compteur de visite

Catégories

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 11:22
Porter le prénom «Fatima Zahra - فاطمة الزهراء» (audio)

 

Question de Lybie :

 

Quel est le jugement concernant le nom "Fatima Zahra" ?

 

Réponse de Cheikh Oubeyd:

 

Son nom - qu'Allâh l'agrée - est Fatima, et elle est connue auprès des gens de sciences pour être la cheffe des femmes des Mondes.

 

Par conséquent il n'est pas permis de prendre ce nom (Fatima Zahra).

 

Et parmi les fautes répandues, le fait de nommer sa fille : Fatima Zahra.

 

Et je crains que sa signification provienne des balivernes instaurées par les chi'a (chiites).

 

Na'am.

 

Traduit par AbdelMalik Abou Haroun

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

يقول : البلد من ليبيا، ما حكم اسم فاطمة الزهراء ؟

الجواب : هي اسمها - رضِيَ الله عنها - فاطمة، وهي معروفة عند أهل العلم بسيدة نساء العالمين، فلا يجوز ذلك، فمن الخطأ تسمية البنت فاطمة الزهراء، وأخشى أنَّ هذا يعني من تُرَّهات الشيعة. نعم

gggg

صيغة السؤال: بارك الله فيكم هل يصح أن نلقب فاطمة رضي الله عنها بالزهراء، وهل ورد هذا عند السلف؟

 تفريغ الإجابةهذه الزهرة معناها الجميلة البيضاء طيب ،فيقال فاطمة بنت النبي صلى الله عليه وسلم فهذا هو الوصف لها الأفضل والأحسن تنسب إلى أبيها الكريم عليه الصلاة والسلام لكن لو قيل فاطمة الزهراء ما نستطيع نقول يحرم وتركه أولى لأني ما أعلم أن الصحابه كانوا يسمون بهذا وإنما والله أعلم هذه ألقاب متأخرة والعلم عند الله فتركها أولى

- ملاحظه: لقد تطرقنا إلى هذا القول عما ورد عن ابن حجر العسقلاني في كتابه الإصابة في تميز الصحابه:ج 8 /ص 53 ، إلا أن الأخذ بقول شيخنا بارك الله فيه أفضل وأسلم، لأن هذا اللفظ يشاع بكثرة عند الرافضة وغيرهم والله المستعان

وجزاكم الله خيرا على هذا التنبيه المهم

الشيخ عثمان بن عبدالله السالمي

gggg
السؤال: انتشر بين العوامِّ أنَّ فاطمة بنتَ رسولِ الله لُقِّبَتْ ﺑ: «بالزهراء» لأنَّها لم تَحِضْ، وهي لها خصوصية من الرحمـٰن، فهل هذا صحيح؟ وما وجه تلقيبها ﺑ: «البتول» وإن كانت تفارق مريم العذراء عليها السلام في كونها تزوّجت عليًّا رضي الله عنه؟
الجواب: الحمد لله ربّ العالمين والصلاة والسلام على من أرسله الله رحمة للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أما بعد
ففاطمةُ رضي الله عنها بنتُ النبيِّ صلى الله عليه وآله وسلم وزوجةُ عليٍّ بنِ أبي طالب رضي الله عنه، سيّدةُ نساءِ هذه الأُمَّةِ، ومناقبُها مشهورة عند أهل السُّنَّة، وتسميتُها ﺑ: «الزهراء» وَرَدَ في بعض كتب أهل السُّنَّةِ كتفسير الطبري(١- (6/339، 4/545))، والألوسي(٢- (13/387، 394))، وأضواء البيان للشنقيطي(٣- (8/270))، وفي الاستيعاب لابن عبد البر(٤- (2/135))، وشرح السُّنَّة للبغوي(٥- (14/15)، حيث بوَّب في كتاب «فضائل الصحابة» باب «مناقب فاطمة الزهراء رضي الله عنها»، لكن لم ينقل بهذا اللقب تاريخيًّا لدى أهل السُّنَّة فيما أعلم، ومعنى الزهراء أنها تتمتّع بِوَجْهٍ مُشْرِقٍ مُسْتَنِـيرٍ زَاهِرٍ، ومنه جاء الحديث: «اقْرَؤُوا الزَّهْرَاوَيْنِ: البَقَرَةَ وَآلَ عِمْرَان، فَإِنَّهُمَا يَأْتِيَانِ يَوْمَ القِيَامَةِ كَأَنَّهُمَا غَمَامَتَانِ أَوْ غَيَايَتَانِ»(٦- أخرجه مسلم في «صلاة المسافرين» (1874)، وابن حبان (116)، والحاكم في المستدرك (2071)، وأحمد (21653)، وعبد الرزاق في «المصنف» (5991)، والبيهقي (4159)، من حديث أبي أمامة رضي الله عنه)، وإنَّما المنقول عن الشيعة أنَّ من أسمائها «الزهراء» بمعنى نورانيتها ظاهرًا وباطنًا كما فسَّرها المجلسي، وعنهم أيضًا جاء في بحار الأنوار للإمام الصادق أنّ سبب تسميتها: «أنَّها هي الحوراءُ الإنسيةُ متى قامت من محرابها بين يدي ربها «جلَّ جلاله» زَهَر نورها لملائكة السماوات كما يزهو نور كواكب الأرض». ولا يخفى شدّة الغلوّ في التفسيرات الشيعية.
أمَّا تلقيبها ﺑ: «فاطمة البتول» ليس لأنَّها لم تَحِضْ كما ورد في السؤال، وإنَّما لانقطاعها عن نساء زمانها فضلاً وشرفًا ودينًا وحسبًا؛ لأنَّ لفظة «تبتَّل» معناها الانقطاع، ومنه قوله تعالى: ﴿وَتَبَتَّلْ إِلَيْهِ تَبْتِيلاً﴾ [المزّمِّل: 8]، أي: انقطِع إلى الله وتفرَّغ لعبادته إذا فَرغتَ من أشغالك، ومنه قيل لمريم «البتول» لانقطاعها عن الرجال، فالحاصل أنَّ هذا هو معنى اللفظة من حيث أصلُها اللغوي، أمَّا من جهة صحّة النسبة فليس فيها مستند تاريخي عند أهل السُّنَّة في حدود علمي يمكن الاعتماد عليه
والعلم عند الله تعالى، وآخر دعوانا أن الحمد لله ربِّ العالمين، وصلى الله على نبيِّنا محمَّد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، وسلم تسليمًا
الجزائر في: 1 شـعبان 1427ﻫ
الموافق ﻟ: 25 أوت 2006م
۱- (6/339، 4/545).
۲- (13/387، 394).
٣- (8/270).
٤- (2/135).
٥- (14/15.
٦- أخرجه مسلم في «صلاة المسافرين» (1874)، وابن حبان (116)، والحاكم في المستدرك (2071)، وأحمد (21653)، وعبد الرزاق في «المصنف» (5991)، والبيهقي (4159)، من حديث أبي أمامة رضي الله عنه
من فتوى الشيخ فركوس حفظه الله

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Cheikh 'Outhman Ibn Abdallah As-Sâlimy - الشيخ عثمان بن عبدالله السالمي

 Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 15:17
Conseil en or pour nous, nos femmes et nos enfants

-Celui qui apprend alors qu'il est en bas âge, il convient pour lui de commencer par la mémorisation du Coran ensuite d'avoir des connaissances en langue arabe ensuite de la sounna du Messager d'Allah (صلى الله عليه وسلم).

 

-Quand à celui qui est en âge avancé l'obligation pour lui et on ne dit pas "il convient pour lui" mais au contraire on dit "qu'il est une obligation pour lui" de commencer par les choses qu'Allah lui a rendu obligatoire dans les sujets touchant à la croyance, la prière, comment le Prophète (صلى الله عليه وسلم) priait, tout qui est rapporté de lui.

 

Tout ce qui lui est obligatoire, c’est par ceci qu'il se doit de commencer.

 

Les gens dans l'apprentissage se divisent en plusieurs catégories:

 

-L'enfant en bas-âge

 

Il commence par la mémorisation du coran comme le faisaient nos savants qui nous ont précédé, ensuite la langue arabe et ensuite il revient à la sounna du Messager d'Allah (صلى الله عليه وسلم).

 

-Celui qui est en âge avancé

 

Il commence par ce qu'Allah lui a rendu obligatoire.

 

Et après qu'il ait commencé par ce qu'Allah lui a rendu obligatoire à ce moment-là Allah le bénira dans sa mise en pratique et les sounnans (c'est à dire les traditions du Prophète صلى الله عليه وسلم) se propageront de par sa cause car les sounnans chers frères ! ne se propagent pas seulement avec les paroles elles se propagent avec leur mise en pratique.

 

 الذي يتعلم وهو صغير ينبغي له أن يبدأ بالقرآن ثم بمعرفة شيء من اللغة العربية ثم بسنة رسول الله صلى الله عليه وسلم

أما من كان كبيرا فالواجب عليه ، لا نقول ينبغي له ، بل الواجب عليه أن يبدأ بما أوجبه الله عليه من مسائل الاعتقاد ، ومن الصلاة كيف صلى رسول الله صلى الله عليه وسلم ، ومن جميع شؤونه ، الشيء الذي هو واجب عليه يبدأ به

فالناس في طريق التعليم ينقسمون إلى أقسام

 الصغير : يبدأ بحفظ القرآن كما هو شأن علمائنا المتقدمين وباللغة العربية ثم يرجع إلى سنة رسول الله صلى الله عليه وسلم

الكبير : يبدأ بما أوجب الله عليه ، وبعدها إذا بدأ بما أوجب الله عليه يبارك الله في عمله وتنتشر السنن بسببه ، فإن السنن يا إخوان ما تنتشر بالأقوال تنتشر بالعمل )) ا.هـ

" كتاب الباعث الحثيث "  الشريط : 11 / الدقيقة : 41

 

cassette intitulé: "Al ba'ith al hathith" (11ème cassette,41ème minute)

traduit par Abou Houdayfa Ubaydoullah ibn Ali al Qamari

copié de ahloulhadith.typepad.com

 

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:28
La recommandation du frottement du palais de l’enfant avec une datte à sa naissance

-Dans les deux authentiques, il est rapporté un hadîth de Abû Barda, d’après Abû Mûssa qui dit :

 

«Comme j’avais eu un garçon, je l’emmenai au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) qui lui donna le nom de Ibrâhîm, lui massa le palais avec une datte.»

 

-Al-Bukhârî rajoute dans sa version :

 

« Et pria [Allâh] de lui accorder la bénédiction. Enfin, il me le remit. Il [l’enfant] était le plus aîné d’entre les enfants de Abû Mûssa. »  

Rapporté par al-Bukhârî et Muslim

 

-Aussi, dans les deux authentiques, Anas Ibn Mâlik a dit :

 

« Abû Talha avait un fils qui était tombé malade.

Et il arriva que sa mort coïncida avec la sortie de Abû Talha, qui une fois rentré, demanda : « Comment se porte mon fils ? - Il est devenu plus calme. » Répondit Oum Soulaym avant de lui servir le dîner.

Il mangea puis eut des rapports avec elle.

« Tu dois enterrer l’enfant, le mit-elle enfin au courant. » 

Le lendemain matin, Abû Talha alla voir le Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) et le mit au courant - « Vous avez eu des rapports la nuit [passée] ? » demanda le Prophète - « Oui » répondit Abû Talha. « O Allâh ! Accorde-leur la bénédiction ! »

En effet, [plus tard], Oum Soulaym mit au monde un garçon.

Et Abû Talha de me dire : « Prends soin de lui jusqu’à ce que tu l’emmènes au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) ». 

Effectivement, Anas avec qui Oum Soulaym envoya des dattes, emmena l’enfant au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) qui le prit et dit :

« [Avez-vous apporté] quelque chose avec lui ? - Oui, dit-on, des dattes. »

Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) de prendre ces dattes, les mâcha un peu dans sa bouche et en mit dans la bouche de l’enfant en lui massant le palais.

Enfin, il lui donna le nom de ’Abdullâh. »

Rapporté par al-Bukhârî

 

-Il est rapporté de Abû Oussâma, d’après Hichâm Ibn ’Ourwa qui a dit :

 

« Asmâ était enceinte de ’Abdullâh Ibn az-Zoubeir - Elle dit : En quittant [la Mecque], la période de ma grossesse arrivait à sa fin. A Médine, je m’installai à Qoubâ où d’ailleurs j’accouchai.

Aussitôt, j’apportai l’enfant au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) et le plaçai dans son giron.

Et lui de demander une datte.

Après l’avoir mâchée, il lança de sa salive dans la bouche de l’enfant de sorte que la première chose qui pénétra dans son ventre fut la salive du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam).

Après moi, il lui mit la datte dans la bouche et lui massa le palais avant de lui faire une invocation et de dire : « Qu’Allâh le bénisse ! »

C’était le premier enfant né [pour les émigrans à Médine] après l’avènement de l’Islâm - Qui, dit-elle, s’en sont beaucoup réjouit. »

Surtout que certains leurs avaient dit : « Vous n’aurez pas d’enfants, car les Juifs vous ont certainement jeté un sort. »

Rapporté par al-Bukhârî

 

-Al-Khallâl a dit :

 

« Il nous a été rapporté d’après Muhammed Ibn ’Alî, que ce dernier avait entendu Oum Weld [mère des enfants] de Ahmed Ibn Hanbal (radhiallâhu ’anhu) dire : Un jour que je me suis trouvé en butte aux douleurs de l’enfantement, j’ai appelé mon maître qui dormait en lui criant : « O mon maître ! Je vais mourir »

Il dit [en invoquant Allâh] : « C’est Allâh qui console ! » j’enfantai alors Sa’îd.

A ce moment là, il [L’imâm] dit : « Apportez les dattes » voulant désigner les dattes que nous avions apportées de la Mecque.

Enfin, à mon ordre, Oum ’Alî a mâché quelques-unes de ces dattes, les a tirées de sa bouche et les a utilisées pour frotter le palais de l’enfant. »

 

Wa Allâhu A’lâm. 

 

Kitâb « Touhfatu al-Mawdoûd bi-Ahkâm al-Mawloûd » de Ibn al-Qayyîm, p.65-66

copié de manhajulhaqq.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:24
Concernant le rasage des cheveux d’une fille

Question :

 

Quel est l’avis concernant le rasage des cheveux d’une fille à sa naissance ou après cela, afin de rendre les cheveux plus forts et plus épais ?

 

Est-ce qu’il est de Sounnah [tradition] de raser les cheveux [de la fille] à sa naissance comme pour ce qui est du cas de la naissance du garçon ?

 

Réponse :

 

Il n’est pas de Sounnah de raser la tête de la fille au septième jour, comme il est de Sounnah pour le garçon.

 

Quant à raser la tête par nécessité, comme ce qui a été précisé dans la question, si cela s’avère véridique, les savants disent :

 

« Le rasage de la tête de la fille est blâmable [Makroûh] »

 

Mais s’il est prouvé que cela donne de la vivacité aux cheveux et les rend épais, alors il n’y a pas de mal en cela.

 

Certes, ce qui est bien connu est que cela est « makroûh » [blâmable], et que le blâmable n’est plus [cesse] s’il y a une raison à cela. 

 

Source: Kitâb « Madjmu’atu Ass’ilat al-’Usrah al-Muslimah » de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, p.147-148

fff

Page 263 qui marque le début du chapitre sur le 24° hadîth : "Le sacrifice pour la naissance d'un enfant (Al 'Aqîqa)" 

 

Voici le hadîth :

 

D'après Samoura Ibn Joundounb, le Prophète (salât 'alayhi wa salam) a dit : 

 

"Tout nouveau né est redevable (littéralement : donné en gagae contre) d'un sacrifice d'une bête ('aqîqa) qui doit être accompli pour lui au 7° jour au cours duquel on lui rase également la tête, et on lui donne un nom".

 Rapporté par Ahmad, Abû Dâwûd, At.Tirmidhî, An.nasâi, Ibn Mâja, Ad.Dârimî, Al Hâkim. Authentifié par At.Tirmidhû, Al Hâkim et 'Abdal Haqq Al Ichbayli.

 

Question page 271 :

 

Doit-on raser la tête au nouveau né si c'est une fille ?

 

Réponse :

 

Hadith de Mâlik, d'après Jaâfar Ibn Muhammad, qui le tient de son père : 

 

"Fatima, la fille du Prophète (salât alayhi wa salam) pesa les cheveux de Hasan, Housayn, Zaynab et Oumm Koulthoum, puis elle fit l'aumône du poids en argent de leurs cheveux". 

 

C'est un hadîth authentique bien que la chaîne ne remonte pas au prophète (salat alayhi wa salam) où Muhammad Ibn Al Housayn Ibn 'Ali Ibn Abi Tâlib - radhia allahu anhu - raconte les habitudes de sa famille et il est le mieux placé pour le faire.

 

A la portée générale, on a pour preuve les paroles du prophète (salat alayhi wa salam) :

 

"On lui rase également la tête".

 

La sagesse qui justifie ce rasage est assimilé à la suppresion du mal.

 

Le Prophète (salat alayhi wa salam) a dit dans le hadîth(Selon Salmân Ibn 'Amir) :

 

"Pour chaque nouveau né il faut une 'aqîqa.

Versez pour lui du sang (sacrifice) et éloignez le mal de lui".

rapporté par Al Bukhârî et Abû Dâwûd.

 

Hasan Al Basri interprète l'expression "éloignez le mal de lui" par "rasez la tête". => Rapporté par Abû Dâwûd.

 

Cette formule, générale, s'applique aussi bien au garçon qu'à la fille.

 

wa Allahu 'ualem.

 

Livre "les 40 Hadith sur l'éducation des enfants" présenté par sheykh 'Abdoullah Ibn 'Abdilâziz Ibn 'Aqil Al 'Aqil qui est un ancien président du comité permanent du haut conseil juridique et dont les ahadith sont recueillis par 'Adil Ibn 'Abdillah Ibn Saâd Al Hamdan Al Ghamidi qui est un professeur.

copié de oummietmoi.net

fff

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous. Après ce préambule:

Eu égard à votre demande d'avis enregistrée à la direction des recherches scientifiques et d'Iftâ' sous le numéro 4312 du 23/11/1407H dans laquelle vous posez la question suivante:

 

Doit-on raser la tête de la fille après sa naissance? 

 

Réponse:

 

Je vous signale qu'il est de la Sunna de raser uniquement la tête d'un garçon lorsqu'on lui attribue un nom au septième jour de sa naissance.

 

Quant à la fille, on ne rase pas sa tête selon cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):

 

"Tout enfant est tributaire de sa "aqîqa" qui doit avoir lieu le septième jour de sa naissance où on lui rase la tête et on lui attribue un nom."

Rapporté par l'imam Ahmad et les auteurs des autres Sounans avec une bonne chaîne de transmission.

 

Qu’Allah guide tout le monde à faire ce qui mérite Sa satisfaction.

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous. 

 

[Des fatwas émises par son éminence, le cheik `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz qu'Allah lui fasse miséricorde] 

copié de alifta.net

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Abdellah ibn Abdelaziz ibn 'Aqil  - الشيخ عبدالله بن عبدالعزيز بن عقيل

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:24
Avis religieux concernant la circoncision

Question:

 

Quel est l'avis religieux sur la circoncision ? 

 

Réponse:

 

Quant à la circoncision, elle compte parmi les sunnas de la nature primordiale et est l'un des traits caractéristiques des musulmans, vu ce qu'on a rapporté dans les deus Sahîhs du hadith d'Abou Hourayra (Qu'Allah soit satisfait de lui) qui dit que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit:

 

"La nature innée comporte ces cinq traits: la circoncision, le rasage du pubis, la taille des ongles, l'épilation des aisselles et le rasage des moustaches ."

 

Il (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a commencé par citer la circoncision et a annoncé qu'elle fait partie des sunnas de la nature innée.

 

La circoncision légale consiste à couper uniquement le prépuce couvrant le gland.

 

Quant à ceux qui ôtent la peau qui entoure le pénis ou écorchent tout le pénis comme cela se passe dans certains pays barbares et qui prétendent par ignorance que cela est la circoncision légale, il s'agit d'une législation satanique embellie aux yeux des ignorants, une torture au circoncis et une dérogation à la sunna de Mohammad et à la charia islamique venue faciliter et alléger les choses et sauvegarder l'âme.

 

Ce type de circoncision est proscrit pour plusieurs raisons :

 

-La Sunna a mentionné uniquement l'excision du prépuce couvrant le gland.

 

-C'est une torture et une mutilation du corps, or le Prophète d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a interdit la mutilation.

 

Si Le Prophète a interdit de dénaturer les animaux et d'amputer leurs membres, qu’en est-il donc, quand il s’agit de supplicier des humains, il va sans dire que ce péché-ci s’avère plus énorme encore.

 

-Cela va en contradiction avec la bienfaisance et la clémence qu'exhorte le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en disant :

 

"Allah a recommandé la perfection en toute chose" jusqu'à la fin du hadith.

 

-Cela peut entraîner l'infection et la mort du circoncis, ce qui n'est pas permis conformément à la parole du Très-Haut (traduction rapprochée):

 

" Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction". La vache(Al-Baqara) 2: Verset 195

 

Et Sa parole, Gloire et Pureté à Lui (traduction rapprochée):

 

"Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous." Les femmes( An-Nisâ’ )' 4: Verset 29 

 

C'est pourquoi les oulémas ont stipulé que la circoncision légale n'est plus obligatoire pour un adulte si l'on craint pour lui.

 

Quant au regroupement des hommes et des femmes en un jour fixe pour assister à la circoncision, où l'enfant est placé debout et dénudé devant eux, c'est interdit car on découvre la `Awra que la religion islamique a ordonné de cacher et a interdit de découvrir.

 

Il en est de même de la mixité hommes femmes à cette occasion.

 

Elle n'est pas permise vu ce qu'elle comporte comme tentation et transgression de la loi pure. 

 

copié de alifta.net

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:24
Le sacrifice : Al-‘Aqiqa et ses règles

Al-‘Aqiqa (le sacrifice) est une sunna, c’est un devoir du père, mais si le père est absent, cela reste une sunna à faire par la mère.

 

Il faut en être capable, car si les obligations ont pour condition préalable la capacité de les accomplir, cela est plus évident encore pour les choses recommandées.

 

C’est pourquoi nous ne disons pas au pauvre d’emprunter pour faire sacrifier.

 

Et dans le cas où un salarié à un enfant au milieu du mois et que son salaire n’est pas arrivé, lui disons-nous d’emprunter ou d’attendre ?

 

Il est meilleur qu’il attende, car il se peut qu’il lui arrive quelque chose et qu’il ait besoin de cet argent (maladie, accident…).

 

Il vaut lieux qu’il attende s’il compte recevoir de l’argent bientôt, et il peut sacrifier le 7, 14 ou 21ème jour.

 

[Shaikh Al-Albani précise que le sacrifice doit être fait le 7ème jour mais qu’il peut être repoussé au 14 et 21ème jour si on ne peut pas le faire avant, car le prophète sallallahou 'alaihi wa sallam a dit :

 

« on sacrifie le 7ème jour » et dans d’autres hadith sont cités le 14 et 21ème jour, donc le temps est spécifié et on ne peut dépasser cela que si on a une excuse légale.]

(442, silsila al-huda wa nur)

 

La sunna est que l’on sacrifie deux moutons pour un garçon et un seul pour une fille, comme cela a été rapporté dans la sunna.

 

Il est préférable que les deux moutons soient le plus proches possible en âge, en taille, en poids, et plus ils seront proche, meilleur cela sera.

 

Et si on ne trouve (pour un garçon) qu’un seul mouton, cela est suffisant, mais si Allah a permis (à cet homme) d’avoir deux moutons, cela est meilleur.

 

[Sahikh Al-Albani précise qu’il n’y a pas de mal à sacrifier plus d’un mouton pour une fille, mais cela vient d’une ignorance des gens qui pensent que al-‘aqiqa est un repas auquel on invite les gens, ce qui est faux, il n’y a rien de cela dans la sunna, c’est un sacrifice].

(209, silsila al-huda wa nur)

 

Il fait partie de la sunna que le sacrifice soit fait le 7ème jour, ainsi si l’enfant nait samedi, on sacrifiera vendredi, c'est-à-dire un jour avant le jour de sa naissance.

 

La sagesse derrière cela est qu’au septième jour, la semaine se termine, l’enfant a vécu tous les jours de la semaine et on espère qu’il continuera à vivre.

 

copié de salafs.com

rtytr

Institution

 

L'imam Mâlik dit que cet acte ne fait l'objet d'aucune divergence.

 

On Compte parmis ceux qui approuvent son institution dans la legislation islamique : Abdullah ibn Abbas , Abdullah ibn Umar , Aicha Oummou'l'mou-miniin Radhia'llaahou anha , Fatima bintou'rrassoul , radhia'llaahou anha, Boureid al alsamy, Al Qâssim ibn muhammad, Ourwa ibn zoubeir, Atâ ibn abi Rabah, Az-Zouhri, Abû Zinâd, Mâlik, les savants medinois, l'Imâm Ash-Shafi3î et ses compagnons, l'Imâm Ahmad, Ishâq, Abû Thaour et beaucoup d'autres savants.

 

Le 'aqiqa est-il obligatoire ou recommandé ?

 

Abû Umar a dit :

 

" Quant à la divergence des savants sur son caractére obligatoire, elle se présente comme suit : 

 

- Les Zahirites, à l'instar de Dâwud et de ses compagnons, le considérent comme une obligation.

 

Ils disent que le Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam  l'a ordonné et l'a personnellement pratiqué.

 

Il sallallahou 'alaihi wa sallam dit à ce sujet : " L'enfant est tributaire de son aqîqa". 

 

Mâlik disait que c'est une " Sunna mouakkada" " vivement recommandée" à laquelle il faut s'attacher.

 

C'est aussi l'avis d'Ash-Shafi3î et d'Ahmad, bien que les compagnons de ce dernier aient rapporté de lui deux versions à ce sujet.

 

Mais il n'y a pas de texte clair émanant de lui qui lui attribue ce caractére obligatoire.

 

Al-Hârith a dit: " Il fut demandé à Ahmad: 

 

- Que faire si l'on n'a pas de quoi faire le sacrifice?

 

- Que la personne s'endette, j'ai espoir qu'Allah la compensera, car elle a mis à jour une sunna, répondit-il."

 

Ceux qui disent qu'il est une sunna vivement recommandée "Mouakkada" estiment que si le Aqîqa était obligatoire, il serait ainsi connu religieusement parcequ'il est indispensable et constitue une épreuve pour beaucoup de personnes; et le Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam aurait enseigné ce caractére obligatoire à la communauté de manière suffisemment claire et répandue de sorte que personne n'ait d'Excuse pour s'y dérober.

 

Mais il sallallahou 'alaihi wa sallam a laissé son observance au libre choix de chacun en disant:

 

" Quiconque a un nouveau-né et aimerait faire le sacrifice, qu'il le fasse."

(Note de bas de page : Raporté par Abû Dâwud et An-Nassâi. Al-Albni dit que c'est un hadith bon authentique.) 

 

Al-'aqiqa est préférable à une aumône de même valeur, voire plus important

 

Al-Khallâl dit qu'il a entendu Sulaymâne ibn Al Ash'ath dire :

 

" Abû Abdallah fut interrogé en ma présence au sujet du Aqîqa : vaut il mieux faire le sacrifice ou doner sa valeur en éspèces aux pauvres?

Le Aqîqa est préférable, répondit-il".

 

Le Aqîqa est préférable parceque c'est une sunna et un rite prescrits en raison de la grâce qu'Allah a renouvelée sur les parents.

 

De même, il y a en cela une conception sous-jacente, héritée du rachat d'Ismaïl (alayhi'ssalaam) par le bêlier qui fut offert par Allah pour rançonner ce dernier et qui est devenue une tradition dans sa descendance.

 

Il n'est pas exclu que ce sacrifice soit pour l'enfant une protection contre satan après sa naissance, comme le fut pour lui l'évocation du nom d'Allah au moment de sa conception.

 

Aussi, rares sont ceux dont les parents ont négligé ce rite qui ne soient à la merci de satan.

 

Y-a-t-il une différence entre le garçon et la fille en matière de 'aqiqa

 

Le Aqîqa est une sunna aussi bien pour le garçon que pour la fille chez la majorité des savants parmi les compagnons du Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam et les générations successives.

 

Interrogé sur le aqiqa, le Messager d'Allah sallallahou 'alaihi wa sallam :

 

" On sacrifie deux moutons pour le garçon et un pour la fille et il n'y a pas de mal à ce qu'ils soient mâles ou femelles".

(note de bas de page : Hadith jugé authentique par At-Tirmidhi et les autres.) 

 

Sagesses et avantages du 'aqiqa

 

Le aqîqa est un acte de piété en faveur du nouveau né ; il est accompli à la premiére heure de sa venue au monde.

 

Ce dernier profite grandement de cet acte , comme il profite de la prière faite en sa faveur, de sa présence dans les lieux des rites et de la sacralisation faite pour lui, etc..

 

En outre, la aqîqa le libére parcequ'il est assujetti à ce sacrifice.

 

L'imam Ahmad a dit que sans cela, il ne sera pas autorisé à intercéder en faveur de ses parents. Atâ ibn Abi Rabah a dit aussi qu'il sera privé de l'intercession de son enfant.

 

De même, il constitue une rançon par laquelle on rachète le nouveau-né comme Allah racheta Ismaïl par le bélier.

 

Il n'est pas exclu dans la Sagesse d'Allah, dans Sa Législation et Sa prédestination, que cette pratique soit une cause de sa bonne croissance, de la pérennité de sa santé et de sa longévité en le protégeant contre le mal du démon, de sorte que chaque organe de la bête constitue une rançon pour l'organe équivalent du nouveau-né.

 

C'est pour cette raison qu'il est conseillé de dire la même formule que celle récitée sur la bête sacrifiée le jour de l'aïd et que les deux moutons soient accomplis.

 

L'imam Ahmad a dit de la versiond 'Abu Dâwud que :

 

" Cela veut dire deux bêtes d'un âge mûr ou presque identiques".

 

La signification du terme "tributaire"

( note de bas de page: Le prophète sallallahou 'alaihi wa sallam a dit : " L'enfant est tributaire de son Aqîqa". )

 

Dans le hadith précédent est aussi un sujet de controverse: 

 

D'aucuns , à l'nstar de Atâ et de l'Imam Ahmad disent que cela signifie qu'il sera privé du droit d'intercéder en faveur de ses parents.

 

Ceci n'est vraisemblablement pas plausible, car Allah n'a prescrit ce sacrifice qu'en vue de libérer le nouveau-né du joug de satan qui s'est collé à lui dès sa venue au monde et l'a pincé à la hanche.

 

Le aqîqa est ainsi conçu comme une rançon et un affranchissement de la détention de satan qui l'empêche d'oeuvrer pour l'au-delà, lieu de retour final.

 

C'est comme s'il était emprisonné, attendant d'être égorgé par satan avec le couteau qu'il a apprêté pour ses fidèles et ses alliés.

 

Il a juré devant le seigneur qu'il anéantira la descendance d'Adam , excepté un petit nombre.

 

Il demeure aux aguets, guettant le nouveau-né dès sa venue au monde.

 

A ce moment, son ennemi le devance pour l'attirer vers lui et nourrit le désir ardent de le soumettre à son joug et sa prison et d'en faire un des alliés de son parti, il y attache un prix d'honneur.

 

Le nouveau-né étant dans cet état [d'otage], Allah a prescrit aux parents de le libérer par ce sacrifice, sinon il restera un otage..

 

Il vaut mieux cuire la viande de la 'aqiqa que de la distribuer crue

 

Al Khallâl a dit :

Abdul Malîk Al-Maimouni m'a informé qu'il demanda à Abû Abdullah: 

Prépare t on la viande du 'Aqîq ?

Oui, lui dit-il

Abû Dâwud m'a aussi informé qu'il demanda à Abû Abdullah:

- Prépare-t-on le aqîqa?

-Oui, lui dit il.

-Cette tâche est pénible, lui fut-il dit.

Il répliqua:

-Il leur faut supporter cela, car en la préparant, ils épargent aux pauvres et aux voisins cette peine et c'est un bienfait de plus et une expression de sa gratitude vis-à-vis de cette grâce.

 

D'autre part, les repas de ce genre, qui sont des manifestations de gratitude, sont tous traités de la sorte ( c'est dire préparés).

 

Voici les différentes appellations de ces repas:

 

*Al quira: Qui est le repas offert aux hôtes.

*Al ma'douba: Le banquet.

*At-Touhfa: Repas offert au visiteur

*Al walîma: Festin de noces.

*Al khouras: plat de l'accouchée.

*Al aqîqa: Sacrifice effectué le septiéme jour où on coupe les cheveux du nouveau-né.

*Al gazîra: Repas offert en l'honneur de l'enfant circoncis

*Al wadhîma: Repas des obsèques.

*An-naquî'a: Repas préparé à l'occasion du retour du voyageur.

*Al wakîra: Repas offert à l'achèvement d'une construction.

 

Offrir les repas en ces circonstances est préférable à la simple distribution de viande, cet acteest considéré comme une marque de noblesse de caractère et de générosité.

Et Allah sait mieux.

 

Le musulman majeur dont les parents n'ont pas fait de sacrifice 'aqiqa, peut-il s'en aquitter personnellement ?

 

Al-Khallâl rapporte qu'Abdul'Malik l'a informé en une autre circonstance qu'il a demandé à Abû abdallah:

-Peut on faire le Aqîqa pour le fils devenu majeur ?

- Je n'ai rien appris concernant la personne majeure, dit-il.

-Son pére était indigent, puis sa situation s'est améliorée et il n'aimerait pas prover son fils d'aqîqa; répliquai-je.

-Je ne sais pas, je n'ai rien appris concernant la personne majeure, dit il à nouveau. Quiconquue le fait, c'est une bonne chose; il y a des gens qui l'estiment obligatoire, renchérit-il.

 

De ce que l'on dit en immolant

 

Ibn Al-Mounzir rapporte d'aprés Aïcha Radhia'llaahou anha, que le Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam a dit :

 

" Immolez en Son nom et dites :

 

 

اللَّهُمَّ لَكَ وَ إِلَيْكَ هَذِهِ عَقِقَةُ ُ فُلاَنْ

"Allahoumma laka wa ilayka hâdhihi 'aqiqatou foulan"

"Ô Allah, elle T'appartient et retourne vers Toi. Ceci est le Aqiqa d'untel".

 

 

(note de bas de page : Rapporté par Abdourrazzâk dans Al moussannaf, Abû Ya'lâ et A baïhaqi.)

 

Ibn Al Mounzir a dit:

 

" C'est une bonne chose; et si la personne a l'intention de faire le aqîqa et ne prononce pas cela, c'est acceptable, s'il plait à Allah."

 

Al-Khallâl rapporte d'après Ahmad Ibn Muhammad ibn Matar et Zakaria Ibn Yahya qu'Abû Tâlib leur a dit qu'il a demandé à Abdullah:

-Que doit dire l'homme qui veut immoler le Aqîqa?

-Qu'il dise : Au nom d'Allah بِسْمِ اللَّه et qu'il immole avec l'intention - comme il le fait pour le sacrifice- en disant: 

 

هَذِهِ عَقِقَةُ ُ فُلاَنْ ابْنُ فُلاَنْ

Ceci est le aqîqa d'untel fils d'untel.

 

Apparement, il a associé à la fois et la formule.

 

De la sagesse de la spécification du 7ème jour pour le 'aqiqa

 

Il ya quatre choses qui sont liées au 7ème jour:

 

 *Lui faire le Aqîqa

 *Lui couper les cheveux

 *Lui donner un nom

 *Le circoncire.

 

A l'unanimité, les savants considèrent qu'il est souhaitable d'accomplir les deux premiers points le septième jour.

 

Quant à lui donner le nom et le circoncire le même jour, c'est un sujet de controverse, comme on le verra plus loin inchaâ-Allah.

 

Les références concernant le aqîqa accompli le 7ème jour ont déjà été citées.

 

La sagesse derrière cela - et Allah sait mieux - est que le bébé à sa naissance est encore trés fragile, à cheval entre la santé et la mort.

 

On en sait pas vraiment s'il va survivre ou non, jusqu'à ce que s'écoule une période d'observation qui va nous rassurer sur l'état de sa constitution et de sa santé, et montrer qu'il est apte à vivre.

 

On a donc choisi une période équivalente au nombre de jours de la semaine, car la semaine constitue un cycle à travers la rotation des jours, de même que l'année est un cycle défini par la rotation des mois.

 

tiré du livre Les préceptes islamiques relatifs au nouveau né ( تهذيب تحفة المودود بأحكام المولود ) du chaikh Chamsouddine Ibn Qayyim Al-Jawziyya.

copié de darwa.com

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:20
Est-ce que l’on doit couper les cheveux de la fille à cette occasion comme pour le garçon ? Et que doit faire la personne qui ne l’a pas fait alors qu’elle le pouvait ?

Question :

 

Est-ce « al-’Aqîqah » [1] est une obligation ou une Sounnah fortement recommandée ?

 

Lorsqu’une personne doit s’en acquitter pour son enfant et ne le fait pas alors qu’elle en a la capacité, commet-elle un péché ?

 

Et à quel moment il est obligatoire de la faire?

 

Est-il permis de dépasser son temps de un ou deux mois pour une raison valable ou sans raison, et la personne doit-elle alors s’en acquitter ?

 

Réponse :

 

Al-’Aqîqah - est une tradition avérée qui est pour le garçon de deux moutons, et il en sera récompensé pour cette offrande, et pour la fille d’un seul mouton.

 

Cette offrande doit se faire au septième jour de la naissance de l’enfant, et s’il sort de ces sept jours, cela est permis et il peut le faire à un autre moment, cela ne fera pas de lui un pêcheur s’il le diffère.

 

Le meilleur en cela, c’est que cela soit fait dès que possible. [2]

Question :

 

Quel est l’avis concernant le rasage des cheveux d’une fille à sa naissance ou après cela, afin de rendre les cheveux plus forts et plus épais ?

 

Est-ce qu’il est de Sounnah [tradition] de raser les cheveux [de la fille] à sa naissance comme pour ce qui est du cas de la naissance du garçon ?

 

Réponse :

 

Il n’est pas de Sounnah de raser la tête de la fille au septième jour, comme il est de Sounnah pour le garçon.

 

Quant à raser la tête par nécessité, comme ce qui a été précisé dans la question, si cela s’avère véridique, les savants disent :

 

« Le rasage de la tête de la fille est blâmable », mais s’il est prouvé que cela donne de la vivacité aux cheveux et les rend épais, alors il n’y a pas de mal en cela.

 

Certes, ce qui est bien connu est que cela est blâmable, et que le blâmable n’est plus [cesse] s’il y a une raison à cela. [3]

Question :

 

Un homme a plusieurs fils et filles, et il n’a fait de « ’Aqîqah » pour aucun d’entre eux, du fait de l’ignorance ou de l’insouciance.

 

Certains d’entre eux sont maintenant grands.

 

Que doit-il maintenant faire ?

 

Réponse :

 

S’il fait [al-’Aqîqah] maintenant pour eux, cela est bon [hassan], du fait qu’il était ignorant ou qu’il ait dit : « Je le ferai demain - Je le ferai demain » jusqu’à ce que trop de temps se soit écoulé.

 

Mais s’il était pauvre au moment prescrit de faire « al-’Aqîqah », il ne doit rien pour cela. [4]

Question :

 

Un homme avait plusieurs fils et il n’a pas fait de « ’Aqîqah » pour eux, pour cause de pauvreté.

 

Quelques années plus tard, Allâh lui a accordé des bienfaits [des moyens].

 

Doit-il s’acquitter de la « ’Aqîqah » pour ses enfants ?

 

Réponse :

 

Si la situation est telle que vous le dites, alors il lui est prescrit de s’acquitter de la « ’Aqîqah » à l’égard de ses enfants, deux moutons pour chaque garçon. [5]

 

[1] Brebis ou mouton égorgé à l’occasion de la naissance d’un enfant

[2] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 11/439

[3] Kitâb « Madjmu’atu Ass’ilat al-’Usrah al-Muslimah » de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, p.147-148

[4] Kitâb « Liqâ-at ul-Bâb il-Maftoûh » du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 1/51

[5] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 11/441 - 442

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:18
La différence entre le garçon et la fille en matière de 'aqiqa

Al Aqîqa est une sunna aussi bien pour le garçon que pour la fille chez la majorité des Savants -rahimahumullahu Ta'ala- parmi les Compagnons -radiAllahu 'anhum- du Prophète et les générations successives.

 

Interrogé sur Al Aqîqa, le Messager d'Allah -Salawatullahu wa s-salamuhu 'aleyhi- répondit:

 

"On sacrifie 2 moutons pour le garçon et 1 pour la fille et il n'y a pas de mal à ce qu'ils soient mâles ou femelles."

 [Sahîh:At-Tirmidhî -rahimahullahu Ta'ala-]

 hdfh

Raser la tête du nouveau-né et faire l'aumône du poids de ses cheveux

 

Abû 'Umar Ibn 'Abdul-Barr -rahimahullahu Ta'ala- a dit:

 

"Quant à raser la tête du nouveau-né au moment de son aqîqa, c'est un acte qu'appréciaient les Savants.

 

Il a été établi que le Prophète -Salawatullahu wa s-salamuhu 'aleyhi-, parlant du Aqîqa, a dit:

 

 "...et on lui coupe les cheveux et on lui donne un nom."

[Auteurs des Sunan]

 

Il est rapporté dans "Al Muwatta" que Fatima -radiAllahu 'anha- la fille du Prophète a pesé les cheveux d'Al Hassan et d'Al Husseyn -radiAllahu 'anhuma- et a fait l'aumône de leurs poids en argent.

 

"Tuhfatu-l-mudud bi ahkami-l-mawlud"

copié de oummietmoi.net

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 19:55
Repas pour la circoncision

Question :

 

Question de France : Nous aimerions organiser une fête et un festin à l’occasion d’une circoncision, est-ce que cela est permis ? 

 

Réponse :

 

Cela est permis, mais à condition qu’il n’y soit pas utilisé de choses interdites telles que les boissons enivrantes, la mixité entre les hommes et les femmes, il faut s’écarter de tout cela.

 

Ainsi, si cela se passe conformément à la sounnah :

 

-qu’il n’y a pas de mixité,

-qu’on n’y joue pas d’instruments de musique,

-qu’il n’y a pas de photographies,

 

alors il n’y a pas de mal.

 

Et il faut faire très attention à toute acte qui mette en colère Allah Qui détient entre Ses mains toute chose.

 

Et il se peut qu’Allah fasse descendre un châtiment prompt et le serviteur est faible, et il se peut qu’il soit la cause de la descente de ce châtiment sans s’en rendre compte . 

 

traduit à partir d'un enregistrement audio

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:48
A partir de quel âge faut-il ordonner à l'enfant de prier ?

Question :

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit:  

 

"Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière dès l’âge de sept ans, et corrigez-les dès l’âge de dix ans (s’ils refusent de l’accomplir) et séparez-les (entre les filles et les garçons) dans les couches."

 

Faut-il entendre par 7 ans, la fin des six ans ou le début des huit ans?

 

Réponse :

 

Quand un garçon atteint l'âge de sept ans, son tuteur doit lui ordonner de faire la prière afin que ce dernier prenne l'habitude de l'accomplir et ce conformément à ce qui a été rapporté par l'imâm 'Ahmad, Abou Dâwoud et Al-Hâkim au sujet du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui a dit:

 

"Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière à l’âge de sept ans, corrigez-les s'ils refusent de l'accomplir à partir de dix ans et séparez-les dans les lits."

 

A partir de-là, il apparait clairement qu'il s'agit de la fin des 7ans et non leur début.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 3 de la Fatwa numéro 5133

(Numéro de la partie: 6, Numéro de la page: 27)

traduit par alifta.net

 

صلاة الصبي وأمره بها
س3: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم:  مروا أبناءكم بالصلاة لسبع واضربوهم عليها لعشر وفرقوا بينهم في المضاجع  هل المقصود بالسنة السابعة عندما يتم ست سنوات ويبدأ في السابعة، أم عندما ينهي السابعة ويدخل في الثامنة؟
جـ3: إذا بلغ الولد سبع سنين يأمره وليه بالصلاة ليعتادها؛ لما روى الإمام أحمد وأبو داود والحاكم، أن النبي صلى الله عليه وسلم قال:  مروا أولادكم بالصلاة وهم أبناء سبع سنين، واضربوهم عليها وهم أبناء عشر سنين، وفرقوا بينهم في المضاجع وبهذا يعلم أن المراد كمال السبع لا البدء فيها

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 6، الصفحة رقم: 29)
السؤال الثالث من الفتوى رقم - 5133

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال