498 articles avec methodologie - المنهجية

Toute personne qui se prétend salafi ne l'est pas forcément (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Toute personne qui se prétend salafi ne l'est pas forcément (audio-vidéo)

Cependant il y a ici une remarque importante et un rappel, et le rappel profite aux croyants : 
 

Toute personne qui prétend la salafiyyah (le salafisme) n'est pas forcément véridique.

 

Toute personne qui montre l'emblème de la salafiyyah (le salafisme) et le suivi des salafs sâlih (les pieux prédécesseurs) n'est pas forcément véridique dans sa prétention.

 

Chers bien-aimés, cela ne fait pas partie du repli, non par Allâh, mais celui qui prétend cela doit obligatoirement mettre en pratique ce qu'implique cette noble parole.

 

L'imam ibn Al-Qayyim a dit :

 

 "Lorsque le nombre de prétendants à l'amour d'Allâh augmenta, on leur demanda de prouver la véracité de leur prétention".

 

On n'accepte pas la prétention de tout le monde.

 

"On leur demanda de prouver la véracité de leur prétention car s'il était accordé aux gens ce qu'ils réclament, l'esprit tranquille prétendrait l'affection de l'éprouvé, car les prétendants sont divers lors des requêtes, il a alors été dit : Cette prétention n'est accepté qu'avec une preuve".

 

Quelle est la preuve ?

 

(Traduction rapprochée) 


"Dis : "Si vous aimez vraiment Allâh, suivez-moi, Allâh vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés" (sourate 3, verset 31)


Toute la création s'est alors rétractée, et seuls ceux qui ont suivi le bien aimé صلى الله عليه وسلم ont été affermis dans ses actes, ses paroles et son comportement". 

 

Fin de ses propos, qu'Allâh lui fasse miséricorde.

 

C'est pourquoi ne sois pas étonné si tu vois certains montrer de faux et mensongers slogans, tel que l'étendard "as-salafiyyatou al djihâdiyyah", ou "da'watou-s-salafiyyah li da'wah wa lil qitâl", ou "al djam'iyatou-s-salafiyyatou-l-'ilmiyyah" et ce qui est similaire à cela comme slogan qui contiennent des déviances sous l'appel de ceux qui suivent leurs passions, l'un emboitant le pas de l'autre.


Prête attention à cette recommandation, l'imam Al-Hassan a dit :

 

"Ô fils d'Adam, ne sois pas trompé par la parole de celui qui dit : "L'individu est avec celui qu'il aime", ceci est un hadith authentique, unanimement reconnu authentique, certaines personnes pensent que cela suffit, alors que ses paroles et ses croyances, toutes contredisent (la sounnah).

 

Il dit :"Ne sois pas trompé, celui qui aime des gens suit leurs traces, tu ne rejoindras les pieux que lorsque tu suivras leurs traces, que tu prendras leur guidée, que tu prendras exemple sur leur sounnah, et que tu n'atteindras le matin et le soir qu'en étant sur leur voie, en étant motivé à être parmi eux, ainsi tu emprunteras leur chemin, même si tu es déficient dans la mise en pratique car ce qui compte est que tu sois sur la droiture.

 

N'as-tu pas vu les juifs, les chrétiens et les adeptes des passions aimer leurs prophètes alors qu'ils ne sont pas avec eux ? 

 

Ceci car ils les ont contredits dans la parole et l'acte, et qu'ils ont pris un chemin autre que le leur, ainsi leur abreuvoir sera de feu, nous recherchons refuge auprès d'Allâh de cela".

 

Le savant Abou Al-Moudhaffar As-Sam'ânî, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit d'après ce qu'a rapporté de lui l'imam ibn Taymiyyah, qu'Allâh lui fasse miséricorde, dans "sawni-l-mantiq", il dit :

 

"On nous a ordonné de suivre et on nous y a invité, et on nous a interdit l'innovation et on nous en a dissuadé, et la devise des adeptes de la sounnah (ahlou sounnah) : Le suivi des pieux prédécesseurs (salaf sâlih), et leur délaissement de toute nouveauté (religieuse) et de tout ce qui est innové".


Ainsi tous ceux qui brandissent une devise ne sont pas forcément véridiques.


Ibn Taymiyyah a dit :

 

"Nous ne visons pas seulement par les adeptes du hadith (ahlou-l-hadith) ceux qui l'écoutent, l'écrivent ou le rapportent, mais nous visons par eux quiconque le mémorise, le connait, le comprend extérieurement et intérieurement, celui qui le suit extérieurement et intérieurement".

 

 Traduit et publié par sahihofislam

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Partager cet article

Lorsque les savants de la sounnah divergent sur le statut d'un individu et les raisons de cette divergence (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Lorsque les savants de la sounnah divergent sur le statut d'un individu et les raisons de cette divergence (audio)

 

La salafiya et la divergence... 

 

D'autres qu'eux (que les salafis) divergent avec eux ; Et il peut y avoir une divergence entre eux (entres salafis) sur des questions d'actualité à adapter aux textes et non dans les fondements de ces questions relatives.

 

Les fondements sont connus et bien ancrés.

 

Cependant il peut survenir une question d'actualité à adapter aux textes et les salafis vont diverger concernant cela.

 

Comme par exemple : Le jugement concernant un individu précis .

 

Nous pouvons trouver certains salafis diverger sur le jugement d'untel parmi les gens.

 

Quelle est donc la position salafie légiférée à adopter concernant ceci ?

 

La divergence d'autres que les salafis avec les salafis est connue, et comment agir dans ce cas-là connu ?

 

Nous agissons avec équité, justice et avec les fondements de la législation.

 

Cependant la divergence entre salafis...

 

Nous disons Ô mes frères, si il est émis un jugement concernant un homme disant que celui-ci fait partie des gens de l'innovation et que ce jugement provient d'un savant pris en considération dans ce domaine et nous n'avons pas connaissance qu'il a de contradicteurs (parmi les  savants) sur cela ; Nous n'allons pas dire : "On attend jusqu'à ce que l'on confirme, jusqu'à que l'on regarde nous-même..."

 

Nous prenons donc la parole de ce savant, car il n'y a personne (parmi les savants) qui ne l'a contredit.

 

Et c'est sur cela qu'étaient les pieux prédécesseurs.

 

L'imam Ahmed رحمه الله, lorsqu'il disait : "Untel fait partie des gens des passions", il était dit qu'il faisait partie des gens des passions et il ne lui était pas connu de contradicteurs.

 

Et si les savants divergent sur le jugement à donner, la première chose que nous regardons, si par exemple :

 

Un parmi les savants émet une critique et un savant émet une éloge, à ce moment-là nous regardons si le savant ayant émis la critique parle de choses dont il a connaissance et qu'il lui sont apparue ; 

Et que le savant ayant émis l'éloge parle sur la base de ce qu'il sait (de cette personne) et que rien ne lui est apparu et qu'il n'a rien lu (concernant la personne critiquée) ;

Alors la règle qui s'applique dans ce cas est : Celui qui sait est une preuve sur celui qui ne sait pas.

 

Et également l'inverse.

 

Si celui-ci ayant émis la critique a fondé son avis sur la base (de ce qu'il sait) en disant par exemple : "Cet homme était dans la hizbiya et dans les passions" ;

Et celui qui émet l'éloge parle avec science sur ce sujet, de choses dont il a connaissance, de choses nouvelles et que l'homme critiqué est revenu sur cette faute ;

Nous disons alors : Celui qui sait est une preuve sur celui qui ne sait pas.

 

Et si la divergence est fondée sur la science et le savoir des deux côtés ; Je dis tout d'abord, je l'ai déjà dit précédemment et je le dis Ô mes frères avec certitude jusqu'à que ce que je dis soit compris...

 

La divergence entre les gens de science salafis dans ce genre de choses-là reviens à des causes :

 

La première cause est : La divergence dans la confirmation

 

Il peut être rapporté sur un homme une chose (une parole) et cette chose-là est affirmée auprès d'un savant, il va donc juger avec cela et il en est excusable, et cette chose-là (une parole) ne sera pas affirmée auprès d'un autre savant, il ne jugera pas avec et n'en prendra pas considération et il en est excusable.

 

Par exemple : Le rapporteur (de la parole) peut être un homme dont certains parmi les gens de science ont émis l'éloge et d'autres parmi les gens de sciences ont émis la critique.


(Deuxième cause) : Et ils (les savants) peuvent diverger sur la compréhension de la parole

 

Dans le sens où la parole (qui a été dite) est affirmée pour tout le monde (les savants), elle est présente dans les cassettes (audio) etc... elle est donc affirmée ; Cependant, ils (les savants) divergent sur la compréhension de cette parole.

 

Certains d'entre eux la comprendront d'une façon : Elle sera alors en vérité une innovation. 

 

Et certains d'entre eux la comprendront d'une façon ou cette parole-là peut avoir plusieurs sens probables : lle ne sera donc pas une innovation.

 

La troisième cause : La divergence dans la mesure à donner à cette parole

 

Dans le sens où ils (les savants) sont en accord sur le fait que cette parole est affirmée, ils sont aussi en accord sur sa compréhension et que cette parole est une erreur, mais ils divergent sur la mesure à donner à cette parole.

 

Est-ce que cela est une erreur que l'on réplique et que l'on éclairci ; Ou bien cela est une erreur qui fait tomber son auteur, qui fait qu'il sera critiqué ?

 

Je vous dis Ô mes frères : Je ne connais pas un Cheikh parmi les savants salafis que nous connaissons faisant partie des gens de la sounnah, qui émet la critique d'une personne ou bien l'éloge d'une personne en se basant sur les passions et l'injustice ou bien comme ils disent : "Pour raisons personnelles".

 

Je n'ai pas connaissance que cela arrive !

 

Mais la divergence a lieu pour ces raisons-là (citées précédemment).

 

Je dis Ô mes frères : Lorsque je dis "La divergence dans l'affirmation", cela ne veut pas dire qu'il n'y a que cela comme cause ; On peut trouver cela comme cause de divergence comme on peut ne pas le trouver.

 

Quant à la deuxième cause ; C'est le fait qu'ils sont tous (les savants) en accord sur l'affirmation mais ils divergent sur la compréhension.

 

Puis la troisième cause : C'est confirmé auprès de tous (les savants), ils sont unanimes sur sa compréhension et sur le fait que cela est une erreur, cependant ils divergent sur la mesure à donner à cela.

 

Maintenant quelle position devons-nous adopter ?

 

La position que nous adoptons est de craindre Allâh comme nous le pouvons et de suivre ce qui apparaît comme étant la vérité !

 

Nous ne devons pas pencher vers la parole d'une tierce personne parce que c'est la parole d'untel, car il y a untel parmi ceux dont la parole est prise en considération, qui a émis un avis contraire au sien.

 

Et nous ne devons pas suivre nos passions, qu'elles soient faites d'amour ou d'aversion.

 

Mais nous devons craindre Allâh comme nous le pouvons et suivre ce qui apparaît comme étant la vérité !

 

Et ici, nous disons cette question-là est une question relative à l'effort d'interprétation personnel.

 

Aucune des deux parties ne fera de reproche à l'autre.

 

Et maintenant parmi les problèmes de notre époque entre salafis, certains parmi les jeunes salafis, lorsqu'un Cheikh précis dit une parole et qu'un autre que lui dit une autre parole, ils rendent obligatoire de suivre untel.

 

Et lorsqu'on lui dit (à ce jeune) : "Attend nous allons regarder les paroles de ces deux savants jusqu'à ce que la vérité soit apparente pour nous et qu'ensuite nous la prenions".

 

Il (ce jeune) te dit : "Tu as une ambiguïté, tu as un doute sur les mashayikh !"

 

Car nous parlons d'une divergence entre savants considérés comme tel puisqu'ici c'est la vérité qui est recherchée et il est regardé dans les règles de la législation.

 

Et malgré tout cela il n'y a personne qui fait de reproche à personne.

 

Par exemple, il n'y a pas celui-ci qui vient en disant : "Tant que tu ne critiques pas untel tu seras toi-même critiqué." ; Ou également celui-là qui vient en disant : "Tant que tu critiques untel tu seras critiqué."

 

Et que chacun sache que son frère a craint Allâh comme il a pu.

 

Ô mes frères prenez bien notes de ce que nous venons de détailler !

 

Cette question doit d'être sue !

 

Et ces fondements-là ainsi que la subdivision (des différentes causes) dans la question de la divergence doivent être connue afin que nous soyons à l'abri de ces problèmes qui en vérité ont divisé les jeunes salafis sans même qu'il n'y ait quelqu'un qui soit intervenu pour diviser... Sans même qu'il n'y ait quelqu'un qui soit intervenu pour diviser !

 

Cette question relative est une question relative d'effort d'interprétation personnel, il ne faut pas que des reproches soient fait sur cela, mais plutôt que la personne en fonction de sa croyance et de sa parole défende ce qui lui paraît comme étant la vérité, en disant : "Cette parole-là est la vérité."

 

Et également il excuse celui qui a dit l'autre avis.

 

Pourquoi cela ?

 

Car en vérité ceci fait partie des choses qui font du mal au coeur.

 

Il y a certains salafis, certains salafis dont les coeurs deviennent durs envers d'autres salafis et tout cela à cause de cette question relative là dans laquelle entre l'effort d'interprétation personnel.

 

Certains salafis divisent les salafis en deux rangs : Un rang avec et un rang contre.

 

Et en vérité ceci ne fait pas partie de la droiture.

 

Il y a quelque temps un frère d'un certain pays m'a parlé... Je lui ai dit : Il faut dans ce genre de questions-là que nous préservons la valeur de nos frères, leurs droits ainsi que leurs mérites.

 

Et il ne faut pas par rapport à cette question-là que nous divisions en deux rangs, nous et eux.

 

Mais il faut plutôt que nous soyons un seul rang, même si nous divergons sur des questions d'actualité à adapter aux textes, des questions relatives d'actualité à adapter aux textes et non sur les questions relatives aux fondements.

 

Également, certains salafis donnent des sobriquets à d'autres salafis ; Si par exemple Cheikh untel est du même avis que lui alors ce sheikh est quelqu'un qui tombe juste, la vérité est toujours avec lui.

 

Et untel qui diverge de son avis est moumayi3, il n'a pas de connaissance dans le manhaj.

 

Et aussi l'inverse, il dit celui-ci et un exagérateur parmi les exagérateurs de la critique et celui-ci est juste.

 

Nous ne connaissions pas ce genre de nomination sauf ces derniers temps .

 

Nous ne connaissions pas ce genre de chose entre les salafis !

 

Jamais il n'y avait cela, même si ils divergeaient dans des questions d'actualité à adapter aux textes.

 

Il faut donc faire attention à cette chose-là, et il faut que nous nous conseillions mutuellement avec ce qui est approprié et d'une manière légiférée.

 

Et je dis à moi-même ainsi qu'à mes frères : "Commence par ta propre personne, commence toi-même par ta propre personne...!"

 

Assainis ton coeur envers tes frères, purifie ton coeur et reconnaîs le mérite des gens du mérite et prend pour croyance la vérité et dis-là en t'appliquant à réunir les gens de la vérité par la vérité !

 

Ce sont certains points que je tenais à dire dans cette assise...

 

Traduit par abou Jabir

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Ne pas intervenir dans les sujets généraux qui ont lieu entre savants

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Ne pas intervenir dans les sujets généraux qui ont lieu entre savants

Moi je conseille toujours aux étudiants de ne pas intervenir dans les sujets généraux qui ont lieu entre les savants et les grands étudiants en science.

 

Il n’intervient pas dans cela jusqu’à ce que l’affaire devienne claire !

 

Et que l’étudiant en science ancre dans son esprit le suivi des gens de science et il ne doit pas diverger avec eux, et que ce sont des gens de conseil et de réforme.

 

Il ne convient pas au demandeur de science lorsque survient un problème, et qu’il s’agit de prendre et de délaisser dans certaines questions, d’intervenir par une parole qui mène à la division des jeunes : Ce groupe est avec ce savant et ce groupe est avec cet étudiant...

 

Ceci n’est pas correct !

 

Il incombe à l’étudiant en science d'ancrer dans son esprit le fait de bannir cette chose et qu’il fasse que sa voie de base soit la quête de la science légiférée à partir du Livre d’Allâh, de la sounnah du Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم et il s’accroche aux grandes personnes de science.

 

Il s’accroche aux grandes personnes de science et il prend d’eux.

 

Quant au fait qu’il occupe sa personne par des voies annexes (différentes de la voie principale) alors il :

 

-risque de ne pas arriver à son aspiration.
-risque de se détourner du droit chemin.
-devient fanatique,

 

Et si le fanatisme entre, le suivi aveugle entre.

 

Et le suivi de ceux-ci et de ceux-là entre et ça pose problème..

 

C’est pour cela qu’il incombe à l’étudiant en science d’ancrer en son esprit le fait de bannir ce genre de problèmes et ce genre de choses et il doit suivre les gens de science connus car ils sont des gens de la sounnah et du consensus.

 

Et s’il arrive une affaire dans laquelle la vérité n’est pas apparue clairement, il attend que les choses s’éclaircissent et il n’empreinte pas le chemin du fanatisme ni le chemin du suivi aveugle.

 

Je demande à Allâh la réussite à tous.

 

De la page Facebook personnelle de Cheikh

 Publié par le groupe de traductions et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

 

أنا أنصح دائماً طلاب العلم أن لا يتدخّلوا في المسائل العامّة التي تحصل بين العلماء وطلاب العلم الكبار

لا يتدخل في ذلك حتى تنجلي المسألة
ويوطن طالب العلم نفسه على إتباع أهل العلم و لا يخالفهم، وأنهم أهل نصيحة وإصلاح
و لا ينبغي لطالب العلم إذا حصلت مشكلة، وصار أخذ وردّ في بعض المسائل أن يتدخل بكلام يؤدي إلى تقسيم الشباب، هذا حزب مع هذا العالم، وهذا حزب مع هذا الطالب
هذا لا يصلح
ينبغي لطالب العلم أن يوطّن نفسه أن ينأى بنفسه عن هذا الباب وأن يجعل طريقته الأصلي : طلب العلم الشرعي من كتاب الله ومن سنة رسول الله - صلى الله عليه وسلم - ويلزم أهل العلم الكبار
يلزم أهل العلم الكبار ويأخذ منهم أمّا أن يشغل نفسه ببنيّات الطريق فإنه
 يوشك أن لا يصل إلى بغيته
ويوشك أن ينحرف عن الجادّة
ويتعصّب فإذا دخل التعصّب
ودخل التقليد
ودخلت المتابعة لهؤلاء وهؤلاء حصلت المشكلة
ولذلك ينبغي أن يوطّن طالب العلم نفسه أن
ينأى بنفسه عن مثل هذه المشاكل وعن مثل هذه الأمور ويكون تابعاً لأهل العلم المعروفين لأنهم من أهل السنة والجماعة
وإذا حصلت مسألة لم يتضح فيها الحق، ينتظر على ما تنجلي به ولا يسلك مسلك التعصّب ولا مسلك التقليد أسأل الله التوفيق للجميع

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

Celui qui désire éteindre la lumière de cette branche scientifique (الجرح والتعديل)...

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Celui qui désire éteindre la lumière de cette branche scientifique (الجرح والتعديل)...

Celui qui désire éteindre la lumière de cette branche scientifique (la critique et l'éloge), pour l'intérêt de son hizb (parti/secte) ou par peur pour ses bien-aimés parmi les critiqués (majrouhine), alors il s'est égaré et a égaré, il a fait son malheur et celui des autres.

 

Tassnifou a-nãssi page 42

Traduit par Abdelmalik Abou Adam - @lesreperesdelasunnah

Publié par 3ilmchar3i.net


فمن رام أن يطفئ نور هذا الفن لخاطر حزبه أو خوفا على محبوبيه المجروحين فقد ضل وأضل وشقي وأشقى
تصنيف الناس ص٤٢

 

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Partager cet article

Comment connaitre la vérité lors des divergences d'opinions ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Comment connaitre la vérité lors des divergences d'opinions ? (audio)

(A partir de 3mn05 jusqu'à 4mn50)

 

La connaissance de la vérité lors des divergences passe par le biais du Livre et de la Sounnah avec la compréhension des pieux prédécesseurs, et si après cela, des points restent ambigus, reviens aux grands savants comme, parmi ceux qui sont décédés :

 

Shaykh Nasser Ad-dine Al-Albany,

Shaykh Ibn Baz.

 

Ils ont sûrement éclairci le point qui t'est ambiguë par le biais de leurs ouvrages et leurs livres.

 

Ceux-ci sont parmi les morts.

 

Quant aux vivants, il y a, par exemple :

 

Shaykh Ibn Al'Uthaymeen,

Shaykh Abdel-Aziz AlShaykh,

Shaykh Al-Fawzan,

Shaykh Rabi' Ibn Hadi

et Shaykh Mouqbil.

 

Ceux là, il convient de revenir à eux, s'appuyant sur la parole d'Allah (traduction rapprochée) :

 

"Demandez donc aux gens du rappel si vous ne savez pas".

 

Voici la preuve de notre réponse.

 

Traduit par Anas Abou Malik Al-Maimouni

 Publié par attamyiz.blogspot.fr

 

Cheikh Mohammad Outhmân Al-'Anjari - الشيخ محمد عثمان العنجري

Partager cet article

Les différents types de tazkiya (recommandation) et prend-on la science seulement des grands savants ? (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les différents types de tazkiya (recommandation) et prend-on la science seulement des grands savants ? (audio-vidéo)

Le questionneur (Cheikh Yousouf Al-Hammadi) :

 

Le frère dit : 

 

Salam 'alaykoum wa rahmatou Allâh wa barakatou.

 

Ô notre Cheikh, qu'Allâh vous récompense en bien et qu'Il fasse que l'on profite de votre science.

 

Il y a ici des étudiants en sciences, nous ne connaissons d'eux que du bien, ils enseignent des livres dans le domaine de la croyance et la sounnah ; Puis sont venus à nous certains frères et ont propagé en premier lieu comme quoi la science ne se prend que des grands savants puis aussi qu'il faut une tazkiya (recommandation) venant des savants pour ceux qui donnent les cours cités précédemment.

 

Cela a donc conduit au délaissement de certains cours qui sont les seuls du pays.

 

 

Quelle doit être notre position vis-à-vis de cela ?

 

Nous voulons être dirigés sur la bonne voie...

 

Réponse :

 

Il n'y a pas de doute que la science se prend des grands savants et qu'il faut absolument une tazkiya (recommandation).

 

Cependant qui sont les grands savants ?

 

les grands savants sont ceux dont leur science les a rendus grandS et sont connus pour la science et cela même s'ils sont jeunes de par leur âge.

 

Il y avait des grands savants parmi les compagnons qui étaient jeunes en âge.

 

La science était prise d'eux et elle a illuminé ce bas-monde.

 

Cette question-là est donc importante, elle est donc que la science du jeune en âge peut le rendre grand .

 

Il est connu pour sa science qui est solide et utile.

 

Et ceci été très répandu chez les pieux prédécesseurs en commençant par les compagnons qu'Allâh les agréé, jusqu'à après les grands imams.

 

Et il faut absolument une tazkiya (recommandation) et certes la science est la religion, il faut regarder de qui on prend notre religion.

 

Cependant comment est établie la tazkiya (recommandation) ?

 

La tazkiya s'établit de trois façons

 

La première façon : 

 

La recommandation de la personne provient directement des savants (avec écrit ou oralement conformément au terme employé en arabe) ou bien certains d'entre eux ou bien un groupe d'entre eux.


Et la recommandation ne s'établit pas par un, deux ou trois savants en particulier mais si un savant pris en considération ou bien un groupe d'entre eux dit qu'untel parmi les gens est recommandé et qu'il convient de prendre la science de lui.

 

La deuxième façon :

 

La personne est connue pour son enseignement sans que personne parmi les gens de sciences ne le réprimande.

 

La personne est connue pour enseigner et personne parmi les gens de sciences considérés, ne réprimande son enseignement.

 

Ceci est une recommandation par le silence (tazkiya soukoutiya) dans le sens où il ne convient pas de par la place qu'ont les savants, que la personne soit parmi ceux dont il ne faut pas assister au cours et qu'ils (les savants) ne l'interdisent pas.

 

La troisième façon et elle est importante :

 

Que la science de la personne soit une recommandation en elle-même.

 

Il n'enseigne que la Sounnah, c'est-à-dire là où se trouve la vérité.

 

Il ne prend sa science que des savants de la Sounnah et il en exactitude avec les livres des savants de la Sounnah.

 

Il n'y a pas une de ses paroles qui contredit la parole de l'un des savants pris en considération.

 

Cette personne-là, sa science elle-même le recommande.

 

Et les savants ne connaissent pas tous les étudiants en sciences religieuses dont la science est profitable .

 

Cependant, nous regardons la science qu'il propage.

 

Est-ce qu'il enseigne la Sounnah ?

 

Est-ce qu'il a du respect pour les avis des savants de la Sounnah ?

 

Est-ce qu'il prend les paroles des savants de la Sounnah ?

 

Donc si tout cela est présent alors sa science le recommande et la science sera prise de lui.

 

Et la parole consistant à dire que l'on prends la science seulement de ceux dont les savants ont recommandé directement (écris ou oral conformément au terme en arabe) fait obstacle à la porte du bien.

 

Beaucoup de pays où se trouvent des étudiants en science religieuse, ces derniers enseignent la Sounnah ainsi que les explications des gens de la Sounnah.

 

Ils enseignent en fonction de ce qu'ils apprirent, mais ils n'ont pas de recommandation venant d'un savant.

 

Cependant on ne connaît pas d'eux la moindre chose dans leur science qui ferait qu'ils soient critiqués.

 

Donc si nous disons qu'on ne prend pas la science d'eux, il n'y aurait plus de science dans beaucoup de pays et cela fera obstacle à la porte du bien et les gens de l'innovation se mettraient en place et enseigneraient et les gens de la Sounnah s'arrêteraient...

 

Et les gens de la Sounnah se mettraient à apprendre la science chez les gens de l'innovation ou bien sur internet ou autres...

 

Et cela n'est pas bien et ne convient pas.

 

Donc nous disons : Il faut absolument une recommandation (tazkiya) et il ne convient pas que nous soyons négligents en prenant la science de tout le monde, cependant comment est établie une recommandation ?

 

-Sois directement (par écrit ou oralement) d'un savant ou bien par un nombre de savants connus pour être de la Sounnah.

 

-Sois en étant connu pour l'enseignement et qu'aucun savant ne réprimande d'assister au cours de la personne.

 

-Sois par une science authentique, saine et dénudée de tout ce qui pourrait faire qu'elle soit critique, de par tout ceci l'étudiant en science religieuse qui enseigne est connue.

 

Et il n'y a pas de doute qu'il est obligatoire à chacun qu'il s'arrête à ce qu'il connait et qu'il ne dépasse pas les limites de ce qu'il sait.

 

Tu enseignes aux gens jusqu'à tes limites dans la science.

 

Beaucoup de pays musulmans sont dans le besoin de personnes leur enseignant les fondements, donc celui qui a appris ces fondements auprès des gens de la Sounnah et qui les a mémorisés enseignera les gens, cependant il ne doit pas se prendre pour Cheikh al-islam ibn Taymiya.

 

Certains étudiants en science religieuse ont étudié un ou deux livres puis après cela vont enseigner et prennent la grosse tête.

 

Ils se mettant à faire des répliques aux grands savants et et émettent des avis religieux (fatwa) dans tous les domaines...

 

Il n'y a aucun doute que cela est un égarement.

 

Cependant le bienfaisant est celui qui s'arrête à ce qu'il connaît et qui propage le bien ainsi que la Sounnah.

 

Et il ne nous est pas permis d'être un obstacle à la propagation du bien et de la Sounnah.

 

Et cela est ce qu'on a appris des savants comme Cheikh ibn Baz, qu'Allâh lui fasse miséricorde et de Cheikh ibn Al-'Otheymine, qu'Allâh lui fasse miséricorde, dans leur façon d'agir avec les étudiants en science religieuse.

 

Quant à celui qui est connu pour être critiqué ou bien qui a des manquements evidents dans sa science ou bien qui est inconnu de toutes part, la science ne doit pas se prendre d'une telle personne.

 

Allâh est plus savant.

 

Traduction Abou Jabir

Publié par 3ilmchar3i.net

Le cours en entier d'où est extraite la parole de Cheikh

قواعد في المعاملات المالية - الدرس الثامن

الشيخ سليمان الرحيلي

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Recommander le bien et interdire le blamâble - ‫‏الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر‬

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Recommander le bien et interdire le blamâble - ‫‏الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر‬

[...] Certes la nécessité des musulmans et leur besoin de la recommandation du bien et l'interdiction du blâmable est très fort, en raison de l'apparition des désobéissances, la propagation du shirk et des innovations dans la majorité du monde, et les musulmans au temps du Prophète صلى الله عليه وسلم et au temps de ses Compagnons, et au temps des salafs sâlih, accordaient une immense importance à cette obligation, et ils s'en chargeaient de la meilleure façon, en avoir besoins après cela est bien plus intense et plus important, en raison de la multiplication de l'ignorance, de la diminution de la science et de l'insouciance de beaucoup de gens quant à cette immense obligation.

 

 Publié sur la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

 

[...]

فإن حاجة المسلمين وضرورتهم إلى الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر شديدة؛ لظهور المعاصي، وانتشار الشرك والبدع في غالب المعمورة، وقد كان المسلمون في عهده صلى الله عليه وسلم وعهد أصحابه وفي عهد السلف الصالح يعظمون هذا الواجب، ويقومون به خير قيام، فالضرورة إليه بعد ذلك أشد وأعظم، لكثرة الجهل وقلة العلم وغفلة الكثير من الناس عن هذا الواجب العظيم

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

L'état des gens de l'innovation aujourd'hui

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

L'état des gens de l'innovation aujourd'hui

Quant à l'ignorant, celui qui suit aveuglément, ne t'occupe pas de lui. 

 

Et que ne te nuisent pas ses insultes, ou bien lorsqu'il te taxe de mécréant, ou d'égaré.

 

Car cela est comme l'aboiement d'un chien, et ne laisse pas le chien avoir de l'emprise sur toi.

 

Traduit par Oum Hafsah

Publié par 3ilmchar3i.net

حال أهل البدع اليوم

قال ابن القيم

أما الجاهل المقلد فلا تعبأ به

و لا يسوءك سبُّه و تكفيره و تضليله

فإنه كنباح الكلب فلا تجعل للكلب عندك قدراً

الصواعق 3/1158

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Doit-on mettre en garde contre lui ou lui éclaircir ses erreurs ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Doit-on mettre en garde contre lui ou lui éclaircir ses erreurs ? (audio)

Question :

 

Un homme, ses fondements sont les fondements des gens de la Sounnah, il suit leur méthodologie, il est connu pour les défendre et pour soutenir leur méthodologie,

 

De temps à autre, émanent de lui quelques erreurs méthodologiques (Minhaj).

 

Doit-on mettre en garde contre lui en personne, ou lui éclaircir ses erreurs ?

 

Réponse :

 

La dernière (suggestion) et non la première.

(C'est-à-dire qu'il faut lui éclaircir ses erreurs et ne pas mettre en garde contre lui)

 

Silsilah Al-Houda Wa An-Nour cassette 751 (00:36:08)

Traduit par أنس الميموني 

Publié par 3ilmchar3i.net

إذا كان رجل على أصل أهل السنة وعرف بالدفاع عن السنة وأهلها ثم تقع منه أخطاء منهجية أحياناً فهل يحذر منه أو ينبه على أخطائه فقط.؟

السائل : رجل أصوله أصول أهل السنة ويسير على منهجها وعُرف بدفاعه عنها وخدمته لمنهجها وتصدر منه أحيانا بعض الأخطاء المنهجية فهل يُحذر منه بشخصه أم بتبيين أخطائه ؟

الشيخ : الأخرى وليست الأولى

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Les gens de l'innovation ne sont pas dignes de confiance dans la traduction

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les gens de l'innovation ne sont pas dignes de confiance dans la traduction

Question : 

 

Notre Sheikh le questionneur dit :

 

Est-il autorisé de travailler avec les gens de l'innovation dans la traduction de sermon du vendredi ?

 

Réponse : 

 

Les gens de l'innovation ne sont pas dignes de confiance dans la traduction du Coran et non plus dans la traduction de la sounnah, car avec l'expérience tu trouves chez eux de l'altération.

 

Ils ont altéré (le sens) du Coran dans la langue arabe, que dire alors quand il s'agit de traduire dans une langue étrangère ?!

 

Il y a chez les salafis de la paresse à ce niveau-là, une parole prête (à leur disposition) qu'il ne peut pas traduire dans sa langue alors il a besoin des gens de l'innovation pour l'aider dans la traduction de son sermon !

 

Adh-dharî'a ila bayân maqâsid kitab ach-charî'a de l'imam al-ajurry ( qu'Allâh lui fasse miséricorde ) par le cheikh Rabî ' bin Hâdy Al-Madkhaly (qu'Allâh le préserve). Partie 4 p.152 dar al-mirâth an-nabawy

 Traduit et publié par le Groupe de traduction et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

سؤال : شيخنا؛ يقول السائل: هل يجوز التعامل مع أهل البدع في ترجمة خطب الجمعة ؟
جواب : "أهل البدع لا يُؤتمنون في ترجمة القرآن ولا في ترجمة السنة؛ لأن بالتجربة تجد عندهم تحريفًا، حرفوا القرآن باللغة العربية، فكيف إذا ترجموها إلى اللغات الأعجمية ؟! فيبلغ بالسلفيين الكسل إلى هذه الدرجة، كلمة جاهزة ما يقدر يترجمها إلى لغته، ويحتاج إلى أهل البدع ليساعدوه في ترجمة خطبته !!." اه‍
"الذريعة إلى بيان مقاصد كتاب الشريعة للإمام الآجري (رحمه الله)" للشيخ ربيع بن هادي المدخلي (حفظه الله)، الجزء الرابع، ص١٥٢، دار الميراث النبوي

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Quelle réaction adopter devant la multitude des avis des savants ? (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Quelle réaction adopter devant la multitude des avis des savants ? (audio-vidéo)

Question :

 

Un questionneur interroge et dit :

 

Nous assistons ces temps-ci, et toutes les Louanges sont à Allâh, à un bénéfique essor scientifique, et plus particulièrement parmi les jeunes musulmans qui montent.

 

Et font face à cet essor de nombreuses difficultés, dont la plus importante est la divergence des gens de science dans les avis juridiques (fatwa), ce qui mène à l’indécision de certains et à leur confusion.

 

Quelle doit être la position des jeunes musulmans face à cela ?

 

Soyez nous bénéfiques qu’Allâh vous bénisse.

 

Réponse :

 

Cette question est sans aucun doute parmi les révélations de l’heure.

 

Et nous l’avons déjà entendue dans nos précédents déplacements une multitude de fois.

 

Et ce problème actuellement ne décourage que les jeunes en qui la voie scientifique authentique n’est pas ancrée.

 

Ce que je veux dire par là est ce qui est venu de certains salafs comme Ibn ‘Abbass et ceux qui l’ont suivi parmi les imams comme Mujâhid, Mâlik et autres qu’eux :

 

«Quiconque d’entre nous peut voir ses propos acceptés ou rejetés hormis l’occupant de cette tombe» et il pointa vers (la tombe du) Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Cette vérité, il incombe à nos jeunes musulmans demandeurs de la science authentique de la garder à l’esprit : et cela n’est que «Allâh a dit» et «le Messager d’Allâh a dit» et ce sur quoi nous avons déjà démontré maintes et maintes fois «sur la voie des pieux prédécesseurs».

 

Et il se doit de garder à l’esprit une autre vérité, une vérité coranique.

 

Allâh تبارك وتعالى a dit (traduction rapprochée) :

 

«Et si ton Seigneur avait voulu, Il aurait fait des gens une seule communauté. Or, ils ne cessent d’être en désaccord (entre eux,) sauf ceux à qui ton Seigneur a accordé Miséricorde. C’est pour cela qu’Il les a créés.» 

 

Il n’y a pas d’échappatoire ni de salut à la divergence, c’est la sunna d’Allâh عز وجل sur Sa création (traduction rapprochée) : 

 

« et tu ne trouveras pas de changement dans la sunna d’Allâh » 

 

Quant à la controverse : il y a ce sur quoi les gens sont excusés et ce sur quoi ils ne le sont pas.

 

Ils sont excusés sur la controverse qui doit être nécessairement et c’est ce qu’a montré le verset précédemment mentionné (traduction rapprochée) : 

 

« Et si ton Seigneur avait voulu, Il aurait fait des gens une seule communauté.» 

 

Notre Seigneur n’a pas voulu rassembler les gens sur une seule voie/minhaj ni sur une compréhension unique.

 

Et si cela avait dû être, les personnes les plus en droits à cela auraient été les compagnons du Prophète صلى الله عليه وسلم, eux qui sont les meilleures personnes comme cela est venu en toute clarté dans le hadîth mutawâtir connu.

 

Mais Allâh عز وجل a voulu dans Son Extrême Sagesse, qu’atteindra celui qui la comprendra et que beaucoup de gens ne comprennent pas et cela ne nous porte pas préjudice.

 

La divergence est une affaire naturelle comme nous l’avons mentionnée.

 

Quant à la controverse et la dispute à cause de la mauvaise compréhension d’une seule et même question : voilà ce sur quoi est mis en garde, voilà ce qui est interdit, voilà ce dont les salafs ont été épargnés et dans laquelle sont tombés les khalafs.

 

Si les jeunes gardent à l’esprit cette vérité, alors ils ne doivent pas trouver étrange la divergence de certains savants, et plus particulièrement s’ils sont parmi ceux qui sont inclus dans le minhaj unique et qui est le vrai minhaj : le Livre et la sounna et ce sur quoi étaient les pieux prédécesseurs.

 

Ils ne doivent pas réprouver cela ni le trouver étrange car c’est la sounna d’Allâh عز وجل sur Sa création.

 

Et s’ils veulent y échapper, ils doivent alors emprunter le chemin des gens de science.

 

Et c’est ce qu’expose le Texte du Noble Qur’ân (traduction rapprochée) : 

 

«dis : apportez votre preuve si vous êtes véridiques»

 

Donc s’il est fourni à l’étudiant en sciences deux paroles, ou plus, argumentées, de deux honnêtes/vertueux savants dont on pense qu’ils sont équivalents en science et vertu et que (l’étudiant) soit perdu : il est en droit de choisir l’avis le plus évident.

 

Mais, il ne lui est pas permis de demeurer ainsi car il doit demander la preuve, de demander la preuve à chacun des deux savants, que ce soit face à face avec eux ou par voie écrite ou par téléphone ou tout autre moyen de communication facilité aujourd’hui.

 

Après avoir entendu la preuve de chacun d’eux, il n’est alors plus responsable d’avoir été influencé par X ou Y mais plutôt il suit celui qui a avec lui la preuve qui lui apaise l’âme et élargit la poitrine.

 

Et il se peut -et par cela se conclura la réponse- que cela fasse partie des significations de sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

« juge par ton cœur et ce même si les muftis t’ont émis un avis».

 

Te sont parvenus deux avis de deux vertueux savants alors juge par ton cœur après avoir été clarifié par la preuve.

 

Alors celui des deux vers lequel penche ton cœur, ce sera celui qui si tu le prends, tu seras excusé auprès d’Allâh تبارك وتعالى.

 

Quant à te fanatiser pour l’un au détriment de l’autre, c’est la voie des imitateurs (mouqalid), ceux de qui Allâh عز وجل nous a épargné et nous a sorti de leur voie vers la voie droite.

 

Et toutes les Louanges appartiennent à Allâh, Seigneur des Mondes.

 

Traduit et publié par دورة العلوم - Les cercle des sciences

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Regrouper entre l'interdiction des salafs sur le débat avec les gens de l'innovation et entre le fait de parler avec eux, pour leur éclaircir la vérité

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Regrouper entre l'interdiction des salafs sur le débat avec les gens de l'innovation et entre le fait de parler avec eux, pour leur éclaircir la vérité

Question :

 

Il dit :

Comment regrouper entre l'interdiction des Salafs sur le débat avec les gens de l'innovation et entre le fait de parler avec eux, pour leur éclaircir la vérité ?

 

Réponse :

 

Nous avons déjà parlé de ce sujet à plusieurs reprises, qu'il est venu des paroles des Salaf interdisant le débat et la controverse et ce qui y ressemble.

 

Cependant les salafs ont mis exception, si le débat est utile, s'il fait partie de ceux sur qui la preuve n'a pas été établie alors il n'y a pas de mal et s'il y a une réprimande pour l'innovateur et un secours de la vérité alors il n'y a aucune interdiction à cela.

 

Et parmi les preuves, la parole d'Allâh تبارك وتعالى (dans le sens des versets) :

 

{Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon.} [An-nahl:125]

 

Si le débat est de la meilleure manière et que son but est l'éclaircissement de la vérité ainsi que le secours de la vérité ainsi que de réprimander le faux et l'établissement de la preuve ; Alors il n'y a pas de mal à cela.

 

Cependant, s'il poursuit jusqu'au stade de la moquerie alors il lui est conseillé d'arrêter cela.

 

Si tu vois celui qui débat, débattre par le faux et qu'il ne profite pas, spécialement si c'est entre toi et lui alors délaisse le car cela compte parmi le délaissement du débat louable.

 

C'est à dire que son délaissement du débat est louable comme l'a dit le prophète صلى الله عليه وسلم

 

«Je garantie une maison à la périphérie du paradis pour celui qui délaisse le débat et ce même s'il a raison»

Rapporté par Abû Dâwûd dans "al-âdab" hadith (4800) hadith Abî Oumâma - qu'Allâh l'agrée - et sa chaîne de transmission est bonne.

 

Adh-dharî'a ila bayân maqâsid kitab ach-charî'a de l'imam Al-Ajurry (qu'Allâh lui fasse miséricorde) " de Sheikh Rabî ' bin Hâdy Al-Madkhaly (qu'Allâh le préserve). Volume 3 , p.24-25 , dar al-mirât an-nabawy

Traduit et publié par le Groupe de traduction et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

سؤال: يقول: كيف نجمع بين نهي السلف عن مجادلة اه‍ل البدع وبين تبيين الحق لهم ؟

جواب: قد تكلمنا على هذا مرات، وأنه يأتي في كلام السلف النهي عن مجادلة وعن المناظرة وما شاكل ذلك، ولكن السلف يستثنون إذا كان الجدال نافعًا، وإذا كان مما تقوم به الحجة فلا بأس بذلك، وإذا كان فيها قمع للمبتدع ونصرة للحق فلا مانع من ذلك، ومن الأدلة قول الله ~تبارك وتعالى

ٱدْعُ إِلَىٰ سَبِيلِ رَبِّكَ بِٱلْحِكْمَةِ وَٱلْمَوْعِظَةِ ٱلْحَسَنَةِ وَجَٰدِلْهُم بِٱلَّتِى هِىَ أَحْسَنُ - النحل: ١٢٥

إذا كانت المجادلة بالتي هي أحسن والقصد منها تبيين الحق ونصرة الحق وقمع الباطل وإقامة الحجة فلا بأس بذلك، لكن التمادي فيها إلى درجة المهاراة فينصح بترك ذلك؛ إذا رأيت المجادل يجادل بالباطل ولا يستفيد خاصة إذا كان بينك وبينه فاتركه؛ لأن هذا من ترك المراء المحمود يعني تركه للمراء محمود كما قال النبي ~صلى الله عليه وسلم

"أنا زعيم ببيت في ربض الجنة لمن ترك المراء ولو كان محقًا"

أخرجه أبو داود في "الأدب" حديث (٤٨٠٠) من حديث أبي أمامة ~رضي الله عنه~، وإسناده حسن

 "الذريعة إلى بيان مقاصد كتاب الشريعة للإمام الآجري (رحمه الله)" للشيخ ربيع بن هادي المدخلي (حفظه الله)، الجزء الثالث، ص٢٤-٢٥، دار الميراث النبوي

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Tu fais honte à la salafiya ! (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Tu fais honte à la salafiya ! (audio)

Le Cheikh dit :

 

Parmi les images des croyances égarées c'est que la personne se dit salafi et que son éducation, son comportement et sa façon de faire avec les autres est celle de la jahilia (l'ignorance) et non de la salafia.

 

Et il dit qu'il est salafi, s'il emprunte il ne rend pas, s'ils passent à côté des gens du commun, les pauvres, des ignorants, au lieu de se rapprocher d'eux, de les conseiller et de se faire apprécier, il leur montre sa haine et s'éloigne d'eux et les laisse le coeur serré.

 

Et seul Allâh sait ce que ces personnes-là ressentent à ce moment-là et donne alors une mauvaise image de la salafiya .

 

(Le Cheikh parle ici d une fatwa de Cheikh Outhaymine رحمه الله qui dit que ce comportement la fait de la salafiya de la hizbiya) 

 

Le cheikh continue :

 

Je connais des salafis qui ne connaissent de la salafia que les mises en garde, que les mises en garde !

 

Pour eux la salafia c'est quand ils se posent ils parlent de foulan et de foulan et ils croient que ça c'est la salafia, ceci n'est pas le minhaj des salafs, que personne ne te ment en te disant celà !

 

Ceci n'est pas le minhaj des salafs.

 

Le minhaj des salafs n'est pas les mises en garde, le minhaj des salafs n'est pas tu parles de foulan et 3ilane et tu poses des questions (aux gens de sciences) pour prouver que tu es salafi.

 

Ce genre de personnes pour te prouver qu'il est salafi, dans toutes les assises il va te parler de foulan, critiquer foulan et te ramener des mises en garde pour te prouver que c'est quelqu'un qui cherche la science...

 

Il va te trouver des mises en garde et les enregistrer pour te les montrer.

 

Ceci n'est pas le minhaj des salafs !

 

S'il te dit que ceci est le minhaj des salafs c'est qu'il se trompe énormément !

 

Le minhaj des salafs c'est de suivre sur quoi était le prophète صلى الله عليه وسلم et ses compagnons : La mise en garde à sa place, parler de الجرح و التعديل quand il le faut, accomplir les adorations et avoir le bon comportement et donc le bon minhaj, à chaque chose donner le temps qu'il faut !!

 

Montrer le minhaj sur cette minhaj (que c'est un minhaj de mise en garde) et que tu veux que les gens soient d accord, non !

 

WaLlâhi tu fait honte à la salafiya !!

 

Non !

 

WaLlâhi tu fais honte à la salafiya !!

 

Ceci est une erreur !

 

Ceci est une erreur !

 

La salafia est un minhaj de réforme, de da'awa...

 

Celui qui, quand son frère fait une erreur, veut le détruire, l'anéantir et ne lui laisse aucune chance de revenir sur la vérité, celui-ci n'est pas salafi.

 

Celui-ci n'est pas salafi !

 

La salafia est une miséricorde.

 

Je connais des chouyoukhs qui, pendant 16 années, font la nassiha à celui qui fait l'erreur et ne mettent personne au courant, garde ça pour eux... Une miséricorde !

 

Pas tout le temps, tu casses ton frère, non !... 16 ans... 10 ans, entrain de faire la nassiha, y va doucement et ne se presse pas.

 

Je connais des gens de sciences qui ont fait ça !

 

Et celui qui croit que les mises en garde, parler de foulan et foulan et foulan, faire tomber foulan et tout ce qui y ressemble et sans qu'il est un équilibre, sans qu'il apprenne la science comme il faut et qu'il fasse les choses comme il faut, celui-ci n'est pas un salafi même s'il répète du matin et soir qu'il est salafi, même s'il répète du matin au soir des hadiths et des versets, celui-ci n'est pas salafi !

 

Les khawarijs répètaient du matin au soir des hadiths et des versets !

 

Celui-ci est un khariji au nom de salafi !

 

Parceque ce qu'il fait c'est sortir du groupe musulman !

 

Ceci est une déformation de l'image de la salafia.

 

Celui qui s'assoit et son seul souci c'est de parler de foulan et foulan de ceux qui font la da3wa, de chaque erreur qu'il ait pu faire...

 

Y a t-il quelqu'un qui ne fait jamais d'erreur !

 

Chaque être humain peut commettre des erreurs, Allâh سبحانه وتعالى, en parlant des kouffars, n' a t-il pas dit (traduction rapprochée) :

 

"Que la haine envers un peuple ne vous pousse pas â etre injuste"

 

Si toi tu te comporte ainsi envers l'erreur de ton frère comme si c'était un mécréant, comme si c'était un apostat, est-ce que ceci est juste ?

 

Chaque chose mettez-la à sa place dans la balance !

 

من صور الانحرافات المنهجية للشيخ محمد بازمول حفظه الله

J’ai écrit un message diffusé dans lequel j'ai dit dans son début :

 

"J’ai remarqué que certaines personnes exagèrent dans la description d'une personne par l'innovation, il veut pour lui la plus basse des manières d’agir, pour le simple fait de son apparence et son amitié avec les gens de l'innovation. Al-awzaعi a dit : Celui qui nous cache son innovation ne nous cache pas ses fréquentations.

 

Je dis : Qu'Allâh fasse miséricorde à Al-awzaعi, cependant on donne à chaque chose son degré et son rang, est ce que tu veux agir avec cette personne comme tu agis avec celui qui est connu pour son innovation ? 


Maintenant la voie qu’empreinte certaines personnes et celle-ci !

 

Il n'a rien sur un tel (qui prouve) qu'il est une personne de l’innovation, cependant il dit : Ses fréquentations et son apparence sont ceux des gens de l'innovation, donc c’est fini il fait partie d'eux. 

 

Je dis : Ses fréquentations avec les gens de l'innovation ne t’autorise pas de le sortir de la salafya seulement pour cela, cependant il t’incombe de le conseiller et de lui éclairer, de parler avec douceur.

 

Quant à émettre un jugement par cela et de l'englober, voir que tu exiges de tous qu'ils le boycottent et agissent avec lui comme avec ceux des gens de l'innovation seulement pour ce fait, alors il y a en cela une contradiction avec la voie du messager d'Allâh صلى الله عليه سلم"

 

Je dis : Il m'est parvenu que certaines personnes ont compris de mes paroles que j'autorise l'assise des gens de l'innovations et des passions, et ceci est une chose très dangereuse qui oblige une explication et une excuse pour ce qui a précédé.

 

Il incombe au musulman de prendre en garde aux gens de l'innovations et des passions, ne de pas s'assoir avec eux, de ne pas les fréquenter et de ne pas être avec eux, ils sont comme la gale, comme le lion féroce dont on prend garde à son mal.

 

Et ce sur quoi étaient les salafs c'était la mise en garde des assises des gens de l'innovations et des passions, et de ne pas se mélanger à eux !

 

Dans "al-ibana al-kobra" de ibn batta (2/426) "al-ibana al-kobra" de ibn batta (2/430) "al-ibana al-kobra" de ibn batta (2/430) "al-ibana al-kobra" de ibn batta (2/433). [Regroupé par rida ta3san mo3ti - : deuxième édition, 1415 h 1994 m] : chapitre de la mise en garde sur la fréquentation qui rendent malade les cœurs et pervertissent la foi.

 

Il dit au début :

 

"Je t'ai certes appris Ô mon frère - qu'Allâh me protège ainsi que toi des troubles, et qu'Il nous préserve de toute épreuve, que celui qui a été la cause de la mort du cœur, et qui l’a imprégné de doute après sa prévention, c'est la recherche et l’approfondissement, et la multiplication de questions sur les choses qui ne protègent pas des troubles.

 

Il suffit aux raisonnés leur sûreté, et que celui qui le rend malade après sa santé, lui a dérobé les habits de la santé, il fait partie de la compagnie qui berne l’intimité, qui apporte comme compagnie, le feu au jour de la résurrection.

 

Quant à la recherche et aux questions je te l'ai expliqué, si tu l'as écouter attentivement - avec l'aide d'Allâh - Il te protègera, et tu as ce qu'il te faut et te suffit.

 

Quant à la compagnie, je vais te réciter les nouvelles de son état, ce dont si tu t'y attache te seras utiles, et si Allâh Le Généreux veut par ceci Il t'accordera la réussite, Allâh dit ( dans le sens rapproché ) dans ce qu'il a exhorté Son prophète صلى الله عليه وسلم et ce dont Il la mise en garde : 

 

{Quand tu vois ceux qui pataugent dans des discussions à propos de Nos versets, éloigne-toi d'eux jusqu'à ce qu'ils entament une autre discussion. Et si le Diable te fait oublier, alors, dès que tu te rappelles, ne reste pas avec les injustes} [al-anعâm: 68]

 

Puis Il lui a rappelé ce dont Il l'avait mis en garde , et à répéter le rappel de ce dont Il l'avait averti , Il dit (dans le sens rapproché) : 

 

{Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci: lorsque vous entendez qu'on renie les versets (le Coran) d'Allah et qu'on s'en raille, ne vous Asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu'ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l’Enfer} [an-nissâ' : 140]

 

Il a été rapporté par sa chaîne de transmission d'après Mojâhid : {pataugent dans des discussions à propos de Nos versets} [al-anعâm: 68], ils se moquent , Mohamed صلى الله عليه وسلم à été interdit de s'assoir avec eux sauf s'il oublie, s'il se rappelle qu'il se lève ceci en raison de la parole :

 

{dès que tu te rappelles, ne reste pas avec les injustes} [al-anعâm: 68]

 

Et par sa chaîne de transmission d'après qatâda :

 

{éloigne-toi d'eux jusqu'à ce qu'ils entament une autre discussion} [al-anعâm:68] , il dit : Allâh lui a interdit de s'asseoir avec ceux qui pataugent dans les versets d'Allâh, et par lesquelles ils mentent et s'il oublie, qu'il ne s'assoie pas avec un peuple injuste après s'en être souvenu . 

 

Et par sa chaîne de transmission d'après Abî Hourayra d'après le prophète صلى الله عليه وسلم : 

 

"L'homme est sur la religion de son ami intime, que chacun de vous regarde qui il prends pour ami intime" 

 

Par sa chaîne de transmission d'après عatâ’, il dit :

 

"Allâh a révélé à moussa عليه السلام : Ne t’assois pas avec les gens des passions car ils innovent dans ton coeur ce qui n'y était pas." 

 

Et par sa chaîne de transmission (2/455) d'après thâbit, ibn massعoud dit :

 

Si les personnes étaient réunis dans un même lieu tous croyants, et parmi eux deux mécréants, l'un d'eux liera d'intimité à l’autre, et les personnes étaient réunis dans un même lieu tous mécréants, et parmi eux deux croyants , l'un d'eux se liera d'intimité pour l'autre. 

 

Et dans l'explication des fondements de la croyance des gens de la sounnah (1/128) chapitre du contexte de ce qui a été rapporté par le prophète صلى الله عليه وسلم dans l'interdiction de débattre les gens de l'innovation, de les disputer, de parler avec eux, d'écouter leurs paroles innovées et leurs opinions répugnante. 

 

Il est rapporté (1/155) qu’Al-Fudayl a dit : "Ne t’assois pas avec les gens de l'innovation [celui qui le fait] Allâh annulera ses actions, sortira la lumière de l'islam de son coeur, et si Allâh aime un serviteur il lui parfum sa nourriture"

 

Il est rapporté (1/156) qu’Al-Fudayl a dit : "La personne de l'innovation, ne lui fait pas confiance par rapport à ta religion , ne le consulte pas pour tes affaires et ne t'assois pas auprès de lui. Celui qui s'assois avec une personne de l'innovation Allâh le fera hérité de la cécité " 

 

D'après Al-Fudayl qui dit : "Certes Allâh à des anges qui recherche les cercles de rappels, regarde avec qui est ton assise, qu'elle ne soit pas avec une personne de l'innovation, car certes Allâh ne les regardes pas, et un signe de l'hypocrisie est que l'homme s'assois avec une personne de l'innovation"

 

Et D'après Al-Fudayl qui dit : "Les âmes sont des armées mobilisées. Celles d'entre elles qui se reconnaissent s'attirent et celles qui se méconnaissent se repoussent et il est impossible d'être une personne de la sounnah qui penche vers une personne de l'innovation si ce n'est de l'hypocrisie " 

 

Et dans "al ibanna - al koubra" d ibn batta par sa chaîne de transmission Abû Qoulâba : "Ne vous asseyez pas aux gens de l'innovations et ne débattez pas avec eux , je ne garantie certes pas qu'il vous plonge dans leurs égarements et qu'ils vous revêtissent [par le faux] ce que vous savez."

 

Et dans "al-ibana al-kobra" d'ibn batta (2/435) par sa chaîne de transmission d'après Abî Hourayra d'après عomar bin al-Khattâb il dit : j'ai entendu le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم dire :

 

"Ne vous asseyez pas avec les gens du Qadar ni ne commencez [le débat]" . 

 

Et dans "al-ibana al-kobra" d'ibn batta (2/436) d'après عamr bin qayss : il dit : "On disait : Ne t'assois pas avec une personne déviée , ou ton cœur déviera" 

 

Et dans "al-ibana al-kobra" d'ibn batta (2/439) par sa chaîne de transmission d'après Abî Ishâq il dit : Abdoullah bin massعoud dit : "Ne jugez les gens que selon leurs Compagnons, certes l'homme ne tiens compagnie qu'à celui qu'il apprécie, jugez en fonction de ce que vous voyez" 

 

Et dans "al-ibana al-kobra" d'ibn batta (2/439) d'après Abî Qilâba d'après Abî Darda il dit : "Parmi la compréhension de l'homme, sa marche, son entrée et sa sortie"

 

Puis il dit : "Qu'Allâh combatte le poète lorsqu'il dit : [la longue mer] concernant l'homme ne demande pas , regarde son proche ... Certes le proche imite le proche."

 

Et dans "al-ibana al-kobra" (2/440) par sa chaîne de transmission d'après qatâda dans la parole d'Allâh (dans le sens des verset) : 

 

{Ô gens du livre n'exagérez pas dans votre religion} [an-nissâ:171].

 

Il dit : n'innovez pas , et ne vous asseyez pas auprès d'un innovateur.

 

La prudence... la prudence...

 

Ne vous asseyez pas auprès des gens de l'innovations et des passions.

 

Et Allâh est celui à qui on demande de l'aide, et à lui la garanti.

 

Traduit et publié par le Groupe de traductions et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

اعتذار وتنويه

سبق لي أن كتبت منشوراً قلت في أوله : "لفت نظري أن بعض الناس يغلو في وصف الرجل بالبدعة، ويريد معاملته كأقسى ما تكون، لمجرد أن وجهه وألفته مع أهل البدع. وكان الأوزاعي يقول: من ستر عنا بدعته لم تخف علينا ألفته

فأقول : رحم الله الأوزاعي، لكن يعطى لكل أمر مرتبته ومنزلته، فهل تريد أن تعامل هذا كما تعامل من عرف ببدعته؟

الآن الطريقة التي يصنعها بعض الناس هي هذه

ليس لديه شيء عن فلان أنه صاحب بدعة، لكن يقول: ألفته ووجهه لأهل البدع، خلاص هو منهم

أقول: ألفته لأهل البدع لا تسوغ لك إخراجه عن السلفية بمجرد هذا، ولكن عليك أن تناصح وأن تبين، وتتكلم برفق، أمّا أن تطلق حكما بذلك وتعممه، بل وتطالب الجميع بأن يهجره ويعامله معاملة أهل البدع، لمجرد ذلك، هذا فيه مخالفة لمنهج الرسول صلى الله عليه وسلم..... الخ"اهـ

أقول: فقد بلغني أن بعض الناس قد فهم من كلامي أني أجوز مجالسة أهل البدع والأهواء، وهذا أمر خطير جداً، استوجب التنبيه والاعتذار مما سبق، فإن على المسلم أن يحذر أهل البدع والأهواء، وأن لا يجالسهم ولا يصاحبهم ولا يكن معهم، فإنهم كالجرب، وكالأسد الضاري يحذر من شره

والذي عليه السلف التحذير من مجالسة أهل البدع والأهواء، وترك مخالطتهم

في الإبانة الكبرى لابن بطة (2/ 426- 430) حققه: رضا بن نعسان معطي - الطبعة: الثانية، 1415 هـ - 1994 م

بَابُ التَّحْذِيرِ مِنْ صُحْبَةِ قَوْمٍ يُمْرِضُونَ الْقُلُوبَ وَيُفْسِدُونَ الْإِيمَانَ

قال في أوله

"قَدْ أَعْلَمْتُكَ يَا أَخِي - عَصَمَنِي اللَّهُ وَإِيَّاكَ مِنَ الْفِتَنِ , وَوَقَانَا وَإِيَّاكَ جَمِيعَ الْمِحَنِ - أَنَّ الَّذِي أَوْرَدَ الْقُلُوبَ حِمَامَهَا , وَأَوْرَثَهَا الشَّكَّ بَعْدَ اتِّقَائِهَا هُوَ الْبَحْثُ وَالتَّنْقِيرُ , وَكَثْرَةُ السُّؤَالِ , عَمَّا لَا تُؤْمَنُ فِتْنَتُهُ , وَقَدْ كُفِيَ الْعُقَلَاءُ مُؤْنَتَهُ , وَأَنَّ الَّذِي أَمْرَضَهَا بَعْدَ صِحَّتِهَا , وَسَلَبَهَا أَثْوَابَ عَافِيَتِهَا , إِنَّمَا هُوَ مِنْ صُحْبَةِ مَنْ تَغُرُّ أُلْفَتُهُ , وَتُورِدُ النَّارَ فِي الْقِيَامَةِ صُحْبَتُهُ. أَمَّا الْبَحْثُ وَالسُّؤَالُ فَقَدْ شَرَحْتُ لَكَ مَا إِنْ أَصْغَيْتَ إِلَيْهِ - مَعَ تَوْفِيقِ اللَّهِ - عَصَمَكَ , وَلَكَ فِيهِ مُقْنَعٌ وَكِفَايَةٌ , وَأَمَّا الصُّحْبَةُ فَسَأَتْلُو عَلَيْكَ مِنْ نَبَأِ حَالِهَا , مَا إِنْ تَمَسَّكْتَ بِهِ نَفَعَكَ , وَإِنْ أَرَدْتَ اللَّهَ الْكَرِيمَ بِهِ وَفَّقَكَ , قَالَ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ فِيمَا أَوْصَى بِهِ نَبِيَّهُ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ وَحَذَّرَهُ مِنْهُ: {وَإِذَا رَأَيْتَ الَّذِينَ يَخُوضُونَ فِي آيَاتِنَا فَأَعْرِضْ عَنْهُمْ حَتَّى يَخُوضُوا فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ وَإِمَّا يُنْسِيَنَّكَ الشَّيْطَانُ فَلَا تَقْعُدْ بَعْدَ الذِّكْرَى مَعَ الْقَوْمِ الظَّالِمِينَ - الأنعام: 68

 ثُمَّ أَذْكَرَهُ مَا حَذَّرَهُ , وَأَعَادَ لَهُ ذِكْرَ مَا أَنْذَرَهُ , فَقَالَ تَعَالَى

{وَقَدْ نَزَّلَ عَلَيْكُمْ فِي الْكِتَابِ أَنْ إِذَا سَمِعْتُمْ آيَاتِ اللَّهِ يُكْفَرُ بِهَا وَيُسْتَهْزَأُ بِهَا فَلَا تَقْعُدُوا مَعَهُمْ حَتَّى يَخُوضُوا فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ إِنَّكُمْ إِذًا مِثْلُهُمْ إِنَّ اللَّهَ جَامِعُ الْمُنَافِقِينَ وَالْكَافِرِينَ فِي جَهَنَّمَ جَمِيعًا - النساء: 140

أورد فيه بسنده عَنْ مُجَاهِدٍ

يَخُوضُونَ فِي آيَاتِنَا - الأنعام: 68

يَسْتَهْزِئُونَ , نُهِىَ مُحَمَّدٌ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ أَنْ يَقْعُدَ مَعَهُمْ إِلَّا أَنْ يَنْسَى , فَإِذَا ذَكَرَ فَلْيَقُمْ , وَذَلِكَ قَوْلُهُ

فَلَا تَقْعُدْ بَعْدَ الذِّكْرَى مَعَ الْقَوْمِ الظَّالِمِينَ - الأنعام: 68

وبسنده عَنْ قَتَادَةَ 

فَأَعْرِضْ عَنْهُمْ حَتَّى يَخُوضُوا فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ - الأنعام: 68

قَالَ: نَهَاهُ اللَّهُ أَنْ يَجْلِسَ مَعَ الَّذِينَ يَخُوضُونَ فِي آيَاتِ اللَّهِ , يُكَذِّبُونَ بِهَا , وَإِنْ نَسِيَ , فَلَا يَقْعُدْ بَعْدَ الذِّكْرَى مَعَ الْقَوْمِ الظَّالِمِينَ

وبسنده عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ , عَنِ النَّبِيِّ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَالَ

«الْمَرْءُ عَلَى دِينِ خَلِيلِهِ , فَلْيَنْظُرْ أَحَدُكُمْ مَنْ يُخَالِلُ»

وبسنده عَنْ عَطَاءٍ , قَالَ: أَوْحَى اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ إِلَى مُوسَى عَلَيْهِ السَّلَامُ: لَا تُجَالِسْ أَهْلَ الْأَهْوَاءِ , فَإِنَّهُمْ يُحْدِثُونَ فِي قَلْبِكَ مَا لَمْ يَكُنْ فِيهِ

وبسنده (2/ 455): عَنْ ثَابِتٍ: أَنَّ ابْنَ مَسْعُودٍ قَالَ: لَوْ أَنَّ النَّاسَ جُمِعُوا فِي صَعِيدٍ وَاحِدٍ كُلُّهُمْ مُؤْمِنٌ , وَفِيهِمْ كَافِرَانِ تَأَلَّفَ أَحَدُهُمَا إِلَى صَاحِبِهِ , وَلَوْ أَنَّ النَّاسَ جُمِعُوا إِلَى صَعِيدٍ وَاحِدٍ كُلُّهُمْ كَافِرٌ , وَفِيهِمْ مُؤْمِنَانِ , تَأَلَّفَ أَحَدُهُمَا إِلَى صَاحِبِهِ

وفي شرح أصول اعتقاد أهل السنة والجماعة (1/ 128) باب في سِيَاقُ مَا رُوِيَ عَنِ النَّبِيِّ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ فِي النَّهْيِ عَنْ مُنَاظَرَةِ أَهْلِ الْبِدَعِ وَجِدَالِهِمْ وَالْمُكَالَمَةِ مَعَهُمْ وَالِاسْتِمَاعِ إِلَى أَقْوَالِهِمُ الْمُحْدَثَةِ وَآرَائِهِمُ الْخَبِيثَةِ

ذكر (1/ 155)عن الْفُضَيْلَ يَقُولُ

لَا تَجْلِسْ مَعَ صَاحِبِ بِدْعَةٍ أَحْبَطَ اللَّهُ عَمَلَهُ , وَأَخْرَجَ نُورَ الْإِسْلَامِ مِنْ قَلْبِهِ , وَإِذَا أَحَبَّ اللَّهُ عَبْدًا طَيَّبَ لَهُ مَطْعَمَهُ

وذكر (1/ 156) قَالَ الْفُضَيْلَ

صَاحِبُ الْبِدْعَةِ لَا تَأْمَنْهُ عَلَى دِينِكَ , وَلَا تُشَاوِرْهُ فِي أَمْرِكَ , وَلَا تَجْلِسْ إِلَيْهِ , فَمَنْ جَلَسَ إِلَى صَاحِبِ بِدْعَةٍ وَرَّثَهُ اللَّهُ الْعَمَى

وعن الْفُضَيْلَ يَقُولُ

إِنَّ لِلَّهِ مَلَائِكَةً يَطْلُبُونَ حِلَقَ الذِّكْرِ , فَانْظُرْ مَعَ مَنْ يَكُونُ مَجْلِسُكَ , لَا يَكُونُ مَعَ صَاحِبِ بِدْعَةٍ , فَإِنَّ اللَّهَ لَا يَنْظُرُ إِلَيْهِمْ , وَعَلَامَةُ النِّفَاقِ أَنْ يَقُومَ الرَّجُلُ وَيَقْعُدَ مَعَ صَاحِبِ بِدْعَةٍ

وعن الْفُضَيْلَ يَقُولُ

الْأَرْوَاحُ جُنُودٌ مُجَنَّدَةٌ , فَمَا تَعَارَفَ مِنْهَا ائْتَلَفَ , وَمَا تَنَاكَرَ مِنْهَا اخْتَلَفَ , وَلَا يُمْكِنُ أَنْ يَكُونَ صَاحِبُ سُنَّةٍ يُمَالِئُ صَاحِبَ بِدْعَةٍ إِلَّا مِنَ النِّفَاقِ

وفي الإبانة الكبرى لابن بطة بسنده قَالَ أَبُو قِلَابَةَ: لَا تُجَالِسُوا أَهْلَ الْأَهْوَاءِ , وَلَا تُجَادِلُوهُمْ , فَإِنِّي لَا آمَنُ أَنْ يَغْمِسُوكُمْ فِي ضَلَالَتِهِمْ , أَوْ يَلْبِسُوا عَلَيْكُمْ مَا تَعْرِفُونَ

وفي الإبانة الكبرى لابن بطة 2/ 436

عن عَمْرِو بْنِ قَيْسٍ , قَالَ: كَانَ يُقَالُ: لَا تُجَالِسْ صَاحِبَ زَيْغٍ , فَيُزِيغَ قَلْبَكَ

وفي الإبانة الكبرى لابن بطة (2/ 439) بسنده عَنْ أَبِي إِسْحَاقَ , قَالَ: قَالَ عَبْدُ اللَّهِ بْنُ مَسْعُودٍ: اعْتَبِرُوا النَّاسَ بِأَخْدَانِهِمْ , فَإِنَّ الْمَرْءَ لَا يُخَادِنُ إِلَّا مَنْ يُعْجِبُهُِسُوا عَلَيْكُمْ مَا تَعْرِفُونَ

وفي الإبانة الكبرى لابن بطة 2/ 439

عَنْ أَبِي قِلَابَةَ , عَنْ أَبِي الدَّرْدَاءِ , قَالَ

مِنْ فِقْهِ الرَّجُلِ مَمْشَاهُ , وَمَدْخَلُهُ , وَمَخْرَجُهُ

ثُمَّ قَالَ أَبُو قِلَابَةَ: قَاتَلَ اللَّهُ الشَّاعِرَ حِينَ يَقُولُ

[البحر الطويل]

عَنِ الْمَرْءِ لَا تَسْأَلْ وَأَبْصِرْ قَرِينَهُ ... فَإِنَّ الْقَرِينَ بِالْمُقَارَنِ يَقْتَدِي

وفي الإبانة الكبرى لابن بطة (2/ 440) بسنده عَنْ قَتَادَةَ , فِي قَوْلِهِ تَعَالَى

يَا أَهْلَ الْكِتَابِ لَا تَغْلُوا فِي دِينِكُمْ - النساء: 171

قَالَ: لَا تَبْتَدِعُوا , وَلَا تُجَالِسُوا مُبْتَدِعًا

فالحذر ... الحذر ... لا تجالسوا أهل البدع واهل الأهواء ... والله المستعان وعليه التكلان

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

Les étapes permettant de remédier à l’erreur dans laquelle peut tomber le salafi et autre que lui

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les étapes permettant de remédier à l’erreur dans laquelle peut tomber le salafi et autre que lui

Etape 1

 

Reconnaître cette réalité qui est que tout fils d’Adam عليه السلام est sujet à l’erreur, que les meilleurs d’entre ceux qui se trompent sont ceux qui s’en repentent.

 

Et ceci est la première étape à entreprendre concernant l’erreur lorsque le salafi ou autre que lui tombe dedans.

Etape 2

 

Observer la question sur laquelle s’est trompé la personne.

 

Est-ce une question parmi les questions laissant place à l’ijtihad ou bien est-ce une question dans laquelle la preuve claire est apparue et il nous incombe de cheminer sur celle ci.

 

Et ceci nécessite de rechercher la science ou bien de faire remonter le cas de ce frère à un savant en lui disant :

 

«Ô sheikh, untel s’est trompé sur telle question, comment devons nous nous comporter avec lui et quelle doit-être notre position à son sujet ?»

 

Ceci car il se peut que ce dans quoi est tombé ce frère soit une question prêtant à l’ijtihad et qu’elle ne soit pas une question où il y a un dalil clair nous imposant de suivre et se soumettre à ce dalil.

 

Et notre façon de nous comporter avec celui qui nous contredit dans une question ouverte à l’ijtihad n’est pas la même qu’avec celui qui contredirait un dalil clair qui impose de le suivre.

 

Il se peut par exemple qu’il nous contredise sur le fait de placer les mains sur la poitrine après s’être relevé de l’inclinaison, lui les place dessus et nous non ou alors nous, nous les plaçons et lui non, cette question donne lieu à un ijtihad […] 

 

Et il se peut qu’il soit d’avis que celui qui délaisse la prière est mécréant dans l’absolu et que nous, nous considérions que lorsqu’il la délaisse par paresse et faignantise il ne mécroit pas et que lorsqu’il la délaisse en reniant son caractère obligatoire, là il est mécréant, et dans ce cas nous détaillons la question comme c’est le cas pour la majorité des gens de science. 

 

Il ne convient pas dans ce cas que cela donne lieu à une dispute car dans ces questions, la divergence est prise en considération, et dans certaines d’entre elles, cela arrive au sujet d’une même preuve.

 

Concernant cette étape, il convient d’avoir une vue d’ensemble et de disposer d’une connaissance au niveau des divergences existantes.

 

Et il fut dit : plus l’homme a connaissance des divergences plus sa vision est large et plus l’homme manque de connaissance au sujet des questions à divergences, plus son esprit est étroit.

Etape 3

 

L’erreur dans laquelle est tombé le frère, lorsque nous savons que c’est une question qui ne tolère pas de divergence et qui lui incombe d’être en accord avec nous sur cela, alors nous le désapprouvons nous durcissons le ton et lui ordonnons le bien, on réprouve le blâmable et nous lui intimons l’ordre de revenir vers les savants et les étudiants en science afin qu’ils lui éclaircissent cette question.

 

Mais si c’est une question où la divergence à son sujet est tolérée, dans ce cas nous sommes doux avec lui, nous nous conseillons et nous discutons posément avec lui, de la meilleure des manières sans faire preuve de dureté avec lui dans une affaire qui tolère la divergence.

Etape 4

 

Nous devons en cas de dispute éviter tout propos outrancier.

 

Certaines personnes ne supportent pas de trouver en face d’eux celui qui les contredit sur une question. Et cela consiste à se montrer vulgaire lorsqu’il trouve en face de lui quelqu’un le contredisant.

 

Et ceci est un signe d’hypocrisie.

 

Le prophète صلى الله عليه و سلم a dit :  

 

«Quatre caractéristiques, celui chez qui on les retrouve toutes est un pur hypocrite et celui qui chez qui l’on retrouve l’une d’entre elle a en lui une des caractéristiques de l’hypocrisie jusqu’à ce qu’il l’abandonne : 

Lorsqu’il parle il ment,

Lorsqu’il donne une parole il ne la tient pas,

Lorsqu’il conclut un pacte il le trahit,

Lorsqu’il se dispute il devient vulgaire.»

 

Donc faire preuve de vulgarité pour la simple raison qu’il diverge d’avec quelqu’un est une des caractéristiques des hypocrites, le musulman doit prendre garde à cela.

Etape 5

 

Nous avons discuté avec lui et débattu, nous avons fait remonter son cas aux gens de science et lui avons demandé de revenir vers eux.

 

Les étudiants en science ont parlé avec lui et l’ont conseillé et lui ont éclairci.

 

La preuve lui a été établie et l’équivoque lui a été dissipée.

 

Malgré tout, après cela, il est apparu qu’il persistait à suivre les passions.

 

Nous disons donc : ici nous changeons de position.

 

On passe du simple fait de décrire son acte comme étant une erreur et une contradiction au fait de le décrire clairement comme étant un partisan de l’innovation ou un innovateur, un égaré ou de figurer parmi les gens des passions.

 

On passe du fait de décrire la parole ou l’acte au fait de décrire l’individu lui même.

 

Et nous passons à une autre étape consistant à exposer le danger de cet homme, ceci car désormais il porte avec lui une idéologie égarée qui n’est pas tolérable, il contredit les gens de la sounnah et du consensus donc il est nécessaire de limiter son mal, d’en éloigner les gens, ceci en le boycottant et en mettant en garde contre lui, de ne pas s’asseoir avec lui, de ne pas l’écouter ni lire ses livres.

 

Si on se tait au sujet de cet homme, cela lui donne la capacité de propager son idéologie.

 

Car il peut influer sur les étudiants en science débutants et les faire sortir de la sounnah.

 

Le fait de le laisser lui donne l’occasion de répandre ses équivoques pour égarer les gens de la voie des gens de la sounnah et du consensus.

 

Ici apparaît un fondement immense affirmé par les salafs au sujet duquel est rapporté leur consensus et qui est : le boycott des gens de l’innovation et des passions.

 

Donc à ce stade, il est mis en quarantaine :

 

-On met en garde contre lui,

-On ne s’assoie pas avec ni ne lui tient compagnie,

-On ne lui prête pas l’oreille ni ne renforce son rang,

-Et on s’éloigne de lui car il est devenu un partisan de l’innovation et de l’égarement.

 

Et il n’y a pas de différence en cela, entre la petite et la grande innovation. Toute innovation est un égarement et leurs partisans sont des partisans de l’égarement.

 

Ceci est la voie des gens de la sounnah et du consensus sur la façon de se comporter avec celui qui est tombé dans l’erreur.

 

Et il est apparu une mouvance qui a repris une des caractéristiques des khawarijs.

 

Ils ont adopté la voie des khawarij dans la manière de se comporter avec celui qui commet une erreur.

 

Que font-ils ?

 

Cette mouvance juge directement celui qui commet une erreur selon cette erreur sans lui établir la preuve.

 

Ils ne distinguent pas entre l’erreur commise par le sounni et l’erreur d’autre que lui.

 

Ils ne distinguent pas entre le savant sounni qui est connu pour son suivi du livre et de la sounnah et entre le partisan de l’innovation et de l’égarement, les considèrant tout deux de la même manière.

 

Cette mouvance est celle qu’on nomme «Al Hadadya».

 

Leur voie contredit celle des gens de la sounnah et du consensus sur cette question, ils sont sortis de la voie des gens de la sounnah et du consensus sur ce sujet.

 

Il convient donc d’être en garde vis à vis d’eux et de ne pas suivre leur voie.

 

Tiré du site officiel de Cheikh

Traduit et publié par SalafIslam.fr

خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ١

(5 - 5) خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره
(1 - 5) الخطوة الأولى
الاعتراف بهذه الحقيقة، وهي أن كل ابن آدم خطاء، وخير الخطائين التوابون، وهذا أول خطوة في التعامل مع الخطأ إذا وقع فيه السلفي، وغيره من الناس
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٢
(2 - 5) الخطوة الثانية
أن ننظر في المسألــــــــة التـــــي وقع فيها الشخص، هل هي من المسائل الاجتهادية؟ أو هي من المسائل التي ظهر فيها الدليل الـــذي يلزم المصير إليه؟ 
وهذا يحتاج إلى طالب علم أو عالم نرفع إليه قضية الأخ هذه فنقول له: فــــلان أخطأ يــــــا شيخ، كيـف نعامله، وكيف الموقف فيه؟
لأنه قد يكون ما وقع فيه هذا الأخ من باب المسائـل الاجتهادية، وليس من المسائل التي يلزم المصير فيها إلى ما دل عليــــه الـــدليل
وتعاملنا معه إذا خالف في مسألة اجتهادية، ليس مثل تعاملنا مع مخالفته إذا كان خالفنا في مسألة ظهر فيها الدليل الذي يلزم المصير إليه
فقد يكون مثلاً يخالفنـــا في وضع اليدين على الصدر بعد الركوع، هو يضعها ونحن لا نضعهـا، أو نحن نضعها وهو لا يضعها. فهذه مسألة اجتهادية
وقد يكون الخلاف في مسألة إزرة الــمـؤمن إلى أنصاف الساقين، فجعل ثوبه إلى نصف الساقين، ونحن نرى أن إزرة المؤمن كما قــــال الرسول -صلى الله عليه وسلم-: «إِزْرَةُ الْمُؤْمِنِ إِلَى أَنْصَافِ سَاقَيْهِ، لَا جُنَاحَ عَلَيْهِ مَا بَيْنَهُ وَبَيـــْنَ الْكَعْبَيْنِ، وَمَا أَسْفَلَ مِنَ الْكَعْبَيْنِ فِي النَّارِ». فهو يخالفنا، فنحن نلبس إلى الكعبين، وهو يلبس إلى أنصاف الساقين
وقد تكون المسألة في لبس العمامة، ونحن لا نرى لبس العمامة، نرى لبس الخمـــار الـــذي نحن نسميه الغترة والشماغ، ونحو ذلك من المسائل التي تتحمل تعدد وجهات النظر، وليس فيهـــا مـــن الأدلة ما يلزم المصير إليه، أو ما يعين القول فيها بقول واحد
وقد يكون يرى أن تارك الصلاة كافر مطلقًا، ونحن نرى أن تـــارك الصـــــلاة إذا كان كسلاً وتهاونًا لا يكفر، وإذا تركها إنكارًا وجحودًا فإنه كافــــر؛ فنفصـــــل كطريقة الجمهور
فلا ينبغي أن يكون هناك نزاع، في هذه مسائل الخلاف فيها معتبر، وبعضها يسوغ من نفس الدليل
وهذه الخطوة تحتاج إلى أفق واسع ومعرفة بالخلاف
وقد قيل: كلما زاد علم الرجل بالخلاف اتسع صـدره، وكلما نقص علم الرجل بالخلاف ضاق صدره
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٣
(3 - 5) الخطوة الثالثة
هذا الخطأ الــــــذي وقــــع فيه الأخ، إذا عرفنا أنه خطأ مما لا يسوغ فيه الخلاف، وأنه يلزمه أن يوافقنا؛ فإننا ننكــــــر عليه، ونشدد، و نأمره بالمعروف، وننهاه عن المنكر، ونأمره بالرجوع إلى العلماء، وإلى طلاب العلم؛ ليبينوا له هذه المسألة
أمـا إذا كـــــانت المسألـــة مما يسوغ فيه الخلاف، فنحن نترفق معه، ونناصحه، ونكلمه بهدوء، وبالتي هي أحسن، ولا نشدد عليـــه في قضية الخلاف
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٤
(4 - 5 ) الخطوة الرابعة
علينا أن نتجنب في كل ذلك الفجور في الخصومـــــة؛ فــإن بعض الناس لا يطيق أن يجد إنسانًا يخالفه في مسألة، والفجور في الخصومة أنه إذا وجد من يخالفـــه فـي المسألة فجر
وهذا من علامات النفاق قال صلى الله عليه وسلم

«أَرْبَعٌ مَنْ كُنَّ فِيهِ فَهُوَ مُنَافِقٌ خَــــالِصٌ، وَمــــــَنْ كَانَتْ فِيهِ خَلَّةٌ مِنْهُنَّ كَانَ فِيهِ خَلَّةٌ مِنْ نِفَاقٍ حَتَّى يَدَعَهَا، إِذَا حَدَّثَ كَذَبَ، وَإِذَا وَعَدَ أَخْلَفَ، وَإِذَا عَاهَدَ غَدَرَ، وَإِذَا خَاصَمَ فَجَرَ»
فالفجــور في الخصومة لمجرد الخلاف من صفات المنافقين، فعلى المسلم أن يحذر منه
خطوات معالجة الخطأ الذي يقع فيه السلفي وغيره ٥
(5 - 5) الخطوة الخـــــامسة
حاورناه، وناقشناه، رفعنــــا أمره لأهل العلم، وطلبنا منه الرجوع إلى أهل العلم
تكلم معه طلاب العلم، وناصحوه، وبينوا له. وأقيمت عليه الحجة، وأزيلت عنه الشبهة.
ثم تبين بعد ذلك إصراره على اتباع الهوى
فنقول: هنا ننتقل من باب الوصف لقوله، أو فعله بأنه خطأ، ومخالفة، إلى وصفه هو بأنه صاحب بدعة، أو بأنه مبتدع، وبأنه ضال، وبأنه من أهل الهوى
فننتقل من باب وصف القول والفعل، إلى وصف العين
وننتقـل بعد هذا إلى أمر آخر، وهو أن نستشعر خطورة هذا الرجل؛ لأنه أصبح يحمل فكــرًا ضالاً لا مسوغ له، أصبح يخالف أهل السنة والجماعة، فينبغي حصر شره، وكفه عن الناس، وذلك
- بهجره
- والتحذير منه
ومن مجالسته
والاستماع له
والقراءة لكتبه
فهذا الرجل السكوت عنه يعني؛
تمكينه من نشر فكره
قد يؤثر في طلبة العلم المبتدئين؛ فيخرجهم عن السنة
تركه يضع الشبهات؛ لإضلال الناس عن طريق أهل السنة والجماعة
هنـا يأت الأصل العظيم الذي يقرره السلف، ونقل فيه إجماعهم عليه، ألا وهو هجر أهل البدع والأهواء
فيهجــــر، ويحذر منه، فلا يجالس، ولا يصاحب، ولا يسمع إليه، ولا يكثر سواده، ونبتعد عنه؛
لأنه أصبـــــح صاحب بدعة وضلالة
ولا فرق في ذلك بين كبير البدع وصغيرها، كل البدع ضلالات، وأصحـــابها أصحــــاب ضلالات
هــــذا هو منهج أهل السنة والجماعة في التعامل مع من وقع في الخطأ
وظهرت طــــائفة هي وجه من وجوه الخوارج، سلكت مسلك الخوارج في التعامل مع من يقع في الخطأ، مـــــاذا يصنـــعون؟
هذه الفرقة تحكم على صاحب الخطأ بخطئه مباشرة بدون قيام حجة
لا تفرق بين خطأ السني، وخطأ غيره
لا تفرق بين العالم السني المعروف بأن أصله اتباع الكتاب والسنة، وبين صاحب البدعــــــة والضلالــــــــــة فتسوي بينهم
وهي التي يقال لها: (الحدادية)؛ مسلكهم خلاف مسلك أهل السنة والجماعــــة فـي هذا الباب، خرجوا عن طريقة أهل السنة والجماعة في هذا الموضوع؛ فينبغي الحذر منهم، وعدم سلوك مسلكهم

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

Tester les gens par les individus fait partie de la voie des pieux prédécesseurs (dossier)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Tester les gens par les individus fait partie de la voie des pieux prédécesseurs (dossier)

Louange à Allâh, Seigneur de l’univers.

J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allâh et que Muhammad est le Messager d’Allâh, que la prière et le salut d’Allâh soient sur lui ainsi que sur sa famille, l’ensemble de ses compagnons et tous ceux qui le suivent de la meilleure manière jusqu’au jour de la résurrection.

Ceci dit :

 

Allâh (عز وجل) a dit dans Son Noble Livre :

 

وَالسَّابِقُونَ الْأَوَّلُونَ مِنَ الْمُهَاجِرِينَ وَالْأَنصَارِ وَالَّذِينَ اتَّبَعُوهُم بِإِحْسَانٍ رَّضِيَ اللَّهُ عَنْهُمْ وَرَضُوا عَنْهُ

 

«Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés et les Ansars et ceux qui les ont suivis de la meilleure manière, Allâh les agrée, et ils L’agréent.»

 

L’Imam At-Tabari a dit en exégèse de ce verset :

 

«Quant à ceux qui ont suivi les premiers émigrés et les ansars de la meilleure manière, ce sont ceux qui se sont soumis à Allâh comme eux et qui ont emprunté leur voie dans l’émigration, le soutien [de la religion] et les œuvres de bien.»

 

L’Imam Al-Baghawi a dit :

 

«On a dit qu’ils sont ceux qui ont emprunté leur voie dans la foi, l’émigration et le soutien [de la religion] jusqu’au jour de la résurrection.»

 

Cheikh AbdurRahman Ibn Nassir As-Si’di a dit :

 

«Et ceux qui les ont suivis de la meilleure manière : dans les croyances, les paroles et les actes.».

 

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit :

 

«Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, puis ceux qui viennent après eux, puis ceux qui viennent après eux.»

 

L’Imam Malik Ibn Anas, qu’Allâh lui fasse miséricorde, a dit :

 

«Rien ne peut réformer les derniers de cette communauté si ce n’est ce qui a réformé les premiers.»

 

Il est donc obligatoire pour le musulman de revenir au Coran et à la Sunna selon la compréhension des pieux prédécesseurs et de suivre leur voie dans chaque domaine de cette noble religion qu’est l’Islam.

 

Il se doit donc d’accepter ce qui fait partie de leur voie et rejeter ce qui n’en fait pas partie.

 

En effet, tout le bien se trouve dans le suivi des prédécesseurs et tout le mal se trouve dans les innovations de ceux venus après eux.

 

S’il en est ainsi, il n’appartient pas au musulman de prononcer un jugement sur une affaire religieuse sans avoir au préalable pris connaissance de son jugement auprès d’Allâh et de la position des pieux prédécesseurs à son sujet.

 

A plus forte raison, il n’appartient pas au musulman de taxer d’innovation ou d’égarement une chose dont les preuves du Coran et de la Sunna et la mise en pratique des pieux prédécesseurs démontrent sa légitimité et sa validité.

 

Nous avons choisi d’aborder dans ce livret concis un sujet incompris par certains et rejeté par d’autres à notre époque, alors qu’il fait pourtant partie de la voie de nos pieux prédécesseurs comme nous allons le démontrer.

 

Ce sujet n’est autre que le fait de tester les gens par les individus afin de connaitre leur situation.

 

Bien entendu, ceci est soumis à certaines règles et ne doit pas avoir lieu de manière anarchique comme vous le découvrirez à travers les paroles des savants.

 

Ce livret sera divisé en quatre parties :

 

-Preuves du Coran et de la Sunna sur la légitimité de la mise à l’épreuve

-Paroles des pieux prédécesseurs et des savants anciens

-Paroles des gens de science contemporains

-Clarification de la parole l’Imam Al-Barbahari « La mise à l’épreuve en Islam est une innovation »

 

Nous l’avons intitulé :

 

Tester les gens par les individus fait partie de la voie des pieux prédécesseurs

 

Enfin, nous demandons à Allâh (سبحانه وتعالى) de nous accorder la réussite et la rectitude dans cette œuvre, nous Lui demandons également de nous accorder la sincérité dans les paroles et les actes, de nous montrer la vérité comme étant vérité et de nous accorder son suivi et le faux comme étant faux et de nous permettre de nous en écarter. Il est certes Bon et Généreux.

 

Et notre dernière invocation est : louange à Allâh, Seigneur de l’univers.

 

Ecrit à Shihr, Yémen

Le 14 de Dhil-Qi’da 1435 (9 septembre 2014).

Traduit et publié par an-nassiha.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>