compteur de visite

Catégories

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 15:11
Le jeûne de 'achoura - صيام يوم عاشوراء

azer


- D'après Abou Moussa Al Ach'ari (qu'Allah l'agrée), le jour de 'achoura était un jour de fête chez les juifs ainsi le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

 

« Jeûnez-le vous ».

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2005 et Mouslim dans son Sahih n°1131)

 

 عن أبي موسى الأشعري رضي الله عنه كان يوم عاشوراء تعده اليهود عيدا ، قال النبي صلى الله عليه وسلم

فصوموه أنتم

(رواه البخاري في صحيحه رقم ٢٠٠٥ و مسلم في صحيحه رقم ١١٣١)

 

- D'après Abou Qatada (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a été interrogé concernant le jeûne du jour de 'achoura. Il a dit:

 

« Il efface l'année précédente ».

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1162)

 

عن أبي قتادة رضي الله عنه سئل رسول الله صلى الله عليه و سلم عن صوم يوم عاشوراء فقال

يكفر السنة الماضية

(رواه مسلم في صحيحه رقم ١١٦٢)

 

- D'après Ibn Abbas (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) ne recherchait pas le mérite d'un jour sur un autre jour après le ramadan sauf 'achoura.

(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1020)

      

عن ابن عباس رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم لم يكن يتوخى فضل يوم على يوم بعد رمضان إلا عاشوراء

(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠٢٠)

 

- D'après Abou Said Al Khoudri (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

 

« Celui qui jeûne 'arafat, il lui est pardonné une année devant lui et une année derrière lui et celui qui jeûne 'achoura il lui est pardonné une année ».

(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1013)

 

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم

من صام يوم عرفة غفر له سنة أمامه وسنة خلفه ومن صام عاشوراء غفر له سنة

(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠١٣)

azer

Précision n°1: Comment jeûner 'achoura ?

 

- D'après Ibn Abbas (qu'Allah les agrée), lorsque le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a jeûné le jour de 'achoura et a ordonné de le jeûner, ils ont dit:

 

Ô Messager d'Allah! Certes c'est un jour auquel les juifs et les chrétiens donnent de l'importance.

Le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

« L'année prochaine, si Allah le veut, nous jeûnerons le neuvième jour ».

Ibn Abbas (qu'Allah les agrée) a dit:

L'année suivante n'est pas venue avant que le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) ne décède.

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1134)

 

عن بن عباس رضي الله عنهما حين صام رسول الله صلى الله عليه وسلم يوم عاشوراء وأمر بصيامه ، قالوا

يا رسول الله ! إنه يوم تعظمه اليهود والنصارى . فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : فإذا كان العام المقبل إن شاء الله ، صمنا اليوم التاسع . قال : فلم يأت العام المقبل ، حتى توفي رسول الله صلى الله عليه وسلم

(رواه مسلم في صحيحه رقم ١١٣٤)

 

- D'après Ibn Abbas (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

 

« Si Allah veut que je vive jusqu'à l'année prochaine, je vais jeûner le neuvième jour de peur de manquer le jour de 'achoura ».

(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°350)

 

عن بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم

إن عشت إن شاء الله إلى قابل صمت التاسع مخافة أن يفوتني يوم عاشوراء

(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٥٠)

 

- D'après Chou'ba, Ibn Abbas (qu'Allah les agrée) jeûnait le jour de 'achoura et faisait suivre deux jours de peur de le rater.

(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans son Mousannaf n°9480 et authentifié par Cheikh Zakaria Al Bakistani dans Ma Saha Min Athar Al Sahaba Fil Fiqh vol 2 p 675)

 

عن شعبة عن ابن عباس رضي الله عنهما أنه كان يصوم يوم عاشوراء و يوالي بين اليومين فرقا أن يفوته

(رواه بن أبي شيبة في مصنفه رقم ٩٤٨٠ و حسنه الشيخ زكريا الباكستاني في كتابه ما صح من آثر الصحابة في الفقه ج ٢ ص ٦٧٥)

 

- D'après Ata, Ibn Abbas (qu'Allah les agrée) jeûnait un jour avant 'achoura et un jour après.

(Rapporté par Tabari, Al Bayhaqi et Tahawi et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sahih Ibn Khouzeima vol 3 p 290)

 

عن عطاء عن ابن عباس رضي الله عنهما أنه كان يصوم يوما قبل عاشوراء و يوما بعده

(رواه الطبري و البيهقي و الطحاوي و صححه الشيخ الألباني في تحقيق صحيح بن خزيمة ج ٣ ص ٢٩٠)

 

- L'imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751) a dit:

 

« Il y a trois degrés pour le jeûne de 'achoura:

 

- le plus parfait est de jeûner avec 'achoura un jour avant et un jour après

- puis le fait de jeûner 'achoura avec le neuvième jour et c'est ce qui est montré par la plupart des hadiths

- puis le fait de jeûner 'achoura seul »

(Zad Al Ma'ad Fi Hadi Kheyr Al Ibad vol 2 p 72)

azer

Précision n°2

 

Cheikh Otheimine a dit :

 

« Celui qui jeûne le jour de 'arafat ou de 'achoura alors qu'il lui reste des jours de ramadan à rattraper, son jeûne est valable mais si il avait eu l'intention de jeûner ce jour comme rattrapage de ramadan alors il obtient deux récompenses:

la récompense du jour de 'arafat ou du jour de 'achoura avec la récompense du rattrapage ».

(Fatawa Zakat Wa Siyam p 796)

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 14:47
Se souhaiter la nouvelle année hégirienne - العام الهجري الجديد (audio)

Question :

 

Nous sommes à la veille d'une nouvelle année et les gens s'échangent mutuellement des félicitations à l'occasion de la nouvelle année hégirienne (ou des voeux de bonne année) en se disant : "كل عام وأنتم بخير - kulu 'amin wa antum bikhayr" (formule qui peut être équivalente à : "Tous mes voeux de bien pour vous pour cette nouvelle année").

 

Quelle est donc le jugement au niveau de la législation concernant ces félicitations?

 

Réponse de Cheikh Ibn Bâz :

 

Bismillâhi arRahmâni arRahîm, que la prière et le salut soient sur Son Serviteur et Messager [...] Muhammad ibn 'Abdillaah ainsi que sur ses proches, ses compagnons et ceux qui ont suivi son chemin et se sont orientés par sa guidée jusqu'au Jour de la résurrection. 

Ensuite :

 

En ce qui concerne le fait de se féliciter pour la nouvelle année alors nous ne connaissons à ce sujet aucune source provenant des pieux prédécesseurs, et je ne connais rien de la sunnah ou du Livre d'Allâh qui puisse prouver sa légifération.

 

En revanche, si quelqu'un te précède par ceci alors il n'y a pas de mal à ce que tu lui répondes en lui disant : "Et toi également", s'il te dit "Meilleurs voeux pour cette nouvelle année" rien n'empêche que tu lui répondes : "à toi aussi et nous demandons à Allâh pour nous ainsi que pour vous tout le bien" ou autre chose semblable, mais en ce qui concerne le fait de commencer (d'être le premier à le faire) je ne connais aucune source 'sur laquelle on peut se baser).

حكم التهنئة في أول العام بقول كل عام وأنتم بخير

نحن في مطلع العام الهجري الجديد، ويتبادل بعض الناس التهنئة بالعام الهجري الجديد، قائلين: (كل عام وأنتم بخير)، فما حكم الشرع في هذه التهنئة؟

بسم الله الرحمن الرحيم الحمد لله رب العالمين، والصلاة والسلام على عبده ورسوله، وخيرته من خلقه، وأمينه على وحيه، نبينا وإمامنا وسيدنا محمد بن عبد الله وعلى آله وأصحابه ومن سلك سبيله، واهتدى بهداه إلى يوم الدين. أما بعد: فالتهنئة بالعام الجديد لا نعلم لها أصلاً عن السلف الصالح، ولا أعلم شيئاً من السنة أو من الكتاب العزيز يدل على شرعيتها، لكن من بدأك بذلك فلا بأس أن تقول وأنت كذلك إذا قال لك كل عام وأنت بخير أو في كل عام وأنت بخير فلا مانع أن تقول له وأنت كذلك نسأل الله لنا ولك كل خير أو ما أشبه ذلك أما البداءة فلا أعلم لها أصلاً

 

Question posée au Cheikh Muhammad Saalah Al Uthaymin رحمه الله concernant le jugement de souhaiter (ou de féliciter pour) la nouvelle année hégirienne et que doit-on répondre à celui qui nous félicite ? 

 

Réponse de Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine :

 

Si quelqu'un te félicite alors réponds-lui mais ne soit pas le premier à féliciter qui que ce soit pour cette occasion et ceci est l'avis correct concernant ce sujet.

 

Et si une personne te dit, par exemple, je te souhaite une bonne nouvelle année, dit: "Qu'Allah te le rende par le bien (hanna'aka Allâhu bikhayr) et fasse de cette année, une année de bien et de bénédiction (barakah)" !

 

Quant à toi ne précède personne par ceci car je ne connais rien venant des pieux prédécésseurs (as-salaf) qui indique qu'ils se félicitaient mutuellement à l'occasion de la nouvelle année, mais plutôt, sachez que les pieux prédécesseurs n'ont adopté le mois de Muharram comme étant le premier de l'année qu'à l'époque du Califat de 'Umar ibn al Khattâb رضي الله عنه.

السؤال: ما حكم التهنئة بمناسبة العام الهجري الجديد بقول كل عام وأنتم بخير أو بالدعاء بالبركة وكأن يرسل رسالة يدعو فيها للمرسل إليه بالخير والبركة في عامه الجديد ؟

الجواب: الحمد لله . سئل الشيخ محمد بن صالح العثيمين رحمه الله ما حكم التهنئة بالسنة الهجرية وماذا يرد على المهنئ ؟

فأجاب رحمه الله :  إن هنّأك احد فَرُدَّ عليه ولا تبتديء أحداً بذلك هذا هو الصواب في هذه المسألة لو قال لك إنسان مثلاً نهنئك بهذا العام الجديد قل : هنئك الله بخير وجعله عام خير وبركه ، لكن لا تبتدئ الناس أنت لأنني لا أعلم أنه جاء عن السلف أنهم كانوا يهنئون بالعام الجديد بل اعلموا أن السلف لم يتخذوا المحرم أول العام الجديد إلا في خلافة عمر بن الخطاب رضي الله عنه. انتهى

المصدر إجابة السؤال رقم 835 من اسطوانة موسوعة اللقاء الشهري والباب المفتوح الإصدار الأول اللقاء الشهري لفضيلته من إصدارات مكتب الدعوة و الإرشاد بعنيزة

Question :

 

Noble Cheikh, qu'Allâh vous accorde la réussite, beaucoup de gens s'échangent les voeux à l'occasion de l'entrée de la nouvelle année hégirienne, quel est donc le jugement de cela?

 

Et parmi les expressions employées : "عام سعيد - heureuse année" ou "كل عام وأنتم بخير - kullu 'aamin wa antum bikhayr", ceci est-il légiféré?

 

Réponse de Cheikh Salih Al Fawzan :

 

Ceci est une innovation (bid'ah).

 

Ceci est une innovation qui ressemble aux félicitations que s'adressent les chrétiens à l'occasion de la nouvelle année chrétienne, et ceci est une chose que les pieux prédécesseurs n'avaient pas pour coutume de faire.

 

Et aussi, l'année hégirienne est une chose que les compagnons ont instauré et ils se sont accordés dessus seulement afin d'organiser les relations (ou les affaires sociales), ils ne l'ont pas planifié afin d'en faire une fête ou même pour que soit échangés des voeux, ni pour tout cela...

 

Tout ceci n'a aucune source.

 

Les compagnons l'ont seulement instauré pour organiser et fixer les dates concernant les affaires sociales.

 

Qu'Allâh nous augmente tous en science et nous place parmi les bien-guidés. Âmîn. 

 العلامة الفوزان حفظه الله 

فضيلة الشيخ وفقكم الله ، يتبادل كثير من الناس التهاني بحلول العام الهجري الجديد ، فما حكم التهنئة بحلوله ، ومن العبارات قولهم : عام سعيد أو قولهم : وكل عام وأنتم بخير ، هل هذا مشروع ؟ 

" هذا بدعة، هذا بدعة ويشبه تهاني النصارى بالعام الميلادي، وهذا شيء لم يفعله السلف، وأيضا هو العام الهجري إنما هو اصطلاح الصحابة لأجل تأريخ المعاملات فقط ، ما حطوه على أنه عيد وعلى أنه يهنّأ به وعلى وعلى .. هذا لا أصل له ، الصحابة إنما جعلوه لأجل تاريخ المعاملات وضبط المعاملات فقط

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 11:35
Le jugement concernant le fait de faire beaucoup de dépenses et de manifester la joie la nuit d’achoura

La question :

 

Beaucoup de familles chez nous suivent une coutume qui consiste à préparer un repas spécial (tels que le couscous avec la viande, Ech-Chekhchoûkha et autres) la nuit d’Achoura, soit qu’elles aient jeûné ou non.

 

Quel est, donc, le jugement concernant la préparation de ce repas ?

 

Et quel est le jugement quant au fait d’accepter l’invitation à ce repas ?

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Le jour d’Achoura est l’une des bénédictions du mois d’Allâh El-Mouharram, et c’est le dixième jour de ce mois.

 

En outre, l’adjonction du mois à Allâh عز وجل démontre l’honneur et le mérite de ce mois, car Allâh عز وجل n’adjoint à Lui que ses particulières créatures ; le Prophète صلى الله عليه وسلم dit :

 

«Le meilleur jeûne après celui du mois de Ramadan est le jeûne du mois d’Allâh El-Mouharram» [1].

 

De plus, le caractère sacré de ce mois est antique et son mérite est très grand, car, dans ce même jour, Allâh عز وجل a sauvé Moïse  et son peuple, et a noyé Pharaon et ses armées.

 

De ce fait, Moïse jeûnait ce jour en guise de remerciement à Allâh عز وجل.

 

Les Koraïchites, aussi, le jeûnaient dans l’ère préislamique ainsi que les juifs ; Alors, le Prophète صلى الله عليه وسلم leur a dit :

 

«Nous sommes plus méritants et plus dignes de Moïse que vous» [2].

 

Ainsi donc, le Prophète صلى الله عليه وسلم l’a jeûné et a ordonné de le jeûner.

 

Par ailleurs, le jeûne de ce jour était obligatoire selon la plus valable et la plus soutenue des opinions des ulémas ; Puis, il est devenu recommandé après l’obligation du jeûne du mois de Ramadan ; Comme il est aussi recommandé de jeûner le neuvième jour afin de contredire les juifs qui ne jeûnent que le dixième jour.

 

Quant à son grand mérite, c’est qu’il expie [les péchés] de l’année précédente.

 

C’est cela qui est authentique dans la Sunna purifiée ; et à part le jeûne, rien n’est prescrit en ce jour.

 

Pour ce qui est, d’une part, des innovations d’Er-Râfida [3], tels que le fait de s’imposer la soif et de manifester la tristesse ou autres hérésies semblables au point qu’ils ont pris ce jour pour un deuil, et d’autre part, les innovations d’En-Nâssiba [4] qui manifestent la joie et la gaieté ce jour-là, en faisant des dépenses abondantes ; en effet, ni les uns ni les autres n’ont une origine sur laquelle on peut s’appuyer, sauf des hadiths inventés et fallacieusement attribués au Prophète صلى الله عليه وسلم ou d’autres dont les chaînes de transmission sont jugées faibles et n’atteignent pas le degré de validité pour servir de preuve.

 

Cheikh El-Islâm Ibn Taïmia -رحمه الله- a bien élucidé ce sujet en disant :

 

«…comme ce qu’a innové certaines gens qui suivent leurs passions au jour d’Achoura en s’imposant la soif, manifestant la tristesse et en se regroupant, et bien d’autres innovations que ni Allah عز و جل n’a prescrites, ni Son Messager صلى الله عليه وسلم, ni aucun des Pieux Prédécesseurs, ni aucun de la Famille du Prophète صلى الله عليه وسلم ni autres (…) et cela était une calamité - le meurtre d’El-Housseyn  - à laquelle on doit faire face comme on le fait avec les calamités par l’invocation prescrite [: «À Allâh nous appartenons et vers Lui nous retournons»].

 

Néanmoins, certaines gens hérétiques ont innové, dans ce jour, des actes qui contredisent ce qu’Allâh a ordonné de faire quand une calamité survient ; ajoutant à ceci le fait de calomnier et dénigrer les Compagnons  qui sont tout à fait innocents du meurtre d’El-Housseyn , ainsi que d’autres actes parmi ceux que détestent Allâh et Son Messager (…) quant au fait de prendre les jours de calamité pour des deuils ; Ceci, en effet, n’appartient nullement à la religion des musulmans.

 

Ceci appartient, plutôt, plus à la religion de l’ère préislamique »

 

jusqu’à ce qu’il a dit -رحمه الله-:

 

«Certaines gens ont innové dans ce jour (le jour d’Achoura) des choses en se basant sur des hadiths inventés qui n’ont aucune origine valable comme : Le mérite de faire les ablutions complètes en ce jour, de se farder les yeux [avec du kohl] ou de se saluer en serrant la main.

 

Toutes ces choses sont des actes hérétiques, et toutes sont détestables ; néanmoins, ce qui est recommandé est de jeûner ce jour-là (…) apparemment, cette invention s’est produite quand l’esprit fanatique est apparu entre En-Nâssiba et Er-Râfida ; car lorsque ces derniers ont tenu le jour d’Achoura pour un deuil, les autres ont inventé des textes incitant à faire beaucoup de dépenses en ce jour et à le considérer comme un jour de fête.

 

Cependant, les deux sont erronés» [5].

 

Du reste, si nous savons que ce qui est prescrit en ce jour se limite uniquement au jeûne ; alors, il n’est pas permis d’accepter l’invitation ni de ceux qui le prennent pour deuil, ni de ceux qui le prennent pour fête ; car il n’est permis à aucune personne de changer, d’ajouter ou de rattraper quoi que ce soit dans la charia d’Allâh عز وجل pour n’importe quelle personne.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عز وجل, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

[1] Rapporté par Mouslim, chapitre du «Jeûne» (hadith 2755), par Abou Dâwoûd, chapitre du «Jeûne» (hadith 2429), par Et-Tirmidhi, chapitre de «La prière» (hadith 438), par En-Nassâ'i, chapitre de «La prière nocturne» (hadith 1613), par Ibn Mâdjah, chapitre du «Jeûne» (hadith 1742) et par Ahmed (hadith 8158), par l’intermédiaire d’Abou Hourayra .

[2] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre du «Jeûne» (hadith 2004), par Mouslim, chapitre du «Jeûne» (hadith 2656), par Abou Dâwoûd, chapitre du «Jeûne» (hadith 2444), par Ibn Mâdjah, chapitre du «Jeûne» (hadith 1734) et par El-Houmaydi dans son «Mousnad» (hadith 543), par l’intermédiaire d’Ibn Abbâs .

[3] Er-Râfidha : est une secte qui fait partie de la grande secte des chiites. Ils ont prêté le serment d’allégeance à Zeyd Ibn `Ali et ils lui ont demandé de renier Abou Bakr et `Omar  ; mais celui-ci (Zeyd Ibn `Ali) a refusé, alors ils l’ont laissé et l’ont refusé, c’est-à-dire qu’ils l’ont boycotté et ont renoncé à leur serment d’allégeance. Parmi leurs fondements : El-'Imâma (l’imamat de douze membres de la descendance de la Famille du Prophète ), El-`Isma (l’infaillibilité des douze imams), El-Mahdia (ils croient en une personne de la descendance de la Famille du Prophète  s’appellant Mohammed Ibn El-Hassane El-`Askari qui reviendrait vers la fin du monde), Et-Taqiyya (montrer le contraire de ce que l’on croit) et le fait d’insulter les Compagnons  …etc

[4] En-Nâssiba : sont ceux qui haïssent `Ali   et ses compagnons. Voir : «Medjmoû` El-Fatâwa» (25/301).

[5] Voir : «Iqtidhâ' Es-Sirât El-Moustaqîm» d’Ibn Taïmia (2/129-133).

 

Alger, le 16 El-Mouharram 1428 H, correspondant au 4 février 2007 G.

Publié par ferkous.com

       

في حكم التوسعة والسرورِ في ليلة عاشوراء

السـؤال:جرتِ العادةُ عندنا أنّ الكثيرَ من العائلات يَقُمْنَ بإعداد طعامٍ خاصٍّ (كالكُسْكُسِ باللَّحم أو الشَّخْشُوخَةِ أو غيرِها) ليلةَ عاشوراء سواءً صاموا أو لم يصوموا، فما حكم صُنْعِ هذا الطعام؟ وما حكم تلبيةِ الدعوةِ إليه؟

الجـواب:الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على من أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أمّا بعد

فَيَـوْمُ عاشوراء من بركات شهر الله المحرَّم وهو اليوم العاشرُ منه، وإضافة الشهر إلى الله تعالى تدلّ على شرفه وفضلِه؛ لأنّ الله تعالى لا يُضيف إليه إلاّ خواصَّ مخلوقاته، قال صلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم: «أَفْضَلُ الصِّيَامِ بَعْدَ رَمَضَانَ شَهْرُ اللهِ المُحَرَّمِ»(١)، وحُرمة العاشِرِ منه قديمةٌ، وفضلُه عظيمٌ، ففيه أنجى اللهُ موسى عليه الصلاة والسلام وقومَه، وأغرق فرعونَ وجنودَه، فصامَهُ موسى عليه الصلاةُ والسلامُ شكرًا لله، وكانت قريشٌ في الجاهلية تصومُه، وكانت اليهودُ تصومُه كذلك، فقال لهم رسولُ اللهِ صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم:«فَنَحْنُ أَحَقُّ وَأَوْلَى بِمُوسَى مِنْكُمْ»(٢)، فصامه رسولُ اللهِ صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم وأَمَرَ بصيامِه، وكان صيامُه واجبًا على أقوى الأقوال وأرجحِها، ثمّ صار مستحبًّا بعد فرض صيام شهر رمضان، ويستحبُّ صومُ التاسعِ معه، مخالفةً لليهود في إفراد العاشر، وفضلُه العظيم تكفير السَّنَة الماضية، فهذا هو الثابت في السُّنَّة المطهّرة، ولا يُشرع في هذا اليوم شيءٌ غيرُ الصيام.

أمّا محدثاتُ الأمور التي ابتدعَتْهَا الرافضةُ(٣) من التعطّش والتحزّن ونحوِ ذلك من البدع، فاتخذوا هذا اليومَ مأتمًا، ومن قابلهم الناصبة(٤) بإظهار الفرح والسرور في هذا اليوم وتوسيع النفقات فيه، فلا أصلَ لهؤلاء وهؤلاء يمكن الاعتماد عليه، إلاّ أحاديث مُختلَقَة وُضعتْ كذبًا على النبي صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم أو ضعيفة لا تقوى على النهوض.

وقد بيّن شيخ الإسلام ابن تيمية -رحمه الله- ذلك بقوله: «مِثْلُ ما أحدثه بعضُ أهلِ الأهواء في يوم عاشوراء، من التعطّش والتحزّن والتجمّع، وغيرِ ذلك من الأمور المحدثة التي لم يُشَرِّعْهَا اللهُ تعالى ولا رسولُه صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم ولا أحدٌ من السلف ولا من أهلِ بيتِ رسولِ اللهِ صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم ولا من غيرهم… وكانت هذه مُصيبةً عند المسلمين -أي: قتلَ الحسين رضي الله عنه- يجب أن تُتَلَقَّى بما تُتَلَقَّى به المصائب من الاسترجاع المشروع، فأحدثَتْ بعضُ أهل البدع في مثل هذا اليوم خلافَ ما أَمَرَ اللهُ به عند المصائب، وَضَمُّوا إلى ذلك الكذبَ والوقيعةَ في الصحابة البُرَآءِ من فتنة الحُسَين رضي الله عنه وغيرِها أمورًا أخرى ممَّا يكرهُهُ الله ورسوله.. وأمّا اتخاذ أمثال أيام المصائب مآتم فهذا ليس في دين المسلمين بل هو إلى دين الجاهلية أقرب» إلى أن قال -رحمه الله-: «وأحدثَتْ بعضُ الناس فيه أشياءَ مستنِدةً إلى أحاديثَ موضوعةٍ لا أصلَ لها مثلَ: فضلُ الاغتسالِ فيه، أو التكحّلُ، أو المصافحةُ، وهذه الأشياء ونحوُها من الأمور المبتدَعَة كلُّها مكروهةٌ، وإنما المستحبّ صومه.. والأشبه أنّ هذا الوضع لَمَّا ظهرت العصبية بين الناصبة والرافضة فإنّ هؤلاء اتخذوا يوم عاشوراء مأتمًا، فوضع أولئك فيه آثارًا تقتضي التوسّع فيه واتخاذه عيدًا، وكلاهما باطل»(٥

وإذا عُلم اقتصار مشروعيةِ هذا اليوم في الصيام فقط فلا يجوز تلبيةُ دعوة من اتخذه مأتمًا، ولا من اتخذه عيدًا؛ لأنه لا يجوز لأحد أن يغيّرَ من شريعة الله شيئًا لأجل أحدٍ أو يزيدَ عليها ويستدركَ.

والعلمُ عند الله تعالى، وآخر دعوانا أنِ الحمد لله ربِّ العالمين، وصلى الله على نبيّنا محمّد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، وسلّم تسليمًا

(١) أخرجه مسلم في «الصيام»: (٢٧٥٥)، وأبو داود في «الصوم»: (٢٤٢٩)، والترمذي في «الصلاة»: (٤٣٨)، والنسائي في «قيام الليل»: (١٦١٣)، وابن ماجه في «الصيام»: (١٧٤٢)، وأحمد: (٨١٥٨)، من حديث أبي هريرة رضي الله عنه.

(٢) أخرجه البخاري في «الصوم»: (٢٠٠٤)، ومسلم في «الصيام»: (٢٦٥٦) أبو داود في «الصيام»: (٢٤٤٤)، وابن ماجه في «الصيام»: (١٧٣٤) الحميدي في «مسنده»: (٥٤٣)، من حديث ابن عباس رضي الله عنهما.

(٣) الرافضة: فرقة من الشيعة الكبرى، بايعوا زيد بن علي ثمّ قالوا له: تبرّأ من الشيخين (أبي بكر وعمر رضي الله عنهما) فأبى فتركوه ورفضوه، أي: قاطعوه وخرجوا من بيعته، ومن أصولهم: الإمامة، والعصمة، والمهدية، والتقية، وسب الصحابة وغيرها.

(٤) الناصبة: هم الذين يبغضون عليًّا وأصحابه، انظر: «مجموع الفتاوى»: (٢٥/ ٣٠١)

(٥) «اقتضاء الصراط المستقيم» لابن تيمية: (٢/ ١٢٩-١٣٣)

الفتوى رقم: ٥٩٢

الصنف: فتاوى الأشربة والأطعمة - الأطعمة

الجزائر في ١٦ محرم ١٤٢٨ﻫ

الموافق ﻟ: ٤ فبراير ٢٠٠٧م

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 23:55
Ils ont fait du jour de ‘ashoûra un jour de pleurs et de sang (audio-vidéo)

 

Le jour de 'ashûrâ, que nous est t-il légiféré d’accomplir ? 

 

Qu’indique (d'accomplir) la législation islamique en ce jour ?

 

(La réponse) Il s’agit du jeûne !

 

Voici ce qu’indique la législation islamique en ce jour : Le jeûne de ce jour.

 

Lorsque le Prophète صلى الله عليه وسلم arriva à Al-Madinah, comme on retrouve dans le sahih Al-Bukhârî :

 

Il صلى الله عليه وسلم trouva les juifs qui jeûnaient ce jour (de 'ashûrâ).

 

Il صلى الله عليه وسلم les interrogea au sujet de ce jeûne et ont répondu :  

 

"C’est un grand jour durant lequel Allâh sauva Moûsâ et son peuple, et noya Pharaon et son peuple.

Moûsâ le jeûna alors pour remercier Allâh."

 

Et que leur a t-il répondu صلى الله عليه وسلم ?

 

Il صلى الله عليه وسلم répondit :

 

"Nous sommes plus dignes de nous réclamer de Moûsâ que vous." 

 

Il صلى الله عليه وسلم le jeûna alors et ordonna de le jeûner.

 

Ainsi, le jour de ‘Ashûrâ se jeûne comme remerciement (d'Allâh) d’avoir noyé Pharaon et les siens et sauver Moûsâ et son peuple.

 

Tandis que certaines personnes s’affiliant à l’Islam, on fait de ce jour de ‘Ashûrâ, un jour de pleurs, se frappant les joues, déchirant les vêtements et proférant des invocations de l’époque pré-islamique.

 

En arrière, les voitures récupèrent les blessés et morts issus de ces agissements.

 

Ils se frappent sur la poitrine le plus fort possible, au point que certains d’entre eux s’évanouissent, certains se frappent avec des couteaux sur la tête, la poitrine, le dos et le sang coule.

 

Ensuite les mécréants d’Occident filment de telles images hideuses, et ceci ne fait en rien parti de l’Islam.

 

Il صلى الله عليه وسلم dit :

 

"Quiconque se griffe le visage, se déchire les vêtements et profèrent des invocations de la période pré-islamique ne fait pas partie des nôtres."  

Rapporté par Al-Bukhârî, ( n°1294 ).

 

 Traduit par Nordine Al-Djazaîri

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 18:54
Quiconque veut immoler un sacrifice, ne doit pas se couper les cheveux ni se limer les ongles

Question :

 

Au sujet du Hadith où le prophète (Salla Allah `Alaihi wa Sallam) dit que quiconque envisage de faire un sacrifice ou de mandater quelqu’un pour sacrifier en son nom, qu’il s’abstienne, à partir du début du mois de Dhoul Hidja, de se raser les cheveux, de s’épiler et de se couper les ongles jusqu’à ce qu’il fasse son sacrifice ;

 

Je voudrais savoir si cette interdiction s’applique à tous les membres de la famille aussi bien les adultes que les enfants, ou bien elle est exclusive aux adultes seulement?

 

Réponse :

 

Nous ne savons pas si le texte rapporté par le demandeur est bien reconnu comme Hadith.

 

Le texte du Hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi wa Sallam) tel que le rapportèrent les sept principaux compilateurs de Hadith, exception faite pour Al-Boukhârî, est le suivant:

 

"Selon Omm Salama (qu’Allah soit satisfait d’elle), le Messager d’Allah (Salla Allah `Alaihi wa Sallam) dit:

Lorsque vous apercevez la nouvelle lune de Dhoul Hidja et que l’un d’entre vous envisage de faire un sacrifice, qu’il s’abstienne de se couper les cheveux et les ongles."

 

Selon Abou Dâwoud qui rapporta le même texte que Mouslim et An-Nassâ’i, le Messager d’Allah (Salla Allah `Alaihi wa Sallam) dit:

 

"Celui qui a une bête à sacrifier, dès que naît la nouvelle lune de Dhoul Hidja, qu'il ne se coupe plus les cheveux ni les ongles jusqu'à ce qu'il la sacrifie."

 

L’on tire alors argument de ce Hadith quant à l’interdiction à celui qui a l'intention de faire le sacrifice de se couper les cheveux et les ongles après le commencement les dix premiers jours de Dhoul Hidja.

 

La première version évoque à la fois une consigne et l’abstention de la faire, ce qui implique que cette consigne soit jugée, en matière de Charia, comme obligatoire à l’origine; et rien, à notre connaissance, ne saurait contredire cette règle de base.

 

Or, la seconde narration vient évoquer l’interdiction explicite de se couper les cheveux ou les ongles, ce qui implique que cet acte soit désormais jugé, en matière de Charia, comme prohibé, la prohibition s’appliquant à cet égard au fait de se couper les cheveux et les ongles pendant cette période en particulier; et rien, à notre connaissance, ne saurait contredire cette règle de base non plus.

 

Ceci dit, il s’avère bien manifeste que ce Hadith ne s’applique qu’à celui qui envisage de faire un sacrifice.

 

Quant à celui au nom duquel le sacrifice est offert, serait-ce un adulte ou un enfant, rien ne l’empêche de se raser les cheveux, de s’épiler ou de se couper les ongles, et ce en se fondant sur la base de départ qui est l’autorisation générale de le faire.

 

A notre connaissance, rien ne contredit cette règle de base.

 

Qu’Allah vous accorde la réussite; que l'éloge et le salut d'Allah soient sur notre Prophète Mohammad, sur sa famille et sur ses Compagnons.

 

La question 3 de la Fatwa numéro (1407)
(Numéro de la partie: 11, Numéro de la page: 427)
copié de alifta.net

 

من أراد أن يضحي فلا يأخذ من شعره ولا أظفاره

س3: الحديث من أراد أن يضحي أو يضحى عنه فمن أول شهر ذي الحجة فلا يأخذ من شعره ولا بشرته ولا أظفاره شيئًا حتى يضحي، فهل هذا النهي يعم أهل البيت كلهم، كبيرهم وصغيرهم أو الكبير دون الصغير؟

ج3: لا نعلم أن لفظ الحديث كما ذكره السائل، واللفظ الذي نعلم أنه ثابت عن النبي صلى الله عليه وسلم هو ما رواه الجماعة إلا البخاري، عن أم سلمة رضي الله عنها، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال:  إذا رأيتم هلال ذي الحجة وأراد أحدكم أن يضحي فليمسك عن شعره وأظفاره  ، ولفظ أبي داود وهو لمسلم والنسائي أيضًا:  من كان له ذبح يذبحه فإذا أهل هلال ذي الحجة فلا يأخذ من شعره وأظفاره حتى يضحي  ، فهذا الحديث دال على المنع من أخذ الشعر والأظفار بعد دخول عشر ذي الحجة لمن أراد أن يضحي

فالرواية الأولى فيها الأمر والترك، وأصله أنه يقتضي الوجوب، ولا نعلم له صارفًا عن هذا الأصل، والرواية الثانية فيها النهي عن الأخذ، وأصله أنه يقتضي التحريم، أي: تحريم الأخذ، ولا نعلم صارفًا يصرفه عن ذلك، فتبين بهذا: أن هذا الحديث خاص بمن أراد أن يضحي فقط، أما المضحى عنه فسواء كان كبيرًا أو صغيرًا فلا مانع من أن يأخذ من شعره أو بشرته أو أظفاره بناء على الأصل وهو الجواز، ولا نعلم دليلاً يدل على خلاف الأصل

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 11، الصفحة رقم: 427)

السؤال الثالث من الفتوى رقم - 1407

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:25
Les dix premiers jours de dhû al-hidja

Louange à Allah, Seigneur de l’univers, que le Salut et les Prières d’Allah soient sur le maître des Messagers…

 

Par Ses Faveurs et Sa Grâce, le Seigneur a offert à ses pieux serviteurs certaines occasions à certaines périodes de l’année durant lesquelles ils ont l'opportunité de s’épanouir.

 

Parmi ces rendez-vous, il y a les dix premiers jours de Dhû El Hidja.

 

000-copie-1

Le Livre d’Allah et la tradition prophétique recensent

un certain nombre de textes au sujet de leurs mérites

 

-Le Seigneur a révélé (traduction rapprochée) :

 

(Par l'aurore, et les dix nuits )

 

En commentaire à ce verset, l'exégète Ibn Kathir a souligné :

« Elles correspondent aux dix premiers jours de Dhû el Hidja conformément à l'opinion d'ibn 'Abbâs, d’ibn e-Zubaïr, de Mujâhid et d'autres comme le rapporte el Bukhârî. »

 

-Selon ibn 'Abbâs, le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a déclaré :

 

« Il n'y a pas de jours où les œuvres sont meilleures que les fameux dix premiers jours de Dhû el Hidja.

 Pas même la guerre sur le chemin d’Allah ? Lui demandèrent les compagnons.

 Pas même la guerre sur le chemin d’Allah confirma-t-il, si ce n’est celui qui aurait investi son corps et ses biens et qui aurait tout sacrifié sans ne jamais revenir ! »

 

-le Seigneur عز و جل a révélé (traduction rapprochée):

 

(Évoquez Allah durant certains jours déterminés )

 

Ibn 'Abbâs رضي الله عنه a précisé à ce sujet :

 

« Ce sont les dix premiers jours de Dhû el Hidja. » [1]

 

-selon ibn 'Omar رضي الله عنه, le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a déclaré :

 

« Il n'y a pas de jours où les œuvres sont meilleures que les fameux dix premiers jours de Dhû el Hidja.

Multipliez-y la proclamation de l'Unicité d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. » [2]

 

-Sa'îd ibn Jubaïr qui n'est autre que le rapporteur du Hadith d'Ibn 'Abbâs cité précédemment, faisait des efforts de piété considérables pendant ces fameux jours, de sorte qu'il est pratiquement impossible d'en faire autant. [3]

 

-Ibn Hajar a expliqué dans son livre Fath el Bârî :

 

« Il semblerait que la raison pour laquelle les dix premiers jours de Dhû el Hidja sont particuliers, provient du fait que les principaux rites y sont rassemblés ; autrement dit, la prière, le jeûne, l'aumône, et le pèlerinage, etc.»

 

000-copie-1

Les actions recommandées durant cette période

 

-La prière :

 

Il est recommandé de se présenter tôt aux cinq prières prescrites, et de redoubler de prières surérogatoires étant donné qu'elles sont considérées parmi les meilleurs actes de dévotions.

 

Thawbân رضي الله عنه nous rapporte :

 

« J'ai entendu dire le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم :

Multiplie les prosternations devant Allah, il n'y a pas une prosternation que tu puisses faire sans que le Seigneur ne t'élève par elle d'un degré, et ne t'enlève par elle, un péché. » [4]

 

En l'occurrence, ce mérite est valable à toutes les époques de l'année.

 

-Le jeûne :

 

Etant donné qu'il fait partie des bonnes œuvres. Ainsi, selon Hunaïda ibn Khâlid, d'après sa femme, selon certaines épouses du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

« Le Messager d’Allah jeûnait les neuf premiers jours de Dhû el Hidja, le jour de 'Âshûra, et trois jours tous les mois. » [5]

 

L’érudit e-Nawawî précise à ce sujet qu’il est fortement recommandé de jeûner au cours de ces dix jours.

 

-Proclamer l'unicité d’Allah, Sa Grandeur et Ses Louanges :

 

Conformément au Hadith rapporté par ibn 'Omar رضي الله عنه :

 

« Multipliez-y la proclamation de l'Unicité d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. »

 

L'érudit el Bukhârî a confirmé :

 

« Ibn 'Omar et Abû Huraïra se rendaient au marché pendant les dix premiers jours de Dhû el Hidja ; et ils y clamaient la grandeur du Seigneur (en disant Allah Akbar), cela incitait les gens à en faire autant. »

 

Dans ce registre, il a dit :

 

« Sous sa tente à Mina, 'Omar رضي الله عنه clamait la grandeur d’Allah.

Les gens présents dans la mosquée l’écoutaient et se mettaient à l’imiter.

Dès lors, cet élan a gagné tous les marchés de sorte que tout Mina vibrait. »

 

Ainsi, ces jours-là Ibn 'Omar رضي الله عنه prononçait à Mina cette formule (Allah Akbar), après les prières, dans son lit, sous sa tente, lors de ses rencontres, dans ses allées et venues sans s'arrêter une seule journée.

 

Il est aussi recommandé de le faire à voix haute conformément à la pratique d'Omar, d'Ibn 'Omar et d’Abû Huraïra رضي الله عنه.

 

Il nous est donc désigné, en tant que musulman de faire revivre cette tradition négligée à notre époque.

 

Malheureusement, elle est pratiquement devenue inexistante, même par les gens les plus religieux contrairement à la pratique de nos Pieux Prédécesseurs.

 

Les différentes formules à dire :

 

- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar Kabîra [6] !

 

- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah reviennent les louanges.

 

- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah reviennent les louanges.

 

-jeûner le jour de 'Arafa :

 

Le jeûne se confirme le jour de 'Arafa comme il est certifié à travers le hadith prophétique :

 

« J'aspire à ce qu’Allah absolve mes péchés de l'année précédente et de l'année suivante. » [7]

 

Toutefois, celui qui se trouve à 'Arafa –pour le pèlerin en l'occurrence –, il ne lui est pas recommandé de jeûner étant donné que le Prophète صلى الله عليه وسلم n'a pas jeûné à 'Arafa.

 

-les faveurs du jour de l'immolation :

 

Bon nombre de musulmans ne considèrent pas ce jour illustre à sa juste valeur, ils ne tiennent pas compte de son importance et de sa faveur immense.

 

Pourtant, certains savants considèrent qu'il est le meilleur jour de l'année dans l'absolu.

 

Ils le préfèrent même au jour de 'Arafa.

 

À cet effet, ibn el Qaïyam a souligné :

 

« Le meilleur jour auprès d’Allah, c'est le jour de l'Immolation (Nahr), il est le grand jour du Pèlerinage. »

 

Par ailleurs, d’après la compilation d'Abû Dawûd (e-Sunan), selon le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

« Le jour le plus illustre auprès d’Allah, c'est le jour de l'Immolation, ensuite vient le jour du séjour. »

 

Ce fameux jour du « séjour » correspond au lendemain de l'Aïd, le 11ème jour de Dhû el Hidja, le jour où les pèlerins s'établissent à Mina. Il est dit aussi que le jour de 'Arafa est plus illustre, car jeûner à cette occasion permet d’absoudre deux années de péchés consécutives.

 

Il n'y a pas un jour également où le Seigneur affranchit autant de Ses serviteurs de l'Enfer que le jour de 'Arafa.

 

Ce fameux jour, Allah عز و جل se rapproche de Ses créatures.

 

Puis, Il fait l'éloge à Ses anges des pèlerins présents à 'Arafa.

 

Cependant, la première tendance est la plus vraisemblable, il est vrai que le Hadith sur le sujet est incontournable.

 

Or, que ce jour soit meilleur ou non, l'essentiel c'est de lui accorder l'importance adéquate, en veillant à ne pas manquer cette opportunité, et à se voir combler de ses faveurs.

 

Cela concerne aussi bien le pèlerin que toute autre personne.

 

000-copie-1

Comment accueillir la période du pèlerinage ?

 

-Il incombe à chaque musulman d'accueillir les occasions cultuelles en général avec un repentir sincère et véritable. Il consiste entre autres à abandonner les péchés et à ne plus renouveler les fautes passées.

 

Les péchés font malheureusement écran entre l'individu et les faveurs du Seigneur et empêchent le cœur d'accéder à Son Maître.

 

-Il faut accueillir également de façon générale les occasions cultuelles avec la volonté ferme et sincère de les passer selon le contentement divin.

 

Allah est véridique envers quiconque l’est envers Lui (traduction rapprochée) :

 

(Ceux qui luttent pour notre cause, Nous les guiderons sur nos chemins ).[8]

 

Cher frère, veille à profiter de cette occasion propice avant qu'elle ne s'en aille, et que tu en pâtisses, car perdre une seule heure suscite le remords.

 

Qu’Allah nous concède à tous de profiter de ces instants précieux, comme j'implore le Seigneur de nous assister dans Son obéissance et Sa parfaite obédience (soumission) !

 

000-copie-1

Quelques préceptes relatifs au sacrifice et à leur légitimité

 

À la base, le sacrifice est légitimé pour les personnes vivantes étant donné que le Prophète صلى الله عليه وسلم et ses compagnons faisaient des sacrifices pour leur propre personne ou en l'honneur de leur famille.

 

Quant aux convictions répandues chez certaines gens alléguant que le sacrifice est un droit exclusif aux morts, celles-ci n'ont aucune origine.

 

Il faut savoir qu’il existe trois sortes de sacrifice en l'honneur des morts :

 

-Premièrement :

 

le sacrifice peut englober les morts et les vivants à l'exemple de l'individu qui le dédie à sa propre personne ainsi qu'à sa famille en sous-entendant les vivants parmi eux, mais aussi les morts.

Cet usage s'inspire de la pratique du Prophète lorsque celui-ci صلى الله عليه وسلم a sacrifié une offrande pour lui-même et pour ses proches.

Tout en sachant que certains d'entre eux étaient déjà décédés.

 

-Deuxièmement :

 

faire un sacrifice pour une personne décédée conformément à ses recommandations avant sa mort, le verset suivant étant à l'origine de cette pratique (traduction rapprochée) :

 

(Quiconque le (testament) modifie après l'avoir entendu, le péché se verra porté à l'encontre de ceux qui l'auront modifié. Certes Allah est Savant et Entendant ). [9]

 

-Troisièmement :

 

le sacrifice peut être dédié par donation aux morts indépendamment des vivants.

 

Cette pratique est permise, les savants spécialistes en Fiqh (science de la jurisprudence) de l'école Hanbalite ont stipulé que sa récompense parvient effectivement aux morts, et que son auteur en est bénéficiaire pareillement à l'aumône dédiée en leur honneur.

 

Toutefois, je ne considère pas que cette pratique se rattache à la tradition (sunna). En effet, le Prophète صلى الله عليه وسلم n'a jamais consacré de sacrifice spécialement en l'honneur d'une personne décédée.

 

Il ne l'a pas fait pour son oncle Hamza, bien qu'il ne soit l'un des proches les plus chers à ses yeux, ni d'ailleurs pour aucun de ses enfants morts avant lui ; en l'occurrence ses trois filles décédées toutes les trois après leur mariage et trois garçons morts en bas âge.

 

Il ne l'a pas fait non plus pour sa défunte épouse Khadîja, bien qu'elle soit la plus aimée de ses femmes.

 

D'autres parts, aucune tradition venant vérifier cet usage à son époque de la part des compagnons, n'a été recensée.

 

-Nous considérons également que certains se trompent lorsque ces derniers consacrent un sacrifice au bout de la première année du deuil. Ils le prénomment ce genre de pratique « sacrifice d'outre-tombe ».

 

Ils sont convaincus qu'il est interdit de faire profiter de la récompense de leur action à quiconque en dehors du défunt.

 

Il est possible aussi qu'ils consacrent des offrandes à Allah par donation envers les morts ou conformément à leurs recommandations avant leur mort, mais ils ne le font jamais pour leur propre personne ou pour leurs proches.

 

Or, s'ils avaient su que tout sacrifice voué à Allah que la personne dédie à lui-même et aux membres de sa famille, comprenait à la fois les vivants et les morts, ils se seraient précipités à le faire au dépend de leurs coutumes.

 

000-copie-1

Les choses à ne pas faire pour la personne voulant immoler le jour de l'Aïd

 

Si quelqu'un veut sacrifier un animal pour l'Aïd, et que l'entrée du mois de Dhû el Hidja est effective (par la vision de la lune ou si le mois précédent Dhû el Qi'da compte trente jours), il lui sera interdit de se couper les ongles et les cheveux, ou d'ôter n'importe quoi de son corps.

 

Selon Um Salama, le Prophète a déclaré صلى الله عليه وسلم :

 

« À la venue des dix jours de Dhû el Hidja, si quelqu'un d'entre vous veut consacrer une offrande [pour l'Aïd], il ne devra toucher à aucun poil de ses cheveux ni de sa peau jusqu'au moment de l’immolation. »

 

À partir du moment où l'intention lui est venue au cours de cette période, il doit s'abstenir de le faire pour le restant des dix jours. Il ne lui sera cependant compté aucune faute pour la période passée.

 

-La raison est que l'auteur d'un sacrifice est comparable au pèlerin sous certains aspects du Hadj, autrement dit, par sa dévotion envers Allah en lui consacrant une offrande. Il lui convient donc de s'associer à lui dans certaines particularités de la sacralisation (l'Ihrâm).

En l'occurrence, s'abstenir de se couper les cheveux ou autre.

Ainsi, il est interdit à celui qui prévoit un sacrifice pour l'Aïd de s’enlever quoi que ce soit de ses cheveux, de ses ongles ou des poils de sa peau.

 

-Ce statut est spécifique à celui qui prévoit de sacrifier.

 

Tandis que les personnes pour qui celui-ci est dédié, elles ne sont pas concernées par cette restriction. En effet, Le Prophète صلى الله عليه وسلم a seulement spécifié :

 

« Si quelqu'un d'entre vous veut consacrer une offrande… »,

 

sans préciser les personnes en l'honneur desquelles ce sacrifice est effectué. Rien ne prête à dire au regard des textes, qu'il leur est demandé de se restreindre à cette prescription.

 

-Si celui qui prévoit de sacrifier venait à se couper les cheveux ou autre, il devra le cas échéant se repentir à Allah عز و جل et ne plus récidiver.

 

Néanmoins, aucune expiation n'est prévue à cet effet.

 

Cela ne peut pas l'empêcher d’immoler normalement contrairement aux convictions de certaines gens.

 

-Dans le cas où il commettrait cela par mégarde, par ignorance ou encore si certains cheveux venaient à tomber involontairement, aucun péché ne lui sera imparti.

 

S'il était aussi contraint de se les couper pour une raison ou pour une autre, il n'y a pas d'inconvénient à le faire.

 

Exemple : il peut se couper un ongle cassé qui l'importune, se raccourcir les cheveux qui tombent sur les yeux, ou se les raser pour soigner une plaie, etc.

 

[1] Voir Ibn Kathîr.

[2] Rapporté par Ahmed.

[3] Rapporté par e-Dârimî.

[4] Rapporté par Muslim.

[5] Rapporté par Ahmed, Abû Dawûd et Nasâî.

[6] Allah est Grand énormément

[7] Rapporté par Muslim.

[8] L'araignée ; 69

[9] La vache ; 181

 

copié de sounna.over-blog.org

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 18:13
Les dix jours de dhoul-hijja (audio)

 

Sermon du vendredi de notre frère du Canada Suleiman Hayiti qui expose les mérites de ces dix jours de l'année.

 

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 03:22
Les 6 jours de chawâl (vidéo)
 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 10:43
Les mérites des dix premiers jours de dhoul-hidja

Serviteurs d’Allah !

 

De grandes périodes et des moments honorables arrivent pour la communauté islamique ; ces moments sont pour les croyants l’occasion d’obtenir les bonnes choses, d’élever leurs degrés, d’accomplir de bonnes œuvres et d’effacer les péchés.

 

Ce sont les dix premiers jours de Dhoul-Hidja ; ce sont les jours les plus honorables auprès d’Allah et ceux pendant lesquels les récompenses sont les plus nombreuses, selon Ibn Abbass (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Il n’y a pas de jours pendant lesquels les bonnes œuvres sont plus aimées auprès d’Allah que ces jours-ci, c’est-à-dire les dix premiers jours de Dhoul-Hidja).

Ils dirent : -« O Messager d’Allah ! Même la guerre sainte dans le sentier d’Allah ? ».

Il dit :(Même la guerre sainte, sauf un homme qui est sorti avec son argent, puis n’est pas revenu)

rapporté par Al-Boukhari.

 

Et Al-Baïhaqui a rapporté :

 

(Il n’y a aucune action qui soit plus pure auprès d’Allah, et dont la récompense soit plus grande qu’un bien [une bonne action] accompli pendant les dix jours au cours desquels se fait le sacrifice).

 

 Al-Bazzaar a rapporté dans son « Mousnad » que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Les meilleurs jours de ce monde sont les dix premiers jours de Dhoul-Hidja…).

 

Ibn Hajar a dit : 

 

“Et ce qui apparaît est que la cause du privilège des dix premiers jours de Dhoul-Hidja est le rassemblement des adorations les plus importantes :

la prière,

le jeune,

l’aumône,

et le pèlerinage

Et ceci ne se produit pas pendant d’autres jours”.

 

Des jours pendant lesquels les musulmans viennent pour le pèlerinage à la Maison sacrée d’Allah, et Il leur a promis de grands biens et beaucoup de récompenses, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Quiconque accomplit le pèlerinage à cette Maison sans tenir de propos obscènes et sans commettre d’actes immoraux, reviendra en étant comme le jour où sa mère l’a enfanté)

rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

Et il a dit aussi :

 

(Faites suivre le pèlerinage et la Oumrah [accomplissez souvent le pèlerinage et la Oumrah], car ils font partir la pauvreté et les péchés comme la soufflerie fait partir le mâchefer, et la saleté de l’or et de l’argent ; et le pèlerinage accepté n’a pas d’autre récompense que le Paradis)

rapporté par Tirmidhi et An-Nassaa’i.

 

Ô Musulmans !

 

Il est prescrit de jeûner pendant ces jours honorables, Hafsa (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit :

 

(Il a quatre choses que le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) ne laissait jamais : le jeûne du jour d’Aachoura, le jeûne des dix jours de Dhoul-Hidja, le jeûne de trois jours par mois, et les deux rakaats avant la prière de l’aube)

rapporté par Ahmed.

 

Et Abou Daawoud et An-Nassaa’i ont rapporté selon certaines femmes du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

 

(Que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) jeûnait les neuf premiers jours de Dhoul-Hidja …).

 

Et ce mérite est indiqué par ce qu’Al-Baïhaqui a rapporté dans : « As-Sounnanes Al-Koubra” :

 

(Un jour de jeûne pendant les dix premiers jours de Dhoul-Hidja est équivalent à un an de jeûne, et les bonnes actions qui y sont accomplies sont multipliées par sept cent)

Ibn Hajar a dit que c’est un hadith faible.

 

Et An-Nawawi (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit :

 

 « Donc, il n’y a aucun mal au fait de jeûner ces neuf premiers jours de Dhoul-Hidja ; mais au contraire, le jeûne de ces jours est très préférable ».

 

Et en ce qui concerne ce qui a été rapporté d’Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) :

 

« Je ne l’ai jamais vu jeûner pendant les dix premiers jours de Dhoul-Hidja »

rapporté par Mouslim

 

Ibn Al-Quayyim a dit après avoir mentionné cette question :

 

« Ce qui est affirmatif est préférable à qui est négatif, s’il est authentique ».

 

Et Ibn Hajar a dit après avoir mentionné le mérite du jeûne des dix premiers jours de Dhoul-Hidja :

 

« Et le hadith d’Aïcha ne rejette pas cela car le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) laissait parfois l’action alors qu’il aime l’accomplir de peur qu’elle ne soit rendue obligatoire pour sa communauté ».

 

Et An-Nawawi a dit :

 

« Nous interprétons sa parole que le prophète n’a jamais jeûné les dix premiers jours de Dhoul-Hidja par le fait qu’il ne les a pas jeûné à cause de la maladie ou du voyage ou autre, ou qu’elle ne l’a jamais vu jeûner ces jours-là, et cela ne signifie pas qu’il n’a jamais jeûné pendant ces dix jours ».

 

Ô Musulmans !

 

Et parmi les particularités de ces dix jours honorables, le fait d’augmenter la proclamation de la l’unicité d’Allah, de Sa grandeur, et de Sa louange ; Tabaraani a rapporté dans « Al-Kabir », selon Ibn Abbass qui a dit que le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Il n’y a pas de jours pendant lesquels les actions sont plus grandes et plus aimées auprès d’Allah que les dix premiers jours de Dhoul-Hidja ; donc, augmentez la proclamation de la gloire et de la pureté d’Allah, de Sa louange, de Son unicité et de Sa grandeur pendant ces jours).

 

Al-Boukhari a dit dans son recueil de hadiths authentiques :

 

« Ibn Omar et Abou Houréïra (qu'Allah soit satisfait d'eux) sortaient dans les marchés pendant les dix premiers jours de Dhoul-Hidja, et ils proclamaient la grandeur d’Allah et les gens proclamaient la grandeur d’Allah après eux ».

 

Et la proclamation de la grandeur d’Allah selon les savants est : générale et restreinte [limitée] ; la proclamation qui est générale se fait à n’importe quel moment pendant ces dix jours, et celle qui est restreinte se fait après les prières obligatoires et surérogatoires selon l’opinion la plus juste, pour les hommes et les femmes, et la parole la plus authentique concernant le moment [la durée] de cette proclamation restreinte est ce qui a été rapporté de la parole d’Ali et d’Ibn Mass’ôud : qu’elle se fait du matin du jour d’Arafat jusqu’au dernier jour du pèlerinage [le 13 Dhoul-Hidja], ceci a été rapporté par Ibn Moundhar et d’autres savants.

 

Et pour le pèlerin, cette proclamation restreinte commence après la prière du midi [Ad-Dhouhr] le jour du sacrifice.

 

Et ce qui est le plus juste concernant les formules de la proclamation d’Allah, ce qui a été rapporté par Abderrazzak, selon Salmane qui a dit :

 

« Proclamez la grandeur d’Allah en disant : Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, Allah est le plus grand et encore plus grand ».

 

Et il a été rapporté d’Omar et d’Ibn Mass’ôud :

 

« Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah, Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, Louange à Allah ».

 

Ô Musulman !

 

Celui qui est lésé est celui qui se détourne de l’obéissance d’Allah surtout pendant ces jours-ci ; celui qui est véritablement privé, est celui qui est privé de la miséricorde d’Allah ; et celui pour qui l’on est triste, est celui qui a manqué ces occasions et a négligé ces mérites.

 

Donc, malheur à celui qui a atteint ces dix jours et n’en a pas profité !

 

Malheur à celui qui a passé ces dix jours en ayant de mauvais comportements et en commettant les péchés et les mauvaises actions !

 

Et quelle perte pour celui qui a été appelé par les appels du bien et s’en est détourné !

 

Donc, profitez - qu’Allah vous fasse miséricorde - de ces dix jours en faisant des efforts dans tous les domaines de l’adoration et en accomplissant tous les différents genres de bonnes œuvres (traduction rapprochée) :

 

{Par le temps ! L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement la patience}.

 

Deuxième sermon

 

Serviteurs d’Allah !

 

Et parmi les bonnes œuvres avec lesquelles les musulmans se rapprochent de leur Seigneur à la fin de ces dix jours : les moutons [les animaux] offertes en sacrifice.

 

Donc, quiconque désire offrir une bête en sacrifice pour lui et sa famille, et que le mois de Dhoul-Hidja commence, il est interdit alors à cette personne de se couper les cheveux, les ongles ou de prendre quelque chose de sa peau jusqu’à ce qu’il égorge la bête, selon ce qu’Oum Salamah a rapporté du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

 

(Lorsque vous voyez la nouvelle lune du mois de Dhoul-Hidja et que l’un d’entre vous désire égorger une bête en sacrifice, alors qu’il ne se coupe pas les cheveux et les ongles jusqu’à ce qu’il égorge la bête)

rapporté par Mouslim.

 

copié de alharamainsermons.org

 
Cheikh Houssein Ali Ach-Cheikh - الشيخ حسین بن عبد العزیز آل الشیخ
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 02:43
Les mois sacrés et la gravité d'y commettre des péchés

- Allah a dit dans la sourate Tawba (n°9) dans le verset 36 :

 

إن عدة الشهور عند الله اثنا عشر شهرا في كتاب الله يوم خلق السماوات والأرض منها أربعة حرم ذلك الدين القيم فلا تظلموا فيهن أنفسكم 

(سورة التوبة ٣٦) 

 

«Certes le nombre des mois auprès d'Allah est de douze dans son livre depuis le jour où il a créé les cieux et la terre, parmi eux quatre sont sacrés. Telle est la religion de droiture. Durant ceux-ci ne faites pas d'injustice envers vos propres personnes».

 

- Quels sont ces quatre mois sacrés ?

 

D'après Abou Bakra (qu'Allah l'agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit :

 

« Certes le temps est revenu comme le jour où Allah a créé les cieux et la terre.

L'année est composée de douze mois dont quatre sont sacrés, trois sont à la suite :  

 

Dhoul Qa'da,

Dhoul Hijja

et Mouharam

et Rajab Moudar qui est entre Joumada et Cha'ban ».

 (Rapporté par l'imam Boukhari dans son Sahih n°4662 et l'imam Mouslim dans son Sahih n°1679)

 

- La gravité des péchés durant ces mois

 

L'imam Ibn Jarir Tabari a rapporté, avec une chaîne de transmission authentique dans son tefsir (vol 14 p 238, n°16698) concernant l'explication du verset, que le tabi'i Qatada a dit :

 

«Certes l'injustice durant les mois sacrés est plus grave en terme de faute et de péché par rapport à l'injustice à un autre moment, même si l'injustice est grave dans tous les cas».

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر