compteur de visite

Catégories

12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 12:22
La signification de «As-salam 'alaykoum» (السلام عليكم)

Ibn Al-Qayyim a dit dans Bada'i Al-Fawa'id (2/121) :

 

A ce sujet, il existe deux avis connus :

 

-Affirme que cette phrase signifie : "Que le nom du salam soit sur vous"

 

Le terme Salam ici désignent Allah, car c'est un de Ses Noms.

 

En d'autres termes, cette phrase signifie : que la Bénédiction au nom d'Allah vous couvre et descende sur vous.

 

Les savants qui penchent pour cet avis ont divers arguments.

 

Le premier hadith est le hadith authentique où l'on trouve que les musulmans avaient pour habitudes de dire durant leurs prières : "Que la paix (salam) soit sur Allah avant d'être sur Ses serviteurs, que la paix soit sur Jibril, que la paix soit sur untel."

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم leur dit alors : 

 

"Ne dites pas "Que la paix soit sur Allah."; car c'est Allah  la paix,

dites plutôt : "Que la paix soit sur toi ô Prophète d'Allah, ainsi que Sa miséricorde et Ses bénédictions, que la paix soit sur nous et sur les serviteurs pieux d'Allah."

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم leur a donc interdit de dire : "que la paix soit sur Allah car La Paix n'est autre que Celui que l'on salue."

 

On lui fait donc une invocation pour qu'Il soit préserver, or Allah est Celui à qui on formule les demandes, et non Celui pourquoi on formule les demandes ou invoque Allah en faveur d'autrui et on invoque personne en faveur d'Allah.

 

IL est donc inconcevable de dire : "Que la paix soit sur Allah."

 

-Les deux avis affirme que le terme Salam est un substantif qui à le sens de préservations.

 

C'est dans ce sens que ce terme est utilisé lorsque l'on salue autrui.

 

Un de leurs arguments est que le terme Salam peut se décliner sans article défini.

 

On peut donc dire Salam 'Alaykoum (et non As Salam 'Alaykoum).

 

Or si Salam était un des noms d'Allah ou ne pourrais l'utilisé sans articles défini.

 

On l'utiliserait plutôt avec un determinant comme c'est le cas pour tous les autres Noms d'Allah, c'est pourquoi l'on dit d'Allah qu'IL est As-Salam, Al-Mu'min, Al-Muhaymin, Al'Aziz, Al-Jabbar, Al-Mutakabbir.

 

Le fait qu'un terme soit indéfini ne permet pas de désigner Allah l'Unique, contrairement aux Noms définis qui désignent Allah  exclusivement dans le cadre de Ses plus beaux Noms.

 

Ibn Al-Qayyim mentionne ensuite d'autres arguments pour conclure en ces termes :

 

"Pour trancher la question, il convient de dire que la vérité réside dans les deux avis.

 

Chacun d'eux présente une part de vérité, et à eux deux il forment l'avis correct.

 

Ceci ce clarifie à l'aide d'une règle que nous avons maintes fois mentionnée à savoir que Celui qui invoque Allah  par Ses plus beaux Noms se doit de l'Invoquer en toute chose par l'intermédiaire d'un nom qui correspond à la demande.

 

Celui qui invoque Allah de la sorte cherche donc l'intercession de ce nom. 

 

Ainsi, si le serviteur dit : "Ô Allah pardonne moi et accepte mon repentir car Tu es Celui qui accepte le repentir, Celui qui pardonne.", il aura alors demandé deux choses à Allah  par l'intermédiaire de deux de Ses noms correspondant à la situation et impliquant qu'Allah  exauce la demande.

 

 De même, lorsqu'Abû Bakr As-Siddiq  demanda au Prophète  de lui enseigner une invocation, il lui enseigna l'invocation suivante : "Ô Allah, j'ai été de nombreuses fois injuste envers moi-même, et personne d'autre que Toi ne pardonne les péchés. Accorde moi un pardon émanant de Toi et fais-moi miséricorde, car Tu es Le pardonneur, Le Très Miséricordieux."

 

Ceci est très fréquent dans les textes, de la révélations.

 

Il n'y a pas besoin de mentionner toutes preuves à ce sujet.

 

Si donc cette règles est établie, et étant donné que lorssque l'on salue ou invoque en fait Allah pour qu'IL préserve autrui car être préservé de tous mal est ce que l'on a de plus précieux Allah a donc institué de saluer autrui par le biais d'un de Ses noms, qui est As-Salam par l'intermédiaire dusquel on invoque Allah  pour qu'il préserve la personne que l'on salue.

 

hgh

Le terme As-Salam recèle donc 2 significations

 

-La mention du nom d'Allah

 

-La demande de préservation qui est le but recherché par la personne qui salue. Ainsi lorsque l'n dit As-Salam 'alaykoum, mention est faite du noms d'Allah  et on demande aussi à Allah de préservé la personne salué.

 

Médite donc sur cet enseignement.

 

Extrait du livres "Conseils aux femmes musulmanes" Auteur Umm 'abdillah Al Wadi'iyya, fille du cheikh Muqbil ibn Hâdi Al-Wadi'i

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 20:47
Avis religieux sur le fait de toucher du bois, ou de dire : «Touche du bois», de peur d'être atteint par le mauvais œil

Question posée par 'Abî 'Amr de Damas :

 

Lorsque nous évoquons les bienfaits d'Allah sur un frère, ou un ami, certains disent de toucher du bois, car ils craignent qu'il soit atteint par le mauvais œil, et certains demandent de toucher du bois en disant : "touche du bois".

 

Ce fait est-il prescrit religieusement ?

 

Faites-nous une fatwa.

 

Qu'Allah vous récompense.

 

Réponse :

 

Ce fait est désapprouvé, et cette croyance est perverse et interdite.

 

Par contre il est prescrit, à celui qui bénéficie de bienfait, ou qui est épargné de son contraire, d'être reconnaissant envers Allah, de Le louer, de Lui demander de conclure ce bienfait, et de nous aider à être reconnaissant.

 

Allah (Exalté soit-Il) a dit dans son Noble Coran (traduction rapprochée) :

 

"Et lorsque votre Seigneur proclama: «Si vous êtes reconnaissants, très certainement J’augmenterai [Mes bienfaits] pour vous. Mais si vous êtes ingrats, Mon châtiment sera terrible»." (sourate Ibrâhîm verset 7)

 

Il (Exalté soit-Il) dit (traduction rapprochée) :

 

"Souvenez-vous de Moi donc. Je vous récompenserai. Remerciez-Moi et ne soyez pas ingrats envers Moi !" (sourate Al-Baqara verset 152)

 

Qu'Allah nous accorde la réussite.

 

 Publié par alifta.net

 

 

 

حكم النقر على الخشب خوفًا من عين الحاسد بقوله: دق الخشب

س : الأخ الذي رمز لاسمه بـ: أبي عمر - من دمشق يقول في رسالته: عند ذكر نعمة أنعم الله بها على أخ أو صديق يقوم البعض بالنقر على الخشب؛ تعبيرًا عن الخوف من عين الحاسد، وبعضهم قد يطلب من الآخر النقر علي الخشب بقوله: ( دق الخشب )، فما حكم الشرع في هذا الفعل؟ أفتونا مأجورين إِن شاء الله

ج : هذا العمل منكر واعتقاد فاسد لا يجوز فعله
وإِنما المشروع عند حصول النعمة أو السلامة من ضدها شكر الله، والثناء عليه، وسؤاله سبحانه تمام النعمة والعون على شكرها، كما قال عز وجل في كتابه العظيم

  وَإِذْ تَأَذَّنَ رَبُّكُمْ لَئِنْ شَكَرْتُمْ لأَزِيدَنَّكُمْ وَلَئِنْ كَفَرْتُمْ إِنَّ عَذَابِي لَشَدِيدٌ - سورة إبراهيم الآية 7

 وقال سبحانه

 فَاذْكُرُونِي أَذْكُرْكُمْ وَاشْكُرُوا لِي وَلاَ تَكْفُرُونِ - سورة البقرة الآية 152

وفق الله الجميع

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 20:14
Les «on-dit»

On trouve dans les deux recueils authentiques d'après Al-Mughirah ibn Shu'bah que le Prophète a dit صلى الله عليه و سلم :

 

" Allah vous a interdit de désobéir à vos parents, d'enterrer vivantes vos filles, d'être avare et avide.

Il déteste le fait que vous vous adonniez aux on-dit, que vous posiez trop de questions et gaspilliez vos biens."

 

Concernant les on-dit, certaines femmes en abusent, d'autres le font avec parcimonie.

 

Hélas, dans ce domaine beaucoup de femmes se sont laissées aller, sauf celles à qui Allah a fait miséricorde. 

 

Concernant l'expression "les on-dit", Ibn 'Abd Al-Barr Yusuf ibn 'AbdAllah a dit dans Tamhid (21/289) : 

 

"Le sens de l'expression "les on-dit", et Allah est plus savant, est le suivant :

 

Parler de choses futiles rapportées par les gens, choses qui le plus souvent sont de la médisance, de la frivolité et du mensonge.

 

Or toute personne qui pratique les ont-dit avec les gens du peuple sombrera un jour ou l'autre dans la fausseté, la médisance et le mensonge.

 

Et Allah est plus savant." 

 

Extrait du livre : Conseils concernant la femme musulmane p 88

«Nassihati linissa» 

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 23:00
Les jeux de mots

Question :


Quel est le regard de la religion sur les jeux de mots ?

Et est-ce qu’il y a des cas particuliers ?


Réponse :

Le jeu de mots consiste à dire quelque chose qui signifie autre chose que ce qui est dit en apparence.

Ceci est permis sous deux conditions :

 

Le sens voulu est compris dans le mot utilisé
Que ce ne soit utilisé pour une injustice

 

Par exemple, un homme dit : « Je ne dors que sur un Watâd. »

Watâd a deux sens en arabe : le portemanteaux et la corde.

Mais la personne dit : « J’ai voulu dire sur une corde », et ce sens est un des sens de Watâd, et il n’a commis d’injustice envers personne.

C’est donc autorisé.

Un autre exemple est celui de la personne qui dit : « Par Allah, je ne dors que sous un toit », et il va dormir sur la terrasse, car il voulait en fait désigner par le toit, le ciel.

C’est correct puisque le ciel est appelé « toit » dans la parole d’Allah (traduction rapprochée):

« Et Nous avons fait du ciel un toit protégé. » [1]

D’autre part, le jeu de mots ne doit pas être utilisé pour commettre une injustice.

Par exemple, il n’est pas permis dans le cas suivant : deux personnes se présentent devant le juge, l’une accusant l’autre de l’avoir spoliée, mais sans avoir de preuves.

Le juge demande à l’accusé de jurer qu’il ne possède rien des biens du plaignant.

L’accusé jure : « Par Allah, je n’ai rien de lui », mais il veut dire en réalité : « Par Allah, tout ce qui est à lui, je l’ai. »

Sur ce, le juge l’acquitte, puis les gens, informés de l’affaire, lui disent qu’il a fait un serment mensonger qui plonge son auteur en Enfer et dont le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

« Celui qui fait un serment injuste pour prendre la part d’une personne musulmane, trouvera Allah en colère contre lui. » [2]

L’accusé dit alors que la particule « Mâ » (en arabe) utilisée a deux sens : la négation (rien) et l’affirmation (ce que) et c’est ce 2ème sens qu’il voulait dire dans son affirmation.

Même si le sens du mot est compris dans ce qu’il a dit, ce jeu de mots est une injustice et par conséquent, ce n’est pas permis.

C’est pourquoi dans le hadith, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

« Ton serment vaut sur ce que le témoin en a compris. » [3]

Par conséquent, il est inutile de donner une autre interprétation auprès d’Allah quand on profère un serment injuste.

De même, si une femme est accusée de crimes dont elle est innocente, et que son mari jure en disant : « Par Allah, elle est ma sœur. » [4] 

Il dit : « Je voulais dire ma sœur en islam. »

Ceci est un jeu de mot puisqu’il est vrai que c’est sa sœur en islam, mais en réalité, il commet une injustice [par son serment].

 

[1] Les Prophètes, v. 32.
[2] Al-Bukhârî dans le chapitre des témoignages (2669), Muslim dans le chapitre de la foi (138) .
[3] Muslim dans le chapitre de la foi (1653).
[4] Ceci équivaut à une forme de répudiation, car la formule voudrait dire : « Elle m’est illicite comme ma sœur m’est illicite. »

 
Majmu Durûs Fatâwa al-Haram al-Makkî, tome 3, pages 367 et 368

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 23:00
«Mâshâa Allah - ما شاء الله»

Maacha Allah
" ما شاء الله " : ce qu'Allah a voulu

 
C'est une expression qui est utilisée beaucoup en arabe dans le vocabulaire de tous les jours comme pour exprimer quelque chose de magnifique ou d'incroyable, c'est un peu comme soubhannAllah (dans l'utilisation du mot, car en fait maacha Allah et soubhannAllah ce n'est pas la même signification).

Dans sourate al kahf (s.18 v./39) Allah dit en rapportant le dialogue entre 2 hommes (traduction rapprochée) : 

 

وَلَوۡلَآ إِذۡ دَخَلۡتَ جَنَّتَكَ قُلۡتَ مَا شَآءَ ٱللَّهُ لَا قُوَّةَ إِلَّا بِٱللَّهِ‌

"En entrant dans ton jardin, que ne dis-tu : "Telle est la volonté (et la grâce) d'Allah ! Il n'y a de puissance que par Allah".

Cheikh as-sa'di rahimahoulah dit dans son tafsir (taysir al karim ar-rahman fi tafsir kalam al manan) :
 
Quand on est impressionné par ses biens, il faut dire cette phrase pour être reconnaissant envers Allah 'aza wa jal et dans le but que les bienfaits dont il nous a comblé persistent (résumé voir page 478)

Et dans le résumé du tafsir ibn kathir traduit en français page 801 :

(après avoir cité le verset) incitait le fautif à se rattraper, en disant cela.
 
Selon les anciens, si on est émerveillé par sa situation, ses biens, ou sa progéniture, qu'on dise :

 

 شَآءَ ٱللَّهُ لَا قُوَّةَ إِلَّا بِٱللَّهِ‌
"maacha Allah la qouwata ila billah"
 

publié par darwa.com

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Elle a fait un voeu mais elle est incapable de l'honorer

Question : 

 
une femme a juré que si elle donnait naissance à un bébé sain qui vivrait pendant au moins un an, qu'elle jeunerait alors pendant un an.

Ceci est arrivé et le bébé a vécu plus d'une année.

Mais elle n'est pas capable d'accomplir le jeûne.
 

Réponse : 
 

Il n'y a aucun doute que pour faire un voeu d'obéissance est un acte d'adoration


Allah a loué ceux qui accomplissent de tels voeux.

Allah dit :

يُوفُونَ بِالنَّذْرِ وَيَخَافُونَ يَوْماً كَانَ شَرُّهُ مُسْتَطِيراً 
 
76.7. Yoofoona bialnnathri wayakhafoona yawman kana sharruhu mustateeran
76.7. car ces bienheureux non seulement tenaient fidèlement leurs promesses et redoutaient un jour d’une violence inouïe
 

Ceci est confirmé parce ce que le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit :

"Quiconque fait voeu d' obéir à Allah doit Lui obéir. Quiconque fait voeu de désobéir à Allah ne doit pas Lui désobéir"
[Al-Bukhari].

 

Un homme a fait voeu de sacrifier un chameau à un certain endroit.
Il est allé voir le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) et le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) qui lui a demandé :
"Était ce une idole du temps de l'Ignorance qui était adorée là ?"
Il a dit : "Non", Il a alors dit :
"Etait ce le lieu d'une célébration parmi leurs célébrations ?"
Il a dit : "Non". Donc le Prophète (sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit alors :
"Accomplis ton serment. Il n'y a aucun accomplissement de serment dans la désobéissance à Allah ou concernant quelque chose qu'un homme ne possède pas"
[Abu Dawoud] 
 
Celui qui pose la question a mentionné qu'elle a juré jeuner durant une année entière. Jeûner une année entière est un type de jeûne continu que l'on considère comme un type de jeûne permanent et le jeûne permanent ou continu n'est pas quelque chose d'aimé.

 
Ceci est confirmé dans le Sahih que le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit :
 
"Quiconque execute un jeûne perpétuel n'a ni jeûné, ni rompu son jeûne"
 
Il n'y a aucun doute qu'une forme détestable de culte est un type de désobéissance à Allah.

On n'accomplit donc pas de serment pour exécuter un tel acte. 


Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyah a dit : 

"Si une personne jure d'exécuter un acte d'adoration détestable, comme la prière durant la nuit entière ou le jeûne durant le jour entier, il ne lui est pas obligatoire d'accomplir un tel serment."
 
Donc, la personne qui pose la question doit accomplir une expiation pour ce serment en nourrisant dix pauvres avec la moitié d'un saa ' de dates ou autres produits alimentaires de base dans le pays.

Si elle n'en est pas capable, elle devra donc jeûner trois jours consécutifs.
 
Et c'est d'Allah ta'ala que vient le succès et que la prière et le salut soient sur le Prophète (sal-Allaahu `alayhe wa sallam) et sur sa famille et ses compagnons
 

copié de fatwa-online.com 
Traduit par Oum 'Ikrima

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 22:00
Poisson d'avril (audio)

Question :

 

Votre Éminence Cheikh, l’auteur de la question dit, nous aimerions que vous conseillez l’ensemble de la communauté concernant le mensonge d’avril (poisson), qui se répète de temps en temps ?

 

Réponse de Cheikh Al-Fawzan :

 

Cela a été importé parmi les fausses coutumes et ne fait pas partie des pratiques des mouslimins.

 

El le mensonge n’est pas permis ni en avril, ni dans les autres mois.

 

Le mensonge est interdit !

 

Le mensonge sur Allâh, le mensonge sur Son Messager, le mensonge sur les gens, c'est illicite, c'est un des péchés majeurs.

 

Allâh a rendu illicite le mensonge, l’a interdit et a menacé les menteurs.

 

Il n’est pas permis de mentir quel que soit le moment.

 

Na’am.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

السؤال : نرجو توجيه عامة الأمة بخصوص كذبة إبريل التي تتردد بين الفينة والأخرى ؟

الجواب : هذه مستوردة من جملة العادات الباطلة وليست من أعمال المسلمين ، والكذب لا يجوز لا في إبريل ولا في غيره ، الكذب حرام ، الكذب على الله ، الكذب على رسوله ، الكذب على الناس ، حرام ، كبيرة من كبائر الذنوب ، الله حرم الكذب ونهى عنه وتوعد الكاذبين ، فلا يجوز الكذب في أي وقت

Question :

 

Il est répandu de célébrer dans les pays non musulmans ce que l'on appelle le poisson d'avril, le 1er jour du mois d'avril.

 

Certains musulmans les imitent vu qu'ils estiment qu'il est permis de mentir ce jour-là.

 

Que pensez-vous de cette croyance et de cette imitation ?

 

Réponse de Cheikh Al-Fawzan :

 

Louange à Allâh,

 

Le mensonge est absolument interdit en tout temps.

 

Et il n'est pas permis d'imiter les incrédules et de s'assimiler à eux dans ce domaine ou dans un autre, compte tenu des propos du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

من تشبه بقومٍ فهومنهم

«Quiconque imite un peuple fait partie d'eux»

 

Publié dans la revue Ash-shaqaiq, n° 32 du mois de safar.

Publié par alminhadj.com

كذبة إبريل
يشتهر بين بعض الناس في الخارج - الدول الكافرة - كذبة إبريل في أول يوم من شهر إبريل الميلادي ويقلدهم بعض المسلمين في ذلك حيث يرون جواز الكذب في هذا اليوم .. كيف ترون هذا الاعتقاد وهذا التقليد ؟
الحمد لله
الكذب لا يجوز مطلقاً في كل الأوقات
ولا يجوز تقليد الكفار والتشبه بهم في هذا وغيره لقول النبي صلى الله عليه وسلم
من تشبه بقوم فهو منهم
من فتاوى الشيخ صالح الفوزان لمجلة الشقائق العدد 32 لشهر صفر

Cheikh Al 'Outheymin :

 

Je mets en garde mes frères les musulmans sur ce que font certaines personnes stupides comme poisson d'avril (litt: le mensonge d'avril).

 

Et je pense qu'il va bientôt arriver (en terme de date).

 

Questionneur :

 

Oui.

 

Cheikh :

 

Ce mensonge qu'ils ont reçu des juifs, les nazaréens, les adorateurs du feu (majous) et les adeptes de la mécréance.


Ensuite, de par sa nature mensongère, et le mensonge est lui-même interdit religieusement, et de par sa nature à être une imitation des non musulmans, et la ressemblance aux non musulmans est interdite.

 

Certes le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

من تشبه بقومٍ فهو منهم

"Quiconque imite un peuple fait partie d'eux"

 

Cheikh al-islam ibn Taymiyah, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit :

 

"Sa chaîne de transmission est bonne".

 

Son cas est au minimum l'interdiction, même si en apparence c'est de la mécréance due au fait de leur ressembler.

 

Cela comporte deux interdictions.

 

Cela est également une humiliation du musulman devant son ennemi car il est connu dans la nature humaine que celui qui est imité se vante devant son imitateur et se voit meilleur que lui.

 

C'est pourquoi l'imitateur se sent faible jusqu'à l'imiter.

 

Il y en cela une dégradation du croyant de par son assujettissement et de son suivi des mécréants.

 

La quatrième interdiction est que la plupart de ce sournois mensonge comporte le fait de prendre l'argent injustement ou d'effrayer le musulman : il se peut alors qu'il mente en s'adressant aux gens de sa maison pour leur dire qu'ils vont avoir un groupe (d'invités) ce jour afin qu'ils cuisinent un repas copieux, de la viande et ce qui y est similaire.

 

Ou peut être les informer de choses qui les effraiera comme dire que votre tuteur a été écrasé par une voiture ou d'autres choses qui ne sont pas permises en dehors même de ce cas.

 

Fatâwâ nour 'alâ ad-darb 34

Publié par 3ilmchar3i.net

أُحذِّر إخواني المسلمين مما يصنعه بعض السفهاء من كذبة إبريل، هذه الكذبة التي تلقوها عن اليهود، والنصارى، والمجوس، وأصحاب الكفر، فهي مع كونها كذبٌ، والكذب محرم شرعًا؛ ففيها تشبه بغير المسلمين، والتشبه بغير المسلمين محرم، وقد قال النَّبي صلى الله عليه وسلم

من تشبه بقومٍ فهو منهم

قال شيخ الإسلام ابن تيمية رحمه الله

إسناده جيد

وأقل أحواله التحريم، وإن كان ظاهره يقتضي كفر المتشبه بهم، وهي مع تضمنها لهذين المحظورين فيها إذلالٌ للمسلم أمام عدوه؛ لأنَّ من المعلوم بطبيعة البشر أن المقلد يفخر على من قلده، ويرى أنه أقدر منه، ولذلك ضعف مقلده حتى قلده فهي فيها إذلالٌ للمؤمن بكونه ذليلًا، وتبعًا للكفار، المحظور الرابع: أن غالب هذه الكذبة الخبيثة تتضمن أكلًا للمال بالباطل، أو ترويعًا للمسلم، فإنه ربما يكذب فيكلم أهل البيت ويقول: إن فلانًا يقول: ترى عندنا جماعة اليوم فيطبخون غداءً كثيرًا ولحمًا وما أشبه ذلك، أو ربما يخبرهم بأمرٍ يروعهم، كأن يقول: قيِّمكم دعسته سيارة. وما أشبه ذلك من الأمور التي لا تجوز بدون أن تكون بهذه الحال

فتاوى نور على الدرب 34

Question :

 

Il dit : Il y a ce qui est répandu auprès des gens comme étant "poisson d'avril" (le mensonge) d'avril, y a-t-il une remarque ?

 

Réponse de Cheikh ‘Abdel Mouhsin Al 'Abbâd Al Badr :

 

Le mensonge de manière générale et illicite (harâm) et non permis et s'il se produit lors d'un événement particulier, surtout si cela provient des mécréants, il s'agit d'un mal (annexé) à un autre mal.

 

 Traduit et publié par sahihofislam

Poisson d'avril (audio)

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
«Par hasard»
Question :
 
Concernant le terme "Hasard", m'est-il permis de dire: 
 
"En me rendant au marché j'ai rencontré untel par Hasard "
 
Le terme " Hasard" est-il interdit ou cela constitue une forme de polythéisme ? 
 
Et que puis-je dire à la place de ce terme ? 
 
Veuillez-me répondre qu'Allah vous récompense par le bien. 
 
Réponse :
 
Le fait qu'une personne dise "j'ai rencontré untel par Hasard" n'est pas interdit et cela ne constitue également pas une forme de polythéisme, car ce qui est voulu par cette expression c'est le fait que tu aies rencontré cette personne sans au préalable vous être fixé de rendez-vous ni mis d'accord pour vous rencontrer, cette signification ne contient donc aucun mal. 


Majmou Fatawa Lajna Daîma Wa l-Ifta Vol 3 p 539 

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 22:00
Dire : «Bismillâh» lorsque l'on verse de l'eau chaude dans les égouts ? (audio-vidéo)

 

Question :

 

Est-il vrai qu'il nous incombe de dire "Bismillah" lorsqu'on verse de l'eau chaude dans les égouts afin de ne pas brûler les Djinns ?

 

Réponse de Cheikh Zayd Al Madkhali :

 

Dans tous les cas, on ne doit pas verser de l'eau chaude ni dans les égouts ni par terre, car la terre est peuplée d'habitants et l'eau peut tomber sur le monde des djinns ou sur leurs petits (djinns) ce qui peut les emmener à se venger.
 
Donc, si quelqu'un veut verser de l'eau chaude, qu'il la refroidisse d'abord, de façon à ce qu'elle ne puisse faire aucun mal, puis qu'il la verse ensuite dans les égouts ou ailleurs.
 
Traduit par une sœur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net
هل صحيح أنه ينبغي لنا أن نقول بسم الله عند صبّ الماء الساخن في المجاري حتى لا نحرق الجن في المجاري؟
الشيخ : على كل حال لايصب الماء الحار لافى المجاري ولا على الأرض لايصب الماء الحار؛ لان الأرض مملوءة بالسكان فربما يقع على عالم الجن أو على صغارهم فيحصل الإنتقام منهم فيصرع ؛ لذا إذا أراد ان يصب الانسان ماءاً حاراً فليبرده بالماء حتى يكون بارداً لايؤذى ويصبه سواءاً فى المجارى أو في غيرها
انتهى كلامه رحمه الله

 

Ibn Taymiya (رحمه الله) dit :

 

La possession des hommes par des djinns peut être le résultat de la convoitise, de la passion ou de l'amour, comme cela se passe entre humains; elle peut également - et c'est le cas le plus fréquent - résulter de la haine et de la vengence.

 

C'est le cas quand les humains leur font tort ou quand les djinns croient que les les humains leur portent atteinte délibérément en urinant ou en versant de l'eau chaude sur eux ou en les tuant inconsciemment. 

 

Des djinns agressifs et manquant de retenue peuvent alors se livrer à une vengence excessive.

 

Ils peuvent aussi agir sous l'impulsion d'une méchanceté irresponsable comme le font leurs pareils humains.

 

Madjmou' al-Fatawa 19/39

Publié par 3ilmchar3i.net

On a questionné notre Cheikh ibn Bâz :

 

Est-ce que Ô shaykh nous disons : "BismilLâh" au moment que nous versons l'eau chaude de crainte qu'il y a un djinn dans l'endroit où l'eau est versée ?

 

La réponse :

 

Oui, on prononce le nom d'Allâh par vigilance s'il y a un djinn.

 

Ensuite le Cheikh a dit :

 

J'ai assisté une fois à une assise de lecture sur une personne touchée d'une possession.
Le raqui a dit s'adressant au djinn : "Pourquoi es-tu rentré en lui ?"
Le djinn a dit : "Il a versé de l'eau chaude sur un de mes enfant et l'a tué"
Le raqui lui a dit : "Il ne savait pas que un de tes enfants était à cet endroit" 
Le djinn a dit : "Il n'a pas prononcé le nom d'Allâh, j'ai eu l'occasion de rentrer en lui"

 

Pour plus de bénéfices la parole du Cheikh existe dans : شرحه لرسالة الدعوة إلى الله وأخلاق الدعاة

✅ Traduit et publié par la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

سَئل شيخنا ابن باز : هل ياشيخ نقول بسم الله عند صبِّنا الماء الساخن وذلك خشية أن يكون هناك جني في المكان الذي صبَّ فيه الماء ؟
الجواب : قال الشيخ نعم يسمي الله وذلك ليُتنبه إن كان هناك جني

ثم قال الشيخ : قد حضرت مرة جلسة قراءة على شخص مصاب بمس فقال الراقي مخاطباً الجني الملتبس بالإنسي لما تلبَّسْتَ به

فقال: الجنِّي لقد صبَّ الماء الساخن على أحد أبنائي فقتله

فقال :الراقي له لأنه لا يعرف أن أبنك في ذلك المكان

 فقال : الجنِّي لما لم يسمي الله فيَتَنبه له

للمزيد الفائدة كلام الشيخ موجود في شرحه لرسالة الدعوة إلى الله وأخلاق الدعاة
( عشرة أشرطة)

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي
Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 22:00
Les rumeurs
Question :
 
Quel est le regard de la religion sur celui qui propage les rumeurs ?
 
Réponse : 
 
Les rumeurs peuvent être bonnes ou mauvaises.
 
-Il est recommandé, de propager les bonnes rumeurs, comme par exemple, d'informer les gens des innovations d'une personne ou de la parole d'un mécréant, dans le but de prévenir les gens contre ce mal.

-Par contre, il est interdit de propager les mauvaises rumeurs, dans le but de susciter la corruption entre les croyants, étant données les conséquences néfastes qui peuvent en résulter.

 
L'homme doit se comporter avec les gens, comme il aimerait que l'on se comporte avec lui et il doit aimer pour les gens ce qu'il aime pour lui-même.

Par conséquent, s'il n'aime pas que l'on divulgue ses défauts, il serait injuste de sa part de divulguer ceux des autres.

Fatwa de cheikh Otheimine, signée de sa main.
copié de fatawaislam.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير