268 articles avec coran - القرآن الكريم

Méthode pour réciter et mémoriser le coran

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Méthode pour réciter et mémoriser le coran

Question :

 

Très respectueux cheikh, je ne peux pas réciter correctement le Coran ni l'apprendre par cœur.

 

Quelle est la méthode pour le réciter et le mémoriser ?

 

Sachant que je suis âgé et il n'y a personne pour m'apprendre.

 

Réponse :

 

-La meilleure méthode pour réciter correctement le Coran : est que la personne expose sa lecture devant un cheikh maîtrisant la récitation.

 

-Si jamais il n'en trouve pas dans son pays, qu'il voyage pour acquérir ce savoir, ce qui est demandé et voulu sur le plan religieux.

 

-Toutefois, si cela ne peut être disponible, le Musulman doit tirer profit de ses frères et des cassettes enregistrées par des récitateurs qui maîtrisent parfaitement la récitation.

 

Et Allah ouvrera certainement les portes du bien devant celui dont l'intention est sincère.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie : 12, Numéro de la page: 111)

La première question de la Fatwa numéro ( 19311 )

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

سورة البقرة برواية ورش عن نافع - Lecture de sourate Al-Baqara en warch et par thoumoun (vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

سورة البقرة برواية ورش عن نافع - Lecture de sourate Al-Baqara en warch et par thoumoun (vidéo)

rgr-copie-1

- 27 - الثمن السابع و العشرون

 - 14 - الثمن الرابع عشر

 - 1 - الثمن الأول

- 28 -  الثمن الثامن و العشرون

 - 15 - الثمن الخامس عشر

- 2 - الثمن الثاني

 - 29 - الثمن التاسع و العشرون

 - 16 - الثمن السادس عشر

- 3 - الثمن الثالث

- 30 - الثمن الثلاثون

 - 17 - الثمن السابع عشر

 - 4 - الثمن الرابع

- 31 - الثمن الواحد و الثلاثون

 - 18 - الثمن الثامن عشر

 - 5 - الثمن الخامس

- 32 - الثمن الثاني و الثلاثون

 - 19 - الثمن التاسع عشر

 - 6 - الثمن السادس

- 33 - الثمن الثالث و الثلاثون

- 20 - الثمن العشرون

 - 7 - الثمن السابع

- 34 - الثمن الرابع و الثلاثون

- 21 - الثمن الواحد و العشرون

 - 8 - الثمن الثامن

- 35 - الثمن الخامس و الثلاثون

- 22 - الثمن الثاني و العشرون

 - 9 - الثمن التاسع

- 36 - الثمن السادس و الثلاثون

- 23 - الثمن الثالث و العشرون

 - 10 -  الثمن العاشر

- 37 - الثمن السابع و الثلاثون

- 24 - الثمن الرابع و العشرون

 - 11 - الثمن الحادي عشر

- 38 - الثمن الثامن و الثلاثون

- 25 -  الثمن الخامس و العشرون

 - 12 - الثمن الثاني عشر

- 39 - الثمن التاسع و الثلاثون

- 26 -  الثمن السادس و العشرون

 - 13 - الثمن الثالث عشر

rgr-copie-1

Partager cet article

Accrocher des versets du coran au mur (vidéo)

Publié le par العلم الشرعي - La science legiferee

Accrocher des versets du coran au mur (vidéo)

Je tiens à mettre en garde contre deux affaires qui sont liés au Noble Qur'aan.

 

L'une d'elle étant que beaucoup de gens accrochent les nobles versets, ils les accrochent sur les murs dans des endroits à travers leurs maisons.

 

Cet ornement (avec les versets) est considéré comme une innovation qui ne se trouve pas parmi les compagnons ou ceux qui les ont suivis dans le bien.

 

Et je ne sais pas pourquoi ils accrochent ces versets. 

 

Les accrochent-ils dans un effort d'exalter le Qur'aan? 

 

Alors qu'ils ne sont pas plus assidu à exalter le Qur'aan que les Compagnons du Messager صلى الله عليه وسلم, et ceux qui les ont suivis dans le bien, et il n'a pas été rapporté qu'ils avaient l'habitude d'accrocher les versets du Qur'aan.

 

Est ce qu'ils accrochent ces versets pour repousser d'eux le mal ?

 

Alors ce n'est pas le moyen par lequel repousser le mal d'eux.

 

Au contraire, la méthode est pour l'individu de réciter ce qui a paru dans la Sunna pour repousser le mal.

 

Il lit cela avec sa langue. Comme le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

"Celui qui récite Ayatul Kursi pendant la nuit, il continuera d'être pour lui une protection d'Allah, et aucun diable ne viendra près de lui jusqu'au matin."

 

Et c'est la parole de l'Exalté (traduction rapprochée) :

 

"Allah! La ilaha illa Huwa, le Vivant, Celui qui soutient et protège tout ce qui existe. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A Lui appartient ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. Qui est ce qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission? Il sait ce qui se passe pour eux (les créatures) dans ce monde, et ce qui va leur arriver dans l'au-delà. Et ils n'encercleront jamais rien de sa connaissance excepté ce qu'il veut. Son Trone déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand."

 

Ainsi accrocher ce verset ou tout autre verset ne leur sert à rien.

 

Où veulent-ils chercher des bénédictions en accrochant le Qur'aan sur le mur?

 

Alors chercher la bénédiction avec le Qur'aan de cette manière n'est pas légiférée, il s'agit plutôt d'une question innovée.

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

"Chaque innovation est égarement."

 

Où veulent-ils de cela que la personne se rappelle le Qur'aan quand il lève la tête vers cela? 

 

Mais si vous appliquez cet acte à ce qui se passe vraiment, vous trouverez que cela n'a aucun effet.

 

Ceci car dans le rassemblement, tous, vous ne voyez personne de ceux qui sont assis lever la tête pour réciter ce verset ou afin qu'il puisse réfléchir sur ce qu'il contient comme jugements et informations. 

 

Et les Salaf, qu'Allah soit satisfait d'eux, ont divergé en ce qui concerne la question : Est-il permis à une personne malade avec une maladie mentale ou une maladie physique d'accrocher quelque chose d'écrit du Qur'aan sur lui ou non ?

 

Et la réponse juste, c'est qu'il n'est pas permis à une personne d'accrocher quelque chose sur sa poitrine ou de placer quelque chose sous son oreiller, à partir des versets du Qur'aan dans un effort pour être guéri à travers cela, parce que cette méthode n'a pas été rapporté par le Prophète صلى الله عليه وسلم. 

 

Ou ceux qui accrochent ces nobles versets le font ils sans but pour la décoration?

 

Car en vérité, il n'est pas approprié que le Qur'aan soit sans but et pour le décor, devenir une simple décoration.

 

En vérité, le Qur'aan a un statut plus noble et plus grand que d'être considéré comme un embellissement et décorer les murs.

 

Pour cette raison, je demande à tous nos frères qui les ont accroché de les enlever parce que toutes les possibilités que vous avez entendues montrent qu'accrocher (des versets) est quelque chose qui n'est pas digne.

222

Quant à la seconde affaire à laquelle je veux apporter une attention toute particulière, ce sont les calligraphes, ceux qui dessinent  pour les gens sur du papier ou autre que cela. 

 

Ils prennent des nobles versets et les dessinent dans des polices autres que l'écriture Uthmani.

 

Ils font ces polices en fonction de la spécificité des textes. 

 

Telle que j'ai entendu dire que lorsque certains d'entre eux veulent écrire la parole de l'Exalté (traduction rapprochée) :

 

"Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit" (Az Zummar, verset 5)

 

Donc, il va écrire la lettre "الواو" comme si elle était enveloppée.

 

Ainsi il veut esquisser le Qur'aan selon ce que le sens indique.

 

Et ceci est interdit sans aucun doute. 

 

Car ce n'est pas digne de dessiner les paroles du noble Qur'aan en tant que formes pour indiquer le génie du calligraphe ou d'attirer les yeux par le biais de son inscription; parce que le Qur'aan n'est pas prévu pour les décorations et l'art. 

 

Et celui qui a quelque chose parmi cela alors il est de son devoir de le brûler et l'effacer, de sorte que les versets d'Allah ne soient pas pris en plaisantant. 

 

Et les savants, qu'Allah leur fasse miséricorde ont divergé sur la question : Est-il permis d'écrire le Qur'aan dans autre chose que l'écriture Uthmani, même pour les enfants ?

 

Les savants divergent ayant trois paroles différentes concernant cette question.

 

Mais quant à écrire avec ce type d'inscription, alors il ne fait aucun doute que ce n'est pas permis.

 

Par conséquent, il de notre devoir, ô frères, d'honorer le Livre d'Allah et de le glorifier et de l'utiliser dans ce pour quoi il a été envoyé, pour servir comme avertissement, une guérison de ce qui est dans les cœurs, et un guide et une miséricorde pour les croyants.

 

Écoutez la sagesse de la raison de sa descente, qui se trouve dans la parole de l'Exalté:

 

"[Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent!" (Sad, verset 29)

 

Il (le coran) n'a pas été descendu pour être accroché sur les murs, et il n'a pas été descendu afin de l'utiliser comme une calligraphie.

 

Et il y a une autre mise en garde contre le fait de l'accrocher sur les murs que je ne crois pas que quiconque puisse éviter.

 

Ce rassemblement qui possède quelque chose du Qur'aan dans les lieux de discours vains, interdits.

 

Peut-être de la médisance sera entendu là bas, peut être du mensonge et des insultes seront entendu là bas, et peut être des actes interdits seront réalisés là-bas. 

 

Ainsi, ce sera un acte de dérision avec le Livre d'Allah, parce que le verset sera au dessus des têtes des personnes présentes alors que le désobéissant à Allah l'Exalté sera devant les versets du Livre d'Allah.

 

traduit par minhaj sunna

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

L’avis correct concernant «les miracles scientifiques» dans le Coran

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’avis correct concernant «les miracles scientifiques» dans le Coran

[...] Mais certains en sont venus à interpréter le Coran par les théories modernes et les réalisations techniques contemporaines.

 

Ils considèrent cela comme une fierté pour le Coran car ces théories concordent avec lui.

 

Et ils appellent cela : «Les miracles scientifiques» (dans le Coran), ceci est une grave erreur puisqu’il n’est pas autorisé d’interpréter le Coran par ce type de théorie et idéologie car ces dernières changent et se contredisent.

 

Et chacune d’entre elles démentira l’autre, or que le Coran est une vérité absolue et ses propos sont véridiques.

 

Il ne contient aucune contradiction et ses propos sont immuables à travers le temps.

 

Cependant, les pensées  humaines ainsi que leurs connaissances sont exposées à l’erreur et les erreurs y sont plus nombreuses que la raison.

 

Combien de théories déposées aujourd’hui sont confrontées à une autre théorie qui la dément le lendemain?

 

Il n'est donc pas permis de lier le Coran à des théorie humaines, ainsi qu’à leurs sciences approximatives, imaginaires et contradictoires.

 

L’interprétation du Noble Coran a des règles bien connues chez les savants de la législation, il n'est pas permis de les outrepasser et d’interpréter le Coran par ce qui ne lui est pas approprié.

 

Ces règles sont les suivantes :

 

-L’interprétation du Coran par le Coran

 

Ce qui est condensé dans une partie du Coran sera détaillé dans une autre et ce qui est développé dans une partie sera réduit dans une autre.

 

-Ce qui n’est pas interprété par le Coran lui-même, le sera par la Sounnah du prophète صلى الله و عليه سلام

 

Car la Sounnah explique le Coran et l’éclaircit.

 

Allah a dit à son prophète صلى الله و عليه سلام (traduction rapprochée) :

 

{… Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux et afin qu’ils réfléchissent.} [Sourate l'abeille, verset 44]

 

-Ce qui n’est pas interprété dans la sounnah, le sera à travers l’interprétation des compagnons du prophète صلى الله و عليه سلام car ils sont plus savants

 

Cela en raison de leur fréquentation avec le Prophète صلى الله و عليه سلام et de ce qu’il صلى الله و عليه سلام leur a transmis au niveau de la science ainsi que du Coran et son exégèse.

 

Jusqu’à ce que l’un d’entre eux dise : "Nous ne dépassions jamais dix versets du Coran sans avoir compris leurs sens et en les ayant mis en pratique"

 

-Et concernant ce qui n’est pas interprété par la parole des compagnons, les imams se réfèrent à la parole des prédécesseurs (tabi'in)

 

En raison de ce qu ils ont reçus des compagnons du prophète صلى الله و عليه سلام au niveau de la science, de l’apprentissage du Coran avec ses significations.

 

Ce sur quoi ils sont unanimes est une preuve établie.

 

Et ce sur quoi ils sont en désaccord nécessite de revenir à la langue des arabes avec laquelle le Coran a été révélé.

 

L’interprétation du Coran en dehors de ces quatre catégories n’est pas permis.

 

Et son interprétation par les théories modernes, les paroles de médecins, des géographes ainsi que des astrologues et des astronautes est faux et n’est pas permis car il s’agit d’une interprétation du Coran par un avis (humain).

 

Cela est fortement interdit car le prophète صلى الله و عليه سلام a dit:  

 

«Celui qui parle du Coran d’après son opinion sans science , qu’il prépare son siège en enfer»

Rapporté par Ibn Djarir, Tirmidhi, An Nasa’i

 

Et dans une autre version :

 

«Celui qui parle du livre d’Allah (avec son opinion) et a eu juste, il a certes commis une erreur» 

 

Extrait du sermon intitulé «الحث على تعلم العلم النافعIncitation à l’apprentissage de la science bénéfique»

Traduit par Minbar-al-Quran

 Revu et corrigé par sounnah-diffusion.com

 

 الإعــجاز العلــمي في القرآن

قال الشيخ صالح بن فوزان بن عبد الله الفوزان حفظه الله في كتابه الخطب المنبرية /ج/2/268/ طبعة مؤسسة الرسالة في أثناء الخطبة التي بعنوان : الحث على تعلم العلم النافع قال رحمه الله

بل بلغ الأمر ببعضهم أن يفسر القرآن بالنظريات الحديثة ومنجزات الَّتقنية المعاصرة ويعتبر هذا فخراً للقرآن حيث وافق في رأيه هذه النظريات ويسمي هذا " الإعجاز العلمي " وهذا خطأ كبير لأنه لا يجوز تفسير القرآن بمثل هذه النظريات والأفكار لأنها تتغير و تتناقض ويكذب بعضها بعضا والقرآن حق ومعانيه حق لا تناقض فيه ولا تغير في معانيه مع مرور الزمن أما أفكار البشر ومعلوماتهم فهي قابلة للخطأ والصواب، وخطؤها أكثر من صوابها وكم من نظرية مسلمة اليوم تحدث نظرية تكذبها غدا فلا يجوز أن تربط القرآن بنظريات البشر وعلومهم الظنية والوهمية المتضاربة المتناقضة

و تفسير القرآن الكريم له قواعد معروفة لدى علماء الشريعة لا يجوز تجاوزها وتفسير القرآن بغير مقتضاها وهذه القواعد هي

أن يفسر القرآن بالقرآن، فما أُجمل في موضع منه فُصِّل في موضع آخر، وما أطلق في موضع قيد في موضع

وما لم يوجد في القرآن تفسيره فإنه يفسر بسنة رسول الله صلى الله عليه وعلى آله وسلم لأن السنة شارحة للقرآن ومبينة له قال تعالى لرسوله صلى الله عليه وعلى آله وسلم: { وأنزلنا إليك الذكر لتبين للناس ما نزل إليهم ولعلهم يتفكرون } النحل ـ 44/

وما لم يوجد تفسيره في السنة فإنه يُرجع فيه إلى تفسير الصحابة لأنهم أدرى بذلك لمصاحبتهم رسول الله صلى الله عليه وعل آله وسلم وتعلمهم على يديه وتلقيهم القرآن وتفسيره منه حتى قال أحدهم: ما كنا نتجاوز عشر آيات حتى نعرف معانيهن والعمل بهن

وما لم يوجد له تفسير عن الصحابة فكثير من الأئمة يرجع فيه إلى قول التابعين لتلقيهم العلم عن صحابة رسول الله صلى الله عليه وعلى آله وسلم وتعلمهم القرآن ومعانيه على أيديهم فما أجمعوا عليه فهو حجة وما اختلفوا فيه فإنه يرجع فيه إلى لغة العرب التي نزل بها القرآن

وتفسير القرآن بغير هذه الأنواع الأربعة لا يجوز، فتفسيره بالنظريات الحديثة من أقوال الأطباء والجغرافيين والفلكيين وأصحاب المركبات الفضائية باطل لا يجوز لأن هذا تفسير للقرآن بالرأي وهو حرام شديد التحريم لقوله صلى الله عليه وعلى آله وسلم: من قال في القرآن برأيه وبما لا يعلم فليتبوأ مقعده من النار" رواه ابن جرير والترمذي والنسائي و في لفظ " من قال في كتاب الله فأصاب فقد أخطأ". انتهى المراد

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Récitation de Cheikh Al-’Outheymine رحمه الله au Haram de Mekka - نادر جدا الشيخ محمد بن عثيمين امام الحرم (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Récitation de Cheikh Al-’Outheymine رحمه الله au Haram de Mekka - نادر جدا الشيخ محمد بن عثيمين امام الحرم (audio)

Récitation de Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine رحمه الله

Salat tarawih au Haram de Mekka en 1402 de l'hégire ou 1981 année grégorienne

 

نادر جدا الشيخ محمد بن عثيمين امام الحرم

التراويح بالمسجد الحرام عام 1402هـ 

 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les formes d’abandon du Coran

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les formes d’abandon du Coran

Les formes d’abandon du Coran sont multiples :

 

-Ne pas l’écouter, ni croire en lui ou tendre l’oreille vers lui 

 

-Ne pas le mettre en pratique, ne pas s’en tenir à ce qu’il considère licite ou illicite, même si on le lit et croit en lui.

 

-Ne pas le prendre comme arbitre et juge en ce qui concerne les fondements de la religion et ce qui en découle. Croire qu’il n’apporte aucune certitude et que ses preuves sont uniquement verbales et n’apporte aucunes sciences.

 

-Ne pas méditer, chercher à le comprendre et à savoir ce qu’à voulu Celui qui l’a prononcé.

 

-Ne pas le prendre comme remède pour l’ensemble des maladies du cœur, en cherchant au contraire la guérison en dehors de lui.

 

Tout cela s’inscrit dans le cadre de la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

« Le messager dit : Seigneur ! Mon peuple a vraiment délaissé ce Coran. » (Sourate Al Furqân verset 30)

 

Ceci, même si certains types d’abandon sont moins graves que d’autres.

bfgb

Il en est de même pour la gêne dans la poitrine que l’on peut éprouver au sujet du Coran :

 

-Parfois cette gêne peut concerner le fait qu’il soit révélé et soit la vérité venant d’Allah ta’ala.

 

-Parfois cela peut concerner Celui qui l’a prononcé, ou le fait qu’il soit créé (celui qui le prononce) et qu’Il (Allah ta’ala) ait inspiré à certaines de Ses créatures de le prononcer.

 

-Parfois cela peut concerner le fait qu’il peut être insuffisant, qu’il ne suffit pas aux serviteurs qui doivent faire appel avec lui aux raisonnements, analogies, avis et autres lois forgées par les hommes.

 

-Parfois cela peut concerner ses arguments et ce qu’on a voulu à travers lui : Est-ce le sens premier que l’on saisit lorsqu’on l’entend ??

Ou a t’on voulu qu’on interprète et que l’on s’écarte du sens premier vers des interprétations détestables et polysémies.

 

-Parfois cela peut concerner ces sens qui, même s’ils sont voulus, incitent à se poser la question : Est-ce vraiment ce qui est cherché ?

Ou s’est on figuré que s’était ce qui était voulu pour un intérêt quelconque ?

 

Tous ces gens éprouvent une gêne dans leur cœur vis à vis du Coran, ils savent cela et le ressentent dans leur poitrine.

 

Tu ne trouveras aucun innovateur dans sa religion sans qu’il n’éprouve une gêne vis à vis des versets qui s’opposent à son innovation.

 

De même tu ne trouveras aucun injuste pervers sans qu’il n’éprouve dans sa poitrine une gêne vis à vis des versets qui se dressent entre lui et sa volonté.

 

Médite sur cela et choisis ensuite par toi-même ce que tu voudras.

 

Source : Kitab al Fawa'id de l'imam Ibn Al Qayyim


Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Quelle est la différence entre : «moushaf» et «coran» ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quelle est la différence entre : «moushaf» et «coran» ?

Question :

 

Quel est la definition du terme "moushaf" et qu´est ce qui la differencie de celle du "qu´ran" ?

 

Réponse :

 

-Al Azhari a dit :

 

"On a nommé "le moushaf" ainsi car il regroupe, entre les deux extrémité (du Livre d´Allah) l´ensemble des feuillets qui on été décrétés."

 

-Et quant au Coran, Abou 3Oubaydah a dit:

 

"On le nome "le Coran" car il regroupe et rattache l´ensemble des versets (entre eux)".

 

et Allah est le plus Savant.

 

Traduction Abou Haroun AbdoulMalik 

copié de alqayim.net

 

 الجواب : قَالَ الأَزهري: وَإِنَّمَا سُمِّيَ الْمُصْحَفُ مُصْحَفًا لأَنه أُصحِف أَي جُعِلَ جَامِعًا لِلصُّحُفِ الْمَكْتُوبَةِ بَيْنَ الدَّفَّتَيْنِ

وأما القرآن ؛ فقال أبو عبيدة: سمِّي القرآن لأنه يجمع السُّوَرَ ويضمها . والله أعلم

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Partager cet article

Emprunter le mus’haf de la mosquée

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Emprunter le mus’haf de la mosquée

Question :

 

Un jeune homme ne possède pas de Mus’haf (1) chez lui alors qu’il en a un grand besoin et il n’a pas les moyens d’en acheter un.

 

Peut-il, donc, en emprunter un de la mosquée pour une durée déterminée ?

 

Réponse :

 

Les louanges sont qu’à Allâh, le Souverain des mondes et que la paix et le salut soient sur celui qui a été envoyé comme une miséricorde pour l’Univers, ainsi que sur sa famille, ses Compagnons et ceux qui les suivent jusqu’au jour de la Résurrection, cela dit :

 

Il est permis de prêter le Mus’haf à celui qui a besoin de le lire et qui n’en trouve pas d’autre.

 

La fatwa des adeptes de l’école hanbalite est même l’obligation de le prêter.

 

En effet, le fait de le prêter est en accord avec l’intention de celui qui l’a mis à la disposition des gens en tant que Waqf, il existe un besoin réel de l’utiliser et aucune nuisance n’est rencontrée en le prêtant puisqu’il est disponible et présent en quantité.

 

Le fait que quelqu’un l’emprunte et l’emmène chez lui n’empêche pas qu’il persiste un Waqf –ce qui est clair–, car l’emprunt ne va pas dans le sens de la vente, ni du don, ni de l’héritage.

 

On ne peut, donc, pas l’interdire en se basant sur le hadith d’Ibn `Umar رضي الله عنهما dans lequel le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :

 

«On ne peut ni vendre le bien [lui-même], ni en faire une donation, ni en hériter.» (2)

 

Ces transactions citées dans le hadith enlèvent l’aspect de Waqf et contredisent le but pour lequel le Waqf a été mis en place.

 

Aussi, le responsable de la mosquée qui prête le Mus’haf doit agir avec l’emprunteur selon des limites et des conditions qui empêcheront que l’utilité du Waqf soit menacée.

 

L’emprunteur devra rendre le Waqf après avoir fini de l’utiliser, car Allâh a dit :

 

إِنَّ اللهَ يَأْمُرُكُمْ أَنْ تُؤَدُّوا الأَمَانَاتِ إِلَى أَهْلِهَا - النساء: 58

 

﴾Allâh vous ordonne de rendre les dépôts à leurs ayants-droit﴿ [An-Nissâ' (Les Femmes) : 58]

 

et il est dit dans un hadith :

 

«Rends ce que tu dois à celui qui t’a fait confiance et ne trahis pas celui qui t’a trahi.» (3)

 

Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit également:

 

«Ce qui est emprunté doit être rendu.» (4)

 

A savoir que le responsable, quand il le veut, peut demander à l’emprunteur de rendre le Mus’haf, à condition qu’il ne cause pas de mal à l’emprunteur par cela.

 

Allâh est plus savant et notre dernière parole est : la louange est à Allâh le Souverain des mondes et qu’Allâh honore et salue Muhammad, ainsi que sa famille et ses Compagnons.

 

(1) «Mus’haf» désigne le livre dans lequel le Coran est écrit. Note du traducteur.

(2) Rapporté par Al-Bukhârî (2772) et par Muslim (4311) d’après Ibn `Umar رضي الله عنهما.

(3) Rapporté par Abû Dâwûd (3535), par At-Tirmidhi (1264). Al-Albânî l’a déclaré Sahîh vu l’ensemble de ses voies dans As-Silsila As-Sahîha (423).

(4) Rapporté par Abû Dâwûd (3567), par At-Tirmidhî (1312), Ibn Mâjah (2489), Ahmad (5/ 267), d’après Abu Umâma رضي الله عنه. Voir : Al-Irwâ' (5/ 245).

 

Fatwa n° 9

Publié par ferkous.com

 

حكم استعارة مُصْحَفٍ مِن المسجد

السؤال : هل تجوز استعارةُ مصحفٍ مِن قَيِّمِ المسجد لمدَّةٍ مُعيَّنَةٍ لمن لم تتوفَّرْ له الإمكانياتُ المادِّيَّة لاقتناءِ مصحفٍ؟ وجزاكم الله خيرًا

الجواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على مَن أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أمَّا بعد
فتجوز إعارةُ المصحف لمن احتاج إلى القراءةِ فيه ولم يجد مُصْحَفًا غيرَه، بل ما عليه الفتوى عند الحنابلةِ وجوبُ الإعارة؛ لأنَّه على وَفْقِ مقصودِ الواقف؛ ولأنَّ الحاجة تدعو إلى الانتفاعِ به ولا ضَرَرَ في بَذْلِه لتَيَسُّرِه وكثرةِ وجوده. والاستعارةُ إلى البيت لا تُزيلُ وقفيَّتَه ـ كما لا يخفى ـ إِذْ ليسَتِ الاستعارةُ في معنى البيعِ أو الهِبَةِ أو الإرث حتَّى يتقرَّر المنعُ بحديثِ ابنِ عمر رضي الله عنهما في قوله صلَّى الله عليه وسلَّم لأبيه في أرضه: «إِنْ شِئْتَ حَبَّسْتَ أَصْلَهَا وَتَصَدَّقْتَ بِهَا»، فَتَصَدَّقَ عُمَرُ أَنَّهُ لَا يُبَاعُ أَصْلُهَا وَلَا يُوهَبُ وَلَا يُورَثُ(١)؛ لأنَّ هذه المذكوراتِ تصرُّفاتٌ تُزيلُ وَقْفِيَّتَه؛ وبالتالي ينتفي الغرضُ الذي أُنْشِئ مِن أَجْلِه الوقفُ.
هذا، وعلى أمينِ المسجد المُعِيرِ أن يتصرَّف مع المُسْتَعير في الحدود والقيود التي تحول دون تَعطُّلِ مَنافِعِ الوقف، وعلى المُسْتعيرِ رَدُّه بعد استيفاءِ نَفْعِه؛ لقوله تعالى: ﴿إِنَّ ٱللَّهَ يَأۡمُرُكُمۡ أَن تُؤَدُّواْ ٱلۡأَمَٰنَٰتِ إِلَىٰٓ أَهۡلِهَا﴾ [النساء: ٥٨]، وفي الحديث: «أَدِّ الأَمَانَةَ إِلَى مَنِ ائْتَمَنَكَ، وَلَا تَخُنْ مَنْ خَانَكَ»(٢)، ولقوله صلَّى الله عليه وسلَّم ـ أيضًا ـ: «الْعَارِيَةُ مُؤَدَّاةٌ»(٣)، علمًا بأنَّ للأمينِ المُعيرِ أن يَسْتَرِدَّ المُصْحَفَ متى شاء ما لم يُسبِّبْ ضررًا للمستعير.
والعلمُ عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، وسلَّم تسليمًا
١) مُتَّفَقٌ عليه: أخرجه البخاريُّ في «الوصايا» باب الوقف: كيف يُكْتَبُ؟ (٢٧٧٢)، ومسلمٌ في «الوصيَّة» (١٦٣٢)، مِن حديث ابنِ عمر رضي الله عنهما
٢) أخرجه أبو داود في «البيوع» بابٌ في الرجل يأخذ حَقَّه مَن تحت يده (٣٥٣٥)، والترمذيُّ في «البيوع» (١٢٦٤)، والدارميُّ (٢٦٣٩)، مِن حديث أبي هريرة رضي الله عنه. وصَحَّحه الألبانيُّ في «سلسلة الأحاديث الصحيحة» (١/ ٢/ ٧٨٣) رقم: (٤٢٣) و«صحيح الجامع الصغير» (١/ ١٠٧) رقم: (٢٤٠)
٣) أخرجه أبو داود في «البيوع» بابٌ في تضمينِ العَوَر (٣٥٦٥) بلفظ: «العَوَرُ مُؤَدَّاةٌ»، والترمذيُّ في «البيوع» بابُ ما جاء في أنَّ العارية مؤدَّاةٌ (١٢٦٥)، وابنُ ماجه في «الصدقات» باب العارية (٢٣٩٨)، وأحمد (٢٢٢٩٤)، وابنُ حبَّان (٥٠٩٤)، مِن حديث أبي أُمامة رضي الله عنه. والحديث صحَّحه الألبانيُّ في «إرواء الغليل» (٥/ ٢٤٥) رقم: (١٤١٢)

الجزائر في: ١٢ جمادى الأوَّل ١٤١٧ﻫ
الموافق ﻟ: ٢٦ سبتمبر ١٩٩٦م

الفتوى رقم: ٩
الصنف: فتاوى الصلاة - المساجد

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

الفتوى رقم: ٩
الصنف: فتاوى الصلاة - المساجد

Partager cet article

Préférence de certains récitateurs sur les autres dans la récitation du Coran

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Préférence de certains récitateurs sur les autres dans la récitation du Coran

Question :

 

Quel est l'avis de la religion relatif au fait de donner une préférence à certains récitateurs du Coran par rapport à d'autres et au fait d'enregistrer le Coran sur des cassettes audio pour les vendre contre de l'argent ?

 

Réponse :

 

Il est permis de donner une préférence à certains récitateurs du Coran par rapport à d’autres en raison du respect et de la maitrise des règles de la psalmodie du Coran.

 

Il est également permis d'enregistrer le Coran sur des cassettes audio, puis de les vendre.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 34)

La question 9 de la Fatwa numéro (8809)

copié de alifta.net 

 

تفضيل بعض المقرئين على الآخرين في قراءة القرآن

س9: ما حكم تفضيل بعض المقرئين على الآخرين في قراءة القرآن وتسجيل القرآن على شرائط وبيعها بالفلوس؟

ج9: يجوز تفضيل بعض قراء القرآن على بعض من أجل أحكام التلاوة وحسن الترتيل، ويجوز تسجيل قراءة القرآن على أشرطة وبيع هذه الأشرطة

وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 4، الصفحة رقم: 34)

السؤال التاسع من الفتوى رقم - 8809

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Mémoriser le coran sans le comprendre (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Mémoriser le coran sans le comprendre (audio-vidéo)

Question :

 

Se référant à la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Vers la fin des temps les récitateurs (du Qur'an) seront nombreux et ceux qui le comprendront seront peu"

 

Est-ce que cela voudrait dire que les gens connaitront la récitation et le Livre ou bien qu'ils vont être davantage bon à la récitation du Qur'an?

 

Réponse :

 

Cela se réfère aux deux, (les nombreux récitateurs) c'est-à-dire qu'ils mémoriseront le Qur'an mais ne le comprendront pas, également ils liront aussi les livres sans le comprendre.

 

Ou ils mémoriseront les textes (islamiques) sans les comprendre ou comprendre leurs sens.

 

Cela inclut donc les deux sens.

 

Publié par minhaj sunna

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Pour quelles raisons le coran a-t-il été révélé par fragments ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Pour quelles raisons le coran a-t-il été révélé par fragments ?

Le Coran a été révélé à l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه وسلم par fragments selon les circonstances pour des raisons bien valables : 

 

-Pour affermir le cœur du Prophète صلى الله عليه وسلم

 

C'est avec cet argument qu'Allah a répondu aux contestations des mécréants à ce sujet en disant (traduction rapprochée) :

 

< Et ceux qui ne croient pas disent : "Pourquoi n'a -t-on pas fait descendre sur lui le Coran en une seule fois ?" Nous l'avons révélé ainsi pour raffermir ton cœur; et (dans ce but aussi) Nous en espaçons la diction (et Nous l'avons récité soigneusement) > [25:32]. 

 

L'érudit savant Abou Chama avait dit:

 

"Si on nous demande : Pour quelle raison a-t-il été descendu par fragments et non en une seule fois comme les livres précédents?

 

Nous dirons qu'Allah s'est chargé de répondre à cette question, Il dit (traduction rapprochée) :

 

"Et ceux qui ne croient pas disent: "Pourquoi n'a-t-on pas fait descendre sur lui le Coran en une fois?"

 

C’est à dire comme il a été descendu aux messagers avant lui, Allah répondit (traduction rapprochée) : "Nous l'avons révélé ainsi" c'est à dire par fragments (traduction rapprochée) "pour raffermir ton cœur": pour donner davantage de force à ton cœur, car lorsque la révélation se succède à mesure que de nouvelles circonstances se présentent, elle apporte le soutien et le réconfort au Messager qui bénéficiera ainsi des visites périodiques de l'Ange Gabriel avec ce qu'il a ramené comme message auprès du Tout Puissant.

 

Il jouira par ce fait d'un bonheur que les langues sont incapables de décrire.

 

Et c'est pour cela qu'au mois de Ramadan, il était plus généreux à dispenser le bien car l'Ange Gabriel le fréquentait souvent pendant cette période."

 

-Le défi et la réduction des adversaires à l'impuissance

 

Les mécréants, tout en soulevant leur objection (comme cité ci-dessus), étaient émerveillés par le fait qu'il soit descendu par fragments, Allah les a, dès le commencement, défié à lui opposer une sourate d'un mérite égal, il s'ensuit que l'impuissance de ses adversaires est prouvée, non seulement à l'égard du Coran tout entier, mais aussi à l'égard de chacune des parties dont il est composé. 

 

Cette raison même est évoquée dans certaines versions où on rapporte d'Ibn 'Abbas qui disait à propos de la descente des versets du Coran:

 

"A chaque fois que les associateurs apportent quelques ambiguïtés, Allah apporte la vérité avec la meilleure réponse"

[Rapporté par Ibn Abi Hatim] 

 

-La facilité de l'apprentissage et de la compréhension

 

Comme le Coran fut révélé par fragments, les gens peuvent facilement l'apprendre par cœur et le comprendre surtout quand il s'agit de gens illettrés comme les Arabes vers qui est descendu le Coran avec leur langue.

 

Ceci les a beaucoup aidé à l'apprendre par cœur et à en comprendre le sens.

 

Au fur et à mesure qu'un ou plusieurs versets leurs sont communiqués, ils l'apprennent par cœur, méditent sur le sens et les mettent en pratique.

 

Omar avait dit:

 

"Apprenez le Coran par parties de cinq versets car Gabriel avait l'habitude de transmettre au Prophète صلى الله عليه وسلم du Coran des parties de cinq (versets) "

[Rapporté par Al Bayhaqi avec une bonne chaîne de rapporteurs dans son livre "Chou'ab Al Imane"]. 

 

-Revivifier les âmes des croyants en les prédisposant à accepter ce qu'Allah a fait descendre du Coran et à le mettre en pratique

 

De la sorte les musulmans attendaient avec impatience la descente du verset surtout dans des circonstances où ils en ont vraiment besoin comme les versets de la diffamation -versets qui avaient innocenté Aicha- et les versets d'anathème -li'ane- (voir du verset 6 au verset 9 de la sourate 24). 

 

-Le suivi des événements et la progression dans la législation

 

Le Saint Coran descendait par degré, en commençant par ce qui est principal :

 

●Le Saint Coran s'est intéressé en premier lieu aux principes de la foi -al Imane- qui sont la croyance en Allah, en Ses Anges, en Ses Messagers, et au Jour Dernier; et les détails qui s'en rapportent tels que la résurrection; les comptes que doit rendre toute personne (auprès d'Allah), le Paradis et l'Enfer… en apportant les preuves évidentes qui déracinent les fausses croyances des cœurs des associateurs pour y faire pousser le vrai dogme musulman. 

 

●Puis il commença à appeler les gens aux bonnes valeurs et au bon comportement, à interdire la turpitude et l'acte répréhensible pour déraciner toute sorte de corruption et de mal, ensuite émettre les règles du licite et de l'illicite qui consernent les aliments, les boissons, les biens, l'honneur, le sang, etc… 

 

●Le Coran était révélé à mesure des circonstances qui se présentent aux musulmans dans leur long Jihad pour que la Parole d'Allah soit la plus haute et il les encourage à persévérer dans cette voie [voir mabahit fi Oulou al Qur'an].

divider

Exemples de la descente du coran par degrés

 

-Premier exemple

 

La sourate al An'am -les bestiaux- (sourate pré-hégirienne) a été descendue pour expliciter les fondements de la foi -al Imane- et les arguments du monothéisme et mettre en garde contre l'association , de même elle montre le licite et l'illicite.

 

Allah a dit (traduction rapprochée) : 

 

< Dis: "Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne lui associer rien; et soyez bienfaisants envers vos pères et mères. Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux > . [6:151] 

 

Après ceci, ont été révélés les détails de ces statuts à Médine , comme le verset qui se rapporte à l'écriture de la dette -al moudayanah- et celui de l'usure.

 

La fornication, à l'origine, a été interdite à la Mecque, le Très-Haut dit (traduction rapprochée) :

 

< et n'approchez point la fornication. En vérité, c'est une turpitude et quel mauvais chemin ! > [17:32]

 

Et les peines légales dont est passible cette faute ont été révélées à Médine. 

 

-Deuxième exemple

 

L'exemple le plus clair de l'évolution par degré des lois est celui du vin où Allah le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

< Des fruits de palmiers et des vignes, vous retirez une boisson enivrante et un aliment excellent > [16:67]

 

Il a décrit l'aliment d'excellent sans la boisson enivrante. Puis le Très-Haut fit descendre le verset suivant (traduction rapprochée) :

 

< Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis: "Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité > [2:219]. 

 

Ce verset a montré que le vin a un avantage temporaire et en même temps un côté maléfique car celui qui s'y adonne a commis un péché, et il en résulte une perte de santé, de raison, d'argent et c’est aussi un médiateur de la perversité et la désobéissance. Puis le verset a appelé à avoir de l'aversion vis à vis du vin en disant que le côté nuisible est plus grand que le côté bénéfique. 

 

Ensuite Le Très-Haut fit descendre le verset suivant (traduction rapprochée) :

 

< Ô les croyants ! N'approchez pas de la salat alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites > [4:43].

 

Les musulmans furent alors avisés de son interdiction au moment de la prière. 

 

Enfin, le Très-Haut révéla (traduction rapprochée) :

 

< Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées ne sont qu'une abomination, œuvre du diable. Ecartez vous-en, afin que vous réussissiez > [5:90]. 

 

-Troisième exemple

 

Aicha  رضي الله عنها a éclairci la raison de la façon dont est descendu le Coran en disant :

 

"Parmi les premières sourates qui ont été révélées, une sourate du Moufassal qui fait allusion au Paradis et à l'Enfer, et ce n'est que lorsque les gens se sont repentis et embrassés l'Islam que furent instaurés le licite et l'illicite.

Et si c'était l'ordre de ne pas boire le vin qui était descendu le premier, ils auraient dit:

"Nous n'abandonnerons jamais le vin "

et si c'était l'ordre de ne pas commettre la fornication qui était descendu en premier, ils auraient dit:

"Nous n'abandonnerons jamais la fornication".

[Rapporté par Al Boukhari]

 

Extrait du livre "Comment comprendre le coran ?"

traduit par abou abdallah al maghrebi

copié de minbar-al-quran.forum-actif.net


Cheikh Muhammad Ibn Jamil Zinou - الشيخ محمد بن جميل زينو

Partager cet article

Connaissance des raisons pour lesquelles des versets ont été descendus (أسباب النزول - asbab an-nuzul)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Connaissance des raisons pour lesquelles des versets ont été descendus (أسباب النزول - asbab an-nuzul)

La connaissance des raisons pour lesquelles des versets ont été descendus aide mieux à la compréhension du Coran glorifié.

 

En voici des exemples

 
-Premier exemple

 

Le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

<Dis : Invoquez ceux que vous prétendez (être des divinités) en dehors de Lui. Ils ne possèdent ni le moyen de dissiper votre malheur ni de le détourner. 

Ceux qu'ils invoquent n'aspirent qu'à un moyen qui les mène -al wassilah- vers leur Seigneur : qui d'entre eux s'approcherait le plus de Lui ? Ils espèrent Sa Miséricorde et craignent Son Châtiment. Le Châtiment de ton Seigneur est vraiment redouté > [17:56-57]. 

 

Ibn Mass'oud a dit :

 

« un groupe d'humains adorait un groupe de djinns.

Tandis que ces djinns ont embrassé l'Islam, le groupe d'humains, par contre, s'attachait toujours à les adorer.

Allah révéla (traduction rapprochée) : < Ceux qu'ils invoquent n'aspirent qu'à un moyen qui les mène -al wassilah- vers leur Seigneur > »

[Al Boukhari et Moslim]. 

 

Al Hafedh a dit :

 

"les humains continuaient à adorer les djinns, alors que cela déplut à ces derniers, parce qu'ils se sont convertis à l'Islam et n'aspirent depuis qu'à un moyen -al wassilah- qui les mène vers leur Seigneur. "

 

L'Imam At-Tabari rapporte, selon une autre version, qu'Ibn Mass'oud ajouta :

 

" Le groupe d'humains qui adorait les djinns ne s'est même pas rendu compte qu'ils ont embrassé l'Islam "

 

Et c'est sur cette version que s'appuie l'interprétation de ce verset

[Fath al Bari Tome 8 / P.397]. 

 

« invoquent » signifie qu'ils implorent Allah en demandant de les rapprocher de Lui. 

 

« n'aspirent qu'à un moyen -al wassilah- qui les mène vers leur Seigneur » signifie qu'ils se rapprochent de Lui en L'obéissant et en faisant les œuvres qu'Il agrée. 

 

« qui d'entre eux s'approcherait le plus de Lui » signifie qui d'entre eux s'approcherait le plus d'Allah par les bonnes œuvres. 

 

« ils espèrent Sa Miséricorde et craignent Son Châtiment » signifie que l'adoration ne s'accomplit que par amour et espoir. 

 

« le Châtiment de ton Seigneur est vraiment redouté » signifie qu'il faut que Ses serviteurs Le redoutent et Le craignent. 

 

Je dis :

 

Ce verset répond à ceux qui invoquent les Prophètes et les gens vertueux en dehors d'Allah et ils cherchent le moyen de se rapprocher d'Allah en gardant chez eux leurs traces matérielles.

 

Or s'ils se rapprochaient d'Allah en ayant la foi en eux et en les aimant, ce serait mieux.

 

-Deuxième exemple

 

Selon AbdAllah Ibn Mass'oud : Quand Allah révéla (traduction rapprochée) :

 

< Ceux qui ont cru et n'ont point mélangé leur foi avec quelque iniquité, ceux-là ont la sécurité ; et ce sont eux les biens guidés > [ 6 : 82 ]. 

 

Les Compagnons du Prophète صلى الله عليه وسلم     ont dit:

 

« Qui parmi nous n'a jamais fait preuve d'iniquité ? » Et Allah révéla (traduction rapprochée) : < N'associe à Allah personne. Lui associer quiconque est iniquité > [31: 13 ] "

Rapporté par Al Boukhari-.

 

-Troisième exemple

 

Al Boukhari rapporte que Ourwah a dit :

 

" Zoubeyr s'est disputé avec un auxiliaire -ançar- à propos d'une eau qui descend d'une montagne dans la région de Al Harrah ".

Le prophète صلى الله عليه وسلم     a dit : « O Zoubeyr, arrose (ton champ) puis envoie-le à ton voisin. » (Le champ de l’auxiliaire se trouve en bas de celui de Zoubeyr).

Ô envoyé d’Allah, répliqua l’auxiliaire, c’est parce qu’il est le fils de ta tante (que tu as jugé en sa faveur).

Le visage du prophète صلى الله عليه وسلم  changea puis dit : « O Zoubeyr, arrose ton champ et retiens l’eau si longtemps qu’elle atteint les extrémités des racines des palmiers et ce n’est qu’après que tu l’envoie à ton voisin. »

Et le prophète صلى الله عليه وسلم a donné gain de cause à Zoubeyr quand l’auxiliaire contesta son jugement alors qu’auparavant un simple arrangement aurait résolu le problème.

Zoubeyr a dit : sans doute, ces versets ont été descendus à son sujet (traduction rapprochée) : 

< Non ! … Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu as décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à la sentence) > [4 : 65]

al Boukhari T5/P 180

 

-Quatrième exemple

 

Selon Houdheyfa :

 

(traduction rapprochée)

 

< Et dépensez dans le sentier d’Allah. Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction > [ 2 : 195 ]

Il a dit : « Il (ce verset) a été révélé au sujet de la dépense (dans le sentier d’Allah) « avertissant celui qui s’en abstient ».

[Rapporté par al Boukhari]

 

Dans la version de Abu Daoud, il dit :

 

nous partîmes en expédition de Médine vers Constantinople avec, à la tête de la troupe, Abdur Rahmane Ibn Khalid Ibn al Walid.

Nous trouvâmes les soldats romains, tous collaient leurs dos au mur de la ville.

Un homme parmi nous se jeta sur l’ennemi.

Des gens dirent : doucement! doucement! Dieu soit loué, il s’est jeté par ses propres mains à la destruction!

Sur ce, Abou Ayyoub al ançari leur dit : ce verset a été descendu à notre sujet : nous la communauté des auxiliaires -ançars-. Quand Allah a fait triompher Son prophète صلى الله عليه وسلم et a fait prévaloir l’Islam (sur tout autre religion), nous nous sommes dit: « revenons à nos biens pour les rétablir ». Et Allah fit descendre (traduction rapprochée) :

< Et dépensez dans le sentier d’Allah. Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction >

Se jeter par ses propres mains dans la destruction c’était le fait de revenir à ses biens, de les rétablir et d’abandonner le combat dans le sentier d’Allah - al Jihad –

Abou Imrane a dit : Abou Ayyoub est resté combattant dans le sentier d’Allah jusqu’à ce qu’il fut enterré à Constantinople.

[Rapporté par Abou Daoud avec une bonne chaîne de rapporteurs]

[ Voir jami’ al oussoul T2/32 ]

 

Extrait du livre "Comment comprendre le coran ?"

traduit par abou abdallah al maghrebi

copié de albidayah.forum-actif.net


Cheikh Muhammad Ibn Jamil Zinou - الشيخ محمد بن جميل زينو

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>