compteur de visite

Catégories

1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 20:24
Ce qu'il faut dire quand le petit éternue

Cheikh Salih Al Fawzan a dit :

 

Le petit, si il éternue, on ne lui dit pas : "Yarhamouka ALlah", mais on invoque pour lui la baraka (la bénédiction).

 

On dit : "bâraka ALlahou fik" !

 

Car un petit a éternué chez le prophète صلى الله عليه وسلم et il lui a dit :

 

"بارك الله فيك bâraka ALlahou fik"

(Rapporté par elhafid elsalafy)

 

Et il صلى الله عليه وسلم ordonna au petit, si il éternue de louer ALlah par aspect éducatif !

 

Charh manedoumati el adab el char3iya page 280

traduction : Mounir abou ismael  


قال العلامة صالح بن فوزان الفوزان حفظه الله تعالى
أما الصغير إذا عطس : فإنه ﻻ يُشَمّتْ ولكن يدعو له بالبركة
يقال : بارك الله فيك
لأنه عطس طفل عند النبي صلى الله عليه وسلم فقال : بارك الله فيك
أخرجه الحافظ السلفي
وأمر الطفل إذا عطس أن يحمد الله من باب التعليم
[شرح منظومة الآداب الشرعية 
280 ]

Cheikh Fawaz Al-'Awadi du Koweit a dit :

 

Le hadith :

 

"Un enfant a éternué devant le prophète صلى الله عليه وسلم et qu'il lui a dit "bâraka ALlahou fik""

 

n'est pas authentique.

 

traduction : Abou Zayd Abdullah Mayer

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Fawaz Al-'Awadi - الشيخ فواز العوضي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 06:58
Puis-je mettre mon enfant à l'école française par peur que les services sociaux me le prennent ? (audio)

 

Question d'une soeur :

 

Qu’Allah vous accorde le Paradis et vous récompense ainsi que les admin pour ce que vous faites.

 

Je suis une sœur de France, maman d’un enfant de 4ans el hamdouli Allah, il n’est pas scolarisé.

 

J’aimerais beaucoup faire la Hijra (émigration d’un pays de mécréance vers un pays musulman) pour préserver ma famille de toutes les fitan (tentations/épreuves) que nous rencontrons en France.

 

Mais pour le moment nous sommes dans l’incapacité de faire la Hijra خير إن شاء الله.

 

Mon mari n’étant pas sur le minhadj Salafi, qu’Allah lui accorde la guidance sur le haqq (vérité), veut mettre notre enfant à l’école l’année prochaine.

 

Vu ce qu’il se passe en ce moment en France, une sœur s’est faite enlever ses enfants par la police etc, il craint que si on ne les met pas à l’école, après les services sociaux disent qu’on veut les radicaliser.

 

Que me conseillez vous de faire : Dois-je laisser faire mon mari, m’est-il permis de le mettre à l’école vu ce qu’il se passe en ce moment ?

 

بارك الله فيكم pour votre réponse.

 

Réponse :

 

و عليكم السلام و رحمة الله و بركاته

 

Je pense, و الله سبحان و تعالى اعلم, que si quelqu’un les met dans l’école, avec cette intention de peur c’est-à-dire de peur qu’on les lui prenne, je pense والله تعالى اعم que peut-être c’est une excuse et même une «Dharoura - ضرورة» (nécessité) car de prendre les enfants, de prendre mes enfants ce n’est pas une chose facile.

 

Mais il faudrait que cette menace soit, comme on dit en arabe « mouhaqqaqa wa layssat wahamiya - محققة وليست وهمية », il ne faudrait pas que ce soit une menace, un sentiment qui m’est passé par le cœur, mais vraiment quelque chose de vrai et de véridique, et qui arrive souvent.

 

Ce n’est pas parce que c’est arrivé à une sœur de l’autre côté de la France, que ça va arriver à tout le monde.

 

Mais il faut voir, si je suis sûr que ça arrive, ou qu’il y a jusqu’à 80% que ça puisse arriver, و الله عز و جل  اعلم que ça peut être une excuse.

 

Mais le meilleur moyen c’est إن شاء الله تعالى de voir comment partir vite.

 

Car les savants ont dit que les emmener dans des écoles pareilles c’est les détruire.

 

Car l’enfant va apprendre toutes les choses du « koufr » (mécréance) très jeune ; C’est pour cela que celui qui se trouve contraint de les emmener dans les écoles, ces écoles là, alors il a une grande responsabilité le soir à la maison... 

 

Ouvrir le livre et de lui demander : « Qu’est-ce que vous avez lu aujourd’hui ?».

 

Et de lui faire comprendre que « ça et ça et ça c’est faux ! 

Il ne faut pas dire ça au maître mais je te le dis entre moi et toi pour que tu apprennes des choses. 

Ne dis pas ça au maître ou à la maîtresse mais ça c’est faux, ce n’est pas vrai qu’un homme peut se marier avec un homme ce n’est pas vrai !

Na'am, l’homme doit se marier avec une femme, c’est comme ça qu’a dit Allah ».

 

Eux ils leur apprennent que c’est possible, homme avec homme, femme avec femme et… la poule avec la poule.

 

(Le Cheikh lit) : « Certaines sœurs donnent des cours à domicile afin de ne pas les mettre à l’école. »

 

Na'am, si il y a des cours à domicile, je prends des cours à domicile et je ne les mets pas à l’école, surtout qu’il y a des sœurs qui donnent des cours.

 

Il ne faut surtout pas dire c’est cher, et l’argent, etc

 

L’argent ne vaut rien quand c’est pour الله سبحان و تعالى.

 

L’or ne vaut rien et le diamant ne vaut rien quand je fais quelque chose pour Allah سبحان و تعالى et pour l’avenir de mes enfants, pour qu’ils soient des muslims, des vrais.

 

و الله سبحان و تعالى اعلم

 

Réponse donnée sur Paltalk lors des questions/réponses

Retranscription par une soeur de l’équipe du site 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy - الشيخ أبو عبد الله محمد تشلابي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 19:42
Le bénéfice dans l'éducation des enfants

Si tu vois ton fils ou ta fille commettre une faute, ne lui dis pas directement : "Ô malicieux", et que "Tu es [ceci ou cela ]", non.

 

Aiguille-le et isole toi de lui.

 

Et parfois si tu t'en détournes ou l'abandonnes, il se peut que cela soit plus dur pour lui que ce mot, et il sentira qu'il a commis une faute.

 

S'il y retourne [à la faute], oriente-le alors avec bienveillance, ne l'affronte pas avec la parole, car certes les âmes fuient.

 

Tu dois être comme le prophète -Salla Allah Alaihi Wa Sallam- poli dans ses faits, et doux dans son interdiction, car les âmes ont un droit, et peut être qu'elle rejettera la vérité suite au malfaisance de cetains gens.

(Sharh Kitab Al-Jame' min Blough Al-Maram - Leçon 03)

Groupe de traduction et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali


فائدة في تربية الأبناء 
○ إذا رأيت ولدك أو بنتك وقع في مخالفة فلا تقم عليه مباشرة : يا خسيس ، يا اللي فيك ، لا ؛ وجه وأعرض بالهجر ؛ فأحيانا إذا أعرضت عنه يوما أو هجرت يمكن أشد عليه من الكلمة هذه ، فيحس أنه أخطأ ، فإذا عاد وجهته بالحسنى ، لا تجابهه بالكلام ؛ فإن النفوس تفر . فعليك أن تكون كرسول الله -صلى الله عليه وسلم- لطيفا في الأمر ، ولطيفا أيضا في النهي فإن النفوس لها حظ ، وربما ردت الحق بسبب عدم الإحسان في عرضه من بعض الخلق
( شرح كتاب الجامع من بلوغ المرام - الدرس 03)

 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 15:07
Il est préférable de choisir un meilleur prénom qui commence par «`Abd»

Question :

 

Est-il permis à un musulman de prendre les prénoms suivants: "Tâha"-"Yâ-sîn"-"Khabâb"-"`Abd-al-Mottalib"-"Al-Habâb"-"Qâroun"-"Alwal".

 

Les prénoms "Tâha" et "Yâ-sîn" font-ils partie des prénoms du Prophète Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ou pas?  

 

Réponse :

 

Il est permis de donner ces prénoms car il n'y a aucun texte qui l'interdit.

 

Mais il est préférable de choisir un meilleur prénom qui commence par "`Abd" tels que "`Abd-Allah" ou "Abd-Ar-Rahmân" ou " `Abd-Al-Malik".

 

Ainsi également choisir "Sâlih", "Mohammad" à la place de "Qâroun", etc..

 

S'agissant du prénom "`Abd-Al-Mottalib", celui-ci est permis exceptionnellement car le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) l'a admis pour certains de ses compagnons.

 

Il n'est pas permis de se donner un prénom tel que " 'Abd-An-Nabî" ou " `Abd-Al-Housayn" ou "`Abd-Al-Ka`ba".

 

Abou Mohammad Ibn Hazm a mentionné que les gens de science étaient unanimement pour interdire ce type de prénoms.

 

Ni " Tâha", ni "Yâ-sîn" ne sont des prénoms du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) selon l'avis le plus juste des savants et que ces lettres séparées se trouvant en début de certaines sourates telles que "Sâd", "Qâf" ou "Noun".

 

Et la réussite vient d'Allah.

 

س: هل يجوز للمسلم أن يُسمى بهذه الأسماء: طه، ياسين، خباب، عبد المطلب، الحباب، قارون، الوليد ؟ وهل طه وياسين من أسماء النبي محمد صلى الله عليه وسلم أم لا؟ 

ج: يجوز التسمي بهذه الأسماء لعدم الدليل على ما يمنع منها، لكن الأفضل للمؤمن أن يختار أحسن الأسماء المعبدة لله مثل عبد الله وعبد الرحمن وعبد الملك ونحوها، والأسماء المشهورة كصالح ومحمد ونحو ذلك بدلاً من قارون وأشباهه، أما عبد المطلب فالتسمي به جائز بصفة استثنائية؛ لأن النبي صلى الله عليه وسلم أقر بعض الصحابة على هذا الاسم

ولا يجوز التعبيد لغير الله كائنًا من كان كعبد النبي وعبد الحسين وعبد الكعبة ونحو ذلك، وقد حكى أبو محمد ابن

حزم إجماع أهل العلم على تحريم ذلك

وليس طه وياسين من أسماء النبي صلى الله عليه وسلم في أصح قولي العلماء، بل هما من الحروف المقطعة في أوائل السور مثل ص وق ون ونحوها، وبالله التوفيق

(الجزء رقم : 18، الصفحة رقم: 54)

 

(Numéro de la partie: 18, Numéro de la page: 54)

copié de alifta.net

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 00:40
Faire avec les enfants une activité avec de «la pâte à sel» ou «la pâte à modeler maison»

Question :

 

Nous sommes des enseignantes, nous travaillons dans un jardin d’enfants (école maternelle), et il s’y trouve pour nous, un coin d’une pièce appelé « le coin d’expression artistique ».

 

On y fournit aux enfants une pâte composée de farine blanche, sel, huile, et colorant alimentaire.

 

Elle est pétrie par l’institutrice jusqu’à ce qu’elle devienne une pâte colorée, plus souple que l’argile.

 

Elle est présentée aux enfants afin qu’ils jouent avec, sachant qu’il s’en émiette des petits bouts sur le sol, et ils sont piétinés par les pieds.

 

Quand cette pâte sèche, elle est jetée à la poubelle. 

 

Quel est le jugement de jouer avec la pâte décrite ci-dessus, alors que c’est un programme du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement ?

 

Informez nous à ce sujet, soyez-en remercié et qu’Allâh vous récompense de la meilleure récompense.

 

Réponse :

 

Fournir la pâte telle que décrite dans la question, aux enfants afin qu’ils jouent avec, est un mépris envers la nourriture et un gaspillage, vu le grand besoin (de nourriture) dans lequel sont beaucoup de gens.

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a certes ordonné la préservation de la nourriture et de l’honorer, et il a indiqué à quiconque, dont quelque chose tombe de sa bouchée, qu’il la débarrasse de toute nuisance et qu’il la mange et qu’il ne la laisse pas à shaytân.

 

Il est possible de fournir aux enfants une matière alternative, telle que l’argile, ou quelque chose de ce genre, qui remplirait la même fonction que ce sur quoi s’exercent les enfants.

 

Et c’est Allâh qui accorde la réussite ; que la paix et le salut d'Allâh soient sur notre Prophète Mohammad, sur sa famille et sur ses Compagnons.

 

Traduit par Oum Oumayr

Fatwa 23274

Publié par 3ilmchar3i.net

س: نحن معلمات نعمل في رياض الأطفال ويوجد لدينا ركن يسمى: ركن التعبير الفني، ويقدم للأطفال فيه العجين، وهو عبارة عن (دقيق أبيض، ملح، زيت، ألوان طعام) يعجن من قبل المعلمة حتى تصبح عجينة ملونة أطرى من الصلصال فيقدم ليلعب به الأطفال، علمًا أنه يتساقط أجزاء منه على الأرض ويداس بالأقدام وعند جفاف تلك العجينة ترمى في سلة المهملات؟ ما حكم اللعب بالعجين على الوصف أعلاه وهو مقرر من وزارة التربية والتعليم؟ أفيدونا في ذلك مشكورين وجزاكم الله خير الجزاء

ج: تقديم العجين بالصورة المذكورة في السؤال إلى الأطفال ليلعبوا به امتهان للنعمة وإهدار لها مع مسيس حاجة كثير من الناس إليها، وقد أمر صلى الله عليه وسلم بحفظ النعم وإكرامها، وأرشد من سقط من لقمته شيء أن يميط عنه الأذى ويأكله ولا يدعه للشيطان، ويمكن أن يقدم للأطفال مادة بديلة كالصلصال أو نحوه تؤدي الغرض نفسه الذي يدرب عليه الأطفال
(الجزء رقم : 2، الصفحة رقم: 576)
الفتوى رقم - 23274

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 22:21
L'éducation par la récompense

Lorsque l'on veut ancrer les bonnes habitudes en l'enfant, il convient de le récompenser lorsqu'il accomplit une bonne chose de façon à éveiller en lui une certaine fierté de soi.

 

Nos pieux prédécesseurs ont parfaitement cerné l'importance de l'encouragement et de la récompense et son effet sur la réactivité de l'enfant.

 

An-Nadr ibn Al-Hârith a dit: j'ai entendu Ibrâhîm ibn Adham dire :

 

" Un jour, mon père me dit: " Ô mon fils! Etudie la science du hadîth. A chaque fois que tu entendras un hadîth et que tu le mémoriseras, je te donnerai un dirham".

C'est ainsi que débutèrent mes études de la science du hadîth."

 

La récompense peut être de différents types :

 

-Ce peut être une récompense matérielle palpable, comme un jouet, un bonbon, un peu de monnaie, un repas qu'il aime, etc.

 

-Ce peut être une récompense morale qui lui fera plaisir, comme l'éloge, le sourire, manifester en public le fait d'être fier de lui pour un acte accompli.

 

Néanmoins, l'éducateur ne doit pas oublier que la modération dans l'éloge fait partie de la bienséance islamique, et c'est là une pédagogie à laquelle il devra se conformer.

 

Il ne devra pas être excessif dans l'usage des expressions élogieuses pour qu'elles ne perdent pas leur valeur et pour éviter que l'enfant ne devienne prétentieux.

 

Enfin, la récompense matérielle ne devra pas être systématique en raison des effets néfastes que cela peut engendrer sur la psychologie de l'enfant dans l'avenir.

 

Il faudra donc équilibrer récompense matérielle et récompense morale. [1]

 

[1] Voir l'éducation des enfants dans l'antre de l'Islam de Muhammad Hâmid An-Nâsir et Khawlah 'Abd Al-Qâdir Darwish (p.200-201) Voir aussi La responsabilité du père musulman dans l'éducation de l'enfant de 'Adnân Hasan (p.439).

 

Tiré du livre "J'éduque mon enfant"

copié de rappel01.fr

 

 Umm Abd Ar-rahman Al-Athariya

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 12:22
Lettre d'un père à son fils l’encourageant à faire la prière

Au nom d'Allâh, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

 

A mon cher et noble fils (ou fille), qu'Allâh te préserve, sois satisfait de toi et te rende heureux dans ce bas monde et dans l'autre.

 

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allâh soient sur toi.

 

Je t'écris cette lettre pleine d'amour et de rappel, à l'encre de mon cœur.

 

D'un père, affectueux et compatissant à l'égard de la prunelle de ses yeux et de ce qu'il a de plus cher, qui espère ton bonheur et ta réussite.

 

Et c'est Allâh Seul que j'invoque afin qu'Il t'oriente et veille sur toi.

 

Sache, mon cher fils, que la prière est la chose la plus importante pour le serviteur d'Allâh.

 

Celui qui la préserve et l'accomplis assidument aura préservé sa religion.

 

Quant à celui qui la délaisse, le reste de ses actions n'en seront que plus mauvaises.

 

Elle constitue le pilier centrale de la religion, et la validité de ses autres actions repose sur l'acceptation de sa prière.

 

Si sa prière est mauvaise, le reste de ses actions le seront.

 

C'est la première obligation en Islam, et c'est la dernière chose qui sera abandonnée de la religion.

 

Ainsi elle représente le début et la fin de l'Islam.

 

La pratique d'un musulman, ses adorations et son comportement dans sa vie mondaine et religieuse ne seront correctes que lorsqu'il accomplira cette prière comme il se doit.

 

Mon cher fils, sache que tu as deux rendez-vous durant lesquels tu te présenteras devant Allâh.

 

L'un d'entre eux à lieu ici bas, et le second lorsque tu rencontreras Allâh au Jour de la Résurrection.

 

La réussite de ton second rendez vous dépend de la bonne tenue du premier, tout comme la perdition de celui-là résulte de la négligence de celui-ci.

 

Le premier rendez vous : c'est cette prière qu'Allâh a prescrite et rendue obligatoire à Ses serviteurs cinq fois par jour.

 

Ainsi, celui qui la préserve, lui accorde de l'importance, l'accomplit à son heure, en respectant ses conditions, ses piliers, et ses actes obligatoires verra son rendez vous le Jour du Jugement écourté et facilité.

 

Il sera heureux et satisfait.

 

Mais s'il n'accorde aucune importance à cette prière, la délaisse et néglige ses conditions, ses piliers, et ses obligations, alors son rendez vous se passera dans des conditions difficiles.

 

D’après Hurayth Ibn Qabîssa رحمه الله qui rapporte :

 

«Je me rendais à Médine et invoquais Allâh qu'Il m'accorde un compagnon vertueux.

Alors je me suis assis auprès d'Abû Hurayra رضي الله عنه et lui dit : «Ô Abû Hurayra ! J’ai prié Allâh de m'accorder un compagnon vertueux. Enseigne-moi donc un hadith que tu as retenu du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم, en espérant qu'Allâh m'en fasse profiter.»

Abû Hurayra lui dit : «J'ai entendu le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم dire :

«La première chose sur laquelle sera jugé le serviteur au Jour de la Résurrection est sa prière.

Si elle s’avère bonne il aura réussi et sera bienheureux.

Et si elle s’avère mauvaise, alors il aura échoué et sera perdant». [1]

 

Remarque donc, mon cher fils, que la réussite de ton second rendez-vous dépend de la bonne tenue du premier, tout comme la perdition du deuxième dépend également du premier.

 

Crains donc Allâh sur la prière et sois assidu à ce rendez-vous devant Allâh. Accorde de l'importance à cette prière, Allâh t'en accordera également, et ta place grandira auprès de Lui.

 

Ô mon enfant !

 

Si Allâh t'a accordé un père qui veille à ce que tu accomplisses la prière régulièrement et qui t'y encourage, prends garde à ne pas te mettre en colère contre lui ou être dérangé par l'attention qu'il te porte.

 

Par Allâh !

 

Il n'agit ainsi que pour te voir préservé de la colère d'Allâh et par espoir que tu obtiennes Sa satisfaction.

 

Car Allâh ne sera jamais satisfait de toi que lorsque tu accompliras cette prière avec assiduité.

 

Mon cher enfant,

 

Il fait partie du respect de cette prière et de sa considération que lorsque tu y es appelé, tu t'y rendes avec dynamisme et envie, et non pas avec paresse et nonchalance.

 

Abû Al-Qâsîm Al-Asbahânî رحمه الله a rapporté dans son livre «At-targhîb wa at-tarhîb» (n°1904) d’après 'Abdullâh Ibn 'Abbâs رضي الله عنه :

 

«Il est détestable que l'homme se lève pour la prière avec paresse.

Qu'il s'y rende plutôt avec un visage apaisé, avec envie et enthousiasme, car il s'adresse à Allâh.

Et que lorsqu'il prie, Allâh est devant lui, pardonnant ses péchés et répondant à ses invocations.»

 

Puis Ibn 'Abbâs récita le verset :

 

{ وَإِذَا قَامُوا إِلَى الصَّلَاةِ قَامُوا كُسَالَى }

 

"Lorsqu’ils se disposent à faire la prière, ils se lèvent avec paresse". (Sourate 4/An-Nisa verset 142). » [2]

 

Ainsi, la faiblesse, la paresse, et la nonchalance chez le serviteur résultent de la faiblesse de son cœur, et du fait qu’il ignore la valeur et la place qu’a la prière auprès d'Allâh.

 

Observe l'importance qu'avait cette prière pour les premières générations de cette communauté, comme le rapporte 'Abdullâh Ibn Mas'ûd رضي الله عنه qui a dit :

 

«De notre époque, personne parmi nous ne manquait la prière en commun si ce n’est un hypocrite dont l'hypocrisie était connue de tous.

Certes, il arrivait qu’on amène un homme dans un état tel que deux hommes devaient le trainer jusqu’à le placer dans le rang». [3]

 

Lorsque l'un d'entre eux ne pouvait se rendre tout seul à la prière en raison d'une maladie ou de la vieillesse, on le porter afin de l'amener à la mosquée jusqu'à le placer dans le rang.

 

Tout cela, car leurs cœurs saisissaient parfaitement la valeur et la place de la prière.

 

Ainsi, leurs corps, malgré leur faiblesse et leur incapacité, étaient portés par leurs cœurs remplis de cette connaissance.

 

Et saches que la prière de l’Aube (Al-fajr) qui marque le début de la journée à une place toute particulière.

 

L’accomplir régulièrement suscite la réussite pour le croyant et son bien être tout au long de la journée.

 

En revanche, la négliger révèle la perte de cette journée et de sa bénédiction.

 

Médite ce hadith d’après Abû Hurayra رضي الله عنه où le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Lorsque l'un de vous s'endort, le diable noue trois nœuds sur sa nuque.

A chaque nœud il dit : «Que ta nuit soit longue, dors longuement.»

Lorsqu'il se réveille s'il évoque Allah un nœud se défait.

S'il fait ses ablutions, un autre nœud se défait.

S'il prie le dernier nœud se défait.

Alors, il se réveille dynamique et de bonne humeur.

Sinon, il se réveille paresseux et de mauvaise humeur». [4]

 

Tel est l'état de celui qui délaisse la prière du Fajr : mauvaise humeur et paresse tout au long de la journée.

 

Alors que s'il accompli cette prière à l’heure, avec les musulmans à la mosquée, elle sera pour lui une source de bénédiction et de bien être pour toute la journée.

 

Médite également le hadith d’après 'Abdullâh Ibn Mas'ûd رضي الله عنه qui rapporte :

 

«On évoqua en présence du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم un homme qui dormit toute la nuit et ne se réveilla qu’au matin.

Le Prophète صلى الله عليه وسلم déclara : «C'est un homme dans l'oreille [ou a-t-il dit : dans les oreilles] duquel le diable a uriné»». [5]

 

Les savants ont expliqué que cette urine est réelle.

 

Comment quelqu'un pourrait-il accepter ceci ?

 

Se lever l'oreille remplie de l'urine du diable.

 

Tel est l'état de celui qui délaisse la prière de l’Aube en son temps.

 

Médite enfin ce hadith d’après Samura Ibn Jundab رضي الله عنه lorsque le Prophète صلى الله عليه وسلم relata un de ses rêves :

 

«[…] Puis nous arrivâmes auprès d'un homme allongé sur le sol à coté duquel se tenait un autre debout et tenant un rocher entre les mains.

Ce dernier jetait le rocher sur sa tête et celle-ci se trouvait broyée.

Le rocher roulait et pendant ce temps sa tête se recomposait.

Puis l'homme debout recommençait et écrasait à nouveau la tête de celui qui était allongé»

 

[…] A la fin du hadith le Prophète صلى الله عليه وسلم dit :

 

«[Les hommes me dirent] : «Le premier homme que tu as vu et dont on broyait le crane avec un rocher, est un homme qui apprenait le Coran sans le mettre en pratique et qui dormait pendant la prière obligatoire […]»». [6]

 

Son châtiment fut appliqué à sa tête car il ne se réveillait pas pour la prière.

 

Celle-ci restait couchée au lieu de se lever...

 

Mon cher fils, prends donc exemple sur les Pieux Prédécesseurs:

 

Wakî' Ibn Al-Jarrâh a dit :

 

«Al-A'mash رحمهما الله - m.148H - avait près de soixante-dix ans, et malgré cela il ne manquait jamais le premier takbîr [d’entrée en prière à la mosquée].

J’ai prié avec lui plus de soixante-dix fois [autre version : Je suis resté deux ans auprès de lui], et je ne l'ai jamais vu rattraper la moindre unité de prière (rak'a)». [7]

 

Ghassân a dit :

 

«Le neveu de Bishr Ibn Mansûr رحمهم الله - m.180H - m'a dit :

«Je n'ai jamais vu mon oncle manquer le premier takbîr [d’entrée en prière à la mosquée]». [8]

 

Sa'îd Ibn Al-Musayyib رحمه الله - m.94H - a dit :

 

«Je n'ai jamais manqué le premier takbîr [d’entrée en prière à la mosquée] pendant cinquante ans.

Et je n'ai jamais vu la nuque d'un homme pendant la prière (Car il priait toujours au premier rang)». [9]

 

Muhammad Ibn Samâ'a رحمه الله - m.223H - a dit :

 

«Pendant quarante ans, je n'ai jamais manqué le premier takbîr [d’entrée en prière] avec l‘Imâm, et je n'ai manqué qu’une seule fois la prière en groupe : Le jour où ma mère est décédée». [10]

 

Abû Dâwûd a dit :

 

«Ibrâhîm [Ibn Maymûn] As-Sâ’igh رحمهما الله - m.131H - était un homme pieux.

Il fut assassiné par Abû Muslim.

Lorsqu'il levait son marteau et qu'il entendait l'appel à la prière, il s’arrêtait avant même d'avoir frappé avec, [et se rendait à la prière]». [11]

 

Ibrâhîm At-Taymî رحمه الله - m.92H - disait :

 

«Si tu vois un homme négliger [d’arriver pour] le premier takbîr [d’entrée en prière], ne lui accorde pas la moindre importance (litt. lave-t-en les mains)». [12]

 

Mon cher fils, la prière est la lumière des Croyants qui illumine leur cœur.

 

C'est le lien entre le serviteur et son Seigneur.

 

Lorsque cette prière est accomplie parfaitement, avec les actes obligatoires et surérogatoires, un cœur recueilli et humilié, le serviteur a alors l'impression de se présenter et se tenir debout devant Allâh, humble et craintif.

 

Il veille à ses moindres faits et gestes devant son Seigneur, L'implore et L'invoque sincèrement.

 

Il ne fait aucun doute qu'une telle prière est l'un des meilleurs moyens d'obtenir tous les biens et de repousser tous les maux et autres turpitudes.

 

Parmi les immenses bienfaits et profits de cette prière est qu'elle permet d'obtenir le pardon d'Allâh, et d'effacer les péchés.

 

D’après Abû Hurayra رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Voyez-vous si l'un d'entre vous avait une rivière devant sa porte dans laquelle il se laverait cinq fois par jour, lui resterait-il la moindre saleté ?»

Ils répondirent : « Il n’en resterait rien.»

Il صلى الله عليه وسلم dit alors : «Telle sont les cinq prières [quotidiennes] par lesquelles Allâh efface les péchés».» [13]

 

Je demande à Allâh le Généreux qu'Il te permette d'honorer cette prière et d'y être assidu, qu'Il te permette de l'accomplir de la meilleure des manières, qu'Il ouvre ton cœur, qu'Il te facilite toutes tes affaires et qu'Il t'élève dans ce bas monde et dans l'autre.

 

Que la prière et le salut d'Allâh soient sur notre Prophète Muhammad صلى الله عليه وسلم, sa famille et ses Compagnons.

 

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allâh soient sur toi.

 

Ton père qui t'aime.

 

[1] Rapporté par At-Tirmidhî n°413, Abû Dâwûd n°864, An-Nassâ'î n°466, Ibn Mâjah n°1425/1426 et authentifié par Al-Albânî dans son tahqîq, «Al-mishkât» n°1280, «Sahîh at-targhîb» n°540 et «Sahîh al-jâmi’» n°2020

[2] Voir «Tafsîr Ibn Kathîr» 2/438

[3] Voir «Sahîh Muslim» n°654

[4] Rapporté par Al-Bukhârî n°1142/3269 et Muslim n°776. Voir «Riyâd us-sâlihîn» n°1165

[5] Rapporté par Al-Bukhârî n°1144/3270 et Muslim n°774. Voir «Riyâd us-sâlihîn» n°1164

[6] Rapporté par Al-Bukhârî n°7047

[7] Ibn Al-Ja’d dans son Musnâd 1/122 et Abû Nu’aym dans «Al-hilyâ» 5/49

[8] Abû Nu’aym dans «Al-hilyâ» 6/240, Adh-Dhahabî dans «Siyar a’lâm an-nubalâ» 8/360 et Ibn Al-Jawzî dans «Sifat us-safwa» 3/376

[9] Abû Nu’aym dans «Al-hilyâ» 2/162 et Adh-Dhahabî dans «Siyar a’lâm an-nubalâ» 4/30

[10] Adh-Dhahabî dans «Siyar a’lâm an-nubalâ» 10/646, Ibn Hajar dans «Tahdhîb at-tahdhîb» 9/204 et Ibn ’Asakîr dans «Tarîkh Baghdâd» 5/341

[11] Voir «Sunân Abû Dâwûd» hadith n°3254 et Adh-Dhahabî dans «Siyar a’lâm an-nubalâ» 5/240

[12] Abû Nu’aym dans «Al-hilyâ» 8/370, Adh-Dhahabî dans «Siyar a’lâm an-nubalâ» 5/62 et Ibn Al-Jawzî dans «Sifat us-safwa» 3/88

[13] Rapporté par Al-Bukhârî n°528 et Muslim n°667. Voir «Riyâd us-sâlihîn» n°1042

 

Traduit par le frère Sami Al-Atharî

Publié par 3ilmchar3i.net

 

رسالةٌ مقترحةٌ من أب لابنه في الحثِّ على الصلاة

نظرا لشكوى عدد من الآباء من تفريط أبنائهم في المحافظة على الصلاة وكسلهم عند إيقاظهم لها حررت هذه الرسالة تعاوننا في نصح الأبناء جعلهم الله لنا أجمعين قرة أعين وأصلحهم وجعلهم من المقيمين الصلاة بمنه وكرمه

بسم الله الرحمن الرحيم

ابني الوفي الكريم /حفظك الله وبلغك رضاه وأسعدك في دنياك وأخراك

آمين

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

وبعد: فهذه رسالة حب وتذكير أكتبها بمداد قلب أب عطوف ووالد مشفق لقرة عينه وفلذة كبده راجيا سعادته ومبتغيا فوزه وطامعا في نجاته، واللهَ وحده أسأل أن يتولاك بتوفيقه ويكلأك برعايته وتسديده

اعلم ابني الكريم أنَّ أهمَّ أمور العبد الصَّلاة؛ فمَن حافَظ عليها وحفِظها حفظَ دينَه، ومن ضيَّعها كان لما سواها من عمله أشدَّ إضاعةً، وهي عمود الإسلام وقَبول سائر الأعمالِ موقوفٌ على قَبول الصَّلاة, فإذَا رُدَّت رُدَّت عليه سائر الأعمال، وهي أوَّل فروض الإسلام، وهي آخِر ما يُفقَد من الدِّين، فهي أوَّل الإسلام وآخره، ولا يستقيمُ دينُ المسلم، ولا تصلح أعمالُه، ولا يعتدلُ سلوكُه في شؤون دينه ودُنياه، حتَّى يُقيم هذه الصَّلاة على وجهها المشـروع

ابني الكريم اعلم أن لك موقفين تقفهُما بين يدي الربِّ؛ أحدهما في هذه الحياة الدُّنيا، والآخر يوم تلقى الله ـ جلَّ وعلا ـ يوم القيامة، ويترتَّبُ على صلاحِ الموقف الأوَّل فلاحُك وسعادتُك في الموقف الثَّاني، ويترتَّب على فسادِ حال العبدِ في الموقف الأوَّل ضياعُ أمره وخسرانُه في الموقف الثَّاني

الموقف الأوَّل: هو هذه الصَّلاة الَّتي كتبها اللهُ ـ جلَّ وعلا ـ على عباده وافترضَها عليهم خمسَ مرَّاتٍ في اليوم واللَّيلة؛ فمَن حافظَ على هذه الصَّلاة، واعتَنى بها، وأدَّاها في أوقاتِها، وحافظَ على شُروطِها وأركانِها وواجباتِها هانَ عليه الموقفُ يوم القيامة، وأفلحَ وأنجحَ، وأمَّا إذا استهانَ بهذا الموقف؛ فلم يُعْنَ بهذه الصَّلاة، ولم يواظب عليها، ولم يحافظ على أركانها وشروطها وواجباتها عَسُرَ عليه موقف يوم القيامة

روى التِّرمذي والنَّسائي وغيرهما عن حُرَيث بن قَبيصَة رحمه الله قال

أتيتُ المدينة فسألت اللهَ ـ جلَّ وعلا ـ أن يرزقني جليسًا صالحًا، فجلستُ إلى أبي هريرة رضي الله عنه ، وقلتُ له: يا أبا هريرة! إنِّي سألتُ الله أن يرزقني جليسًا صالحًا؛ فعلِّمني حديثًا سمعتَه من رسول الله صلى الله عليه وسلم لعلَّ الله أن ينفعني به! فقال أبو هريرة رضي الله عنه : سمعتُ رسولَ الله صلى الله عليه وسلم يقول: «إِنَّ أَوَّلَ مَا يُحَاسَبُ بِهِ العَبْدُ يَوْمَ القِيَامَةِ مِنْ عَمَلِهِ صَلَاتُهُ؛ فَإِنْ صَلحَتْ فَقَدْ أَفْلَحَ وَأَنْجَحَ، وَإِنْ فَسَدَتْ فَقَدْ خَابَ وَخَسِرَ» وهو حديث صحيح

فتأمَّل ـ ابني رعاك اللهُ ـ ترتُّبَ صلاح الموقف الثَّاني على صلاح الموقف الأوَّل، والخسران في الموقف الثَّاني على الخُسران في الموقِف الأوَّل. فاتَّقِ اللهَ في هذه الصَّلاة، وحافظ على هذا الموقف بين يدي الله ـ جلَّ وعلاـ ، عظِّم هذه الصَّلاة يعظُم أمرُك عند الله، وتعلو مكانتُك عنده

يا أيُّها الابن الموفَّق! إذا أكرمك اللهُ ـ جلَّ وعلا ـ بأبٍ يعتني بك في هذه الصَّلاة حثًّا وحضًّا وترغيبًا؛ فإيَّاك ثمَّ إيَّاك أن تنزعج منه، أو أن تتضجَّر من متابعته لك؛ فإنَّه ـ والله ـ يعمل على إنقاذك من سَخَط الله، ويعمل على إيصالِك إلى مرضاة الله ـ تبارك وتعالى ـ، فإنَّ الله ـ جلَّ وعلا ـ لا يرضى عنكَ إلَّا إذا كنتَ من أهل هذه الصَّلاة محافظةً عليها وأداءً لها

ابني الكريم وإن من تعظيم الصلاة أن تنهض لها إذا دعيت إليها بانشراح وقوة رغبة ومجانبة للارتخاء والتكاسل، روى قوام السُّنَّة أبو القاسم الأصبهاني في «التَّرغيب والتَّرهيب» عن عبد الله بن عبَّاس رضي الله عنهما قال

يُكْرَه أن يقومَ الرَّجُل إلى الصَّلاة وهُو كسلان، ولكن يقُوم إليها طلقَ الوجه، عظيمَ الرَّغبة، شديدَ الفَرح، فإنَّه يناجي اللهَ عز وجل ، وإنَّ اللهَ عز وجل أمامَه يغفرُ له ويجيبُه إذا دعاهُ، ويتلو هذه الآية

{وَإِذَا قَامُوا إِلَى الصَّلَاةِ قَامُوا كُسَالَى}

. فإن الفُتور والتَّواني والتَّراخي والكسل إن وجد في العبد فهو راجعٌ إلى ضَعف القلوب ووهَنِها، وعدم معرفتها بقيمة الصَّلاة ومكانتها

ولقَد بلغ من اهتمام صدر هذه الأمَّة بصلاة الجماعة ما رواه ابنُ مسعودٍ رضي الله عنه قال:

لَقَدْ رَأَيْتُنَا ـ يعني أصحاب النَّبيِّ صلى الله عليه وسلم ـ وَمَا يَتَخَلَّفُ عَنْهَا ـ أي الصَّلاة ـ إِلَّا مُنَافِقٌ مَعْلُومُ النِّفَاقِ، وَلَقَدْ كَانَ الرَّجُلُ يُؤْتَى بِهِ يُهَادَى بَيْنَ الرَّجُلَيْنِ حتَّى يُقَامَ فِي الصَّفِّ

؛ فإذا كان الرَّجل منهم لا يستطيع المشي لمرضٍ أو كبَرٍ؛ أخذوا بعَضُدَيه، وساعدوه على المشي حتَّى يقيموه في صفِّ المسلمين للصَّلاة، كلُّ ذلكم؛ لأنَّ قلوبَهم مدركةٌ تمامَ الإدراك مكانةَ الصَّلاة وقيمتَها؛ فلمَّا عظُمَت مكانةُ الصَّلاة في القلوب تحرَّكت تلك الأبدان الضَّعيفَة إلى المساجد مع ضعفها الشَّديد

ولصلاةُ الفَجر التي تأتي في مُفتَتح اليوم وفي بدايتِه وأوَّلِه شأن خاص، فالمحافظةُ عليها عنوانٌ على فلاح الإنسان وسَعادتِه في يومِه كلِّه، وإضاعتُها إضاعةٌ ـ إي والله ـ لليوم كلِّه، وذهابٌ لبركته

وليُتأمَّل في هذَا المعنى ما ثبت في «الصَّحيحين» من حديث أبي هريرة رضي الله عنه أنَّ رسولَ الله صلى الله عليه وسلم قال

يَعْقِدُ الشَّيْطَانُ عَلَى قَافِيَةِ رَأْسِ أَحَدِكُمْ إِذَا هُوَ نَامَ ثَلَاثَ عُقَدٍ؛ يَضْرِبُ كُلَّ عُقْدَةٍ: عَلَيْكَ لَيْلٌ طَوِيلٌ فَارْقُدْ، فَإِنِ اسْتَيْقَظَ فَذَكَرَ اللهَ انْحَلَّتْ عُقْدَةٌ، فَإِنْ تَوَضَّأَ انْحَلَّتْ عُقْدَةٌ، فَإِنْ صَلَّى انْحَلَّتْ عُقْدَةٌ؛ فَأَصْبَحَ نَشِيطًا طَيِّبَ النَّفْسِ، وَإِلَّا أَصْبَحَ خَبِيثَ النَّفْسِ كَسْلَانَ

هذا شأنُ تارك صلاة الفَجر: نفسُه خبيثةٌ، ويومُه كلُّه في كسلٍ، بينما إذا حافظ على صلاة الفَجر وأدَّاها في وقتها مع جماعة المسلمين كانت عنوانَ البركة والخير والسَّعادة في يومه

وليُتأمَّل أيضًا ما رواه البخاري ومسلم عن عبد الله بن مسعود رضي الله عنه قال

ذُكِرَ عِنْدَ النَّبيِّ صلى الله عليه وسلم رَجُلٌ نَامَ لَيْلَهُ حتَّى أَصْبَحَ قَالَ: «ذَاكَ رَجُلٌ بَالَ الشَّيْطَانُ فِي أُذُنَيْهِ ـ أَوْ قَالَ ـ فِي أُذُنِهِ

, وقد بيَّن أهل العلم أنَّ الشَّيطان يبول في أذنيه بولًا حقيقيًّا، فما حال من كان هذا شأنُه: يقومُ وأذنُه ممتلئةٌ ببَول الشَّيطان القذِر!! وهي حالُ من يترك صلاة الفجر مستغرِقًا في نومه

وليُتأمَّل أيضًا ما رواه البخاري في «صحيحه» من حديث سَمُرة بن جُندب رضي الله عنه في سياقٍ طويلٍ فيه ذكر رؤيا النَّبيِّ صلى الله عليه وسلم الَّتي رآها، وفيها قال

وَإِنَّا أَتَيْنَا عَلَى رَجُلٍ مُضْطَجِعٍ وَإِذَا آخَرُ قَائِمٌ عَلَيْهِ بِصَخْرَةٍ، وَإِذَا هُوَ يَهْوِي بِالصَّخْرَةِ لِرَأْسِهِ فَيَثْلَغُ رَأْسَهُ، فَيَتَدَهْدَهُ الحَجَرُ هَهُنَا، فَيَتْبَعُ الحَجَرَ فَيَأْخُذُهُ فَلاَ يَرْجِعُ إِلَيْهِ حتَّى يَصِحَّ رَأْسُهُ كَمَا كَانَ، ثمَّ يَعُودُ عَلَيْهِ فَيَفْعَلُ بِهِ مِثْلَ مَا فَعَلَ المَرَّةَ الأُولَى

ثمَّ قال في تمامه

أَمَّا الرَّجُلُ الأَوَّلُ الَّذي أَتَيْت عَلَيْهِ يُثْلَغُ رَأْسُهُ بِالحَجَرِ؛ فَإِنَّهُ الرَّجُلُ يَأْخُذُ القُرْآنَ فَيَرْفُضُهُ، وَيَنَامُ عَنِ الصَّلاة المَكْتُوبَةِ

وجُعِلت العقوبةُ في رأسه لنومه عن الصَّلاة، والنَّوم موضعُه الرَّأس

ابني الكريم ليكن لك في سلفك الصالح أسوة

قال وكيع بن الجرَّاح

كانَ الأعمشُ قريبًا من سَبعين سنةً لم تَفُته التَّكبيرةُ الأولى، واختَلفْتُ إليه قريبًا من سَبْعينَ؛ فَما رأيتُه يقضِي ركعةً

وقال غسَّان

حدَّثني ابنُ أخي بشر بن منصُور، قال: ما رأيتُ عمِّي فاتَتْه التَّكبيرةُ الأُولى

وقال سَعيد بن المسيِّب

 ما فاتَتْني التَّكبيرةُ الأُولى منذُ خمسينَ سنةً، وما نظرتُ إلى قفَا رجلٌ في الصَّلاة منذُ خمسينَ سنة

، لمحافظَتِه على الصَّفِّ الأوَّلِ

وقال محمَّد بن سماعة

مكثتُ أربعين سنةً لم تفُتْني التَّكبيرةَ الأولى معَ الإمام إلَّا يومَ ماتَت فيه أمِّي ففَاتَتْني صلاةٌ واحدةٌ في الجماعة

وقَال أبو داود

كانَ إبراهيمُ الصَّائغ رجُلا صَالحًا، قتلَه أبو مُسلم بعَرَنْدَس، قال: وكانَ إذَا رفَعَ المطرَقَةَ فسَمِعَ النِّداءَ سَيَّبَها

وقال إبراهيم التَّيمي

 إذَا رأيتَ الرَّجُل يتَهاونُ في التَّكبيرة الأولى فاغْسِل يدَكَ منه

ابني الكريم إن الصَّلاة نور المؤمنين، وضياء أفئدتهم، وهي الصِّلة بينَ العبد وبينَ ربِّه، وإذا كانت صلاةُ العبد صلاةً كاملةً، مجتمعًا فيها ما يلزَم فيها وما يُسَنُّ، وحصَلَ فيها حضور القَلب الَّذي هو لبُّها، فصار العبد إذا دخل فيها استَشعر دخولَه على ربِّه، ووقوفَه بين يديه موقفَ العبد الخاشع المتأدِّب، مستحضرًا لكلِّ ما يقوله وما يفعله، مستغرِقًا بمناجاة ربِّه ودعائه؛ فلا جرَم أنَّها من أكبر المعونَة على جميع الفضائل والخيرات، وأعظم مزدَجرٍ عن الفواحش والمنكرات

ومن آثار الصَّلاة العَظيمة، وثمارها الجليلة أنها أعظم باب للغُفران وحطِّ الأوزار وتكفير السَّيِّئات، ففي «الصَّحيحين» عَنْ أَبي هُرَيْرَةَ أَنَّهُ سَمِعَ رَسُولَ الله صلى الله عليه وسلم يَقُولُ

أَرَأَيْتُمْ لَوْ أَنَّ نَهَرًا بِبَابِ أَحَدِكُمْ يَغْتَسِلُ فِيهِ كُلَّ يَوْمٍ خَمْسًا؛ مَا تَقُولُ ذَلِكَ يُبْقِي مِنْ دَرَنِهِ؟ قَالُوا: لاَ يُبْقِي مِنْ دَرَنِهِ شَيْئًا؛ قَالَ: فَذَلِكَ مِثْلُ الصَّلَوَاتِ الخَمْسِ يَمْحُو اللهُ بِهَا الخَطَايَا

أسأل الله الكريم أن يوفِّقك لتعظيم الصَّلاة والمحافظة عليها وحسن إقامتها وأن يشرح صدرك وييسر أمرك ويعلي في الدارين قدرك، وصلَّى الله على نبيِّنا محمَّد وعلى آلهِ وصحبِه وسلَّم، والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

                                                                                    والدك المحب

Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 21:58
Frotter les gencives et le palais du nouveau-né avec une datte - تحنيك الأطفال (audio)

Question :

 

Est-ce que Le Tahnik des nouveau-nés (Le fait de mâchouiller une datte et de la mettre sur les gencives et le palais de l'enfant) fait partie de la Sunna puisque certaines personnes le font de nos jours pour leurs enfants, en utilisant les dattes ou des sucreries, ou est-ce que cela est spécifique au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ?

 

Réponse du Comité permanent [des savants] de l'Ifta :

 

Le Tahnik du nouveau-né a été authentiquement rapporté dans la Sunna pratique du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) avec les nouveau-nés des compagnons (Qu'Allah soit satisfait d'eux) ce qui est généralisé pour toute sa communauté (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) selon la parole d'Allah (Exalté soit-Il):  

 

 لَقَدْ كَانَ لَكُمْ فِي رَسُولِ اللَّهِ أُسْوَةٌ حَسَنَةٌ

 

"En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle (à suivre)" (Les coalisés (Al-‘Ahzâb) 33: Verset 21)

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La Fatwa numéro (17180)

(Numéro de la partie: 10, Numéro de la page: 472)

traduit par alifta.net

 

تحنيك الأطفال

س: هل تحنيك الأطفال من السنة حيث البعض من الناس في هذا العصر يستعمله مع أطفاله فيحنكهم بالتمر أو الحلوى، أو هو خاص بالنبي صلى الله عليه وسلم؟

ج: تحنيك المولود سنة ثبتت من فعله صلى الله عليه وسلم في حق مواليد بعض الصحابة رضي الله عنهم، وهذا يفيد العموم لأمته صلى الله عليه وسلم لقول الله

سبحانه:  لَقَدْ كَانَ لَكُمْ فِي رَسُولِ اللَّهِ أُسْوَةٌ حَسَنَةٌ

وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

الفتوى رقم - 17180

(الجزء رقم : 10، الصفحة رقم: 472)

 

Questionneur :

 

Le tahnik du nouveau-né (Le fait de mâchouiller une datte et de la mettre sur les gencives et le palais de l'enfant) est il spécifique au prophète salallahou 'aleyhi wa sallam ?

 

Cheikh Al Albani :

 

Non, il n'est pas spécifique (au prophète salallahou 'aleyhi wa salllam) mais il convient que celui qui fasse comme cela appartienne à la famille de l'enfant, oui.

 

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

copié de cheikhalalbani.com


السائل : .. تحنيك المولود ، هل هو خاص بالنبي صلى الله عليه وسلم ؟
الشيخ : لا ، ليس خاصًا ولكن ينبغي أن يفعل ذلك ذوو الولد أهل الولد أي نعم

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 17:33
A partir de quel âge rend-on des comptes à Allah ?

Question :

 

‘Aisha Malik (âge 7 ans) de Birmingham écrit :

 

"à partir de quel âge Allah commence à prendre des comptes ?"

 

Réponse :

 

Sur terre, la constance des prescriptions d’Allah est obligatoire au moment où un homme ou une femme devient pubère et en fonction de cette puberté, les actes seront jugés le jour du jugement.

 

Comme il est dit dans le Coran (traduction rapprochée) :

 

"Et quand les enfants parmi vous atteignent la puberté, qu’ils demandent permission avant d’entrer, comme font leurs aînés. C’est ainsi qu’Allah vous expose clairement Ses versets, et Allah est Omniscient et Sage." (Sourate An-Nûr verset 59)

 

Donc avant cette puberté il n’y a aucune obligation dans la constance.

 

Le Noble Prophète صلى الله عليه وسلم lorsqu’il a vu la soeur d’Aisha Siddiqa رضي الله عنها portant de vêtements léger, a dit :

 

"Ô Asmâ lorsqu’une fille devient pubère il n’est pas convenable pour elle qu’elle montre, excepté son visage et ses mains, quoi que ce soit aux hommes étrangers"

 

L’âge ne peut pas être pris en compte pour la puberté.

 

Dans certaines régions les enfants deviennent pubères à l’âge de 12 ou 13 ans et dans certains pays certains enfants deviennent pubères même avant cet âge.

 

C’est quelque chose qui attrait à la nature.

 

Les parents sont plus connaisseurs à propos de la puberté des enfants.

 

 

Fatawa Sirat Mustaqim page 32-33

copié de ilmpublications.wordpress.com

 

Cheikh Mahmood Ahmed Mirpuri 

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 14:33
M'est-il permis de prénommer mon fils : «'Omar le salafi» ? (audio)

 

Question :

 

Est-il permis de prénommer nos enfants 'Omar as-Salafi (le salafi) ou 'Omar al-Athary ?

 

Qu'Allah vous bénisse.

 

Réponse :

 

Prénommez-le 'Omar, Mohamed, 'Othman ou le prénom que vous voulez parmi les prénoms islamiques, mais ne dites pas le salafi dans le prénom, car le salafi est une affiliation à la salafiya, elle n'a pas de rapport avec le prénom.

 

Si par la suite il devient un partisan de la sunna et s'affilie à celle-ci, il sera appelé salafi, mais il ne faut pas dire 'Omar le salafi car cela ouvre la porte à l’exagération et à l'excès dans l'éloge de la personne. 

 

traduit par forum.daralhadith-sh.com

 

هل يجوز تسمية أولادنا بعمر السلفي أو عمر الأثري؟

السؤال:أحسن الله إليكم، هذا سائلٌ يقول: هل يجوز تسمية أولادنا بعمرٍ السلفي أو عمر الأثري؟ بارك الله فيكم

الجواب:سَمُّوا عمر، سَمُّوا محمد، سَمُّوا أحمد، سَمُّوا عثمان، ما شئتم من الأسماء الإسلامية، لكن لا تقولوا في التسمية السلفي، لا، هذا السلفي نسبة، نسبة الانتساب إلى السلفية، ليست لها علاقة بالاسم، فإن كان صاحب سنة فيما بعد وانتسب إليها يسمى السلفي، يسمى سلفيًا، ولكن لا يقال عمر السلفي لأن هذا فيها باب إلى الغلو وتزكية النفس المُفرطة. نعم

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال