121 articles avec expression - التعبير

Sommaire : التعبير - Expression

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

 

L’interdiction de jurer en utilisant les expressions : «حق الله - haqq Allâh» et «حق ربي - haqq Rabbî» (audio)

Celui qui ne connaît pas le nom de quelqu’un, qu’il l’appelle par «‘Abdellâh»

La manière pour le muhaddith de souligner les mots

Dire «sayyid» au mécréant (audio)

Dire : «On tue le temps...»

Certains insouciants emploient l'expression «tuer le temps» comme s’il était un ennemi !

Allahouma bârik !

Belle Faida : Quand commencer par la basmala et quand commencer par la hamdala ? (audio)

L'utilisation en public des termes : «Ma chérie, ma bien-aimée, ma très chère» (audio-vidéo)

Jugement de demander quelque chose par Allâh (Je te demande par Allâh de me donner telle chose) et le fait de refuser (audio)

Dis : «Si Allâh le veut (ﺇﻥ ﺷﺎﺀ ﺍﻟﻠﻪ - in châa Allâh)»

Imiter des gens pour rire, sans intention de se moquer, est une médisance (audio-vidéo)

L'expression : «Pensée islamique»

Ne dis pas : «Le Moyen-Orient», mais dis : «L'Orient Islamique»

Untel n'a aucun bien en lui

L'utilisation du : «Si» (audio-vidéo)

Le danger de dire : «Sans untel…» (audio-vidéo)

Une parole très dangereuse : Le fait de jurer ou de parler en disant «Allâh sait que...»

Dire «Qu’Allâh te récompense en bien - JazâkaLlâhou khayra» ou dire «Qu’Allâh te récompense par 1000 biens - JazâkaLlâhou alfa khayri» (audio-vidéo)

Dire : «Ô Visage d'Allâh», «Ô Science d'Allâh», «Ô Miséricorde d'Allâh», ...

Erreur répandue ! : Dire que l'on fait une chose «FîsabîlilLâh - ‫في سبيل الله‬‎ - Dans le sentier d'Allâh» dans le sens de «gratuit» (audio)

Choisir soigneusement ses mots lorsqu'on s'adresse à autrui

Fais attention ! Ne traite ni d'âne, ni de chien, ...

Le jugement de donner un surnom tel que : «Boulahya - بولحية - Celui à la barbe» (audio-vidéo)

En ce qui concerne l'expression utilisée dans le dialecte arabe : «الله يخليك - Allâhi khallîk», littéralement : «Qu'Allâh te laisse»

Dire que untel est un «batard»

Ne dis pas : «Syrie», mais dis : «Le pays du Shâm»

Dire : «Bismillâh» lorsque l'on verse de l'eau chaude dans les égouts ? (audio-vidéo)

«Je me fiche du regard des gens...» !?

«L'amour de la patrie fait partie de la foi», «La propreté fait partie de la foi», «La gestion est la moitié de la subsistance», «L'économie équivaut à la moitié de la subsistance»

Est-il permis au musulman de dire à son frère «Yâ Shaitân» ? (audio)

Dire : «J'adore telle ou telle chose», est-ce permis ? (audio)​

Le danger des paroles comme : «Ceci provient d'Allâh et d'untel» et ses semblables

Demandez sans cesse la guidée !

Pouvons-nous attester sur l'honneur lors de signature de documents ? (audio)

Est-il permis d'employer le terme «naturel» sur les choses de la création ? (audio)

Le véritable sens de la phrase: «maa zaal - ما زال»

Dans quel cas est-il obligatoire de dire : «in shâ a Allâh - إن شاء الله» ?

Quelqu'un me demande sur quelque chose dont je ne veux pas parler... (audio)

Le symbole "coeur" : ❤

Dire «Dieu» à la place de «Allâh» (audio)

Le fait de dire : «Je n'ai pas de chance !» ou «Oh quel malheur !» (vidéo)

Répondre : «Je loue Allâh pour toi - أحمد الله إليك - Ahmedou Llah ilayk» lorsqu'on nous demande comment nous allons (audio)

Dire : «Catastrophe naturelle», est du chirk !

Jurer en rajoutant «in shâa Allâh» ? (audio-vidéo)

Avis sur le fait d'utiliser les termes «MDR» ou «LOL» dans une conversation (audio)

Dire : «Untel est laïc»

Une expression répandue (audio)

Ne dis pas : «j'ai créé» mais : «j'ai fabriqué (fait) par la permission d'Allâh»

Attitude du musulman à l'égard de celui qui utilise un langage obscène

Dire : «صباح الخير - Sabah al-khair et مساء الخير - massa al-khair» au lieu de dire «السلام عليكم - Assalam alaykoum» ? (vidéo)

Prier sur le prophète صلى الله عليه وسلم lorsque l'on oublie (vidéo)

Le symbole mathématiques «+» est-il considéré comme une croix ?

L'expression : «Il a été enterré dans sa dernière demeure» ?!

La signification de : «Prenez garde à la verdure du fumier»

Dire à quelqu'un : «stupide»

Dire : «La foi est dans le coeur»

Que dire à une personne en colère ?

Trop jurer (vidéo)

Dire : «Que le diable périsse !»

Prononcer «la basmalah» et «l'isti'adha» (audio)

Dire : «Je remercie Allâh et te remercie aussi»

Se justifier en disant : «Qu'Allâh me guide» ?

La différence entre «entendre» et «écouter»

«Il n'y a pas de timidité en religion» (audio-vidéo)

Point de honte en religion !?

Poisson d'avril (audio-vidéo)

الدليل على تحريم : كذبة ابريل (dossier)

La différence entre «chercher refuge» et «prendre refuge»

L'utilisation du mot «سيد - sayyid» (monsieur ou maître)

13 significations du mot «fitnah - الفتنة» (dossier)

Le «V» de la victoire

Dire «شكرًا - shukran» (merci)

L'avis juridique sur certaines expressions

Concernant l'expression : « Liberté d'expression »

Utilisez le terme : «créer»

La différence dans l'utilisation de «جزاك الله  - djazak Allâh»

Dire : «daron» ou «daronne» lorsque l'on parle de ses parents

Sur le fait d'utiliser des mots dont le sens est équivoque (vidéo)

La traduction du coran et le fait de dire "Allâh a dit" en citant à la suite une traduction relative et approchée du coran

La meilleure invocation à dire à celui qui nous fait un bien (vidéo)

Le mérite du fait de dire : "La hawla wa la qouwata illa billah - لا حول ولا قوة إلا بالله" (audio-vidéo)

La signification linguistique et religieuse d'un mot

Mâshâa Allâh - ماشاء الله (vidéo)

Le mot : "madhab - مذهب"

Que répondre à celui qui te dit : "Jazâka Llahou kheiran" ? (audio)

La signification de "As-salam 'alaykoum" (السلام عليكم)

Avis religieux sur le fait de toucher du bois, ou de dire: "touche du bois", de peur d'être atteint par le mauvais œil

Les jeux de mots

Elle a fait un voeu mais elles est incapable de l'honorer

Le fait de dire : "J'ai rencontré untel par hasard"

Jugement sur le fait de dire : «J'ai rencontré quelqu'un par hasard» (vidéo)

Quelques définitions : Moubah - Waajib - Mandoub

Nommer certaines fleurs "adorateurs du soleil"

La traduction de "wallâhu-l-musta3n"

Répondre à la réprimande par : « Tu es un curieux »

Les sourds entendent (vidéo)

Le fait qu’une personne dise « Je suis libre »

Celui qui dit lorsqu'il commet un interdit : « La piété est dans le cœur »

Que signifie : «Ahayak Allâh - أَحْيَاك الله» et jugement sur le fait de dire "qu'Allâh allonge ta vie" ?

Le jugement de celui qui insulte la vie

L'usage de la particule "law"-"si"

«Si j'avais fait ceci et cela...» ?! (vidéo)

Le détestable (makrouh)

"Comment va la foi ?"

Jazak Allâhu khayran

حرية الرأي (dossier)

Partager cet article

L’interdiction de jurer en utilisant les expressions : «حق الله - haqq Allâh» et «حق ربي - haqq Rabbî» (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

L’interdiction de jurer en utilisant les expressions : «حق الله - haqq Allâh» et «حق ربي - haqq Rabbî» (audio)

Question :

 

Quel est le jugement relatif au fait de jurer en ces termes, c’est-à-dire en disant : "بحق الله - bi haqqillâh" (par le droit d’Allâh) ?

 

Est-ce que cette manière de jurer revient à attribuer un associé à Allâh même si celui qui en est à l’origine ne vise pas cela ?

 

Réponse :

 

Qu’il ne jure pas par le droit d’Allâh (بحق الله - bi haqqillâh).

 

Qu’il jure plutôt par Allâh en disant :

 

- Par Allâh (والله - wallâh),

- par La Puissance d’Allâh (وعزة الله - wa ʿizzatillâh),

- par l’Infini et Très Miséricordieux (والرحمن الرحيم - wa El-Raḥmên El-Raḥîm),

- par L’infini Puissant (والقادر على كل شيء - wa El Qâdir ʿalâ kulli chay'),

- par Le Seigneur Souverain des mondes (ورب العالمين - wa Rabb el ʿâlamîn),

- ou par Celui entre Les Mains de qui est mon âme (والذي نفسي بيده - walladhî nafsî bi yadih).

 

Par contre, on ne jure pas par le droit d’Allâh, car le droit qu’Allâh a sur nous est de Le vénérer et de Lui obéir.

 

Or, cette vénération et cette obéissance relèvent de nos actes, c’est-à-dire des actes des créatures.

 

Le droit qu’Allâh a sur nous est que nous L’adorions exclusivement, que nous Lui obéissions et que nous Le vénérions ; or tout cela relève de nos actes et nos actes sont créés.

 

Jurer par le droit d’Allâh revient à jurer par Ses créatures, c’est pour cela que c’est incorrect.

 

Jurer ne doit se faire que par Allâh Seul, ou par Ses Noms et Attributs.

 

Sur le site officiel de Cheikh

Traduit par ʿAbd El-Rahmên Colo

Publié par la chaîne Telegram Cours et exhortations - @cours_exhortations

حكم الحلف بحق الله

السؤال : ما حكم الحلف بهذا اللفظ أي بحق الله هل هذا الحلف يعتبر شركًا بالله ولو لم يقصده؟

الجواب : لا، لا يحلف بحق الله، يحلف بالله والله، بعزة الله والرحمن الرحيم والقادر على كل شيء ورب العالمين والذي نفسي بيده

ولا يحلف بحق الله لأن حق الله علينا تعظيمه وطاعته وتعظيمه وطاعته من أفعالنا من أفعال المخلوقين حقه علينا توحيده وطاعته وتعظيمه وتوحيدنا له وتعظيمنا له وطاعته من أفعالنا وأفعالنا مخلوقة، ومعناه الحلف بمخلوقاته فلا يصح؛ الحلف لا يكون إلا بالله وحده أو بأسمائه وصفاته جل وعلا

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Celui qui ne connaît pas le nom de quelqu’un, qu’il l’appelle par «‘Abdellâh»

Publié le par 3ilm.char3i

Celui qui ne connaît pas le nom de quelqu’un, qu’il l’appelle par «‘Abdellâh»

Celui qui ne connait pas le nom de quelqu’un qu’il ne l’appelle pas par "Mohammed" mais qu’il l’appelle par "‘Abdellâh", car c’est comme cela que les salafs appelaient ceux dont ils ne connaissaient pas le nom.

 

Cours de Sahih al Boukhari 9 Rabi’ al Awal 1440

 Publié par سلفي مالي - @salafidumali

قال الشيخ عبد المحسن العبّاد حفظه الله 

 الذي لا يُعرف اسمه؛ لا ينادي بمحمد، بل يناديه بعبد الله، وهكذا كان السلف ينادون من لا يعرفون اسمه

درس صحيح البخاري - السبت ٩/ ربيع الاول/ ١٤٤٠هـ

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

La manière pour le muhaddith de souligner les mots

Publié le par 3ilm.char3i

La manière pour le muhaddith de souligner les mots

L'imam Al Albani a mentionné que la manière de faire des mécréants dans leurs livres pour attirer  l'attention (le regard) sur un mot - ou des mots - importants, c'est de souligner par un trait en dessous.

 

Tandis que la manière de faire des musulmans dans l'écriture est de souligner par dessus le mot - ou les mots - l'objectif est d'attirer l'attention sur leur importance, et on trouve cette manière de faire dans certains manuscrits...

 

Al Albani a dit :

 

Ceci sont les faits de nos savants selon la méthode des savants du hadith, quant à mettre la ligne sous le mot (souligner) alors ceci fait parti des faits des Européens, et on nous a ordonné de s'opposer à eux (dans leur comportement).

 

حياة الألباني وآثاره - Mohammed bin Ibrahim Al Shaibani (2/465)

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

Publié par cheikhalalbani.com

ذكر الإمام الألباني أن أسلوب الكفار في كتبهم ليلفتوا النظر إلى كلمة - أو كلمات - مهمّة هو بوضع الخط أسف
بينما أسلوب المسلمين في الكتابة هو بوضع الخط أعلى الكلمة - أو الكلمات - المراد لفت النظر إلى أهمّيتها
وتجد هذا الأسلوب في بعض المخطوطات

قال الألباني

هو صنيع علمائنا تبعاً لطريقة المحدّثين، أما وضع الخط تحت الكلمة فهو من صنيع الأوروبيين، وأُمِرنا بمخالفتهم . اهـ

حياة الألباني وآثاره - لمحمد بن إبراهيم الشيباني - 2 /465

Cheikh Mohammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Dire «sayyid» au mécréant (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Dire «sayyid» au mécréant (audio)

Question :

 

Est-il permis de dire au mécréant "Ô sayyid" (Monsieur), comme le fait d'écrire sur la facture ou autre "Monsieur Untel" en sachant pertinemment qu'il est mécréant.

 

Ou bien, par exemple, dire au cours d'une conversation en anglais "Mister Untel".

 

Et dans le cas ou ce ne serait pas permis, quelle en est la preuve ?

 

Réponse :

 

Oui.

 

On ne dit pas au mécréant "Monsieur" (sayyid), ni même au pervers, car il a été rapporté du Prophète صلى الله عليه وسلم qu’il a dit :

 

"Ne dis pas au pervers "sayyid"".

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a donc interdit la chose.

 

Dès lors, il ne convient pas au croyant de dire au mécréant ou au pervers "Monsieur", car c'est une caractéristique éminente et grandiose.

 

Le sayyid est le chef, le haut responsable, le jurisconsulte.

 

Il ne convient donc pas de dire à celui qui a mécru en Allah ou à celui qui est connu pour ses désobéissances apparentes, il ne convient pas de lui dire "Monsieur".

 

Mais on l'appelle par son nom par lequel il est connu : untel ou Abu untel.

 

Comme le Prophete صلى الله عليه وسلم l'a fait pour AbduLlah ibn Ubay :

 

"Qu'a donc fait Abou Al-Hubâb ?".

 

Ainsi, si on l'appelle par son surnom ou son nom ou si on dit : "Untel le dénommé ceci et cela", alors aucun mal, cela suffit.

 

Quant à dire Monsieur Untel ou utiliser ce qui est encore plus grandiose que cela alors ce n'est pas permis, en ce qu'il est mécréant ou pervers connu pour sa perversion.

 

Wa la hawla wa la quwwata illa bi Llah.

 

Traduit par Oum Suhayl 

✅ Publié par 3ilmchar3i.net

حكم تسمية الكافر بالسيد

السؤال : وهذه رسالة وردتنا من المرسل (ع. ع. س) أبو توفيق من حائل يقول : أرجو عرض أسئلتي على فضيلة الشيخ: عبد العزيز بن عبد الله بن باز ويقول في أولها
هل يجوز أن يقال للكافر: يا سيد ! مثل أن يكتب بالفاتورة أو غيرها السيد فلان، وهو يعلم أنه كافر، أو أثناء الحديث معه بالإنجليزي مثلاً -مستر- فلان، وإذا كان لا يجوز أن يقال للكافر: يا سيد فما الدليل؟ أفيدونا أفادكم الله

الجواب : نعم لا يقال للكافر: سيد ولا للفاسق سيد؛ لأنه ورد عن النبي ﷺ أنه قال

 لا تقل للفاسق سيداً

فنهى النبي ﷺ عن هذا الشيء فلا ينبغي للمؤمن أن يقول للكافر أو الفاسق سيد لأن هذا وصف رفيع وصف عظيم، والسيد الرئيس والكبير والفقيه، فلا ينبغي أن يقال للكافر بالله أو المعروف بالمعاصي الظاهرة لا يقال له: سيد، بل يقال يدعى باسمه المعروف فلان أو أبي فلان كما قال النبي ﷺ في عبد الله بن أبي

ما فعل أبو الحباب

فإذا دعي بلقبه أو باسمه أو قيل: فلان المدعو كذا وكذا فلا بأس يكفي هذا، أما أن يقال: السيد فلان أو يؤتى بما هو أعظم من ذلك فلا يجوز، لكونه كافراً أو فاسقاً معروفاً بالفسق ولا حول ولا قوة إلا بالله. نعم

المقدم: بارك الله فيكم

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Dire : «On tue le temps...»

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Dire : «On tue le temps...»

Concernant ce que disent certains ignorants : "On tue le temps..."

 

Hé bien, le temps n'est pas un ennemi que l'on se doit de "tuer" !

 

Ce n'est rien d'autre que ton bien le plus précieux, ta provision, ta réserve auprès d'Allah (pour oeuvrer dans le bien)

 

سلسلة اللقاءات (٥) - ص٣٣

Traduit par Sulaymân Al-Antîly - @Audio_Sunnah

 Publié par 3ilmchar3i.net

وأما قول الجاهل: (نقتل الوقت) فالوقت ليس عدواً تقتله! الوقت إنما هو رأس مالك وذخيرتك عند الله

سلسلة اللقاءات (٥) - ص٣٣

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Allahouma bârik !

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Allahouma bârik !

"Ainsi invoquez en sa faveur la bénédiction" - hadith

 

Quand tu vois chez ton frère ce que tu admires dans sa religion et sa vie d'ici-bas, ainsi dis : "Allahoumma bârik"

 

Leur parole : (Mâ shâa Allah) est une erreur ce n'est pas une invocation mais plutôt une information.

 

Tafsir sourate Youssouf

Traduit par la Page Fawaid

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Khâlid Ibn AbderRahman Zaky al-Maçry - الشيخ خالد بن عبدالرحمن زكي المصري

Partager cet article

Belle Faida : Quand commencer par la basmala et quand commencer par la hamdala ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Belle Faida : Quand commencer par la basmala et quand commencer par la hamdala ? (audio)

La sunna dans l’écrit est de commencer par « bismiLlâh » et dans le langage qui est lui prononcé de commencer par « alHamdou liLlâh ».

 

La sunna est donc de commencer par la hamdala si la personne parle et par la basmala s’il écrit.

 

Et certains savants ont réuni la basmala et la hamdala dans leurs livres considérant que comme le livre est écrit, on le commence par « bismiLlâh » et comme le livre est lu donc entendu, on le commence par la hamdala.

 

Et shaykh (ici) commença par la basmala, comme nous l‘avons dit, suivant ainsi en exemple le Qur’ân et la sunna du Messager d’Allâh‎‎ صلى الله عليه وسلم.

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî  - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

L'utilisation en public des termes : «Ma chérie, ma bien-aimée, ma très chère» (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

L'utilisation en public des termes : «Ma chérie, ma bien-aimée, ma très chère» (audio-vidéo)

Question :

 

Certaines sœurs mettent des considérations personnelles comme publications publiques sur Facebook et il est possible à tout participant au réseau de les lire.

 

De même, certaines d'entre elles parlent en public et utilisent des termes tels que : "Ma chérie, ma chère", entre autres.

 

Quel en est le jugement ?

 

Réponse :

 

Nous ne le conseillons absolument pas.

 

Il nous incombe de nous respecter nous-mêmes dans notre langage et de nous restreindre à ce que notre législation nous a enseigne et de ne pas aller au-delà de ce qui est venu dans celle-ci.

 

Nul besoin de ce genre de termes source de faiblesse dans le coeur.

 

"Ma chérie", "ma chère", "ma bien-aimée"... si la personne le dit - l'homme à l'homme ou la femme à la femme - une fois, c'est-à-dire "Je t'aime en Allâh" et ce qui est semblable à cela, alors il n'y a pas d'inconvénient à cela.

 

Quant au fait d'exagérer en la matière et de le diffuser à la sphère publique et privée, alors il incombe à la femme à laquelle Allâh a accordé la réussite, si elle a besoin d'utiliser ce genre de moyens (de communication), de se montrer prudente, ferme et inflexible à propos des personnes à qui elle pense s'adresser.

 

Il est rapporté dans l'introduction du Sahih de Muslim dans certains athar (*) que les démons (shayatin) sont susceptibles de parler aux gens.

 

Et certains prédécesseurs (salafs) disaient :

 

"Si quelqu'un te parle, alors regarde ses jambes", c'est-à-dire qu'ils disaient que lorsque le djinn se manifestait, il le faisait avec des pattes d’âne.

 

Donc parfois, tu ignores qui se trouve derrière l'écran ou derrière l'ordinateur ou derrière le téléphone : est-ce un homme ou une femme ?

 

Ou bien un humain ou un djinn ?

 

Elle ne le demande même pas !

 

Donc moi, je déconseille ces excès.

 

Je le déconseille aux soeurs.

 

Qu'Allâh vous bénisse tous.

 

Même les hommes, cet agissement ne leur convient pas !

 

Limite-toi plutôt à ce qui est approprié et convenable.

 

(*) Le Cheikh -fait allusion au athar de 'AbduLlah ibn 'Amr ibn Al-'Âs dans l'introduction du Sahih Muslim dans lequel il dit : "Il y a certes dans la mer des démons emprisonnés que Sulayman a ligotés. Peu s'en faut qu'ils n'émergent. Ils réciteront alors aux gens un Qur'an."

 

Fatâwâ wa tawjihat li-l-'akhawat as-salafiyyat (p.52)

Traduit par Oum Suhayl

Publié par 3ilmchar3i.net

 

السُّــؤال : بارك الله فيكم بعض الأخوات يضعن بعض الخواطر الخاصَّة بهنّ كمنشورات على "الفيس بوك" على العام ويمكن لأيّ مُشترك على الفيس بوك أن يقرأها؛ كما أنَّ البعض منهنَّ يتحدَّثنّ على العام ويستعملن كلمات كـ "عزيزتي" و "غاليتي" وغيرها؛ فما حكم ذلك؟

الجــواب للشَّيخ مُصطفى مبرم - حفظه الله - : لا ننصح بهذا إطلاقًا، وينبغي علينا أن نحترم أنفسنا في ألفاظنا وأن نقتصر على ما علَّمته لنا شريعتنا وألَّا نتطاولَ على ما جاء في هذه الشَّريعة، فلَا داعي لمثل هذه الألفاظ الَّتي تُحدِث ضعفًا في القلب "عزيزتي" و "حبيبتي" و "غاليتي"، إن كان قالها الإنسان (الذَّكر للذَّكر، أو المرأة للمرأة) في مرَّة –يعني أحبُّك في الله، وما أشبه ذلك- فلَا مانع من هذا أمَّا المبالغة في مثل هذه الأمور والنَّشر على المستوى العام والخاص، فينبغي للمرأة الموفَّقة الَّتي إذا احتاجت أن تَستخدم مثل هذه الوسائل أن تكون حذِرةً حازمَةً صارمةً فيمن تَظنُّ أنَّها تتكلَّم معهنّ، فإنَّه جاء في مقدِّمة صحيح مسلم في بعض الآثار أنَّ الشَّياطين ربَّما تقومُ فتُحدِّث النَّاس(*)، وكان بعض السَّلف يقول

(إذا حدَّثك شخص فانظر إلى رجليه)

يعني أنَّهم كانوا يقولون بأنَّ الجان إذا تصوَّر جاء برجل حمار، فأحيانًا لا تَدري أنتِ هذه الَّتي خلف الشَّاشة أو خلف الجهاز أو خلف الجوَّال أهي ذكر أو أنثى أم إنسي أم جنِّي لَا تسأل عن هذه الأشياء؛ فأنا لَا أنصح بهذه المُجاوزات، لا ننصح الأخوات -بارك الله في الجميع

حتَّى الرِّجال لا ينبغِي، اقتصر على المناسب وعلى الأصلح

الْـمَصْـدر :الدَّرس التَّاسع \ شرح تائيَّة الألبيري - رحمه الله

(*)

يُشير الشَّيخ -حفظه الله - إلى أثر عبد الله بن عمرو بن العاص "في مُقدِّمة صحيح مُسلم"، حيثُ قال

(إنَّ في البحر شياطين مسجونة أوثقها سُليمان، يُوشك أن تخرج فتقرأ على النَّاس قرآنًا)

تفريغ: أم حور المغربية

Cheikh Mostafa Mabram - الشيخ أبي يوسف مصطفى مبرم

Partager cet article

Jugement de demander quelque chose par Allâh (Je te demande par Allâh de me donner telle chose) et le fait de refuser (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Jugement de demander quelque chose par Allâh (Je te demande par Allâh de me donner telle chose) et le fait de refuser (audio)

Question :

 

Certaines personnes nous embarrassent en disant : «Je te demande par Allâh de me donner telle chose» ou «de me vendre telle chose» ou «de m’informer sur telle chose».

 

Et parfois, nous refusons de répondre favorablement à leur demande lorsque celle-ci n’est pas adéquate (litt : n’est pas à sa place).

 

Est ce que le refus, malgré la parole : «Je te demande par Allâh», nous expose au péché ou il n’y a rien contre nous ?

 

Réponse :

 

Si celui qui demande n’a aucun droit dans cette chose alors si Allâh le veut, il n’y a pas de mal.

 

S’il te dit alors : «Je te demande par Allâh de me donner ta maison ou de me donner ta voiture ou de me donner tel ou tel bien», alors cela, il n’en a pas le droit.

 

Mais s’il te demande son droit: je te demande par Allâh de maintenir tes liens (de parenté) avec moi, de me donner de la zakât et il fait partie de ses ayants droits, tu lui donnes ce qu’il est possible.

 

Car le Messager صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Celui qui te demande par Allâh alors donne lui».

 

S’il a donc le droit de demander de la zakât, comme le pauvre, ou que tu as une dette envers lui et dise : «Je te demande par Allâh de me rembourser ma dette», «Je te demande par Allâh de m’aider contre (cet) injuste» et que tu puisses le secourir contre l’injuste, «Je te demande par Allâh de m’aider pour telle et telle chose» comme suppression d’abomination alors il n’y a pas de mal à cela.

 

C’est une chose qui t’est demandée que de l’aider ou de répondre favorablement (à sa demande) car il demande un droit.

 

Et le Messager صلى الله عليه وسلم a dit:

 

«Celui qui demande par Allâh alors donnez lui».

 

Mais s’il demande une chose dans laquelle il n’a aucun droit ou demande un péché alors celui-là n’a aucun droit.

 

Et il n’y a pas de mal contre eux s’ils demandent (leur droit).

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

‎حكم السؤال بالله أي : أسألك بالله لما أعطيتني كذا

‎بعض الناس يحرجوننا بكلمة أسألك بالله أن تعطيني كذا، أو أسألك بالله أن تبيعني كذا، أو أسألك بالله أن تخبرني بكذا، وفي بعض المرات نرفض تلبية طلبهم عندما لا يكون الطلب في محله، هل الرفض رغم كلمة أسألك بالله يعرضنا للإثم أم أنه ليس علينا شيءٌ في ذلك، نرجو الإفادة جزاكم الله خيراً

‎إذا كان السائل لا حق له بهذا الشيء فلا حرج فيه إن شاء الله، فإذا قال أسألك بالله أن تعطيني دارك أو تعطني سيارتك أو تعطني كذا وكذا من المال، فهذا لا حق له، ‎أما إذا كان يسأل حقاً له أسألك بالله أن توصل إلي، أسألك بالله أن تعطيني من الزكاة وهو من أهلها تعطيه من تيسر، لأن الرسول – صلى الله عليه وسلم- قال

(من سأل بالله فأعطوه)

‎فإذا كان له حق كالفقير يسأل من الزكاة، أو حقاً عليك له دين، يقول: أسألك بالله أن ترد لي ديني، أسألك بالله أن تنصرني على هذا الظالم، وأن تستطيع أن تنصره على الظالم، أسألك بالله أن تعينني على كذا وكذا من إزالة المنكر فلا بأس بهذا
‎ هذا أمرٌ مطلوب عليك أن تعينه وأن تستجيب له، لأنه سأل حقاً، والرسول – صلى الله عليه وسلم- قال 

(من سأل بالله فأعطوه)

، أما أن يسأل شيئاً لا حق له فيه، أو يسأل معصية فهذا لا حق له. وليس عليهم حرجٌ إذا طلبوا ذلك

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>