compteur de visite

Catégories

20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 10:35
Peut-on donner deux prénoms à un enfant ?
Dans le livre de sheikh ibn qayyim al jawziya "les règles concernent le nouveau née" il y a un chapitre intitulé " la permission de donner (au bébé) plus d'un seul prénom"
 
Il explique qu'il est mieux de ce contenter d'un seul prénom mais en tout cas qu'il est permis à tout homme d'avoir plus d'un prénom et d'avoir avec ce dernier un surnom et un sobriquet......
 
Je cite un des hadiths.
 
Il fut raconter dans al sahiheine d'apres le récit de joubeir ibn moutei'm que le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dit:

"J'ai cinq noms (prénoms) :
 
-je m'appelle mohamed,
-je m'appelle ahmed
-et je m'appelle al-mahi par qui allah annule la mécréance.
-De même je suis al-hacher sur les deux pieds de qui se rassembleront les gens ( au jour du jugement dernier)
-et je suis al-a'aqueb après qui il n'y aura pas de prophète."
 

Raconté par al boukhari numero 3532-4896 , par mouslim numero 2354....

 

copié de darwa.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 10:00
Frapper son enfant qui fait une bêtise pour l'éduquer ou lui mettre dans la bouche quelque chose d'amère ou de piquant
Question :
 
Est-il permis au père et à la mère de corriger leur enfant en le frappant ou en mettant quelque chose d'amère ou de piquant dans sa bouche tel que le piment, et ce, quand il fait une bêtise? 
 
Réponse :
 
En ce qui concerne le fait de l'éduquer en le frappant, cela est permis s'il a atteint un âge où cela peut l'éduquer, et c'est en général dix ans. 
 
Quant au fait de lui donner quelque chose de piquant, cela n'est pas permis, car cela aura des effets sur lui, et cela peut causer des boutons dans sa bouche ou de la chaleur dans son estomac.

Et cela entraînera donc des méfaits, contrairement au fait de le frapper, car c'est fait sur ce qui est apparent du corps.

Donc, il n'y a pas de mal à le faire (frapper) si cela peut l'éduquer, et que le coup n'est pas violent. 
 
Question :


Et avant dix ans ?

 

Réponse :


Avant dix ans, il faut analyser (son cas).
 

Le Messager صلى الله عليه وسلم a autorisé de frapper à partir de dix ans celui qui délaisse la prière.
 
Donc, il faut analyser (son cas) avant dix ans. 
 
Il se peut que l'enfant qui ait moins de dix ans comprenne les choses, soit intelligent et ait un grand corps avec lequel il peut supporter les coups, les réprimandes et que cela l'éduque.

Et il se peut que cela ne soit pas le cas.
 
Assilatou-l-oussra al-mousslima أسئلة الأسرة المسلمة
Publié par 3ilmchar3i.net
 
السؤال : هل يجوز للأب أو الأم معاقبة الطفل بالضرب أو وضع شي مر أو حار في فمه كالفلفل إذا أرتكب خط
  الجواب: أما تأديبه بالضرب فإنه جائز إذا بلغ سنا يمكنه أن يتأدب منه وهو غالبا عشر سنين، وأما إعطاؤه الشي الحار فإن هذا لا يجوز ، لن هذا يؤثر عليه وقد ينشأ من ذلك حبوب تكون في فمه أو حرارة في معدته . ويحصل بهذا ضرر بخلاف الضرب فإنه على ظاهر الجسم فلا بأس به إذا كان يتأدب به ، وكان ضربا غير مبرح 
السؤال : فيما دون العشر ؟
الجواب : فيما دون العشر ينظر فيه ، فإن الرسول صلى الله عليه وسلم إنما أباح الضرب لعشر على ترك الصلاة ، فينظر فيما دون العشر قد يكون الصبي الذي دون العشر عنده فهم وذكاء وكبر جسم يتحمل الضرب والتوبيخ والتأديب به ، وقد لا يكون
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 16:08
Le fait d'appeler sa mère «mama»
Question : 

(Une soeur) demande sur le fait d'appeller sa mère avec le mot "mama" et sur le jugement du fait de lui obéir pour enlever le hijab et autres. 

Réponse : 
 
Il n'y a pas de mal à appeller sa mère mama sauf si elle n'aime pas cela.
 
Elle l'appelle par les noms qu'elle préfère
 
Et il n'est pas permis de lui obéir pour le fait de dévoiler son visage. (1) 
 
(1) note du traducteur : pour ceux qui prennent la fatwa de l'obligation 
 
س : تسأل عن حكم مناداة أمها بلفظ (ماما) ، وحكم طاعتها في خلع الحجاب ونحوه8867
ج : لا شيء في مناداة الأم بلفظة (ماما) ، إلا إذا كرهتها الأم فتنادى بأحب الأسماء إليها . ولا يجوز طاعة الأم في كشف الوجه
(الجزء رقم : 25، الصفحة رقم: 175)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 22:49
Un enfant désobéissant (vidéo)
4598

Question :

 

Qu'Allah vous accorde (tout) le bien.
 
Quelqu'un du royaume (d'Arabie Saoudite) pose la question suivante :
 
« Un homme étudiant en science a été éprouvé, par Allah, par un fils désobéissant qui ne prie pas et refuse d'accepter le conseil. Comment doit-il agir avec lui, sachant qu'il (le fils) a atteint l'âge adulte ? »

Réponse :

 

Qu'il fasse beaucoup d'efforts en invoquant pour lui et en le conseillant régulièrement, en étant sévère (dur) avec lui. Et si (jusqu'à maintenant) il ne s'est pas abstenu, qu'il ne mange pas avec lui, qu'il ne s'assoit pas avec lui pour manger pour boire (...)
4598

Question :

 

Doit-il le chasser de la maison ?
 

Réponse : 

 

Il ne doit pas le chasser de la maison, car s'il le chasse il peut tomber dans d'autres choses (mauvaises) encore, le mal peut empirer en lui, les démons parmi les hommes peuvent l'entraîner et il peut tomber dans la mécréance et le polythéisme. 

Et ses péchés et passions vont continuer, donc le fait qu'il reste à la maison sous la protection et le contrôle (de son père) est plus sûr, même s'il ne prie pas.

Car cela peut s'arranger, qu'il ne désespère pas, qu'il fasse beaucoup d'invocations pour lui et le conseille, qu'il soit affectueux envers lui s'il voit que l'affection le rapproche de lui.

Qu'il soit bon avec lui, même en lui donnant de l'argent si cela le rapproche, qu'il soit doux avec lui et le conseille de la meilleure manière.

Parfois certains parents ont été méchants (avec leurs enfants), lorsqu'une mauvaise action est commise, qu'il trouve donc quelqu'un parmi les proches qui aie de l'influence (sur son fils).

Et si tout cela ne marche pas, qu'il ne s'assoit plus avec lui, ni pour manger ni pour boire, mais il reste à la maison, il lui donne ce dont il a besoin comme nourriture, boisson, vêtement de façon à ce qu'il n'est pas besoin des  gens.

copié de salafs.com

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 13:51
L'éducation des enfants dans le minhaj

Au nom d'Allah le miséricordieux, le tout miséricordieux.


Louange à Allah, Seigneur de l'univers, prières et salut d'Allah sur le meilleur des prophètes et messagers .

Les enfants sont un bienfait d'Allah soubhanahou wa ta'aala.

Le coeur est comblé à leur vue, les yeux scintillent en les regardant et leur bonnheur rend l'âme heureuse et Zakari qu'Allah l'agrée invoquait Allah en disant: 

" Ô seigneur ne me laisse pas seul tu es le meilleur des donnateurs ".
Sans titre 1-copie-1
Les enfants sont une parure de cette vie terrestre
 
et ne connait la valeur de ce bienfait, que celui qui en a été privé, et dépense son temps, et son argent, afin, de trouver un remède, à ce qui l'a atteint.
 
Et toi, ma soeur, en tant que mère, tu es responsable de ce dépot qu'Allah t'as confié, c'est le dépot de l'éducation de tes enfants au sujet de laquelle tu seras interrogée le jour de la résurrection .
Sans titre 1-copie-1
La réussite de l'éducation n'est complète qu'avec la religion et le bon comportement
 
à défaut ces enfants seraient une calamité pour les parents sur terre et dans l'au delà.
 
L'attention des pieux prédecesseurs a été particulièrement dirigée vers l'accomplissement de cette responsabilité , qui est l'éducation des enfants.
 
On raconte que le khalif 'abbasite Mansour, a demandé aux prisonniers de Bani Oumayya :
 
- " quelle est la chose la plus difficile que vous avez subi en prison ?
"ils répondent : - "l'éducation de nos enfants, que nous avons raté (pendant que nous sommes en prison) " .
Alors il nous faut accomplir certaines tâche, dès l'âge de sept ans, du point de vue social et de la croyance. 
Sans titre 1-copie-1
Les plus importantes de ces tâches
 

Accorder de l'importance à l'exactitude de leur dogme

 

  • Veiller à leur éviter toute forme d'Amulette, de porte bonnheur, d'astrologie et autres formes de maraboutisme .
  • Veiller à glorifier le Coran et la sunna à leur yeux .
 
Et je pense que l'apparition d'erreurs dans le dogme (tel la lecture des lignes de la main entre étudiantes) est dûe à l'ignorance des parents ou à leur passivité au sujet de la prévention de leurs enfants.
 

Veiller à planter la foi dans leur coeur et leur rappeler qu'Allah les voit à tout instant

 

Reporte toi aux conseil de luqman adressé son fils :" Ô mon enfant, fût-ce le poids d'un grain de moutarde, au fond d'un rocher, ou dans les cieux ou dans la terre, Allah le fera venir. Allah est infiniment Doux et Parfaitement Connaisseur " .
 
Tabith ibn kays raconte :

" le Prophète prières et salut d'Allah sur lui, est venu me voir alors que je jouais avec les enfants, il nous passa le salam et m'as envoyé faire une commission, et par la suite j 'ai tardé à rentrer voir ma mère.
Lorsque je rentra elle me demanda : " Où était-tu ? "
Je dit : " le Prophète prières et salut d'Allah sur lui , m'as envoyé faire une commission .
Elle répliqua : " et quel était cette comission ? "
Je dit : " c'est un secret "
Elle dit : " Ne révèle pas le secret du Prophète prières et salut d'Allah sur lui, à personne "
Anas a dit : " par Allah si j'en parlait à quelqu'un je t'en aurait parlé a toi Tabit"
(Rapporté par mouslim)
 
Regarde donc, ma soeur, qu'Allah te protège , cette femme n'a pas puni son fils, quand il lui a caché ce qu'il a fait .
 
Il y'a des soeurs qui harcèlent leurs enfants, avec leurs questions, surtout au sujet des maisons dans laquelle ils sont entrés et de ce qui s'y passe.
 
Elles incitent alors, leur fils à être curieux, et à révéler la ou les secrets des autres, alors qu'elle ne s'en rendent pas compte.
 
Toujours rappeler qu'Allah est Fier et Vengeur, de celui qui lui désobéit , et qu'il est pardonneur et miséricordieux envers celui qui se repent à lui
 
Rappeler la mort et sa difficulté.
La tombe et ses ténèbres.
Le jour dernier et ses peurs.
Inciter les enfants à accomplir les adorations et surtout la prière.
Les surveiller pendant qu'il la font.
Les réveiller pour qu'il fasse celle du matin, et leur faire sentir l'importance de cette acte d' adoration
 
Fait attention ma soeur à cette " miséricorde " qui se trouve en toi et qui pourrait te pousser à ne pas les réveiller, cette apparente miséricorde peut les mener ainsi que toi en enfer (nous demandons protection d'Alalh).
 
Félicitons cette mère agée qui, ayant peur pour son fils de neuf ans, prend sa main et l'emmène à la mosquée, afin qu'il puisse prier el fadjr en groupe, et reste assise à la porte de la mosquée pour le ramener à la maison après la prière.
 
  • Habitue tes enfants, ma soeur, au jeûne afin que cela lui sois facilité , lorsqu'il sera en age de le faire .
  • Rappel leur toujours qu'Allah les surveille, car le jeune est le meilleur moyen pour ressentir le regard d'Allah.

 

-Surveille tes enfants ne les laisse pas tomber dans les interdits en croyant que cela n'est pas grave


Ne te tais pas, en sachant que :

 

Ta fille écoute de la musique.

Met du vernis à ongle, puis fait ses ablutions sans l'avoir enlevé.

Qu' elle s'épile les sourcils.

Qu'elle se fait faire des coiffures interdites.

Qu'elle délaisse une des conditions du voile islamique, qu'elle met des habits pailletés ou qu'elle se parfume avant de sortir par exemple.

Attention à ne pas la laisser aller dans les marchés seule, ni monter seule avec le chauffeur.

Attention à ne pas la laisser mettre des habits trop courts ou trop dénudés sous prétexte qu'elle est " entre femmes ".

Attention qu'elle n'achète pas les revues immorales.

Attention à ne pas mettre le téléphone dans sa chambre et surveille la de loin. ne soit pas stressée tout le temps cela risque de la stresser aussi et de lui faire perdre confiance en elle.

Ne l'habitue pas à dépenser sans compter.

 

Attention, ma soeur à ne pas baisser les bras, sous prétexte qu'elle est trop dure à convaincre, au contraire tiens bon tant que tu es sur la vérité et n'accepte pas le faux.

 

N'oublie pas pour autant d'être douce et conpréhensive quand il le faut.

 
Souviens toi toujours de la parole du prophète Salla Allahu alayhi wa salam :
 
"celui qui a deux filles et qui est bon envers elles, elles lui seront un voile contre le feu de l'enfer "
 
Shaykh Ibn Baz rahimahu Allah a dit : 
" la bonté envers les filles se fait par le fait de bien les éduquer selon une éducation islamique, leur aprentissage, leur maintien sur la vérité, sauvegarder leur chasteté et les éloigner des interdits d'Allah soubhanahu wa ta'aala".
 
Et autres exemples qui illustrent la bonté, envers la fraterie garçons, ou filles, jusqu'à ce que tous grandissent dans l'adoration d'Allah, et s'éloigne de ce qu'Il a interdit , et l'accomplissement du droit d'Allah soubhanahu wa ta'aala.
 
Ceci montre que  "la bonté" ne veut pas seulement désigner le côté matériel, en nourriture, habitation et habillement , mais cette bonté s'étend aussi, à tout acte religieux ou matériel.
 
Shaykh ibn baz rahimahu Allah dit aussi : 
 
"ce hadith concerne à la fois la mère et le père "
 
Regarde l'exemple de cette femme arabe, qui n'as pas voulu que sa fille connaisse le mélange avec les élèves, et les professeurs hommes à l'école .
 
Malgré le fait que dans son pays cette mixité est normale.
 
Elle  a demandé à sa fille d'arrêter l'école, et s'est mise à lui apprendre la science religieuse, à la maison.
 
Espérons que cette femme a eu de la bonté envers sa fille et qu'elle lui sera un voile contre le feu de l'enfer.
 
met en garde tes enfants contre les mauvais amis
 
  • Démontre leur les dangers, résultant de leur fréquentation et de leur compagnie.
 
On a posé la question à certains prisonniers sur la raison de leur emprisonnement ,75% de ces prisonniers ont répondu que la cause était les amis du mal.
 
  • Protège les de ces personnes, de la rue et ses dangers.
  • Veille à ce qu'il occupent leur temps libre à des choses utiles, tel que l'aprentissage du coran à la mosquée...
  • Puis attention à ne pas faire entrer les voleurs chez toi, oui les voleurs du dogme et des bonnes moeurs, ces appareils maudits tel que la télévision ou la parabole même si ton intention de départ était de les rendre heureux.
 
Un des prédicateur ( rahimahoullah ) a dit : 
 
" le père qui offre la parabole à ses enfants en réalité c'est ses enfants qu'il a offert à la parabole."
 
Shaykh ibn sa'adi rahimahu Allah à dit : 
 
"Celui qui laisse une chose qu'il aime dans le but de satisfaire Allah, Allah lui donne quelque chose de mieux sur terre et dans l'au delà, celui qui laisse ce que son âme désire, Allah lui remplit son coeur de foi, un contentement personnel, une bonne santé, et une baraka dans sa subsistance".
 
En plus de tout cela, Allah lui réserve une récompense indéscriptible (a.ha de son exégèse) .
 
Puis fais attention ma soeur à ne jamais invoquer contre eux même lors des moments de colère,par peur que ton invocation soit faite à une heure, ou les invocations sont acceptés et Allah accepte ton invocation.
 
Par contre multiplie les invocations bénéfiques à leur sujet...
 
AL kurtubi a dit : 
 
" Il n ' y à  rien qui fasse plus plaisir au croyant que de voir sa femme et ses enfants obéissants à Allah soubhanahuwa ta'aala. "
 
Nous demandons à Allah soubhanahu wa ta'aala qu'il rende bonnes nos intentions et notre progéniture et qu'il fasse de nos enfants un sujet de contentement pour nous ici bas et dans l'au delà et qu'il nous aide à supporter cette responsabilité qu'est la bonne éducation de nos enfants et qu'il fasse qu'on soit à la hauteur...prières et salut d'Alah sur notre prophète Mohamed et salut d'Allah sur les siens et ses compagnons qu'Allah les agréée .


copié de al-mumtahanah.over-blog.com

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 12:58
Envoyer les enfants dans des mosquées dirigées par des groupes déviés pour y apprendre le coran et la langue arabe
Question :
 
S'il n'est pas permis de les envoyer à l'école maternelle, pouvons-nous alors les envoyer deux jours par semaine dans des mosquées dirigées par des groupes déviés comme « Les Frères Musulmans » ou autres, afin que nos enfants y apprennent uniquement le Coran et la langue arabe ? 
 

Réponse :


Si ces gens commettent des innovations, alors il n'est pas autorisé de leur confier l'éducation de vos enfants, si vous connaissez la Sounnah du Prophète d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue), si vous en connaissez la valeur et si réellement vous êtes conscients du désir ardent de l'innovateur quant à la propagation de ses idées dans l'âme de l'enfant.


D'ailleurs, le prêcheur, qu'il soit dévié ou guidé, est conscient que c'est l'âge propice de l'apprentissage, que c'est l'âge de la vivacité d'esprit.

Et l'innovateur sait bien que cette période est une occasion en or pour répandre son poison dans l'âme de l'enfant.


Que celui qui respecte la Sounnah protège ses enfants et les éduque lui-même, ou qu'il confie leur éducation à celui en qui on a confiance quant à sa religion et son dogme , un croyant qui enseignerait aux enfants des musulmans le dogme que les Prophètes (qu'Allah prie sur eux et les salue) nous ont apportés, ainsi que le vrai chemin grandiose que le Prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) nous a tracés : 
 
« Je vous ai laissé sur un chemin clair de nuit comme de jour, ne s'en détourne que celui qui est voué à la perdition ».


Sinon, dès son jeune âge, l'enfant se retrouvera dans le sentier de la perdition à cause des innovations et de l'égarement des innovateurs.


Par conséquent, prenez garde de protéger vos enfants, qui sont ce que vous avez de plus cher au monde, ô vous musulmans reconnus comme faisant partie de Ahl as-Sounnah wal-Jama'a, connaissant la valeur de la Sounnah, celle du Prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue)  et celle du Manhaj des pieux prédécesseurs.

 

Question/réponse 14 de Octobre2000, Joumada ath-thani 1421h

copié de sounnah.free.fr

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 19:06
Le comportement vis-à-vis de ses enfants doit être équitable
Question :
 
Il arrive à certaines personnes de constater qu'un de leurs enfants se distingue des autres par son attitude bienveillante et la sollicitude dont il fait preuve à l'égard de ses parents.

Ce qui pousse ceux-ci à lui réserver un meilleur traitement et des dons grâce a son attitude susmentionnée.
 
Est-il juste de récompenser l'enfant qui se distingue pour sa piété filiale?
 
Réponse :
 
Il n'y a pas de doute que des enfants peuvent se révéler meilleurs que d'autres.

Ceci est bien connu.

Mais cela n'autorise guère le père à préférer (les uns aux autres).

Bien au contraire, il doit les traiter de façon équitable, en vertu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) :

« Craignez Allah et traitez vos enfants de façon équitable ».

Il n'est donc pas permis au père de préférer certains de ses enfants à d'autres, sous prétexte que les uns le traitent mieux que les autres.

Il doit les traiter tous sur le même pied d'égalité et leur prodiguer de bons conseils, afin qu'ils soient tous amenés à persévérer dans le bien et dans l'obéissance à Allah et à Son messager.

Mais il ne doit pas favoriser les uns par des dons, ni réserver des legs à d'autres.

En effet, l'égalité doit régner entre eux par rapport à l'héritage et aux dons, conformément aux dispositions légales régissant l'héritage et les donations.

Il faut les traiter sur la base de l'équité légale selon laquelle la part de l'homme est le double de celle de la femme, s'il donne mille à l'homme, il donne cinq cent à la femme.

Si les enfants sont majeurs et acceptent (que les uns soient préférés aux autres) et disent : donne à notre frère ceci en s'exprimant de façon claire et disent nous acceptons que tu lui offres une voiture ou autre chose et qu'il s'avère que leur consentement est réel et n'est dicté ni par la courtoisie ni par la peur, alors il n'y a aucun mal (à en tenir compte).

Il s'agit d'observer l'équité sauf quand des enfants majeurs, hommes ou femmes concèdent à certains d'entre eux une chose pour des raisons particulières.

Dans ce cas, il n'y a aucun mal puisque c'est leur droit. 

Le recueil des fatwas du cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz  
Tome 9 page 234
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 17:15
Les bienfaits d’avoir des filles

Question :

 
Le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit :
 
« Quiconque a trois filles, les traitent avec patience et assure leurs besoins alimentaires, elles lui fourniront une protection contre l'enfer »
 
Cette protection profitera-t-elle exclusivement à leur père ou s'étendra à la mère ?

Je possède -Allah soit loué - trois filles ?
 

Réponse :
 

Le hadith s'applique aux père et mère en raison des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : 
 
« Quiconque a deux filles et leur assure une bonne éducation, elles lui fourniront une protection contre l'enfer »
 
Il en est de même si l'on a des sœurs, des tantes paternelles et maternelles ou d'autres parents, si on leur assure un bon traitement.
 
Nous espérons que cela vaudra aussi à son auteur l'accès au paradis.

En fait, si on leur fait du bien, on mérite pour cela une énorme récompense et bénéficiera d'une protection contre l'enfer en raison de sa bonne œuvre.

Cela est réservé aux musulmans.

En effet, quand un musulman accomplit  ces bonnes œuvres pour complaire à Allah, il assure du coup son salut contre l'enfer.

Car  la  protection contre l'enfer et l'accès au paradis dépendent de nombreuses causes.

Aussi convient-il au croyant d'employer une multitude de ces causes. Mais la pratique de l'Islam demeure la principale cause d'échapper à  l'enfer et d'accéder au paradis.

Il existe des actions qui conduisent leur auteur musulman au paradis et lui permettent d'échapper à l'enfer.

Tel est le cas de la bienfaisance à l'égard de ses propres filles  ou sœurs.

Il en est de même de la perte de deux enfants mineurs.

On dit au  Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « et la perte de deux enfants ? » À quoi il répondi : «  et la perte de deux ». Ils ne l'interrogèrent pas à propos de  la perte d'un seul enfant. Il est cependant rapporté de façon sûre que le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit :

Allah, le Puissant et Majestueux a dit (traduction rapprochée) :

« Quand mon serviteur croyant perd un être qui lui est cher et reste patient pour complaire à Allah, il n'aura pas d'autre récompense que le paradis »

Le Transcendant et le Très Haut explique ainsi que quand Il rappelle à Lui un être cher à Son serviteur et que celui-ci demeure patient pour complaire à Allah, il n'en pourra être récompensé que par l'accès au paradis.

La perte d'un seul enfant de bas âge entre dans le cadre du hadith, pourvu que ses parents supportent avec fermeté son rappel à Allah.

Seul l'accès au paradis peut récompenser leur attitude.

C'est là une immense grâce divine.

Ceci s'applique aussi aux époux  et à l'ensemble des parents et amis.

S'ils observent une belle patience [devant la perte d'un être cher], ils sont concernés par le hadith, sous réserve de se mettre à l'abri d'une situation de non applicabilité du hadith comme la persistance dans les péchés majeurs jusqu'à la mort.

Nous demandons à Allah le salut.

Le recueil des fatwas du cheikh Abdel Aziz Ben Baz 
Tome 4 page 375
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 17:05
Les photos et dessins sur les vêtements des enfants
Question :

Quel est le jugement en ce qui concerne les photos et dessins sur les vêtements d'enfants, sachant que les vêtements d enfants ne sont pas souvent exempts dimages?
 
Réponse :
 
Il n'est pas permis d'acheter des vêtements sur lesquels il y a des photos et dessins de ce qui possèdent une âme parmi les humains, les animaux ou les oiseaux.

Car prendre des photos et les utiliser est haram [interdit], de part les nombreux hadiths authentiques qui les interdisent et menacent d'un châtiment sévère là-dessus.

Le Prophète ( sallallâhu alayhi wa salam) a maudit ceux qui faisaient des images  [1] et a informé qu ils seraient le plus sévèrement châtiés le Jour du Jugement Dernier [2].
 
Ainsi il n'est pas permis de porter un vêtement sur lequel il y a des représentations figurées, ni il est permis d'habiller un enfant avec ces images.

Ce qui est obligatoire plutôt ,  c'est d'acheter des vêtements sans aucune représentation figurée, et il y en a beaucoup.[3]

 
[1] Sahih Al Bukhârî, volume 7, hadith 67
[2] Sahih Al Bukhârî, volume 7, hadith 64,65
[3] Al-Muntaqa al-Fatawa, Sheikh Salih Ibn al- Fawzan, vol.3 p.339,fatwa n°505- Tiré de fatawa-online.com

copié de darwa.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 13:05
L’éducation des enfants

L'éducation des enfants est quelque chose de complexe qui demande patience et savoir faire.

 
Certains enfants demandent que l'on agisse avec eux avec douceur, et si l'on fait le contraire, ils s'obstineront. 
 
D'autres enfants demandent qu'on soit plus sévère avec eux, mais il ne faut pas que cette sévérité dépasse les limites de ce qui est tolérable. 
 
Si on dépasse ces limites, cela conduira l'enfant à s'obstiner et ne pas écouter les ordres de ses parents.
 

Nous demandons à Allah qu'Il nous accorde une bonne éducation (de nos enfants), et c'est une grande responsabilité qui pèse sur les épaules des parents, Allah dit (traduction rapprochée) :


« Ô vous les croyants, protégez-vous, ainsi que vos familles d'un feu dont le combustible sera les hommes et les pierres. ».

'Abdullah ibn 'Umar rapporte que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit :

« Chacun de vous est un berger et chacun de vous est responsable de son troupeau. L'imam est un berger et il est responsable de son troupeau. L'homme est un berger dans sa famille et il est responsable de son troupeau. La femme est une bergère dans la maison de son époux et elle est responsable de son troupeau. Le serviteur est un berger qui a charge des biens de son maître et il est responsable de son troupeau. Ainsi, chacun d'entre vous est un berger et chacun est responsable de son troupeau. »
 (Bukhari et Muslim).

Les parents doivent nécessairement s'entraider dans l'éducation de leurs enfants. Et si l'un néglige sa responsabilité, il y aura un manque d'un côté, sauf si Allah veut (qu'il en soit autrement).

ist2 6333360-decorative-dividers 
Il faut apprendre aux enfants 
en fonction de leur niveau et compréhension
par exemple
 

En bas âge :

-On répète à l'enfant le nom « Allah », en montrant du doigt le ciel.

-Si on lui donne quelque chose à manger, comme du pain ou autre chose, on lui donne dans la main droite.

-Si l'aliment est chaud, il ne faut pas souffler dessus, car le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a interdit de souffler dans le plat. Et si l'enfant voit quelqu'un le faire, il l'imitera tout de suite. De même pour toute chose, en conformité avec la parole du prophète :

« Tout enfant né sur la fitra (la saine nature), et ce sont ses parents qui en font un juif, un chrétien ou un adorateur du feu »,

aussi dans le hadith rapporté par l'imam Muslim d'après 'Iyad ibn 'Umar, le prophète ( salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Allah a dit : J'ai créé mes serviteurs sur la voie droite (hunafa), puis les démons les ont détournés ».

-A partir d'un an et demi, s'il veut manger ou boire, on lui rappelle de dire bismillah, ensuite cela devient normal pour lui et il dira de lui-même : bismillah.

-Lorsqu'on voit qu'il peut comprendre les piliers de l'islam, de la foi (iman) et de la bienfaisance (ihsan), on les lui apprend. Je ne précise pas d'âge car la parole et la mémoire varie d'un enfant à l'autre.

Les piliers de l'islam sont : d'après Ibn 'Abbas, le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« L'islam est bâti sur cinq piliers: Le témoignage qu'il n'est d'autre divinité digne d'être adorée qu'Allah et que Muhammad est Son messager, l'accomplissement de la prière rituelle, l'acquittement de la zakât (impôt rituel), le pèlerinage à la Maison d'Allah, le jeûne du mois de Ramadan » 
(Bukhari et Muslim).

Les piliers de la foi sont : d'après Abu Hurayra, le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit :

« La foi consiste en ce que tu crois en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en  Ses messagers, au Jugement Dernier et que tu crois au destin qu'il te soit favorable ou non . » 
(Al-Bukhari et Muslim).

Le pilier de la bienfaisance est : 

« Que tu adores Allah comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, Lui te voit » 
(Al-Bukhari et Muslim).

-Il faut également lui apprendre les règles des ablutions.

-S'il mange dans un plat, il faut lui dire de manger ce qu'il y a devant lui, d'après 'Umar ibn Abi Salama qui rapporte : Je mangeais et ma main se promenait partout dans le plat, le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) me dit alors : 

« Ô mon enfant ! Prononce le nom d'Allah, mange de la main droite et mange ce qui est devant toi. »

-Il faut l'habituer à accomplir le bien, et lorsqu'il atteint l'âge de sept ans, il faut l'exercer à accomplir la prière. Abu Dawud rapporte (...) que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit :

 « Ordonnez à vos enfants d'accomplir la prière à l'âge de sept ans, frappez-les (s(ils ne l'accomplissent pas) à l'âge de dix ans et séparez-les dans les lits » (...)


-Séparer les enfants dans les lits à l'âge de dix ans, d'après le hadith précédent.

-L'entraîner à jeûner, si cela ne l'affaiblit pas, afin qu'il soit accoutumé au jeune en étant plus grand. Al-Bukhari a intitulé un chapitre de son Sahih : « le jeûne des enfants » (...) d'après Rubay' bint mu'awidh : le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a envoyé un message aux villes des Ansars le jour de 'Ashura où il dit : 

« Celui qui s'est levé sans avoir jeûné qu'il continue ainsi et celui qui jeûne qu'il termine son jeûne ».

Rubay' dit : Ensuite, nous jeûnions ce jour, et nous faisions jeûner nos enfants et si l'un d'eux pleurait à cause de la faim, nous lui donnions un jouet en laine afin qu'il patiente jusqu'à la rupture.


-Il faut apprendre à l'enfant la croyance authentique, en lui disant comme disait le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) à Ibn 'Abbas :

«Ô mon enfant ! Je vais t'enseigner quelques préceptes. Observe les commandements d'Allah, Il te protègera. Observe les commandements d'Allah, tu Le trouveras devant toi. Si tu demandes quelque chose, demande-la à Allah. Si tu cherches de l'aide, cherche-la auprès d'Allah Sache que si la communauté s'unissait pour te faire du bien, ils ne te feraient que le bien qu'Allah t'a écrit, et s'ils se réunissaient pour te causer du tort, ils ne te feraient que le tort qu'Allah t'a écrit. Les plumes sont levées et l'encre des feuillets a séché».


-Il faut conseiller l'enfant à la manière de Luqman, Allah dit (traduction rapprochée) : 

« Et lorsque Luqman exhorta son fils en lui disant : "
Ô mon enfant, ne donne pas d'associé à Allah, car le polythéisme est certes une injustice énorme". Nous avons commandé à l'homme [la bienfaisance envers] ses parents; sa mère l'a porté [subissant pour lui] peine sur peine, son sevrage a lieu à deux ans." Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents et vers Moi est la destination finale. Et si tous deux te forcent à M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais vis avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui revient (se repent) vers Moi. Vers Moi est votre retour, et Je vous informerai alors de ce que vous faisiez". "Ô mon enfant, fût-ce le poids d'un grain de moutarde, au fond d'un rocher, dans les cieux ou sur terre, Allah le fera venir. Allah est infiniment Doux et Parfaitement Connaisseur. Ô mon enfant, accomplis la prière, ordonne le bien, interdis le mal et endure ce qui t'arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise ! Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance, car Allah n'aime pas le présomptueux plein de gloriole. Sois modeste dans ta démarche, et baisse ta voix, car la voix la plus détestable est bien la voix des ânes". » (Luqman 13-19)

-Il faut lui apprendre à demander la permission lorsqu'il veut entrer, Allah dit 
(traduction rapprochée) 


« Ô vous les croyants ! Que les esclaves que vous possédez et les enfants qui n'ont pas encore atteint la puberté vous demandent permission avant d'entrer, à trois moments : avant la prière de l'aube, à midi quand vous enlevez vos vêtements, ainsi qu'après la prière de la nuit; trois occasions de vous dévêtir. En dehors de ces moments, nul reproche ni à vous ni à eux d'aller et venir, les uns chez les autres. C'est ainsi que Allah vous expose clairement Ses versets, et Allah est Omniscient et Sage. ».

-Il faut lui apprendre les choses interdites afin qu'il s'en écarte, Abu hurayra rapporte que Al-Hassan avait pris une datte donnée en aumône et la mis dans la bouche, et le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) lui dit : 

« Crache ! Crache ! Et écarte-toi en, ne sais-tu pas que nous ne mangeons pas de l'aumône ».


-Il faut lui expliquer le sens des versets ou des hadiths qu'on lui récite.

-Il faut lier son cœur à Allah, alors qu certains enfants, on va lier leur cœur à cette vie ou aux diplômes. Leurs cœurs sont remplis de ténèbres et il se peut que ces ténèbres ne l'emportent.

-Il faut prendre soin de lui apprendre le Coran, il faut lui apprendre tous les jours, ne serait-ce qu'un verset. Ceux qui s'adonnent au Coran sont les meilleurs de gens, comme il est rapporté par Al-Bukhari d'après 'Uthman ibn 'Affan, le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Le meilleur d'entre vous est celui qui apprend le Qur'an et l'apprend aux autres ».

Et le prophète ( salallahu 'alayhi wasalam) a recommandé de donner de l'importance au Qur'an. Al-Bukhari rapporte que Talha a demandé à 'Abdallah ibn abi Awfa : « Le prophète a-t-il recommandé quelque chose ? Il dit : non. Je dis : Comment donc est parvenu aux gens sa recommandation : on leur a ordonné mais pas recommandé ? Il dit : il leur a recommandé le Livre d'Allah. ». Al-Hafidh ibn Hajar dit : Le sens de sa parole « il leur a recommandé le Livre d'Allah » signifie l'apprendre par cœur, le suivre, mettre en pratique ses ordres, s'éloigner de ses interdits, le réciter et l'apprendre constamment.

Et le Qur'an intercèdera pour celui qui l'apprend, comme il est rapporté par l'imam Muslim d'après Abu Umama Al-Bahili, le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Lisez le Qur'an, car il intercédera le Jour de la Résurrection pour ceux qui le lisaient ».

Il rapporte aussi d'après An-Nawas ibn Sam'an Al-Kilabi, le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« On fera venir le Qur'an et ceux qui le mettaient en pratique. Sourate Al-Baqara et Al-'Imran seront devant et intercèderont pour celui qui les aura appris ».

Il y a beaucoup de hadiths sur les vertus du Qur'an et de ceux qui l'apprennent :

'Aisha rapporte que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit :

 « Celui qui lit le Qur'an avec aisance est parmi les scribes nobles et pieux (le anges) et celui qui le lit avec difficulté a deux récompenses » 
(Al-Bukhari et Muslim)

Abu Musa Al-'Ash'ari rapporte que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Le croyant qui lit le Qur'an est comme le citron, son odeur et son goût sont bons ; le croyant qui ne lit pas le Qur'an est comme la datte : elle n'a pas d'odeur et son goût est bon ; l'hypocrite qui lit le Qur'an est comme le basilic : son odeur est bonne et son goût est amer ; et l'hypocrite qui ne lit pas le Qur'an est comme la coloquinte (sorte de concombre) : elle n'a pas d'odeur et son goût est amer. » 
(Al-Bukhari et Muslim)

'Abdullah ibn 'Umar rapporte que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Par ce Livre, Allah élève des peuples et en abaisse d'autres » 
(Muslim).

'Abdullah ibn 'Amru ibn Al-'As rapporte que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« On dira à celui qui lisait le Qur'an : récite mélodieusement comme tu récitais sur terre, ton degré (au paradis) sera fonction du dernier verset que tu réciteras » 
(Ahmad, Abu Dawud, at-Tirmidhi)

'Abdullah ibn 'Umar rapporte que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« La jalousie est interdite sauf en deux cas : un homme à qui Allah a donné le Qur'an et qui le met en pratique nuit et jour et un homme à qui Allah a donné de l'argent  et qui le dépense (sur le sentier d'Allah) nuit et jour ».
(Al-Bukhari et Muslim).

Et celui qui apprend doit réviser sous peine d'oublier rapidement ce qu'il a appris, l'imam Al-Bukhari rapporte d'après Abu Musa que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Révisez le Qur'an, car par Celui qui détient mon âme dans Sa main, il est plus prompt à se sauver que la chamelle qui n'est pas attachée ».


-Il ne faut pas laisser les enfants fréquenter les enfants des gens grossiers, car ce faisant il prendra leurs mauvaises habitudes, et cela détruira ce qu'il a appris. Le poète dit : « l'enfant apprend ce qu'on lui donne et il n'oublie pas, car son cœur est comme un joyaux pur. Grave dans son cœur ce que tu veux, il s'en souviendra. ». L'esprit de l'enfant est vide, prêt à tout accepter, comme on dit : « graver pendant la jeunesse est comme graver dans la pierre ».

-Il ne faut pas laisser l'enfant sortir le soir, car les diables se répandent à ce moment et peuvent lui causer du tort. L'imam Al-Bukhari rapporte, d'après Jabir ibn 'Abdillah que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Lorsque le soleil se couche, faites rentrer vos enfants, car les diables sortent à ce moment. Puis, lorsqu'une heure est passée, laissez-les et fermez les portes en mentionnant le nom d'Allah, car les diables ne peuvent ouvrir une porte fermée »


-Il faut parfois laisser l'enfant jouer seul, car si on l'empêche constamment de jouer, il sera moins disponible intellectuellement et il s'ennuiera.

Si les parents veulent élever leurs enfants, qu'ils leur donnent une éducation islamique, qu'ils leur apprennent le Qur'an et la sunna. Parmi les choses qui élèvent les parents dans l'au-delà, s'ils sont musulmans, est l'invocation de l'enfant pieux pour eux, comme il est rapporté par l'imam Muslim d'après Abu Hurayra, le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« Lorsque le fils d'Adam meurt, des œuvres s'arrêtent, sauf pour trois d'entre-elles : une aumône continue, une science dont les gens profitent, un enfant pieux qui invoque pour lui ».

Abu Hurayra rapporte que le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 

« On élèvera le rang du serviteur pieux au paradis et il dira : ö Seigneur, comment pourrais-je avoir cela ? On lui dira : grâce à la demande de pardon de ton enfant pour toi. » 
(Sahih Al-Musnad).

Si les parents et les enfants sont pieux, mais que ces derniers n'atteignent pas le niveau de leurs parents, Allah les élèvera au niveau de leurs parents, Allah dit 
(traduction rapprochée) 


« Ceux qui auront cru et que leurs descendants auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. Et Nous ne diminuerons en rien le mérité de leurs oeuvres, chacun (n'ayant pour lui) que ce qu'il aura acquis » (At-Tur 21)

L'enfant peut être un bienfait pour ses parents, en leur obéissant, en étant bon avec eux, et c'est ce que les pieux demandent à leur Seigneur, comme Allah dit 
(traduction rapprochée) 


« Et ceux qui disent : "Seigneur, fais de nos épouses et nos enfants la réjouissance de nos yeux et fais de nous des guides pour les pieux" »

-Il faut chercher à ce que l'enfant fréquente des gens pieux, c'est pour cela que cette mère pieuse qu'est Umm Sulaym a amené son fils Anas au prophète (salallahu 'alayhi wasalam) en lui disant : ö messager d'Allah, Anas est à ton service, invoque Allah pour lui. Il dit alors :

« O Seigneur ! Augmente et béni sa richesse et ses enfants »

Umm Hudhayfa demanda à son fils Hudhayfa Ibn Al-Yaman : Quand dois-tu le voir ? Elle voulait dire le prophète (salallahu 'alayhi wasalam). Je lui dis : je ne l'ai pas vu depuis, tant et tant. Elle n'a cessé de me le reprocher, et je lui a dit : laisse-moi, j'irai prier avec le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) la prière du maghrib  et je lui demanderai qu'il demande pardon pour toi et moi. Je suis allé voir le prophète (salallahu 'alayhi wasalam), j'ai prié avec lui le maghrib, il s'est en allé et je l'ai suivi. Il entendit ma voix et dit : Qui est là ? Hudhayfa. Je dis : oui, c'est moi. Il dit : « Que désires-tu, qu'Allah te pardonne ainsi qu'à ta mère ? Il dit : Cet ange n'était jamais descendu sur terre avant cette nuit, il a demandé la permission à Allah de me saluer et m'a annoncé que Fatima est la princesse des femmes du paradis » (At-Tirmidhi)

Les parents doivent faire beaucoup d'efforts dans l'éducation de leurs et enfants, et la guidée reste entre les mains d'Allah. L'homme ne peut se guider lui-même, comment le pourrait-il pour quelqu'un d'autre. A l'exemple de Nuh, un des prophètes d'Allah qui n'a pu guider son fils, il l'incitait pourtant à être avec eux et pas vec les mécréannts, comme Allah dit 
(traduction rapprochée) 


« Et Nuh appela son fils, qui était resté en un lieu écarté (non loin de l'arche) : "Ô mon enfant, monte avec nous et ne reste pas avec les mécréants". Il répondit : "Je vais me réfugier sur un mont qui me protégera de l'eau". Et Noé lui dit : "Il n'y a aujourd'hui aucun protecteur contre l'ordre d'Allah. (Tous périront) sauf celui à qui Il fait miséricorde". Et les vagues s'interposèrent entre eux, et le fils fut du nombre des noyés » (Hud 42-43)

De même qu'Ibrahim qui exhortait son père à laisser le polythéisme, comme il est rapporté dans de nombreuses sourates, pourtant il n'a pas suivi les conseils de son fils, et dit au contraire 
(traduction rapprochée) 


« Si tu ne cesses pas, je te lapiderai, et éloigne-toi de moi pour un long moment" ». (Maryam 46)

Ainsi que notre prophète, Muhammad qui incitait son oncle Abu Talib à se soumettre, malgré tout il refusa et mourut sur le polythéisme. Et les exemples sont nombreux, y compris parmi les salafs :

Shu'ba ibn Al-Hajaj disait : « J'ai eu un fils et je l'ai nommé Sa'd, mais il n'a pas réussit (mâ sa'ada). Je lui disais : va voir Hisham Ad-Dustawa'i. Et il me répondait : je préfère m'amuser avec les pigeons » (Mizan al-'itidal 2/122)

Isma'il ibn Ibrahim ibn Muqasim était un homme pieux, et parmi ses enfants était Ibrahim, c'était un  pur jahmi, il disait que le Qur'an était créé.

La guidée est donc entre les mains d'Allah, mais il faut mettre en œuvre les causes (de la guidée), et si Allah veut du bien (à cet enfant), il le fera suivre les conseils (de ses parents), et s'Il veut autre chose pour lui, il restera sur sa voie, comme dit le poète : « Si la nature est mauvaise, ni le bon comportement, ni l'éducateur ne seront d'aucune utilité ».

Certains enfants sont des épreuves pour leurs parents, c'est pour cela qu'Allah dit 
(traduction rapprochée) 


« Ô vous les croyants ! Vous avez en (certains de) vos épouses et vos enfants un ennemi [une tentation]. Prenez-y garde. » (At-Taghabun 14)

Dans ce verset « en » (min) signifie : certains.

 

(traduction rapprochée)

« Ô vous les croyants ! Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du rappel d'Allah. Et ceux qui le font sont les perdants » (Al-Munafiqun : 9)

ist2 6333360-decorative-dividers
L'enfant est une épreuve pour ses parents
s'il est la cause de leur éloignement de la religion
parmi les exemples de cela...


-Si le père est musulman et que son enfant tombe malade et qu'il essaie par tous les moyens de le soigner au point d'aller chez les voyants, les devins, ce qui est une mécréance, car ils prétendent connaître l'Invisible, que seul Allah connaît (traductions rapprochées) 


« Et Allah ne vous a pas fait connaître l'invisible » (Al-'Imran 179)

« Les clés de l'Invisible sont auprès de Lui, personne ne les connaît en dehors de Lui... » (Al-An'am 59). 

Et il y a beaucoup d'autres preuves. Ainsi, par la cause de son enfant, ce père commettra un acte de polythéisme.


-D'autres négligent leurs obligations (religieuses) pour pourvoir aux besoins de leurs enfants et les distraire.

-D'autres installent la télévision chez eux pour distraire leurs enfants, alors que la télévision est haram, pour tout le mal qu'elle comprend : les images, les instruments de musique, le fait de regarder les hommes et les femmes, son adhésion aux principes des ennemis de l'islam, et d'autres maux encore.

C'est en cela que l'enfant peut être un ennemi pour ses parents, et il ne leur sera d'aucune utilité le Jour de la résurrection, au contraire, il se sauvera d'eux, comme Allah dit 
(traduction rapprochée) 


« le jour où l'homme fuira son frère, sa mère, son père, son épouse et ses enfants, car chacun d'eux, ce jour-là, sera préoccupé pour lui-même »  ('Abasa : 34-37).

Et quiconque est éprouvé par un enfant désobéissant, qu'il invoque son Seigneur, comme Allah dit 
(traduction rapprochée) 


« Et votre Seigneur dit : invoquez-Moi, Je vous répondrai... » (Al-Ghafir 60). 

La douceur des parents est restreinte par les limites de la Législation, il n'est donc pas permis d'accomplir un acte illicite pour son enfant.


Nasihati li nisa p.54-64
copié de salafs.com

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال