252 articles avec priere - الصلاة

Récapitulatifs des prières surérogatoires et des moments interdits de prières

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Récapitulatifs des prières surérogatoires et des moments interdits de prières

Sans titre 1

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :
 

«Quiconque perpétue l'accomplissement de 12 rak'at surérogatoires, Allâh lui construira une maison au paradis :
 
Deux rak'at avant le Fajr,
quatre rak'at avant et deux rak'at après le dhor,
deux rak'at après le Maghreb,
deux rak'at après Isha»
Rapporté par At -Tirmidhi 379 et d'autres
Cité dans Sahih Al-Jami, n° 6183
Sans titre 1
Les prières surérogatoires se divisent en deux parties


les nawafil moutlaqah

 

Prières faites à des moments non précis, comme le précise Cheikh Al-Fawzan : 1/162

 

les nawafil mouqayyadah

 

Prières qui sont faites à des moments définis (1/161), et ces prières se divisent en deux parties :

celles qui sont mou-'akkadah (fortement recommandées)

celles qui sont autres que mou-akkadah


Ces prières ne sont précédées ni de l'adhan (spécifique à elles) ni de l'iqama.
On procède au taslim pour chacunes d'entre elle après les 2 rak'at.

Sans titre 1  

TABLEAU RECAPITULATIF DES PRIERES SUREROGATOIRES
(
As-Salawaat An-Nawaafil)

PRIERES SUREROGATOIRES EFFECTUES ENTRE L'ADHAN 
(l'appel à la prière)
ET L'IQAMA

(Et ceux pour chaque prière)

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

"Entre les deux appels à la prière il y a une prière; entre les deux appels il y a une prière pour celui qui veut"
Rapporté à l'unanimité

 

cela signifie qu'entre l'adhan et l'iqamat celui qui le souhaite peut effectuer 2 rak'at qui sont une sunna..

 

 

 

 

 

 

 

2 RAK'AT ENTRE L'ADHAN ET L'IQAMA 
(pour chaque prière)

PRIERES DE SALUTATION
DE LA MOSQUEE

AT TAHIYYAATOU L MASJIID

 

Cette prière se fait en tout temps, à chaque foi que tu rentre dans la mosquée .

Fatawa Arkan al islam wa-l iman 
(version albanaise, édition « NUN » page 341) 
Chapitre de La Prière
Cheikh Muhammad Ibn Salih Al ‘Outhaymin
Traduit de l’albanais et réajusté par commodité par Ibn Djelaz

 

 

Ne t’assoie pas sans prier 2 unités de prière (Raka’tayn), même si c’est pendant les temps interdits

PRIERES SUREROGATOIRES RATTACHEES AU SOBH


D'après Ibn `Umar,

"Hafsa, la mère des Croyants رضي الله عنها, lui a dit que lorsque le muezzin achevait le premier appel à la prière de fajr (l'aurore) et, aussitôt que le matin paraissait, le Prophète صلى الله عليه وسلم faisait deux courtes rak`a avant le second appel."
Rapporté par muslim 1184

 

 

 

 

2 COURTES RAK'AT 
AVANT LA PRIERE DU SOBH
( ne pas s'y atarder )

PRIERES SUREROGATOIRES RATTACHEES AU DOHA

(Le temps de cette prière commence au lever du soleil et ce termine avant l'heure du Dhor au moment ou le soleil est au Zenith)

 

On effectue cette prière entre ces deux limites, cependant il est préférable et plus méritoire d'éxecuter cette prière au moment de l’intensité de la chaleur, c'est-à-dire lorsque la chaleur s'accentue.

 

Il existe également un hadith déclaré Hassan par Cheikh Al Albani notamment dans Sounan At-tirmidhi, dont le sens est :
 
"Celui qui accomplit la prière du Sobh en groupe à la mosquée puis s'assoit et accomplit du Dhikr (Lecture du coran, etc..) jusqu'au lever du soleil puis accomplit deux raka'at de la prière du Doha obtiendra la récompense d'un Haj et d'une Omra."
 
A ce propos Aïcha رضي الله عنها a dit :
 
"Le messager d'Allâh faisait au Doha quatre unités de prière et il leur ajoutait encore ce qu'Allâh lui permettait de faire".
Rapporté par Mouslim

"..Et quiconque accomplit 12 raka’at pour la prière d’Ad-Doha, Allâh lui construit une maison au paradis"

Rapporté notamment par At-tabarani et d’autres, Cheikh Al Albani L’a jugé Hassan Sahih Targhib Wa Tarhib

 


LE NOMBRE DE RAK'ATAYN

EST SUJET A DIVERGENCE

 

Le Nombre minimum de Raka'at que comporte cette prière est de 2

en effet certains savants dont Cheikh Salih Al Fawzan [Mullakhas Al-Fiqhiy Vol 1 p144] voient que le nombre maximum de raka’at que l’individu peut accomplir pour cette prière est de 8 .

 

Cela signifie que la personne peut prier le nombre de raka’at qu’elle souhaite, car le messager d’Allâh n’a point limité cette prière à un nombre bien précis. 
 
De ce fait la personne peut accomplir 2, 4, 6, 8, 10, 12 raka’at ou bien plus il n’y a pas de mal à cela.

Pour terminer, un autre groupe de savant Comme Cheikh Ibn Otheimine (Zad Al Mustaqna’ Vol 2 P 56 et dans Charh Ryad As-salihine Vol 3 P 305) ou encore Cheikh Ibn Baz (Majmou fatawa Cheikh Ibn Baz Vol 11 p 394) affirme que cette prière n’est pas limité par un nombre.

PRIERES SUREROGATOIRES RATTACHEES AU DHOOR


Ibn `Umar رضي الله عنهما a dit :

 

"J'ai fait avec l'Envoyé d'Allâh صلى الله عليه وسلم deux rak`at avant la prière de dohr (de midi) et deux autres à son issue, (...)".
Rapporté par Al Boukhari 895 muslim 729 et 1200

 

 

 

4 RAK'AT AVANT LA PRIERE DU DHOR

 

2 RAK'AT APRES LA PRIERE DU DHOR

 

PRIERES SUREROGATOIRES
RATTACHEES AU MAGHREB


Dans le même hadith que cité pour le dohr il est dit à la fin :

 

"(...) Quant aux deux rak`a (supplémentaires) de la prière de maghrib, de `ichâ' et de vendredi, je les ai faites en compagnie du Prophète صلى الله عليه وسلم dans sa maison".

Rapporté par Al Boukhari 895 muslim 729 et 1200


Ici il faut procéder à cette prière après la prière obligatoire, sous forme de 2 rak'at.

 

 

 

 

 

 

 

2 RAK'AT APRES LA PRIERE DU MAGHREB

PRIERES SUREROGATOIRES
RATTACHEES A L'ICHA

 

Dans le même hadith que cité pour le dohr il est dit à la fin :
 
" (...) Quant aux deux rak`a (supplémentaires) de la prière de maghrib, de `ichâ' et de vendredi, je les ai faites en compagnie du Prophète صلى الله عليه وسلم dans sa maison". 

Ici il faut procéder à cette prière après la prière obligatoire, sous forme de 2 rak'at

 

 

 

 

 

 

2 RAK'AT APRES LA PRIERE DE AL 'ICHA

PRIERES SUREROGATOIRES
AFIN DE CLOTURER TOUTES LES PRIERES

( AL WITR )

 

Ainsi, le witr est le fait de compléter la prière de la nuit par une rak'a ou trois rak’at d'affilées

(NDT : il s'agit de faire 3 rak’at ou plus ) en ne procédant qu’à un seul tachahoud à la fin .

fatawas arkan al islam (n°664), shaykh Al 'Utheymine

Le witr est une sounna recommandée (mou'akada) que cela soit durant le ramadhan ou une autre période.

L'imam Ahmad et d'autres ont dit :

"Celui qui délaisse al witr est quelqu'un de mauvais, son témoignage ne doit pas être pris en compte." 

C'est une sounna recommandée, le musulman ne doit pas l'abandonnée que cela soit en période de ramadan ou en dehors de celle-ci .

PRIERES SUREROGATOIRES RATTACHEES A LA PRIERE DU VENDREDI


Selon Abou Hourayra , le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit

"Quand l'un de vous a fait la prière du Vendredi, qu'il la fasse suivre de quatre unités de prière" 
Rapporté par Muslim

 

 

 

4 RAK'AT APRES LA PRIERE DU VENDREDI (Joumou'a)

 

Dans une autre version on trouve 2 rak'at, dans une autre on trouve 6 et dans une autre 8

PRIERES SUREROGATOIRES EFFECTUES APRES AVOIR FAIT
SES ABLUTIONS
 ( Al Woudhou )


D'après 'Abû Hurayra, au moment de la prière du matin, l'Envoyé d'Allâh صلى الله عليه وسلم dit à Bilâl :

"Ô Bilâl, raconte-moi quelle est l'oeuvre que tu as faite dans l'islam et dont tu espères le plus de récompense ? J'ai entendu (cette nuit) le bruit de tes sandales devant moi au Paradis".
Je n'ai, répondit Bilâl, fait dans l'islam aucune oeuvre dont j'espère le plus de récompense que celle-ci :

Je n'ai jamais fait une ablution de nuit ou de jour sans avoir prié avec cette purification ce qui m'avait été prescrit (c'est à dire prédestiné, voulu par Allâh) de prier".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 RAK'AT APRES AVOIR FAIT EFFECTUER AL WOUDHOU AUSSI BIEN DE NUIT QUE DE JOUR

Sans titre 1

TABLEAU RECAPITULATIF DES MOMENTS INTERDIT
POUR EFFECTUER DES PRIERES SUREROGATOIRES

La fin de la prière de l'aube jusqu'à ce que le soleil se trouve à une hauteur égale à la longueur d'une lance.

Quand le soleil est au zénith jusqu'au moment où il entame son inclinaison, cela se passe au milieu de la journée, près de cinq minutes avant que le soleil ne s'incline .

A la fin de la prière du 'asr jusqu'au coucher du soleil.

On tient compte ici de l'accomplissement individuel de la prière.

Quand on a achevé la prière du 'asr, l'on doit s'abstenir de prier jusqu'au coucher du soleil, sauf dans un cas particulier dans lesquels la prière n'est plus interdite.

Majmu' Fatawa
Publié par as-salat.over-blog.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Une sounna délaissée dans la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Une sounna délaissée dans la prière

Ibn Al-Qayyim رحمه الله dit dans son livre "Zad al-ma3ad" :

 

"Et telle était sa voie, il prolongeait ce pilier autant que le soujoud et celà est attesté dans tous les hadiths."

 

-Dans le hadith sahih, d'après Anas رضي اللّه عنه qui a dit :

 

"Le prophète صلى الله عليه وسلم reste assis entre les deux prosternations longuement au point que nous nous disions : Il a été distrait !" 

 

Et cette sounnah, la plupart des gens venus après la génération des compagnons رضي الله عنهم, l'ont délaissé. 

 

-Ainsi Thabit disait :

 
"Anas faisait une chose que je vous ne vois pas faire : Il reste assis entre les deux prosternations à tel point que l'on disait : "Il a oublié ou il est distrait"". 
 
 Publié par 3ilmchar3i.net

 

قال ابن القيم -رحمه الله- في كتابه زاد المعاد
 ... وكان هديه صلى الله عليه وسلم إطالةَ هذا الركن بقدر السجود، وهكذا الثابتُ عنه في جميع الأحاديث
وفي "الصحيح" عن أنس رضي اللّه عنه
كانَ رسولُ اللّه صلى الله عليه وسلم يقعُد بين السجدتين حتى نقول: قَدْ أَوْهَمَ
وهذه السنةُ تركها أكثرُ الناس مِن بعد انقراض عصر الصحابة
ولهذا قال ثابت
وكان أنس يصنع شيئاً لا أراكم تصنعونه، يمكُث بين السجدتين حتى نقول: قد نسي، أو قد أوهم

-Ibn Al-Qayyim dit dans son livre "zad al ma3ad" :

 

"Et telle était sa voie, il prolongeait ce pilier autant que le soujoud et celà est attesté dans tous les hadiths."

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Dire «Al hamdulillâh» après avoir éternué pendant la prière ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Dire «Al hamdulillâh» après avoir éternué pendant la prière ?

Question :

 
Est-ce qu’une personne qui éternue alors qu’elle est en prière peut dire « al hamdu lillâh » ?
 
Réponse :
 
-Si cette personne se situe derrière un Imam lors d’une prière à voix haute en groupe, alors il ne lui est pas autorisé de prononcer quoi que ce soit.

-Par contre, si elle prie en groupe lors d’une prière à voix basse ou si elle prie seule et l’éternuement a lieu en dehors de la récitation du coran, il lui est permis, dans ce cas, de dire « al hamdu lillâh ».

Et ceci n’est pas autorisé pendant la récitation du coran afin de ne pas insérer à la parole d’Allah ce qui n’en fait pas partie.

Et « al hamdu lillâh » doit être prononcé à voix basse.


Source : Silsilah al huda wa An-nur, cassette n° 97.
Traduction : Abu Abdillah et Abu Sulaymân.
copié de sounna.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La prière (vidéo arabe)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Ici vous pouvez télécharger cette application en format flash
Il vous suffit juste de faire un clic sur l'image.

 La prière
تعليم الصلاة

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La description de la prière du prophète صلى الله عليه وسلم (dossier en arabe)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La description de la prière du prophète صلى الله عليه وسلم (dossier en arabe)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La sonnerie retentie à la porte pendant la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La sonnerie retentie à la porte pendant la prière

Question :

Que dois-je faire si l’on sonne à ma porte pendant que je suis en prière, et que je suis seul à la maison ?
  

Réponse :

 
Si tu es dans une prière surérogatoire, tu peux sortir de celle-ci afin de savoir qui est à la porte.

Quant à la prière obligatoire, il ne faut pas se dépêcher de la terminer sauf, s’il y a une chose importante que l’on craint de rater.

Et s’il est possible de prévenir celui qui sonne à la porte par des glorifications (ex : soubhan Allah) pour l’homme, ou taper dans les mains pour la femme, afin qu’il sache que l’on est occupé par la prière ; cela suffit.

Car le prophète (salut et bénédiction sur lui) a dit :

« Celui qui veut prévenir de quelque chose lors de sa prière, qu’il glorifie Allah si c’est un homme ou qu’elle tape dans les mains si c’est une femme ».

Pour une prière surérogatoire, il est facile de sortir de celle-ci.
Quant à une prière obligatoire il faut vraiment que ce soit pour une chose très importante, puis recommencer cette prière.

Tome 2 page 35
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La prière des femmes derrière les hommes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La prière des femmes derrière les hommes

Question : 

 
Il y a quelques masjids dans lesquels les femmes prient au-dessous du masjid (sous-sol), ou à l’étage supérieur.

Nous, les femmes, prions dans ces 
masjids, en suivant l'imam d'un lieu où nous ne le voyons pas, ni ceux (les hommes) qui le suivent.

Parfois, il a dans le 
masjid un lieu de prière pour les hommes qui contient un grand espace vide.

Notre prière est-elle correcte si nous ne voyons pas l'imam ou quelqu’un de ceux (les hommes) qui le suivent ?

Sachant que parfois nous entrons au 
masjid et nous ne savons pas dans quelle rak'a (unité de la prière) il est.

Aussi, est-ce qu’il est permis dans cette situation de suivre le microphone seulement ?

Est-il correct pour nous de suivre l'imam à l’étage supérieur ou inférieur, sachant que parfois le 
masjid contient un lieu de prière assez grand (c'est-à-dire pour que les femmes puissent y aller) ?
 
Réponse : 
 
La réponse est dans deux parties :
 
Première partie
 
La prière dans cette situation est correcte tant que les femmes prient dans le masjid, que cela soit à l’étage supérieur ou inférieur.

Tant qu'elles peuvent entendre les Takbirat (Allahu Akbar) quand l’imam change de position.
 
Deuxième partie
 
Il n’est pas désirable que les femmes prient comme cela à moins que la place des hommes ne soit bondée d’hommes qui prient et que les femmes ne puissent y trouver de place pour elles derrière les rangées (des hommes).

Dans cette situation il leur est permis de prier - comme nous l’avons dit auparavant – au niveau supérieur du masjid ou au niveau inférieur.

Cependant, s'il y a un secteur vide dans le masjid (derrière les hommes) dans lequel l’imam prie avec les hommes derrière lui, alors il n'est pas permis aux femmes de monter au niveau supérieur ou de descendre au niveau inférieur où elles ne peuvent pas voir les mouvements de l'imam ou les mouvements de ceux qui le suivent.

Ceci en raison de deux choses :
 
La première est que le prophète (sallallahu alayhi wa sallam) a dit :

« les meilleurs rangs des hommes sont les premiers rangs et les plus mauvais pour eux sont les derniers rangs et les meilleurs rangs des femmes sont les derniers rangs et les plus mauvais pour elles sont les premiers rangs. » 

Cela signifie seulement le niveau sur lequel le prophète et ses compagnons, qui étaient derrière lui, priaient.

Les femmes n'étaient pas à un niveau supérieur ou inférieur.

Le point subtil réside en ce que parfois on peut ne pas entendre le microphone et d'autres fois il peut ne pas marcher du tout.

Dans ce cas, la prière des femmes qui suivent la prière au niveau supérieur ou inférieur et duquel elles ne voient pas la prière des hommes qui prient derrière l’imam, leur prière peut être annulée.

Donc, la conclusion à cette réponse est que la prière au niveau supérieur ou inférieur est correcte.

Cependant, il n'est pas permis aux femmes de chercher intentionnellement à prier en ce lieu, s'il y a un espace dans le lieu de prière des hommes où les femmes puissent prier à l'arrière de ce lieu de prière.

Ceci est en résumé la conclusion de cette question.


Traduit par Abu Sumayyah Aqil Walker
copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Serrer la main ou dire « تقبل الله » (taqabal Allah) après la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Serrer la main ou dire « تقبل الله » (taqabal Allah) après la prière

Question : 
 

Quel est l’avis de votre excellence concernant le fait de serrer la main, ou de dire « taqabal Allah » juste après avoir terminé la prière ?

wa jazaikoumllahou khei
ra.


Réponse : 
 

Il n’y a aucun fondement concernant le fait de serrer les mains ni le fait de dire « taqabal Allah » juste après avoir terminé la prière, rien ne nous a été rapporté du prophète salallahu aalayhi wa salam ni des sahabas radhiallahou aanhoum

 

fatawas arkan al islam (n°648) 

copié de darwa.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Distinction à faire, concernant les noms suivants : «sunnati-l-fajr» et «al-faj» / «al-fajr» et «subh»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Distinction à faire, concernant les noms suivants : «sunnati-l-fajr» et «al-faj» / «al-fajr» et «subh»

On observe dans le livre intitulé :

"Sifatu Salâti N-nabyy صلى الله عليه وسلم de Cheikh Al-Albânî رحمه الله"

une différence entre les termes : Sunnati-l-Fajr et Al-Fajr.


En effet, le Cheikh رحمه الله souligne une nuance se rapportant à deux prières :
 
-Surérogatoire (Sunnati-l-Fajr) appelé autrement (Al-Fajr)
-Obligatoire (Al-Fajr) appelé autrement (Subh)
 
La prière "Sunnati-l-Fajr", ou l'on récite dans la 1ère Rak'a la Sourate (Al-Kâfirûn) et dans la 2ème Rak'a la Sourate (Al-Ikhlass) s'effectue après l'Adhan.
Il est de la Sunnah de s'allonger sur son son côté droit après l'avoir accompli.

Et ce, pour une courte durée.

On peut aussi réciter dans cette prière, les versets suivants:
 
-Dans la 1ère Rak'a: S.2; V.136 (le verset en entier);
-Dans la 2ème Rak'a: S.3; V.64 (le verset en entier).
Rapporté par Muslim رحمه الله, Ibn Khuzayma رحمه الله, Al-Hâkim رحمه الله:
-Ou parfois dans la 1ère Rak'a: S.3; V.52 (le verset).
Rapporté par Muslim رحمه الله et Abû Dâwûd رحمه الله.

Concernant, les sourates "Al-Kâfirûn" et "Al -Ikhlass" :

Le Prophète صلى الله عليه وسلم dit :

"J'ai entendu, un homme récitait la première sourate("Al-Kâfirûn") dans la première rak'a ;
et il dit صلى الله عليه وسلم : " Celui-la est un Serviteur qui croit en Son Seigneur",
puis réciter la deuxième sourate("Al-Ikhlass") dans la dernière Rak'a;
et il dit صلى الله عليه وسلم :"Celui-là est un Serviteur qui connaît Son Seigneur".
Rapporté par At-Tahawî رحمه الله et Ibn Hibân dans son Sahîh et d'autres-Rahimahumullah

Cette prière surérogatoire, se caractérise par sa courte durée dans l'accomplissement.

La prière "Al-Fajr", appelé aussi "Subh" s'effectue après l'Iqama.

Elle est une prière Obligatoire, comprise dans les cinq accomplis quotidiennement.

Le laps de temps s'écoulant entre "Sunnati-l-Fajr" et "Al-Fajr" est de 50 versets récités.

En effet, Anas b. Mâlik-radiAllahu ta'ala 'anhu-a rapporté que Zayd b. Thâbit-radiAllahu 'anhu- a dit :

"Nous avons pris le repas de Sahûr avec le Prophète صلى الله عليه وسلم , puis il s'est levé pour la prière.
J'ai demandé (à Zayd):"Combien de temps y avait-il entre l'appel à la prière et le Sahûr?".
Il m'a dit:"Le temps de lire cinquante versets [du Coran]".
Rapporté par Al-Bukharî رحمه الله , t.4, p.118; Muslim رحمه الله, h. n°1097.

copié de darwa.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La sentence de celui qui délaisse la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La sentence de celui qui délaisse la prière

Question :

 
Que doit faire un homme qui ordonne aux membres de sa famille d'accomplir la prière, mais ceux-ci ne veulent rien entendre ?
 
Doit-il continuer à vivre avec eux sous le même toit et les côtoyer, ou doit-il quitter le foyer familial ?
 
Réponse :
 
Si les membres de sa famille ne prient jamais, ce sont des mécréants, des renégats, qui sont sortis de l'islam, et il ne lui est donc pas permis de vivre avec eux sous le même toit.
 
Cependant, il se doit de les inviter (à accomplir la prière), d'insister sans relâche, peut-être qu'Allah les guidera, car celui qui délaisse la prière est un mécréant - qu'Allah nous en protège - les preuves à ce sujet se trouvant dans le Coran, la Sunna, les propos des Compagnons et la réflexion objective.
 
Pour ce qui est des preuves du Coran, Allah a dit au sujet des polythéistes (traduction rapprochée) :
 
« Mais s'ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent la Zakât, ils deviendront vos frères en religion. » (1)
 
On déduit de ce verset que s'ils ne font pas ces actes-là, ce ne sont pas nos frères. Or, la fraternité religieuse ne disparaît pas en raison de péchés, aussi graves soient-ils. Elle ne disparaît que lorsque la personne sort de l'islam.
 
Pour ce qui est des preuves de la Sunna, le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit :
 
« Ce qui sépare l'homme de la mécréance et du polythéisme, c'est le fait de délaisser la prière » (2)
hadith authentique dans le Sahîh de Muslim
 
et le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a aussi dit selon le hadith rapporté par Burayda, qu'Allah l'agrée, dans les Sunan :
 
« Le pacte qui existe entre nous (les musulmans) et eux (les mécréants) est la prière. Quiconque la délaisse a mécru. » (3)
 
Quant aux dires des Compagnons, on peut citer le Gouverneur des Croyants 'Umar, qu'Allah l'agrée, qui a dit : « Il n'y a aucune part d'islam pour quiconque délaisse la prière. » Et le mot part (Hadh) signifie portion (Nassîb), qui est ici utilisée sous une forme indéfinie et négative, forme linguistique engendrant la généralisation, c'est-à-dire qu'il n'y a aucune part, quelle qu'elle soit, petite ou grande. 'Abdullah Ibn Shaqîq a dit : « Les Compagnons du Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, ne considéraient le délaissement d'aucun acte comme étant de la mécréance, sauf la prière. »
 
Enfin, du point de vue de la réflexion objective : est-il raisonnable de penser qu'une personne ait ne serait-ce que le poids d'un grain de moutarde de foi dans le cœur, qu'il connaisse l'importance que revêt la prière et l'intérêt qu'Allah lui porte, puis la délaisse totalement ? 
 
C'est une chose impossible ! 
 
J'ai d'ailleurs longuement réfléchi sur les arguments apportés par ceux qui disent que la personne ne devient pas mécréante, et je me suis alors rendu compte qu'elles faisaient partie d'une de ces cinq catégories : 
 

-La preuve avancée n'en est pas une ;

-La preuve avancée est limitée par un état ou une description qui rend impossible le délaissement de la prière ;

-La preuve avancée est limitée par un état qui excuse celui qui a délaissé la prière ;

-La preuve avancée est générale ; elle est donc spécifiée par les hadiths indiquant la mécréance de celui qui délaisse la prière ;

-La preuve avancée est faible, on n'a donc pas le droit de se baser dessus.

 
S'il est clair que celui qui délaisse la prière est un mécréant, les règles et lois concernant les renégats s'appliquent sur lui. 
 
Il n'y a rien dans les textes qui stipule que celui qui délaisse la prière est un croyant, ou qu'il entrera au Paradis, ou qu'il sera sauvé de l'Enfer, ou d'autres expressions semblables, qui nous inciterait à expliquer la mécréance de celui qui délaisse la prière comme n'étant qu'un rejet des bienfaits d'Allah (Kufr un-Ni'ma) ou une mécréance mineure, moins grave que la mécréance majeure (Kufr dûna Kufr).
 
Les règles et lois qui s'appliquent sur celui qui délaissent la prière sont donc les suivantes :
 
- Il n'est pas permis de le marier, et si le mariage s'accomplit alors qu'il ne prie pas, le mariage est nul, et la femme lui est interdite, en raison de la parole d'Allah concernant les femmes musulmanes qui s'exilaient pour rejoindre les musulmans de Médine (traduction rapprochée) :
 
« Si vous constatez qu'elles sont croyantes, ne les renvoyez pas aux mécréants. Elles ne sont pas licites [en tant qu'épouses] pour eux, et eux non plus ne sont pas licites [en tant qu'époux] pour elles. » (4)
 
- S'il délaisse la prière après s'être marié, le mariage est annulé, et son épouse lui est interdite, en raison des versets cités précédemment, tout en prenant en compte la distinction connue des gens de science concernant le cas où cela est arrivé avant ou après la consommation du mariage.
 
- Cet homme qui a délaissé la prière, s'il égorge une bête, la viande ne doit pas être mangée, pour la simple raison qu'elle est illicite (Harâm). Si un juif ou un chrétien égorge une bête, il nous est permis de manger de sa viande. Ainsi - qu'Allah nous en protège - son sacrifice est encore plus impur que celui des juifs et des chrétiens.
 
- Il ne lui est pas permis de pénétrer La Mecque ou son enceinte délimitant les lieux sacrés, selon la parole d'Allah (traduction rapprochée) :
 
« Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu'impuretés : qu'ils ne s'approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci. » (5)
 
- Si un de ses proches décède, il n'a aucun droit à l'héritage. Ainsi, si un homme décède laissant un fils qui n'accomplit pas la prière (le père est un musulman qui prie et le fils ne prie pas) et le fils d'un cousin éloigné, auquel des deux reviendra l'héritage ? Au fils du cousin éloigné exclusivement, car le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit dans un hadith rapporté par Usâma :

« Le musulman n'hérite pas du mécréant, de même que le mécréant n'hérite pas du musulman. » (6)

hadith authentifié par al-Bukhârî et Muslim

  et le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit aussi :

« Donnez les parts d'héritage à qui de droit ; et s'il reste quelque chose [à partager], donnez-le en priorité aux hommes. » (7)

Cet exemple s'applique sur tous les autres héritiers.


-  S'il meurt, on ne le lave pas, on ne le met pas dans un linceul, on ne prie pas sur lui la prière mortuaire, et on ne l'enterre pas avec les musulmans. Que doit-on faire de son corps alors ? Il faut creuser un trou dans un lieu désert et l'y enterrer avec ses habits, car c'est une personne qui ne revêt aucun caractère sacré. C'est pourquoi il n'est pas permis à une personne dont un des membres de sa famille est décédé et qui sait que ce dernier ne priait pas, de demander aux musulmans d'accomplir sur lui la prière mortuaire.

-  Il sera rassemblé au jour du jugement avec Pharaon, Hâmân, Qârûn et Ubay ibn Khalaf, les chefs de la mécréance - qu'Allah nous en protège - et il n'entrera pas au Paradis. Il n'est permis à aucun des membres de sa famille d'invoquer Allah pour qu'Il lui pardonne et lui fasse miséricorde, car c'est un mécréant qui n'y a pas droit. Allah le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :


« Il n'appartient pas au Prophète et aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer. » (8)

 

Le problème, chers frères, est donc d'une gravité extrême... et malgré cela certaines personnes sont négligentes à ce sujet, et acceptent chez elles des personnes qui n'accomplissent pas la prière, et ceci n'est pas permis. Allah est le Plus Savant, et que la bénédiction et la paix soient sur le Prophète Muhammad, sa famille et tous ses Compagnons.

(1) Le Repentir, v. 11.
(2) Rapporté par Muslim, chapitre de la foi, n°82.
(3) Rapporté par Ahmad (5/346), At-Tirmidhî, chapitre de la foi n°2641, An-Nassâ'î, (1/232) et Ibn Mâjah n°1079.
(4) L'Eprouvée, v. 10
(5) Le Repentir, v. 28
(6) Hadith authentifié par Al-Bukhârî, et Muslim (Muttafaqun 'alayhi) : Al-Bukhârî, chapitre des héritages, n°6764 et Muslim, chapitre des héritages, n°1614.
(7) Al-Bukhârî, chapitre des héritages, n°6732 et Muslim, chapitre des héritages, n°1615.
(8) Le Repentir, v. 113.

 
Risâlatu fî Sifati Salâti-n-Nabî, pages 29 et 30
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Tenir un coran dans la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Tenir un coran dans la prière
Question : 
 
Quel est le jugement du fait de suivre l’imam avec un Coran dans la prière ? 
 
Réponse :
 
Suivre l’imam avec un Coran, c’est à dire, celui qui prie derrière l’imam tient un Coran pour suivre l’imam dans sa récitation.

Si cela est fait par nécessité comme le cas où l’imam à une mémoire faible et qu’il dit à un de ceux qui prient derrière lui : « Prend un Coran afin que tu me corriges si je me trompe », alors il n’y a pas de mal dans cela car cela est fait par nécessite. 
 
Par contre, si cela ne correspond pas à ce cas, alors je ne suis pas d’avis que la personne suive l’imam avec un Coran, car il va laisser passer ce qui est demander et sera dans ce qui n’est pas recherché.

Ainsi, il va laisser passer le fait de regarder le lieu de prosternation, ainsi que le fait de mettre les deux mains sur la poitrine, ce qui fait partie de la sounnah.

Et il sera dans ce qui n’est pas demandé comme les mouvements afin de tenir le Coran, de l’ouvrir, de le plier et de le ranger.

Ce sont tous des mouvements qui ne sont pas nécessaires.

Et les savants ont dit : « Les mouvements dans la prière qui ne sont pas nécessaires sont détestables. » Car cela contredit/annule la concentration complète.

Et certains savants ont dit : « Certes, les mouvements des yeux annule la prière. »

Car les yeux suivent la lecture du début à la fin de la première ligne, de la deuxième, jusqu’à la dernière.

Il y a aussi beaucoup de lettres et de mots, alors les mouvements des yeux seront nombreux, et cela annule la prière. 
 
Donc, mon conseil pour mes frères et qu’il délaisse cette chose et qu’il s’habitue à se concentrer sans regarder dans le Coran. 


وسئل فضيلة الشيخ: ما حكم متابعة الإمام من المصحف في الصلاة ؟

فأجاب فضيلته بقوله: متابعة الإمام في المصحف معناه أن المأموم يأخذ المصحف ليتابع الإمام في قراءته، وهذا إن احتيج إليه بحيث يكون الإمام ضعيف الحفظ فيقول لأحد المأمومين: أمسك المصحف حتى ترد عليّ إن أخطأت فهذا لا بأس به لأنه لحاجة
وأما إذا لم يكن على هذا الوجه؛ فإنني لا أرى أن الإنسان يتابع الإمام من المصحف؛ لأنه يفوت مطلوباً ويقع في غير مرغوب فيه، فيفوت النظر إلى موضع سجوده، وكذلك وضع اليدين على الصدر وهو من السنة، ويقع في غير مرغوب فيه وهو الحركة بحمل المصحف، وفتحه، وطيه، ووضعه، وهذه كلها حركات لا حاجة إليها، وقد قال أهل العلم: إن الحركة في الصلاة إذا لم يكن لها حاجة مكروهة؛ لأنها تنافي كمال الخشوع. بل قال بعض العلماء: إن حركة البصر تبطل الصلاة؛ لأن البصر سوف يتابع القراءة من أول السطر إلى آخره ومن أول الثاني إلى آخره وهكذا مع أن فيه حروفاً كثيرة وكلمات كثيرة فيكون حركة كثيرة للبصر، وهذا مبطل للصلاة
فنصيحتي لإخواني أن يدعوا هذا الأمر ويعودوا أنفسهم الخشوع بدون أن ينظروا إلى المصحف
مجموع فتاوى الشيخ السؤال 819

 

Madjmou' Fatâwa du Cheikh, question 819

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Le jugement de la prière dans une pièce qui contient des photos

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le jugement de la prière dans une pièce qui contient des photos

Question :

 

Je prie dans une chambre qui contient des photos, comme la photo d'un de mes amis qui est accroché sur le mur, ou la photo d'un autre homme.

 

Et un des frères m'a dit: « ta prière est invalide à cause de ces photos présentes. »

 

Que dois-je faire pour ce qui est passé ?

 

Et quel est le jugement de ma prière ?

 

Qu'Allâh vous bénisse !

 

Réponse :

 

La prière est valide.

 

Et celui qui dit qu'elle est invalide s'est trompé.

 

La prière est valide mais il est détestable de prier dans cette pièce s'il est possible [de prier] ailleurs.

 

Sinon, la prière est valide, car tu n'adores pas les photos, tu ne fais que prier Allâh, alors ta prière est valide.

 

Et il n'est pas permis de coller des photos dans les pièces, ni de les coller ou les accrocher dans les bureaux.

 

Mais ce qui est obligatoire est de les enlever.

 

Il t'incombe de conseiller ton frère pour qu'il enlève ces photos accrochées des pièces et qu'il ne les laisse pas dans la maison, de par la parole du prophète صلى الله عليه وسلم : 

 

«Les anges ne rentrent pas dans une maison qui contient une image ou un chien.» (1)

 

Et sa parole صلى الله عليه وسلم à 'Alî -qu'Allâh l'agrée:

 

«Ne laisse pas une image sans l'effacer ni une tombe surélevée sans la niveler !» (2) 

 

Et lorsqu'il vit chez 'Âichah -qu'Allâh l'agrée- un rideau contenant des images, il le déchira et se mit en colère صلى الله عليه وسلم et dit :

 

«Les auteurs de ces images seront chatiés le jour de la résurrection. On leur dira : Donnez vie à ce que vous avez créé !» (3) 

 

Donc tu conseilles ton frère qu'il enlève les images accrochées.

 

Quant à la prière, elle est valide, mais il est détestable de prier à l'endroit où il y a des photos sauf s'il y a nécessité.

 

S'il ne lui est pas possible [de prier] ailleurs, alors il n'y a pas de mal.

 

(1) NdT: Al Bukhârî et Muslim d'après Abû Talhah.

(2) Ndt: Muslim.

(3) Ndt: Al Bukhârî et Muslim.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

 

حكم الصلاة في الحجرة التي بها تصاوير

يقول السائل: أصلي بغرفة بها صور، كصورة صديق لي معلقة على الحائط، أو صورة إنسان آخر، وقد قال لي بعض الإخوة: إن صلاتك باطلة بسبب استقبال هذه الصور. فماذا أفعل في المدة الماضية؟ وما حكم صلاتي بارك الله فيكم؟

الصلاة صحيحة، ومن قال: إن الصلاة باطلة، فقد غلط، فالصلاة صحيحة، ولكن يكره الصلاة في هذه الحجرة إذا تيسر غيرها، وإلا فالصلاة صحيحة؛ لأنك لا تعبد الصور، إنما صليت لله فصلاتك صحيحة

ولا يجوز لصق الصور في الحجر، ولا لصق الصور في المكاتب ولا تعليقها، بل الواجب إزالتها، فعليك أن تنصح أخاك أن يزيل هذه الصور المعلقة وألا يبقيها في البيت؛ لقول النبي صلى الله عليه وسلم

((لا تدخل الملائكة بيتاً فيه صورة ولا كلب))

، ولقوله صلى الله عليه وسلم لعلي رضي الله عنه

((لا تدع صورة إلا طمستها، ولا قبراً مشرفاً إلا سويته))

، هكذا قال نبينا صلى الله عليه وسلم لعلي رضي الله عنه

((لا تدع صورة إلا طمستها، ولا قبراً مشرفاً إلا سويته))

ولما رأى ستراً عند عائشة رضي الله عنها فيه تصاوير، هتكه وغضب عليه الصلاة والسلام، وقال

((إن أصحاب هذه الصور يعذبون يوم القيامة، ويقال لهم: أحيوا ما خلقتم))

، فأنت تنصح أخاك حتى يزيل الصور المعلقة، وأما الصلاة فصحيحة، ولكن يكره الصلاة في المحل الذي فيه تصاوير إلا عند الحاجة، أما إذا لم يتيسر غيره فلا بأس

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Jugement sur celui qui abandonne la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Jugement sur celui qui abandonne la prière

Question :

 

La personne qui abandonne la prière est-elle considérée comme mécréante ?

 

Réponse :

 

Celui qui abandonne la prière est considéré comme un mécréant (Kafir) en raison de ce que l'imam Ahmad a rapporté dans son Musnad et aussi Muslim dans son Sahih, d'après Jabir (radhiyallahu 'anhu) qui rapporte que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :

 

« Il y a entre le serviteur (d'Allah) et la mécréance (Al-Kufr) ou le polythéisme (As-Shirk) la prière (As-Salat). ».

Aussi en raison de ce que Abû Dawûd a rapporté dans ses Sunan d'après Burayda (radhiyallahu 'anhu) qui rapporte que le messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Le pacte entre nous (les musulmans) et eux (les mécréants) est la prière (As-Salat), quiconque l'abandonne a certes mécru. »

 

Et le Seigneur Tout-Puissant dit dans Son Noble Livre (traduction rapprochée) : 

 

« Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition,. » [Sourate Maryam : 59]

 

Donc, l'avis correct parmi les avis des gens de science est que la personne qui abandonne la prière est considérée comme mécréante (Kafir), qu'il l'ait abandonné par rejet de son obligation ou sans rejeter son obligation.

 

C'est l'avis de l'imam Ahmad Ibn Hanbal et c'est aussi l'avis d'un groupe parmi les compagnons.

 

Plutôt Abû Muhammad ibn Hazm a mentionné un groupe parmi eux (qui a tenu cet avis) et a ensuite dit :

 

« Je ne connais personne qui n'ait pas été d'accord avec ces compagnons. »

 

Article tiré du site assalafi.com

Source : Ijabatus-Sa'il, pp. 41-42

Traduit par Aqil Walker

copié de salafs.com

 

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

L'avis de Cheikh Al-Albany concernant celui qui abandonne la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'avis de Cheikh Al-Albany concernant celui qui abandonne la prière

L'avis de Cheikh Al-Albany est que

celui qui délaisse la prière totalement est un mécréant

 
Cheikh Bazmoul dit :
 
«Cheikh Al-Albany dit que celui qui délaisse la prière par paresse et fainéantise ne devient pas mécréant et il ne vise pas par cela celui qui la délaisse totalement, quelqu'un qui n'a pas prié un seul jour jusqu'à ce qu'Allâh le fasse mourir et qui avait pourtant la capacité et rien ne l'empêchait de le faire.
 
 
Mais le Cheikh vise plutôt celui qui prie de temps en temps et est paresseux et néglige de temps en temps jusqu'à ce que le temps de la prière sorte sans qu'il n'ait prié sans excuse.»
 
Et le Cheikh a une parole énonçant cela.
 
Tu le vois qui commente la parole de Ibn Taymiya qui dit :
 
«Et par cela est levé l'ambiguïté dans ce chapitre, car il y a certes beaucoup de gens et même la plupart d'entre-eux dans beaucoup de régions qui ne sont pas assidus aux cinq prières mais ne les délaissent pas totalement.

Plutôt ils prient de temps à autre et délaissent la prière à d'autres moments ; Ceux-ci ont eu de la foi et de l'hypocrisie et il leur est appliqué les règles de l'islam apparentes sur les héritages et ce qui y ressemblent comme règles.

En effet, si ces règles sont appliquées à l'hypocrite pur comme Ibnu Ubay et d'autres parmisles hypocrites, ceux-ci sont plus en droit qu'elle leur soit appliquée.»
 
(Majmu' Fatawa - Volume 7 - p 615,617)
 
Cheikh Al-Albany fait une remarque à cette parole de Ibn Taymiya :
 
«Ceci est une parole de justesse de Cheikh Al-Islam qui nie (infirme) l'avis de ceux qui rendent mécréant de croyance (font le takfir) celui qui délaisse la prière ne serait-ce qu'une fois en la laissant sortir de son temps.

Ceci nous montre que celui qui devient mécréant (de croyance) est celui qui la refuse comme celui qu'on a menacé de l'épée pour qu'il prie et qu'il refuse.»
 
(Livre Al Dourar Al Moutalaliate p 133,134)
 
Cheikh Bazmoul dit et lorsque le Safar Al Hawali, qu'Allâh le pardonne, a dit concernant la rissala (petit livre) de Cheikh Al-Albany concernant le jugement de celui qui délaisse la prière :
 
«Lorsqu'il a écrit (Cheikh Al-Albany) que celui qui délaisse totalement la prière comme étant un croyant faisant partie des gens profitant de l'intercession et a construit toute sa rissala sur cela.»
 
Cheikh Al-Albany répliqua en disant :
 
«Les choses ne sont pas comme cela, la rissala est basée sur celui qui délaisse la prière par fainéantise.» 
 
(Livre Al Dourar Al Moutalaliate p 126)
 
Cheikh Al-Albany dit dans une autre remarque :
 
«Parmi les choses nécessaires et fondamentales du travail d'investigation (Tahqik) est que l'auteur montre clairement son avis : Quel est l'opinion des pieux prédecesseurs ?
 
Est-ce le Takfir (rendre mécréant de croyance) pour une seule prière ?
 
Ou est-ce le fait de persister dans son délaissement total de manière à ce qu'il meure en étant devenu vieux ?
 
Ou est-ce celui dont le cas a été rapporté aux dirigeants qui lui ordonnent la prière, il a alors refusé et a été tué ?» 
 
(Livre Al Dourar Al Moutalaliate p 151)
 
Cheikh Bazmoul dit : Et lorsque Safar Al Hawali, qu'Allâh le pardonne, dit :
 
«Celui qui délaisse la prière totalement fait partie de ces mécréants ;
 
Celui qui la délaisse la plupart du temps est très proche d'eux et sa situation leur ressemble,
 
Celui qui prie de temps en temps et délaisse la prière de temps en temps, est en hésitation entre la mécréance et la foi et ce qui est important est ce sur quoi il va finir.
 
De plus, le fait de délaisser l'assiduité est différent du délaissement total qui est de la mécréance.»
 
Cheikh Al-Albany fait la remarque suivante:
 
«Ceci est une explication que nous voyons très bonne mais est-ce que la cause de la mécréance dans cette situation est le délaissement en lui-même ?
 
Ou bien car il montre en apparence le refus et l'orgueil qui est une mécréance du cœur ?
 
Ceci est ce qui est apparent et qui est la cause du jugement de la mécréance, et la cause n'est pas le délaissement en lui-même.
 
Ceci est le sens de ce que j'ai cité dans ma rissala de Ibn Taymiya page 44-46, c'est celui qui persiste au délaissement malgré le fait qu'on l'ai appelé à œuvrer comme je l'ai expliquer ici, et les paroles de l'auteur (Safar Al Hawali) ne sorte pas de cela et a plutôt éclairci et expliquer la chose.»
 
(Livre Al Dourar Al Moutalaliate p 127,128).
 
"Explication du livre de la description de la prière de Cheikh Al-Albany" page 22 à 24 

Publié par 3ilmchar3i.net

        

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Retarder la prière parce que l'on travaille

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Retarder la prière parce que l'on travaille

Question :

 
Beaucoup de travailleurs retardent la prière du Dhourh et du 'Asr jusqu'à la nuit, justifiant cela par le fait qu'ils sont occupés par leur travail, ou que leurs vêtements sont impurs ou ne sont pas propres.

Comment pouvez-vous les orienter ?
 
Réponse :
 
Il n'est pas permis au musulman et à la musulmane de retarder la prière obligatoire en dehors de son heure.

Au contraire, il est du devoir de tout musulman et musulmane responsable (pubère) d'accomplir la prière à son heure selon sa capacité .

Et le travail n'est pas une excuse pour la retarder, de même que l'impureté du vêtement ou le fait qu'il soit sale, tout ceci n'est pas une excuse.

Et les heures de prières doivent faire exception au travail, et il incombe au travailleur, à l'heure de la prière, de laver ses vêtements de toute impureté ou de les remplacer par des vêtements propres.

Quant à la saleté, elle n'empêche pas d'accomplir la prière avec (les vêtements), si elle ne contient pas d'impureté (urine, selle...) ou qu'elle ne dégage pas une odeur répugnante qui nuit aux prieurs.

Et si cette saleté en elle-même ou son odeur nuit le prieur , il est obligatoire au musulman de les laver avant d'accomplir la prière, ou de les changer par d'autres vêtements propres, afin qu'il puisse accomplir la prière avec le groupe.
 
Et il est permis pour celui qui est excusé légalement comme le malade ou le voyageur, de regrouper le Dhuhr et le 'Asr à l'heure d'une des deux prières, et de regrouper le Maghrib et le 'Ishâ à l'heure d'une des deux prières, comme il a été authentifié dans la sunna d'après le Prophète صلى الله عليه وسلم.

De même, le regroupement est permis en cas de pluie et de boue qui pose des difficultés aux gens.
 
Madjmôu3 Fatâwâ wa Maquâlâtt Moutanawwi3a v.10 - page 382
 Publié par 3ilmchar3i.net

السؤال : كثير من العمال يؤخرون صلاتي الظهر والعصر إلى الليل ، معللين ذلك بأنهم منشغلون بأعمالهم ، أو أن ثيابهم نجسة

 أو غير نظيفة ، فبماذا توجهونهم؟

الجواب: لا يجوز للمسلم أو المسلمة تأخير الصلاة المفروضة عن وقتها ، بل يجب على كل مسلم ومسلمة من المكلفين أن يؤدوا الصلاة في وقتها حسب الطاقة ، وليس العمل عذرا في تأخيرها ، وهكذا نجاسة الثياب ووساختها ، كل ذلك ليس بعذر
وأوقات الصلاة يجب أن تستثنى من العمل ، وعلى العامل وقت الصلاة أن يغسل ثيابه من النجاسة ، أو يبدلها بثياب طاهرة
أما الوسخ فليس مانعا من الصلاة فيها ، إذا لم يكن ذلك الوسخ من النجاسات ، أو فيه رائحة كريهة تؤذي المصلين ، فإن كان الوسخ يؤذي المصلين بنفسه أو رائحته وجب على المسلم غسله قبل الصلاة ، أو إبداله بغيره من الثياب النظيفة ؛ حتى يؤدي الصلاة مع الجماعة
ويجوز للمعذور شرعا- كالمريض والمسافر- أن يجمع بين الظهر والعصر في وقت إحداهما ، وبين المغرب والعشاء في وقت إحداهما ، كما صحت بذلك السنة عن النبي صلى الله عليه وسلم
وهكذا يجوز الجمع في المطر والوحل الذي يشق على الناس

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>