492 articles avec mariage - divorce - الزواج و الطلاق

Conseil pour les soeurs qui rejettent fortement la polygamie (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Conseil pour les soeurs qui rejettent fortement la polygamie (audio)

 

Question :

 

Cheikh, peut-on avoir une nasiha (conseil) pour les sœurs qui rejettent fortement la polygamie ?

 

Réponse :

 

[Bismillahi rrahmani rrahim]

 

Le conseil premièrement, Ô servante d'Allah, est qu'il faut que tu saches que la polygamie est un jugement légiféré, il n'est pas permis de la caractériser comme étant de l'injustice, ou comme étant haram (interdite) ou de la rejeter comme si ce n'était pas un jugement légiféré.

 

La base comme a dit Allah :

 

إِنَّمَا كَانَ قَوْلَ الْمُؤْمِنِينَ إِذَا دُعُوا إِلَى اللَّـهِ وَرَ‌سُولِهِ لِيَحْكُمَ بَيْنَهُمْ أَن يَقُولُوا سَمِعْنَا وَأَطَعْنَا

 

(traduction rapprochée) :

 

"La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Allah et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est: «Nous avons entendu et nous avons obéi»" (sourate An-Nur verset 51)

 

ainsi que Sa parole :

 

(traductions rapprochées):

 

فَلَا وَرَبِّكَ لَا يُؤۡمِنُونَ حَتَّىٰ يُحَكِّمُوكَ فِيمَا شَجَرَ بَيۡنَهُمۡ ثُمَّ لَا يَجِدُواْ فِىٓ أَنفُسِہِمۡ حَرَجً۬ا مِّمَّا قَضَيۡتَ وَيُسَلِّمُواْ تَسۡلِيمً۬ا

 

"Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son Messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir". (sourate Al-Ahzab verset 36)

 

وَيُسَلِّمُوا تَسْلِيمًا

 

"...et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]" (sourate An-Nisa verset 65)

 

Ceci est la base, que tu sache que c'est le jugement d'Allah auquel il est obligatoire de s'y soumettre.

 

La deuxième chose, que tu saches, Ô servante d'Allah, qu'il n'y a pas un jugement légiféré sans qu'il n'y ait des bienfaits, c’est-à-dire, toi maintenant, tu vois que si l'époux se remarie, il découlera de ce 2e mariage des tords à ton encontre et aucun bienfait, et ceci est faux.

 

Le deuxième mariage a énormément de bienfaits, le 3e et le 4e aussi.

 

Parmi les bienfaits qu'ont cité les savants par exemple :

 

- Premièrement :

L'homme peut être avare, il a de l'argent mais il est avare, donc il ne dépense pas pour sa première épouse et il achète toujours la nourriture dont ils ont besoin et les choses dont ils ont besoin (le strict minimum)…

Et lorsqu'il se marie avec une deuxième, il dépense de l'argent, et s'il dépense pour la deuxième, il va aussi dépenser pour la première, et donc de l'argent arrivera à la première épouse.

 

-Deuxièmement :

Il se peut que la femme ait des enfants et des occupations, plus particulièrement la recherche de la science et elle ne peut y parvenir si le mari est tous les jours chez elle ; Mais si il a 2 ou 3 autres épouses, il sera un jour chez toi et un jour chez l'autre puis tu pourras te consacrer à tes enfants, ta maison, l'adoration de ton Seigneur, à toi-même, à l'étude de la science et il découlera un grand bienfait de ce coté-là.

 

-Troisièmement :

L'homme peut être nerveux et dur, et lorsqu'il se marie à une deuxième, il s'adoucit et devient facile, il ne frappe pas ect...

Et beaucoup beaucoup de bienfaits en ressortiront.

 

Il faut que la femme affirme, sache et soit certaine qu'il n'y a pas un jugement légiféré sans qu'il n'y ait des bienfaits.

 

-Quatrièmement :

Tu accumules des récompenses auprès d'Allah.

Par exemple : Toi en tant que femme, il se peut que tu n'ais pas les capacités de satisfaire les désirs de ton mari pour cause de maladie ou de faiblesse ou parce qu'il ne se hâte pas vers toi et s'il se remarie ; Il se hâtera vers la deuxième et vers la première aussi.

 

-Des fois certains hommes se marient avec une femme et il ne va vers elle que une ou deux fois dans le mois et donc la deuxième épouse rendra les rapports avec lui dynamiques et il se peut (qu'après cela) il ait des rapports avec la première 5 ou 7 fois, à ce moment là, lui est-il arrivé un bien ou pas ? 

Il lui est arrivé un bien !... C'est clair ?

 

Il y a beaucoup beaucoup de choses ; Aussi, la femme accumule des récompenses de quel coté ?

 

En réprimant les désirs de l'homme, maintenant s'il y avait un mal en toi, c'est possible qu'il parte une fois et fornique, c’est-à-dire il tombe dans le haram (interdit) et non dans le halal (permis).

 

Aussi elle aura des récompenses de quel coté ?

 

Toi tu laisse 4, 5 enfants et l'autre 4,5 enfants et découlera de cela, l'augmentation de la communauté de Mohamed, donc elle aura des récompenses du coté de l'augmentation de la descendance  et des suiveurs du prophète.

 

Aussi qu'elle sache que chaytane et les prêcheurs du mal, lui donneront l'image de la vérité comme étant le faux.

 

Et moi je veux dire que la croyance de la femme que le mariage avec une 2e, 3e ou 4e est un mal ect... Ceci provient de chaytane !

 

Il faut seulement qu'elle pense à l'obéissance au Tout-Miséricordieux (ArRahman) et in cha'a Llah, il en découlera du bien.

 

Et je mets en garde, et avec cela je clôture ma parole... ; Comme je vous ais dis, la dérision, la critique et le scepticisme sur le 2e mariage peut amener jusqu'à l'apostasie comme a dit Cheikh ibn 3uthaymin رحمه الله : Apostasie !!

 

Ceci est un jugement légiféré, Allah a dit :

 

مَىٰ فَٱنكِحُواْ مَا طَابَ لَكُم مِّنَ ٱلنِّسَآءِ مَثۡنَىٰ وَثُلَـٰثَ وَرُبَـٰعَ‌ۖ

 

(traduction rapprochée):

 

"Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent" (sourate An-Nisa verset 3)

 

Et toi tu le considères comme étant de l'injustice !

 

Comme étant du mal !

 

Comme étant de la traîtrise !

 

! سبحان الله

 

Est-ce que le jugement d'Allah est de la traitrise ?!

 

C'est pour cela que Cheikh ibn 3uthaymin a averti contre cela, mais il ne les a pas rendu mécréantes pour leur ignorance, mais il a dit si elle sait que c'est le jugement d'Allah ect... Cela peut-être de l'apostasie.

 

Donc il appartient à la femme de craindre Allah à ce sujet.

 

Et aussi l'homme peut mourir, comme a dit Cheikh ibn Baz, l'époux peut mourir et elle n'a aucun enfant ou elle n'a que des filles ; Et l'époux meurt et il a avec la 2e épouse des garçons.

 

Donc les garçons se chargeront de l'épouse de leur père et il est possible qu'elle ait des enfants qui ne sont pas aussi bienfaisants envers elle que ce garçon-là.

 

Des sagesses...

 

L'Homme ne sait pas où est le bien.

 

Est-ce clair ?

 

Questionneur :

 

C'est clair.

 

Qu'Allah vous bénisse, qu'Allah vous préserve.

 

La nuit du 13 mai 2015

Questions-réponses avec les frères français

Traduit par Fayçal bn Mohamed al jazairi

 

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul - الشيخ أحمد بن عمر بازمول

Partager cet article

Du fait qu’une femme porte le nom de son conjoint (vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Du fait qu’une femme porte le nom de son conjoint (vidéo)

La question :

 

Est-ce qu’il est religieusement obligatoire à la femme de porter le nom de son conjoint ou pourrait-elle garder son nom acquis à la naissance ?

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Il n’est pas permis d’attribuer une personne à une origine qui n’est pas la sienne ou au père qui n’est pas le sien.

 

En effet, l’Islam interdit absolument au père de nier la filiation de son enfant sans en avoir le droit, et ceci fait l'objet d'un consensus entre les ulémas, conformément au verset où Allâh عزّ وجلّ dit :

 

ادْعُوهُمْ لِآبَائِهِمْ هُوَ أَقْسَطُ عِنْدَ اللَّهِ فَإِنْ لَمْ تَعْلَمُوا آبَاءَهُمْ فَإِخْوَانُكُمْ فِي الدِّينِ وَمَوَالِيكُمْ وَلَيْسَ عَلَيْكُمْ جُنَاحٌ فِيمَا أَخْطَأْتُمْ بِهِ وَلَكِنْ مَا تَعَمَّدَتْ قُلُوبُكُمْ وَكَانَ اللَّهُ غَفُورًا رَحِيمًا

[الأحزاب: 5]

 

Le sens du verset :

 

﴾Appelez-les du nom de leurs pères: c’est plus équitable devant Allâh. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés. Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément. Allah, cependant, est Pardonneur et Miséricordieux ﴿ [El-Ahzâb (Les Alliés) : 5]

 

Et la parole du Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم :

 

«Quiconque se réclame délibérément d’une personne autre que son père ou son maître (1) aura contre lui la malédiction d’Allâh, de Ses anges et de tous les hommes, et on n’acceptera de lui ni œuvres pies ni œuvres surérogatoires» (2)

 

Et dans une autre narration :

 

«Quiconque se réclame délibérément d’une personne autre que son père sera interdit d’accès au paradis» (3)

 

S’il n’est pas permis de dire, une telle est la fille d’un tel alors qu’elle ne l’est pas, il est permis, par contre, de dire : une telle, la femme d’un tel ou la protégée d’un tel ou la représentante d’un tel, si ces attributs ne sont pas mentionnés et sont connus et ordinaires, alors «Ce qui est reconnu par l’usage est reconnu par la charia»  

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed صلّى الله عليه وآله وسلّم, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

(1) Que ce soit pendant son état d’esclave ou après l’affranchissent. Note du traducteur.

(2) Rapporté par Mouslim, chapitre du «Hadj» (hadith 3327), par At-Tirmidhi, chapitre de «L’alliance et de la donation», concernant ce qui a été rapporté à propos de quiconque se réclamant d’autre que ses maîtres (hadith 2127) et par Ahmad (hadith 616), par l’intermédiaire de `Ali Ibn Abi Tâlib رضي الله عنه.
(3) Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre des «Conquêtes», concernant la bataille d’At-Tâ'if (hadith 3982), par Mouslim, chapitre de la «Foi» (hadith 220), par Abou Dâwoûd, chapitre de «La bienséance», concernant celui qui appartient à un autre que ses maîtres (5113), par Ibn Mâdjah, chapitre des «Sentences», concernant quiconque se réclame d’une personne autre que son père ou son maître (hadith 2610), par Ibn Hibbâne (hadith 415), par Ad-Dârimi (hadith 2453) et par Ahmad (hadith 1500), par l’intermédiaire de Sa`d Ibn Abi Waqqâs et Abou Bakrata رضي الله عنهما.

 

Alger, le 4 Chawwêl 1427 H, correspondant au 26 octobre 2006 G.

Fatwa numéro : 555

 Traduit par ferkous.com

 

في حمل المرأة لقب زوجها

السـؤال : هل الواجبُ على المرأةِ حملُ لقبِ زوجِها شرعًا أم بإمكانها البقاء على لقبها الأصليِّ ؟ وجزاكم الله خيرًا

الجـواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على من أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أمَّا بعد

فلا يجوزُ من حيث النسبُ أن يُنْسَبَ المرءُ إلى غير نسبه الأصلي أو يُدَّعَى إلى غير أبيه، فقد حَرَّم الإسلام على الأب أن يُنْكِرَ نَسَبَ ولدِه بغير حقٍّ إجماعًا، لقوله تعالى: ﴿ادْعُوهُمْ لآبَائِهِمْ هُوَ أَقْسَطُ عِندَ اللهِ فَإِن لَّمْ تَعْلَمُوا آبَاءَهُمْ فَإِخْوَانُكُمْ فِي الدِّينِ وَمَوَالِيكُمْ وَلَيْسَ عَلَيْكُمْ جُنَاحٌ فِيمَا أَخْطَأْتُم بِهِ وَلَكِن مَّا تَعَمَّدَتْ قُلُوبُكُمْ وَكَانَ اللهُ غَفُورًا رَّحِيمًا﴾ [الأحزاب: ٥]، ولقوله صلى الله عليه وآله وسلم: «مَنِ ادَّعَى إِلَى غَيْرِ أَبِيهِ أَوْ انْتَمَى إِلَى غَيْرِ مَوَالِيهِ، فَعَلَيْهِ لَعْنَةُ اللهِ وَالمَلاَئِكَةِ وَالنَّاسِ أَجْمَعِينَ، لاَ يَقْبَلُ اللهُ مِنْهُ يَوْمَ القِيَامَةِ صَرْفًا وَلاَ عَدْلاً»(١)، وفي رواية أخرى: «مَنِ ادَّعَى إِلَى غَيْرِ أَبِيهِ وَهُوَ يَعْلَمُ أَنَّهُ غَيْرُ أَبِيهِ، فَالجَنَّةُ عَلَيْهِ حَرَامٌ»(٢)، فإذا كان لا يجوز أن يقال: فلانة بنت فلان وهي ليست ابنته، ولكن يجوز أن يقال: فلانة زوجة فلان أو مكفولة فلان أو وكيلة عن فلان، فإذا لم تذكر هذه الإضافات -وكانت معروفة معهودة- «فَإِنَّ مَا يَجْرِي بِالعُرْفِ يَجْرِي بِالشَّرْعِ»
والعلمُ عند الله تعالى، وآخر دعوانا أنِ الحمد لله ربِّ العالمين، وصلى الله على نبيّنا محمّد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، وسلّم تسليمًا
١) أخرجه مسلم في «صحيحه» كتاب الحج، باب فضل المدينة ودعاء النبي فيها بالبركة: (٣٣٢٧)، والترمذي في «سننه» كتاب الولاء والهبة، باب ما جاء فيمن تولى غير مواليه: (٢١٢٧)، وأحمد في «مسنده»: (٦١٦)، من حديث علي بن أبي طالب رضي الله عنه
٢) أخرجه البخاري في «صحيحه» كتاب المغازي، باب غزوة الطائف: (٣٩٨٢)، ومسلم في «صحيحه» كتاب الإيمان، باب بيان حال إيمان من رغب عن أبيه وهو يعلم: (٢٢٠)، وأبو داود في «سننه» كتاب الأدب، باب في الرجل ينتمي إلى غير مواليه: (٥١١٣)، وابن ماجه في «سننه» كتاب الحدود، باب من ادعى إلى غير أبيه أو تولى غير مواليه: (٢٦١٠)، وأحمد في «مسنده»: (١٥٠٠)، من حديث سعد بن أبي وقاص وأبي بكرة رضي الله عنهما

مكَّة في: ٤ شـوَّال ١٤٢٧ﻫ الموافق ﻟ: ٢٦ أكتوبر ٢٠٠٦م

فتوى رقم: ٥٥٥

فتوى رقم: ٥٥٥
الصنف: فتاوى الأسرة - المرأة
في حمل المرأة لقب زوجها

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

Menacer son épouse du divorce

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Menacer son épouse du divorce

Il ne fais pas partie du bon comportement envers les épouses, que la femme soit sous la menace du divorce à toute occasion.

 

ليس من حسن العشرة مع النساء، أن تكون المرأة تحت التهديد والإنذار بالطلاق في كل مناسبة

[قرة عيون الموحدين 39]

Cheikh Mohammad Âman bnou 'Alî Al-Jâmî - الشيخ محمد أمان بن علي الجامي

Partager cet article

Le mariage est une obligation et non une sunna (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le mariage est une obligation et non une sunna (audio-vidéo)

Question :

 

Qu’Allâh soit bienfaisant envers vous shaykh.

 

Concernant le hadîth (il ne se souvient pas des termes exacts), selon le Prophète صلى الله عليه وسلم qui a dit que celui qui se marie est comme s’il a complété la moitié de sa religion.

 

Alors celui qui ne s’est pas marié, sa religion est-elle diminuée ?

 

C’est-à-dire…

 

Réponse :

 

Je t’ai compris.

 

Le hadîth dont il est question est sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

«Celui qui s’est marié, il a complété la moitié de sa religion, qu’il craigne donc Allâh pour la seconde moitié».

 

Il ne fait aucun doute que ce hadîth ne peut être compris que sur la base de la stabilité du jugement du mariage dans l’esprit de celui qui écoute ce hadîth.

 

Selon moi, le problème qui se pose quant à la soumission au jugement de ce hadîth est qu’il est établi dans l’esprit de beaucoup de gens que le mariage est une sounna !

 

Dans le sens une sunna non obligatoire.

 

Mais, l’affaire n’est pas ainsi. 

 

Le mariage - pour celui qui ne s’est pas marié ou plus précisément, pour celui qui n’a pas d’épouse - est une obligation qui lui incombe.

 

Il se doit de se précipiter rapidement au mariage afin de persévérer sur cet ordre (au mariage) qui est dans le Livre et la sounna.

 

Dans le Livre, Sa Parole تبارك وتعالى dans le verset célèbre (traduction rapprochée) :

 

«épousez parmi les femmes qui vous plaisent deux, trois ou quatre » 

 

Quant à la sounna, sa parole صلى الله عليه وسلم dans le hadîth authentique, que j’ai rappelé à une occasion ou des occasions passées sur l’histoire du petit groupe de personnes venu auprès des femmes du Prophète صلى الله عليه وسلم, les interrogeant sur les actes d’adorations du Messager صلى الله عليه وسلم  et de sa jouissance avec ses épouses.

 

Ils trouvèrent étrange que le Prophète صلى الله عليه وسلم vienne à ses femmes.

 

Le Messager صلى الله عليه وسلم fit alors ce sermon - et nul besoin de le rappeler une fois encore car il est connu إن شاء الله.

 

Le témoin argumentatif est qu’il répliqua à chacun d’eux ce qu’ils avaient fait vœu.

 

L’un d’eux avait dit : «Quant à moi, je ne me marierai pas».

La réplique du Prophète صلى الله عليه وسلم  fût :

«Quant à moi, je me marie aux femmes. Celui qui se détourne de ma sounna n’est pas des miens».

 

Le mariage est donc une obligation, et non pas une sounna selon le verset, selon ce hadîth et selon sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

«Ô vous les jeunes !

Celui d’entre vous qui en a la capacité qu’il se marie car ceci va lui faire baisser le regard et est plus chaste pour le sexe.

Et celui qui n’en a pas la capacité alors qu’il jeûne car cela sera pour lui un bouclier».

 

Le Messager a dit صلى الله عليه وسلم Ô vous les jeunes, mariez-vous.

 

Et il en a indiqué la cause :

 

«Car ceci va lui faire baisser le regard et est plus chaste pour le sexe».

 

Et il ne fait aucun doute qu’ici, il y a les prémices à la fornication qu’il صلى الله عليه وسلم a exposé dans certains hadiths authentiques.

 

Ce hadîth rappelé plus avant montre que des prémices en sera préservé celui qui se marie puisque vous avez entendu qu’il a dit :

 

«Car ceci va lui faire baisser le regard et est plus chaste pour le sexe».

 

Concernant de telles prémices, on a sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

«il a été écrit au fils d’Adam sa part de fornication ; il en sera touché quoi qu’il en soit».

 

Dans ce hadith, il y a une réplique à certains jeunes qui sont trompés par leur âme, quand ils disent : «Moi, je baisse le regard».

 

Le Messager صلى الله عليه وسلم dit qu’il ment :

 

«il a été écrit au fils d’Adam sa part de fornication, il en sera touché quoi qu’il en soit».

 

Ces prémices : elles n’ont pas d’issue, il y tombera.

 

Quant aux grandes abominations/péchés, cela dépend.  

 

«Il a été écrit à chacun des fils d'Adam sa part de fornication, il en sera touché quoi qu’il en soit.

Les yeux forniquent et sa fornication est le regard.

Les oreilles forniquent et sa fornication est l'écoute.

La main fornique et sa fornication est le toucher.

Le pied fornique et sa fornication est le pas.

C'est le sexe qui rend tout cela véridique ou le dément».

 

Ainsi, le mariage est une obligation car il s’interpose entre l’Homme et le fait qu’il ne tombe dans beaucoup de prémices illicites mentionnés dans la formulation de ce hadîth :

 

«Il a été écrit à chacun des fils d'Adam sa part de fornication, il en sera touché quoi qu’il en soit. Les yeux forniquent (…)» jusqu’à la fin du hadîth.

 

Et le sexe rend tout cela véridique ou le dément.

 

C’est pourquoi il est obligatoire au musulman qui en a la capacité de prendre les moyens et obstacles afin de ne pas tomber dans la grande abomination (la fornication).

 

Et cela se fera en fonction de deux moyens : Le 1er moyen étant le mariage, mais cela est lié à la capacité puisque le hajj- qui est plus important que le mariage- n’est obligatoire qu’à celui qui en a la capacité comme cela est connu.

 

Ainsi, le 1er moyen qui s’interposera entre le musulman et le faire tomber dans le péché est le mariage.

 

Et s’il ne le peut pas, il صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«alors qu’il jeûne car cela sera pour lui un bouclier».

 

Et là, je me dois de faire une parenthèse et j’espère qu’elle sera courte : certaines personnes - parmi les anciens et les contemporains, ont émis des fatwas aux jeunes désirant ardemment le mariage, mais n’ayant pas trouvé de moyens l’y conduisant pour une raison ou une autre, ils leur ont émis des fatwas et certains ont même écrit des livres sur cela, ils leur ont émis des fatwas permettant l’habitude secrète : la masturbation.

 

Et cela est un interdit sur un interdit.

 

Pourquoi ?

 

Premièrement, ils ont contredit l’ordre du Messager صلى الله عليه وسلم.

 

Et deuxièmement, ils ont contredit le noble verset.

 

Quant à son ordre, c’est sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

«Et celui qui n’en a pas la capacité alors qu’il jeûne car cela sera pour lui un bouclier».

 

Donc, le jeûne est le moyen convenant au jeune pour qui on craint que ne le domine le désir ardent du mariage qu’il agréera donc.

 

Il doit jeûner selon l’ordre du Messager صلى الله عليه وسلم.

 

Cela signifie que son ordre صلى الله عليه وسلم est le médicament et il est le remède pour tout jeune ayant le désir de se marier mais qui ne le peut comme nous l’avons mentionné.

 

Alors son médicament est le jeune car il صلى الله عليه وسلم a comparé ce jeune au bouclier pour lui, qui est la castration des animaux, qui lorsqu’ils sont castrés, ses désirs cessent envers les femelles de son espèce.

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a comparé ce jeûne au bouclier : le sens en est que le remède de celui désirant ardemment le mariage parmi les jeunes n’est pas la masturbation mais c’est seulement le jeûne, et il fait partie de la médecine prophétique.

 

Quant à la contradiction au Qur’ân, Il تعالى a dit, dans les attributs de Ses serviteurs croyants (traduction rapprochée) :

 

«et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs» 

 

«Alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites» : c’est-à-dire au-delà du mariage et le concubinage comme moyen pour assouvir leur désir, ce sont eux les transgresseurs.

 

C’est-à-dire les iniques injustes.

 

Alors, comment serait-il possible à un savant musulman de mettre en avant un remède aux jeunes ne pouvant se marier, leur mettre en avant un remède contredisant le remède du Messager صلى الله عليه وسلم.

 

(Le savant) leur dit qu’il est permis de se masturber avec la main et il ne leur ordonne pas de jeûner, ce que leur a ordonné le Messager صلى الله عليه وسلم.

 

Cela ne ressemble-t-il pas à un médecin qui sait que par exemple la graine de nigelle (habba saouda) est un remède à toute maladie et qui sait comment l’utiliser (en traitement) mais il prescrit au malade le vin interdit et il se détourne de cette prescription avec laquelle il صلى الله عليه وسلم est venu.

 

Il ne fait aucun doute que ces fatwas sont avec leur transgression à cette voie prophétique noble, elles sont sur la balance du débauché connu Abou Nouwass, celui qui disait de par son amour pour le vin et de son enivrement : «et guéris moi, c’est lui (le vin) qui est le remède». 

 

Cela n’est pas permis dans la religion de l’Islâm.

 

C’est pourquoi si nous connaissons cette réalité, et que nous revenons à sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

«celui qui s’est marié, il a complété la moitié de sa religion, qu’il craigne donc Allâh pour la seconde moitié».

 

Et c’est comme si le Prophète صلى الله عليه وسلم indiquait par ce hadîth sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

«celui qui me garantit ce qui se trouve entre ses mâchoires (la langue) et ses jambes (le sexe), je lui garantis le Paradis».

 

Ici se termine la réponse.

 

Traduit et publié par le cercle des sciences

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

La femme vertueuse qui agrée la polygamie est dans un état de djihad

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La femme vertueuse qui agrée la polygamie est dans un état de djihad

Et la femme vertueuse quand elle agrée la polygamie, elle est dans un état de jihad, mais j'espère qu'elle obtient la récompense du moujahid dans le sentier d'Allah ; Car le messager صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Le moujahid est celui qui combat son âme dans l'obéissance d'Allah."

 

Et elle est dans un état de patience et une patiente.

 

Il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Le croyant qui se mélange aux gens et patiente sur leur mal est meilleur que le musulman qui ne se mélange pas aux gens et qui ne patiente pas sur leur mal."

 

والمرأة الصالحة إذا رضيت بمعدد تكون في حال جهاد، بل أرجو أن تنال أجر المجاهد في سبيل الله، لأن الرسول صلى الله

عليه وسلم يقول: "المجاهد من جاهد نفسه في طاعة الله"، وهي في حال صبر ومصابرة، يقول صلى الله عليه وسلم: المؤمن الذي يخالط الناس ويصبر على أذاهم خير من المؤمن الذي لا يخالط الناس و لا يصبر على أذاهم

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

Une soeur reçoit une demande en mariage... Que doit-elle faire ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Une soeur reçoit une demande en mariage... Que doit-elle faire ?

Question :

 

On m'a envoyé une demande de mariage...

 

Quel est le jugement ?

 

Que dois-je faire ?

 

Réponse :

 

Tu ne lui réponds pas sauf avec une chose (traduction rapprochée) :

 

"Entrez donc dans les maisons par leurs portes. Et craignez Allah afin que vous réussissiez !" (Sourate Al-Baqara 2 verset 189)

 

Et s'il est véridique, il envoie des femmes pour te parler et elles prennent une voie d'intermédiaire avec ton tuteur.

 

Sans ceci, tu ne réponds pas.

 

(...)

 

 Traduit par la page Fawaid ala-l manhaj as salaf

سؤاليرسل لي طلبا للزواج فما الحكم ؟ وماذا أعمل؟

الجواب : لا تردي عليه إلا بشيء واحد

وَأْتُواْ الْبُيُوتَ مِنْ أَبْوَابِهَا وَاتَّقُواْ اللّهَ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ - البقرة 189

وهو إذا كان صادقا يرسل نساء يكلمنك ويأخذون طريقة التواصل مع وليك ، بغير هذا لا تجيبي

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

Quel est le jugement de l'habitude secrète ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Quel est le jugement de l'habitude secrète ? (audio)

Question :

 

Noble cheikh, quel est votre avis sur celui qui dit :

 

J'utilise l'habitude secrète (la masturbation) au lieu de tomber dans la fornication ou l’homosexualité, et vous avez certes connaissance du grand nombre de tentations à cette époque ainsi que l’élévation du prix des dotes ?

 

Réponse :

 

L'habitude secrète, même si certaines personnes ont dit qu'elle était permise, en réalité elle n'est pas permise et ce n'est pas un remède préservant la personne du crime de la fornication, c'est pour cela que son interdiction est mentionnée dans le Coran, comme cela est su par ceux ayant médité dessus. 

 

Lorsque Allâh a mentionné parmi les caractéristiques des croyants, l'autorisation d'avoir des rapports avec leurs épouses et leurs esclaves, Il a ensuite dit : 

 

فَمَنِ ابْتَغَى وَرَاءَ ذَلِكَ فَأُولَئِكَ هُمُ الْعَادُونَ

 

« Alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs. »

 

C'est-à-dire que celui qui souhaite assouvir son envie dans autre que ce qui a été mentionné parmi les épouses légiférées et les esclaves légiférées, celui qui dépose sa semence dans autre que cela a certes dépassé les limites et empiété la législation, c'est pour cela que l'habitude secrète n'est permise dans aucun cas.

 

Ceci est le premier point.

 

Deuxièmement, ce n'est pas un remède, si c'était un remède pour contenir les pulsions du jeune afin qu'il se passe des rapports conjugaux s'il est incapable de se marier, si c'était ainsi cela aurait été mentionné dans le Coran ou la sunna, mais c'est le contraire qui a été mentionné, Allâh a dit :

 

وَلْيَسْتَعْفِفِ الَّذِينَ لَا يَجِدُونَ نِكَاحًا حَتَّى يُغْنِيَهُمُ اللَّهُ مِنْ فَضْلِهِ

 

«Et que ceux qui n'ont pas de quoi se marier cherchent à rester chastes jusqu'à ce qu'Allâh les enrichisse par Sa grâce.» 

 

Ceci est un ordre de garder sa chasteté en ne faisant pas couler sa semence par n'importe quel moyen autre que ce qu'Allâh a légiféré parmi les épouses et les esclaves.

 

Et le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit :  

 

«Ô vous les jeunes, celui d'entre vous qui en a les capacités, qu'il se marie, ceci est plus propice à préserver la chasteté et à baisser le regard.» 

 

Il les a donc orientés vers la chasteté et le jeûne, car il refrène les passions et diminue la force afin que la personne ne tombe pas dans le crime de la fornication.

 

Il nous est donc obligatoire de savoir que l'habitude secrète n'est pas un remède contre la fornication, ni pour fuir de celle-ci, au contraire, il est possible que l'habitude secrète soit une cause pour aspirer à la fornication, et ce en plaçant son envie dans un sexe interdit, tout comme il lui a été facile de la placer dans son corps ou autre. 

 

Et Allâh est plus savant. 

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Concernant le sexe oral sur son épouse (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Concernant le sexe oral sur son épouse (audio)

 

Questionneur :

 

Concernant le fait d'embrasser le sexe de la femme.

 

Cheikh :

 

Embrasser ?

 

Questionneur :

 

Oui

 

Cheikh :

 

Ceci est l'action des chiens.

 

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

copié de cheikhalalbani.com

 

السائل : بالنسبة تقبيل فرج المرأة
الشيخ : تقبيل ؟
السائل : نعم
الشيخ : هذا عمل الكلاب

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Elle souhaite se marier mais ses tuteurs sont loin d’elle (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Elle souhaite se marier mais ses tuteurs sont loin d’elle (audio-vidéo)

Question :

 

Une femme a voyagé vers un pays européen pour fuir les atrocités de la guerre dans son pays.

 

Elle vit en Hollande avec ses enfants.

 

Un homme s’est présenté à elle pour l’épouser cependant elle n’a aucun tuteur sur place avec elle donc qui doit se charger de la marier en sachant que l’ensemble de ses proches se trouvent dans un autre pays ?

 

Réponse :

 

La chose est simple, elle en informe son tuteur par téléphone ou via boîte mail et il chargera quelqu’un parmi les musulmans sur place pour contracter son mariage s’il n’a pas la capacité d’être présent.

 

Et ceci tant qu’elle est émigrée apparemment d’un pays arabe vers un pays européen, alors être présent là-bas sera compliqué, il charge quelqu’un, il désigne un homme sur place en qui il a confiance concernant sa religion et sa loyauté qui se chargera de faire contracter le mariage.

 

Traduit et publié par SalafIslam.fr

تقدم لها رجلا ووليها في بلد آخر؛ فمن يقوم بتزويجها؟ 

السؤال : بارك اللهُ فيكم شيخنا، السؤال السادس في هذا اللقاء؛ امرأة سافرت إلى بلدٍ أوروبية فِرارًا من ويلات الحرب في بلادها، وهي تعيشُ في هُولندا مع أطفالِها، وتَقَدَّم لها رجلٌ لزواجها ولكن ليس معها ولي فمن يقوم بتزويجها؛ علمًا بأنَّ أقاربها كلهُم في بلدٍ آخر؟

الجواب : هذا الأمر الميسور تُخبر وليّها في البلد عن طريق الهاتِف، أو عَن طريق ما يُسمى بالبريد الإلكتروني، وهو يُوَكِّل رجلًا من المُسلمين يعقِدُ لها إن لم يستَطِع الحضور، ومادامت مُهاجِرَة فيما يظهر من بلدٍ عربية إلى بلدٍ أوروبية يصعُب الحضور، يُوكِّل، يُوكّل رجلًا يثِقُ من دينهِ وأمانتهِ؛ يعقدُ لها

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

Le meilleur d'entre vous est le meilleur avec les femmes !

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le meilleur d'entre vous est le meilleur avec les femmes !

Allah تبارك وتعالى dit (traduction rapprochée) :

 

"Et comportez-vous convenablement envers elles" (sourate An-Nissa verset 19)

 

Quel mérite y-a-t-il à ce que tu dises que tu es salafi et que tu fréquentes les salafis et que tu n'améliores pas tes agissements avec ton épouse et ta famille ?

 

Quel mérite à être salafi et tu donnes cette mauvaise image du comportement des salafis ?

 

Le meilleur d'entre vous est le meilleur avec les femmes !

 

Traduit par assalafiyat.blogspot.fr

Révisé par Oum Omayr

 

قال الله -تبارك وتعالى

وَعَاشِرُوهُنَّ بِالْمَعْرُوفِ) - سورة النساء الآية: 19)
ما قيمة أن تقول: أنك سلفي، وتجالس السلفيين، وأنت لا تحسن التعامل مع زوجك وعيالك؟
ما قيمة أنك سلفي وأنت تعطي هذه الصورة السيئة عن أخلاق السلفية؟
ألا إن خياركم خياركم لنسائه
وبالله التوفيق

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

A qui revient la garde de l’enfant après le remariage de la mère ? (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

A qui revient la garde de l’enfant après le remariage de la mère ? (audio-vidéo)

 

Question :

 

Une femme dont le mari l’a divorcé alors qu’elle a un enfant âgé d’un an avec lui va se remarier avec un autre homme.

 

A qui doit revenir la garde de l’enfant après son remariage ?

 

Au père ou à la mère ?

 

Réponse :

 

Ceci ma fille revient au juge musulman, c’est lui qui décide à qui revient la garde, sauf si le futur mari accepte que tu gardes l’enfant avec toi. 

 

-Donc en premier lieu, lorsque la situation est apaisée et que les deux parents sont conciliants entre eux, il faut tout d’abord que le père de l’enfant qui est ton premier mari donne son consentement pour que tu gardes l’enfant avec toi.

Puis après cela il faut également l’accord du second mari, se sent il capable ou non de supporter la situation, accepte t-il ou non.

 

-Par contre si la situation est conflictuelle entre les ex époux, alors l’affaire revient au juge musulman et c’est lui qui tranchera dans cette affaire.

 

traduit par SalafIslam.fr

 

 طلقها زوجها الأول ولها منه ولد وهي الآن ستتزوج ؛ فهل تبقى حضانة طفلها لها؟
السؤال : 
بارك الله فيكم شيخنا، السؤال الثامن في هذا اللقاء؛ يقول: امرأة طَلَّقها زوجها الأول ولها منه ولد عمره سنة واحدة، وهي الآن ستتزوج من رجلٍ آخر، فلمن تكون حضانة هذا الطفل بعد زواجها؟ للأب أم للأم؟
الجواب : هذه مردُّها يا بنتي إلى الحاكم الشرعي هو الذي ينقل الحضانة، إلا إذا رَضِي زوجك الثاني وقَبِل يبقى معك
إذن، أولًا: حال المصافاة والملاطفة واللين، فلابُدّ أولًا من موافقة أبيه وهو زوجك الأول، فإن وافق لابُدَّ من موافقة الزوج الثاني فهل يستطيع أو لا يستطيع، يقبل أو لا يقبل
أما حال المُشاحّة، فالأمر إلى الحاكم الشرعي، هو الذي يفصل في الموضوع

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

Le divorce à la municipalité d'un pays non-musulman afin de se marier avec une seconde épouse est-il valable religieusement ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le divorce à la municipalité d'un pays non-musulman afin de se marier avec une seconde épouse est-il valable religieusement ? (audio)

 

Question :

 

Un frère voudrait se marier avec une seconde épouse, cependant la loi civile (du pays non-musulman) le lui interdit et il ne désire pas se séparer de sa première épouse.

 

Lui est-il permis de divorcer sa femme de par la loi civile (du pays non musulman) et de rester marié avec elle religieusement ?

 

Réponse :

 

Si il la divorce par la loi civile alors elle est divorcée.

 

Si il va à la municipalité comme cela se fait dans les pays non-musulmans dans l'endroit des actes (l'état civil) et qu'il dit : "Mon  épouse est divorcée", alors elle sera divorcée !

 

Si il la reprend après cela d'un retour autorisé alors elle sera reprise.

 

Et si il veut se marier après cela, il se marie.

 

Cependant je crains pour lui qu'il lui arrive la même chose que l'homme qui voulait fêter l'aid dans les deux villages. 

 

L'homme qui voulait fêter l'aid dans les deux villages a dit :

 

"Tel village qui est proche de nous mange très tôt le repas de l'aid ; Ils sortent le repas de l'aid dans la rue, puis ils mangent...

Je vais donc manger avec eux puis ensuite j'irai manger le repas de l'aid de mon village."
 

Il s'est donc rendu dans le village proche du sien mais quand il arriva, les gens avaient déjà tout fini, il a rien pu avoir.

 

Il retourna dans son propre village qui retardait le repas, mais quand il arriva, les gens eurent aussi fini, il n'obtena rien non plus...

 

Je crains donc pour lui qu'il ne puisse ni conserver son épouse et qu'il ne puisse ni se marier avec une seconde épouse. 

 

Le serviteur se doit de réfléchir et d'analyser sa situation.

 

Et selon ta capacité, Ô mon frère, que tu partes dans un des pays musulmans dans lequel on ne combattra pas la legislation d'Allah.

traduit par Abou Jabir

 

 يريد الزواج بثانية لكن القانون يمنعه؛ فهل يجوز أن يطلقها قانونيا وتبقى زوجه شرعا؟
السؤال : هذا يقول: أحد الإخوة يريد الزواج بثانية لكنَّ القانون يمنَعُه، وهو لا يريد التفريط في زوجته الأولى؛ فهل يجوز أن يطلقها قانونيًا وتبقى زوجه شرعًا؟
الجواب : إذا طلقها قانونيًا طَلُقَتْ، إذا ذهب إلى البلدية كما هو في بلاد الكفر محل توثيق العقود وقال زوجتي طالق طَلُقَتْ، فإذا راجعها بعد وكانت رجعية يحِلُّ له إرجاعها رجعت، فإذا أراد أن يتزوج بعد ذلك يتزوج، لكن أنا أخاف على هذا أن يصبح مثل مُعَيِّد القريتين؛ مُعَيِّد القريتين قال: القرية الفلانية القريبة مِنّا يُبَكِّرون بأكل العيد يخرجون عيدهم إلى الشارع – طعامهم- فيأكلون، أتَعيّد معهم ثم أرجع آكل من عيد قريتي، فذهب إلى القرية تلك وهي قريبة فما جاء إلا وقد قاموا من على العيد، ما حصَّل شيء، فرجع إلى قريته التي تَأَخَّرت فيأتي إليها وإذا بهم قد قاموا من على عيدهم فما حصل شيء، فأخشى أنه لا يمسك زوجته ولا يتزوج الثانية، فعلى العبد أن يكون عاقلًا وأن ينظُرَ في أمرهِ، وباستطاعتك يا أخي أن تذهب إلى البلدان الإسلامية التي لا تحاربُ شرعَ الله - جَلَّ وعلا- ولله الحمد

Cheikh Mohammad Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

La restriction à une seule femme

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La restriction à une seule femme

Certains savants sont d'avis que la Sunnah est de se restreindre à une seule femme, et ils ont argumenté avec ce qui suit :

 

-Car cela est plus sain pour se protéger de l'injustice.

Parce que s'il épouse deux femmes ou plus, il pourrait ne pas être juste envers les deux.

 

-Car cela est plus proche de l'interdiction de la dispersion de la famille.

Car s'il a plus d'une femme, la famille va se disperser, alors il aura des enfants de cette femme, et des enfants de cette autre femme et il se peut qu'il y ait des discordes entre eux [les enfants] en consequences des discordes entre les mères, comme nous pouvons parfois le constater.

 

-Car cela est plus proche de l'accomplissement de l'obligation des dépenses [pour la femme] et autre...

 

-Et cela est plus simple pour l'homme que de faire attention à être juste [entre ses femmes].

Et certes le fait de faire attention à la justice est une chose immense qui nécessite de l'endurance.

 

Et c'est ce qui est connu du madhab Hanbali, et sur ce nous disons : "La restriction à une seule [femme] est plus saine".

 

Charh Zaad al Moustaqni' / 13.12

Traduit par سارة ام حفصة

 

 الاقتصار على زوجة واحدة
ذهب بعض أهل العلم إلى أنه يسن أن يقتصر على واحدة، وعلل ذلك
ـ بأنه أسلم للذمة من الجور؛ لأنه إذا تزوج اثنتين أو أكثر فقد لا يستطيع العدل بينهما
ـ ولأنه أقرب إلى منع تشتت الأسرة، فإنه إذا كان له أكثر من امرأة تشتت الأسرة، فيكون أولاد لهذه المرأة، وأولاد لهذه المرأة، وربما يحصل بينهم تنافر بناء على التنافر الذي بين الأمهات، كما هو مشاهد في بعض الأحيان
ـ ولأنه أقرب إلى القيام بواجبها من النفقة وغيرها
ـ وأهون على المرء من مراعاة العدل؛ فإن مراعاة العدل أمر عظيم، يحتاج إلى معاناة
وهذا هو المشهور من المذهب الحنبلي
وعلى هذا فنقول: الاقتصار على الواحدة أسلم
ابن عثيمين - شرح زاد المستقنع 12/ 13

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>