compteur de visite

Catégories

1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 19:49
Le jugement de donner un surnom tel que : «Boulahya - بولحية - Celui à la barbe» (audio-vidéo)

(Il est permis de) donner un surnom dans le but d’identifier, non pas de railler ou de vilipender.

 

Puisque si ceci n’était pas permis, ni le prophète صلى الله عليه وسلم ni ses compagnons n’auraient surnommé cet homme : «l’homme aux mains».

 

Ses deux mains étaient relativement  longues, il fut alors surnommé par cela, il n’était connu que par son biais.

 

Quant aux surnoms où se trouve le dénigrement, le mépris, ceux-ci restent considérés comme étant un blâme.

 

À l’instar de ce que font certains ignorants parmi les gens et ceux qui leur ressemblent comme pervers et dépravés, ils décrivent, ils nous décrivent : «Boulahya (celui à la barbe) ! Ô Boulahya !» son intention n’est pas d’identifier.

 

Et celui qui pense que son intention est d’identifier fait une erreur, car ce qui est correct c’est le contraire !

 

C’est plutôt à celui qui se rase à qui ils doivent probablement dire : «Ô le rasé !», car il contredit la base.

 

Quant à celui qui porte la barbe, il est avec la base.

 

Et il s’est propagé sur les langues des gens que ceci est dit pour vilipender, pour railler et pour mépriser.

 

C’est pourquoi il ne convient pas, même si ce n’était pas l’intention de la personne, (qu’il) n’imite pas ceux-là.

 

La personne doit se discipliner (en compagnie) de ses frères, il les respecte.

 

Imagine-toi : Qui est cette personne que tu décris ?

 

T’imagines-tu dire au prophète صلى الله عليه وسلم : «Ô Boulahya !» Ou bien à l’un des compagnons, ‘Oumar ou Abou Bakr, tu lui dis : «Ô Boulahya !» ou autres parmi les savants de cette communauté.

 

T’imagines-tu cela ?!

 

Jamais.

 

(Imagine-toi) dire en présence d’Ibn Badis رحمه الله, tu dirais : «Ô Boulahya !» ?!

 

Ceci sied-il ?!

 

Jamais.

 

Ou bien (en présence) du fondateur de cet État l’émir AbdelKader, tu lui dirais : «Ô Boulahya !»

 

Jamais, ceci ne sied pas à des gens semblables.

 

Traduit et publié par La da'wah des mashaykh d'Algérie en langue française - @MashaykhDZ

Cheikh Lazhar Sinîqra - الشيخ لزهر سنيقرة

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 17:13
«Je me fiche du regard des gens...» !?

Hadith

فَمَنْ اتَّقَى الشُّبُهَاتِ فَقَدْ اسْتَبْرَأ لِدِينِهِ وَ عِرْضِهِ

"Celui qui se prémunit des choses ambiguës aura préservé sa religion et son honneur."

Rapporté par Bukhâri et Mouslim

Commentaire

 

Il y a dans cela un encouragement à ce que l'individu n'accomplisse pas des choses pour lesquelles son honneur pourrait être mis en cause.

 

Le croyant veille sur ses frères croyants et il considère aussi le regard de ses frères sur lui.
 

Il ne fait pas une chose puis dit : "Je ne me soucie pas de ce que les croyants peuvent dire, ni les hommes de science, ni les étudiants en science !"

 

Protéger son honneur, afin qu'il ne soit pas sali, est une chose requise.

 

Et il nous est parvenu du Prophète صلى الله عليه وسلم qu'il dit :

 

"Il suffit comme mal de la part d'un individu, qu'il soit pointé du doigt en ce qui concerne sa religion ou sa vie mondaine, sauf celui qu'Allâh a immunisé."

Rapporté par Tirmidhi (2453) et déclaré Hassan par Cheikh Al-Albâni.

 

C'est-à-dire (qu'il est montré du doigt) par les croyants, ils critiquent celui qui œuvre pour ce qu'il commet en désaccord avec la législation religieuse (chari3ah).

 

Page 62 de l'explication des 40 nawawiyyah par Cheikh Salih al-Cheikh, édition Dar al-'Asimah

Traduit par Al-Firqatou An-Najiyatou

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز آل الشيخ

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:05
«L'amour de la patrie fait partie de la foi», «La propreté fait partie de la foi», «La gestion est la moitié de la subsistance», «L'économie équivaut à la moitié de la subsistance»

Question 3 :

 

Que pensez-vous de ces citations :

 

"L'amour de la patrie fait partie de la foi" ;

"La propreté fait partie de la foi" ;

"La gestion est la moitié de la subsistance"

ou "L'économie équivaut à la moitié de la subsistance".

 

Ces hadiths sont-ils authentiques ou s'agit-il seulement d'un avis religieux ?

 

Réponse 3 :

 

Les citations que vous avez mentionnées ne sont pas des hadiths attribués au Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Ce sont simplement des maximes que les gens ont l'habitude de dire.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 466)

La question 3 de la Fatwa numéro (5729)

Traduit par alifta.net

 

السؤال الثالث: ما قولكم في: (حب الوطن من الإيمان) ، و (النظافة من الإيمان) ، و (التدبير نصف المعيشة) أو (الاقتصاد نصف المعيشة) ، هل هذه أحاديث صحيحة أم حِكَم فقط؟

الحمد لله وحده ، والصلاة والسلام على رسوله وآله وصحبه ، وبعد
ج: ما ذكرته من الجمل ليست بأحاديث عن النبي صلى الله عليه وسلم ، وإنما هي كلمات جرت على ألسنة الناس
وبالله التوفيق ، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 57، الصفحة رقم: 79)
من الفتوى رقم 5729

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:50
Ne dis pas : «Syrie», mais dis : «Le pays du Shâm»

Cheikh Mostafa Mabram a dit :

 

Je conseille les frères qu'ils délaissent l'appellation de : souriya (سوريا) ou souriyya (سُوريَّة) (Syrie) ; Car ce n'est pas arabe et pas islamique comme a informé sur cela Cheikh, notre machâykh, l'érudit, l'érudit du Maroc et l'unique Muhammad Taqiyyou ad-dîn Al-Hilâly.

 

Mais plutôt il est : Le pays du levant (bilâd ash-shâm - بلاد الشَّام).

 

Al-qawa'id al-mouthla p 11

Publié sur la chaîne telegram de Cheikh - @mbrm1430

أنصح الإخوة أن يتركوا التَّسمية بسوريا أو سُوريَّة لأنَّها ليست عربيَّة ولا إسلامية كما نبَّه على ذلك شيخ مشايخنا العلامة علامةُ المغرب وفريدها محمَّد تقي الدِّين الهلالي

وإنَّما هي بلاد الشَّام

شرح القواعد المثلى 11 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan a dit :

 

Le Yémen (اليمن) est nommé Yémen, car il est situé à droite (أيمن) de la Ka'ba.

 

Et le Shâm (الشام) est nommé le Shâm, car il est situé à gauche (شامي) de la Ka'ba.

 

Charh kitab at-tawhid p.145

Voir : لسان العرب 13/463 et معجم البلدان 5/744

Traduit et publié par la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

سُمّي باليمن لأنه يقع أيمن الكعبة
والشام سُمي بالشام لأنه يقع شامي الكعبة

إعانة المستفيد بشرح كتاب التوحيد

 

Cheikh Mostafa Mabram - الشيخ أبي يوسف مصطفى مبرم

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:50
En ce qui concerne l'expression utilisée dans le dialecte arabe : «الله يخليك - Allâhi khallîk», littéralement : «Qu'Allâh te laisse»

L'expression : "الله يخليك  - Allâhi khallîk" est une expression employée dans le dialecte arabe (عامية) et dont le sens est : "Qu'Allâh te préserve et te protège de tout mal".

 

Nous disons : "فلان خلى من الشر  - Foulan Khallaa mina charr", c'est à dire qu'il fut préservé (du mal).

 

Et ce qui est attribué à Cheikh Ibn 'Uthaymîn, qu'il aurait interdit cette expression n'est pas authentique, comme me l'avait rapporté un parmi les étudiants en science.

 

Ceci est déjà une chose.

 

La deuxième chose est que Cheikh ibn 'Uthaymîn dit que les expressions employées par le commun des arabes doivent être interprétées de la meilleure des façons possibles.

 

Est-il concevable qu'un père parlant le dialecte arabe et disant à son enfant : "الله يخليك  - Allâhi khallîk", veuille dire : "Qu'Allâh t'abandonne" ?

 

Est-ce qu'une personne dotée de raison pourrait dire cela ?

 

Comment cela pourrait-il dès lors émané d'une mère faisant une invocation pour sa propre chaire ?

 

La raison le refuse et ce n'est pas correcte religieusement (de penser cela).

 

Le point de vue authentique en conclusion est de dire : 

 

Que les expressions du commun des arabes musulmans et ce qui émanent d'eux doit être interprété de la meilleure des façons possibles et qu'il ne faut pas faire preuve de mauvais soupçon envers eux. 

 

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par la page Al-Firqatou An-Najiyatou

Cheikh Ghâzy Al-'Armâny - الشيخ غازي العرماني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 20:05
Dire que untel est un «batard»

Dire untel est un "batard" n'est pas permis.

 

C'est interdit et fait partie des grands péchés considérés par une partie des gens de science étant du qadhf (القذف - accuser une personne d'avoir commis la fornication).

 

Traduit et publié par la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

ما حكم قول :فلان ابن حرام ؟

لا يجوز هذا، هذا حرام ومن الكبائر، وعده طائفة من أهل العلم بأنه قذف؛ بل عدوا ما هو أقل منه بأنه من القذف

 

 

Cheikh Mostafa Mabram - الشيخ أبي يوسف مصطفى مبرم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 21:44
Dire : «Je place ma confiance en Allâh puis en toi» ?

Question :

 

Quelle est votre parole concernant l'homme qui dit à une créature : "Je place ma confiance en Allâh et ensuite en toi" et "Je me fie à Allâh et ensuite à toi" ?

 

Réponse :

 

Ceci n'est pas permis.

 

La confiance doit être en Allâh :

 

وَعَلَى اللَّهِ فَتَوَكَّلُوا إِنْ كُنْتُمْ مُؤْمِنِينَ

 

(traduction rapprochée) 

 

{Et c'est en Allâh que vous placez votre confiance si vous êtes des croyants.} (sourate Al-Mâ'ida verset 23)

 

Il n'y a pas de confiance si ce n'est qu'en Allâh سبحانه وتعالى.

 

Et la parole : "Je me fie à Allâh et ensuite à toi", se fier est la confiance ; C'est-à-dire, il a trouvé cette parole présente dans la langue arabe, mais qui est vide de sens !

 

Est-ce que les compagnons disaient : "Je place ma confiance en Allâh et ensuite en toi" ?

 

Ceci est parmi les machinations de Satan.

 

 Traduit par Hishâm Ibn Mu`âdh Ibn El Huseyn Al Chaouia - Twitter : @HishamIbnMuadh

 

السؤال : ما قولكم في رجل يقول لمخلوق : "توكلت على الله ثم عليك" و "أعتمد على الله ثم عليك"

 الجواب : لا يجوز هذا؛ التوكل يكون على الله

(وعلى الله فتوكلوا إن كنتم مؤمنين )

لا يكون التوكل إلاّ على الله سبحانه وتعالى, وقول "اعتمدت على الله ثم عليك" الاعتماد هو التوكل, يعني يضيق عليه الكلام وما يجد في اللغة العربية إلاّ هذا الكلام الفارغ

هل كان الصحابة يقولون: توكلت على الله ثم عليك

هذا من دسّ الشيطان

[فتاوى في العقيدة والمنهج الحلقة الأولى]

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 20:11
Erreur fréquente : Dire «Le verset du trône» (Ayat Al-Koursy - آية الكرسي)

Al-Koursy - الكرسي : ne peut être traduit par Le Trône - العرش

 

Pour les raisons suivantes :

 

1- الكرسي n’est pas Le Trône mais de plus Le Trône est plus grand qu’Al-Koursî

 

Comme le dit Cheikh Al-‘Otheymîn dans son explication d’Al-Wasitiyyah (1) et il a rapporté comme preuve de cela le hadîth d’après Abou Dhar رضي الله عنه que le Prophète صلّى الله عليه و سلّم a dit :

 

"Les sept cieux et les sept terres sont en comparaison avec Le Repose-Pieds (Al-Koursî) comme un anneau jeté dans une terre déserte et la préséance du Trône (Al-‘Arch) sur Le Repose-Pieds (Al-Koursî) est comme la préséance de cette terre déserte sur cet anneau".

Rapporté par Ibn Abî Chaybah dans son livre "Al-‘Arch" 58 et Al-Bayhaqî dans "Al-Asmâ wa As-Sifât" 862 et le hadîth a été authentifié par Cheikh Al-Albânî dans As-Sahîhah n°109.

 

2- Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما a expliqué Al-Koursî comme étant : موضع قدمي الله تعالى 

 

Cet athar d’Ibn ‘Abbâs est rapporté par ‘Abdoullah le fils de l’imâm Ahmad dans "As-Sunnah" 586 et Ibn Abî Chaybah dans "Al-‘Arch" 61 et Ibn Khouzaymah dans "At-Tawhîd" 248 et Al-Hâkim dans "Al-Moustadrak" v.2 p.282 qui a dit : Authentique selon les conditions des deux Cheikhs (Al-Boukhârî et Mouslim) qui ne l’ont pas rapporté et Adh-Dhahabî fut d’accord avec lui. Et rapporté par Ad-Dâraqoutnî dans "As-Sifât" 36 et Cheikh Al-Albâni a dit dans "Moukhtasar Al-’Oulouw" 45 : sa chaîne de transmission est authentique et ses hommes sont tous dignes de confiance.

 

Sur le site d’Al-Iftâ en Arabie Saoudite on peut lire que tous les gens de science sont unanimes sur l’authenticité de cet athar d’Ibn ‘Abbâs (2) et que c’est l’avis des Gens de la Sunnah et du Consensus et que cela a été affirmé de manière catégorique par Cheikh Al-Islâm Ibn Taymiyyah et son illustre élève Ibn Al-Qayyim et d’autres parmi les gens de science et parmi les gens dotés de précision.


Donc Al-Koursî serait alors traduit par Le Repose-Pieds.

 

(1)Voir p.139-140 aux éditions Dâr Ath-Thourayyâ.

(2)Voir alifta.net

 

Ecrit par mehdiabouabdirrahman

 Publié par spfbirmingham.com

Le "Koursy" veut dire littéralement :

"Repose-pied" ou "Piédestal"

 

Il est le plus souvent confondu avec le mot "Arch" ; Or le "Kursy" est bien différent de "Arch" dont Allâh a fait mention dans plusieurs versets.

 

Citons entre autres :

 

La sourate Yunus verset 3 où Allâh dit :

 

ثُمَّ ٱسۡتَوَىٰ عَلَى ٱلۡعَرۡشِ‌ۖ

 

(traduction rapprochée)

 

"...Puis S'est établi sur le Trône (Arch).."

 

ou la sourate Al-Baqara verset 255, montrant la différence concernant le repose pieds, ou Allâh dit :

 

وَسِعَ كُرۡسِيُّهُ ٱلسَّمَـٰوَٲتِ وَٱلۡأَرۡضَ‌ۖ

 

(traduction rapprochée) 

 

"..Son Repose-pied (Koursy) déborde les cieux et la terre.."

 

Le prophète Mouhammed صلى الله عليه وسلم a dit dans un hadith sahih, que le Repose-pied (Koursy) comparé au Trône (Arch) est comme une bague jetée dans le desert.

 

Si le "Koursy", qui déborde les cieux et la terre (sachant que ce que nous voyons : Galaxies, planètes, amas de galaxies.. ne sont que l'embellissement du premier ciel !) n'est rien par rapport à l' (Arch) le Trône, que dire alors de la grandeur de l'Arch ?...

 

Ibn Taymiyya a dit qu'on rapporte de Mouhammed bin Abdillah et d'autres savants religieux que le Koursy (repose-pied) se trouve devant l'Arch (Trône), au niveau des pieds (Fatawas -Sentences- d'Ibn Taymiyya, volume 5, p54 et 55).

(source tiré de " Coran français " de Bouréîma p92, avec quelques modifications).

 

Publié par 3ilmchar3i.net

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 18:03
Dire : «J'adore telle ou telle chose», est-ce permis ? (audio)

Question :

 

D’après la définition du mot «adoration» donnée dans le cours, qu’en est-il donc lorsque l’on dit : «J’adore telle ou telle chose... (ou telle ou telle personne...)», ceci est-il permis ?

 

Bâraka Llâhou fîkoum.

 

Réponse :

 

J’ai lu une fatwa en ce sens d’un grand savant, l’un des contemporains, des grands.

 

Il a dit que c’était permis avec cette niyyah (intention).

 

Parce qu’il a dit :

 

Quand il dit «J’adore mon fils», «J’adore mon mari» : Pas dans le sens de l’humilité et la soumission, التعظيم (la vénération) aussi.

 

Mais ici "adorer" : «J’adore les bananes», «J’adore les fraises», ça veut dire que je les aime beaucoup, pas dans le sens : «Je faire des ablutions et je vais me prosterner devant les fruits et devant mon mari».
 

Mais je dis (ce que j’ajoute là c’est de moi) والله أعلم, que si ça peut prêter à confusion, il vaut mieux employer un autre verbe et dire par exemple : «J’aime beaucoup»
 

«J’aime beaucoup les fraises », «J’aime beaucoup telle chose »... à la place d’«adorer».
 

والله تعالى أعلم
 

Sinon je vous ai dit que j’ai lu que c’était permis بإذن الله تعالى, si on a dans la niyyah (intention) de dire «J’aime beaucoup».

 

Retranscrit par Ummu 3Abdi Llaah

 

Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy - الشيخ أبو عبد الله محمد تشلابي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 00:05
Est-il permis au musulman de dire à son frère «Yâ Shaitân» ? (audio)

 

Il n'est pas permis au musulman de dire à son frère "Yâ chaytane !", car le chaytane et un mécréant.

 

Ceci est du Takfir.

 

Sauf s’il vise par là un (autre) sens - c'est-à-dire - (s’il veut dire) qu'il se comporte mal et que c’est devenu quelqu’un qui montre un mauvais comportement.

 

Comme lorsque nous disons : "Wallah c'est un chaytane... ; [Il est] comme le chaytane...", c'est-à-dire :[exactement] comme s'il faisait des actes étranges, des actes déplaisants.

 

Si son intention est celle-ci, alors il n'y a pas de mal (à cela).

 

Na’am.

 

Mon conseil à ces gens-là, c’est qu'ils craignent Allah et qu'ils s’expriment de la meilleur des manières comme le a dit Allah – ta’ala (traduction rapprochée) :

 

« Et dis à Mes serviteurs d’exprimer les meilleures paroles, car le Diable sème la discorde parmi eux. » - c'est-à-dire : [qu']il sème la discorde entre eux, il allume (attise) le feu et la haine entre eux – « Le Diable est certes, pour l’homme, un ennemi déclaré. » [Sourate 17, verset 53] 

 

Traduit par Mohammed Abou Tayr Al-Jazairy

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh 'Ali Redâ Ibn 'Abd Allah Al-Madany - الشيخ علي رضا بن عبدالله المدني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير