compteur de visite

Catégories

1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 18:08
Principes que tous salafis se doivent de connaître (vidéo)

Au nom d'Allah, le tout-miséricordieux, le très-miséricordieux
Toutes les louanges sont pour Allah, nous Le louons, nous Lui demandons Son aide et implorons Son pardon. 
Nous cherchons protection auprès de Lui contre tout mal venant de nous-mêmes, et contre les méfaits de nos mauvaises actions.
Celui qu'Allâh guide, personne ne peut l'égarer, et celui qu'Allâh égare personne ne peut le guider. J'atteste qu'il n'y a de divinité qu'Allâh (تعالى), Le Seul et Unique méritant d'être adoré et j'atteste que Mouhammad (صلى الله عليه و سلم)  est le Prophète d'Allâh et Son serviteur.
La parole la plus véridique est celle d'Allâh, la meilleure guidée est la guidée de Mouhammad, les pires des choses sont les nouveautés (dans la religion), toute nouveauté (dans la religion) est une innovation, toute innovation est un égarement, et tous les égarements mènent au Feu.

 

Ce discours que je vais donner à mes frères parmi les étudiants en science venant de différents pays, pays islamiques, étant des paroles instructives, premièrement pour moi-même et deuxièmement pour mes frères.

 

Et après cela Incha Allah, il y aura une série de questions.

 

Concernant ce discours avec la permission d'Allah, l'exalté et Majestueux, il y aura un ajout sur ce que j'avais commencé hier qui est intitulé:

 

"Ce qui est obligatoire à connaître pour le Salafi parmi les principes des Salafs."

Ainsi, à partir des questions importantes qui va débarrasser les salafis de nombreux problèmes est de connaître un principe important et qui est la différence entre la déclaration d'un individu comme étant un innovateur et mettre en garde une personne, lorsque cela se produit à l'un d'entre nous.

 

Ce principe va débarrasser les salafis de nombreux problèmes.

 

C'est parce que parfois, lorsque vous mettez en garde contre la personne qu'ils disent que vous avez déclaré comme innovateur, par la suite tout le monde commence à se lever et prendre la parole et se met en désaccord et se querelle avec vous.

 

Les savants - puisse Allah leur faire miséricorde - et les pieux prédécesseurs - qu'Allah soit satisfait d'eux - et ceux qui foulent leur chemin jusqu'à ce jour différencient entre une personne estimant être un innovateur et une mise en garde contre une personne.


En ce qui concerne le tabdee' (rendre innovatrice une personne), c'est de se prononcer sur une personne qu'il est tombé dans l’innovation (bid'a) et l'obligation d'avertir contre lui.

 

En ce qui concerne mettre en garde (tahdir), ce n'est pas une règle qu'une personne soit tombée dans l'innovation.

 

Toutefois, la personne est dans une position divergente et doit être conseillée.

 

Ce qui signifie qu'il s'est opposé au Manhaj (méthodologie) et aux choses où il est peut être confus, ou a fait une erreur et a persisté dans son erreur, et c'est dans ces stades précoces qu'ils mettent en garde cette personne.

 

Et on peut dire qu'il faut être prudent par rapport à untel ou untel, et il doit être resté à l'écart de jusqu'à ce qu'il se repente et retourne à la vérité, et jusqu'à ce que nous entendons les déclarations détaillées des savants en ce qui le concernent. Ok.

 

Quelle est la chose dangereuse ici?

 

La chose est dangereuse de différents aspects.
 

La première est ce qui se produit entre les jeunes salafis et ayant al-wala wal-Bara (l'alliance et le désaveu) sur cet individu.

 

Certains voient que vous l'avez déclaré comme étant un innovateur et parlait mal de lui et c'est de là que se fait la différence.

 

Il s'agit d'une affaire dangereuse.

 

La deuxième chose est que certains jeunes, et ils sont de l'autre côté, ils pensent que cette personne est toujours en place et est capable d'être bénéfique, non!

 

Car en vérité, cette personne avec ses divergences, il a est à un stade où nous nous arrêtons et restons à l'écart de lui, afin que personne ne peut être influencé par lui.

 

S'il se repent et délaisse sur ce qu'il est, et retourne à la vérité, alors nous retournons vers lui.

 

Et s'il persiste sur le mensonge, les savants se prononcent sur lui comme étant un innovateur, c’est clair ?

 

Donc, la personne qui a été mise en garde doit être laissée à l'écart, en particulier pour les étudiants en science (ceux qui ne sont pas encore affermis dans la science), pourquoi?

 

C'est parce que à ce stade, la personne faisant l'objet d'une mise en garde se situe entre une des deux choses.

 

La première est qu'il retourne à la vérité - et s'il le fait, qu'Allah le récompense.

 

Et la seconde est qu'il persiste dans son mensonge et ne revient pas.

 

Egalement au cours de ce stade, il envoie dans les cœurs et les esprits des jeunes des principes et preuves ambiguës, et il ancre en eux des fondements qui les feront penser qu'il n'est pas un innovateur et ils ne voient pas en lui qu'il a quitté le Manhaj. 

 

En raison de ceci, si les savants le déclarent innovateur et après cela ils ne seront pas contents car il a déjà ancré dans leur cœur ce qui est dit de lui qui n'est pas vrai.

 

Ok, doivent-ils le quitter?

 

Nous disons, oui.

 

Laissez-le à l'écart, il n'y a rien de mieux que d'être sain et sauf, et que votre religion soit sûre.

 

Al-Hamdulilaah les savants sont présents et les étudiants salafis sont très répandues.

 

Sinon ils peuvent trouver des cassettes et livres salafis. Allah n'a pas rattaché la religion à une personne en particulier et la religion et la vérité continue avec la permission d'Allah.

 

Tout-Louange et grâce sont pour Allah.

 

Il n'est pas associé à des personnalités. Sache la vérité et tu connaitras les gens!

 

D'accord?

 

Ceci est un fondement très dangereux.

 

Il s'agit donc d'un principe que tu dois être au courant.

 

Certaines personnes viennent et disent qu'untel et untel sont tombées dans ceci et cela.

 

D'autres diront que les savants ne l'ont pas encore déclaré innovateur.

 

D'accord, s'ils ne sont pas encore déclaré innovateurs cela veut dire qu'il est à un stade où il acceptera la vérité ou la reniera.

 

Et tu seras peut être trompé par lui et tombera dans son complot. Islamiquement, il est de ton devoir de te mettre à l'écart de lui et attendre et voir ce que les savants disent de lui.

 

Est-ce bon de se tourner vers lui et d'en "bénéficier" ou le délaisser?

 

Ce principe est clair maintenant? OK
 

Aussi, il incombe de ce principe ce qui a été précédée, hier, il ne doit pas être trop zélé et ne pas attacher la vérité à des personnes.

 

Qu'en est-il de (Ali Hassan) al-Halabi?

 

Est-il (attaché) au Coran, la Sunna, les Salaf us-Saleh?

 

Il n'en est pas de cela!

 

En ce qui concerne s'il a guidé alors ceci est pour son propre bénéfice, et s'il s'égare alors cela vient de lui car la vérité est fixe et ne bouge pas.

 

Quant à fixer la vérité sur al Halabi, s'il dit quelque chose vous le dites, et s'il refuse vous refusez et vous ne prenez pas votre source de retour le Coran et la Sunna, il s'agit d'un égarement.

 

Comment est-ce, et Halabi, par exemple, tout comme vous le savez tous est tombé dans l'erreur de l'union des religions, appelant à toutes les religions à être un et de dire que l'Islam est le milieu, que le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) est venu avec, qui est de rassembler les gens sur des fondations qu'ils sont tous êtres humains et de ne pas différer entre eux ou de les diviser. 
 

C'est la quintessence de l'hérésie et l'incrédulité.

 

Même si ce faux fondement dont Halabi est tombé dedans, vous en trouverez encore quelques-uns, plusieurs ou l'ensemble le suivre parmi ceux qui l'aiment et le défendent.

 

Cela confirme pour vous tout ce qui a précédé, que les étudiants de science qui ont été prévenus - et Halabi n'est pas un savant - l'étudiant en science qui a été averti doit rester à l'écart de façon à ne pas tomber en proie à ses fitan (épreuves et tribulations).


En ce qui concerne Cheikh (Ahmad bin Yahya) An Najmî - Qu'Allah lui fasse miséricorde - qu'a-t-il dit?

 

Il a dit, "Ces personnes de Sham défendent les gens de l'innovation et la science n'est pas prises des personnes parmi eux."

 

Ce qu'il veut dire, c'est que vous patientez et cessez de s'intéresser à ces individus, ils reviendront à la vérité ou vous les délaisser (s'ils ne le font pas).

 

N'attachez pas la religion, n'attachez pas la vérité en fonction des gens.

 

Aussi, en rapport à cela, nous avons la parole d'Ibn Massoud - qu'Allah soit satisfait de lui - ce principe est le même dont nous parlons.

 

Il a dit:

 

«quiconque suit ou prend quelqu'un comme exemple, laissez le suivre ceux qui sont déjà morts, de ceux qui n'ont pas été mis à l'épreuve avec les tribulations, qui sont les compagnons -. Qu'Allah soit satisfait d'eux tous»

 

Ibn Massoud a dit :

 

«Car en vérité vous ne pouvez pas être sûr que celui qui est vivant ne passera par des épreuves.»

 

C'est un principe qui a été dit par Ibn Massoud et Ibn ‘Umar - qu'Allah soit satisfait d'eux. Alors, où en sont les salafis dans l'application de cette parole?

 

Certains d'entre eux sont loin de là, certains d'entre eux associent la guidée à une personne en particulier, s'il est guidé, ils sont guidés, s'il s'égare, ils s'égarent!

 

C'est une erreur.

 

Et par ce que vous péchez et êtes responsable devant Allah, le Puissant et Majestueux.

 

"Allah en vérité a fait de la vérité, des gens et des signes. Tout comme il a fait du mensonge, des gens et des signes".

 

Et il vous a ordonné de suivre le droit chemin et vous a interdit de suivre la voie du mensonge. 


وَأَنَّ هَـٰذَا صِرَٲطِى مُسۡتَقِيمً۬ا فَٱتَّبِعُوهُ‌ وَلَا تَتَّبِعُواْ ٱلسُّبُلَ فَتَفَرَّقَ بِكُمۡ عَن سَبِيلِهِۦ‌ ذَٲلِكُمۡ وَصَّٮٰكُم بِهِۦ لَعَلَّڪُمۡ تَتَّقُونَ


"Et dis: Ceci est mon droit chemin, suivez-le donc et ne suivez pas d'autres sentiers, car, en vérité, il vous séparera de son chemin" [Al-An'aam 6:153].


Il s'agit d'un conseil venant d'Allah, tel qu'il est connu. 

Le deuxième principe, qui est quelque chose de bien connu, mais doit être répété et rappelé parce que nous trouvons beaucoup de jeunes salafis ne l'appliquant pas ou ne le comprenne, et tombent dans l'ignorance de celui-ci.

 

Donc, nous voulons rappeler.

 

وَذَكِّرۡ فَإِنَّ ٱلذِّكۡرَىٰ تَنفَعُ ٱلۡمُؤۡمِنِينَ

 

"Et rappelle, car en vérité le rappel est utile aux croyants" [Adh-Dhaariyat 51:55]

Le deuxième principe est de parler en mal des gens de la Sunna est en réalité dire du mal de la Sunna dont ils s'acquittent.

 

Et ceux qui parlent mal des gens de la Sunnah sont des innovateurs égarés.

 

Celui qui parle mal des gens de la Sunna est intentionnellement un innovateur égaré.

 

Ce principe est bien connu et établi parmi nous.

 

Toutefois, il a une certaine carence dans son application parmi les jeunes.
 

Combien de jeunes écoutent ceux qui parlent en mal des savants salafis, parmi eux cheikh an Najmi, ou cheikh Muhammad Aman Al Jâami, ou cheikh Zayd al Madkhâli, ou cheikh Rabee' al Madkhâli.

 

Ils entendent ces attaques et restent silencieux et ne disent rien.

 

Egalement il se peut qu'ils les attaquent en secret sans faire apparaître et restent silencieux et ne disent rien.

 

Plutôt il se peut qu'il commence à mentionner ces choses bien qu'il sait que parler en mal des savants de la Sunna c'est parler en mal de la Sunna elle-même.
 
Ok, lorsque les savants mentionnent que dire du mal de quelqu'un parmi les gens de la Sunna ou ceux qui portent la Sunna et la défende, c'est est en réalité attaquer la Sunna elle-même et c'est une innovation. 


Celui qui parle en mal des gens de la Sunna intentionnellement est un innovateur.
 

Est-ce considéré comme être trop zélé?

 

La réponse est non, parce que, par exemple Cheikh Rabee' al-Madkhali; lorsque l'on on parle en mal de ceux qui parlent mal de lui, disons nous du mal de ceux qui parlent mal de Cheikh Rabee’ juste à cause des yeux de Cheikh Rabee’ al-Madkhali ou à cause de la lignée de Cheikh Rabee’ al-Madkhali, ou en raison d'un avantage financier?

 

Non!

 

C'est juste que Cheikh Rabee’ al-Madkhali, comme on le sait est une personne qui est un porteur de la Sunna et la défend, et réfute les gens de l'innovation, et se tient tel une épine dans leur gorge, qu'Allah le récompense.

 

C'est ce que nous jugeons de lui et nous ne louons personne au-dessus d'Allah.

 

Donc, ce qui nous incombe, c'est que nous le défendons et l'aimons à cause de sa défense et son amour pour la Sunnah.

 

Donc, la raison pour laquelle ceux qui parlent contre ceux qui parlent contre les semblables parmi les salafis est la question susmentionnée, pas seulement en raison de ce qu'il est.

 

Et vous savez tous que al-Halabi, prenons un exemple, les jeunes salafis ont l'habitude de lui faire des éloges et de lui vouer respect.

 

Cependant, quand il est tombé dans l'égarement et l'innovation, et tout ceci dans le mal, les véritables salafis l'ont délaissé et l'ont mis de côté, l'ont réfuté et clarifié son égarement.

 

Ok, lorsqu'ils l'aimaient, ils avaient une position et lorsqu'ils ont dû le détester, ils avaient une autre position.

 

Quelle en est la raison?

 

C'est parce que nous aimons pour Allah et détestons pour Allah.

 

Et c'est un principe de boycott.

 

Certaines personnes disent que al-wala wal-bara (l'alliance et le désaveu) n'a rien à voir avec le boycott; cette parole est de l'ignorance et égarement.

 

Car en vérité, la raison de boycotter l'innovateur est d'aimer et haïr pour Allah.

 

Donc, vous le haïssez pour Allah, le Puissant et Majestueux, tout comme nous aimons les salafis et les savants salafis pour Allah, et non pas pour eux seulement car ce sont eux, c’est clair ?  

 

Donc, il incombe de faire attention à cela.

Prenons un exemple, parmi les attaques à l'encontre de Cheikh Rabee' et d'autres que lui parmi les savants salafis.

 

Ils les attaquent en disant qu'ils sont très dures, ou disent qu'ils ne comprennent pas et qu'ils se contentent que de critiquer et qu'ils sont des dictateurs.

 

Ou bien ils disent qu'ils font partis des gens dures et qu'ils ont de la dureté.

 

Donc, ces types d'attaques sont des attaques sur les gens de la Sunnah.

 

Donc, lorsque vous savez que tant qu'il ya des gens dans al-Madinah et d'ailleurs qui décrivent Cheikh Rabee’ comme étant dur, ou qu'il n'est pas rationnel, ou sage, ou équilibrée. 
 

Ce principe est vrai, mais ce qui est recherché par ceci (leurs intentions) est faux.

 

Car en vérité, les savants catégorisent ceux qui parlent du Jahr wa Ta'deel en trois catégories.

 

Ceux qui sont facile à vivre, ceux qui sont dans le milieu, et ceux qui sont dures, c’est clair ?

 

Quelle est la signification exacte de ceux qui sont dans le milieu?

 

C'est que la raison du Jahr wa Ta'deel est une raison légiférée islamiquement et qui est établit avec la vérité, preuves et évidences sur cette question et mentionner l’erreur, et que le Jahr wa Ta'deel est quelque chose qui est considérable.

 

Quant à ceux qui sont facile à vivre, c'est qu'ils jugent ceux qui sont inconnus et critiqué pour être digne de confiance ou comme cela, c'est de la négligence et c’est édulcorer la vérité.

 

Quant à ceux qui sont durs, c'est qu'ils critiquent sans raison valable, c'est de la dureté. Ok.

 

Maintenant, venons et appliquons ces principes parmi les savants salafis bien connus.

 

Et nous avons le plus remarquable à cet égard, il est dit du mal de lui et est attaqué, et parlent intentionnellement contre, qui est Cheikh Rabee'.

 

Ceci est connu.

 

Halabi, Ma'ribi, Aroor, al-Maghrawi, Ar-Ruhayli, untel et untel, ils aimeraient tous le voir chuter, tombant dans les traces du groupe Ihyat-Turath et d'autres qu'eux.

 

Venons-en et regardons Cheikh Rabee' et cette réponse à une question qui a été soulevée qui est que Cheikh Rabee' est connu pour être dur.

 

Penchons-nous sur Cheikh Rabee'.

 

Tout d'abord, quand Cheikh Rabee' va et critique quelqu'un, il le fait en mentionnant la raison.

 

Donc, vous Ô Maghrawi, Ma'ribi et Aroor ; Cheikh Rabee' vous a réfuté avec vos propres discours, voix et livres.

 

Et il dit que vous avez dit cela et que vous avez fait ceci et votre affaire concernant cela etc. ainsi est-il, Cheikh Rabee’, venir et dire Ma'ribi est critiqué, puis nous avons demandé pourquoi Cheikh Rabee’, parce que je l'ai vu se gratter la tête, non!

 

Plutôt, il a donné la preuve que Ma'ribi dit que les Ikhwaan ul-Muslimeen et les groupes égarés sont parmi les Ahl as-Sunna!

 

Et que la terminologie salafi est quelque chose de vaste et y inclut la démocratie et beaucoup d'autres égarements bien connus.

 

En outre, il (Ma'ribi) décrit les savants de la Sunna qu'ils sont tel une caisse de tomates et autres choses comme ça!

 

Même les hizbees ne l'ont pas attribués à Ahl as-Sunna et ce Ma'ribi l'attribue à Ahl as-Sunna.

 

Cheikh Rabee’ venu avec des preuves et évidences et a clarifié par conséquent,  leurs paroles (Shaykh Rabee’ et les savants salafis) sont fondées sur des preuves.

 

Deuxièmement, quelle est la position des savants salafis concernant les réfutations par Cheikh Rabee'?

 

La réponse est qu'ils ont fait l'éloge (c'est à dire qu'ils ont fait l'éloge de ses réfutations de Ahl ul-Bid'a) et disent de cet homme qu'il est un moudjahid et il ne critique personne excepté en expliquant les raisons, et il vérifie ce qui a été dit au sujet de l'individu.

 

Et il ne critique pas, sauf lorsque la vérité lui devient évidente pour lui et il conseille avant de dénigrer et réfuter.

 

Et il est aussi une référence et un emblème du Jahr wa Ta'deel, tout comme Cheikh al-Albani l'a décrit.

 

Donc, c'est la deuxième chose.

 

Troisièmement, est-ce le seul Cheikh en ce qui concerne ceux qu'il dénigre et critique ou le font les savants qui sont en accord avec lui?

 

Venez à moi avec une personne dont le Cheikh a critiqué et pas une seule personne n'est d'accord avec lui, vous ne trouverez pas cela.

 

Par conséquent, le Cheikh n'est pas le seul dans la critique, c’est clair ?

 

Plutôt les savants qui étaient en désaccord avec le Cheikh, après un certain temps, vous les retrouverez retourner à l'opinion du Cheikh et les plus apparents et bien connu par exemple ici, c'est avec Cheikh Al-Albani.

 

Car en effet certains de ceux que Shaykh Rabee’ a critiqué - cela signifie que Cheikh Al-Albani a dit au sujet de ce qui suit: Il est évident que les savants de Al-Madinah et ceux qu'ils l’ont rencontré (Cheikh Rabee’) dire, Cheikh Muhammad ibn Hadi al Madkhali, Cheikh Muhammad Aman Al-Jaamee, également inclus parmi eux Cheikh An Najmî, et Cheikh Zayd (al-Madkhali), parce qu'ils énoncent tous et en réfutant les gens du faux.

 

Cheikh Al-Albani dit qu'il semble que les savants de al-Madinah sont sur la vérité en ce qui concerne ceux qui ont été réfuté, bien qu'il (Al-Albani) voyait au début qu'ils avaient une certaine dureté.

 

Et ici avec Al-Albani il a été dit, le principe que nous avons entendu hier et que si les savants de la Sunna défendent les gens de l'innovation l'excuse étant donné car ils ne savaient pas l'état réel du mensonge, et si ils l'ont fait savoir l'état actuel, ils l'auraient précisé.

 

Par conséquent Cheikh Al-Albani était d'accord avec Cheikh Rabee’ dans ces choses qu'il a clarifié, c’est clair ?

 

Quatrièmement, combien de personnes Cheikh Rabee’ a effectivement critiqué.

 

Cinq, dix, vingt, je ne pense pas que ca va au-delà de vingt.

 

Regardez les savants Salafs, ils ont critiqué des centaines et des milliers de personnes.

 

Alors, vous venez à Cheikh Rabee’ qui n'a pas parlé, sauf contre quelques individus sur une certaine période maintenant.

 

Et nous demandons à Allah de donner au Cheikh une longue vie sur l'obéissance et de le bénir en ce qui lui est accordé en bonne santé et bien-être, et qu'il soit une épine dans la gorge des gens de l'innovation.

 

Le Cheikh, qu'Allah le préserve, a passé 80 ans. En 80 ans, le Cheikh n'a pas critiqué, sauf autour de 20 personnes et si vous dites une centaine, même si vous dites une centaine, a-t-il critiqué un grand nombre de personnes?

 

Non, il n'a pas critiqué un grand nombre de personnes, c’est clair ?

 

De même, en ce qui concerne ceux que le Cheikh a eu raison de critiquer, car en vérité nous ne savons pas que le Cheikh - qu'Allah le préserve - a déclaré une personne  innovatrice ou réfuté et que le Cheikh était dans l'erreur de le faire.

 

Nous ne savons pas cela du Cheikh. Toutefois, si cela arrivait il est connu du caractère du Cheikh qu'il présentera des excuses et reviendra sur ce qu'il a dit.

 

Donc, si cela se produisait Cheikh Rabee’ est connu pour revenir à ce qui est correct s'il tombe dans l'erreur.

 

Ainsi, ce qui est voulu de ceci est d'être conscient de cela, soyez donc avertis! Ok.

 

Pourquoi disent-ils Cheikh Rabee' est rude?

 

Jusqu'au point où si vous précisez leur état et parlez contre eux, celui qui est critiquée, ses partisans disent que c'est être dur.

 

(Ils disent) notre Cheikh untel est une bonne personne et Cheikh Rabee' est salafi mais a la rudesse.

 

Frères craignez Allah.

 

Le Cheikh (Cheikh Rabee') est dans le juste milieu et qui est juste, c’est clair? Ok.

 

Donc, on doit faire attention à ce point.

 

Le prochain point ou principe: la distinction entre les savants réfutant le mensonge et se tenant sur cette réfutation du mensonge, et entre celui qui réfute en raison de la jalousie qu'il a envers lui ou parce qu'ils sont contemporains, ou injustes.

 

L'origine est que si un savant réfute et précise sa réfutation avec preuves alors nous acceptons sa parole.

 

S'il réfute par jalousie ou injustice alors ce sont les intentions intérieures que seul Allah connait.

 

Donc, notre position est que si un savant réfute le mensonge avec une réfutation admise et que les savants l'ont accepté, alors c'est accepté à partir sur ce qui nous apparaît.


Ok, quand dit-on qu'une réfutation est du à de la jalousie ou parce qu'ils sont contemporains, ou injustes?

 

La réponse est que la réfutation faite d’injustices, c'est qu'une personne réfute sans raison et parle d'une personne sans raison.

 

Donc, pas de doute que c'est de l'injustice.

 

Ok, par exemple, une personne qui parle mal d'une personne et met en garde contre lui, vous vous demandez pourquoi?

 

Ils disent: «Tout simplement parce que» ou « Je ne le sens pas. »

 

Vous ne le sentez pas!

 

Allah ne fait pas que les choses mauvaises soient basées sur la raison.

 

C'est de l'injustice.

 

Craignez Allah en vous-mêmes parce que lorsqu'il s'agit de l'honneur des gens, si vous n'avez pas de preuves et évidences qui justifient de parler sur eux puis leur honneur, c’est du poison.

 

Vous ne pouvez pas aller près de lui (c’est-à-dire leur honneur) alors vous serez responsable de cela.

 

Alors qu'en est-il de l'honneur des savants?

 

Qu'en est-il des grands étudiants en science religieuse?

 

Par exemple, une personne vient à nous contre le Cheikh Abdullah al-Bukhârî.

 

Pourquoi mettez-vous en garde contre lui, quelle en est la raison (nous demandons)?

 

Il n'y a pas de raison (donc) ce n'est que de l'injustice.

 

Cheikh al-Bukhârî est bien connu, les savants salafis dont il a prit la science sont bien connus, les éloges que les savants ont fait de lui sont bien connues, ses livres, des conférences, cours, et de sa Da'wah au vrai Manhaj Salafi est claire.

 

Nous ne savons pas de lui qu'il s'oppose à la vérité, donc parler en mal de lui, c'est de l’injustice, c’est clair ?

 

Et certaines personnes mettent en garde des salafis comme lui! Ok.

 

En ce qui concerne si une personne est réfutée en raison de la jalousie et l'envie devient claire lorsque le réfutateur va trop loin dans les raisons de la critique.

 

En vérité il n'y a pas de critique, cela dit une personne ne faisait que parler.

 

Dans ce cas, les savants rejettent ce type de critique et disent de craindre Allah, il semble que vous avez quelque chose contre cette personne.

 

Notez qu’ils ont précisé qu'il est tombé dans l'envie ou l’injustice avec la preuve.

 

Certains de ces jeunes lorsque vous leur dites Cheikh Rabee' ou Cheikh untel a mis en garde tel ou tel Cheikh on vous dit que c'est seulement qu'ils les envie sans même avoir entendu ce qui a été dit et quelles sont les preuves, et qu'ils n'ont pas entendu les paroles du Shaykh.

 

C'est une erreur!

 

Tout d'abord, si vous êtes de gens du commun ce qui est de votre devoir, c’est de revenir aux grands savants.

 

Et si vous êtes un étudiant en sciences, il est de votre devoir de demander des preuves et de ne pas les rejeter, dès le début.

 

Est-ce clair? Ok. 

 

La troisième est la situation de ses contemporains étant, ce qui signifie qu'ils sont d’âge avancé et de sciences.

 

En plus de cela, le savant n'a pas précisé les raisons de la réfutation, il est juste simplement réfuté, et ici ils disent qu'ils sont contemporains.

 

Regardez leur âge avancé et sciences et de plus, qu'il n'y a pas de preuves ainsi de la réfutation, c’est clair?

 

Toutefois, que tu viennes à moi avec Shaykh Ahmad An Najmî (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) qui est dans ses années quatre-vingt (le Cheikh est maintenant décédé), puis vous venez avec al-Halabi et Mashoor, et les Jordaniens et vous dites qu'ils sont de pair contemporains!

 

Cette affirmation est fausse.

 

Il rejette la vérité et ne la veulent pas.

 

Où le fait d'être contemporains viennent jouer avec ces deux?

 

Lorsque nous parlons contemporains c'est ce qui se passe entre ceux qui sont d'âge avancé et en sciences.

 

Est-ce clair?

 

Très bien. Si un grand savant réfute un jeune étudiant injustement quelle est l'appellation?

 

Est-ce appelé la réfutation qui se produit entre contemporains?

 

Non, c'est ce qu'on appelle l’injustice et ce qui est similaire.

 

Mais vous ne dites pas que cela est dû à être contemporains.

 

Donc attention à ce sujet.

 

Quelqu'un m'a appelé et m'a dit: « Quelle est votre opinion au sujet de ce qui s'est passé entre les différents « savants » de la Jordanie et les savants du Royaume? »  

 

Je lui ai dit : "Frère, crains Allah!"

 

Les Jordaniens ne sont pas décrits comme étant des savants.

 

Cependant, ils sont décrits comme étant des étudiants en science.

 

En ce qui concerne les savants de l'Arabie saoudite comme Cheikh Rabee', Cheikh An Najmî, et Cheikh Zayd (al-Madkhali) et d'autres qu'eux, ils sont décrits comme étant des savants en raison de leur âge, les connaissances qu'ils ont et comme étant solidement ancrée en elle.

 

Quant à vous de venir avec les étudiants en science et de dire qu'ils sont savants et de les comparer à eux, alors c'est de l'injustice.

 

Délaissez ces personnes (les Jordaniens) qui sont tombés dans des questions qui sont opposés au Manhaj Salafi.

 

Même s'ils étaient de grands savants, ils ne sont pas considérés en face de ces savants comme étant savants, c’est clair?

 

Vous devez donc être conscient de cela.

 

Le principe suivant est que les savants sont de différents niveaux, rangs, et degrés.

 

Qu'est-ce que ce principe signifie?

 

D'après les savants, ce sont ceux qui sont principalement préoccupés avec le Fiqh (jurisprudence) et le hadith tout en étant salafis.

 

Et parmi eux, il y a les savants qui sont principalement préoccupés à réfuter les gens d'innovations et de désirs.

 

Et parmi les savants il y a ceux qui s'occupent de la grammaire arabe et des lois de l'héritage et d'autres choses. Ok.

 

Donc, il vous incombe de connaitre les savants et leurs niveaux.

 

Que bénéficions-nous de cela?

 

La réponse est que ce que nous bénéficions de ceci est que vous ne pouvez pas venir opposer la parole du savant qui se spécialise dans Jahr wa Ta'deel et la réfutation des gens du faux, vous ne pouvez pas venir rejeter ce savant parce que les autres savants restent silencieux, disant Cheikh Ibn Baz ne parlait pas contre lui, Cheikh Fawzan ne parlait pas contre lui, Cheikh Abdul Aziz Aal-Cheikh ne parlait pas contre tel ou tel.

 

Frère, tous ces savants sont Salafis et il ne fait aucun doute à ce sujet et ils sont bien connus, cependant, ces savants n'ont pas tourné leur attention à ceci.

 

Et juste parce qu'ils sont silencieux ne signifie pas qu'ils sont d'accord.

 

En outre, nous avons un principe bien connu que vous ne pouvez pas attribuer quelque chose à quelqu'un qui n'a pas parlé.

 

Et un autre principe, et c'est ce Fardh Kifiyah est quelque chose qui, si certains le font, il n’y aura pas de péché pour le reste des gens.

 

Ainsi, les savants qui ont réfuté les gens du faux ont suffi aux autres savants de le faire.

 

Et ceci est basé sur un autre principe et les salafis devraient s'en rappeler, qui est que s’il n’y a qu’un seul savant qui clarifie l'erreur d'une personne cela est suffisant.

 

Ce n'est pas une condition que deux, trois ou tous les chercheurs réfutent, si sa réfutation est le haqq cela est suffisant, même si tous les savants restent silencieux, c’est clair?

 

Mais maintenant tu dis mon frère que tel ou tel savant n'a dit quoi que ce soit et ainsi et n'a donc pas dit quoi que ce soit.

 

C'est exactement comme si vous disiez qu’il y a besoin d’un groupe de savants pour réfuter quelqu'un en particulier, et cette affirmation est fausse.

 

Et c'est un Manhaj Khalafi, pas un Manhaj Salafi, c’est clair?

 

Il te suffit donc pour la réfutation d’un seul savant.

 

Il s'agit donc d'un scénario qu’un savant spécialisé réfute et les autres restent silencieux.

 

Le deuxième scénario est qu'un spécialiste, savant érudit dans la réfutation et la critique, mais qu’un autre savant non spécialisé dans la critique fait l'éloge de cette personne ou qu'ils n'ont pas entendu la réfutation.

 

Ces deux ne s'opposent pas ou se contredisent. Si l'éloge de ce savant se fait sans savoir la critique de l'autre savant; ici, il n'ya pas de contradiction parce que celui qui fait l'éloge l'a fait de que ce qu'il sait en ce qui concerne les éloges.

 

Et celui qui critique le fait de que ce qu'il sait des choses blâmables.

 

Donc, ne venez pas alors dire que je suis avec tel ou tel cheikh qui loue tel et je ne suis pas avec tel cheikh, comme Cheikh Rabee' car celui-ci lui fait l'éloge et celui-ci lui reproche, je suis donc avec l'autre Cheikh. Non!

 

Il incombe que vous connaissez les niveaux des savants car celui-ci se spécialise dans ce domaine et les autres sont connus parmi les gens du commun qui ne sont pas étudiants en sciences.

 

Donc, si un médecin est venu, qui est spécialisé dans la chirurgie cardiaque et a parlé d'un traitement particulier et puis un autre médecin est venu, qui était un médecin généraliste et a parlé d’un traitement d'une autre manière, les gens du commun, même les gens du commun qui n'ont pas de sciences ou un Salafi qui est loin de connaitre ces principes, que diront-ils?

 

Le discours du médecin spécialisé en cela lui sera donné la priorité.

 

En fait, laissons les gens du commun, c'est la parole des Savants.

 

Ils ont un principe qui est que celui qui est spécialisé dans un domaine particulier sa déclaration est renvoyé et prise en particulier lorsque des différents se produisent, c’est clair ?

 

Le troisième scénario est qu'un savant critique et un autre fait des éloges et dit que la parole de celui qui critique nous ne la considérons pas.

 

Il dit: «Oui, je sais telle ou telle critique mais cette personne est une personne de la Sunna. »

 

C'est ce qui est connu sous le nom de conflictualité entre le Jarh wa Ta'deel. Ok.

 

Et le deuxième scénario inclut ceci, mais cela est plus spécifique.

 

C'est ce qu'on appelle conflictualité entre les Jarh wa Ta'deel.

 

Qu'est-ce que le Manhaj des Salafis à ce sujet?

 

Ce que nous regardons du Manhaj des Salafis concernant la critique est comme une critique détaillée.

 

Il est obligatoire de nous que nous prenions la parole obligatoire et que nous y retournions et en faire un juge dans notre affaire.

 

De plus, le savant qui a fait éloge a fait une erreur, il n'est pas dit du mal de ceci mais il a fait un ijtihad (effort de réflexion) et se trompe, car bien sûr, ce savant n'a pas loué en suivant en cela ses désirs.

 

Il y a une certaine parole, par exemple, Cheikh Abdul-Muhsin al-Abaad qui est venu et fait l'éloge d'une personne et Shaykh Ahmad An Najmî et Cheikh Rabee' ont critiqué la personne.

 

Et Cheikh al-Abaad dit qu'il est une personne de la Sunna, même si untel et untel l'a critiqué. Nous nous tournons vers les deux paroles, où sont les véritables preuves?

 

Où sont les vraies paroles?

 

Et puis nous suivons ceci.

 

Est-ce qu'alors Cheikh al-Abaad fut critiqué?

 

Non Cheikh Al-Abaad est un savant salafi reconnu.

 

Il a été dit ensuite, ok ca a été quand Halabi a fait éloge à Ma'ribi et Cheikh Rabee' l'a réfuté et Halabi a parlé et a parlé conte lui.

 

Il ya une différence.

 

Un jour, al-Shaykh Abaad a fait éloge à al-Maghrawi et ainsi fait de Halabi.

 

Cheikh al-Abaad un jour lui a fait l'éloge, fondé sur ce qui est devenu clair pour lui de son propre ijtihad, et il (al-Abaad) est sur la vérité et non pas sur les désirs.

 

Ainsi, les défauts qu'avaient Maghrawi n'a pas apparu à son éminence Cheikh al-Abaad.

 

Toutefois, Halabi sait que Maghrawi fait du Takfir et sait des choses que détient Maghrawi (certaines opinions déviées) et il participe avec al-Maghrawi.

 

Et il (Halabi) dit que "je suis le plus savant des gens en ce qui le concerne".

 

Par conséquent, la preuve a été établie contre lui (Halabi) et la vérité est devenue simple et clair pour lui. Toutefois, il (Halabi) persiste sur le faux.

 

En raison de ce que ceci est basé sur un autre principe.

 

Et c'est la différence entre celui qui tombe dans le mensonge par erreur et celui qui tombe dans le mensonge délibérément.

 

Donc, celui qui tombe dans le mensonge par erreur n'est pas critiqué.

 

Plutôt, cela lui est clarifié et il est resté patient dessus.

 

Mais celui qui tombe dans le mensonge délibéré et persiste après que l'on lui a clarifié la chose, alors il est critiqué sans excuses pour lui, c’est clair?

 

Alors, ici la critique prend précédence.

 

Ceci est basé sur un principe qui incombe de prendre note avec ce qui a précédé.

 

Et qui est: il n'est pas admissible ni correct dans le Manhaj Salafi de faire la différence des savants dans l'éloge et la critique une excuse pour suivre le mensonge pour celui dont la vérité est devenu clair.

 

Et l'application de ce principe est que l'on trouve certains des jeunes salafis suivre Ma'ribi et suivre ceux qui le loue.

 

Vous pouvez ensuite venir lui dire, "Ô frère, crains Allah, Ma'ribi a été déclarée innovateur par les savants."

 

Il dit alors: «Toutefois, Cheikh untel a dit qu'il est une personne de la Sunna et salafis ».

 

Ensuite, vous dites: «Frère Ma'ribi dit tel ou tel chose, est-ce un mensonge ou pas?"

 

Il dit, "C'est un mensonge."

 

Puis vous lui dites, "les preuves furent établies contre Ma'ribi, et les savants l'ont  réfuté, n'est-ce pas exact?"

 

Alors il dit: «Oui, ils l'ont réfuté. »

 

Puis vous lui dites, "C'est ton devoir de le délaisser."

 

Il dit: «Non, je suis tel ou tel savant qui lui a fait l'éloge, ceci est mon excuse. » Non!

 

Tant que vous savez la vérité du mensonge, il n'est pas admissible pour vous de faire la différence des savants ainsi que votre preuve comme une excuse pour suivre le mensonge, car en vérité vous péchez si vous suivez le mensonge tout en le sachant.

 

Est ce que ce principe est clair maintenant?

 

Et il est important et souvent utilisé par les jeunes salafis.

 

On en vient à lui-même mettant de l'avant, alors ils viennent à lui et lui demander si untel est donc un innovateur et un untel fait son éloge.

 

Donc, la personne dit: «Tant que vous suivez untel ou untel c'est votre excuse! »

 

Vous voyez comment il leur chuchote.

 

Cependant, avec le Manhaj Salafi, non (ce n'est pas comme ça).

 

La vérité est elle devenu claire pour vous?

 

Saviez-vous qui était dans la vérité?

 

Avez-vous recherché la vérité?

 

Etes-vous revenus aux savants qui sont spécialisés dans ce domaine?

 

Est-ce que celui qui critique le fait avec détails?

 

L'affaire ne se rapporte pas à ce qui est général.

 

En raison de ces principes des gens du faux, comme il a mentionné la confusion des gens en faisant des discours générales, cela fait partie des principes des gens du faux. Vous devez être avertis de ceux la.

 

En faisant des discours généraux et sans restriction, ils vous font parvenir le mensonge, est-ce clair?

 

Donc, il incombe à la jeunesse salafis qu'ils fassent attention à ce principe et d'être avertis afin de ne pas s'opposer au Manhaj Salafi qu'ils ont foulé.

 

La dernière chose est de donner de l’importance à la science, l'apprentissage et le retour aux savants.

 

L’étudiant en science débutant, de connaissances et celui qui n'est pas qualifié ne doit pas se mettre en avant pour faire le Jahr et le Ta'deel.

 

Il ne devrait pas se mettre en avant dans les questions de Jarh Ta'deel et ne doit pas déclarer les personnes comme étant innovateurs ou comme étant des individus égarés.

 

Cette chose est pour les savants et les étudiants en science qui sont qualifiés.

 

Ok, quelle est ma position alors?

 

Dois-je rester tranquille?

 

Dois-je garder le silence sur Ma'ribi?

 

Dois-je garder le silence sur untel ou untel?

 

Nous disons qu'il y a une différence.

 

Si les savants critiquent quelqu'un et que vous les critiquer en citant leurs paroles, par exemple Ma'ribi a été critiquée par Cheikh Zayd al-Madkhali, Cheikh an-Najmî, Cheikh Rabee’, Cheikh Abdullah al-Bukhari et Cheikh Muhammad ibn Hadi; citez leurs paroles mais ne pas commencer à débattre alors que vous êtes juste un étudiant en science.

 

Clarifier les paroles des savants aux savants.

 

Si elles n'acceptent pas les paroles des savants, ils n'accepteront pas vos paroles!

 

Et ce qui est dangereux ici, c'est que vous êtes un étudiant en science et vous ne pouvez pas avoir toutes les preuves et les évidences et votre adversaire vient avec des preuves et va vous perturber.

 

Où est la justice et où est l'équité? 

 

Où est la piété?

 

Où est la crainte d'Allah?

 

Ils vous feront glisser et provoquer des erreurs et les informations qui vous à fait glissé et deviendrez alors confus, c’est clair ?

 

Non, n’entrez pas en débat et c'est la raison pour laquelle les savants avertissent les jeunes salafis de parler du Jahr wa Ta'deel.

 

Ce n'est pas qu'ils avertissent les jeunes de propager les paroles des savants concernant les critiques des individus.

 

Certaines personnes réprimandent les jeunes salafis en raison du fait qu’ils propagent les paroles de Cheikh Rabee’ et Cheikh an-Najmî ou d’untel et untel concernant Ma'ribi, Halabi et celui-ci et celui-là, et ils disent, «frère, les savants salafis nous avertissent de cela. » Non!

 

Ils ne nous ont pas avertit quant à transmettre la vérité et ils n'ont pas avertit quant aux  mises en garde contre le mensonge.

 

Cependant, ils ont averti Ô vous débutant en quête de savoir et vous qui n'êtes pas qualifié pour entrer dans le Jahr et le ta'deel avant d’être qualifié.

 

Ils avertissent aussi que vous devez faire précéder les savants dans ces affaires, c’est clair ?

 

Et la différence entre les deux est importante et c’est avec ceci que je vais mettre fin à cette conversation. 


Que la paix et le salut d’Allah soient sur notre Prophète Muhammad, sa famille et tous ses compagnons.

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul - الشيخ أحمد بن عمر بازمول

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية