252 articles avec priere - الصلاة

Prononcer l'intention (النية) avant la prière est une innovation... !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prononcer l'intention (النية) avant la prière est une innovation... !

Question : 

 

[…] La personne pose la question suivante :

 

Quel est le jugement sur le fait d’énoncer son intention [An-Niya] à vive voix pour la prière ?

 

Réponse :

 

Énoncer son intention [An-Niya] est une innovation, le faire de vive voix est un acte encore plus grave.

 

La Sounna, c’est plutôt de limiter son intention au cœur car Allah, a Lui la louange, connaît certes les secrets, même les plus cachés.

 

Le Tout Puissant n’est-Il pas Celui qui dit (traduciton rapprochée) : 

 

« Dis: "Est-ce vous qui apprendrez à Allah votre religion, alors qu'Allah sait tout ce qui est dans les cieux et sur la terre?" Et Allah est Omniscient. » [Sourate Al Hujourat - 16]

 

De plus, rien de fiable n’a été rapporté au sujet de la prononciation de l’intention [An-Niya] par le Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui), ni par ses Compagnons, ni par aucun des Imams qui les ont suivis, ce qui nous permet ainsi de dire que cet acte n’est pas légiféré, et certainement faisant parti des innovations inventées.

 

Tout le sucées n'est garanti que par Allah.

 

Majmou' Fatawas et maqalat moutanayi'a

Traduction rapprochée : Ibn Hamza Al Djazairy

copié de alghourabaa.free.fr

 

التلفظ بنية الصلاة بدعة

السائل (س.أ.س) من مصر يقولما حكم التلفظ  بالنية جهرا في الصلاة؟

التلفظ بالنية بدعة، والجهر بذلك أشد في الإثم، وإنما السنة النية بالقلب؛ لأن الله سبحانه يعلم السر وأخفى، وهو القائل عز وجل: قُلْ أَتُعَلِّمُونَ اللَّهَ بِدِينِكُمْ وَاللَّهُ يَعْلَمُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَمَا فِي الْأَرْضِ[1]، ولم يثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم ولا عن أحد من أصحابه، ولا عن الأئمة المتبوعين التلفظ بالنية، فعلم بذلك أنه غير مشروع، بل من البدع المحدثة، والله ولي التوفيق

[1]  سورة الحجرات الآية 16

نشرت في جريدة المسلمون في العدد (12) ليوم السبت الموافق 7/8/1415هـ - مجموع فتاوى ومقالات متنوعة المجلد العاشر

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Prier avec ses chaussures et ses conditions

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prier avec ses chaussures et ses conditions

D’après Abî Maslamah – Sa’îd Ibn Yazîd – il dit :

 

« J’ai interrogé Anas Ibn Mâlik (radhiallâhu ‘anhu) : Est-ce que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a prié avec ses chaussures ?

 – Il répondit : Oui. » 

 Rapporté par al-Bukhârî et Muslim.

 

-Le sens global [du hadîth]

 

Sa’îd Ibn Yazîd a interrogé Anas Ibn Mâlik (radhiallâhu ‘anhu) au sujet du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam), à savoir s’il priait avec ses chaussures, et qui était pour lui un exemple à suivre sur cela ?

 

Il lui a répondu qu’effectivement il a prié avec ses chaussures.

 

Et cela fait parti de sa Sounnah pure.

 

-Ce qu’il y a à prendre du hadîth

 

  1. Il est recommandé de prier avec ses chaussures vu que cela est une chose que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) faisait.
  2.  
  3. Il est permis de rentrer dans la mosquée avec ses chaussures après avoir vérifier qu’il n’y a pas de saleté ou d’impureté.
  4.  
  5. S’il y a un doute quant au fait qu’il y aurait une impureté sur ses chaussures, il n’y a pas besoin de les retirer vu le fondement [sur la question] qui dit qu’une chose reste pure en l’absence [d’une preuve] quant à son impureté.

 

-Leçon bénéfique [à retenir]

 

La prière avec ses chaussures et l’entrée à la mosquée peut devenir une question problématique.

 

Il est avéré dans la Sounnah du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) la permission pour cela, bien plus, c’est une chose qui est recommandée, et c’est une Sounnah qu’il faut préserver.

 

Il a certes été dit du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) sur cela, dans un hadîth rapporté par Abû Dâwoud d’après Chadâd Ibn Aws : 

 

« Divergez des juifs ! Car ils ne prient pas avec leurs chaussures et leurs sandales. » 

 

Il a aussi été rapporté dans un hadîth d’après Abû Dâwoud, encore selon Sa’îd al-Khoudrî, qui dit : 

 

« Lorsque l’un d’entre vous vient à la mosquée, qu’il regarde ses chaussures, et s’il y voit une saleté ou une impureté, qu’il l’essuie et qu’il prie ensuite avec. » 

 

Et d’autres textes authentiques et sûrs ont été rapportés sur le fait qu’il est légiféré de prier avec ses chaussures [ou sandales] après avoir vérifié qu’il n’y a pas de saleté ou d’impureté […] 

 

Kitâb « Tayssîr al-‘Allâm Charh ‘Oumdat il-Ahkâm » du SHeikh ‘Abdullâh al-Bassâm, 1/247

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh ‘Abdullâh Ibn ‘Abder-Rahmân al-Bassâm - الشيخ عبد الله البسام

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Tenir le coran pendant la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Tenir le coran pendant la prière

Question :

 

Qu’en est-il du port d’un exemplaire du Coran par l’un de ceux qui accomplissent les prières de Ramadan dites tarawih sous prétexte de pouvoir suivre la lecture de l’imam ?

 

Réponse :

 

Louange à Allah.

 

Porter le Coran dans ce but est contraire à la Sunna pour plusieurs considérations. 

 

La première est que l’on perd la possibilité de poser sa main droite sur sa main gauche quand on est debout. 

 

La deuxième est que cela occasionne de fréquents mouvements superflus liés à l’ouverture du Coran, à sa fermeture ou sa garde sous l’aisselle. 

 

La troisième est que ces mouvements constituent une occupation de plus pour le prieur. 

 

La quatrième est qu’il empêche le prieur de fixer son regard sur l’endroit où il va se prosterner.

Or la plupart des ulémas pensent que, selon la Sunna, il est préférable de fixer son regard sur cet endroit là. 

 

La cinquième est que celui qui se comporte de la sorte risque d’oublier qu’il est en prière faute de concentration suffisante. En revanche, s’il reste révérencieux, la main droite posée sur la main gauche et la tête inclinée vers la direction de l’endroit où il va se prosterner, il est alors plus à même de se souvenir qu’il prie derrière un imam.

 

Extrait des Fatwa de Cheikh Muhammad ibn Salih al-Outhaymine publiés dans la revue ad-Dawa n° 1771 p. 45.

copié de darwa.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Reprendre les prières après salat witr

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Reprendre les prières après salat witr

Question :

 

Si j’ai effectué le witr au début de la nuit puis désirais reprendre les prières par la suite, que faudrait-il faire ?

 

Réponse :

 

Si vous avez effectué le witr au début de la nuit et si Allah vous a facilité la reprise des prières à la fin de la nuit, effectuez autant de chaf’a qu’Allah vous en aura donné la possibilité, mais n’y ajoutez pas de witr compte tenu de la parole du Prophète صلى الله عليه و سلم :

 

« Il ne peut pas y avoir deux witr au cours de la même nuit »

 

Et compte tenu encore de ce hadith rapporté par Aïcha رضي الله عنها selon lequel le Prophète صلى الله عليه و سلم accomplissait deux raka’a après le witr en restant assis.

 

Ceci visait mais Allah le sait mieux – de montrer aux gens la permission de prier après avoir effectué le witr. 

 

Voir Madjmou’ fatawa Cheikh Ibn Baz, 11/311

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Peut-on prier avec le niqab et les gants ? (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Peut-on prier avec le niqab et les gants ? (vidéo)

Question :

 

Est-il permis pour la femme de prier avec le "niqab" et les gants ?

 

Réponse :

 

Si le femme prie dans sa maison ou dans un endroit où seuls des hommes qui lui sont interdit au mariage la voient il lui est alors légiféré de découvrir son visage et ses mains afin que le front et le nez puissent être en contact avec l'endroit de la prosternation, ainsi que les mains...

 

Et en ce qui concerne le fait de se couvrir le visage (en présence d'hommes étrangers) elle le couvre pendant qu'elle est debout ou assise (en salat) et quand elle veut se prosterner elle découvre son visage pour que le front soit en contact avec l'endroit de la prosternation.

 

Livre : fatawa arkan el islam p295 / cheykh el 'outheymin

copié de darwa.com

 4598

Question :

 

Noble Cheikh, qu'Allah vous préserve, quel est le jugement de la femme qui porte des gants et le niqab alors qu'elle établit la prière ?

 

Réponse :

 

En ce qui concerne ses gants, alors pas de problème si elle n'est pas en état d'Ihram.

 

En ce qui concerne le port du niqab alors qu'elle n'a pas besoin de porter le niqab si il n'y a pas d'hommes autour d'elle, ceux qui ne sont pas ses maharim.

 

Ainsi, elle découvre son visage et elle ne porte pas de niqab.

 

En ce qui concerne le cas ou il y a des hommes autour d'elle qui ne sont pas ses maharim alors elle met son khimar sur son visage de telle sorte qu'ils ne la vois pas.

 

Et quand elle veut se prosterner elle découvre son visage pour que son front puisse toucher directement le lieu de prosternation.

 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

A quelle heure doit-on prier salat 'isha en été ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

A quelle heure doit-on prier salat 'isha en été ?

La louange est à Allah, que la prière et le salut d’Allah soient sur l’Envoyé d’Allah, sa famille, ses Compagnons et ceux qui les suivent de la meilleure manière.

 
Chaque année, à l’approche de l’été, le même débat refait surface quant à l’heure à laquelle il faut prier l’Isha, ravivant par là les dissensions.
 
Nous présentons ici deux fatwas de savants éminents, afin – si Allah le veut – de clore, ou pour le moins, atténuer les divergences.
 
Nous demandons à Allah qu’il en fasse profiter les musulmans et qu’Il leur accorde la compréhension de la religion, Il est certes Audient et Proche.
trter
Fatwa de cheikh Ibn Bâz – qu’Allah lui fasse miséricorde [1]
 
Question :

Dans certains endroits, la nuit et le jour peuvent être très longs, ils peuvent être aussi très courts, si bien que l’on ne retrouve pas les heures des cinq prières. Comment les habitants de ces endroits doivent-ils accomplir leurs prières ?
 
Réponse :
 
Les habitants des contrées où la nuit et le jour sont très longs doivent prier les cinq prières selon une estimation, s’il n’y a ni lever ni coucher de soleil pendant une période de vingt-quatre heures, comme il a été rapporté authentiquement du Prophète (prière et salut d’Allah sur lui) dans le hadith d’An-Nawâs ibn Sam’ân, rapporté dans le Sahîh de l’imam Muslim, lorsqu’apparaîtra l’antéchrist (Dajjâl) et qu’un jour sera comme une année.

Les Compagnons ont interrogé le Prophète (prière et salut d’Allah sur lui) à ce sujet et il leur a répondu : « Estimez l’heure de chaque prière. » 

De même pour le deuxième jour qui sera comme un mois, et le troisième qui sera comme une semaine.
 
Quant au lieu où la nuit courte et la journée longue, ou le contraire, dans une période de vingt-quatre heures, son jugement est clair : les gens prient comme tous les jours, même si la nuit ou le jour est très court en se basant sur le caractère général des preuves.
Et Allah est Celui Qui facilite toute chose.
trter
Fatwa de cheikh Al-Fawzân – qu’Allah le préserve [2]
 
Question : 

Il est de notoriété publique, dans ce pays (l’Arabie Saoudite) et peut-être dans d’autres pays islamiques, que l’on prie la prière de l’Isha une heure et demie environ après la prière du Maghrib.

Mais, dans notre pays
 [3], nous prions l’Isha quarante-cinq minutes environ après le Maghrib.

Est-il autorisé de faire cela, car les gens disent que cette période suffit pour que les lueurs rouges du crépuscule disparaissent de l‘horizon ?
 
Il existe dans notre pays deux écoles rituelles (Madhhab) principales.

Malgré cela, les adeptes de ces écoles s’accordent sur ce point, c’est-à-dire le fait de prier à cette heure.

Notre question est donc : quelle est la cause de cette grande divergence, et y a-t-il des avis, dans les autres écoles, qui déterminent la durée pendant laquelle les lueurs rouges du crépuscule restent apparentes à l’horizon ?
 
Réponse : 

C’est le Prophète qui a déterminé cela : l’heure de la prière de l’Isha débute lorsque les lueurs rouges du crépuscule disparaissent de l’horizon.

Et les lueurs du crépuscule sont de deux sortes : des lueurs blanches qui proviennent des rayons du soleil persistants, et des lueurs rouges.

Lorsque les lueurs rouges disparaissent de l’horizon, l’heure obligatoire de l’Isha commence.

Et la période pour prier cette prière est longue.
Le meilleur moment pour la prier dépend de la situation des gens.

Si les gens se réunissent au début de l’heure, alors qu’ils prient au début de l’heure.

Et si les gens tardent, alors qu’ils prient (en la retardant) dans le premier tiers de la nuit, et cela est préférable.

Il est préférable de prier l’Isha dans le premier tiers de la nuit, pour celui à qui cela ne cause pas de gêne.

Le Prophète (e) s’empressait de prier l’Isha s’il voyait que les gens étaient tous réunis, et il retardait la prière s’il voyait que les gens tardaient.

Le Prophète préférait retarder la prière mais il détestait de causer une gêne à sa communauté.

Donc, la durée pour que disparaissent les lueurs rouges de l’horizon varie selon le lieu on l’on se trouve, elle n’est pas la même partout…

Comme le coucher du soleil, l’apparition de la lune, elle varie selon le lieu où l’on se trouve.

Les astronomes connaissent ces choses-là, mais (de toute façon), cela se voit à l’œil nu.
 
(Donc), si les lueurs rouges ont disparu (de l’horizon), priez, quelque soit l’endroit où vous vous trouvez …

Si les lueurs rouges ont disparu, priez !
Quelque soit l’endroit où vous vous trouvez.

Et tant que les lueurs rouges sont visibles, ne priez pas !
trter
Conclusion

Les deux fatwas sont claires et ne laissent aucune place au doute. Néanmoins, pour encore plus de compréhension – si Allah le veut, on peut en dégager les points suivants :

 On déduit de la première fatwa, que même si la nuit est très courte, ce n’est pas une excuse suffisante pour prier l’Isha avant son heure.
Etant donné que l’on peut clairement distinguer toutes les heures de prière, il faut prier chaque prière à son heure.

On déduit de la deuxième fatwa que le signe du début de l’heure légale de l’Isha est la disparition des lueurs rouges du crépuscule de l’horizon.
Il n’est pas autorisé de prier avant que celles-ci disparaissent.[4]

Sachez, chers frères et sœurs, que le commencement de l’heure légale de la prière est une des conditions de la prière ; si, donc, elle n’est pas respectée, la prière n’est - tout simplement – pas valable.

Allah est le Plus Savant, et la prière et le salut d’Allah soient sur l’Envoyé d’Allah, sa famille, ses Compagnons et ceux qui les suivent de la meilleure manière.
 
[1] Fatâwa Muhimma tata’allaqu bis-Salât, p. 5. Traduction Nabil / Salafis de l’Est.
[2] Session de questions-réponses, 20/8/1423 - 4/11/01, Mosquée du cheikh à Riyadh. Traduction Abou Younes.
[3] La Syrie ou l’Egypte ?
[4] La durée entre le Maghrib et la disparition de ces lueurs peut aller jusqu’à 1 heure et 50 minutes ou 2 heures, comme cela a été observé par des frères.

copié de fatwas.online.fr
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La prière dans une autre langue que l’arabe

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La prière dans une autre langue que l’arabe

Question :

 

Est-ce que la prière dans une autre langue que l’arabe est permise ?

 

Réponse :

 

Il est interdit de faire la prière dans une langue autre que l’arabe pour celui qui en a la capacité.

 

Le musulman doit apprendre en arabe ce qu’il ne peut ignorer de sa religion,

 

- comme la sourate de l’ouverture (el fatiha),

- le tachaoud,

- le tasmihou (dire ; sami Allahou liman hamida après s’être levé de l’inclinaison),

- le tahmide (dire ; hamdou lilah),

- le tasbih (dire ; soubhannallah pendant l’inclinaison) de l’inclinaison

- et de la prosternation

- et rabi irefirli entre les deux prosternations 

- et le taslim (dire ; es salem ailaikom).

 

Mais celui qui n’a pas la capacité d’apprendre la langue arabe, il lui est permis de faire ses invocations dans sa langue excepté ‘la Fatiha’.

 

Car sa lecture dans une autre langue n’est pas acceptée, de même que pour les autres chapitres du coran.

 

S’il ne le peut alors, il la remplace par el tasbih ( dire ; soubhannallah), el tahmid (dire ; Hamdoulilah), el tahlil (dire ; la ilaha il allah) ou el takbir (dire ; Allahou Akbar).

 

D’après le hadith de Abdallah Ibn Abi Awfa (qu Allah soit satisfait de lui) où un homme est venu voir le prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) et lui a dit : 

 

«  Je ne peux rien retenir du Coran, apprend moi ce qui m’en dispenserait ».

Il a répondu ; « dis : soubhannallah wa Hamdoulilah wa Allahou Akbar wa la haoula wa la qouata ila billah el adhim ».

 

Le hadith a été rapporte par ahmed, Abou Daoud, Nassai, et a été reconnu authentique par Ibn Aban, Daractny, ainsi que par El Hakim,

 

Selon la parole d’Allah (qu’Il soit glorifié)  (traduction rapprochée) :

 

"Craignez Allah, donc autant que vous pouvez." (sourate 'la grande perte' verset 16)

 

Et également d’après la parole du prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) :

 

« Accomplissez autant que vous pouvez ce que je vous ai ordonné ».

 

Et ce, jusqu’à ce qu’il apprenne la langue arabe, il doit donc s’empresser de le faire.

 

Et c’est d'Allah que vient le succès, que la prière d’Allah et son salut soit sur notre prophète Mohamed, sa famille et ses compagnons

 

Page 401, tome 6, fatwa numéro : 4211 

copié de fatawaislam.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Tableau récapitulatif des conditions, piliers, obligations et actes surérogatoires de la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Tableau récapitulatif des conditions, piliers, obligations et actes surérogatoires de la prière

CONDITIONS

PILIERS

OBLIGATIONS

ACTES SURÉROGATOIRES


1- Être musulman

 

2- Être en pleine possession de ses capacités intellectuelles 

 

3- Avoir l’âge de raison 

 

4- Être en état de purification 

 

5- Qu’il soit l’heure de la prière 

 

6-Se couvrir la ‘Aoura (parties intimes : Pour la femme tout le corps, sauf le visage et les mains et pour l’homme la partie comprise entre le nombril et le genoux) 

 

7- Ne pas avoir d’impureté sur le corps, les vêtements et le lieu de prière 

 

8- S’orienter vers la Qibla 

 

9- L’intention

 


1- Se tenir debout pour celui qui en est capable 

 

2- Le Takbir de sacralisation 

 

3- La lecture de la Fatiha 

 

4- L’inclinaison et le fait de s’en relever 

 

5- Se tenir debout après l’inclinaison 

 

6- La prosternation sur les 7 parties du corps (le visage [front & nez], les 2 mains, les 2 genoux et les 2 pieds [les orteils orientés vers la Qibla]) et le fait de s’en relever 

 

7- La position assise entre les 2 prosternations  

 

8- La quiétude dans l’ensembles des actes 

 

9- Respecter l’ordre chronologique des piliers 

 

10- Le dernier Tachahoud 

 

11- La position assise dans le dernier Tachahoud 

 

12- La prière sur le Prophète -prières et bénédictions d'Allah sur lui- 

 

13- les 2 salutations finales 


1-L’ensemble des Takbirat en dehors du Takbir de sacralisation 

 

2-Le fait de dire :
"sami'allahou liman hamidah"
Pour l’imam et celui qui prie seul 

 

3-Le fait de dire :
"Rabbana wa 
lakal Hamd"

Pour l’imam, celui qui prie derrière lui et celui qui prie seul. 

 

4-Le fait de dire pendant l’inclinaison :
"Soubhana rabbi 
al 'Adhîm"

 

5-Le fait de dire pendant la prosternation :

"Soubhana rabbi 
al A'la"

 

6-Le fait de dire entre les 2 prosternations :

"Rabbi ghfirli"

 

7-Le premier Tachahoud

Les paroles

 

- L’invocation de l’ouverture

 

- Le fait de répéter plus d’une foi les invocations pendant l’inclinaison, la prosternation et la position assise entre les 2 prosternations

 

- La prière sur le Prophète -prières et bénédictions d'Allah sur lui-  dans le premier Tachahoud

 

- Les invocations après le dernier Tachahoud

 

- Élever la voix dans la prière du Fajr et dans les 2 premières Rakats du Maghreb et l’Ichaa et baisser la voix pour le reste

 

- Réciter d’autres versets après la lecture de la Fatiha

 

Les actes

 

- Poser la paume de la main droite sur la main gauche, sur la poitrine pendant la station debout

 

- Lever les mains, les doigts tendus, au niveau des épaules ou des oreilles dans les cas suivants : Le Takbir de sacralisation, avant l’inclinaison, lorsqu’on se relève de l’inclinaison et lorsqu’on se relève du premier Tachahoud

 

- L’alignement de la tête et du dos dans l’inclinaison

 

- Éloigner les bras des flancs et le ventre des cuisses et soulever les coudes du sol pendant la prosternation

 

- Lors du premier Tachahoud, s’asseoir sur son pied gauche et dresser le pied droit (les orteils du pied droit en direction de la Qibla) ainsi qu’ entre les 2 prosternations

 

- Lors du dernier Tachahouddresser le pied droit, s’asseoir sur la fesse gauche en allongeant les jambes vers la droite et en plaçant le pied gauche sous le tibia droit.

 

 

D’après l‘explication de Dourouss el Mouhimma li ‘Âmatil Oumma  

de cheikh ‘Abdel ‘Aziz ibn Bâz       

Oummou ‘Abdi-r-Rahman

copié de al.baida.online.fr

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Les cheveux de l'homme se prosternent aussi dans sa prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les cheveux de l'homme se prosternent aussi dans sa prière
La riwaya de muslim fi sahihih, numéro 755 :
 
Ibn `Abbâs رضي الله عنه a dit : 
 
"Le Prophète صلى الله عليه وسلم  reçut l'ordre de se prosterner sur sept et de ne pas ramasser ses cheveux ni réunir les pans de ses vêtements".
 
‏و حَدَّثَنَا ‏ ‏يَحْيَى بْنُ يَحْيَى ‏ ‏وَأَبُو الرَّبِيعِ الزَّهْرَانِيُّ ‏ ‏قَالَ ‏ ‏يَحْيَى ‏ ‏أَخْبَرَنَا وَقَالَ ‏ ‏أَبُو الرَّبِيعِ ‏ ‏حَدَّثَنَا ‏ ‏حَمَّادُ بْنُ زَيْدٍ ‏ ‏عَنْ ‏ ‏عَمْرِو بْنِ دِينَارٍ ‏ ‏عَنْ ‏ ‏طَاوُسٍ ‏ ‏عَنْ ‏ ‏ابْنِ عَبَّاسٍ ‏ ‏قَالَ ‏
‏أُمِرَ النَّبِيُّ ‏ ‏صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ ‏ ‏أَنْ يَسْجُدَ عَلَى سَبْعَةٍ وَنُهِيَ أَنْ ‏ ‏يَكُفَّ ‏ ‏شَعْرَهُ وَثِيَابَهُ 
Al bukhary rapporte plusieurs versions dont la numéro 767 fi kitabi الأذان fi babi السجود على سبعة أعظم
 
D'après ibn 'abbas رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :
 
"On a ordonné au Prophète صلى الله عليه وسلم de se prosterner sur 7 os sans ramasser les cheveux ou le vêtement ; il s'agit du front, des mains, des genoux et des pieds..."
 
‏حَدَّثَنَا ‏ ‏قَبِيصَةُ ‏ ‏قَالَ حَدَّثَنَا ‏ ‏سُفْيَانُ ‏ ‏عَنْ ‏ ‏عَمْرِو بْنِ دِينَارٍ ‏ ‏عَنْ ‏ ‏طَاوُسٍ ‏ ‏عَنْ ‏ ‏ابْنِ عَبَّاسٍ ‏ 
‏أُمِرَ النَّبِيُّ ‏ ‏صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ ‏ ‏أَنْ يَسْجُدَ عَلَى سَبْعَةِ أَعْضَاءٍ ‏ ‏وَلَا يَكُفَّ ‏ ‏شَعَرًا وَلَا ثَوْبًا الْجَبْهَةِ وَالْيَدَيْنِ وَالرُّكْبَتَيْنِ وَالرِّجْلَيْنِ
Cheikh Al-Albânî dit dans "sifat Salat an-Nabiy " :
 
Il صلى الله عليه وسلم a dit à propos d'un homme qui priait les cheveux attachés (ma'quus) en arrière :
 
"Son exemple est vraiment comme celui qui prie les mains liées (maktuuf) / c'est-à-dire : enroulé-tréssé (derrière son dos)." (1)
 
Il صلى الله عليه وسلم ajouta :
 
"Ceci est la selle du diable" ; c'est à dire où le diable s'assied, faisant référence au noeud dans les cheveux." (2)
 
(1) Muslim, Abû 'Awânah, Ibn Hibbân رحمه الله Ibn al-Athîr  :
 
"La signification de ce hadith est que quand il a les cheveux lâchés, ils tombent à terre lors de la prosternation, l'homme aura la récompense de la prosternation par la prosternation de ses cheveux."

Cependant, si ses cheveux sont attachés, il est en effet comme celui qui ne s'est pas prosterné, car il le compare à quelqu'un qui a les mains liées parce qu'ainsi elles ne peuvent pas être posées à terre lors de la prosternation".
 
Je dis : qu'il semble que cette interdiction s'applique aux hommes et non aux femmes, comme l'a rapporté ash-Shawkâni d'après Ibn al-'Arabi .
 
(2) Abû Dâwûd et Tirmidhi -rahimahumullah ta'ala- qui l'a rendu hasan, Ibn khuzayma et Ibn Hibbân -rahimahumullah ta'ala- l'ont authentifié (sahîh). Voir Sahîh Abî Dâwûd (653)
 

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Le statut de la prière en groupe effectuée à la mosquée (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le statut de la prière en groupe effectuée à la mosquée (vidéo)

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La prière Ô serviteurs d'Allah ! (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La prière Ô serviteurs d'Allah ! (audio)
Voici un extrait audio en traduction simultanée arabe/français du Shaykh 'Abder-Razzâq Al 'Abbâd (qu'Allah le préserve) au sujet de la prière en islâm et son caractère essentiel à la validité de l'islâm d'une personne.
 
Dans cet audio le Shaykh met en lumière le fait que la prière est bel et bien ce qui distingue le musulman du mécréant parmi les actes d'adorations apparents.


Un audio bénéfique inchâ Allah.

 

 

Récitation coranique d'Abdoullah Basfar (sourate 44)

copié de ahloul-hadith.fr

 

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Changer de place après la prière obligatoire pour accomplir la prière surérogatoire

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Changer de place après la prière obligatoire pour accomplir la prière surérogatoire
Question 56 :
 
Cheikh, qu'Allah vous récompense : quel est le jugement relatif au fait de changer de place après avoir accompli la prière obligatoire dans le but d'accomplir la prière surérogatoire ?

Cela est-il considéré comme étant une innovation ? 
 
Réponse : 
 
Les jurisconsultes ont mentionné qu'il fait partie de la sunna d'espacer les prières surérogatoires des prières obligatoires soit par une parole soit en se déplaçant en raison du hadith de Mu'âwiyya disant :

"Le prophète nous a recommandé de ne pas joindre une prière à une autre jusqu'à ce que l'on sorte ou qu'on parle"

(rapporté par Muslim). 
 
Sur ce, le mieux est d'espacer la prière obligatoire de la surérogatoire.
 
liqâ al-bâb al-maftûh, ibn uthaymin - tome 70 - page 224
tiré du livre "69 interrogations sur la prière et l'appel à la prière
Sans titre 1-copie-2
Question 288 :
 
Y a t-il un texte qui parle du changement de place pour faire la salat de la sunna après la salat prescrite ?
 
Réponse : 
 
Oui dans un hadith de Mouawiyah, qu'Allah soit satisfait de lui, il dit :

"Le prophète nous ordonna de ne pas lier une salat à une autre et de les séparer par des paroles ou nous quittons le lieu"
(muslim - Livre du vendredi - chapitre de la salat après celle du vendredi).
 
Les oulémas déduisent donc que la salat prescrite doit être séparée de celle de la sunna soit par la conversation ou par le changement de lieu.
 
fatawas relatives à la salat - p 544- volum 2 
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Prier avec du maquillage

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prier avec du maquillage

Question ordinaire 91 :

Des sœurs m'affirment que prier avec du maquillage (rouge à lèvres, khôl...) est interdit cependant elles ne m'amènent aucune preuve, et les recherches que j'ai effectuée jusqu'à présent ne m'ont montré que seuls les produits ne laissant pas passer l'eau sont interdits, ceci afin que les ablutions soient acceptées.

Pouvez-vous m'éclaircir à ce sujet ?

Ahsana allahu ilaykum


Bismi Allah el Rahman el Rahim 

Au nom d'Allah, le Tout Misériordieux, le Très Miséricordieux 
Louange à Allah ; c’est Lui que nous louons et dont nous implorons l’aide et le pardon.
Et nous recherchons refuge auprès d’Allah contre la méchanceté de nos âmes et contre nos mauvaises actions.

Le Sheikh Abdellah Al-Boukhari (qu’Allah le préserve) répond : 

" Il n'y a pas de mal à prier avec du maquillage, rien n'interdit cela tant qu'il n'y a pas la présence d'étranger."

Abdelmalik Abou Adam al-firansi le 01/02/1431 – 16/01/2010 Joubail – Arabie Saoudite
copié de dourouss-abdelmalik.com

 

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La prière, un trésor recherché

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La prière, un trésor recherché

Veille, cher frère, à ce que ta seule préoccupation soit Allah l’Unique, car c’est le plus grand bonheur que tu puisses obtenir.

 
Celui qui atteint cet état se trouve déjà dans un paradis et un bienfait anticipé avant celui de l’au-delà.
 
Comme il a été dit par ceux qui ont acquis cette connaissance :
 
« Il passe sur mon cœur des moments où je me dis : si les gens du paradis étaient dans mon état, ils seraient certes dans une vie agréable. »
 
Un autre a dit :

« Il passe sur mon cœur des moments qui le transportent de plaisir. »
 
Un autre, quant à lui a dit :

« Pauvres sont les gens de ce bas-monde, ils l’ont quitté sans goûter ce qu’il avait de plus savoureux…
On lui demanda : Mais qu’est ce qu’il a de plus savoureux ?
Il répondit : La connaissance d’Allah, l’amour porté à Son égard, la réjouissance de se rapprocher de Lui et le désir de Le rencontrer. »

 

Il n’y a pas dans ce bas-monde de bienfait comparable au bienfait des gens du paradis en dehors de cela.

 

Pour cette raison le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a dit

 

« On m’a fait aimer dans votre bas-monde les femmes et le parfum et on a mis dans la prière ma plus grande réjouissance. »
 
Il nous informe par ce hadith qu’Allah lui a fait aimer de ce bas-monde deux choses : Les femmes et le parfum.

Ensuite il a dit  « Et on a mis dans la prière ma plus grande réjouissance.» 

La plus grande réjouissance est au-dessus de l’amour et ce n’est pas à travers toutes les choses que l’on aime que nous l’atteignions.

Celle-ci est obtenue seulement par ce qui est le plus aimé, Le seul que l’on aime pour son entité et Celui-ci ne peut être qu’Allah ! [……]

Ceci à cause de ce qui s’y trouve comme confidentialité avec Le Seul auprès duquel se tranquillisent les cœurs et s’apaisent les âmes.

Le bien-être se trouve dans l’invocation, l’humilité, le rabaissement et particulièrement au moment de la prosternation.

En effet, c’est dans cette position que l’adorateur est le plus proche de son Seigneur.  [1]

 

Comme le disait le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) au muezzin 

 « Ô Bilal ! Repose-nous avec la prière ! »

Ceci indique que le repos du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) se trouvait dans la prière de même que sa plus grande réjouissance.

Comme tout cela est bien loin de la parole de celui qui dit : « Venez ! Prions pour être débarrassés de la prière ! »

La personne aimant vraiment Allah trouve son repos et sa réjouissance dans la prière.

Alors que l’inconscient et celui qui s’est détourné n’ont rien de tout cela.

Bien au contraire la prière est un poids énorme et très difficile pour eux.

Dés qu’ils commencent à prier, c’est comme s’ils étaient debout sur de la braise ardente jusqu’à ce qu’ils la terminent.

Et la prière qu’ils préfèrent, est la plus courte et la plus rapide, ceux-la n’ont aucune réjouissance dans la prière et leurs cœurs ne se reposent pas par elle.

Et si le serviteur atteint la plus grande réjouissance par une chose et que son cœur se repose à sa rencontre, alors rien ne lui sera plus difficile que de s’en séparer.

En revanche, celui qui doit faire la prière mais dont le cœur est vide du rappel d’Allah et de l’au-delà, qui a été éprouvé par l’amour de ce bas monde, la prière sera la chose la plus difficile pour lui.

Et le plus détestable pour lui sera de la faire durer bien qu’il ait du temps libre, qu’il soit en bonne santé et qu’il ne soit pas occupé !

 Il faut savoir que la prière avec laquelle on atteint la plus grande réjouissance et avec laquelle le cœur se repose est celle qui regroupe les six points suivants :

658723
Premier point
 
La sincérité

Ce point consiste à ce que le seul motif qui incite et pousse le serviteur à faire la prière soit :

L’espoir en Allah

L’amour porté à Son égard

La sollicitation de Sa satisfaction

L’affection envers Lui

Le fait de vouloir se rapprocher de Lui

L’application de Ses ordres.

De telle sorte que le motif ne soit nullement un bien de ce bas-monde, bien au contraire, le serviteur prie en recherchant le visage de Son Seigneur (Le Plus-Haut) et Son amour, en craignant Son châtiment et en espérant Son pardon et Sa récompense.
658723
Deuxième point
 
La véracité et la loyauté

Ce point consiste à consacrer son cœur à Allah dans la prière, en mettant toutes ses capacités pour rencontrer Allah en accomplissant celle-ci.

En dédiant tout son cœur à la prière, en l’accomplissant de la meilleure manière et le plus parfaitement aussi bien en apparence que dans le caché.

En effet, la prière a une partie apparente et une partie cachée.

Sa partie apparente sont les gestes que l’on voit et les paroles que l’on entend.

Alors que sa partie cachée est le fait de se recueillir, de surveiller ses actes, de consacrer son cœur à Allah, et de s’adonner totalement à Lui ; De sorte que le cœur ne se détourne pas de Lui dans la prière.

Donc, la partie cachée de la prière est son âme, et sa partie apparente est son corps.

Et si l’âme manque à la prière, elle sera semblable à un cadavre.

Le serviteur n’a t’il pas honte de présenter une telle chose à son Maître !

Pour cela, elle sera enroulée comme on enroule un habit et on frappera avec, le visage de son propriétaire.

Puis elle dira : « qu’Allah te perde comme tu m’as perdu ! »

Par contre la prière dont l’apparent et le caché sont parfaits, s’élèvera en étant une preuve et une lumière comme celle du soleil jusqu'à ce qu’elle soit présentée à Allah, qui en sera satisfait et l’acceptera.

Et elle dira alors : « Qu’Allah te préserve comme tu m’as préservée ! »
658723
Troisième point
 
Le suivi du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui)

Ce point consiste, à ce que le prieur fasse tout son possible pour suivre le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et qu’il prie comme le prophète.

Qu’il se détourne de tout ce que les gens ont innové dans la prière, comme ajout ou diminution, ainsi que de toute chose qui n’a pas été rapportée comme venant du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) ou de l’un de ses compagnons. [……]

Cela, sans se pencher sur les propos de ceux qui délaissent la parole du prophète et sa sunna en disant : « Nous, nous suivons l’école d’un tel .»

Ceci ne le délivrera pas auprès d’Allah et ne sera pas considéré comme étant une excuse valable pour celui qui s’est détourné de ce qu’il a appris de la sunna.

Ceci, car Allah (qu’Il soit glorifié) a ordonné d’obéir à Son messager (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et de ne suivre que son prophète. Il ne leur a pas ordonné de suivre autre que lui.

Toutefois il est permis d’obéir à un autre que lui, si celui-ci ordonne ce que le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a ordonné.

En effet, toute parole, exceptée celle d’Allah et du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) est susceptible d’être prise ou d’être rejetée.

Allah (qu’Il soit glorifié) a juré par Lui-Même que nous ne croirons pas jusqu’à ce que nous prenions le prophète comme juge dans nos disputes et que nous nous soumettions complètement à sa sentence. [2]

 

Le fait de prendre comme juge autre que lui et de s'y attacher ne nous sera pas profitable et ne nous sauvera pas du châtiment d’Allah.

Et il n’acceptera pas de nous cette réponse lorsque nous entendrons Son appel (qu’Il soit glorifié) le jour du jugement dernier.

(traduction rapprochée)

« Qu’avez-vous répondu aux Messagers ? » sourate 'le recit' verset 65

Il nous demandera certes ceci et Il attendra une réponse. En effet, Le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :


« Nous interrogerons ceux vers qui furent envoyés des messagers et Nous interrogerons aussi les envoyés. » sourate 'El araf' verset 6

Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a dit :

« Il m’a été révélé que vous serez éprouvés et interrogés à mon sujet. »

C’est-à-dire l’interrogatoire de la tombe, celui à qui est parvenu une sunna du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et l’a délaissée pour le dire d’un autre, viendra le jour du jugement dernier et saura qu’il était dans une énorme erreur. [3]

 658723 
Quatrième point
 
La perfection (El ihsan)

Ce point consiste au fait d’être vigilant dans ces actes, que le serviteur adore Allah comme s’il Le voyait.

Ce point ne se réalise qu’après avoir complété sa foi en Allah, en Ses Noms et en Ses Attributs.

Qu’il atteste qu’Allah (qu’Il soit glorifié) est au dessus des cieux, établi sur Son trône, en train de parler pour ordonner et interdire, en train de diriger les affaires de Ses créatures.

Comme s’il attestait l’ordre d’Allah descendant et remontant vers Lui.

Comme s’il voyait les œuvres des serviteurs présentées à Allah ainsi que leurs âmes lors de leurs décès.

Le serviteur témoigne de tout cela avec son cœur ainsi qu’il témoigne des Noms et Attributs d’Allah.

Et il témoigne qu’Allah est Celui qui subsiste par Lui-même et n’a besoin de personne et tout le monde a besoin de Lui.

Il témoigne qu’Allah est le Vivant, l’Entendant, Le Clairvoyant, Le Puissant, Le Sage, L’Ordonnant, L’Interdisant, Il aime et déteste et Il agrée et se met en colère.

Et il témoigne également qu’Allah fait ce qu’Il veut et juge ce qu’Il veut, qu’Il est au-dessus de son trône, rien ne lui est caché parmi les œuvres de Ses serviteurs, leurs paroles ainsi que ce qu’ils dissimulent.

Bien au contraire, Il connaît la perfidie des regards et ce que renferment les poitrines.

"El ihsan" est la base de toutes les œuvres du cœur.

En effet, l’ihsan oblige la pudeur, la vénération, l’admiration, la crainte, l’amour, le repentir, la confiance, l’humilité, le rabaissement à Son égard (qu’Il soit glorifié) en coupant court aux doutes et aux insufflations de l’âme en consacrant le cœur et les préoccupations à Allah.

Le rapprochement du serviteur auprès d’Allah se fera qu’en fonction de son "ihsan".

Et par ceci les prières se différencient à tel point, qu’il arrive, que la distinction entre la prière de deux hommes, soit aussi grande que celle qu’il y a entre les cieux et la terre.

Alors qu’ils se tiennent debout, s’inclinent et se prosternent exactement de la même manière.

 658723
Cinquième point

 

La faveur

 

Il consiste à témoigner que toute la faveur vient d’Allah (qu’Il soit glorifié), Celui qui a mis le serviteur debout à tel endroit, qui l’a préparé et qui lui a permis de se mettre debout avec son cœur et son corps pour Sa dévotion.
 
Et sans Allah (qu’il soit glorifié) il n’y aurait rien eu de tout cela.
 
Comme le souligne ces vers que les compagnons récitaient devant le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) :
 
Par Allah, sans Allah nous n’aurions pas été guidés
Et nous n’aurions ni donné l’aumône ni prié
 
Et Allah (qu’Il soit exalté) a dit (traduction rapprochée) :
 
« Ils te rappellent leur conversion à l’Islam comme si c’était une faveur de leur part. Dis : "Ne me rappelez pas votre conversion à l’Islam comme une faveur. C’est tout au contraire une faveur dont Allah vous a comblé en vous dirigeant vers la foi, si toutefois vous êtes véridiques".» Sourate 'Les appartements' verset 17.
 
C’est Allah (qu’Il soit glorifié) qui a rendu le musulman musulman et le prieur prieur comme Allah mentionne que son ami intime (Ibrahim) a dit (traduction rapprochée) :
 
« Notre Seigneur! Fais de nous Tes Soumis, et de notre descendance une communauté soumise à Toi. » Sourate 'La vache' verset 128.
 
et il a aussi dit (traduction rapprochée) :
 
« O ! Mon Seigneur! Fais que j’accomplisse assidûment la prière ainsi qu’une partie de ma descendance. » Sourate 'Ibrahim' verset 40.
 
Donc, la faveur est à Allah seul pour avoir rendu Son serviteur obéissant.
 
Et ceci est l’un de Ses plus immenses bienfaits sur Son serviteur.
 
Allah (Le Très-Haut) a dit (traduction rapprochée) :
 
« Et tout ce que vous avez comme bienfait provient d’Allah. » Sourate 'Les abeilles' verset 53.
 
et Il a aussi dit (traduction rapprochée):
 
« Mais Allah vous a fait aimer la foi et l'a embellie dans vos cœurs et vous a fait détester la mécréance, la perversité et la désobéissance. Ceux-là sont les biens dirigés. » Sourate 'Les appartements' verset 7.
 
Ce point est l’un des plus importants et des plus utiles pour le serviteur.
 
Plus il revivifie son unicité envers Son Seigneur, plus ce point chez lui sera complet.
 
Parmi les choses profitables de la reconnaissance de la faveur d’Allah, c’est qu’elle s’interpose entre le cœur, et entre la vanité et la fierté provoquée par l’adoration.
 
Ainsi, quand le serviteur témoigne qu’Allah (qu’Il soit glorifié) est Celui a qui revient la faveur, Celui qui a permis et guidé à la réalisation de l’acte, ce témoignage le détournera de l’ostentation, de la fierté et de l’orgueil.
 
Tout cela sera ôté de son cœur, il ne pourra pas s’enorgueillir de son acte.
 
Cela sera aussi ôté de sa langue, il ne rappellera pas aux gens ses actions, et avec, il ne se gonflera pas d’orgueil.
 
Ce sont là, les caractéristiques de l’action acceptée par Allah. [……]
 658723
Sixième point

 

Le manquement
 
Certes, même si le serviteur a fait tous ses efforts et tout son possible il aura quand même un manquement.
 
Le droit d’Allah sur lui est supérieur à ce qu’il a fait.
 
Ce qu’il doit présenter comme obéissance, adoration et servitude doit être largement supérieur à cela.
 
Son immensité et Son excellence (qu’Il soit glorifié) exigent une adoration qui Lui convienne.
 
Et si les serviteurs des rois ainsi que leurs esclaves les servent en les vénérant, les honorant, les respectant, leur donnant de la considération, ayant de la pudeur à leur égard, en ayant peur d’eux et en les craignant, en étant loyaux, de telle sorte qu’ils consacrent à leurs rois leurs cœurs et leurs membres.
 
Alors, qu’en est-il si c’est le Roi des rois et le Seigneur des cieux et de la terre ?
 
Il en va qu’Il est plus en droit à être servi de la sorte, même d’avantage.
 
Si le serviteur témoigne par lui-même qu’il n’a pas donné l’adoration qu’Allah est en droit de recevoir et même pas ce qui s’en rapproche, il sera certain de Son manquement.
 
Il ne pourra alors faire autre chose que d’implorer le pardon et de s’excuser pour son manquement, son délaissement ainsi que son non-accomplissement de ce qui convient à Allah comme droit.
 
Le serviteur a plus besoin qu’Allah lui excuse son adoration et Lui pardonne pour son manquement dans celle-ci que de demander une récompense pour son adoration.
 
Et même s’il adore Allah comme il se doit, il n’aura fait que son devoir de serviteur.
 
En effet l’action du serviteur et son dévouement envers son maître sont son devoir puisqu’il est serviteur et esclave de celui-ci, et s’il venait à demander un salaire pour son action et son travail, les gens le considéreraient comme stupide et insensé.
 
Bien qu’en vérité il n’est pas son esclave et ne lui appartient pas, mais est bel et bien l’esclave d’Allah et Sa propriété, et ceci en tout point de vue.
 
L’action du serviteur et son dévouement sont ses devoirs en tant que serviteur d’Allah et s’Il le récompensait, ceci ne serait que par pure bienfaisance, faveur et charité et ne fait en aucun cas parti des droits du serviteur.
 
Par ceci, nous comprenons la parole du prophète :
 
« Personne d’entre vous n’entrera au paradis par ses œuvres. »
Ils (les compagnons) dirent alors : « Pas même toi ? Ô messager d’Allah ! »
Il répondit : « Pas même moi, sauf si Allah me comble de Sa miséricorde et de Sa bienfaisance.»
 
Anas Ibn Malik (qu’Allah soit satisfait de Lui) a dit :
 
« on sortira au serviteur, le jour du jugement dernier, trois registres : un registre pour ses bonnes œuvres, un autre pour ses péchés et un autre pour les bienfaits qu’Allah lui a donné.
Le Seigneur (qu’Il soit exalté) dira alors à Ses bienfaits : « prenez vos droits dans les bonnes œuvres de mon serviteur »
Alors le plus petit des bienfaits se lèvera et prendra toutes les bonnes œuvres du serviteur et il dira « Par Ta puissance, je n’ai toujours pas pris mon droit »
Si Allah veut faire miséricorde à son serviteur Il lui fait don de ses bienfaits, lui pardonne ses péchés, et lui multiplie ses bonnes actions »
 
Cette parole est authentique selon Anas. [……]
 
Il y a dans cette parole de compagnon comme science et connaissance que ne peuvent percevoir que les doués de clairvoyance et ceux qui connaissent parfaitement Allah, Ses Noms, Ses Attributs ainsi que Ses droits. A partir de là on comprend la parole du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dans le hadith rapporté par Abou Daoud et l’imam Ahmed d’après Zaid ibn Thabit, Houdaifa et d’autres :
 
« Si Allah châtie les gens des cieux et de la terre, Il Le ferait sans être injuste envers eux. Et s’Il est Miséricordieux envers eux, Sa Miséricorde est meilleure que leurs actes.»
 
[Gloire et pureté à Toi, ô Seigneur, que Ta louange soit proclamée.]
 
[1] N.d.t : Le cheikh fait référence ici au hadith suivant : D'après 'Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui), l'Envoyé d'Allah a dit :
"Le Serviteur est plus proche de son Seigneur en prosternation, multipliez-y donc vos invocations".
(Rapporté par Mouslim.)
Et Allah est le plus Savant.
 
[2] N.d.t : Le cheikh fait référence ici au verset suivant (traduction rapprochée) :
« Non !... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement (à ta sentence). » Sourate 'Les femmes' verset 65.
Et Allah est le plus Savant.
 
[3] N.d.t : Le cheikh fait référence ici au hadith suivant : D'après Asmà bint Abi Bakr (qu'Allah soit satisfait d’eux), le prophète a dit:
« On m’a ainsi révèlé que vous allez subir dans vos tombes une épreuve (tentation) qui serait identique ou comparable à celle de l’Antéchrist.
On demandera à chacun de vous : « Que sais-tu de cet homme (Mohamed) ? »
Le croyant ou le convaincu répondra : « C’est Mohamed le Messager d’Allah. Il nous a apporté les preuves évidentes et la bonne direction et nous avons répondu à son appel et l’avons suivi. Il est Mohamed (trois fois.) »
On lui dira alors : « Dors tranquillement Ô pieux, nous savions bien que tu croyais en lui avec certitude. »
Quant à l’hypocrite ou le sceptique, il répondra : « Je n’en sais rien, j’ai seulement entendu les gens dire quelque chose, et je l’ai dit aussi. » »
(rapporté par Bukhari)

 

Et Allah est le plus Savant.
 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La manière de prier comme le prophète صلى الله عليه وسلم l’a enseigné

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La manière de prier comme le prophète صلى الله عليه وسلم l’a enseigné

D'Abdul Aziz Ben Abdallah Ben Baz à tous ceux qui désirent célébrer la prière comme la faisait le Messager d'Allah : Muhammad (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), et ceci conformément à ses paroles suivantes :

 

صلوا كما رأيتموني أصلي

« Priez comme vous m'avez vu prier ! »
(Hadith authentique rapporté par al -Bukhârî dans son recueil).

hdfh

1 - II faut, tout d'abord, faire les ablutions prescrites, de façon complète, c'est-à-dire comme Allah, Le Très-Haut et Très-Loué, nous l'a commandé, dans le verset coranique suivant (traduction rapprochée) :

« Ô les croyants ! Lorsque vous vous levez pour la prière, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles. ….» Sourate 'La table servie' - verset 6

De même, le hadith suivant du Prophète (que la paix et le salut d’Allah soient sur lui) :

« Aucune prière n'est agréée sans purification préalable ».

hdfh

2 - Ensuite, le prieur se tient debout à l'endroit désigné pour la prière, faisant face complètement et de tout son corps le point de mire de tous les musulmans (Qibla) qui est la Kaaba à La Mecque, La Maison Sacrée d'Allah, et ce, dans n'importe quel point du monde où il se trouve.
 

Et décide fermement de tout son cœur de procéder à la célébration de la prière qu'il entend faire, soit qu'elle est une des cinq prières prescrites obligatoires quotidiennes ou surérogatoires.

Cette intention, il ne l'exprime ni à haute voix ni à voix basse, ceci n'étant pas licite, car ni le Prophète (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) ni ses compagnons (puisse Allah être satisfait d'eux) l'ont faite par paroles prononcées au moment de la prière, mais dans leur fort intérieur seulement. 

Là où il fera sa prière, le fidèle, qu'il soit dirigeant de prière en commun (Imam) ou seul, devra au préalable poser devant lui un objet tel qu’un paravent, rideau ou autre pour le séparer d'un passant inopiné qui passerait devant lui par inadvertance pendant la prière.
hdfh
3 - II dira ensuite «Allahou Akbar» (Allah est Plus Grand) : ceci s'appelle Takbiratul Ihram.

En prononçant cette formule, il fixera son regard sur l'endroit de sa prosternation, en signe de vénération, de respect et d'humilité envers Allah.
hdfh

4 - En même temps, il lèvera ses deux mains à la hauteur de ses épaules ou au niveau de ses oreilles.

hdfh

5 - Puis, il les posera sur sa poitrine, la paume de la main gauche et sur le dos de sa main gauche, la paume de sa droite.

hdfh

6 - II est recommandé par la Sunnah que le fidèle commence par formuler l'invocation suivante, comme introduction à la prière :

" Ô mon Seigneur Allah ! Eloigne de moi mes péchés comme tu as éloigné l'orient de l'occident; " Ô mon Seigneur Allah ! Purifie-moi de mes péchés comme on nettoie le vêtement blanc des souillures; Ô mon Seigneur Allah ! Lave-moi de mes péchés avec l'eau, la neige et la grêle. "

Le fidèle peut aussi dire, s'il le veut, cette autre invocation en lieu et place de la précédente:

" Gloire à Toi, ô mon Seigneur Allah ; Louanges à Toi; Puisse Ton divin Nom être béni ; Puissent Tes Bienfaits s'élever bien haut ; Certes, il n'y a pas d'autre divinité à part Toi ."

Ensuite, pour commencer la prière, il dira : " Je cherche refuge auprès d'Allah et Sa protection contre Satan le maudit, le lapidé ; Au nom d'Allah, le Tout Clément, le Tout Miséricordieux ". "A'oudhou bi llahi mina Shaytani Rajim", "Bismi llahi Rahmani Rahim"


Et il récitera la premier chapitre du Coran : sourate "Al-Fatiha", et ce, conformément à la recommandation du Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) qui dit:

" Quiconque ne commence pas sa prière par la récitation de sourate Al-Fâtiha, la première sourate du Coran, sa prière sera annulée et ne sera pas agréée."

A la fin de cette récitation de la Fatiha, le fidèle dira «Amen» à voix haute lorsque la prière célébrée est de celles prononcées à haute voix. Après quoi, il récite ce qu'il peut de versets du Coran.

hdfh

7 - Ensuite, il dit : «Allahou Akbar» (Allah est Plus Grand)

en élevant les deux mains à proximité des épaules ou des oreilles ; puis il penche son buste pour faire l'inclination (Roukoû') gardant la tête en ligne droite avec le dos non voûté, et posant ses deux mains sur les genoux en écartant les doigts.

 

En gardant cette position avec tranquillité, il dira :

" Gloire à mon Seigneur, le Très Grand ". "Soubhana Rabi Al'Azim"


II est préférable de répéter cette phrase trois fois et même plus; comme il est aussi désirable de dire :

" Gloire à Toi, ô mon Seigneur, que Ta louange soit proclamée ; Ô mon Seigneur Allah ! pardonne-moi. "

hdfh

8 - Puis après, il lèvera la tête et le buste de cette inclination, élevant les deux mains au niveau de ses épaules ou de ses oreilles, en disant :

"Allah écoute bien celui qui Le loue." "Sami' Allahou liman hamida"


Soit qu'il est Imam ou qu'il prie seul.

 

Debout droit, il dira:

" Ô notre Seigneur ! A Toi les louanges, beaucoup de bonnes et généreuses louanges bénies, plein les cieux et plein la terre et plein de tout ce que Tu voudras au-delà d'eux. "
"Rabana wa laka al Hamd "


Par contre, s'il prie derrière un Imam, il ne dira pas, au moment de se lever de son inclination, la formule : «Allah écoute celui qui Le loue.», mais il dira seulement, en signe de réponse à l'Imam, la seconde phrase : «Ô ! Notre Seigneur, à Toi les louanges, beaucoup de bonnes, etc. »


Et dans cette position debout, et en prononçant ces paroles, il est préférable de poser les deux mains sur la poitrine, comme on l'avait fait au début de la prière avant l'inclination, car ceci a été confirmé comme pratiqué par le Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui), d'après un récit de Waîl ben Hajar et de Sahl ben Saad (puisse Allah en être satisfait).

 

Le fidèle orant peut ajouter aux invocations ci-haut mentionnées la formule suivante:

" Ô Allah ! Vous êtes le Plus Digne de louanges et de gloire, comme le dit à juste raison Votre serviteur-adorateur, et nous sommes tous Vos serviteurs-adorateurs. Ô notre Seigneur Allah ! nul ne peut empêcher ce que Vous accordez; nul ne peut donner ce que Vous empêchez, et aucun fortuné ne peut profiter de sa chance à Votre insu. "

Ce sont de bonnes implorations qui ont été confirmées comme émanant du Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) d'après certains hadiths vérifiés et reconnus exacts.
 

hdfh

9 - Ensuite, il se prosterne à terre, en disant : «Allahou Akbar», et en posant à terre, d'abord, les genoux avant les mains, si cela lui est facile, sinon il peut faire le contraire, c'est-à-dire poser sur le sol les mains avant les genoux, tout en essayant de garder les doigts et les orteils serrés et bien droits en direction de la Qibla.


Il faut, dans la prosternation, donner au corps le temps de se poser tranquillement sur les sept membres suivants : le front, le nez, les deux mains, les deux genoux et le dessous des orteils, tous touchant la terre, et, dans cette position, il dira: « Gloire à mon Seigneur, le Très- Haut.» "Soubhana rabi Al A'la "
 

Trois fois ou plus; comme il est désirable de dire en plus : « Gloire et louanges à Toi, Ô mon Seigneur Allah ! Pardonne-moi.»
 

Et il est aussi préférable de faire beaucoup d'implorations et d'invocations, car dans un de ses hadiths, le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a dit :

"Dans la posture d'inclination, invoquez la Grandeur du Seigneur ; mais dans la prosternation à terre, appliquez-vous à invoquer Allah de tout cœur, d'implorer Son pardon, Ses grâces et Ses bienfaits, car il est fort possible que vos vœux soient agréés."


Le fidèle peut demander, dans cette position, de son Seigneur Allah Ses bienfaits dans ce monde et dans l'autre, et ceci, dans les cinq prières obligatoires quotidiennes ou dans les surérogatoires. Dans la prosternation, le fidèle devra écarter modérément les bras de ses côtés, le ventre écarté des cuisses et les cuisses écartées de ses jambes; comme il évitera de faire reposer ses avant-bras sur le sol, et cela conformément au conseil suivant du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) :

‘'Tenez-vous droit dans la prosternation, et qu'aucun de vous n'étende ses bras et ses avant-bras sur le sol, comme le chien".

hdfh
10 - Après ces invocations dans le prosternement, il lèvera la tête en disant : «Allahou Akbar» (Allah est le Plus Grand) puis s'assiéra le pied gauche replié sous la cuisse gauche, placera son pied droit en position verticale relèvera ses mains du sol pour les poser sur ses cuisses et ses genoux,
 
et dira : "Ô mon Seigneur ! pardonnez-moi (trois fois) accordez-moi ta miséricorde et tes bienfaits, et donnez-moi la bonne santé et la tranquillité de l'âme." "Rabi ghfir li"

Et il se recueille avec calme pendant quelques secondes.
hdfh
11 - Puis il se prosternera pour la seconde fois en disant : «Allahou Akbar» (Allah est le Plus Grand), et agit de la même manière qu'à la première prosternation et répétera les mêmes invocations.
hdfh
12 - Ensuite, le fidèle lèvera la tête en répétant : «Allahou Akbar» (Allah est le Plus Grand) et s'assoie légèrement pour quelques secondes :

 

on appelle ceci «la pause de repos» et elle est recommandable, mais sans prononcer aucune invocation, et s'il ne la fait pas, il n'est pas blâmable. 
 
Ensuite, il se lèvera debout, en s'appuyant, s'il le peut, sur ses genoux, sinon, il appuie ses mains sur le sol pour se lever, et ce, pour procéder à la célébration de la seconde rak'a

 

Une fois debout, il récitera le chapitre initial du Coran (Al -Fatiha) et quelques versets du Coran. Ensuite il fera les mêmes actes et dira les mêmes invocations comme à la première Rak'at. 
 
Il n'est pas permis au fidèle qui prie derrière un Imam de le devancer dans ses gestes.

Car le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a prévenu sa communauté contre de tels agissements.

Comme aussi, le fidèle ne doit pas agir en même temps que son Imam; et d'après la Sunnah, ses actes et gestes doivent suivre ceux de l'Imam sans paresse et après que celui-ci ait terminé ses paroles.

Car le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a dit :

"L'Imam est pour être suivi; ne vous mettez pas en désaccord dans la prière avec lui ; lorsqu'il dit : Allahou Akbar. Dites-le après lui ; Et lorsqu'il dit : «Allah écoute, certes, celui qui Le loue», dites « Ô notre Seigneur ! à TOI les louanges »: et quand il se prosterne, prosternez-vous aussi."
(Hadith reconnu exact par al- Boukhârî et Muslim).
hdfh

13 - Si l'office de prière qu'on célèbre au moment voulu est composé de deux Rak'ates, telle que la prière de l'Aube (al- Fajr), celle du vendredi et celle de la fête, le fidèle s'assoit définitivement après avoir levé la tête de la seconde prosternation, fixant le pied droit en position verticale, et se reposant sur le pied gauche, mettant la main droite sur la cuisse droite, et la gauche sur la cuisse gauche, fermant les doigts de la main droite sauf l'index (de cette main)

 
qu'il pointe en signe symbolique de l'Unicité d'Allah ; mais s'il ferme seulement l'annulaire et l'auriculaire sur la paume de la main (droite) et forme une sorte d'anneau avec le pouce et le majeur et pointe l'index, cette dernière manière est meilleure, car il a été confirmé que le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a utilisé les deux façons; et il est conseillé de pratiquer l'une et l'autre façon alternativement.

Ainsi assis, le fidèle récite le «Tachahhud».

En voici les termes: 

" Les salutations sont pour Allah, ainsi que les prières et les œuvres bonnes; que la paix soit sur toi, Ô Prophète ainsi que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions ; que le salut soit sur nous et sur les bons serviteurs-adorateurs d'Allah. Je témoigne qu'il n'y a pas d'autre divinité sauf Allah; et je témoigne que Muhammad est Son serviteur et Son Envoyé ". 

"At-Tahiyatou lillah wa salawatou wa tayibate, assalamou 'alaika ayouha nabiyou wa rahmatou llah wa barakatouh, assalamou 'alayna wa 'ala ibadi llahi sâlihine. Achhadou an la ilaha ila Allah wa achhadou ana Mouhammadan 'abdouhou wa rassoulouh."
 
Ensuite, il continue par la formule suivante: 
 
" Ô mon Seigneur Allah ! répand Tes grâces sur Muhammad et sur la famille de Muhammad, comme Tu les as répandues sur Ibrahim et la famille d'Ibrahim, à Toi les louanges et la gloire; Et bénis Muhammad et la famille de Muhammad, comme TU as béni Ibrahim et la famille d'Ibrahim, à Toi les louanges et la gloire". 

Puis, il demande refuge et protection d'Allah contre quatre malheurs, et dit: 

" Ô mon Seigneur Allah ! je Te demande refuge et protection contre les supplices de l'Enfer, contre les souffrances du tombeau, contre les séductions de la vie et de la mort, et contre la tentation de l'Antéchrist. " 
 
Puis, il continue par quelques autres invocations et vœux autant qu'il le voudra pour l'obtention des bienfaits de ce monde et de l'au-delà; de même, rien ne l'empêche de faire des vœux de bonheur en faveur de ses pères et mères ou des autres musulmans, et ceci, soit que l'office de prière qu'il pratique est des prières obligatoires ou des surérogatoires. 

Enfin, quand il termine, il salue une fois à sa droite puis à sa gauche en disant: «Salutations et paix sur vous, ainsi que la miséricorde d'Allah ; salutations et paix sur vous, ainsi que la miséricorde d'Allah ». "Assalamou 'alaikoum wa rahmatou llah "
hdfh
14 - Si la prière est composée de trois rak'ates (celle du Maghreb: après le coucher du soleil) ou de quatre rak'ates (celles de Midi: Zuhr), (de l'après-midi: Asr) et de (la nuit: icha), le fidèle, après récitation du Tachahhud ci-devant précité à la fin de la seconde rak'at, et après avoir invoqué les grâces et bénédictions d'Allah sur le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) ; se lève debout en s'appuyant sur ses genoux, pour continuer le restant de la prière, lève les deux mains à proximité des épaules et des oreilles, et dit : «Allouhu akbar» : Allah est (le) Plus Grand : ensuite, il pose les deux mains - la droite sur la gauche - sur sa poitrine, comme précédemment expliqué, et procède à l'achèvement de la prière, en récitant la Fâtiha seulement; mais il n'y a aucun inconvénient si, à la troisième et quatrième rak'at de la prière du midi (Zuhr) il récite de temps en temps quelques versets du Coran après la Fâtiha, car il a été confirmé que le Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) agissait de la sorte, et ce, d'après un hadith rapporté par Abu Saad (puisse Allah en être satisfait). 
 
Enfin, il termine la prière par la récitation complète du Tachahhud, - à la fin de la troisième rak'at pour le Maghreb au crépuscule ou à la fin de la quatrième rak'at pour les prières du Zuhr (midi), du Asr (après-midi) et de Icha (la nuit); et il demande refuge et protection d'Allah contre les supplices de l'Enfer, les souffrances du tombeau, les séductions de la vie ici-bas et dans l'au-delà, et la tentation de l'Antéchrist; Puis, il fait autant d'invocations qu'il peut, tout comme il l'avait fait dans la prière à deux rak'ates. 

Mais dans cette position assise, - à la fin de la prière - le fidèle s'assoit sur ses cuisses, en mettant son pied gauche sous son pied droit, et son postérieur par terre, et son pied droit en position verticale, conformément à un récit reconnu authentique à ce sujet rapporté par Abou Hameed
 
Enfin, il salue à sa droite, puis à sa gauche en disant: 

"Salutations et paix sur vous, ainsi que la miséricorde d'Allah, salutations et paix sur vous, ainsi que la miséricorde d'Allah".

Une fois la prière terminée, le fidèle implore le pardon d'Allah, trois fois, puis il dit: 

"O mon Seigneur-Allah ! Tu es la Paix, et de Toi vient la paix, à Toi la bénédiction, ô mon Seigneur-Allah, le Très Vénéré et le Très Généreux ; Il n'y a pas d'autre divinité sauf Allah, Unique sans aucun associé; A Lui le royaume, à Lui la louange ; IL est le Tout Puissant. O mon Seigneur-Allah, rien ne peut empêcher ce que Vous donnez, tout comme rien ne peut donner ce que Vous empêchez; et nul fortuné ne peut profiter de sa chance à votre insu ; aucun changement du mal au bien, ni aucune force dans l'obéissance à Allah et dans Son adoration ne se réalise que par Sa Volonté divine ; il n'y a pas d'autre divinité sauf Allah et nous n'adorons que Lui; à Lui la prospérité, la grâce et les louanges pieuses; il n'y a pas d'autre divinité à part Allah ; nous Lui sommes sincèrement fidèles dans Son adoration et dans notre religion en dépit de la haine des mécréants". 

Puis l'on glorifie Allah trente-trois fois en disant : « Gloire à Allah » , trente-trois fois :  « Louanges à Allah » et enfin trente-trois fois : « Allah est (le) Plus Grand » et l'on complète les cent par la phrase: " Il n'y a pas d'autre divinité sauf Allah, Unique sans aucun associé ; à Lui la royauté; à Lui les louanges ; IL est le Plus Puissant sur toutes choses".

Ensuite, on récite le verset du
Koursy (Chaise, Siège), la sourate (ou chapitre) la Pureté: la sourate (ou chapitre) l'Aube naissante : la sourate (ou chapitre) les Hommes: - (ce sont les trois dernières sourates du Saint Coran) - après chacune des cinq prières obligatoires; Et il est souhaitable de répéter ces trois sourates du Saint Coran trois fois après les deux prières: du Fajr (l'Aube) et du Maghreb (crépuscule), et ce, conformément aux hadiths qui nous sont parvenus du Prophète Muhammad (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui). 

De même, après ces mêmes deux prières d’al fajr et du maghrib (l'Aube et le Crépuscule) il est aussi souhaitable, à la suite des invocations sus-mentionnées, de réciter dix fois ce qui suit: " II n'y a pas d'autre divinité à part Allah, l'Unique, sans aucun associé, à Lui la royauté et à Lui les louanges; IL donne la vie, comme IL donne la mort; et IL est le Plus Puissant sur toutes choses".

Ceci a été confirmé de la part du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) Si le fidèle est Imam, c'est-à-dire Dirigeant de prière, il se tourne, face aux fidèles orants, au terme de l'office, et ce, après le repentir trois fois et la récitation de la phrase: " O mon Seigneur-Allah, Tu es la paix et la paix provient de Toi ; A Toi la bénédiction, O mon Seigneur-Allah, le Très Haut, Très Vénéré et Très Généreux". 

Cette façon d'agir, nous à été communiquée d'après plusieurs hadiths du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), et spécialement le Hadith de Aicha, son épouse (puisse Allah en être satisfait), et qui nous a été rapporté dans le recueil de Muslim. 

Toutes ces invocations s'appellent Dhikr elles sont surérogatoires -non obligatoires - et laissées à la discrétion et à la bonne volonté du fidèle. 

Il est de même souhaitable, pour chaque musulman et musulmane, de pratiquer assidûment la prière de douze rak'ates surérogatoires quotidiennes, pour les citadins (ceux qui habitent la ville); elles sont réparties comme suit: - Quatre rak'ates avant la prière du midi (zhur) et deux après; - Deux rak'ates après la prière du crépuscule (maghrib, après le coucher du soleil); - Deux rak'ates après la prière de la nuit (icha); - Et deux rak'ates avant la prière de l'Aube (fajr). 

Car il est reconnu que le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) les pratiquait assidûment, et elles sont appelées les surérogatoires régulières. 

Et il a été aussi confirmé dans le recueil «Sahîh Muslim» rapporté par Oum Habiba (puisse Allah en être satisfait) – une des épouses du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) - qu'il aurait dit :

" Quiconque pratique régulièrement douze rak'ates (de prière surérogatoire) durant sa journée et sa nuit, volontairement, Allah lui bâtira une maison au Paradis". - (comme récompense) -. 

Lorsqu’il a raconté ce hadith, l'imam at- Tirmidhi lui a donné la signification que nous venons de mentionner. 

Tandis que durant les voyages, le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) délaissait les prières surérogatoires du zuhr (midi), du magrib (crépuscule) et de la icha (nuit), mais tenait à pratiquer celle du fajr (aube) ainsi que la rak'at unique (witr) de fin de prière quotidienne qui avait lieu après la icha (la nuit). 

Et nous devons suivre le bon exemple qu'il (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) nous donnait, car Allah le Tout Glorieux a dit dans le Saint Coran (traduction rapprochée) :

« En effet, vous avez dans le Messager d' Allah un excellent modèle (à suivre). » Sourate 'Les coalisés- verset 21.

De même, le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a aussi dit:

«Priez comme vous me voyez prier».

Allah, certes, est le Pourvoyeur du succès.

Puisse Allah accorder à notre Prophète Muhammad Ben Abdullah, à sa famille, ses compagnons, ses disciples et adeptes Sa paix et Ses bénédictions jusqu'au jour Dernier du monde.
 
Traduction copiée
Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>