123 articles avec expression - التعبير

«Mâshâa Allah - ما شاء الله»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

«Mâshâa Allah - ما شاء الله»

Maacha Allah
" ما شاء الله " : ce qu'Allah a voulu

 
C'est une expression qui est utilisée beaucoup en arabe dans le vocabulaire de tous les jours comme pour exprimer quelque chose de magnifique ou d'incroyable, c'est un peu comme soubhannAllah (dans l'utilisation du mot, car en fait maacha Allah et soubhannAllah ce n'est pas la même signification).

Dans sourate al kahf (s.18 v./39) Allah dit en rapportant le dialogue entre 2 hommes (traduction rapprochée) : 

 

وَلَوۡلَآ إِذۡ دَخَلۡتَ جَنَّتَكَ قُلۡتَ مَا شَآءَ ٱللَّهُ لَا قُوَّةَ إِلَّا بِٱللَّهِ‌

"En entrant dans ton jardin, que ne dis-tu : "Telle est la volonté (et la grâce) d'Allah ! Il n'y a de puissance que par Allah".

Cheikh as-sa'di rahimahoulah dit dans son tafsir (taysir al karim ar-rahman fi tafsir kalam al manan) :
 
Quand on est impressionné par ses biens, il faut dire cette phrase pour être reconnaissant envers Allah 'aza wa jal et dans le but que les bienfaits dont il nous a comblé persistent (résumé voir page 478)

Et dans le résumé du tafsir ibn kathir traduit en français page 801 :

(après avoir cité le verset) incitait le fautif à se rattraper, en disant cela.
 
Selon les anciens, si on est émerveillé par sa situation, ses biens, ou sa progéniture, qu'on dise :

 

 شَآءَ ٱللَّهُ لَا قُوَّةَ إِلَّا بِٱللَّهِ‌
"maacha Allah la qouwata ila billah"
 

publié par darwa.com

Partager cet article

Les jeux de mots

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les jeux de mots

Question :


Quel est le regard de la religion sur les jeux de mots ?

Et est-ce qu’il y a des cas particuliers ?


Réponse :

Le jeu de mots consiste à dire quelque chose qui signifie autre chose que ce qui est dit en apparence.

Ceci est permis sous deux conditions :

 

Le sens voulu est compris dans le mot utilisé
Que ce ne soit utilisé pour une injustice

 

Par exemple, un homme dit : « Je ne dors que sur un Watâd. »

Watâd a deux sens en arabe : le portemanteaux et la corde.

Mais la personne dit : « J’ai voulu dire sur une corde », et ce sens est un des sens de Watâd, et il n’a commis d’injustice envers personne.

C’est donc autorisé.

Un autre exemple est celui de la personne qui dit : « Par Allah, je ne dors que sous un toit », et il va dormir sur la terrasse, car il voulait en fait désigner par le toit, le ciel.

C’est correct puisque le ciel est appelé « toit » dans la parole d’Allah (traduction rapprochée):

« Et Nous avons fait du ciel un toit protégé. » [1]

D’autre part, le jeu de mots ne doit pas être utilisé pour commettre une injustice.

Par exemple, il n’est pas permis dans le cas suivant : deux personnes se présentent devant le juge, l’une accusant l’autre de l’avoir spoliée, mais sans avoir de preuves.

Le juge demande à l’accusé de jurer qu’il ne possède rien des biens du plaignant.

L’accusé jure : « Par Allah, je n’ai rien de lui », mais il veut dire en réalité : « Par Allah, tout ce qui est à lui, je l’ai. »

Sur ce, le juge l’acquitte, puis les gens, informés de l’affaire, lui disent qu’il a fait un serment mensonger qui plonge son auteur en Enfer et dont le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

« Celui qui fait un serment injuste pour prendre la part d’une personne musulmane, trouvera Allah en colère contre lui. » [2]

L’accusé dit alors que la particule « Mâ » (en arabe) utilisée a deux sens : la négation (rien) et l’affirmation (ce que) et c’est ce 2ème sens qu’il voulait dire dans son affirmation.

Même si le sens du mot est compris dans ce qu’il a dit, ce jeu de mots est une injustice et par conséquent, ce n’est pas permis.

C’est pourquoi dans le hadith, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

« Ton serment vaut sur ce que le témoin en a compris. » [3]

Par conséquent, il est inutile de donner une autre interprétation auprès d’Allah quand on profère un serment injuste.

De même, si une femme est accusée de crimes dont elle est innocente, et que son mari jure en disant : « Par Allah, elle est ma sœur. » [4] 

Il dit : « Je voulais dire ma sœur en islam. »

Ceci est un jeu de mot puisqu’il est vrai que c’est sa sœur en islam, mais en réalité, il commet une injustice [par son serment].

 

[1] Les Prophètes, v. 32.
[2] Al-Bukhârî dans le chapitre des témoignages (2669), Muslim dans le chapitre de la foi (138) .
[3] Muslim dans le chapitre de la foi (1653).
[4] Ceci équivaut à une forme de répudiation, car la formule voudrait dire : « Elle m’est illicite comme ma sœur m’est illicite. »

 
Majmu Durûs Fatâwa al-Haram al-Makkî, tome 3, pages 367 et 368

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Elle a fait un voeu mais elle est incapable de l'honorer

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Elle a fait un voeu mais elle est incapable de l'honorer

Question : 

 
une femme a juré que si elle donnait naissance à un bébé sain qui vivrait pendant au moins un an, qu'elle jeunerait alors pendant un an.

Ceci est arrivé et le bébé a vécu plus d'une année.

Mais elle n'est pas capable d'accomplir le jeûne.
 

Réponse : 
 

Il n'y a aucun doute que pour faire un voeu d'obéissance est un acte d'adoration. 


Allah a loué ceux qui accomplissent de tels voeux.

Allah dit :

يُوفُونَ بِالنَّذْرِ وَيَخَافُونَ يَوْماً كَانَ شَرُّهُ مُسْتَطِيراً 
 
76.7. Yoofoona bialnnathri wayakhafoona yawman kana sharruhu mustateeran
76.7. car ces bienheureux non seulement tenaient fidèlement leurs promesses et redoutaient un jour d’une violence inouïe
 

Ceci est confirmé parce ce que le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit :

"Quiconque fait voeu d' obéir à Allah doit Lui obéir. Quiconque fait voeu de désobéir à Allah ne doit pas Lui désobéir"
[Al-Bukhari].

 

Un homme a fait voeu de sacrifier un chameau à un certain endroit.
Il est allé voir le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) et le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) qui lui a demandé :
"Était ce une idole du temps de l'Ignorance qui était adorée là ?"
Il a dit : "Non", Il a alors dit :
"Etait ce le lieu d'une célébration parmi leurs célébrations ?"
Il a dit : "Non". Donc le Prophète (sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit alors :
"Accomplis ton serment. Il n'y a aucun accomplissement de serment dans la désobéissance à Allah ou concernant quelque chose qu'un homme ne possède pas"
[Abu Dawoud] 
 
Celui qui pose la question a mentionné qu'elle a juré jeuner durant une année entière. Jeûner une année entière est un type de jeûne continu que l'on considère comme un type de jeûne permanent et le jeûne permanent ou continu n'est pas quelque chose d'aimé.

 
Ceci est confirmé dans le Sahih que le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit :
 
"Quiconque execute un jeûne perpétuel n'a ni jeûné, ni rompu son jeûne"
 
Il n'y a aucun doute qu'une forme détestable de culte est un type de désobéissance à Allah.

On n'accomplit donc pas de serment pour exécuter un tel acte. 


Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyah a dit : 

"Si une personne jure d'exécuter un acte d'adoration détestable, comme la prière durant la nuit entière ou le jeûne durant le jour entier, il ne lui est pas obligatoire d'accomplir un tel serment."
 
Donc, la personne qui pose la question doit accomplir une expiation pour ce serment en nourrisant dix pauvres avec la moitié d'un saa ' de dates ou autres produits alimentaires de base dans le pays.

Si elle n'en est pas capable, elle devra donc jeûner trois jours consécutifs.
 
Et c'est d'Allah ta'ala que vient le succès et que la prière et le salut soient sur le Prophète (sal-Allaahu `alayhe wa sallam) et sur sa famille et ses compagnons
 

copié de fatwa-online.com 
Traduit par Oum 'Ikrima

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Poisson d'avril (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Poisson d'avril (audio-vidéo)

Question :

 

Votre Éminence Cheikh, l’auteur de la question dit, nous aimerions que vous conseillez l’ensemble de la communauté concernant le mensonge d’avril (poisson), qui se répète de temps en temps ?

 

Réponse de Cheikh Al-Fawzan :

 

Cela a été importé parmi les fausses coutumes et ne fait pas partie des pratiques des mouslimins.

 

El le mensonge n’est pas permis ni en avril, ni dans les autres mois.

 

Le mensonge est interdit !

 

Le mensonge sur Allâh, le mensonge sur Son Messager, le mensonge sur les gens, c'est illicite, c'est un des péchés majeurs.

 

Allâh a rendu illicite le mensonge, l’a interdit et a menacé les menteurs.

 

Il n’est pas permis de mentir quel que soit le moment.

 

Na’am.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

السؤال : نرجو توجيه عامة الأمة بخصوص كذبة إبريل التي تتردد بين الفينة والأخرى ؟

الجواب : هذه مستوردة من جملة العادات الباطلة وليست من أعمال المسلمين ، والكذب لا يجوز لا في إبريل ولا في غيره ، الكذب حرام ، الكذب على الله ، الكذب على رسوله ، الكذب على الناس ، حرام ، كبيرة من كبائر الذنوب ، الله حرم الكذب ونهى عنه وتوعد الكاذبين ، فلا يجوز الكذب في أي وقت

Question :

 

Il est répandu de célébrer dans les pays non musulmans ce que l'on appelle le poisson d'avril, le 1er jour du mois d'avril.

 

Certains musulmans les imitent vu qu'ils estiment qu'il est permis de mentir ce jour-là.

 

Que pensez-vous de cette croyance et de cette imitation ?

 

Réponse de Cheikh Al-Fawzan :

 

Louange à Allâh,

 

Le mensonge est absolument interdit en tout temps.

 

Et il n'est pas permis d'imiter les incrédules et de s'assimiler à eux dans ce domaine ou dans un autre, compte tenu des propos du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

من تشبه بقومٍ فهومنهم

«Quiconque imite un peuple fait partie d'eux»

 

Publié dans la revue Ash-shaqaiq, n° 32 du mois de safar.

Publié par alminhadj.com

كذبة إبريل
يشتهر بين بعض الناس في الخارج - الدول الكافرة - كذبة إبريل في أول يوم من شهر إبريل الميلادي ويقلدهم بعض المسلمين في ذلك حيث يرون جواز الكذب في هذا اليوم .. كيف ترون هذا الاعتقاد وهذا التقليد ؟
الحمد لله
الكذب لا يجوز مطلقاً في كل الأوقات
ولا يجوز تقليد الكفار والتشبه بهم في هذا وغيره لقول النبي صلى الله عليه وسلم
من تشبه بقوم فهو منهم
من فتاوى الشيخ صالح الفوزان لمجلة الشقائق العدد 32 لشهر صفر

Cheikh Al 'Outheymin :

 

Je mets en garde mes frères les musulmans sur ce que font certaines personnes stupides comme poisson d'avril (litt: le mensonge d'avril).

 

Et je pense qu'il va bientôt arriver (en terme de date).

 

Questionneur :

 

Oui.

 

Cheikh :

 

Ce mensonge qu'ils ont reçu des juifs, les nazaréens, les adorateurs du feu (majous) et les adeptes de la mécréance.


Ensuite, de par sa nature mensongère, et le mensonge est lui-même interdit religieusement, et de par sa nature à être une imitation des non musulmans, et la ressemblance aux non musulmans est interdite.

 

Certes le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

من تشبه بقومٍ فهو منهم

"Quiconque imite un peuple fait partie d'eux"

 

Cheikh al-islam ibn Taymiyah, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit :

 

"Sa chaîne de transmission est bonne".

 

Son cas est au minimum l'interdiction, même si en apparence c'est de la mécréance due au fait de leur ressembler.

 

Cela comporte deux interdictions.

 

Cela est également une humiliation du musulman devant son ennemi car il est connu dans la nature humaine que celui qui est imité se vante devant son imitateur et se voit meilleur que lui.

 

C'est pourquoi l'imitateur se sent faible jusqu'à l'imiter.

 

Il y en cela une dégradation du croyant de par son assujettissement et de son suivi des mécréants.

 

La quatrième interdiction est que la plupart de ce sournois mensonge comporte le fait de prendre l'argent injustement ou d'effrayer le musulman : il se peut alors qu'il mente en s'adressant aux gens de sa maison pour leur dire qu'ils vont avoir un groupe (d'invités) ce jour afin qu'ils cuisinent un repas copieux, de la viande et ce qui y est similaire.

 

Ou peut être les informer de choses qui les effraiera comme dire que votre tuteur a été écrasé par une voiture ou d'autres choses qui ne sont pas permises en dehors même de ce cas.

 

Fatâwâ nour 'alâ ad-darb 34

Publié par 3ilmchar3i.net

أُحذِّر إخواني المسلمين مما يصنعه بعض السفهاء من كذبة إبريل، هذه الكذبة التي تلقوها عن اليهود، والنصارى، والمجوس، وأصحاب الكفر، فهي مع كونها كذبٌ، والكذب محرم شرعًا؛ ففيها تشبه بغير المسلمين، والتشبه بغير المسلمين محرم، وقد قال النَّبي صلى الله عليه وسلم

من تشبه بقومٍ فهو منهم

قال شيخ الإسلام ابن تيمية رحمه الله

إسناده جيد

وأقل أحواله التحريم، وإن كان ظاهره يقتضي كفر المتشبه بهم، وهي مع تضمنها لهذين المحظورين فيها إذلالٌ للمسلم أمام عدوه؛ لأنَّ من المعلوم بطبيعة البشر أن المقلد يفخر على من قلده، ويرى أنه أقدر منه، ولذلك ضعف مقلده حتى قلده فهي فيها إذلالٌ للمؤمن بكونه ذليلًا، وتبعًا للكفار، المحظور الرابع: أن غالب هذه الكذبة الخبيثة تتضمن أكلًا للمال بالباطل، أو ترويعًا للمسلم، فإنه ربما يكذب فيكلم أهل البيت ويقول: إن فلانًا يقول: ترى عندنا جماعة اليوم فيطبخون غداءً كثيرًا ولحمًا وما أشبه ذلك، أو ربما يخبرهم بأمرٍ يروعهم، كأن يقول: قيِّمكم دعسته سيارة. وما أشبه ذلك من الأمور التي لا تجوز بدون أن تكون بهذه الحال

فتاوى نور على الدرب 34

Question :

 

Il dit : Il y a ce qui est répandu auprès des gens comme étant "poisson d'avril" (le mensonge) d'avril, y a-t-il une remarque ?

 

Réponse de Cheikh ‘Abdel Mouhsin Al 'Abbâd Al Badr :

 

Le mensonge de manière générale et illicite (harâm) et non permis et s'il se produit lors d'un événement particulier, surtout si cela provient des mécréants, il s'agit d'un mal (annexé) à un autre mal.

 

 Traduit et publié par sahihofislam

Poisson d'avril (audio-vidéo)

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

Le fait de dire : «J'ai rencontré untel par hasard»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le fait de dire : «J'ai rencontré untel par hasard»

Question 2 et 3 :

 

Le terme "hasard" : m'est-il permis de dire: Lorsque je me dirigeais vers le marché, j'ai rencontré untel par hasard ?

 

Est-ce que le terme "hasard" est illicite ou comporte un acte de polythéisme à l'encontre d'Allâh (Gloire et Pureté à Lui).

 

Que devrais-je utiliser à la place de ce terme ?

 

Donnez-moi une Fatwa, Qu'Allâh vous rétribue !

 

Réponse 2 et 3 :

 

Le fait de dire: j'ai rencontré untel par hasard n'est pas illicite, puisque le sens voulu est de le rencontrer sans accord ou promesse préalable.

 

Cette signification ne comporte donc aucun mal.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

Les questions 2 et 3 de la Fatwa numéro (4800)

Publié par alifta.net

قول الإِنسان: قابلت فلانًا صدفة

س 2 و3: كلمة صدفة هل يجوز لي أن أقول: عندما ذهبت إلى السوق قابلت فلانًا صدفة؟

وهل هذه الكلمة (صدفة) حرام أم شرك بالله عز وجل، أم ماذا أقول بدلاً من هذه الكلمة، أفتوني جزاكم الله خيرًا؟
ج 2 و3: ليس قول الإِنسان قابلت فلانًا صدفة محرمًا ولا شركًا؛ لأن المراد منها قابلته دون سابق وعد أو اتفاق على اللقاء مثلاً، وليس في هذا المعنى حرج
وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم

السؤال الثاني والثالث من الفتوى رقم - 4800

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Dire : «Bismillâh» lorsque l'on verse de l'eau chaude dans les égouts ? (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Dire : «Bismillâh» lorsque l'on verse de l'eau chaude dans les égouts ? (audio)

Question :

 

Est-il vrai qu'il nous incombe de dire "Bismillah" lorsqu'on verse de l'eau chaude dans les égouts afin de ne pas brûler les Djinns ?

 

Réponse de Cheikh Zayd Al Madkhali :

 

Dans tous les cas, on ne doit pas verser de l'eau chaude ni dans les égouts ni par terre, car la terre est peuplée d'habitants et l'eau peut tomber sur le monde des djinns ou sur leurs petits (djinns) ce qui peut les emmener à se venger.
 
Donc, si quelqu'un veut verser de l'eau chaude, qu'il la refroidisse d'abord, de façon à ce qu'elle ne puisse faire aucun mal, puis qu'il la verse ensuite dans les égouts ou ailleurs.
 
Traduit par une sœur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net

 Publié par 3ilmchar3i.net

هل صحيح أنه ينبغي لنا أن نقول بسم الله عند صبّ الماء الساخن في المجاري حتى لا نحرق الجن في المجاري؟
الشيخ : على كل حال لايصب الماء الحار لافى المجاري ولا على الأرض لايصب الماء الحار؛ لان الأرض مملوءة بالسكان فربما يقع على عالم الجن أو على صغارهم فيحصل الإنتقام منهم فيصرع ؛ لذا إذا أراد ان يصب الانسان ماءاً حاراً فليبرده بالماء حتى يكون بارداً لايؤذى ويصبه سواءاً فى المجارى أو في غيرها
انتهى كلامه رحمه الله

Ibn Taymiya (رحمه الله) dit :

 

La possession des hommes par des djinns peut être le résultat de la convoitise, de la passion ou de l'amour, comme cela se passe entre humains; elle peut également - et c'est le cas le plus fréquent - résulter de la haine et de la vengence.

 

C'est le cas quand les humains leur font tort ou quand les djinns croient que les les humains leur portent atteinte délibérément en urinant ou en versant de l'eau chaude sur eux ou en les tuant inconsciemment. 

 

Des djinns agressifs et manquant de retenue peuvent alors se livrer à une vengence excessive.

 

Ils peuvent aussi agir sous l'impulsion d'une méchanceté irresponsable comme le font leurs pareils humains.

 

Madjmou' al-Fatawa 19/39

Publié par 3ilmchar3i.net

On a questionné notre Cheikh ibn Bâz :

 

Est-ce que Ô shaykh nous disons : "BismilLâh" au moment que nous versons l'eau chaude de crainte qu'il y a un djinn dans l'endroit où l'eau est versée ?

 

La réponse :

 

Oui, on prononce le nom d'Allâh par vigilance s'il y a un djinn.

 

Ensuite le Cheikh a dit :

 

J'ai assisté une fois à une assise de lecture sur une personne touchée d'une possession.
Le raqui a dit s'adressant au djinn : "Pourquoi es-tu rentré en lui ?"
Le djinn a dit : "Il a versé de l'eau chaude sur un de mes enfant et l'a tué"
Le raqui lui a dit : "Il ne savait pas que un de tes enfants était à cet endroit" 
Le djinn a dit : "Il n'a pas prononcé le nom d'Allâh, j'ai eu l'occasion de rentrer en lui"

 

Pour plus de bénéfices la parole du Cheikh existe dans : شرحه لرسالة الدعوة إلى الله وأخلاق الدعاة

Traduit et publié par la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

 Publié par 3ilmchar3i.net

سَئل شيخنا ابن باز : هل ياشيخ نقول بسم الله عند صبِّنا الماء الساخن وذلك خشية أن يكون هناك جني في المكان الذي صبَّ فيه الماء ؟
الجواب : قال الشيخ نعم يسمي الله وذلك ليُتنبه إن كان هناك جني

ثم قال الشيخ : قد حضرت مرة جلسة قراءة على شخص مصاب بمس فقال الراقي مخاطباً الجني الملتبس بالإنسي لما تلبَّسْتَ به

فقال: الجنِّي لقد صبَّ الماء الساخن على أحد أبنائي فقتله

فقال :الراقي له لأنه لا يعرف أن أبنك في ذلك المكان

 فقال : الجنِّي لما لم يسمي الله فيَتَنبه له

للمزيد الفائدة كلام الشيخ موجود في شرحه لرسالة الدعوة إلى الله وأخلاق الدعاة
( عشرة أشرطة)

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي
Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Les rumeurs

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les rumeurs
Question :
 
Quel est le regard de la religion sur celui qui propage les rumeurs ?
 
Réponse : 
 
Les rumeurs peuvent être bonnes ou mauvaises.
 
-Il est recommandé, de propager les bonnes rumeurs, comme par exemple, d'informer les gens des innovations d'une personne ou de la parole d'un mécréant, dans le but de prévenir les gens contre ce mal.

-Par contre, il est interdit de propager les mauvaises rumeurs, dans le but de susciter la corruption entre les croyants, étant données les conséquences néfastes qui peuvent en résulter.

 
L'homme doit se comporter avec les gens, comme il aimerait que l'on se comporte avec lui et il doit aimer pour les gens ce qu'il aime pour lui-même.

Par conséquent, s'il n'aime pas que l'on divulgue ses défauts, il serait injuste de sa part de divulguer ceux des autres.

Fatwa de cheikh Otheimine, signée de sa main.
copié de fatawaislam.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Quelques définitions : Moubah - Waajib - Mandoub

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quelques définitions : Moubah - Waajib - Mandoub

Le Moubah : al-moubah - المباح

 

Qui ne tiens, ni de la prescription (un ordre), ni de l'interdiction. 

Comme par exemple manger la nuit pendant le mois de ramadan. 

Quand on dit "qui ne tiens , ni de la prescription (un ordre)" cela exclut le wajib (l'obligatoire) et le mandoub (le préférable) 

Et "ni de l'interdiction" cela exclut le haram (l'interdit) et le makrouh (le detestable) 

Il ne decoule du moubah ni récompense, ni chatiment.


On l'appel également ; halal, jaa'iz (licite, permis) 

-C'est en fait un acte qui ne t'apporte aucune récompense et aucun chatiment , c'est Moubah.

 

Définition résumée du livre de cheikh al otheimine rahimahu Allah : al oussoul min 3ilm al oussoul 

L'obligatoire : al-wâjib - الواجب

 

C'est ce qu'a ordonné la législation, dans le sens de l'obligation. 

 

Comme les 5 prieres. 

Quand on dit : "c'est ce qu'a ordonné la législation" 

 

Cela exclut : le haram (l'interdit), le makrouh (le detestable) et le moubah 

Et quand on dit :"dans le sens de l'obligation" cela exclut le mandoub (le préférable) 

Le waajib : celui qui le fait est récompensé et mérite le chatiment si il le delaisse. 

Il est appelé : fardan فرضاً, fariida فريضة, hatman حتماً, et laaziman لازماً 

-C'est en fait un acte qui t'apporte la récompense si tu le fait et un chatiment si tu le délaisse , c'est waajib

 

Définition résumée du livre de cheikh al otheimine rahimahu Allah : al oussoul min 3ilm al oussoul 

Le préférable : al-mandoub

 

C'est ce qu'a ordonné la législation, dans le sens non obligatoire .

 

Comme les prieres surégatoires. 

Quand on dit : "c'est ce qu'a ordonné la législation" 

 

Cela exclut : le haram (l'interdit), le makrouh (le detestable) et le moubah 

Et quand on dit :"dans le sens non obligatoire" cela exclut le waajib (l'obligatoire) 

Le Mandoub : celui qui le fait est récompensé et n'est pas chatié si il le delaisse. 

Il est appelé : sunna سنة, massnounan مسنوناً, moustahaban مستحباً, naflan نفلاً 

-C'est en fait un acte qui t'apporte la récompense si tu le fais et pas de chatiment si tu le délaisses , c'est Mandoub

 

Définition résumée du livre : al oussoul min 3ilm al oussoul 

copié de almutaqiyate.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Nommer certaines fleurs «adorateurs du soleil»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Nommer certaines fleurs «adorateurs du soleil»

Question :


Le cheikh a été interrogé sur le fait de nommer certaines fleurs : « Adorateur du soleil » (1).

 

On les nomme ainsi parce qu'elles se tournent face au soleil lorsqu'il se lève et lorsqu'il se couche.

Réponse : 

Cela n'est pas permis, car les arbres n'adorent pas le soleil, mais, ils adorent Allah le Très-Haut.

 

En effet, Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« N'as-tu pas vu que c'est devant Allah que se prosternent tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre, ainsi que le soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les arbres, les animaux et beaucoup de gens ! » (2)
 

Cependant, on peut utiliser une autre expression, qui ne comprend pas le mot adoration, telle que « Celles qui suivent le soleil » ou autre.

(1) C'est le nom que l'on donne au tournesol en arabe. (عباد الشمس)
(2) Le Pèlerinage, v. 18.

 

Recueil de Fatwas et d'Epitres Tome 3 page 114.
copié de fatawaislam.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La traduction de وَٱللَّهُ ٱلۡمُسۡتَعَانُ (wallahu-l-musta3n)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La traduction de وَٱللَّهُ ٱلۡمُسۡتَعَانُ (wallahu-l-musta3n)

-Cette expression est citée dans le Qur'an  (traduction rapprochée) (sourat Yusuf, v.18) : 


Ils apportèrent sa tunique tachée d'un faux sang.
Il dit: "Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose... (Il ne me reste plus donc) qu'une belle patience ! C'est Allah qu'il faut appeler au secours contre ce que vous racontez!"

 
-'Aisha (radhiAllahu'anha) a cité ce verset (traduction rapprochée) 

(C'est Allah qu'il faut appeler au secours contre ce que vous racontez!) lors de la calomnie Al 'Ifk
(cf Sahih Muslim, n.4974)
 
On trouve aussi parfois la traduction :
 
 "et Allah est le secoureur"
 "Allah est celui dont nous demandons le secours" 
 
-Egalement dans sûratu-l-fâtihah : 
 إِيَّاكَ نَعۡبُدُ وَإِيَّاكَ نَسۡتَعِينُ
 
C'est Toi [seul] que nous adorons et Toi [seul] dont nous implorons secours (recours) [1] 
 
[1] Du terme : الا ستعانة /al-isti'ânatu. Le verbe est : إسْتَعان/ista'âna : Chercher secours

Partager cet article

Répondre à la réprimande par : « Tu es un curieux »

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Répondre à la réprimande par : « Tu es un curieux »

Question : 

 
Lorsqu'un musulman réprimande un autre sur une mauvaise action, il arrive qu'il lui réponde en disant : « Tu es un curieux » ou « Ne te mêle pas de ce qu'il ne te concerne pas. »
 
Est-ce que cette réponse est correcte ?

Que doit-on répondre à cette personne ?
 
Réponse : 
 
Cette réponse n'est pas correcte, c'est-à-dire que le fait de répondre à celui qui le réprimande en disant : « Tu es un curieux » ou « Ce ne sont pas tes affaires » n'est pas correct, parce qu'Allah nous a ordonné de réprouver le blâmable et d'ordonner le convenable, selon nos possibilités, que cela plaise à celui que l'on conseille ou celui que l'on réprimande ou non.

La réponse à donner à cette personne est de dire :
 
« Cela me concerne car Allah m'a ordonné que je t'interdise de commettre de mauvaises actions, car le croyant est pour le croyant comme une bâtisse dans laquelle chaque partie supporte l'autre.
 
Donc, ce qui concerne le croyant concerne aussi son frère. »

Expressions et compréhensions dans la balance de la Sharî'a, page 31
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les sourds entendent (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les sourds entendent (vidéo)

Partager cet article

Le fait qu’une personne dise : « Je suis libre »

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le fait qu’une personne dise : « Je suis libre »

Question :

 

Quelle est la sentence sur une personne qui dit « Je suis libre » ?

 

Réponse : 

 

-Si la personne libre qui a dit cela a voulu dire qu'elle était libre de l'esclavage des créatures, alors c'est vrai.

 

-Mais, si elle a voulu dire qu'elle était libre du fait de ne pas vouer d'adoration à Allah, elle a par là mal compris le sens de l'adoration à Allah et elle n'a pas non plus compris le vrai sens de la liberté, car vouer une adoration à autre qu'Allah le Très-Haut est une soumission et un asservissement.

 

Quant à l'adoration pour le Seigneur, gloire et pureté à Lui, c'est cela la vraie liberté.

 

En effet, si cette personne ne se soumet pas à Allah, alors elle se soumettra à autre que Lui, et si elle dit : « Je suis libre », elle ne fera que se tromper elle-même, car elle veut dire qu'elle n'est pas contrainte d'obéir à Allah et qu'elle n'obéira pas.

 

Recueil de Fatwas et d'Epitres de son éminence cheikh Otheimine, Tome 3 page 81.

copié de fatawaislam.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Celui qui dit lorsqu'il commet un interdit : « La piété est dans le coeur »

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Celui qui dit lorsqu'il commet un interdit : « La piété est dans le coeur »
Question :
 
Certains musulmans négligent ce qu'Allah leur a ordonné de faire et lorsqu'on les blâme à ce sujet, ils disent : « La piété est dans le cœur et non dans l'apparence », en prenant comme excuse la parole du Prophète, prière et salut d'Allah sur lui : « La piété est ici », puis il montra sa poitrine par trois fois.

Nous souhaitons que vous nous montriez si ce qu'ils disent est correct, qu'Allah vous récompense.
 
Réponse : 
 
Il n'y a pas de doute que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit : « La piété est ici » (1) en montrant son cœur, mais le sens est que, si le cœur est pieux, les membres le seront aussi.

Ce n'est donc pas une preuve ou un argument pour celui qui commet des péchés de dire : « La piété est ici. »

Nous lui disons : « Si ce qui était ici (ton cœur) était pieux, tes membres le seraient aussi », selon la parole du Prophète, prière et salut d'Allah sur lui : 
 
« Il y a certes dans le corps une partie, si elle est pieuse, le corps entier sera pieux et, si elle est dépravée, le corps entier sera dépravé et certes, cette partie est le cœur. » (2)
 
(1) Muslim, chapitre du bon comportement et des liens (2564).  
(2) Al-Bukhârî, chapitre de la foi (52) ; Muslim, chapitre des contrats de location des terres (1599)

Fatwa de cheikh Otheimine, signée de sa main.
copié de fatawaislam.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Que signifie : «Ahayak Allah - أَحْيَاك الله» et jugement sur le fait de dire "qu'Allah allonge ta vie" ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Que signifie : «Ahayak Allah - أَحْيَاك الله» et jugement sur le fait de dire "qu'Allah allonge ta vie" ?

Cela est une salutation sous forme d'invocation qui signifie :

 

"Qu'Allah prolonge ta vie"

 أَحْيَاك الله على طاعته

 (dans Son obéissance). 

 
L'avis de nos savants, tels que Cheikh Ibn Baz, Cheikh Al Outhaymin, le moufti cheikh Al Cheikh autorisent cette forme de salutation. 

 

En revanche, Cheikh Chinquity  dit que cette salutation est celle dite à l'époque de la jahilya et qu'il est préférable de dire "as salam alaykoum" au lieu de "Ahayak Allah"


copié de sahab.net

Celui qui pose la question :
 
Quel est le jugement sur le fait de dire :
 
-qu'Allah allonge ta présence - أطال الله بقاءك ?
-que soit allongé ta vie - طال عمرك ?
 
Réponse :
 
On ne doit pas lancer comme çà : "longue existence", car une longue existence peut être bonne, mais elle peut-être aussi mauvaise.
 
Les pires des gens ce sont ceux qui ont la vie longue et de mauvaises actions.
 
Et sur ceci, s'il dit  : "que ta vie soit allongée dans son obéissance - أطال بقاءك على طاعته", ou dans le même genre, il n'y a pas de mal.
 
Question numero 11

 Publié par 3ilmchar3i.net

 
 سئل فضيلة الشيخ: ما حكم قول (أطال الله بقاءك ) ( طال عمرك ) ؟
فأجاب قائلا : لا ينبغي أن يطلق القول بطول البقاء ، لأن طول البقاء قد يكون خيراً وقد يكون شراً ، فإن شر الناس من طال عمره وساء عمله ، وعلى هذا فلو قال أطال بقاءك على طاعته ونحوه فلا بأس بذلك

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Le jugement de celui qui insulte la vie

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le jugement de celui qui insulte la vie
Question:
 
Est-il permis à quelqu'un d'insulter la vie quand il se trouve en colère ou quand quelque chose le gène ? 
 
Nous espérons de votre part un éclairage à ce sujet .
 
Réponse :
 
Louange à Allah
 
Il n'est pas permis à une personne qui se retrouve dans des difficultés d'insulter la vie en raison de ces propos que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a rapporté de son Seigneur le Très Haut : 

«Le fils d'Adam me porte atteinte quand il insulte le temps car je suis le temps ; je gère la nuit et le jour avec ma main».
 
En outre, il a été rapporté de façon sûre que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : 
 
«N'insultez pas le temps car c'est Allah qui est le temps».
 
C'est-à-dire que c'est Lui qui gère le temps.
 
L'homme doit observer la patience dans l'épreuve et demander à en être récompensé par Allah qui a ordonné la patience.
 
C'est Lui qui a dit à Son Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) 
 
(traduction rapprochée)
 
«Voilà quelques nouvelles de l' Inconnaissable que Nous te révélons. Tu ne les savais pas, ni toi ni ton peuple, avant cela. Sois patient. La fin heureuse sera aux pieux. » 
Sourate 11 Verset 49
 
Que l'homme sache qu'il existe une épreuve plus grande que toute autre qu'il connaisse. Cette conscience peut atténuer sa souffrance.
 
publié dans la revue ad-Dawa n° 1757, p. 45.
copié de al-bayan.fr
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

L'usage de la particule : «لو - law» (si)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'usage de la particule : «لو - law» (si)
Question :
 
Quelqu'un a entendu une personne dire : «Si tu avais fait ceci, tu n'aurais pas subi cela».
 
Quelqu'un qui écoutait la conversation dit : «L'usage de ce mot (law) a été interdit par le Prophète صلى الله عليه وسلم car il peut entraîner son auteur vers la mécréance.
 
Un autre dit : «Le Prophète a dit à propos du récit relatif à la rencontre entre Moïse et Khidr : 
 
«Puisse Allâh accorder Sa miséricorde à Moïse ! Si seulement (law) il avait su rester patient jusqu'à ce qu'Allâh eût raconté leur affaire.»
 
Le deuxième intervenant a utilisé comme argument la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :
 
«Le croyant fort est plus aimé d'Allâh que le croyant faible (...) «law» ouvre (le terrain) pour l'action de Satan».
 
Est-ce que ce dernier hadith abroge le premier ou pas ?
 
Réponse :
 
Louange à Allâh.
 
Tout ce qu'Allâh et son messager ont dit est vrai.

En effet, «law» s'emploie de deux manières.
 
Dans la première, elle exprime tristesse et chagrin inspirés par le déroulement du destin
 
Voilà ce qui est interdit en vertu de la parole du Très-Haut (traduction rapprochée) : 
 
«Ô les croyants ! Ne soyez pas comme ces mécréants qui dirent à propos de leurs frères partis en voyage ou pour combattre "S' ils étaient chez nous, ils ne seraient pas morts, et ils n' auraient pas été tués . » (sourate 3 verset 156 )
 
Voilà ce qu'interdit le Prophète صلى الله عليه وسلم quand il a dit : 
 
«Si une chose (malheureuse) t'atteint ne dis pas : «Si seulement, j'avais fait ceci on cela» ; Mais dis : «قدر الله وما شاء فعل - Allâh a décrété et fait ce qu'Il a voulu.»»
 
C'est-à-dire que cela inspire tristesse et chagrin, et cause nuisance et n'apporte rien d'utile.
 
Bien au contraire, sache que ce qui t'atteint n'aurait pu te rater et ce qui t'a épargné n'aurait pu t'atteindre comme le dit le Très-Haut (traduction rapprochée) : 
 
«Nul malheur n' atteint (l'homme) que par la permission d'Allâh. Et quiconque croit en Allâh, (Allâh) guide son cœur. Allâh est Omniscient. » (sourate 64 verset 11 )
 
Ils (les exégètes) disent que ce verset concerne l'homme qu'un malheur atteint et qui reste satisfait et soumis parce qu'il sait que cela provient d'Allâh.
 
La deuxième manière consiste à employer «law» pour enseigner un savoir utile
 
C'est le cas dans ce verset (traduction rapprochée) : 
 
«Si il y avait dans le ciel et la terre des divinités autres qu'Allâh, tous deux seraient certes dans le désordre.» (sourate 22 verset 22 )
 
ou pour expliquer (l'importance) d'aimer le bien et le vouloir.
 
Ce qui est le cas dans des propos comme : «Si je disposais d'une fortune égale à celle d'untel, je ferais comme lui». 
 
Ceci est bien permis.
 
Les propos du Prophète صلى الله عليه وسلم : «Si seulement Moïse avait su être patient pour qu'Allâh nous eût raconté leur affaire» relève de ce chapitre. 
 
C'est comme la parole du Très-Haut (traduction rapprochée) : 
 
«ils souhaitent que tu adoucisses (ta position à leur égard) afin qu'ils puissent en faire de même.»
 
En effet, notre Prophète a aimé qu'Allâh eût raconté l'intégralité du récit.
 
Il n'a donc employé «law» que pour exprimer son amour pour la patience qui l'aurait entraîné. 
 
Il a fait connaître ce qui est utile, mais n'entendait pas exprimer la tristesse ou le chagrin et ne voulait surtout pas manquer au devoir de rester ferme devant le destin.
 
Et Allâh sait le mieux.
 
Madjmu' Fatawal-kubra d'Ibn Taymiyyah, 1033
Publié par al-bayan.fr

وسئل شيخ الإسلام ابن تيمية : عمن سمع رجلا يقول لو كنت فعلت كذا لم يجر عليك شيء من هذا فقال له رجل آخر سمعه هذه الكلمة قد نهى النبي صلى الله عليه وسلم عنها وهي كلمة تؤدي قائلها إلى الكفر فقال رجل آخر قال النبي صلى الله عليه وسلم في قصة موسى مع الخضر " يرحم الله موسى وددنا لو كان صبر حتى يقص الله علينا من أمرهما " واستدل الآخر بقوله صلى الله عليه وسلم

 المؤمن القوي خير وأحب إلى الله من المؤمن الضعيف

 إلى أن قال

 فإن كلمة لو تفتح عمل الشيطان

فهل هذا ناسخ لهذا أم لا ؟

فأجاب:  الحمد لله جميع ما قاله الله ورسوله حق و لو تستعمل على وجهين
أحدهما على وجه الحزن على الماضي والجزع من المقدور فهذا هو الذي نهى عنه كما قال تعالى

 يا أيها الذين آمنوا لا تكونوا كالذين كفروا وقالوا لإخوانهم إذا ضربوا في الأرض أو كانوا غزى لو كانوا عندنا ما ماتوا وما قتلوا ليجعل الله ذلك حسرة في قلوبهم

وهذا هو الذي نهى عنه النبي صلى الله عليه وسلم حيث قال

 وإن أصابك شيء فلا تقل لو أني فعلت لكان كذا وكذا ولكن قل : قدر الله وما شاء فعل

فإن لو تفتح عمل الشيطان " أي تفتح عليك الحزن والجزع وذلك بضر ولا ينفع بل اعلم أن ما أصابك لم يكن ليخطئك وما أخطأك لم يكن ليصيبك كما قال تعالى

 ما أصاب من مصيبة إلا بإذن الله ومن يؤمن بالله يهد قلبه

قالوا : هو الرجل تصيبه المصيبة فيعلم أنها من عند الله فيرضى ويسلم

والوجه الثاني أن يقال لو لبيان علم نافع كقوله تعالى

 لو كان فيهما آلهة إلا الله لفسدتا

ولبيان محبة الخير وإرادته كقوله : " لو أن لي مثل ما لفلان لعملت مثل ما يعمل " ونحوه جائز . وقول النبي صلى الله عليه وسلم

 وددت لو أن موسى صبر ليقص الله علينا من خبرهما

هو من هذا الباب كقوله

 ودوا لو تدهن فيدهنون

فإن نبينا صلى الله عليه وسلم أحب أن يقص الله خبرهما فذكرهما لبيان محبته للصبر المترتب عليه فعرفه ما يكون لما في ذلك من المنفعة ولم يكن في ذلك جزع ولا حزن ولا ترك لما يحب من الصبر على المقدور . وقوله : " وددت لو أن موسى صبر " قال النحاة : تقدير وددت أن موسى صبر . وكذلك قوله

ودوا لو تدهن فيدهنون

تقديره ودوا أن تدهن وقال بعضهم : بل هي لو شرطية وجوابها محذوف والمعنى على التقديرين معلوم وهو محبة ذلك الفعل وإرادته ومحبة الخير وإرادته محمود والحزن والجزع وترك الصبر مذموم والله أعلم

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>