46 articles avec djihad - الجهاد في سبيل الله

Rencontre entre Cheikh Al-Albany et un français, à propos du djihâd (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Rencontre entre Cheikh Al-Albany et un français, à propos du djihâd (audio)

 

Le frère de France :

 

Bon, Shaykh j’aurai voulu savoir s’il vous plaît, quand on s’est converti à l’islam, si les fautes que l’on a fait avant de se convertir à l’islam lorsque l’ont fait la chahadah, si ces fautes-là sont effacées ?

 

(Puis un frère dans l’assemblée traduit le sens de sa question en arabe à Shaykh al Albany)

 

Shaykh al Albany :

 

Oui (ses péchés) lui sont effacés, car le Messager (‘alayhi salat wa salam) a dit :

 

«L’islam (la conversion d’une personne) efface tous les péchés précédent (son) islam »

 

...traduis-lui cela !

 

Le frère de France :

 

Je voulais savoir maintenant, nous, quand on veut s’engager pour le djihad, qu’est-ce qui est le plus important dans l’immédiat ?... c’est de faire le djihad contre soi-même pour apprendre (la science) ou faire le djihâd avec les armes pour combattre les mécréants ?

 

Le frère dans l’assemblée traduit à Shaykh al Albany sa question par :

 

Le concernant, il questionne :

 

Est-ce qu’il part faire le djihâd à Bagdad (en Irak) ou il commence par apprendre sa religion, par sagesse, du fait qu’il est nouveau dans l’islam ?

 

Shaykh al Albany :

 

Avant ma réponse à cette question numéro deux, je veux lui annoncer que le Messager (‘alayhi salat wa salam) disait :

 

«Trois types de personnes, leurs récompenses sont rétribuées deux fois»

 

Et il a évoqué (‘alayhi salat wa salam) une personne parmi ces trois types de personnes qui est un homme parmi les gens du livre qui est rentré dans l’islam, à celui-là, sa récompense lui sera doublée !

 

Nous le conseillons, et pas seulement lui, nous conseillons les musulmans anciens dans leur islam, de père en père comme il est dit, qu’ils prennent soin de l’apprentissage de la religion d’un bon apprentissage, sur le minhaj que vous avez obligatoirement entendu parlé avant cela et que nous avons répété précédemment sous votre écoute.

 

Maintenant prend le conseil de celui qui te le donne, et traduis-lui cette réponse de sorte que le voyage (dialogue) ne sois pas trop long !

 

Le frère qui traduit :

 

Il nous conseille d’apprendre l’islam en premier lieu, en deuxième lieu on va faire d’autre chose.

 

Le frère de France le coupe et dit :

 

(Comme) combattre ?!

 

Le frère qui traduit :

 

In shâa Allah !

 

Le frère de France :

 

In shâa Allah !

 

Shaykh Al Albany :

 

Ceci premièrement.

 

Et deuxièmement,

 

Nous ne le conseillons pas, lui et autres que lui parmi ceux que nous avons indiqués précédemment, d’aller au djihâd là-bas personnellement.

 

Mais par contre, on conseille tous les gouvernements islamiques qui ont pris connaissance de la gravité, de la laideur , de l’encerclement, non pas seulement de la population irakienne mais de toute la population arabe et islamique, ceci par la cause  de l’envahissement des pays de mécréance ,de croisade et de ceux qui sont avec eux parmi les pays musulmans, afin de démolir la population irakienne ; Il est obligatoire que l’aide pour l’Irak ne provienne pas de personne individuelle tel que lui (le frère de France ), mais des gouvernements islamiques pour qui il est obligatoire qu’ils bougent afin d’aider la population irakienne contre ces pays injustes et tyranniques !

 

Le frère qui traduit en résumant dit :

 

Il te dit que personnellement tu ne dois pas y aller, car c’est un problème de gouvernement et c’est les gouvernements qui peuvent prendre l’initiative ! 

 

Traduit par mohamed salih

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Djihâd en Algérie ? (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Djihâd en Algérie ? (vidéo)

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Avec quel pays partir au djihâd lorsque l'on est dans un pays de mécréance ? (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Avec quel pays partir au djihâd lorsque l'on est dans un pays de mécréance ? (audio)

 

Le frère questionne :

 

A l’origine c’est un musulman de France, avec quel pays (peut-il partir) ?

 

Si il part sous la bannière de la France, il ne peut pas car il sont contre les Irakiens.

 

Ou se dirige- t-il ?

 

Shaykh Albany :

 

Non, si le gouvernement algérien part (au Jihed) alors il part avec eux.

 

Traduction : Mohamed Salih

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Le djihâd des palestiniens

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le djihâd des palestiniens

Question :

 

Que dit la Charia au sujet du Djihad actuel des Palestiniens, est-il un combat pour la cause d'Allah ou pour la récupération du territoire et la liberté ?

 

Est-ce qu'un Djihad fait pour libérer les territoires peut-il être considéré comme un Djihad fait pour cause d'Allah?  

 

Réponse :

 

Cela nous a été certifié par le témoignage de personnes fiables, l'Intifada palestinienne et ses commanditaires parmi les musulmans particuliers qui se trouvent dans les territoires palestiniens est un Djihad islamique car ils sont opprimés par les Juifs et qu'ils ont le devoir de se défendre et de défendre, de toute leur force, leur religion, leurs familles, et leurs enfants, d'expulser leurs ennemis de leurs territoires.

 

Les personnes fiables qui ont côtoyé ces Palestiniens et ont contribué à leur djihad nous ont informé que leur zèle est islamique et qu'ils sont soucieux d'appliquer la Charia.

 

Les pays musulmans, ainsi que le reste des musulmans, doivent les soutenir et les aider à se débarrasser de leurs ennemis et à retourner dans leur pays, conformément à la parole d'Allah (Exalté soit-Il) (traduction rapprochée) :

 

"Ô vous qui croyez! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux." (sourate le repentir 123)

 

 Et Il dit (traduction rapprochée) :  

 

"Légers ou lourds, lancez-vous au combat, et luttez avec vos biens et vos personnes dans le sentier d’Allah. Cela est meilleur pour vous, si vous saviez." (sourate le repentir 41)

 

Il dit également (traductions rapprochées) :  

 

"Ô vous qui avez cru! vous indiquerai-je un commerce qui vous sauvera d’un châtiment douloureux?" 

"Vous croyez en Allah et en Son messager et vous combattez avec vos biens et vos personnes dans le chemin d’Allah, et cela vous est bien meilleur, si vous saviez!

"Il vous pardonnera vos péchés et vous fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et dans des demeures agréables dans les jardins d’Eden."

"Voilà l’énorme succès  et Il vous accordera d’autres choses encore que vous aimez bien: un secours [venant] d’Allah et une victoire prochaine. Et annonce la bonne nouvelle aux croyants." (sourate as-saff 10 à 13)

 

Les versets qui vont dans ce sens sont nombreux.

 

Il a été authentiquement rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit:  

 

"Luttez contre les polythéistes avec vos biens, vos personnes et vos langues"

 

C'est parce qu'ils sont opprimés.

 

Donc il est nécessaire que les musulmans les soutiennent contre les oppresseurs, et ce conformément à cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):  

 

"Le musulman est le frère de tout autre musulman: il ne doit ni l'opprimer, ni le livrer (à l'ennemi)"

hadith rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim.

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: 

 

"Secours ton frère oppresseur ou opprimé soit-il. Ils dirent: "ô Messager d'Allah, Je l'assisterai sûrement s'il est opprimé, mais comment l'assisterai-je s'il est oppresseur?" Il répondit: "En l'empêchant de faire tort à autrui; c'est ainsi que tu l'aurais secouru"."

 

Nombreux sont les hadiths qui soulignent l'obligation de combattre pour la cause d'Allah, de faire triompher l'opprimé, et de réprimer l'oppresseur.

 

Nous implorons Allah de faire triompher nos frères qui combattent dans Son sentier en Palestine et partout ailleurs, sur leurs ennemis, d'unir leurs voix sur la vérité, de permettre aux musulmans de les aider pour faire front commun face à leurs ennemis, de désappointer les ennemis de l'Islam où qu'ils soient, de leur infliger Son châtiment que rien ne peut les détourner, Il est L'Audient et le Tout-Proche.

 

 

Numéro de la partie: 18, Numéro de la page: 416 à 418

copié de alifta.net

 

جهاد الفلسطينيين

س: ما تقول الشريعة الإسلامية في جهاد الفلسطينيين الحالي هل هو جهاد في سبيل الله أم جهاد في سبيل الأرض والحرية، وهل يعتبر الجهاد من أجل تخليص الأرض جهادًا في سبيل الله؟

ج: لقد ثبت لدينا بشهادة العدول الثقات أن الانتفاضة الفلسطينية والقائمين بها من خواص المسلمين هناك، وأن جهادهم إسلامي؛ لأنهم مظلومون من اليهود، ولأن الواجب عليهم الدفاع عن دينهم وأنفسهم وأهليهم وأولادهم وإخراج عدوهم من أرضهم بكل ما استطاعوا من قوة. وقد أخبرنا الثقات الذين خالطوهم في جهادهم وشاركوهم في ذلك عن حماسهم الإسلامي وحرصهم على تطبيق الشريعة الإسلامية فيما بينهم فالواجب على الدول الإسلامية وعلى بقية المسلمين تأييدهم ودعمهم ليتخلصوا من عدوهم وليرجعوا إلى بلادهم عملا بقول الله عز وجل:  يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا قَاتِلُوا الَّذِينَ يَلُونَكُمْ مِنَ الْكُفَّارِ وَلْيَجِدُوا فِيكُمْ غِلْظَةً وَاعْلَمُوا أَنَّ اللَّهَ مَعَ الْمُتَّقِينَ 

، وقوله سبحانه:  انْفِرُوا خِفَافًا وَثِقَالا وَجَاهِدُوا بِأَمْوَالِكُمْ وَأَنْفُسِكُمْ فِي سَبِيلِ اللَّهِ ذَلِكُمْ خَيْرٌ لَكُمْ إِنْ كُنْتُمْ تَعْلَمُونَ  ، الآيات، وقوله عز وجل:  يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا هَلْ أَدُلُّكُمْ عَلَى تِجَارَةٍ تُنْجِيكُمْ مِنْ عَذَابٍ أَلِيمٍ (10) تُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَرَسُولِهِ وَتُجَاهِدُونَ فِي سَبِيلِ اللَّهِ بِأَمْوَالِكُمْ وَأَنْفُسِكُمْ ذَلِكُمْ خَيْرٌ لَكُمْ إِنْ كُنْتُمْ تَعْلَمُونَ (11) يَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ وَيُدْخِلْكُمْ جَنَّاتٍ تَجْرِي مِنْ تَحْتِهَا الأَنْهَارُ وَمَسَاكِنَ طَيِّبَةً فِي جَنَّاتِ عَدْنٍ ذَلِكَ الْفَوْزُ الْعَظِيمُ (12) وَأُخْرَى تُحِبُّونَهَا نَصْرٌ مِنَ اللَّهِ وَفَتْحٌ قَرِيبٌ وَبَشِّرِ الْمُؤْمِنِينَ

والآيات في هذا المعنى كثيرة وصح عن الرسول صلى الله عليه وسلم أنه قال:  جاهدوا المشركين بأموالكم وأنفسكم وألسنتكم

ولأنهم مظلومون فالواجب على إخوانهم المسلمين نصرهم على من ظلمهم؛ لقول النبي صلى الله عليه وسلم:  المسلم أخو المسلم لا يظلمه ولا يسلمه  . متفق على صحته، وقوله صلى الله عليه وسلم:  انصر أخاك

ظالما أو مظلوما. قالوا: يا رسول الله نصرته مظلوما فكيف أنصره ظالما؟ قال: تحجزه عن الظلم فذلك نصرك إياه

والأحاديث في وجوب الجهاد في سبيل الله ونصر المظلوم وردع الظالم كثيرة جدًّا

فنسأل الله أن ينصر إخواننا المجاهدين في سبيل الله في فلسطين وفي غيرها على عدوهم وأن يجمع كلمتهم على الحق وأن يوفق المسلمين جميعًا لمساعدتهم والوقوف في صفهم ضد عدوهم وأن يخذل أعداء الإسلام أينما كانوا وينزل بهم بأسه الذي لا يرد عن القوم المجرمين إنه سميع قريب

(الجزء رقم : 18، الصفحة رقم: 418 -417)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Les conditions du djihâd - شروط الجهاد (vidéo en arabe)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les conditions du djihâd - شروط الجهاد (vidéo en arabe)

 

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Partager cet article

Les situations pour lesquelles le djihad est une obligation pour tous les musulmans - فرض عين (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les situations pour lesquelles le djihad est une obligation pour tous les musulmans - فرض عين (audio-vidéo)

 

Question :

 

Quand est-ce que le jihad est-il fard 3ain ?

 

Réponse :

 

Les savants ont mentionné qu'il était fard 3ain dans trois situations:

 

- Si le gouverneur mobilise un ou plusieurs hommes et les demande٫ ils leur est obligatoire de lui obéir et d'y aller.

 

- Lors du combat lorsque se rencontre les deux armés٫ l'armé des mécréants et l'armé des musulmans. Il n'est permis à personne de fuir.

 

- Si les ennemis attaquent une ville ou un village٫ il est obligatoire à ceux qui en sont capables parmi ses habitants de les combattre et de les empêcher de nuire aux musulmans.

 

Et ce qui sort de ces trois situations (comme sorte de jihad) est soit fard kifaya (note du webmaster : فرض كفاية - l'obligation incombe à une partie seulement de musulmans) ou soit recommandé.

 

copié de lislam-du-juste-milieu.over-blog.com

 

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Le jihâd de la femme

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le jihâd de la femme

Le Jihad de la Femme est le Pélerinage (Visite Pieuse)

 

L'imam Al-Bukhary rapporte :

 

D'après 'Aïsha (radhiyaLlâhou 'anha) que cette dernière a demandé la permission au prophète (sallaLlâhou 'alayhi wa sallam) de participer au jihad et qu'il lui répondit :

 

"Votre jihad à vous les femmes, est le Pélerinage (Visite Pieuse) ".

 

Source: Tiré de "Nasihati linnisa" de umm 'abdillah al wadi'iyya.

copié de islampur.forumactif.com

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Partager cet article

Le djihâd selon la voie des pieux prédécesseurs (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le djihâd selon la voie des pieux prédécesseurs (vidéo)

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

De la participation des femmes au djihâd

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

De la participation des femmes au djihâd

Anas (radhiallâhu ’anhu) rapporte :

 

« Le Jour de Ouhoud, les Musulmans prirent la fuite, abandonnant le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam)...

J’ai vu ’Aisha Bint Abî Bakr et Oumm Soulaym : elles avaient retroussé leurs jupes, et je voyais les bracelets de leurs chevilles.

Elles sautaient, portant des outres, qu’elles vidaient dans les bouches des Musulmans ; puis elles retournaient les remplir, et revenaient les vider encore dans les bouches des Musulmans... »

Rapporté par al-Bukhârî et Muslim

 

Je n’ai jamais vu mentionné dans aucun [des hadîth portant sur la participation des femmes aux expéditions militaires] le fait qu’elles aient combattu.

 

C’est pourquoi Ibn Mounîr a dit : 

 

« Le titre du chapitre mentionne le combat, alors que ce n’est pas dans les hadîth.

Soit al-Bukhârî a voulu dire que l’aide apportée par les femmes lors du combat est un combat, soit il a voulu dire que puisqu’elles étaient capables de porter à boire aux blessés, etc..., elles devaient être prêtes à se défendre - ce qui est le plus probable. »

 

Muslim donne un autre récit rapporté par Anas, selon lequel Oum Souleym avait emporté un poignard lors de la bataille de Hounayn, et avait dit : 

 

« Si l’un des polythéistes s’approche de moi, je l’éventrerai avec. »

      

Kitâb « Fath ul-Bârî bi-Charh Sahîh al-Bukhârî » de l’Imâm Ibn Hadjar al-’Asqalânî, 6/96

copié de manhajulhaqq.com

 

Imam Ibn Hadjar al-’Asqalânî -  الإمام ابن حجر العسقلاني

Partager cet article

Quelle raison et quelle religion considèrent les attaques suicides et la destruction comme un jihâd ? (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quelle raison et quelle religion considèrent les attaques suicides et la destruction comme un jihâd ? (dossier)

(...) En effet, ce qu’il s’est produit comme attaques suicides et destruction de la ville de Riyadh et tout ce qui a été découvert par la suite en armes et explosifs à Mekkah et Madinah au début de l’année 1424H, tout cela est le résultat final pour avoir été égaré par Shaytân et son enjolivement de l’excès et de l’extrémisme à ceux qui furent responsables de cela.

Ces événements sont parmi les crimes et corruption les plus honteux sur terre.

Et le plus scandaleux est que Shaytân enjolive ces événements comme étant un Jihâd pour celui qui en est à l’origine.

Alors avec quelle raison et quelle Religion peut-on considérer comme étant un Jihâd le fait de tuer des Musulmans et ceux sous protection par des traités, terroriser ceux qui sont en sécurité, rendre les femmes veuves et les enfants orphelins et la destruction d’immeubles avec ce qu’ils contiennent ?! (...)

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

Le djihad contre soi-même avant tout

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le djihad contre soi-même avant tout

Certes le « Djihâd » [lutte] est de quatre catégories :

 
  • Une lutte contre soi-même, 
  • une lutte contre Satan, 
  • une lutte contre les mécréants 
  • et une lutte contre les hypocrites.
 

Le fait de lutter [djihâd] contre soi-même est de quatre catégories :

 

-Le premier degré

 

Consiste à faire un effort sur son âme en lui faisant apprendre la guidance et la religion de vérité.

 

Elle ne connaîtra pas la réussite et ne connaîtra pas le bonheur, que ce soit dans sa vie présente ou lorsqu'elle retournera [à Allâh] si ce n'est avec cela.

 

Si elle manque à cette connaissance, elle sera malheureuse dans les deux demeures [ce bas monde et l'au-delà].

 

-Le deuxième degré

 

Consiste à faire un effort sur elle-même pour mettre en pratique [cette guidance et religion de vérité] après en avoir eu la connaissance, car pour ce qui est de la simple connaissance sans la pratique, si cela ne lui cause pas de tort, cela ne lui sera d'aucun avantage.

 

-Le troisième degré

 

Consiste à s'efforcer de prêcher ses connaissances et les enseigner à celui qui les ignore, sinon il sera compté parmi ceux qui taisent ce qu'Allâh a fait descendre comme guidance et éclaircissements ; il ne bénéficiera pas de cette science et elle ne le sauvera pas du châtiment d'Allâh.

 

-Le quatrième degré

 

Consiste à éduquer son âme dans la patience des difficultés de l'appel pour Allâh et le mal que lui font les gens, et à supporter tout cela pour plaire à Allâh.

 

S'il complète ces quatre catégories, il devient parmi les hommes du Seigneur, car les anciens s'accordent à dire que le savant ne mérite d'être nommé « Rabbâniyyân » que lorsqu'il connaît la vérité, la met en pratique et l'enseigne. 

 

En effet, celui qui connaît, agit et enseigne, est considéré comme quelqu'un d'éminent dans le royaume des cieux. [1]

 

Le fait de combattre les ennemis d'Allâh à l'extérieur de soi-même résulte du combat que mène la personne contre elle-même pour Allâh, comme l'a dit le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) : 

 

« Le combattant est celui qui lutte contre lui-même afin d'obéir à Allâh, et l'émigrant est celui qui fuit ce qu'Allâh lui a interdit. » [2] 

 

Le combat contre soi-même prédomine le combat de l'ennemi à l'extérieur et il représente la base [Asl], car celui qui ne combat pas son âme en premier lieu, afin qu'elle fasse ce qui lui a été ordonné, qu'elle abandonne ce qui lui a été interdit et qu'il la combatte pour Allâh, il ne peut pas combattre l'ennemi à l'extérieur.

 

Comment peut-il combattre son ennemi et se venger de lui alors que l'ennemi qui se trouve en son fort intérieur le dompte et le domine ?

 

Il ne l'a ni combattu, ni affronté pour Allâh.

 

Bien plus, il ne pourra pas sortir vers l'ennemi tant qu'il ne combattra pas son âme pour pouvoir sortir.

 

Ces deux choses dans le combat de ces deux ennemis sont une épreuve pour la personne, et il y a entre ces deux ennemis un troisième.

 

La personne ne peut combattre ces deux ennemis sans combattre le troisième.

 

Et celui-ci [le troisième ennemi] se positionne entre les deux, et il décourage [la personne] de les combattre tous les deux, il la délaisse au moment difficile et lui fait peur ; il ne cesse de lui faire évoquer les difficultés, l'abandon des plaisirs et la perte des jouissances qui vont avec le fait de les combattre tous les deux.

 

Il ne peut donc combattre ces deux ennemis qu'après avoir combattu ce troisième ennemi.

 

Combattre ce dernier passe donc avant leur combat, et il s'agit de « Satan » ! Allâh - Ta'âla - dit (traduction rapprochée) :

 

« Le Diable est pour vous un ennemi. Prenez-le donc pour ennemi. » [3]

 

L'ordre de le prendre comme ennemi est un sous-entendu au fait de faire un grand effort pour le combattre et l'affronté, comme si c'était un ennemi qui ne faiblissait pas et qui ne diminuait pas son combat face à la personne tant que celle-ci respirait. [4]

 

[1] Kitâb « Zâd ul-Ma'âd fî hadî kheyr al-'Ibâd » de Ibn al-Qayyîm, 3/9

[2] Rapporté par Ahmad avec une bonne chaîne de transmission, al-Hâkim, adh-Dhahabî et Ibn Hibbân l'a authentifié.

[3] Coran, 35/6

[4] Kitâb « Zâd ul-Ma'âd fî hadî kheyr al-'Ibâd » de Ibn al-Qayyîm, 3/5-6

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Quel est le djihâd le plus élevé entre la science et l’épée ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quel est le djihâd le plus élevé entre la science et l’épée ?
La science est ce qui est prioritaire.

Il incombe à la personne d'apprendre ce qui lui permet d'ériger sa religion.
 
Allâh - Ta'âla - dit (traduction rapprochée) :
 
« Sache donc qu'en vérité, il n'y a point de divinité à part Allâh, et implore le pardon pour ton péché » [Coran, 47/19]

Ainsi, on commence par la science, avant les paroles et avant les actes.

C'est donc la science en priorité, ensuite les actes, et parmi cela le Djihâd.

Cela jusqu'au point que le Djihâd de la personne soit basé sur la science et clairvoyance, et non pas sur l'ignorance et l'erreur. 

Madjmu'at Rassâ-îl Da'awiyyah wa Manhajiyyah du SHeikh Sâlih al-Fawzân, p.104
copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Le djihad défensif (vidéo arabe)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le djihad défensif (vidéo arabe)

 
Cheikh 'Abdoul Mouhçin Bnou Nâçer al 'Oubeykân - الشيخ عبدالمحسن بن ناصر العبيكان

Partager cet article

Discussion entre Cheikh Al Albani et un partisan du jihad

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Discussion entre Cheikh Al Albani et un partisan du jihad

La discussion commence avec le partisan du jihad...


Djihadi (partisan du Djihad) :

Nous n'avons aucun doute que vous êtes un des premiers savants dans ce siècle à appeler au retour à la compréhension des Salafs. Il n'y a aucun doute que la question du djihad est un sujet de désaccord parmi ceux qui suivent le manhadj des Salaf Salih. Sur le sujet du djihad, nous appelons les gens à combattre au djihad sous 2 conditions :

- la première est qu'il doit être accomplit avec une intention pure pour l'amour d'Allah.

- la seconde est qu'il doit être accomplit sous la bannière de l'Islam.

Cependant, nous entendons de la jeunesse musulmane fervente d'autres conditions qu'ils rapportent de vous que nous n'avons jamais entendu dans les ahadith (pluriel de hadith), de telles conditions sont la connaissance islamique (ou éducation et purification : Tasfiyah wa Tarbiya) et avoir un khilafa ou un état islamique.

Ces conditions, nous les entendons beaucoup parmi les frères qui suivent le Manhaj as-Salafi et je suis parmi ceux qui suivent le Manhadj insha Allah.

Ma question est : est-ce que ces conditions ont une référence dans la Sounnah ? Ou bien sont-elles seulement un ijtihad en tenant compte de la situation et/ou les conditions actuelles ? Et avant cela, appelez -vous vraiment à ces conditions ?

Cheikh Al-Albani :

Tout d'abord, nous avons accepté de discuter sur ce sujet avec vous pour découvrir le vrai caractère de votre Da'wa.

Djihadi :

Je vous en ai parlé.

Al-Albani :

Alors explique votre Da'wa. Tes questions sont prématurées, maintenant, je veux comprendre quel est le but de votre Da'wa.

Djihadi :

Ma Da'wa est claire : accomplir le djihad selon les conditions que j'ai cité.

L'intention, car le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :

« Celui qui combat pour que la parole d'Allah soit la plus haute est fi Sabil Allah. »

Sous la bannière de l'Islam, car le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :

« Celui qui combat pour le compte de 'asabiyah soutenant un groupe ou combattant un autre et meurt, sa mort sera une mort de l'époque du paganisme (Djahiliyah). »

Al-Albani :

D'accord. Avons-nous besoin d'un Amir pour faire le djihad ?

Djihadi :
Non. 

Al-Albani :

Donc, nous faisons le djihad dans une grande pagaille désorganisée ?

Djihadi :

Non...mais

Al-Albani :

Aussi, votre première condition qui est l'intention pure. Cette condition concerne toutes les adorations donc, nous avons fini avec celle là. Votre seconde, sous la bannière islamique, est-ce que tu imagines un djihad sans Amir ? Comment pouvons-nous avoir une bannière islamique sans Amir pour cette bannière ?

Djihadi :

Nous pouvons faire le djihad de cette manière, comme si un musulman va chez un chef ennemi Kafir et le tue.

Al-Albani :

Mais nous parlions du djihad d'un groupe. Le djihad sous une bannière islamique est-il le djihad d'une personne ou la djihad d'un groupe ?

Aussi, un groupe de musulmans qui part pour le djihad, n'ont-ils pas besoin d'un Amir pour les mener ?

Djihadi :

Si, si bien sûr. Un groupe de musulmans qui voyage ou part pour le djihad a besoin d'un Amir. Et si un groupe de musulman de plus de 3 part pour le djihad, ils ont un besoin d'un Amir.
 

Al-Albani :

Alors pourquoi n'avez-vous pas mentionné ceci comme une condition ?

Djihadi :

Bien, bien, faisons-en une troisième condition.

Al-Albani :

D'accord. Pour le djihad Fard 'ayn, avons-nous besoin d'une djamaa ou peut-il être fait individuellement ?

Djihadi :

Soit l'un ou l'autre cas.

Al-Albani :

Ce n'est pas une réponse.

Djihadi :

Pourquoi cela ne l'est pas ?

Al-Albani :

Nous disons que le djihad est de deux types :

- Fard Kifayah, que seul un groupe de musulmans peut accomplir, et si un groupe l'accomplit, le reste des musulmans n'aura pas de compte à rendre dessus. Ce type de djihad individuel peut se faire tout seul.

-Fard'ayn que tous les musulmans doivent faire dans un lieu spécifique. Pour accomplir ce type de djihad, n'avons-nous pas besoin d'un Amir pour mener les musulmans ?

Djihadi :

Oui, nous avons besoin d'un Amir pour ce groupe, qu'il combatte ou qu'il ne combatte pas.

Al-Albani :

Bien, bien. Nous revenons au fait de dire Amir pour vouloir dire un Khalifa des musulmans.

Djihadi :

Non, pas un Khalifa.

Al-Albani :

Pourquoi ? Est-ce dangereux de dire Khalifa ?

Djihadi :

Oui bien sûr, car cela veut dire que nous voulons récolter le fruit avant que nous plantions les arbres.

Al-Albani :

C'est ce que je vous vois faire. Vous dites que vous voulez un Amir pour l'ensemble du groupe de musulmans pour mener le djihad et en même temps, vous ne voulez pas qu'il soit le khalifa ! Est-ce que c'est ce que vous voulez ?

Djihadi :

Bien, oui.

Al-Albani :

D'accord, alors où est cet Amir ? Et qui est cet Amir ? Et peut-on avoir plus d'un Amir ? Nous sommes maintenant sur la condition sur laquelle nous étions d'accord avant, qui est que nous avons besoin d'un Amir, et tu prétends que nous avons besoin d'un Amir pour mener ce djihad de groupe sans qu'il ne soit le Khalifa. Qu'avons nous d'abord, l'Amir ou le djihad ?

C'est comme demander si on prie avant al-Adhan ou après, lequel vient d'abord ?

[Après avoir polémiqué pendant un moment autour du sujet]

Djihadi :

D'accord, nous avons besoin d'un Amir pour le djihad Fard' ayn avant de commencer le djihad.

Cheikh Al-Albani :

Excellent. Alors, appelons-nous d'abord à avoir un Amir, ou appelons-nous au djihad d'abord.

Djihadi :

Hé bien, tous les deux en même temps.

Cheikh Al-Albani :

La hawla wa la qouwaata illa billah. Nous venons juste de convenir que nous avions besoin d'un Amir pour le djihad 'ayn avant que nous commencions le djihad. La question suivante est : appelons-nous d'abord à un Amir ou appelons-nous d'abord ou djihad ? Ce groupe, toute sorte de groupe a besoin d'un Amir. Pour appeler à ce type de djihad, nous avons besoin d'un Amir d'abord, l'Amir appellera les Moudjahidine et enverra certains ici et certains là-bas.

Al-Djihadi :

Bien, qu'en est-il si un groupe de musulmans lit dans le Coran ce qui a attrait au djihad et veut faire le djihad, donc ils se rassemblent pour le djihad et puis nomment un Amir sur eux.

Cheikh Al-Albani :

Ya Akhi, ce que tu es en train de décrire, est un cas de djihad Fard al-Kifayah. Pour le Fard al-Kifayah, c'est bon pour un petit groupe de se rassembler et d'aller faire le djihad. Pour le Fard al-'ayn, nous avons besoin de l'ensemble du groupe des musulmans. Comment pouvons-nous avoir l'ensemble du groupe de musulmans si nous n'avons pas un commandement unifié pour ce type de djihad ? Ce genre d'Amir, je n'ai vu aucun des Moudjahidine qui y appellent. Pourquoi n'appelez-vous pas à cet Amir ?

Djihadi :

D'accord. Alors laissez nous appeler à cet Amir.

Al-Albani :

Bien. Alors quelles sont les caractéristiques de cet Amir à ton avis ?

Djihadi :

[Cite quelques caractéristiques]

Cheikh Al-Albani :

Et vois-tu un Amir avec ces qualités ?

Djihadi :

Oui, beaucoup.

Cheikh Al-Albani :
Où ? 

Djihadi :

Partout.

Cheikh Al-Albani :

Nous avons dit que nous avons besoin d'un Amir pour l'ensemble du groupe, c'est-à-dire pour tous les musulmans. Comment pouvons-nous avoir plus d'un Amir pour tous les musulmans ?

Djihadi :

...[polémiquant autour du sujet]

Cheikh Al-Albani :

Sais-tu ce que dit le hadith de Houdhayfa Ibn Yaman -Qu'Allah l'agrée- "fa in lam yakuun laho djamaa wa la iman" à ce sujet ? Mène-t-il à la conclusion que ce djihad nécessite un Khalifa, ou à autre chose ?

[hadith rapporté dans Al-Boukhari, Kitab al-manaqib, hadith n° 3338. Le hadith dit :

« Les gens questionnaient le Messager d'Allah -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- à propos du bien, alors que moi je le questionnais à propos du mal, par crainte qu'il ne m'atteigne. J'ai demandé : « Ô Messager d'Allah ! Nous étions dans une époque de paganisme (al djâhiliya), puis Allah nous a fait don de ce bien (l'Islam). Y aura-t-il après ce bien un [autre] mal ? » Il me répondit : « Oui. » Je lui demanda : « Est-ce qu'après cet autre mal, le bien reviendra ? » Il dit : « Oui, mais il y aura en ce bien des impuretés... » Je lui demanda : « Qu'est ce que ces impuretés ? » Il dit : « Des gens qui ne guideront pas dans la voie dans laquelle j'ai guidé. Tu y reconnaîtras des choses [conformes à la loi d'Allah] et tu en ignoreras d'autres. » Je lui demanda : « Et après ce bien, y aura-t-il un mal ? » Il dit : « Oui, il y aura des prêcheurs qui appeleront vers les portes de l'enfer. Celui qui leur répondra, ils le précipiteront en enfer. » Je lui demanda : « Ô Messager d'Allah ! Décris-les nous ! » Il dit : « Ils sont de notre souche, ils parlent notre langue ! » Je lui demanda : « Que devrais-je faire si j'assiste à cela ? Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- dit : « Reste avec le groupe des musulmans et leur dirigeant. » Je lui demanda : « Et s'ils n'ont pas de dirigeant (Imam) ? » Il dit : « S'ils n'ont pas de dirigeant, éloigne-toi de tous ces groupes, même s'il te faut mordre à la racine d'un arbre jusqu'à ce que la mort te saisisse. »

Djihadi :

Quel est le rapport entre ce hadith et notre discussion ?

Cheikh Al-Albani :

Houdhayfah -Qu'Allah l'agrée- n'a-t-il pas interrogé le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- sur ce qu'il faut faire quand il y a des prêcheurs aux portes de l'enfer ? Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a répondu qu'il doit rester avec l'imam de la djamaa, s'il n'y a pas d'imam, alors il doit s'écarter de toutes les djamaa. Est-ce que ces conditions s'appliquent aujourd'hui ? N'avons-nous pas des gens prétendant être musulmans alors qu'ils sont des prêcheurs au feu de l'Enfer ? Le Khilafa n'est-il pas absent ?

Djihadi :

Je préfère discuter sur d'autres hadiths comme :

« Un groupe (Ta-ifat) de ma communauté (Oumma) sera toujours assisté par la victoire, sans se soucier de ceux qui lui nuisent jusqu'à la dernière heure  »

Cheikh Al-Albani :

Qu'est-ce cela à avoir avec notre discussion ? Nous ne sommes pas en désaccord au sujet d'appeler au djihad. Nous sommes d'accord sur le fait que le djihad est une obligation aujourd'hui. Ce sur quoi nous sommes en désaccord est de savoir si nous avons besoin d'avoir un Khalifa d'abord ou non. Ce que tu as cité n'ajoute rien à la discussion. Nous sommes tous les deux d'accord sur le fait que le djihad est une obligation. Est-ce que tu comprends ? Ce sur quoi nous sommes en désaccord est de savoir si on a besoin d'un Khalifa pour commencer ce djihad.

Djihadi :

D'accord.

Cheikh Al-Albani :

Note bien que le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-  a conseillé Houdhayfa -Qu'Allah l'agrée- de s'accrocher à l'imam des musulmans et à leur groupe principal. Tu as que toutes les conditions dans ce hadith sont vraies aujourd'hui.

Djihadi :

C'est vrai.

Cheikh Al-Albani :

Et le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit que si les musulmans n'ont pas d'imam ou de djamaa, il fallait laisser tous les groupes. Ainsi, que faites-vous maintenant ?

Djihadi :

Bien, nous essayons de rechercher le groupe des musulmans et de lui trouver un imam.

Cheikh Al-Albani :

C'est ce à quoi nous appelons ! Le djihad est obligatoire, mais pour le moment, ce n'est pas le temps pour cela. Nous avons besoin d'abord de l'imam et c'est ce que le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- t'a ordonné de suivre, ainsi que de t'y (à l'imam) accrocher avec son groupe.

Djihadi :

Comment savons-nous que nous ne pouvons pas faire le djihad jusqu'à ce que nous ayons ce Khalifa qui est en effet nécessaire ?

Cheikh Al-Albani :

Le hadith dit que si les musulmans n'ont pas de chef unique, alors il faut laisser tous les groupes. Et nous avons déjà dit que le djihad Fard 'ayn doit être accompli avec la djamaa menée par un chef pour tous les musulmans, un Amir. Si les musulmans n'ont pas de leader, ils doivent rester loin de tous les groupes. Comment peuvent-ils accomplir le djihad de groupe s'ils doivent rester en même temps loin de tous les groupes ? Tu contredis ce sur quoi tu es d'accord. Islamiquement, nous avons seulement une bannière, un groupe et un chef. Nous avons besoin de ce groupe unique pour commencer le djihad Fard 'ayn.

Djihadi :
...

Cheikh Al-Albani :

Maintenant, ce que je veux faire, c'est te prouver que cet Amir du djihad Fard 'ayn doit être un Khalifa, pas seulement un Amir. Le dallil est encore le hadith de Houdhayfa -Qu'Allah l'agrée-. Parfois, comme tu le sais, la preuve est claire et d'autre fois pas vraiment (qat'i al-dilalah, ou thahiri al-dilalah).

Prenons l'exemple d'un Cheikh conseillant son étudiant sur les directives du hadith. L'étudiant demande à son Cheikh que faire pour éviter le mal. Le Cheikh lui dit de s'accrocher à l'imam des Musulmans. L'étudiant répond que les musulmans n'ont pas de Khalifa. Le Cheikh lui conseille donc de rester loin de tous les groupes. Cet étudiant est obéissant à son Cheikh et ce Cheikh suit son Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-. Qu'est-ce que cet étudiant ferait ? Il irait vivre sa vie dans une vallée s'occupant de ses moutons ou quelque chose de ce genre, adorant Allah. Où est le djihad ? Si c'était une obligation pour ce musulman de combattre, alors le Cheikh lui aurait dit de se battre, et non pas de rester loin de tous les groupes. Y a-t-il un djihad ici ? Aussi longtemps qu'il n'y a pas d'imam, alors il n'y pas de djihad. Cette preuve est Qat'i al-Dilalah. Djihad doit être sous le commandement d'un imam, ou Khalifa. Mais laisse moi te parler à propos de quelque chose qui pose des problèmes à plusieurs étudiants en science religieuse. C'est qu'il y a plusieurs groupes qui combattent comme les afghans ou ceux en Syrie il y a 10 ans ou plus. Ces gens, s'ils veulent combattre, ils doivent être sous le commandement d'un Amir. Cela ne veut pas dire que les Syriens combattent en Afghanistan et les Afghans en Syrie, non. Cela veut dire que ces deux groupes de combat doivent être sous le commandement d'un imam et un Khalifa. S'il n'y a pas imam unique et une seule djamaa (pas dans le sens de deux groupes combattant, mais dans le sens d'un groupe avec un commandement unifié, mais qui peut être composé de plus d'un groupe de combattant qui combat chacun dans une partie du monde Islamique), les deux groupes opèreraient tout seul.

Pour faire ce djihad Fard 'ayn, l'obligation des musulmans est l'unité, l'unité nécessite un Khalifa. Pour établir cette chose, nous devons commencer par l'éducation et la purification (Tasfiyah wa Tarbiyah). Nous ne pouvons pas commencer le djihad tout de suite.

Tu dis qu'il y a beaucoup de groupes pour le djihad, pourtant tous ces groupes sont en désaccord et comme Allah dit dans le Coran :

وَلاَ تَنَازَعُواْ فَتَفْشَلُواْ وَتَذْهَبَ رِيحُكُمْ

-traduction relative et approchée-

« ...et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez vos forces.. »

Nous sommes aujourd'hui beaucoup comme le cours d'une rivière. Ce que tu veux faire, c'est donner une légitimité à ces groupes ghutta' (littéralement, cela signifie l'écume,  mais le sens ici, c'est qu'il y a de nombreux groupes, mais dans lesquels il n'y a aucun bénéfice).

Djihadi :

D'accord. Alors comment cette éducation et purification (Tasbiyah et Tarbiyah) mène au Khalifa ?

Cheikh Al-Albani :

L'histoire se répète elle-même. Tout le monde prétend que le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- est leur modèle. Notre Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-, a passé la première moitié de son message à faire Da'wa. Et il a commencé avec cela, pas avec le djihad. Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a d'abord éduqué ses compagnons sur une éducation Islamique comme le fait de dire la parole de vérité et de ne pas en avoir peur. Il leur a également enseigné les enseignements Islamiques. Nous savons que notre Islam aujourd'hui n'est pas comme il était quand Allah a révélé :

الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ

-traduction relative et approchée-

« Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion... »

Beaucoup de choses ont été en effet ajoutées à l'Islam, es-tu d'accord ?

Djihadi :

Oui, je suis entièrement d'accord. Mais il y a beaucoup de preuves dans le Coran qui montrent que le djihad est une obligation importante.

Cheikh Al-Albani :

Je ne nie pas cela. Mais, ya akhi, la question est « Par où commençons-nous ? » Ma da'wa est : pour accomplir ce djihad, nous avons besoin d'un Amir. Pour avoir cet Amir, nous devons travailler sur la Tasfiyah et la Tarbiyah. Réfléchis à cela en toi-même, en considérant le hadith de Houdhayfa, de quoi avons-nous d'abord besoin : du djihad ou de l'Amir ?

Djihadi :

Est-ce que quelqu'un auparavant a appelé à la Tasbiyah et à la Tarbiyah avant le djihad ?

Cheikh Al-Albani :

Qu'Allah te fasse miséricorde. Dis-moi quand est-ce que les musulmans n'ont pas eu un Khilafa unifié ?

Djihadi :

Qu'en est-il de la période de Ali -Qu'Allah l'agrée- et Mou'awiyah -Qu'Allah l'agrée- ?

Cheikh Al-Albani :

Tu veux dire que tu as un doute que Ali -Qu'Allah l'agrée- a raison et que Mou'awiyah -Qu'Allah l'agrée- avait tort ?

Djihadi :

Non... Mais...

Cheikh Al-Albani :

Pas de « Mais ». Combien de Khoulafa y avaient-ils ?

[après un moment de discussion]

Djihadi :

D'accord, d'accord, un.

Un auditeur :

Pour être franc mon Cheikh, cette discussion n'aboutie à rien : si quelqu'un n'a pas une intention et une pensée pure, il ne comprendra jamais.

Cheikh Al-Albani : 

C'est en effet un bon conseil. Nous vivons dans une époque où un des comportements fatals s'est répandu, qui est que chacun aime sa propre opinion. Aujourd'hui, chaque personne qui lit un peu de Coran ou apprend un peu de Ahkam (règles) et Ahadith, pense qu'il est quelque chose dans la science, bien qu'il ne puisse lire les ahadith sans erreurs, et ensuite il veut discuter tout ce qu'il voit...

Djihadi : 

[essaie d'interrompre]

Cheikh Al-Albani :

Le temps de la discussion est fini. Je vais prendre le conseil du frère. Mon conseil aux étudiants en religion est de ne pas commencer à prêcher les gens à quelque chose qui pourrait les mener à un grand égarement (Dalal).

Il devrait vérifier avec les gens de science avant d'arriver à des conclusions. C'est un des désastres de la jeunesse musulmane aujourd'hui : d'adopter rapidement des opinions sans regarder dans les opinions des Salafs et Khalaf concernant ces sujets. Je conseille aux musulmans de rechercher ceci, spécialement dans les sujets concernant le groupe comme le djihad. Le djihad est, sans aucun doute, la fierté de l'Islam et une des bases de l'Islam. Et les versets et les ahadith concernant cela sont connus par tous insha Allah.

Mais ce djihad a ses conditions et introductions. Parmi ses conditions de base, il y a le fait que le groupe qui l'accomplit doit être d'accord pour retourner au Coran et à la Sounnah dans ses règles (Ahkam). Ceci, en vérité, nécessite beaucoup de temps d'éducation, de purification de la part des savants et prêcheurs. Comme le Prophète-Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a éduqué ses compagnons.

Nous notons que les Moudjahidiyn appellent tous les musulmans quelqu'il soit à les rejoindre au combat, et quand ils vont combattre, ils trouvent des désaccords parmi eux dans les sujets de foi et des fondements de l'Islam. Comment ces gens peuvent-ils être prêt à aller au djihad alors qu'ils doivent encore comprendre ce qui leur est obligatoire dans la 'Aquida ?! Ceci, mon frère, nous amène à comprendre que le djihad n'est pas à discuter, mais nous devons discuter de ses introductions. La première introduction est, comme nous l'avons attesté avant, le Khalifa. Car si les Amirs existent aujourd'hui et l'obligation dont j'ai parlé (compréhension commune de l'Islam) n'existe pas entre eux, alors ils se retourneront les uns envers les autres et se combattront. Ils doivent tous être sur un Manhadj et une compréhension. Je conseille donc chaque musulman de travailler avec le hadith de Ibn al-yaman (Houdhayfa) -Qu'Allah l'agrée-, de s'écarter de tous les groupes et de rester tout seul. Et cela ne veut pas dire de vivre isoler, non, cela veut dire ne pas rejoindre l'un ou l'autre groupe. Tu peux faire toi-même, et tous les musulmans, du bien avec ta connaissance. Ceci est un rappel et le rappel profite aux croyants.
 

Article tiré du site salafipublications

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

<< < 1 2 3