208 articles avec savants - العلماء

Une des savantes de l'islam...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Une des savantes de l'islam...

Umm Fatima Zainab bint Abbas ibn Abil Fath ibn Muhammad al-Baghdadiyyah رحمه الله

 

Le grand exegète du Coran, l'imam Ibn Kathir rahimouhou Allah a dit dans Al-Bidaayah wan Nihaayah: 

 

"Et le jour de 'Arafat mourra la cheikhah, la juste, l'adoratrice, la pieuse :

 

Umm Fatima Zainab la fille d'Abbas ibn Abil Fath ibn Muhammad al-Baghdadiyyah à la périphérie du Caire, un grand nombre de personnes ont assisté à ses funérailles, et elle était parmi les savants vertueux, ordonnant le bien et interdisant le mal et s'opposant à la ("secte") Ahmadiyya et leur association avec des femmes et des garçons, et elle réfuta leur état et les fondements des gens de l'innovation et autres, et en cela elle allait faire ce que les hommes n'etait pas en mesure de faire."

 

Il dit :

 

"Et elle avait l'habitude d'assister aux assises du cheikh Taqiyuddin ibn Taymiyyah, et de profiter de lui et d'autres, et j'ai entendu Cheikh Taqiyuddin l'éloger et la décrire comme ayant de la noblesse et de la science, et il a mentionné qu'elle avait pu mémoriser beaucoup ou plus d'Al-Moughni et qu'il se préparait pour elle en raison des nombreuses questions dont elle voulait discuter et de l'excellente nature de ses questions et de la rapidité de sa compréhension, et elle était celle qui fut la cause que beaucoup de femmes finissent la mémorisation du Coran, parmi elle, il y avait ma belle-mère; Aisha bint Siddiq l'épouse du cheikh Jamaalud Din al-Mizzy, et c'est elle qui a enseigné à sa fille, ma femme, Amatour Rahim Zainab, comment réciter le Coran, puisse Allah avoir pitié d'elles, et être généreux envers elles avec sa miséricorde et son Paradis, Aamiin." 

 

volume 14 page 82

 

وَفِي يَوْمِ عَرَفَةَ تُوُفِّيَتِ: الشَّيْخَةُ الصَّالِحَةُ الْعَابِدَةُ النَّاسِكَةُ أُمُّ زَيْنَبَ فَاطِمَةُ بِنْتُ عَبَّاسِ بْنِ أَبِي الْفَتْحِ بْنِ مُحَمَّدٍ الْبَغْدَادِيَّةُ بِظَاهِرِ الْقَاهِرَةِ، وَشَهِدَهَا خَلْقٌ كَثِيرٌ، وَكَانَتْ مِنَ الْعَالِمَاتِ الْفَاضِلَاتِ، تَأْمُرُ بِالْمَعْرُوفِ وَتَنْهَى عَنِ الْمُنْكَرِ، وَتَقُومُ عَلَى الْأَحْمَدِيَّةِ في مواخاتهم النساء والمردان، وتنكر أحوالهم وأصول أَهْلِ الْبِدَعِ وَغَيْرِهِمْ، وَتَفْعَلُ مِنْ ذَلِكَ مَا لا تقدر عَلَيْهِ الرِّجَالُ، وَقَدْ كَانَتْ تَحْضُرُ مَجْلِسَ الشَّيْخِ تقي الدين بن تَيْمِيَّةَ فَاسْتَفَادَتْ مِنْهُ ذَلِكَ وَغَيْرَهُ، وَقَدْ سَمِعْتُ الشَّيْخَ تَقِيَّ الدِّينِ يُثْنِي عَلَيْهَا وَيَصِفُهَا بِالْفَضِيلَةِ وَالْعِلْمِ، وَيَذْكُرُ عَنْهَا أَنَّهَا كَانَتْ تَسْتَحْضِرُ(هل أقدر أن أترجم هذا بمعنى "تحفظ"؟) كَثِيرًا مِنَ الْمُغْنِي أَوْ أَكْثَرَهُ، وَأَنَّهُ كَانَ يَسْتَعِدُّ لَهَا مِنْ كَثْرَةِ مَسَائِلِهَا وَحُسْنِ سُؤَالَاتِهَا وَسُرْعَةِ فَهْمِهَا، وَهِيَ الَّتِي خَتَّمَتْ نِسَاءً كَثِيرًا الْقُرْآنَ، مِنْهُنَّ أُمُّ زَوْجَتِي عَائِشَةُ بِنْتُ صِدِّيقٍ، زَوْجَةُ الشيخ جمال الدين المزي، وهي التي أقرأت ابتنها زَوْجَتِي أَمَةَ الرَّحِيمِ زَيْنَبَ رَحِمَهُنَّ اللَّهُ وَأَكْرَمَهُنَّ برحمته وجنته آمين.

V. 14, p. 82

As-Safadi dans A’yaanul Asr wa A’waanun Nasr a dit: 

 

"Fatima la fille d'Abbas ibn Abil Fath: la Cheikhah, la Mouftiyyah, la Faqihah, la az-Zaahidah (le zuhd), la 'Aabidah, Umm Zainab al-Baghdaadiyyah, al-Hanbaliyyah (madhab hanbalite), l'avertisseuse.

 

Elle montait sur le minbar et exhortait les femmes, et ainsi elles revenaient à la piété en raison de son exhortation et délaissaient le mal, les groupes de femmes ont bénéficié de ses exhortations et, après avoir été durs, leurs cœurs se ramollissaient envers l'obéissance et Ibn Taymiyyah, rahimouhou Allah, était surpris par ses actions et louait son intelligence, son khoushu et ses pleures.

 

Plus d'une personne m'a raconté que Cheikh Taqiyuddin Ibn Taymiyyah rahimouhou Allah a dit: 

 

"Je reste préoccupé par un sujet la concernant lorsqu'elle monte sur le minbar et je voulais l'en empêcher, alors je me suis endormi un soir et j'ai vu le Prophète صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ dans un rêve et je lui ai posé des questions la concernant, et il صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ répondit: 

 

"(c'est)une femme vertueuse", ou il a dit quelque chose de semblable"

 

Il a dit :

 

"Et elle, puisse Allah le Très-Haut lui faire miséricorde, est décédé le jour de 'Arafat l'année 714h. "

 

volume 4 page 2

 

فاطمة بنت عباس بن أبي الفتح

الشيخة المفتية الفقيهة العالمة الزاهدة العابدة، أم زينب البغدادية الحنبلية الواعظة.

كانت تصعد المنبر وتعظ النساء، فينيب لوعظها، ويقلع من أساء، وانتفع بوعظها جماعة من النسوه، ورقت قلوبهن للطاعة بعد القسوة، كم أذرت عبرات، وأجرت عيوناً من الحسرات كأنها أيكية على فننها، وحمامة تصدح في أعلى غصنها.

وكان ابن تيمية رحمه الله تعالى يتعجب من عملها، ويثني على ذكائها وخشوعها وبكائها.

حكى لي غير واحد أن الشيخ تقي الدين بن تيمية قال: بقي في نفسي منها شيء، لأنها تصعد المنبر، وأردت أن أنهاها، فنمت ليلة، فرأيت النبي صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ في المنام، فسألته عنها. فقال: امرأة صالحة، أو كما قال..

وتوفيت رحمها الله تعالى بالقاهرة في يوم عرفة سنة أربع عشرة وسبع مئة.

 

A’yaanul-Asr wa A’waanun-Nasr, Safadi, v. 4, p. 28

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Les savants de Médine

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les savants de Médine

Question :

 

J'espère que vous nous éclaircirez au sujet de ce qui est dit des savants de Médine -j'insinue par eux, ceux qui sont appelés par "salafis"-, sont-ils sur la vérité dans ce qu'ils font ?

 

Exposez-nous clairement la vérité dans cette affaire...

 

Réponse :

 

Les savants de Médine*, moi, je ne connais d'eux que du bien !

 

Et qu'ils ne veulent qu'éclaircir aux gens les erreurs dans lesquelles sont tombés certains auteurs de livres ou certaines personnes.

 

Ceci, dans le but de conseiller les gens.

 

Et ils n'ont menti sur qui que ce soit.

 

Ils ne font que rapporter les propos avec leurs textes, en conformité à la page, la partie du livre et la ligne !

 

Retournez-donc vers ce qu'ils ont rapportés.

 

Et s'ils ont menti, démontrez-le nous -jazakoum Allahou khayra-. 

 

Nous, nous n'agréons pas le mensonge !

 

Relisez leurs livres et examinez-les.

 

Puis, donnez-moi une seule citation, dans laquelle ils ont menti ou pour laquelle ils ne l'ont pas rapporté comme il se devait, et je serai alors avec vous ! 

 

Mais quant au fait que vous disiez aux gens "taisez-vous!" et "délaissez le faux, ne lui répliquez pas et ne l'éclaircissez pas", ceci n'est pas juste.

 

C'est une dissimulation de la vérité ! 

 

Allah (dans son immensité) dit (traduction rapprochée) :

 

{Et lorsqu' Allah prit l'engagement de ceux à qui il fût donné le Livre, afin qu'ils l'exposent aux gens et ne le cachent pas...}

 

Et Il a dit (élevé soit-Il) (traduction rapprochée) :

 

{Certes, ceux qui cachent, ce que Nous avons révélé en terme de preuves et de guidée, après que Nous l'ayons exposé aux gens dans le Livre; ceux-là, Allah et les maudisseurs les maudissent!} 

 

Nous, nous voyons les erreurs et nous nous taisons ??

 

Et nous laissons les gens errer dans la perplexité ?

 

Non !

 

Ceci n'est pas permis.

 

Jamais !

 

Il est obligatoire que nous démontrions la vérité du faux.

 

Peu importe que cela satisfasse ou bien déplaise !

 

*Remarque: l'auteur de la compilation annote en bas de page: "Ce qui est voulu par eux (càd le terme "les savants de Médine"), ce sont eux-tous parmi les savants: Mouhammad Aman Al-Jami (qu'Allah lui fasse miséricorde), Rabi' Bnou Hadi Al-Madkhali, Oubayd Al-Jabiri, Ali Al-Faqihi, Salih As-Souhaymi, Mouhammad Bnou Hadi (Al-Madkhali) -qu'Allah les préserve- et ceux à qui revient le mérite (après Allah soubhanahou wa ta'ala) de l'éclaircissement, aux nombreux parmi les étudiants en science, de la réalité de la secte des Frères Musulmans et le mérite de la réplique à leurs leaders ici et là."

 

Source: "الأجوبة المفيدة عن أسئلة المناهج الجديدة" (Les Réponses Profitables aux Questions ayant traits aux Méthodologies Nouvelles), tirés des fatawas de son éminence Shaykh Salih Al-Fawzan

Compilées et annotées par Shaykh Jamal Al-Harithi (avec l'autorisation de Shaykh Al-Fawzan)

5ème édition, question n° 101. 

Traduit par Abou Mouhammad Abdellatif de Médine

Publié par sounnah-publication.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Le fossé entre les savants et la société

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le fossé entre les savants et la société

Question :

 

Nous constatons aujourd’hui qu’un fossé sépare les savants, les étudiants en science religieuse et le reste de la société, c’est un vrai problème.

 

Quelles solutions trouvez-vous à cette question ?

 

Réponse :

 

Le fossé résulte de la déviation de l’étudiant en sciences religieuses ou du prétendu savant.

 

Si l’étudiant prie mal, commet publiquement des péchés, agit avec précipitation et se montre agressif, les savants et les gens vertueux le haïront.

 

De même, un savant pervers qui commet des péchés sera détesté par les bons étudiants qui prêchent activement le bien et qui recherchent la récompense divine ; alors, effectivement, un fossé les sépare.

 

Mais entre les savants et les étudiants pieux, il n’y a pas de fossé, bien au contraire, ils s’entraident sincèrement pour accomplir toutes formes de bien.

 

Mais un égaré qui prétend être un savant alors qu’on le trouve avec les pervers, les fumeurs, les alcooliques et avec ceux qui se sont détournés de la prière, etc., celui qui aime ce prétendu savant et accepte sa parole alors qu’il a un tel comportement est celui qui a besoin d’être conseillé et qu’on le rappelle vers la vérité avec une patience continue jusqu’à ce qu’il se rectifie.

 

Ce prétendu savant est donc la cause de cet éloignement, celui qui, par ses paroles et ses actes, s’est éloigné des savants et leur voie louable.

 

Ainsi, l’homme qui ne représente pas son savoir par la piété et la bonne conduite et qui, au contraire, fait partie des charlatans, des adorateurs de tombes, des alcooliques, etc. n’est pas un savant, et ne mérite pas l’estime, il mérite plutôt d’être traité avec dureté de la part des  gens de la science utile et des étudiants pieux jusqu’à ce qu’il revienne à la vérité et qu’il reprenne la voie droite avec les partisans de la vérité.

 

Certainement, les étudiants le détestent et n’aiment pas le côtoyer à cause de ses mauvaises mœurs ; ils sont au contraire contents du fossé qui les sépare de lui, puisqu’il n’est d’aucune utilité et parce qu’il nuit à la société et aux étudiants.

 

Il a donc besoin qu’on le guide vers Allah, qu’on le conseille afin que sa science lui soit profitable et qu’il soit lui-même bénéfique pour les gens.

 

De plus, il est de notre devoir à tous, de nous entraider mutuellement à faire le bien et craindre Allah avec vérité et sincérité, en respectant avec scrupule les ordres d’Allah, et en faisant tout notre possible pour effacer la haine et pour limiter la distance en question, grâce à la science utile, aux bonnes œuvres, à la conduite louable, avec endurance.

 

C’est Allah Qui accorde le succès.

 

Revue des Recherches Islamiques, n°47, pages 167 et 168.

Publié par fatawaislam.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Biographie du Cheikh Mouhammad Âman bnou 'Alî al Jâmî - الشيخ محمد أمان بن علي جامي

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Biographie du Cheikh Mouhammad Âman bnou 'Alî al Jâmî - الشيخ محمد أمان بن علي جامي

Qui est-il ?

 

-Son nom : Il se nomme Mohammad Amaan Ibn ‘Ali Jaami ‘Ali et sa Kounyah (surnom) est Abou Ahmad. 

 

-Son pays d’origine : Le Sheikh est né en Éthiopie. Dans la région de Harar dans la ville de Taghaa Taab. 

 

-Sa date de naissance : Il est né en l’an 1349 Hijri, tel que cela est inscrit dans ses papiers officiels. 

 

Sa quête du savoir 

 

-Sa quête de savoir en Éthiopie

 

Il a grandi dans la ville de Tagha Taab où il a apprit le Qor’an.

 

Après l’avoir terminé, il entreprit l’étude des livres de Fiqh du Madh-hab Ash-Shafi’i.

 

Il étudia aussi la langue arabe dans sa ville avec le Sheikh Mohammad Amin AlHarrari.

 

Puis il quitta sa ville natale, comme cela est dans l’habitude des gens de cette région et il se dirigea vers une autre ville dans laquelle il rencontra son compagnon d’étude et de Hijrah vers l’Arabie Saoudite, le Sheikh Abdoul-Karim.

 

Il se construit entre ces deux hommes des liens de fraternité Islamique et partirent tous deux continuer leur apprentissage avec un Sheikh qui se nomme : Sheikh Moussa.

 

Ils étudiront avec ce Sheikh le livre « Nadhm Az-Zoubad », écrit par le Sheikh Ibn Raslaan. Ensuite ils ont étudiés le livre « Al-Minhaaj » avec le Sheikh Abadir et ils ont appris plusieurs sciences dans cette ville.

 

Puis ils ont eu le désir de partir vers la terre sainte de Makkah Al-Moukarramah pour étudier et accomplir le Hajj obligatoire.

 

Ils quittèrent tous deux AlHabasha (Erythrée/Ethiopie) pour la Somalie où ils embarquèrent sur un bateau en direction d'Aden au Yémen.

 

Ils ont du faire face à beaucoup de dangers sur terre et sur mer.

 

Puis ils ont marché tous les deux vers la ville de Al-Houdaidah à pieds, où ils ont jeûné le mois de Ramadan.

 

Puis ils sont parti pour l’Arabie Saoudite et ils sont passé par la ville de Samitah et Abi ‘Oureish.

 

Puis ils ont reçu la permission d’entrer à Makkah et ils ont fait tous ce trajet à la marche.

 

Au Yémen, certains Shouyoukhs les avaient avertis contre la Da’wah Salafiyyah qu’ils nomment la Wahhaabiyyah. 

 

-Sa quête de savoir en Arabie Saoudite

 

Après que le Sheikh accomplit le Hajj à Makkah en l’an 1369H, ils débuta la recherche de la science dans les cercles d’étude dans le Masjid Al-Haraam, parmi ceux-ci, les cercles du Sheikh Abdour-Razzaaq Hamzah et du Sheikh Abdul-Haqq Al-Hashimi et du Sheikh Muhammad 'Abdullah As-Soumali et bien d'autres. 

 

A Makkah, il fit la connaissance de son Excellence Sheikh Abdul-Aziz Ibn Baaz et l'accompagna lors de son voyage à Riyadh pour l'ouverture de l'Institut d'Education.

 

C'était au début des années 1370H/1970.

 

Parmi ceux qui étaient ses compagnons au niveau secondaire de l'Institut de Riyadh, il y a le Sheikh Abdul-Mouhsin Ibn Al 'Abbaad Al Badr et le noble Sheikh 'Ali Ibn Minha qui devient plus tard, juge au grand tribunal de la ville de Al-Médinah.

 

Le Sheikh assista aussi aux nombreux cercles de science de la ville de Riyadh. 

 

Il bénéficia et fut touché par son Excellence, le Moufti, le Sheikh Muhammad Ibn Ibrahim Aal Ash-Sheikh. 

 

Il fut parmi les compagnons du Sheikh Abdur-Rahman AlAfriqi, comme il l'était avec son Excellence Sheikh AbdulAziz Ibn Baaz, il bénéficia des vastes connaissances et des nobles manières et caractéristiques du Sheikh.

 

De même, il étudia la science à Riyadh auprès de Sheikh Mohammad Al-Amiin Ash-Shanqiti et le noble Sheikh et Mouhaddith Hammaad Al-Ansari et le noble Sheikh Abdour-Razzaaq Al-'Afiifi qui l'influença par ses méthodes d'enseignement. 

 

Comme il fut également influencé par le Sheikh AbdourRahman As-Sa'di, car il communiquaient ensemble par écrit, mais il n’a pas étudié avec lui.

 

Il étudia aussi auprès du Sheikh Mohammad Khaliil Harraas et le noble Sheikh 'Abdullah Al-Qar'aawi. 

 

Son parcours académique

 

-Gradué des études secondaires de l'Institut de Riyadh. 

-Il poursuivit à la Faculté de Shari'ah d'où il fut gradué en 1380H. 

-Il obtenu un Master en Shari'ah de l'Université de Punjab en 1974. 

-Et un Doctorat de Dar Al-Ouloum au Caire. 

 

Le respect et les éloges des savants 

 

Le Sheikh atteint un très haut niveau de considération auprès des gens de science et de mérite et ils ont mentionné de belles choses à son sujet et ils avaient une grande confiance en lui.

 

Il avaient en lui, lorsqu’il était étudiant à Riyadh, une confiance telle, que son Sheikh ‘Abdoul-‘Aziz Ibn Baaz, en voyant son intérêt et son désir ardent d’acquérir du savoir, le présenta au Sheikh Mohammad Ibn Ibrahim pour le nommer enseignant à l'Université de la ville de Samitah dans la région de Jizaan. 

 

Et parmi les choses qui démontre la confiance que les gens avaient en sa connaissance et sa croyance correcte et qui démontre le respect que les gens de science avaient pour lui, est que lors de l'ouverture de l'Université Islamique de Al-Madinah, il y fut transférer comme professeur choisit par le Sheikh Ibn Baaz lui-même.

 

Et il est connu que l'Université Islamique de Al-Madinah fut construite pour propager la 'Aqidah pure et correcte des Salafs Salihs. 

 

L’Université l'engaga comme responsable de la 'Aqidah à La Faculté du niveau secondaire de l'Institut, et par la suite à la Faculté de Shari'ah à cause de sa forte connaissance dans la 'Aqidah. 

 

Ce que les savants ont dit de lui

 

-Le Sheikh Rabii’ Ibn Haadi Al-Madkhali

 

Il dit au sujet du Sheikh Al-Jaami:

 

"...En ce qui concerne le Sheikh Mohammad Amaan, je ne le connais que comme étant un homme croyant, qui a unifié Allah, qui est Salafi, et savant dans sa religion et fermement établit sur les science de la ‘Aqidah. 

 

Je n’ai vu personne présenter mieux que lui la ‘Aqidah.

 

Car il nous a enseigné à l’école secondaire.

 

Il enseignait « AlWaasitiyyah » et « Al-Hamawiyyah ».

 

Je n’ai jamais vu personne enseigner mieux et personne plus fort et plus grand que cet homme pour faire comprendre à ses élèves la matière. 

 

Je l’ai connu comme ayant un bon comportement de la modestie et de la dignité.

 

Et par Allah, nous pouvons apprendre de ce comportement.

 

Et on demande à Allah d’élever ses degrés dans le Paradis pour le combat qu’il a mener et pour le coup qu’il a donné aux gens de Bid’ah. 

 

Et finalement, l’homme est décédé en recommandant aux gens de s’accrocher à la ‘Aqidah et en recommandant aux savants d’accueillir cette ‘Aqidah les bras ouverts et de s’occuper de cette ‘Aqidah.

 

Cela est – In Sha Allah – la preuve de sa foi sincère et la preuve qu’il a bien terminé sa vie.

 

Qu’Allah le couvre de sa miséricorde et de son agrément."

 

-Le Sheikh ‘Abdul-‘Aziz Ibn ‘Abdullah Ibn Baz

 

Après sa mort Sheikh Ibn Baz écrivit:

 

"Il était connu auprès de moi pour sa connaissance saine et sa 'Aqidah correcte et sa motivation dans la Da'wah à Allah et la mise en garde contre les Bida’s et les superstitions.

 

Qu'Allah lui pardonne et lui accorde une demeure au Paradis et qu'Il corrige sa descendance et qu’Il nous réunisse dans Son noble Paradis, en effet Il est le Tout-Entendant, le Proche."

 

(9/1/1418H) 

 

-Le Sheikh Abdul-Mouhsin Al 'Abbaad

 

Ce professeur dans le Masjid An-Nabawi dit:

 

"J'ai connu Sheikh Mohammad Aman Ibn 'Ali Al-Jaami comme étudiant à l'Université de Riyadh, puis à la Faculté de Shari'ah de Riyadh, puis comme professeur à l'Université Islamique de Médine à l’école secondaire.

 

Puis comme professeur à la Faculté de Shari'ah. Je l'ai connu avec une correcte 'Aqidah et une vision saine, il travailla dans l'appel à la 'Aqidah des Salafs Salihs (Pieux Prédécesseurs), à la religion d’Allah et la mise en garde contre les innovations via ses leçons ses cours et ses livres.

 

Qu'Allah lui pardonne et lui fasse miséricorde et le récompense bien." 

 

-Le Sheikh Salih Al-Fawzaan a dit (3/3/1418)

 

"Sheikh Mohammad Aman comme je l'ai connu : Certes les professeurs qui ont divers certificats élevés sont nombreux, mais peu sont ceux de qui ont peut tirer bénéfice.

 

Le Sheikh Mohammad Amman Al-Jaami fait parti de ce petit nombre de savants qui ont travailler dur avec leur connaissance pour le bien des musulmans et pour les diriger vers l'appel à Allah avec connaissance à travers ses enseignements à l’Université Islamique de Madinah et au Masjid An-Nabawi et par ses voyages à l'intérieur et à l'extérieur du Royaume en donnant des leçons et des conférences, appelant au Tawhid, en propageant la bonne 'Aqidah, guidant les jeunes de la Oummah au Manhaj des Salafs Salihs, et mettant en garde contre les innovations et l'égarement.

 

Quiconque ne l'a pas connu personnellement, le connaîtra par la voie de ses livres bénéfiques et de ses cassettes contenant une abondance de connaissance immensément bénéfiques.

 

Il était constant dans ses bonnes actions jusqu'à ce qu'il meure. Et il a laissé de la science bénéfique et saine dans ses livres et à ses étudiants. 

 

Qu'Allah lui fasse miséricorde et lui pardonne et le récompense pour l’enseignement qu’il a donné et les bonnes actions qu’il a fait. Que les prières et les salutations soient sur notre Prophète Mohammad et sa famille et ses compagnons." 

 

Parmi ses nombreux étudiants on compte

 

-Le Sheikh Rabii' Ibn Haadi 'Oumair Al-Madkhali. 

-Le Sheikh Zaid Ibn Haadi Al-Madkhali. 

-Le Sheikh 'Ali Ibn Nasir Faqiihi. 

-Le Sheikh Mohammad Ibn Hamoud Al-Waa'ili. 

-Le Sheikh Abdul-Qaadir Ibn Habiboullah As-Sindi. 

-Le Sheikh Salih Ibn Sa'd As-Souhaimi. 

-Le Sheikh Salih Ar-Rifa'i 

-Le Sheikh Falaah Isma'il 

- Le Sheikh Falaah Ibn Thaani 

-Le Sheikh Ibrahim Ibn 'Amir Ar-Rouhaili 

 

Et bien d’autres... 

 

Son comportement

 

Le Sheikh était connu pour se mélanger très peu avec les gens sauf dans ce qui est bien.

 

La plupart de son temps était occupé et son chemin était bien connu.

 

Il quittait la maison pour enseigner à l'Université et retourna à la mosquée du prophète pour y enseigner après Al Asr, Maghrib et Ishaa, puis après Al-Fajr.

 

Il continua ainsi jusqu'à ce qu'il soit empêché à cause de la gravité de la maladie. 

 

Le Sheikh était très prudent avec sa langue et il ne médisait ni ne calomniait ou parlait en mal de personne.

 

Il ne permettait pas qu'on parle mal de quelqu’un en sa présence et il ne permettait pas qu'on lui rapporte les propos des gens et leurs défauts. 

 

Si l'un des étudiants de science Islamique tombait dans une erreur, il demandait l’audio ou le livre.

 

Il l'écoutait ou le lisait et s’il voyait clairement qu'il a fait une erreur, il lui donnait le bon conseille de la meilleure des manières. 

 

Il a fait face a beaucoup d’épreuves de la part des gens qui parlaient en mal sur lui et qui faisaient des ruses contre lui, mais il leur pardonnait et disait : "J'espère qu'Allah ne fera pas rentrer quelqu’un en enfer à cause de moi" 

 

Il avait l'habitude de dire dans ses réunions et cercles qu'il pardonnait à chacun et il disait à ses élèves de propager cela de lui.

 

Le Sheikh était aussi quelqu’un de préoccuper par ses étudiants et pas seulement dans les leçons.

 

Il assistait à leurs réunions et leur demandait l'état de leurs affaires et les aidait en conseil ou finance. 

 

Pendant les derniers moments de sa vie, il devient gravement malade et resta au lit environ un an patientant sur ce qui lui arrivait. 

 

Le Sheikh mourut le matin du 26 du mois de Sha'baan 1416H, la prière de Janaazah eut lieu après la Salat de Dhouhr du même jour et il fut enterré dans le cimetière d'Al Baqii’ al Gharqad de Médine. 

 

Beaucoup de gens assistèrent à ses funérailles et parmi eux il y'avait des Savants, des juges du Tribunal et des étudiants et d'autres personnalités.

 

Avec sa mort, la Oummah a perdu un de ses savants qui agissaient selon leur connaissance saine. 

 

Qu'Allah lui pardonne et lui fasse miséricorde et produise d'autres savants qui agissent selon leur connaissance Amin

 

Publié par 3ilmchar3i.net

التعريف بالشيخ

أ - اســمه : هو : محمد أمان بن علي جامي علي ، يكنى بأبي أحمد

ب – موطـنه : الحبشة ، منطقة هرر ، قرية طغا طاب

ج – سنة ولادته : ولد كما هو مدون في أوراقه الرسمية سنة [1349] تسع و أربعين و ثلاثمائة وألف هـ

فصل في طلبه للعل

أ- طلبه للعلم في الحبشة

نشأ الشيخ في قرية طغا طاب وفيها تعلم القرآن الكريم ، و بعدما ختمه شرع في دراسة كتب الفقه على مذهب الإمام الشافعي رحمه الله تعالى ، و درس العربية في قريته أيضاً على الشيخ محمد أمين الهرري ثم ترك قريته على عادة أهل تلك الناحية إلى قرية أخرى وفيها التقى مع زميل طلبه وهجرته إلى البلاد السعودية الشيخ عبد الكريم فانعقدت بينهما الأخوة الإسلامية ثم ذهبا معاً إلى شيخ يسمى الشيخ موسى ودرسا عليه نظم الزبد لابن رسلان . ثم درسا متن المنهاج على الشيخ أبادر و تعلما في هذه القرية عدة فنون

ثم اشتاقا إلى السفر للبلاد المقدسة مكة المكرمة للتعلم و أداء فريضة الحج . فخرجا من الحبشة إلى الصومال فركبا البحر متوجيهن إلى عدن – حيث واجهتهما مصاعب ومخاطر في البحر و البر – ثم سارا إلى الحديدة سيراً على الأقدام فصاما شهر رمضان فيها ثم غادرا إلى السعودية فمرا بصامطة و أبي عريش حتى حصلا على إذن الدخول إلى مكة وكان هذا سيراً على الأقدام

و في اليمن حذرهما بعض الشيوخ فيها من الدعوة السلفية التي يطلقون عليها الوهابية

ب –طلبه للعلم في السعودية

بعد أداء الشيخ فريضة الحج عام 1369هـ بدأ رحمه الله تعالى طلبه للعلم بالمسجد الحرام في حلقات العلم المبثوثة في رحابه و استفاد من فضيلة الشيخ عبد الرزاق حمزة رحمه الله تعالى و فضيلة الشيخ عبد الحق الهاشمي رحمه الله تعالى و فضيلة الشيخ محمد عبد الله الصومالي وغيرهم

و في مكة تعرف على سماحة الشيخ عبد العزيز بن باز رحمه الله تعالى وصحبه في سفره إلى الرياض لما افتتح المعهد العلمي و كان ذلك في أوائل السبعينيات

وممن زامله في دراسته الثانوية بالمعهد العلمي فضيلة الشيخ العلامة عبد المحسن بن حمد العباد البدر و فضيلة الشيخ علي بن مهنا القاضي بالمحكمة الشرعية الكبرى بالمدينة سابقاً ، كما أنه لازم حلق العلم المنتشرة في العاصمة السعودية

وأيضاً فقد استفاد و تأثر بسماحة المفتي العلامة الفقيه الأصولي (الشيخ محمد بن إبراهيم آل الشيخ رحمه الله تعالى

كما كان ملازماً لفضيلة الشيخ عبد الرحمن الأفريقي رحمه الله تعالى ، كما لازم سماحة الشيخ عبد العزيز بن باز رحمه الله تعالى فنهل من علمه الجم وخلقه الكريم ، كما أخذ العلم بالرياض على فضيلة الشيخ محمد الأمين الجكني الشنقيطي رحمه الله تعالى ، وفضيلة الشيخ العلامة المحدث حماد الأنصاري رحمه الله تعالى و تأثر المترجم له بالشيخ عبد الرزاق عفيفي كثيراً حتى في أسلوب تدريسه

كما استفاد و تأثر بفضيلة الشيخ العلامة عبد الرحمن بن ناصر السعدي رحمه الله تعالى حيث كانت بينهما مراسلات ، علماً بأن المترجم له لم يدرس على الشيخ السعدي. كما تعلم على فضيلة الشيخ العلامة محمد خليل هراس رحمه الله تعالى و كان متأثراً به أيضاً

كما استفاد من فضيلة الشيخ الداعية عبد الله القرعاوي رحمه الله تعالى

مــؤهـلاته العـلمية

- حصل على الثانوية من المعهد العلمي بالرياض . - ثم انتسب بكلية الشريعة و حصل على شهادتها سنة 1380هـ . - ثم معادلة الماجستير في الشريعة من جامعة البنجاب عام 1974م . - ثم الدكتوراه من دار العلوم بالقاهرة

مكانته العلمية وثناء العلماء عليه

لقد كان للشيخ رحمه الله تعالى مكانته العلمية عند أهل العلم و الفضل ، فقد ذكروه بالجميل و كان محل ثقتهم ، بل بلغت الثقة بعلمه وعقيدته أنه عندما كان طالباً في الرياض و رأى شيخه سماحة الشيخ عبد العزيز بن باز رحمه الله نجابته و حرصه على العلم قدمه إلى سماحة الشيخ محمد بن إبراهيم رحمه الله حيث تم التعاقد معه للتدريس بمعهد صامطة العلمي بمنطقة جازان

و أيضاً مما يدل على الثقة بعلمه و عقيدته و مكانته عند أهل العلم أنه عند افتتاح الجامعة الإسلامية بالمدينة المنورة انتدب للتدريس فيها بعد وقوع اختيار سماحة الشيخ عبد العزيز بن باز رحمه الله عليه ، و معلوم أن الجامعة الإسلامية انشأت لنشر العقيدة السلفية و قد أوكلت الجامعة تدريس هذه العقيدة على فضيلة المترجم له بالمعهد الثانوي ثم بكلية الشريعة ثقة بعقيدته و علمه و منهجه رحمه الله تعالى ، وذلك ليسهم في تحقيق أهداف الجامعة

و إليك أخي القارئ نقول العدول المعدلين فيما كتبوه عن فضيلة شيخنا محمد أمان الجامي رحمه الله تعالى

ففي كتاب سماحة مفتي عام المملكة العربية السعودية الإمام عبد العزيز بن باز رحمه الله رقم (64/في 9/1418هـ قال عن الشيخ محمد أمان

{معروف لدي بالعلم و الفضل و حسن العقيدة ، و النشاط في الدعوة إلى الله سبحانه و التحذير من البدع و الخرافات غفر الله له و أسكنه فسيح جناته و أصلح ذريته وجمعنا و إياكم و إياه في دار كرامته إنه سميع قريب}

وقَــالَ فضيلة الشيخ محمد بن علي بن محمد ثاني المدرس بالمسجد النبوي رحمه الله في كتابه المؤرخ في 4/1/1417هـ

{ و فضيلته عالم سلفي من الطراز الأول في التفاني في الدعوة الإسلامية وله نشاط في المحاضرات في المساجد و الندوات العلمية في الداخل و الخارج ،وله مؤلفات في العقيدة و غيرها جزاه الله عن الإسلام و المسلمين خير الجزاء و أجزل له الأجر في الآخرة إنه سميع مجيب}

وقَـالَ فضيلة الشيخ الداعية محمد عبد الوهاب مرزوق البنا حفظه الله عن المترجم له

{ولقد كان رحمه الله على خير ما نحب من حسن الخلق وسلامة العقيدة و طيب العشرة ، أسأل الله أن يتغمده برحمته و يسكنه فسيح جنته و يجمعنا جميعاً إخواناً على سرر متقابلين}

و كتب فضيلة الشيخ عمر بن محمد فلاته المدرس بالمسجد النبوي و مدير شعبة دار الحديث رحمه الله في كتابه المؤرخ في 8/2/1417هـ فمما جاء فيه

{ و بالجملة فلقد كان رحمه الله صادق اللهجة عظيم الانتماء لمذهب أهل السنة ، قوي الإرادة داعياً إلى الله بقوله و عمله و لسانه ،عف اللسان قوي البيان سريع الغضب عند انتهاك حرمات الله ، تتحدث عنه مجالسه في المسجد النبوي الشريف التي أداها و قام بها و تآليفه التي نشرها و رحلاته التي قام بها ، و لقد رافقته في السفر فكان نعم الصديق و رافق هو فضيلة الشيخ العلامة محمد الأمين الشنقيطي رحمه الله صاحب أضواء البيان و غيره – فكان له أيضاً نعم الرفيق – و السفر هو الذي يظهر الرجال على حقيقتهم

لا يجامل و لا ينافق و لا يماري و لا يجادل ، إن كان معه الدليل صدع به ، و إن ظهر له خلاف ما هو عليه قال به و رجع إليه و هذا هو دأب المؤمنين كما قال الله تعالى في كتابه :{ إنما كان قول المؤمنين إذا دعوا إلى الله ورسوله …}الآية . و أشهد الله تعالى أنه رحمه الله قد أدى كثيراً مما عليه من خدمة الدين ، و نشر لسنة سيد المرسلين . و لقد صادف كثيراً من الأذى و كثيراً من الكيد و المكر فلم ينثن ولم يفزع حتى لقي الله . وكان آخر كلامه شهادة أن لا إله إلا الله و أن محمداً رسول الله}

وكتب فضيلة شيخنا العلامة الشيخ عبد المحسن بن حمد العباد البدر المدرس بالمسجد النبوي ، حفظه الله تعال

{عرفت الشيخ محمد أمان بن علي الجامي طالباً في معهد الرياض العلمي ثم مدرساً بالجامعة الإسلامية بالمدينة المنورة في المرحلة الثانوية ثم في المرحلة الجامعية

عرفته حسن العقيدة سليم الاتجاه ، وله عناية في بيان العقيدة على مذهب السلف ، و التحذير من البدع وذلك في دروسه و محاضراته و كتاباته غفر الله له و رحمه و أجزل له المثوبة}

وكتب فضيلة الشيخ الدكتور صالح بن فوزان الفوزان في كتابه المؤرخ 3/3/1418هـ قائلاً : {الشيخ محمد أمان كما عرفته : إن المتعلمين و حملة الشهادات العليا المتنوعة كثيرون و لكن قليل منهم من يستفيد من علمه و يستفاد منه ، و الشيخ محمد أمان الجامي هو من تلك القلة النادرة من العلماء الذين سخروا علمهم و جهدهم في نفع المسلمين و توجيههم بالدعوة إلى الله على بصيرة من خلال تدريسه في الجامعة الإسلامية وفي المسجد النبوي الشريف وفي جولاته في الأقطار الإسلامية الخارجية و تجواله في المملكة لإلقاء الدروس و المحاضرات في مختلف المناطق يدعو إلى التوحيد و ينشر العقيدة الصحيحة ويوجه شباب الأمة إلى منهج السلف الصالح و يحذرهم من المبادئ الهدامة الدعوات المضللة . و من لم يعرفه شخصياً فليعرفه من خلال كتبه المفيدة و أشرطته العديدة التي تتضمن فيض ما يحمله من علم غزير و نفع كثي

وما زال مواصلاً عمله في الخير حتى توفاه الله . وقد ترك من بعده علماً ينتفع به متمثلاً في تلاميذه و في كتبه ، رحمه الله رحمة واسعة وغفر له و جزاه عما علم و عمل خير الجزاء . وصلى الله وسلم على نبينا محمد وعلى آله و صحبه}

وقال معالي مدير الجامعة الإسلامية شيخنا الدكتور صالح بن عبد الله العبود وفقه الله في كتابه المؤرخ في 15/4/1417هـ

{ بسم الله الرحمن الرحيم الحمد لله رب العامين و الصلاة و السلام على رسوله الأمين و على آله و أصحابه و التابعين و من تبعهم بإحسان إلى يوم الدين أما بعد : فقد رغب مني الأخ الشيخ مصطفى بن عبدالقادر أن أكتب عن الشيخ محمد أمان الجامي رحمه الله شيئاً مما أعرفه عنه من المحاسن لتكون من بعده في الآخرين فأجبته بهذه الأحرف اليسيرة على الرغم من أنني لم أكن من تلامذته ولا من أصحابه الملازمين له طويلي ملاقاته و مخالطته ، ولكن صار بيني و بينه رحمه الله لقاءات استفدت منها ، و تم من خلالها التعارف و انعقاد المحبة بيننا في الله تعالى و توثيق التوافق على منهج السلف الصالح في العقيدة و الرد على المخالفين . فمن ذلك أنه في عام خمسة و تسعين و ثلاثمائة و ألف من هجرة المصطفى صلى الله عليه وسلم كانت بيننا و بين أناس من خارج هذه البلاد ممن ابتلينا بهم خلافات في العقيدة و المنهج ، يريدون معارضتنا في عقيدتنا الإسلامية و سياسة حكومتنا الراشدة ، فكتبت إلى سماحة الشيخ عبدالعزيز بن باز و غيره من علماء الدعوة في بلادنا أشكو من بعض هذه الأمور ، فلقيت الشيخ محمد أمان في مكة بدار الحديث و أطلعته على ما كتبت أستشيره و أستطلع رأيه ، فشد من عزمي و شرح لي بكلمة موجزة معنى المرجعية الصحيحة و قال : إن هؤلاء العلماء في بلادنا من علماء الدعوة إلى الله هم المرجع الذين يؤخذ عنهم الاعتقاد فينبغي ألا نتردد في الرفع لهم عن كل مخالفة تحدث و ينبغي أن نقول لهم أنتم مرجعنا في مثل هذه المسائل العقدية فإذا لم نجدكم أو لم تحتملونا فقدناكم و لا حول و لا قوة إلا بالله العلي العظيم

و افترقنا و أنا أحمل هذه الروح فكان لها تأثير بأمر الله جيد ، و فهمت فهماً راسخاً كيف ينبغي أن نحافظ على سلسلة مرجعيتنا و ألا نلتفت إلى أولئك الأجانب مهما تظاهروا به من التزيي بالعلم و لباس العلماء ، و أقصد بالأجانب الأجانب عن عقيدة السلف الصالح ممن تلقوا ثقافتهم و تشبعت أفكارهم بمنطق اليونان و فلسفة الفلاسفة البعيدين عن الوحي الإلهي بقسميه الكتاب و السنة ، المغرورين بآرائهم وعقولهم المختلطة و شبهاتهم المنحرفة و الله المستعان ولا حول و لا قوة إلا بالله العلي العظيم

رحم الله الشيخ محمد أمان و أسكنه فسيح جناته و ألحقنا و أياه بالصاحين من أمة محمد سيد المرسلين صلى الله عليه وسلم و بارك على عبده و رسوله محمد و على آله و أصحابه و التابعين و من تبعهم بإحسان إلى يوم الدين}

وكتب فضيلة شيخنا الأستاذ الدكتور محمد بن حمود الوائلي المدرس بالمسجد النبوي و الجامعة الإسلامية و وكيلها للدراسات العليا و البحث العلمي في كتابه المؤرخ في 29/5/1417هـ

{بسم الله الرحمن الرحيم ما أعرفه عن فضيلة الشيخ محمد أمان بن علي الجامي رحمه الله ،- لقد طلب مني أحد تلاميذي – وهو من أخص تلاميذ الشيخ محمد أمان الجامي المتأخرين – أن أكتب شيئاً مما أعرفه عن شيخه و شيخنا الشيخ محمد أمان رحمه الله لأنه بصدد إخراج كتيب عن حياة فضيلته فأقول و بالله التوفيق : بدأت معرفتي بالشيخ رحمه الله عام 1381هـ عندما قامت هذه الدولة السعودية الكريمة حفظها الله بإنشاء الجامعة الإسلامية بالمدينة المنورة في العام المذكور و كان رحمه الله من أوائل المدرسين بها وكنت أحد طلابها ، كان رحمه الله من بين عدد من المشايخ الذين يولون طلابهم عناية خاصة لا تقف عند علاقة المدرس بتلميذه في الفصل وكان في عامة دروسه يعني عناية عظيمة بعقيدة السلف الصالح – رضي الله عنهم – لا يترك مناسبة تمر دون أن يبين فيها مكانة هذه العقيدة ، لا فرق في ذلك بين دروس العقيدة و غيرها

وهو حين يتحدث عن عقيدة السلف الصالح و يسعى في غرسها في نفوس أبنائه الطلاب الذين جاء أكثرهم من كل فج عميق ، إنما يتحدث بلسان خبير بتلك العقيدة ، لأنه ذاق حلاوتها و سبر غورها حتى إن السامع المشاهد له و هو يتكلم عنها ليحس أن قلبه ينضح حباً و تعلقاً بها ، و كانت له رحلات في مجالي الدعوة و التعليم خارج المملكة ، لا يدع مناسبة تجئ أو فرصة تمر دون أن يبين فيها سمو هذه العقيدة و صفاءها ورحابتها بياناً شافياً . و أن القارئ ليلمس صدق دعوته في كتبه و رسائله التي ألفها . و قد حضرت مناقشة رسالته في مرحلة الدكتوراه في دار العلوم التابعة لجامعة القاهرة بمصر و كان يسعى في عامة مباحثها إلى بيان صفاء عقيدة السلف الصالح و سلامة منهجها و تجلت شخصيته العلمية في قدرته – أثناء المناقشة – على كشف زيف كل منهج خرج عن عقيدة السلف و بطلان كل دعوة صوبت نحو دعاتها المخلصين الذين أفنوا أعمارهم في خدمتها و الوقوف عندها و الدعوة إليها و دحض كل مقالة أو شبهة يحاول أهل الباطل النيل بها من هذه العقيدة

وخلاصة القول : إن فضيلته – رحمه الله – كان شديد الحب لعقيدة السلف الصالح ، مخلصاً في الدعوة إليها ، متفانياً في الدفاع عنها ، لا يمنعه من أن يقول الحق في ذلك اعتراض معترض أو مقاطعة مخالف ، رحمه الله و غفر لنا و له }

و كتب فضيلة الدكتور محمد بن عبد الرحمن الخميس المدرس بجامعة الإمام محمد بن سعود الإسلامية بالرياض وفقه الله

{ فإن فضيلة الشيخ محمد أمان بن علي الجامي رحمه الله تعالى رحمة واسعة كان فيما علمت من أشد المدافعين عن عقيدة السلف الصالح رحمهم الله تعالى جميعاً الداعين إليها ، الذابين عنها في الكتب و المحاضرات و الندوات . و كان شديداً في الإنكار على من خالف عقيدة السلف الصالح ، و كأنما قد نذر حياته لهذه العقيدة تعلماً و تعليماً و تدريساً و دعوة ، و كان يدرك أهمية هذه العقيدة في حياة الإنسان و صلاحها

كما كان يدرك خطورة البدع المخالفة لهذه العقيدة على حياة الفرد و المجتمع ، فرحمه الله تعالى رحمة واسعة و غفر له و لجميع المسلمين آمين يا رب العالمين }

مما سبق من كلام أهل العلم و الفضل عن الشيخ محمد أمان الجامي رحمه الله تعالى تظهر مكانته العلمية و جهوده و جهاده في الدعوة إلى الله تعالى منذ ما يقرب من أربعين عاماً ، وصلته الوثيقة بالعلماء ، واهتمامه رحمه الله و عنايته بتقرير و بيان العقيدة السلفية و الرد على المبتدعة المتنكبين صراط السلف الصالح و دحض شبههم الغوية ، حتى يكاد يرحمه الله تعالى لا يعرف إلا بالعقيدة و ذلك لعنايته بها . هذا و كانت له مشاركة في علم التفسير و الفقه مع المعرفة التامة باللغة العربية

فصل في ذكر بعض مؤلفاته - رحمه الله تعالى -

1- كتاب { الصفات الإلهية في الكتاب و السنة النبوية في ضوء الإثبات و التنزيه } . وهو من أنفع كتبه رحمه الله ، و هو من مطبوعات المجلس العلمي بالجامعة الإسلامية بالمدينة النبوية ، الطبعة الأولى سنة 1408هـ

2- كتاب { أضواء على طريق الدعوة إلى الإسلام } ط2 ،المكتب الإسلامي سنة 1399 هـ . و يحتوي هذا الكتاب عدة محاضرات و ندوات في مواضيع في تقرير العقيدة السلفية أو عرض للدعوة في أفريقيا ، أو ذكر لمشاكل الدعوة و الدعاة في العصر الحديث مع وضع الحلول المناسبة لتلك المشاكل ، أو رد على الصوفية

3- كتاب {مجموع رسائل الجامي في العقيدة و السنة } الناشر دار ابن رجب ط1 ،9- سنة 1414هـ

4- رسالة بعنوان { المحاضرة الدفاعية عن السنة المحمدية } و هي في الأصل محاضرة ألقاها في السودان سنة 1383هـ و رد فيها على الملحد محمود محمد طه ،11- و هي من مطبوعات رابطة العالم الإسلامي بمكة المكرمة

5- رسالة بعنوان { حقيقة الديموقراطية و أنها ليست من الإسلام } ن دار ابن رجب ط1 سنة 1413هـ و قد طبعت قبل سنة 1413هـ بعنوان { للجزيرة العربية خصوصية فلا تنبت الديموقراطية }. و هي في الأصل محاضرة ألقاها سنة 1412هـ

6- رسالة بعنوان { حقيقة الشورى في الإسلام } ن دار ابن رجب ط1 سنة 1413هـ

7- رسالة بعنوان { العقيدة الإسلامية و تاريخها } ن دار ابن رجب ط1 سنة 1414هـ

فصل في ذكر بعض تلاميذه

رجل هذه مكانته عند ذوي العلم ، و هذه جهوده في الدعوة إلى الله تعالى و حبه لهذه العقيدة السلفية الخالدة التي أوذي في سبيل نشرها و تقريرها في نفوس المسلمين ، سواء في داخل المملكة العربية السعودية أو خارجها يصعب حصر طلبته و تلاميذه سواء من درس عليه في جازان أو المدينة النبوية أو باكستان أو في أفريقيا أو غيرها أو من خلال دروسه بالمسجد النبوي الشريف أو مساجد جدة أو في المنطقة الشرقية ومن بعض طلبته

1- فضيلة شيخنا الأستاذ الدكتور ربيع بن هادي عمير المدخلي حفظه الله . 2- فضيلة الشيخ العلامة زيد بن هادي مدخلي حفظه الله تعالى . 3- فضيلة الدكتور علي بن ناصر فقيهي المدرس بالمسجد النبوي حفظه الله تعالى . 4- فضيلة شيخنا الأستاذ الدكتور محمد بن حمود الوائلي المدرس بالمسجد النبوي و وكيل الجامعة الإسلامية للدراسات العليا و البحث العلمي حفظه الله . 5 - فضيلة شيخنا المحدث عبدالقادر بن حبيب الله السندي رحمه الله. 6- فضيلة الأستاذ الدكتور صالح بن سعد السحيمي المدرس بالمسجد النبوي و الجامعة الإسلامية حفظه الله تعالى . . 7- فضيلة الدكتور بكر بن عبدالله أبو زيد عضو هيئة كبار العلماء حفظه الله . 8- فضيلة الدكتور صالح الرفاعي الباحث بمركز خدمة السنة و السيرة النبوية وصاحب كتاب { الأحاديث الواردة في فضائل المدينة } حفظه الله تعالى . 9- فضيلة الدكتور فلاح إسماعيل المدرس بجامعة الكويت حفظه لله تعالى . 10- فضيلة الدكتور إبراهيم بن عامر الرحيلي عضو هيئة التدريس في الجامعة الإسلامية حفظه الله تعالى

وآخرين يصعب حصرهم

فصل في ذكر بعض أخلاقه الفاضلة

1- فمن ذلك نصحه

كان رحمه الله تعالى ناصحاً – فيما أحسب – لله و لكتابه و لرسوله و لأئمة المسلمين و عامتهم . ويظهر ذلك بأدنى تأمل ، فقد نذر حياته في تقرير ما يجب للرب سبحانه و تعالى في ربوبيته و أولوهيته وأسمائه و صفاته على وفق فهم السلف الصالح ، و ذلك من خلال دروسه و تآليفه و محاضراته و ردوده على المخالفين للكتاب و السنة ، و كان عادلاً في رده على المخالف مجانباً للعصبية و الهوى

2- قلة مخالطته الناس

كان رحمه الله تعالى معروفاً بقلة مخالطته للناس إلا في الخير ، فأغلب أوقاته و أيامه محفوظة ، و طريقته في ذلك معروفة إذ يخرج من البيت إلى العمل بالجامعة ثم يعود إلى البيت ثم إلى المسجد النبوي الشريف لإلقاء دروسه بعد العصر و بعد المغرب و بعد العشاء و بعد الفجر و هكذا إلى أن لازم الفراش بسبب اشتداد المرض

3- عفة لسانه

كان رحمه الله تعالى عف اللسان لا يلمز و لا يطعن و لا يغتاب ، بل و لا يسمح لأحد أن يغتاب أحداً بحضرته ، ولا يسمح بنقل الكلام و عيوب الناس إليه ، إذا وقع بعض طلبة العلم في خطأ طلب الشريط أو الكتاب فيسمع أو يقرأ ، فإذا ظهر له أنه خطأ قام بما يجب على مثله من النصيحة

4- عفوه و حلمه

فبقدر ما واجه من الأذى و المحن و الكيد و المكر قابل من أساء إليه بالحلم والعفو

وقد حضرته مراراً بالمسجد النبوي أو في الطريق يأتيه بعض من كان ينال من عرضه بالسب ، أو الطعن ، أو الافتراء ، فيستسمح منه فيقول رحمه الله : أرجو الله تعالى ألا يدخل أحداً النار بسببي ، و يسامح من يتكلم في عرضه و يقول : لا داعي لأن يأتي من يعتذر فإني قد عفوت عن الجميع ، و يطلب من جلسائه إبلاغ ذلك عنه

5- عنايته و تعهده بطلبته

فقد كان رحمه الله تعالى من الذين يولون طلابهم عناية خاصة لا تنتهي بانتهاء الدرس ، بل كان يحضر مناسباتهم و يسأل عن أحوالهم و يقضي بعض حوائجهم،و يعالج بعض مشاكلهم الأسرية ، أو بعض ما يواجهونه من مصاعب في هذه الحياة و بالجملة فلقد كان يبذل ماله وجاهه و وقته لمساعدة المحتاج منهم

وكان هذا التصرف منه يترك أثراً بالغاً عند طلابه ، فرزق بسبب ذلك المحبة الصادقة منهم . وقد شعروا بعد موته بفراغ في هذه الناحية

و الحق إن الشيخ رحمه الله تعالى اجتمعت فيه خصال خير كثيرة لو أسهبت في ذكرها اتهمت فيه ، و ما نقلته آنفاً عن أهل العلم في ذلك كافٍ و الله أعلم

فصل في عقيدته السلفية

في الحقيقة كنت متردداً في كتابة هذا الفصل و ذلك لوضوح عقيدة الشيخ السلفية و معرفة الخاص و العام بها ، و لكن لأنني أكتب فقد يقع هذا المكتوب في يدي من لا يعرف الشيخ ، و كذلك جرت العادة عند كتابة التراجم ذكر عقيدة المترجم له

و إليك بعض ما يدل على عقيدته السلفية : من خلال دروسه في جازان بالمعهد العلمي و في الجامعة الإسلامية بمدينة النبي صلى الله عليه و سلم و بالمسجد النبوي الشريف و رحلاته الدعوية في الداخل و الخارج حيث درس خلالها الكتب السلفية مثل

1- شرح العقيدة الطحاوية لابن أبي العز 2- الواسطية 3- الفتوى الحموية الكبرى 4- التدمرية 5- الإيمان 6- ثلاثة الأصول 7- و فتح المجيد لشرح كتاب التوحيد 8- و قرة عيون الموحدين 9- و الأصول الستة 10- و الواجبات المتحتمات 11- و القواعد المثلى 12- و تجريد التوحيد للمقريزي 13- رده على أهل البدع كالأشاعرة و الصوفية و الشيعة الروافض وذلك في كتبه و مقالاته في المجلات العلمية و في محاضراته و دروسه فانظر على سبيل المثال كتابه {أضواء على طريق الدعوة إلى الإسلام }ط2 المكتب الإسلامي سنة 1399هـ. 14- من خلال كلام أهل العلم السابق في بيان عقيدته السلفية

مرضه و موته

لقد ابتلي في آخر عمره - رحمه الله تعالى – بمرض عضال حتى أرقده الفراش نحو عام فصبر و احتسب . وفي صبيحة يوم الأربعاء السادس و العشرين من شهر شعبان سنة 1416هـ أسلمت روحه لبارئها ، فصلي عليه بعد الظهر و دفن في بقيع الغرقد بالمدينة النبوية

وشهد دفنه جمع كبير من العلماء و القضاة و طلبة العلم و غيرهم . و بموته حصل نقص في العلماء العاملين فنسأل الله تعالى أن يغفر له و يرحمه و يخلف على المسلمين عدداً من العلماء العاملين آمين

وصلي اللهم و بارك على عبدك و رسولك نبينا محمد و على آله و صحبه وسلم تسليماً كثيراً

كتبها تلميذه / مصطفى بن عبدالقادر الفُلاّني 5/3/1419هـ المدينة النبوية

ملفات اخرى (مطوية لترجمة الشيخ) للتحميل اضغط هنا

Partager cet article

La patience de Cheikh Rabi’ al-Madkhali

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La patience de Cheikh Rabi’ al-Madkhali

Alors que nous étions en assemblée, des étudiants en science ont divergé et se disputaient au sujet de plusieurs choses.

 

L'un d'entre eux disait : "Ô cheikh lui, il a parlé sur moi",

 

un autre répondait : "Ô cheikh, lui aussi parle sur moi".

 

Ce a quoi Cheikh répondit :

 

"Ô mes enfants, vous ne patientez pas les uns envers les autres ;

Par Allah, si une personne tuait mes enfants, puis se repentirait et revenait au minhaj salafi, je lui pardonnerai !"

 

Traduit par 'Abd Al-karim Abou 'AbdAllah

Publié par 3ilmchar3i.net

 

أنه في أحد المجالس ..اختلف بعض الطلاب وتنازعوا في بعض الامور..فاشتد بعضهم على بعض في بعض الامور

.فقال أحدهم يا شيخ هذا تكلم في

وقال الاخر يا شيخ هذا تكلم في

.فقال الشيخ ..يا أبنائي انتم الان لا تصبرون على بعضكم البعض و الله لو أن أحدا قتل ابنائي ثم تاب ورجع الى المنهج السلفي لعفوت عنه، الشيخ ربيع المدخلي

 فهذا تسجيلٌ صوتِيٌّ للِّقاء الماتِع الذي كان يوم: 13 / صفر / 1434هـ في مُخيَّم بمنطقة كبد، وقد شارَك فيه كُلّ من المشايخ الفُضلاء:

 الشّيخ:أحمد السّبيعي

 الشّيخ:خالد عبد الرّحمن

الشّيخ:أحمد بازمول

الشّيخ:محمد الهاجري

الشّيخ:محمد العنجري

فجزى اللهُ خيرًا المشايخ على ما تفضّلُوا به، وثبّتهم على الإسلام والسُّنّة

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Le revificateur de chaque siècle (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le revificateur de chaque siècle (vidéo)

"Ce n'est pas une condition que le rénovateur envoyé tous les 100 ans Soit un seul savant, tant qu'il est sur la méthodologie des Salaf As-Salih, il peut être un spécialiste dans un autre domaine aussi." (Shaykh Muhammad Nasiruddin al-Albaani رحمه الله)

 

Question :

 

Il ya un hadith authentique qui dit que, au début de tous les cent ans [Allah élèvera quelqu'un] qui fera revivre la religion de cette Oumma pour elle, est-ce une condition que ces rénovateurs [Mujaddids] sont de Ahl Sunna ou pas? 

 

Réponse :

 

Sans doute.

 

Il est une condition fondamentale et c'est la réalité que je tiens [d'être le cas].

 

À mon avis, cette question c'est comme si quelqu'un venait à demander, et j'espère que cette question ne va pas émaner d'un questionneur ; C'est comme si quelqu'un venait à demander, "Est-ce une condition qu'il soit un musulman?"

 

Naturellement, une telle question ne sera pas demandé.

 

"Est-ce une condition qu'un rénovateur [mujaddid] soit un musulman? "

 

Je pense que cela n'arrivera jamais à quelqu'un [de demander]. 

 

Quant à savoir si c'est une condition qu'il soit de Ahl Sunna, alors une telle question peut se produire pour certaines personnes, et pour cette raison, il a été soulevé tout à l'heure. 

 

La réponse est qu'il doit certainement être de Ahl Sunna, et [en disant qu'il doit être de] Ahl-Sunna, je ne veux pas dire qu'il doit être parmi les savants... mais plutôt qu'il soit sur la méthodologie d'Ahl-Sunna et n'est pas dévié de la voie qui nous est venue des Salafs As-Salih, qu'Allah soit satisfait d'eux, c'est un devoir.

 

Mais le rénovateur [mujaddid] et même si cela [point] n'est pas lié à la question que je crois toujours qu'il y a un grand bénéfice en elle - ce n'est pas une condition que le rénovateur soit un rénovateur de la religion que, plutôt, il peut être un rénovateur dans tout ce qui profite aux musulmans.

 

Donc, il pourrait, par exemple, être un rénovateur de l'histoire, un rénovateur de la médecine, mais dans les conditions mentionnés ci-dessus, c.-à-dire d'être de Ahl Sunna wal Jama'a. 

 

Donc, basé sur ceci, pour finir, nous pouvons imaginer que, pendant un moment il peut y avoir plus qu'un rénovateur, lorsque nous prenons ce sens large en considération, il est possible pour moi d'imaginer, à une période, un rassemblement d'un certain nombre de rénovateurs, chacun dans son propre domaine propre. 

 

Pris de: Al-Hudaa wan-Noor, 313

 

Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) selon lequel :

 

"Au début de chaque siècle, Allah envoie un réformateur qui renouvelle à cette communauté les affaires de leur religion"

(Abû Dâwûd)

 

Publié par minhaj sunna

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

De quels savants peut-on prendre la science ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

De quels savants peut-on prendre la science ?

Question :

 

Nous souhaiterions ton conseil concernant les savants desquels on peut prendre la science puisque nombreux parmi les salafis ont dévié de la voie (des gens de la sounnah et du consensus) et nous ne savons pas vers qui nous diriger et chez qui prendre notre science.

 

Nous voudrions de votre part un conseil et une aide ?

 

Réponse :

 

Wa 'aleykoum as salam wa rahmatou ALlahi wa barakatouh,

 

Je conseille à celui qui a la capacité de profiter directement des savants parmi les salafs, qu'il le fasse.

 

Tel que :

 

-les compagnons du Prophète (paix et salut d'Allah sur lui),

-et ceux qui les ont suivis à la perfection parmi les Tabi'ines (2ème génération ayant suivi le Prophète)

-et atbâ' at Tabi'ines (3ème génération),

-ainsi que ceux qui ont suivis leurs traces parmi les Imams de l'Islam.

 

Comme :

 

-Abdoul Bar,

-Al Khatib al Baghdadi,

-Al Baghawi,

-Ibn Qoudama al Maqdissi,

-Ibn Taymiya,

-adh-Dhahabi,

-Ibn al Qayyim,

-Ibn Kathir,

-Ibn Radjab,

-et d'autres qu'eux parmi les Imams de l'islam.

 

Et que celui qui n'a pas la capacité de prendre la science d'eux directement, la prenne des savants contemporains qui ont suivis la trace des pieux prédécesseurs sans rien changé, ni ajouté :

 

Comme les 4 revificateurs :

 

-Ibn baz ,

-Al Albani,

-Al Wadi'i ,

-Ibn al 'Outhaymine

 

(qu'Allah leur fasse miséricorde)

 

Et de leur frères parmi les savants de la sounnah, tel que :

 

-Ahmed an-Nadjmi,

-Mohammed ibn Abdoulwahab al Banna,

-Mohammed Amman al Djami,

-Salih al Fawzen,

-Rabi' ibn Hadi al Madkhaly,

-Zayd al Madkhaly,

-Salih al Louhaydan,

-'Abdoul Aziz ar-Radjihi,

-'Oubayd al Djabiri,

-et Abdoul Mohsin al 'abbad.

 

Et ceux-ci sont les noms dont je me rappelle et que je cite en tant qu'exemple et non pas en tant que limite, car les savant de Ahlou as Sounnah sont nombreux par la grâce d'Allah.

 

Et C'est d'Allah que vient la réussite.

 

Le 22/01/2010
Traduit par Abou Haroun AbdelMalik

Publié par nour-elislam.net

 

السؤال : نريد نصيحتك بشأن المشايخ الذين نستطيع أن نأخذ من علمهم لأن هناك الكثير من السلفيين زاغ عن الطريق ونحن لم نفهم لمن نتجه أو على يد من نأخذ علمنا فنحن لا نعرف أحوالهم وكيف نعرف نرجو نصيحتك ومساعدتك ؟؟

الجواب : وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته ، وبعد ؛

فأنصح من كان قادرا على الاستفادة من علماء السلف مباشرة أن يفعل ذلك ؛ كصحابة رسول الله صلى الله عليه وسلم والتابعين لهم بإحسان من التابعين وأتباع التابعين ومن سلك مسلكهم من أئمة الإسلام كابن عبد البر والخطيب البغدادي والبغوي وابن قدامة المقدسي وابن تيمية والذهبي وابن القيم وابن كثير وابن رجب وغيرهم من أئمة الإسلام

ومن لم يكن قادرا على أخذ العلم عن هؤلاء مباشرة فليأخذ من العلماء المعاصرين الذين سلكوا مسلك السلف الصالح ولم يغيروا ولم يبدلوا ؛ كالمجددين الأربعة ابن باز والألباني والوادعي وابن عثيمين

وإخوانهم من العلماء السنيين ؛ كأحمد النجمي ومحمد بن عبد الوهاب البنا ومحمد أمان الجامي وصالح الفوزان وربيع بن هادي المدخلي وزيد المدخلي وصالح اللحيدان وعبد العزيز الراجحي وعبيد الجابري وعبد المحسن العباد

وهذه الأسماء التي ذكرتها ؛ ذكرتها للمثال لا للحصر فعلماء أهل السنة كثر بحمد الله . والله الموفق

كتبه فضيلة الشيخ أبو الحسن علي الرملي حفظه الله

بتاريخ 22/01/2010م

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Partager cet article

Suivre aveuglement les savants... ?! (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Suivre aveuglement les savants... ?! (vidéo)

Sixième question :

 

Certaines personnes disent au sujet de ceux qui suivent les savants tels que Cheikh Rabee' dans ses positions dans le manhaj aussi de celui qui coopère avec les étudiants qui prennent également ces positions, ils disent au sujet de cette personne qu'il est un "faible d'esprit" et "qu'il ne peut pas penser de lui-même" quelle est donc votre parole en ce qui concerne ce sujet ?

 

Réponse :

 

[Ce qui est décrit dans] cette question, qu'Allah te bénisse, contient une mauvaise étiquette sous de nombreux de nombreux aspects.

 

-Le premier aspect est que cela est en opposition au minhaj des Salafs - radi Allahu anhum - car en effet 'Umar et Ibn Mass'oud - radi Allahu anhum - ont tous deux mentionné que les gens ne vont pas cesser d'être dans un état de bonté aussi longtemps qu'ils prendront de l'aîné (savants).

 

Alors, comment peut-on dire que celui qui revient aux savants est un faible d'esprit?

 

Est-ce que 'Umar, radi Allahu' anhu - et c'est quelque chose d'authentiquement rapporté sur lui et authentiquement rapporté sur Ibn Massoud - radi Allahu 'anhoum ajma'een -[comment une personne peut dire] que 'Umar ordonnerait aux gens de faire quelque chose et de dire (celui qui retourne aux savants) qu'il serait un faible d'esprit ?

 

C'est pas compréhensible !

 

-La deuxième question est que le Prophète - salla Allahu alayhi wa sallam - a mentionné que parmi les signes de l'Heure est la recherche de science auprès des Asaaghir, et le sens ici de Asaaghir sont les gens de désirs comme Asaaghir peut signifier également le jeune et inexpérimenté - ceux qui ne sont pas qualifié à juste titre de savant, mais ils partirent (pour parler) dans ces grandes questions (de la religion).

 

Ils sont inclus dans ce hadith et ils sont Asaaghir.

 

Donc, il est dit que le Messager d'Allah - salla Allahu alayhi wa sallam - nous ordonne de revenir aux grands savants, et nous interdit de retourner à la jeunesse, [et pourtant vous dites qu'il] nous ordonne de tomber dans une affaire qui serait pour nous de la faiblesse d'esprit ?

 

Je cherche refuge auprès d'Allah de ne pas être abandonné.

 

Aussi à partir de ce que nous disons, c'est que Allah, le Puissant et Majestueux, dit (traduction rapprochée) :

 

"Demandez aux gens de science si vous ne savez pas." (An-Nahl: 16:43).

 

Ainsi Allah, le Puissant et Majestueux, nous a ordonné de retourner à Ahlul-Dhikr et qui sont les savants.

 

Ahlul-Dhikr sont ces gens qui ont une connaissance du Qur'an et d'agir conformément à lui.

 

Ainsi Allah nous ordonne de retourner à des savants, et vous dites que le retour à des savants montre une intelligence faible ?

 

Craignez Allah au sujet de votre religion.

 

Regardez - qu'Allah vous bénisse - comment les vains désirs et comment les innovations font tomber leurs partisans dans les affaires destructrices.

 

Nous demandons à Allah la sécurité et le bien-être.

 

Et voyez comment, vous qui vous fiez à vos propres raisonnements, vous êtes tous tombés dans un état de bassesse et de faiblesse d'esprit.

 

Ce n'est que folie, parce que celui doté d'une intelligence, même sur ce qui se rapporte à d'autres choses que la religion, même les affaires du monde (dounia), une personne intelligente  dirait: Je me fie aux anciens parce qu'ils ont plus de connaissances et ont plus de perspicacité et d'expérience .

 

Et le fou et faible d'esprit est celui qui revient aux jeunes et aux enfants et aux faibles d'esprit.

 

Ainsi, vous [ceux qui disent cette parole] êtes en réalité ceux qui sont les faibles d'esprit tant que vous reviendrez à vos propres raisonnements.

 

Quant à la cinquième affaire, ce que nous disons - qu'Allah vous bénisse - et c'est un point important, et c'est ce que vous savez, qu'Allah te bénisse, que certaines personnes qui disent "j'ai ma propre intelligence, revenez à votre propre intelligence, réfléchissez."

 

Ô Frère par vous (en disant cela), vous serez obligés de vous en remettre à votre propre personne et à votre shaytan (avec vous), alors vous deviendrez ruinée et détruite, qu'Allah ne décrète pas cela, et vous tomberez dans les destructrices (al mouhlikat).

 

Et vous êtes mieux informés au sujet de votre propre personne, vous n'avez pas les connaissances et vous n'avez pas l'expérience.

 

Si vous êtes un savant, alors retourner à toi-même, mais vous êtes soit un Jaahil (ignorants) ou un étudiant en science, qui a encore besoin des savants.

 

En outre, nous disons à cette personne, ce n'est pas de l'aspect du suivi aveugle (taqlid) ou de l'aspect de la partisanerie (tahazub).

 

Plutôt, c'est la Sunna et la méthodologie des compagnons comme cela a été dit précédemment. 

 

Et la différence entre retourner aux savants dans les questions de l'ijtihad et les questions majeures et les questions dont seuls les plus grands savants sont qualifiés pour.

 

Plutôt, c'est sous l'aspect de l'ittibaa '(c'est à dire suivre le savant avec ses preuves) et l'aspect d'un retour à la vérité, et de l'aspect de (s'accrocher à) la Jama'a (consensus).

 

Il ya une différence entre cela et le suivi d'un savant dans son mensonge. 

 

Vous [ceux qui disent cette parole] sont en réalité les suiveurs aveugles lorsque vous suivez aveuglément (Adnaan) Ar'oor et Ibrahim ar-Ruhailee et Ali Hasan (et) al Ma `ribee.

 

Vous suivez aveugle Ali Hasan Halabee, et vous suivez aveugle Jam'iyyah Ihyaaut Turaath, et Jam'iyyah Daarul Birr, et vous aveugle suivre quelques-unes de ces organisations qui sont présentes dans votre pays dans leur mensonge dans ce qu'ils vous recommandent avec le faux - et vous les suivez.

 

C'est (en réalité) ceci le suivi répréhensible!

 

N'avez-vous pas honte ?

 

Vous trouver le défaut dans al ittibaa' (suivi d'un savant avec ses preuves), et décrivez ceci sous la forme blâmable du suivi ?

 

Cependant, vous [ceux qui disent cette parole] entrez dans le (véritable) suivi aveugle coupable et le mensonge et que appelez ceci "libération" et "intelligence" et "suivre la vérité ?"

 

Par Allah, Satan joue avec vous !

 

Donc, nous demandons à Allah, le Puissant et Majestueux, à préserver et nous vous de cela, et nous demandons à Allah de nous guider ainsi que vous de cette égarement alors méfiez-vous, qu'Allah vous bénisse, de s'opposer à la voie des Salafs.

 

Publié par minhaj sunna

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul - الشيخ أحمد بن عمر بازمول

Partager cet article

Voici les grands savants... !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Voici les grands savants... !

Ô vous les étudiants, si vous désirez acquérir le savoir de ces sources alors voici les grands savants.

 

Ceux dont les barbes ont blanchi, les corps se sont amaigris, les forces ont été altérées dans le savoir et l'enseignement.

 

Fréquentez-les assidûment avant que vous ne les perdiez, et extrayez leurs trésors avant qu'ils ne disparaissent avec eux.

 

Et c'est dans la nuit ténébreuse que l'on recherche la pleine lune.

 

'Awâeq at-talab -les obstacles à l'apprentissage- p.33

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Partager cet article

Les bonnes manières liées au questionnement

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les bonnes manières liées au questionnement

Le questionnement des gens de science et du rappel a des conditions.

 

Les gens ont besoin de questionner et ceci est nécessaire, mais il y a des prédispositions à cela :

 

-Prédisposition concernant le questionneur

-Prédisposition concernant le questionné

 

Il convient que le questionneur fasse preuve de bonnes manières afin que le questionné parvienne à la réponse conforme à la vérité inchâ'aLlâh.

 

Il est obligatoire qu'il respecte certaines manières et certaines choses en rapport avec cela.

 

La clarté dans la question sans généraliser ou laisser de point obscur.

 

Parmi ces choses que le questionneur doit obligatoirement respecter, est que sa question doit être claire et non déguisée.

 

C'est à dire qu'il doit se détailler lui-même le cas avant de poser la question.

 

On remarque que parmi les musulmans il y a celui qui lorsqu’il lui est arrivé une affaire ou qu'il est confronté à une problématique, il vient aux gens de science et les interrogent directement, sans qu'il ne se prépare pour détailler son cas.

 

Ou encore il décroche le téléphone directement et il questionne le savant au sujet de ce qui lui parvient, sans assimiler tout ce qui est lié à cette affaire.

 

Et lorsque le questionné cherche à y voir plus clair, et lui demande des détails, il répond "WaLlâhi je ne connais pas cela... j'ai été délégué par untel... c'est ainsi... je ne sais pas".

 

Il faut donc que le questionneur se prépare pour détailler son cas avant d'interroger, car par la question tu veux connaître le statut (de la chose) auprès d'Allâh Jalla wa 'Alâ.

 

Lorsque tu prends connaissance de ce statut, tu es innocenté de ses conséquences.

 

Il est impératif que la question soit claire pour le savant, car sinon comment pourrait-il répondre à une chose qui ne l'est pas ?

 

Et pour cela, il convient au questionneur de prendre en compte le temps restreint du mouftî (celui qui émet des verdicts religieux), le peu de temps dont il dispose pour répondre à la question.

 

Il faut que celui qui interroge prépare sa question d'une formulation claire, sans dissimulation ou point obscur.

 

Il s'efforce d'aider le mouftî à préserver son temps et pour que la réponse soit la plus profitable possible.

 

Donc la clarté de la question, le peu de propos tout en préparant les détails avant de poser la question, ceci fait partie des bonnes manières qu'il convient de respecter.

 

Et souvent la réponse n’est pas claire à cause du questionneur qui n'a pas bien formulé sa question, alors que si il s’était bien préparé puis avait questionné, la réponse aurait été claire.

 

Parmi ces bonnes manières qu'il convient d'observer dans le questionnement, que l'on n'évoque pas au savant l’avis d'un autre (savant).

 

Certaines personnes interrogent les gens de science par téléphone - et le téléphone a rapproché et accentué beaucoup de problèmes liées aux questions -, il en appelle un, puis ensuite il en interroge un deuxième, puis ensuite un troisième, et un quatrième...

 

Ainsi il rentre dans le trouble, et ensuite il fait une chose qui n'est pas bonne qui est le fait de choisir le plus facilitant parmi ces avis et certes il ne convient pas de faire cela.

 

Il faut que tu recherches celui en qui tu as confiance en sa science et en sa religion, comme disent les gens de science :

 

"Il convient à celui qui a besoin d'un verdict de questionner celui en qui il a confiance en sa science et en sa religion."

 

Lorsque tu as confiance en la science d'untel et en sa religion, alors tu l'interroges et tu n'interroges personne d'autre.

 

Car si tu le fais il se peut qu'il ait une réponse différente du premier et tu te retrouveras dans l'embarras.

 

Donc fait partie des bonnes manières que tu n'interroges pas plus qu'un seul savant pour une même affaire, car la multiplication du questionnement :

 

- Premièrement : restreint le temps des savants

- Deuxièmement : place le questionneur dans des complications.

 

Beaucoup de ceux qui questionnent disent :

 

"Nous sommes perplexes, nous ne savons pas, celui-ci dit tel chose et celui-là dit autre chose".

 

Nous disons :

 

"C'est toi qui as fait une erreur en premier en questionnant plus qu'un savant. Interroge celui que sa science et sa religion t'inspire confiance et prend son verdict et tu te décharges ainsi de la responsabilité devant Allâh Jalla wa 'Alâ. Car Allâh Jalla wa 'Alâ t'a ordonné d'interroger les gens du rappel et tu t’es conformé en interrogeant les gens du rappel, donc ne t'ajoute pas de poids et de charge."

 

Parmi les bonnes manières, le fait de ne pas faire d'énigme dans sa question.

 

Par exemple, il y a celui qui interroge et qui dit : "Untel à qui il est arrivé ceci et cela".

 

Il veut par cela sortir sa personne d’une affaire le concernant lui-même, pour en faire un cas y ressemblant.

 

Et il pense, ce questionneur, que si on répond à cette nouvelle question (celle qui ressemble à son cas) alors ceci s'appliquera à sa (véritable) question.

 

Il dit par exemple : "Untel si il lui arrive ceci et cela".

 

Alors qu'en réalité son cas est différent de cela, mais lui il pense que les deux sont équivalents.

 

Tout cela pour que le savant ne pense pas que ce soit lui-même (le questionneur) qui est concerné par l'affaire et qui ait besoin de la réponse, et à cause de tout cela le savant généralise (son verdict).

 

Autre bonne manière à observer, que tu n'interroges que sur ce dont tu as besoin, et ne pense pas que si tu te montres énigmatique dans ta question et qu'on y réponde, que la réponse s'applique à ton cas.

 

Si tu avais expliqué ton cas clairement, et que la question ou l'évènement exposé aurait été clair, la réponse serait complètement différente.

 

Ne sois pas énigmatique dans le questionnement des gens de science, que ce soit dans le fiqh (compréhension des actes d'adoration), ou en ce qui concerne des individus ou des circonstances.

 

Mais plutôt la question doit être claire et ceci fait partie du respect et de la révérence envers les gens de science, et ceci montre bien la sincérité du questionneur pour parvenir à la réponse authentique.

 

Quant au fait d'aveugler les gens de science afin d'obtenir d'eux une certaine réponse, ceci ne correspond pas au respect et la révérence dus aux gens de science.

 

Et également tu ne t'es pas acquitté (de ton devoir d'interroger) car c'est toi qui as amené le savant à la réponse, et si il avait connu la question telle qu'elle est réellement et le but que tu visais par celle-là, peut-être aurait-il répondu par autre chose, donc de cette manière-là tu ne t'es pas acquitté de ton devoir.

 

Parmi les bonnes manières à respecter dans le questionnement, que le questionneur pose lui-même sa question et qu'il n'interroge pas pour quelqu'un d'autre que lui.

 

Il parvient beaucoup de questions dans lesquelles le questionneur déclare : "Un de mes proches m'a délégué, il interroge au sujet de cela et cela" ou il dit : "Lorsqu'il arrive ceci à untel, qui est un de mes amis de travail, et il m'a chargé de vous demander pour lui".

 

Pourquoi lui-même ne demande-t ‘il pas ?

 

Le cas est différent, le mouftî ou le savant doit connaître les détails et il doit questionner : "qu'est-ce qui s’est passé?", "Est-ce que ceci ou cela s'est passé?".

 

Si le questionneur n'est pas celui à qui est arrivée la chose il ne pourra pas aider le mouftî à donner la réponse.

 

Exception faite des questions concises ou dans le cas où c’est vraiment la timidité face au savant ou le sentiment de honte qui ont empêché l’intéressé de questionner en personne.

 

Donc la base c’est que la personne interroge pour ce qui le concerne lui-même, car la réponse varie selon le questionneur et comment la question est présentée.

 

Et le transmetteur ne transmet pas toujours la chose sous sa réelle forme et tant de réponses manquent de précision et cela revient à la manière dont la question a été posée.

 

Le bon usage à observer pour le questionneur lorsqu'il interroge les gens de science par téléphone ou autre, est qu'il n'enregistre pas la réponse par écrit ou dans un appareil d'enregistrement sans la permission du savant.

 

Et il m'est parvenu qu'une fois, quelques frères ont enregistré une réponse non convenable d'une personne de science.

 

Et cela revient au fait que le savant réponde selon le contexte du questionnement, mais s’il avait su que ceci était enregistré et que la réponse serait écoutée par d'autres, sa réponse aurait été autre.

 

Fait partie du manque de respect envers les gens de science et le non-respect de leurs droits, et fait partie des verdicts concernant leurs droits, le fait d'enregistrer la réponse des gens de science par téléphone ou par écrit et ensuite la répandre sans leur permission.

 

C'est au savant que revient pleinement le droit de diffuser son verdict, ou bien de ne pas le diffuser ou de l'enregistrer.

 

Le questionneur interroge sur ce qui le concerne lui seul, alors est-ce que le savant t'a permis d'enregistrer la question et la réponse par téléphone ?

 

Il ne l'a pas fait. Donc si tu souhaites enregistrer, tu lui demandes la permission au début et tu dis : "AhsanaLlâh ilayk, j'ai besoin d'une réponse enregistrée sur cassette et à présent j'aimerai enregistrer."

 

Si il te le permet, tu as fait le nécessaire et de cette manière tu ne fais pas partie de ceux qui ne respectent pas les gens de science et qui ne rendent pas la chose claire pour eux.

 

Ils tirent profits de certaines occasions et ils enregistrent ce que les savants ne souhaitent pas.

 

Une fois il est arrivé une chose pareille, et lorsque le savant fut interrogé il a dit : "Jamais, je n'ai pas dit ceci et cela avec ces détails, mais le cas demande à être détaillé d'une certaine façon".

 

La question et la réponse enregistrées sont claires, alors pourquoi le savant dit que l'affaire demande à être détaillée?

 

Parce qu'à présent il considère que l'affaire comporte une certaine problématique, alors qu'il a pensé lors de la question par téléphone qu'elle ne concernait que le questionneur.

 

Ainsi le savant peut spécifier un verdict dans un contexte bien déterminé mais que si il avait été informé que ceci serait propagé il ne l'aurait pas prononcé.

 

Ceci fait partie des bons comportements que le questionneur doit respecter, il doit dire au savant que : "cette question me concerne spécifiquement dans les sujets de l'unicité et de la croyance", ou que ceci sera envoyé dans tel et tel pays et sera répandu, ou que "nous étudions cela avec les frères" ou "nous allons faire de ce sujet ceci et cela dans un travail afin de réprimander un mal", et ainsi de suite, et ceci est tout à fait différent."

 

-Certains questionneurs, et cela revient souvent - et j'ai moi-même eu expérience de ce genre de choses, avec regret -, croient que le fait de flouer la question et de se jouer du savant consiste à faire preuve d’intelligence.

 

Il l'interroge jusqu'à l'amener à la réponse (désirée).

 

Il ne lui a pas éclairci la question, il dit par exemple : "Lorsque quelqu'un dit ceci ou cela devient-il apostat ou non ?", "Devient-il innovateur ou non ?", "Est-il pervers ou non ?".

 

Certains savants et spécialement ceux qui ont eu une expérience (avec ce style de questions), demandent des détails ou il se peut même qu'ils ne répondent pas à la question.

 

D’autres répondent selon l'apparent en considérant que c'est une question d'ordre général, mais si ils étaient interrogés sur le fait de l'appliquer (sur des individus précis) la réponse serait différente.

 

Et ceci est important à connaître avant de questionner.

 

Ne pas faire d'énigme ou être vague, en pensant que ceci est signe d’intelligence ou que tu as obtenu du savant une réponse.

 

En réalité tu as commis un péché dans ce que tu vas propager et aussi de par la situation du savant (dans laquelle tu l'as mis).

 

Et certains d'entre vous ont pu constater beaucoup de divergences dans les fatawa (verdicts) par le passé : untel transmet ceci et untel transmet cela.

 

Et dans la majorité des cas, cela revient au questionneur qui n'a pas donné au savant la réalité (cachée) derrière les termes de sa question.

 

Il a certes posé une question générale,  le savant pensant que c'est une question d’ordre générale (et non un individu précis), il ne demande pas de détail et répond en conséquence.

 

Celui-ci (le questionneur) n'a pas respecté la bonne manière et n'a pas distingué entre une question d’ordre générale et son application concrète (sur les individus).

 

Et c’est pour cela qu'il a pris cette réponse. Ainsi, de cette manière survient alors les divergences et les opinions opposées.

 

Directives très importantes données dans un cours intitulé "Les bonnes manières liées au questionnement" 

Compilé par le frère Abou Â'icha al Atharî pour sahab.net

Publié par albounyane.com

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Partager cet article

Quel regard porte les gens de la sounna et du consensus sur l'imam Nawawi et l'imam Asqalani ? (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quel regard porte les gens de la sounna et du consensus sur l'imam Nawawi et l'imam Asqalani ? (audio-vidéo)

C’est pourquoi nous conseillons à nos jeunes de s’astreindre à l’application du Coran et de la Sunna dans les limites de la connaissance qu’ils en ont, et de ne pas avoir l’audace de s’attaquer à d’autres personnes qu’ils n’égalent pas en termes de science, de compréhension et peut être même de piété.

 

Citez-moi en effet aujourd’hui, dans tout le monde musulman, deux personnes semblables à l’Imâm An-Nawawi et à Ibn Hajar Al ‘Asqalâni.

 

Nous ne parlons pas là de Sayyid Qutb, dont nous reconnaissons l’effort mais qui n’était tout au plus qu’un écrivain et un homme de lettres.

 

Il n’était pas un savant.

 

C’est pourquoi le fait que des choses non conformes à la voie authentique aient pu émané de lui ne nous surprend pas.

 

Quant à ceux qui ont été évoqués avec lui comme An-Nawawi et Ibn Hajar, dire d’eux qu’ils sont des innovateurs serait, par Allah, une véritable injustice.

 

Certes, je sais qu’ils s’inscrivent dans la tendance Ash‘arite.

 

Cependant, ils ne contredisaient pas le Coran et la Sunna intentionnellement.

 

Ils se sont uniquement positionnés face à ce qu’ils avaient hérité de la profession de foi Ash‘arite de l’une des deux façons suivantes :

 

En pensant que c’était là la position finale de l’Imâm Al Ash‘ari, alors que c’était en fait celle qu’il avait initialement soutenue avant de revenir sur ses propos.

 

En considérant cela comme juste alors qu’il n’en était pas ainsi.

 

Traduction partielle de la fameuse cassette de Cheikh Al-Albânî, qu’Allah lui fasse miséricorde : "Man hua al kâfir wa man hua al mubtadi’" (Qui est à considérer comme mécréant et qui comme innovateur)

كم لمن يبدِّع الإمَامين ٱبن حجر والإمام النووي -رحمهم الله- ؟

الشيخ العلامة صالح الفوزان -حفظه الله : هذا هو المُبتدع ، هذا هو المُبتدع ... وأمَّا الإمام ابنِ حجر والإمام النَّووي فهما إمامان جليلان محدِّثان . ولهما مؤلفات عظيمة إستفاد منها المسلمون ولا يزال المسلمون يستفيدون منها ، وهم من علماء الحديث ؛ فلا يجوز تبديع هذين الإمامين ، نعم . اهـ

 

 

Question :

 

Quel est votre conseil à celui qui rend innovateurs les Imams An-Nawawi et Ibn Hadjar Al-Asqalani ?

 

Réponse :

 

C'est lui l'innovateur, c'est lui l'innovateur !

 

Concernant l'Imam Al-Asqalani et l'Imam An-Nawawi ce sont deux imams honorables, savants du hadith.

 

Et ils ont des ouvrages d'une très grande importance dont ont profité les musulmans, et dont ils continuent encore de profiter.

 

Et ils sont tous deux des savants du hadith.

 

Et il n'est pas permis de rendre innovateur ces deux Imams.

 

Traduit par Abou Haroun AbdelMalik

Publié par 3ilmchar3i.net


ما نصيحتكم لمن يبدِّع الإمَامين ٱبن حجر والإمام النووي -رحمهم الله- ؟
الشيخ العلامة صالح الفوزان -حفظه الله- :هذا هو المُبتدع ، هذا هو المُبتدع ... وأمَّا الإمام ابنِ حجر والإمام النَّووي فهما إمامان جليلان محدِّثان . ولهما مؤلفات عظيمة إستفاد منها المسلمون ولا يزال المسلمون يستفيدون منها ، وهم من علماء الحديث ؛ فلا يجوز تبديع هذين الإمامين ، نعم . اهـ

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Partager cet article

A ceux qui disent que Cheikh Rabi’ al-Madkhali impose son avis et rend innovateur celui qui le contredit

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

A ceux qui disent que Cheikh Rabi’ al-Madkhali impose son avis et rend innovateur celui qui le contredit

Question :

 

Est-ce que cheikh Rabi3 impose aux gens son avis et rend innovateur celui qui le contredit ?

 

Réponse de cheikh WassiyouLlah 3abbas :

 

Moi je veux pour celui qui contredit et dit que cheikh Rabi3 impose aux gens son avis et rend innovateur celui qui le contredit que : non !

 

Il n'a pas d'avis lui (cheikh Rabi3) mais il ramène les preuves et autres avec clarté et dit "cela est une parole innovée" et non pas que c'est un innovateur quoiqu'il est possible qu'il le dise si, dans son minhaj, il est apparut qu'il est innovateur mais il ne rend personne innovateur sauf avec les preuves ! 

 

Nous disons aux frères que s'ils ne sont pas d'accord avec son avis, qu'ils aillent discuter et revoir cela avec lui ou qu'ils (les frères qui ne sont pas d'accord avec lui) le répliquent !

 

SobhanAllah il a écrit ses livres depuis un long moment et on a trouvé personne qui l'a répliqué avec science mais on a trouvé plutôt des paroles vaines et non agréées par Allah et Son messager.

 

Nous on veut le haqq et si la porte au mal ne se ferme pas elle s'ouvrira.

 

Il est demandé à ce que chaque erreur survenant dans la oumma soit répliquée selon les règles.

 

الشيخ وصي الله محمد عباس يرد على من يتهم الشيخ ربيع بأنه يلزم الناس برأيه ويبدع من يخالفه ؟

عرض هذا السؤال على الشيخ الدكتور وصي الله محمد عباس - حفظه الله - الأستاذ في جامعة أم القرى والمدرس في الحرم المكي في ليلة الجمعة 3 رمضان 1431 هـ

وهذه صيغة السؤال :هل الشيخ ربيع بن هادي المدخلي يلزم الناس برأيه ويبدع من يخالفه ؟

فأجاب الشيخ

( أنا اريد مِنَ الذي يخالف ويقول : الشيخ ربيع يُلزم أحداً برأيه ويبدع من يخالف رأيه ، لا , هو ليس له رأي إنما هو ينقل الأدلة وغيرها وفي ضوءها يقول : هذا قول مبتدع لا يقول هذا بدعي ؛ من الممكن أن يقول لأنه ما دام جاء وقد بان منهجه يسمى مبتدعا ولا يُبدِع أحداً إلا بالدليل ؛ لكن نقول من الاخوان إذا كانوا يخالفونه في رأي فليذهبوا وليناظروه أو يراجعوه ويتكلموا معه ويردوا عليه

سبحان الله منذ مدة طويلة كتبَ هذه الكتب لكن ما وجدنا أحداً رد عليه بالعلم أبداً إنما فقط من هذه المنابزات ومن هذه الكلمات التي لا ترضي الله ورسوله , نحن نريد الحق

لو لم يُسدَ باب الشر لانفتح على مصراعيه فينبغي كلما يكون الخطأ في الامة بأدب الردِ يُرَد

L'éminent cheikh du hadith Mouqbil ibn Hâdy el Wadi3y a dit :

 

"Cheikh Rabi3 ib Hâdy el Madkhaly est un signe parmi les signes d'Allah dans la connaissance des hizbis".

 

source : "touhfatou el moujib 3alâ as-ilati el hâdiri" p 160

 

قال العلامة العلم المحدث مقبل بن هادي الوادعي -رحمه الله

الشيخ ربيع ابن هادي المدخلي، فهو آية من آيات الله في معرفة الحزبيين

Traduit par Mounir Abou Ismael

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh WassiouLlah ibn Mohamed 'Abbas - الشيخ وصي الله بن محمد عباس

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ أبي عبد الرحمن مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article

Les gens de science en Algérie (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les gens de science en Algérie (audio-vidéo)

 

Question :

 

Un frère d'algérie demande :

 

Je compte prochainement me marier et pour cela je souhaite demander en mariage la fille de ma tante.

 

Mais le problème c'est que j'ai été allaité par la grand mère (la mère de ma tante), mais le lait n'est pas sorti.

 

Ainsi, puis-je demander la main de la fille de ma tante dans cette situtation ?

 

Réponse :

 

Je ne suis pas en mesure de te répondre maintenant concernant cette affaire.

 

Tu dis que le lait n'est pas sorti, mais tu n'es pas présent à mes cotés (pour que je vérifie l'information), donc je ne peux pas te répondre.

 

Tu dois aller interroger les savants présents chez vous.

 

Il est en Algérie ?

 

La personne qui lit répond :

 

D'Algerie, oui

 

Réponse :

 

Vas chez l'un des frères suivant :

 

-Cheikh AbdelMadjid ibn Djoumou'a,

-Cheikh AbdelGhani al 'Awissat,

-Cheikh 'Azzedine Ramadani, (Note du webmaster : Ne pas confondre avec Abdelmalik Ramadani dont les savants nous ont mis en garde Ici et Ici)

-Cheikh Lazhar Siniqra

-ou Cheikh Mohammed ibn 'Ali Ferkous.

 

Et tu lui explique ton affaire.

 

Il interrogera ta grand mère et vérifira cela.

 

16 mouharam 1434

Traduit par Abou Haroun Abdelmalik

Publié par 3ilmchar3i.net

 

السّؤال: سائلٌ من الجزائر يقول

أنا مُقبلٌ على الزّواج حيثُ أُريد خُطبة ابنة عمّتي ولكنِ المُشْكِل أنِّي رضعتُ من الجدّة –أي: أُمّ عمّتي- ولكن –يعني- لم يخرُج الحليب فهل أستطيعُ خُطبة ابنة عمّتي في هذه الحالة؟

الجواب: لا أستطيعُ أن أُجيبَك الآن على هذه المسألة؛ أنتَ قُلتَ: لم يخرج الحليب وهذا أنتَ غائبٌ عنِّي فلا أستطيع أن أُجيبَك؛ يجب أن تذهب إلى عالِم عندكُم؛ هُو من الجزائر؟

قارئ السّؤال: من الجزائر؛ نعم

الشّيخ عُبيد: أن تذهَبَ إلى أحد الإخوة: الشّيخ عبد المجيد بن جمعة، أو الشّيخ عبد الغنيّ عوسات، أو الشّيخ عزّ الدِّين رمضاني، أو الشّيخ الأزهر سنيقرة، أوالشّيخ مُحمّد بن عليّ فركوس؛ تشرح لهُ المسألة وسيطلب جدّتك هذه ويستوثق منها، نعم

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

Nouvelle bibliothèque de Cheikh Rabi’ al-Madkhali (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Nouvelle bibliothèque de Cheikh Rabi’ al-Madkhali (vidéo)

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Cheikh Hâmad Ibn Mohamed Al-Ançâry (vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Cheikh Hâmad Ibn Mohamed Al-Ançâry (vidéo)

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>