compteur de visite

Catégories

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 01:11
Paroles des savants au sujet de Bachir le tunisien de Villiers (audio)

Cheikh Abdoullah El Boukhari de Médine fait une nasiha

à Bachir le Tunisien et à ses étudiants salafis

 

 

Voici ce qu’il a dit : 

 

“J'ai écouté plusieurs enregistrements de Bachir le Tunisien, qu'Allah le guide, et j'ai conclu que ses paroles ne sont pas les paroles d'un homme qui comprend la signification de la science et qui n’a pas été éduqué avec la science de la sounna pure qui est basée sur les deux révélations (c'est à dire le Coran et la Sounna) à la compréhension des pieux prédécesseurs” 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari a démontré que Bachir ne maitrise pas les bases de la religion et que ses preuves et sa façon de les utiliser (c'est à dire la façon de prouver les choses) ne sont pas corrects.

 

Il a pris comme exemple les preuves que Bachir utilise pour rendre permis les manifestations. 

 

Le Cheikh conseil de ne pas prêter l'oreille à Bachir :

 

« parce qu'il y fait rentrer des poisons clairs et camouflés avec ses paroles sur les savants d'Ahl El Sounna ».

 

Cheikh El Boukhari a dit qu'il ne faut pas écouter n'importe qui et qu’il n’est pas permis d'assister aux cours des gens de passion qui critiquent la Sounna.

 

Il a dit sur Bachir que :

 

« ses paroles sont un égarement clair du manhadj de Ahl El Sounna » 

 

Cheikh El Boukhari حفظه الله s'est aussi adressé aux salafis qui assistent aux cours et ne sont pas d'accord avec ses éloges sur El Qardawi et avec les critiques sur les savants d'Ahl El Sounna.

 

Il a dit que leur présence crée une choubeha pour les autres.

 

Ensuite le cheikh a rapporté une belle parole de Sofian El Thawri pour les frères salafis qui prétendent avoir un degré d'amour pour Bachir pour ce qu'il fait dans la da'wa et continuent à assister a ses cours : 


« Sofian El Thawri a dit :

Si tu as aimé quelqu’un pour Allah et que cette personne ensuite commet une innovation, et que tu ne le déteste pas pour Allah, sache que tu ne l'a pas aimé pour Allah. » 

 

Résumé et regroupement des paroles de Cheikh Abdallah El Boukhari

sur Bachir Ibn Hassan en six points

 

Le fait de ne pas revenir aux grands savants

 

Il devient clair dans les paroles de Cheikh El Boukhari que Bachir ne revient pas aux paroles des savants : 

 

«Il n’y a pas un seul savant d'Ahl El Sounna qui dit ce qu'il dit et il (c'est à dire Bachir) guide vers ce qu'il ne sait pas en ce qui concerne El Qardawi » 

 

«S’il est devenu sourd aux paroles des savants ou s’il est devenu aveugle devant la vérité qui a été clarifiée par les savants dans l'affaire de l'Iraq, quel est alors notre péché?

Et quel est le péché de nos savants ?

Ils ont clarifié ce qu'il y avait à clarifier...

Le péché est sur lui et non sur nos savants»  

 

Le cheikh a aussi clarifié que le fait de rompre avec les savants implique qu’on rompe avec la vérité: 

 

«Et le fait qu'il a rompu avec les gens de vérité et avec les porteurs de la vérité (c'est à dire les savants) est une preuve qu'il a rompu avec le vérité.

En effet, rompre avec les gens de vérité et avec les savants de la sounna est une rupture avec la vérité, et ceci est une chose inévitable » 

 

Critiquer les gens de science

 

Cheikh El Boukhari حفظه الله a réprimandé Bachir pour ses critiques sur les savants d’Ahl El Sounna : 

 

«Son détournement vis-à-vis de Cheikh Moqbil رحمه الله et le fait qu'il lui fasse des allusions de tous les côtés est une preuve de son égarement » 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari a parlé de comment Bachir fait les éloges de Mohamed Bin Hassan El Dadou' qui est un grand prêcheur Ikhwani qui a introduit les idées de Saïd Qoutb et des gens de révolte en Mauritanie.

 

Cheikh Abdallah El Boukhari ne comprend pas que Bachir lui fait des éloges alors que cet homme a déjà participé à deux coups d'état dans son pays. 

 

«Il critique les savants d'Ahl El Sounna en disant qu'il n'a jamais entendu un seul parmi eux parler de la guerre en Iraq et il les décrit comme des savants des menstrues et des femmes qui accouchent.

Et c’est une chose à laquelle il ne faut pas s'étonner car ce n’est pas le premier mensonge de ce da'i sur les savants et ce ne sera pas son dernier.

Et il a été précédé dans cela par Amr Bin Oubeyd le Mou'tazili qui décrivait les savants d’Ahl El Sounna par les savants des torchons, c'est à dire les savants des menstrues et des femmes qui accouchent » 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari explique bien la façon dont laquelle les innovateurs critiquent les gens de science : 

 

«Un innovateur ne te dira jamais: "N'accepte pas les hadiths du prophète صلى الله عليه وسلم", non, personne ne l'acceptera de lui.

Par contre il va critiquer les savants qui préservent cette Sounna a laquelle ils appellent, et c'est pourquoi ils utilisent des termes comme "les savants des menstrues et des femmes qui accouchent"» 

 

«Et c'est lorsqu'ils ont fait fuir les gens des savants d’Ahl El Sounna qu'ils auront réussi à les faire fuir de la vérité que transmettent ces savants, et le résultat sera que les gens adoreront leur Seigneur par les passions, le faux et les égarements... » 

 

«Et ce qui prouve son manque de compréhension de la Sounna, est qu'il critique les porteurs de la Sounna et sa critique est une preuve de son ignorance et son manque de science de la Sounna » 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari utilise l'exemple de Bachir qui voit que la durée des khoutba du vendredi doit être longue pour prouver sa mauvaise compréhension : 

 

«Il est sorti du (droit) chemin et c'est pourquoi il va inévitablement tomber dans la transgression de la Sounna » 

 

L'exagération envers les personnes

 

Cheikh Abdallah El Boukhari a montré que Bachir a une vénération pour les gens d'innovation comme El Qardawi et Mohammed Bin Hassan El Dadou'. 

 

« En ce qui concerne ses éloges d’El Qardawi qui ont été faites de telle façon, il (Bachir) a divergé avec les gens de science de Ahl El Sounna qui ont parlé sur El Qardawi et qui ont démontré ses erreurs comme Cheikh Moqbil رحمه الله et d'autres comme Cheikh Abdel Mohsin El Abbad » 

 

«Et il est connu que El Qardawi est un symbole des Ikhwans Mouslimoun et qu'ils le vénèrent et le sanctifient » 

 

Bachir a en effet de l’exagération envers El Qardawi qu’il considère comme moudjtahid : 

 

«Et le fait qu'il (Bachir) dit de lui (El Qardawi) qu'il fait parti des moudjtahidin est une chose qui nécessite beaucoup de preuves car la parole d'Allah qui s'applique sur El Qardawi est celle ou Il dit : “Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? Et Allah l'égare sciemment” Certains gens d'innovation s'égarent et égarent les autres alors qu'ils possèdent une certaine science, mais leur science est mélangé avec des choubehat » 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari a expliqué comment à Doha (au Qatar) il y a eu un rassemblement d'Ikhwans (pendant trois jours) intitulée "Rencontre de l'Imam El Qardawi avec ses amis et ses élèves" et dit qu’ils le comparent à l'imam El Zohri.

Il montre comment dans avec leur exagération ils ont fait un programme d'enseignement du manhadj de "l'Imam’ El Qardawi dans la jurisprudence, la da'wa, le tafsir etc... afin de former un madhab de El Qardawi ! 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari explique aussi que Bachir fait des éloges à des gens égarés en les appelant "Allama" : 

 

«Par Allah, il ne sait pas ce que veut dire le mot "Allama" ni ce que veut dire la science» 

 

Suivre aveuglement les autres et s'acharner sur les gens

 

Cheikh El Boukhari dit que dans beaucoup de cas Bachir suit des savants ikhwans.

 

Ainsi il explique comment Bachir suit les paroles de Mohamed Bin Hassan El Dadou' en ce qui concerne l'innovation complémentaire et l'innovation de base : 

 

«Je m'attends à ce qu'il ne comprenne même pas les significations de ces mots » 

 

«Toutes les innovations, qu'elles soient de base ou complémentaire tombent sous la parole du prophète صلى الله عليه وسلم  "Toute innovation est égarement"» 

 

«Nous cherchons refuge auprès d'Allah de l'abandon qu'il (Bachir) a eu a cause de El Qardawi »  

 

«Ses paroles prouvent qu'il appelle aux idées des Ikhwan et des Qoutbis » 


La dureté et le manque de sagesse

 

Et bien sûr la dureté envers les frères salafis est un reproche majeur de Cheikh El Boukhari envers Bachir : 

 

«Il fait des allusions aux autres (c'est à dire les salafis) et il les critique en disant qu'ils ont un mauvais comportement et peu de pudeur et qu'ils utilisent de mauvaises paroles comme celle utilisées par Cheikh Moqbil رحمه الله dans sa réfutation d’El Qardawi... et ceci prouve qu'il n'est pas sorti avec une science qu'il a prit d'autrui » 

 

« Et il (Bachir) critique ses frères salafis (en France) et les accuse d'être des démagogues et il demande à Allah de leur couper la langue ... et dans des autres paroles à lui, on a entendu des insultes et des injures envers les salafis en France » 

 

« En ce qui concerne ses critiques, insultes et injures envers les frères salafis, et le fait qu'il fasse des doua' contre eux en demandant a Allah qu'il leur coupe la langue.

Je lui dis: est-il permis pour lui de faire des doua' contre eux alors qu'il prétend être quelqu’un de juste qui pèse ses mots?....

Non, il ne lui est pas permis de faire cela » 

 

Le fait de ne pas comprendre le djarh wa ta'dil

 

Cheikh El Boukhari montre que Bachir fait du Ta’dil mal placé sur El Qardawi : 

 

« Et la défense (de Bachir) de cette personne est une preuve de son égarement.

En donnant une image pareille de El Qardawi il veut le faire passer comme un Imam qui est moudjtahid et qui a la récompense du idjtihad » 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari explique que Bachir est incapable de descendre les jugements de la chari'a sur les moudjtahidin en concordance avec la Sounna car El Qardawi ne fait pas partie des gens du idjtihad. 

 

Le cheikh a aussi clarifié l'erreur de Bachir qui dit que le terme salafi ne doit pas être utilisé.

 

Pour soutenir sa réponse Cheikh El Boukhari a rapporté des paroles de savants comme Ibn Taymiya, Ibn Qayim, Ibn Qoudama et El Dhahabi.

 

Et il a dit : 

 

«Et ce n’est qu'une personne qui a une maladie dans son cœur qui doute sur la permission de l’usage du terme salafi » 

 

Cheikh Abdallah El Boukhari a ensuite dit que cette parole de Bachir prouve qu'il a peu de science et qu’il ne doit pas parler dans le Djarh wa Ta’dil car ce n’est pas son domaine : 

 

«Celui qui parle en dehors de son domaine viendra avec des choses étonnantes » 

 

« Le Djarh wa Ta’dil n'est pas pour les hommes de son genre, ce n’est pas à lui de fermer cette porte ou d'en parler.

Si lui, ne comprend pas ni ne maitrise le Djarh wa Ta’dil, qu'il ne critique pas les paroles de ceux qui maitrisent la matière. » 

 

Assise au domicile du cheikh le 19 février 2009 entre le maghreb et l’isha à Médine.

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul

met en garde contre Bachir Ibn Hassan Le tunisien

التحذير الحسن من التونسي بشير بن الحسن

 

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul - الشيخ أحمد بن عمر بازمول

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود