compteur de visite

Catégories

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:24
Le sacrifice : Al-‘Aqiqa et ses règles

Al-‘Aqiqa (le sacrifice) est une sunna, c’est un devoir du père, mais si le père est absent, cela reste une sunna à faire par la mère.

 

Il faut en être capable, car si les obligations ont pour condition préalable la capacité de les accomplir, cela est plus évident encore pour les choses recommandées.

 

C’est pourquoi nous ne disons pas au pauvre d’emprunter pour faire sacrifier.

 

Et dans le cas où un salarié à un enfant au milieu du mois et que son salaire n’est pas arrivé, lui disons-nous d’emprunter ou d’attendre ?

 

Il est meilleur qu’il attende, car il se peut qu’il lui arrive quelque chose et qu’il ait besoin de cet argent (maladie, accident…).

 

Il vaut lieux qu’il attende s’il compte recevoir de l’argent bientôt, et il peut sacrifier le 7, 14 ou 21ème jour.

 

[Shaikh Al-Albani précise que le sacrifice doit être fait le 7ème jour mais qu’il peut être repoussé au 14 et 21ème jour si on ne peut pas le faire avant, car le prophète sallallahou 'alaihi wa sallam a dit :

 

« on sacrifie le 7ème jour » et dans d’autres hadith sont cités le 14 et 21ème jour, donc le temps est spécifié et on ne peut dépasser cela que si on a une excuse légale.]

(442, silsila al-huda wa nur)

 

La sunna est que l’on sacrifie deux moutons pour un garçon et un seul pour une fille, comme cela a été rapporté dans la sunna.

 

Il est préférable que les deux moutons soient le plus proches possible en âge, en taille, en poids, et plus ils seront proche, meilleur cela sera.

 

Et si on ne trouve (pour un garçon) qu’un seul mouton, cela est suffisant, mais si Allah a permis (à cet homme) d’avoir deux moutons, cela est meilleur.

 

[Sahikh Al-Albani précise qu’il n’y a pas de mal à sacrifier plus d’un mouton pour une fille, mais cela vient d’une ignorance des gens qui pensent que al-‘aqiqa est un repas auquel on invite les gens, ce qui est faux, il n’y a rien de cela dans la sunna, c’est un sacrifice].

(209, silsila al-huda wa nur)

 

Il fait partie de la sunna que le sacrifice soit fait le 7ème jour, ainsi si l’enfant nait samedi, on sacrifiera vendredi, c'est-à-dire un jour avant le jour de sa naissance.

 

La sagesse derrière cela est qu’au septième jour, la semaine se termine, l’enfant a vécu tous les jours de la semaine et on espère qu’il continuera à vivre.

 

copié de salafs.com

rtytr

Institution

 

L'imam Mâlik dit que cet acte ne fait l'objet d'aucune divergence.

 

On Compte parmis ceux qui approuvent son institution dans la legislation islamique : Abdullah ibn Abbas , Abdullah ibn Umar , Aicha Oummou'l'mou-miniin Radhia'llaahou anha , Fatima bintou'rrassoul , radhia'llaahou anha, Boureid al alsamy, Al Qâssim ibn muhammad, Ourwa ibn zoubeir, Atâ ibn abi Rabah, Az-Zouhri, Abû Zinâd, Mâlik, les savants medinois, l'Imâm Ash-Shafi3î et ses compagnons, l'Imâm Ahmad, Ishâq, Abû Thaour et beaucoup d'autres savants.

 

Le 'aqiqa est-il obligatoire ou recommandé ?

 

Abû Umar a dit :

 

" Quant à la divergence des savants sur son caractére obligatoire, elle se présente comme suit : 

 

- Les Zahirites, à l'instar de Dâwud et de ses compagnons, le considérent comme une obligation.

 

Ils disent que le Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam  l'a ordonné et l'a personnellement pratiqué.

 

Il sallallahou 'alaihi wa sallam dit à ce sujet : " L'enfant est tributaire de son aqîqa". 

 

Mâlik disait que c'est une " Sunna mouakkada" " vivement recommandée" à laquelle il faut s'attacher.

 

C'est aussi l'avis d'Ash-Shafi3î et d'Ahmad, bien que les compagnons de ce dernier aient rapporté de lui deux versions à ce sujet.

 

Mais il n'y a pas de texte clair émanant de lui qui lui attribue ce caractére obligatoire.

 

Al-Hârith a dit: " Il fut demandé à Ahmad: 

 

- Que faire si l'on n'a pas de quoi faire le sacrifice?

 

- Que la personne s'endette, j'ai espoir qu'Allah la compensera, car elle a mis à jour une sunna, répondit-il."

 

Ceux qui disent qu'il est une sunna vivement recommandée "Mouakkada" estiment que si le Aqîqa était obligatoire, il serait ainsi connu religieusement parcequ'il est indispensable et constitue une épreuve pour beaucoup de personnes; et le Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam aurait enseigné ce caractére obligatoire à la communauté de manière suffisemment claire et répandue de sorte que personne n'ait d'Excuse pour s'y dérober.

 

Mais il sallallahou 'alaihi wa sallam a laissé son observance au libre choix de chacun en disant:

 

" Quiconque a un nouveau-né et aimerait faire le sacrifice, qu'il le fasse."

(Note de bas de page : Raporté par Abû Dâwud et An-Nassâi. Al-Albni dit que c'est un hadith bon authentique.) 

 

Al-'aqiqa est préférable à une aumône de même valeur, voire plus important

 

Al-Khallâl dit qu'il a entendu Sulaymâne ibn Al Ash'ath dire :

 

" Abû Abdallah fut interrogé en ma présence au sujet du Aqîqa : vaut il mieux faire le sacrifice ou doner sa valeur en éspèces aux pauvres?

Le Aqîqa est préférable, répondit-il".

 

Le Aqîqa est préférable parceque c'est une sunna et un rite prescrits en raison de la grâce qu'Allah a renouvelée sur les parents.

 

De même, il y a en cela une conception sous-jacente, héritée du rachat d'Ismaïl (alayhi'ssalaam) par le bêlier qui fut offert par Allah pour rançonner ce dernier et qui est devenue une tradition dans sa descendance.

 

Il n'est pas exclu que ce sacrifice soit pour l'enfant une protection contre satan après sa naissance, comme le fut pour lui l'évocation du nom d'Allah au moment de sa conception.

 

Aussi, rares sont ceux dont les parents ont négligé ce rite qui ne soient à la merci de satan.

 

Y-a-t-il une différence entre le garçon et la fille en matière de 'aqiqa

 

Le Aqîqa est une sunna aussi bien pour le garçon que pour la fille chez la majorité des savants parmi les compagnons du Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam et les générations successives.

 

Interrogé sur le aqiqa, le Messager d'Allah sallallahou 'alaihi wa sallam :

 

" On sacrifie deux moutons pour le garçon et un pour la fille et il n'y a pas de mal à ce qu'ils soient mâles ou femelles".

(note de bas de page : Hadith jugé authentique par At-Tirmidhi et les autres.) 

 

Sagesses et avantages du 'aqiqa

 

Le aqîqa est un acte de piété en faveur du nouveau né ; il est accompli à la premiére heure de sa venue au monde.

 

Ce dernier profite grandement de cet acte , comme il profite de la prière faite en sa faveur, de sa présence dans les lieux des rites et de la sacralisation faite pour lui, etc..

 

En outre, la aqîqa le libére parcequ'il est assujetti à ce sacrifice.

 

L'imam Ahmad a dit que sans cela, il ne sera pas autorisé à intercéder en faveur de ses parents. Atâ ibn Abi Rabah a dit aussi qu'il sera privé de l'intercession de son enfant.

 

De même, il constitue une rançon par laquelle on rachète le nouveau-né comme Allah racheta Ismaïl par le bélier.

 

Il n'est pas exclu dans la Sagesse d'Allah, dans Sa Législation et Sa prédestination, que cette pratique soit une cause de sa bonne croissance, de la pérennité de sa santé et de sa longévité en le protégeant contre le mal du démon, de sorte que chaque organe de la bête constitue une rançon pour l'organe équivalent du nouveau-né.

 

C'est pour cette raison qu'il est conseillé de dire la même formule que celle récitée sur la bête sacrifiée le jour de l'aïd et que les deux moutons soient accomplis.

 

L'imam Ahmad a dit de la versiond 'Abu Dâwud que :

 

" Cela veut dire deux bêtes d'un âge mûr ou presque identiques".

 

La signification du terme "tributaire"

( note de bas de page: Le prophète sallallahou 'alaihi wa sallam a dit : " L'enfant est tributaire de son Aqîqa". )

 

Dans le hadith précédent est aussi un sujet de controverse: 

 

D'aucuns , à l'nstar de Atâ et de l'Imam Ahmad disent que cela signifie qu'il sera privé du droit d'intercéder en faveur de ses parents.

 

Ceci n'est vraisemblablement pas plausible, car Allah n'a prescrit ce sacrifice qu'en vue de libérer le nouveau-né du joug de satan qui s'est collé à lui dès sa venue au monde et l'a pincé à la hanche.

 

Le aqîqa est ainsi conçu comme une rançon et un affranchissement de la détention de satan qui l'empêche d'oeuvrer pour l'au-delà, lieu de retour final.

 

C'est comme s'il était emprisonné, attendant d'être égorgé par satan avec le couteau qu'il a apprêté pour ses fidèles et ses alliés.

 

Il a juré devant le seigneur qu'il anéantira la descendance d'Adam , excepté un petit nombre.

 

Il demeure aux aguets, guettant le nouveau-né dès sa venue au monde.

 

A ce moment, son ennemi le devance pour l'attirer vers lui et nourrit le désir ardent de le soumettre à son joug et sa prison et d'en faire un des alliés de son parti, il y attache un prix d'honneur.

 

Le nouveau-né étant dans cet état [d'otage], Allah a prescrit aux parents de le libérer par ce sacrifice, sinon il restera un otage..

 

Il vaut mieux cuire la viande de la 'aqiqa que de la distribuer crue

 

Al Khallâl a dit :

Abdul Malîk Al-Maimouni m'a informé qu'il demanda à Abû Abdullah: 

Prépare t on la viande du 'Aqîq ?

Oui, lui dit-il

Abû Dâwud m'a aussi informé qu'il demanda à Abû Abdullah:

- Prépare-t-on le aqîqa?

-Oui, lui dit il.

-Cette tâche est pénible, lui fut-il dit.

Il répliqua:

-Il leur faut supporter cela, car en la préparant, ils épargent aux pauvres et aux voisins cette peine et c'est un bienfait de plus et une expression de sa gratitude vis-à-vis de cette grâce.

 

D'autre part, les repas de ce genre, qui sont des manifestations de gratitude, sont tous traités de la sorte ( c'est dire préparés).

 

Voici les différentes appellations de ces repas:

 

*Al quira: Qui est le repas offert aux hôtes.

*Al ma'douba: Le banquet.

*At-Touhfa: Repas offert au visiteur

*Al walîma: Festin de noces.

*Al khouras: plat de l'accouchée.

*Al aqîqa: Sacrifice effectué le septiéme jour où on coupe les cheveux du nouveau-né.

*Al gazîra: Repas offert en l'honneur de l'enfant circoncis

*Al wadhîma: Repas des obsèques.

*An-naquî'a: Repas préparé à l'occasion du retour du voyageur.

*Al wakîra: Repas offert à l'achèvement d'une construction.

 

Offrir les repas en ces circonstances est préférable à la simple distribution de viande, cet acteest considéré comme une marque de noblesse de caractère et de générosité.

Et Allah sait mieux.

 

Le musulman majeur dont les parents n'ont pas fait de sacrifice 'aqiqa, peut-il s'en aquitter personnellement ?

 

Al-Khallâl rapporte qu'Abdul'Malik l'a informé en une autre circonstance qu'il a demandé à Abû abdallah:

-Peut on faire le Aqîqa pour le fils devenu majeur ?

- Je n'ai rien appris concernant la personne majeure, dit-il.

-Son pére était indigent, puis sa situation s'est améliorée et il n'aimerait pas prover son fils d'aqîqa; répliquai-je.

-Je ne sais pas, je n'ai rien appris concernant la personne majeure, dit il à nouveau. Quiconquue le fait, c'est une bonne chose; il y a des gens qui l'estiment obligatoire, renchérit-il.

 

De ce que l'on dit en immolant

 

Ibn Al-Mounzir rapporte d'aprés Aïcha Radhia'llaahou anha, que le Prophète sallallahou 'alaihi wa sallam a dit :

 

" Immolez en Son nom et dites :

 

 

اللَّهُمَّ لَكَ وَ إِلَيْكَ هَذِهِ عَقِقَةُ ُ فُلاَنْ

"Allahoumma laka wa ilayka hâdhihi 'aqiqatou foulan"

"Ô Allah, elle T'appartient et retourne vers Toi. Ceci est le Aqiqa d'untel".

 

 

(note de bas de page : Rapporté par Abdourrazzâk dans Al moussannaf, Abû Ya'lâ et A baïhaqi.)

 

Ibn Al Mounzir a dit:

 

" C'est une bonne chose; et si la personne a l'intention de faire le aqîqa et ne prononce pas cela, c'est acceptable, s'il plait à Allah."

 

Al-Khallâl rapporte d'après Ahmad Ibn Muhammad ibn Matar et Zakaria Ibn Yahya qu'Abû Tâlib leur a dit qu'il a demandé à Abdullah:

-Que doit dire l'homme qui veut immoler le Aqîqa?

-Qu'il dise : Au nom d'Allah بِسْمِ اللَّه et qu'il immole avec l'intention - comme il le fait pour le sacrifice- en disant: 

 

هَذِهِ عَقِقَةُ ُ فُلاَنْ ابْنُ فُلاَنْ

Ceci est le aqîqa d'untel fils d'untel.

 

Apparement, il a associé à la fois et la formule.

 

De la sagesse de la spécification du 7ème jour pour le 'aqiqa

 

Il ya quatre choses qui sont liées au 7ème jour:

 

 *Lui faire le Aqîqa

 *Lui couper les cheveux

 *Lui donner un nom

 *Le circoncire.

 

A l'unanimité, les savants considèrent qu'il est souhaitable d'accomplir les deux premiers points le septième jour.

 

Quant à lui donner le nom et le circoncire le même jour, c'est un sujet de controverse, comme on le verra plus loin inchaâ-Allah.

 

Les références concernant le aqîqa accompli le 7ème jour ont déjà été citées.

 

La sagesse derrière cela - et Allah sait mieux - est que le bébé à sa naissance est encore trés fragile, à cheval entre la santé et la mort.

 

On en sait pas vraiment s'il va survivre ou non, jusqu'à ce que s'écoule une période d'observation qui va nous rassurer sur l'état de sa constitution et de sa santé, et montrer qu'il est apte à vivre.

 

On a donc choisi une période équivalente au nombre de jours de la semaine, car la semaine constitue un cycle à travers la rotation des jours, de même que l'année est un cycle défini par la rotation des mois.

 

tiré du livre Les préceptes islamiques relatifs au nouveau né ( تهذيب تحفة المودود بأحكام المولود ) du chaikh Chamsouddine Ibn Qayyim Al-Jawziyya.

copié de darwa.com

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:20
Est-ce que l’on doit couper les cheveux de la fille à cette occasion comme pour le garçon ? Et que doit faire la personne qui ne l’a pas fait alors qu’elle le pouvait ?

Question :

 

Est-ce « al-’Aqîqah » [1] est une obligation ou une Sounnah fortement recommandée ?

 

Lorsqu’une personne doit s’en acquitter pour son enfant et ne le fait pas alors qu’elle en a la capacité, commet-elle un péché ?

 

Et à quel moment il est obligatoire de la faire?

 

Est-il permis de dépasser son temps de un ou deux mois pour une raison valable ou sans raison, et la personne doit-elle alors s’en acquitter ?

 

Réponse :

 

Al-’Aqîqah - est une tradition avérée qui est pour le garçon de deux moutons, et il en sera récompensé pour cette offrande, et pour la fille d’un seul mouton.

 

Cette offrande doit se faire au septième jour de la naissance de l’enfant, et s’il sort de ces sept jours, cela est permis et il peut le faire à un autre moment, cela ne fera pas de lui un pêcheur s’il le diffère.

 

Le meilleur en cela, c’est que cela soit fait dès que possible. [2]

Question :

 

Quel est l’avis concernant le rasage des cheveux d’une fille à sa naissance ou après cela, afin de rendre les cheveux plus forts et plus épais ?

 

Est-ce qu’il est de Sounnah [tradition] de raser les cheveux [de la fille] à sa naissance comme pour ce qui est du cas de la naissance du garçon ?

 

Réponse :

 

Il n’est pas de Sounnah de raser la tête de la fille au septième jour, comme il est de Sounnah pour le garçon.

 

Quant à raser la tête par nécessité, comme ce qui a été précisé dans la question, si cela s’avère véridique, les savants disent :

 

« Le rasage de la tête de la fille est blâmable », mais s’il est prouvé que cela donne de la vivacité aux cheveux et les rend épais, alors il n’y a pas de mal en cela.

 

Certes, ce qui est bien connu est que cela est blâmable, et que le blâmable n’est plus [cesse] s’il y a une raison à cela. [3]

Question :

 

Un homme a plusieurs fils et filles, et il n’a fait de « ’Aqîqah » pour aucun d’entre eux, du fait de l’ignorance ou de l’insouciance.

 

Certains d’entre eux sont maintenant grands.

 

Que doit-il maintenant faire ?

 

Réponse :

 

S’il fait [al-’Aqîqah] maintenant pour eux, cela est bon [hassan], du fait qu’il était ignorant ou qu’il ait dit : « Je le ferai demain - Je le ferai demain » jusqu’à ce que trop de temps se soit écoulé.

 

Mais s’il était pauvre au moment prescrit de faire « al-’Aqîqah », il ne doit rien pour cela. [4]

Question :

 

Un homme avait plusieurs fils et il n’a pas fait de « ’Aqîqah » pour eux, pour cause de pauvreté.

 

Quelques années plus tard, Allâh lui a accordé des bienfaits [des moyens].

 

Doit-il s’acquitter de la « ’Aqîqah » pour ses enfants ?

 

Réponse :

 

Si la situation est telle que vous le dites, alors il lui est prescrit de s’acquitter de la « ’Aqîqah » à l’égard de ses enfants, deux moutons pour chaque garçon. [5]

 

[1] Brebis ou mouton égorgé à l’occasion de la naissance d’un enfant

[2] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 11/439

[3] Kitâb « Madjmu’atu Ass’ilat al-’Usrah al-Muslimah » de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, p.147-148

[4] Kitâb « Liqâ-at ul-Bâb il-Maftoûh » du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 1/51

[5] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 11/441 - 442

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 20:18
La différence entre le garçon et la fille en matière de 'aqiqa

Al Aqîqa est une sunna aussi bien pour le garçon que pour la fille chez la majorité des Savants -rahimahumullahu Ta'ala- parmi les Compagnons -radiAllahu 'anhum- du Prophète et les générations successives.

 

Interrogé sur Al Aqîqa, le Messager d'Allah -Salawatullahu wa s-salamuhu 'aleyhi- répondit:

 

"On sacrifie 2 moutons pour le garçon et 1 pour la fille et il n'y a pas de mal à ce qu'ils soient mâles ou femelles."

 [Sahîh:At-Tirmidhî -rahimahullahu Ta'ala-]

 hdfh

Raser la tête du nouveau-né et faire l'aumône du poids de ses cheveux

 

Abû 'Umar Ibn 'Abdul-Barr -rahimahullahu Ta'ala- a dit:

 

"Quant à raser la tête du nouveau-né au moment de son aqîqa, c'est un acte qu'appréciaient les Savants.

 

Il a été établi que le Prophète -Salawatullahu wa s-salamuhu 'aleyhi-, parlant du Aqîqa, a dit:

 

 "...et on lui coupe les cheveux et on lui donne un nom."

[Auteurs des Sunan]

 

Il est rapporté dans "Al Muwatta" que Fatima -radiAllahu 'anha- la fille du Prophète a pesé les cheveux d'Al Hassan et d'Al Husseyn -radiAllahu 'anhuma- et a fait l'aumône de leurs poids en argent.

 

"Tuhfatu-l-mudud bi ahkami-l-mawlud"

copié de oummietmoi.net

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 19:55
Repas pour la circoncision

Question :

 

Question de France : Nous aimerions organiser une fête et un festin à l’occasion d’une circoncision, est-ce que cela est permis ? 

 

Réponse :

 

Cela est permis, mais à condition qu’il n’y soit pas utilisé de choses interdites telles que les boissons enivrantes, la mixité entre les hommes et les femmes, il faut s’écarter de tout cela.

 

Ainsi, si cela se passe conformément à la sounnah :

 

-qu’il n’y a pas de mixité,

-qu’on n’y joue pas d’instruments de musique,

-qu’il n’y a pas de photographies,

 

alors il n’y a pas de mal.

 

Et il faut faire très attention à toute acte qui mette en colère Allah Qui détient entre Ses mains toute chose.

 

Et il se peut qu’Allah fasse descendre un châtiment prompt et le serviteur est faible, et il se peut qu’il soit la cause de la descente de ce châtiment sans s’en rendre compte . 

 

traduit à partir d'un enregistrement audio

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:48
A partir de quel âge faut-il ordonner à l'enfant de prier ?

Question :

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit:  

 

"Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière dès l’âge de sept ans, et corrigez-les dès l’âge de dix ans (s’ils refusent de l’accomplir) et séparez-les (entre les filles et les garçons) dans les couches."

 

Faut-il entendre par 7 ans, la fin des six ans ou le début des huit ans?

 

Réponse :

 

Quand un garçon atteint l'âge de sept ans, son tuteur doit lui ordonner de faire la prière afin que ce dernier prenne l'habitude de l'accomplir et ce conformément à ce qui a été rapporté par l'imâm 'Ahmad, Abou Dâwoud et Al-Hâkim au sujet du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui a dit:

 

"Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière à l’âge de sept ans, corrigez-les s'ils refusent de l'accomplir à partir de dix ans et séparez-les dans les lits."

 

A partir de-là, il apparait clairement qu'il s'agit de la fin des 7ans et non leur début.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 3 de la Fatwa numéro 5133

(Numéro de la partie: 6, Numéro de la page: 27)

traduit par alifta.net

 

صلاة الصبي وأمره بها
س3: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم:  مروا أبناءكم بالصلاة لسبع واضربوهم عليها لعشر وفرقوا بينهم في المضاجع  هل المقصود بالسنة السابعة عندما يتم ست سنوات ويبدأ في السابعة، أم عندما ينهي السابعة ويدخل في الثامنة؟
جـ3: إذا بلغ الولد سبع سنين يأمره وليه بالصلاة ليعتادها؛ لما روى الإمام أحمد وأبو داود والحاكم، أن النبي صلى الله عليه وسلم قال:  مروا أولادكم بالصلاة وهم أبناء سبع سنين، واضربوهم عليها وهم أبناء عشر سنين، وفرقوا بينهم في المضاجع وبهذا يعلم أن المراد كمال السبع لا البدء فيها

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 6، الصفحة رقم: 29)
السؤال الثالث من الفتوى رقم - 5133

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 16:37
Avis religieux sur l'excision des filles

Question :

 

Quel est l'avis religieux relatif à l'excision des filles ?

 

Si cette pratique est permise, à quel âge faut-il la faire ?

 

Et dans ce cas, quelle est la méthode conforme à le Charia qu'il faut adopter?

 

Je vous informe que j'ai une fille de huit ans, je voudrais l'exciser, est-ce permis à cet âge-là ?

 

Réponse :

 

La circoncision est une des pratiques dites Sonan-Al-Fitra (pratiques islamiques relatives à l'hygiène personnelle), conformément à ce Hadith rapporté par Abou Hourayra (Qu'Allah soit satisfait de lui) dans les deux Sahîhs (recueils de Hadiths authentiques d'Al-Boukhârî et de Mouslim) : Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :  

 

"La nature innée comporte ces cinq traits: la circoncision, le rasage des poils pubiens, l'épilation des aisselles, la taille des ongles et le rasage des moustaches ."

 

La circoncision est obligatoire pour les hommes comme le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) l'a ordonné.

 

On rapporte authentiquement qu'il a (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit :  

 

"Débarrasse-toi de la toison de la mécréance, et fais-toi circoncire"

 

De même, si le prépuce de l'homme n'est pas circoncis, il garde les impuretés et ceci invalide la prière, c'est pourquoi il faut l'enlever.

 

En ce qui concerne les femmes, l'excision est, dans leur cas, souhaitable (Moustahabb) mais non obligatoire selon Ad-Dahhâk ibn Qays (Qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit :  

 

"Il y avait à Médine une exciseuse appelée Omm `Attiyya.

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui recommanda : "Coupe légèrement, et n’abuse pas (dans l'excision) ; ceci est meilleur pour la mine, et plaît plus à l’époux."

Rapporté par Al-Hâkim dans l'ouvrage ''Al-Moustadrak'' et par l'érudit Adh-Dhahabî dans ''At-Talkhîs'' avec une bonne chaîne de transmission.

 

On en déduit que l'excision des femmes est souhaitable (Moustahabb).

 

Quant à l'âge adéquat, il est Moustahabb que l'excision soit faite quand elles sont jeunes jusqu'à l'âge d'adulte, afin d'alléger la souffrance et pour que la guérison soit plus prompte.

 

Concernant les hommes, la circoncision est obligatoire au-delà de la puberté.

 

La circoncision de l'homme concerne le repli de peau qui entoure le gland de la verge, appelée prépuce, de manière à ce que le gland devienne complètement découvert.

 

Quant à la circoncision féminine dite excision, elle consiste à couper une partie de la peau qui se trouve autour du clitoris et qui ressemble à la crête du coq, elle est située à la sortie de la miction, nommée capuchon clitoridien.

 

Il n'est pas permis de couper le clitoris entièrement, car le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) l'a interdit selon la parole précitée qu'il a adressée à Omm `Attiyya .

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 42.43)

La Fatwa numéro (17740)

traduit par alifta.com


س: ما هو حكم ختان البنات ؟ وما هو السن الواجب تنفيذ ختانهن خلاله إذا كان الختان جائزًا؟ وما هي الطريقة الشرعية لتنفيذه؟ مع العلم بأن لي ابنة عمرها 8 سنوات، وأرغب في ختانها، فهل يجوز ختانها في هذه السن؟
ج: الختان من سنن الفطرة؛ لحديث أبي هريرة رضي الله عنه في ( الصحيحين ) أن النبي صلى الله عليه وسلم قال:  خمس من الفطرة: الختان، والاستحداد، ونتف الإبط، وتقليم الأظفار، وقص الشارب
وهو واجب في حق الرجال؛ لأمره صلى الله عليه وسلم بذلك، فقد صح عنه صلى الله عليه وسلم قوله لمن أسلم:  ألقِ عنك شعر الكفر ثم اختتن  ، ولأن بقاء قلفة الرجل دون ختان يحبس النجاسة، ويمنع صحة الصلاة فتجب إزالتها
أما النساء فهو مستحب في حقهن وليس بواجب؛ لحديث الضحاك بن قيس رضي الله عنه قال: الحاكم 3 / 525 ، والطبراني 8 / 299 برقم ( 8137 ) وأبو نعيم في ( معرفة الصحابة ) 3 / 1537 - 1538 برقم ( 3898 ) والبيهقي 8 / 324 ، وابن عساكر في ( تاريخ دمشق ) 26 / 196 ، ط : علي عاشور الجنوبي . كان بالمدينة امرأة تخفض
النساء ( أي: تختنهن ) يقال لها أم عطية ، فقال لها النبي صلى الله عليه وسلم: اخفضي ولا تنهكي، فإنه أنظر للوجه وأحظى عند الزوج
 رواه الحاكم في ( المستدرك )، والحافظ الذهبي في ( التلخيص ) بسند جيد. فيؤخذ من هذا الاستحباب
أما وقته: فإنه يستحب في الصغر إلى سن التمييز؛ لأنه أرفق بالمختون وأسرع برءًا، ويتعين وجوبه في حق الرجال بعد البلوغ
ويكون ختان الذكر بقطع الجلدة التي تغطي الحشفة، وتسمى القلفة والفرلة، بحيث تنكشف الحشفة كلها
ويكون ختان الأنثى بقطع جزء من الجلدة التي كعرف الديك فوق مخرج البول، المسماة بالبظر، ولا يجوز قطعها كلها لنهيه صلى الله عليه وسلم عن ذلك، كما في حديث أم عطية السابق
وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 4، الصفحة رقم: 43)
الفتوى رقم - 17740

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 16:25
Il n'est pas permis d'exagérer l'excision des filles

Question :

 

Nous sommes des musulmanes somaliennes et nous vivons au Canada.

 

Nous souffrons énormément à cause d'une coutume qui s'impose à nous et qui s'appelle "l'excision pharaonienne" où l'exciseuse coupe tout le clitoris en plus d'une partie des petites lèvres et de la majeure partie des grandes lèvres, cela revient à enlever tout les organes génitaux apparents de la femme.

 

Cette opération déforme complètement le sexe féminin, ensuite cette partie est suturée, ce qui provoque des souffrances à la femme à la nuit de noces et au jour de l'accouchement.

 

Très souvent, cette pratique nécessite une intervention chirurgicale et induit une frigidité chez la femme.

 

Bien plus, elle peut provoquer des complications entraînant la mort de la personne, la défaillance de son état de santé ou la stérilité.

 

Vous trouverez ci-joint un document médical fournissant des explications détaillées.

 

A présent, nous désirons connaître l'avis religieux relatif à cet acte, et sachez que l'avenir des musulmanes dans bien des pays dépend de votre réponse.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et le bien et vous préserve comme atout favorable pour les musulmans et les musulmanes.

 

Réponse :

 

Si les choses sont telles qu'elles sont décrites dans la question, cette excision n'est pas permise vu le préjudice considérable subi par la femme.

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :

 

"Pas de nuisance ni de malfaisance."

 

L'excision permise consiste à couper une partie de la peau qui se trouve au-dessus de l'ouverture de la pénétration et non toute cette peau, conformément à cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à la femme qui pratiquait le métier d'exciseuse :

 

« Coupe légèrement, et n’abuse pas (dans la circoncision) ; ceci est meilleur pour la mine, et plaît plus à l’époux. »

 Rapporté par Al-Hâkim et At-Tabarânî et par d'autres.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La Fatwa numéro (20118) 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 45)

Traduit par alifta.com

 

 الإسراف في ختان البنات لا يجوز
س: نحن مسلمات صوماليات نعيش في كندا ، ونعاني معاناة شديدة من أمر يطبق علينا بحكم العادة والتقليد، وهو الختان الفرعوني الذي تأخذ فيه الخاتنة البظر كله مع جزء من الشفرين الصغيرين، ومعظم الشفرين الكبيرين، وهو بمعنى إزالة كل الأعضاء التناسلية الظاهرة للمرأة، مما يؤدي إلى تشويه كامل للفرج، وبعدها يتم خياطة الفتحة كاملة، وهو ما يُعرف باسم ( الرتق ) الذي يُلحق آلامًا مبرحة للمرأة ليلة زفافها وعند ولادتها، وفي كثير من الأحيان يحتاج الأمر إلى إجراء عملية جراحية، ويؤدي كذلك إلى البرود الجنسي، ويتسبب في مضاعفات طبية تفقد فيها المرأة حياتها أو صحتها أو قدرتها على الإنجاب. وأرفق لكم جزءًا من البحث الطبي الذي يبين ذلك، ونحن نريد أن نعرف حكم الشرع في هذا الفعل، وإن حكمكم يتوقف عليه إنقاذ المسلمات في كثير من البلاد. وفقكم الله وأحسن إليكم وجعلكم ذخرا للمسلمين والمسلمات
ج: إذا كان الواقع ما ذكر فإن هذا الختان لا يجوز بصفته المذكورة؛ لما فيه من الضرر البالغ بالمرأة، وقد قال النبي صلى الله عليه وسلم:  لا ضرر ولا ضرار  ، والختان المشروع أن يؤخذ من الجلدة التي فوق محل الإيلاج شيء يسير ولا تؤخذ كلها؛ لقول النبي صلى الله عليه وسلم للخافضة،وهي التي تختن الأنثى:  أشمي ولا تنهكي، فإنه أبهى للوجه وأحظى عند الزوج رواه الحاكم والطبراني وغيرهما
وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 4، الصفحة رقم: 45-44)
الفتوى رقم - 20118

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 13:12
Je vais être grande soeur inshâaLlah ! (dossier)

Voici l’histoire d’une famille qui va vivre un moment très joyeux et heureux inshâaLlah.

 

Leur famille va s’agrandir par la Grâce d’Allah.

 

L’ainée prénommé Safiya est une petite fille très attachante qui va voir pendant 9 mois le ventre de sa maman évoluer.

 

Car en effet, sa maman est enceinte.

 

Ainsi nous verrons comment se passe ce changement dans leur famille et comment Safiya va vivre l’arrivée de son petit frère inshâaLlah.

 

Il se peut fortement que des mamans se retrouvent dans ce récit. 

 

2 versions pour cette histoire sont mises à disposition ...

 

-Première version, le nouveau né est un petit garçon

-Deuxième version, le nouveau né est une petite fille 

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 12:58
De la priorité du père à prénommer son enfant

La question :

 

À qui revient la priorité de prénommer l’enfant : Est-ce au père ou à la mère ?

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Il n’y a pas de divergence entre les gens pour dire que la priorité de prénommer l’enfant revient au père et non pas à la mère, car l’enfant est attribué au père, et c’est lui qui a le plus droit à le prénommer.

 

Et comme il est obligatoire au père de subvenir aux dépenses de l’enfant, de lui assurer l’enseignement et de lui faire El-`Aqîqa [1] et autres, c’est à lui alors qu’appartient le droit de le prénommer.

 

De même, le Jour de la Résurrection les gens seront appelés par les noms de leurs pères et non par ceux de leurs mères.

 

Néanmoins, l’enfant est attribué à sa mère en cas d’affranchissement, d’esclavage, d’El-Li`âne [2] ou de fornication, et dans d’autres questions connues dans la jurisprudence.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

[1] Immolation faite en guise de remerciement pour le nouveau-né. Note du traducteur.

[2] El-Li`âne a lieu lorsqu’un mari accuse sa femme d’adultère ; le juge, alors, l’ordonne de faire une quadruple attestation en disant : «J’atteste par Allâh que je suis du nombre des véridiques» et à la cinquième [attestation] il dit : «Que la malédiction d'Allâh tombe sur moi si je suis du nombre des menteurs».

Puis, le juge ordonne à la femme de faire une quadruple attestation en disant : «J’atteste par Allâh qu'il [son mari] est certainement du nombre des menteurs» et à la cinquième attestation elle dit : «Que la colère d'Allâh soit sur moi, s'il est du nombre des véridiques». Puis, on les sépare. Note du traducteur.

 

Alger, le 9 Rabî`El-Awwel 1428 H, Correspondant au 28 mars 2007 G

 Traduit et publié par ferkous.com

 

في أَحَقِّيةِ الأب بتسمية المولود

السـؤال: من هو الأحقُّ بتسمية المولود: الأب أم الأم؟

الجـواب: الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاةُ والسلامُ على مَنْ أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصَحْبِهِ وإخوانِه إلى يوم الدِّين، أمّا بعد

فلا خلافَ بين الناس أنَّ التسميةَ حقٌّ للأب دون الأمّ؛ لأنّ الولد يُنسب إليه، وهو أحقُّ بتسميته، وكما تجب على المولود له النفقةُ والتعليم والعقيقة وغيرُها فالتسمية تكون له، لذلك يدعى الخلق يوم القيامة بآبائهم لا بأُمَّهاتهم، وإنَّما يتبع أُمَّه في الحُريَّة والرِّقِّ واللِّعان والزِّنى وفي غيرِها من المسائل المعروفة في الفقه

والعلمُ عند اللهِ تعالى، وآخرُ دعوانا أنِ الحمدُ للهِ ربِّ العالمين، وصَلَّى اللهُ على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، وسَلَّم تسليمًا

الجزائر في: 9 ربيع الأول 1428ﻫ

الموافق ﻟ: 28 مارس 2007م

الفتوى رقم: 794

الصنف: فتاوى الهدي والأضاحي

في أحقية الأب بتسمية المولود

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 00:09
Le rasage des cheveux d'une fille après sa naissance et son excision

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous.

Ensuite:

 

Eu égard à votre demande d'avis enregistrée à la direction des recherches scientifiques et d'Iftâ' sous le numéro 4312 du 23/11/1407 de l'hégire dans laquelle vous posez la question suivante :

 

Doit-on exciser la fille et lui raser la tête après sa naissance ?

 

Réponse :

 

-Je vous informe qu'il est de la Sunna de raser uniquement la tête d'un garçon lorsqu'on lui attribue un nom au septième jour de sa naissance.

 

Quant à la fille, on ne rase pas sa tête selon cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):  

 

"Tout enfant est tributaire de sa "`Aqîqa" qui doit avoir lieu le septième jour de sa naissance où on lui rase la tête et on lui attribue un nom."

Rapporté par l'Imam 'Ahmad et les Quatre compilateurs de Hadith ('Abou Dâwoud, At-Tirmidhî, An-Nasâ'î et Ibn Mâdja) avec une bonne chaîne de transmission.

 

-Quant à l'excision, elle est recommandée et non obligatoire d'après l'ensemble des hadiths mentionnés à ce sujet telle que cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):  

 

"La Fîtra (disposition naturelle) comporte ces cinq traits : La circoncision, le rasage des poils pubiens, le rasage des moustaches, l'épilation des aisselles..."

Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim.

 

Qu’Allah guide tout le monde à faire ce qui mérite Sa satisfaction.
Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous.

 

(Numéro de la page: 270) 

Traduit par alifta.net

 

حلق شعر رأس البنت بعد ولادتها وختانها
من عبد العزيز بن عبد الله بن باز إلى حضرة الأخت المكرمة : ن . س . ر . خ
سلمها الله
سلام عليكم ورحمة الله وبركاته . وبعد
فأشير إلى استفتائك المقيد في إدارة البحوث العلمية والإفتاء برقم 4312 وتاريخ 23 / 11 / 1407 هـ الذي تسألين فيه عن : ختان البنات وحلق شعر البنت بعد ولادتها؟
ج : وأفيدك : أن السنة حلق رأس الطفل الذكر عند تسميته في اليوم السابع فقط ، أما الأنثى فلا يحلق رأسها ؛ لقوله - صلى الله عليه وسلم - :  كل غلام مرتهن بعقيقته تذبح عند يوم سابعه ، ويحلق ، ويسمى  خرجه الإمام أحمد ، وأصحاب السنن الأربع بإسناد حسن
وأما الختان للنساء فهو مستحب وليس بواجب ؛ لعموم الأحاديث الواردة في ذلك ، مثل قوله - صلى الله عليه وسلم - : خمس من الفطرة : الختان ، والاستحداد ، وقص الشارب ، ونتف الإبط ، وحلق العانة  متفق على صحته
وفق الله الجميع لما فيه رضاه
والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

( الصفحة رقم: 270)

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال