعو أمي إلى الإسلامِ فتأبى عليَّ . فدعوتُها اليومَ فأسمعَتْني فيك ما أكره . فادعُ اللهَ أن يهديَ أمِّ أبي هريرةَ . فقال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ اللهمَّ ! اهْدِ أمَّ أبي هريرةَ فخرجتُ مُستبشرًا بدعوةِ نبيِّ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ . فلما جئتُ فصرتُ إلى البابِ . فإذا هو مُجافٍ . فسمعتْ أمِّي خشفَ قدمي . فقالت : مكانَكَ ! يا أبا هريرةَ ! وسمعتُ خَضخَضَةَ الماءِ . قال فاغتسلتْ ولبستْ دِرْعَها وعَجِلَتْ عن خمارِها . ففتحتِ البابَ . ثم قالت : يا أبا هريرةَ ! أشهدُ أن لا إله إلا اللهُ ، وأشهد أنَّ محمدًا عبدُه ورسولُه . قال فرجعتُ إلى رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ ، فأتيته وأنا أبكي من الفرحِ . قال قلتُ : يا رسولَ اللهِ ! أَبشِرْ قد استجاب اللهُ دعوتَك وهدى أمَّ أبي هريرةَ . فحمد اللهَ وأثنى عليه وقال خيرًا . قال قلتُ : يا رسولَ اللهِ ! ادعُ اللهَ أن يُحبِّبَني أنا وأمي إلى عباده المؤمنين ، ويحبِّبَهم إلينا . قال فقال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ اللهمَّ ! حبِّبْ عُبَيدَك هذا يعني أبا هريرةَ وأمَّه إلى عبادِك المؤمنين . وحبِّبْ إليهم المؤمنين فما خُلِقَ مؤمنٌ يسمعُ بي ، ولا يراني ، إلا أَحبَّني 

(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٤٩١) 

 

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2491)

 

Les bénéfices que l'on peut tirer de ce hadith sont très nombreux

 

- le comportement que le croyant doit avoir avec ses parents qui sont mécréants

 

- le mérite de Abou Houreira (qu'Allah l'agrée) et son bon comportement avec sa mère

 

- il y a dans ce hadith 2 preuves de la prophétie du Messager d'Allah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) car Allah a immédiatement exaucé ses deux invocations

 

- le fait que celui qui rentre dans l'Islam doit faire le ghousl

 

- le comportement des croyantes pieuses vis-à-vis du hijab car une fois rentrée dans l'Islam la mère de Abou Houreira (qu'Allah les agrée) a tout de suite mis un voile

 

- le fait d'annoncer les bonnes nouvelles

 

- le fait de remercier Allah lorsqu'on nous annonce une bonne nouvelle

 

- le fait d'aimer Abou Houreira et sa mère (qu'Allah les agrée) est un signe de foi tout comme le fait de les détester est un signe d'absence de foi

Partager cet article

La première femme de cette communauté à croire en Allah et en Son messager...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La première femme de cette communauté à croire en Allah et en Son messager...

Khadija bint Asad ibn Khuwailid ibn Abdul Uzza ibn-Qusai ibn Kilaab" رضي الله عنها, le Prophète salallahou aleyhi wa salaam l'a épousée à La Mecque quand il avait 25 ans et il est resté avec elle jusqu'à ce qu'Allah l'ait honoré avec son message. 

 

Elle a cru en lui et l'aida, et donc était un vizir de confiance pour lui.

 

Elle est morte 3 ans avant la hijra selon l'opinion la plus correcte, et il a été dit aussi 4 ans et il a été dit aussi que 5 ans.

 

Et elle possède des caractéristiques particulières رضي الله عنها parmi elles le fait que:

 

- le Prophète صلى الله عليه وسلم n'a pas épousé quelqu'un d'autre alors qu'il était avec elle,

- que tous ses enfants étaient d'elle, sauf Ibrahim car il était de Maariyah,

- qu'elle (khadija) était la meilleure des femmes de cette communauté.

 

Et il y a une différence d'opinion au sujet de sa supériorité sur Aisha رضي الله عنها il y a trois opinions concernant cela, la 3ème est de s'abstenir de dire qu'elle est meilleure.

 

Et j'ai questionné notre cheikh Ibn Taymiyya رحمه الله sur cette question et il a dit : 

 

"Chacune des deux a une caractéristique particulière propre à elle.

 

Ainsi, l'impact de Khadijah était au début de l'Islam, elle avait l'habitude de consoler le Prophète صلى الله عليه وسلم d'Allah, de l'affermir et de le calmer, et dépensait sa richesse pour lui, alors elle rencontra l'aube de l'Islam, et endura le mal pour l'amour d'Allah et l'amour de Son Messager, et l'aide qu'elle a donné au Prophète صلى الله عليه وسلم était à la période où il était dans un besoin des plus urgent.

 

Donc le mérite qu'elle a pour son aide et son sacrifice est quelque chose que les autres (femmes du prophète) n'ont pas.

 

Et l'impact d'Aisha رضي الله عنها possède, était à l'étape finale de l'Islam, de sorte que le mérite qu'elle possède, est pour sa compréhension de la religion et pour l'avoir transmis à la communauté et avoir fait bénéficié ses enfants (les musulmans) de la science qu'elle leur a communiqué, ceci est quelque chose que d'autres n'ont pas."

 

Ibn al-Qayyim :

 

"Tel est le sens de ce qu'il dit."

 

- Je dis : et parmi ses qualités est qu'Allah, l'Unique exempt de tout défaut, lui a envoyé ses propres (salutations) Salaam par Jibril عليه السلام et donc le ​​Prophète d'Allah صلى الله عليه وسلم l'a informé de cela. 

 

Dans son Sahih, Al-Boukhari a dit : 

 

"Ibn Sa'id Qutaibah nous a raconté: Muhammad ibn Fudail nous a raconté d'Abu Ummarah de Zur'ah de Abû Hurayrah رضي الله عنه qu'il a dit: 

"jibril vint voir le Prophète et lui dit":

"Ô Messager d'Allah !

C'est Khadijah qui vient à toi avec un plat de soupe à la viande.

Quand elle arrive à toi, salut la, au nom de son Seigneur et en mon nom et donne lui la bonne nouvelle d'avoir un palais de Qasab au Paradis, où il n'y aura aucun bruit ni aucune peine."

Al Boukhari,numero 3820 et Mouslim, numéro 2432. 

 

Et par l'existence éternelle d'Allah !

Il s'agit d'une qualité particulière qui était uniquement pour elle.

 

- Et quant à Aisha رضي الله عنها alors en vérité Jibril عليه السلام lui a passé le salaam à travers la langue du Messager صلى الله عليه وسلم. 

 

Al-Boukhari dit: 

 

Yahya ibn Bukair nous a raconté: al-Layth nous a raconté à partir de Yunus Ibn Shihab que Abou Salama a dit: 

 

"Une fois le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

"Ô Aa'ish (aisha) ! Ceci est Jibril te saluant.

Alors, elle dit : wa aleyhi salaam wa rahmatoullahi wa baarakatouhou. Tu vois ce que je ne vois pas. 

Elle s'adressait au Messager d'Allah pour la dernière phrase."

Boukhari,numero 3768 et Mouslim, numéro 2447

 

Et parmi les qualités spéciales de Khadidja رضي الله عنها c'est qu'elle ne l'a jamais blessé, jamais, et elle ne s'est jamais mis en colère, et il n'a jamais juré de ne pas avoir de relations sexuelles avec elle, pas plus qu'il ne lui a fait une réprimande douce, jamais, ni ne l'a boycotté et cela est suffisant comme vertu et mérite. 

 

Et parmi ses qualités distinctives, c'est qu'elle était la première femme de cette Oumma à croire en Allah et en Son messager. 

 

Ibn al-Qayyim dans "Jala’oul-Afham fi Salati was-Salaam 'alaa Khairil-Anaam" 

copié de twitter.com/Minhajsunna

 

Imam Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

«Décris 'Ali pour moi...»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

«Décris 'Ali pour moi...»

Après qu'Ali رضي الله عنه soit mort, Mu`awiya ibn Abi Sufyan a dit à Dirar ibn Damrah : "Décris Ali pour moi."

 

"Ne vas-tu pas me dispenser de te répondre", déclara Dirar.

 

"Non, décrit le" insista Mu`awiya

 

"S'il te plaît pardonne-moi de cela", déclara Dirar.

 

"Je le ferai pas", déclara Mu`awiya.

 

"Je vais le faire, alors", déclara Dirar avec un soupir.

 

"Par Allah, il était clairvoyant et très fort.

 

Il parlait avec une finalité véridique, de sorte que, à travers lui, la vérité se distinguait du mensonge.

 

Il a gouverné avec justice, et de la science jaillissait de lui, tout comme la sagesse. 

 

Il ressentait une aversion pour dounya et ses plaisirs.

 

Il était à l'aise avec la nuit et son obscurité (ce qui signifie qu'il priait beaucoup). 

 

Par Allah, il pleurait abondamment par crainte d'Allah, de longs moments il passait dans la contemplation, au cours desquels il s'entretenait avec son âme. 

 

Il a montré un penchant pour les vêtements grossiers et les moins bonne qualité des nourritures. 

 

Par Allah, c'est comme si, dans son humilité, il était l'un d'entre nous : quand on lui posait une question, il nous répondait, quand nous allions à lui, il commençait le salaam, et quand nous l'invitions chez nous, il venait avec nous. 

 

Pourtant, en dépit de sa proximité avec nous, nous ne parlions pas librement avec lui, à cause de la dignité et de l'honneur qu'il respirait si il souriait, il révélait des semblables à des perles droites et régulières (ses dents). 

 

Il honorait les gens religieux et aimait les pauvres.

 

La personne forte ne pouvait pas espérer gagner ses faveurs à travers le mensonge. 

 

Et la personne faible jamais ne perdait espoir de sa justice. 

 

Je jure par Allah, qu'en certaines occasions, je l'ai vu dans son lieu de prière, quand la nuit était sombre et peu d'étoiles pouvait être vu, il tenait sa barbe et pleurait à la manière dont une personne très tristes peure, et je l'entendais dire :

 

"Ô monde, ô monde, t'offres tu à moi ?

As tu envie de moi ?

Jamais !

Jamais !

Trompe quelqu'un d'autre que moi, je t'ai divorcé pour la troisième fois, de sorte que tu ne peux pas revenir à moi, ta vie est courte, l'existence que tu propose est vil, et ton danger est grand. 

 

Hélas pour la rareté des moyens de subsistance, la grande distance de la route, et la solitude de la route! "

 

En entendant cette description, les yeux de Mu`awiya se gonflèrent de larmes, et il ne fut pas en mesure de les empecher de jaillir, il a été forcé de les essuyer avec ses poignets, et la même chose peut être dite pour ceux qui étaient présents. 

 

Mu`awiya dit alors : "Qu'Allah ait pitié du père d'Al-Hasan, car il était, par Allah, tout comme tu l'as décrit qu'il etait. "

 

Il dit alors : "O Dirar, décris moi ta tristesse de l'avoir perdu."

 

"Ma tristesse" commenca Dirar est comme la tristesse d'une femme qui ne peut pas contrôler ses larmes ou apaiser sa douleur de son enfant, alors que dans son giron, vient d'être abattu."

 

(ndt : 'Ali a été assassiné)

 

Dirar, alors se leva et partit.

 

Sifatus-Safwah 1/66 de Ibn Al Jawzi

copié de twitter.com/Minhajsunna

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Le mariage de 'Aisha رضي الله عنها (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le mariage de 'Aisha رضي الله عنها (audio-vidéo)

Cheikh Muhammad ibn Al Hadi Madhkali lit la question :

 

Quelle est la meilleure réponse pour répondre à un mécréant quand il me questionne concernant le mariage du Prophète صلى الله عليه وسلم avec Aisha رضي الله عنها quand elle avait neuf ans ?

 

Cheikh Al 'Aqîl :

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم en sait plus que nous, que le Kafir.

 

Il est dit à ce Kafir occidentale : Qu'est-ce qui se passe avec vos filles aujourd'hui ?

 

Quel est l'état de vos filles ? 

 

Ô miskin (malheureux)...

 

Pleure sur toi-même Ô malheureux si tu fais le deuil.

 

Les statistiques occidentales ne trouve pas une vierge à l'école secondaire, du tout, jamais. 

 

Ce sont leurs statistiques.

 

Si quelque chose de répréhensible vous vient parmi mes défauts, alors cela témoigne du fait que je suis complet (achevé).

 

Nous avons présenté cela aux médecins qui sont des spécialistes :

 

Cela nuit-il à la jeune fille qui a atteint l'âge de la puberté de se marier tôt ? 

 

(La réponse) Non, cela ne lui fait pas de mal. 

 

C'est ce que les médecins ont dit.

 

Ce n'est pas quelque chose de honteux.

 

La honte est pour la fille fornicant avec son amant sur le lit de son père et de sa mère avec aucune désapprobation.

 

C'est quelque chose de honteux. 

 

Quant à ce que prouve la disposition naturelle (fitra), et les gens intelligents sont d'accord quant à sa perméabilité alors il n'y a rien à se reprocher.

 

Publié par minhaj sunna

Cheikh Mohammad Ibn 'Abdul-Wahhaab Al-'Aqîl - للشيخ محمد بن عبد الوهاب العقيل

Partager cet article

Nos obligations envers les sahabas (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Nos obligations envers les sahabas (audio-vidéo)

Question :

 

Quelles sont nos obligations envers les Compagnons du Messager d'Allâh (prières et salutations sur Lui), et devons-nous faire une distinction envers notre amour pour eux ?

 

Réponse :

 

Nos obligations envers les Compagnons du Messager d'Allâh (prières et salutations sur Lui), c'est de les aimer après l'amour du Messager d'Allâh (prières et salutations sur Lui) et leur faire éloge d'après les éloges qu'Allâh a fait d'eux.

 

En ce qui concerne le texte révélé/descendu (Qur'an), Allâh l'exalté dit (traduction rapprochée) :

 

"Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allâh les agrée, et ils L'agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l'énorme succès !" (sourate le repentir 9 verset 100)

 

Et Allâh, glorifié et très-haut dit (traduction rapprochée) :

 

"Muhammad est le Messager d'Allâh. Et ceux qui sont avec lui"

 

C'est à dire les Compagnons sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux.

 

Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d'Allâh grâce et agrément.

 

Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation.

 

Telle est leur image, c'est-à-dire leur description dans la Thora.

 

Et l'image que l'on donne d'eux dans l'Evangile

 

c'est à dire leur description dans l'évangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs.

 

[Allâh] par eux [les croyants] remplit de dépit les mécréants.

 

Donc seul le mécréant est enragé envers les Compagnons.

 

Quant au croyant, ils les aime, montre du respect envers eux et les prend en exemple et préserve l'héritage du Messager d'Allâh (prières et salutations sur Lui) lorsqu'Il a dit:

 

"N'insultez pas mes compagnons, car par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, si l'un de vous dépensait l'équivalent de la montagne de Ouhoud en or, cela ne vaudrait même pas l'équivalent du moud de l'un d'eux, ni même sa moitié."

(rapporté par al Boukhârî)

 

Ceci est le devoir que l'on a envers les Compagnons.

 

Publié par minhaj sunna

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Celui qui déprécie les compagnons رضي الله عنهم... (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Celui qui déprécie les compagnons رضي الله عنهم... (audio)

 

Question :

 

Quelle doit-être notre position à l'égard des Compagnons (Qu'Allah les agrée) et quelle doit-être notre position face à celui qui les déprécie ?

 

Réponse :

 

La croyance du musulman se traduit en aimant les Compagnons (Qu'Allah les agrée), en les respectant, en leur donnant de la considération, en les prenant pour exemple car ils sont les compagnons du Messager d'Allah (Paix et Salut d'Allah sur Lui) car ils sont les meilleurs de cette communauté.

 

Le Messager d'Allah (Paix et Salut d'Allah sur Lui) a dit:

 

"Les meilleurs d'entre vous sont ma génération, puis ceux qui viendront après, puis ceux qui viendront après."

 

Ils sont la meilleure des générations et la meilleure communauté et Allah les a complimenté dans Son Livre.

 

(traduction rapprochée)

 

{Mohammed est le Messager d’Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d’Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation.} [Sourate Al-Fath, verset 29]

 

Tout ceci est pour les Compagnons !

 

(traductions rapprochées)

 

{Allah a accueilli le repentir du Prophète, celui des Emigrés et des Auxiliaires qui l’ont suivi à un moment difficile} [Sourate At-Tawbah, verset 117]

 

{Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils L’agréent.} [Sourate At-Tawbah, verset 100]

 

{Allah a très certainement agréé les croyants quand ils t’ont prêté le serment d’allégeance sous l’arbre. Il a su ce qu’il y avait dans leurs cœurs, et a fait descendre sur eux la quiétude, et Il les a récompensés par une victoire proche.} [Sourate Al-Fath, verset 18]

 

Le Prophète (Paix et Salut d'Allah sur Lui):

 

"N'insultez pas mes compagnons, N'insultez pas mes compagnons car par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, si l'un de vous dépensait l'équivalent de la montagne de Ouhoud en or, cela ne vaudrait même pas l'équivalent du moud de l'un d'eux, ni même sa moitié."

 

La personne qui insulte les Compagnons est :

 

- soit quelqu'un qui a mécru en Allah et qui déteste les Compagnons à cause de sa mécréance et de son Shirk

 

- ou soit un hypocrite

 

Qu'Allah nous en préserve.

 

Il prétend être croyant alors qu'il cache dans son for intérieur la mécréance.

 

Nul n'insulte les compagnons hormis un mécréant ou un hypocrite et l'hypocrite est pire que le mécréant !

 

L'hypocrite est pire que le mécréant d'après la parole d'Allah Ta'âlâ (traduction rapprochée) :

 

{Certes les hypocrites seront au plus profond de l'enfer et tu ne leur trouveras jamais de secoureurs} [Sourate An-Nissâ, verset 145]

 

copié de sounnah-publication.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Ceux qui détestent et insultent les Compagnons رضي الله عنهم

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Ceux qui détestent et insultent les Compagnons رضي الله عنهم

L’Imâm Al-Bukhârî - qu’Allâh lui fasse miséricorde - a dit :

 

« Toute personne ayant vue ou accompagnée le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - est [considérée] comme l’un de ses Compagnons. »

[Son recueil authentique : livre 62, chapitre « Le mérite des Compagnons du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et sur ces dernier, l’Agrément d’Allâh. »]

 

Lisez attentivement ce qu’Allâh - le Très-Haut - dit à propos des nobles Compagnons (traductions rapprochées) :

 

(Alors, s’ils croient à cela même à quoi vous croyez, ils seront certainement sur la bonne voie. Et s’ils s’en détournent, ils seront certes dans le schisme ! Alors Allâh te suffira contre eux. Il est l’Audient, l’Omniscient.) (2/137)

 

(Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allâh. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.) (3/110)

 

(Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés (Mecquois) et les Auxiliaires (Médinois) et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allâh les agrée, et ils L’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès !) (9/100)

 

(Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allâh. Certains d’entre eux ont atteint leur fin, et d’autres attendent encore ; et ils n’ont varié aucunement (dans leur engagement) ;) (33 /23)

 

(Allâh a très certainement agréé les croyants quand ils t’ont prêté le serment d’allégeance sous l’arbre (à Hudaybîyyah près de la Mecque). Il a su ce qu’il y avait dans leurs cœurs, et a fait descendre sur eux la quiétude, et Il les a récompensés par une victoire proche.) (48/18)

 

(Muhammad est le Messager d’Allâh. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d’Allâh grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l’image que l’on donne d’eux dans l’Evangile est celle d’une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s’épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l’émerveillement des semeurs. [Allâh] par eux [les croyants] remplit de dépit les mécréants. Allâh promet à ceux d’entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense.) (48/29)

 

([Il appartient aussi (le butin)] aux émigrés besogneux (réfugiés Mecquois) qui ont été expulsés de leurs demeures et de leurs biens, tandis qu’ils recherchaient une grâce et un agrément d’Allâh, et qu’ils portaient secours à [la cause d’] Allâh et à Son Messager. Ceux-là sont les véridiques. 8 Il [appartient également] à ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays (Médine) et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que [ces immigrés] ont reçu, et qui [les] préfèrent à eux-mêmes, même s’il y a pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent. 9 Et [il appartient également] à ceux qui sont venus après eux en disant : « Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux ».) (59/8-10)

 

fdg

Abû Bakr

 

-  Il était lié au Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - car sa fille ‘Âichah était marié à lui (Muslim : 4399).

 

- Parmi les hommes, il est le premier que le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - aimait : il éprouvait du respect à son égard et l’affectionnait beaucoup (Muslim : 4396).

 

- Il est la personne de confiance vis-à-vis du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - au point qu’il avait conseillé une femme - qui lui posait des questions - de retourner à Abû Bakr s’il mourrait (Musim : 4398).

 

- Il est le premier Calife de l’Islâm : Allâh puis le Messager d’Allâh prière et salut et les croyants le voulaient ainsi (Muslim : 4399).

 

- Il était le plus informé sur le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et le comprenait ce que les gens ne saisissaient pas (Muslim : 2382).

 

- Il a offert son amitié et sa fortune au service du Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Muslim : 2382).

 

- Sur ordre du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - toutes les portes des demeures donnant dans la mosquée furent fermées hormis celle d’Abû Bakr (Muslim : 2382).

 

- Les Compagnons plaçaient son mérite après celui de l’Envoyé - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Al-Bukhârî : 3655).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - l’a appelé « sâhibî » ; mon Compagnon (Al-Bukhârî : 3661).

 

- Il a été le premier homme libre à croire sans douter à la prophétie du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - d’où son surnom : « as-siddîq » ; le véridique (Al-Bukhârî : 3661, 3363, 3674 et 3855).

 

- Le Messager d’Allâh a sollicité le pardon d’Allâh pour lui. Il a sur lui l’Indulgence divine (Al-Bukhârî : 3661, 3664).

 

- Le Messager d’Allâh a espéré que dans l’Au-delà, il soit appelé par les huit portes du Paradis ! (Al-Bukhârî : 3666).

 

- Il a éclairé et rappelé à ‘Umar ainsi qu’aux gens le jour du décès du Messager les versets (39/30 et 3/144).

 

- Il a défendu par sa propre personne, le Messager d’Allâh qui était entrain d’être étranglé par un polythéiste (Al-Bukhârî : 3678).

 

- Il eu l’honneur de diriger la prière lors de la maladie du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Al-Bukhârî : 4448).

 

- Allâh glorifié soit-Il l’a mentionné en compagnie du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - caché dans la grotte sous Sa protection (Muslim : 4389).

 

- Il a embrassé le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - après sa mort (Al-Bukhârî : 4452, 4455).

 

fdg

‘Umar

 

- Il est lié au Messager prière et salut car sa fille Hafsah était l’une des femmes du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -.

 

- ‘Âichah voulant être inhumée dans sa demeure à côté de son mari ; l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et son père Abû Bakr, elle préféra laisser sa place à ‘Umar ! (Al-Bukhârî : 3674, 3700).

 

- Il avait une grande place auprès de l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, il lui tenait énormément compagnie (Muslim n° 4402).

 

- Le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - faisait des songes et il y voyait souvent ‘Umar (Muslim : 4404, 4408).

 

- Le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - lui-même a attesté de l’érudition de ‘Umar (Muslim : 4404).

 

- Son entrée au Paradis est garanti et lui sera octroyé un palais (Muslim : 4408).

 

- Il aimait le Messager d’Allâh et le vénérait au point d’en pleurer (Muslim : 4409).

 

- Il était fort, imposant et révéré au point que les gens se dérober de lui ainsi que les démons sur sa route ! (Muslim : 4410 et Al-Bukhârî : 3682).

 

- Il a été inspiré par Allâh glorifié soit-Il sur trois points (le maqâm d’Ibrâhîm, le hidjâb et les prisonniers de Badr) (Muslim : 2399 et Al-Bukhârî : 3689).

 

- Depuis sa conversion à l’Islâm, sa considération n’a cessé de croître dans les cœurs des gens (Al-Bukhârî : 3684).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, lui a annoncé qu’il allait mourir martyre (Al-Bukhârî : 3686).

 

- Après la mort du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, sa générosité et son vigueur augmentaient de plus en plus (Al-Bukhârî : 3687).

 

- Il a accomplis certaines actions qu’aucun autre n’a pu faire (Al-Bukhârî : 3688).

 

- C’était quelqu’un de très religieux et attaché fermement à l’Islâm (Al-Bukhârî : 3691).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et Abû Bakr sont morts satisfaits de ‘Umar (Al-Bukhârî : 3691).

 

- Il craignait énormément le châtiment d’Allâh (Al-Bukhârî : 3693).

 

fdg

‘Uthmân

 

- Il était le gendre du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -. Il était surnommé « dhû-nnurayn » : l’homme au deux lumières car il a épousé deux filles du Messager dans sa vie.

 

- Le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, lui a annoncé l’entrée au Paradis (Muslim : 4416).

 

- Il l’a informé qu’il mourra martyre ! (Al-Bukhârî : 3675).

 

- Les anges éprouvaient de la pudeur envers lui ! (Muslim : 4414 et Ahmad 24060).

 

- Alors que le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - avait ses jambes découvertes dans un verger, il les couvrit à l’entrée de ‘Uthmân par pudeur à son égard ! (Al-Bukhârî : 3695).

 

- Il a creusé le puit de « rûmah » et équipé l’armé de « ‘usrah » ; il aura donc le Paradis pour demeure ! (Al-Bukhârî : 3695).

 

- Il a accomplit les deux hégires : celle de la Mecque vers Médine et celle de l’Abyssinie (Al-Bukhârî : 3696).

 

- Les gens ont reconnus ses mérites (Al-Bukhârî : 3696).

 

- Il a été désigné troisième calife de l’Islâm après Abû Bakr et ‘Umar (Al-Bukhârî : 3696).

 

- Après Abû Bakr et ‘Umar il était le préférait des musulmans (Al-Bukhârî : 3697).

 

- Lors du Pacte d’Allégeance de « ridwân » sous l’arbre, ‘Uthmân été absent, le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - leva sa main droite et frappa l’autre à la place de ce dernier (Al-Bukhârî : 3698).

 

- Les grandes qualités de ‘Uthmân ont été vantés par Ibnu ‘Umar (Al-Bukhârî : 3704).

 

fdg

‘Alî

 

- Il est lié par deux fois au Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - : premièrement c’était son cousin paternel et deuxièmement il était son gendre car il avait épousé sa fille Fâtimah Az-Zahrah (Al-Bukhârî : 3729).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a affirmé son lien avec ‘Alî (Al-Bukhârî : au-dessus du 3701).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - est mort satisfait de lui (Al-Bukhârî : au-dessus du 3701).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - le considérait beaucoup au point qu’il le compara au Prophète Hârûn sur lui la paix vis-à-vis du Prophète Mûsâ sur lui la paix ! (Muslim : 4418).

 

- Il a eu l’honneur d’être aimé par Allâh et Son Messager ! (Muslim : 4424).

 

- Il a eu le privilège d’être le porteur de l’étendard des musulmans lors de l’expédition de Khaybar (Muslim : 4424).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - le surnomma « abû turâb » ; le père de la terre, poussière et c’était son surnom préférait (Voir la raison : Al-Bukhârî : 3703).

 

- Il était soucieux de mourir comme ses prédécesseurs ; Abû Bakr, ‘Umar et ‘Uthmân (Al-Bukhârî : 3707).

 

- Concernant ces quatre grands Compagnons, ils sont les premiers Califes de l’Islâm.

 

A ce sujet l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - dit :

 

« Je vous somme de craindre Allâh ainsi que d’écouter et obéir [au gouverneur] même si ce dernier est un esclave abyssin. Vous verrez après moi de grandes divergences ; alors attachez-vous à ma Sunnah et à la sunnah des Califes bien-guidés (Abû Bakr, ‘Umar, ‘Uthmân et ‘Alî) : mordez-y à pleine à l’aide de vos incisives et prenez garde aux nouveautés [dans la Religion] car toute innovation est un égarement. »

(Ibn Mâdjah authentifié par Al-Albânî - qu’Allâh lui fasse miséricorde - dans le « sahîh » d’Ibn Mâdjah : 42)

 

fdg

‘Âichah qui est détestée et insultée par les rafidites

 

- Elle a été marié au Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - par Allâh glorifié soit-Il par l’intermédiaire d’un songe (Muslim : 4468).

 

- Lorsque un compagnon voulait offrir un cadeau à l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, il attendait qu’il soit chez ‘Âichah pour le lui offrir car il savait qu’il l’aimait beaucoup (Muslim : 4471).

 

- Alors qu’il restait peu de temps à vivre à notre bien-aimé - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, il désirait ardemment l’arrivé du jour pour être en compagnie de ‘Âichah (Muslim : 4473).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - à rendu sa noble âme dans le giron de ‘Âichah (Al-Bukhârî : 4446).

 

- La dernière chose que le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a goûté était la salive de ‘Âichah qui lui avait ramollis un morceau de siwak (Al-Bukhârî : 4449, 4450).

 

- Elle a reçu le salut de Djibrîl - Salut d’Allâh sur lui - par l’intermédiaire du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Muslim : 4479).

 

- Le Prophète a confirmé sa supériorité sur les autres femmes hormis Maryam la fille de ‘Imrân et Âsiyah qui elles, ont atteintes la perfection (Muslim : 4478 et Al-Bukhârî : 3769).

 

- Lors de l’affaire du « ifk » ; la calomnie, à son encontre, Allâh l’a innocenté dans Son Livre ! (Muslim : 4974).

 

- Elle a été l’occasion de la prescription du « tayammum » ; ablution sèche (Al-Bukhârî : 3672).

 

- Elle sera la femme de l’Envoyé prière et salut dans l’Au-delà (Al-Bukhârî : 3772).

 

fdg

Sur les Ansâr ou Auxiliaires

(habitants de Médine qui ont accueillis les Mecquois persécutés lors de l’Hégire)

 

- C’est Allâh qui leur a donné cette appellation (Al-Bukhârî : 3776).

 

- Pour s’attirer l’amour d’Allâh glorifié soit-il il faut aimer les Ansar car cela est obligatoire et fait partie de la croyance. Tandis que celui qui les haït est un hypocrite et s’appâtera la haine d’Allâh (Al-Bukhârî : 3783, 3784).

 

- Ils ont offert l’asile et leur soutient au Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et aux Emigrés Mecquois persécutés (Al-Bukhârî : 3779).

 

- Ils ont partagés leurs biens avec les émigrés Mecquois ! (Al-Bukhârî : 3782).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, si ce n’était l’Hégire, il aurait souhaité être un Ansârî ! (Al-Bukhârî : 3779).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - leur prouve sa confiance (Al-Bukhârî : 3779).

 

- L’Envoyé - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a invoqué Allâh en faveur des Ansâr, de leur fils et petits-fils ; le Pardon d’Allâh (Muslim : 4561).

 

- Ils étaient les plus chers des êtres pour le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Muslim : 4564).

 

- Il leur a exprimé et manifesté directement son amour (Muslim : 2508).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - les a considéré comme ses Compagnons intimes et confidents (Muslim : 4565).

 

- Il nous a ordonné d’estimer ceux qui font le bien et de pardonner à ceux qui font du mal ! (Muslim : 4565).

 

- Après avoir vu le dévouement des Ansâr à l’égard du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, un Compagnon a juré de toujours les servir ! (Muslim : 4570).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a invoqué Allâh glorifié soit-il afin que ceux qui suivent les Ansâr soit considérés parmi eux (Al-Bukhârî : 3787).

 

- Le Prophète leur a enjoint la patience jusqu’à ce qu’ils puissent le retrouver près du « hawd » ; le bassin dans l’Au-delà (Al-Bukhârî : 3792).

 

fdg

sur les Muhâdjirîn

 

- Ils sont les musulmans habitants de la Mecque forcés à la quitter à cause des persécutions. Ils ont une place grandiose auprès d’Allâh glorifié soit-Il car ils ont laissé derrière eux tout leur bien et ont émigré pour le visage d’Allâh !

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - invoqua Allâh glorifé soit-Il afin qu’Il leur accorde le bien, le pardon et Son honneur (Al-Bukhârî : 3795, 3796 et 3797).

 

- Il y a d’autres mérites sur ces différents hommes et femmes qui ont tout sacrifiés. Veuillez consulter le recueil authentique de Bukhârî : livre 63, chapitre : « L’expatriation (hidjrah) du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et de ses Compagnons vers Médine. »

 

fdg

En général sur tous les Compagnons

 

- Il sont les meilleurs des hommes sur la terre (après les Prophètes) de même ceux qui viennent après et ceux venant après ces derniers (Al-Bukhârî : 3651 et Muslim : 2532).

 

- Les Compagnons sont une sûreté pour la Communauté musulmane (Muslim : 2531).

 

- Allâh a accordé la victoire aux premières troupes musulmanes par la présence en leur sein, d’un compagnon, d’un tabî’î ou d’un tâbi’ at-tâbi’în ! (Muslim : 2532).

 

- Ils sont la cause de l’expansion de l’Islâm sur la surface de terre. A part eux ; qui nous aurait transmis la saine Compréhension, le Coran et la Sunnah de Son Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - ?

 

- Il est prohibé de les insulter… D’après Abî Sa'îd - l’Agrément d’Allâh sur lui - : « … L’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - dit :

 

« N’injuriez aucun de mes Compagnons, car si l’un de vous dépense [en aumône] une somme égale à un monceau d’or du volume du mont Uhud n’atteindra pas [le même mérite que] celui d’entre eux qui a donné un mudd ou même la moitié d'un mudd. » »

(Muslim : 4611)

 

Il est aussi à préciser qu’il existe aussi des mérites particuliers sur les Compagnons.

 

Pour cela, nous vous invitons à consulter les recueils de ahâdîth authentiques comme celui d’Al-Bukhârî et de Muslim.

 

Voici la croyance (‘aqîdah) des gens de la Sunnah et du Consensus (ahlu as-sunnati wa al-djamâ’ah) à l’égard des nobles Compagnons : ce qui est mentionné dans le Livre d’Allâh et la Sunnah purifiée de Son Envoyé - Prière et Salut d’Allâh sur lui -.

 

Comment après ces preuves irréfutables, claires… peut-on s’imaginer qu’il existe des gens s’apparentant à l’Islâm qui insultent, maudissent et haïssent de tout leur cœur les Compagnons…

 

Ces gens, existent bien et ce sont les « rafidites » (ar-râfidah) qui sont une grande partie des chiites.

 

Ils sont majoritaire en Iran , nombreux en Irak, Bahreïn, Koweït et au Liban où ils se surnomment là-bas à tort : « hizbu-llâh » (Le parti d’Allâh) ; ils représentent 10 % par rapport au reste de la Communauté musulmane.

 

copié de mukhlisun.com

Partager cet article

Ce que 'Ali رضي الله عنه pensait de ceux qui le mettaient au-dessus de Abu Bakr et ‘Umar رضي الله عنهم

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Ce que 'Ali رضي الله عنه pensait de ceux qui le mettaient au-dessus de Abu Bakr et ‘Umar رضي الله عنهم

Adh-Dhahabi rapporte dans son livre al-Kaba-ir, sur le fait d’insulter les sahabas :

 

Il est rapporté selon la chaine suivante : Hajjaj ibn Dinar – Abu Ma’shar – Ibrahim, que Alqama a entendu ‘Ali dire [dans une version il est précisé que 'Ali était sur le Minbar à Koufa, et il frappait de sa main le Minbar] :

 

« Il m’est parvenu que des gens prétendent que je suis supérieur à Abu Bakr et ‘Umar.

Celui qui prétend une telle chose est un diffamateur.

Il mérite la peine du diffamateur [c'est à dire : 80 coups de fouet] »

 

[Adh-Dhahabi dans al-Kabaa-ir (Les Grands Péchés). Egalement rapporté par ibn Abi 'Asim dans As-Sunna (993) avec Isnad Hasan selon cheikh al-Albani.

Cette parole de 'Ali a été rapportée de facon Mutawwatir (donc Sahih), Ibn Taymiyya dit dans Majmu' al-Fatawa que cela a été rapporté avec plus de 80 voies lors d'un sermon de 'Ali à Kufa...]

 

Publié par citationssalafssalih.com

 وروى حجاج بن دينار عن أبي معشر عن علقمة قال : سمعت عليّاً رضي الله عنه يقول

بلغني أن قوماً يُفضِّلوني على أبي بكر وعمر، من قال شيئاً من هذا فهو مفتر، عليه ما على المفتري

الكبائر للذهبي والسنة لابن أبي عاصم 993 (حسنه الألباني) والخبرعن علي صحيح متواتر عنه

Partager cet article

Sur ceux qui représentent les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Sur ceux qui représentent les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم (audio)

Question :

 

Est-il permis de représenter les Compagnons, ou le Compagnon 'Umar ibn al Khattâb (qu'Allâh l'agrée) pour une série évoquant l'histoire (TV) ?

 

Réponse :

 

Ceci est interdit à l'unanimité (ijma').


Le consensus des savants contemporains est sur l'interdiction de cela.

 

Il a été émis un jugement à ce sujet par le comité des grands savants sur l'interdiction de représenter les Compagnons (qu'Allâh les agrée).

 

Et la Ligue Islamique Mondiale sont unanime sur cela.

 

Mais ils ne cherchent qu'à se faire des dirhams en faisant ces séries en les vendant, voulant à cela des dirhams, ne se préoccupant pas si cela est licite ou illicite !

 

Na'am

 

Traduit par minhajsunna

حكم تمثيل شخصيات الصحابة في المسلسلات التاريخية

السؤال:أحسن الله إليكم، يقول السائل: هل يجوز تمثيل الصحابة أو الصحابي عمر رضي الله عنه في مسلسلات تاريخية؟

الجواب: هذا لا يجوز بالإجماع، أجمع العلماء المعاصرون على تحريم ذلك، وصدرت فيه قرارات، قرارات هيئة كبار العلماء والمجامع الفقهية بتحريم تمثيل الصحابة رضي الله عنهم، ورابطة العالم الإسلامي أجمعوا على هذا، لكن هؤلاء يدورون دراهم يحطون هالمسلسلات يبيعونها يريدون دراهم ولا عليهم ما هو حلال أو حرام، نعم

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 > >>