268 articles avec coran - القرآن الكريم

Sommes-nous récompensé pour la lecture du Coran même si nous n’en comprenons pas le sens ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Sommes-nous récompensé pour la lecture du Coran même si nous n’en comprenons pas le sens ?

Question :

 

Une femme demande : Est-ce que celui qui lit le Qur’an sera récompensé s’il (ou elle) n’en comprend pas le sens ?

 

Réponse :

 

Oui, il (ou elle) sera récompensé(e) en raison de la parole générale du Messager صلى الله عليه وسلم : 

 

"Quiconque lit le Qur’an aura dix récompenses pour chaque lettre."

Puis il صلى الله عليه و سلم dit : "Et je ne dis pas que «Alif, Lâm, Mim» est une lettre, mais que «Alif» est une lettre, «Lâm» est une lettre et «Mim» est une lettre."

(Rapporté par Tirmidhi)

 

Et ceci qu'il (ou elle) en comprenne le sens ou qu'il (ou elle) n'en comprenne pas le sens.

 

Et Allâh est Le Plus Savant.

 

فـضـائـل الأعـمـال - ص 23

Traduit de l'anglais par Abu Ubaydillah Abdel Karim ad-Dunkerki

Publié par abuubaydillah.wordpress.com

Cheikh Mohammad Ibn Abdullâh As-Sabîl - ‫الشيخ محمد بن عبدالله السبيل

Partager cet article

Programme d'insertion direct de versets de Coran sur Word (avec diverses traductions disponibles)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Partager cet article

Les meilleures traductions des sens du livre d'Allâh en français et en anglais (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les meilleures traductions des sens du livre d'Allâh en français et en anglais (audio)

بسم الله والصلاة والسلام على رسول الله وعلى آله وصحبه ومن اتبع هداه، أما بعد؛

 

Ceci est une question posée à notre noble Cheikh Hasan ibn AbdalWahhab ibn Marzouq albanna - qu' Allâh le préserve :

 

Quelles sont les meilleures traductions des sens du livre d'Allâh تبارك وتعالى en français et en anglais ?

 

Réponse :

 

بسم الله و الصلاة و السلام على رسول الله - صلى الله عليه وسلم

 

Tout ce que j'ai à dire à ce sujet c'est qu'il te faut revenir vers l'exégèse (ce qui est voulu ici est la traduction du sens des versets du noble Coran) effectué par le complexe du roi Fahd -qu'Allâh lui fasse miséricorde- pour l'impression du noble Qur'an, à Médine.

 

Ceci est une traduction fidèle, et ces derniers ont certes relevé et corrigé des erreurs en rapport avec la croyance le manhaj et les attributs d'Allâh interprétés en contradiction avec la croyance d'ahl sounnah (wa al jama'a).

 

Et si une chose leur a échappé alors dis-le nous afin que nous leur transmettions et alors, ils s'empresseront de le corriger en concordance avec la croyance de ahlou assounnah (wa al jam'a).

 

والله المستعان
أحسن الله إليكم جزاكم الله خيرا حفظكم الله

 

Traduit et publié par sahab.net

بسم الله والصلاة والسلام على رسول الله وعلى آله وصحبه ومن اتبع هداه، أما بعد؛

فهذا سؤال نوجِّهه إلى سماحة شيخنا الوالد حسن بن عبد الوهاب بن مرزوق البنا -حفظه الله تعالى

عن أفضل ترجمة لمعان كتاب الله -تبارك وتعالى- إلى اللغة الفرنسية واللغة الإنجليزية؟

بسم الله والصلاة والسلام على رسول الله –صلى الله عليه وسلم

ليس لي كلام أقوله في هذا الأمر إلا أنك ترجع إلى تفاسير مطبعة الملك فهد لطباعة المصحف الشريف بالمدينة، فهذه ترجمة منضبطة، وهم قد لاحظوا الأخطاء التي فيها أو الكلام في العقيدة، والمنهج، وصفات الله المخالف لعقيدة أهل السنة وجعلوا فيها الصواب، وإن كان فاتهم شيء، قل لنا عليه عشان ننبّههم، وهم يسارعون إلى تغييره إلى عقيدة أهل السنة، والله المستعان
أحسن الله إليكم جزاكم الله خيرا حفظكم الله

Le complexe du Roi Fahd pour l'impression du Noble Coran

Cheikh Hassan Ibn Abdel Wahab Al Banna - الشيخ حسن بن عبدالوهاب البنا

Partager cet article

Réviser le Coran par peur de l'oubli

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Réviser le Coran par peur de l'oubli

Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya a dit :

 

"L'oubli du Qur'ân fait partie des péchés"

 

Madjmou' Al Fatâwa tome 13, p.423

قال شيخ الإسلام ابن تيمية

فإن نسيان القرآن من الذنوب

مجموع الفتاوى ٤٢٣/١٣

On interrogea Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya رحمه الله, au sujet d'un homme qui récite le Qur'ân par peur de l'oubli, et par espoir de la récompense ;

 

Est-il récompensé pour sa lecture en vue de l'étude et par peur de l'oubli, ou non ?

 

Un homme, parmi ceux que l'on affilie à la science, a mentionné que si le lecteur lit pour étudier par peur de l'oubli, il n'est pas récompensé, est-ce que sa parole est vraie ou non ?

 

Il répondit :

 

Au contraire, s'il lit le Qur'ân pour Allâh تعالى alors il est rétribué pour cela de toute façon, et ce même s'il vise par sa lecture le fait de le lire afin de ne pas l'oublier.

 

En effet, l'oubli du Qur'ân fait partie des péchés.

 

S'il vise avec le Qur'ân, l'accomplissement de ce qui lui est obligatoire comme la pérennité de sa mémorisation du Qur'ân, et l'éloignement de ce qui lui est interdit comme sa négligence au point de l'oublier, alors il aura certes visé l'obéissance à Allâh ; Comment ne serait-il donc pas rétribué ?!

 

D'après le Prophète صلى الله عليه وسلم, dans les deux authentiques, il dit :

 

"Révisez le Qur'ân car il s’échappe plus facilement des poitrines des hommes que ne le fait le chameau de ses liens"

 

Et il صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Les mauvaises œuvres de ma communauté m'ont été exposées et parmi ses actes infâmes, il y a l'homme à qui Allâh a donné un verset du Qur'ân, et il en fut insouciant au point de l'oublier"

 

Et dans l'authentique de Muslim, d'après le Prophète صلى الله عليه وسلم, il dit :

 

"Il n'y a pas un groupe de gens qui se rassemble dans une des maisons d'Allâh, récite le Livre d'Allâh, et l'étudie, sans que la miséricorde ne les enveloppe, que la sérénité ne descende sur eux, que les anges ne les encerclent et sans qu'Allâh ne les mentionne chez ceux qui sont auprès de Lui, et celui dont (le peu d'œuvres) l'a retardé, sa lignée ne le fera pas aller plus vite"

 

Et Allâh est Le plus Savant.

 

Madjmou' Al Fatâwa tome 13, p.423-424

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

 Publié par 3ilmchar3i.net

وسئل عن رجل يتلو القرآن مخافة النسيان ورجاء الثواب فهل يؤجر على قراءته للدراسة ومخافة النسيان أم لا ؟ وقد ذكر رجل ممن ينسب إلى العلم أن القارئ إذا قرأ للدراسة مخافة النسيان أنه لا يؤجر فهل قوله صحيح أم لا ؟

فأجاب : بل إذا قرأ القرآن لله تعالى فإنه يثاب على ذلك بكل حال ولو قصد بقراءته أنه يقرؤه لئلا ينساه فإن نسيان القرآن من الذنوب فإذا قصد بالقرآن أداء الواجب عليه من دوام حفظه للقرآن واجتناب ما نهي عنه من إهماله حتى ينساه فقد قصد طاعة الله فكيف لا يثاب . وفي الصحيحين عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال

 استذكروا القرآن فلهو أشد تفلتا من صدور الرجال من النعم من عقلها

 وقال صلى الله عليه وسلم

 عرضت علي سيئات أمتي فرأيت من مساوئ أعمالها الرجل يؤتيه الله آية من القرآن فينام عنها حتى ينساها

" وفي صحيح مسلم عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال

 ما اجتمع قوم في بيت من بيوت الله يتلون كتاب الله ويتدارسونه إلا غشيتهم الرحمة ونزلت عليهم السكينة وحفت بهم الملائكة وذكرهم الله فيمن عنده ومن أبطأ به عمله لم يسرع به نسبه

 والله أعلم

   

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

Lire le Coran depuis un téléphone s'il y a des masâhif dans la mosquée ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Lire le Coran depuis un téléphone s'il y a des masâhif dans la mosquée ?

S`il y a des masâhif dans la mosquée, alors il ne faut pas lire depuis le téléphone portable.

 

Et moi, je réprouve cela car le moushaf : On accomplit une adoration en le tenant et en le regardant, alors que le téléphone portable n'est pas ainsi.

 

Et il peut s'en suivre un délaissement des masâhif et leur abandon.

 

Explication de Oussoul Sunna de l'imam Ahmad, audio n°10

Traduit par Oum Omayr

 Publié par 3ilmchar3i.net

حكم قراءة القرآن في الجوال في المسجد

قال الشيخ عبيد الجابري حفظه الله

إذا كان في المسجد مصاحف فلا ينبغي القراءة بالهاتف و أنا أكره ذلك لأن المصحف يتعبد بحمله و النظر فيه و الهاتف ليس كذلك و قد يترتب على ذلك هجران المصاحف و الزهد فيها

شرح أصول السنة للإمام أحمد شريط رقم 1

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

Les lecteurs du Coran

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les lecteurs du Coran

D'après Abdelmalik Ibn Umayr - qu'Allâh lui fasse miséricorde - il dit :

 

"On disait : Certes les gens aux esprits les plus perdurables sont les lecteurs du Qur'ân."

(Al-musannaf 'Ibn Abî Chayba 30577)

 

Et de même, la parole d'Ach-Cha'bî - qu'Allâh lui fasse miséricorde - :

 

"Celui qui lit le Qur'ân ne divague pas."

(Rapporté par Ibn Abî Duniya dans al-'omro wa ch-chayb 79)

 

Alors félicitations à celui à qui Allâh lui a fait honneur d'être parmi les lecteurs du Qur'ân.

 

Traduit par Oum Omayr

 Publié par 3ilmchar3i.net

قَرَأَةُ الْقُرْآنِ

عن عبد الملك بن عمير رحمه الله قال

«كَانَ يُقَالُ : إنَّ أَبْقَى النَّاسِ عُقُولاً قَرَأَةُ الْقُرْآنِ»

المصنف لابن أبي شيبة - 30577

ومثله قول الشعبي رحمه الله

«من قرأ القرآن لم يخرف»

رواه ابن أبي الدنيا في العمر والشيب - 79

فهنيئا لمن أكرمه الله بأن كان من قرأة القران

Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Partager cet article

Les jugements relatifs au moushaf électronique (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les jugements relatifs au moushaf électronique (audio-vidéo)

Question :

 

Est-il meilleur de lire depuis le moushaf sur le téléphone portable ou depuis le moushaf papier connu, quelle est la différence ?

 

Réponse de Cheikh Salih Al Fawzan :

 

Il n'y a pas de différence entre eux, ils sont tous Qur'ân.

 

La lecture sur le moushaf (papier) est préférable car le moushaf est élaboré à cet effet et est d'une écriture plus claire, il est prioritaire sur la lecture depuis le téléphone portable.

 

Et la lecture depuis le téléphone portable est autorisée.

 

Traduit par Oum Omayr

 Publié par 3ilmchar3i.net

هل الأفضل القراءة من المصحف الورقي أم من المصحف الموجود في الجوال

السؤال : هل القراءة في مصحف الجوال أفضل أم في المصحف – يعني المصحف الورقي المعروف ، وما الفرق ؟

الجواب : لا فرق بينهما ، كله كتابة للقرآن ، فقراءتها من المصحف أولى ، لأن المصحف معدٌ لذلك وأوضح كتابة ، فهو أولى من القراءة من الجوال ، والقراءة من الجوال جائزة

 

Question :

 

Les Smartphones (ou les téléphones intelligents) ont vu une large diffusion dans la communauté musulmane.

 

Des applications mobiles à caractère religieux y sont installées, telle la possibilité de lire le Coran intégralement.

 

Si le Coran est ouvert sur le Smartphone, prend-t-il le même statut juridique que le moushaf (Coran habituel) ?

 

S’il en est ainsi, celui qui lit à partir du Smartphone aurait-il la même rétribution que celui qui lit à partir de la version imprimée du moushaf ?

 

Est-il permis de l’emmener avec soi dans les toilettes ?

 

Est-il permis à celui qui est en état d’impureté rituelle de le toucher ?

 

Qu’Allâh vous récompense de la meilleure manière.

 

Réponse de Cheikh Farkouss :

 

La louange est à Allâh, le Souverain des mondes ; que les éloges d’Allâh et Son salut soient pour celui qu’Il a envoyé comme miséricorde pour les univers, sa famille, ses Compagnons et ses frères jusqu’au Jour de la Rétribution.

Cela dit :

 

Il convient de définir, selon l’usage moderne, le moushaf par : L’ensemble des outils matériaux qui réunissent le noble Coran dont le classement des versets et des sourates conformément à l’aspect ou au modèle unanimement adopté par la communauté islamique durant le khalifat de ‘Outhmân ibn ‘Affân رضي الله عنه.

 

La précédente définition montre qu’elle englobe tous les types de moushaf ; qu’il soit ancien, comme la version imprimée, usuelle et composée de feuilles et de lettres écrites sur les deux couvertures du livre, ou moderne, comme le moushaf téléchargé sur les puces électroniques et les CD-ROM.

 

Cette dernière catégorie englobe aussi les points saillants qu’on utilise par l’aiguille du braille dans l’écriture sur un papier spécial ; C’est un moushaf propres aux non-voyants.

 

En effet, même si le moushaf électronique est doté de certaines caractéristiques différentes de la composition et des lettres utilisées dans la version papier, il ne prend le même statut juridique que le moushaf papier qu’après avoir démarré le téléphone et que les versets coraniques stockés dans la mémoire du moushaf électronique deviennent apparente.

 

Dès lors que le moushaf électronique s’affiche dans sa forme lisible, la récitation qu’on y fait est pareille à celle faite sur la version papier du moushaf, du point de vue de la rétribution mentionnée dans le hadith marfoû‘ d’Ibn Mas‘oûd رضي الله عنه :

 

«Celui qui lit une lettre du Livre d’Allâh, une bonne action lui sera accordée ; Et la bonne action sera multipliée par dix ; je ne dis pas que «Alif lâm mîm» constitue une seule lettre ; mais “Alif” est une lettre, “lâm” est une lettre et “mîm” est une lettre.» (1)

 

Ainsi que le hadith marfoû‘ de ‘Abd Allâh Ibn Mas‘oûd رضي الله عنه :

 

«Quiconque veut se réjouir à connaître qu’il aime Allâh et Son Envoyé, qu’il lise alors le moushaf.» (2)

 

Et autres hadiths authentiques qui mentionnent le mérite de la récitation répétitive du Coran.

 

Il est interdit de faire entrer aux toilettes l’appareil ou le téléphone portable au moment où les versets coraniques y sont affichés, sans qu’il en soit nécessaire ou qu’on en besoin à le faire.

 

Il est interdit aussi de le toucher par une impureté ou de la mettre sur lui ou de le souiller, car le caractère sacré du Coran reste dans son état effectif quand le téléphone est allumé et les versets, ainsi que les sourates, y sont affichés.

 

Les jugements d’interdiction ci-dessus ne sont pas valables à propos moushaf électronique s’il est éteint et n’affiche pas les versets sur son écran.

 

Dans ce cas, il n’est plus considéré comme un moushaf et n’implique pas les jugements relatifs au moushaf dans sa version papier.

 

D’un autre côté, il est permis à celui qui est dans état d’impureté rituelle, mineure ou majeure, de toucher certaines parties du téléphone portable ou d’autres appareils qui ont intégré le programme électronique du moushaf, qu’il soit éteint ou allumé.

 

Car les lettres coraniques du moushaf électronique qui s’affichent sur l’écran (du téléphone portable) ne sont que des fréquences électriques cryptées et traitées d’une façon systématique, de sorte à ce qu’elles ne s’affichent sur l’écran que par le moyen d’un logiciel électronique.

 

En effet, toucher l’écran du téléphone ne veut pas dire que c’est le moushaf électronique qui est touché.

 

Il est impossible de concevoir qu’on l’a directement touché, et ce conformément à ce que nous avons expliqué précédemment.

 

Contrairement au moushaf dans sa version papier. Toucher ses feuilles et ses lettre est considéré comme un toucher réel et direct, c’est pourquoi on ne ordonne pas à celui qui a perdu son état de pureté rituelle de toucher le moushaf électronique qu’en guise de précaution et de scrupule.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa famille, ses Compagnons et ses frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

(1) Rapporté par At-Tirmidhî(2910), d’après Ibn Mas‘oûd رضي الله عنه. Ce hadith est jugé sahîh(authentique) par Al-Albânî dans Sahîh Al-Djâmi‘ (6469). Cf. : As-Silsila As-Sahîha (3327).

(2) Rapporté Al-Bayhaqî dans Chou‘ab Al-Îmân (2027), d’après ‘Abd Allâh ibn Mas‘oûd رضي الله عنه. Ce hadith est mentionné aussi dans As-Silsila As-Sahîha d’Al-Albânî (2342).

 

Alger, le 23 de Safar 1427 H, correspondant au 23 mars 2006 G.

Fatwa n° 1173

Catégorie : Fatwas relatives au Coran et ses sciences

Publié par ferkous.com

من أحكام المصحف الإلكتروني

السؤال : انتشرت في المجتمعات الإسلامية الهواتفُ الذكيَّة، وتتضمَّن بعضَ التطبيقاتِ الشرعية، ومنها إمكانية القراءة مِن مصحفٍ كاملٍ، فهل إذا فتح القارئُ المصحفَ مِن الهاتف الذكيِّ يأخذ حُكْمَ المصحف المتعارَفِ عليه؟ فإذا كان كذلك فهل يؤجَر الناظرُ فيه كما يؤجَر الناظر في المصحف المطبوع؟ وهل يجوز الدخولُ به إلى بيت الخلاء؟ وهل يصحُّ للمُحْدِث مَسُّه؟ وجزاكم الله خيرًا

الجواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على من أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد

فيمكن تعريفُ المصحف بالاصطلاح الحديث بأنه الوسائلُ المادِّية الجامعةُ للقرآن الكريم المطابِقِ في ترتيب آياته وسُوَره للهيئة أو الرسم اللَّذَين أجمعت عليهما الأمَّةُ في خلافة عثمانَ بنِ عفَّانَ رضي الله عنه

ويظهر مِن التعريف السابق شمولُه لكلِّ أنواع المصاحف: قديمةً كانت كالمصحف الورقيِّ المعهود الذي هو الأوراق والحروف الجامعة للقرآن المكتوبةُ بين دفَّتين حافظتَيْن، أو حديثةً كالمصحف المحمَّل على الشرائح الإلكترونية والأقراص المُدْمَجة، ويدخل في ذلك ـ أيضًا ـ النتوءاتُ المستعمَلةُ بإبرة برايل في الكتابة على الأوراق الخاصَّة بها، وهو المصحف الخاصُّ بالمكفوفين

هذا، وإذا كان المصحف الإلكترونيُّ يتَّصف ببعض المواصفات المغايِرة للمصحف الورقيِّ في تركيبه وحروفه؛ فإنه ـ والحالُ هذه ـ لا يأخذ حُكْمَ المصحف الورقيِّ إلَّا بعد تشغيل الجهاز وظهورِ الآيات القرآنية المخزَّنة في ذاكرة المصحف الإلكترونيِّ، فإن ظهر المصحفُ الإلكترونيُّ معروضًا بهيئته المقروءة فإنَّ القراءة فيه كالقراءة في المصحف الورقيِّ يُنال بها الأجرُ المذكور في حديث ابن مسعودٍ رضي الله عنه مرفوعًا

مَنْ قَرَأَ حَرْفًا مِنْ كِتَابِ اللهِ فَلَهُ بِهِ حَسَنَةٌ، وَالحَسَنَةُ بِعَشْرِ أَمْثَالِهَا، لَا أَقُولُ ﴿الم﴾ حَرْفٌ، وَلَكِنْ أَلِفٌ حَرْفٌ وَلَامٌ حَرْفٌ وَمِيمٌ حَرْفٌ

(١)

، وحديث عبد الله بن مسعودٍ رضي الله عنه مرفوعًا

مَنْ سَرَّهُ أَنْ يَعْلَمَ أَنَّهُ يُحِبُّ اللهَ وَرَسُولَهُ فَلْيَقْرَأْ فِي الْمُصْحَفِ

(٢)

وغيرِها مِن الأحاديث الصحيحةِ الدالَّةِ على فضل تلاوة القرآن والإكثارِ منها

ومِن جهة الحَظْر مِن الدخول بالمصحف الإلكترونيِّ إلى الخلاء مِن غير حاجةٍ أو ضرورةٍ فإنه يصدق عليه حكمُ المنع ما دام الجهازُ أو الهاتف النقَّال في حال التشغيل وعرضِ الآيات القرآنية، ويدخل في الحظر ـ أيضًا ـ مسُّه بنجاسةٍ أو وضعُه عليها أو تلطيخُه بها، ذلك لأنَّ حرمة القرآن قائمةٌ فيه مع تشغيله وظهور آياته وسُوَره

غير أنَّ أحكام الحَظْرِ السابقةَ تنتفي عن المصحف الإلكترونيِّ في حالِ غَلْقِ الجهاز وانتهاءِ ظهور الآيات بانتهاء انعكاسها على الشاشة، وهو في تلك الحال مِن عدم التشغيل لا يُعَدُّ مصحفًا ولا تترتَّب عليه أحكامُ المصحف الورقيِّ

ومِن جهةٍ أخرى يجوز للمُحْدِث حدثًا أصغرَ أو أكبرَ أن يَمَسَّ أجزاءَ الهاتف النقَّال أو غيرِه مِن الأجهزة المشتمِلة على البرنامج الإلكترونيِّ للمصحف، ويستوي في ذلك حالُ الإغلاق وحالُ التشغيل، ذلك لأنَّ الحروف القرآنية للمصحف الإلكترونيِّ الظاهرةَ على شاشته ما هي إلَّا ذبذباتٌ إلكترونيةٌ مشفَّرةٌ، معالَجةٌ على وجهٍ متناسقٍ، بحيث يَمتنِع ظهورُها وانعكاسُها على الشاشة إلَّا بواسطة برنامجٍ إلكترونيٍّ

وعليه فمَسُّ زجاجة الشاشة لا يُعَدُّ مسًّا حقيقيًّا للمصحف الإلكترونيِّ، إذ لا يُتصوَّر مباشرةُ مَسِّه بما تقدَّم بيانُه، بخلاف المصحف الورقيِّ، فإنَّ مَسَّ أوراقه وحروفِه يُعَدُّ مسًّا مباشِرًا وحقيقيًّا له، لذلك لا يُؤْمَر المُحْدِثُ بالطهارة لِمَسِّ المصحف الإلكترونيِّ إلَّا على وجه الاحتياط والتورُّع

والعلم عند الله تعالى، وآخر دعوانا أن الحمد لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين وسلَّم تسليمًا

الجزائر في: ١١ رجب ١٤٣٥ﻫ
الموافق ﻟ: ١٠ مـاي ٢٠١٤م

(١)

أخرجه الترمذي في «فضائل القرآن» بابُ ما جاء فيمن قرأ حرفًا مِن القرآن ما له مِن الأجر (٢٩١٠)، من حديث ابن مسعودٍ رضي الله عنه، وصححه الألباني في «صحيح الجامع» (٦٤٦٩)، وانظر «السلسلة الصحيحة» ٣٣٢٧٧

(٢)

أخرجه البيهقي في «شعب الإيمان» (٢٠٢٧)، من حديث عبد الله بن مسعودٍ رضي الله عنه، وهو في «السلسلة الصحيحة» للألباني٢٣٤٢٢

الفتوى رقم: ١١٧٣

الصنف: القرآن وعلومه

Question :

 

Qu'Allâh soit bienveillant envers vous, il demande à propos de la récitation du coran à partir du moushaf électronique qui se trouve dans le téléphone portable. 

 

Réponse de Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr :

 

Il n'y a pas de mal dans cela s'il est protégé de deux choses : 

 

La première : Que le mot moushaf qui est dans cet appareil soit préservé d'erreur.

 

Il a été rapporté que certains contiennent des erreurs et certains contiennent des versions authentiques est correctes, ainsi il ne contiennent pas d'erreur.

 

La première chose est qu'il soit sûr qu'il soit préservé d'erreur.

 

La deuxième chose : Est qu'il doit être préservé du mal.

 

Si le fait d'observer cet appareil en lisant longuement le moushaf cause du tord et fait du mal à sa vue, cela lui est interdit car il est demandé au musulman de préserver sa vue des choses qui lui font du mal et étant donné que ces appareils causent du tord à la vue, dans les sociétés et les institutions si le fonctionnaire utilise ces appareils dans son travail, on y ajoute un traitement car ils savent qu'avec le temps, ils ont un effet sur la vue. 

 

Ainsi, s'il sait que cela a un effet sur sa vue, il lira à partir du moushaf en papier avec lequel il sera protégé par la volonté d'Allâh تبارك وتعالى du mal concernant cela.

 

Et Allâh est plus Savant.

 

Publié par sahihofislam

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Partager cet article

Quelle est la meilleure façon d’apprendre le Coran ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Quelle est la meilleure façon d’apprendre le Coran ?

Question :

 

Quelle est la meilleure façon d’apprendre le Quran ?

 

Réponse :

 

La meilleure façon :

 

1- Il choisit un récitant clair (qui articule) qu’il aime et dont il apprécie la récitation

 

2- Il choisit la Sourate qu’il veut apprendre

 

3- Il écoute, à plusieurs reprises, ce récitant réciter 10 versets en suivant, avec son oeil, dans le Mushaf (écrit)

 

4- Il met les écouteurs puis lance la récitation en essayant de l’imiter selon sa capacité (il répète cela 3 fois)

 

5- S’il se rend compte que quelques mots sont durs à prononcer, il se concentre sur eux et les répète jusqu’à qu’il soit fluide

 

6- Il s’appuie sur le Mushaf (écrit) et commence à apprendre

 

7- Il répète le verset avec présence d’esprit et en lisant 5 fois

 

8- Puis il répète de sa mémorisation sans regarder 3 fois

 

9- Puis il continue avec le verset suivant en répétant le même procédé

 

10- Puis il lie les deux versets en les répétant au moins 3 fois

 

11- Puis il continue de cette façon

 

12- Il essaye de réciter ce qu’il a appris en prière et il révise

 

13- Il médite sur les versets qu’il a appris, il cherche les mots compliqués afin de connaitre le vocabulaire, ainsi que les paroles des compagnons et de leurs suiveurs afin de connaitre les sens

 

14- Il applique ces sens et invoque Allâh par leurs significations.

Il demande donc à Allâh le paradis, et il Lui demande de le protéger contre l’enfer.

S’il passe par (un verset contenant) la véracité, il se met à la recherche de la véracité et demande à Allâh de lui accorder la véracité.

Et ainsi de suite…

 

15- Il prête attention à ce qu’il possède comme capacité, il ne se contraint pas s’il voit qu’il est faible dans l’apprentissage et que cela est une lourde charge.

Plutôt, il fait l’effort en fonction de ce qui résulte comme avantages et bénéfices

 

16- S’il Allâh lui a accordé des compagnons et qu’il s’entraide avec eux, alors c’est une bonne chose.

 

Traduit par Anas Abou Malik Al-Maimouni

Publié par anasaboumalik.fr

 سؤال وجّه للشيخ الفاضل أحمد السبيعي : ما افضل طريقة لحفظ القرءان الكريم؟؟

فأجاب حفظه الله : أفضل طريقة

١- يختار قارئ فصيح يحب ويأنس الى ترتيله

٢- يختار السورة التي يحب ان يحفظها

٣- يستمع لهذا القارئ عدد من المرات لعشر آيات  مع التتبع بالعين في المصحف

٤- يضع السماعة ثم يشغل التسجيل لقراءة القاريئ ويحاول ان يقلده ما استطاع - ويكرر المحاولة ثلاث مرات

٥- اذا رأى ان بعض الالفاظ شاقة عليه يركز عليها وحدها مكررا الى ان تلين

٦- يعمد الى المصحف فيبتدأ الحفظ

٧- يكرر الآية حضورا وقراءة خمس مرات

٨- ثم يكررها حفظا عن غيب ثلاث مرات

٩- ثم يذهب الى الآية التي تليها فيفعل بها مثلما فعل في الاولى

١٠- ثم يشبك بين الآيتين مكررا مالا يقل عن ثلاث مرات

١١- ثم يستمر على هذه الطريقة

١٢- يحاول ان يقرأ بما حفظ في الصلوات ويراجع

١٣- يتدبر الآيات التي حفظها ويرجع الى غريب القرآن لمعرفة المفردات  وكلام الصحابة والتابعين لمعرفة المعاني

١٤- يعمل بها ويدعوا الله بمعانيهافيسأل الله الجنة ويستعيذ به من النار فإذا أمر بالصدق تحرّى الصدق وسأل الله ان يرزقه الصدق وهكذا

١٥- ينظر في ملكته وقدرته فلا يشق على نفسه اذا رأى نفسه ضعيف في الحفظ ويشق عليه بل يجاهد بما تتحصل به مصلحته ومنفعته

١٦- إن رزقه الله اصحاب يتعاون معهم فحسن

Cheikh Ahmed As-Subay'i - الشيخ أحمد السبيعي

Partager cet article

La lecture et la méditation du Coran fait réaliser la médiocrité de ce bas-monde

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La lecture et la méditation du Coran fait réaliser la médiocrité de ce bas-monde

Lorsque le doué de raison lit le Coran et médite dessus, il réalise :

 

- La valeur de la dounia,

- Qu'elle ne représente rien, 

- Et qu'elle est un champ de labour pour l'au-delà, 

 

Alors observe ce que tu y as semé pour ton au-delà : Si tu as semé du bien, bonne annonce à toi alors pour la récolte qui te contentera.

 

Et dans le cas contraire, tu auras alors perdu la dounia et l'au-delà. 

 

Charh riyâadh assâlihîn, 357/3. 

 Traduit et publié par l'équipe al Miirath - @al_miirath

‎قال الشيخ ابن عثيمين رحمه الله 

‎العاقل إذا قرأ القرآن وتبصر؛ عرف قيمة الدنيا وأنها ليست بشيء

‎وأنها مزرعة للآخرة ، فانظر ماذا زرعت فيها لآخرتك ؟

‎إن كنت زرعت خيرًا ؛ فأبشر بالحصاد الذي يرضيك

‎ وإن كان الأمر بالعكس ؛ فقد خسرت الدنيا والآخرة

‎شرح رياض الصالحين ٣ / ٣٥٧

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La récitation à partir du Coran est-elle meilleure que celle par coeur ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La récitation à partir du Coran est-elle meilleure que celle par coeur ?

Le questionneur dit :

 

La récitation à partir du Livre est-elle meilleure que celle par coeur ?

 

Le Cheykh a répondu :

 

En ce qui concerne la récitation du Coran en dehors de la prière, priorité est donnée à la lecture à partir du livre car c’est elle qui se rapproche le plus de la précision et de la mémorisation٫ sauf si la récitation de mémoire appelle plus le coeur à la présence et au recueillement, alors qu’il lise de tête.

 

Quant à la lecture dans la prière, le mieux est qu’il récite par coeur, car, dès lorsqu’il  lirait à partir du livre, il se verrait amené à exécuter plusieurs actions à la fois : Porter le livre, le poser, tourner les pages et regarder en direction des lettres qui le composent…

 

Ainsi, il serait empêché de poser la main droite sur la gauche en position debout et peut-être même que s’il plaçait le bouquin sous son bras, cette négligence lui fera rater sa génuflexion ainsi que sa prosternation.

 

A partir de là, nous faisons prévaloir la lecture du fidèle par coeur sur celle tirée du livre et dès lors que nous faisons prédominer cela - à savoir qu’il est préférable de réciter par coeur dans le but que ce qui a été cité plus haut ne lui survienne pas - pour l’imam, nous affirmons aussi que par rapport à certains fidèles ayant été vus derrière lui en train de porter le livre et de suivre sa lecture, cela, il ne faut pas le faire en raison des faits mentionnés que ça entraîne et parce qu’ils n’ont aucunement besoin de suivre le guide religieux.

 

Après, si jamais il advienne que ce dernier n’ait pas une bonne mémoire et demande à l’un des fidèles de prier derrière lui tout en le suivant sur le livre puis de le corriger s’il se trompait, alors, eu égard à la nécessité, il n’y a pas de mal là-dessus.

 

Fatâwâ Noûr 'ala al-darb * Tome 5 p.2

 

Le «Noûr 'ala al-darb» (ou littéralement «Une lumière sur le chemin»), est un programme radio diffusé en Arabie Saoudite depuis plus de 40 ans.

C’est le plus ancien programme radio du royaume.

Tous les jours, des personnes de science y sont invités afin de répondre aux questions religieuses des auditeurs.

 

Traduit et annoté par darataalibat.com

يقول السائل هل القراءة من المصحف أفضل من القراءة عن ظهر قلب؟

فأجاب رحمه الله تعالى: أما من جهة قراءة القرآن في غير الصلاة فالقراءة من المصحف أولى لأنه أقرب إلى الضبط وإلى الحفظ إلا إذا كانت قراءته عن ظهر قلب أحضر إلى القلب وأخشع له فليقرأ عن ظهر قلب وأما في الصلاة فإن الأفضل أن يقرأ عن ظهر قلب وذلك لأنه إذا قرأ من المصحف فإنه يحصل له عمل متكرر في حمل المصحف وإلقائه و في تقليب الورق وفي النظر إلى حروفه وكذلك يفوته وضع اليد اليمنى على اليسرى في حال القيام وربما يفوته التجافي في الركوع والسجود إذا جعل المصحف في إبطه ومن ثم رجحنا قراءة المصلى عن ظهر قلب على قراءته من المصحف وإذا كنا نرجح هذا للإمام وهو أن الأفضل أن يقرأ عن ظهر قلب لئلا يحصل له ما ذكرناه فإننا كذلك نقول بالنسبة لبعض المأمومين الذين نشاهدهم خلف الإمام يحملون المصحف يتابعون قراءة الإمام فإن هذا أمر لا ينبغي لما فيه من الأمور التي ذكرناها آنفاًً ولأنه لا حاجة بهم إلى أن يتابعوا الإمام نعم لو فرض أن الإمام ليس بجيد الحفظ وقال لأحد من المأمومين صلِّ ورائي وتابعني في المصحف إذا أخطأت ورد علي فهذا لا بأس به للحاجة

فتاوى نور على الدرب (العثيمين) الجزء : 5 - الصفحة : 2 ت

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Est-ce que lire le Noble Coran rapidement est une chose interdite ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Est-ce que lire le Noble Coran rapidement est une chose interdite ?

Question :

 

Est-ce que lire le Noble Coran rapidement est une chose interdite ?

 

Réponse :

 

La rapidité lors de la lecture du Coran est de deux sortes :

 

Celle qui engendre la non-prononciation de certaines lettres ou de certains accents/voyellisations : Celle-ci n’est pas autorisée. 

 

Et celle dont le lecteur conserve la bonne prononciation des lettres, des mots et des règles grammaticales : Celle-ci est permise. 

 

Fatâwa noûr 'ala al-darb 5/2

Traduit et publié par darataalibat.com

 

يقول السائل بالنسبة للسرعة في قراءة القرآن الكريم هل هي محرمة؟

فأجاب رحمه الله تعالى: السرعة نوعان سرعة يلزم منها إسقاط بعض الحروف أو الحركات فهذه لا تجوز وسرعة أخرى مع المحافظة على الحروف والكلمات والإعراب فهذه جائزة

فتاوى نور على الدرب ( العثيمين ) ، الجزء : 5 ، الصفحة : 2 ت

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Est-il permis d’expliquer (interpréter) le Coran en fonction uniquement de la langue (arabe) sans retourner (se référer) à la sunna ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Est-il permis d’expliquer (interpréter) le Coran en fonction uniquement de la langue (arabe) sans retourner (se référer) à la sunna ? (audio)

 

Questionneur :

 

Ceci est une question dont on parle souvent et peut-être y a t-il eut (par le passé) une réponse satisfaisante/complète concernant celle-ci dans certaines cassettes, mais il n'y a pas de mal de répondre (de nouveau à cette question), est-il permis d'expliquer/interpréter le Qur'aan en fonction uniquement de la langue (arabe) sans retourner/se référer à la sunna ?

 

Ceci est la question.

 

Réponse :

 

Il faut, pour celui qui veut interpréter le Qur'aan, qu'il possède la science de la langue arabe tout d'abord, parce que le Qur'aan, comme il est connu de tout le monde a été descendu (révélé) dans une langue arabe claire mais cela ne suffit pas.

 

Si venait le plus arabe des arabes et qu'il voulait expliquer/interpréter le Qur'aan avec sa langue avec laquelle le Qur'aan a été révélé/descendu, il ne serait pas en mesure d'améliorer l'interprétation/explication de ce Qur'aan qui est descendu comme cela (avec cette langue) parce qu'il y a dans l'usage des savants deux (types) langues :

 

La langue arabe avec laquelle  le Qur'aan a été descendu/révélé

 

La langue (Note du traducteur : Nous pourrions dire ici la terminologie) de la législation

 

C'est pourquoi Allâh عز وجل a inséré un nouveau sens dans les mots et peut-être dans des expressions connues anciennement chez les Arabes comme le Hajj par exemple et la Zakat.

 

Le Hajj linguistiquement est le but/l'objectif et la Zakat linguistiquement est la purification, mais le Législateur a mis pour le mot Hajj le sens d'adoration, tel que vous le connaissez, tel que si est manqué un pilier parmi ses piliers il n'est pas complet, de même pour la Zakat, de même pour la prière.

 

Donc la prière linguistiquement est l'invocation (traduction rapprochée) :

 

"Certes, Allâh et Ses Anges prient (envoient leur prière) sur le Prophète ; Ô vous qui croyez priez sur lui et adresses [lui] vos salutations"

 

Mais la prière lorsqu'elle est séparé (le terme est employé seul) elle signifie l'adoration (en elle même), elle a ses conditions, elle a ses piliers.

 

Par conséquent, personne ne peut quel que soit son savoir dans la langue arabe, interpréter/expliquer le Qur'aan d'une interprétation authentique hormis en fonction de la langue (terminologie) de la législation.

 

La langue de la législation, cela est tiré de deux sources : Du livre d'Allâh et de la Sunna du Messager d'Allâh صلى الله عليه وآله وسلم et ceci est ce qui est venu de son explication dans sa parole عز وجل (traduction rapprochée) :

 

"Nous avons fait descendre vers toi "Adh dhikra" (le Qur'aan), pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux"

 

Donc ce verset contient deux affaires, l'une d'entre elles est celle qui a été clarifié et l'autre est celui qui la clarifie.

 

Celle qui a été clarifié est ce qui a été révélé au Messager d'Allâh, comme Parole d'Allâh, à savoir le Noble Qur'aan.

 

Quant à celui qui clarifie, c'est le Messager d'Allâh صلى الله عليه وآله وسلم.

 

Par conséquence avec sa sunna, qui est divisé en trois parties, sa parole عليه السلام ou son action ou son approbation.

 

Donc celui qui ne connait pas ses paroles عليه السلام, ses actes et son approbation de ce qu'il a vu et de ce qui s'est passé parmi les gens.

 

Alors il ne sera jamais en mesure d'expliquer/interpréter le Qur'aan et il commettra de très grosses erreurs.

 

Même que certains exemples se sont produits au temps du Prophète صلى الله عليه وآله وسلم lorsque leur a été confondu pour eux Sa parole تعالى (traduction rapprochée) :

 

"Ceux qui ont cru et n’ont point troublé la pureté de leur foi par quelconque Zulm (injustice), ceux-là ont la sécurité ; et ce sont eux les bien-guidés»."

 

"Ils ont dit : Ô Messager d'Allâh qui parmi nous ne trouble pas la pureté de sa foi avec du zulm (injustice)"

 

Parce qu'ils ont compris le terme zulm ici (l'injustice) de manière générale/absolue et en réalité personne après les prophètes n'est infaillible quant au faite de tomber dans une telle injustice générale.

 

Par conséquent ils craignaient que ce verset les inclut de sorte qu'ils ne soient pas parmi les bien guidés parce qu'ils avaient troublé la pureté (de leur foi) par le zulm (injustice).

 

Donc il leur a dit عليه الصلاة والسلام :

 

"L'affaire n'est pas comme vous dites, n'avez-vous pas récité la parole d'Allâh تبارك وتعالى :

"Et lorsque Luqmān dit à son fils tout en l’exhortant : «Ô mon fils, ne donne pas d’associé à Allâh, car l’association à [Allâh] est vraiment une injustice énorme.»""

 

Donc le zulm (injustice) mentionnée dans le premier verset est l'injustice mentionné dans l'autre verset, si pour les compagnons du Prophète عليه السلام leur été confus l'interprétation du terme zulm (l'injustice) dans le premier verset.

 

Alors sera confus celui qui vient après eux dans ce qui est moindre que cette confusion là.

 

C'est pour cela qu'il faut que chaque interprète du Qur'aan soit familiarisé, au mieux de sa capacité, avec la Sunna, dans ses trois parties: ses paroles عليه السلام, ses actions et ses approbations.

 

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

Publié par cheikhalalbani.com

 

هل يجوز تفسير القرآن بالاعتماد على اللغة فقط دون الرجوع إلى السنة ؟

السائل : هذا سؤال يكثر الحديث عنه ولعله كانت الإجابة شافية فيه في بعض الأشرطة لكن لا بأس من الجواب عنه هل يجوز تفسير القرآن بالاعتماد على اللغة فقط دون الرجوع إلى السنة هذا سؤال؟

الشيخ : لا بد لمن يريد أن يفسر القرآن أن يكون على علم باللغة العربية أولا لأن القرآن كما هو معلوم لدى الجميع أنزل بلسان عربي مبين ولكن هذا لا يكفي لو جاء أعرب الأعراب وأراد أن يفسر القرآن بلغته التي بها القرآن نزل لم يستطع أن يحسن تفسير هذا القرآن الذي نزل ذلك لأن هناك في عرف العلماء لغتين اللغة العرفية التي نزل بها القرآن ولغة شرعية ذلك أن الله عز وجل أدخل معني جديدة في ألفاظ وربما بجمل معروفة قديما عند العرب فكالحج مثلا وكالزكاة فالحج لغة هو القصد والزكاة لغة هو التطهير لكن الشارع وضع للفظة الحج معنى هو العبادة التي تعرفونها التي إذا أخل بركن من أركانها لم يكن آتيا بها كذلك الزكاة كذلك الصلاة فالصلاة في اللغة الدعاء

(( إن الله وملائكته يصلون على النبي ))

لكن الصلاة حينما تطلق فإنما تعني عبادة لها شروطها ولها أركان إلى آخره ولذلك فلن يستطيع أحد مهما كان عليما باللغة العربية أن يفسر القرآن تفسيرا صحيحا إلا بالاعتماد على اللغة الشرعية اللغة الشرعية هذه تؤخذ من مصدرين اثنين من كتاب الله ومن سنة رسول الله صلى الله عليه وآله وسلم وهذا ما جاء بيانه في قوله عز وجل

(( وأنزلنا إليك الذكر لتبين للناس ما نزل إليهم ))

فهذه الآية تتضمن أمرين اثنين أحدهما مبيِن والآخر مبيَن فالمبيَن هو ما أنزل على رسول الله من كلام الله ألا وهو القرآن الكريم أما المبيِن فهو رسول الله صلى الله عليه وآله وسلم وذلك بسنته التي تنقسم إلى ثلاثة أقسام قول منه عليه السلام أو فعل أو تقرير فمن لم يعرف أقواله عليه السلام وأفعاله وما قرره مما رآه واقعا بين الناس فهو لا يستطيع أبدا أن يفسر القرآن وسيخطئ أخطاء فاحشة جدا حتى وقع بعض الأمثلة في زمن النبي صلى الله عليه وآله وسلم حينما أشكل عليهم قوله تعالى

(( ولم يلبسوا إيمانهم بظلم أولئك لهم الأمن وأولئك هم المهتدون ))

( قالوا يا رسول الله من منا لم يلبس إيمانه بظلم؟ )

ذلك لأنهم فهموا الظلم هنا مطلقا وحقيقة ما من أحد بعد الأنبياء معصوم عن أن يقع منه مثل هذا الظلم المطلق ولذلك خافوا أن يشملهم هذه الآية بحيث أنهم لا يكونون مهتدين لأنهم قد تلبسوا بالظلم فقال لهم عليه الصلاة والسلام

 ليس الأمر هذا الذي تقولون ألم تقرأوا قول الله تبارك وتعالى

(( وإذ قال لقمان لابنه وهو يعظه يا بني لا تشرك بالله إن الشرك لظلم عظيم ))

إذا الظلم المذكور في الآية الأولى هو الظلم المذكور في الآية الأخرى إذا كان أصحاب الرسول عليه السلام أشكل عليهم تفسير الظلم في الآية الأولى فسيشكل على من بعدهم ما هو أهون من هذا الإشكال لهذا لا بد لكل مفسر أن يكون ملما في حدود الاستطاعة بالسنة في أقسامها الثلاثة قوله عليه السلام وفعله وتقريره

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>