compteur de visite

Catégories

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 11:43
Dispenser des cours avant le sermon du vendredi (vidéo)

Question :

 

Dans la mosquée de mon quartier, l’imam se contente de diriger les cinq prières quotidiennes ainsi que le sermon et la prière du vendredi.

 

Il ne donne pas de cours hebdomadaires.

 

Je lui ai alors demandé la permission de donner des cours sur le thème du monothéisme.

 

Il a approuvé, à condition néanmoins que je le fasse les vendredis avant le sermon du vendredi, du fait qu’à ce moment-là l’affluence de ceux qui viennent accomplir la prière est grande.

 

Que me conseillez-vous ?

 

Réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Au-delà des conditions que doit réunir celui qui dirige une assemblée de savoir et d’orientation, les disciplines de la charia se résument en cette phrase : «Allâh dit, le Prophète dit».  

 

«Le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسلَّم a interdit aux gens de constituer des cercles pour l’apprentissage avant le sermon du vendredi.»  

Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de «La prière», par l’intermédiaire de `Abd Allâh Ibn `Amr رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Sahîh Al-Djâmi` (hadith 6885).

 

Alors, comment celui qui appelle au monothéisme par la parole peut-il faire un acte contraire à ce que prescrit la charia ?

 

Se conformer à la Révélation et observer les préceptes de la charia entrent dans le cadre de la foi en l’unicité d’Allâh.

 

مَنْ يُطِعِ الرَّسُولَ فَقَدْ أَطَاعَ اللهَ

sens approximatif du verset :

 

«Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Allâh» (An-Nîssa, v.180)

 

قُلْ أَطِيعُوا اللهَ وَالرَّسُولَ فَإِنْ تَوَلَّوْا فَإِنَّ اللهَ لاَ يُحِبُّ الْكَافِرِينَ

sens approximatif du verset :

 

«Dis: «Obéissez à Allâh et au Messager. Et si vous tournez le dos… alors Allâh n’aime pas les infidèles» (Al-’Imrân, v.32)

 

اتَّبِعُوا مَا أُنْزِلَ إِلَيْكُمْ مِنْ رَبِّكُمْ وَلاَ تَتَّبِعُوا مِنْ دُونِهِ أَوْلِيَاءَ

sens approximatif du verset :

 

« Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d’autres alliés que Lui» (Al-A`râf, v.3)

 

En définitive, il n’y a de salut de la colère d’Allâh que par la foi en l’unicité d’Allâh et par l’observance des préceptes transmis par le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم.

 

Nous ne devons nous référer qu’à ces deux seules sources et rejeter ce qui nous vient des autres.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 23 El-Mouharram 1427 H, Correspondant au 22 février 2006 G

Publié par ferkous.com

       

في التدريس يوم الجمعة قبل الخطبة

السؤال: لنا إمام في مسجدنا يقتصر نشاطه على إقامة الصلوات الخمس، وخطبة الجمعة، ولا يلقي دروسا أسبوعية، فاستأذنته في إقامة دروس في التوحيد فأذن شريطة أن تكون هذه الدروس يوم الجمعة قبل الخطبة بحجة كثرة المصلين في هذا الوقت، فما هي نصيحتكم؟

الجواب: الحمد لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على من أرسله الله رحمة للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين وسلم تسليما، أما بعد

فإنه بغض النظر عن الشروط المؤهلة لتصدر مجالس العلم والتوجيه، فإنَّ العلم الشرعي هو: "قال الله قال رسوله"، وقد "نهى النبي صلى الله عليه وآله وسلم عن التحلق قبل الجمعة"(١) فكيف يدعو الموجه إلى التوحيد بقوله ما يخالف العلم بفعله؟ لذلك كان اتباع الوحي، والتزام العمل بالنصوص الشرعية من مقتضى توحيد الله والإيمان به قال تعالى

مَّنْ يُطِعِ الرَّسُولَ فَقَدْ أَطَاعَ اللّهَ-النساء: 80

وقال تعالى

قُلْ أَطِيعُواْ اللّهَ وَالرَّسُولَ فإِن تَوَلَّوْاْ فَإِنَّ اللّهَ لاَ يُحِبُّ الْكَافِرِينَ-آل عمران: 32

وقال تعالى

اتَّبِعُواْ مَا أُنزِلَ إِلَيْكُم مِّن رَّبِّكُمْ وَلاَ تَتَّبِعُواْ مِن دُونِهِ أَوْلِيَاء-الأعراف: 3

، فلا نجاة من الله إلا بتوحيدين: توحيد المُرسِل، وتوحيد متابعة الرسول، فلا يُحاكم إلى غيره، ولا ترضى بحكم غيره

والعلم عند الله تعالى، وآخر دعوانا أن الحمد لله رب العالمين وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين وسلم تسليما

الجزائر في: 23 محرم 1427ﻫ

الموافق لـ: 22 فبراير 2006م

١- أخرجه أبو داود في الصلاة (1081)، من حديث عبد الله بن عمرو رضي الله عنه. وصححه الألباني في صحيح الجامع 6885

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 09:50
Le jour du vendredi

Le Messager d'Allah صلّى الله عليه و سّلم a dit:

 

''Allah a égaré du vendredi ceux qui étaient avant nous et donc les juifs ont eu le samedi et les chrétiens le dimanche puis Allah nous a créés et nous a guidés vers le vendredi et a donc a fait le vendredi puis le samedi puis le dimanche et de même ils viennent après nous le Jour de la Résurrection.

Nous sommes les derniers parmi les gens de ce Bas-Monde et les premiers le Jour de la Résurrection et les premiers à être jugés avant le reste des gens''.

Hadîth dans l'Authentique de Mouslim

 

-Le premier jour de la semaine dans la Législation est le vendredi.

 

-Les juifs viennent après nous le samedi et les chrétiens le dimanche, ils sont après nous donc dans ces jours cités comme ils sont après notre communauté le Jour de la Résurrection car ils sont après cette communauté dans le Compte et la Balance et le Jugement et l'entrée au Paradis etc.

 

voir l'explication de l'Authentique de Mouslim v.17 p.183 et 184.

copié de twitter.com/mehdimaghribi

 

Cheikh Mohamed ibn 'Aly ibn Adam al-Ithyoûby - الشيخ محمد بن علي بن آدم الأثيوبي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 01:27
Le discours du sermonnaire et le comportement de l'auditeur

Question :

 

Nous avons vu un imam dans la ville d'Al-Blida dire aux musulmans du haut de sa chaire (Minbar) :

 

"Croyez en Allah Seul"

 

et les voix des musulmans de s'élever par le Tahlîl (fait de dire : "Lâ Ilâha Illa Allah", il n'y a point de divinité à part Allah) et le Takbîr (fait de dire : "Allahou Akbar", Allah est Grand).

 

L'imam a-t-il le droit de leur dire cela ?

 

Ont-ils le droit de faire le Tahlîl ?

 

Quel est le sens du Hadith qui dit :

 

"Si, le vendredi, pendant que l'imam prêche, vous dites à votre voisin : "Tais-toi", vous aurez ainsi dit une futilité ?"

 

Nous aimerions avoir la réponse.

 

Que le salut et la miséricorde d'Allah soient sur vous.

 

Réponse :

 

-Premièrement

 

Si, en disant à l'assistance : "Croyez en Allah Seul", l'intention de l'imam est de les guider vers ce qui est obligatoire, à savoir de croire en Allah dans Sa Seigneurie, Sa Divinité, Ses Noms et Ses Attributs, afin qu'ils y croient et non qu'ils lui répondent à haute voix avec le Tahlîl et le Takbîr, nous dirons qu'ils ont saisi ce qu'il a voulu dire autrement.

 

Voilà pourquoi ils lui ont répondu oralement en élevant ces voix.

 

Là, il n'y a pas de grief à lui faire.

 

Quant à eux, ils sont dans l'erreur parce qu'ils ont mal compris et ont élevé leurs voix.

 

Il doit les conseiller et les guider vers le message qu'il a voulu transmettre afin qu'ils ne répètent plus cela une autre fois.

 

Mais, si son intention est qu'ils lui répondent à l'instant par le Tahlîl et le Takbîr en élevant leurs voix, il devient pour cela fautif et innovateur et il en est de même pour eux.

 

Car nous n'avons pas connaissance que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) fit cela lors de ses prêches ni les Califes bien guidés ni ceux qui furent leurs auditeurs.

 

Mais l'orateur interrogeait certains dans la mosquée sur une affaire les concernant, comme ce que fit le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) avec Salîk lorsqu'il entra dans la mosquée au moment où le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) prêchait.

 

Il s'assit sans avoir accompli la prière de salutation de la mosquée.

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui ordonna de se lever et d'accomplir deux unités de prière.

 

Ce fut également le cas avec un bédouin qui se plaignit de la sécheresse et qui demanda au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) d'implorer Allah (Exalté soit-Il) afin qu'Il fasse tomber la pluie.

 

Le Prophète d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) implora son Seigneur et la pluie tomba.

 

La pluie tomba sans cesse, et il demanda au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), pendant le sermon du vendredi suivant, d'implorer Allah de l'interrompre.

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) implora Son Seigneur de rendre la pluie utile et non nuisible.

 

La même situation se déroula entre `Omar et `Othmân un vendredi.

Ce dernier tarda à venir à la prière.

`Omar dit : "Quelle heure est-il ?"

`Othmân dit : "Par Allah ! Je n'ai rien fait de plus que faire mes ablutions mineures."

`Omar dit : "Et les ablutions mineures en plus !".

 

Qu'Allah soit Satisfait d'eux tous.

 

Il est authentiquement rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :  

 

"Celui qui innovera dans notre religion des choses qui n'en font pas partie, qu'on les lui rejette."

 

Et il a dit (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :

 

"Tout acte non conforme à nos enseignements est à rejeter".

 

-Deuxièmement

 

Le Hadith que vous avez mentionné est rapporté par Al-Boukhârî, Mouslim et les auteurs des Sounan.

 

Son sens est le suivant :

 

Lorsque vous parlez avec votre voisin au moment où l'imam est en train de prêcher le vendredi, même si c'est pour prodiguer un conseil ou ordonner le convenable ou interdire le blâmable, tel que de dire : "Tais-toi et suis le sermon", sachez que vous avez mal agi et que vous avez fait ce qu'il ne faut pas faire.

 

Ce qu'il faut faire dans une situation pareille, c'est d'adresser la parole à l'orateur afin qu'il prodigue des conseils à celui qu'on a voulu conseiller pour qu'il cesse de mal agir et se hâte vers le bien.

 

Le but en est que l'assistance ne multiplie pas les fautes et les futilités.

 

Mais, il n'y a pas de mal à ce qu'on fasse un signe à l'endroit de celui qui agit mal pour lui faire comprendre qu'il doit cesser d'agir ainsi.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 2 de la Fatwa numéro (3246)

(Numéro de la partie: 2, Numéro de la page: 523.524)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 23:16
Se rassembler la nuit de l'anniversaire du Prophète صلى الله عليه وسلم pour lire son histoire ? (audio)

Question :

 

Est-il permis de se rassembler la nuit de l'anniversaire du Prophète صلى الله عليه و سلم pour lire un peu de son histoire ?

 

Réponse :

 

Non ce n'est pas permis car c'est une manière de fêter son anniversaire.

 

Il est obligatoire que cela se fasse tout au long de l'année, du début à la fin de l'année il faut que les gens s'occupent à lire ses sunnas et ses hadiths et qu'ils connaissent son histoire صلى الله عليه وسلم.

 

Il ne faut pas consacrer une seule nuit sur trois cent soixante ou trois cent cinquante-quatre nuits.

 

Tout au long de l'année, les gens doivent suivre la sunna du Messager صلى الله عليه وسلم, s'occuper de ses hadiths et de son histoire صلى الله عليه وسلم.

 

Quant au fait de consacrer une nuit parmi les autres, cela fait partie des choses innovées.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 19:46
Participer à la fête de noël avec les mécréants (audio-vidéo)

 
Question :

 

Notre frère dit :

 

Il remarque que certains musulmans participent avec les chrétiens à la Fête de la Nativité, ou noël comme ils l'appellent, il espère pour certains la guidée en cela.

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis au musulman homme ou femme de participer avec les chrétiens, juifs, ou d'autres qu'eux parmi mécréants dans leurs fêtes.

 

Au contraire, il est obligatoire d'abandonner cela.

 

C'est parce que :

 

مَنْ تَشَبَّهَ بِقَوْمٍ فَهُوَ مِنْهُمْ

"Celui qui imite un peuple fait partie d'eux."

 

Et le Messager عليه الصلاة والسلام nous met en garde contre le fait de les imiter et se parant de leurs manières.

 

Donc, il est du devoir du croyant homme et femme de se méfier de cela, et de ne pas aider à la célébration de ces fêtes en quoi que ce soit.

 

C'est parce qu'ils sont des fêtes qui s'opposent à la législation d'Allah et les ennemis d'Allah les ont établi.

 

Donc, il n'est pas permis d'y participer, ni de coopérer avec leur peuple ou pour les aider à quoi que ce soit, même pas avec (leur donner) le thé, le café, ou quoi que ce soit, comme les ustensiles, et autres.

 

En outre, Allah le Glorifié dit :

 

وَتَعَاوَنُواْ عَلَى الْبرِّ وَالتَّقْوَى وَلاَ تَعَاوَنُواْ عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ

"Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression" (Al-Maidah 5:2)

 

Donc participer avec les mécréants dans leurs fêtes est un type d’aide sur le péché et la transgression.

 

Par conséquent, il est obligatoire pour tout Muslim hommes et femmes d’abandonner cela et il n'est pas convenable pour celui qui a une raison d'être trompé par les actions des gens.

 

Il est obligatoire de méditer sur la législation de l’Islam et ce qui est venu avec et de respecter l'ordre d'Allah et de Son Messager, et ne pas se tourner vers les affaires du peuple.

 

Pour la majorité de la création qui ne se préoccupe pas de la législation d'Allah.

 

Comme Allah le Puissant et Majestueux a dit :

 

 وَإِن تُطِعْ أَكْثَرَ مَن فِي الأَرْضِ يُضِلُّوكَ عَن سَبِيلِ اللّهِ

« Et si tu obéis à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils t’égareront du sentier d’Allah… » (Al-Anam 6:116)

 

Et, Exalté soit-Il, dit:

 

 وَمَا أَكْثَرُ النَّاسِ وَلَوْ حَرَصْتَ بِمُؤْمِنِينَ

« Et la plupart des gens ne sont pas croyants malgré ton désir ardent.. » (Yusuf 12:103)

 

Ainsi, les fêtes qui s'opposent à la législation, il n'est pas permis de les accepter, même si les gens le font.

 

Il est du devoir du croyant de peser ses actes et paroles, ainsi que les actes et paroles des personnes, par le Livre et la Sunna, le Livre d'Allah et la Sunna de Son Messager عليه الصلاة والسلام.

 

Ce qui coïncide avec eux ou l'un d’entre eux, elle est alors acceptée, même si les gens l'ont abandonné.

 

Ce qui s'oppose à eux ou l'un d'entre eux, puis est rejetée, même si les gens le font.

 

Et puisse Allah accorder à tous at Tawfeeq et la guidée.

 

traduit par minhaj sunna

 

يلاحظ أن بعضاً من المسلمين يشاركون المسيحيين في عيد الميلاد, أو الكرسمس -كما يسمونه- ويرجو التوجيه
لا يجوز للمسلم ولا للمسلمة مشاركة النصارى, أو اليهود, أو غيرهم من الكفرة في أعيادهم, بل يجب ترك ذلك؛ لأن من تشبه بقوم فهو منهم, والرسول - صلى الله عليه وسلم - حذرنا من مشابهتهم والتخلق بأخلاقهم, فعلى المؤمن وعلى المؤمنة الحذر من ذلك, وأن لا يساعد في إقامة هذه الأعياد بأي شيء؛ لأنها أعياد مخالفة لشرع الله, ويقيمها أعداء الله فلا يجوز الاشتراك فيها, ولا التعاون مع أهلها, ولا مساعدتهم بأي شيء, لا بالشاي, ولا بالقهوة, ولا بأي شيء من الأمور كالأواني, ونحوها وأيضاً يقول الله سبحانه: وَتَعَاوَنُواْ عَلَى الْبرِّ وَالتَّقْوَى وَلاَ تَعَاوَنُواْ عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ فالمشاركة مع الكفرة في أعيادهم نوع من التعاون على الإثم والعدوان, فالواجب على كل مسلم وعلى كل مسلمة ترك ذلك, ولا ينبغي للعاقل أن يغتر بالناس في أفعالهم, الواجب أن ينظر في الشرع إلى الإسلام وما جاء به, وأن يمتثل أمر الله ورسوله, وأن لا ينظر إلى أمور الناس فإن أكثر الخلق لا يبالي بما شرع الله, كما قال الله- عز وجل في كتابه العظيم-: وَإِن تُطِعْ أَكْثَرَ مَن فِي الأَرْضِ يُضِلُّوكَ عَن سَبِيلِ اللّهِ وقال سبحانه: وَمَا أَكْثَرُ النَّاسِ وَلَوْ حَرَصْتَ بِمُؤْمِنِينَ فالعوائد المخالفة للشرع لا يجوز الأخذ بها وإن فعلها الناس, والمؤمن يزن أفعاله, وأقواله, ويزن أفعال الناس وأقوال الناس بالكتاب والسنة ,بكتاب الله وسنة رسوله عليه الصلاة والسلام فما وافقهما أو أحدهما فهو المقبول, وإن تركه الناس, وما خالفهما أو أحدهما فهو المردود وإن فعله الناس رزق الله الجميع للتوفيق والهداية. جزاكم الله خيراً
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 13:27
Féliciter les chrétiens pour leurs fêtes

Question :

 

Quel est l'avis religieux quant à féliciter les Chrétiens pour leurs fêtes.

 

Mon oncle maternel a un voisin Chrétien, les deux s'échangent les vœux lors des fêtes et occasions.

 

Est-il permis au Musulman de féliciter le Chrétien, et au Chrétien de féliciter le Musulman lors de leurs fêtes et cérémonies?

 

Donnez-moi une fatwa, Qu'Allâh vous rétribue !

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis au Musulman de féliciter les Chrétiens pour leurs fêtes, car c'est de l'entraide dans le péché interdit par Allâh l'Exalté:  

 

وَلَا تَعَاوَنُوا عَلَى الْإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ

 

"et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression."

 

Aussi, c'est être gentil avec eux, les prendre en affection, être satisfait d'eux et de leurs rites, ce qui est interdit.

 

Il faut, au contraire, avoir de l'aversion pour eux, car ils s'opposent à Allâh, l'Exalté, et adorent autre que Lui, ils associent d'autres à Allâh et prétendent qu'Il a partenaire et progéniture, Allâh Le Très-Haut a dit: 

 

لَا تَجِدُ قَوْمًا يُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ يُوَادُّونَ مَنْ حَادَّ اللَّهَ وَرَسُولَهُ وَلَوْ كَانُوا آبَاءَهُمْ أَوْ أَبْنَاءَهُمْ أَوْ إِخْوَانَهُمْ أَوْ عَشِيرَتَهُمْ أُولَئِكَ كَتَبَ فِي قُلُوبِهِمُ الْإِيمَانَ وَأَيَّدَهُمْ بِرُوحٍ مِنْهُ

 

"Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allâh et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allâh et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours."

 

Suite du verset.

 

Et Allâh, Le Très-Haut, a dit:  

      

قَدْ كَانَتْ لَكُمْ أُسْوَةٌ حَسَنَةٌ فِي إِبْرَاهِيمَ وَالَّذِينَ مَعَهُ إِذْ قَالُوا لِقَوْمِهِمْ إِنَّا بُرَآءُ مِنْكُمْ وَمِمَّا تَعْبُدُونَ مِنْ دُونِ اللَّهِ كَفَرْنَا بِكُمْ وَبَدَا بَيْنَنَا وَبَيْنَكُمُ الْعَدَاوَةُ وَالْبَغْضَاءُ أَبَدًا حَتَّى تُؤْمِنُوا بِاللَّهِ وَحْدَ

 

"Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre) en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple: "Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allâh. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allâh, seul"."

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons

 

La fatwa numéro (11168)

(Numéro de la partie: 3, Numéro de la page: 436)

Publié par alifta.com

تهنئة النصارى بأعيادهم

س : ما حكم الإِسلام في تهنئة النصارى في أعيادهم؛ لأنه عندي خالي جاره نصراني يهنئه في الأفراح وفي الأعياد وهو أيضًا يهنئ خالي في فرح أو عيد وكل مناسبة، هل هذا جائز تهنئة

المسلم للنصراني والنصراني للمسلم في أعيادهم وأفراحهم؟ أفتوني جزاكم الله خيرًا

ج :لا يجوز للمسلم تهنئة النصارى بأعيادهم؛ لأن في ذلك تعاونًا على الإِثم وقد نهينا عنه قال تعالى 

وَلاَ تَعَاوَنُوا عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ

 ، كما أن فيه توددًا إليهم وطلبًا لمحبتهم وإشعارًا بالرضى عنهم وعن شعائرهم وهذا لا يجوز، بل الواجب إظهار العداوة لهم وتبين بغضهم؛ لأنهم يحادون الله جل وعلا ويشركون معه غيره ويجعلون له صاحبة وولدًا قال تعالى

 لاَ تَجِدُ قَوْمًا يُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الآخِرِ يُوَادُّونَ مَنْ حَادَّ اللَّهَ وَرَسُولَهُ وَلَوْ كَانُوا آبَاءَهُمْ أَوْ أَبْنَاءَهُمْ أَوْ إِخْوَانَهُمْ أَوْ عَشِيرَتَهُمْ أُولَئِكَ كَتَبَ فِي قُلُوبِهِمُ الإِيمَانَ وَأَيَّدَهُمْ بِرُوحٍ مِنْهُ  الآية

 وقال تعالى

 قَدْ كَانَتْ لَكُمْ أُسْوَةٌ حَسَنَةٌ فِي إِبْرَاهِيمَ وَالَّذِينَ مَعَهُ إِذْ قَالُوا لِقَوْمِهِمْ إِنَّا بُرَآءُ مِنْكُمْ وَمِمَّا تَعْبُدُونَ مِنْ دُونِ اللَّهِ كَفَرْنَا بِكُمْ وَبَدَا بَيْنَنَا وَبَيْنَكُمُ الْعَدَاوَةُ وَالْبَغْضَاءُ أَبَدًا حَتَّى تُؤْمِنُوا بِاللَّهِ وَحْدَهُ

وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم

فتوى رقم - 11168

(الجزء رقم : 3، الصفحة رقم: 436)

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 13:23
Souhaiter «Bonne fête» aux non musulmans

Louange à Allâh !

Que les Prières d’Allâh et Son Salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et ses Compagnons !

 

Ensuite, souhaiter bonne fête aux non-musulmans est un débat qui remue beaucoup les passions ces derniers temps.

 

Est-il permis de les féliciter à l’occasion de leurs fêtes religieuses.

 

Je pense qu’il incombe de montrer la vérité sur le sujet, ou du moins, ce que je crois être la vérité.

 

Je dis donc :

 

Il n’est pas permis de les féliciter pour les nombreux inconvénients que cela engendre.

 

Notamment :

 

-Premièrement

 

Cela revient à leur exprimer une forme d’alliance ou ne serait-ce d’affection, ce que condamnent de nombreux textes du Coran et de la sunna, à l’exemple du Verset (traduction rapprochée) :

 

"Ô croyants ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens. Si l’un d’entre vous s’allie avec eux, il comptera parmi les leurs, Allâh ne guide certainement pas les injustes" (Le repas céleste ; 51)

 

Les féliciter est une façon de leur exprimer des sentiments, et pire, de l’affection pour leur religion. Il est, en effet, difficile de féliciter une personne pour qui on a de l’aversion.

 

Allâh عز وجل révèle (traduction rapprochée) :

 

"Tu ne peux trouver un peuple croyant en Allâh et au jour dernier avoir de l’affection pour ceux qui s’opposent à Allâh et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, les fils, leurs frères ou leur famille" (La polémique ; 22)

 

S’il nous est interdit d’aimer les ennemis d’Allâh et de Son Messager parmi nos proches, à fortiori, nous devons détester ceux qui ne font pas partie de nos familles.

 

-Deuxièmement

 

Cela revient à approuver leur jour de fête et à les encourager. Un seul de ces inconvénients suffit en lui-même pour corroborer l’interdiction, alors que dire quand on les prend ensemble !

 

Voici une réponse à tous ceux qui autorisent ce genre de pratiques :

 

-Certains avancent que le musulman de là-bas est contraint de les faciliter, étant donné qu’il vit au milieu d’eux ou qu’il étudie chez eux.

 

Nous disons en réponse :

 

Premièrement : il n’est pas permis de vivre au milieu des non-musulmans, sauf si le besoin s’en fait ressentir.

 

Or, cette permission est soumise à des conditions :

 

1) que le besoin en question soit licite

2) de directement quitter le pays une fois qu’on a plus rien à y faire

3) de garder ses valeurs religieuses.

 

Deuxièmement : personne ne lui impose de les féliciter pour qu’on puisse parler de nécessité ; le musulman est fier de sa religion et ne fait aucune complaisance.

Il a pour principe (traduction rapprochée) :

"Vous avez votre religion et moi, la mienne" (Les mécréants ; 6)

 

-Aux yeux de certains, le musulman ne fait que leur rendre la pareille par politesse, étant donné qu’ils le félicitent pour ses jours de fête.

 

En réponse :

 

La différence entre nos jours de fête et les leurs surtout ceux qu’ils ont innovés, c’est que les notre sont légitimes. Nous ne devons donc pas les conforter dans leur erreur.

 

-Pour conforter leur idée, certains utilisent le Verset (traduction rapprochée) :

 

"Allâh ne vous interdit pas, envers ceux qui ne vous ont pas combattu pour votre religion et qui ne vous ont pas sorti de vos maisons, d’être bon avec eux, et d’être justes envers eux ; certes, Allâh aime les justes" (La femme éprouvée ; 8)

 

En réponse :

 

Nous disons que ce texte ne va absolument pas dans le sens qu’ils lui donnent, étant donné qu’il enjoint d’être bons et charitables envers les non musulmans en question dans des domaines que la religion tolère, ce qui n’est pas le cas avec leurs jours de fête.

 

-Certains pensent que c’est une façon de les appeler à l’Islam.

 

En réponse, nous disons que la prédication doit rester dans les limites du licites, alors qu’il nous est interdit de leur témoigner de l’affection.

 

Que les Prières et le Salut d’Allâh soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches, et ses Compagnons !

 

Écrit le 17/02/1433 h

copié de mizab.over-blog.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 01:32
Absence inattendue de l’imam le jour du vendredi (jumu’ah) ?

Question :

 

Si l’imam d’une mosquée venait à s’absenter le jour du vendredi, est-ce que les gens doivent prier sans faire de sermon (khutbah) ou est-ce qu’une personne qui n’en a pas les possibilités doit la faire et pourrait, de ce fait, se mettre dans une situation très inconfortable ?

 

Réponse :

 

Je pense que la question est basée sur une compréhension erronée, à savoir que la khutbah aurait des conditions et que seule une personne savante et cultivée serait à même de la faire.

 

La khutbah est une exhortation et un rappel.

 

Allah dit (traduction rapprochée) : 

 

« ô vous qui avez cru, quand on appelle à la prière de vendredi, accourez au rappel d’Allah et laissez tout négoce, cela est bien meilleur pour vous si vous saviez ».

 

Le but recherché, ici, par le rappel de la khutbah est le fait de faire un rappel à ceux qui y participent.

 

A supposer que le prêcheur (khatîb) d’une mosquée devait s’absenter pour une raison quelconque et qu’il n’y aurait, dans l’assistance, et ceci est un grand malheur, aucune personne capable de faire la khutbah, de rappeler les gens, soit par un verset d’Allah parmi les versets du noble coran, soit par un hadîth parmi les ahâdîth du messager, صلى الله عليه وسلم, ou de porter l’attention des gens sur une faute parmi les fautes répandues chez eux dans le but de la corriger, s’il n’y a vraiment personne pour endosser cette responsabilité, alors l’obligation de la khutbah n’a plus lieu d’être.

 

Par contre, le caractère obligatoire de la prière reste toujours valable.

 

Les gens prient la prière du vendredi normalement, à savoir deux unités de prière.

 

Malheureusement, notre problème revient à ce que nous avons évoqué précédemment, à savoir notre éloignement par rapport à la voie du prophète, صلى الله عليه وسلم, et notre suivi de mauvaises traditions tracées par nos prédécesseurs qui est devenu partie intégrante de notre religion alors qu’il n’en est rien de cela.

 

La khutbah est une exhortation et il n’est pas obligatoire que celui qui désire la faire sache des dizaines de versets, voire des dizaines de hadîth, tout comme il n’est pas obligatoire que la khutbah soit plus longue que la prière.

 

Une prière de cinq minutes avec une khutbah qui dure quinze ou vingt minutes ou plus n’est pas ce qui est demandé.

 

Si le prêcheur fait une khutbah de deux ou trois minutes avec une prière qui dure cinq minutes, qu’Allah le récompense par le bien car il aura fait preuve d’une bonne compréhension de la religion.

 

Donc, pour revenir au sujet de la question, s’il n’existe aucune personne capable de faire une exhortation d’une voire de deux minutes aux gens, puis qui descend de la chaire (minbar) pour mener la prière, alors il s’agit malheureusement d’une mauvaise nouvelle (« bouchra sou ») pour eux, par contre l’obligation de la prière reste toujours d’actualité.

 

Ils choisiront un imam pour mener la prière et prieront derrière lui.

 

Maintenant si on examine la situation de plus près, ils sélectionneront certainement un imam capable de mener la prière, n’est-ce pas ??

 

Je suppose qu’une telle personne doit être disponible dans l’assistance.

 

Dans ce cas-là, qu’ils choisissent cette personne pour faire la khutbah dans laquelle il mentionnera un ou deux versets d’un voire de deux chapitres du coran et je pense qu’on aura fait le tour de la question.

 

La solution est donc simple et il n’y a aucune gêne, ni difficulté.

 

Silsilah al huda wa nour, cassette n° 190, 56mn 56s

Traduction : Abû ‘Abdillah

copié de sounna.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 01:18
Peut-elle assister à la fête de noël pour saluer sa famille ?

Question :

 

Je veux me convertir à l’Islam.

 

Ma famille se regroupe à l’occasion de la fête de Noël et je voudrais les rejoindre pas dans l’intention de participer à la célébration de la fête, mais juste pour profiter de leur regroupement afin de les saluer…

 

Est-ce permis ? 

 

Réponse :

 

Non, ce n’est pas permis.

 

Si Allâh lui fait la grâce d’adhérer à l’islâm, elle doit commencer par désavouer sa première religion et renoncer à ses fêtes.

 

Allâh le sait mieux. 

 

Publié par alhouda.forumactif.com     

هل تحضر الكريسماس لتسلم على أقاربها

 السُّؤَالُ : أريد أن أسلم وعائلتي تجتمع في عيد الكريسمس، وأريد أن أحضر وأسلم عليهم، ليس بنية الاحتفال ولا المشاركة، لكن فقط لا نتهاز فرصة اجتماع أقاربي، هل هذا مسموح؟

فأجاب : لا، لا يجوز، إذا من الله عليها بالإسلام أول ما تفعله التبرؤ من (دينها الأول وأعياده). والله أعلم

 Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 18:53
Le jugement concernant le fait que la femme sorte pour accomplir la prière de l’aïd (vidéo)

La question :

 

Est-ce qu’il est commandé aux femmes d’assister à la prière de l’Aïd?

 

Ayez l’obligeance de nous répondre et qu’Allah vous rétribue du bien.         

 

La réponse :

 

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

 

En principe les femmes ont les mêmes jugements concernant les hommes.

 

Et tout jugement rapporté concernant l’homme concerne aussi la femme, sauf ce qui est excepté par une preuve.

 

Cependant, dans cette question, les preuves soutiennent ce principe général ; car le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم a ordonné aux femmes de sortir pour accomplir la prière de l’Aïd, y compris celles qui demeurent dans leurs maisons et celles qui ont leurs règles ; et à celles-ci, il leur a ordonné de s’abstenir de prier ; et il a même ordonné à celle qui n’a pas de Djilbâb [1] de se couvrir par l’un des Djilbâb de ses sœurs [en Islam], tel qu’il est rapporté dans le hadith d’Oum `Attiyya [2] رضي الله عنها .

 

De plus Ibn `Abbâs رضي الله عنهما  a dit :

 

« J’était sorti avec le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم dans le jour de l’Aïd El-Fitr [3] ou El-Adhâ [4]. Il a fait la prière, puis il a fait le sermon ; ensuite il s’est dirigé vers les femmes ; il les a exhortées, rappelées et leur a ordonné de donner l’aumône » [5].

 

En outre, la prière de l’Aïd annule [l’obligation] de la prière du vendredi s’il arrive qu’elles soient dans le même jour, car selon la règle des fondements de la jurisprudence :

 

«Ce qui n’est pas obligatoire n’annule pas ce qui est obligatoire»

 

Également, le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم n’a pas ordonné aux femmes d’accomplir la prière du vendredi, mais il leur a, plutôt, permis de la faire ; il leur a dit صلّى الله عليه وآله وسلّم :

 

« Votre prière dans vos appartements est meilleure que celle que vous accomplissez dans vos maisons, et celle que vous accomplissez dans vos maisons est meilleure que celle que vous accomplissez dans la mosquée où l’on prie en groupe » [6],

 

tandis qu’il leur a ordonné d’assister à la prière de l’Aïd.

 

Et parmi ce qui prouve qu’il est commandé aux femmes de sortir pour assister à la prière de l’Aïd, nous citons le hadith qui est rapporté par Ahmed, El-Beyhaqi et par d’autres, par l’intermédiaire de la sœur de `Abd Allah Ibn Rawâha El-Ansâri رضي الله عنه  que le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم a dit :

 

« Il est obligatoire à toute femme de sortir (c’est-à-dire pour assister à la prière de l’Aïd) » [7].

 

Et selon ce qui est rapporté par El-Qâdhi `Iyâdh et Ibn Abi Cheyba [8], cet avis est adopté par Abou Bakr, Ali Ibn Abi tâlib et Ibn `Omar رضي الله عنهم.

 

En effet, les hadiths dans lesquels il est commandé aux femmes d’aller assister à la prière de l’Aïd ont un sens général et ne comportent aucune distinction si la femme est vierge ou non vierge, si elle est jeune ou vieille, ou si elle a ses règles ou non ; excepté celle qui a une excuse.

 

Du reste, il est commandé à la femme, lorsqu’elle sorte, de se conformer aux bienséances relatives à sa sortie, tel que le fait de ne pas se parfumer ou se maquiller, et de porter un voile qui la couvre parfaitement.          

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

[1] C’est le voile prescrit pour la femme. Note du traducteur.

[2] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Deux Aïds » (hadith 938), par Abou Dâwoûd, chapitre de « La prière » (hadith 1136), par Ahmed (hadith 20269) et par El-Beyhaqi (hadith 6330) par l’intermédiaire d’Oum `Attiyya  رضي الله عنها. 

[3] C’est le jour de la fête de la rupture du jeûne, correspondant au 1er jour du mois de Chewwâl. Note du traducteur.

[4] C’est le jour de la fête de l’immolation, correspondant au 10ème jour du mois de Dhou El-Hidja. Note du traducteur.

[5] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Deux Aïds » (hadith 932), par En-Nassâ’i, chapitre de « La prière des deux Aïds » (hadith 1586), par Ibn Hibbâne (hadith 2823), par Ahmed (hadith 3348) et par Abou Ya`lâ (hadith 2701) par l’intermédiaire d’Ibn `Abbâsرضي الله عنهما .

[6] Rapporté par El-Beyhaqi (hadith 5472) et par Ibn Abi Cheyba dans « El-Moussannaf » (hadith 7601) par l’intermédiaire d’Oum Houmeyd  رضي الله عنها. El-Albâni l’a jugé Hassane (bon) dans « Sahîh El-Djâmi` » (hadith 3844).

[7] Rapporté par Amhed (hadith 26609), par El-Beyhaqi (hadith 6271) et par Abou Ya`lâ (hadith 7154) par l’intermédiaire de la sœur de `Abd Allah Ibn Rawâha El-Ansâri رضي الله عنه . Ibn Hadjar a dit dans « Fath El-Bâri » (3/150) : « Il est aussi rapporté comme un hadith attribué au Prophèteصلّى الله عليه وسلّم  avec une chaîne de transmission acceptable ». De plus, El-Albâni l’a jugé authentique dans « Sahîh El-Djâmi` » (hadith 7105).

[8] Voir : « El-Moussannaf » d’Ibn Abi Cheyba (2/87).

 

Alger, le 10 Safar 1428 H, Correspondant au 28 février 2007 G

copié de ferkous.com

 

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées