497 articles avec methodologie - المنهجية

Revenir à Allah et à son Messager en cas de divergence

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Revenir à Allah et à son Messager en cas de divergence

Allah Ta'âlâ dit (traduction rapprochée) :

 

"O les croyants! Obéissez à Allah et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement (Les savants et les Dirigeants!). Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation" [Sourate An-Nissa, verset 59]

 

Il est obligatoire que surviennent [entre les gens] des discordances et des divergences.

 

Cependant, celles-ci se résolvent par le retour au Livre d'Allah et à La Sounnah du Messager d'Allah (Paix et Salut d'Allah sur Lui) et cela en ayant recours aux savants, ceux qui connaissent le Livre et la Sounnah de Son Messager (Paix et Salut d'Allah sur lui); ils reviennent vers eux pour mettre fin aux disputes à la lumière du Livre d'Allah et à la lumière de la Sounnah de Son Messager (Paix et Salut d'Allah sur Lui).

 

"si vous croyez en Allah et au Jour Dernier" [Sourate An-Nissa, verset 59]

 

Le croyant revient vers le Livre d'Allah et vers la Sounnah de Son Messager (Paix et Salut d'Allah sur Lui).

 

Il prend ce qu'indique la preuve authentique.

 

Quant à celui qui n'est pas croyant, ce dernier ne revient pas vers le Livre et la Sounnah.

 

Il revient seulement vers ses passions, il revient vers ses penchants, il revient vers les gens d'égarement, il ne revient pas vers les savants.

 

Il revient uniquement vers les règles propres aux groupes et aux sectes et ne revient pas vers le Livre d'Allah et la Sounnah de Son Messager (Paix et Salut d'Allah sur Lui).

 

Majmou' Rassâil As-Sheykh Sâlih Al Fawzân, page 165/166

copié de sounnah-publication.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Le jarh wa ta’dîl à la loupe (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le jarh wa ta’dîl à la loupe (dossier)

Partager cet article

Comment se comporter face aux innovateurs ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Comment se comporter face aux innovateurs ?

Question :

 

Cheikh, une personne qui se mélange aux Moukhalifine (ceux qui contredisent la voie des Salaf), est-ce qu’on le considère comme l’un d’ eux ?

 

Cheikh :

 

Oui, on le considère comme l’un d’eux.

 

Question :

 

Est-ce que le conseil prend beaucoup de temps ?

 

Cheikh :

 

Non, cela ne prend pas beaucoup de temps. Cela est en fonction de ce que voit la personne. Cela peut se faire en une assise, en deux assises, en trois si la personne a des ambiguïtés, et cela peut se faire avec une parole. Cela est en fonction de la situation de celui qui est conseillé et du sujet sur lequel il est conseillé.

 

Question :

 

Concernant le fait de le considérer comme eux (al ilhaaq), ô Cheikh, celui qui est considéré comme une personne qui est un innovateur, est-ce qu’on le boycott ?

 

Cheikh :

 

Comment ne serait-il pas boycotté ? Le fait de le considérer comme lui (comme l’innovateur) implique de le boycotter.

 

Question :

 

Quelqu’un qui est salafi qui côtoie un ikhwani, est-ce qu’il prend le même jugement ?

 

Cheikh :

 

Oui, on le considère comme lui.

 

Question :

 

En regardant les intérêts (massalih) et les méfaits (mafaasid) ô Cheikh ?

 

Cheikh :

 

Les intérêts dont ils parlent et autour desquels ils tournent, les dégâts qui résultent de ce genre de situation sont plus importants qu’eux (que les intérêts). Ainsi, le méfait de ceux qui sont comme celui la est plus néfastes pour Ahlou-Sounnah, que le méfait des hizbiyne sur eux.

 

Car le hizbi clair, on se méfie de lui. Tandis que celui-ci qui est entre ceci et entre cela, il va vers ceux-ci (hizbiyne) et il va vers ceux-là (Salafiyne), il corromp ceux-ci (Salafiyne ) et ne réforme  pas en bien ceux-là (Hizbiyine).

 

Alors, on doit se méfier encore plus de lui.

 

Question :

 

Certaines personnes voient qu’il n’y a pas de hadjr (boycott) à cette époque et que le hadjr n’existe pas, en se basant sur la fatwa de Cheikh Nasser Dine Al-Albani -Qu’Allah lui fasse miséricorde-.

 

Ainsi, comment devons-nous les réfuter ?

 

Cheikh :

 

Cela n’est pas correct...

 

Cette parole n’est pas correcte.

 

Cheikh Al-Albani -Qu’Allah lui fasse miséricorde- parle de ce qu’il connaît.

 

Et ensuite, boycotter est utile avec certaines personnes.

 

Ainsi, délaisser cette Sounnah n’est pas correct, complètement, cela n’est pas correct !

 

Question :

 

Est-ce que tout Moukhalif (celui qui contredit la voie des Salaf) est un innovateur, ô Cheikh ?

 

Cheikh :

 

Non... Non...

 

Il y a des divergences permises dans lesquelles la divergence est permise.

 

C'est-à-dire, un sujet, quand c’est un sujet  de fiqh et de jugement, alors quelqu’un prend un point de vue et voit que ses preuves sont plus fortes, cela n’est pas considéré comme une innovation.

 

Tandis que les contradictions visées par celui qui pose cette question, alors ce qui est voulu par cela c’est la parole sur les bases de la religion, oui, dans les croyances des musulmans , alors toute personne qui contredit cela n’est pas un innovateurs, car il se peut qu’un ignorant les contredise, il ne sait pas, c’est une contradiction, il pense que c’est cela la vérité.

 

Alors, ce qui est obligatoire, c’est de lui expliquer, et s’il persiste après cela, il sera un innovateur à cause de sa contradiction.

 

Il est nécessaire de lui clarifier !

 

Question :

 

Cheikh, y a-t-il une différence entre les leaders et les suiveurs ?

 

Cheikh :

 

Il n’y a pas de doute... qu’il y a ici une différence entre le fait que l’innovateur soit un leader de l’innovation, ou un prêcheur à l’innovation, ou un fondateur de l’innovation, et entre celui qui la suit, car ceux qui la suivent varient, car parmi eux il y en a qui savent et parmi eux il y en a qui ne savent pas.

 

Question :

 

Une personne est critiquée dans un certain pays, et n’est pas connu dans un autre pays...

 

Est-il permis de mettre en garde contre cette personne ?

 

Cheikh :

 

S’il n’est pas connu, ce n’est pas nécessaire, il suffit que son état soit connu chez les gens de son pays.

 

Cependant, s’il va vers les gens d’un autre pays, alors la base dans cela et que la parole qui est prise en considération et sur qui elle repose, est celle venant des gens de son pays, parmi ceux qui ont parlé sur lui.

 

Cela car les gens du pays de cette personne le connaissent mieux, et cela avec à condition que sa parole sur lui soit vraie et juste.

 

Question :

 

Il y a, par exemple, quelqu’un à qui l’on dit « Conseille ton frère », il te répond : « Il ne m’est pas obligatoire de le conseiller, si tu veux conseiller, conseille » Est-ce que cela est correct ?

 

C'est-à-dire que cela n’est pas obligatoire à une personne spécifique.

 

Cheikh :

 

Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :

 

« Celui d’ente vous qui voit un mal, qu’il le corrige par sa main, et s’il ne le peut pas, alors avec sa langue, et s’il ne peut pas, alors avec son cœur, et ceci est le plus bas degré de la foi. »

 

Ainsi, si tu vois quelqu’un dont il est obligatoire pour toi de le conseiller, alors il t’est obligatoire (de lui donner) avant l’autre, sauf si tu penses qu’il n’accepte pas de toi et peut être qu’il l’acceptera de lui pour cause de sa proximité vis-à-vis de lui, ou car il est intime avec lui. Alors, le fait de conseiller lui revient, et ici tu l’abandonneras.

 

Et ceci est le point de vue considéré comme correct.

 

Question :

 

Le conseil n’est pas abandonné complètement ?

 

Cheikh :

 

Non, il n’est pas abandonné complètement.

 

Question :

 

Certains jeunes en Libye ont entendu une parole de Cheikh Rabi’ disant qu’il n’est pas obligatoire de conseiller (mots pas clairs)…

 

Cheikh :

 

Qu’est ce qu’il a ?

 

Question :

 

Ils ont mis en garde contre lui sans le conseiller.

 

Cheikh :

 

Non... La clarification...

 

Il faut lui clarifier, le conseiller pour son propre bien.

 

Il n’y a aucun lien entre la mise en garde et le fait de l’appeler (à ce qui est correct), l’appeler à la vérité est un sujet, et mettre en garde contre lui est un autre sujet.

 

Question :

 

Ils mettent en garde contre lui sans le conseiller ô Cheikh ?

 

Cheikh :

 

Celui dont l’innovation est connue, et qu’il est établit qu’on l’a conseillé et qu'on lui a clarifié, il n’est pas obligatoire pour les gens de le conseiller, il leur est obligatoire de suivre leurs savants le concernant, oui.

 

Question :

 

Est-il permis d’écouter les cassettes de récitation (de Coran) des gens de l’innovation ?

 

Cheikh :

 

Par Allah, c’est mieux de ne pas le faire, car parfois son cœur peut s’attacher à lui, et il a été dit à Ibn Sirine -Qu’Allah lui fasse miséricorde- : « Puis-je te réciter un verset ? »

 

Il a dit : « Pas même la moitié d’un verset. »

 

Pourquoi ?

 

Car il se peut que quelque chose de plaisant apparaisse dans son cœur ainsi que l’amour de sa récitation.

 

Alors, il l’aime sous cet angle, et par conséquent il devient un aimant des gens des passions et de l’innovation.

 

Question :

 

Quelle est la voie la plus exemplaire concernant les jeunes qui ont été trompés par les gens de l’innovation et concernant la façon de les diriger vers la voie sauvée ?

 

Cheikh :

 

La voie la plus exemplaire est qu’il se réfère aux gens de science concernant tous ceux à propos de qui ils ont été trompés parmi ceux sur qui les gens de science ont parlé.

 

Comment ?

 

Par exemple : quand le savant untel parle sur un Zayd parmi les gens, et ils sont troublés à son propos, alors on dit : « Demande à untel car il a parlé sur lui, et il est parmi les gens les plus connaisseurs à son sujet. »

 

Ainsi, ils orientent vers lui. Par le biais d’une telle personne, Allah le Très-Haut, par Sa Bonté et Sa Miséricorde, élèvera la ruse faite sur les gens.

 

Question :

 

Des prêcheurs à propos desquels ont divergé les savants dans leur tawtheeq et tajreeh, ou ta’deel et tajreeh, qu’est ce qui est obligatoire à la masse des Salafiyne ?

 

Cheikh :

 

Il est obligatoire à la masse des Salafiyne sur ceux à propos desquels ont divergés les savants dans la critique et l’éloge, de regarder la parole de celui qui a la preuve, comme cela est le cas pour ceux sur qui ont divergé les savants dans la critique et l’éloge a l’époque des narrations.

 

Ainsi, nous trouvons un narrateur sur laquelle diverge Abou Hatim, Ahmad, Al-Boukhari, Abou Dawoud, An-Nassaï, et leurs semblables, qu’Allah leur fasse miséricorde, et d’autres les contredisent.

 

Un vient et fait l’éloge d’un d’entre eux, et un autre vient et le critique.

 

Ainsi, Ahmad, Abou Hatim, Al-Boukhari font l’éloge, et Abou Dawoud critique, et An-Nassaï critique, et Abou Zour’ah critique, et ainsi de suite…

 

Ainsi, quand nous regardons leurs paroles et qu’on se fie à la preuve, alors celui qui apporte la preuve aura la prédominance.

 

Et si la personne qui a critiqué apporte la preuve avec sa critique, alors dans la majeur partie du temps, la critique a la prédominance car celui qui critique a une science en plus avec lui, et alors, on se base sur sa parole.

 

Et l’éloge avec la critique détaillée n’est pas accepté, même si cela provient d’une grande personne.

 

C’est ce qui est obligatoire, il est obligatoire qu’il regarde les preuves de chaque faction, et celui qui apporte la preuve, alors il est sur la bonne voie, et il est obligatoire de le suivre.

 

Question :

 

Cheikh, la masse ne connaît pas la preuve ?

 

Cheikh :

 

La parole le concernant revient à celui qui en a la capacité.

 

Tandis que la masse qui n’a pas de science, alors ils ne peuvent que faire  le taqlid des savants, et suivre les savants dans cela.

 

Question :

 

Les savants peuvent parfois diverger dans l’éloge et la critique…

 

Cheikh :

 

[interrompant] Les gens de la masse les suivent, ils suivent les savants.

 

Question :

 

Les savants divergent dans l’éloge d’une personne ou dans sa critique !

 

Cheikh :

 

Qui dirigera les gens (ignorant)?

Vous, les étudiants en science religieuse, vous regardez qui a la preuve, et ensuite vous dirigez les gens  en leur disant : « La parole correcte est la parole de untel, les preuves sont avec lui. » Ainsi, les gens ne se perdront pas.

 

Question :

 

Si les gens de l’innovation ont du pouvoir dans le pays et ont la capacité de combattre la daawah, doivent-il être boycottés ?

 

Cheikh :

 

Non, non… on doit s’en préserver, on doit se préserver des gens de l’innovation si Ahlou Sounnah sont en état de faiblesse.

 

Ainsi, il est obligatoire à Ahlou Sounnah de s’on préserver des gens de l’innovation et les contourner.

 

Car en agissant ainsi (en boycottant), il y aura un anéantissement de Ahlou Sounnah, et cela leur est interdit. Il leur est obligatoire de contourner, de résister, de résister autant qu’ils le peuvent.

 

Qu’ils contournent et résistent autant qu’ils peuvent, car ils sont en état de faiblesse.

 

Question :

 

Quand une personne tombe dans la déviation, qu’il a été conseillé et qu’il ne revient pas ô Cheikh. Certains jeunes disent qu’il est salafi et qu’il a des erreurs.

 

Ainsi, est-ce que cette parole (mots pas compris) à propos des ces gens ?

 

Cheikh :

 

Les déviations ont des catégories et des niveaux.

 

Soit la déviation est sur une innovation, ou elle est inférieure à cela, c'est-à-dire sur al-fisq.

 

Alors, si elle est sur une innovation, alors toutes les paroles sur cela qui ont précédé suffises.

 

Question :

 

Quand un jeune met en garde contre une personne qui a un, minhadj corrompu, certaines personnes se ruent sur nous et nous disent : « Il est salafi, et ses fondements  sont  salafi, et nous patientons avec lui comme a fait Cheikh Rabi’ avec Maghraoui et Adnane ’Ar’our et comme a patienté Nouh avec son peuple. »

 

Quel est votre avis sur cela ?

 

Cheikh :

 

Cela n’est pas correct.

 

Quand les gens de la patience ont terminé de patienter, alors qu’est ce que tu veux ?!

 

Il nous est obligatoire de les suivre.

 

Quand ils ont fini de patienter jusqu’à ce degré, alors cela est fini.

 

Et si cela n’a pas encore lieu (la fin de la patience), la parole n’est pas à nous mais aux gens de science concernant cela, ils doivent être attendus, et c’est ceux qui auront une position concernant cela.

 

Question :

 

Certains jeunes salafi, ô Cheikh, passent le salam aux gens de l’innovation et leur serrent la main.

 

Ainsi, quand on lui explique et le conseille, il dit qu’il y a entre lui et entre cette personne des intérêts mondains, donc, est-ce que cela est une excuse valable ?

 

Cheikh :

 

Si il a une explication permise , alors il n’y a pas de mal.

 

Par contre, si son explication n’est pas permise, alors non !

 

La religion est prédominante sur les intérêts mondains.

 

Naam.

 

Question :

 

Il y a un homme chez nous, à propos sur lequel Cheikh Rabi’ a été questionné il y a quelques temps…

 

Cheikh :

 

[interrompant] Où, en Libye ?

 

Question :

 

En libye.

 

Cheikh :

 

Oui.

 

Question :

 

Ainsi, il (Cheikh Rabi’) a dit qu’il fait partie des gens de l’innovations, et qu’il doit être boycotté, et que c’est un hizbi. Les jeunes ont agi avec ces paroles et ont appliqué la fatwa, et ils ont boycotté cet individu.

 

Mais, il a du pouvoir dans le pays et il a la capacité de retirer certains jeunes salafiyne du minbar, et les jeunes ne cessent de le boycotter et d’appeler à le boycotter !

 

Cheikh :

 

Cela n’affecte pas Ahlou Sounnah, et toutes les louanges sont à Allah, en retirer un ou deux, cela n’a pas d’effet, cela n’a pas d’effet, et la Sounnah reste apparente.

 

Mais si on a peur de l’anéantissement pour Ahlou Sounnah en générale de la part de ce type de  personnes, alors non !

 

Cheikh Rabi’ ne  dit pas cela, et nous le connaissons comme faisant partie des personnes qui veillent aux intérêts et aux méfaits.

 

Question :

 

Si nous voulons mettre ne garde contre une personne, ils disent qu’il a « des fondements salafi ».

 

Qui est celui qui peut juger s’il a des fondements salafi ?

 

Cheikh :

 

Cette question n’est pas claire… Les bases salafi, où va-t-il ?!

 

Celui qui a des bases salafi est un salafi, et on ne met pas en garde contre un salafi.

 

On ne met pas en garde sauf contre un khalafi (qui contredit la voie des Salaf), chez qui il ne reste plus aucune base salafi, ou [mots pas clairs] ou un fondement parmi les fondements de la salafiya avec lui.

 

Que reste-t-il ?!

 

C'est-à-dire que la parole ne peut être bien encadrée , explique le nous avec un exemple qui l’expliquera et je le comprendrai.

 

Question :

 

Est-ce que le récit de celui qui s’est repenti de la hizbiyah est acceptée, et est-ce que le boycott s’arrête directement ou après un an, comme a fait 'Omar avec Soubaygh bin ’Asal ?

 

Cheikh :

 

Celui qui s’est repenti de la hizbiyah, nous le testons, nous le testons !

 

Nous le lui donnons pas ce que nous avons de plus cher dès qu’il vient et nous ne disons pas prenez de lui. Non ! Nous le testons.

 

Comment le testons-nous ?

 

Par le fait qu’il vive avec nous.

 

Oui, il nous contredisait, et quand il a dit : « Je me repent à Allah », [nous lui disons] « Hayakllah », nous ne nous basons que sur les apparences.

 

Mais cette apparence, comment se manifeste-t-elle ?

 

En le fréquentant.

 

Et s’il nous cache quelque chose, alors Allah, Exalté et Elevé, le dévoilera.

 

Et nous disons « marche avec les gens », et nous le verrons dans sa conduite avec les gens, dans ses actions et dans son attachement au Minhadj Salafi.

 

Ainsi, si nous le voyons sur quelque chose de contradictoire avec cela, alors ce qu’il cache deviendra apparent et nous saurons que c’est un menteur.

 

Et comme ça, nous nous préservons avec prudence.

 

Question :

 

Si il a de l’animosité pour certaines personnes de Ahlou Sounnah et qu’il s’allie avec certains innovateurs, après qu’il s’est repenti, est-ce qu’on le considère comme un salafi ô Cheykh ?

 

Cheikh :

 

Wallahi, cela reste à voir, car ces expressions sont très variables. Il se peut qu’il y a entre lui et certaines personnes des choses personnelles moi je ne peut pas répondre à cette question.

 

(Et le cheikh a fait un beau commentaire sur une question de fiqh qui est lié au fait de cacher un secret.)

 

La personne, si elle cache son innovation, il ne nous est pas permis de le fouiller.

 

Et si elle la montre, les gens parleront sur lui.

 

Mais, quant à celui qui cache une innovation, personne ne la connaît.

 

Est-ce que nous appelons à montrer les innovations ou à les anéantir et à les cacher ?

 

Nous appelons à les anéantir et les cacher !

 

Parmi les gens, certains ont opté pour interdire d’accepter la narration d’un innovateur, et pourquoi ?

 

Afin qu’on ne parle plus de lui et que son innovation meurt avec lui.

 

Si cette personne cache son innovation, qu’est ce qu’elle va devenir ?

 

Il ne nous est pas permis de mettre en évidence son innovation, laisse le mourir lui et son innovation.

 

Question :

 

Ô notre cheikh, nous aimerions vous questionnez sur la position de Ahlou Sounnah sur le fait de faire des débats avec les gens de l’innovation dans le cas où l’innovateur est un leader dans l’innovation ?

 

Le deuxième cas est celui où l’innovateur est un suiveur des autres, un des adeptes des innovateurs, qu’il est de la science ou qu’il soit ignorant ?!!

 

Cheikh :

 

Toute les louanges sont à Allah, le Seigneur des mondes.

 

Ce que faisaient les salafs, c’est de délaisser les débats avec les gens des passions et des innovations et de s’éloigner d’eux et de les éviter et de mettre en garde contre eux et de s’éloigner de leurs assises et de mettre en garde contre celui qui a été vu  les côtoyer.

 

Et c’est comme ça qu’était la sounnah des salafs, qu’Allah les agrée.

 

Et, ce qui les a comblés nous comble.

 

Quant au fait de clarifier leur innovation et de la démonter et de leur répliquer dans les livres et dans autres choses, ceci est obligatoire et s’en charge les savants de la législation d’Allah et de Sa religion.

 

Il y a dans cela la protection de la religion et la protection de ceux qui la suivent contre le fait d’être repêcher par ceux-là (les innovateurs).

 

Quant au fait d'ouvrir la porte des engueulades et des polémiques avec les gens des passions, ceci n’est pas conforme à ce que faisait les salafs.

 

Question :

 

Et si l’innovation de cet innovateur s’est propagée dans les milieux et qu’il défie les salafi et qu’il propage son innovation et l’annonce ouvertement ?

 

Cheikh :

 

Montre au gens son erreur, c’est tout.

 

Et ne t’assois avec lui et on ne débat pas avec lui, sauf s’il y a là un savant qui est en mesure de réfuter ce qu’il a de faux et de le dévoiler, il n’y a pas de mal dans cela.

 

Mais, quant au fait d'ouvrir la porte à n’importe qui, ceci est une grande erreur, car il met les gens dans le doute, les met dans la confusion et les met dans le désarroi.

 

شيخ شخص يخالط المخالفين هل يلحق بهم ؟

نعم يلحق بهم

هل النصحية تستغرق وقت طويل ؟

لا .. ماتستغرق وقت ، على حسب مايراه الإنسان ، قد تكون فى جلسة ، قد تكون فى جلستين ، قد تكون فى ثلاثة إذا كان عنده شبه ، وقد تكون بكلمة هذا بحسب حال المنصوح والمسألة المنصوح له فيها

الالحاق ياشيخ الذى يلحق بالشخص المبتدع هل يهجر ؟

كيف مانهجره ، الحقه به يعنى اهجره

يكون واحد سلفى يخالط إخوانى يأخذ نفس الحكم ؟

نعم الحقه به

مع النظر للمصالح والمفاسد ياشيخ

المصالح التى يقولون بها ويدندنون عليها المفاسد المترتبة فى مثل هذه الصور أعظم منها ، فإن مثل هذا عظم ضرره على أهل السنة أشد من ضرر الحزبيين عليهم لأن الحزبى واضح يتقى أما هذا الذى هو بين بين يأتى إلى أولئك ويأتى إلى أولئك يفسد من أولئك ولايصلح من أولئك ، فالحذر منه يجب أن يكون أكبر

بعض الناس يرون فى هذا الزمان بعدم الهجر والهجر غير موجود بحجة فتاوى الشيخ ناصر الألبانى فكيف نرد عليهم ؟

ماهو صحيح .. هذا الكلام ماهو صحيح ، الشيخ الألبانى يتحدث رحمة الله عليه عما يعرف فثم بعض الناس ينفع بهم الهجر ، فتعطيل هذه السنة هذا ماهو صحيح ، كاملة ، ماهو صحيح

هل كل مخالف مبتدع ياشيخ ؟

لا .. لا .. هناك خلاف سائغ يسوغ فيه الخلاف ، يعنى المسألة من حيث هى تكون مسألة فقهية حكمية هذا أخذ برأى ويرى أن أدلته أرجح هذا لايعد ابتداعاً ، أما المخالفة التى يقصدها من يقصد هذا السؤال فالمراد به الكلام فى أصول الدين ، نعم ، فى اعتقادات المسلمين فلا يكون كل من خالف هذا مبتدعاً لأنه قد يخالفه جاهل مايعرف ، مايعرف أ، هذا خلاف ، يعتقد أن هذا هو الحق ، فالواجب البيان له ، فإذا اصر بعد ذلك يكون مبتدعاً لمخالفته ، لابد من البيان

شيخ هناك فرق بين الرأس والتابع ؟

لاشك .. أن هناك فرق بين أن يكون المبتدع رأس البدعة أو داعيةالبدعة أو مؤسس البدعة وبين اتباعه ، لأن اتباعه يتفاوتون لأن منهم يعرف ومنهم من لايعرف

شخص يعنى مجروح فى بلد ما وغير معروف فى بلد أخرى .. هل يجوز التحذيرمن هذا الشخص ؟
إذا كان لايُعرف مالاداعى ، يكفى أن يكون حكمه عند أهل بلده لكن إذا ورد على اهل البلد الأخرى فالعمدة فى ذلك من يعتبر قوله ويعتمد عليه من أهل بلده ممن يتكلم فيه لأن بلدى الرجل أعلم به ، بشرط أن يكون كلامه فيه بحق وعدل 
هناك مثلاً تقل له انصح أخيك ، يقل لك لاتجب على النصيحة إن شئت تنصح انصح ، هذا صحيح ؟ أى ليست واجبة على الأعيان ؟

النبى صلى الله عليه وسلم يقول : ( من رأى منكم منكراً فليغره بيده فإن لم يستطع فبلسانه فإن لم يستطع فبقلبه وذلك اضعف الايمان ) . فإذارأيت من تجب له عليك النصيحة وجب عليك قبله إلا أن يغلب على ظنك أن لايقبل منك وربما قبل منه لقربه إليه أو لكونه ممن يأنس إليه فحينئذٍ تنتقل النصيحة إليه وتسقط عنك أنت وهذا نظر معتبر صحيح

لاتسقط بالكلية ؟

لا ماتسقط بالكلية

شباب فى ليبيا سمعوا كلام للشيخ ربيع أنه ماتجب النصيحة على

(غير مفهومة)

ماله ؟
حذروا منه بدون نصيحة

لا.. البيان .. البيان له نصيحة لنفعه هو ، لاتلازم بين التحذير وبين دعوته ، أن يدعى إلى الحق هذا باب وأن يحذر منه باب آخر

يحذرون منه بدون نصيحة ياشيخ ؟!

من اشتهرت بدعته وثبت نصحه والبيان له مايجب على الناس أن ينصحوه ، واجب عليهم يتبعوا علماءهم فيه ، أى نعم

هل يجوز سماع أشرطة التلاوة من أهل البدع ؟

والله الأولى أن لايفعل ذلك لأنه قد يتعلق قلبه به ، وابن سيرين قيل له " اقرأ عليك آية ، قال : ولانصف آية " لما ؟ لأنه قد يقع فى قلبه اعجاب له وحب لقراءته فيحبه من هذا الباب ، فيكون محباً لأهل الأهواء والبدع

ماهى الطريقة المثلى فى مقابلة الشباب الملبس عليهم من قبل أهل البدع وتوجيههم إلى الطريق السليم ؟

الطريقة المثلى أن يحالون إلى أهل العلم فى كل من لبس عليهم فيه ممن تكلم فيه أهل العلم ، كيف ؟!! ... مثال

حينما يتكلم العالم الفلانى فى زيد من الناس ولبس عليهم فيه ، فيقال اسألوا فلان وقد تكلم فيه ، وهو من أعرف الناس به ، فيحالون عليه وهكذا .. فإن مثل هذا يرفع الله تعالى بفضله ورحمته بسببه التلبيس على الناس

دعاة اختلف العلماء فى توثيقهم وتجريحهم . فى تعديلهم وتجريحهم ، ماالواجب على عوام السلفيين ؟

    الواجب على عوام السلفيين فيمن اختلف فيه العلماء جرحاً وتعديلاً أن ينظروا إلى قول صاحب الحجة والدليل كما هو الحال فيمن اختلف فيه العلماء جرحاً وتعديلاً فى عهد الرواية ، فإننا نجد الراوى يختلف فيه أبو حاتم وأحمد والبخارى وأبوداوود والنسائى وأمثالهم رحمهم الله ويخالفهم آخرون ، فيأتى آتٍ فيزكى من هؤلاء وآخر يجرح ، فيزكى أحمد وأبو حاتم والبخارى ويجرح أبوداوود ويجرح النسائى ويجرح ابوزرعة وهكذا .. فإننا حينئذٍ ننظر فى أقوالهم ونعتمد عهلى الحجة فمن أدلى بالحجة فإنه يقدم وإذا أدلى صاحب الجرح بجرحه فإن الغالب أن الجرح مقدم لأن الجارح معه زيادة علم وأنه حينئذٍ يعول على قوله والتعديل مع الجرح المفسر لايقبل ولو كان من عظيم ، فهذا هو الواجب ، الواجب أن ينظر إلى حجة كل فؤيق ، فمن أدلى بالحجة فقد سلك المحجة ووجب اتباعه

شيخ العامى لايعرف الحجة
الكلام عليه عند من هو أهل ! أما العوام الذين لاعلم لهم فليس لهم إلا تقليد العلماء واتباع العلماء فى هذا

قد اختلف العلماء فى التعديل والتجريح

الشيخ مقاطعاً : العوام يتبعونهم ، يتبعون العلماء

العلماء اختلفوا فى تعديل شخص أو تجريحه

من يوجه العوام ؟ أنتم طلاب العلم تنظرون من هو صاحب الحجة ، توجهون العوام تقولون كلام الحق كلام فلان ، الأدلة معه أيوه ، مايضيعون العوام

إذا كان لأهل البدع شوكة فى البلاد ولهم قدرة على محاربة الدعوة ، هل يهجروا ؟

لا .. لا .. يُتقوا ، يُتقوا نعم ، يُتقى أهل الأهواء والبدع إذا ضعف أهل السنة ، فإن أهل السنة الواجب عليهم أن يتقوا أهل الأهواء وأن يُداروهم ، لأن فى هذه الطريقة استئصال لشأفة أهل السنة ، فلايجوز لهم هذا ، يجب عليهم أن يُداروا وأن يدرأوا وأن يدرأوا مااستطاعوا ، يُداروا ويدرأوا ما استطاعوا لأنهم ضعفاء

إذا وقع شخص فى انحرافات ونصح ولم يرجع ياشيخ ، يقول بعض الشباب أنه سلفى وعنده أخطاء ، فهل هذا القول ( غير مفهومة ) هؤلاء الأشخاص ؟

الانحرافات أقسام ومراتب ، فإما أن تكون انحرافات إلى البدع وإما أن تكون دون ذلك يعنى إلى الفسق ، فإذا كانت إلى البدع فالكلام كله فى هذا الذى سبق .. يكفى

عندما يحذر الشباب من شخص فاسد المنهج ينبرى لنا أشخاص يقولون هو سلفى وأصوله سلفية ونصبر عليه كما فعل الشيخ ربيع مع المغراوى وعدنان عرعور وكما صبر نوح على قومه .. فما قولكم ؟

هذا ماهو صحيح ، إذا كان قد انتهى أهل الصبر من الصبر فماذا تريد ؟!! وجب علينا أن نتبعهم ، إذا كان هؤلاء انتهوا إلى هذه الدرجة فانتهى ، أما إذا لم يكن فالكلام ليس لنا إنما لأهل العلم فى هذا ، ينتظر عليهم هم الذين يصدرون
بعض الشباب السلفى ياشيخ يلقى السلام على اهل البدع ويصافحهم ، فإذا بينت له ونصحته قال بحجة أن بينه وبينه مصالح دنيوية ، فهل هذا عذر ؟
إذا كان له تأويل سائغ فلا بأس ، أما إذا كان تأويله ليس بسائغ فلا ! الدين مقدم على مصالح الدنيا نعم
عننا رجل سئل عنه الشيخ ربيع من زمن
الشيخ مقاطعاً أين فى ليبيا ؟
فى ليبيا
أيوه

فقال أنه من أهل البدع ويهجر وحزبى وتم العمل بهذا الكلام وأخذ الشباب بالفتوى وهجروا هذا الشخص ، ولكن عنده شوكة فى البلاد واستطاع عزل بعض الشباب السلفى من المنابر ولايزال الشباب يهجروه ويدعوا إلى هجره

إذا كان مايؤثر فى أهل السنة ولله الحمد ، فعزل واحد أو اثنين فهذا ماهو تأثير ، هذا ماهو تأثير السنة باقية ظاهرة ، أما إذا كان يُخشى على أهل السنة عامة من مثل هذا تُستأصل شأفتهم فلا ! الشيخ ربيع مايقول بهذا ونحن نعرفه ارعى الناس للمصالح والمفاسد

إذا اردنا أن نحذر من شخص يقولون أن لديه أصول سلفية ، من الذى يحكم عليه بأه له أصول سلفية ؟

هذا السؤال عائم .. أصول سلفية وهو ويش ايصير ؟!!! اللى أصوله سلفية سلفى ومايحذر من سلفى ، مايحذر إلا من الخلفى حينئذٍ مابقيت عنده أصول سلفية أو انهد أصل من الأصول السلفية عنده ماذا بقى ؟!! يعنى الكلام ماينضبط بين لنا بمثال يضربه وأنا افهمه

هل تقبل رواية التائب من الحزبية وهل يرفع عليه الهجر مباشرة أم بعد سنة كما فعل عمر رضى الله عنه مع صبيغ بن عسل
التائب من الحزبية نحن نختبره ، نختبره ! ماإذا جاءنا على طول نسلمه فلذات أكبادنا نقول خذوا عليه ، لا ! نحن نختبره . كيف نختبره ؟ بعيشه معنا ، نعم هو خالفنا ، إذا قال تبت إلى الله .. حياك الله ليس لنا إلا الظاهر ، ولكن هذا الظاهر يظهر بما بالتعامل ولو اخفى علينا شيئاً فإن الله سبحانه وتعالى يكشفه ، ونحن نقول امشى مع الناس ونحن نراه فى تصرفاته وأفعاله واستقامته على المنهج السلفى ، فإذا رأيناه على خلاف ذلك ظهرت خبيئته وعرفناه أنه كذاب ، ومع ذلك نحن محتاطون لآنفسنا
إذا كان يعادى بعض أهل السنة ويوالى بعض أهل البدع بعد توبته يحكم عليه بالسلفية ياشيخ ؟‍
والله هذا محل نظر لأن هذه العبارات مطاطة فقد يكون بينه وبين بعض الناس أشياء شخصية ، فأنا مااستطيع أجيب عليها
وكان للشيخ تعليقا جميلاً عن سؤال فقهى يتعلق بكتمان السر

 والرجل إذا كان يستخفى ببدعته فلا يجوز لنا أن ننقب عنه ، فإذا أظهرها تكلم الناس فيه ، أما من استتر ببدعة لاأحد يعرفها فنحن ندعو إلى إظهار البدع وإفشاءها أم إلى إماتتها وإخفائها ؟!!! ندعو إلى إماتت البدع وإخفائها ، بل إن أهل الحديث منهم من ذهب إلى منع الرواية عن المبتدع لما ؟! حتى يموت ذكره فلا يذكر وتموت معه بدعته ، فإذا كان هذا متخفى ببدعته فكيف ايصير ؟! لايجوز نحن أن نظهر بدعته ، خله ايموت هو اياها 

شيخنا نود أن نسألكم عن موقف أهل السنة والجماعة فى مناظرة أهل البدع فى الحالة إذا كان المبتدع رأساً فى البدعة ، الحالة الثانية إذا كان المبتدع تابع لغيره ، أحد أذناب المبتدعة سواء كان على شىء من العلم أو جاهل ؟

الحمد لله رب العالمين الذى جرى عليه السلف هو ترك مناظرة أهل الأهواء والبدع والبعد عنهم ومجانبتهم والتحذير منهم والبعد عن مجالستهم وتحذير من رؤيا يتردد عليهم منهم وهذا الذى مضت عليه سنة السلف رضى الله تاعلى عنهم ويسعنا ماوسعهم ، وأما بيان بدعتهم ونقضها والرد عليها فى الكتب ونحو ذلك فهذا واجب يقوم به العالمون بشرع الله ودينه ، فإن فى هذا حماية للدين وحماية لأتباعه من أن يصطادهم هؤلاء ، أما فتح باب الخصومات والمجادلات مع أهل الأهواء فهذا على خلاف ماعليه السلف

وإذا كان هذا المبتدع شاعت بدعته فى الأوساط وهو يتحدى السلفيين وينشر بدعته ويعلن بها ؟‍

يبين للناس خطئه بس . ولاتجلس معه ولايناظر إلا أن يكون ثمة عالم متمكن من دحض باطله وتعريته هذا لابأس به ، أما أن يفتح الباب لكل أحد هذا خطأ عظيم لأنه يوقع الناس فى شك ويوقعهم فى لبس ويوقعهم فى اضطراب

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Le musulman a obligation d'accepter la vérité (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le musulman a obligation d'accepter la vérité (vidéo)

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Réplique sur l'ambiguité : «Prends la vérité et délaisse le faux parmi les paroles et les livres des gens de l'innovation» (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Réplique sur l'ambiguité : «Prends la vérité et délaisse le faux parmi les paroles et les livres des gens de l'innovation» (audio)

 

Et parmi les causes salutaires face aux tentations : L'éloignement des gens de passions, la méfiance et la mise en garde envers eux et cela est un fondement salafi chez les gens de science, démontré par le coran et la sounna ainsi que par les paroles de nos salafs salihs parmi les compagnons, les tabi3ines et autres.

 

Les gens de science sont unanimes du fait de mettre en quarantaine les gens de l'innovation et de ne pas regarder dans leurs livres, sauf celui qui veut les répliquer.

 

Mais en général, la personne lit et écoute les gens de science et s'éloigne des gens de passions.

 

Elle écoute les gens de la sounna et s'éloigne des gens de l'innovation.

 

Et nous ne disons pas comme ceux qui disent en ce moment cette règle innovée : "Prends le haqq (vérité) et délaisse le batil (faux)"...

 

Il n'y a pas de doute qu'il nous est imposé de prendre la vérité et de délaisser le faux !

 

Mais il ne nous est pas imposé de rechercher la vérité chez les gens de l'innovation et les gens de passion...!

 

Nous prenons le haqq d'une source pure, nous la prenons d'un endroit ou il n'y a ni ambiguité ni bid3a.

 

Traduit par Mounir abou Ismael

 

الرد على شبهة : خذ الحق واترك الباطل من اقوال وكتب اهل البدع

يرد عليها الشيخ خالد بن ضحوي الظفيري حفظه الله

وكذلك من اسباب النجاة من الفتن هو الابتعاد عن اهل الاهواء والحذر والتحذير منهم وهذا اصل سلفي عند اهل العلم دل عليه الكتاب ودلت عليه السنة ودل عليه اقوال السلف الصالح من الصحابة والتابعين وغيرهم واجمع اهل العلم على هجران اهل البدع ومجانبتهم والابتعاد عنهم ونقل هذا الاجماع اكثر من عالم اجمعوا على الابتعاد عن اهل البدع وعدم القراءة والنظر في كتبهم الا لمن اراد ان يرد عليهم اما العموم فان الانسان يقرا ويسمع لاهل العلم ويبتعد عن اهل الاهواء يسمع لاهل السنة ويبتعد عن اهل البدعة ولا نقول كما يقولون الان وهذه قاعدة ضالة مبتدعة وهي يقولون (خذ الحق واترك الباطل) لا شك اننا مامورين باخذ الحق وترك الباطل لكننا لسنا مامورين بالبحث عن الحق عند اهل البدع وعند اهل الاهواء ناخذ الحق من المعين الصافي وناخذه من المكان الذي ليس فيه شبهة ولا بدعة

مقطع صوتي ماخوذ من كلمة القاها فضيلته ليلة الاحد 2 محرم 1433 هـ

Cheikh Khâlid Ibn Dahwî Al-Dhafayrî - الشيخ خالد بن ضحوي الظفيري

Partager cet article

Les différentes façons de réprouver le mal

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les différentes façons de réprouver le mal

Question :

 

Doit-on réparer le mal par la main ?

 

Qui est en droit de le faire ?

 

Veuillez nous en fournir les preuves authentiques, qu’Allâh vous garde.

 

Réponse :

 

Parmi les caractéristiques des croyants qu’Allâh exalté Soit-il, a indiquées, figure notamment le fait de réprouver le mal et de recommander le bien, comme en témoigne ce verset coranique : 

 

وَالْمُؤْمِنُونَ وَالْمُؤْمِنَاتُ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ يَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ

 

(traduction rapprochée)

 

"Les croyants et les croyantes sont alliés les uns les autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable" (sourate At-Tawbah verset 71)

 

Le Tout Puissant a dit aussi :

 

وَلْتَكُنْ مِنْكُمْ أُمَّةٌ يَدْعُونَ إِلَى الْخَيْرِ وَيَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ

 

(traduction rapprochée) 

 

"Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable" (sourate Al ‘Imrân verset 104)

 

Il a dit également :

 

كُنْتُمْ خَيْرَ أُمَّةٍ أُخْرِجَتْ لِلنَّاسِ تَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَتَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ

 

(traduction rapprochée)

 

"Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable" (sourate Al ‘Imrân verset 110)

 

En effet, les versets coraniques concernant la recommandation du bien et la réprobation du mal sont très nombreux, ce qui indiquent clairement que ce devoir revêt une importance particulière en islam et constitue un grand besoin pour les musulmans.

 

Dans la sunna authentique, on rapporte un hadith authentique selon lequel le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

من رأى منكم منكرا فليغيره بيده فإن لم يستطع فبلسانه فإن لم يستطع فبقلبه وذلك أضعف الإيمان

 

"Quiconque parmi vous voit quelque chose de répréhensible doit se charger de le réparer par sa propre main ;

S’il ne le peut pas, qu’il le fasse par sa langue ; 

Et si cela lui est également impossible, qu’il le réprouve par son cœur, mais alors cela relève du minimum imposé par la foi"

Hadith rapporté par Muslim dans le sahih

 

Cette réprobation par la main incombe à ceux qui en sont capables, comme ceux qui détiennent les commandements des musulmans et les services chargés de cette mission, selon leurs responsabilités.

 

Nous citons également le service volontaire de la répression du mal, les gouvernants et les juges, chacun selon ses charges.

 

N’oublions pas les pères de famille, selon leurs moyens.

 

Quant à celui qui ne peut pas réparer le mal par sa main, ou qui risque, s’il le fait, d’engendrer une discorde, dispute et bagarre, il n’est nullement tenu de le faire .

 

Il peut simplement le réprouver par la langue afin d’éviter qu’un mal plus grave encore que celui qu’il vient de réprouver ne se produise.

 

Cela constitue l’avis le plus crédible des savants.

 

Dans ce cas il suffit de dire au fautif : "Ô mon frère, crains Allâh, cet acte n’est pas permis, tu dois t’abstenir de faire cela, tu es tenu de faire ça, etc..."

 

L’on peut employer d’autres belles paroles et adopter la meilleure façon possible.

 

En cas d’impossibilité de réprouver le mal par la main, on peut le faire par le cœur, c’est à dire que l’on est tenu de détester le mal du fond du cœur, et manifester cette réprobation silencieuse par une manière quelconque.

 

Il doit aussi s’abstenir de fréquenter les auteurs des actes répréhensibles, car cela relève de la réprobation par le cœur.

 

Et la réussite n’émane que d’Allâh Seul.

 

Partie 60 p75

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

حكم تغيير المنكر باليد ولمن يكون تغييره باليد ؟

هل يغير المنكر باليد ولمن يكون التغيير باليد مع ذكر الأدلة حفظكم الله؟

الله جل جلاله وصف المؤمنين بإنكار المنكر والأمر بالمعروف قال تعالى

وَالْمُؤْمِنُونَ وَالْمُؤْمِنَاتُ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ يَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ - سورة التوبة الآية 71

 وقال تعالى

وَلْتَكُنْ مِنْكُمْ أُمَّةٌ يَدْعُونَ إِلَى الْخَيْرِ وَيَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ- سورة آل عمران الآية104

 وقال تعالى

كُنْتُمْ خَيْرَ أُمَّةٍ أُخْرِجَتْ لِلنَّاسِ تَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَتَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ - سورة آل عمران الآية 110

، والآيات في الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر كثيرة جدا، وما ذاك إلا لأهميته وشدة الحاجة إليه. وفي الحديث الصحيح يقول صلى الله عليه وسلم

((من رأى منكم منكرا فليغيره بيده فإن لم يستطع فبلسانه فإن لم يستطع فبقلبه وذلك أضعف الإيمان))

رواه مسلم في الصحيح

فالإنكار يكون باليد في حق من استطاع ذلك كولاة الأمور والهيئة المختصة بذلك فيما جعل إليها، وأهل الحسبة فيما جعل إليهم، والأمير فيما جعل إليه، والقاضي فيما جعل إليه، والإنسان في بيته مع أولاده وأهل بيته فيما يستطيع
أما من لا يستطيع ذلك أو إذا غيره بيده يترتب عليه الفتنة والنزاع والمضاربات فإنه لا يغير بيده بل ينكر بلسانه ويكفيه ذلك لئلا يقع بإنكاره باليد ما هو أنكر من المنكر الذي أنكره، كما نص على ذلك أهل العلم. أما هو فحسبه أن ينكر بلسانه. فيقول: يا أخي اتق الله هذا لا يجوز، هذا يجب تركه، هذا يجب فعله ونحو ذلك من الألفاظ الطيبة والأسلوب الحسن. ثم بعد اللسان القلب يعني يكره بقلبه المنكر ويظهر كراهته ولا يجلس مع أهله فهذا من إنكاره بالقلب

والله ولي التوفيق

( الجزء رقم : 60، الصفحة رقم: 75)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Prendre la science auprès de savants reconnus et non pas auprès des ignorants ! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prendre la science auprès de savants reconnus et non pas auprès des ignorants ! (audio-vidéo)

Question :

 

Votre Eminence [Sheikh], qu'Allah prolonge votre bienfaisance et vous récompense par le bien : La personne qui pose la question dit ceci :

 

« Est-il permis à l’étudiant en science religieuse de donner des cours aux gens de la masse afin de corriger leur Croyance et cela en s’appuyant sur la méthode de l'argumentation et en rapportant les paroles des savants reconnus et il ne parle qu’en citant les paroles des gens de science ? ».

 

Réponse :

 

Seulement qui garantira s’il parviendra à comprendre les paroles des gens de science ?

 

Seul un savant peut s’exprimer dans ces domaines-là.

 

Quant à l’étudiant en science religieuse qui se contente juste de diffuser des avis juridiques (Fatawas), ceci n’est pas suffisant parce qu’il est probable qu’il ne les comprenne pas ou qu’il les emploie là où il ne le faut pas.

 

Il est donc nécessaire de revenir aux gens de science pour cela, na’am !

 

Question :

 

Dans sa seconde question, la personne dit ceci :

 

« Et est-ce qu’on peut se contenter de lire des livres uniquement, sans pour autant se rapprocher des savants et les mashayeikh ? »

 

Réponse :

 

Non, ceci n’est pas le chemin à emprunter pour demander la science, [il faut] lire les livres tout en les relisant auprès des mashayeikh.

 

Quant à lire uniquement des livres, ceci est plutôt un gâchis et non une quête de la science car [la personne] n’a pas connaissance de ce que peut renfermer ces livres et il est même probable qu’elle interprète leur contenu de manière erronée au point de la conduire à de grandes erreurs et à s’imaginer qu’elle est sur la vérité. 

 

Il est [par conséquent] indispensable de prendre la science auprès des savants connus pour la science [qu’ils ont] et non pas auprès des "pseudo-savants" ou des ignorants ou encore à travers les livres, na’am !

 

1101.gif

 

Question :

 

Que signifie le terme "At-Ta’aloum" ?

 

Et quel conseil donneriez-vous aux jeunes qui sont épris par les "pseudo-savants" ?

 

Réponse :

 

Le terme "At-Ta’aloum" signifie prétendre avoir de la science, cela signifie prétendre avoir de la science.

 

C’est-à-dire que la personne prétend avoir de la science alors qu’elle n’est pas savante, on n’a jamais attesté qu’elle a prit la science auprès des savants.

 

Par contre, elle a prit la science dans les livres et au travers de la lecture [dans les livres] uniquement ; et elle n’a pas de règles scientifiques sur lesquelles elle puisse s’appuyer mais elle se base sur la lecture des livres et avance selon sa propre compréhension et certes, ses erreurs augmenterons plus que ses réussites !

 

Voilà ce qu’est un "Mouta’alim", ce "pseudo-savant" est [avant tout] un danger pour lui-même et un danger pour les gens car il utilise insidieusement la religion d’Allah – Le Très Haut -. 

 

Si un individu venait à dire soudainement : « je suis médecin, je suis docteur, je promulgue des soins…», alors qu’il n’a pas avec lui de diplômes médicaux, il n’en a pas, doit-on le laisser promulguer des soins ?

 

Doit-on le laisser opérer et ouvrir le ventre des gens et réaliser des opérations [chirurgicales] et procéder à une opération à l'intérieur du cœur ?

 

Celui-là, on ne peut pas le laisser [faire] car ceci représente un véritable danger !

 

Eh bien comment peut-on donc laisser ce "pseudo-savant" se jouer ainsi de la religion ?! 

 

Se jouer de la religion est plus grave que de manipuler des corps, donc ceux-là doivent craindre Allah et ne doivent pas parler sur Allah sans science car Allah a établi la parole sur Lui sans science au dessus du Shirk (traduction rapprochée) :

 

« Dis: "Mon Seigneur n'a interdit que les turpitudes (les grands péchés), tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l'agression sans droit et d'associer à Allah ce dont Il n'a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas" » [Sourate Sourate Al-'A'râf V.33].

 

Il est donc obligatoire pour ceux-là (ces pseudo-savants) de craindre Allah et il leur est indispensable d’apprendre avant tout, ils doivent apprendre avant de s’exprimer, na’am !

 

Source : www.alfawzan.af.org.sa | www.sahab.net

Question/réponse du 06 / 01 / 1433 de l’Hégire.

Traduction adaptée & rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy


يقول السائل: ما هُوَ التّعَالُم؟ ومَا نَصِيحتُكم للشّبَاب المَفْتُون بالمُتَعَالِمِيْن؟

الجواب: التعالم: ادعاء العلم، ادعاء العلم، أن الإنسان يدعي العلم وهو ليس بعالم لم يسبق له أن تلقى العلم عن العلماء، وإنما تلقى العلم عن الكتب، والمطالعة فقط، وليس عنده قواعد علمية يبني عليها وإنما يطالع في الكتب ويمشي على فهمه، وقد يكون ما يخطئ فيه أكثر مما يصيب هذا هو.

المتعالم: وهو خطر على نفسه وخطر على الناس لأنه يتلاعب بدين الله -عز وجل-، لو خرج واحد على الناس وقال: أنا طبيب أنا دكتور أنا أعالج وهو ما معه شهادات طبية ما معه شهادات طبية هل يُمَكّن من العلاج؟ هل يمكن من الجراحة وشق بطون الناس والعمليات وإجراء العملية في القلب؟ ما يمكن هذا لأن هذا خطر، فكيف يُمكّن هذا المتعالم يتلاعب بالدين! التلاعب بالدين أشد من التلاعب بالأبدان، فيجب على هؤلاء أن يتقوا الله وأن لا يقولوا على الله بغير علم فإن الله جعل القول عليه بغير علم فوق الشرك

(قُلْ إِنَّمَا حَرَّمَ رَبِّيَ الْفَوَاحِشَ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَمَا بَطَنَ وَالْإِثْمَ وَالْبَغْيَ بِغَيْرِ الْحَقِّ وَأَنْ تُشْرِكُوا بِاللَّهِ مَا لَمْ يُنَزِّلْ بِهِ سُلْطَانًا وَأَنْ تَقُولُوا عَلَى اللَّهِ مَا لَا تَعْلَمُونَ)

فيجب على هؤلاء أن يتقوا الله وأن يتعلموا أولا، يتعلموا قبل أن يتكلموا . نعم "اهـ

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

La divergence - al-ikhtilaf (الإختلاف)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La divergence - al-ikhtilaf (الإختلاف)

Sens linguistique de Al-Ikhtilaf (divergence)

 

Le mot ikhtilaf vient de la racine arabe (kha - lam - fa), qui porte trois sens linguistiques de base, comme Ibn Faris l’a mentionné (qu’Allah lui fasse miséricorde) :

 

1 - la succession, quelque chose vient et en prend la place ce qui est venu avant

2 - derrière, après

3 - changement, variation

 

-Succession : Le premier sens, la succession, peut être trouvé dans la Parole d'Allah, le Béni et Glorifié (traduction rapprochée) : 

 

« Et c’est Lui qui a assigné une alternance (khilfa) à la nuit et au jour pour quiconque veut y réfléchir ou montrer sa reconnaissance » [sourate Al-Furqan :62]

 

La nuit vient après le jour et prend sa place, de même que le jour vient plus tard et prend la place de la nuit.

 

Ce sens peut aussi être trouvée dans la Parole d'Allah, le Béni et Glorifié (traduction rapprochée) : 

« C’est Lui qui a fait de vous les successeurs (kahla’if) sur terre » [sourate Al-An'am :165]

 

Cela signifie que les nouvelles nations de gens viennent et prennent la place des anciennes.

 

Ce sens est aussi trouvée dans la Parole d'Allah le Très-Haut (traduction rapprochée) : 

« Et Moïse dit a Aaron son frère : “Remplace-moi (ukhluf-li) auprès de mon peuple » [sourate Al-A'raf  :142]

 

-Derrière ou Après : Ce sens est trouvé dans la Parole d'Allah, le Béni et Glorifié (traduction rapprochée) : 

 

« Il connaît ce qui est devant eux et ce qui est (khalfahum) derrière eux » [sourate Al-Baqara :255]

 

Il peut aussi faire référence à quelque chose qui vient après que d'autres en raison de ses vertus moindres.

 

Comme cela est trouvé dans la Parole d'Allah, le Très-Haut (traduction rapprochée) : 

« Puis leur succédèrent (khalafa) des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions » [sourate Maryam :59]

 

-Changement ou Variation : Ce troisième sens est trouvé dans la parole du messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) :

 

« En vérité l’haleine (khuluf) de la bouche du jeûneur est meilleur à Allah que l'odeur de musc. » [1]

 

khuluf signifie ici le changement de l'odeur du souffle d'une personne qui jeûne en raison de sa faim et soif et que ceci est meilleur à Allah que l'odeur de musc.

 

En conclusion : Ibn Faris (rahimahullah) a dit : « Le premier sens mentionné (la succession) est ce qui est signifié quand les gens disent, ' les gens sont dans al-ikhtilaf sur telle et telle question. '

Cela signifie que les gens divergent et la source de cette divergence est que chaque personne a réfuté ou écarté l’argument de l'autre et s’est mis là où l’autre a essayé de se mettre. » [2]

 

Ce qui m’est apparent et Allah est plus savant, est que ces trois sens de base mentionnées par Ibn Faris viennent d'un thème principal - quelque chose vient et en prend la place de ce qui est venu avant, ou "la succession".

 

Comme si Ibn Faris avait voulu expliquer le mot en employant ces trois sens de base dans un effort pour faire apparaître clairement la signification du mot.

Sans-titre-1-copie-1.gif

Sens de Ikhtilaf dans le Livre et la Sunna

 

Le mot ikhtilaf n'est pas trouvé dans Shari'a avec le sens linguistique précédemment exposé.

Il porte seulement la signification spécifique de "contradiction et opposition." [3]

 

La contemplation prudente des textes du Livre et de la Sunna sur la manière dont le mot ikhtilaf est employé amène aux conclusions suivantes :

 

Al-Ikhtilaf après avoir eu connaissance des preuves claires d'Allah est une divergence blâmable et un comportement coupable.

 

Allah, le Béni et Glorifié, dit (traductions rapprochées) : 

 

« Mais, ce sont ceux-là mêmes à qui il avait été apporté, qui se mirent à en disputer, après que les preuves leur furent venues, par esprit de rivalité » [sourate Al-Baqara :213]

 

« Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu’après avoir reçu la science » [sourate Al-'Imran :19]

 

« Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues, et ceux-là auront un énorme châtiment » [sourate Al-'Imran :105]

 

« Nous avons effectivement apporté aux Enfants d’Israël le Livre, la sagesse, la prophétie, et leur avons attribué de bonnes choses, et les préférâmes aux autres humains [leurs contemporains. Et Nous leur avons apporté des preuves évidentes de l’Ordre. Ils ne divergèrent qu’après que la science leur fut venue, par agressivité entre eux. Ton Seigneur décidera parmi eux, au Jour de la Résurrection, sur ce en quoi ils divergeaient. » [sourate Al-Jatiya :16-17]

 

- Il est possible qu'un ikhtilaf ait lieu entre des musulmans, mais Allah les guide vers la vérité tant qu'ils la cherchent de Lui, le Puissant et Magnifique.

 

Allah dit (traductions rapprochées) : 

 

« Puis Allah, de par Sa Grâce, guida ceux qui crurent vers cette Vérité sur laquelle les autres disputaient » [sourate Al-Baqara :213]

 

« Et Nous n’avons fait descendre sur toi le Livre qu’afin que tu leur montres clairement le motif de leur dissension » [sourate Nahl  :64]

 

« Sur toutes vos divergences, le jugement appartient à Allah » [sourate As-Shura :10]

 

« Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement). » [sourate An-Nisa :59]

 

-Les divergences dans la compréhension d'une situation donnée ne sont pas blâmables.

Il y a des accords corrects et incorrects.

Celui qui tient une compréhension correcte est récompensé comme celui qui est arrivé à une conclusion incorrecte, car tous les deux ont honnêtement essayé d'atteindre la vérité de la question.

 

Allah, Béni et Glorifié, dit (traduction rapprochée) : 

 

« Et David, et Salomon, quand ils eurent à juger au sujet d’un champ cultivé où des moutons appartenant à une peuplade étaient allés paître, la nuit. Et Nous étions témoin de leur jugement. Nous la fîmes comprendre à Salomon. Et à chacun Nous donnâmes la faculté de juger et le savoir » [sourate Al-Anbiya :78-79]

 

-Al-Ikhtilaf qui porte le sens de contradictions ou de déclarations qui s'opposent directement ne fait pas partie de l'islam.

 

Allah, le Béni et Glorifié, dit (traduction rapprochée) : 

 

« Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S'il provenait d’un autre qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions »[sourate An-Nisa :82]

 

-Al-Ikhtilaf, signifiant les différences parmi les diverses actions approuvées en islam, existe dans Shari'a. Quelqu'un qui choisit une variation que d'autres n'ont pas choisi ne doit pas être blâmé.

 

Il est établi que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) avait l'habitude d'ouvrir ses prières avec un certain nombre de différentes invocations.

Le tashahud a été aussi exécuté avec un certain nombre de formulations différentes.

Diverses choses peuvent être dites dans ruku' et sujud et il y a des variations dans la manière d’accomplir la prière du Witr.

Il y a beaucoup d'autres exemples.

 

Accomplir n'importe quelle variation est parfaitement acceptable, car celui qui le fait accomplit une bonne action.

Cela peut être compris du hadith d'Ibn Mas'ud (radiallahu ‘anhu) des différences des récitations du Qur'an.

Il a dit qu'il a entendu un homme réciter un verset d’une façon qu'il n'avait pas entendue du messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam), donc il l'a emmené au messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) et lui a mentionné ceci.

Ibn 'Abbas a alors remarqué la désapprobation sur le visage du prophète lorsqu’il (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :

 

« Vous deux faites bien, seulement ne divergez pas !

Ceux qui sont venus avant vous ont divergé et ainsi ils ont été détruits. » [4]

 

-Al-Ikhtilaf qui cause l'animosité, la haine, ou la division des musulmans ne fait pas partie de l'islam.

 

A ce propos, Allah, le Béni et Glorifié, dit (traduction rapprochée) : 

 

« Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission. Et cramponnez-vous tous ensemble au “Habl” (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés; et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi, Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront . Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues, et ceux-là auront un énorme châtiment. » [sourate Al-'Imran :102-105]

 

Certains des savants ont dit :

 

Nous connaissons toute question sur laquelle les musulmans ont différé sans se fâcher l'un avec l'autre ou se diviser comme faisant partie des affaires de l’islam.

 

Et toutes les questions qui ont causé l'animosité, la colère, le détournement et le boycottage des musulmans l'un de l'autre, comme ne faisant aucunement partie de l’islam.

 

Et en effet c'est ce à quoi le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a fait référence quand il a expliqué le verset (traduction rapprochée) : 

« Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu n’es responsable en rien » [sourate Al-An'am :159]

 

As-Shatibi a mentionné ceci [5] et a ensuite dit :

« Et il est évident que l'islam appelle à réparer les liens brisés, l'amour mutuel, le respect et à être aimable l'un envers l'autre. Donc tout avis qui mène à autre que cela ne fait pas partie de l'islam. »

 

[1] Hadith authentique sur l'autorité d'Abû Hurayra (radiallahu ‘anhu). Rapporté par Al-Bukhari dans le Livre du jeûne, dans le Chapitre de la Vertu du jeûne (1894) et en d'autres endroits. Muslim l'a rapporté dans le Livre du jeûne, dans le Chapitre Préserver la Langue (1151). Voir Jami'ul-Ussul (9/450).

[2] Mu'jam Maqayis Al-Lugha (2/213)

[3] Majmu' Al-Fatawa (13/19)

[4] Rapporté par Al-Bukhari (2410, 3476, 5062). Voir Jami'ul-Ussul (2/484). Ce hadith est aussi trouvé dans Sahih Al-Bukhari avec une différence légère : « …ils étaient destructifs, » au lieu de, « …ils ont été détruits. » Voir Fathul-Bari (9/102).

[18] Al-I'tisam (2/232-233)

 

Article tiré du site bakkah.net

Source : son livre Ikhtilaf wa ma ilayhi (p.7-12)

Traduit par Abul-'Abbas

copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Partager cet article

Rassembler les caractéristiques de la sounna

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Rassembler les caractéristiques de la sounna

L'imam Al-Barbahary رحمه الله a dit :

 

"Il n'est pas permis à un homme musulman de dire "Untel est une personne de la sounna" jusqu'à ce qu'il sache que cette personne a rassemblé en lui les caractéristiques de la sounna.

Il n'est pas dit d'une personne qu'elle est de la sounna jusqu'à ce qu'elle rassemble en elle toute la sounna".

Charh as-sounna p 122

 

Cheikh Fawzan حفظه الله dit en annotation :

 

Ne fait pas d'attestation d'honorabilité à une personne ni d'éloge sauf avec science, pour que les gens ne se fassent pas duper par des éloges envers cette personne alors qu'elle ne les mérite même pas.

 

Mais si cela est confirmé en lui à travers sa voie, sa science et sa droiture... alors là tu le zakiy.

 

Mais que tu te hâtes dans son éloge et dans sa tazkiya (attestation d'honorabilité) alors que tu ne connais rien de lui, cette tazkiya est dangereuse !

 

Car les gens vont se faire duper par cette personne.

 

Il est dommage que les gens n'aient pas de retenue dans cela.

 

Ils ne devraient pas faire de tazkiya sauf pour celui qui en remplit les conditions (qui mérite la tazkiya).

 

Car la tazkiya (attestation d'honorabilité) est un témoignage... donc si elle infondée, elle devient un faux témoignage ! 

Quant à la parole de l'imam Barbahary رحمه الله lorsqu'il dit :

 

"Certes les caractéristiques de la sounna sont rassemblées chez cette personne" 

 

Cheikh Fawzan حفظه الله dit :

 

Les caractèristiques de la sounna sont :

 

-dans la 'aquida,

-dans la science,

-dans les actes

-et dans le suivi des salafs salihs.

 

Mais qu'il n'ait qu'une caractéristique ne fait pas de lui une personne de la sounna, il n'est pas de la sounna du seul fait qu'il ait une qualité...


Et à plus forte raison celui qui n'a rien de cela (qui n'a rien de ahlou sounna) !

 

 إتحاف القارئ بالتعليقات على شرح السنة  2/275

Traduit par Mounir abou Ismael

Publié par 3ilmchar3i.net

    قال الإمام البربهاري - رحمه الله

 ولا يحل لرجل مسلم أن يقول : فلان صاحب سنة ؛ حتى يعلم منه أنه قد اجتمعت فيه خصال السنة ، لا يقال له : صاحب سنة حتى تجتمع فيه السنة كلها

 شرح السنة  ص 122

قال شيخنا صاحب الفضيلة العلامة د. صالح بن فوزان الفوزان - حفظه الله ورعاه - معلقًا

لا تزكي الشخص وتمدحه إلا عن علم ؛ لئلا يغتر الناس بمدحك له وهو ليس كذلك ؛ فإذا تحققت منه ومن طريقته ومن علمه ومن استقامته فإنك تزكيه

أما أن تنبعث في مدحه وتزكيته وأنت لا تعلم عنه شيئًا ؛ فهذه تزكية خطيرة تغر الناس بهذا الشخص ، فليت الذين يزكون الناس يتوقفون عند ذلك ، فلا يزكون إلا من توفرت فيه شروط التزكية لأن التزكية شهادة ؛ فإذا كانت التزكية غير صحيحة صارت شهادة زور

وقوله - رحمه الله

 قد اجتمعت فيه خصال السنة

خصال السنة تكون في العقيدة وفي العلم وفي العمل وفي الاقتداء بالسلف الصالح ، أما أنه ليس فيه إلا خصلة واحدة ؛ فلا تحكم عليه أنه من أهل السنة بموجب خصلة واحدة أو شيء واحد فكيف بمن ليس عنده شيء منها !؟

 إتحاف القارئ بالتعليقات على شرح السنة  2/275

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Rendre une personne innovatrice

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Rendre une personne innovatrice

Il nous a été expliqué par l’éminent savant – SHeikh Sâlih al-Fawzân (qu’Allâh le préserve) - que l’innovation en soi, c’est tout ce qui n’a aucun fondement dans le Livre d’Allâh et la Sounnah de Son Messager (sallallahu ‘alayhi wa sallam).

 

Toute chose nouvelle parmi les adorations et les pensées et autre que cela - liées aux affaires de l’adoration, est condidérée comme une innovation.

 

Toute absence de preuve tirée du Qor’ân et de la Sounnah dans les paroles, les actes et la croyance est considérée comme une chose nouvelle, et toute chose nouvelle dans la religion est une innovation, et toute innovation est un égarement. Les anciens pieux ne rendaient pas innovatrice toute personne.

 

Ils n’appliquaient par le terme « innovation » à toute personne contredisant le Qor’ân et la Sounnah.

 

Ils accusaient d’innovation toute personne qui pratiquait une innovation dans le but de se rapprocher d’Allâh par ce biais, et dans le domaine de l’adoration là où le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) n’a rien légiféré.

 

Celui qui commet un acte de désobéissance ou un péché est appelé pêcheur.

 

On ne doit pas considérer tout pêcheur comme innovateur, ou toute personne commettant une erreur comme innovatrice, car l’innovateur est celui qui innove une chose dans la religion sur quoi il n’y a aucun fondement, tel est l’innovateur.

 

Quant au fait d’appliquer le terme « d’innovation » à toute personne commettant des erreurs ou contredisant les sources de manière générale, cela n’est pas authentique.

 

Car il y a parfois la vérité avec celui-ci.

 

Agir de la sorte n’est pas la voie des anciens pieux. [1]

841bs1.png

Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a dit que lorsque sont réunis en une personne le bien et le mal, de la désobéissance et de l’obéissance [à Allâh], des péchés, des innovations et de la Sounnah, elle sera alors accompagnée et récompensée en conséquence du bien qu’elle porte, et elle sera éloignée et punie en conséquence du mal qu’elle porte. [2]

 

Ibn Taymiyyah dit encore que si un enseignant ou un professeur ordonne de se séparer d’une personne en particulier, ou de l’humilier, ou de l’abaisser, ou de s’en éloigner, il faut tout d’abord y réfléchir.

 

Si elle a commis un péché reconnu comme tel dans la Législation, elle doit être punie en conséquence de son péché sans excès.

 

Et si elle n’a commis aucun péché, il n’est pas permis de lui appliquer un quelconque châtiment afin de faire plaisir au professeur ou à autre que lui. Il n’appartient pas, notamment au professeur, de diviser les gens et de faire ce qui suscite l’animosité et la haine entre eux.

 

Ils doivent plutôt être à l’exemple de frères qui s’entraident dans la piété et les bonnes œuvres. [3]

      841bs1.png

Ainsi, la règle de base, comme l’a rappelé SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh), est que l’application de l’apostasie à l’égard d’une personne, ou l’accusation de perversité, ou l’attestation d’intégrité, comme le fait de rendre licite ou illicite les choses, tout cela est soumis au fait d’en revenir à Allâh et à Son Messager (sallallahu ‘alayhi wa sallam).

 

De la même manière, l’apostasie, la perversité, l’attestation d’intégrité à l’égard d’une personne, sont soumises au retour à Allâh et à Son Messager dans le jugement de ces affaires. [4]

 

Tel est le principe de base auquel nous devons tous – Si Allâh le veut – revenir…

 

[1] Madjmu’at Rassâ-îl Da’awiyyah wa Manhajiyyah du SHeikh Sâlih al-Fawzân, p.141-142

[2] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 28/209

[3] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 28/214

[4] Mou’djam at-Ta’rîfât wal-Dhawâbit wal-Taqssîmât wal-Fawâ-îd de Ibn ‘Uthaymîn, p.274-275

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les livres des gens déclarés innovateurs (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les livres des gens déclarés innovateurs (vidéo)
Question :

 

Comment doit-on agir avec les livres de ceux que les savants ont déclarés Moubtadi’ah ?

 

Réponse :

 

-Premièrement : nous n’avons aucun besoin des livres des gens de Bid’ah, Al-Hamdoulillah.

 

Car il y a ce qui nous suffit dans les livres des gens de la Sounnah, Al-Hamdoulillah, tout en étant restant sain et sauf (de l’égarement).

 

Il faut donc que nous nous suffisions de cela. Voilà le premier point.

 

-Deuxième chose : Si c’était un Sounni et qu’il a dévié, à ce sujet je dis : Il y a dans les livres des gens de la Sounnah - Louange à Allah – ce qui nous permet de nous passer de ses livres.

 

Et si jamais on a besoin de ces livres, ils sont une preuve contre ceux qui ont du respect pour lui.

 

On peut citer de ces livres, tout en clarifiant comment l’auteur était auparavant et comment il est devenu aujourd’hui.

 

Traduit par Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

 Mardi le 1 Février 2011, Montréal, Québec, Canada. 

 

وهذا يسأل عن  : كيف يتعامل مع كتب ورسائل من بدّعه العلماء؟.

الجواب: أولًا: المبتدعة لسنا في حاجة نحن إلى كتبهم ولله الحمد، فإن في كتب أهل السنة ما يغني ولله الحمد، مع الأمان والسلامة في ديننا، فيجب علينا أن نكتفي بذلك، هذا واحد.

الشيء الثاني: إن كان هذا سُنِّيًا ثم انحرف فأقول: ولله الحمد في كتب أهل السنة الغنية عن كتبه، وكتبه إن احتيج إليها فهي حجة على من يعظمه، ينقل منها ويبين لهم كيف كان حاله بالأمس وكيف هو حاله اليوم[1

لسماع المادة الضوتية:

(كيف يتعامل مع كتب ورسائل من بدَّعه العلماء)

قام بتفريغه: أبو عبيدة منجد بن فضل الحداد

السبت الموافق: 25/ صفر/ 1432 للهجرة النبوية الشريفة.

[1]من محاضرة(تعظيم الكتاب والسنة والرد على من خالفهما)لفضيلة الشيخ محمد بن هادي المدخلي حفظه الله

 

 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Les gens de l'innovation sont semblables aux scorpions...! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les gens de l'innovation sont semblables aux scorpions...! (audio-vidéo)

L'Imâm Al-Barbahârî رحمه الله a dit dans son livre "Charh as-sunna" : 

 

"L'exemple des gens de l'innovation est semblable à celui des scorpions !

Ils enfouissent leurs têtes et leurs corps dans la terre et laissent sortir leurs dards, et si ils leur arrivent d'avoir la possibilité de piquer, ils le font.

C'est la même chose pour les gens de l'innovation qui se cachent parmi la masse de la population, si ils arrivent à avoir la possibilité d'appeler à leur innovation, ils le feront et propageront ce qui veulent propager."

قال الإمام البربهاري رحمه الله

مَثَل أصحاب البدع مَثَل العقارب

يدفنون رؤوسهم وأبدانهم في التراب

وأبدانهم في التراب ويُخرجون أذنابهم فإذا تمكّنوا لدَغوا

وكذلك أهل البدع هم مختفون بين الناس فإذا تمكنوا بلغوا ما يريدون

Question :

 

Le questionneur dit : Que signifie la parole de certains prédécesseurs :

 

"L'exemple des gens de l'innovation est semblable aux scorpions, ils cachent leurs têtes et laissent apparaître leurs dards jusqu'au moment où ils sont en mesure de dominer, ils piquent" !?

 

Réponse de Cheikh Salih al Fawzan:

 

Oui, ces paroles sont claires car les gens de l'innovation ont de l'hypocrisie.

 

Les gens de l'innovation sont éprouvés par l'hypocrisie !

 

Qui veut signifie qu'ils montrent en apparence le bien et dissimulent le mal.

 

Ils montrent en apparence le bien aux yeux des gens, pour les tromper.

 

يُخَادِعُونَ اللَّهَ وَالَّذِينَ آَمَنُوا

 

Traduction rapprochée 

 

"Ils cherchent à tromper Allâh et les croyants.." (sourate Al-Baqara verset 9)

 

Et ils cachent le mal.

 

Et dès le moment où ils sont en mesure de dominer pour propager le mal, ils le font, à l'image (l'exemple) du scorpion !...

 

Na'am.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

Imam Al-Barbahârî - الإمام أبو محمد الحسن بن علي بن خلف البربهاري

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Y'a-t-il des divergences sur les questions de «critique et éloge - الجرح والتعديل» (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Y'a-t-il des divergences sur les questions de «critique et éloge - الجرح والتعديل» (audio)

 

Ce questionneur demande :

 

Des gens disent : "les questions de jarh wa ta3dil et l'avertissement contre les déviateurs (moukhalifin) sont elles sujettes à divergences comme les questions de fiqh" ? 

 

Réponse :

 

Non, cette compréhension n'est pas correcte, le jarh wa ta3dil est une science parmi les sciences de la chari3a, dont l'objectif est de purifier ce qui a été affirmé au sujet de notre prophète صلى الله عليه وسلم comme parole, acte, oeuvres, afin de ne pas affirmer une parole qu'Il n'a pas dite ou une action qu'Il n'a pas faite, ainsi est venu le rôle du jarh wa ta3dil. 

 

Ainsi, qui est de confiance on accepte de lui ce qu'il rapporte de la sounnah et ce que celà implique comme règles. 

 

Et qui est majro7 ("blessé"> pas accepté) du point de vue de sa croyance ou son attitude ou son ignorance on accepte pas [ce qu'il rapporte]. 

 

Ainsi, le jarh wa ta3dil est une protection et un entretien de la révélation pour ne pas affirmer pour le Prophète صلى الله عليه وسلم quelque chose qui n'est pas vrai pour Allah et son Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Cette science est grandiose est utile, à Allah la louange... 

 

Concernant les déviateurs, ceci est compris par les savants dotés de science profonde, qui comprennent ce qu'est la déviation et la confirmation (de la sounna).

 

Donc, si quelqu'un dévie de la sounna dans la croyance ou la voie ils l'expliquent et avertissent contre lui. 

 

Concernant la divergence dans le fiqh, celà est autre chose.

 

Il arrive entre les savants des divergences dans les branches de fiqh et de science, en fonction de leur capacité à extraire des textes les règles, en fonction de leur compréhension, et ceci est à examiner, on ne prend pas dans preuve (dalil), et quiconque dévie, sa déviation est rejetée, s'il fait partie des sunnites on l'excuse et lui explique la vérité, et ceci est le minhaj que nous connaissons... 

 

هذا سائل يسأل فيقول: هناك من يقول: إن مسائل الجرح والتعديل والتحذير من المخالفين مسائل خلافية مثل مسائل الفقه؟، نعم

الجوابلا، هذا الفهم غير صحيح، الجرح والتعديل علم من العلوم الشرعية الغرض منه تصفية ما ثبت عن النبي-صلى الله عليه وسلم-من أقواله وأفعاله وأعماله، فلئلا ينسب إلى الرسول قولًا لم يقله، أو فعلًا لم يفعله ولم يقر عليه، جاء دور الجرح والتعديل

فمن كان عدلًا قبل منه ما يرويه في السنة المطهرة، وما يبينه من الأحكام

ومن كان مجروحًا بجارح يخل باعتقاده أو مروءته أو يكون من أهل الجهل فإنه لا يقبل

فالجرح والتعديل حماية وصيانة للوحي لئلا ينسب إلى الله أو إلى رسوله-عليه الصلاة والسلام-شيء لم يثبت عن الله ولا عن رسوله-عليه الصلاة والسلام-، وهو علم عظيم ونافع ولله الحمد

وأما ما يتعلق بالمخالفين لأهل السنة والجماعة: فهذا يفهمه العلماء الذين لهم قدم راسخة في العلم يفهمون المخالفة، والموافقة، فمن خالف أهل السنة في شيء من معتقداتهم، أو في شيء من سلوكهم، بينوه وحذروا منه

وأما ما يتعلق في الخلاف في المسائل الفقهية: فهذا له شأن آخر، يحصل بين العلماء الخلاف في الفروع في المسائل العملية والفقهية، بحسب القدرة على الاستنباط من النصوص، وبحسب الفهم، وهذا أيضًا يمحص، فلا يؤخذ إلا -لا يؤخذ قول أحد- إلا من وافق الدليل، وأما من خالف فإنه ترد مخالفته، وإذا كان من أهل السنة يعتذر له، ويبين له الحق، وهذا هو المنهج الذي نعرفه

[شريط بعنوان: التعليق على كتاب الفتن من صحيح البخاري، للشيخ ربيع -حفظه الله-]

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

La règle générale au fait d’ordonner ou d’interdire

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La règle générale au fait d’ordonner ou d’interdire

SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah a expliqué une règle essentielle dans le fait de commander le bien et d’interdire le mal, avec ce qui doit être pris en compte dans les différentes situations qui se présentent avant un jugement.

 

Il dit (rahimahullâh) que d’un point de vue général, on doit de manière absolue commander le bien et interdire le mal, et pour ce qui est d’un individu ou groupe spécifique, on doit ordonner le bien qu’il pratique et interdire le mal qu’il commet, louer ce qu’il fait de bien et blâmer ce qu’il commet de blâmable si ce commandement du bien n’implique pas la perte d’un bien plus grand ou l’apparition d’un mal plus grand, et que l’interdiction du mal n’implique pas l’apparition d’un mal plus grand ou la perte d’un bien prépondérant.

 

Si la situation est équivoque (ambiguë), le croyant doit vérifier (examiner) jusqu’à ce que la vérité lui apparaisse clairement et n’agir qu’avec science et (bonne) intention.

 

Et s’il délaisse cela, il sera désobéissant, car le délaissement du commandement du bien est une désobéissance et la pratique de ce qui a été interdit est une désobéissance.

 

Et c’est là un vaste sujet - et il n’y a de force et de puissance qu’en Allâh !

 

A ce sujet, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a laissé ‘Abdullâh Ibn Oubay et ses semblables parmi les imâms de l’hypocrisie et de la perversité en raison de leurs soutiens, et du fait que s’il avait mis fin à leur mal en les punissant, cela aurait impliqué la disparition d’un bien plus grand par la colère de son clan et leurs soutiens, et la fuite des gens s’ils avaient entendu que Muhammad tuait ses compagnons.

 

Tout cela est inclus dans la règle générale (ou absolue) lorsque les bienfaits et méfaits bonnes et mauvaises actions s’opposent et se pressent, il faut donc adopter ce qui est prédominant.

 

Ainsi, si on trouve à la fois des bienfaits et méfaits et qu’ils s’opposent, le commandement du bien et l’interdiction du mal – même s’ils impliquent la réalisation d’un bienfait et le repoussement d’un méfait – il faut tout de même en étudier les conséquences.

 

Si les bienfaits perdus ou les méfaits provoqués sont plus nombreux, cela n’est pas demandé, et plus encore cela est illicite si les méfaits sont plus nombreux que les bienfaits.

 

Mais c’est sur la balance de la Législation qu’il faut peser les degrés des bienfaits et méfaits. Lorsqu’un individu peut suivre les textes, il ne doit pas s’en écarter, sinon il doit faire un effort d’interprétation pour connaître les cas similaires et semblables, et les textes en sont rarement dépourvus, si du moins il connaît les textes et les règles qu’ils impliquent.

 

Car Allâh n’impose à une âme une chose qu’elle ne pourrait supporter, et c’est pourquoi Il dit (traduction rapprochée) :

 

« Craignez Allâh, donc autant que vous pouvez » [1] [2]

 

Les gens sont à ce sujet de trois sortes

 

des gens qui ne s’occupent que de leurs passions, n’acceptent que ce qu’ils donnent et ne se courroucent que pour ce qu’ils interdisent.

 

Si on accorde à l’un d’eux ce qu’il désire dans le licite et l’illicite, sa colère disparaît, survient son agrément, et ce sur quoi il était devient un mal qu’il interdit et pour lequel il châtie, il blâme celui qui le pratique et se courrouce contre lui.

 

Il agrée cette chose, la pratique, y participe, y aide, et prend pour ennemi celui qui l’interdit et le lui reproche.

 

C’est ce qui prédomine chez les fils d’Âdam : l’homme voit et entend des choses que seul Allâh peut cerner, et la cause en est que l’homme est très injuste et ignorant, ainsi il n’est pas équitable, et plus encore, peut être injuste dans les deux cas.

 

Il voit des gens réprouver le gouverneur qu’il oppresse donc et châtie pour son peuple, ainsi ces opposants se contentent d’un poste ou d’argent, et ils deviennent des soutiens, il améliore leur situation afin de faire taire leur contestation.

 

De même, on les voit réprimander celui qui consomme de l’alcool, fornique et écoute de la musique, jusqu’à ce qu’ils fassent entrer l’un d’eux en cela ou en accepte une partie, ils peuvent tomber dans une situation plus infâme que celle dans laquelle ils étaient, ou revenir à un état moindre ou similaire.

 

D’autres des gens qui mènent un soulèvement religieux authentique, en étant sincères envers Allâh dans ce qu’ils font, avec droiture jusqu’à patienter sur les torts qu’on leur cause.

 

Ce sont eux qui ont cru et pratiqué de bonnes œuvres et font partie de la meilleure Communauté qu’on ait suscité pour les gens : ils ordonnent le bien, interdisent le mal et croient en Allâh.

 

Ces trois groupes représentent, comme il a été dit les trois âmes :

 

- celle qui ordonne,

- celle qui est sereine,

- et celle qui blâme.

 

Les premiers sont les adeptes de l’âme qui ordonne le mal.

 

Les deuxièmes sont les adeptes de l’âme sereine à propos de laquelle il a été dit (traduction rapprochée) :

 

«Ô toi, âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée ; entre donc parmi Mes serviteurs,et entre dans Mon Paradis».». [3]

 

Les derniers sont les adeptes de l’âme qui blâme, celle qui pratique le péché puis blâme pour cela, parfois ainsi et parfois comme cela, mélangeant œuvres pieuses et d’autres mauvaises actions.

 

On espère pour eux qu’on leur pardonnera s’ils reconnaissent leurs péchés – dit Ibn Taymiyyah. [4] [5]

 

Si la mécréance, la perversité et la désobéissance sont des causes du mal et de l’animosité, un individu ou un groupe peut commettre un péché et que d’autres délaissent le commandement du bien et l’interdiction du mal, et cela leur sera compté parmi leurs péchés, et d’autres encore peuvent leur adresser des reproches d’une manière interdite, et cela sera aussi compté parmi leurs péchés.

 

Ainsi surviennent la division, la divergence et le mal, et cela compte parmi les plus grands troubles et maux, dans le passé comme à notre époque.

 

L’homme est très injuste et ignorant, et l’injustice et l’ignorance sont de plusieurs types.

 

Ainsi, l’injustice et l’ignorance d’un premier seront de deux types différents.

 

Celui qui médite sur les troubles qui surviennent constatera que ce sont là les causes, et que c’est également le fondement des troubles qui se sont produits entre les émirs de cette Communauté, ses savants et ceux qui y sont compris comme rois et enseignants et ceux qui les suivent parmi les gens de la masse. [6] [7]

 

[1] Coran, 64/16

[2] Al-Istiqâmah de Ibn Taymiyyah, p.456-458

[3] Coran, 89/27-30

[4] Coran, 64/16

[5] Al-Istiqâmah de Ibn Taymiyyah, p.475-477

[6] Coran, 64/16

[7] Al-Istiqâmah de Ibn Taymiyyah, p.471

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

Évitez l’innovateur ! (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Évitez l’innovateur ! (vidéo)

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Discerner la vérité sur les questions divergentes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Discerner la vérité sur les questions divergentes

Règles dans le fiqh :

 

Shaykh ibn taymiyyah énonce cette règle :

 

"A la base toute pratique religieuse, ou adoration est interdite, sauf s'il se trouve un texte l'autorisant (coran et sunnah),

tandis que les choses de la vie courante sont autorisés sauf s'il se trouve un texte l'interdisant (coran et sunnah)"

 

Shaykh al albani commente ces propos en disant retiens bien cette règle elle va t'aider à discerner la vérité sur les questions divergentes.

 

Tiré du livre attawassoul de shaykh al albani

     

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Lorsque les ignorants parlent des fitnas... elles augmentent (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Lorsque les ignorants parlent des fitnas... elles augmentent (audio)

Question :

 

Comment pouvons-nous distinguer entre le silence blâmable face aux troubles et le fait louable de ne pas s'immiscer dedans ?  

 

Réponse :

 

Seuls les gens de science et pourvus de clairvoyance donnent leurs avis à propos des troubles, il n'est pas donné à tous de se prononcer dessus.

 

Quand les ignorants le font, les troubles s'intensifient.

 

En revanche, lorsque les gens de science en parlent et les mettent en évidence alors ils s'atténuent avec la permission d'Allâh.

 

Ce n'est pas à tout le monde d'émettre son point de vue concernant les troubles.

 

Plutôt, cette affaire revient aux savants pourvus de discernement, ce sont eux qui ont la capacité de distinguer entre la vérité et la fausseté, ils savent comment s'exprimer.

 

Ce n'est pas à tout individu de s'introduire dans ces troubles, d'exposer son opinion ou promulguer des avis juridiques les concernant.

 

Révisé, relu et publié par 3ilmchar3i.net

كيف نفرق بين السكوت عن الفتن المذموم وبين عدم الخوض فيها المحمود

الفتن لا يتكلم فيها الا أهل العلم والبصيرة ما الكل يتكلم فيها إذا تكلم الجهال في الفتن زادت الفتن أما إذا تكلم العلماء فيها وبينوها فإنها تطفأ بإذن الله فالفتن ما يتكلم فيها كل أحد وإنما يتكلم فيها أهل العلم وأهل البصيرة الذين يعرفون الحق من الباطل ويعرفون كيف يتكلمون ما يخوض كل واحد في الفتن ويتكلم ويفتي ويقول .. نعم

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>