252 articles avec priere - الصلاة

La ‘awra de la femme dans la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La ‘awra de la femme dans la prière

Question : 

 

Beaucoup de femmes ne font pas attention dans la prière et laisse apparaître leurs avant bras ou une partie, de même de que leurs pieds et peut-être même leurs jambes. 

Leur prière est-elle valide dans ce cas ?

 

Réponse :

 

Il est obligatoire pour la femme pubère libre de cacher l'ensemble de son corps pendant la prière, à l'exception du visage et des mains, car elle doit être couverte entièrement.

 

Donc, si elle prie et qu'apparaît quelque chose qui doit être couvert comme les jambes, les pieds, la tête ou un partie seulement, sa prière n'est pas valide d'après la parole du prophète (prières et bénédictions d'Allah sur lui) : 

 

« Allah n'accepte pas la prière d'une femme pubère sans voile. » [1]

 

Et d'après sa parole (prières et bénédictions d'Allah sur lui) : 

 

« Toute la femme doit être couverte. »

 

Et d'après ce que rapporte Abu Dawud (qu'Allah lui fasse miséricorde), d'après Oum Salama (qu'Allah l'agrée) qui a interrogé le prophète (prières et bénédictions d'Allah sur lui) à propos de la femme qui prie avec une blouse et un voile (khimar) sans robe, il a alors répondu :

 

« Si la blouse cache le dessus de ses pieds ». 

 

Al-Hafidh ibn Hajar (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit dans Bulugh al-maram : 

 

Les imams ont confirmé que le hadith s'arrêtait à Oum Salama (qu'Allah l'agrée), et s'il y a auprès d'elle un étranger (un homme qu'elle peut épouser), il lui est aussi obligatoire de couvrir son visage et ses mains.

 

[1] Rapporté par Ahmad et les auteurs des Sunan, sauf An-Nassa'i, avec une chaîne de transmission authentique


Source : Fatawa As-Salat

copié de salafs.com
  
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

L’abandon de la prière par paresse ou négligence

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’abandon de la prière par paresse ou négligence

Le ministre et savant SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu'Allâh le préserve) a expliqué que la majorité des gens de la Sounnah sont d'avis que celui qui délaisse la prière par paresse ou négligence ne peut être considéré comme musulman qui prononce l'attestation qu'il n'y a de divinité si ce n'est Allâh et que Muhammad est l'Envoyé d'Allâh.

 

Il ne peut être rattaché à l'Islâm, parce qu'il est sur un grand péché.

 

Et quant au fait qu'il serait sur une mécréance mineure, ceci est le dire d'un petit nombre de savants des gens de la Sounnah.

 

La majorité des gens de la Sounnah disent que le délaissement de la prière par paresse ou négligence est de la mécréance, et que celui qui délaisse ainsi la prière n'a pas d'Islâm, même s'il donne la Zakât, jeûne le mois du Ramadhân et fait le pèlerinage.

 

Ceci est le dire authentique qu'indiquent le Livre d'Allâh et la Sounnah sur le sujet.

 

Les compagnons sont unanimes sur le fait que les actions délaissées ne constituaient pas un acte de mécréance en dehors de la prière.

 

Comme l'a dit 'Abdullâh Ibn Chaqîq :

 

« Il n'y a pas une action dont l'abandon de celle-ci était vu comme une mécréance par les Compagnons de l'Envoyé d'Allâh (sallallahu 'alayhi wa sallam), si ce n'est la prière. »

 

La prière représente donc une mécréance pour celui qui la délaisse, comme l'indique la Parole d'Allâh - Djalla wa 'Ala (traduction rapprochée) :

 
« Qu'est-ce qui vous a acheminés à Saqar ? Ils diront : Nous n'étions pas de ceux qui faisaient la prière » [1]
 
Jusqu'à la fin du verset.

De même, dans le Sahîh Muslim, le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Entre l'homme et le polythéisme - et dans une autre version : Entre l'homme et la mécréance, il y a le fait de délaisser la prière. » 

Dans les quatres sounans ainsi que dans le Mousnad et autre, avec une chaîne de transmission authentique, le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Le pacte qu'il y a entre nous et eux, c'est la prière, et celui qui la délaisse aura certes mécru. » 

Cela indique, avec le hadîth précédent, que ceci constitue une mécréance majeure.

Sur cette base, la règle concernant le terme « mécréance » comme rapporté dans les textes, fait référence à deux aspects :
 
1) Une mécréance déterminée (bien connue)
 
Et
 
2) Une mécréance blâmable sans description
 
Lorsque la mécréance est blâmable, elle prend le sens d'une mécréance mineure.

Et lorsque c'est une mécréance déterminée avec le « Alim Lam » (précédent le mot) comme dans le hadîth :

« Le pacte qu'il y a entre l'homme et la mécréance », et bien c'est une mécréance majeure. [2]

 

[1] Coran, 74/42-43
[2] Kitâb « Charh ul-Arba'în an-Nawawiyyah » du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.65-68

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Les erreurs de la prière (vidéo en arabe)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les erreurs de la prière (vidéo en arabe)

La Prière : est un jardin de 'ibadat (les actes d'adoration), dans lequel chaque type splendide d'adoration est trouvé.

Il y a le takbir, par lequel la prière est introduite, la position debout pendant laquelle la personne récite la parole d'Allah, l’inclinaison pendant laquelle il vante son Seigneur, le retour de l’inclinaison, qui est remplie des louanges à Allah, la prosternation pendant laquelle il glorifie Allah le Très-Haut et pendant laquelle il l'implore par l’invocation, l’assise dans laquelle il y a le tashahud, des invocations et la fermeture par le taslim 

La Prière en congrégation : Ibn 'Umar (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit :

« la Prière en congrégation est meilleure que la prière seul de vingt-sept degrés. »
[Rapporté par Al-Bukhari et Muslim]

Ibn Mas'ud (qu’Allah l’agrée) a dit :

« Quiconque serait heureux de rencontrer Allah demain en étant musulman, qu’il préserve ces cinq prières du lieu où elles sont appelées (c'est-à-dire les mosquées), car en vérité, Allah a légiféré pour votre prophète les voies de la guidée.

Et en effet ces (cinq prières à la mosquée) font partie des voies de la guidée.

Et si vous deviez prier dans vos maisons comme cet homme qui s'abstient (de prier dans à la mosquée) et prie dans sa maison, alors vous auriez abandonné la Sunna de votre prophète. Et si vous deviez abandonner la Sunna de votre prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - vous vous égareriez.

Il n'y a pas un homme qui fasse ses ablution et les fasse bien, puis a l'intention d'aller à une de ces mosquées sans qu'Allah ne lui enregistre une bonne action pour chaque pas, l’élève d’un degré et efface un mauvais acte par cela.

Vous nous avez certainement vu et personne ne s'abstenait de la prière (à la mosquée) sauf l'hypocrite dont l'hypocrisie était bien connue. Et en effet un homme était porté soutenu par deux hommes jusqu’à ce qu'il soit debout dans le rang (pour la prière). »
[Rapporté par Muslim]

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Est-ce que la femme doit couvrir ses pieds et ses mains en prière ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Est-ce que la femme doit couvrir ses pieds et ses mains en prière ?

L'Imâm Mansoûr Ibn Yûnus al-Bahoûtî [dans « ar-Rawdh al-Mourbi'Charh Zâd al-Moustaqni' »] dit :

 

«Toute la femme libre est 'Awrah [partie à dissimuler] en dehors de son visage. »

 

-CHeikh Ibn 'Uthaymîn (rahimahullâh) explique [de cette parole] :

 

Il est obligatoire pour elle [selon le sens de cette parole] de dissimuler l'ensemble de son corps en dehors de son visage.

 

Il n'y a pas de preuve claire sur cette question.

 

C'est pourquoi SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) soutient que la femme libre doit couvrir tout son corps à l'exception de ce qu'elle laisse apparaître habituellement dans sa maison, à savoir le visage, les paumes et les pieds.

 

Il dit : 

« Les femmes à l'époque du Messager d'Allâh (salllallahu 'alayhi wa sallam) avaient l'habitude dans leurs maisons de porter des chemises. Cependant toute femme ne possédait pas deux habits.

C'est pourquoi quand le sang des menstrues entachait l'habit, elle lavait le point souillé et priait vêtue du même habit ». [1] 

 

Aussi, les pieds et les paumes ne font pas partis de ce qui doit être couvert par la femme qui prie.

 

Ce qui ne veut pas dire qu'il est permis [à l'homme] de les regarder.

 

Sur cette base d'absence de preuve qui pourrait rassurer sur la question, j'adopte la position de SHeikh al-Islâm sur cette question et je dis : ce qu'il dit est apparemment juste même si nous ne pouvons assurément le qualifier comme tel.

 

Car, même quand la femme est vêtue d'un habit qui touche le sol, elle peut laisser l'intérieur de ses pieds se découvrir en cas de prosternation [...] [2]

 

-Question :

 

Quel est le jugement sur le fait de montrer les pieds et les mains pour la femme pendant la prière, sachant qu'elle n'est pas devant des hommes, mais dans sa maison ?

 

Réponse :

 

Ce qui est bien connu [sur la question] dans le Madhhab [dogme] Hanbalite - rahimahum Allâh - est que toute la femme adulte libre est « 'Awrah » [partie à dissimuler] dans la prière en dehors du visage ; et d'après cela, il n'est pas permis de découvrir ses mains et ses pieds, bien que de nombreux gens de science soutiennent qu'il est possible à la femme de découvrir ses mains et ses pieds.

 

Mais la chose la plus sûre pour une femme c'est d'y faire attention, et si une femme le fait, elle doit chercher un avis juridique sur le sujet, mais personne ne doit s'engager à lui ordonner de refaire ses prières. [3]

 

-SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh) dit :

 

[...] Quant à la femme, tout son corps est à dissimuler sauf son visage.

 

Il y a une divergence des gens de science pour ce qui est de ses paumes.

 

Certes, certains d'entre eux jugent qu'il est obligatoire de les dissimuler, et pour d'autres, il est permis de les laisser découverts.

 

Il y a là dans cette affaire une grande permission - Inshâ-Allâh.

 

Ceci dit, les couvrir est meilleur afin de sortir de la divergence des savants sur cela.

 

Quant aux pieds, il est obligatoire de les couvrir quand on est en prière, selon la majorité des gens de science [...]  [4]

 

[1] Voir pour plus de détails Madjmu'al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, Vol-22 p.109-120

[2] Kitâb « ach-Charh al-Moumti' 'ala Zâd al-Moustaqni' » de SHeikh Ibn 'Uthaymîn, 2/160-161

[3] Madjmu' Fatâwa de Ibn Uthaymîn, 12/295

[4] Madjmu'Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 10/410-411

 

copié de manhajulhaqq.com

 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Faut il saluer les personnes qui sont en pleine prière ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Faut il saluer les personnes qui sont en pleine prière ?
D'après ibnou 'Oumar radhiyallahou 'anhouma qui dit : 
 
« J'ai dit à Bilâl : Comment as-tu vu le Messager d'Allah remettre le salam à ceux qui lui donnait le salam alors qu'il priait ? Il répondit : « Il faisait comme ceci ». Et Ja'far bnou 'Awn a étendue sa main de façon que la paume (de sa main) soit vers le bas et le dos (de sa main) soit vers le haut.»
Hadith est rapporté dans Sahîh Abî Dâwoûd de Cheykh al Albânî n 86.
 
D'après Souhayb radhiyallahou 'anhou qui dit : 
 
« Je suis passé devant le Messager d'Allah salallahou 'alayhi wa sallam alors qu'il priait et je l'ai lui ai donné le salam et il me la remit (le salam) par le geste.»
hadith est rapporté dans Sahih at Termidhî de Cheykh al Albânî n 367.
 
Aussi, un homme donna le salam au Messager d'Allah salallahou 'alayhi wa sallam alors qu'il priait et le Prophète salallahou 'alayhi wa sallam lui remit le salam par le geste, et lorsqu'il eu terminé sa prière, il salallahou 'alayhi wa sallam lui dit : 
 
« Lorsque nous étions en prière nous remettions le salam (par la parole), ensuite cela nous été interdit. »
 
Cheykh al Albânî Rahimahoullah dit :
 
"Dans ce hadith il y a une preuve claire et catégorique que la personne qui prie remettait le salam par la parole et cela était légiféré au début de l'islam à la Mecque, cela fut ensuite abrogé à Médine jusqu'à ce qu'il ne reste plus que le geste.
Il est donc préférable de donner le salam à la personne qui prie car le Prophète sallahou 'alayhi wa sallam a approuvé qu' ibnou Mas'oûd (et les autres) lui donne le salam alors qu'il (le prophète) priait...
Il faut donc que les partisans de la sounnah s'accroche à cette sounnah et acceptent de la transmettre et de la mettre en pratique.
Car certes les gens sont ennemies de ce qu'ils ignorent."
Ceci est rapporté dans sa Silsilah as Sahihah v 6 n 999

copié de al-bayan.fr
 
Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La prière de consultation (al-Istikhâra) (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La prière de consultation (al-Istikhâra) (vidéo)

Prière de consultation - Salat al istikhara

"Jâber Ibn 'Abdullah - qu'Allah les agrée tous les deux - a rapporté :
 
«Le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم nous enseignait la consultation dans toutes les décisions à prendre comme il nous enseignait le Coran.»
 
Il disait : «Lorsque l'un de vous décide de faire quelque chose, qu'il fasse deux rak'ât autres que les prières obligatoires, puis qu'il dise :
 
Ô Seigneur ! Je Te consulte de par Ta connaissance et je T'implore de m'accorder le pouvoir de Ton pouvoir et je Te demande de Ton immense générosité. Car Tu es certes capable et je suis incapable, Tu sais tout tandis que moi je ne sais pas, et c'est Toi le Grand Connaisseur de tout ce qui est inconnu. Ô Seigneur ! Si Tu sais que cette chose - et il nomme clairement la chose en question - est une source de bien pour moi dans ma religion, dans ma vie présente et dans ma vie future (ou il dit : ici-bas et dans l'au-delà) destine-la-moi et facilite-la-moi puis bénis-la-moi. Et si Tu sais que cette chose est pour moi une source de mal dans ma religion, dans ma vie présente et dans ma vie future (ou il dit : ici-bas et dans l'au-delà) détourne-la de moi et détourne-moi d'elle et prédestine-moi le bien là où il se trouve puis rends-moi satisfait de cette décision.
 
N'éprouvera jamais de remords celui qui consulte son Seigneur et prend conseil auprès des hommes croyants vertueux et agit avec détermination dans toutes ses affaires, Allah le Glorieux a dit : «Et consulte-les à propos des affaires, puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Allah.»"
 

En arabe


اللّهُـمَّ إِنِّـي أَسْتَخيـرُكَ بِعِاْـمِك، وَأسْتَقْـدِرُكَ بِقُـدْرَتِـك، وَأَسْـألُـكَ مِنْ فَضْـلِكَ العَظـيم، فَإِنَّـكَ تَقْـدِرُ وَلا أَقْـدِر، وَتَـعْلَـمُ وَلا أَعْلَـم، وَأَنْـتَ عَلاّمُ الغُـيوب، اللّهُـمَّ إِنْ كُنْـتَ تَعْـلَمُ أَنَّ هـذا الأمْـرَ- وَيُسَـمِّي حاجَتَـه - خَـيْرٌ لي في دينـي وَمَعـاشي وَعاقِـبَةِ أَمْـري، فَاقْـدُرْهُ لي وَيَسِّـرْهُ لي ثـمَّ بارِكْ لي فيـه، وَإِنْ كُنْـتَ تَعْـلَمُ أَنَّ هـذا الأمْـرَ شَـرٌ لي في دينـي وَمَعـاشي وَعاقِـبَةِ أَمْـري، فَاصْرِفْـهُ عني وَاصْرِفْني عَنْـهُ وَاقْـدُرْ لي الخَـيْرَ حَيْـثُ كانَ ثُـمَّ أَرْضِـني بِـه

 

En phonétique

Allâhumma innî astakhîruka bi-cilmika wa astaqdiruka bi-qudratika, wa as-aluka min fadlika-l-cazîmi. Fa-innaka taqdiru wa lâ aqdiru, wa taclamu wa lâ aclamu, wa anta callâmu-l-ghuyûbi. Allâhumma in kunta taclamu anna hâdhâ-l-amra (que l'on explicite) khayrun lî fî dînî wa macâshî, wa câqibati amrî (ou : câjilihi wa âjilihi) fa-qdurhu lî, wa yassirhu lî, thumma bârik lî fîhi. Wa in kunta taclamu anna hâdhâ-l-amra (que l'on explicite) sharrun lî fî dînî wa macâshî, , wa câqibati amrî (ou : câjilihi wa âjilihi) fa-srifhu cannî, wa srifnî canhu, wa qdur lî-l-khayra haythu kâna thumma arddinî bihi.

Dua al Istikhaarah - Invocation de la prière de consultation

 

 

 

Publié par 3ilmchar3i.net

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

La prière de glorification (salatou at-tasbîh)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La prière de glorification (salatou at-tasbîh)

Aperçu des avis des savants au sujet de la prière de glorification

(صلاة التسبيح)

 

Parmi les prières légiférées il y a Salatou at Tasbîh et elle est issue du hadith suivant, d'après ibnou 'Abbâs radiyallahou 'anhou (qu'Allah l'agréé) :

 

D'après ibnou 'Abbâs radiyallahou 'anhou, le Messager d'Allah salallahou 'alayhi wa sallam a dit à 'Abbâs fils de 'Abdal Mouttalib :

 

" Ô 'Abbâs !
Ô mon oncle ne vais-je pas te donner ?
Ne pas t'octroyer ?
Ne va tu pas aimer ?
Ne va tu pas accomplir dix mérites ?
Si tu fais cela, Allah te pardonnera tes péchés, les premiers et les derniers, anciens ou récents, fait par erreur ou fait volontairement, qu'ils soient petits ou grands, qu'ils soient accomplis secrètement ou publiquement ?


Dix mérites :

Que tu pries quatre unités (rak'ât),

tu lis lors de chaque unité (rak'ah) la Sourate l'Ouverture (al Fatiha) et une Sourate (quelconque) et lorsque tu as achevé la lecture (du Coran) dans la première unité et que tu es debout tu prononces  : "Soubhanallah wal hamdulillah wa la ilaha illa llah wallahou akbar" 15 fois de suite,

ensuite tu t'inclines et tu prononces, dans cette position, pendant que tu es incliné (roukou') 10 fois "Soubhanallah wal hamdulillah wa la ilaha illa llah wallahou akbar",

ensuite tu te relèves de l'inclinaison et tu prononces 10 fois "Soubhanallah wal hamdulilleh wa la ilaha illa llah wallahou akbar" ,

ensuite prosternes toi et prononces pendant que tu es en prosternation 10 fois "Soubhanallah wal hamdulillah wa la ilaha illa llah wallahou akbar",

ensuite relèves toi de la prosternation et prononces 10 fois "Soubhanallah wal hamdulillah wa la ilaha illa llah wallahou akbar",

ensuite prosternes toi (une seconde fois) et tu prononces 10 fois "Soubhanallah wal hamdulillah wa la ilaha illa llah wallahou akbar",

ensuite relèves toi (de la prosternation ) et (en étant assit ) tu prononces 10 fois "Soubhanallah wal hamdulilah wa la ilaha illa llah walllahou akbar",

donc cela fait en tout 75 fois dans chaque unité et tu fais cela (prononcer les glorifications) dans les quatre unités.

 
Si tu le peux pries cette prière (as Salatou at Tasbîh) une fois par jour et si tu ne la fais pas alors fais la tous les vendredis, si tu ne la fais pas alors fais la une fois par mois et si tu ne la fais pas, fais la une fois dans l'année et si tu ne la fais pas, prie la (cette prière) une fois dans ta vie."

 Rapporté par Abou Dâwoud et ibnou Mâjah.

Et je dit (Cheykh Bazmoûl) : "Les bénéfices de ce hadith sur Salatou at Tasbîh sont :

 

Premièrement : On peut penser que le sermon contenu dans ce hadith ne s'adresse qu'à ibnou 'Abbâs, pourtant il est général, il s'adresse à tous les mouslimîn. Puisque la règle dans les discours du Prophète salallahou 'alayhi wa sallam c'est la généralité et non pas la particularité.

Deuxièmement : La parole dans ce hadith : « Allah te pardonne tes péchés, les premiers et les derniers, anciens ou récents, fait par erreur ou volontairement, qu'ils soient petits ou grands, qu'ils soient accomplis secrètement ou publiquement. Dix mérites. »

« Fait par erreur ou volontairement » l'erreur n'est pas compté comme pêché, Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) : 

(Seigneur ne nous châtie pas s'ils nous arrive d'oublier ou de commettre une erreur) (Sourate 2 verset 286)

 Pourquoi associer l'erreur et le pêché dans la même phrase ?


La réponse est que dans l'erreur il y a une diminution ou une déficience et cette prière (Salatou at Tasbîh) comble cette diminution.

Troisièmement : Ce qui transparaît de ce hadith c'est que cette prière n'est faite qu'avec une seule salutation (c'est-à-dire 4 unités avec une seule salutation) de nuit ou de jour comme la dit : Al Qâni dans Al Marqâti tome 2 page 192 et Al Moubârak Fouri dans At Touhfat tome 1 page 349.

Quatrièmement : Il transparaît aussi que les glorifications à prononcer 15 fois, 10 fois... sont prononcées après les invocations courantes qui sont dites à chaque moment de la prière.

Dans l'inclinaison après les invocations on prononce 10 fois "Soubhanallah wal hamdulillah wa lâ ilaha illa llah wallahou akbar" et après avoir dit "Sami'allahou liman hamida , rabbana wa lakal hamd" et s'être relevé de l'inclinaison on prononce 10 fois Soubhanallah wal hamdulilah wa lâ ilaha illa llah wallahou akbar" et cela à tous les moments (de la prière)...

- Cinquièmement : Si tu es distrais (un oublie, doute, ou manquement) dans la prière à la fin tu fais les deux prosternations de distraction, à ce moment là tu ne prononces pas "Soubhanallah wal hamdulillah wa lâ ilaha illa llah wallahou akbar" cependant tu accomplis les prosternations de distraction comme dans la prière ordinaire et at Tirmidhi rapporte dans le tome 2 page 350 d'après 'Abdal 'Aziz bnou Abi Razama qui dit : " j'ai dit à 'Abdillah bnou Moubârak si j'oublie lors de cette prière (Salatou at Tasbîh) je glorifie je prononce 10 fois "Soubhanallah wal hamdulilah wa lâ illaha illa llah wallahou akbar" dans les deux prosternations de distraction 10 fois et 10 fois ? Il dit : Non car elle (Salatou at Tasbîh) est faite de 300 glorifications Soubhanallah wal hamdulillah..."


Les avis de certains savants sur l'authenticité de ce hadith :

(Cheykh Bazmoûl) dit : le Hadith est bon (hassan).

Rapporté par Abou Dâwoud dans son livre  de la prière chapitre Salatou at Tasbîh hadith numéro (1297) , rapporté aussi par ibnou Mâjah dans son livre L'accomplissement de la Salat et de la Sounnah au chapitre Salatou at Tasbîh hadith numéro ( 1386) et un groupe parmi les gens de science renforcent (en approuvant) ce hadith.

Parmi eux : Abou Bakr al 'Ajouri et Aboul Hassan al Maqdiçi et al Bayhaki et parmi ceux d'avant (qui les devancent dans cela) il y a Ibnoul Moubârak et ainsi de suite ibnou Sakin et an Nawawi et at Tajou as Sabki et Balqini et ibnou Naçer ad Din Ad Dimachqi et ibnou Hajar et as Souyouti ,al Kaneni et as Sindi et Zabaydi et ceux d'après al Moubârak Fouri dans at touhafat et encore al Moubârak Fouri dans al Marâ'âl et l'éminent (savant) Ahmad Shâkir et en dernier al Albani dans Sahih al Jâmi' as Saghir tome 2 hadith numéro 7937 .

Source : le livre de Cheykh Bazmoûl : Salatou Tatawou' chapitre Salatou at Tasbîh
copié de assounnah.com

Question :

 

Est-ce que vous me conseillez de faire la prière de Tassbih ?

 

Réponse :

 

La prière de Tassbih est une innovation.

 

Le hadith la concernant n'est pas authentique, il est plutôt faible.

 

Certains savants l'ont même cité parmi les hadiths inventés.

 

Fatwa de Ladjna Da-ima Question 2 de la fatwa n° 2141 sous la présidence de Cheikh Ibnou Baz   

Concernant la prière de Tassbih, ce qui est correct, c'est que ce n'est pas une sounnah, mais plutôt une innovation.

 

Quant au hadith que tu as cité dans ta question, il n'est pas authentique. 

 

L'Imam Ahmad رحمه الله a dit :

 

« La prière de Tassbih m'ettonne ! »

On lui demanda pourquoi, ce à quoi il répondit : « Il n'y a rien à son sujet d'authentique. »

Et il secoua ses mains comme le fait celui qui fait une réprimande. 

 

Et An-Nawawi رحمه الله a dit :

 

« Les hadiths à son sujet son faible.

Et il y a dedans un changement de l'organisation connue de la prière. » 

 

Et Al-'Oqayliy رحمه الله a dit :

 

« Il n'y a pas à son sujet de hadith confirmé (authentique ou bon). » 

 

Et Abou Bakr Ibn Al-'Arabi رحمه الله a dit :

 

« Il n'y a pas à son sujet de hadith authentique ou bon. »

 

Et il a cité ans Al-Fourough, selon son Cheikh Abou Al-'Abbas Cheikh Al Islam رحمه الله que ce dernier a dit :

 

« que les hadiths concernant cette prière étaient mensongers... et l'Imam Ahmad رحمه الله et les Imams l'ayant suivi (c'est à dire les imams Hambalites) ont dit qu'elle était détestable et qu'aucun imam ne l'avait jugée comme recommandée. » 

 

Ainsi, selon tout cela, la prière de Tassbih n'est pas légiférée et on n'adore pas Allah le Très-Haut avec, car il n'y a pas de hadith rapporté de manière autentique du Prophète صلى الله عليه وسلم . 

 

Recueil de fatawa de Cheikh Ibn Al-'Outheymine, Tome 14 page 329.

Le Cheikh a été interrogé au sujet de la prière de Tassbih et il a répondu comme suit :

 

« Les savants ont divergé sur le hadith de la prière de Tassbih.

 

Et ce qui est correct, c'est qu'il n'est pas authentique, mais qu'il est faible, surtout au niveau du texte, et qu'il contredit les hadiths authentiques connus du Prophète صلى الله عليه وسلم concernant les prières surérogatoires, qu'Allah a légiférées pour Ses serviteurs, au niveau de ses inclinaisons (roukou') et de ses prosternations (soudjoud). 

 

Ainsi, ce qui est correct, c'est la parole de ceux qui disent qu'il (le hadith sur la prière de Tassbih) n'est pas authentique, conformément à ce que nous avons cité, et aussi du fait que toutes ses chaînes de transmission sont faibles. 

 

Et c'est Allah qui accorde le succès. » 

 

Receuil de Fatawa de Cheikh Ibnou Baz, Tome 11 page 426.

 

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Le coeur et la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le coeur et la prière

Ce qui doit être présent dans le cœur pendant chaque pilier et chaque moment des actes de la prière.

 
Il s'agit :
 

de l'adhân,
de la purification,
couvrir sa 'awrah,
faire face à la qibla,
se tenir debout,
l'intention,
le takbîr,
demander la protection,
la basmallah,
la récitation de la Fatiha et d'une autre surah,
le ruku', le sujood
et le tashahhud.


-Al Adhân
 

Quand tu entend l'appel de l'adhân alors fais en sorte que la terreur de l'appel le Jour du Jugement, soit présente dans ton cœur et prépare-toi extérieurement et intérieurement pour répondre et y courir (l'appel). 


Ceux qui se pressent pour répondre à cet appel sont ceux qui seront appelés avec bienveillance le Jour du Jugement.
 

Rappelle-toi la description qu'Allah a donnée des hypocrites lorsqu'il a dit (traduction rapprochée) :
 
« Et lorsqu'ils se lèvent pour la Salâ, ils se lèvent avec paresse » [1]
 
La description des Croyants est le contraire de cela. 
 
Ils se tiennent pour la prière tout en se réjouissant, avec ardeur et entrain, ils se tournent vers Allah.
 
-La purification
 
Quand tu te purifies chez toi, qui est le lieu le plus éloigné (du lieu de prière), ensuite tes habits, qui sont ta plus proche couverture et ta peau, qui est ta couverture la plus inférieure et la plus intime, n'oublie pas de purifier ton cœur avec le repentir, le remords, la ferme résolution de ne pas retourner aux péchés, et d'éviter les injustices (aux autres). 
 
La purification de l'intérieur précède la purification extérieure.
 
-Couvrir sa 'awrah
 
Il s'agit de cacher aux créatures les parties honteuses du corps. 
 
Mais garde en tête les traits et les caractéristiques horribles et les scandales de ton fort intérieur. 
 
Efforce toi d'être modeste et de ressentir de la honte devant Allah, de Qui aucun secret n'est caché car il est impossible de les dissimuler.
 
-Faire face à la qiblah
 
Il s'agit de détourner ton visage de toute autre direction vers la Maison d'Allah.
 
Sache qu'il est aussi obligatoire de détourner ton cœur de toute autre chose pour Allah. 
 
Alors, a lieu une des invocation d'ouverture de la prière : « J'ai tourné mon visage vers Celui qui a crée les cieux et la terre, sincèrement ». 
 
Le but est le détournement du cœur vers Allah et sa sincérité envers Lui après que le corps ait été mis face à la Maison d'Allah.
 
-Se tenir debout
 
C'est faire le corps et le cœur se tenir debout, droit devant Allah. 
 
Garde en tête avec cela la position debout devant Allah le Jour du Jugement pour se remettre en question et sentir la Puissance d'Allah.
 
Prépare toi à te tenir devant Lui (en prière) de manière à ce que cela te mène à la sécurité le Jour du Jugement.
 
-Les intentions
 
Remplis ton intention de sincérité envers Allah, en espérant Sa récompense, en craignant Son châtiment et en appréciant Sa proximité.
 
Entraîne toi et éduque toi à te rappeler cette intention sincère avec chaque parole et chaque acte, et sache que nul ne sera sauvé le Jour du Jugement excepté les sincères. 
 
Chaque acte qui désire la face d'un autre qu'Allah est falsifié et obscurci.
Allah a dit à ce sujet (traduction rapprochée):
 
« Nous avons considéré l'œuvre qu'ils ont accomplie et Nous l'avons réduite en poussière éparpillée » [2].
 
-Le takbir
 
Quand tu prononces le takbir avec ta langue, il est souhaitable que ton cœur ne le sente pas comme un mensonge. 
 
S'il y a quelque chose dans ton cœur qui est plus grand qu'Allah le Sublime ou si ta hawaa (passion, désir) est plus grande à tes yeux qu'Allah et que tu lui voues une meilleure obéissance qu'à Allah l'Exalté alors tu l'auras considérée pour un dieu et ta volonté aura déclaré sa grandeur. 
 
Donc ta parole « Allahu akbar » n'aura été qu'une simple expression de ta langue et la cœur se sera empêché d'affirmer (ce qu'a dit) la langue.

Si cela n'avait été dans le but du repentir, de la demande de pardon et des bonnes pensées au sujet de la générosité et de la miséricorde d'Allah, cela aurait été l'un des plus grands dangers.
 
-Rechercher la protection
 
Sache que cela signifie rechercher un abri auprès d'Allah contre Shaytân le Maudit et le Banni, celui qui te guette, qui est jaloux de la conversation privée entre toi et ton Seigneur et [qui est jaloux] de ton rukou' et du sujoud pour Lui, sachant qu'il n'a pas voulu Lui offrir une seule prosternation.

Il a fait son affaire de t'empêcher et de t'interrompre de discuter en privé avec ton Seigneur, et cela à l'aide de ses chuchotements concernant les problèmes et les affaires de ce monde avec ses engagements et ses occupations, jusqu'à ce qu'il te retienne de l'honneur d'un entretien secret avec Allah, de la bonté et de la récompense de cet entretien.

Il essaye aussi de te détourner de ton Maître, dont l'amour et les conversation privées rendent le cœur heureux, et [il essaye de t'empêcher] d'acquérir la noblesse dans cette vie et l'au-delà par Son rappel et Sa belle adoration.
 
-La basmallah
 
Lorsque tu la prononces, il faut que tu aies l'intention de recevoir des bénédictions par le nom d'Allah que rien dans les cieux et sur terre ne peut atteindre et Il est l'Entendant et l'Omniscient.
 
Quand tu dis « ar-Rahmaan ir-Rahim », rappelle toi dans ton cœur Ses nombreuses gentillesses de telle sorte que Sa Miséricorde devienne claire à tes yeux et que l'espoir s'élève dans ton cœur.
 
-Récitation de la fatiha
 
Rappelle toi de la parole du Messager صلى الله عليه وسلم, qu'il a rapportée de Son Seigneur :« J'ai séparé la 'prière' entre Moi et Mon serviteur en deux moitiés, et Mon serviteur recevra ce qu'il a demandé. Lorsque le serviteur dit (traductions rapprochées):
 
« ٱلۡحَمۡدُ لِلَّهِ رَبِّ ٱلۡعَـٰلَمِينَ 
Louange à Allah, Seigneur des Mondes. »
 
Allah (subhanahu wa ta'ala) dit : « Mon serviteur M'a loué. » Et quand il dit :
 
«  ٱلرَّحۡمَـٰنِ ٱلرَّحِيمِ 
Le Miséricordieux, Le Très Miséricordieux »
 
Allah (subhanahu wa ta'ala) dit : « Mon serviteur M'a exalté », et lorsqu'il dit :
 
« مَـٰلِكِ يَوۡمِ ٱلدِّينِ
Maître du Jour Dernier »
 
Allah (subhanahu wa ta'ala) dit : « Mon serviteur M'a glorifié » - et en une occasion Il dit : « Mon serviteur s'est soumis à Ma puissance ». Et Lorsqu'il dit :
 
« إِيَّاكَ نَعۡبُدُ وَإِيَّاكَ نَسۡتَعِينُ 
C'est Toi (seul) que nous adorons et c'est Toi (seul) dont nous implorons le secours. »
 
Il dit : « Ceci est entre Moi et Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu'il a demandé ».
 
Et lorsqu'il dit :
 
«  ٱهۡدِنَا ٱلصِّرَٲطَ ٱلۡمُسۡتَقِيمَ 
صِرَٲطَ ٱلَّذِينَ أَنۡعَمۡتَ عَلَيۡهِمۡ غَيۡرِ ٱلۡمَغۡضُوبِ عَلَيۡهِمۡ وَلَا ٱلضَّآلِّينَ 
Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. »
 
Il dit : « Ceci est pour Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu'il a demandé. » »
 
An Nawawi (rahimahullah) a dit : Les savants ont dit : Le sens du mot « prière » (dans ce hadith) est la Fatihah... (Sa parole) « Je l'ai séparée » est exprimée par les termes de son sens car la première moitié (de cette prière) contient la louange d'Allah, Sa glorification, Sa louange et la soumission (de ses affaires) à Lui, et la seconde moitié contient une demande, une invocation et un besoin.

Al-Ghazali (rahimahullah) a dit : Quant à l'autre surah qui est récitée : Tu dois la réciter avec réflexion et méditation, t'arrêtant à chaque verset jusqu'à ce que tu en comprennes le sens. Allah a dit (traduction rapprochée) :
 
« Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il des cadenas sur leurs cœurs ? » [3]
 
Par conséquent, ne soit pas insouciant par rapport à Ses ordres, Ses interdits, Ses promesses, Ses menaces, Ses réprimandes, par rapport aux histoires de Ses messagers et à l'évocation de Ses faveurs et de Ses générosités (envers Sa création).

Chaque élément a un droit sur toi. L'espoir est le droit de la promesse, la crainte est le droit de la menace, avoir une ferme résolution de Lui obéir est le droit de Ses ordres et de Ses interdits, prendre une leçon et avertir est le droit de Ses réprimandes, la reconnaissance est le droit de Ses faveurs et la considération est le droit des histoires qu'Il a racontées.

Al-Qâsimee (rahimahullah) a dit : Ces sens sont liés aux niveaux de compréhension et les niveaux de compréhension sont liés à la quantité de science et à la clarté du cœur. Les niveaux et les degrés de cela (parmi les gens) ne peuvent être compréhensibles.

La prière est la clé des cœurs.

Sans elle, les secrets des mots (qui sont récités) sont découverts.

Ceci est le droit de la récitation et c'est aussi le droit des rappels et des glorifications.

Alors l'adorateur doit observer et maintenir de la crainte et de la peur envers Allah pendant cette récitation en récitant avec tartîl (des tons rythmiques lents) car cela facilite la réflexion.
 
-Le Ruku' et le Sujud
 
Ibn Qudâmah (rahimahullah) a dit : Essaye de ressentir de la modestie dans ton ruku' et de l'humilité dans ton sujud car dans une telle position tu as placé ton âme à la place qui lui est due.

En sujud tu as retourné les membres à leur place d'origine, sur la poussière à partir de laquelle ils ont été crées.

Comprend aussi le sens des rappels avec inclination et ferveur. 

Al-Qasimi (rahimahullah) a dit : Il est souhaitable que tu répètes la prononciation de la Grandeur d'Allah le Sublime pendant ces positions, que tu t'efforces à adoucir ton cœur, à renouveler ton khushu' et que tu ressentes et réalises le pouvoir de ton Maître et Sa transcendance, et [que tu ressentes] ta propre humilité et insignifiance.

Demande à Allah de l'aide pour établir tout cela dans ton cœur et sur ta langue. Glorifie Allah (au-dessus de tout défaut) puis atteste de Sa Grandeur et Il est plus puissant que chaque chose.

Répète cela pour que cela se confirme et s'établisse (dans ton cœur).

En disant : « Sami'Allahu liman hamida/Allah entend celui qui Le loue », ce qui signifie qu'Il répondra à celui qui est reconnaissant envers Lui, tu relèves ta tête du ruku' avec un espoir sûr.

Ensuite fais suivre cela d'une autre louange en disant : « Rabbana wa lakal hamd / Ô Seigneur, à Toi appartient la louange ».

Ensuite prosterne toi, et c'est la plus grande forme de soumission (à Allah).

Place et fixe le plus noble de tes membres, le visage, sur la plus basse des choses : la poussière.

Avec cela, renouvelle dans ton cœur la grandeur d'Allah et dis : « Subhaana rabbi-l-a'la/Glorifié soit mon Seigneur Le plus Grand » puis relève ta tête tout en déclarant Sa grandeur et en Lui demandant de l'aide en disant : « Rabbi ghfirli wa rhamni / Ô Seigneur pardonne moi et fais moi miséricorde. »

Confirme ta modestie et ton humilité en répétant cela plusieurs fois et retourne en sujud une seconde fois.
 
-Le tashahhud
 
Al Ghazali a dit : Lorsque tu t'assois, assis toi convenablement et déclare que tout ce que tu exprimes fait partie des salawaat et des tayyibaat, qui font partie des caractéristiques pures d'Allah. De la même manière, la domination appartient à Allah, et c'est le sens des tahiyyaat.

Rappelle dans ton cœur le Prophète (sallallahu'alayhi wa sallam) et sa noble personnalité quand tu dis : « Que la paix soit sur le Prophète ainsi que la Miséricorde d'Allah et Ses bénédictions ».

Donne le salaam à toi-même et à tous les serviteurs sincères d'Allah.

Ensuite atteste de l'unicité de l'Exalté et que Muhammad est Son Messager صلى الله عليه وسلم, et par ce moyen, renouveler le pacte avec Allah le Sublime avec ces deux paroles d'attestation.

Envois les prières sur le messager صلى الله عليه وسلم, comme celles sur Ibrahim et recherche la protection d'Allah contre quatre choses : le châtiment du feu, le châtiment de la tombe, les épreuves de la vie et de la mort, et l'épreuve du Dajjal, le Masîh. 

Ensuite, avec les salutations finales, souhaite la paix et la sécurité pour les anges et ceux à côté de toi.

Sois reconnaissant envers Allah pour t'avoir donne le succès et la capacité d'accomplir cette acte d'obéissance. 

Remplis ton cœur de crainte et d'humilité car il se peut que tu ais été négligent dans ta prière et crains qu'elle soit ne pas acceptée, que tu ne sois pas plaisant pour un péché que tu as commis et dont le résultat serait que ta prière te soit renvoyée a la figure.

Et avec tout cela, espère qu'Allah accepte ta prière par Sa Générosité et Sa Bonté. Voici donc l'explication de la prière des khâshi'in, ceux qui sont humbles et soumis dans leurs prières, ceux qui sauvegardent leurs prières, qui sont constant en les accomplissant, ceux qui conversent avec Allah au point qu'ils sont capables de s'asservir pour Lui.

Que l'adorateur se tourne vers sa prière, qu'il se réjouisse au point que cela devienne facile pour lui et qu'il se sente chagriné d'avoir négligé sa prière, et qu'il s'efforce à trouver un remède à cela.
Quant à la prière de l'inattentif et de l'étourdi, cela est très risqué, à moins qu'Allah le couvre de Sa Miséricorde et la Miséricorde d'Allah est vaste et Sa Générosité est abondante.

Nous demandons à Allah qu'Il nous couvre de Sa Miséricorde et qu'Il répande sur nous Son pardon car il n'y a pour nous d'autre moyen que d'admettre notre incapacité à exécuter Son obéissance.
 

[1] Sourate An-Nissaa, verset 142

[2] Sourate Al-Furqân, verset 23

[3] Sourate Muhammad, verset 24

 

Source : "Ta'dhîm Qadr is-Salât" de l'Imam Muhammad ibn Nasr al-Marwazi

Traduit à partir de Spubs.com

copié de sounna.com

 

Imam Muhammad ibn Nasr al-Marwazi - الإمام محمد بن نصر المروزي

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Où se place la femme dans la prière en commun ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Où se place la femme dans la prière en commun ?
-Lorsque la femme prie avec son mari ou bien son fils

Dans ce cas l'homme se mettra devant afin de diriger la prière et la femme se mettra juste derrière lui.

Cela signifie que la femme devra former un rang à elle toute seule.

Sources : Majmou Fatawa Cheikh Ibn Baz vol 12 p 198

-Si la femme dirige la priere pour une autre femme

Lorsqu'une une femme prie avec une autre, dans ce cas celle qui ne dirige pas la prière se mettra à la droite de celle qui dirige la salat.

Sources : Majmou Fatawa Lajna Da Ima Vol 7 p 394

-Si une femme dirige la prière pour d'autres femmes

Si une femme dirige la prière pour d'autres femmes, dans ce cas celle-ci devra s'inserer au millieu du premier rang.

C'est ainsi que faisait la mère des croyantes Aîcha lorsqu'elle dirigeait la prière pour les autres femmes.
 
Sources : Majmou Fatawa Cheikh Ibn Baz Vol 12 p 130

-S'il y' a 3 hommes et une femme
 
Dans ce cas l'imam se met devant, puis les deux autres hommes forment un rang juste derrière l'imam, quant à la femme elle se placera toute seule derrière.
 
Sources : Charh Sounnane An-Nassaî De Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad

-S'il y a 2 hommes et une femme
 
 
Dans ce cas le prieur se place à la droite de l'Imam ( sur la même ligne). Quant à la femme elle se placera toute seule derrière.
 
Sources : Charh Sounane An-Naissaî de Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad

-S'il y 'a 2 hommes et 2 femmes 
 
Dans ce cas là, le prieur devra se placer à la droite de l'Imam ( sur la même ligne) quant aux deux autres femmes elles formeront un rang derrière.
 
Sources : Charh Sounane An-Naissaî de Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad 
 
copié de darwa.com
 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء
Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Vivre avec des gens qui ne prient pas

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Vivre avec des gens qui ne prient pas
Question :
 
Que doit faire un homme qui commande à sa famille d'accomplir la prière, mais ils refusent de l'écouter ?

Doit-il continuer à vivre avec eux et se mélanger avec eux ou doit-il quitter cette maison (c'est-à-dire cesser de vivre avec eux) ?
 
Réponse :
 
Si ces gens ne font jamais la prière, ils sont sans aucun doute kuffar (mécréants) et/ou des apostats (de la religion de l'islam) et ils sont en dehors de la protection de l'islam.

Il ne lui est pas permis de vivre avec eux, plutôt il lui est obligatoire de leur faire da'wa (c'est-à-dire de les appeler à l'islam) et qu'il soit persistant et continu dans l'appel à accomplir la prière, pour que peut-être Allah les guide.

Parce que celui qui délaisse la prière (les cinq prières quotidiennes) est un kafir (mécréant) - et nous cherchons refuge auprès d'Allah contre cela - et ce d'après les preuves du Qur'an et de la Sunna et les paroles des compagnons et ceci est l'avis correct.
 
Par exemple, dans le Noble Qur'an il y a la Parole d'Allah, le Très-Haut, à propos des polythéistes (mushrikun(traduction rapprochée) :
 
« Mais s'ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent la Zakât, ils deviendront vos frères en religion » [sourate At-Tawba  :11]
 
La compréhension qui est impliquée par ce verset est que s'ils ne font pas ces choses (se repentir, faire la prière et payer la Zakat), alors ils ne sont pas vos frères (dans l'islam). Et l'obligation islamique de fraternité n'est pas niée par un péché même si c'est un grand péché, mais elle (l'obligation de fraternité) est niée par la sortie de la protection de l'islam.
 
Un exemple de la Sunna est la parole du prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam),

« Entre l'homme et la mécréance et l'association, il y a l'abandon de la prière. » 
(Rapporté par Muslim, At-Tirmidhi et d'autres)
 
Et aussi il y a sa parole (sallallahu 'alayhi wa sallam) rapportée par Burayda dans les Sunan :

« Ce qui nous sépare nous (les musulmans) et eux (les mécréants) est la prière, quiconque abandonne la prière, a certes mécru. »
(An-Nawawi dit qu'il est rapporté par At-Tirmidhi dans le Chapitre de la foi avec une narration authentique. Ahmad l'a aussi rapporté dans son Musnad et il est Sahih (authentique)).
 
Un exemple des paroles des compagnons (radhiyallahu 'anhum) est la parole du commandeur des croyants, ' Umar ibn Al-Khattab (radhiyallahu 'anhu) :

« Il n'y a aucune partie de l'islam pour celui qui abandonne la prière. »

Et ce mot "partie" comme employé ici (par 'Umar) est indéfini dans la signification linguistique de la négation.

Donc cela signifie en général que la personne n'a aucune part de l'islam, petite ou grande.

Et 'Abdullah ibn Shaqiq a dit :
« Les compagnons du prophète (sallallaahu 'alayhi wa sallam) n'ont considéré le refus d'aucun acte comme de la mécréance, sauf la prière. »
 
Ainsi, il est dit de cet avis correct (que quiconque délaisse la prière n'est pas musulman), « Est-il raisonnable qu'un homme qui a ne serait-ce qu'une graine de moutarde de foi dans son cœur, connaissant la position importante de la prière et l'attention qu'Allah a donné à l'ordre de l'accomplir (dans le Qur'an), continue à la négliger et l'abandonne (la prière) ?...

C'est quelque chose qui n'est pas possible. 

Et en vérité j'ai profondément examiné les preuves qui sont employées par ceux qui disent que l'abandon de la prière n'est pas une mécréance et j'ai constaté que ces preuves ne viennent pas des quatre principes légaux (qui pourrait justifier leur argument) :
 
-S'il n'y a aucune preuve textuelle pour le soutenir (le jugement que l'abandon de la prière est une mécréance).
 
-Ou qu'il y a quelque autre aspect qui limite l'abandon de prière de la déclaration d'incrédulité.
 
-Ou qu'il y a quelque condition d'excuse (dans la Shari'a) pour celui qui abandonne intentionnellement la prière.
 
-Ou que l'abandon de la prière est quelque chose de général, tandis que les ahadith concernant la mécréance de la personne qui abandonne la prière étaient des cas spécifiques (c'est-à-dire seulement applicable dans une certaine situation ou avec certaines personnes).
 
Donc, quand il devient clair que cette personne qui a abandonné la prière est un kafir, alors certaines règles s'appliquent à lui :
 
-D'abord : Il n'est pas correct de le marier à une femme musulmane
et si un contrat de mariage est fait avec lui et qu'il ne prie pas, alors ce mariage est annulé et sa femme ne lui est plus permise, d'après la Parole d'Allah concernant les femmes des Muhajirun (des immigrants de Makkah à Madinah(traduction rapprochée) :
 
« si vous constatez qu'elles sont croyantes, ne les renvoyez pas aux mécréants. Elles ne sont pas licites [en tant qu'épouses] pour eux, et eux non plus ne sont pas licites [en tant qu'époux] pour elles. » [sourate Al-Mumtahana :10]
 
Aussi, s'il abandonne la prière après que le mariage ait eu lieu, alors en vérité ce mariage est abrogé et sa femme ne lui est plus licite.
Et ceci d'après le verset que nous avons précédemment mentionné.
 
-Deuxièmement : Cet homme qui ne prie pas, s'il sacrifie ou abat un animal, cette viande ne doit pas être mangée.
Pourquoi ?

Parce que c'est haram (illicite).
Et si un Juif ou Chrétien sacrifie (un animal), cette viande nous est permise.
Ainsi en réalité (et nous cherchons refuge auprès Allah), cet homme qui ne prie pas, sa viande qu'il abat est plus sale que l'abattage d'un Juif ou d'un Chrétien (à cause de son abandon de la prière).
 
-Troisièmement : Il ne lui est pas permis d'entrer dans la ville bénie de Makkah ou les sanctuaires de la mosquée sacré.
Ceci d'après la Parole d'Allah, le Très-Haut (traduction rapprochée) :
 
« Ô vous qui croyez ! Les associateurs ne sont qu'impureté : qu'ils ne s'approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci. » [sourate At-Tawba :28]
 
-Quatrièmement : Si quelqu'un meurt dans sa famille, il n'a aucun droit d'hériter d'eux.
Ainsi si un homme meurt et qu'il a un fils qui ne prie pas (l'homme est un musulman qui a prié mais son fils n'a pas prié) et que l'homme a aussi un cousin éloigné (qui est musulman), qui obtiendra sa succession ?

Le cousin éloigné obtiendra sa succession et pas son fils, ceci en raison de la parole du prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) dans le hadith rapporté par Usama (radhiyallahu 'anhu) :

 « Le musulman n'hérite pas du mécréant et le mécréant n'hérite pas non plus du musulman." 
(Al-Bukhari et Muslim)
 
-Cinquièmement : Quand il meurt, son corps n'est pas lavé
il doit être enveloppé et on ne doit pas faire la prière mortuaire sur lui.

Aussi, il ne doit pas être enterré avec les musulmans (c'est-à-dire dans un cimetière musulman).

Ainsi que devons-nous faire avec lui ?

Nous mettons son corps dans le désert, dans une fosse creusée pour lui, nous l'y enterrons avec ses vêtements sur lui et il n'y a rien de sacré à son enterrement.

Ainsi, il n'est permis à personne qui est avec lui lors de sa mort et qui sait qu'il n'a pas fait la prière, de l'envoyer aux musulmans pour qu'ils fassent la prière mortuaire sur lui.
 
-Sixièmement : Il sera réuni le jour de jugement avec Pharaon, Haman, Qarun et Ubay ibn Khalf, qui sont les imams (leaders) de la mécréance- et nous cherchons refuge auprès d'Allah contre cela -
et on ne lui permettra pas d'entrer au Paradis et il n'est permis à personne de sa famille de faire du'a (invocation ) pour lui, en demandant qu'il reçoive la miséricorde d'Allah et Son pardon, parce qu'il est un kafir qui ne mérite pas ces choses.
 
Ainsi cette question, ô mes frères musulmans, est très dangereuse, et avec beaucoup de regret et de douleur, certaines personnes ont pris cela pour une question légère et ils résident dans des maisons avec ceux qui ne font pas la prière.
Et ceci n'est pas permis.
Et Allah est plus savant et que les bénédictions d'Allah soient sur notre prophète Muhammad, sur sa famille et tous ses compagnons.
 
Article tiré du site assalafi.com
Traduit par Abu Sumaya
copié de salafs.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Marcher dans la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Marcher dans la prière
Question :
 
Est-il permis à une femme de marcher quelques pas en avant dans sa prière pour prendre un bébé qui pleure ?
 
Réponse :
 
Oui, il est permis à une femme, ou un homme, d'avancer de quelques pas en priant tant qu'il existe raison pour ce mouvement.
 
Cela est établi dans la Sunna.

Il a été rapporté que le messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) priait dans sa maison tout seul.

Puis, 'Aisha (radhiallahu 'anha) est arrivée à la porte, donc il (sallallahu 'alayhi wa sallam) a marché en avant quelques pas et lui a ouvert la porte et ensuite elle est entrée. [1]
 
Il est aussi établi que le messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) a prié sur le minbar pour apprendre aux compagnons la façon correcte de prier.

Ainsi quand il a voulu se prosterner, il a reculé et a descendu les trois marches du minbar.

Puis, il s'est prosterné en bas du minbar et est ensuite retourné à sa position (sur le minbar) pour que les musulmans puissent voir sa prière. [2]
 
Il est aussi authentiquement rapporté qu'il (sallallahu 'alayh wa sallam) priait en tenant Umamah.

Il l'a posée lorsqu'il se prosternait et la reprenait lorsqu'il se relevait. [3]
 
Tout cela montre qu'il n'y a aucun problème à faire des mouvements légers dans sa prière, même s'ils sont répétitifs dans chaque rak'a.

Il n'y a aucun problème en cela, insha Allah.
 
[1] Sunan At-Tirmidhi *601, Al-Albani l'authentifié dans Sahih Sunan At-Tirmidhi (1/330)
[2] Voir Sifat Salat An-Nabi de shaikh Al-Albani
[3] Sahih Al-Bukhari *516 (1/735 de Fathul-Bari)
 
Article tiré du site bakkah.net
Source : cassette enregistrée avec la connaissance et la permission du shaykh, fichier n°AAMB026, daté 1423/7/25.
copié de salafs.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Fermer les yeux dans la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Fermer les yeux dans la prière

Question : 

 
Est-il permis de fermer les yeux pendant la prière pendant un moment bref afin d'atteindre la soumission et la tranquillité ?
 
Réponse :
 
Il semble que cela soit permis, cependant cela ne doit pas être une pratique continue, régulière.
 
Il doit être noté ici que la base est que la personne doit prier sans fermer ses yeux.
 
Il a été établi que le messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) a prié en portant un vêtement donné par Abû Jahm.

Il y avait des rayures sur ce vêtement, ou des motifs et ils ont distrait le messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) dans sa prière [1].
 
Le messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) pouvait fermer ses yeux pour que ce vêtement ne le distraie pas.

Plutôt il (sallallahu 'alayhi wa sallam) ne nous a pas appris à fermer nos yeux pendant la prière.
 
Ce hadith montre qu'il n'est pas légiféré de fermer les yeux dans toute la prière pour atteindre l'humilité et la soumission.

Cependant, fermer ses yeux pendant une seconde comme il est mentionné dans la question, pendant un moment très bref, pour se concentrer à nouveau et gagner en soumission, sans fermer ses yeux pour la prière entière, il me semble que cela soit permis, tant que cela n'est pas pris comme une habitude régulière et Allah est plus savant.


[1] Sahih Al-Bukhari *373 (1/603 de Fathul-Bari) et Sahih Muslim *1238 (3/46 de Sharh An-Nawawi)

 
Article tiré du site bakkah.net
Source : cassette enregistrée avec la connaissance et la permission du shaykh, fichier n°AAMB031, daté 1423/7/25.
copié de salafs.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Prier tête nue (sans turban)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prier tête nue (sans turban)

Shaikh Al-Albani (rahimahullah) (dans Al-Qawl Al-mubin fi akhta 'Al-musallin de Mashhur Hussain, p.58 de la 2ème édition) : "Prier nu-tête est makruh (détesté)."

 
Il n'est pas du tout établi que le messager (sallallahu 'alaihi wa sallam) a toujours prié en dehors du pèlerinage tête nue, sans turban/chapeau. 
 
Quiconque pense qu'il l'a fait, alors il doit apporter la preuve.
 
S'il (sallallahu 'alaihi wa sallam) avait fait ainsi, cela aurait été rapporté. 
 
La narration attribuée à Ibn 'Abbas disant que le prophète (sallallahu 'alaihi wa sallam) enlevait parfois son chapeau et le plaçait comme sutra devant lui est faible (da'if).
 
Shaikh Al-Albani ( rahimahullah) a dit (dans Al-Din Al-khalis (3:214) et Al-Ajwiba Al-nafi'a 'an Al-masa'il Al-waqi'a (p.110) : 
 
« Tous reconnaissent qu'il est préférable pour le musulman d'entrer dans la prière dans l'apparence islamique la plus parfaite, en raison du hadith : «  Allah est plus digne de votre ornement » [hassan]. 
 
Et il ne fait pas partie du vêtement excellent de la tradition des Salaf de découvrir sa tête, de marcher dehors et d'entrer dans les édifices religieux ainsi. 
 
Plutôt c'est une tradition étrangère qui a infiltré beaucoup de pays musulmans quand les mécréants les ont envahis et ont apporté leurs habitudes avec eux. 
 
Les musulmans ont commencé à les imiter en cela et ils ont ainsi perdu leur personnalité islamique, aussi bien que par d'autres actes semblables... 
 
Il pas  établi non plus que le prophète (sallallahu 'alaihi wa sallam) a toujours prié nu-tête et sans turban en dehors de l'état d'ihram, bien qu'il y ait eu de nombreuses occasions de le rapporter s'il l'avait fait. 
 
Donc, quiconque prétend qu'il l'a fait, qu'il produise sa preuve, car la vérité est plus en droit d'être suivie. »
 
Shaikh Al-Albani ( rahimahullah) continue à expliquer l'erreur de quelques frères en Egypte qui ont apporté la preuve de la permission de prier sans couvrir la tête par analogie avec l'état de la tête (découverte) pour celui qui en ihram pendant le pèlerinage. 
 
Ceci est faux, car découvrir la tête pendant le pèlerinage fait partie de la loi (Shari'a) d'Allah.
 
Si leur analogie était correcte ils devraient rendre obligatoire de prier la tête totalement découverte puisqu'il est obligatoire de faire ainsi pendant le pèlerinage et de suivre toutes les autres restrictions del'ihram dans la vie de tous les jours ! [Tamam-ul-Minna fi ta'liq 'ala fiqh-us-Sunna par Al-'Alamah Al-Albani]
 
Al-Alama Al-Jawzi ( rahimahullah) (dans Fatawa Rahimiya 3:202 *308.) :
« Garder la tête découverte devant les gens est un acte qui est regardé de bas et est contre la douceur, l'humanité, l'étiquette et la bienséance courtoise. »
 
Le Fiqh Hanbali (Cité Par Ibn Qudama,  Al-Mughni (édition de 1994) 1:404-405) :
« Il est mustahab pour prier d'utiliser un Thawb, Silwar (pantalons Sunna) ou un Izar (pagne) et un turban »
 
Le Fiqh Maliki (Cité par Ibn Abi Zayd,  Al-Jami' fi Al-sunan (édition de 1982) p. 228) : 
 
L'imam Malik a dit :
« Le turban a été porté au commencement de l'islam et il n'a pas cessé d'être porté jusqu'à notre temps. Je n'ai vu personne parmi les Gens d'Excellence qui ne portaient pas le turban, comme Yahya ibn Sa'id, Rabi'a et Ibn Hurmuz. Je voyais dans le cercle de Rabi'a plus de trente hommes portant des turbans et j'étais l'un d'entre eux et Rabi'a ne l'a pas réprimé avant que les Pléiades ne soient montées (c'est-à-dire avant qu'il n'ait dormi) et il avait l'habitude de dire : «  Je jure que je constate que cela augmente l'intelligence. »
 
Le Fiqh Shafi'i (Cité par Al-Misri dans Dépendance du Voyageur p. 122) :
« Il est mustahab, pour prier, d'utiliser un vêtement long jusqu'aux chevilles et un turban »
 
Le Fiqh Hanafi (Cité par Al-Shurunbali dans  Muhammad Abul Qasim p.91) :
« Il est mustahab ou digne d'éloges pour prier d'utiliser trois de ses meilleurs vêtements, un Thawb, Silwar (pantalons Sunna) et un turban » Selon l'école Hanafi (Al-Jazayri, Al-Fiqh 'ala Al-madhahib Al-arba'a, Kitab Al-Salat p.280-28) [parmi] les actes détestés (Al-makruhat) dans la prière sont : ... al-'i'tijar, qui est de lier une écharpe autour de la tête et de laisser le centre nu; ... [ou] de prière nu-tête par paresse. Quant à la prière nu-tête par humilité et soumission, cela est permis (ja'iz) et non détesté. » 
 
Shaikh 'Abd Al-Qadir Jilani (dans Ghunyat Al-talibin 1:14)
 
« C'est la méthode ou l'habitude des hommes orthodoxes vertueux et civilisés de garder la tête couverte. »
 
Quelques Hadith  Sahih montrant que couvrir la tête avec un Kufi (chapeau) ou 'Imama (Turban) est Sunna.
 
Sahih Al-Bukhari Volume 1 pg.536 : Ibn Abbas (radhiallahu 'anhu) rapporte que le prophète (sallallahu 'alaihi wa sallam) parlait aux Sahaba en portant un turban noir.
 
At-Tabarani et l'imam As-Suyuti : Ibn Umar (radhiallahu 'anhu) rapporte que le prophète (sallallahu 'alaihi wa sallam) avait l'habitude de porter un chapeau blanc (kufi). At-Tabarani dit que ce hadith est Hassan (fiable) et As-Suyuti a classifié ce hadith comme Sahih(authentique) dans le livre Sirajul Munir vol 4  pg.112)
 
Abû Dawûd et At-Tirmidhi : Rokna (radhiallahu 'anhu) rapporte que le prophète (sallallahu 'alaihi wa sallam) a dit :
 
« La distinction entre nous et le polythéistes est le turban sur nos chapeaux. » 
 
Cité également par Al-Tabrizi dans Mishkat Al-Masabih et cela éclaircit la notion fausse que cela était juste la voie des Arabes et non une pratique particulière au prophète (sallallahu 'alaihi wa sallam) et cela nous montre que nous devons porter des chapeaux sous notre 'imama pour nous différencier des Sikhs et des autres Kuffar qui porte des turbans, mais sans chapeaux dessous.
 
La compréhension de Sahabas dans le suivi du prophète ( sallallahu 'alaihi wa sallam) dans le port des Turbans et kufis (chapeaux)
 
Sahih Al-Bukhari Volume 2 pg.863
 
Il est mentionné que Anas ibn Malik (radhiallahu 'anhu) avait l'habitude de porter un kufi (chapeau).
 
Sunan d'Abû Dawûd Livre 3, Hadith.0948 :
 
Umm Qays bint Mihsan rapporte : Hilal ibn Yasaf a dit : 
 
« Je suis venu à Ar-Raqqah (un lieu en Syrie). Un de mes compagnons m'a dit : veux-tu voir un des compagnons du Prophète ( sallallahu 'alaihi wa sallam) ? J'ai dit : C'est une bonne occasion. Donc nous sommes allés vers Wabisa. J'ai dit à mon ami : Fais-nous voir d'abord son mode de vie. Il avait un chapeau (kufi). »
 
Article tiré du site allaahuakbar.net
copié de salafs.com
 
Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Repousser les intrigues de satan dans la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Repousser les intrigues de satan dans la prière
Question :
 
Parfois l'imâm récite de longues sourates de sorte qu'il m'arrive de me déconcentrer [d'être involontairement distrait].

Que faudrait-il que je fasse ?

Dois-je répéter des versets du Qor'ân ou des invocations, ou bien faudrait-il écouter la lecture de l'imâm ?
 
Réponse :
 
Repousse dans la mesure du possible les choses liés à ce bas-monde qui t'envahissent pendant la prière [salat] et écoute la récitation de l'imâm et médite sur ce qu'il récite, afin d'en tirer profit et d'écarter les mauvaises pensées et les intrigues de Satan.

Récite la « Fâtiha » dans toutes les prières et fais-la suivre d'une sourate ou de quelques versets dans les prières pendant lesquelles on récite à voix basse.

Accompagne tout cela par la méditation et la réflexion.

Peut-être Allâh te protégera-t-Il par ce biais contre la distraction.

En outre, il vous est recommandé de demander la protection d'Allâh contre Satan le damné en cas d'intensité des instigations.

C'est Allâh qui nous assiste. 
 
Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-'ilmiya wal-Iftâ, 7/37
copié de manhajulhaqq.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

L’abandon de la prière et sa négligence aux heures fixes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’abandon de la prière et sa négligence aux heures fixes

Question :

 
Qu'en est-il de l'abandon de la prière ?
 
Réponse :
 
Ceci est de la mécréance...
 
Qu'Allâh nous préserve ainsi que nos frères de cela. Certes il y a sur cela des preuves tirées du Qor'ân et de la Sounnah, ainsi que du consensus de la communauté.
 
Allâh - Ta'âla - dit (traduction rapprochée) :
 
« Mais s'ils se repentent, accomplissent la Salâ et acquittent la Zakâ, ils deviendront vos frères en religion. » [1]
 
Et (traduction rapprochée) :
 
« Qu'est-ce qui vous a acheminé à Saqar ? » Ils diront : « Nous n'étions pas de ceux qui faisaient la Salâ. » [2]
Et des versets encore autres que cela.
 
Et de la « Sounnah » :
 
Le hadîth de Djâbir ou le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 
 
« Ce qu'il y a entre l'homme et entre le polythéisme et la mécréance, c'est l'abandon de la prière. »
Rapporté par Muslim dans son « Sahîh ».
 
Et selon les gens des « Sounans », Barîda Ibn Hassîb rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 
 
« L'engagement qui nous lie à eux repose sur la prière. Quiconque l'abandonne devient mécréant ».
Rapporté par Ahmad et d'autres, et c'est un hadîth Sahîh.
 
Et du « consensus de la communauté » :
 
Et il certes rapporté que 'Abdullâh Ibn Chaqîq (radhiallâhu 'anhu) a dit :
 
« Aucun acte n'était perçu par les Compagnons de Muhammad comme une impiété pour celui qu'ill'abandonnait, hormis la prière. » 
Rapporté par at-Tirmidhî et d'autres avec une chaîne de transmission authentique [Sahîh]. [3]
welcome_02.gif
Question :
 
Qu'en est-il de délaisser la prière à son temps ?
 
Réponse :
 
Ceci contredit la parole d'Allâh - Ta'âla (traduction rapprochée) :
 
« Et certes la prière a été prescrite aux croyants à des heures fixes. »
 
Et les heures fixes : est ce qui a été décrété à des moments bien précis.
 
Et le fait de la retarder de son temps obligatoire sans raison valable fait partie des grands péchés - Wa Allâhu Mousta'ân -
 
Et selon Anas qui a dit : J'ai entendu le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم dire :
 
« Voici la prière de l'hypocrite : Il s'assoit à observer le soleil jusqu'à ce qu'il soit entre les deux cornes de Satan, et à ce moment il se lève et exécute les quatre Raka'ah rapidement et ne mentionne pas Allâh si ce n'est que très peu. » 
Rapporté par Muslim.
 
Et si telle est la prière de l'hypocrite, alors comment peut-être [qualifiée] la prière de celui qui la délaisse jusqu'à ce qu'elle soit sortit [la prière] de son temps sans raison valable ?
 
Il y a certes des avis de plus d'un des gens de science, affirmant que celui qui délaisse la prière obligatoire jusqu'à ce qu'elle soit sortit de son temps, sans être résolu à vouloir l'accomplir [à ses heures fixes], est certes mécréant. [4]

[1] Coran, 9/11
[2] Coran, 74/ 42-43
[3] Kitâb « al-Mundhâr fî Bayân Kathîr min al-Akhtâ' ach-Châ-i'ah » p.37
[4] Kitâb « al-Mundhâr fî Bayân Kathîr min al-Akhtâ' ach-Châ-i'ah » p.38

copié de manhajulhaqq.com
 
Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>