compteur de visite

Catégories

3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 15:30
Autour de la prière dans les mosquées

Question :

 

Si une personne entre dans la mosquée alors que le muezzin est en train de faire l'appel à la prière, qu'est-il préférable de faire ?


Réponse :
 
Il est préférable pour lui de répondre au mezzin puis il fait les invocations rapportées dans la sunnah à la fin de l'appel à la prière.

Ensuite, il fait les deux unités de prières de salutations de la mosquée (tahyat-ul-masjid) à l'exception de celui qui entre dans la mosquée alors que le muezzin est en train de faire le deuxième appel à la prière le jour du vendredi, exception du fait de certains savants.

Dans ce cas-là, il prie les deux unités de prière de salutations de la mosquée (pendant l'appel à la prière) dans le but d'écouter le sermon (khutba).

Ils en ont déduit celà car écouter attentivement le sermon est obligatoire alors que répondre au muezzin ne l'est pas et il ne faut pas devancer un acte qui n'est pas obligatoire sur un autre qui l'est.
 
Question :
 
Dans certains pays, il est d'usage de réciter après les prières obligatoires « la fâtiha », « ayat al kursi » et de faire les invocations en groupe.

Quelle est la validité de cet acte ?
 
Réponse :
 
Le fait de réciter « la fâtiha » et « ayat al kursi » ainsi que de faire les invocations après la prière à voix haute et en groupe relève des innovations.

Il nous a été rapporté du prophète,  صلى الله عليه وسلم, et de ses compagnons, qu'ils faisaient, après la prière, les invocations à voix haute mais pas en groupe en ce sens que chacun faisait ses invocations de façon personnelle.

Le fait d'élever la voix pour faire les invocations après la prière est une sunnah comme il a été rapporté dans l'authentique de Bukhari par Ibn 'Abbas, qu'Allah l'agrée, qui dit : 

« après la prière obligatoire, les gens élevaient la voix pour faire leurs invocations à l'époque du prophète صلى الله عليه وسلم. »
(Bukhari, 841 ; Muslim, 583)
 
Quant au fait de lire « la fâtiha » après la prière, fut-ce à voix haute où à voix basse, je ne connais aucun hadith du prophète, صلى الله عليه وسلم, à ce sujet.

Au contraire, il a seulement été rapporté de réciter « ayat al kursi » , « qoul hua Allah ahad », « qul a'oudhou bi rabi-l-falaq » et « qul a'oudhou bi rabi-nassi ».
 
Question :
 
Qu'en est-il de celui qui prie alors qu'il y a une impureté sur ses habits sans qu'il ne le sache ?
 
Réponse :
 
Si une personne prie avec une impureté sur ses habits et il ne s'en rend compte qu'après avoir terminé sa prière, ou s'il était au courant de cela avant la prière mais n'en s'est rappelé qu'après celle-ci, alors sa prière est valide et il n'aura pas à la recommencer.

La raison étant qu'il a fait cet interdit par ignorance ou par oubli or Allah, Exalté soit-il, a dit (traduction rapprochée) : 

« Seigneur, ne nous châtie pas s'il nous arrive d'oublier ou de commetre une erreur » [1].

Allah a dit (traduction rapprochée) : « Je l'ai fait  » [2].

De plus, le messager,  صلى الله عليه وسلم, pria, un jour, alors qu'il y avait une impureté sur ses chaussures. Djibril l'en informa pendant la prière.

Le messager,  صلى الله عليه وسلم, l'enleva tout en priant [3], et il,صلى الله عليه وسلم, ne recommença pas cette prière. Cela nous indique que celui qui se rend compte qu'il y a une impureté sur lui alors qu'il est en état de prière, il lui suffit de l'enlever, et même pendant la prière, et il la termine s'il est dans la possibilité de préserver les parties obligatoires à cacher ('awrah) suite à cet acte.

Il en est de même pour celui qui a oublié ou qui s'en est rappelé pendant la prière, il lui sufit d'enlever l'habit sur lequel est l'impureté avec la même conditon en ce qui concerne la « 'awrah ».

Quant à celui qui s'en rappelle seulement après avoir quitté la prière, il n'a pas à la recommencer et sa prière est valable.

 

[1] Sourate Al Baqarah (2) ;verset 286.
[2] Muslim, kitâb Al imân, bâb bayân anahou subhanahou lam youkalif ila ma youtâq.
[3] Rapporté par Abu Daud, kitâb As-Salât, bâb As-Salât fi-na'li

 

Fatawa arkân al-islâm, Questions 200, 263 213, Pages 280, 339 et 290.
Traduction : Abu Abdillah.
copié de sounna.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 14:30
Que sais-tu de la mosquée Al-Aqsa ?
separador-2
separador-2
 

Le voyage nocturne
(Traduction rapprochée)
 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux
Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Muḥammad], de la Mosquée Al-Ḥarām à la Mosquée Al-Aqṣā dont Nous avons béni l'alentour, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C'est Lui, vraiment, qui est l'Audient, le Clairvoyant. (1) 
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 22:05
Choisir la mosquée en fonction de la lecture de l’imam
Question : 
 
Il y a dans notre ville une personne qui lit le Coran d'une façon belle et touchante, et des gens - afin de prier derrière lui - viennent de villes éloignées, comme Riyadh, la région Est, Al-Bâha ou d'autres villes.

Que penser de leurs agissements ?

Est-il juste de penser qu'ils ont transgressé l'interdit rapporté dans le hadith : 


« On ne prépare sa monture (dans un but d'adoration) que pour trois mosquées : la mosquée Al-Haram (à la Mecque), la mosquée du Prophète (à Médine) et la Mosquée Al-Aqsâ (en Palestine). » (1) ?

Nous aimerions que vous nous conseilliez et orientiez, et qu'Allah vous récompense.

 

Réponse : 
 
Nous ne voyons pas de mal à cela.

Mais cela fait plutôt partie du voyage dans le but de rechercher la science, comprendre le Noble Coran et l'écouter de la bouche d'une personne qui le lit d'une belle façon.

Le voyage dans ce but ne fait pas partie de la préparation des montures interdite (par le hadith précédent).

En effet, Mûssâ (Moïse), prière et salut d'Allah sur lui, a fait un long voyage pour rencontrer Al-Khidhr, paix sur lui, au lieu où se rencontre les deux mers, afin de rechercher la science.

Les savants parmi les Compagnons et leurs Successeurs n'ont cessé de voyager de région en région, et de pays en pays afin de rechercher la science.

Or le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit : 

« Quiconque emprunte un chemin afin de rechercher une science, Allah lui facilitera son chemin vers le Paradis. » (2).  

(1) Rapporté par Al-Bukhârî, chapitre du mérite de la prière, n°1197 et Muslim,  chapitre du pèlerinage, n°827.
(2) Rapporté par Muslim, chapitre du rappel et de l'invocation, n°2699.

 

Revue des Recherches,  n°42, page 137. 
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 19:07
La lecture d’un journal à la mosquée
Question :
 
Est-il permis de lire un journal à l'intérieur d'une mosquée ? 
 
Réponse :
 
Le journal est un livre comme les autres, il est permis de le lire dans la mosquée.

Mais si celui-ci comporte des photos de personne ou d'animaux, il est interdit de le lire dans une mosquée ou ailleurs si ce n'est qu'après avoir masqué les visages sur les photos en les cachant avec de l'encre ou autre.
 
Et c'est d'Allah que vient le succès, que la prière d'Allah et Son salut soit sur notre prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons
 
Tome 6, page 299,  question numéro : 2726.
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 19:44
L'adhan et l'iqama sans être en état de pureté

Question :

 
Quel est jugement sur le fait d'effectuer l'adhan et l'iqama sans être en état de purété? 
 
Réponse : 
 
L'adhan et l'iqamat s'ils sont effectués sans être en état de pureté sont valides, cependant il est préférable d'effectuer l'adhan est l'Iqamat en étant en état de pureté.

Par contre si cette personne effectue la prière sans être en état de purété sa prière sera refusé comme tout autre personne. 
 
Cheikh Abdel'aziz Ibn Baz Fatwa wa Maqalat p 216 vol 1. 
copié de darwa.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 07:43
Faire du dhikr en groupe (audio)

 

Question :

 
Nous avons l’habitude lorsque nous prions en groupe, de faire du dhikr en groupe (évocation d’Allah) après la prière, cela est-il juste ?

Et le fait de le faire en groupe est-il plus méritoire que le faire seul ?
 
Réponse :
 
Ceci n’est pas juste, c’est une innovation. 
 
Chacun évoque Allah en lui-même.

Le fait de faire du dhikr en groupe d’une seule voix est une innovation.

Que chacun évoque seul Allah après le taslim (fin de la prière).  
 
Traduit par l'equipe d'Assounnah
 
الذكر الجماعي عقب الصلاة
عادتنا ونحن نصلي جماعة مع الإمام وبعد صلاة الجماعة، فإننا نذكر الله جميعاً، فهل هذا صحيح، وهل الذكر بجماعة أفضل، أم كل على حدة؟
ليس بصحيح، بل هذا بدعة، كل واحد يذكر الله في نفسه، أما أن يذكر ذكراً جماعياً بصوت واحد، فهذا من البدع، بل كل واحد إذا سلم يذكر الله بنفسه

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 17:12
La femme peut-elle donner des cours dans la mosquée ?

Question :


Ceci est une question de France, nous avons un problème car une soeur veut donner des cours de base de religion dans la mosquée, nous avons entendu que certains gens nous disaient que ceci ne faisait pas parti de la voie des salefs, que conseillez vous nous sachant que nous sommes dans un pays de mécréance ?
 
Réponse :
 
Le début de la question ne sera pas répondu en fonction de la question posée ci- dessus, mais après que le frère l'eut repété le cheikh dit :

"Quand au fait que les femmes donnent des cours dans la mosquée...
 
Non, elles donnent des cours chez elles, les femmes du Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) n'ont pas donné de cours dans la mosquée pourtant ce sont les mères des croyants, il n'est pas connu que l'une d'entre elles ait fait ceci, elles le faisaient seulement dans leur maison et ceci est le suivi des Salefs et le meilleur des suivis est celui des salefs"....

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 02:50
Allonger Al-Adhan

Question :

 
Quel est le jugement sur  l'adhan quand le muadhin prolonge certains sons, comme "Allahu Akbar" "Allahu Akbar" ?

 

Réponse :


Si le muadhin ajoute des lettres complémentaires à l'adhan changeant ainsi le vrai sens arabe, l'adhan n'a en réalité pas été fait de sa manière légiférée.
 
Le messager d'Allah ( sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Quiconque accomplit une action sur laquelle il n'y a pas notre ordre, alors elle est rejetée » [1]

-Cependant, s'il y a un son supplémentaire à un des mots de l'adhan, un complément qui ne change pas son sens, alors ce son supplémentaire est considéré comme un changement et le muadhin n'a pas correctement accompli son devoir

Un tel adhan est acceptable, mais le muadhin perd la récompense pour son manque de souci de la façon appropriée d'exécuter al-adhan.

L'imam et la communauté dans ce cas doivent chercher autre muadhin qui exécutera l'adhan avec son approprié, la prononciation légiférée, qui n'insérera pas de compléments dans l'adhan.

Bien sûr je me réfère au deuxième scénario ici (c'est à dire : ajouts sans changement de sens).


-Cependant, si l'adhan a été appelé selon le premier scénario mentionné (changement de sens), il n'est pas acceptable et doit être répété.

C'est le cas quand le sens a été changé de son sens original, comme il est trouvé dans le hadith. [2] 

Si c'est le cas,  l'adhan n'a pas été appelé de la manière voulue et prescrite, donc l'adhan doit être répété et Allah est plus savant.

Dans ces deux cas spécifiquement ("Allahu Akbar" "Allahu Akbar"), le sens de l'adhan n'a pas été changé, donc l'adhan ne doit pas être répété et Allah est plus savant.

 

[1] Sahih Muslim *4468 (6/242 de Sharh An-Nawawi)
[2] Voir Sahih Muslim *848 (2/308-309 de Sharh An-Nawawi)


Article tiré du site bakkah.net
Source : cassette enregistrée avec la connaissance et la permission du shaykh, fichier n°AAMB012, daté 1423/6/25.
copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول
Publié par 3ilm char3i - La science légiférée - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان