compteur de visite

Catégories

9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 22:00
La fête des mères ?

Nous avons jugé opportun de faire connaître à l'ensemble de nos frères et soeurs une fatwa importante ayant trait à ce qui s'appelle "la fête des mères".


Est-elle légiférée ?

Même si cela part d'une très bonne intention, est-ce suffisant pour que cet acte soit accepté auprès d'Allah ?

Enfin, nos mères, qu'Allah les préserve, ne méritent-elles pas plus de considération que ce simple jour de fête qui n'a rien à voir avec notre religion ?

La Louange est à Allah, il nous a été ordonné d'être obéissants envers nos parents et en particulier envers nos mères.

Il ne s'agit pas de lui faire plaisir un jour et de l'oublier une fois ce jour passé.

Certaines personnes, qu'Allah nous en préserve, leur rendent visite qu'à ces occasions innovées (fêtes des mères, de Noël, anniversaires et autres) puis c'est tout. Sans parler des maisons de retraîte !

Est-ce celà le message de l'Islam ?

Bien sûr que non, au contraire.

Pour terminer cette introduction, nous allons évoquer un hadith de notre prophète, sala Allah 'alayhi wa salam, qui met en évidence la place de la mère en Islam, celle qui nous a enfantés dans la douleur, qui ne dormait pas quand nous ne dormions pas, qui ne mangeait pas quand nous ne mangions pas, qui nous préservait quand nous ne la préservions pas, qui nous protégeait quand nous ne la protégions pas, qui s'inquiétait quand nous nous inquiétions pas d'elles, qui, qui..., la liste est longue tant son amour pour nous est indéfini par la grâce d'Allah.

Qu'Allah nous pardonne notre mauvais comportement envers elles, ne serait-ce un "ouf" ou un visage triste en face d'elles, qu'Il leur récompense de la meilleure des récompenses :

« Un homme vint chez le prophète, صلى الله عليه وسلم, et lui demanda : 
- "Ô messager d'Allah, quelle est la personne qui mérite le plus ma bonne compagnie ?" 
- " ta mère " 
- " ensuite, qui ? "
- " ta mère " 
- " ensuite, qui ? " 
- " ta mère " 
- " ensuite, qui ? " 
- " ton père " »
64f5sfl7rlw
Voici la question qui a été posée à Cheikh Al-Uthaymîn, qu'Allah lui fasse miséricorde, lisons ce qu'il répondit et Allah est le détenteur du succès :

Question :

Quel est le statut religieux en ce qui concerne "la fête des mères" ?


Réponse  :

Certes, toutes les fêtes qui ne sont pas en conformité avec les fêtes légiférées par Allah relèvent des fêtes innovées.
 
Elles n'étaient pas connues à l'époque de nos pieux prédécesseurs (As-salaf Assâlih). 

Il se peut même que leurs origines proviennent des non-musulmans, auquel cas viendrait s'y ajouter l'innovation de la volonté de ressembler aux ennemis d'Allah, Exalté soit-Il. 

Les fêtes légiférées par Allah sont connues auprès des gens de l'Islam : 

« 'idu-l-fitr » (fête suivant la fin du mois de ramadhan). 
« 
'idu-l-adha » (jour du sacrifice de la bête).
« 
'idu-l-ousbou' » (fête hebdomadaire soit le vendredi). 
 
et en dehors de ces trois fêtes-là, il n'exite aucune autre fête. 

Toutes les fêtes innovées en dehors de ces fêtes-là sont donc rejetées à la face de celui qui les a initiées et n'ont aucune valeur (fausses) dans la religion d'Allah, Exalté soit-Il, conformément à la parole du prophète,  صلى الله عليه وسلم :

"Celui qui a initié un acte innové ne faisant pas partie de notre religion est rejeté" [1], rejeté signifiant non accepté auprès d'Allah et dans une autre version : 

"Celui qui fait un acte ne faisant pas partie de notre religion est rejeté". 

Suite à celà, il est donc interdit de célébrer la fête qui est mentionnée dans la question, à savoir la fête des mères.

Il n'y est pas autorisé d'exprimer des sensations propres aux fêtes, tels que la joie, le fait d'offrir des cadeaux et tout ce qui ressemble à celà. 

Il est obligatoire à tout musulman d'être fier de sa religion, et de s'arrêter aux limites qu'Allah, le Très-Haut, ainsi que Son messager,  صلى الله عليه وسلم, lui ont fixées.

Rien ne doit être ajouté, ni enlevé dans cette noble religion qui est agréee auprès d'Allah, le Très-Haut.

Il est également du devoir de tout musulman de ne pas se comporter comme une girouette qui se dirige en fonction du vent comme il est de son devoir de former sa propre personnalité en fonction de ce qu'implique la religion d'Allah, le Très-Haut, de sorte qu'il soit suivi et non pas un suiveur, qu'il soit un exemple et non pas un imitateur car la religion d'Allah, et la louange est à Lui, est parfaite à tous les égards. 

Allah, Exalté soit-Il, nous dit dans le Coran (traduction rapprochée) : 

« Aujourd'hui, j'ai parachevé pour vous votre religion et accompli sur vous Mon bienfait. Et j'agrée l'Islam comme religion pour vous » [2]

S'il y a une personne qui mérite qu'on lui accorde plus qu'un seul jour de fête dans l'année, c'est bien la mère.

Plus encore, les mères ont des droits sur leurs enfants, notamment le fait qu'ils doivent prendre soin d'elles, se préoccuper d'elles et de leur obéir quand ceci ne mène pas à la désobéissance à Allah, et ceci quelque soient le temps ou le lieu.

 

[1] Bukhâri, 1297
[2] Sourate Al-Mâidah, verset 3

 

Source : Fatawa arkân al-islâm, Question 90, Page 174.

Auteur : Sheikh Al-'Uthaimîn ; qu'Allah lui fasse miséricorde.
Traduction : Abou Abdillah.

copié de sounna.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 22:00
Le jugement de l’abandon de la prière en commun et celle du vendredi

Question :

 

Il nous est parvenu, dans un hadith, dans lequel Ibn Abâs a été questionné sur un homme qui se lève pour la prière de la nuit et jeûne le jour, mais qui n´assiste pas à la prière du vendredi ni à celle en commun (à la mosquée).

 

Il répondit : «Il est en enfer».

 

Quel est l´authenticité de ce hadith ?  

 

Réponse : 

 

Ce athar (vestige) d´Ibn Abâs رضي الله عنهما est reconnu comme véridique.

 

Il nous informe que le fait de délaisser la prière du vendredi et celle en commun fait partie des raisons qui mèneront l´homme en enfer (qu´Allâh nous en préserve).

 

Il a également été authentifié que le messager d´Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Que les gens cessent de rater la prière du vendredi de peur qu´Allâh ne scelle leur cœur et qu´ils ne soient du nombre des inconscients.»

Rapporté par Muslim 1432

 

Le messager d´Allâh عليه الصلاة والسلام a dit :

 

«celui qui a délaissé la prière du vendredi trois fois, Allâh scellera son cœur.»

Rapporté par Abou Daoud 888

 

Le messager d´Allâh عليه الصلاة والسلام a également dit : 

 

«Celui qui entend l´appel à la prière et ne s'y joint pas, sa prière ne sera pas acceptée sauf avec une excuse.»

Rapporté par Ibn Majâh 785

 

Il est donc obligatoire pour le musulman, de s´empresser de répondre à l´appel de la prière du vendredi et de celle en commun (à la mosquée ),et qu´il ne tarde pas.

 

Car s´il s´attarde sans aucune raison valable, il sera promis à l´enfer même s'il jeûne le jour et se lève pour prier la nuit.

 

Nous implorons Allâh de nous donner ainsi qu´à tous les musulmans la paix et la bonne santé de tout mal.

 

Tome 10 page 252

Publié par fatawaislam.com

ما صحة حديث ابن عباس عن رجل يقوم الليل ويصوم النهار ولا يشهد الجمعة والجماعة؟

ورد في الحديث: سُئِل ابن عباس رضي الله عنهما عن رجل يقوم الليل ويصوم النهار، ولكنه لا يشهد الجمعة والجماعة، فقال: هو في النار، ما صحة هذا الحديث الشريف؟

هذا الأثر معروف عن ابن عباس، وصحيح عنه رضي الله عنهما، وهو يدل على أن إضاعة الجمعة والجماعة من أسباب دخول النار، والعياذ بالله

وقد صح عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أنه قال

لينتهين أقوام عن تركهم الجُمُعات أو ليختمن على قلوبهم، ثم ليكونن من الغافلين

 أخرجه مسلم في كتاب الجمعة، باب التغليظ في ترك الجمعة برقم 1432

خرجه مسلم في صحيحه عن أبي هريرة وابن عمر رضي الله عنهم، وخرج أبو داود بإسناد  صحيح عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال عليه الصلاة والسلام

 من ترك ثلاث جمع تهاوناً بها طبع الله على قلبه

 أخرجه أبو داود في كتاب الصلاة، باب التشديد في ترك الجمعة برقم 888

 وقال عليه الصلاة والسلام

من سمع النداء ولم يأت فلا صلاة له إلا من عذر

أخرجه ابن ماجه في كتاب المساجد، باب التغليظ في التخلف عن الجماعة برقم 785

فالواجب على المسلم البدار بإجابة النداء للجمعة والجماعة، وأن لا يتأخر عن ذلك، ومتى تأخر عن ذلك بغير عذر شرعي - كالمرض والخوف - فهو متوعد بالنار ولو كان يصوم النهار ويقوم الليل. نسأل الله لنا ولجميع المسلمين السلامة والعافية من كل سوء

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 23:17
La prière du vendredi pour la femme

Question :

 

Quel est l'avis religieux au sujet de la prière de vendredi pour une femme ?

 

Lui revient-il de la faire avant ou après la prière faite par les hommes ou simplement de l'effectuer avec eux ?

 

Réponse 2 :

 

La prière du vendredi n'est pas obligatoire pour une femme.

 

Cependant, la prière de vendredi qu'elle fait à la mosquée est valable.

 

Si en revanche, elle effectue la prière dans sa demeure, il lui incombe de faire la prière de Zhouhr en effectuant quatre rak`as et ce après l'entrée en vigueur du moment de la prière prescrite, c’est-à-dire après le soleil ait quitté le zénith.

 

Il ne lui est pas permis de faire la prière du vendredi chez elle pour les raisons invoquées.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 2 de la Fatwa numéro (4147)

Publié par alifta.net

الجمعة في القرية

س: ما حكم أداء المرأة لصلاة الجمعة، وهل تكون قبل أو بعد صلاة الرجال أو معهم؟

ج2: لا تجب الجمعة على المرأة لكن إذا صلت المرأة مع الإمام صلاة الجمعة فصلاتها صحيحة، وإذا صلت في بيتها فإنها تصلي ظهرًا أربعًا، ويكون بعد دخول الوقت، أي بعد زوال الشمس، ولا يجوز أن تصلي الجمعة لما تقدم.وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الثاني من الفتوى رقم - 4147

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 18:02
Fêter les anniversaires
Le Chaykh a été questionné :
 
Quel est le jugement au sujet des anniversaires ?
 
Réponse :
 
D'après ce qui ressort de la question, c'est que ce qui est voulu (par) «'îdu-lmîlâd» c'est (l'anniversaire de) l'homme.
 
Chaque fois q'une année s'écoule (à compter du jour de) sa naissance, (les gens lui) innovent une fête au cours de laquelle se rassemblent les membres de la famille autour d'un grand ou petit festin.
 
Et mon avis en cela, c'est (son) interdiction car, en Islâm, il n'y a pas de fête ('îd) pour une quelconque occasion hormis :
 
-la fête du sacrifice عيد الأضحى,
-celle de la rupture du jeûne de Ramadân عيد الفطر,
-et l'évènement hebdomadaire qui est le jour du vendredi يوم الجمعة.
 
Et dans les «Sunan» de Nisâ î, d'après Anas Ibn Mâlik رضي الله عنه, les gens de l'époque de l'ignorance avaient deux jours dans l'année durant lesquels ils se divertissaient et lorsque arriva le Prophète صلى الله عليه وسلم à Médine il dit :
 
«Vous aviez deux jours durant lesquels vous vous divertissiez mais (désormais,) Allâh vous les a changé en mieux que cela : La fête de la rupture et celle du sacrifice.»
 
Et (fêter les anniversaires,) risque d'ouvrir une porte à l'innovation (bid'ah) comme ce qui pourrait être dit :

«Si fêter l'anniversaire du nouveau-né est permis alors sa permission pour le Messager d'Allâh
صلى الله عليه وسلم est prioritaire.»
 
Et toute chose dont on ouvre la porte et qui mène à une interdiction est (elle-même) interdite.
 
Et c'est Allâh qui accorde la Succès.
 
Madjmû' fatâwâ wa rasâ il fadîlat 355
 Publié par 3ilmchar3i.net
 

 

حكم أعياد الميلاد

‏ سئل فضيلة الشيخ ‏:‏ عن حكم أعياد الميلاد‏ ؟‏

فأجاب بقوله ‏:‏ يظهر من السؤال أن المراد بعيد الميلاد عيد ميلاد الإنسان ، كلما دارت السنة من ميلاده أحدثوا له عيداً تجتمع فيه أفراد العائلة على مأدبة كبيرة أو صغيرة‏
وقولي في ذلك أنه ممنوع لأنه ليس في الإسلام عيد لأي مناسبة سوى عيد الأضحى ، وعيد الفطر من رمضان ، وعيد الأسبوع وهو يوم الجمعة وفي سنن النسائي عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال ‏:‏كان لأهل الجاهلية، يومان في كل سنة يلعبون فيهما فلما قدم النبي ، صلى الله عليه وسلم، المدينة قال ‏

كان لكم يومان تلعبون فيهما وقد بدلكم الله بهما خيراً منهما يوم الفطر ويوم الأضحى‏

‏ولأن هذا يفتح باباً إلى البدع مثل أن يقول ‏:‏ قائل ‏:‏ إذا جاز العيد لمولد المولود فجوازه لرسول الله ، صلى الله عليه وسلم ، أولى وكل ما فتح باباً للمنوع كان ممنوعاً ‏

والله الموفق

 مجموع فتاوى ورسائل فضيلة 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 21:54
Quelle est la règle religieuse concernant les sermons (khoutba) dans une autre langue que l’arabe ? (audio)

Ce qui est vrai dans ce cas-là, c'est qu'il n'est pas autorisé à la personne qui fait le sermon du vendredi de parler dans une langue qui n'est pas comprise par les personnes présentes en dehors de lui.

 

Par exemple, si les personnes présentes ne sont pas Arabes et ne comprennent pas la langue arabe alors la personne qui fait le sermon doit le faire dans leur langue car cette dernière est le moyen de leur expliquer la religion.

 

Car le but du sermon est de montrer les limites d'Allâh سبحانه وتعالى aux gens, de les exhorter et leur montrer la voie.

 

Par contre, les versets du Coran doivent impérativement être dits en langue arabe et l'explication (tafsir) doit être fait dans la langue des gens présents.

 

Et ce qui indique que la personne qui fait le prêche du vendredi doit s'exprimer dans la langue des gens présents se trouve dans la parole d'Allâh تعالى (traduction rapprochée) :

 

"Et Nous n'avons envoyé de Messager qu'avec la langue de son peuple, afin de les éclairer" (Sourate Ibrahim, verset 4)

 

Allâh تعالى a donc indiqué que le moyen de montrer aux gens à qui la personne qui fait le sermon s'adresse peut se faire par la langue qu'ils comprennent.

 

Traduction partielle de l'audio (de 00mn18s à 01mn18s) par Abu Abdillah

Publié par sounna.com

 الصحيح في هذه المسألة أنه يجوز لخطيب الجمعة أن يخطب باللسان الذي لا  يفهم الحاضرون غيره، فإذا كان هؤلاء القوم ليسوا بعرب ولا يعرفون اللغة العربية فإنه يخطب بلسانهم؛ لأن هذا هو وسيلة البيان لهم، والمقصود من الخطبة هو بيان حدود الله سبحانه وتعالى للعباد ووعظهم وإرشادهم، إلا أن الآيات القرآنية يجب أن تكون باللغة العربية، ثم تفسر بلغة القوم. يدل على أنه يخطب بلسان القوم ولغتهم قوله تعالى

وما أرسلنا من رسول إلا بلسان قومه ليبين لهم

فبين الله تعالى أن وسيلة البيان إنما تكون باللسان الذي يفهمه المخاطبون

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 20:37
Le «sacrifice de l' ’aîd», une obligation ou une sounnah ?

Question :


Est-ce que le sacrifice est obligatoire ou simplement une sounnah ?  

Réponse :
 
C'est une Sounnah fortement recommandée.

Car le Prophète
صلى الله عليه وسلم a poursuivi (cette pratique) dans le sacrifice pendant 10 ans.

Il a encouragé à cette pratique jusqu'à ce qu'il dise : 
 
من كان له سعة ولم يضح فلا يقرب مصلانا

«Celui qui a les moyens (de sacrifier) et qui ne le fait pas, qu'il n'approche pas nos lieux de prière.»
Rapporté par Ahmad, Ibn Mâdjah, ad-Darâqutnî, al-Hâkim selon Abî Hurayra - Considéré comme bon par L'Imâm al-Albânî dans « Sahîh at-Targhîb »

Il nous fait voir à travers cela que c'est une pratique légiférée, il sortait avec les bêtes à sacrifier jusqu'au lieu de prière, et les immolait en ce lieu.
 
Et c'est pour cela qu'ont divergé les Savants sur son caractère obligatoire ou fortement recommandé.

Abû Hanîfa
رحمه الله et ses compagnons ont opté pour son obligation, et celui qui en avait les capacités sans pour autant le faire est pêcheur.

SHeikh al-Islâm (Ibn Taymiyyah) a penché pour cet avis.

Car cette pratique claire est comparable à la prière tels que les dires d'Allâh
تعالى :
 
فَصَلِّ لِرَبِّكَ وَٱنۡحَرۡ
 
(traduction rapprochée)

«Accomplis la Salâ pour ton Seigneur et sacrifie.» [Sourate al-Kawthar, v-2]

Et :
 
قُلۡ إِنَّ صَلَاتِى وَنُسُكِى وَمَحۡيَاىَ وَمَمَاتِى لِلَّهِ رَبِّ ٱلۡعَـٰلَمِينَ
 لَا شَرِيكَ لَهُ ۥ‌ۖ وَبِذَٲلِكَ أُمِرۡتُ وَأَنَا۟ أَوَّلُ ٱلۡمُسۡلِمِينَ
 
(traduction rapprochée)

«Dis : En vérité, ma Salâ, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» [Sourate al-An'âm, v-162-163]

Et l'opinion qui affirme l'obligation pour celui qui en a les capacités est forte.

Car beaucoup de preuves indiquent l'attention qu'Allâh a porté à cette pratique, et l'importance qu'Il lui a donné.
 

Ach-Charh ul-Moumti' 'ala Zâd il-Moustaqni' - الشرح الممتع على زاد المستقنع

7/517-518

 Publié par manhajulhaqq.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 09:48
Lire la sourate al kahf (la caverne) le vendredi (audio)

 

Question :


A quel moment s'effectue la sounnah de la lecture de sourate al kahf du jour de vendredi ?
  

ponse :


Elle s'effectue dans la journée du vendredi, et il est connu que la journée s'étend du lever du soleil (Salat al fajr) au coucher du soleil ( Salat al maghreb).
 

article separator1

Abou Sa'îd Al-Khoudrî, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d'Allah – prière et salut sur lui - a dit: 

 


copié de ahloulhadith.typepad.com

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 20:16
Célébrer les fêtes innovées et non-musulmanes
Concernant la participation aux fêtes et cérémonies non musulmanes
 
Cheikh Muhammad Salih al-Outhaymine a dit :

« quiconque commet une chose pareille, c'est-à-dire - la participation à leurs cérémonies, est un pécheur, qu'il le fasse par courtoisie ou par affection ou par timidité ou pour d'autres raisons, parce qu'il s'agit de faire des concessions dans la religion d'Allah et parce que c'est un moyen de remonter le moral aux mécréants et de les rendre fiers de leur religion."
 
Source : Madjmou fatawa Ibn Outhaymine, 3/110.
 
article separator1
 
Concernant les fêtes musulmanes
 
Cheikh Muhammad Salih al-Outhaymine a dit :  

"qu'en dehors de ces trois fêtes-là, il n'exite aucune autre fête" :

- « 'idu-l-fitr » (fête suivant la fin du mois de ramadhan).
-  « 'idu-l-adha » (jour du sacrifice de la bête).
-  « 'idu-l-ousbou' » (fête hebdomadaire soit le vendredi).
 
Toutes les fêtes innovées en dehors de ces fêtes-là sont donc rejetées à la face de celui qui les a initiées et n'ont aucune valeur (fausses) dans la religion d'Allah, Exalté soit-Il, conformément à la parole du prophète, صلى الله عليه وسلم :

"Celui qui a initié un acte innové ne faisant pas partie de notre religion est rejeté" [1]

rejeté signifiant non accepté auprès d'Allah et dans une autre version : 

"Celui qui fait un acte ne faisant pas partie de notre religion est rejeté".
 
[1] Bukhâri, 1297
 
Source extrait de : Fatawa arkân al-islâm, Question 90, Page 174. 
copié de avertissement.over-blog.net
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 14:45
L'immolation de la bête le jour de 'aîd
Il a été demandé à Sheikh Al-islam Ibn Taymiya (rahimahu Allah ) :
 
Quelles paroles devons-nous prononcer au moment d'immoler une bête ?
 
Comment l'égorger et comment la partager ?
 
Il a répondu :
 
Louanges à Allah.
 
En ce qui concerne "Al-Odhiya" (la bête à immoler), on la dirige vers la qibla, étendue sur le côté gauche, et on dit: :
 
« Bismillah wa Allahu akbar, Allahomma taqabbal minni, kama taqabbalta min Ibrahim khaliluka »
 
« Au nom d'Allah, et Allah est le Plus Grand, Ô Allah accepte cela de moi comme tu l'as accepté d'Ibrahim ton ami intime (khalil) »
 
Et après l'avoir immolée, on dit:
 
إِنِّي وَجَّهْتُ وَجْهِيَ لِلَّذِي فَطَرَ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضَ حَنِيفًا ۖ وَمَا أَنَا مِنَ الْمُشْرِكِينَ
 
« Je tourne mon visage exclusivement vers Celui qui a créé (à partir du néant) les cieux et la terre; et je ne suis point de ceux qui Lui donnent des associés.» (Sourate al an'am, verset 79)
 
قُلْ إِنَّ صَلَاتِي وَنُسُكِي وَمَحْيَايَ وَمَمَاتِي لِلَّـهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ
لَا شَرِيكَ لَهُ ۖ وَبِذَٰلِكَ أُمِرْتُ وَأَنَا أَوَّلُ الْمُسْلِمِينَ
 
« Dis: "En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers, A Lui nul associé! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.". »
(Sourate al an'am, verset 162-163)
 
En ce qui concerne le partage, il offre en guise d'aumône (sadaqa) le tiers de la bête.

Ensuite il offre tout simplement le deuxième tiers pour qu'au final lui revienne le derniers tiers. 

 
Mais s'il le souhaite, il peut soit offrir cette bête dans son intégrité, soit la manger dans son intégrité ou alors la cuisiner dans son intégrité en invitant des gens par la suite, tout cela lui est légiféré. 
 
Il rémunère le boucher par ses propres moyens. 
 
Concernant la peau de la bête, soit il l'utilise ou alors il l'offre.
 
Wallahou 3a'lam (et Allah est le plus savant),
 
Majmou' al fatawa
copié de alminhadj.fr
 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 11:28
Les félicitations à l’occasion de la fête de l’aïd

Question :

 

Un frère de Washington dit dans sa question : « les gens disent lorsqu'ils félicitent leurs frères à l'occasion de la fête de l'Aïd :

 

Taqabal-Allah minnâ wa minkoûm al a'mal as-saliha "

 

[Puisse Allah accepter nos bonnes actions et les vôtres]

 

Ô votre éminente bienveillance, n'est-il pas préférable que la personne fasse des invocations [afin qu'Allah veuille bien accepter] chacune de nos actions (et pas seulement les bonnes actions)...? »

Y a-t-il une invocation légiférée spécifique pour ce genre d'occasion ?
 


Réponse :
 
Il n'y aucune gêne à ce que le musulman dise à son frère le jour de l'Aïd ou en dehors de ce jour :
 

 

تقبل الله منا ومنك أعمالنا الصالحة

" Taqabal-Allah minnâ wa minka a3malounaas-saliha"

[Puisse Allah accepter nos bonnes actions et les vôtres]

 

 

D'ailleurs, je n'ai pas connaissance de l'existence d'un récit à ce propos ?

Cependant, le croyant doit invoquer [Allah] en faveur de son frère par en formulant des invocations agréables, selon les nombreuses preuves qui ont été rapporté à ce sujet.

Et Allah est Celui qui facilite.

 

التهنئة بالعيد
الأخ (ص.م.م) من واشنطن، يقول في سؤاله: يقول الناس في تهنئة بعضهم البعض يوم العيد: (تقبل الله منا ومنكم الأعمال الصالحة) أليس من الأفضل يا سماحة الوالد أن يدعو الإنسان بتقبل جميع الأعمال؟ وهل هناك دعاء مشروع في مثل هذه المناسبة؟
لا حرج أن يقول المسلم لأخيه في يوم العيد أو غيره تقبل الله منا ومنك أعمالنا الصالحة، ولا أعلم في هذا شيئاً منصوصاً، وإنما يدعو المؤمن لأخيه بالدعوات الطيبة؛ لأدلة كثيرة وردت في ذلك، والله الموفق
مجموع فتاوى ومقالات متنوعة المجلد الثالث عشر
Source : www.binbaz.org.sa 
Traduction rapprochée : Abu Hamza Al Djazairy - - 01 Shawal, 1428 / 13-10-2007  
copié de alghourabaa.free.fr
 

         Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées