163 articles avec mort et funerailles - الموت والجنازة

Ce que l'on utilise pour laver le mort

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Ce que l'on utilise pour laver le mort

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous. Après ce préambule

 

J'ai reçu votre noble lettre sans date, qu'Allah vous accorde la guidée, comprenant - votre question concernant le lavage des morts, en commençant avec du savon et du shampoing au cas où il y aurait de la saleté accumulée sur le corps du défunt -.

 

Je ne me souviens pas que l'on ait déjà eu à me poser cette question.

 

Cependant, je vous recommande d'agir en conformité avec le hadith de Oum `Attiyya en utilisant de l'eau et du jujubier (Sidr) dans tous les lavages du défunt, en commençant par le côté droit et les endroits des ablutions.

 

En plus d'être attentif à éliminer les saletés accumulées et autres, jusqu'à ce que le corps soit purifié, même si cela doit se faire plus de sept fois, d'après le hadith mentionné.

 

En outre, il n'est pas nécessaire d'utiliser du savon, du shampooing et d'autres choses, sauf si le jujubier n'est pas suffisant pour éliminer la saleté.

 

Dans ce cas, il est permis d'utiliser du savon, du shampoing, de la salicorne (Achnân) (plante des rivages salés) et quelles que soient les types de détergents qui sont disponibles à partir du premier lavage.

 

Vous devriez également ajouter du camphre (Kâfour) dans le dernier lavage, conformément aux hadiths mentionnés.

 

Il s'agit de la Sunna mentionnée dans les Hadiths authentiques, selon ce que je connais, d'après le hadith de Omm `Attiyya et d'autres hadiths mentionnés dans le même sens.

 

Je demande à Allah de bénir vos efforts et vous accorder le succès, la sincérité, et la rectitude, Il est Digne d'être imploré.

 

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous.

 

Président Général des Directions des recherches Scientifiques Islamiques, de l'Iftâ', de la Prédication et de l'Orientation Religieuse
Fatwa de cheikh Ben Baz tirée de son recueil de fatwa:  Tome 13, page 111-112
copié de salat-janaza.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

La femme indisposée qui lave la personne morte

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La femme indisposée qui lave la personne morte

Question :

 

Est-il permis à une femme qui a ses menstrues de procéder à la toilette mortuaire et à l'enveloppement d'un défunt ?

 

Réponse :

 

Il est permis à une femme qui a ses menstrues de procéder à la toilette mortuaire d'une femme morte et à son enveloppement.

 

Il lui appartient de laver parmi les hommes son mari seulement.

 

Les menstrues ne constituent pas un obstacle pour la toilette mortuaire.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 8, Numéro de la page: 369)

La question 2 de la Fatwa numéro (6193)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Se souhaiter la mort (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Se souhaiter la mort (vidéo)

Question :

 

Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, dit :

 

"Le Messager d'Allah, que la paix soit sur lui a dit:

« Que l'un de vous ne souhaite pas la mort à cause d'un mal qui l'a frappé.

S'il doit absolument le faire, qu'il dise:

«Seigneur ! Laisse-moi en vie tant que la vie est pour moi un bien et fais-moi mourir si la mort est meilleure pour moi ». "

 

Réponse :

 

"Que l'un de vous ne souhaite pas" il s'agit d'une interdiction, une interdiction souligné par le Prophète,salallahou aleyhi wa salam. 

 

Ainsi souhaiter consiste à rechercher, ce qui signifie que nul d'entre vous cherchera la mort "à cause d'un mal" ce qui signifie en raison d'un mal qui l'a frappé, un mal dans son corps, comme la maladie et les choses semblables, ou un préjudice dans sa richesse, ou dans sa famille.

 

Ainsi souhaiter consiste à rechercher, ce qui signifie que nul d'entre vous cherchera la mort "à cause d'un mal" ce qui signifie en raison d'un mal qui l'a frappé, un mal dans son corps, comme la maladie et les choses semblables, ou un préjudice dans sa richesse, ou dans sa famille.

 

S'il a des actions pieuses alors il peut augmenter (en faire plus).

 

Et s'il n'a pas d'actions pieuses alors on espère qu'il va se repentir, il est à espérer qu'il se repente.

 

Ainsi, sa vie est meilleure pour lui.

 

Cela en ce qui concerne le croyant.

 

En ce qui concerne le mécréant et auprès d'Allah le refuge est recherché alors sa vie est à son détriment.

 

"Si Nous leur accordons un délai, c’est seulement pour qu’ils augmentent leurs péchés." (sourate al-Imran verset 178)

 

Comme pour le croyant s'il est un pécheur ou un pervers sa vie est meilleure pour lui, car il est à espérer qu'il se repentira répondant ainsi à Allah, l'Exalté, alors qu'il s'est repenti.

 

C'est parce que sa foi en Allah le conduira à la repentance.

 

Ainsi ce hadith contient une interdiction de souhaiter la mort, de sorte qu'il est haï, ou il est haram, si elle est due à cause d'un mal qui l'a frappé.

 

-Premièrement

 

C'est parce que c'est rejeter la patience, souhaiter la mort est rejeter la patience.

 

Et le musulman est invité à faire preuve de patience avec ce sur quoi il a été testé.

 

-Deuxièmement

 

Il préserve sa vie ce qui est meilleure pour lui.

 

S'il effectue des actions pieuses alors il peut augmenter et faire plus et s'il fait le mal, alors il est à espérer qu'il se repentira.

 

Et parce qu'il ne sait pas ce qu'il ya après la mort.

 

Il est possible que ce qui est après la mort, et le refuge auprès d'Allah est recherché-sera plus grave que le préjudice qu'il subit.

 

Ainsi, il ne sait pas ce qu'il va rencontrer.

 

Cela se rapporte à la personne qui souhaite mourir du à des affaires mondaines.

 

Quant à la personne qui souhaite la mort à cause de la religion, il souhaite la mort dans un effort pour préserver sa religion, si c'est pendant les temps d'épreuves et de tribulations, et il craint pour sa religion alors il n'y a pas de mal à vouloir la mort . 

 

Ceci est basé sur l'invocation du Prophète, salallahou aleyhi wa salam:

 

"Et si tu veux mettre tes esclaves à l'épreuve et les tester, alors prend mon âme vers toi sans me mettre de jugement."

 

Et Maryam, la paix soit sur elle, a souhaité la mort quand elle avait peur des épreuves et des tribulations.

 

Elle a dit: 

 

"Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée !" (sourate Maryam verset 23)

 

C'était parce qu'elle craignait la fitna pour son peuple, qu'ils parlent et l'accusent.

 

Et c'est ce dont elle avait peur qui s'est produit.

 

Ainsi, si la mort est souhaité en raison de la religion, et pour être à l'abri de la fitna alors c'est permis.

 

Mais si la mort est souhaité en raison d'une calamité mondaine alors ce n'est pas permis, mais plutôt le musulman doit etre patient et chercher la récompense, et se repentir à Allah l'Exalté.

 

(Et si c'est une obligation) qui signifie qu'il n'ya pas d'autre moyen, sauf de souhaiter la mort, ce qui signifie que cette personne a souhaité la mort, alors laissez-le confier l'affaire à Allah. Ainsi, il dira: Ô Allah fais-moi vivre aussi longtemps que la vie est meilleure pour moi, et prends mon âme, quand la mort est meilleure pour moi.

 

Par conséquent, il retourne l'affaire à Allah, l'Exalté, de choisir pour lui ce qui est bon et béni, que ce soit la mort ou la vie.

 

Ainsi ce hadith explique un certain nombre de choses :

 

-La première affaire

 

L'interdiction de souhaiter la mort à cause de préjudice ou de catastrophe dans les affaires du bas monde.

 

-Deuxièmement

 

Ce hadith explique le concept de souhaiter la mort pour l'amour de la religion et craignant de la fitna dans la religion, ce qui est permis.

 

Ceci est basé sur sa parole: "à cause d'un mal qui l'a frappé".

 

La parole "à cause d'un mal", explique que s'il veut la mort pour une raison autre que le mal, il souhaite la mort, craignant pour sa religion, ceci est permis.

 

-Troisièmement

 

Ce hadith confie l'affaire à Allah l'Exalté, alors il dit:

 

"prête moi vie aussi longtemps que la vie est meilleure pour moi, et prends mon âme, quand la mort est meilleure pour moi"

 

Donc, il supplie avec cette invocation plutôt que de souhaiter la mort, il supplie avec cette invocation.

 

copié de minhaj sunna

 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Les condoléances

Publié le par 3ilm.char3i

Les condoléances

Il est recommandé de présenter ses condoléances à la famille du défunt en disant :

 

إِنَّ للهِ ما أَخَذ، وَلَهُ ما أَعْـطـى، وَكُـلُّ شَيءٍ عِنْـدَهُ بِأَجَلٍ مُسَـمَّى

فَلْتَصْـبِر وَلْتَحْـتَسِب

«Tout appartient à Allâh, ce qu’Il retire et ce qu’Il offre.

Il a assigné un terme à tout ce qu’Il a créé.

Patiente et compte sur Allâh pour te récompenser»

 

voilà ce qu'on a rapporté du Prophète صلى الله عليه وسلم

(1)

 

Il n’y a pas de mal à dire : «Qu'Allâh augmente ta récompense» ou «Qu'Allâh te console chaudement.»

 

Il est permis de pleurer sur le mort sans s’efforcer de le faire, car le Prophète a pleuré lorsque son fils Ibrâhîm est mort (2), à condition que ces pleurs ne soient pas accompagnés de lamentations ni de cris perçants.

 

Il est permis à celui qui est frappé par la mort d’un être cher de mener son deuil, en interrompant ses activités, ou en s'interdisant certains divertissements, ainsi que d’autres mesures de ce genre qui expriment le chagrin et ce, pendant une période de trois jours.

 

La veuve, quant à elle, est tenue de respecter un deuil de quatre mois et dix jours si elle n'est pas enceinte.

 

En effet, le deuil de la femme enceinte ne s'achèvera que lorsqu'elle aura accouché.Il est interdit de faire le nadb ou la niyâha sur le mort, le nadb consiste à énumérer les bonnes qualités du défunt en disant : «Ô celui qui me nourrit ! Ô celui qui m’habille !» La niyâha consiste à pleurer et à faire le nadb avec un ton qui ressemble au roucoulement des pigeons, ceci est interdit car il manifeste une opposition à la décision d'Allâh.

 

Il est interdit de se déchirer les vêtements, ou de se frapper les joues, ou de s’arracher les cheveux, ou d'autres actes de ce genre, car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

 

«N ’est pas des nôtres celui qui se frappe les joues, déchire ses vêtements et qui appelle sur lui-même le malheur comme à l'époque de l'obscurantisme pré-islamique».(3)

 

Allâh est plus savant. Prière et paix d'A1lah Sur notre Prophète Muhammad, sa famille et tous ses Compagnons !

 

(1) Unanimement accordé.

(2) Unanimement accordé.

(3) Unanimement accordé

 

Pratiques funéraires : 40 Fatwas de Savants, 241 innovations énumérées par le Cheikh Al-Albany

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Meurs si tu veux !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Meurs si tu veux !

La validité de la croyance...

 

Yahya ibn 'Aôun رحمه الله a dit :

 

"Je suis rentré avec Sahnoun chez Al-Qasar alors qu'il était malade.

 

Il dit (Sahnoun) : "Qu'est-ce qui te cause du souci ?"

 

(Al-Qasar) lui répondit : "La mort et le fait de rencontrer Allâh"

 

Sahnoun lui a dit :

"Ne crois-tu pas aux prophètes ?

En la résurrection ainsi que (le jour) des comptes ?

Au paradis et à l'enfer ?

Que les meilleurs de cette communauté sont Abou Bakr ensuite 'Umar ?

Et que le qur'an est la parole d'Allâh et qu'il n'est pas créé ?

Qu'Allâh sera vu le jour de la résurrection ?

Qu'Il s'est installé au-dessus de son Trône ?

Qu'il est defendu de sortir contre le gouverneur même si c'est un tyran ?"

 

(Al Qasar) dit : "Oui par Allâh."

 

Il (Sahnoun) dit alors : "Meurs si tu veux, meurs si tu veux !"

C'est à dire meurs car tu es sur le bien."

 

Siyâr A'lâm An-Noubalâ 23/16

Commentaire du Cheikh :

 

L'affaire est axée autour de l'authenticité de la croyance et sa validité.

 

Si elle est authentique, la religion des gens ainsi que leur bas-monde s'en verront bonifiés.

 

Si elle est corrompue, l'affaire des gens, religieuse et mondaine, sera corrompue.

 

Et à la survenance du terme (de l'existence), il n'y a nulle faculté à agir si ce n'est à mourir sur une croyance authentique pour celui (l'agonisant) qui en est partisan.

 

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 من أصول أهل السنة

ﻗﺎﻝ ﻳﺤﻴﻰ ﺑﻦ ﻋﻮﻥ رحمه الله

 ﺩﺧﻠﺖ ﻣﻊ ﺳﺤﻨﻮﻥ ﻋﻠﻰ ﺍﺑﻦ ﺍﻟﻘﺼﺎﺭ ﻭﻫﻮ ﻣﺮﻳﺾ

ﻓﻘﺎﻝ : ﻣﺎ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻘﻠﻖ؟

ﻗﺎﻝ ﻟﻪ :  ﺍﻟﻤﻮﺕ  ﻭﺍﻟﻘﺪﻭﻡ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ

ﻗﺎﻝ ﻟﻪ ﺳﺤﻨﻮﻥ:  ﺃﻟﺴﺖ ﻣﺼﺪﻗًﺎ ﺑﺎﻟﺮﺳﻞ  ﻭﺍﻟﺒﻌﺚ ﻭﺍﻟﺤﺴﺎﺏ  ﻭﺍﻟﺠﻨﺔ ﻭﺍﻟﻨﺎﺭ  ﻭﺃﻥَّ ﺃﻓﻀﻞ ﻫﺬﻩ ﺍﻷﻣﺔ  ﺃﺑﻮ ﺑﻜﺮ ﺛﻢ ﻋﻤﺮ  ﻭﺍﻟﻘﺮﺁﻥ ﻛﻼﻡ ﺍﻟﻠﻪ ﻏﻴﺮ ﻣﺨﻠﻮﻕ  ﻭﺃﻥَّ ﺍﻟﻠﻪ ﻳُﺮﻯ ﻳﻮﻡ ﺍﻟﻘﻴﺎﻣﺔ  ﻭﺃﻧَّﻪ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻌﺮﺵ ﺍﺳﺘﻮﻯ  ﻭﻻ ﺗﺨﺮﺝ ﻋﻠﻰ ﺍﻷﺋﻤﺔ ﺑﺎﻟﺴﻴﻒ ﻭﺇﻥ ﺟﺎﺭﻭﺍ

ﻗﺎﻝ: ﺇﻱ ﻭﺍﻟﻠﻪ

ﻓﻘﺎﻝ: ﻣﺖ ﺇﺫﺍ ﺷﺌﺖ، ﻣﺖ ﺇﺫﺍ ﺷﺌﺖ

أي مت فأنت على الخير

 ﺳﻴﺮ ﺃﻋﻼﻡ ﺍﻟﻨﺒﻼﺀ - 23/61

جاروا : جارى أو جرى

صلاح المعتقد

مدار الأمر على صحة المعتقد وسلامته؛ فبصحته صلاح دين الناس ودنياهم، وبفساده فساد أمر الناس في دينهم ودنياهم، وعند حضور الأجل لا مكنة من العمل إلا الموت على المعتقد الصحيح لمن كان من أهله

Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Partager cet article

L’empressement lors du cortège funéraire ? (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’empressement lors du cortège funéraire ? (audio)

 

Question :

 

Une personne interroge sur l’empressement lors du cortège funéraire ?

 

Réponse :

 

Il n’y a pas de doute que l’empressement lors du cortège funéraire est une Sunna.

 

Mais pas comme cela est fait à notre époque, cela fatigue les gens qui portent et risque de faire tomber le mort.

 

Il faut s’empresser de préparer le mort et de l’enterrer.

 

Mais il ne faut pas que cela se transforme en course, car cela nuit aux gens, les fatigue et il est possible que certains d’entre eux tombent ou fassent tomber le mort.

 

traduit par daralhadith-sh.com

 

Cheikh Salih Ibn Sa'ad As-Souhaimy - الشيخ صالح بن سعد السحيمي

Partager cet article

Les morts entendent les pas de leurs fossoyeurs

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les morts entendent les pas de leurs fossoyeurs

Question 5 :

 

Quelle est la preuve, tirée du Coran et de la Sunna, que les morts entendent les pas de leurs fossoyeurs ?

 

Quelle est la preuve tirée du Coran et de la Sunna que les morts voient ceux qui leur rendent visite ?

 

Si tel est le cas, quels sont alors les moments propices pour se rendre sur les tombes et les moments particuliers pendant lesquels les morts voient les gens qui leur rendent visite ?

 

Réponse 5 :

 

Il a été affirmé de façon sûre dans les deux Sahîh que le mort entend les pas de ses fossoyeurs qui quittent le cimetière après l'enterrement. Ainsi, d'après Anas (qu'Allah soit satisfait de lui), le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :  

 

"Lorsqu'une personne est déposée dans sa tombe et ses compagnons quittent cet endroit, ce dernier entend les bruits des pas, deux anges se dirigent alors vers lui et le font asseoir et lui demandent ce qu'il disait, de son vivant, au sujet de cet homme - de Mohammad - Salla Allah `Alaihi Wa Sallam.

Le croyant répondra : je témoigne qu'il est le serviteur d'Allah et Son Messager.

Ces derniers lui diront alors : "Regarde ta place en Enfer, et Allah te l'a changée pour une place au Paradis. Il les verra toutes les deux."

 

Qatâda a dit : Il relata les évènements jusqu'au moment où il évoqua l'élargissement de sa tombe, puis revient au hadith d'Anas et dit :  

 

Tandis qu'on dit à l'hypocrite et au mécréant : « Que disais-tu de cet homme? »

Il répond : « Je n'en sais rien, je disais comme disaient les gens. »

On lui dit alors : « Tu ne sais rien et tu ne dis rien. »

Ensuite, il recevra un coup de marteau en fer à tel point qu'il pousse un cri que tout le monde puisse l'entendre sauf les deux mondes des êtres humains et des djinns"

 

Il n'y a pas de texte qui mentionne un moment précis pour se rendre sur les tombes mais le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a ordonné de le faire, de façon inconditionnelle, et ce, afin de se rappeler l'au-delà et pour en tirer les leçons. Il dit alors :

 

"Jadis, je vous interdisais de visiter les tombes et voilà que je vous ordonne de les visiter ; car elles vous rappellent l'au-delà."

 

Il n'y a pas non plus de texte attribué au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui prouverait que les morts voient les gens qui leur rendent visite, d'après ce que nous savons.

 

Le principe est que cela n'est pas vrai tant qu'il n'y a pas une preuve à cela.

 

Le principe aussi est que les morts n'entendent pas la voix des vivants sauf s'il y a une preuve qui étaye cela, tel que le hadith d'Anas qui a été évoqué et conformément à cette parole d'Allah (l'Exalté) (traduction rapprochée) :

 

"tu ne peux faire entendre ceux qui sont dans les tombeaux." (sourate fâtir verset 22)

 

Puis de cette autre parole de l'Exalté (traduction rapprochée) :

 

"Tu n'entends point les morts..." (sourate an-naml verset 80)

jusqu'à la fin du verset.

 

(Numéro de la partie: 7, Numéro de la page: 302)

copié de alifta.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Si seulement il était mort dans un autre endroit que son lieu de naissance

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Si seulement il était mort dans un autre endroit que son lieu de naissance

D'après Abdallah Ibn Amr Ibn Al Ass (qu'Allah les agrée), un homme qui était né à Médine mourut à Médine.

 

Alors le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) pria sur lui puis a dit:

 

« Hélas pour lui, si seulement il était mort dans un autre endroit que son lieu de naissance ».

 

Ils ont dit : Pourquoi Ô Messager d'Allah?

 

Le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

 

« Certes lorsqu'un homme meurt dans un endroit qui n'est pas son lieu de naissance, il aura au paradis un espace équivalent entre son lieu de naissance et l'endroit où il est mort ».

 

(Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3134)

 

عن عبد الله بن عمرو بن العاص رضي الله عنهما : مات رجل بالمدينة ممن ولد بها فصلى عليه رسول الله صلى الله عليه وسلم ثم قال : يا ليته مات بغير مولده

قالوا: ولم ذاك يا رسول الله ؟

فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن الرجل إذا مات بغير مولده قيس بين مولده إلى منقطع أثره في الجنة

(رواه النسائي و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣١٣٤)

Partager cet article

La tombe : première étape de l'au-delà (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La tombe : première étape de l'au-delà (vidéo)

 

 

Abdelmalik Abou Adam Al-Firansi

Partager cet article

Je l'entendais pleurer...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Je l'entendais pleurer...

Ismâ‘îl Ibn Zakariyyâ était le voisin de Habîb Abû Muhammad, et il dit :

 

« Au soir je l'entendais pleurer, au matin je l'entendais pleurer, je suis donc allé voir sa femme et lui ai dit :

 

"Pourquoi pleure-t-il matin et soir ?"

 

Elle dit : « Par Allah !

Il craint lorsqu'il se couche de ne pas voir le matin, et lorsqu'il se lève de ne pas voir le soir. »

 

(Qasr Al-Amal : 63)

Partager cet article

Les morts tirent profit des aumônes des vivants

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les morts tirent profit des aumônes des vivants

Question :

 

Est-ce que le mort tire profit de l'aumône qu'effectue le vivant pour lui ? 

 

Réponse :

 

Oui, le mort tire profit de l'aumône qu'éffectue le vivant pour lui à l'unanimité des gens de la sounnah et du groupe [ Ahlou Souna Wal Djama'a], conformément à ce qui est rapporté par Boukhari et Mouslim d'aprés un Aicha ( qu'Allah l'agrée ) :

 

" Un homme a dit au messager d'Allah صلى الله عليه وسلم :

 

Ma mère est morte subitement [ et n'a pas laissé de testament] et je pense que si elle avait parlé, elle aurait donné l'aumône.

A-t'elle une recompense [ et moi même] si je donne l'aumône pour elle ?"

Le prophète صلى الله عليه وسلم répondit " Oui"

[ il donna alors l'aumône pour elle ]." [..] 

 

[ Majmou Fatawa Lajna Da Ima Vol 9 ]

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

La suggestion insidieuse du démon

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La suggestion insidieuse du démon

Quant à la suggestion insidieuse du démon disant :

 

" Pourquoi Allah te tourmente-t-Il alors qu'Il peut t'être Clément ?"

 

En voici la réplique en deux points :

 

-Primo

 

Cela constitue une contestation de la volonté du Souverain et Maître qui dispose de tout y compris de l'âme.

 

Or, les actes d'Allah sont inaccessibles à la raison humaine qui doit simplement s'en remettre a Lui et se soumettre délibérément.

 

Allah éprouve en effet les corps par les travaux et les efforts pénibles, comme Il impose à la raison des choses inexplicables, qui la dépassent afin de s'en remettre a Lui, notamment des choses telles que la souffrance des animaux, la lapidation de l'adultère etc....

 

On doit donc considérer la toute puissance de la Providence et la sagesse supreme d'Allah.

 

Ce qui implique la résignation a son décret et la confiante soumission a Sa volonté.

 

Partant, on doit estimer juste ce qu'Allah fait en vertu de sa sagesse que nous savons supreme.

 

L'usage de la raison est une des aptitudes innée de l'homme.

 

Sa fonction est de saisir la réalité qui s'impose à nous.

 

Aussi, déterminer ce qui est bien ou mauvais ne relève pas des fonctions qui sont inhérentes a la raison.

 

De même que les cinq sens ne nous permettent pas de savoir si une nourriture ou une boisson sera bonne ou néfaste.

 

Se retrouver a contester le décret divin serait une des pires situations devant la mort.

 

Seuls s'en rendraient coupable ceux qui comparent les attributs divins a ceux des créatures.

 

C'est l'exemple de quelqu'un qui ayant entendu qu'Allah est le plus Miséricordieux des miséricordieux, considère qu'il s'agit de la même miséricorde que manifestent les créatures humaines.

 

Puis, il découvre en examinant le monde qu'Allah donne l'emprise a Ses ennemis sur Ses alliés et les rapaces sur leurs proies.

 

Il croit alors que la misericorde d'Allah n'existe pas.

 

Ce qui le mène à la mécréance.

 

Crois donc en Ses attributs comme tu as cru en Lui.

 

C'est a Lui que tu dois t'en remettre et jamais tu ne dois contester Ses décrets.

 

Allah accablait d'épreuves les prophètes et les croyants sans que cela n'altérât leur foi ou leur dévouement.

 

Tantot, Il leur accordait la victoire comme lors de la bataille de Badr ; tantôt Il donnait le dessus a leurs ennemis comme a Uhud.

 

Mais en toutes circonstances, leur foi demeurait intacte, inébranlable.

 

Il leur apprenait ainsi a accepter Ses décrets sans contestation.

 

Quant a la foi, ta foi est sujette aux secousses.

 

La moindre chose l'ébranle.

 

C'est un des principes majeurs qui régit la foi de l'homme.

 

Et celui qui médite ce point et le comprend sera préservé des vicissitudes et de la tristesse 

 

-Secundo

 

Par ailleurs, ces affres de la mort nous paraissent comme une torture en soi.

 

Peut être qu'il n'en sera pas ainsi : 

 

de par Sa clémence pour Ses serviteurs, Allah détourne l'attention du fidèle pour qu'il ne se concentre par sur sa situation.

 

Pour se faire, Il occupe ses sens : sa vue, par laquelle Il lui permet de voir sa demeure au paradis.

 

Son ouïe, comme l'a dit ibn Mas'ûd :

 

" Lorsque l'ange de la mort se présente pour ôter l'âme du croyant il lui dit : " ton seigneur te salue'."

 

Il occupe son coeur et son esprit de l'attente de Sa rencontre jusqu'à ce que ses sens ne perçoivent plus la lourdeur qui les accable.

 

A l'image des femmes qui se sont coupés les doigts a la vue du prophète Youssef Aleyhi salam.

 

Muhammad ibn Ka'b al-Quradhi dit :

 

" Quand l'âme du fidèle est sur le point d'être recueillie, l'ange vient lui dire : Salut sur toi, O protégé d'Allah. Allah te transmet le salut. Puis il récita ce verset : (Ceux dont les Anges reprennent l'âme, alors qu'ils sont bon, [les Anges leur] disent : "Paix sur vous!...") [Coran Les Abeilles,32]

 

Zayd ibn Aslam dit :

 

" Les anges viennent au croyant à son agonie lui dire : " N'aie pas peur de ce qui t'attend".

Et voila que sa peur se dissipe; et de lui ajouter : " Ne sois pas triste de quitter le bas monde et ses habitants. Et réjouis toi car tu es promis au Paradis !"

 

Il meurt alors en ayant reçu la bonne nouvelle de sa destination.

 

D'après Abu Hourayra, le Prophète صلى الله عليه وسلم dit :

 

" Les anges se présentent auprès du mourant et s'il s'agit d'un homme pieux ils disent : Sors, Ô âme pure qui habitait un corps pur.

Sors sous nos louanges et réjouis toi de la miséricorde et des senteurs (du paradis) et d'un Seigneur non courroucé.

Ils le lui répètent incessamment jusqu'à ce qu'elle sort du corps.

Ils la portent et montent avec au ciel devant les portes duquel ils demandent qu'on leur ouvre.

On leur dit : " qui est-ce?"

Untel, répondent-ils.

"Bienvenue à l'âme pure, disent les anges du ciel, qui habitait un corps pur.

Entre digne d'éloge que tu es et réjouis toi de la miséricorde et des senteurs (du paradis) et d'un Seigneur non courroucé." 

[hadith rapporté par Ahmad et Ibn Mâja]

 

D'après Al Barâ' ibn Azib, le Prophète صلى الله عليه وسلم dit :

 

" Lorsqu'un fidèle est sur le point de quitter l'ici-bas pour passer a l'au-delà, des anges du ciel descendent vers lui, aux visages éclatant comme le soleil et munis d'un linceul et de parfum du Paradis.

Ils s'assoient.

Ensuite, l'ange de la mort arrive et s'installe a sa tete puis dit : " Ô âme pure, sors vers l'absolution et la bienveillance d'Allah."

Elle sort alors fluide telle une goutte coule du col d'une outre.

L'ange de la mort la prend, mais les autres la lui reprennent en un clin d'oeil et l'ensevelissent dans le linceul et l'embaument avec les parfums du paradis.

Elle exhale une odeur plus agréable que le meilleur musc de la terre.

Tous les anges qu'ils rencontrent au cours de leur ascension leur disent: " De qui est cette âme a l'odeur agréable ?

 C'est untel fils d'untel, leur répondent-ils en le désignant par le plus beau nom qu'on lui donnait dans sa vie ici-bas.

De chaque ciel, les anges du plus haut rang participent au cortège jusqu'à ce qu'ils arrivent au septième ciel.

Là Allah dit : " Consigner le registre de mon serviteur à Illiyun."

[hadith rapporté par Ahmad et d'autres.]

 

Méditations sur la mort, Maktaba, p.56à60, Ibn Al Jawzy 

copié de alhouda.forumactif.com

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

L'âme du mort revient-elle ? (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'âme du mort revient-elle ? (vidéo)

Questionneuse :

 

L'âme du mort revient elle ? 

 

Et reconnaît-elle ce que nous faisons, dans nos maisons par exemple ?

 

Réponse :

 

Abadan ! Jamais ! 

 

Ceux sont des superstitions qui sont présentes dans l'esprit de certaines personnes.

 

Quand une personne meurt son lien à ce bas monde est totalement coupé.

 

Dans le sens que si une bombe nucléaire était lâchée, et que vous avez entendu (la puissance) de l'une d'entre elle, comme celle que les Américains lâchèrent sur le Japon.

 

Si des centaines de bombes nucléaires étaient lâchées sur cette planète les morts ne ressentiraient pas quoi que ce soit ! 

 

"Lorsqu'une personne meurt, ses actions sont coupées sauf pour trois choses" 

 

Et Allah dit dans le Saint Coran : 

 وَمَآ أَنتَ بِمُسۡمِعٍ۬ مَّن فِى ٱلۡقُبُورِ

 

"Alors que toi [Muammad], tu ne peux faire entendre ceux qui sont dans les tombeaux." (Sourate Al Fatir, verset 22)

 

Le mort n'entend pas, donc ne crois pas à toutes ces histoires.

 

Retranscription par Amatulhaqq - Katia (@chaboulix) رحمها الله

 

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

La récitation de la sourate Al-Fâtiha sur les tombes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La récitation de la sourate Al-Fâtiha sur les tombes

Question :

 

Quel est le regard de la religion sur la visite des tombes et la récitation de la sourate Al-Fâtiha, particulièrement sur les tombes des walî, comme on les appelle dans certains pays arabes frontaliers, bien que ceux qui le font disent :

 

«Je ne veux pas commettre un acte de polythéisme, mais si je ne visite pas ce walî, il vient dans mes rêves et me demande pourquoi je ne l’ai pas visité.»

 

Quel est le regard de la religion sur cette attitude ?

 

Qu’Allaah vous récompense.

 

Réponse :

 

Il est permis aux hommes musulmans de visiter les tombes comme Allaah سبحانه l’a légiféré par l’intermédiaire de Son Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«Visitez les tombes, cela vous rappellera l’au-delà.»

Muslim dans le chapitre des funérailles (108-976)

 

Dans le Sahîh de Muslim, selon Burayda ibn Al-Hasîb رضي الله عنه le Prophète صلى الله عليه وسلم enseignait à ses Compagnons, lors de la visite des tombes, de dire :

 

«Que le salut soit sur vous, Ô gens de ces demeures, parmi les croyants et les musulmans, et nous allons, si Allaah le veut, vous rejoindre.

Nous demandons à Allaah le salut pour nous et pour vous.

Qu’Allaah accorde Sa grâce à ceux qui sont morts avant nous et à ceux qui vont les suivre.»

Muslim dans le chapitre des funérailles (975)

 

Dans un autre hadith authentique, selon 'A’icha رضي الله عنه le Prophète صلى الله عليه وسلم disait lors de la visite des tombes :

 

«Que le salut soit sur vous, Ô gens de ces demeures, parmi les croyants et les musulmans, et nous allons, si Allaah le veut, vous rejoindre.

Nous demandons à Allaah le salut pour nous et pour vous.

Qu’Allaah accorde Sa grâce à ceux qui sont morts avant nous et à ceux qui vont les suivre ; qu’Allaah pardonne aux morts de Baqîca al-Gharqad. »

Muslim dans le chapitre des funérailles (974)

 

Lors de la visite, le Prophète صلى الله عليه وسلم ne récitait ni la sourate Al-Fâtiha, ni d’autres versets du Coran, et c’est plutôt une innovation et le Prophète صلى الله عليه وسلم  a dit :

 

«Quiconque invente dans notre religion ce qui lui est étranger, cela lui est rejeté.»

Al-Bukhârî dans le chapitre de la réconciliation (2697), Muslim dans le chapitre des jugement (1718).

 

Dans la version de Muslim :

 

«Quiconque pratique une œuvre n’appartenant pas à notre religion, cela lui est rejeté.»

Al-Bukhârî, Muslim dans le chapitre des jugements (18-1718).

 

Dans Sahîh Muslim, selon Jâbir ibn 'Abdillah Al-Ansârî رضي الله عنه le Prophète صلى الله عليه وسلم disait dans le prône de la prière du vendredi :

 

«Certes la meilleure parole est le Livre d’Allaah, la meilleure pratique est celle de Muhammad صلى الله عليه وسلم et les pires des choses sont les inventions et chaque innovation est un égarement.»

 

An-Nassâ’î ajoute, dans sa version : 

 

«Et chaque égarement mène en Enfer.»

Muslim dans le chapitre du vendredi (867), An-Nassâ’î dans le chapitre des deux fêtes (3/188-189).

 

Il incombe donc au musulman de s’en tenir à la sainte Loi, et de se prémunir des innovations au sujet de la visite des tombes et dans d’autres domaines.

 

La visite des tombes des musulmans, qu’ils soient appelés Walî ou non, est autorisée, puisque tout croyant et croyante sont des Walî, comme Allaah, qu’Il soit Glorifié, le dit (traduction rapprochée) :

 

«En vérité, les bien-aimés d’Allaah seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés, * Ceux qui croient et qui craignent [Allaah].» [Jonas, v. 62-63]

 

Et le Très-Haut dit (traduction rapprochée) :

 

«Quoi qu’ils n’en soient pas les gardiens, car ses gardiens ne sont que les pieux. Mais la plupart d’entre eux ne le savent pas.» [Le Butin, v. 34]

 

Mais il n’est pas permis aux visiteurs et ni même à ceux qui ne les visitent pas, d’invoquer les morts, de leur demander assistance, faire des vœux pour eux, faire des sacrifices à côté des tombes ou à n’importe quel endroit spécifique à ces pratiques polythéistes, afin que les morts intercèdent, guérissent leurs malades, les fassent triompher sur l’ennemi ou tout autre service, car tout cela fait partie de l’adoration et l’adoration doit être vouée exclusivement à Allaah.

 

En effet, Allaah dit dans le Coran (traduction rapprochée) :

 

«Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allaah, Lui vouant un culte exclusif.» [La Preuve, v. 5]

 

Et Il dit, qu’Il soit exalté (traduction rapprochée) :

 

«Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent.» [Qui éparpillent, v. 56]

 

Le Très-Haut dit aussi (traduction rapprochée) :

 

«Les mosquées sont consacrées à Allaah : n’invoquez donc personne avec Allaah.» [Les Djinns, v. 18]

 

Il dit encore, qu’Il soit exalté (traduction rapprochée) :

 

«Et ton Seigneur a décrété : « N’adorez que Lui ».» [Le Voyage Nocturne, v. 23]

 

Il dit, qu’Il soit exalté (traduction rapprochée) :

 

«Invoquez Allaah donc, en Lui vouant un culte exclusif, quelque répulsion qu’en aient les mécréants.» [Le Pardonneur, v. 14]

 

Il dit, qu’Il soit exalté (traduction rapprochée) :

 

«Dis : «En vérité, ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allaah, Seigneur de l’Univers.* A Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.»» [Les Bestiaux, v. 162, 163]

 

Et beaucoup de versets convergent dans ce sens.

 

Dans la Sunna authentique, le Messager d’Allaah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Le droit d’Allaah sur Ses serviteurs est qu’ils L’adorent sans rien Lui associer.»

Selon Mucâdh رضي الله عنه : Al-Bukhârî dans le chapitre du Jihâd (2856), Muslim dans le chapitre de la foi (30)

 

Cela englobe toutes les adorations comme la prière, le jeûne, l’inclinaison, la prosternation, le pèlerinage, les invocations, le sacrifice, les vœux et autre, comme il a été spécifié dans les versets précédents.

 

Dans le Sahîh Muslim, selon 'Alî رضي الله عنه le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Allaah a maudit celui qui égorge pour autre qu’Allaah.»

Muslim dans le chapitre des sacrifices (1978)

 

Dans le Sahîh Muslim également, selon 'Umar ibn Al-Khattâb رضي الله عنه le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

«Ne me prodiguez pas excessivement des éloges, comme les Nazaréens l’ont fait pour (Jésus) le fils de Marie, je ne suis qu’un serviteur. Alors appelez-moi : le serviteur d’Allaah et Son Messager.»

Al-Bukhârî dans le chapitre des histoires des prophètes (3445)

 

Les hadiths qui exhortent à adorer Allaah Seul et interdisent le polythéisme et les moyens qui y mènent, sont nombreux.

 

Cependant, la visite des tombes pour les femmes sont interdites, car le Messager صلى الله عليه وسلم a maudit les visiteuse des tombes.

At-Tirmidhî dans le chapitre des funérailles (1056), Ibn Mâjah dans le chapitre des funérailles (1576), Ahmad (2/337), (3/443)

 

La sagesse dans cette interdiction, et Allaah est Plus Savant, réside peut-être dans le fait que leur visite peut causer une séduction pour elles et pour les hommes.

 

En effet, la visite des tombes au début de l’islam était interdite pour prévenir le polythéisme, mais quand l’islam s’est propagé et les principes de l’unicité se sont affermis, le Prophète صلى الله عليه وسلم a permis la visite des tombes à tous et à toutes.

 

Puis, il l’a interdite aux femmes pour prévenir la séduction.

 

Concernant les tombes des mécréants, il n’y a pas de mal à les visiter, pour le rappel et les enseignements.

 

Mais il ne faut pas invoquer Allaah et implorer Son pardon pour eux, conformément au hadith dans Sahîh Muslim, dans lequel le Prophète صلى الله عليه وسلم a demandé la permission à son Seigneur pour qu’Il pardonne à sa mère, ce qui a été refusé.

 

Puis, Il a demandé à Allaah la permission de visiter sa tombe, ce qui a été accepté. 

Muslim dans le chapitre des funérailles (976)

 

En effet, elle est morte en suivant la religion de son peuple (c’est-à-dire, dans la mécréance).

 

Je demande à Allaah d’aider les musulmans hommes et femmes à comprendre leur religion, à l’appliquer dans les actes, les paroles et la croyance et de les protéger contre tout ce qui contredit la Sainte Loi.

 

Il est le Seul Qui a le pouvoir de le faire.

 

Et les prières et le salut d’Allaah sont sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.

 

Revue des Recherches Islamiques n° 42, page 132-134

 Traduit et publié par fatawaislam.com

 

 

حكم قراءة الفاتحة على قبور الأولياء
ما حكم من يزور القبور ثم يقرأ الفاتحة وخاصة على قبور الأولياء كما يسمونهم في بعض البلاد العربية المجاورة. بالرغم أن بعضهم يقول: لا أريد الشرك ولكن إذا لم أقم بزيارة هذا الولي فإنه يأتي إلي في المنام ويقول لي: لماذا لم تزرني؟ فما حكم ذلك جزاكم الله خيرا؟
يسن للرجال من المسلمين زيارة القبور كما شرعه الله سبحانه لقول النبي صلى الله عليه وسلم: ((زوروا القبور فإنها تذكركم الآخرة)) خرجه الإمام مسلم في صحيحه، وروى مسلم في صحيحه أيضا عن بريدة بن الحصيب رضي الله عنه قال: (كان النبي يعلم أصحابه إذا زاروا القبور أن يقولوا: ((السلام عليكم أهل الديار من المؤمنين والمسلمين وإنا إن شاء الله بكم لاحقون، نسأل الله لنا ولكم العافية))، وصح عنه صلى الله عليه وسلم من حديث عائشة رضي الله عنها أنه كان إذا زار القبور يقول: ((السلام عليكم دار قوم مؤمنين وإنا إن شاء الله بكم لاحقون، يرحم الله المستقدمين منا والمستأخرين، اللهم اغفر لأهل بقيع الغرقد))، ولم يكن حال الزيارة عليه الصلاة والسلام يقرأ سورة الفاتحة ولا غيرها من القرآن، فقراءتها وقت الزيارة بدعة، وهكذا قراءة غيرها من القرآن لقول النبي صلى الله عليه وسلم: ((من أحدث في أمرنا هذا ما ليس منه فهو رد)) متفق على صحته، وفي رواية مسلم رحمه الله يقول صلى الله عليه وسلم: ((من عمل عملا ليس عليه أمرنا فهو رد)) وفي صحيح مسلم عن جابر بن عبد الله الأنصاري رضي الله عنهما عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه كان يقول في خطبته يوم الجمعة: ((أما بعد فإن خير الحديث كتاب الله وخير الهدي هدي محمد صلى الله عليه وسلم وشر الأمور محدثاتها وكل بدعة ضلالة)) وأخرجه النسائي وزاد: ((كل ضلالة في النار))، فالواجب على المسلمين التقيد بالشرع المطهر والحذر من البدع في زيارة القبور وغيرها
والزيارة مشروعة لقبور المسلمين. جميعا سواء سموا أولياء أم لم يسموا أولياء وكل مؤمن وكل مؤمنة من أولياء الله كما قال الله عز وجل

أَلا إِنَّ أَوْلِيَاءَ اللَّهِ لا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلا هُمْ يَحْزَنُونَ الَّذِينَ آمَنُوا وَكَانُوا يَتَّقُونَ

[سورة يونس الآيتان 62-63]

 وقال سبحانه في سورة الأنفال

وَمَا كَانُوا أَوْلِيَاءَهُ إِنْ أَوْلِيَاؤُهُ إِلا الْمُتَّقُونَ وَلَكِنَّ أَكْثَرَهُمْ لا يَعْلَمُونَ

[ سورة الأنفال من الآية 34]

، ولا يجوز للزائر ولا لغيره دعاء الأموات أو الاستغاثة بهم أو النذر لهم أو الذبح لهم عند قبورهم أو في أي مكان يتقرب بذلك إليهم ليشفعوا له أو يشفوا مريضه أو ينصروه على عدوه أو لغير ذلك من الحاجات؛ لأن هذه الأمور من العبادة، والعبادة كلها لله وحده؛ كما قال سبحانه

وَمَا أُمِرُوا إِلا لِيَعْبُدُوا اللَّهَ مُخْلِصِينَ لَهُ الدِّينَ حُنَفَاءَ

[سورة البينة من الآية 5]

وقال عز وجل

 وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنْسَ إِلا لِيَعْبُدُونِ

[سورة الذاريات الآية 56]

وقال سبحانه

 وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلا تَدْعُوا مَعَ اللَّهِ أَحَدًا

[سورة الجن الآية 18]

وقال عز وجل

وَقَضَى رَبُّكَ أَلا تَعْبُدُوا إِلا إِيَّاهُ

[سورة الإسراء من الآية 23]

والمعنى: أمر ووصى، وقال عز وجل

فَادْعُوا اللَّهَ مُخْلِصِينَ لَهُ الدِّينَ وَلَوْ كَرِهَ الْكَافِرُونَ

[سورة غافر الآية 14]

وقال عز وجل

 قُلْ إِنَّ صَلاتِي وَنُسُكِي وَمَحْيَايَ وَمَمَاتِي لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ * لا شَرِيكَ لَهُ وَبِذَلِكَ أُمِرْتُ وَأَنَا أَوَّلُ الْمُسْلِمِينَ

[ سورة الأنعام الآيتان 162-163]

والآيات في هذا المعنى كثيرة، وصح عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أنه قال: ((حق الله على العباد أن يعبدوه ولا يشركوا به شيئا)) متفق على صحته من حديث معاذ رضي الله عنه، وهذا يشمل جميع العبادات من صلاة وصوم وركوع وسجود وحج ودعاء وذبح ونذر وغير ذلك من أنواع العبادة، كما أن الآيات السابقات تشمل ذلك كله، وفي صحيح مسلم عن علي رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال: ((لعن الله من ذبح لغير الله)) وفي صحيح البخاري عن عمر بن الخطاب رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال: ((لا تطروني كما أطرت النصارى ابن مريم، إنما أنا عبد فقولوا عبد الله ورسوله))، والأحاديث في الأمر بعبادة الله وحده والنهي عن الإشراك به وعن وسائل ذلك كثيرة معلومة
أما النساء فليس لهن زيارة القبور. لأن رسول الله صلى الله عليه وسلم((لعن زائرات القبور)) والحكمة في ذلك والله أعلم أن زيارتهن قد تحصل بها الفتنة لهن ولغيرهن من الرجال
وقد كانت الزيارة للقبور في أول الإسلام ممنوعة حسما لمادة الشرك. فلما فشا الإسلام وانتشر التوحيد أذن صلى الله عليه وسلم الزيارة للجميع ثم خص النساء بالمنع حسماً لمادة الفتنة بهن
أما قبور الكفار فلا مانع من زيارتها للذكرى والاعتبار، ولكن لا يدعى لهم ولا يستغفر لهم، لما ثبت في صحيح مسلم عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه استأذن ربه أن يستغفر لأمه فلم يأذن له، واستأذنه أن يزور قبرها فأذن له، وذلك أنها ماتت في الجاهلية على دين قومها
وأسأل الله أن يوفق المسلمين رجالا ونساء للفقه في الدين والاستقامة عليه قولا وعملا وعقيدة، وأن يعيذهم جميعا من كل ما يخالف شرعه المطهر إنه ولي ذلك والقادر عليه، وصلى الله وسلم على نبينا محمد وآله وصحبه

سورة الذاريات الآية 56

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Réplique au démon quant au sort de l'homme dans l'au-delà

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Réplique au démon quant au sort de l'homme dans l'au-delà

-Le démon dit : "Qui sait quel sera ton sort?"

 

-La réplique : "J'ai la meilleure opinion qu'on puisse avoir de son Seigneur. Je crois en Lui, et je connais le sort réservé aux âmes croyantes."

 

A ce sujet, il est très important d'avoir cet état d'esprit à l'approche de la mort.

 

Abu Hourayra rapporte que le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dit :

 

" Allah a dit (traduction rapprochée) : "J'adopterai l'attitude que mon serviteur attendra de Moi. Je serai avec lui lorsqu'il m'évoquera; s'il M'évoque Je l'évoquerai. Et s'il M'évoque dans une assistance, Je l'évoquerai dans une assistance meilleure."

[Bukhari et Muslim]

 

Jabir rapporte avoir entendu le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dire trois jours avant sa mort :

 

" que personne d'entre vous ne meurt autrement qu'en ayant une bonne opinion de son seigneur."

[hadith rapporté exclusivement par Muslim]

 

Que l'homme mourant fasse de la bonne opinion qu'il a de son seigneur sa devise, et son mot d'ordre.

 

Qu'il puise sa force dans l'espoir qu'il a placé en Allah !

 

En effet, si la peur de son seigneur lui permettait de stimuler son âme et d'aspirer aux bonne actions, ce temps est pour lui révolu.

 

Il ne lui reste plus qu'à espérer.

 

D'après Anas, le Prophète صلى الله عليه وسلم en visite chez un jeune homme agonisant, lui dit :

 

" Comment te sens-tu ?"

"J'espère en Allah et j'ai peur à cause de mes péchés." Répondit-il.

Et le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم de lui annoncer : " Jamais ces deux sentiments ne se réunissent dans le coeur d'un homme en telle situation, sans qu'Allah ne lui accorde l'objet de ses espérances et ne le garantisse contre ses craintes."

[hadith rapporté par al Tirmidhi et ibn Mâja]

 

Sal-Mu'tamir ibn sulayman rapporte que son père mourant lui dit :

 

" Ô Mu'tamir, rappel moi ce qu'Allah nous a facilité dans la pratique de notre religion.

Peut etre ainsi que je Le rencontrerai en ayant une bonne opinion de Lui."

 

Méditations sur la Mort, Ibn al Jawzy, Maktaba, p.63.64  

copié de alhouda.forumactif.com

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

8 choses permettent de remédier à la tristesse issue de la perte d'un être cher

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

8 choses permettent de remédier à la tristesse issue de la perte d'un être cher

L'homme est sujet à d'interminables malheurs.

Jusqu'à ce qu'au tombeau sa dépouille soit descendue.

qui a un sursis, assiste au trépas d'autrui.

Mais finit par atteindre le terme fatal de sa vie.

 

Le remède en cas de disparition d'un être cher comporte 8 éléments :

 

-Se présenter à l'esprit qu'il s'agit d'un destin préétabli.

 

Allah, a Lui la puissance et la majesté, dit (traduction rapprochée) :

 

" Nul malheur n'atteint la terre ni vos personne, qui ne soit enregistré dans un livre avant que Nous ne l'ayons crée." [Le Fer,22]

 

Puis il ajoute (traduction rapprochée) :

 

" et cela est certes facile à Allah afin que vous ne vous tourmentiez pas au sujet de ce qui vous a échappé." [Le Fer,23]

 

Cela signifie que les malheurs sont prédestinés par décret divin et ne se produisent pas par pure coïncidence comme le soutiennent les naturalistes, ni ne relèvent de l'arbitraire.

 

Bien au contraire, ils émanent de la Providence d'où émanent les faits souverains et les actes parfaits.

 

Puisque les épreuves émanent ainsi de la sagesse suprême qui n’agissent pas arbitrairement, elles visent soit à réprimer une perversion, soit à procurer une récompense divine, soit à punir un péché.

 

Et de là la nécessité de les prendre avec détachement.

 

-Savoir que ce monde ici-bas est un séjour d'épreuves et de malheurs et qu'on y espère point de répit.

 

De voir maintes séparations, mes yeux point ne s'étonnent.

Ils ne m'avisent que ce dont l'esprit est déjà avisé.

 

-Considère que l'affliction constitue, en soi, un deuxième malheur.

 

-Considérer qu'il y a pire que son malheur, tel que dans le cas où l'on perd un seul enfant alors qu'on en a deux.

 

-Méditer le cas des gens qui ont subi la même épreuve.

 

Car suivre leur exemple peut être d'un grand secours et procurer un réel soulagement.

 

Al-Khansâ' versifiait en pleurant son frère :

 

"S'il n'y avait autant de gens autour de moi pleurer

La perte de leur frères, je me serais donné la mort

Certes, ils ne pleurent pas un frère comme le mien.

Mais je me console de voir le malheur des tiers."

 

A propos de ce genre de consolation, Allah en a privé les habitants de l'Enfer, puisque chaque damné souffrira sa peine isolement à tel point qu'il croira qu'il ne reste plus que lui en Enfer.

 

-Méditer le cas des gens éprouvés par des malheurs plus grands ce qui permet de relativiser.

 

-Espérer que l'être qu'on vient de perdre sera remplacée quand cela est possible, à l'image d'un enfant ou d'une épouse.

 

-Implorer la rétribution d'Allah pour avoir enduré les peines de la patience, méditer les vertus de la patience ainsi que la rétribution réservée aux patients et leur conduite résignée.

 

Si, en plus, si on parvient au stade de la satisfaction des décrets divins, on a atteint le summum.

 

Méditations sur la mort, Ibn Al Jawzy, p.23a25, la maktaba 

copié de alhouda.forumactif.com

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Le deuil de la femme dont le mari est mort

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le deuil de la femme dont le mari est mort

-La durée du deuil

 

D'après Zaynab (qu'Allah l'agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit:

 

«Il n'est pas permis à une femme qui croit en Allah et au jour dernier de faire le deuil pour un mort au delà de trois jours sauf pour le mari pour lequel le deuil est de 4 mois et dix jours».

 (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1280 et Mouslim dans son Sahih n°1490)

 

-Il n'est pas permis à la femme de se marier durant la période de deuil

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

«Ceux d'entre vous qui meurt et laissent des épouses, elles doivent observer une période d'attente de 4 mois et 10 jours. Lorsqu'elles arrivent à la fin du délai, il n'y a pas de reproche pour vous concernant ce qu'elles feront d'elles-même dans le bien. Et Allah est parfaitement connaisseur de ce que vous faites». (Sourate Al Baqara n°2 verset 234)

 

Remarque : Il y a une exception à cela, si la femme est enceinte lorsque son mari décède alors la fin de son délai sera le moment de son accouchement.

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

«Et celles qui sont enceintes, la fin de leur délai est leur accouchement». (Sourate Al Talaq n°65 verset 4)

 

D'après Miswar Ibn Makhrama, Sabi'a Al Aslamiya (qu'Allah les agrées) a accouché quelques nuits après la mort de son mari, elle est allé avoir le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et lui a demandé la permission de se marier, il le lui a permit et elle s'est marié.

(Rapporté par Al boukhari dans son Sahih n°5320 et Mouslim dans son Sahih n°1485)

 

-Elle doit rester dans sa maison et ne sortir qu'en cas de besoin

 

D'après Fari'a Bint Malik (qu'Allah l'agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) m'a dit après le décès de mon mari :

 

«Reste dans ta maison jusqu'à la fin du délai».

(Rapporté par Abou Daoud, Tirmidhi, Nasai, Ibn Maja et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil vol 7 p 206)

 

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit :

 

«Si elle est sortie pour une chose dont elle a besoin et a dormi chez elle alors il n'y a rien à lui reprocher.

Par contre si elle est sortie sans besoin et a dormi dans une autre maison que la sienne sans besoin (...) alors qu'elle demande pardon à Allah et se repente auprès de lui».

(Majmou' Al Fatawa 34/28)

 

-Il lui est demandé de délaisser les beaux habits, les bijoux, le parfum, la teinture des cheveux et le kohl

 

D'après Oum Atiya (qu'Allah l'agrée) :

 

«On nous interdisait de faire le deuil pour un mort au delà de 3 jours sauf pour le mari pour lequel le deuil est de 4 mois et 10 jours.

On ne doit pas mettre de kohl, pas de parfum, ni de vêtement teint sauf s'il est teint puis tissé.

Et il nous a été autorisé au moment de la pureté, lorsque l'une d'entre nous fais le ghousl pour ses menstrues de faire usage de parfum.

Et il nous était interdit de suivre les cortèges funéraires».

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5341 et Mouslim dans son Sahih n°938)

 

D'après Oum Salama (qu'Allah l'agrée), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit:

 

«La femme dont le mari est décédé ne porte pas d'habits teints en jaune ou en rouge, ni de bijoux, elle ne doit pas se teindre les cheveux ni mettre du kohl».

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2304 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>