496 articles avec methodologie - المنهجية

Connaître les opposants au manhaj fait partie de la science (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Connaître les opposants au manhaj fait partie de la science (audio)

Le Cheikh lit une question :

 

Est-il juste, comme le disent certains étudiants, que nous ne devrions pas mettre en garde les nouveaux étudiants contre certains opposants au manhaj et qu’ils devraient plutôt s’occuper d’apprendre la science, et se tenir à l’écart de ces questions ?

 

Réponse de Cheikh :

 

Connaitre ceux qui ont une méthodologie corrompue fait partie de la recherche de la science.

 

Connaitre ceux qui ont dévié de la sounnah et du droit chemin, fait partie de la recherche de la science.

 

Car nous savons tous, moi et chacun de vous, que cette science est une religion.

 

Vrai ou faux ?

 

Est-ce une chose au sujet de laquelle il y a unanimité ou prête-t-elle à divergence ?

 

«Certes cette science est une religion…»

 

Y-a-t-il divergence d’opinion entre vous et moi à ce sujet ou sommes-nous tous d’accord ?

 

Les étudiants répondent :

 

Nous sommes d’accord.

 

Cheikh :

 

Répondez !

 

Les étudiants répondent :

 

Il y a unanimité.

 

Cheikh :

 

Est-ce une chose au sujet de laquelle il y a unanimité ou prête-t-elle à divergence ?

 

Les étudiants répondent :

 

Il y a unanimité.

 

Cheikh :

 

Il y a unanimité parmi tous les salafs, que cette science est une religion.

 

Si c’est donc le cas, terminons donc la narration :

 

«…voyez donc de qui vous prenez votre religion. » (Ibn Sirin)

 

Donc celui qui a prononcé cette parole (selon laquelle il ne convient pas de mettre en garde les étudiants) fait partie de l’une de ces deux catégories de personnes : Soit il n’a pas de compréhension soit il est malade, atteint de la maladie des passions. 

 

Et nous disons إن شاء الله qu’il s’agit d’un manque de compréhension (de sa part).

 

Laissez-le donc tirer profit et apprendre. 

 

Cette parole n’est pas correcte, cette parole est clairement fausse, le comble de la fausseté.

 

Celui donc qui recherche la science, se doit d’avoir un professeur et se doit d’avoir un compagnon qui l’aide dans la recherche de la science.

 

Il est donc indispensable que l’enseignant soit sur la religion et la sounnah.

 

Pareillement, le compagnon avec qui tu te lies d’amitié, celui avec qui tu t’unies et qui t’accompagne dans tes voyages et la recherche de la science ; Il est essentiel qu’il soit quelqu’un de la sounnah. 

 

Car:

 

«L’homme est sur la religion de son ami intime. Regardez donc qui vous côtoyez»

(Rapporté par Abou Daoud) 

 

Donc s’il prend pour ami l’innovateur, il est alors comme lui.

 

Car :

 

«Les âmes sont des régiments : Celles parmi elles qui se reconnaissent mutuellement s’accordent et celles parmi elles qui s’opposent les unes aux autres ne s’accordent pas.»

(Al-Boukhari 3336, Ahmad 4817) 

 

Le sounni, t’aideras à suivre la sounnah et à y cheminer, à s’y tenir ainsi qu’à ses gens ; Et à la défendre ainsi que ses gens. 

 

Quant à l’innovateur, il est à l’opposé de tout cela. 

 

Choisis-donc pour toi-même. 

 

Allâh جل وعلا t’as fait un cœur avec lequel tu raisonnes, et des yeux avec lesquels tu vois, ainsi que des oreilles avec lesquelles tu entends.

 

Puis Il t’a guidé et montré deux chemins.

 

La voie de la vérité et celle du mal et de l’égarement.

 

Et Il t’a incité à t’accrocher à la vérité et Il t’a envoyé Son Messager, le meilleur de La Création صلى الله عليه وسلم, et a fait descendre sur lui Le Livre. 

 

Et tout cela t’exhorte à t’accrocher à la vérité. 

 

Et à l’opposé de cela, Il t’a clarifié le faux et t’as mis en garde quant au fait de le suivre.

 

Et Il t’a mis en évidence des preuves attestant de sa fausseté. 
 

Si donc tu le suis après cela, tu t’es donc égaré toi-même. 

 

Nous demandons à Allâh La Protection et La Sécurité. 


Traduit et publié par sounnah-publication.blogspot.com

 

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Les inconnus élevés par la masse des gens

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les inconnus élevés par la masse des gens

Aujourd'hui, certains propagent n'importe quelle séquence (audio ou vidéo) de n'importe quel individu - barbu, sachant parler dans le hadith, connu de quelques personnes -... Et le voila aujourd'hui reconnu chez le commun des gens comme étant digne d'éloges !

 

Ils disent : "Il ne fait que de citer un hadith du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم"

 

Nous répondons :

 

"Comment peux-tu savoir qu'il ne l'a pas modifié, qu'il n'est pas venu avec un hadith faible ou qu'il ne l'interprète pas selon sa propre compréhension ?"

 

Ils disent : "Nous ferons nos propres recherches..."

 

Nous disons :

 

"Tu vas aller vérifier à chaque fois ?

Quel bénéfice y a t-il à aller faire des recherches après qu'il ait déjà influencé ton esprit avec sa pensée, à faire autant d'efforts dans cela et à vérifier le cas de cet inconnu ?

Alors qu'il y a juste là les savants de la sounnah... les chouyoukh de la sounnah... accroche toi à eux".

 

Ils disent : "Ne restreignez pas la science"

 

Nous disons :

 

"Votre religion a t-elle si peu de valeur à vos yeux pour que vous la preniez de n'importe qui ?

Vous plairait-il que l'architecte qui ait conçu votre maison soit un ignorant et que celle-ci finisse par s'écrouler sur vous ?!

Ou bien prenons-nous des précautions pour notre vie mondaine alors que nous n'en prenons pas en ce qui concerne notre religion ?!"

 

مصدر : لا تغتربالداعي الذي يرفعه الناس

Traduit et publié par la page Al-Firqatou An-Najiyatou

ﻟﻸﺳﻒ : ﺍﻵﻥ ﺑﻌﻀﻬﻢ ﻳﻨﺸﺮ ﺃﻱ ﻣﻘﻄﻊ ﻷﻱ ﺷﺨﺺ ‏( ﻣﻠﺘﺤﻲ - ﺫﻭ ﺃﺳﻠﻮﺏ ﻟﺒﻖ ﻓﻲ ﺍﻟﺤﺪﻳﺚ - ﻭﺑﻌﺾ ﺍﻟﻨﺎﺱ ﺗﻌﺮﻓﻪ‏) ... ﻭﻫﻜﺬﺍ ﺃﺻﺒﺤﺖ ﻟﻪ ﺗﺰﻛﻴﺔ ﻣﻦ ﺍﻟﻌﻮﺍﻡ

.ﻳﻘﺎﻝ : ﻫﻮ ﻳﻘﻮﻝ ﺣﺪﻳﺜﺎ " ﻋﻦ ﺍﻟﺮﺳﻮﻝ صلى الله عليه وسلم

ﻧﻘﻮﻝ : ﻭﻣﺎ ﺃﺩﺭﺍﻙ ﺃﻧﻪ ﻟﻢ ﻳﻐﻴﺮ ﻓﻴﻪ ﺃﻭ ﻳﺄﺗﻲ ﺑﻀﻌﻴﻒ ﺃﻭ ﻳﺆﻭﻟﻪ ﻋﻠﻰ ﻓﻬﻤﻪ

ﻭﻳﻘﺎﻝ : ﺳﻨﺒﺤﺚ

ﻧﻘﻮﻝ : ﺃﻭ ﻛﻞ ﻣﺮﺓ ﺳﺘﺒﺤﺚ ! ... ﻭﻣﺎ ﻧﻔﻊ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺑﻌﺪ ﺃﻥ ﺑﺚ ﻓﻜﺮﻩ ﻓﻴﻚ ! ... ﻭﺑﺪﻝ ﻋﻨﺎﺀ ﺍﻟﺒﺤﺚ ... ﻭﺍﻟﺘﺜﺒﺖ ﻣﻦ ﺷﺨﺺ ﻣﺠﻬﻮﻝ ... ﻫﻨﺎﻙ ﻋﻠﻤﺎﺀ ﺍﻟﺴﻨﺔ ... ﻣﺸﺎﻳﺦ ﺍﻟﺴﻨﺔ ... ﺇﻟﺰﻣﻬﻢ ...

ﻳﻘﺎﻝ : ﻻ ﺗﺤﺼﺮﻭﺍ ﺍﻟﻌﻠﻢ

ﻧﻘﻮﻝ : ﺃﻭﻫﺎﻥ ﻋﻠﻴﻜﻢ ﺩﻳﻨﻜﻢ ﺃﻥ ﺗﺄﺧﺬﻭﻩ ﻣﻦ ﻛﻞ ﺷﺨﺺ ﺃﺗﺮﻏﺐ ﺃﻥ ﻳﻜﻮﻥ ﻣﻬﻨﺪﺱ ﻣﻨﺰﻟﻚ ﺟﺎﻫﻼ ﻓﻴﺴﻘﻂ ﻋﻠﻴﻚ !! ... ﺃﻭ ﻧﺘﺤﺮﺯ ﻟﺪﻧﻴﺎﻧﺎ ﻭﻻ ﻧﺘﺤﺮﺯ ﻟﺪﻳﻨﻨﺎ

ﺍﻟﻤﺼﺪﺭ : ‏(ﻻ ﺗﻐﺘﺮ ﺑﺎﻟﺪﺍﻋﻲ ﺍﻟﺬﻱ ﻳﺮﻓﻌﻪ ﺍﻟﻨﺎﺱ‏) ﺍﻟﺸﻴﺦ ﺳﻠﻴﻤﺎﻥ ﺍﻟﺮﺣﻴﻠﻲ

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Comment reconnaître «Al-mouta’alim - Le prétendu savant» (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Comment reconnaître «Al-mouta’alim - Le prétendu savant» (audio)

Question :

 

Comment reconnaître al Mouta’alim – “Le prétendu savant”- , et si on le reconnaît est-ce que l’on met en garde contre lui ?

 

Réponse :

 

Al Mouta’alim "le prétendu savant" :

 

Celui qui montre qu’il est savant, alors qu’il ne l’est pas !

 

Et on dit de lui : "Celui-là est un mouta’alim" ;

 

C’est-à-dire : Il prétend avoir la science, il fait le savant, alors qu’il ne l’est pas !

 

Et ceci provient de son ignorance, et du fait de son grand éloignement de la science ; Et l’ignorant prétend toujours avoir la science devant les ignorants ; Et quand un homme ou une femme, ou n’importe quelle personne est mouta’alim, montrant qu’elle a de la science alors qu’il n’en est rien, il faudra alors mettre en garde contre elle, mettre en garde contre elle afin qu’elle n’égare pas les gens et qu’ils ne la suivent pas dans l’égarement.

 

C’est à Allâh qu’il faut demander de l’aide.

 

 Traduit et publié par l’association Sounna de Denain

Cheikh Sâlim Abou Anwâr Bâmahriz - الشيخ سالم أبو أنوار بامحرز

Partager cet article

Conseil et comportement à adopter de la part de nos frères prêcheurs et étudiants (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Conseil et comportement à adopter de la part de nos frères prêcheurs et étudiants (audio-vidéo)

 

Question :

 

Nous vous prions de donner un conseil pour beaucoup parmi la jeunesse et les étudiants en science qui sont engagés dans le suivi et la recherche des erreurs des prêcheurs et interprètent leurs paroles de la manière la plus laide possible, ce qui a conduit à la jubilation d'ahlou al-bida' et à la souffrance d'ahlou as-sunna wal jama'a.

 

Réponse :

 

Il s'agit de clarifier les erreurs qui contiennent un défaut.

 

S'il y a une erreur concernant la science ou des questions ayant trait à la science, elles doivent être éclaircies mais avec de la sagesse dans la façon de faire, avec douceur envers celui qui a fait l'erreur et sans le blesser

 

L'erreur doit être clarifiée ; Encore une fois l'erreur doit être clarifiée !

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"La religion est le conseil sincère"

Ils demandèrent : "Le conseil envers qui ?" 

Il répondit : "à Allâh, Son Livre et Son Messager."

 

Si quelqu'un fait une erreur dans l'interprétation d'un verset est-il permis pour nous de garder le silence à ce sujet ?

 

Si quelqu'un fait une erreur dans les hadith du Messager صلى الله عليه وسلم et lui attribue ce qu'il n'a pas dit, ou il déclare un hadith comme étant authentique alors qu'il est inventé ou faible.

 

Faut-il garder le silence à ce sujet, au sujet de la Sunna du Messager صلى الله عليه وسلم ?

 

Et si quelqu'un fait une erreur dans la aqidah, nous est-il permis de garder le silence ?

 

Nous clarifions, mais nous ne lui faisons pas une critique particulière et le diffusons.

 

Nous clarifions seulement l'erreur, cela est une obligation et fait partie du conseil sincère et cela ne blesse pas les savants, ni celui qui a commis l'erreur. 

 

Ça ne lui fait pas du mal.

 

Il va retourner à ce qui est correct, et celui qui retourne à ce qui est juste, c'est un honneur pour lui.

 

Et s'il ne retourne pas à ce qui est à juste alors au moins vous avez mis en évidence la vérité, sans lui faire une critique ou en le faisant en public.

 

Jusqu'à aujourd'hui, les savants se répliquent mutuellement aux erreurs des uns des autres, depuis les temps anciens.

 

En dépit de cela, cela n'a pas apporté de haine ni n'a généré de l'inimitié entre eux, car à cette époque il n'y avait pas des gens qui montaient les uns contre les autres.

 

Il n'y avait pas des gens qui montaient et creusaient dans ces questions afin de les rendre public. 

 

Ceci n'est constaté qu'à l'époque actuelle, ceux qui creusent, incitent, enregistrent, puis propagent.

 

Les gens n'ont rien à voir avec cela.

 

C'est quelque chose entre les savants !

 

Mais de copier ces réfutations et les diffuser à la masse des gens ignorants... qu'ont-ils à voir avec cela ?

 

Ceci est une erreur !

 

Cette démarche s'inscrit dans le sens du verset (traduction rapprochée) :

 

"Ceux qui aiment que l'inconvenance se répand parmi ceux qui croient".

 

Na'am.

 

 Traduit et publié par minhaj sunna

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Faire un montage avec la photo d'innovateurs pour mettre en garde les musulmans contre leur mal

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Faire un montage avec la photo d'innovateurs pour mettre en garde les musulmans contre leur mal

Quel est le jugement concernant le fait de faire un montage avec la photo des innovateurs et des chouyoukh de l'égarement dans le but de mettre en garde les musulmans contre leur mal, en accompagnant cela des paroles et réfutations de nos savants, sur ce qu'on appelle aujourd'hui «les réseaux sociaux» comme twitter, facebook, etc ?

 

Réponse :

 

La louange toute entière appartient à Allâh, le Seigneur de l'univers et que l’éloge, le salut et la bénédiction soient sur notre Prophète Mohammad ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Ceci étant dit : 

 

Il vous incombe de propager les mises en garde des savants.

 

Par-contre, n'ayez pas recours aux images car certes les preuves concernant leur interdiction ont été rapportées.

 

Et Allâh est le plus Savant.

 

Explication du livre « réfutation des rawafid » - شرح كتاب : الرد على الرافضة

 Traduit et publié par la page : Al-Firqatou An-Najiyatou 

 

Cheikh Abi 'Omar Ali Al Hudhaify - الشيخ أبي عمار علي الحذيفي اليمني

Partager cet article

La traduction d’ouvrages religieux

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La traduction d’ouvrages religieux

La traduction en français de livres religieux constitue un grand bienfait pour toutes personnes n’ayant pas (encore) accès à la langue arabe.

 

Elle permet à l’adorateur de comprendre les bases de sa religion, d’appliquer les obligations qui lui sont dues et de s’éloigner des interdictions et méfaits qui lui sont proscrits.

 

Cependant, une vraie traduction est soumise à conditions, conditions incombant aussi bien au traducteur qu’au lecteur.

 

D’une part, il incombe au traducteur de :

 

-connaître la langue arabe.

 

-connaître la langue dans laquelle sera traduit l’arabe (ici le français).

 

-maîtriser le sujet ou la science qu’il traduit.

 

Ce troisième point est souvent litigieux, notamment lorsque des personnes étudiant la langue arabe (études de bases) se lancent dans la traduction de textes religieux dont elles n’ont aucune maîtrise.

 

Le vocabulaire spécifique à la matière, la connaissance de l’époque, des termes employés par l’auteur et d’autres points encore, requièrent un certain bagage religieux et certaines connaissances de la part du traducteur.

 

Toutes ces informations ne peuvent être fidèlement retranscrites que par un traducteur ayant ce minimum de savoir et de maîtrise, soucieux de préserver le travail de l’auteur d’une part et de garantir les droits du lecteur d’autre part.

 

Quant au lecteur, il lui incombe de :

 

-se renseigner et d’identifier la personne qui prend en charge la traduction du livre qu’il tient entre les mains et ce, pour une lecture plus sereine et confiante.

 

Pour se renseigner sur un traducteur et ses publications, le lecteur dispose de différents moyens :

 

-par le biais de la maison d’édition : Est-elle connue pour être sur la voie des pieux prédécesseurs ?

 

-le nom du traducteur : Le nom entier, pas une kuniya (par exemple, Abu…) ou autre surnom qui ne mène à personne et peut prêter à confusion.

 

-le nom du site : est-il connu et reconnu ?

 

Pourquoi de telles conditions à satisfaire ?

 

Le traducteur est un lien entre l’auteur et le lecteur, comme une chaîne de transmission.

 

Si le traducteur est égaré, alors, sa traduction ne peut être prise en compte.

 

En effet, combien de takfiris (khawarij) utilisent des textes de l’Imam Ibn Abdil-Wahab رحمه الله, les détournent et les exploitent au service de leur égarement !

 

Tout en sachant qu’il رحمه الله était à l’opposé de leurs pensées et idéologie !

 

De plus, comment une personne précautionneuse de sa religion et essayant rigoureusement de se préserver, peut-elle apprendre sa religion d’un inconnu ?

 

D’ailleurs, les gens de la Sunna n’acceptent pas la parole de leur prophète صلى الله عليه وسلم si, dans la chaîne de transmission, la présence d’un inconnu y est avérée.

 

Le hadith sera alors considéré comme faible et non valide…

 

D’autre part, certains parmi les gens de science soumettent des conditions en plus de celles susmentionnées (voir Dar Al Furqan), comme les droits d’auteur par exemple.

 

Si celles-ci ne sont pas respectées, il y a alors trahison de la amana (dépôt) scientifique.

 

Il est donc essentiel de se renseigner sur l’existence éventuelle de ces dites conditions.

 

Enfin, l’erreur la plus grave est de mentir sur Allah جل جلاله et son prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Nous implorons Allah جل جلاله de nous préserver de ceci.

 

Les méfaits sont donc nombreux.

 

À nous de préserver le sérieux et la rigueur nécessaires nous permettant d’être clairs dans notre voie (manhaj), d’autant plus à cette époque, où les moyens de communication sont devenus nombreux.

 

Les lecteurs passent ainsi d’un site à un autre, d’une vidéo à une autre, d’une information à une autre et perdent tout sens critique, critique pourtant essentielle, formant un véritable bouclier contre l’égarement.

 

Si les conditions développées ci-dessus se voient respectées, il devient alors possible, إن شاء الله, de propager une da’wa limpide et bénéfique à l’ensemble de la communauté.

 

Nous implorons Allah جل جلاله de nous raffermir sur notre religion et de nous préserver de l’égarement, certes Il est capable de toutes choses.

 

Ecrit par Abu Hafsa Muhammad Abdu-Allah - 8ème année au Maad al Furqan - Professeur de aquida au Markaz Al Furqan à SubkAl-Ahad.

 Publié par darfurqan.fr

Partager cet article

Quelles sont les conditions religieuses pour émettre une fatwa ?

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Quelles sont les conditions religieuses pour émettre une fatwa ?

Question :

 

Quelles sont les conditions religieuses pour émettre une fatwa ?

 

Réponse :

 

Pour commencer, la fatwa se divise en deux catégories :

 

La première catégorie est la fatwa lors d’événements majeures, et celle-ci concerne un événement récent qui n’a pas d’antécédent, celle-ci, seuls les grands savants s’y prononcent, ils émettent donc un jugement légal établi sur les preuves.

 

Un exemple : Lorsque que les Mashayikhs Ibn Baz et Ibn ‘Uthaymeen ainsi que d’autres ont émis une fatwa autorisant de demander l’aide aux forces américaines et à d’autres afin de sortir Saddam Husein de la terre du Koweit, ce sujet de jurisprudence est reconnu comme un événement majeur et nécessite une fatwa de grands savants, ainsi les étudiants n’ont pas le droit de s’aventurer dans ce genre de sujets.

 

Quant à la seconde catégorie, elle concerne les sujets qui ont eu lieu au sein de la communauté ayant ainsi des antécédents parmi les paroles des compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم ou de ceux qui les ont suivi parmi les trois meilleurs siècles.
 

Ici, il est obligatoire pour l’étudiant en science et le savant contemporain d’émettre une fatwa en concordance avec ce sur quoi étaient les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم et les pieux prédécesseurs.

 

Suivant ainsi la preuve.
 

Et il est obligatoire de ne pas inventer un avis qui n’a pas de prédécesseur/antécédent.

 

Questions réponses tirées du journal koweitien Al-Qabas paru le 2/6/2007

Traduit par Anas Abou Malik Al-Maimouni

 Publié par attamyiz.blogspot.com

 

بداية تنقسم الفتوى الى قسمين، القسم الاول الفتوى في النوازل وهذه في المسائل المستجدة التي ليس لها سلف وهذه لا يتصدى لها إلا كبار العلماء فيصدرون الحكم الشرعي بناء على الأدلة، ومثال ذلك عندما أفتى الشيخان ابن باز وابن عثيمين وغيرهما بجواز الاستعانة بالقوات الاميركية وغيرها لاخراج صدام حسين من ارض الكويت، فهذه المسألة الفقهية تعتبر نازلة وتحتاج الى فتوى كبار العلماء، وليس لطلاب العلم الحق في الخوض في مثل هذه المسائل
اما القسم الثاني فهي المسائل التي وقعت في الامة ولها سلف من قول اصحاب النبي صلى الله عليه وسلم او من التابعين ومن تبعهم باحسان من القرون الثلاثة المفضلة، فلابد هنا لطالب العلم وللعالم المعاصر ان يفتي بما كان عليه اصحاب النبي صلى الله عليه وسلم او السلف الصالح، متبعا بذلك الدليل، ويجب عدم استحداث قول ليس له سلف

جريدة القبس الكويتية 2/6/2007

جريدة القبس الكويتية 2/6/2007

Cheikh Mohammad Outhmân Al-'Anjari - الشيخ محمد عثمان العنجري

Partager cet article

L’ignorance et ses catégories

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

L’ignorance et ses catégories

(...)

 

L’ignorance est le contraire de la connaissance (science), et c’est de croire au sujet d’une chose connue autre que ce qu’elle est réellement.

 

Et elle est divisée en deux catégories :

 

-L’ignorance simple 

 

Il s’agit d’une ignorance absolue, c’est à dire la négation totale de toute conception de la chose connue.

Comme quand on le questionne sur le jugement de la femme en période de menstruations, est-ce qu’elle accomplit la prière et le jeûne, ou non ?

Et il répond : «Je ne sais pas».

Celui-là est un ignorant, son ignorance est simple.

 

-L’ignorance composée

 

Il s’agit d’une conviction catégorique mais inadéquate à la réalité.

C’est-à-dire : Il conçoit avec persuasion la chose connue contrairement à la réalité de la chose.

 

Cette ignorance est alors composée de deux choses :

 

-La négation de la (réelle) science et de la conception de la chose, et en cela elle est identique à l’ignorance simple.

 

-Celui qui souffre de cette ignorance est persuadé du contraire de la réalité, et il est fermement convaincu de ce qui est en inadéquation avec l’extérieur (c’est à dire avec autre que sa croyance, c’est-à-dire la réalité).

 

Ainsi, s’il est questionné sur la femme en période de menstruations, il dira «Elle prie et jeûne, elle doit rattraper !».

 

Il ne connaît pas, mais il est convaincu de sa réponse contraire à la vérité.

 

Parmi les exemples coraniques, il y a les deux catégories de mécréants citées par Allâh ; L’une d’elles représente l’ignorance composée et l’autre l’ignorance simple (traduction rapprochée) :

 

"Quant à ceux qui ont mécru, leurs actions sont comme un mirage dans une plaine désertique que l’assoiffé prend pour de l’eau. Puis quand il y arrive, il s’aperçoit que ce n’était rien ; Mais y trouve Allâh qui lui règle son compte en entier, car Allâh est prompt à compter." (sourate An-Nour verset 39)

 

Le mécréant qui œuvre en pensant bien faire et espérant récolter quelque chose, et quand il rencontrera Allâh et qu’il doit rendre des comptes, il ne trouvera rien, soit par manque de sincérité ou parce qu’il n’a pas suivi la voie légitime (traduction rapprochée) :

 

"…mais y trouve Allâh qui lui règle son compte en entier, car Allâh est prompt à compter." (sourate An-Nour verset 39)

 

Et Allâh a dit (traduction rapprochée) :

 

"Nous avons considéré l’œuvre qu’ils ont accomplie et Nous l’avons réduite en poussière éparpillée." (sourate Al Fourqane verset 23)

 

Celui-ci son ignorance est composée car il ne sait pas que son œuvre n’est pas valable tout en étant convaincu de sa validité et de l’obtention de la récompense espérée, une conviction catégorique.

 

Cet exemple est pareil à celui de ceux qui font des actes d’adoration auprès des mausolées, des dômes et des sépultures, qui font des vœux, des offrandes et des invocations auprès d’elles et d’autres actes de chirk interdits tout en croyant que cela est permis et qu’ils en seront rétribués.

 

Quant à l’ignorance simple, c’est le cas de l’imitateur des imams de l’égarement et de la mécréance, le cœur du mécréant ignorant simple imitateur qui suit les imams des sépultures et des mausolées et autres égarés et déviants, celui-ci ne connaît pas la situation de celui qui le guide, il ne sait pas où il l’emmène.

 

S’il lui est demandé : «Où tu vas ?», il répond : «Je suis avec eux !» ; Et s’il lui est demandé «Où vont-ils ?», il répond : «Je ne sais pas !».

 

Et cette catégorie, Allâh l’a donnée comme exemple dans le verset (traduction rapprochée) :

 

"[Les actions des mécréants] sont encore semblables à des ténèbres sur une mer profonde: des vagues la recouvrent, [vagues] au dessus desquelles s’élèvent [d’autres] vagues, sur lesquelles il y a [d’épais] nuages. Ténèbres [entassées] les unes au-dessus des autres. Quand quelqu’un étend la main, il ne la distingue presque pas. Celui qu’Allâh prive de lumière n’a aucune lumière." (sourate An-Nour verset 40)

 

Et (traduction rapprochée) :

 

"sur lesquelles il y a [d’épais] nuages" (sourate An-Nour verset 40)

 

C’est à dire «envelopper», qui met une enveloppe sur le cœur, l’ouïe et la vue comme la parole d’Allâh (traduction rapprochée) :

 

"…et un voile épais leur couvre la vue…" (sourate Al-Baqara verset 7)

 

Et dans sa parole (traduction rapprochée) :

 

"Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? Et Allâh l’égare sciemment et scelle son ouïe et son cœur et étend un voile sur sa vue…" (sourate Al-Jathiya verset 23)

 

Et la science est auprès d’Allâh, et notre dernière invocation et louange est à Allâh Seigneur de l’univers…

 

(...)

 

✅ Traduit par l’Association Sunna - salafidenainetdailleurs.com

الفتوى رقم: ١٥٢
الصنف: فتاوى الأصول والقواعد - أصول الفقه

الجهل البسيط والجهل المركب
السؤال : هل يمكن لشيخنا أن يعطي لنا مثالا للجهل البسيط والجهل المركب حتى نفهمهما ؟
الجواب : الحمد لله ربّ العالمين والصلاة والسلام على من أرسله الله رحمة للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أمّا بعد
فالجهل ضد العلم وهو اعتقاد الشيء المعلوم على خلاف ما هو عليه، وهو على قسمين
 جهل بسيط: وهو عدم العلم مطلقا، أي انتقاء إدراك الشيء المعلوم كلية كأن يُسأل عن حكم المرأة الحائض هل تصلي وتصوم أم لا مثلا؟
فيقول: لا أعلم، فهذا جاهل وجهله بسيط
 جهل مركب: وهو عبارة عن اعتقاد جازم غير مطابق للواقع، أي يتصور الشيء المعلوم ويعتقده على غير هيئته، فكان مركبا من أمرين
١. عدم العلم بالشيء وانتفاء إدراكه له وهاهنا يوافق صاحب الجهل البسيط
٢. أن يعتقد صاحب هذا الجهل ما هو مخالف للواقع غير مطابق لما هو في الخارج اعتقاداً جازماً، فلو سئل عن المرأة الحائض مثلا؟ فيقول تصلي وتصوم وعليها القضاء، فهو لا يعلم ومع ذلك يعتقد الشيء على خلاف الواقع
ومن الأمثلة القرآنية ما مثّل الله سبحانه وتعالى بنوعين من الكفار أحدهما صاحب جهل مركب والآخر صاحب جهل بسيط في قوله تعالى

والّذِينَ كَفَرُوا أَعْمَالُهُم كَسَرَاب .. - الآية - النور:٣٩

- فالكافر الذي يعمل الأعمال يحسب أنّه يحسن صنعا وأنّه يحصل شيئا، فإذا لاقى الله تعالى نوقش على أفعاله ولم يجد شيئا

إمّا لعدم إخلاصه، وإمّا لعدم سلوك سبيل الشرع

وَوَجَدَ اللهَ عِندَه ُفَوَفَّاهُ حِسَابَهْ وَالله ُسَرِيعُ الحِسَابِ - النور٣٩

قال تعالى

وَقَدِمْنَا إِلَى مَا عَمِلُوا مِنْ عَمَلٍ فَجَعَلْنَاهُ هَبَآءً مَّنثُوراً - الفرقان:٢٣

فهذا جهله جهل مركب فهو لا يعلم بأنّ عملَه غيرُ صحيح ويعتقد بصحته وحصول الثواب والأجر عليه اعتقادا جازما، فمثله كمثل أصحاب الأضرحة والقباب والقبور الذين يتقربون بالنذور ويذبحون عندها ويسألونها إلى غير ذلك من الشركيات المنهي عنها، وهم يعتقدون جوازها وحصول الثواب عليها
- أمّا صاحب الجهل البسيط كالمقلدة لأئمة الضلال والكفر، فقلب الكافر الجاهل البسيط المقلد الذي يتبع أئمة القبور والأضرحة وغيرهم من أهل الانحراف والزيغ فهو لا يعرف حال من يقوده ولا يدري أين يذهب به، فإن قيل له أين تذهب؟ قال أنا معهم، فإن قيل له أين يذهبون؟ فيقول: لا أدري
وهذا الصنف مثّل الله به في قوله تعالى

أَوْ كَظُلُمَاتٍ فِي بَحْرٍ لُّجِّّيٍّ... - الآية - النور:٤٠

وقوله

يَغْشَاهُ مَوْجٌ.. - النور:٤٠

، أي يغشاه من الغشاوة على القلب والسمع والبصر مثل قوله تعالى

 خَتَمَ اللهُ عَلَى قُلُوبِهِم وَعَلَى سَمْعِهِمْ وَعَلَى أَبْصَارِهِمْ غِشَاوَةٌ - البقرة:٧

وفي قوله تعالى

أَفرَأَيْتَ مَنِ اتّّخَذَ إِلَهَهُ هَوَاهُ وَأَضَلَّهُ اللهُ عَلَى عِلْمٍ وَخَتَمَ عَلَى سَمْعِهِ وَقَلْبِهِ وَجَعَلَ عَلَى بَصَرِهِ غِشَاوَةً  -  الجاثية:٢٣

والعلم عند الله تعالى، وآخر دعوانا أن الحمد لله ربِّ العالمين وصلى الله على محمّد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين وسلّم تسليما

الفتوى رقم: ١٥٢
الصنف: فتاوى الأصول والقواعد - أصول الفقه

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

La position du musulman vis-à-vis des divergences entre savants

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La position du musulman vis-à-vis des divergences entre savants

Lorsque le musulman se dresse face à une divergence entre savants, il est soit :

 

- Une personne de la masse

- Une personne capable d'accomplir un effort de déduction scientifique (Ijtihad)

- Un suiveur

 

Quant à la personne de la masse, c'est celui qui ne connait pas la preuve et qui ne connait pas la science.

 

Son obligation légale est d'interroger les gens de science.

 

Et lorsqu'il interroge un savant en qui il a confiance scientifiquement et religieusement, il lui est légalement obligatoire de prendre la Fatwa de celui qui lui émet, sauf si une personne en qui il a confiance l'informe que la parole de ce savant contredit le Quran, ou la Sounnah, ou le consensus, ou la logique saine.


A part ce cas précis, la doctrine de la personne de la masse est identique à la doctrine de celui qui lui émet une Fatwa.

 

Il lui est obligatoire de se conformer à sa parole et de la prendre, et il ne lui est pas permis de délaisser sa parole pour la parole d'un autre, sauf le cas évoqué (précédemment).

 

En revanche, si la personne est capable d'accomplir un effort de déduction scientifique et qu'il peut jeter un oeil sur les preuves, sur les différentes paroles et sur les divergences, son obligation est d'accomplir cet effort de déduction scientifique, de chercher à y voir plus clair sur le sujet et de suivre ce que lui indique son effort de déduction.

 

Cependant, s'il n'a pas atteint ce degrés lui permettant d'accomplir cet effort de déduction scientifique, il sera un cran au dessus de la personne de la masse et un cran en dessous de celui qui est capable d'accomplir l'effort de déduction, il est donc parmi les étudiants en science connaissant la preuve, il est nommé "suiveur".

 

Son obligation est de suivre le sujet/l'avis sur lequel la preuve lui a été éclaircie.

 

Traduit par Anas Abou Malik Al-Maimouni

 Publié par attamyiz.blogspot.fr

 

إذا وقف المسلم على خلاف للعلماء في مسألة، فلا يخلو؛

 إما أن يكون عاميًا
 وإما أن يكون مجتهدًا
 وإما أن يكون متبعــًا
فالعامــــــي: وهو الذي لا يعرف الدليل ولا يعرف العلم، واجبه شرعًا أن يسأل أهل العلم، فإذا سأل عالمـــًا يثق في علمه وفي دينه؛ لزمه شرعًا أن يأخذ بفتوى من أفتاه، ولا يخالفـه إلا إذا أخبره شخص يثق فيه أن كلام هذا العالم خلاف القرآن، أو السنة، أو الإجماع، أو القــياس الصحيح
فيما عدا هذا؛ مذهب العامي مذهب مفتيه، فالواجب عليه لزوم قوله، والأخذ به، ولا يجـــوز أن يترك قوله لقول أي إنسان، إلا في الحيثيات المذكورة
أما إذا كــــان الحـــال في الشخص أنه مجتهد ويستطيع النظر في الأدلة، وفي الأقوال، وفي الاختلاف؛ فالواجب عليه أن يجتهد، ويتبصر في المسألة، ويتبع ما دله عليه اجتهاده
أمــــا إذا لم يبلغ درجة الاجتهاد، فهو أعلى من العامي، ودون المجتهد، فهو من طلاب العلم يعرف الدليل، ويسمى متبعاً. فالواجب عليه أن يتبع المسألة التي تبين له دليلها

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

La lumière du discernement

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La lumière du discernement

Le prêche du prophète صلى الله عليه وسلم et ses compagnons est établi sur le discernement, Allâh dit (traduction rapprochée des sens) :

 

"Qu’on exalte la Bénédiction de Celui qui a fait descendre le Livre de Discernement sur Son serviteur, afin qu’il soit un avertisseur à l’univers"

 

Et parmi les noms du Quran : Al-Furqan (le discernement) ;

Et parmi les noms du prophète صلى الله عليه وسلم : Al-Moufarriq et Al-Fariq (celui qui discerne/distingue).

 

Donc, la distinction entre le Vrai et le Faux fait parti des fondements de la religion et de sa base, et parmi les attributs des gens de la vérité est qu'ils discernent le Vrai du Faux, ils sont distinctifs, ils se précipitent vers la distinction entre le Vrai et le Faux, et cela est tiré de la parole du prophète صلى الله عليه وسلم concernant les compagnons qui seront sous l'ombre d'Allâh le jour où il n'y aura point d'ombre hormis la Sienne :

 

"Deux hommes qui se sont aimés pour Allâh, ils se sont rassemblés pour lui et se sont séparés pour lui"

 

La piété est donc la voie de l'union des gens de la méthodologie de vérité et leur point de rencontre, et la piété est la voie de divergence avec les détenteurs de fausses méthodologies, Allâh dit (traduction rapprochée des sens) :

 

"Ô vous qui avez cru! Si vous craignez Allâh Il vous donnera le discernement"

 

Le croyant détient donc le discernement avec lequel il distingue les détenteurs de méthodologies déviées et de paroles faussées des détenteurs de la méthodologie de vérité et de la méthodologie unique et le Droit Chemin, et cela a été prononcé par les compagnons du prophète lorsque Al-Miqdad Ibn Al-Aswad dît que le prophète صلى الله عليه وسلم fut venu avec le discernement par lequel il discerne entre le Vrai et Faux et il divise entre le père et le fils.

Rapporté par Ahmad et authentifié par Al-Albany

 

L'enseignant Sounni enseigne à ses élèves le discernement et fait en sorte qu'ils distinguent le Vrai du Faux.

 

Quant à l'enseignant escroc, il fait en sorte que sa matière rejoigne, en majeure partie, je dis bien en majeure partie et non pas entièrement, les détenteurs de prêches erronés, et soit en accord avec ce que les Mashayikhs des groupes islamo-politique expriment.


Ce Shaykh escroc a certes éteint la lumière du discernement de laquelle Allâh dit (traduction rapprochée des sens) :

 

"Et c’est ainsi que Nous t’avons révélé un esprit [le Coran] provenant de Notre ordre. Tu n’avais aucune connaissance du Livre ni de la foi; mais Nous en avons fait une lumière par laquelle Nous guidons qui Nous voulons parmi Nos serviteurs."

 

La base du discernement est la division entre deux choses, et la fraction entre elles en laissant apparaitre l'argument et le secours, c'est pour cela que la mère des croyants 'Aisha -Qu'Allâh l'agrée- accordait au discernement sa juste valeur en disant :
 

"Par celui qui a descendu le discernement sur Muhammad"

Rapporté par Ahmad et authentifié par Al-Albany.

 

Celui qui est donc le plus attaché et suit le plus ce sur quoi étaient les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم sera le plus distinctif (entre le Vrai et le Faux) ;
 

Et celui qui est le plus éloigné du suivi des compagnons sera le plus éloigné du discernement, et lui, ainsi que ses élèves auront mêlé la lumière du discernement aux ténèbres du Faux.
 

(traduction rapprochée des sens)

 

"Qu’on exalte la Bénédiction de Celui qui a fait descendre le Livre de Discernement sur Son serviteur, afin qu’il soit un avertisseur à l’univers"

 

Je demande donc à Allâh le Très Haut, L'Immense d'orienter mes frères du site "Nida Al-Islam" à révéler le discernement entre le Vrai et le Faux et de les appuyer sur cela.

 

Ecrit le 1/9/2007

Traduit par Anas Abou Malik Al-Maimouni

 Publié par attamyiz.blogspot.fr

 

نور الفرقان

دعوة النبي – صلى الله عليه و سلم – و أصحابه قائمة على الفرقان ، قال تعالى

 تبارك الذي نزل الفرقان على عبده ليكون للعالمين نذيراً

و من أسماء القرآن الفرقان ، و من أسماء النبي – صلى الله عليه و سلم – المفرق و الفارق ، فالتفريق بين الحق و الباطل من أساس الدين و أصله ، و صفات أهل الحق أنهم مفرقة بين الحق و الباطل ، و هم مميزة يسعون إلى تمييز الحق عن الباطل ، و هذا مستمد من قول النبي – صلى الله عليه و سلم – في الأصحاب الذين يظلهم الله في ظله يوم لا ظل إلا ظله

رجلان تحابا في الله اجتمعا عليه و تفرقا عليه
فالتقوى سبيل اجتماع أصحاب المنهج الحق و التقائهم ، و التقوى سبيل للاختلاف مع أصحاب المناهج الباطلة قال تعالى

 يا أيها الذين آمنوا إن تتقوا الله يجعل لكم فرقاناً

فالمؤمن يكون عنده فرقان يفرق به بين أصحاب المناهج المنحرفة والأقوال الباطلة و بين أصحاب منهج الحق أصحاب المنهج الأوحد و الصراط المستقيم ، و هكذا نطق أصحاب النبي – صلى الله عليه و سلم – بذلك حيث قال المقداد بن الأسود عن النبي – صلى الله عليه و سلم

أنه جاء بفرقان فرق به بين الحق و الباطل و فرق بين الوالد وولده

أخرجه أحمد و صححه الألباني
فالمعلم السني يعلم تلامذته الفرقان و يجعلهم مفرقة بين الحق و الباطل
أما المعلم الغاش الذي يجعل مادته تشارك في جلها - أقول جلها لا كلها - أصحاب الدعوات الباطلة و يتوافق مع ما تطرحه مشايخة الجماعات السياسية الإسلامية هذا الشيخ الغاش قد أطفأ نور الفرقان الذي قال الحق فيه

 و كذلك أوحينا إليك روحاً من أمرنا ما كنت تدري ما الكتاب ولا الإيمان و لكن جعلناه نوراً نهدي به من نشاء من عبادنا

وأصل الفرقان التفريق بين الشيئين و الفصل بينهما بإظهار الحجة و النصر ، لذلك كانت أم المؤمنين عائشة –رضي الله عنها - تعظم الفرقان لعظمه – فتقول

 و الذي أنزل الفرقان على محمد

أخرجه أحمد و صححه الألباني
فمن كان أكثر اتباعاً و تمسكاً بما كان عليه أصحاب النبي – صلى الله عليه و سلم – كان أعظم فرقاناً ، و من كان أبعد عن اتباع الصحابة كان أبعد عن الفرقان و تداخل عليه وعلى طلبته نور الحق بظلمة الباطل

فتبارك الذي نزل الفرقان على عبده ليكون للعالمين نذيراً

فأسأل الله العلي العظيم أن يوفق إخواني أصحاب موقع تسجيلات نداء الإسلام على إظهار الفرقان بين الحق و الباطل و يسددهم في ذلك
كتبه / محمد عثمان العنجري
السبت 19 شعبان 1428 هجرية
الموافق 1/9/2007

Cheikh Mohammad Outhmân Al-'Anjari - الشيخ محمد عثمان العنجري

Partager cet article

Ceci requiert de toi que tu l'aimes et l'affectionnes !

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Ceci requiert de toi que tu l'aimes et l'affectionnes !

Quiconque est bienfaisant envers toi, particulièrement dans la religion, le conseil, la recommandation du convenable et l'interdiction du blâmable ;

 

Alors ceci requiert de toi que tu l'aimes et l'affectionnes.

 

Contrairement à ce que font certains gens maintenant, si tu lui ordonnes le convenable, lui interdis le blâmable, l'appelles au bien et l'orientes vers une bonne voie ;

 

Alors il peut porter dans son cœur une animosité contre toi, et ceci est contraire à la raison, et contraire à la religion.

 

Explication Iqtidhâ' As-sirât Al-Mustaqîm, 279

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

Publié par 3ilmchar3i.net

 كل من أحسن إليك ولاسيما في الدين والنصيحة والأمر بالمعروف والنهي عن المنكر فإن هذا يقتضي منك أن تحبه وتوده، خلافا لما يفعل بعض الناس الآن إذا أنت أمرته بالمعروف ونهيته عن المنكر أو دعوته إلى خير أو أرشدته إلى هدى فإنه قد يحمل في قلبه عليك بغضا، وهذا خلاف العقل وخلاف الدين

شرح اقتضاء الصراط المستقيم ص٢٧٩

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Se taire sur les erreurs de son frère en Allâh

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Se taire sur les erreurs de son frère en Allâh

Se taire sur les erreurs de son ami, de son frère, ne rentre pas dans ce qu'implique la bonne compagnie.

 

Le véritable frère, l'ami sincère, est celui qui corrige immédiatement son compagnon, ceci est la bonne compagnie.

 

Par contre celui qui se tait sur l'erreur, celui-là ne connaît pas le droit et le devoir dont il doit s'acquitter envers ses frères musulmans et ses soeurs musulmanes.

 

عون الأحد الصمد شرح الأدب المفرد 1/267

Traduit par Abdelmalik abou Adam al-Firansi - @lesreperesdelasunnah

Publié par 3ilmchar3i.net

ﻗﺎﻝ ﺍﻟﻌﻼﻣﺔ ﺯﻳﺪ ﺍﻟﻤﺪﺧﻠﻲ  ﺭﺣﻤﻪ ﺍﻟﻠﻪ

ﻭﻟﻴﺲ ﻣﻦ ﻣﻘﺘﻀﻰ ﺍﻟﺼﺤﺒﺔ ﺍﻟﺴﻜﻮﺕ ﻋﻦ ﺍﻟﺨﻄﺄ ﺍﻟﺬﻱ ﻳﻘﻊ ﻣﻦ ﺍﻟﺼﺎﺣﺐ ﻭﺍﻷﺥ ﺑﻞ ﻋﻠﻴﻪ ﺃﻥ ﻳﻨﺒﻪ ﻓﻮﺭﺍ ﻭﻫﺬﺍ ﻫﻮ ﺍﻷﺥ ﺍﻟﺤﻘﻴﻘﻲ ﻭﺍﻟﺼﺎﺣﺐ ﺍﻟﺼﺎﺩﻕ ﻓﻲ ﺻﺤﺒﺘﻪ ﺃﻣﺎ ﺍﻟﺬﻱ ﻳﺴﻜﺖ ﻓﺈﻧﻪ ﻣﺎ ﻋﺮﻑ ﻣﺎ ﻋﻠﻴﻪ ﻣﻦ ﺍﻟﺤﻖ ﻭﺍﻟﻮﺍﺟﺐ ﻹﺧﻮﺍﻧﻪ ﺍﻟﻤﺴﻠﻤﻴﻦ ﻭﺍﻟﻤﺴﻠﻤﺎﺕ

ﻋﻮﻥ ﺍﻷﺣﺪ ﺍﻟﺼﻤﺪ ﺷﺮﺡ ﺍﻷﺩﺏ ﺍﻟﻤﻔﺮﺩ : ١ / ٢٦٧

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

La forte mise en garde des salafs contre l'innovation et les gens de l'innovation et l'éclaircissement que l'innovation est plus dangereuse et mauvaise que le péché

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La forte mise en garde des salafs contre l'innovation et les gens de l'innovation et l'éclaircissement que l'innovation est plus dangereuse et mauvaise que le péché

Younous ibn 'Ubayd a vu son fils qui venait de sortir de chez une personne des passions...

 

Il dit : "Ô mon fils ! D'où viens-tu ?"

 

Il dit : "De chez untel."

 

Il dit : 

 

"Ô mon fils !

Que je te vois sortir de la maison d'un transsexuel m'est préférable que de te voir sortir de la maison d'untel et untel, et que tu rencontres Allâh, Ô mon fils !

Fornicateur, pervers, voleur, traitre m'est préférable que tu rencontres Allâh avec les paroles d'untel et untel (il vise par cela les gens de l'innovation)."

 

Tiré de l'explication de la sunna : "L'islam c'est la sunna, la sunna est l'islam"

Traduit par Mîkâ'îl al-Martinîky

Publié par 3ilmchar3i.net

شدة تحذير السلف من البدع وأهلها وبيان أن البدع أشد خطرا وخبثا من المعاصي

رأى يونس بن عبيد ابنه وقد خرج من عند صاحب هوى فقال: يا بني! من أين جئت؟

قال: من عند فلان

قال: يا بني! لأن أراك خرجت من بيت خنثى أحب إلي من أن أراك تخرج من بيت فلان وفلان، ولأن تلقى الله يا بني

زانياً  فاسقاً  سارقا  خائنا ً أحب إلي من أن تلقاه بقول فلان وفلان - يقصد من أهل البدع

مقتبس من شرح السنة للإمام البربهاري

Imam Al-Barbahârî - الإمام أبو محمد الحسن بن علي بن خلف البربهاري

Imam Al-Barbahârî - الإمام أبو محمد الحسن بن علي بن خلف البربهاري

Partager cet article

Si un individu lambda t'interroge, répond lui selon l'avis que tu estimes prépondérant

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Si un individu lambda t'interroge, répond lui selon l'avis que tu estimes prépondérant

Lorsque l'individu lambda t'interroge sur un jugement religieux, répond lui avec ce que tu estimes être l'avis prépondérant.

 

Et si l'avis prépondérant contredit l'avis adopté par les gens, alors répond lui en privé - pour autant que la question soit sujette à l'effort d'interprétation et qu'il n'y ait pas d'opposition aux textes religieux - dis lui donc : «La réponse que je vais te donner reste entre toi et moi.»

 

Si par contre l'avis adopté par les gens contredit les textes religieux, alors répond lui ouvertement sans te soucier de cela.

 

Mais ne lui parle pas de la divergence, en effet les gens de la masse emploient souvent l'expression suivante : «Si tu veux le faire hésiter, laisse lui le choix».

 

C'est pour cela que nous disons constamment aux étudiants en science religieuse :

 

«Ne parlez pas des divergences aux gens de la masse car vous allez les plonger dans l'hésitation.»

 

لقاء الباب المفتوح 32

 Traduit et publié par Al-Firqatou An-Najiyatou

 

لكن العامي إذا استفتاك فأفته بما تراه أنه الراجح، وإذا كان الراجح يخالف ما عليه الناس؛ فأفته به سراً ما دامت المسألة اجتهادية وليس فيها نص، وقل له: هذه فتوى بيني وبينك
أما إذا كان الذي عليه الناس مخالف للنص؛ فأفته علناً ولا تُبالِ، لكن لا تذكر له الخلاف، فإن العوام يقولون: إذا أردت أن تحيِّر فخيِّر، ولهذا دائماً نقول للطلبة: لا تبينوا الخلاف للعامة فتذبذبوهم

لقاء الباب المفتوح 32

لقاء الباب المفتوح 32

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Bien réfléchir avant de parler d'une question religieuse ou de rapporter une information (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Bien réfléchir avant de parler d'une question religieuse ou de rapporter une information (audio-vidéo)

Et les étudiants en sciences religieuses ont besoin de craindre Allâh avec leurs langues, car certes la parole de l'étudiant en sciences religieuses n'est pas comme la parole émanant d'une personne faisant partie des gens de la masse ; Que ce soit ce qu'ils (les étudiants en sciences religieuses) évoquent comme jugements religieux ou bien ce qu'ils rapportent comme informations.

 

Et certes l'étudiant en sciences religieuses peut rapporter l'information en se précipitant sans prendre son temps et cela sera la cause du désordre et Allâh sait cela.

 

Et cela peut éloigner beaucoup de bien et être la cause de beaucoup de mal.

 

Et c'est pour cela, Ô mes frères, nous les étudiants en sciences religieuses avons grand besoin de ne pas nous précipiter dans ce que nous disons comme paroles et dans ce que rapportons comme informations.

 

Et que nous ne rapportons pas d'informations sans en être certains (que l'information est vraie) et être certains qu'il nous est autorisé d'en parler.

 

Je l’ai déjà dit précédemment, si la personne désire parler il faut absolument qu'il fasse très attention à trois choses :

 

La première chose : Que sa parole soit une vérité en elle-même.

La deuxième chose : Que sa parole soit une vérité dans son intention.

La troisième chose : Que sa parole soit une vérité dans ce qui va en découler.

 

Et sans tous cela, alors qu'il se taise (en ne commençant même pas à parler).

 

Que cela soit une vérité en elle-même… C'est-à-dire qu'il sait que la parole qu'il dit est correct, si cela concerne la science religieuse il sait que cela est correct et si sa parole concerne les informations qu'il 'il sait qu'elles sont réels (les informations soient vrai).

 

Et qu'elle soit une vérité dans son intention... Qu’Allâh sache du coeur de cette personne que cette personne désire de par cela (de par sa parole) le visage d'Allâh.

 

Et cela que ce soit ce que la personne dit comme étant de la science religieuse ou bien ce qu'il rapporte comme information.

 

Et si il constate que venant de son coeur il ne désire pas par cela (par sa parole) le visage d’Allâh, alors qu'il s'arrête.

 

Une personne peut rapporter une information, il met comme intention en faisant cela le bon conseil pour la communauté, il est alors sur le bien.

 

Un autre individu peut rapporter la même information et mettre pour intention de porter atteinte à l'honneur de son frère ou bien mettre la discorde entre deux personnes ou bien autre chose que ceci, il sera alors de par cela pêcheur.

 

Il faut donc bien faire attention à ce qui est dans le coeur.

 

Et que cela soit une vérité dans ce qui va en découler...

 

Que la parole aboutisse au bienfait légiféré qui est espéré.

 

Si la parole aboutit à un méfait, il est certes interdit de la rapporter.

 

Si la parole aboutit à un méfait et elle n'aboutit pas au bienfait légiféré qui est espéré il est interdit de la prononcer et il est également interdit d'en informer si cela est une information.

 

Et ceci fait partie des choses importantes auxquelles le musulman de manière général doit porter attention et auxquelles particulièrement l'étudiant en sciences religieuses doit porter attention, et combien de gens sont atteint par la précipitation...

 

Certaines personnes sages disent :

 

Avant, les hommes réfléchissaient puis ensuite ils parlaient

Maintenant, les hommes parlent et ensuite il réfléchissent

 

Traduction abou Jabir

Publié par 3ilmchar3i.net

Tiré du cours de Cheikh

قواعد في المعاملات المالية - الدرس الرابع

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Toute personne qui se prétend salafi ne l'est pas forcément (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Toute personne qui se prétend salafi ne l'est pas forcément (audio-vidéo)

Cependant il y a ici une remarque importante et un rappel, et le rappel profite aux croyants : 
 

Toute personne qui prétend la salafiyyah (le salafisme) n'est pas forcément véridique.

 

Toute personne qui montre l'emblème de la salafiyyah (le salafisme) et le suivi des salafs sâlih (les pieux prédécesseurs) n'est pas forcément véridique dans sa prétention.

 

Chers bien-aimés, cela ne fait pas partie du repli, non par Allâh, mais celui qui prétend cela doit obligatoirement mettre en pratique ce qu'implique cette noble parole.

 

L'imam ibn Al-Qayyim a dit :

 

 "Lorsque le nombre de prétendants à l'amour d'Allâh augmenta, on leur demanda de prouver la véracité de leur prétention".

 

On n'accepte pas la prétention de tout le monde.

 

"On leur demanda de prouver la véracité de leur prétention car s'il était accordé aux gens ce qu'ils réclament, l'esprit tranquille prétendrait l'affection de l'éprouvé, car les prétendants sont divers lors des requêtes, il a alors été dit : Cette prétention n'est accepté qu'avec une preuve".

 

Quelle est la preuve ?

 

(Traduction rapprochée) 


"Dis : "Si vous aimez vraiment Allâh, suivez-moi, Allâh vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés" (sourate 3, verset 31)


Toute la création s'est alors rétractée, et seuls ceux qui ont suivi le bien aimé صلى الله عليه وسلم ont été affermis dans ses actes, ses paroles et son comportement". 

 

Fin de ses propos, qu'Allâh lui fasse miséricorde.

 

C'est pourquoi ne sois pas étonné si tu vois certains montrer de faux et mensongers slogans, tel que l'étendard "as-salafiyyatou al djihâdiyyah", ou "da'watou-s-salafiyyah li da'wah wa lil qitâl", ou "al djam'iyatou-s-salafiyyatou-l-'ilmiyyah" et ce qui est similaire à cela comme slogan qui contiennent des déviances sous l'appel de ceux qui suivent leurs passions, l'un emboitant le pas de l'autre.


Prête attention à cette recommandation, l'imam Al-Hassan a dit :

 

"Ô fils d'Adam, ne sois pas trompé par la parole de celui qui dit : "L'individu est avec celui qu'il aime", ceci est un hadith authentique, unanimement reconnu authentique, certaines personnes pensent que cela suffit, alors que ses paroles et ses croyances, toutes contredisent (la sounnah).

 

Il dit :"Ne sois pas trompé, celui qui aime des gens suit leurs traces, tu ne rejoindras les pieux que lorsque tu suivras leurs traces, que tu prendras leur guidée, que tu prendras exemple sur leur sounnah, et que tu n'atteindras le matin et le soir qu'en étant sur leur voie, en étant motivé à être parmi eux, ainsi tu emprunteras leur chemin, même si tu es déficient dans la mise en pratique car ce qui compte est que tu sois sur la droiture.

 

N'as-tu pas vu les juifs, les chrétiens et les adeptes des passions aimer leurs prophètes alors qu'ils ne sont pas avec eux ? 

 

Ceci car ils les ont contredits dans la parole et l'acte, et qu'ils ont pris un chemin autre que le leur, ainsi leur abreuvoir sera de feu, nous recherchons refuge auprès d'Allâh de cela".

 

Le savant Abou Al-Moudhaffar As-Sam'ânî, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit d'après ce qu'a rapporté de lui l'imam ibn Taymiyyah, qu'Allâh lui fasse miséricorde, dans "sawni-l-mantiq", il dit :

 

"On nous a ordonné de suivre et on nous y a invité, et on nous a interdit l'innovation et on nous en a dissuadé, et la devise des adeptes de la sounnah (ahlou sounnah) : Le suivi des pieux prédécesseurs (salaf sâlih), et leur délaissement de toute nouveauté (religieuse) et de tout ce qui est innové".


Ainsi tous ceux qui brandissent une devise ne sont pas forcément véridiques.


Ibn Taymiyyah a dit :

 

"Nous ne visons pas seulement par les adeptes du hadith (ahlou-l-hadith) ceux qui l'écoutent, l'écrivent ou le rapportent, mais nous visons par eux quiconque le mémorise, le connait, le comprend extérieurement et intérieurement, celui qui le suit extérieurement et intérieurement".

 

 Traduit et publié par sahihofislam

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Partager cet article

Lorsque les savants de la sounnah divergent sur le statut d'un individu et les raisons de cette divergence (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Lorsque les savants de la sounnah divergent sur le statut d'un individu et les raisons de cette divergence (audio)

 

La salafiya et la divergence... 

 

D'autres qu'eux (que les salafis) divergent avec eux ; Et il peut y avoir une divergence entre eux (entres salafis) sur des questions d'actualité à adapter aux textes et non dans les fondements de ces questions relatives.

 

Les fondements sont connus et bien ancrés.

 

Cependant il peut survenir une question d'actualité à adapter aux textes et les salafis vont diverger concernant cela.

 

Comme par exemple : Le jugement concernant un individu précis .

 

Nous pouvons trouver certains salafis diverger sur le jugement d'untel parmi les gens.

 

Quelle est donc la position salafie légiférée à adopter concernant ceci ?

 

La divergence d'autres que les salafis avec les salafis est connue, et comment agir dans ce cas-là connu ?

 

Nous agissons avec équité, justice et avec les fondements de la législation.

 

Cependant la divergence entre salafis...

 

Nous disons Ô mes frères, si il est émis un jugement concernant un homme disant que celui-ci fait partie des gens de l'innovation et que ce jugement provient d'un savant pris en considération dans ce domaine et nous n'avons pas connaissance qu'il a de contradicteurs (parmi les  savants) sur cela ; Nous n'allons pas dire : "On attend jusqu'à ce que l'on confirme, jusqu'à que l'on regarde nous-même..."

 

Nous prenons donc la parole de ce savant, car il n'y a personne (parmi les savants) qui ne l'a contredit.

 

Et c'est sur cela qu'étaient les pieux prédécesseurs.

 

L'imam Ahmed رحمه الله, lorsqu'il disait : "Untel fait partie des gens des passions", il était dit qu'il faisait partie des gens des passions et il ne lui était pas connu de contradicteurs.

 

Et si les savants divergent sur le jugement à donner, la première chose que nous regardons, si par exemple :

 

Un parmi les savants émet une critique et un savant émet une éloge, à ce moment-là nous regardons si le savant ayant émis la critique parle de choses dont il a connaissance et qu'il lui sont apparue ; 

Et que le savant ayant émis l'éloge parle sur la base de ce qu'il sait (de cette personne) et que rien ne lui est apparu et qu'il n'a rien lu (concernant la personne critiquée) ;

Alors la règle qui s'applique dans ce cas est : Celui qui sait est une preuve sur celui qui ne sait pas.

 

Et également l'inverse.

 

Si celui-ci ayant émis la critique a fondé son avis sur la base (de ce qu'il sait) en disant par exemple : "Cet homme était dans la hizbiya et dans les passions" ;

Et celui qui émet l'éloge parle avec science sur ce sujet, de choses dont il a connaissance, de choses nouvelles et que l'homme critiqué est revenu sur cette faute ;

Nous disons alors : Celui qui sait est une preuve sur celui qui ne sait pas.

 

Et si la divergence est fondée sur la science et le savoir des deux côtés ; Je dis tout d'abord, je l'ai déjà dit précédemment et je le dis Ô mes frères avec certitude jusqu'à que ce que je dis soit compris...

 

La divergence entre les gens de science salafis dans ce genre de choses-là reviens à des causes :

 

La première cause est : La divergence dans la confirmation

 

Il peut être rapporté sur un homme une chose (une parole) et cette chose-là est affirmée auprès d'un savant, il va donc juger avec cela et il en est excusable, et cette chose-là (une parole) ne sera pas affirmée auprès d'un autre savant, il ne jugera pas avec et n'en prendra pas considération et il en est excusable.

 

Par exemple : Le rapporteur (de la parole) peut être un homme dont certains parmi les gens de science ont émis l'éloge et d'autres parmi les gens de sciences ont émis la critique.


(Deuxième cause) : Et ils (les savants) peuvent diverger sur la compréhension de la parole

 

Dans le sens où la parole (qui a été dite) est affirmée pour tout le monde (les savants), elle est présente dans les cassettes (audio) etc... elle est donc affirmée ; Cependant, ils (les savants) divergent sur la compréhension de cette parole.

 

Certains d'entre eux la comprendront d'une façon : Elle sera alors en vérité une innovation. 

 

Et certains d'entre eux la comprendront d'une façon ou cette parole-là peut avoir plusieurs sens probables : lle ne sera donc pas une innovation.

 

La troisième cause : La divergence dans la mesure à donner à cette parole

 

Dans le sens où ils (les savants) sont en accord sur le fait que cette parole est affirmée, ils sont aussi en accord sur sa compréhension et que cette parole est une erreur, mais ils divergent sur la mesure à donner à cette parole.

 

Est-ce que cela est une erreur que l'on réplique et que l'on éclairci ; Ou bien cela est une erreur qui fait tomber son auteur, qui fait qu'il sera critiqué ?

 

Je vous dis Ô mes frères : Je ne connais pas un Cheikh parmi les savants salafis que nous connaissons faisant partie des gens de la sounnah, qui émet la critique d'une personne ou bien l'éloge d'une personne en se basant sur les passions et l'injustice ou bien comme ils disent : "Pour raisons personnelles".

 

Je n'ai pas connaissance que cela arrive !

 

Mais la divergence a lieu pour ces raisons-là (citées précédemment).

 

Je dis Ô mes frères : Lorsque je dis "La divergence dans l'affirmation", cela ne veut pas dire qu'il n'y a que cela comme cause ; On peut trouver cela comme cause de divergence comme on peut ne pas le trouver.

 

Quant à la deuxième cause ; C'est le fait qu'ils sont tous (les savants) en accord sur l'affirmation mais ils divergent sur la compréhension.

 

Puis la troisième cause : C'est confirmé auprès de tous (les savants), ils sont unanimes sur sa compréhension et sur le fait que cela est une erreur, cependant ils divergent sur la mesure à donner à cela.

 

Maintenant quelle position devons-nous adopter ?

 

La position que nous adoptons est de craindre Allâh comme nous le pouvons et de suivre ce qui apparaît comme étant la vérité !

 

Nous ne devons pas pencher vers la parole d'une tierce personne parce que c'est la parole d'untel, car il y a untel parmi ceux dont la parole est prise en considération, qui a émis un avis contraire au sien.

 

Et nous ne devons pas suivre nos passions, qu'elles soient faites d'amour ou d'aversion.

 

Mais nous devons craindre Allâh comme nous le pouvons et suivre ce qui apparaît comme étant la vérité !

 

Et ici, nous disons cette question-là est une question relative à l'effort d'interprétation personnel.

 

Aucune des deux parties ne fera de reproche à l'autre.

 

Et maintenant parmi les problèmes de notre époque entre salafis, certains parmi les jeunes salafis, lorsqu'un Cheikh précis dit une parole et qu'un autre que lui dit une autre parole, ils rendent obligatoire de suivre untel.

 

Et lorsqu'on lui dit (à ce jeune) : "Attend nous allons regarder les paroles de ces deux savants jusqu'à ce que la vérité soit apparente pour nous et qu'ensuite nous la prenions".

 

Il (ce jeune) te dit : "Tu as une ambiguïté, tu as un doute sur les mashayikh !"

 

Car nous parlons d'une divergence entre savants considérés comme tel puisqu'ici c'est la vérité qui est recherchée et il est regardé dans les règles de la législation.

 

Et malgré tout cela il n'y a personne qui fait de reproche à personne.

 

Par exemple, il n'y a pas celui-ci qui vient en disant : "Tant que tu ne critiques pas untel tu seras toi-même critiqué." ; Ou également celui-là qui vient en disant : "Tant que tu critiques untel tu seras critiqué."

 

Et que chacun sache que son frère a craint Allâh comme il a pu.

 

Ô mes frères prenez bien notes de ce que nous venons de détailler !

 

Cette question doit d'être sue !

 

Et ces fondements-là ainsi que la subdivision (des différentes causes) dans la question de la divergence doivent être connue afin que nous soyons à l'abri de ces problèmes qui en vérité ont divisé les jeunes salafis sans même qu'il n'y ait quelqu'un qui soit intervenu pour diviser... Sans même qu'il n'y ait quelqu'un qui soit intervenu pour diviser !

 

Cette question relative est une question relative d'effort d'interprétation personnel, il ne faut pas que des reproches soient fait sur cela, mais plutôt que la personne en fonction de sa croyance et de sa parole défende ce qui lui paraît comme étant la vérité, en disant : "Cette parole-là est la vérité."

 

Et également il excuse celui qui a dit l'autre avis.

 

Pourquoi cela ?

 

Car en vérité ceci fait partie des choses qui font du mal au coeur.

 

Il y a certains salafis, certains salafis dont les coeurs deviennent durs envers d'autres salafis et tout cela à cause de cette question relative là dans laquelle entre l'effort d'interprétation personnel.

 

Certains salafis divisent les salafis en deux rangs : Un rang avec et un rang contre.

 

Et en vérité ceci ne fait pas partie de la droiture.

 

Il y a quelque temps un frère d'un certain pays m'a parlé... Je lui ai dit : Il faut dans ce genre de questions-là que nous préservons la valeur de nos frères, leurs droits ainsi que leurs mérites.

 

Et il ne faut pas par rapport à cette question-là que nous divisions en deux rangs, nous et eux.

 

Mais il faut plutôt que nous soyons un seul rang, même si nous divergons sur des questions d'actualité à adapter aux textes, des questions relatives d'actualité à adapter aux textes et non sur les questions relatives aux fondements.

 

Également, certains salafis donnent des sobriquets à d'autres salafis ; Si par exemple Cheikh untel est du même avis que lui alors ce sheikh est quelqu'un qui tombe juste, la vérité est toujours avec lui.

 

Et untel qui diverge de son avis est moumayi3, il n'a pas de connaissance dans le manhaj.

 

Et aussi l'inverse, il dit celui-ci et un exagérateur parmi les exagérateurs de la critique et celui-ci est juste.

 

Nous ne connaissions pas ce genre de nomination sauf ces derniers temps .

 

Nous ne connaissions pas ce genre de chose entre les salafis !

 

Jamais il n'y avait cela, même si ils divergeaient dans des questions d'actualité à adapter aux textes.

 

Il faut donc faire attention à cette chose-là, et il faut que nous nous conseillions mutuellement avec ce qui est approprié et d'une manière légiférée.

 

Et je dis à moi-même ainsi qu'à mes frères : "Commence par ta propre personne, commence toi-même par ta propre personne...!"

 

Assainis ton coeur envers tes frères, purifie ton coeur et reconnaîs le mérite des gens du mérite et prend pour croyance la vérité et dis-là en t'appliquant à réunir les gens de la vérité par la vérité !

 

Ce sont certains points que je tenais à dire dans cette assise...

 

Traduit par abou Jabir

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>