compteur de visite

Catégories

17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:54
La hijrah - الهجرة

Définition du terme Hijrah

 

-La définition linguistique du mot Hijrah :

 

Laisser quelque chose.

 

Al- Hajr et Al-Houjran ont le sens de se séparer ou de se couper de quelque chose, physiquement ou par la parole ou par le coeur.

 

C’est le contraire d’être relié à quelque chose.

 

-La définition religieuse du mot Hijrah :

 

C’est de quitter le pays où on retrouve ouvertement la pratique du Koufr, des péchés ou des Bid’ahs vers le pays où on retrouve le Tawhid, l’obéissance à Allah et la Sounnah, dans le but de plaire à Allah et de préserver notre foi.

 

222.gif

Le mérite de faire la Hijrah

 

La Hijrah est une des plus grande forme d’adoration dans l’Islam.

 

Allah a glorifié les croyants qui font la Hijrah dans plusieurs versets du Qor’an.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

(Ceux qui ont cru, qui ont fait la Hijrah et qui ont lutté par leurs biens et leurs personnes dans le sentier d'Allah, ont les plus hauts rangs auprès d'Allah... et ce sont eux les victorieux. Leur Seigneur leur annonce de Sa part, miséricorde et agrément, et des Jardins où il y aura pour eux un délice permanent. Où ils demeureront éternellement. Certes il y a auprès d'Allah une énorme récompense) At-Tawbah : 20.

 

Il dit aussi (traduction rapprochée) :

 

(Ceux donc qui ont fait la Hijrah, qui ont été expulsés de leurs demeures, qui ont été persécutés dans Mon chemin, qui ont combattu, qui ont été tués, Je tiendrai certes pour expiées leurs mauvaises actions, et les ferai entrer dans les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, comme récompense de la part d'Allah.› Quant à Allah, c'est auprès de Lui qu'est la plus belle récompense.) Aalou ‘Imraan : 195.

 

Il dit aussi (traduction rapprochée) :

 

(Et quiconque fait la Hijrah dans le sentier d'Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance. Et quiconque sort de sa maison, faisant la Hijrah vers Allah et Son messager, et que la mort atteint, sa récompense incombe à Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux.) An-Nisa : 97-100.

 

Il dit aussi (traduction rapprochée) :

 

(Ceux qui ont cru, qui ont fait la Hijrah et lutté de leurs biens et de leurs personnes dans le sentier d'Allah, ainsi que ceux qui leur ont donné refuge et secours, ceux- là sont alliés les uns des autres. Quant à ceux qui ont cru et n'ont pas fait la Hijrah, vous ne serez pas liés à eux, jusqu'à ce qu’ils fassent la Hijrah. Et s'ils vous demandent secours au nom de la religion, à vous alors de leur porter secours, mais pas contre un peuple auquel vous êtes liés par un pacte. Et Allah observe bien ce que vous oeuvrez. Et les Kouffars sont alliés les uns des autres. Si vous n'agissez pas ainsi [et n’appliquez pas Al-Walaa wal-Baraa avec les Kouffars], il y aura discorde (Fitnah) sur terre et grand désordre (Fasaad Kabiir). Et ceux qui ont cru, fait la Hijrah et lutté dans le sentier d'Allah, ainsi que ceux qui leur ont donné refuge et porté secours, ceux-là sont les vrais croyants: à eux, le pardon et une récompense généreuse. Et ceux qui après cela ont cru et fait la Hijrah et lutté en votre compagnie, ceux-là sont des vôtres. Cependant ceux qui sont liés par la parenté ont priorité les uns envers les autres, d'après le Livre d'Allah. Certes, Allah est Omniscient.) Al-Anfaal : 72-75.

 

Allah dit aussi (traduction rapprochée) :

 

(Quant à ceux qui ont fait la Hijrah après avoir subi des épreuves, puis ont lutté et ont enduré, ton Seigneur après cela, est certes Pardonneur et Miséricordieux.) An-Nahl : 110.

 

222.gif

Les preuves de l’obligation de la Hijrah

 

-La Hijrah est obligatoire pour tout musulman qui vit parmi les Kouffars et qui n’est pas capable d’établir sa religion et qui est capable de faire la Hijrah.

 

Allah le très Haut dit à ce sujet (traduction rapprochée) :

 

(Ceux dont les Anges enlèveront leurs âmes alors qu’ils se font du tort à eux-mêmes. Il leur sera dit : ‹Pourquoi êtes-vous resté là?› - ‹Nous étions incapable de voyager sur terre›, dirent-ils. Alors les Anges diront: ‹La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre de faire la Hijrah?› Voilà bien ceux dont le refuge est l'Enfer. Et quelle mauvaise destination!) An-Nisa : 97.

 

-L’Imam Ibnou Kathiir dit au sujet de ce verset dans son Tafsir :

 

(Ce verset a été révélé de façon générale au sujet de toute personne qui vit parmi les Moushrikines, qui est capable de faire la Hijrah et qui n’est pas capable d’établir sa religion.

 

Celui-là se fait du tort à lui-même et il commet un Haraam (péché) selon le consensus (Ijmaa’) et selon ce verset.

 

Car Allah dit (traduction rapprochée) :

 

(Ceux dont les Anges enlèveront leurs âmes alors qu’ils se font du tort à eux-mêmes.)

 

C'est-à-dire : en laissant tomber la Hijrah (Il leur sera dit : ‹Pourquoi êtes-vous resté là?›) C'est-à-dire : Pourquoi êtes-vous resté là et avez-vous laissé tomber la Hijrah? (Nous étions incapable de voyager sur terre› dirent-ils.) C'est-à-dire : nous ne sommes pas capable de sortir du pays, ni de partir ailleurs sur terre. (Alors les Anges diront: ‹La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre de faire la Hijrah?› Voilà bien ceux dont le refuge est l'Enfer. Et quelle mauvaise destination!)

 

Fin de la citation.

 

-Le Sheikh Salih Al-Fawzaan explique ce verset dans son livre : Sharhou risaalati addalaa- il fi houkmi mouwaalaaati ahl al-ishraak, page 81-86 :

 

(Ce verset fut révélé au sujet de laisser tomber la Hijrah, qui signifie : de quitter le pays de Koufr vers le pays de l’Islam.

 

Il est obligatoire pour le musulman de faire la Hijrah avec sa religion, d’un pays où il n’est pas capable de montrer sa religion ouvertement.

 

Et le fait de pouvoir montrer ouvertement sa religion ne signifie pas qu’on lui laisse le droit de faire la Salat ou l’adoration et qu’on ne lui dit rien à ce sujet.

 

Mais de montrer ouvertement la religion signifie qu’il peut déclarer ouvertement que l’Islam est la religion de vérité et que toutes les autres religions sont fausses et qu’Allah a rendu obligatoire a toute la création de suivre le messager de l’Islam et que toutes les autres révélations et législations divines ont étés abrogées par la Shari’ah de l’Islam et d’inviter les gens à l’Islam. Voilà ce que signifie de montrer ouvertement sa religion.

 

Mais le fait que les Kouffars laisse le musulman faire la Salat et jeûner, cela n’est pas de pouvoir montrer ouvertement la religion.

 

Car le bienfait de ces actions ne profite qu’à celui qui les fait.

 

Mais l’obligation pour le musulman est de transmettre et de propager et d’inviter à l’Islam (Da’wah15) et le musulman ne doit pas se limiter à lui-même.

 

Donc si le musulman n’est pas capable de faire cela, la Hijrah devient obligatoire pour lui.

 

Et c’est de quitter le pays de Shirk vers les pays de l’Islam, pour fuir avec notre religion, comme le prophète à fait la Hijrah avec ses compagnons, de Makkah vers Al-Madinah.

 

Certaines personnes parmi les musulmans sont restées à Makkah et ont abandonné la Hijrah.

 

Ils sont restés à Makkah sous la tutelle et l’autorité des Kouffars. Lorsque la bataille de Badr– qui est la première bataille dans l’Islam – a eu lieu, les Moushrikines sont sortie et ils ont forcé ces musulmans à sortir vers Badr avec eux.

 

On ne peut pas dire : que cela entre dans la contrainte, car pourquoi étaient-ils rester là-bas pour permettre aux Moushrikines de les forcer?

 

Il était plutôt obligatoire pour eux de faire la Hijrah avec leurs frères.

 

Mais puisqu’ils sont restés jusqu’à ce que les Kouffars leur imposent de sortir avec eux par la force, ils sont donc responsables de cette situation.

 

Ces musulmans sont donc morts dans la bataille Badr et les musulmans étaient désolés d’avoir tué certains de leurs frères lorsqu’ils ont appris cela. Allah à donc fait descendre le verset : (Ceux dont les Anges enlèveront leurs âmes) C'est-à-dire : les anges de la mort.

 

Car lorsque l’être humain meurt et que son terme est arrivé, les anges descendent du ciel pour enlever son âme de son corps. (...)

 

Allah dit (traduction rapprochée) : (alors qu’ils se font du tort à eux-mêmes) c'est-à-dire qu’ils se font du tort à eux mêmes à cause des péchés qu’ils font.

 

Et un des plus grave péché qui soit est le fait de laisser tomber la Hijrah.

 

Donc celui qui à laisser tomber la Hijrah, alors qu’il est capable de la faire, il s’est fait du tord à lui-même.

 

C'est-à-dire qu’il n’est pas resté à la place où il devait être.

 

Car le mot Dhoulm (injustice ou tord) signifie de mettre quelque chose ailleurs qu’à sa place.

 

Donc celui qui s’est placé avec les Kouffars, alors qu’il devait obligatoirement se mettre avec les musulmans, s’est fait du tord à lui-même.

 

Et les anges leur diront : (‹Pourquoi êtes-vous resté là? ›) avec quel groupe étiez vous?

 

Les anges leur font des réprimandes parce qu’ils sont restés avec les Kouffars.

 

Ils ont répondu en disant : (‹Nous étions incapable de voyager sur terre) C'est-à-dire : les Kouffars nous ont forcé à sortir avec eux.

 

Les anges n’acceptent pas leurs accuses et disent : (‹La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre de faire la Hijrah?›) La terre est-elle devenue étroite au point de ne pas pouvoir faire la Hijrah pour sortir de l’emprise des Kouffars.

 

Et les musulmans sont à proximité de vous dans la ville d’Al- Madinah?

 

Vous n’avez donc aucune excuse de vous trouver parmi les Kouffars.

 

En fait, vous avez été négligeant et c’est vous qui avez permis aux Kouffars d’avoir ce pouvoir sur vous.

 

Voilà un parmi les inconvénients du fait de demeurer avec les Kouffars et sous leur tutelle, lorsque les anges descendent pour prendre l’âme du musulman qui est dans cette situation, alors qu’il est parmi les Kouffars et qu’il était capable de faire la Hijrah, mais qu’il la laisse tomber.

 

Tout musulman qui laisse tomber la Hijrah alors qu’il est capable de la faire et qu’il ne peut pas montrer ouvertement sa religion, alors il sera dans la même situation que ceux d’ont parle le verset.

 

Et le jugement de ce verset ne se limite pas à ceux-là.

 

Il englobe tout musulman qui s’est établit parmi les Moushrikines alors qu’il est en mesure de faire la Hijrah, mais qu’il a préférer rester avec eux parce qu’il aime et convoite la Dounya ou parce qu’il convoite un poste ou un emploi ou pour des privilèges qu’il veut prendre des Kouffars.

 

Ou parce que les pays des Kouffars sont frais, propres et verdoyants, tandis que les pays musulmans sont arides et désolées.

 

Allah éprouve ses serviteurs, alors ne reste pas – O musulman! – avec les Kouffars par convoitise pour la Dounya. Que ce soit pour de l’argent ou par intérêt personnel ou autre raison.

 

La religion est au dessus de toutes choses.

 

Ta religion est ton seul vrai capital, si tu la négliges et si tu la perds, tu perds tout!

 

Ta Dounya et ton au-delà!

 

Les Sahabahs ont fait la Hijrah et ils n’avaient rien avec eux.

 

Ils ont laissé leur pays, leurs maisons, leurs enfants et ils ont fait la Hijrah dans le sentier d’Allah.

 

Ils ont préféré leur religion à leur Dounya.

 

Et ils ont fait preuve d’endurance face à ce qu’ils ont endurés de difficultés loin de leur pays.

 

Ils étaient pauvres et n’avaient rien avec eux.

 

Mais ils avaient leur religion et s’ils ont leur religion, alors ils ne manquent rien du tout.

 

Tandis que s’ils avaient tout de la Dounya, sans leur religion, alors tout ce qu’ils possèdent ne leur sert à rien du tout. (...)

 

(Voilà bien ceux dont le refuge est l'Enfer.Et quelle mauvaise destination!) Ceci est une menace et ne signifie pas qu’ils sont des Kouffars.

 

Ce sont des versets de menace pour celui qui laisse tomber la Hijrah alors qu’il est capable de la faire. Il est donc sous la menace, mais cela ne signifie pas qu’il est Kafir.

 

(A l'exception des impuissants: hommes, femmes et enfants incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie : A ceux-là, il se peut qu'Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur.) Ceux qui se sont excusé, au début du verset, ne font pas parti de ceux qui sont vraiment incapables, car ils sont responsables de leur incapacité et de leur faiblesse, parce qu’ils pouvaient quitter.

 

Mais ceux qui sont réellement incapables parmi les hommes et les femmes et qui n’ont aucun moyen pour sortir de chez les Kouffars et qui ne connaissant pas les chemins, ceux-là sont excusés.

 

Ce qu’on peut tirer de ce verset : est que ceux qui sont restés avec les Kouffars sans excuses valables et qui ont été forcer par les Kouffars à sortir pour augmenter le nombre des Kouffars et pour combattre et aider contre les musulmans ont commis un péché majeur qui est parmi les grands péchés.

 

Cela peut même atteindre le Koufr, car d’aider les Kouffars contre les musulmans (par amour pour leurs croyances et leurs religions) fait parti de ce qui annule l’Islam d’un personne.

 

Mais ceux-là n’ont pas aidé les Moushrikines de leur plein gré.

 

Ils ont étés forcé par les Moushrikines à sortir avec eux.

 

Néanmoins, ils ne sont pas excusés, car ils sont responsables d’avoir abandonné la Hijrah et ils sont responsables de s’être mis sous la tutelle des Moushrikines.

 

Allah ne les a donc pas excusés. Parce qu’ils ont laissé tomber la Hijrah alors qu’ils étaient capables de la faire.

 

Allah les a donc menacés de cette menace.

 

Ce qui prouve que le musulman qui s’installe parmi les Moushrikines et qui augmente leur nombre et qui agit comme eux et participe avec eux est dans un grand danger par rapport à sa religion : Soit qu’il est dans l’apostasie, soit qu’il est sous une grave menace. )

 

Fin de la citation

 

-L’Imam Mouslim a rapporté dans son Sahih le Hadith selon ‘Aishah qui a dit :

On a demandé au messager d’Allah sallallahou 'alaihi wa salam au sujet de la Hijrah et il dit :

« Il n’y a plus de Hijrah après la conquête (de Makkah), mais il y a le Jihad est l’intention... ».

 

L’Imam An- Nawwawi dit dans son explication de Sahih Mouslim :

(Les ‘Oulamas ont dit : La Hijrah de Dar Al-Harb (pays de Koufr) vers Dar Al-Islam (pays musulman) reste jusqu’au Jour de la résurrection.

 

Il existe deux explications au sujet de ce Hadith :

 

1- Il n’y a plus de Hijrah après la conquête de Makkah car elle devenue Dar Islam et la Hijrah n’est que de Dar Al-Harb.

C’est en réalité un miracle du messager qui annonçait que Makkah va demeurer Dar d’Islam et qu’il est dont inconcevable qu’on puisse faire la Hijrah de celle ci.

 

2- Ce Hadith signifie qu’après la conquête, aucune Hijrah n’aura le mérite que la Hijrah avant la conquête, comme Allah dit (traduction rapprochée) :

(Et qu'avez-vous à ne pas dépenser dans le chemin d'Allah, alors que c'est à Allah que revient l'héritage des cieux et de la terre? On ne peut comparer cependant celui d'entre vous qui a donné ses biens et combattu avant la conquête... ces derniers sont plus hauts en hiérarchie que ceux qui ont dépensé et ont combattu après. Or, à chacun, Allah a promis la plus belle récompense, et Allah est Grand Connaisseur de ce que vous faites.) Al-Hadiid : 10.

 

Fin de la citation.

 

-Et Sheikhoul-Islam Ibn Taymiyyah dit à ce sujet dans Majmou’ Al-Fataawaa (18\281-282) :

(Le prophète sallallahou 'alaihi wa salam a dit :

 

« Il n’y a plus de Hijrah après la conquête (de Makkah), mais il y a le Jihad est l’intention... ».

 

Et Il a dit sallallahou 'alaihi wa salam :

 

«La Hijrah ne cesse pas tant que l’ennemi est combattu. »

 

Ces deux Hadiths sont vrais. Le premier parle de la Hijrah qui était connue à son époque, c'est-à-dire la Hijrah de Makkah ou des autres régions vers Al-Madinah.

 

Cette Hijrah était légiféré lorsque Makkah était Dar Harb wa Koufr et que la foi était dans la ville d’Al-Madinah.

 

La Hijrah de Dar Al-Koufr vers Dar Al-Islam était obligatoire pour celui qui en avait la capacité.

 

Lorsque Makkah fut conquise et qu’elle devint Dar Islam, et que les arabes entrèrent dans l’Islam, cette terre devint Dar Islam toute entière.

 

Alors le messager sallallahou 'alaihi wa salam a dit :

 

« Il n’y a plus de Hijrah après la conquête. »

 

Et le fait que la terre soit Dar Koufr, Dar Imaan ou Dar Faasiqine (pays de pervers) n’est pas une caractéristique propre à ce lieu, mais c’est une caractéristique passagère qui dépend de ses habitants.

 

Donc, toute terre dont les habitants sont des croyants pieux, c’est une terre d’alliés d’Allah à ce moment-là.

 

Et toute terre dont les habitants sont des Kouffars, c’est une terre de Koufr à ce moment là.

 

Et toute terre dont les habitants sont des pécheurs, c’est une terre de péchés à ce moment là.

 

Et si c’est une terre dont les habitants sont d’une autre catégorie que celles que nous avons mentionnées, alors cette terre leur appartient à ce moment là.

 

La même chose pour la mosquée, si elle est transformée en bar, ou en un endroit où on commet le péché ou l’injustice ou en église et qu’on pratique le Shirk à l’intérieur, cela dépend de ceux qui fréquentent cet endroit.

 

De même que le bar ou le lieu où on commet des péchés, si on le transforme en mosquée dans laquelle ont adore Allah, il changera donc selon ceux qui le fréquentent aussi.)

 

Fin de la citation.

 

-L’Imam Ibnou Qoudaamah Al-Maqdisi dit dans son livre Al-Moughni :

 

(La Hijrah signifie de sortir du pays de Koufr vers un pays d’Islam (...) et le verdict au sujet de la Hijrah est qu’elle demeure valable jusqu’au jugement dernier selon la position générale des savants.)

 

-L’Imam Ahmad Ibn Hussain Al-Baihaqi dit dans Shou’ab Al-Imaan :

 

(la branche 66 parmi les branches de la foi :

C’est un chapitre sur le fait de s’éloigner des Kouffars et des gens qui font le désordre et d’être dur envers eux.) et après avoir citer plusieurs versets il dit :

(Ces versets et ceux qui vont dans ce sens prouvent que le musulman ne doit pas aimer le Kafir, même si ce Kafir est son père ou son fils ou son frère. Il ne doit pas rester prêt de lui ni être son voisin ou le fréquenter et le prendre comme compagnon comme cela est courant entre lui et le musulman même s’il n’est pas de sa famille.)

 

Fin de la citation.

 

-Le Sheikh Hammaad Ibn Mohammad Al-Ansaari a écrit un livre sur le sujet de la Hijrah qui se nomme : I’laam Az-Zoumarah bi ahkaam Al-Hijrah dans lequel il a confirmé qu’il est obligatoire de quitter le pays de Koufr vers le pays musulman.

Et il a confirmé cela par écrit et par la pratique, car il a quitté son pays et sa ville au Mali pour aller vivre en Arabie Saoudite.

Parce qu’il considérait que s’était le meilleur pays pour réellement pratiquer sa religion.

 

-On a posé la question au comité permanent de Fatwa de l’Arabie Saoudite présidé par le Sheikh ‘Abdul-‘Aziz Ibn Baaz au sujet de la Hijrah (Fatwa # 9501) :

 

(Question : Comment se fait la Hijrah dans le chemin d’Allah à l’époque actuelle?

 

Réponse : La Hijrah dans le chemin d’Allah, c’est de quitter le pays de Shirk vers le pays de l’Islam. Comme les musulmans ont quitté Makkah avant que ses habitants ne deviennent musulmans, vers Al- Madinah. Car lorsque les habitants de Al-Madinah ont donné la Bay’ah au prophète , c’est devenu un pays musulman et le prophète leur a demandé de faire la Hijrah vers cette ville. La Hijrah peut également être d’un pays de Shirk vers un autre pays de Shirk où il y a moins de mal et moins de danger pour un musulman. Comme le prophète avait ordonné à certains musulmans de faire la Hijrah vers l’Éthiopie.)

 

-Une autre question a été posé au comité permanent de Fatwa de l’Arabie Saoudite présidé par le Sheikh ‘Abdul-‘Aziz Ibn Baaz au sujet de la Hijrah (Fatwa # 2922) :

 

(Question : Il n’est pas permis en Angleterre de faire le Adhaan à l’extérieur des mosquées. On peut uniquement le faire à l’intérieur de la mosquée. Est-ce que les musulmans sont dans le péché en suivant la loi anglaise?

 

Réponse : Il n’est pas permis de rester dans un pays dans lequel le musulman est empêché d’exprimer ouvertement sa pratique de l’Islam et de les annoncés publiquement. Il est donc obligatoire pour celui qui en est capable, de faire la Hijrah vers un pays où ils pourront établire les principes de la religion de l’Islam et de les montrer et où il pourra coopérer avec les musulmans dans le bien et dans la piété et où il pourra augmenter le nombre des musulmans. Et il ne manquera pas de subsistance, car Allah dit : (Et quiconque craint Allah, il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas.) Talaq : 2-3. Et ceux qui demeurent dans ces pays ou dans des pays semblables, où il y a des interdictions pour les musulmans dans la pratique de leur religion, alors qu’ils ont la capacité de faire la Hijrah, alors ils sont dans le péché...) Fin de citation. On voit comment les savants considèrent que de ne pas pouvoir faire le Adhaan est une chose qui rend la Hijrah obligatoire pour celui qui est capable. Alors que dire des pays où on interdit plus que le Adhaan!

 

-L’Imam Ibnou Qoudaamah Al-Maqdisi explique dans son livre Al-Moughni :

 

(Les gens sont de trois catégories en ce qui concerne la Hijrah :

 

1- Celui pour qui la Hijrah est obligatoire.

Et c’est celui qui est capable de la faire et qui ne peut pas montrer ouvertement sa religion ou qui ne peut pas accomplir ses obligations religieuses en restant parmi les Kouffars.

Il lui est obligatoire de faire la Hijrah à cause du verset (traduction rapprochée) :

(Ceux dont les Anges enlèveront leurs âmes alors qu’ils se font du tort à eux-mêmes. Il leur sera dit : ‹Pourquoi êtes-vous resté là?› - ‹Nous étions incapable de voyager sur terre›, dirent-ils. Alors les Anges diront: ‹La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre de faire la Hijrah?› Voilà bien ceux dont le refuge est l'Enfer.) An-Nisaa : 97.

C’est une menace qui indique l’obligation.

Car d’appliquer sa religion est obligatoire pour celui qui est capable de le faire.

Et la religion est la plus grande des nécessitées.

Et quand une chose est nécessaire pour accomplir quelque chose d’obligatoire, alors elle devient elle-même obligatoire.

 

2- Celui qui n’a pas à faire la Hijrah.

C’est celui qui est incapable de la faire, soit à cause d’une maladie ou parce qu’on le contraint à rester ou à cause de la faiblesse ou des femmes et des enfants etc.

Il n’est pas à faire la Hijrah, parce qu’Allah dit :

(A l'exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie : A ceux-là, il se peut qu'Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur.) An-Nisa : 97-99.

On ne dit pas qu’elle est recommandée à son sujet parce qu’il est incapable de la faire.

 

3- Celui pour qui la Hijrah est recommandé et non obligatoire.

C’est celui qui est capable de la faire, mais qui est capable de montrer ouvertement sa religion et de l’établir librement dans Dar Al-Koufr.

Alors il est recommandé pour lui de faire la Hijrah pour qu’il puisse lutter contre les Kouffars et pour qu’il augmente le nombre des musulmans et qu’il les aide.

Et pour qu’il cesse d’augmenter le nombre des Kouffars et qu’il cesse de les fréquentés et de voir les choses mauvaises qui se font parmi eux.

Mais la Hijrah n’est pas obligatoire pour lui étant donné qu’il est capable d’établir librement sa religion sans faire la Hijrah.)

 

Fin de la citation

 

222.gif

 

Réponse à une Shoubhah

 

Certains musulmans lorsqu’on leur fait part de l’obligation de faire la Hijrah, ils s’objectent en disant que les musulmans sont nombreux à présent et qu’il est impensable que tous ces gens laissent les pays de Koufr vers les pays musulmans !

 

La réponse à cette objection est très simple, car les musulmans qui sont partis vivre chez les Kouffars ne sont pas tous partis en même temps et de manière organisé.

 

Surtout que plusieurs d’entre eux ignoraient l’interdiction à ce sujet.

 

Mais lorsqu’ils comprendront qu’ils font quelque chose de Haram, ils chercheront à quitter chacun selon sa foi, sa situation, sa capacité, comme ils sont venus In Sha Allah.

 

Si les gens de Bid’ah cessent de mentir et de cacher la vérité sur l’obligation de la Hijrah, il est certain que cela aiderait.

 

Tiré du livre Explication du principe de Al-Walaa wal-Baraa Et la réfutation des extrémismes Avec les preuves du Qor’an et de la Sounnah Et des paroles des ‘Oulamas par Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Emigration - الهجرة