compteur de visite

Catégories

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 01:11
Dalil Boubakeur‏ de la Mosquée de Paris

Louange à Allah, l'Unique, et prière et salut sur le Prophète ultime. Après ce préambule :

 

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') a pris connaissance de ce qui a été transmis à Son Eminence, le Mufti général de la part du secrétaire général de la Ligue Mondiale Islamique portant le numéro (78/7442) daté du 22/05/1416 de l'hégire ainsi que son transfert au Secrétariat Général du Comité des Grands Oulémas avec le numéro (2592) daté du 30/05/1416 de l'hégire.

 

Le message de son Eminence est comme suit :

 

J'ai l'honneur d'informer votre Excellence que la ligue a appris de la part de son bureau installé à Paris que Monsieur Dalîl Abou Bakr, responsable de la mosquée de Paris a fait des déclarations dans la revue française "Télérama", numéro (2370) datée du 14/06/1995, dans lesquelles il affirme que les juifs et les chrétiens ne sont pas des mécréants et qu'ils suivent le chemin d'Allah.

 

Il autorisa le mariage des musulmanes avec eux et étaya cela par un argument selon lequel le Coran n'interdit pas aux musulmanes d'épouser des juifs ou des chrétiens et que ce sont les jurisconsultes musulmans qui ont interdit ce genre de mariage, en comparant les juifs et les chrétiens à des mécréants, selon ses propos.

 

Le courrier comprenait également qu'Al-Azhâr Ach-Charîf en Egypte, a propagé depuis deux ans que Dalîl était du nombre des savants de France. Ainsi, on lui donna plus d'importance que ce qu'il mérite réellement et de ce fait, il a entrepris de délivrer des Fatwas sans science.

 

Compte tenu de la gravité de cette question, puisque cette personne a donné le feu vert aux jeunes filles musulmanes pour se jeter dans les filets des juifs et des chrétiens, et suite au désir de la ligue mondiale islamique de sensibiliser les femmes musulmanes envers leurs devoirs religieux et afin de les mettre en garde contre le fait de tomber entre les mains des juifs et des chrétiens, chose qui aurait des conséquences désastreuses et conduirait ces femmes et leurs enfants, à embrasser la religion de leur époux.

 

Pour ces raisons, la ligue islamique souhaiterait que votre Excellence lui fasse l'honneur de lui délivrer une Fatwa au sujet de cette situation périlleuse.

 

Ainsi, grâce à cette fatwa, la ligue islamique pourra faire ce qu'elle estime être un devoir de faire.

 

Après avoir étudié la question le Comité de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') a donné la réponse dont voici la teneur :

 

Les musulmans sont unanimes pour dire qu'il n'est pas permis à une musulmane d'épouser un mécréant, quel qu'il soit, polythéiste, juif ou chrétien et ce, compte tenu de la présence, d'un texte catégorique relatif à l'interdiction de le faire, dans Livre d'Allah (Le Très-Haut).

 

En effet, Allah (Le Très-Haut) a dit (traduction rapprochée) :  

 

"Et n'épousez pas les femmes associatrices tant qu'elles n'auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu'une associatrice même si elle vous enchante. Et ne donnez pas d'épouses aux associateurs tant qu'ils n'auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu'un associateur même s'il vous enchante." (2/221)

 

Puis cette autre parole du Très-Haut (traduction rapprochée) :  

 

"Elles ne sont pas licites (en tant qu'épouses) pour eux, et eux non plus ne sont pas licites (en tant qu'époux) pour elles." (60/10)

 

Jusqu'à la fin du verset.

 

Quant à la confusion que l'auteur de cette Fatwa mensongère, a voulue semer en disant que les juifs et les chrétiens ne seraient pas des mécréants, etc. .

 

Ce genre de propos ne saurait provenir d'un croyant et celui qui doute de la mécréance des juifs et des chrétiens est lui-même un mécréant, comme eux.

 

Car il a désavoué Allah dans ce qu'Il a révélé.

 

Et certes, Allah (Exalté soit-Il) a dit (traduction rapprochée) :  

 

"Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les Associateurs, ne cesseront pas de mécroire jusqu’à ce que leur vienne la Preuve évidente" (98/1)

 

Ce verset ainsi que ceux qui lui ressemblent, sont catégoriques quant à l'affirmation de la mécréance des gens du Livre, et ceux-ci sont: les juifs et les chrétiens.

 

Trois idées insoutenables sont réunies dans la Fatwa citée :

 

- Le désaveu de ce qu'Allah (Le Très-Haut) a révélé.

- La contradiction avec l'unanimité des musulmans construite sur les textes catégoriques du Livre.

- L'ignoble charge portée contre les jurisconsultes musulmans, en insinuant que ces derniers rendent des avis religieux de leur propre tête.

 

Ces trois idées sont des épreuves et elles sont énormes auprès d'Allah (Le Très-Haut).

 

Même si c'est la première d'entre elles, celle qui est le fait de désavouer Allah (Le Très-Haut) dans ce qu'Il a révélé, est la plus énorme et la plus dangereuse puisqu'elle plonge son auteur dans les abîmes de la mécréance.

 

Nous demandons à Allah le salut.

 

Par conséquent, il est obligatoire de réfuter cette Fatwa, d'exposer sa fausseté et ce qu'elle contient comme parole de mécréance et d'attirer l'attention sur l'égarement de la personne citée au sujet de ce qu'elle a affirmé.

 

De même, il est nécessaire de le conseiller et de lui montrer son erreur, peut-être qu'Allah lui accordera la guidée.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La Fatwa numéro (18063)

(Numéro de la partie: 18, Numéro de la page: 278 à 281)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود