compteur de visite

Catégories

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 16:44
Dernier Ramadan ! Qui sait ?

Les pieux prédécesseurs avaient l'habitude de dire :

 

"Certes Allah, le Très-Haut, a fait du mois de Ramadan une compétition pour Ses créatures, dans lequel ils peuvent se concurrencer vers Son agrément, en Lui obéissant.

Ainsi, un groupe vient en premier et ils prospèrent et un autre groupe vient en dernier et ilséchouent ."

Lata'if-ul-Ma'ari d'Ibn rajab

 

Ainsi, l'individu ne sait pas si c'est peut-être le dernier Ramadan qu'il verra dans sa vie, s'il l'achève.

Combien d'hommes, de femmes et d'enfants ont jeûné avec nous l'année passée et sont maintenant couchés et enterrés dans les profondeurs de la terre.

Et ils espéraient jeûner beaucoup plus de Ramadan.

De même, nous allons tous suivre leur chemin.

Donc, le musulman doit se réjouir de cette occasion magnifique pour l'obéissance.

Et il ne doit pas y renoncer, mais au lieu de cela s'occuper avec ce qui lui profitera et ce dont les effets resteront.

Qu'est-ce que Ramadan, sinon un nombre de jours comptés, jeûnés à la suite et qui finissent rapidement.

 

Source : Ahadith As-siyam : ahkam wa adab (pg 13-15)

copié de rappel01.fr

 

Cheikh 'Abdullah Ibn Salah Al-Fawzan - الشيخ عبدالله بن صالح الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 16:42
Rompre le jeûne avec des dattes : sunnah ?

Par quoi est-il préférable de rompre le jeûne ?

 

Il est préférable de rompre par des rutabs (رطب - datte fraîche), et s'il n'en trouve pas, alors avec des petites dattes, et s'il ne trouve pas, alors avec de l'eau. At Tirmidhî rapporte dans son Sunan (696) d'après Anas Ibn Mâlik -qu'Allah l'agrée- qui a dit :

 

« Le prophète (صلى الله عليه وسلم) rompait le jeûne avant de prier (le maghrib) avec des rutabs. S'il n'y en avait pas, alors avec des petites dattes et s'il n'y en avait pas, il buvait quelques gorgées d'eau. »

 

Et le grand savant Al Wâdi'î (shaykh Muqbil) -qu'Allah lui fasse miséricorde- l'a certes jugé bon dans Al Jâmi' As Sahîh Mimâ Laysa Fî s Sahihaïn (2/419) puis j'ai vu que Abû Hâtim et Abû Zur'ah l'avaient rejeté comme dans Al 'Ilal (les défauts du hadith) d'Ibn Abî Hâtim (1 :224) en disant :

 

« Nous ne connaissons qu'Abd Ar Razzâq qui ait rapporté ce hadith et nous ne savons pas d'où l'a pris 'Abd Ar Razzâq. »

 

Je dis : Le hadith passe par 'Abd Ar Razzâq d'après Ja'far Ibn Sulaïmân d'après Thâbit d'après Anas et Ad Dhahabî l'a cité dans Al Mîzân dans la biographie de Ja'far Ibn Sulaïmân et a mentionné que ce hadith faisait parti de ce qui lui a été rapproché.

 

Je dis : Donc de par la faiblesse du hadith, le jeûneur rompt avec ce qui lui est facile, même avec une gorgée d'eau.

 

Il est établi chez Abû Ya'lâ (3792) et Ibn Hibbân (3504) d'après Anas -qu'Allah l'agrée- qu'il a dit :

 

« Je n'ai jamais vu le prophète (صلى الله عليه وسلم) prier le maghrib sans avoir rompu le jeûne, même avec une gorgée d'eau. »

 

Et il a précédé chez Ibn Abî Awfâ (p.56) le hadith qui contient : « Descend et touille (ijdah) pour nous. » et al jadh est le fait de remuer la farine et autre dans de l'eau avec un bâton. 

 

Ithâf Al Anâm biahkâm wa masâîl as siyâm » (p.62)

 

Cheikh Muhammad Ibn Hizam - الشيخ محمد بن حزام

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 19:14
La manière avec laquelle les compagnons du prophète رضي الله عنهم recevaient l’arrivée du mois de ramadan (audio-vidéo)

 

Question :

 

De quelle manière les compagnons du prophète – qu’Allah les agrée tous – recevaient-ils l’arrivée du mois de ramadan ?

 

Réponse :

 

Ils l’accueillaient avec joie et gaîté, s'enjoignaient mutuellement [le ramadan] et accomplissaient les bonnes œuvres le mois durant parce qu’en effet, il représente un mois d’une grande importance, il est un [immense] bienfait d’Allah, le fait de l’accomplir [relève d’un bienfait d’Allah].

 

Le prophète – prière et salut sur lui – annonçait la bonne nouvelle à ses compagnons, il (prières et bénédiction d'Allah sur lui) disait : « Le Ramadan est venu à vous ! C'est un mois de bénédiction...» (1), un mois de jeûne et de prières nocturnes [Qiyam at-tatawou] surérogatoire…

 

Le croyant doit s’en réjouir [de l’entrée ce mois] et y répondre, apprendre les versets du Coran et multiplier l’accomplissement des bonnes œuvres ; il se doit d’être enchanté par ce mois comme le faisait le prophète – prière et salut sur lui – en l’annonçant à ses compagnons.

 

(1) « Le mois de ramadan vous est venu, c'est un mois béni qu'Allah vous a imposé de jeûner. Durant ce mois les portes des cieux sont ouvertes, les portes de la géhenne sont fermées et les diables sont enchainés. Allah a dans ce mois une nuit qui est meilleure que mille mois, celui qui est privé de son bien est vraiment privé de tout bien ».

 

[Hadith Sahih rapporté par An-Nassai 4/129 – voir « Sahih At-Targhib 1/490] 

 

Fatawa Nour 'ala Ad-Darb - Audio de Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz (rahimahou Allah) 

Traduction rapprochée par AbuHamza Al Djazairy -  04 Ramadan, 1428 / 16-21-2007

copié de alghourabaa.free.fr

 

يستقبله بالفرح والسرور و التواصي به و العمل الصالح فيه، لأنه شهر عظيم، وإدراكه نعمة من الله وكان النبي صلى الله عليه وسلم يبشر أصحابه، فالمؤمن يستبشر به ، ويجتهد في أنواع الطاعة ... فعن أبي هريرة رضي الله عنه قال : قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : " أتاكم رمضان شهر مبارك ، فرض الله عز وجلّ عليكم صيامه ، تُفتح فيه أبواب السماء ، وتُغلّق فيه أبواب الجحيم ، وتغلّ فيه مردة الشياطين ، فيه ليلة هي خير من ألف شهر ، من حُرم خيرها فقد حُرم " رواه النسائي 4/129 ، وهو في صحيح الترغيب 1/490

 

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 10:13
Goûter le plat cuisiné pendant Ramadân (audio)

Question :

 

Certains savants ont jugé comme licite le fait de goûter la nourriture pour la femme qui veut tester le goût de la nourriture qu'elle a préparée, pendant la journée de Ramadân.

 

Ils ont précisé aussi que la condition est que la nourriture ne parvienne pas à la gorge.

 

Réponse du Comité permanent [des savants] de l'Ifta :

 

Il n'y a pas de mal à ce que la personne goûte la nourriture, en cas de besoin, en journée de Ramadân, et son jeûne est valable tant qu'elle n'en avale pas délibérément.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.    

 

(Numéro de la partie: 10, Numéro de la page: 332)

La première question de la Fatwa numéro (9845)

 Publié par alifta.net

 

تذوق الصائم للطعام

س1: بعض الناس أي العلماء أجازوا التذوق للمرأة للطعام في الصيام إذا كانت تريد أن تعرف مدى صلاحية الطعام، هل هذا صحيح، وقالوا: بشرط أن لا يصل الطعام إلى الحلق؟

ج1: لا حرج في تذوق الإنسان للطعام في نهار الصيام عند الحاجة، وصيامه صحيح إذا لم يتعمد ابتلاع شيء منه

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 10، الصفحة رقم: 332)

السؤال الأول من الفتوى رقم - 9845

 

Question :

 

Quel est le jugement sur le fait que la femme goûte ce qu'elle a cuisiné avec le bout de la langue (*) pour savoir ce qui manque comme ingrédients et condiments ?

 

Réponse de Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i :

 

Il n'a pas de mal à cela inchâ a Allâh, mais elle ne doit rien avaler.

 

(*) pendant le mois de Ramadân

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

تذوق الطعام هل يفطر الصائم
نص السؤال : ما حكم تذوق المرأة عند الطبخ للطعام بطرف لسانها لمعرفة ما ينقصه من المكونات والبهارات ؟
نص الإجابة : لا بأس بذلك إن شاء الله ، ولا يتسرب من حلقها شيء
الزيارات:1438 زائراً
تاريخ إضافته:29 شعبان 1434هـ
راجع كتاب - فضائح ونصائح ص 80

 

Questionneur :

 

Goûter à la nourriture pendant la journée pendant le mois Ramadhan, comme à gouter pour la cuisson des aliments pour le sel ou quelque chose comme çà ?

 

Réponse de Cheikh ibn Baz :

 

Il n'y a rien de mal à cela.

 

Il n'y a pas de mal à ce que le cuisinier goûte le goût des aliments, est-il salé ou non... Il n'y a pas de problème à cela, mais il ne les avale pas, il les goûte avec sa langue puis les recrache.

 

Il n'avale rien du tout et il n'y a rien de mal à cela.

 

✅ Traduit par abdoullaah Abu Edem

 

 

حكم تذوق الطعام نهار رمضان

حكم تذوق الطعام نهار رمضان ذوق الطعام في نهار رمضان، كأن تذوق طهية الطعام الملح أو نحوه؟

لا حرج في ذلك، لا حرج في أن يذوق الطباخ طعم الطعام هل هو مالح أو خانس لا بأس بذلك؛ لكن لا يبتلعه يذوقه بلسانه ثم يلقيه يبصقه ولا يبتلع شيئا ولا حرج في ذلك

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
Le fait de jeûner le samedi, et les jours où il est interdit de jeûner

Question :

 
Quelle est la preuve sur le fait que le jeûne du samedi doit être soit précédé d'un jour de jeûne avant, soit d'un jour de jeûne après ?
 
Réponse de Cheikh Al-’Outheymine :
 
La preuve que le samedi ne doit pas être jeûné seul est que le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Ne jeûnez pas le samedi sauf s'il est obligatoire, même si quelqu'un d'entre ‎vous ne trouve qu'une écorce d'un raisin ou une petite branche d'un ‎arbre alors qu'il la mâche ». 

Ce hadîth fait l'objet d'une divergence des savants.

Certains d'entre eux ont dit : [ce hadîth] est marginal, il est faible car il contredit le hadîth authentifié dans les deux Sahîh [qui dit] que le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam)

entra chez l'une de ses femmes alors qu'elle jeûnait un vendredi, et il lui dit : « As-tu jeûné hier ? » 
Elle répondit : « Non. » 
Il dit : « Comptes-tu jeûner demain ? » Elle répondit : « Non. » Il lui dit alors : « Romps ton jeûne. 
»
Rapporté par al-Bukhârî - n°1986

Et dans le dire : « Comptes-tu jeûner demain ? », il y a une preuve quant à la permission de jeûner le samedi en un autre moment que les jours obligatoires [tel que le Ramadhân].

Et c'est un hadîth [celui sur l'interdiction du jeûne du samedi] qui est marginal, et la condition de l'authenticité d'un hadîth est qu'il ne soit ni défectueux ni marginal.
 
Certains savants ont dit : c'est un hadîth abrogé.

Et d'autres ont dit : [le samedi] peut être jeûné seul, et cela [est un avis] qui revient à l'Imâm Ahmad.  

 

Madjmu' Fatâwa de SHeikh Ibn 'Uthaymîn, 20/55-56
ist2 6333360-decorative-dividers
Question :
 
Quels sont les jours au cours desquels il est détestable de jeûner ?
 
Réponse de Cheikh Ibn Bâz :
 
Parmi les jours où il est interdit de jeûner, il y a le vendredi.

Il n'est pas permis de jeûner le vendredi seul lorsqu'il s'agit d'un jeûne surérogatoire car le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) l'a interdit.


Il en est de même pour le jeûne surérogatoire du samedi.

Ceci dit, il n'y a pas de mal à ce que le vendredi soit jeûné avec le jeudi ou le samedi comme cela a été rapporté d'un un hadîth de l'Envoyé d'Allâh (sallallahu 'alayhi wa sallam).
 
De même, il est interdit de jeûner le jour de la fête de « 'Aîd al-Fitr », de « 'Aîd an-Nahar » [Fête du sacrifice], ainsi que les 3 jours qui suivent la fête du sacrifice, certes le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a interdit cela.

Excepté concernant les jours qui suivent la fête du sacrifice, il est certes venu ce qui indique la permission de jeûner pour ceux qui au cours des rites [du pèlerinage] « at-Tamattou' » ou « al-Qirân » spécifiquement, n'ont pas eu la capacité de donner une offrande, comme cela a été authentifié par al-Bukhârî, que 'Aicha (radhiallâhu 'anha) et Ibn 'Oumar (radhiallâhu 'anhu) ont dit : 

« Il n'est pas toléré de jeûner pendant les journées qui suivent le sacrifice, excepté pour ceux qui n'avaient pas d'offrande. » 
Rapporté par al-Bukhârî - n°1998
 
Il n'est donc pas permis de jeûner de manière surérogatoire ou pour une autre raison un jour tel que le jour de l'Aîd, ainsi que le trentième jour du mois de Cha'bân si la vision lunaire n'a pas été attesté, parce qu'il s'agit certes d'un jour de doute, et il n'est pas permis de le jeûner selon l'avis le plus juste des savants, qu'il s'agisse d'un jeûne sciemment effectué ou pas, car les ahâdîth authentiques sur le sujet indiquent son interdiction. 

 

Madjmu' Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 15/407-408

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 18:30
Redoubler d’efforts les dix derniers jours de ramadan

'Aisha (radiallahu ‘anha) a dit : 


« Quand les dix derniers jours (de Ramadan) arrivaient, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) passait sa nuit dans l'adoration, réveillait sa famille (la nuit), redoublait d’efforts et serrait son Izar (pagne). » [1]
 
Ce hadith est la preuve que les dix derniers jours de Ramadan ont une vertu spéciale plus que n’importe quel autre (jour), dans lequel on doit augmenter dans l'obéissance et les actes d'adoration, comme la prière, le dhikr (rappel) et la récitation du Qur'an.
 
'Aisha (radiallahu ‘anha) a décrit notre prophète et modèle, Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), par quatre attributs :
 
- Il (salallahu ‘alayhi wa salam« passait sa nuit dans l'adoration », c’est à dire qu’il  ne dormait pas.

Ainsi, il (salallahu ‘alayhi wa salam) restait éveillé dans l'adoration et animait son âme en passant la nuit à ne pas dormir.

Car le sommeil est le frère de la mort.

Le sens « passait sa nuit » est qu'il (salallahu ‘alayhi wa salam) la passait dans le qiyam (la prière de nuit) et dans les actes d'adorations pour Allah, le Seigneur des mondes.

Nous devons nous rappeler que les dix derniers jours de Ramadan sont fixés et comptés.


Quant à ce qui a été rapporté concernant l’interdiction de passer la nuit entière dans la prière, qui a été mentionné dans le hadith de 'Abdullah Ibn 'Amr (radiallahu ‘anhu), cela concerne celui qui le fait chaque nuit de l'année.
 

- Il (salallahu ‘alayhi wa salam) « réveillait sa famille », c’est à dire ses femmes pures, les Mères des croyants, pour qu'elles puissent profiter de ce bien, du dhikr et des actes d'adoration pendant ces temps bénis.

 

- Il (salallahu ‘alayhi wa salam« redoublait d’efforts », c’est à dire qu’il (salallahu ‘alayhi wa salam) persévérait et luttez dans l'adoration, ajoutant plus à ses actes que ce qu'il avait fait les vingt premiers jours (de Ramadan).

Il faisait cela parce que la nuit  d'Al-Qadr arrive pendant un de ces (dix derniers) jours.
 
- Il (salallahu ‘alayhi wa salam« serrait son Izar (pagne) »  c’est à dire qu’il s’appliquait et luttait intensément dans l'adoration.

Il est aussi dit que cela signifie qu'il (salallahu ‘alayhi wa salam) se retirerait des femmes.

Cela semble être plus correct puisque cela penche vers ce qui a été mentionné précédemment et vers le hadith d'Anas (radiallahu ‘anhu) : 

« Il (salallahu ‘alayhi wa salam) pliait son lit et se retirait des femmes (c'est-à-dire ses femmes). » [2]
 
Aussi, il (salallahu ‘alayhi wa salam) observait Al-‘Itikaf les dix derniers jours de Ramadan et la personne qui est en état d'Itikaf ne peut avoir de rapports (sexuels) avec ses femmes.
 
Ainsi, ô frère musulman, efforce-toi de te caractériser par ces attributs.

Et préserve la prière que tu fais dans les profondeurs de la nuit  (tahajjud) avec l'imam en plus de la prière de tarawih (que l'on prie dans les premières parties de la nuit), pour que ton effort ces dix derniers jours aille plus loin que les vingt premiers.

Et pour que tu puisses atteindre  l'attribut de  « passait sa nuit dans l'adoration » en priant.
 
Et tu dois être patient dans ton obéissance à Allah, en effet, la prière (de nuit) tahajjud est difficile, mais sa récompense est grande.

Par Allah, c'est une grande occasion dans la vie et une chose dont il faut profiter, pour celui qui Allah l'accorde.

Et la personne ne sait pas si, peut-être, elle rencontrera une des nombreuses récompenses d'Allah pendant la prière de nuit, qui sera une aide pour lui dans ce monde et dans l’au-delà.
 
Les pieux prédécesseurs de cette Umma s’appliquaient à allonger la prière la nuit.

As-Sa'ib Ibn Yazid a dit :

« ‘Umar Ibn Al-Khattab a ordonné à Ubay ibn Ka'b  et Tamim Ad-Dari de diriger les gens dans la prière avec onze raka'at.
Le lecteur récitait cent versets, au point que nous devions nous appuyer sur des bouts de bois en raison de la longue position (debout).
Et nous ne nous arrêterions qu’à l’approche du Fajr. »
[3]

'Abdullah Ibn Abi Bakr a rapporté:

« J'ai entendu mon père (c'est-à-dire Abû Bakr) dire : « Pendant Ramadan, nous finissions (la prière de nuit) tard et nous pressions les domestiques pour présenter la nourriture (du suhur) de peur que le Fajr  ne vienne. » [4]

Il y a deux luttes de l'âme auxquelles le croyant fait face pendant Ramadan : la lutte dans la journée avec le jeûne et la lutte la nuit avec le qiyam (prière de nuit).

Ainsi, quiconque combine ces deux et remplit leurs droits, alors il est parmi les patients - ceux desquels Allah dit (traduction rapprochée) : 

« les endurants auront leur pleine récompense sans compter » [sourate Az-Zumar : 10]

Ces dix jours sont la dernière partie du mois et les actions d'une personne ne valent que par leur fin.

Et peut-être, il rencontrera la nuitd'Al-Qadr, debout dans la prière pour Allah et aura ainsi tous ses péchés passés pardonnés.

Et il faut inciter, animer et persuader sa famille d’accomplir les actes d'adoration, particulièrement dans ces grands moments que ne néglige que celui qui a été privé.

Ce qui est plus incroyable est que tandis que les gens accomplissent la prière et font le tahajjud, certains passent leur temps dans des assises interdites et des actes coupables.

C'est en effet la perte la plus grande.

Nous demandons à Allah Sa protection.

Donc, s'engager dans ces derniers jours signifie entrer dans le profit des actes pieux dans ce qui reste du mois.

Parmi les choses malheureuses est de voir que certaines personnes excellent dans les actions pieuses, comme la prière et la récitation du Qur'an, dans la première partie du mois, mais alors les signes de la fatigue et la lassitude apparaissent sur eux, particulièrement quand les dix derniers jours de Ramadan arrivent.

Et ceci malgré le fait que ces dix derniers jours possèdent une position plus grande que les premiers.

Ainsi, il faut persévérer dans l’effort et la lutte et augmenter son adoration quand la fin du mois arrive.

Et nous devons garder à l'esprit que les actions d'une personne ne valent que par leur fin.

[1] Al-Bukhari (4/269) et Muslim (1174)
[2] Voir Lata'if-ul-Ma'arif : pg. 219
[3] Voir Al-Muwatta : vol. 1, pg 154
[4] Aussi dans le Muwatta de l’imam Malik : vol. 1, pg. 156

 

Article tiré du site al-manhaj.com
Source : Ahadith As-Siyam : Ahkam wa Adab (pg. 133-135)
copié de salafs.com
 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 18:00
La retraite pieuse (الاعتكاف - I`tikâf)
Conditions de la retraite pieuse


Question 4 :
 

Quelles sont les conditions de l'I`tikâf (la retraite spirituelle) ? 
Est-ce que le jeûne en fait partie ?
Celui qui observe l'I`tikâf, est il autorisé à visiter un malade, à accepter une invitation, à subvenir aux besoins de sa famille, à suivre un cortège funèbre ou à aller au travail ?

Réponse 4 :

L'I`tikâf doit être effectué dans une mosquée où se tient la prière collective.

Si celui qui envisage d'entreprendre l'I`tikâf est une personne pour laquelle la prière du vendredi est jugée, selon la Charia, obligatoire, et qu'il arrive que cette prière ait lieu pendant la période de son I`tikâf, il lui incombe, en l'occurrence, d'opter pour une grande mosquée où l'on tient la prière du vendredi.

Quant au jeûne, il ne doit pas nécessairement accompagner l'I`tikaaf.

Selon la Sunna, quiconque en état d'I`tikâf n'est pas autorisé à visiter un malade pensant la période de son I`tikâf, ni à accepter une invitation, ni à subvenir aux besoins de sa famille, ni à suivre les cortèges funèbres, ni à quitter la mosquée pour aller à son travail, se pliant ainsi au Hadith authentiquement rapporté d'après `A'îcha , qu'Allah soit satisfait d'elle, qui dit : 

"Selon la Sunna, quiconque envisage d'accomplir l'I`tikâf n'est pas autorisé ni à visiter un malade, ni à assister à des funérailles, ni à toucher une femme ou l'approcher, ni à sortir de la mosquée, à moins qu'il ne s'agisse d'une nécessité urgente" 

Fatwa numéro ( 6718 )
copié de alifta.com
Entamer sa retraite pieuse
 
Question 5 : 

Celui qui envisage de consacrer les dix derniers jours de Ramadan à l'I`tikâf (la retraite spirituelle) à la mosquée, quand doit-il entamer cette retraite et quand serait-elle achevée ?


Réponse 5 : 

Selon Al-Boukhârî et Mouslim , qu'Allah leur fasse miséricorde, `A'icha , qu'Allah soit satisfait d'elle, dit : 
 
 
"Lorsque le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, envisageait d'entamer sa retraite spirituelle, il accomplissait la prière de Fadjr (l'aube) et il entrait dans sa tente (lieu qu'il consacrait à la retraite)"
 
 
L'I`tikâf des dix derniers jours de Ramadan se termine avec le coucher du soleil du dernier jour de ce mois.

copié de alifta.com
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 17:58
La retraite pieuse de la femme ainsi que le lieu où elle doit faire cela

Question :

 

Est-ce que la retraite pieuse de la femme est identique à celle de l’homme O SHeikh ?
 
Réponse :
 
Oui, pour la femme, la retraite pieuse est légiférée comme pour celle de l’homme.

Ceci dit, la condition qui est liée à cela est l’absence de perversité ou de tentation.

Car s’il y a une quelconque perversité ou tentation, elle ne doit pas faire de retraite pieuse.

Si elle fait la retraite pieuse, et que cela a pour conséquence qu’elle laisse ses enfants chez elle, ou qu’elle délaisse les droits de son mari [sur elle], alors elle ne doit pas faire de retraite pieuse. 
 
 
Fatâwa « Noûr ‘ala ad-Darb » - http://www.ibnothaimeen.com
110 F 4818228 hG01yUnNqeELaTii0mBLki4oYp68hcsE---Copie
Question :
 
Lorsque la femme souhaite faire la retraite pieuse, où doit-elle faire cela ?
 
Réponse :
 
Lorsque la femme souhaite faire la retraite pieuse, elle devrait faire cela dans une mosquée, à condition qu’il n’y ait pas d’interdiction légiférée [telle que la mixité et autres] qui l’en empêcherait.

Et s’il y a une quelconque interdiction légiférée en cela, alors elle ne devrait pas faire la retraire pieuse. 


Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 20/163

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 15:52
Rompre volontairement le jeûne (audio)

 

Question : 

 
Celui qui rompt volontairement un jour de jeûne du mois de Ramadan est-il privé de la récompense des autres jours ?

Réponse :

La réponse est tirée de deux choses.

La première est la Parole d’Allah (traduction rapprochée) :

« Quiconque aura fait un acte de bien, ne serait-ce du poids d’une fourmi, le verra, et quiconque aura fait un acte de mal, ne serait-ce du poids d’une fourmi, le verra. »

La deuxièmes est que nous n’avons aucune preuve montrant que celui qui rompt (volontairement) un jour de jeûne du mois de Ramadan et jeûne les autres jours, son jeûne n’est pas accepté par le Seigneur de l’univers.

Nous n’avons aucune preuve sur cela.

Et même si on trouvait une telle preuve, je m’appuierai alors sur le verset 
 (traduction rapprochée) :

« Quiconque aura fait un acte de bien, ne serait-ce du poids d’une fourmi, le verra, et quiconque aura fait un acte de mal, ne serait-ce du poids d’une fourmi, le verra. »

Il obtiendra donc une bonne récompense pour son jeûne et sera châtié pour avoir rompu volontairement un jour, sauf si Allah veut lui pardonner (sans le châtier).

Car cela entre sous la volonté d’Allah exposé dans Sa Parole 
 (traduction rapprochée) :

« Allah ne pardonne pas qu’on Lui associe quoique ce soit, et Il pardonne en deçà à qui Il veut. ».

Ceci, si le sens de la question est bien que cet homme a rompu volontairement son jeûne (sans excuse légale). 
 
Au sujet de la rupture volontaire du jeûne, il est un hadith qu’on rappelle sur les chaires et dans les assises dans lesquelles ils prétendent que le Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) aurait dit :

« Celui qui rompt (volontairement) un jour de jeûne du mois de Ramadan, ne peut compenser ce jour même en jeûnant toute sa vie. »

Il peut m’être permis de dire : louange à Allah, ce hadith n’est pas authentique.

Il m’est permis de dire qu’il n’est pas authentique, car je sais cela, mais je ne sais pas s’il m’est permis de dire : la louange est à Allah que ce hadith ne soit pas authentique.

Ceci car il montre le châtiment de celui qui rompt volontairement un jour de jeûne du mois de Ramadan et dit que même s’il jeûnait toute sa vie, il ne pourrait compenser ce jour.

Je dis cela en liant cette question qu’il est important de rappeler à cette occasion, même si elle concerne la prière qui est un des cinq piliers de l’islam comme vous le savez.

Le Prophète a dit :

« La première chose sur laquelle le serviteur sera jugé au Jour de la Résurrection est la prière.
Si elle est complète, il aura réussi et sera sauvé.
Mais si elle est incomplète, Allah dira à Ses anges – et c’est là qu’est la preuve – : « Regardez si Mon serviteur a des prières surérogatoires afin de compléter sa prière obligatoire. »


C'est-à-dire que s’il a été écrit qu’un musulman devait négliger  une prière (ne pas accomplir volontairement une prière à son heure), la voie pour sortir de cette situation a été exposée dans ce hadith authentique.

Et cette voie est qu’il accomplisse de nombreuses prières surérogatoires afin qu’au Jour où il rencontrera Allah, la récompense qu’il aura amassé à travers ses prières surérogatoires viennent compenser celle qu’il a perdu en négligeant cette prière obligatoire.

Sur cette balance, nous pouvons dire en citant ce hadith authentique que celui qui a rompu volontairement un jour de jeûne du mois de Ramadan doit multiplier les jeûnes surérogatoires afin de compenser la récompense qu’il a manqué en rompant ce jour de jeûne.

Ainsi nous pouvons dire que le hadith cité précédemment est faible aussi bien dans sa chaîne de transmission que dans son sens :

« Celui qui rompt un jour de jeûne du mois de Ramadan sans excuse, ne peut compenser ce jour même en jeûnant toute sa vie. »

cela est excessif, mais la louange est à Allah ce hadith n’est pas authentique.

traduit par salafs.com
 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 14:50
La quête de la nuit du destin et la manière de la célébrer

Question 8 : 

 
Quels sont les actes méritoires à accomplir pendant Laylat Al-Qadr (la nuit du Destin) ? 

Serait-ce par la prière ou bien par la récitation du Saint Coran, la lecture de la biographie du Prophète
صلى الله عليه وسلم l'écoute de sermons et de prêches et la célébration de cette nuit dans la mosquée ?

Réponse 8 : 
 
-Premièrement : Le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم s'évertuait au cours des dix derniers jours de Ramadân à accomplir des pratiques cultuelles plus qu'il ne le faisait au cours de n'importe quel autre moment de l'année, et ce par la prière, la récitation du Coran et la multiplication des invocations.

A cet égard, Al-Boukhârî et Mouslim rapportèrent, d'après `A'îcha رضي الله عنها ce hadith : 

"Dès l'arrivée de la dernière décade (du Ramadân), le Prophète passait les nuits en priant, éveillait ses femmes (pour rendre culte à Allâh, elles aussi), s'appliquait avec zèle aux pratiques cultuelles et s'abstenait de tout rapport charnel (avec ses femmes)". 

Ahmad et Mouslim rapportèrent également ce Hadith: : 

"Durant la dernière décade du Ramadan, le Prophète s'appliquait aux pratiques cultuelles plus qu'il ne le faisait au cours de n'importe quel autre moment de l'année".

-Deuxièmement : Le Prophète صلى الله عليه وسلم incita à accomplir la prière nocturne lors de la nuit d'Al-Qadr avec une foi sincère et en toute pureté d'intention.

A ce sujet, d'après 'Abou Horayrah رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم dit : 

"Quiconque accomplit la prière nocturne pendant la nuit d’Al-Qadr, avec une foi sincère et en toute pureté d'intention, se verra pardonnés ses péchés antérieurs"
(Rapporté par les sept compilateurs de Hadith, à savoir: Al-Boukhârî, Mouslim, Ahmad, Abou Dâwoud, An-Nassâ'î, At-Tirmidhî, exception faite de Ibn Mâdja. 
C'est de ce hadith que l'on tire argument quant à légitimité de célébrer cette nuit s'appliquant à accomplir le Qiyâm (prière nocturne).

-Troisièmement : Parmi les meilleures invocations à faire lors de la nuit d'Al-Qadr, celle que le Prophète صلى الله عليه وسلم fit apprendre à `A'îcha رضي الله عنها.

A cet égard, At-Tirmidhî rapporta et jugea Sahîh (authentique), le hadith narré par `A'îcha رضي الله عنها où elle dit : 
 
"J'ai dit : "Ô Messager d'Allâh ! S'il m'arrivait de savoir quelle nuit est celle d'Al-Qadr, dis-moi ce que je devrais y dire".
Il lui dit : "Dis: Ô Allâh ! Tu es Pardonneur et Tu aimes le pardon. Aussi pardonne- moi !"" 

-Quatrièmement : Quant au fait d'indiquer une des nuits de Ramadân en particulier et considérer que telle est la nuit d'Al-Qadr, ceci doit se fonder sur un argument qui attribue exclusivement à cette nuit ce statut.

Cependant, les nuits impaires des dix derniers jours de Ramadân sont estimées plus méritoires d'avoir parmi elles cette nuit glorieuse.

De même la vingt septième nuit est à plus forte raison plus méritoire que les autres nuits du mois de se voir attribuer ce statut éminent.

L'on tire argument à cet égard des Hadiths étayant ce qu'on vient de mentionner.

-Cinquièmement : Quant aux "Bid`as" (innovations religieuses), elles ne sont pas autorisées ni pendant le Ramadâan ni en aucun autre mois de l'année.

A cet égard, il fut authentiquement prouvé que le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم dit :

"Quiconque introduit une innovation en matière de religion, verra son acte rejeté"

et dans une autre narration : 

"Quiconque accomplit un acte sans être conforme à la Sunna, son acte sera rejeté"

Ceci dit, les célébrations organisées lors de certaines nuits de Ramadân ne reposent sur aucun fondement et vont ainsi à l'encontre de la Sunna de Mohammad
صلى الله عليه وسلم ; Or, les pires des choses sont les innovations religieuses.

Qu’Allâh vous accorde la réussite; que l'éloge et le salut d'Allâh soient sur notre Prophète Mohammad, sa famille et ses Compagnons


La question 8 de la Fatwa numéro (2392)

(Numéro de la partie: 10, Numéro de la page: 414-415)

✅ Publié par alifta.com

 

 إحياء ليلة القدر

س8: كيف يكون إحياء ليلة القدر؛ أفي الصلاة أم بقراءة القرآن والسيرة النبوية والوعظ والإرشاد والاحتفال لذلك في المسجد؟
ج8

أولاً: كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يجتهد في العشر الأواخر من رمضان ما لا يجتهد في غيرها بالصلاة والقراءة والدعاء، فروى البخاري ومسلم عن عائشة رضي الله عنها أن النبي صلى الله عليه وسلم

 كان إذا دخل العشر الأواخر أحيا الليل وأيقظ أهله وشد المئزر

 ولأحمد ومسلم

 كان يجتهد في العشر الأواخر ما لا يجتهد في غيرها

ثانيًا: حث النبي صلى الله عليه وسلم على قيام ليلة القدر إيمانًا واحتسابًا، فعن أبي هريرة رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال

من قام ليلة القدر إيمانًا واحتسابًا غفر له ما تقدم من ذنبه

 رواه الجماعة إلا ابن ماجه ، وهذا الحديث يدل على مشروعية إحيائها بالقيام

ثالثًا: من أفضل الأدعية التي تقال في ليلة القدر ما علمه النبي صلى الله عليه وسلم عائشة رضي الله عنها، فروى الترمذي وصححه عن عائشة رضي الله عنها قالت: أخرجه أحمد 6 / 171، 182، 183، 208، 258، والترمذي 5 / 534 برقم (3513)، وابن ماجه 2 / 1265 برقم (3850)، والحاكم 1 / 530

قلت: يا رسول الله، أرأيت إن علمت أي ليلة ليلة القدر ما أقول فيها؟) قال: قولي: اللهم إنك عفو تحب العفو فاعف عني

رابعًا: أما تخصيص ليلة من رمضان بأنها ليلة القدر فهذا يحتاج إلى دليل يعينها دون غيرها، ولكن أوتار العشر الأواخر أحرى من غيرها والليلة السابعة والعشرون هي أحرى الليالي بليلة القدر؛ لما جاء في ذلك من الأحاديث الدالة على ما ذكرنا
خامسًا: وأما البدع فغير جائزة لا في رمضان ولا في غيره، فقد ثبت عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أنه قال

 من أحدث في أمرنا هذا ما ليس منه فهو رد

  وفي رواية

 من عمل عملاً ليس عليه أمرنا فهو رد

فما يفعل في بعض ليالي رمضان من الاحتفالات لا نعلم له أصلا، وخير الهدي هدي محمد صلى الله عليه وسلم، وشر الأمور محدثاتها
وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الثامن من الفتوى رقم - 2392

(الجزء رقم : 10، الصفحة رقم: 415-414)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام