compteur de visite

Catégories

1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 14:02
La couleur préférée du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم

D'après Anas رضي الله عنه :


كَانَ أَحَبُّ الْأَلْوَانِ إِلَى رَسُولِ اللهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ اَلْخُضْرَةُ
 

"La couleur préférée du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم était le vert "

(Musnad Al-Bazzar)

 

Le narrateur Suwayd est considéré comme dhaif (faible) mais ce hadith a des mutaaba'at (1) rapportés par Ibn Jurayi, Al-Bayhaqi et At-Tabarani. 

Al-Albani les rassembla et conclua que ce hadith est hassan (bon) de par ses multiples voies.

Voir Silsilah (2054).

 

(1) al-mutaaba’ah - اَلْمُتَابَعَة c'est lorsque un narrateur agrée la narration d'autres en rapportant un certain hadith.

 

copié de twitter.com/ifeeloud

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 10:49
L'islâm est la sunnah, la sunnah est l'islâm - الإسلام هو السنة، والسنة هي الإسلام

Al-Imâm Al-Barbahâri (1) -Qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit:

 

«Sachez que, certes, l'Islâm est la Sunnah et que la Sunnah est l'Islâm, et que l'un d'entre-eux ne se maintient que grâce à l'autre»

 

Ash-Shaykh Rabî' ibn Hâdî Al-Madkhalî (2) -Qu'Allah le préserve- dit :

 

«Il -Qu'Allah lui fasse miséricorde- informe concernant le rang de la Sunnah.

 

Certes, l'Islâm est le prêche de l'ensemble des prophètes.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Certes, la religion acceptée d'Allah, c'est l'Islâm »

 

et il dit aussi (traduction rapprochée) :

 

« Et quiconque désire une religion autre que l'Islâm, ne sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmis les perdants ».

 

La Sunnah est le chemin du Prophète -Paix et bénédictions d'Allah sur lui-, sa méthodologie et ses moralités.

 

Quiconque vient sans cette Sunnah est un innovateur égaré, il n'est pas venu avec l'Islâm, et beaucoup parmis ceux qui ont adopté cette divergence sont mécréants ou hypocrites.

 

Nous cherchons refuge après d'Allah contre tout ceci. »

 

(1) Biographie de Al-Imâm Al-Barbahâri -Qu'Allah lui fasse miséricorde-

(2) Biographie du Shaykh Rabî' ibn Hâdî Al-Madkhali -Qu'Allah le préserve-

 

Source: 'Awn Al-Bârî wa bi bayân mâ tadammanahu sharh As-Sunnah -  Dâr Al-Mushin / Dâr Al-Imâm Ahmad - Tome 1 - p.53

Traduction: Farîd ibn 'Abdillâh Al-Djazâiri

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 14:44
La différence entre la sunna d'adoration (سنة العبادة) et la sunna de coutume (سنة العادة) (vidéo)

Question :

 

Qu'Allah vous bénisse, quel est le critère en fonction de la législation islamique pour faire la distinction entre la Sunna qui est considérée comme une coutume et la Sunna qui est considérée comme une adoration ?

 

Réponse :

 

Le critère nécessite un niveau de science, lié à celui qui veut faire la distinction entre une sunna qui est une adoration et une sunna qui est une coutume.

 

-Et il a été mentionné qu'il existe des actions du Prophète la paix et les bénédictions soient sur lui, qui venait de lui et par elles il cherchait à se rapprocher d'Allah le Béni et le Glorifié.

 Cette catégorie est la Sunna qui est une adoration.

 

-Son contraire est une autre catégorie qui mentionne également les actions du Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ces actions n'ont pas le statut d'adoration, plutôt ils ont le statut de coutume ou que l'affaire retourne à la volonté de la personne et qu'elles n'ont aucun lien avec l'adoration.

 

Cette catégorie est claire qu'elle n'a pas de lien avec l'adoration de sorte qu'elle sera dans la catégorie des coutumes, et entre ces deux questions il y a les choses douteuses.

 

Si l'on regarde ces choses douteuses à partir d'un angle particulier, alors la personne peut pencher de lier une action vers l'adoration et si nous regardons ces choses douteuses, nous pourrions à nouveau pencher de la lier à une Sunnah qui n'est qu'une coutume.

 

Selon l'étudiant en science qui enquête sur ces questions.

 

Et il suffit pour l'étudiant en science de s'arrêter à la deuxième catégorie qui est à l'opposé de la première catégorie.

 

Par exemple: Le Prophète prière et paix soient sur lui, avait l'habitude d'avoir des sandales qui avaient deux sangles.

 

Donc ce qui apparaît à première vue, c'est que si l'étudiant en science a des sandales avec une sangle, alors il s'oppose à la Sunna !

 

Et parmi la Sunna, il est d'avoir des sandales avec deux sangles !

 

Il semble que cela a un lien avec l'adoration, mais c'est seulement une coutume des Arabes, ils avaient l'habitude de porter ce type de sandales.

 

Et ils ne portaient pas le type de chaussures connu aujourd'hui comme des chaussures, ou ce qui ressemble à cela avec des noms différents selon les pays.

 

Et ce qui reste en relation à l'étudiant en science est la catégorie qui peut être reliée au premier groupe ou au deuxième groupe, ce qui nécessite la science pour distinguer ou déterminer si elle est dans le premier groupe et pas dans le second  groupe ou le contraire, de telle sorte qu'il soit dans le second groupe et pas dans le premier groupe.

 

Et avec cela, nous trouvons que les savants se sont mis d'accord sur les affaires qui font parti de la Sunna de la coutume mais qui diffèrent sur les modalités qui s'y rapportent, et ce qui fait partie de la Sunna de la coutume ou partie de la Sunna d'adoration.

 

Un exemple de ceci est ce qui est lié au Hajj, et bientôt nous serons à la période du hajj in shaa'a Allah.

 

On raconte que le prophète prière et paix soient sur lui, est descendu à Al Batha, une ville entre la Mecque et Mina de sorte que certains compagnons ont dit, et je pense que c'est Aïsha:

 

"Séjourner à Al-Mahassab n'est pas la Sunna."

 

Et ils sont seulement d'accord que le prophète paix et prière soient sur lui dressa une tente là-bas et se reposa, mais certaines personnes qui arrivent à croire que rester à Al Batha fait parti de l'accomplissement du Hajj.

 

Et ici, il pourrait y avoir une différence d'opinion, car cette affaire exige quelque chose de très clair pour la lier à la première catégorie ou à la seconde catégorie.

 

Maintenant, nous allons citer quelques exemples actuels, parce que beaucoup de jeunes et toutes les louanges appartiennent à Allah, raccourcissent leurs vêtements et ne laissent pas leurs vêtements trainer et ils ont l'intention de ce conformer à la Sunna, est donc cela est il une sunna de coutume ou une sunna d'adoration?

 

Si nous regardons cette action (raccourcissement du vêtement) du Prophète, paix soit sur lui, indépendamment de certaines de ses paroles alors peut-être nous aurions oscillé entre lier cette action à la Sunna qui est de la 1ère catégorie (adoration) ou de la seconde catégorie (coutume.)

 

Mais quand le hadith contenant les paroles du Prophète, prière et paix soient sur lui, ont, comme le hadith où il dit:

 

"Le izard du croyant est à la moitié du tibia et si il est plus alors laissez-le aller jusqu'aux chevilles et s'il est plus long alors il est dans le feu ".

 

Ceci réduit l'hésitation entre le fait que cela soit une action qui est une Sunna d'adoration ou une sunna de coutume et il est certain que c'est une sunna d'adoration car quand il décrit la méthode de vêtements en ce qui concerne le croyant il a dit, à moitié du tibia et s'il est plus long alors il n'y a pas de problème si il va jusqu'à la cheville, mais pour ce qui est plus long que cela alors il est dans le feu.

 

Par conséquent, c'est une sunna d'adoration et ce n'est pas une sunna de coutume.

 

Opposé à cela, il y a une sunna qui a été établie par le prophète paix et prière soient sur lui et c'est d'avoir l'habitude d'avoir les cheveux longs

 

Parfois, ses cheveux atteignaient ses lobes d'oreilles et si c'était plus alors ils atteignaient le haut de ses épaules.

 

Au contraire, il a été confirmé que lorsque le Prophète, prière et  paix soient sur lui, entra dans la Mecque, il avait les cheveux en quatre tresses.

 

Par conséquent laisser pousser les cheveux longs tout d'abord, puis de les mettre en tresses ensuite, est-ce une sunna d'adoration ou une sunna de coutume ?

 

La réponse que je vois, est qu'il n'y a rien ici qui appelle ou justifie ou peut être interprété pour provoquer des hésitations au sujet de cette Sunnah de coutume.

 

Pourquoi ?

 

Tout d'abord, parce que le Prophète, prière et paix soient sur lui, n'était pas celui qui a commencé cette Sunnah.

 

Plutôt cela était présent avant le Messager soit né, pour ne pas mentionner, avant de devenir un prophète, prière et paix soient sur lui !

 

Telle était la coutume des Arabes; ils avaient l'habitude de faire croître leur longue chevelure.

 

Et une partie de la jeunesse jusqu'à ce jour, une partie de la jeunesse dans les déserts de Syrie que nous avons vu, certains d'entre eux tassent leurs cheveux et les mettent en tresses.

 

Donc, c'est une coutume qui n'a pas commencé par le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, plutôt il a juste continué sur les coutumes des Arabes, et il a laissé pousser ses cheveux et quand il est entré dans la Mecque, il les a mis en quatre tresses.

 

Il n'y a rien ici qui pourrait nous faire du mal si nous considérions cette Sunnah comme une sunna de coutume, par opposition à une autre sunna.

 

Par exemple: Le Prophète paix soit sur lui avait l'habitude de porter du blanc, est-ce la Sunnah de coutume ou une sunna d'adoration ?

 

Si sa parole n'avait pas été rapportée :

 

"Les plus beaux vêtements pour vous sont les vêtements blancs, donc habillez vous dans des vêtements blancs et enterrez vos mort dans des vêtements blancs"

 

Si ce n'était pas pour cette déclaration, nous aurions dit que c'était sa préférence.

 

Et le Messager aimait les vêtements blancs comme il avait l'habitude d'aimer le miel par exemple, et il avait l'habitude de détester la viande de lézard, c'était sa préférence.

 

Mais quand sa parole est venue: "les meilleurs vêtements pour vous sont les blancs ", puis il ordonna de les porter et tout du moins un ordre montrant que cela est recommandé, donc il a dit: habillez-vous dans des vêtements blancs et enterrez vos morts dans des vêtements blancs, alors cela est sortie d'une sunna de pour devenir une sunna d'adoration.

 

Et avec cette norme et ce critère, il est obligatoire pour nous de peser les actions du Prophète, prière et paix soient sur lui.

 

Par conséquent ce qu'il a commencé et il n'y a rien dans le contexte de celui-ci qui peut nous faire croire que cela est une sunna de coutume alors c'est une Sunna d'adoration.

 

Mais, pour ses actions, paix soit sur lui, qui sont compatibles avec les coutumes des Arabes alors ces actions sont des coutumes arabes et il n'ya pas de problème pour celui qui les observera, et ce n'est pas un problème pour celui qui les délaissera.

 

Et aussi ses actions, paix soit sur lui, qui ont traité sa disposition ou son goût personnel, alors cela n'a pas non plus de lien avec les affaires d'adoration.

 

Et comme pour l'exemple ci-dessus, le prophète paix soit sur lui, aimait le miel et il est possible que nous trouverons des gens qui détestent le miel, mais nous ne disons pas qu'ils sont opposés à la Sunna!

 

Parce que manger du miel dans son origine n'est pas une adoration.

 

Par conséquent, si ce n'est pas facile pour une personne de manger du miel ou si elles n'ont aucune envie de manger du miel alors nous ne disons pas qu'il s'est opposé à la Sunna, mais il est opposé à la disposition du Prophète qui était celle qu'il aimait le miel.

 

Mais sous un angle différent le prophète paix et bénédiction soient sur lui, avait l'habitude de détester la viande de lézard et les Arabes avaient l'habitude de la trouver agréable.

 

Et quand elle a été mise sur la table du Prophète, paix soit sur lui et on a dit que c'était de la viande de lézard alors il n'y a pas touché.

 

Et en face de lui était un des compagnons célèbres, nul autre que Khalid ibn Walid.

 

Et Khalid ibn Walid avait habitude de manger avec un immense désir tel qu'il incitait les gens à le regarder, il mangeait et le jus coulait sur sa barbe.

 

Ainsi, lorsque, voyant que son Prophète ne mangeait pas, il dit:

 

Ô Messager d'Allah, est-ce haram (la viande de lézard) ?

Parce qu'il a senti un choc à l'intérieur de lui-même, il mange avec voracité et le Prophète n'a pas tendu la main vers la nourriture, il a dit: «est-ce haram».

Le Prophète a dit : "Non, mais ce n'était pas dans la terre de mon peuple et il se trouve que je déteste."

 

Par conséquent, nous ne disons pas à la personne qui aime la viande de lézard: "tu t'oppose à la Sunna ", parce que le prophète paix et bénédictions soient sur lui, avait l'habitude de détester la viande de lézard et nous ne disons pas cela pour celui qui n'aime pas le miel.

 

Et vous trouverez ceux qui n'aiment pas le miel, et j'ai trouvé que l'un de mes fils n'aime pas le miel.

 

J'aime le miel et tous les bonbons en général, mais un de mes fils déteste le miel, mais je ne lui dis: "tu t'es opposé à la Sunna", parce que cela n'a aucun lien avec l'adoration.

 

Et comme ça, il nous incombe d'examiner les actions du Prophète paix et bénédictions soient sur lui, et beaucoup de gens, en particulier les étudiants en science au cours de cette période sont insouciants de ces spécificités et certains d'entre eux vont à l’extrême.

 

Ainsi, vous trouverez certains des jeunes voulant augmenter leurs longs cheveux croyant que c'est la Sunna du Prophète paix soit sur lui.

 

Oui je dis que ceci fait parti des actions du Prophète paix soit sur lui, mais il n'existe aucune preuve que cela est meilleure. 

 

Plutôt le prophète paix et bénédictions soient sur lui, comme je l'ai trouvé dans le Sahih Mouslim:

 

"rasez tout ou laissez tout".

 

Par conséquent, si les cheveux sont longs, ce n'est pas une sunna d'adoration plutôt c'est seulement une sunna de coutume.

 

Donc, si une personne continue à se raser la tête toute sa vie il ne peut pas dire qu'il s'oppose à la Sunna du Prophète, car le Prophète a laissé ses cheveux pousser toute sa vie à l'exception du Hajj et de la Umra, car il, paix sur lui, se rasait la tête pendant ce temps.

 

Et vous connaissez le hadith qui apparaît dans les 2 sahihs où le Prophète, paix et bénédictions d'Allah soient sur lui a dit :

 

"Ô Allah pardonne à ceux qui se rasent la tête, Ô Allah pardonne à ceux qui se rasent la tête, Ô Allah pardonne à ceux qui se rasent la tête, ils disaient et ceux qui se coupent les cheveux courts Ô Messager d'Allah et il a dit :

"et ceux qui coupent les cheveux courts. Mais ceux qui se coupent les cheveux courts reçoivent une moindre récompense, et se raser la tête en plus vertueux."

 

Par conséquent, si la personne laissent leurs longs cheveux par habitude ou parce que c'est sa disposition naturelle alors il n'y a rien qui empêche cela, mais pour celui qui entend par là se rapprocher d'Allah car le Prophète, paix soit sur lui, a laissé sa longue chevelure alors nous disons en vérité, c'est en opposition à la Sunna du Prophète paix et bénédictions soient sur lui.

 

Et il ya un détail ou l'attention doit être porté, par celui qui laisse pousser ses cheveux longs parce que le prophète, paix soit sur lui, a laissé ses cheveux longs alors il croit qu'il suit le prophète paix soit sur lui en laissant ses longs cheveux.

 

Mais je dis en toute franchise qu'il s'oppose au Prophète.

 

Mais son opposition n'est pas apparente plutôt elle est cachée à l'intérieur.

 

Donc, de ce qui est apparent, il semble qu'il suit le Prophète en laissant ses cheveux longs, alors quelle est l'opposition ?

 

L'opposition : Il est obligatoire pour nous de faire attention à la parole de notre prophète paix et bénédiction soient sur lui : Actions En vérité les actes ne valent que par leurs intentions, de sorte que chaque homme aura ce qu'il voulait. 

 

Ainsi, celui dont l'émigration est pour Allah et Son Messager, son émigration est comptée pour Allah et Son messager mais celui dont l'émigration a été pour quelque chose de ce bas monde qu'il pourrait acquérir, ou pour une femme, ou qu'il puisse se marier, son émigration est comptée pour ce pour quoi il a émigré.

 

Donc, celui qui sort avec le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, comme un moujahid dans le chemin d'Allah alors l'apparent, est quoi? 

 

L'apparent est qu'il est un moujahid dans le chemin d'Allah, mais en réalité il est sorti pour un certain gain mondain ou pour épouser une femme donc il s'est opposé au prophète paix et bénédictions soient sur lui, dans son intention. Donc il sera récompensé en tant que moujahid, alors qu'il s'est opposé aux meilleurs des moudjahidines; opposé à lui en quoi, dans son intention, la réponse est non.

 

Maintenant, celui qui laisse pousser ses cheveux longs, imitant son prophète, son exemple est comme l'exemple du moudjahid qui est sorti avec le Prophète comme un moujahid, mais son intention était opposée à l'intention du Prophète, paix et bénédictions soient sur lui.

 

Comment cela est il lié à celui qui laisse pousser ses cheveux longs?

 

Nous lui disons: Sais-tu que lorsque le prophète paix et bénédictions soient sur lui, a laissé pousser les cheveux sur sa tête, son intention était par cela de se rapprocher de son Seigneur?

 

Si tu penses cela alors ton action est un bienfait et si tu ne crois pas cela, tu t'es opposé au Messager dans son intention.

 

Il n'a pas cherché à se rapprocher d'Allah en aimant le miel, et il n'a pas cherché à se rapprocher d'Allah en détestant la viande de lézard, et il n'a pas cherché à se rapprocher d'Allah le Puissant et le Majestueux en laissant ses cheveux longs! 

 

Alors as-tu cherché à te rapprocher d'Allah ?

 

Alors tu t'es opposé au Prophète paix et bénédictions soient sur lui, dans la plus forte des conditions parmi les conditions d'adoration.

 

-La première condition: L'intention doit être sincèrement pour le visage d'Allah, le Béni et le Glorifié.

 

-La deuxième condition: elle doit être en conformité avec l'action du Prophète.

 

Tu es en conformité avec lui dans son action, mais tu t’opposais à lui dans son intention.

 

En ce qui concerne la prière de l'aube, à la fois la Sunna du Fajr et la prière du Fajr, les deux sont de deux rakat.

 

Donc, si un homme a prié les deux rakat Sunna du Fajr avec l'intention qu'elles sont obligatoires, était-il en conformité avec la Sunna?

 

La réponse est non.

 

Et parmi l'égarement des Qadianis, c'est qu'ils croient que les deux rakats Sunnah du Fajr sont obligatoires.

 

Alors, quand ils prient ces deux rakats l'apparent est qu'ils sont conformes au Messager paix et bénédictions soient sur lui.

 

Mais leur cœur et leur intention sont opposés au Messager paix et bénédictions soient sur lui.

 

Donc, celui qui prie les deux rakats Sunnah du Fajr avec l'intention qu'elles sont obligatoires, celui-ci est comme celui qui s'est opposé au Messager dans son intention, mais en accord avec lui dans l'apparence.

 

Et l'apparent n'a aucune valeur, car les actes ne valent que par les intentions.

 

Et la signification du hadith sont les œuvres pieuses ne sont que des intentions pieuses.

 

Par conséquent, si nous ne savons pas, si le prophète paix et bénédictions soient sur lui, a cherché à se rapprocher d'Allah en faisant pousser ses cheveux long, il n'est pas permis au musulman de chercher à se rapprocher d'Allah par quelque chose que le prophète paix et bénédictions soient sur lui n'a pas cherché à se rapprocher d'Allah, ceci est l'innovation dans la religion.

 

Comme vous le savez tous les hadiths qui mettent en garde avec une sévère mise en garde contre les innovations dans la religion. Celui qui invente quelque chose dans cette affaire qui est la nôtre, qui n'en fait pas parti, alors elle est rejetée.

 

Il s'agit donc d'une question nouvellement inventée parce que la personne cherche à se rapprocher d'Allah par quelque chose que le Prophète, prière et paix soient sur lui n'a pas cherché à se rapprocher d'Allah, paix et bénédictions soient sur lui.

 

Et c'est la nature de l'innovateur, car ils apportent des actions avec lesquelles le prophète paix soit sur lui, n'a pas cherché à se rapprocher de son Seigneur.

 

Et comme ça, on distingue la Sunna de l'adoration que nous imitons du Messager et entre la Sunnah de coutume, ou nous avons le choix de la faire ou de  la délaisser parce que c'est seulement une sunna d'habitude.

 

Mais il n'est pas permis pour nous d'ajouter quoi que ce soit à l'action du Prophète, prière et paix soient sur lui, dans la Sunnah de coutume en faisant quelque chose qu'il n'a pas fait.

 

Et les plus grandes actions sont celles qui sont liées au cœur.

 

C'est parce que le cœur a une action comme cela a été expliqué par Ibn Taymiyyah, qu'Allah lui fasse miséricorde dans plusieurs de ses ouvrages publiés et dans ses traités.

 

Et je crois qu'il est de notre devoir de mettre fin à cette séance aujourd'hui, car nous craignons que nous avons troublé nos compagnons qui nous ont invités, qu'Allah les récompense par le bien.

 

Ce point, il incombe que nous nous séparons entre ceci et cela, signifie que notre suivi du messager paix soit sur lui, est dans les affaires de la religion, pas dans les affaires de la vie mondaine.

 

Et en cela il y a des erreurs, des fautes graves de certains parmi les gens ignorants, ceux qui ne se séparent pas entre la Sunnah d'habitude et de la Sunna de l'adoration.

 

La Sunna d'adoration n'accepte rien de plus et pour cette raison le messager paix soit sur lui a dit:

 

"toute innovation est égarement et tout égarement mène au feu".

 

La Sunnah de coutume accepte une augmentation et il accepte une diminution et il accepte tout, parce que c'est une coutume.

 

Je vais vous donner un exemple de la Sunna de coutume, le Messager d'Allah paix soit sur lui.

 

Il est entré à La Mecque avec quatre tresses, comment les appelez-vous : Tresses (ضفائر ‭)? 

 

Les intervenants :

 

Tresses (ضفائر)

 

Cheikh :

 

Tresses (ضفائر) ‬ou tresses (غدائر)

 

Il entra dans la Mecque, il conquit la Mecque, le jour ou Allah l'aida contre les gens de la Mecque, et il avait quatre tresses.

 

Il s'agit de la Sunna des Arabes, à ce jour, vous trouverez cette Sunna parmi certains des jeunes parmi les Bédouins.

 

Je les ai vus dans le désert, jusqu'à aujourd'hui cette coutume est présente chez eux.

 

Tu es libre à l'égard de cela, si tu vois que cela est adapté pour toi, alors tu le fait, et si tu veux tu peux la laisser, et tu ne t'es pas opposé à la Sunna du Messager en ce qui concerne ce sujet.

 

Pourquoi, parce que c'est une sunna de coutume, ce n'est pas une sunna d'adoration.

 

Cette catégorisation fait partie de la complète compréhension et de la compréhension dans la religion où beaucoup de ces débutants dans la science sont ignorants à ce sujet, et ils ne sont pas des savants, des débutants dans l'appel à la science et ils ne sont pas des savants.

 

traduit par minhaj sunna

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 10:38
Les divers emplois du mot «sunna»

Cette législation parfaite est la Sunna du Prophète صلى الله عليه وسلم prise dans son sens générale.

 

En effet, le mot Sunna a quatre emplois :

 

-Il peut désigner l'ensemble de l'enseignement contenu dans le Qur'an et la Sunna

 

Comme c'est le cas dans ce hadith :

 

"Celui qui refuse ma Sunna n'est pas des miens" (1)

 

-La Sunna est souvent synonyme de hadith, lorsqu'elle est mentionnée à la suite du Qur'an

 

Par exemple ici :

 

"Ô hommes ! J'ai laissé parmi vous, ce qui vous préservera de l'égarement si vous vous y cramponnez : le Livre d'Allah et la Sunna de Son Prophète".

 

Il y a cette autre parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"En vérité, j'ai laissé parmis vous deux choses grâce auxquelles vous ne vous égarez point : le Livre d' Allah et ma Sunna" (2)

 

Ce sens est fréquemment employé par les savants lorsqu'ils évoquent les différentes sources du droit. Exemple : ce jugement est attesté par le Livre d'Allah, la Sunna et le consencus.

 

-Le Sunna désigne la tradition prophétique authentique qui s'oppose à l'innovation.

 

C'est de cet emploi qu'il est question dans le hadith suivant rapporté d'après Irbâd ibn Sâriya رضي الله عنه :

 

"En effet, celui qui vivra parmi vous verra beaucoup de divergences. Vous devez suivre ma Sunna et la Sunna des Califes orthodoxes bien guidés après moi. Campronnez-vous à cela et accrochez-vous-y à l'aide de vos molaires s'il le faut. Méfiez-vous des choses nouvelles (en matière de religion), car toute nouveauté est innovation et toute innovation est égarement".(3)

 

C'est aussi de ce sens qu'il est question lorsque certains de nos prédécesseurs intitulent leurs livres sur la croyance La Sunna, citons par exemple La Sunna de Muhammad ibn Nasr Al Marwazy; La Sunna d'Ibn Abî Ässim, La Sunna d'Al Lâlikâiy, etc Dans le livre intitulé As-Sunnan d'Abû Dawud; il y a aussi un livre de la Sunna qui contient plusieurs hadiths sur la croyance.

 

-Le mot Sunna est aussi employé pour désigner une pratique préférable ou recommandée, mais non obligatoire.

 

C'est un emploi propre aux savants de la jurisprudence islamique (fiqh).

 

Par exemple, prenons ce hadith du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Si je ne craignais d'être dur envers ma communauté, je leur aurais ordonné [L'utilisation du] Siwak (frottoire à dent) à chaque prière" (4)

 

On voit ici que l'usage du Siwak est fortement recommandé, mais par indulgence, le Prophète صلى الله عليه وسلم n'en a pas fait une obligation.

 

(1) Rapporté par Al Boukhari (5063) et Moulim (1401)

(2) Ses hadiths sont rapportés par Al Hakim dans Al Moustadrak (11/93)

(3) Ce hadith es rapporté par Abû Dawud (4607), At Tirmidi (2672) et ibn Majah (43-44) ; At Tirmidi a jugé ce hadith authentique (hassan sahih).

(4) Rapporté par Al Boukhari (887) et Mouslim (252)

 

copié de muslimislam.fr

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 00:53
Le médecin des coeurs (audio)

 

Question :

 

Noble cheikh qu' Allah vous accorde la réussite, certaines personnes disent que Ibn al Qayyim qu'Allah lui fasse miséricorde est le médecin des coeurs, compte tenu des nombreuses paroles que contiennent ses livres dans cette science...?

 

Réponse :

 

Le médecin des coeurs est le messager d'Allah (salla Allah 'aleyhi wa Salam).

 

Ibn al Qayyim met en évidence la médecine provenant du prophète (salla Allah 'aleyhi wa salam), donc ce n'est pas lui le médecin des coeurs.

 

Le médecin des coeurs est le prophète d'Allah (salla Allah 'aleyhi wa salam Salam)...

 

Na'am

 

Traduction : AbdelMâlik Abou Hâroûn

 

فضيلة الشيخ وفقكم الله يقول : بعض الناس يقول إن ابن القيم رحمه الله هو طبيب القلوب ، لكثرة ما تكلم في هذا الفن في كتبه ؟

العلامة صالح الفوزان حفظه الله : طبيب القلوب هو الرسول صلى الله عليه وسلم ، ابن القيم مبيّن لطب الرسول صلى الله عليه وسلم ما هو بطبيب القلوب ، طبيب القلوب هو الرسول صلى الله عليه وسلم , نعم

من : منظومة الإحسائي على مقدمة أبي زيد القيرواني 02-04-1434هـ

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 13:20
Le mariage du Prophète صلى الله عليه وسلم à A'isha رضي الله عنها (audio)

 

Le questionneur demande :

 

Quelle est la meilleure façon de répondre à un mécréant quand il me pose des questions sur le mariage du Prophète, qu'Allah élever son rang et lui accorde la paix, à Aisha quand elle avait 9 ans ?

 

Cheikh Muhammad al-`Aqeel :

 

Le Prophète, qu'Allah élève son rang et lui accorde la paix, en connaît plus que nous et que ce mécréant.

 

Il est dit à ce mécréant d’occident : "Quel est l'état de vos jeunes filles d'aujourd'hui !?"

 

Quel est l'état de vos filles ? Yâa Miskeen !

 

Pleurer sur vous-même, Yaa Miskeen ! Si vous vouliez faire pleurer. 

 

Les statistiques montrent qu’en occident s il n'y a pas de vierges dans les écoles secondaires du tout.

 

Pas du tout.

 

C'est leurs statistiques.

 

Proverbe : 

 

"Et quand je suis critiqué par une personne déficiente, il s'agit d'un témoignage de ma perfection."

 

Nous avons soumis cette question avec impatience les médecins spécialisés, et demandez : "Est-ce que le mariage précoce peut nuire à une jeune fille qui atteint la puberté ou pas ?" 

 

Voyons ce que disent les médecins.

 

C'est quelque chose de tout à fait normal. 

 

Quand la jeune fille atteint la puberté et se marie, cela ne peut pas lui faire du mal du tout, même si elle avait neuf ans.

 

Cela ne peut lui nuire en aucune façon. [1]

 

Il s'agit d'une affaire qui ne devrait pas nous gêner, au contraire, ce que l'on devrait avoir honte de l’obscénité, et c'est alors que la jeune fille apporte son amant dans le lit de son père ou de mère sans que l'un d'entre eux désapprouvent cela.

 

C'est de cela que l'on devrait avoir honte. 

 

Quant à ce que la disposition naturelle est en faveur, et que les doués de raison d'accord sur la licéité de se reproduire et ce qui lui permet cela, alors il ne faut pas être gêné à ce sujet.

 

[1] Note

 

Le prophète alayhi salatou wa selâm a été qualifié de menteur, magicien, fou, ensorcelé et autres surnoms vils par ses ennemis, pas un seul des Quraysh, le leader de Rome, la Perse, ou de tout autre pays voisin ou de la ville, l’a critiqué pour son mariage avec Aisha radiallahou ‘anha à l'âge de 9 ans, 

 

N’était- ce pas une des meilleures opportunités pour ces mécréants pour le discréditer et décrédibiliser de sa mission ?

 

* Au Royaume-Uni, l'âge du consentement sexuel pour les femmes a été fixé à 16 ans depuis 1885, de l'âge initial de 12, et de se marier, les jeunes filles péruviennes doivent avoir seulement plus de 12 ans et les garçons âgés de plus de 14, selon le mondial la police du corps d'Interpol site. [Http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/3699814.stm]

 

* En 1880, l'âge du consentement en Russie, en Californie, le Nouveau-Mexique et de nombreux autres endroits était de 10 [Filles délinquants: police et la protection des adolescents sexualité féminine aux États-Unis, 1885-1920].

Egalement, La meilleur et la plus juste des façons de parler de cela (mariages il y'a 1500 ans) c'est de restituer la situation par rapport à son contexte et de tenir compte de l’époque, du contexte, historique et géographique .

 

Seul un fou compare les normes culturelles de 1880 à celles que nous avons en 2012.

Alors que dire de celui qui compare les normes culturelles de bien avant 1880 !

 

Et Allah dit : (dans la traduction rapprochée du sens du verset ): 

 

« ils veulent éteindre de leur bouches la lumière d'Allah, alors qu'Allah parachèvera Sa lumière en dépit de l'aversion des mécréants ». sourate 61 - verset 8

Cheikh Mohammad Ibn 'Abdul-Wahhaab Al-'Aqil -  الشيخ محمد بن عبد الوهاب العقيل

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 00:01
Les enfants du messager d’Allah صلى الله عليه و سلم

Ses صلى الله عليه وسلم fils sont :

 

-Qasim

 

La kunya (surnom) du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم fut d'ailleurs Abul Qasim.

 

Il mourut alors qu'il était enfant, on disait également de lui qu'il vécut assez longtemps pour monter un animal.

 

-Abdullah

 

Il y a une divergence sur le fait qu'il soit nait avant ou après qu'il صلى الله عليه و سلم ne devint prophète.

On disait également que son prénom était Tayyib ou at Tahir.

 

-Ibrahim

 

Le fils de Maria la Copte.

 

Il est né à Médine 8 ans après l'Hégire, il mourut alors qu'il était enfant durant sa période de sevrage.

 

Ses صلى الله عليه و سلم filles sont :

 

-Zainab.

-Ruqayah.

-Um Kalthoom. 

-Fatima.

 

Toutes furent les filles de Khadijah et toutes moururent avant lui صلى الله عليه و سلم à l'exception de Fatima qui mourut 6 mois après lui صلى الله عليه و سلم.

 

Référence : Fatawa Muhammad ibn Ibrahim

copié de twitter.com/ifeeloud

 

Cheikh Mohamed Ibn Ibrahim Al Cheikh - الشيخ محمد بن إبراهيم آل الشيخ

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 16:33
Le père du Prophète صلى الله عليه وسلم (vidéo)

Question :

 

Nous avons des gens qui disent que 'Abdullah, plutôt, le père de Muhammad salallahou aleyhi wa salam - est voué au feu.

 

Et il y a des gens qui disent : "non, plutôt il est voué au Paradis parce qu'il est le père du Prophète."

 

Faites nous profiter d'une réponse et puisse Allah vous récompenser par le bien.

 

Et suis-je pécheur en posant cette question, et si je suis pécheur, alors y at-il une expiation ?

 

Faites nous profiter d'une réponse et puisse Allah vous récompenser par le bien, et puisse t-il vous maintenir dans le bien

 

Réponse :

 

Certainement le père du Prophète salallahou aleyhi wa salam est mort sur la mécréance et il est au feu comme il est confirmé dans le Sahih de l'Imam Muslim, qu'un homme vint voir le Prophète salallahou aleyhi wa salam et dit :

 

"Ô Messager d'Allah,où est mon père [décédé]?

Il a répondu: Ton père est dans le Feu

Alors, quand il se retourna pour partir, le Prophète aleyhi salat wa salam lui demanda de revenir et lui dit: "En effet, mon père et ton père tous deux au feu""

 

Et c'est le texte du hadith du Prophète salallahou aleyhi wa salam, et basé sur cela, alors le père du Prophète salallahou aleyhi wa salam est dans le feu, tout comme les autres mécréants.

 

Oui. 

 

traduit par minhaj sunna

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 11:24
Dire : «يا رسول الله - Yâ rassoul Allah»

Il n'est pas permis d'invoquer quelqu'un à la place d'Allah.

 

Qu'on le fasse en temps de paix ou en temps de difficulté, même si l'invoqué est important, fût-il un prophète rapproché d'Allah ou un de Ses anges puisque l'invocation fait partie du culte.

 

D'après Nou'man ibn Bachir, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« l'invocation c'est l'adoration »

Et puis il صلى الله عليه وسلم a récité (traduction rapprochée) :

«Et votre Seigneur dit: "Appelez- Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M' adorer entreront bientôt dans l' Enfer, humiliés". » (Coran, 41 :60 )

(rapporté par at-Tirmidhi, 2895 et par Ibn Madja, 3818 et déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi at-Tirmidhi, 2370)

 

L'adoration est un droit à consacrer exclusivement à Allah et il n'est pas permis de la détourner au profit d'un autre.

 

C'est pourquoi les musulmans soutiennent unanimement que celui qui invoque un autre qu'Allah est un polythéiste.

 

Comment invoquer le Messager ?

 

Après qu'Allah lui a donné l'ordre de dire (traduction rapprochée) :

 

«Dis: "Je ne possède aucun moyen pour vous faire du mal, ni pour vous mettre sur le chemin droit". » (Coran, 72 : 21).

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« quand tu as quelque chose à demander, demande-la à Allah et quand tu as une assistance à implorer, implore celle d'Allah »

(rapporté par at-Tirmidhi, 2516 et déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi at-Tirmidhi, 2043).

 

Cheikh al-Islam ibn Taymiyya a dit :

 

« Quiconque fait des anges des intermédiaires, les invoque, se confie à eux, les implore pour réaliser des avantages et écarter des préjudices et leur demande par exemple le pardon des péchés, l'orientation des c½urs, la dissipation des soucis et la satisfaction des besoins, celui-là est unanimement considéré par les musulmans comme un infidèle.»

Voir Madjmou' al-Fatawa, 1/124.

 

C'est pourquoi il n'y a aucun doute à propos de l'erreur commise par celui qui, en faisant l'éloge du Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« ô la plus noble des créatures ! Je n'ai personne auprès de qui je puisse me réfugier à l'avènement de l'affaire grave hormis toi».

 

De grands érudits ont déclaré cette affirmation erronée.

 

Dans son commentaire de Fateh al-Madjid, Cheikh Abd al-Aziz ibn Baz a dit à propos de la bouda d'al-Boussayri qui contient le vers sus-indiqué :

 

« Le Prophète صلى الله عليه وسلم nous a lancé cette mise en garde d'après un hadith rapporté par al-Boukhari et par Mouslim :

« Ne me faites pas des éloges excessives comme les chrétiens l'ont fait pour Jésus fils de Marie. Car je ne suis que l'esclave d'Allah et Son messager »

Vénérer le Prophète صلى الله عليه وسلم et nourrir son amour devraient se traduire par l'observance de sa Sunan et la pratique de sa religion et l'exclusion de toutes les légendes que les ignorants y introduisent.

La plupart des gens ont abandonné cette conduite pour se livrer à cette exagération et à ces excès qui les ont plongés dans ce grave polythéisme ».

Fateh al-Madjid, p. 155.

 

Cela étant, l'on ne sache pas qu'un seul parmi les Compagnons eût l'habitude de solliciter le secours du Messager (après sa mort) ou de l'invoquer.

 

Aucun des ulémas reconnus ne l'a rapporté.

 

Il n'y a là que des légendes fabriquées par des dévoyés.

 

Quand une affaire grave t'arrive, dis : "Ô Allah... يا الله"

 

Car c'est Lui qui exauce les invocations, dissipe les soucis et gère les affaires (de Ses serviteurs). 

 

copié de darwa.com

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 16:38
La conformité de l'oeuvre avec la sounnah du Prophète صلى الله عليه وسلم

المتابعة سنة الرسول صلى الله عليه وسلم

 

Il faut savoir que la conformité avec la sounnah du prophète (salla Laho 3alayhi wa sallam) ne se concrétise que si l'oeuvre est en accord avec la religion à travers six points :

 

sa cause,

- son genre,

- sa quantité,

- sa façon,

- son temps,

- son lieu.

 

Si l'oeuvre n'est pas en conformité avec la religion à travers ces six points elle est alors nulle et rejetée car c'est innover dans la religion d'ALLah ce qui n'en fait pas partie.

 

Sans titre 2-copie-3

-Premièrement

 

Que l'oeuvre soit conforme à la religion dans sa cause et ceci dans le fait que l'homme fasse une adoration pour une cause qu'ALLah n'a pas légiféré en tant que cause. 

 

Par exemple : qu'il prie deux unités de prière toutes les fois qu'il entre chez lui et il considère cela comme un acte faisant partie de la sounnah, ceci est alors un acte rejeté même si à l'origine la prière est un acte légiféré mais lorsqu'il a lié cette prière à une cause non légiférée elle devient rejetée.

 

Un autre exemple : si une personne innove une fête (3îd) pour la victoire des moslim à badr, on rejette cela de son auteur car il l'a lié avec une cause qu'ALLah et son prophète (salla Laho 3alayhi wa sallam) n'ont pas rendu cause.

 

-Deuxièmement

 

Que l'acte soit conforme à la religion dans son genre ou sa sorte, si l'homme adore Allah d'une adoration dont ALLah n'a pas légiféré le genre elle est alors non acceptée. 

 

Exemple de cela : si quelqu'un sacrifie (adhaa) un cheval ceci est rejeté de lui et n'est pas accepté de lui car il est en opposition à la législation dans le genre car les sacrifices (d'al adhaa) ne se font exclusivement qu'avec les bêtes tels que les chameaux, les bovins, et les moutons.

En revanche si il immole un cheval afin de donner en aumône sa viande ceci est permis car il ne s'est pas rapproché d'ALLah par son immolation il ne l'a sacrifié que pour donner en aumône sa viande.

 

-Troisièmement

 

Que l'oeuvre soit en conformité avec la religion dans sa quantité ou proportion

 

Si une personne adore ALlah d'une quantité supérieure à la religion il n'est pas accepté de lui, l'exemple de cela : un homme s'ablutionne quatre fois c'est à dire qu'il lave chacun de ses membres quatre fois.

La quatrième n'est pas acceptée car elle est en ajout à ce qui est venu de la religion, et il est advenu dans le hadith que le prophète (salla Laho 3alayhi wa sallam) s'est ablutionné trois fois puis il dit celui qui ajoute à cela a certes mal agi, transgressé et commis l'injustice.

 

-Quatrièmement

 

Que l'acte soit conforme à la religion dans sa façon

 

Si un homme accomplit un acte, par lequel il adore ALlah et il s'oppose à la religion d'ALLah dans sa façon, il ne sera pas accepté, et son acte est rejeté de lui. 

 

Par exemple : si un homme prie et se prosterne avant de s'incliner, sa prière est alors nulle car elle n'est pas en accord à la religion dans sa façon.

Et pareillement s'il s'ablutionne de façon inversée en commençant par le pied puis la tête puis la main puis le visage son ablution est alors invalide car elle est en opposition à la religion dans la façon.

 

-Cinquièmement

 

Que l'acte soit conforme a la religion dans son temps

 

Si il prie avant l'entrée de son temps la salat n'est alors pas acceptée car il n'a pas été en conformité à la religion dans le temps.

Si quelqu'un retarde l'adoration déterminée par son temps hors de son temps, sans excuse, comme prier la prière d'al fajr après le lever du soleil, il n'est pas excusé, sa salaat est refusée car il a commis un acte qui n'est pas en accord au commandement d'ALlah et du prophète (salla Lahou 3alayhi wa sallam).

 

-Sixièmement

 

Que l'acte soit en conformité avec la législation dans son lieu

 

Si quelqu'un accomplit al i3tikaaf (retraite pieuse à la mosquée dans les dix derniers jours de ramadan) en dehors des mosquées, qu'il l'accomplisse dans l'école ou à la maison son i3tikaaf n'est pas bon car il n'est pas en conformité à la législation dans le lieu de al i3tikaaf , la place de al i3tikaaf est dans les mosquées.

 

source : explication des 40 hadîth an-nawawiyyah par shaykh mohammed ibn sâlih al 3otheymîn (qu'ALLah lui fasse miséricorde), hadith numéro cinq.

traduction approximative : Okhtokom Assia bintou zohra al jazaa'iriyyah.

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة