53 articles avec reconverti(e) - للداخلين في الإسلام

Désignation de la forme de la croix prohibée

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Désignation de la forme de la croix prohibée

La question :

 

Le symbole qui se trouve à l’avant des voitures Mercedes est-il considéré comme une croix ?

 

Et celui se trouvant à l’avant des Chevrolet ?

 

Faut-il les ôter, même si cela déprécierait le véhicule en cas de revente ?

 

Qu’Allâh vous guide vers le jugement correct et qu’Il vous rétribue de la meilleure des façons.

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Ce n’est pas tout croisement qui est considéré comme une croix prohibée, mais la croix qui l’est c’est celle que vénèrent les chrétiens, celle qu’ils prennent comme symbole.

 

La plupart du temps, cette croix présente un croisement en angle droit, où la partie inférieure est plus haute que sa partie supérieure.

 

Les chrétiens l’arborent comme un signe notable montrant qu’ils sont les disciples de Jésus fils de Marie, paix sur lui [1].

 

À partir de là, il est interdit au musulman de dresser ce symbole polythéiste qui représente la vénération d’une autre déité qu’Allâh.

 

En plus, imiter les chrétiens en cela est un péché, conformément à ce qu’a dit le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم :

 

«Quiconque imite un peuple devient un des leurs…» [2].

 

De ce fait, celui qui entre en possession d’une croix de ce genre doit la défaire par oblitération, collage, barbouillage ou tout autre procédé visant à changer la forme de cette croix, sans porter atteinte à l’objet principal qui la porte.

 

Ceci conformément au hadith narré par `Imrâne Ibn Hittâne qui cite `Â'icha رضي الله عنها qui lui a dit :

 

«Le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسلَّم ne laissait rien qui comporte des croisements dans sa demeure sans le défaire.» [3]

 

Ibn Hadjar a dit :

 

«Le fait de défaire cette croix signifie son effacement, et ceci englobe son oblitération, son grattage ou sa maculation si c’est une sculpture murale, afin que sa forme disparaisse.» [4]

 

Si la personne en possession de cette croix ne peut pas lui changer de forme manuellement, elle peut le faire à l’aide d’autres moyens de déni, conformément à ce hadith du Prophète صلى اللهُ عليه وآله وسَلَّم :

 

«Celui d’entre vous qui constate une abomination, qu’il la change avec sa main ; s’il ne peut pas, qu’il la change avec sa langue ; s’il ne peut pas, qu’il la change avec son cœur, ce qui est l’état le plus faible de la foi.» [5]

 

Maintenant que la forme de la croix que les chrétiens vénèrent et qu’ils ont prise pour symbole a été définie, il est clair que les symboles présents sur les deux véhicules cités n’ont pas à être défaits.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

[1] Il y a plusieurs genres de croix : la croix de Saint-Georges, la croix de Saint-André, la croix de Lorraine, la croix de Malte, la croix de l’Église catholique, la croix de Saint-Antoine, la croix de Jérusalem, la croix gammée. On peut citer aussi la Croix-Rouge et les croix floquées sur les drapeaux de certains pays européens, tels que la Suisse, l’Angleterre, la Finlande et autres, mais celui qui est communément admis comme tel est celui qui a été énoncé plus haut.

[2] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre «Les vêtements» (hadith 4033) et Ahmed (hadith 5232), par l’intermédiaire d’Ibn `Omar رضي الله عنهما, et jugé authentique par Al-Albâni dans Irwâ' Al-Ghalîl (hadith 1269).

[3] Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre «Les vêtements» (hadith 5608), par Abou Dâwoûd, chapitre «Les vêtements» (hadith 4151) et Ahmed (hadith 23740), par l’intermédiaire de `Â'icha رضي الله عنها.

[4] Fat’h Al-Bâri d’Ibn Hadjar (10/358-386).

[5] Rapporté par Mouslim, chapitre de «La foi» (hadith 177), Ibn Mâdjah, chapitre «Les tentations» (hadith 4013) et Al-Bayhaqi (hadith 20759), par l’intermédiaire d’Abou Sa`îd Al-Khoudri رضي الله عنه.

 

Alger, le 18 Rabî`At-Thâni 1428 H, correspondant au 5 mai 2007 G.

Publié par ferkous.net

 

في تحديد شكل الصليب المنهيِّ عنه
السـؤال: 
هل تعتبر العلامة الموجودة في مقدّمة ومؤخّرة سيارة

المرسداس‎ - Mercedes

على شكل صليب، وسيارة

الشوفرولي - Chevrolet

صليبًا؟ وهل يجب إزالته، ولو أدّى ذلك لتقهقر ثمنها في السوق عند بيعها؟ وفّقكم الله لبيان الحكم الشرعي، وجزاكم اللهُ كلَّ خير

الجـواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاةُ والسلامُ على مَنْ أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصَحْبِهِ وإخوانِه إلى يوم الدِّين، أمّا بعد
فلا يعدُّ كُلُّ تقاطُعٍ صليبًا مَنْهيًّا عنه ومحذورًا، وإنما الصليبُ هو المعروف حاليًّا كشِعارٍ للنصارى تقدِّسُهُ وتعظِّمُهُ على وَجْهِ العبادة، وهو -في الغالب الأعمِّ- يظهرُ شكلُ التقاطعِ فيه على زوايا قائمةٍ، ويكون أسفلُ الصليب أطولَ من أعلاه تحمله النصارى كعلامةٍ بارزةٍ وسمة غالبة على أنهم أتباعُ المسيحِ عيسى بنِ مريمَ عليه السلام(١)، ومِنْ ثَمَّةَ فلا يجوزُ لمسلمٍ أن يرفعَ هذا الشعارَ الشركيَّ لِمَا فيه من عبادةٍ من دون الله، والتشبهُ بهم فيه حرامٌ، لقوله صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم

«مَنْ تَشَبَّهَ بِقَوْمٍ فَهُوَ مِنْهُمْ»

(٢)

وعليه، فالصليبُ بهذا الاعتبار إِنْ دخلَ تحت مِلكه وحِيازته نَقَضَهُ بالطَّمْسِ أو اللصق أو اللطخ أو بأيِّ وسيلةٍ تتلاءم مع المحافظة على أصل الشيء الذي تعلّق به الصّليب بحيث تُغَيَّبُ هيئته أو تُزالُ، لحديث عِمران بنِ حِطَّانَ أنّ عائشةَ رضي الله عنها حَدَّثَـتْهُ أنّ النبيَّ صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم

«لَمْ يَكُنْ يَتْرُكُ فِي بَيْتِهِ شَيْئًا فِيهِ تَصَالِيبُ إِلاَّ نَقَضَهُ»

(٣)

 قال ابنُ حَجَرٍ

«فإذا كان المرادُ بالنَّقْضِ الإزالةُ دَخَلَ طَمْسُهَا فيما لو كان نقشًا في الحائط أو حكّها أو لطّخها بما يُغَيِّبُ هَيْئَتَهَا»

(٤)

، فإن لم يستطع باليد غيرَّ ببقية مراتبِ الإنكار الأخرى، لقوله صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم

«مَنْ رَأَى مِنْكُمْ مُنْكَرًا فَلْيُغَيِّرْهُ بِيَدِهِ، فَإِنْ لَمْ يَسْتَطِعْ فَبِلِسَانِهِ، فَإِنْ لَمْ يَسْتَطِعْ فَبِقَلْبِهِ، وَذَلِكَ أَضْعَفُ الإِيمَانِ»

(٥)
هذا، وإذا تبيّن شكلُ الصليبِ الذي تتّخذه النصارى شِعارًا لها وهو موضع التقديس والتعظيم فليس في كِلْتَا السيارتين المذكورتين وَجْهٌ له حتى يَنْقُضَهُ
والعلمُ عند اللهِ تعالى، وآخرُ دعوانا أنِ الحمدُ للهِ ربِّ العالمين، وصَلَّى اللهُ على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، وسَلَّم تسليمًا

(١)

للصليب أنواعٌ متعدّدة منها: صليب القدّيس جورج، وصليب القدّيس أندرو، وصليب لورين، وصليب مالطا، وصليب الكنيسة الكاثوليكية، وصليب أطوني، وصليب أورشليم، والصليب المعكوف وغيرها، ويدخل فيه «الصليب الأحمر» والتصاليب الموضوعة على أعلام بعض الدول الأوروبية كعَلم سويسرا وإنجلترا وفنلاندا وغيرها، والمتعارف عليه عند الكلّ ما ذكر في نصّ الجواب

(٢)

أخرجه أبو داود في «اللباس»: (٤٠٣٣)، وأحمد: (٥٢٣٢)، من حديث ابن عمر رضي الله عنهما. وصححه الألباني في «الإرواء»: (١٢٦٩)

(٣)

أخرجه البخاري في «اللباس»: (٥٦٠٨)، وأبو داود في «اللباس»: (٤١٥١)، وأحمد: (٢٣٧٤٠)، من حديث عائشة رضي الله عنها

(٤)

«فتح الباري» لابن حجر: (١٠/ ٣٨٥-٣٨٦)

(٥)

أخرجه مسلم في «الإيمان»: (١٧٧)، وابن ماجه في «الفتن»: (٤٠١٣)، والبيهقي: (٢٠٧٥٩)، من حديث أبي سعيد الخدري رضي الله عنه

الجزائر في: ١٨ ربيع الثاني ١٤٢٨ﻫ
الموافق ﻟ: ٠٥ ماي ٢٠٠٧م

الفتوى رقم: ٦٧٥
الصنـف: فتاوى العقيدة - التوحيد وما يُضادُّه - الألوهية والعبادة

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

الفتوى رقم: ٦٧٥
الصنـف: فتاوى العقيدة - التوحيد وما يُضادُّه - الألوهية والعبادة

Partager cet article

Ce que tout nouveau musulman doit savoir pour débuter la prière (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Ce que tout nouveau musulman doit savoir pour débuter la prière (dossier)

En plus de l’apprentissage du Tawhid et des fondements de la ‘Aqidah, tu dois absolument connaître comment te purifier et comment faire la prière (Salat).

 

Il est très important de commencer à faire tes 5 prières par jours aussitôt que tu as prononcé le témoignage de la foi. La Salat est le deuxième pilier de l’Islam et c’est la différence entre le croyant et le non croyant.

 

Voici donc un petit résumé simplifié des règles Islamiques à ce sujet.

 

Avant de prier, tu dois être pur intérieurement et extérieurement 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Partager cet article

Il s'est converti, mais ne veut pas quitter le pays où l'infidélité est la norme…

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Il s'est converti, mais ne veut pas quitter le pays où l'infidélité est la norme…

Question :

 

On a demandé à l’honorable Cheikh :

 

Qu’en est-il d’un homme qui a embrassé l’Islam et l’a aimé, lui et ses adeptes, qui a renié le polythéisme et ses partisans, mais qui est resté dans une terre dont les habitants détestent l'Islam, le combattent et attaquent les musulmans, car il lui est difficile de délaisser son pays.

 

Quel est donc le statut légal de cet homme qui n'a pas émigré [vers une terre d'Islam] ?

 

Réponse :

 

Il est interdit à cet homme de continuer à vivre dans ce pays, et il lui incombe d’émigrer.

 

S’il ne le fait pas, qu’il garde à l’esprit la parole d’Allah (traduction rapprochée) :  

 

« Les anges venus ôter la vie à ceux qui avaient agi avec injustice envers eux-mêmes leur demanderont : « Où en étiez-vous [de votre religion] ? » - « Nous étions impuissants sur terre », dirent-ils. À quoi les anges répliqueront : « La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? » Voilà bien ceux dont le refuge est l'Enfer. Et quelle mauvaise destination !À l'exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller et de se frayer un chemin. » (1)

 

Il est donc nécessaire à celui-ci, s’il en est capable, d’émigrer vers une terre d’Islam. Ainsi, l’amour du pays qu’il a déserté se détachera de son cœur et naîtra en lui le désir de vivre dans un pays musulman.

 

Quant au fait qu’il n’arrive pas à quitter une terre dans laquelle l’Islam et les musulmans sont combattus, pour la seule (et unique) raison que cet endroit est son pays d’origine, cela est illicite et il lui est interdit d’y résider.

 

(1) Sourate Les femmes (Al-Nisâ'), v.97-98.

 

Majmu‘ fatâwâ Ibn Uthaymîn, t.3, p.32.

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Rencontre d’Héraclius avec Abu Sufyân : L’appel du Prophète صلى الله عليه وسلم à l’islam

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Rencontre d’Héraclius avec Abu Sufyân : L’appel du Prophète صلى الله عليه وسلم à l’islam

lbn ’Abbâs : Abu Sufyân ben Harb m’a informé que, dans la trêve qui était entre le Messager d’Allah (paix et bénédiction d'Allah sur Lui) et les Polythéistes de Quraych, il était allé avec quelques hommes de Quraych en tant que marchands. 

 

« Le messager d’Héraclius nous a trouvés quelque part en Syrie, a dit Abu Sufyân, et on nous a emmenés, moi et mes compagnons, à Jérusalem.

Alors on nous a introduits auprès de lui, et voilà qu’il est assis avec la cour de son royaume ; il était paré de sa couronne et il avait autour de lui les seigneurs des Byzantins. 

"Demande-leur, a-t-il dit à son interprète, lequel d’entre eux est le plus proche de cet homme qui se prétend être prophète. 

— Moi, ai-je répondu, je suis le plus proche de lui qu’eux. 

— Quel est le lien de parenté entre vous deux  ? 

— C’est mon cousin paternel, ai-je répliqué. (Il est vrai qu’à ce moment-là, il n’y avait, à part moi, aucun des banû Abd-Manaf dans la caravane).

— Qu’on le fasse rapporcher !" ordonna Héraclius qui demanda aussi de rapprocher mes compagnons qu’on a placés derrière mon dos, juste près de mon épaule.

Puis il a dit à son interprète  : "Dis à ses compagnons que je vais interroger cet homme au sujet de celui qui se prétend être un prophète. S’il ment, démentez-le !" 

Par Allah, avait dit Abu Sufyan, si ce n’était, ce jour-là, la honte de voir mes compagnons signaler mes mensonges, j’aurais certainement menti lorsqu’il m’interrogea sur lui. Mais j’ai eu honte qu’ils signaleraient mes mensonges, alors je lui ai dit la vérité.

Après quoi, il a dit à son interprète : "Demande lui quel est le lignage de cet homme parmi vous ? 

— Chez nous, il est de haut lignage, ai-je répondu. 

— Y a-t-il quelqu’un parmi vous qui a tenu avant lui de tels propos ? 

— Non. 

— L’avez-vous accusé de mensonge avant qu’il ne dise ce qu’il a dit ? 

— Non. 

— L’un de ses grand-parents était-il un roi  ? 

— Non.

— Est-ce alors les nobles qui le suivent ou les faibles ? 

— C’est plutôt les faibles. 

— Est-ce que leur nombre augmente ou est-ce qu’il diminue ? 

— Leur nombre s’accroît plutôt. 

— Y en a-t-il qui apostasie après avoir embrassé sa religion ? 

— Non. 

— Trahit-il ses engagements ? 

— Non, cependant nous sommes actuellement en trêve avec lui et nous craignons qu’il ne trahisse." Ce mot avait été le seul où j’avais pu glisser quelque chose qui puisse l’amoindrir sans craindre de la voir prise sur mon compte.

"L’avez-vous combattu, a repris Héraclius, ou vous a-t-il combattu ? 

— Oui. 

— Comment étaient alors sa guerre et votre guerre ?

— C’était à chacun son tour. Une fois c’est lui qui prend le dessus et une fois c’est nous qui prenons le dessus. 

— Et que vous recommande-t-il d’observer ? 

— II nous recommande d’adorer Allah seul sans lui rien associer et il nous interdit ce qu’adoraient nos pères. Il nous recommande d’observer la prière, l’aumône, d’être chastes, de respecter les engagements et de rendre les dépôts confiés."

 

Après que je lui ai ainsi parlé, il s’est adressé à son interprète  : 

"Dis-lui que je t’ai interrogé sur son lignage et tu as dit qu’il était d’un haut lignage ; eh bien  ! c’est ainsi que sont envoyés les messagers ; ils sont choisis dans le haut lignage de leurs peuples ; 

je t’ai demandé si quelqu’un parmi vous avait tenu avant lui les mêmes propos et tu as dit que non. Alors je me suis dit que si quelqu’un parmi vous avait tenu avant lui les mêmes propos, j’aurais pensé qu’il est un homme qui veut être un chef avec des propos qui ont été dits avant lui ; 

je t’ai demandé si vous l’aviez accusé de mensonge avant qu’il n’avance ce qu’il a dit et tu as dit que non. Alors j’ai compris que s’il ne soutient pas de mentir aux gens, il ne peut mentir sur le compte d’Allah  ;

je t’ai demandé si l’un de ses grand-pères était roi, et tu as dit que non. Alors je me suis dit que si l’un de ses grand-pères était roi, aurait voulu le trône de ses grand-pères ; 

je t’ai demandé si c’était les nobles des gens ou leurs faibles qui le suivent et tu as dit que c’est leurs faibles ; et ce sont eux les partisans des prophètes  ; 

je t’ai demandé si leur nombre s’accroissait ou s’il diminuait, et tu as dit que leur nombre allait croissant, et c’est ainsi le propre de la foi qui s’accroît jusqu’à son triomphe ; 

je t’ai demandé s’il y en avait qui apostasiait après avoir embrassé sa religion, et tu as dit que non, et c’est ainsi le propre de la foi quand sa douceur se mélange aux cœurs : aucun ne la prend en aversion ; 
je t’ai demandé s’il trahissait ses engagements et tu m’as dit que non, et c’est ainsi que sont les prophètes  : ils ne trahissent jamais leurs engagements ; 

je t’ai demandé si vous l’aviez combattu et s’il vous avait combattu et tu as dit qu’il l’avait fait, que votre guerre et sa guerre avaient eu des alternatives, qu’une fois il prenait le dessus et qu’une fois vous prenez le dessus, et c’est ainsi les prophètes : ils sont mis à l’épreuve mais l’issue finale est à eux ; 

je t’ai demandé ce qu’il vous recommande et tu as dit d’adorer Allah sans rien Lui associer, qu’il vous interdit ce qu’adoraient vos pères et qu’il vous recommande d’observer la prière, l’aumône, d’être chaste, de respecter les engagements et de rendre les dépôts confiés.

Et ceci est le portrait des prophètes, je savais qu’il allait apparaître, cependant je ne croyais pas qu’il serait de vous. Si ce que tu as dit est vrai, il est sur le point de s’emparer de l’endroit où j’ai mes pieds.

Si je pouvais parvenir jusqu’à lui, j’aurais tout fait pour aller à sa rencontre ; et si j’étais auprès de lui, je lui aurais lavé les pieds."

 

Après quoi, Héraclius a demandé la lettre du Messager d’Allah (paix et bénédiction d'Allah sur Lui), laquelle lettre a été lue.

 

Elle contenait  :

 

Au nom d’Allah, le Tout miséricorde, le Très Miséricordieux. 

De Muhammad, le serviteur d’Allah et Son messager, à Héraclius, le grand chef des Byzantins. 
Que la paix soit sur celui qui est sur la voie de la Guidance. Cela dit, je t’appelle selon la formule de l’islâm  : 
embrasse l’islâm et tu seras sauvé, embrasse l’Islam et Allah te fera part d’une double récompense. 
Et si tu refuses, tu assumeras les péchés de tes sujets...

 

Traduction rapprochée :

 

Dis : "ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions qu’Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d’Allah". Puis, s’ils tournent le dos, dites  : "Soyez témoins que nous, nous sommes soumis" (sourate al Imran verset 64)

  

Et une fois la lecture de la lettre terminée, les voix des seigneurs byzantins qui étaient présents se sont élevées et un grand tumulte s’en est suivi. Je ne sais ce qu’ils ont dit ; on a donné l’ordre et on nous a fait sortir. 

Lorsque je me suis trouvé dehors avec mes compagnons et que je me suis trouvé à l’écart avec eux, je leur ai dit : "L’affaire d’ibn Abu Kabcha a pris de l’importance. Voilà le roi des banû al- ’Asfar qui le redoute."

Par Allah ! je suis demeuré humblement convaincu que sa cause prendrait le dessus jusqu’au moment où Allah a amené l’Islam dans mon cœur malgré ma répugnance. »

 

(bukhary n°  2941).

copié de sounna.com

Partager cet article

Si on a un parent qui n'est pas musulman

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Si on a un parent qui n'est pas musulman

Question :

 

Que doit faire la personne qui a un frère, une soeur ou un fils qui n'est pas musulman ?

 

Réponse :

 

Elle appelle celui qui n'est pas musulman parmi ses proches ou autre, à l'Islam, leur montre la beauté de la religion, la grandeur de sa législation et de ses préceptes, et leur dit que rien ne sera accepté au jour de la résurrection, en dehors de cette religion. 

 

Il se peut qu'Allâh les guide et qu'elle en soit la cause ; comme le dit Allâh (Gloire et Pureté à Lui) dans Son Livre explicite (traduction rapprochée) :

 

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. » (Les abeilles (An-Nahl) 16: Verset 125)

 

Et sa Parole (qu'Il Soit Exalté) (traduction rapprochée) :

 

« Et avertis les gens qui te sont les plus proches.» (Les poètes (Ach-Chou’arâ’) 26: Verset 214)

 

Ainsi que la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

« Celui qui a indiqué un bien il aura la même récompense que celui qui l'a pratiqué. »

 

Qu'Allâh nous accorde et t'accorde Sa satisfaction.

Qu'Allâh nous accorde la réussite et que la prière et le salut d'Allâh soient sur notre Prophète Mohammad, sa famille et ses compagnons.

 

Source: ( Numéro de la partie: 25, Numéro de la page: 379)

La question 3 de la Fatwa numéro ( 6872 )

 Publié par alifta.gov.sa

ماذا يعمل إذا كان عنده قريب غير مسلم

س 3: ماذا يعمل من كان عنده أخ أو أخت أو ابن غير مسلم؟

ج 3: يدعو من كـان غير مسلم من أقاربه أو غيرهـم إلى الإسلام، ويبين لهم مزايا الدين وسماحته في تشريعاته وأحكامه، وأنه لا يقبل من أحد سواه يوم القيامة؛ لعل الله أن يهديهم على يـده؛ لقـول الله عـز وجـل في كتابـه المـبين

ادْعُ إِلَى سَبِيلِ رَبِّكَ بِالْحِكْمَةِ وَالْمَوْعِظَةِ الْحَسَنَةِ وَجَادِلْهُمْ بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ

وقولـه عـز وجـل

وَأَنْذِرْ عَشِيرَتَكَ الأَقْرَبِينَ

وقول النبي صلى الله عليه وسلم

من دل على خير فله مثل أجر فاعله

وفقنا الله وإياك إلى رضوانه. وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

السؤال الثالث من الفتوى رقم ( 6872 )

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Cours de bases sur la religion de l’islam (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Cours de bases sur la religion de l’islam (dossier)

Table des matières

- Le bienfait de l`islam P.5

- Le mérite de l`apprentissage de l`islam P.8

Les deux témoignages P.10

La prière P.12 La purification P.15

Comment accomplir la prière? P.18

- Ce qui annule la prière P.24

- Illustration des ablutions et de la prière P.25

- Les piliers de l`islam P.29

- Les piliers de la foi P.31

- L`unicité (tawhid) P.35

- Suivre et se conformer au prophète P.37

- Les interdits P.38

- Le bon comportement P.43

- L`éthique P.44

- Le rappel et les invocations P.49

- La femme P.52

- Recommandations importantes P.55

- Révise tes connaissances P.60

- Sourates extraites du saint coran P.66

Publié par dourouss-abdelmalik.com

 

Cheikh Ibrahim 'Ali Sultan - ‫الشيخ إبراهيم آل سلطان

Partager cet article

Le musulman peut-il hériter du mécréant ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le musulman peut-il hériter du mécréant ?

Les savants se sont divisés sur cette question en quatre avis :

 

-Le premier avis : Il n'y a aucun héritage entre un musulman et un mécréant et cela, de manière absolue, et cet avis est celui de la plupart des savants d'après la parole du Prophète ( Paix et Salut d'Allah sur Lui ) qui dit:

«  Le musulman n'hérite pas du mécréant et le mécréant n'hérite pas du musulman ». (1)

 

-Le deuxième avis : Il n'y a aucun héritage entre un musulman et un mécréant hormis dans le cas de l'affranchi d'après le hadith :

« Le musulman n'hérite pas du chrétien sauf si celui ci est son esclave ou sa servante » (2).

 

Ce hadith prouve donc que le musulman peut hériter de son esclave affranchi lorsque ce dernier est chrétien et par analogie, le contraire est admis c'est à dire que le chrétien peut hériter de son esclave affranchi lorsque ce dernier est musulman.

 

-Le troisième avis : Le mécréant peut hériter de son proche qui est musulman à condition que ce mécréant se convertisse avant le partage de l'héritage et cela d'après le hadith :

« Tout partage effectué durant la période de la Jahiliya sera accepté et tout partage effectué après l'avènement de l'islam sera accepté seulement selon les règles de l'islam » (3)

 

Ce hadith prouve donc l'autorisation pour le mécréant, qui s'est convertit avant le partage de l'héritage, d'hériter d'un ( proche ) musulman.

 

-Le quatrième avis : Le musulman hérite du mécréant et non l'inverse d'après le hadith: « L'Islam ne peut qu'augmenter et ne peut pas diminuer » (4)

 

Et le fait que le musulman reçoit une part d'héritage de la part du mécréant est un signe d'augmentation et le contraire un signe de diminution.

 

Ainsi, le hadith prouve que l'islam ramène la supériorité et non l'infériorité.

 

Et l'avis le plus sûr- et Allah est Seul Savant- est le premier avis qui est l'absence d'héritage entre le musulman et le mécréant d'après l'authenticité et la véracité de la preuve contrairement aux autres avis car leurs preuves ne sont soit pas authentiques soit pas très convaincantes par rapport au premier avis... 

 

(1) Al Bukhâry, Moslem

(2) An-Nassa'i, Ad-Daraqutny, Al Hâkim

(3) Abû Dâwûd, Ibn Mâjah

(4) Al Hâkim, Abû Dâwûd, Ahmed

 

Source: Al-Moulakhkhas Al-Fiqhi de Sheykh Sâlih Al Fawzân

copié de sounnah-publications.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Mon père n’accepte pas le changement de mon prénom…

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Mon père n’accepte pas le changement de mon prénom…

Question :

 

Allah m’a assurément guidé et m’a fait entrer dans la religion véridique qu’est l’Islam par l’intermédiaire de certains savants.

À la suite de cela, mon prénom, Abdous-salîb (adorateur de la croix), a été modifié en Abdullah (serviteur d’Allah).

Mais cela n’a pas plu à mon père, qui m’a demandé de ne pas porter atteinte à son nom ni à celui de la famille.

Cela a provoqué un différend entre lui et moi, qui m’a conduit à quitter l’endroit où réside mon père, et à émigrer en ces nobles lieux.

 

Seulement, je suis en proie au doute concernant cette situation.

Est-ce que l’Islam me demande de satisfaire mon père et d’agir selon sa volonté, même s’il est chrétien ?

Ou me recommande-t-il d’ignorer ce que dit mon père, sachant que mon père est chrétien et qu’il s’obstine dans sa chrétienté, et que mon nom était Abdous-salîb ?

 

Réponse :

 

Avant tout, nous rendons grâce à Allah de t’avoir permis de connaître la vérité et de t’avoir fait entrer dans l’Islam, la véritable religion qu'Allah a imposée à l’ensemble des habitants de la Terre, quel que soit leur religion et leur confession.

 

Ils ont ainsi le devoir de délaisser leurs croyances, et d'intégrer la religion de Vérité, la religion d’Allah , qu’Il s’est Lui-même agréée.

 

Nous rendons donc grâce à Allah de t’avoir accordé ce bien immense, et nous demandons à Allah de t’affermir dans l’Islam.

 

Quant au changement de nom qui était Abdous-salîb par Abdoullah, c’est en effet ce qu’il t’incombe de faire.

 

Car il est interdit d'adorer un autre qu'Allah, donc on ne dira pas Abdous-salîb (adorateur de la croix), ni Abdoul-Masîh (adorateur du Messie – Jésus), ni Abdour-Rassûl (adorateur du Prophète), ni Abdoul-Houssayn (adorateur d’Al-Houssayn).

 

L’imam Ibn Hazm a dit : « [les savants] ont unanimement reconnu l'interdiction de tout nom qui marque l'adoration à un autre qu'Allah, à l’exception toutefois de Abdoul-Mouttalib. »

 

Pour la deuxième question, qui concerne ta relation avec ton père, Allah a ordonné l’obéissance aux parents de manière convenable et bienveillante, même s’ils sont mécréants.

 

Il dit (traduction rapprochée) :

 

« Nous avons ordonné à l’homme d’être bienveillant envers ses parents. Sa mère l’a porté dans son ventre subissant pour lui peine sur peine ; et son sevrage a lieu à deux ans : « Sois reconnaissant envers Moi, ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est le retour. »15. Et s’ils te contraignent à M’associer des divinités dont tu n’as aucune connaissance, ne leur obéis pas, mais continue à leur obéir dans ce qui est convenable. Et suis le sentier de celui qui revient vers Moi repenti […] »1  .

 

Il t’incombe donc d’être bon à l’égard de tes parents, mais cette bonté doit se limiter aux choses de ce bas-monde.

 

Pour ce qui est de la religion, tu te dois de suivre la vérité, même si elle est différente de la confession de tes parents, tout en étant bienfaisant envers eux en guise de compensation [du bien qu'ils t'ont fait].

 

Tu dois être bon à leur égard et les rétribuer pour le bien qu’ils t’ont fait, même s’ils sont mécréants.

 

Rien ne s’oppose à ce que tu entretiennes des relations avec ton père, ni à ce que tu lui sois dévoué, et à ce que tu le rétribues 2  .

 

Mais tu ne dois pas lui obéir dans ce qu’Allah a interdit.

   

1   Sourate Louqmân, v.14-15.

2   NDC : en compensation de tous les efforts qu'il a consentis pour toi.

 

Al-muntaquâ min fatâwâ al-Fawzân, t.2, p.256.

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Invitation d'un chrétien à l'islam (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Invitation d'un chrétien à l'islam (audio)

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Partager cet article

Dîner avec sa famille mécréante

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Dîner avec sa famille mécréante

Question :

 

Une personne, lorsqu'elle s'assoit avec des gens de sa famille mécréante pour le déjeuner ou le dîner, ces derniers posent sur la table du vin, ou du porc.

 

Et lorsqu'elle arrête de s’asseoir avec eux, ils l'accusent de les détester et d'être dur (mutachaddid) etc...

 

Est-il permis de s’asseoir avec eux et cette situation ?

 

Réponse :

 

Non, il n'est pas permis de s’asseoir avec eux alors qu'ils présentent de la viande de porc et du vin.

 

Et si ils l'accusent de ce dont ils l'accusent, et bien Allâh (عز وجل) dit dans Son noble livre:

 

عَسَى اللَّهُ أَنْ يَجْعَلَ بَيْنَكُمْ وَبَيْنَ الَّذِينَ عَادَيْتُمْ مِنْهُمْ مَوَدَّةً

"Il se peut qu'Allâh mette de l'amour entre vous et ceux d'entre eux qui sont vos ennemis." (60:7)

 

Il se peut donc qu'Allâh mette dans leurs cœurs de l'amour envers lui, spécialement lorsqu'ils savent la véracité de la personne, et qu'il n'est pas orgueilleux et ne les méprise pas.

 

Avec le fait qu'il est obligatoire au musulman de louer Allâh (سبحانه وتعالى) car Allâh (عز وجل) dit dans Son noble livre:

 

وَمَنْ يَبْتَغِ غَيْرَ الْإِسْلَامِ دِينًا فَلَنْ يُقْبَلَ مِنْهُ

"Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ce ne sera pas accepté de lui." (8:25)

 

Et Il dit (سبحانه وتعالى):

 

إِنَّ شَرَّ الدَّوَابِّ عِنْدَ اللَّهِ الصُّمُّ الْبُكْمُ الَّذِينَ لَا يَعْقِلُونَ

وَلَوْ عَلِمَ اللَّهُ فِيهِمْ خَيْرًا لَأَسْمَعَهُمْ وَلَوْ أَسْمَعَهُمْ لَتَوَلَّوْا وَهُمْ مُعْرِضُونَ

"Les pires des bêtes auprès d'Allâh sont les sourds, les muets, ceux qui ne raisonnent pas.

Et si Allâh avait su du bien en eux, Il leur aurait fait entendre. Et s'Il leur avait fait entendre, ils se seraient détournés en tournant le dos." (8:23)

 

Il est donc obligatoire au musulman de se rendre compte de la valeur de l'Islam, sans être orgueilleux envers les autres:

 

وَمَنْ أَحْسَنُ قَوْلًا مِمَّنْ دَعَا إِلَى اللَّهِ وَعَمِلَ صَالِحًا وَقَالَ إِنَّنِي مِنَ الْمُسْلِمِينَ

"Et qui a une meilleure parole que celui qui appelle à Allâh, agit pieusement et dit: « Je fait partie des Musulmans (soumis) »" (41:33)

 

Et lorsque ses parents lui demandent de leur acheter de la viande de porc (1), ou du vin, ou autre, il ne leur obéit pas, car le prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم) a dit :

 

«Qu'Allâh maudisse le vin, celui qui le boit, son serveur, son vendeur, son acheteur, celui qui le presse, celui qui le fait presser, celui qui le porte, et celui vers qui on le porte.» (2)

 

Il ne leur obéit pas en cela même si les parents sont mécréants.

 

(1) NdT: ou de la viande de boeuf, de mouton, de volaille qui n'a pas été égorgé selon les conditions islamiques, que ce soit par un Musulman ou un kitâbî (Chrétien ou Juif).

(2) NdT: rapporté par Abû Dâwûd d'après Ibn 'Umar.

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

السؤال201: بعض الناس إذا جلس مع أفراد أسرته الكافرة في الغداء، أو العشاء، وضعوا على طاولتهم الخمر، أو الخنزير، وإذا ترك الجلوس معهم يتهمونه بأنه يكرههم وأنه متشدد.. الخ، فهل يجوز أن يجلس معهم والحالة هذه؟

الجواب:لا، لا يجوز أن يجلس معهم وهم يحضرون لحم الخنزير والخمر، ولو اتهموه بهذه التهم فالله عز وجل يقول في كتابه الكريم: ﴿عسى الله أن يجعل بينكم وبين الذين عاديتم منهم مودة﴾(12).

فعسى أن يجعل الله في قلوبهم مودة له، وخصوصا إذا علموا صدق الشخص، وأنه ليس بمتكبر ولا يحتقرهم، على أن المسلم يجب أن يحمد الله سبحانه وتعالى فإن الله عز وجل يقول في كتابه الكريم: ﴿ومن يبتغ غير الإسلام دينا فلن يقبل منه﴾(13)، ويقول سبحانه وتعالى: ﴿إن شر الدواب عند الله الصم البكم الذين لا يعقلون ولو علم الله فيهم خيرا لأسمعهم ولو أسمعهم لتولوا وهم معرضون﴾(14)

فيجب على المسلم أن يشعر بعزة الإسلام غير متكبر على الآخرين: ﴿ومن أحسن قولا ممن دعا إلى الله وعمل صالحا وقال إنني من المسلمين﴾(15)

وإذا طلب منه والداه أن يشتري لهما لحم خنزير، أو خمر، أو غير ذلك فلا يطعهما، لأن النبي -صلى الله عليه وعلى آله وسلم- يقول: «لعن الله الخمر وشاربها، وساقيها، وبائعها، ومبتاعها، وعاصرها، ومعتصرها، وحاملها، والمحمولة إليه». فلا يطعهما في هذا حتى وإن كان الأبوان كافرين

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ أبي عبد الرحمن مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article

L’argent illicite avant l’islam

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’argent illicite avant l’islam

Question :

 

Noble shaikh, il y a un frère qui est venu des Etats-Unis et qui s’est converti récemment.

Dans sa période d’ignorance, il a gagné beaucoup d’argent en vendant de la drogue.

Il a pris avec lui cet argent et a acheté avec une immense bibliothèque (de livres) et il a épousé trois femmes.

Ces derniers temps, on l’a informé qu’il ne pouvait pas donner son argent en aumône, car Allah est Bon et Il n’accepte que ce qui est bon.

Il vous demande ce qu’il doit faire avec et argent et si cette parole est exacte ?

 

Réponse :

 

Nous disons à ce frère à qui Allah a accordé le bienfait de l’islam après avoir gagné de l’argent illicite : réjouis-toi car cet argent est licite et tu n’as aucun péché, ni en le gardant, ni en le donnant en aumône, ni en se mariant, car Allah dit dans Son Livre [1] (traduction rapprochée) :

 

« Dis à ceux qui ont mécru, s’ils cessent, Il leur pardonnera ce qui est passé », c'est-à-dire tout ce qui a été fait dans le passé, cela englobe tout (ici le shaikh donne une règle de grammaire pour expliquer le sens général).

 

Tout ce qui est passé est pardonné même s’il a tué une âme injustement, ou s’il a pris de l’argent illicitement, il est pardonné.

 

Mais l’argent qu’il a volé à quelqu’un, il doit le lui rendre.

 

Et pour ce qui est de l’argent qu’il a gagné avec le consentement des gens, même s’il est illicite, comme celui qui a gagné de l’argent avec les intérêts (riba), la drogue au autres, cet argent devient licite lorsqu’il se convertit, d’après la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

« Dis à ceux qui ont mécru, s’ils cessent, Il leur pardonnera ce qui est passé ».

 

De même que la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) à ‘Amru ibn Al-‘As lorsqu’il s’est converti :

 

« Ne sais-tu pas que l’islam efface tout ce qu’il y a avant lui »

(rapporté par Muslim).

 

Beaucoup de mécréants se sont convertis après avoir tué un grand nombre de musulmans, et on ne leur a pas reproché ce qu’ils ont fait. 

 

Informe ce frère que son agent est licite, sans aucun problème, qu’il le donne en aumône, qu’il épouse deux, trois ou quatre femmes, et quant à ce qu’on lui a dit, qu’il ne lui était pas permis de le donner en aumône, cela n’a aucune base dans la religion.

 

[1] : Nous rappelons que même si nous disons : « Allah dit », le lecteur doit comprendre : « dans le sens relatif et approché du verset ».

 

Source : Liqa’at Al-Bab Al-Maftuh (n°1429)

copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Le mécréant n’est pas un frère pour le musulman

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le mécréant n’est pas un frère pour le musulman

Question :

 

Un chrétien habite avec moi, il me dit « mon frère » et que « nous sommes frères », et mange et boit avec nous.

 

Ceci est-il permis ou non ?

 

Réponse :

 

Le mécréant n’est pas un frère pour le musulman, Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

« Les croyants ne sont rien moins que des frères. » (1)

 

Et le Prophète a affirmé que : « Le musulman est le frère du musulman. »(2)

 

Le mécréant – juif, chrétien, païen, mazdéen, ou autre – n’est pas un frère pour le musulman, et il est interdit d’en faire un compagnon ou un ami.

 

Néanmoins, s’il lui arrive parfois de manger avec lui, tout en évitant d’en faire un camarade ou un intime, à l’occasion d’un repas collectif et occasionnel, il n’y a pas d’objection à cela.

 

Quant à en faire un compagnon [perpétuel] avec lequel on s’assoit [tout le temps] et on mange [à chaque repas], ce n’est pas permis.

 

Car Allah a rompu l’alliance et l’amour entre les musulmans et les mécréants ; Il dit dans Son illustre Livre (traduction rapprochée) :

 

« Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre) en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah seul. » »(3)

 

Et Il dit (traduction rapprochée) :

 

« Tu ne trouveras pas de peuple croyant en Allah et au Jour Dernier, aimer ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leur père, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu.. » (4)

 

Il incombe donc au musulman de désavouer le polythéisme et ses adeptes, et les détester pour Allah.

 

Mais il ne doit pas leur faire de tort, ni leur nuire ou transgresser leurs droits sans raison légale, tant qu'ils ne sont pas en guerre contre nous, sans pour autant les considérer comme des amis ou des frères.

 

Et si, d’aventure, il lui arrive de manger avec eux lors de repas collectifs et occasionnels, sans éprouver à leur égard amitié, ni alliance, ni amour, alors il n'y a pas de mal.

 

Il est important pour le musulman d’avoir une bonne attitude à l’égard des mécréants, si toutefois ils ne sont pas en conflit avec les musulmans, en adoptant un comportement islamique qui se traduit par la garantie du dépôt, l’absence de fraude, d’escroquerie et de mensonge.

 

Et si un désaccord survient entre eux, il discute alors avec lui de la meilleure façon, et se conduit avec équité lors de dispute, en application de la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

« Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. »(5)

 

Il est prescrit au musulman de les inviter au Bien et de les conseiller, tout en étant patient à leur égard, en observant des actes de bon voisinage et des paroles agréables, conformément à la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

« Par la sagesse et la bonne exhortation, appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. »(6)

 

Et à Son autre parole (traduction rapprochée) :

 

« … De tenir des propos bienveillants aux gens »(7)

 

Ainsi qu'au hadith du Prophète, paix et bénédiction d'Allah sur lui : 

 

« Celui qui indique un bien aura la même récompense que celui qui l’accomplit. » 

 

Les versets et les hadiths sont nombreux sur ce sujet.

 

(1) Sourate Les appartements (Al-hujurât), v.10.

(2) Unanimement reconnu authentique.

(3) Sourate L'éprouvée (Al-mumtahana), v.4.

(4) Sourate La discussion (Al-mujâdala), v.22.

(5) Sourate L'araignée (Al-‘Ankabût), v.46.

(6) Sourate Les abeilles (An-Nahl), v.125.

(7) Sourate La vache (Al-Baqara), v.83.

 

Majmû‘ fatâwa Ibn Bâz, t.3, p.1046.

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Les versets de la bible oubliés par les juifs et les chrétiens (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les versets de la bible oubliés par les juifs et les chrétiens (dossier)
 Publié par 3ilmchar3i.net
 
Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Partager cet article

Comment appeler à l’islam ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Comment appeler à l’islam ?
Question :

 

Un Chrétien et son épouse ont voulu se convertir à l'Islam.

 

Alors, le frère qui a demandé cette Fatwa leur a dit qu'il leur faut se laver, prononcer les deux attestations de foi, avec volonté et soumission et se circoncire.

 

Ce frère demande si cela est correct ou non.

 

Il vous prie également de lui citer ce que disent les Pieux Prédécesseurs (As-Salafs us-Salih) à ce sujet ainsi que les démarches qui étaient effectuées lorsqu'un mécréant embrassait l'Islam à l'époque du Prophète (صلى الله عليه وسلم).

 

Veuillez nous éclairer !

 

Réponse :

 

Les démarches que suivait le Prophète (صلى الله عليه وسلم) pour inviter les mécréants à l'Islam étaient comme suit :

 

-Il commence par leur demander d'attester qu'il n'y pas d'autre divinité digne d'être adorée en dehors d'Allâh et que Mohammad est l'Envoyé d'Allâh.

 

-Puis, quand ils l'acceptaient, il leur introduisait les autres préceptes de la Sharia, selon leur priorité, ainsi que ce qu'impliquent les situations.

 

Parmi les hadiths qui ont été énoncés à ce sujet, figure celui rapporté par Al-Bukhârî et Muslim, d'après Ibn `Abbâs (رضي الله عنه) :

 

« Lorsque le Prophète (صلى الله عليه وسلم) envoya Mu`âdh au Yémen, il lui dit : « Tu iras chez des gens du Livre, invite-les d'abord à attester qu'il n'y a d'autre divinité digne d'être adorée en dehors d'Allâh (Lâ Ilaha Illa’Llah) ».
(Rapporté par Al-Bukhari n°1458 et Muslim n°19)

 

Et dans une autre version : « Appelle-les qu’ils attestent exclusivement l'adoration à Allâh.
Et s’ils t’obéissent en cela fait-leur savoir qu'Allâh leur a imposé cinq prières par jour et nuit; et s'ils répondaient à cela informe-les qu'Allâh leur a prescrit une aumône qu'on prélève du bien de leurs riches pour la dépenser aux pauvres.
S'ils croyaient à cela, méfie-toi de toucher à leurs biens précieux; et redoute l'invocation de l'opprimé; car rien ne l'empêche de parvenir à Allâh. »
(Rapporté par Al-Bukhari n°1395 et Muslim n°19)

 

Il y a également un autre hadith rapporté par Al-Bukhârî et Muslim d'après Sahl Ibn Sa`d As-Sâ`idî (رضي الله عنه), lorsque le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a donné l’étendard de l'armée islamique à `Alî (رضي الله عنه) lors de la conquête de Khaybar, il lui a dit:

 

« Rends-toi chez eux, sois calme jusqu'à ce que tu sois arrivé à leurs positions !
Lorsque tu arrives, invite-les à l'Islam et informe-les de leurs devoirs envers Allâh.
Par Allâh !
Si Allâh guide une seule personne grâce à toi, cela t'est bien meilleur que la possession des chameaux roux. »
(Rapporté par Al-Bukhari n°4210 et Muslim n°2406)

 

Et dans une autre version : « Appelle-les qu'ils attestent qu’il n’y a d’autre divinité qu'Allâh et que Mohammad est l'Envoyé d'Allâh. »
(Rapporté par Al-Bukhari n°1496)

 

-D'autre part, les avis des Pieux Prédécesseurs ont divergé sur la nécessité de se laver pour un mécréant qui veut se convertir à l'Islam.

 

Les Imams Mâlik, Ahmad et Abû Thawr (رحمهم الله), sont d'avis que c'est obligatoire.

 

Ils s'appuient sur le hadith rapporté par Abû Dâwud et An-Nasâ'î d'après Qays Ibn ’Asim (رضي الله عنه) qui a dit:
« Je suis venu trouver le Prophète (صلى الله عليه وسلم) pour embrasser l'Islam. Il m' a alors enjoint de me laver avec de l'eau et du jujubier. »
(Rapporté par At-Tirmidhi n°605, Abû Dawud n°355, An-Nasâ’î n°188, Ahmad 5/61 et authentifié par Al-Albani dans son tahqiq et « Al-mishkat » n°517)

 

Or, l'ordre implique l'obligation.

 

Selon Ash-Shâfi`î et une partie des Hanbalites, il lui est seulement recommandé de se laver, sauf s'il se trouvait en état d'impureté majeure (janâba) avant sa conversion à l'Islam.

 

Dans ce cas, il lui est obligatoire de se laver.

 

Pour Abû Hanîfa, il ne lui est jamais obligatoire de se laver, dans n'importe quel cas.

 

Il lui est donc permis de se laver, conformément à ce hadith ainsi qu'aux autres comportant ce sens.

 

-Quant à la circoncision, elle est obligatoire pour les hommes et recommandée pour les femmes.

 

Mais, il vaut mieux ne pas le demander à celui qui compte se convertir à l'Islam dès le premier jour.

 

Il convient de le retarder jusqu'à ce que l'Islam soit bien enraciné dans son cœur et que son esprit se trouve rassuré vis-à-vis de cette religion, et ce pour que la perspective de la circoncision ne le détourne point de l'Islam.

 

Ainsi, ce que ce frère a demandé à ce Chrétien et sa femme, lors de leur conversion à l'Islam, est correct.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
 
Fatwa du Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de l’Iftâ' - vol.3 p.382-383 n°1557

 Publié par 3ilmchar3i.net

س: أن نصرانيًّا وزوجته أرادا الدخول في الإِسلام فأمرهما مقدم الاستفتاء بغسل البدن وبالنطق بالشهادتين عن طوع ورضا واستسلام، والختان، ويسأل هل هذا صحيح أو لا، ويرجو الكتابة إليه بأقوال السلف في ذلك وبالكيفية التي كانت تجري لدخول الكافر في الإِسلام في عهد النبي صلى الله عليه وسلم؟

ج: إن طريقة رسول الله صلى الله عليه وسلم في دعوة الكفار إلى الإِسلام أن يأمرهم بشهادة أن لا إله إلاَّ الله وأن محمدًا رسول الله، فإن هم أجابوه إلى ذلك دعاهم إلى بقية شرائع الإِسلام حسب أهميتها وما تقتضيه الأحوال، ومما ورد في ذلك ما رواه البخاري ومسلم عن ابن عباس رضي الله عنهما أن رسول الله صلى الله عليه وسلم لما بعث معاذًا إلى اليمن قال له: إنك تأتي قومًا من أهل الكتاب فليكن أول ما تدعوهم إليه شهادة أن لا إله إلاَّ الله وفي رواية: إلى أن يوحدوا الله فإن هم أطاعوك لذلك فأعلمهم أن الله افترض عليهم خمس صلوات في كل يوم وليلة، فإن هم أطاعوك لذلك فأعلمهم أن الله افترض عليهم صدقة تؤخذ من أغنيائهم وترد على فقرائهم، فإن هم أطاعوك لذلك فإياك وكرائم أموالهم، واتق دعوة المظلوم فإنه ليس بينها وبين الله حجاب ، ومن ذلك ما رواه البخاري ومسلم عن سهل بن سعد الساعدي: أن النبي صلى الله عليه وسلم قال لعلي رضي الله عنه حينما أعطاه الراية يوم خيبر: انفذ على رسلك حتى تنزل بساحتهم ثم ادعهم إلى الإِسلام وأخبرهم بما يجب عليهم من حق الله تعالى فيه، فوالله لأن يهدي الله بك رجلاً واحدًا خير لك من حمر النعم ، وفي رواية أخرى: فادعهم إلى أن يشهدوا أن لا إله إلاَّ الله، وأن محمدًا رسول الله
وقد اختلف السلف في حكم الغسل بالنسبة لمن كان كافرًا
فأسلم فقال بوجوبه: مالك وأحمد وأبو ثور رحمهم الله؛ لما رواه أبو داود والنسائي عن قيس بن عاصم رضي الله عنه قال: أتيت النبي صلى الله عليه وسلم أريد الإِسلام فأمرني أن أغتسل بماء وسدر ، والأمر يقتضي الوجوب
قال الشافعي وبعض الحنابلة: يستحب أن يغتسل إلاَّ أن يكون قد حدثت به جنابة زمن كفره فيجب عليه الغسل، وقال أبو حنيفة: لا يجب عليه الغسل بحال وبكل حال، فالمشروع له الغسل لهذا الحديث ولما جاء في معناه
وأما الختان فواجب على الرجال ومكرمة في حق النساء، لكن لو أخرت دعوة من رغب في الإِسلام إلى الختان بعض الوقت حتى يستقر الإِسلام في قلبه ويطمئن إليه لكان حسنًا خشية أن تكون المبادرة بدعوته إلى الختان منفرة له من الإِسلام
وعلى هذا فما أمرت به الرجل وزوجته عند إسلامهما صحيح
وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم
(1557 اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإِفتاء  الجزء رقم 3 الصفحة رقم 382-383 الفتوى رقم)

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Comment j'ai connu Allah (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Comment j'ai connu Allah (dossier)

Des arguments rationnels qui convaicront toute personne sensée et impartiale de l'existence d'Allah

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Abu 'Abdellah Abder-Rahman ibn Nasr as-Sa'di - الشيخ عبد الرحمن بن ناصر السعدي

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 > >>